Version classiqueVersion mobile

Vicomtes et vicomtés

 | 
Hélène Débax

Le nom de cire

Jalons pour une enquête sur les sceaux vicomtaux du midi (xiie-xiiie siècles)1

Laurent Macé

Texte intégral

  • 1 Les références bibliographiques et les notes infra-paginales sont reportées dans l’annexe 1.
  • 1 M. Pastoureau, « Le doigt dans la cire. Cent mille empreintes digitales médiévales », Micrologus, n(...)
  • 2 B. M. Bedos-Rezak, « Medieval Identity : A Sign and a Concept », The American Historical Review, vo (...)

1Proposer de mener une enquête sur les sceaux vicomtaux tient un peu du défi. Non pas dans l’appréhension du sujet lui-même. Les membres éminents de ce milieu aristocratique sont les auteurs d’une image personnelle qui les représente, les porte, et même, d’une certain façon, les prolonge tant le sceau produit un signe qui est le double du sigillant. Il l’emblématise et le symbolise à travers ce lien ontologique fort qui s’instaure entre la personne et la matière que l’on voit, que l’on tient, que l’on touche1. Au sein de cette sensibilité médiévale qui offre une large place aux choses perceptibles et tangibles, le sceau fait nécessairement partie des realia dont il faut interroger le caractère proprement spéculaire. D’autant plus qu’à peine sortie de la matrice, l’empreinte de cire possède aussi une forte valeur juridique : témoin de vérité, elle est l’émanation directe de celui qui scelle. Véritable espace de mise en scène de la personne, le sceau tend à établir le passage du corps physique au corps social. Il appartient donc à une pratique de figuration et de représentation qui est au cœur de l’identité médiévale2.

  • 3 Les médiévistes ont à leur disposition un instrument de travail précieux : L.-C. Douët d’Arcq, Coll (...)
  • 4 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits des Trencavel (1185 et 1202) », Annales du Midi, no 247, 2 (...)
  • 5 Sceau d’Amalric Ier (HGL, 1re éd., t. V, no 42, planche V) ; une empreinte de 1254 se trouve aux ar (...)
  • 6 G. P. Cuttino, J.-P. Trabut-Cussac, Gascon register A, t. II, Londres, 1975, p. 466, no 135 ; p. 61 (...)

2La difficulté réside plutôt dans la constitution du corpus. Un tel travail ne peut prétendre à l’exhaustivité d’une étude statistique car en l’absence d’un catalogage systématique des empreintes de sceaux conservées dans les collections inventoriées des archives départementales du Midi de la France – lacune qui hypothèque toute possibilité de dépouillement raisonné – les outils les plus complets dont dispose le sigillographe sont essentiellement des ouvrages du XIXe siècle, réalisés à partir des fonds du Trésor des chartes3. Or, parfois avec bonheur, quelques sceaux attendent d’être sortis de leurs boîtes, notamment dans le riche fonds de l’ordre de Malte où deux empreintes des vicomtes de Béziers ont été retrouvées récemment4. On peut imaginer qu’à partir d’une bonne connaissance des fonds locaux et en couvrant une large zone géographique, de belles découvertes sont encore à exhumer des layettes. Néanmoins, bulles et cires conservées jusqu’à nous ne doivent pas pour autant faire oublier les mentions diplomatiques du scellement. La première empreinte de cire attestée d’un vicomte de Narbonne date de 1242 mais une charte de 1193 nous indique que la vicomtesse Ermengarde scellait déjà avant la fin du XIIe siècle5. D’autres exemples peuvent être cités : Jourdain de l’Isle, vicomte de Corneillan et seigneur de Cazaubon, possède un sceau en 1280 d’après les archives anglaises mais aucune empreinte ne semble avoir été conservée ; il en est de même pour Constance de Béarn, vicomtesse de Marsan (1270-1310), dont on sait qu’elle scelle en 12836. Toutefois, ces mentions diplomatiques occultent des informations précieuses : la légende, laquelle exprime souvent une titulature qui est loin d’être celle que rédigent les scribes des chartes ; le diamètre, qui peut manifester certaines prétentions politiques, et surtout le type de figuration choisi pour orner le champ de l’empreinte. Autant d’éléments qui affirment avec force un rang qu’il faut appréhender à partir de l’observation d’un échantillon choisi.

LES CADRES DE L’ENQUÊTE

3La période concernée s’étend sur plusieurs décennies, de la fin du XIIe à la fin du XIIIe siècle. Le nombre d’empreintes s’étoffe au fur et à mesure que l’on progresse dans le XIVe siècle mais il s’agit là d’un autre corpus : les sceaux montrent tous alors un type de représentation qui est presque exclusivement armorial, système d’ailleurs souvent complexe qui permet d’inscrire, à la vue de tous, les alliances matrimoniales réalisées au sein des lignages. Aussi le champ d’étude aura-t-il pour limite chronologique les années 1290. En effet, les premiers temps du sceau permettent de saisir le rapport aux diverses manifestations du pouvoir qu’adoptent les familles vicomtales dans l’élaboration graduelle de leur marque personnelle d’autorité. Le sceau demeure encore le signe visible d’un titre en relation avec un territorium, et cela à un moment qui est aussi celui de la naissance et de l’affirmation de l’héraldique au sein de la haute aristocratie. La voie d’approche est tracée par un questionnement assez naturel : qu’est-ce qu’on donne à voir ?

4L’aire géographique retenue est celle d’un grand Midi, entre Rhône et Océan, qui comprend, d’ouest en est, l’Aquitaine, le Limousin, l’Auvergne, le Béarn, la Gascogne, le Languedoc et la Provence. À l’intérieur d’un corpus de vingt-cinq empreintes provenant d’une douzaine de vicomtés, sont répertoriés les sceaux des vicomtes de Fronsac, de Béarn, de Lomagne, de Limoges, de Turenne, de Ventadour, de Murat, de Lautrec, de Béziers, d’Agde, de Narbonne, et de Marseille (le détail du corpus concerné est reporté dans l’annexe 2).

  • 7 Cependant, quelques actes de la pratique montrent que Roger II scelle depuis 1180 (L. Macé, « Par l (...)
  • 8 En 1150 pour les comtes de Barcelone et de Provence, en 1156 pour les comtes de Toulouse ; les prin (...)
  • 9 La vicomtesse de Narbonne corrobore de son sceau un acte du mois de mars 1193 (J. Caille, « Ermenga (...)
  • 10 Chassel, « L’usage du sceau… », p. 69-70 ; M. Aurell, « Autour de l’identité héraldique de la noble (...)

5Il apparaît tout d’abord que les zones les mieux représentées sont le Languedoc et le Limousin qui cumulent plus des 2/3 des empreintes (respectivement 11 et 7 exemplaires). Ces deux espaces sont chronologiquement les plus précoces en matière de sceaux vicomtaux : la première empreinte conservée – il s’agit du sceau de Roger II de Béziers (1167-1194) – date de 11857, suivie de celle d’Adémar V de Limoges (1146-1199), apposée sur une charte des années 1190. Pour autant, ces deux vicomtés subissent vraisemblablement des influences sigillaires distinctes. Les vicomtes de Limoges font graver une matrice de sceau pour imiter les usages en cours au sein de la dynastie des Plantagenêts avec laquelle ils sont en contact et qui scelle depuis la fin du XIe siècle. Quant aux Trencavel, ils sont en relation directe avec les comtes de Barcelone et les comtes de Toulouse qui usent d’un sceau depuis la seconde moitié du XIIe siècle8. Ailleurs, plus à l’est, quelques mentions diplomatiques montrent que les vicomtes de Narbonne ont recours à un sceau au moins à partir de 1193 et que les vicomtes de Marseille scellent depuis les années 11809. On peut donc avancer que certains vicomtes méridionaux commencent à se doter d’une matrice de sceau dans la décennie 1180-1190, soit une trentaine d’années après les principaux comtes de la région, période qui correspond également au progrès du scellage chez certains grands laïcs du Midi, comme les seigneurs des Baux ou les Guilhem de Montpellier10. Le mouvement de diffusion se poursuit au cours du XIIIe siècle, le nombre d’empreintes se multiplie, l’usage du sceau trahissant un désir d’affirmation politique qui s’exprime de concert avec la capacité juridique des grands à valider leurs instruments.

LA DUALITÉ ASSUMÉE : LE CHEVAL ET L’ÉCU

  • 11 Chez les vicomtes de Béziers, la double représentation équestre est abandonnée après l’intervention (...)

6L’image que donne le groupe vicomtal dans le miroir de ses sceaux est celle d’une certaine homogénéité (une sélection de quelques illustrations se trouve dans l’annexe 3). Deux représentations sigillaires ont été majoritairement privilégiées par ces puissants de haut rang : le type équestre et le type armorial, lesquels témoignent avant tout d’une réelle évolution des pratiques héraldiques aristocratiques au cours du XIIIe siècle. Quinze vicomtes sur vingt-deux ont adopté le type équestre à l’avers de l’empreinte. Lorsque leur matrice permet une double impression, seuls les Trencavel et Bernard Aton d’Agde reprennent au revers le type équestre11 alors que les vicomtes de Marseille et les Amalric de Narbonne optent à cet endroit pour un motif héraldique qui traduit les armoiries du chef de lignage.

  • 12 B. Bedos, « Signes et insignes du pouvoir royal et seigneurial au Moyen Âge : le témoignage des sce (...)

7Le choix du type équestre de guerre, qui est une influence directe du type comtal mérite l’attention même s’il n’a ici rien d’original12. Il s’agit là de la représentation traditionnelle du cavalier en armes. Chevauchant au pas ou au galop, en tenue de combat, il porte sur lui les signes distinctifs du bellator : le casque à nasal de forme conique, puis le grand heaume, le bouclier, l’épée brandie mais aussi la lance couchée, où s’accroche parfois un insigne particulier comme un gonfanon (Bernard Aton d’Agde, Uc V des Baux) ou plus rarement une bannière armoriée (vicomtes de Turenne), tous deux symboles collectifs, en contexte de guerre, du regroupement vassalique qui doit s’opérer derrière le chef du contingent. La détention d’un pouvoir de commandement leur permet de requérir le service armé des vassaux. C’est donc l’aspect militaire d’un groupe dominant, soucieux d’exalter le caractère agonique de sa mission en tant que maître de la militia, ainsi que les signes de l’autorité féodale des hommes détenteurs d’un pouvoir sur les hommes et la terre, qui sont soulignés dans cette mise en image. Soulignant le rôle supérieur dans l’ordre des combattants et le prestige de la chevalerie, ce modèle demeure le plus couramment adopté au XIIIe siècle.

  • 13 M. Pastoureau, « De gueules plain. Perceval et les origines héraldiques de la maison d’Albret », Re (...)

8Le type armorial se diffuse peu à peu, au cours de la même période, encore comme marque distinctive de l’élite guerrière alors même que l’héraldique des premiers temps a perdu sa signification militaire d’origine. Il permet d’être identifié à un lignage dont les signes expressifs d’appartenance se trouvent affirmés au sein du groupe nobiliaire. Le vif succès des armoiries et l’immense fierté qu’elles inspirent font donc qu’elles viennent rivaliser avec le type du cavalier en armes. Dans les premières décennies du XIIIe siècle, les signes héraldiques paraissent fréquemment au revers : comme on le voit chez les vicomtes de Narbonne et les vicomtes de Marseille, l’écu représenté de face dans le champ du sceau, vient, avec détail, dédoubler matériellement et symboliquement les armoiries miniaturisées déjà présentes, sur l’écu ou sur la housse, de la représentation équestre. Les Narbonne ont ceci de particulier qu’ils portent des armoiries rarissimes : un écu plain, sans figure, et dont le champ est monochrome, à savoir de couleur rouge (gueules). Il faut noter qu’au sein de l’aristocratie méridionale, les Aimeri sont les seuls, avec les sires d’Albret, à porter un écu uniformément rouge13. Ce type d’armoiries appartient davantage à l’héraldique imaginaire et littéraire qu’à l’héraldique réelle. Sans doute faut-il voir ici dans ce choix non pas une évocation de Perceval, comme pour les Albret, mais une référence aux personnages des chansons de geste du début du XIIIe siècle qui se trouvent liées au Cycle des Narbonnais auquel appartient le non moins célèbre poème Aymeri de Narbonne, héros dont la femme s’appelle Hermengarde…

  • 14 H. de Gérin-Ricard, E. Isnard, Actes…, p. LXVI ; M. Aurell, « Autour de l’identité… », p. 19-20.

9Quant aux Marseille, dont les membres se répartissent en plusieurs branches, ils ont naturellement mis en place un système d’armoiries plus complexes : l’écu est orné d’un pal chez les Trets, alors qu’une immense étoile irradie celui de Uc V des Baux (1195-1240), lequel a épousé l’une des héritières de la vicomté de Marseille mais a tenu à conserver les armoiries de son propre lignage. Le pal pourrait signaler une quelconque relation avec les comtes de Provence de la maison de Barcelone, lesquels portent quatre pals depuis 1150 ; de son côté, l’astre des Baux – une étoile à seize rais évoquant les rois mages et jouant sur la devise « au hasard Balthazar ! » – rappelle avec fierté le glorieux parcours oriental, dans le comté de Tripoli, de certains membres du lignage14.

10Le contre-sceau s’inscrit également dans cette logique. En raison de sa petite taille, il permet dans tous les cas une figuration armoriée, comme l’illustrent le fascé des vicomtes de Murat, l’échiqueté des vicomtes de Ventadour, l’écu plain des vicomtes de Narbonne, ainsi que le parti au lion rampant et au bandé des vicomtes de Limoges. Le choix, assez précoce, d’un écu parti sur le contre-sceau d’Adémar V (1146-1199) entretient une forme de mémoire : il vise à rappeler l’alliance de deux maisons au sein de cette vicomté : Gui IV (1139-1146), fils d’Archambaud, vicomte de Comborn, et de Brunissende de Limoges, avait eu pour fils Adémar IV (1139-1146) qui a épousé Marguerite, fille de Raimond Ier de Turenne. Il semblerait donc que la composition du parti d’Adémar V soit le fruit de la combinaison des armes des Comborn (le lion) et des Turenne (le bandé).

LA RIGUEUR GÉOMÉTRIQUE FACE AU CALEMBOUR

  • 15 É. Jolibois, « Sigillographie », Revue historique, scientifique et littéraire du Département du Tar (...)
  • 16 P. La Plagne Barris, Sceaux gascons…, p. 181-183.

11La variété des figures adoptées est assez limitée. Trois registres peuvent être distingués : végétal, animal, géométrique. Les deux premiers n’offrent guère de véritable originalité : la fleur de lys accompagne parfois les vicomtes de Lomagne alors que de singulières raves s’invitent sur l’écu des vicomtes de Béziers. Le bestiaire héraldique est, quant à lui, un peu plus hétérogène : le lion rampant des Limoges ou des Lautrec15 côtoie les deux vaches passantes du Béarn et le déroutant bélier des Lomagne16. De fait, ce sont les figures géométriques qui semblent l’emporter. Toutefois, une pièce particulière comme la croix de Toulouse (Lautrec ; Philippa, vicomtesse de Narbonne), le chef (Fronsac), la bande (Limoges), l’étoile et le pal (Marseille) se démarquent à peine des partitions les plus usitées au sein de l’héraldique médiévale (chevronné de Bernard Aton d’Agde, échiqueté des Ventadour, bandé des Turenne, parti des Limoges).

  • 17 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits… ».
  • 18 H. de Gérin-Ricard, E. Isnard, Actes…, p. LXVI.

12Au sein de ce florilège, les armoiries parlantes ont toute leur place : nom et renom se confondent dans la malléabilité de la cire. Certaines figures viennent rappeler, d’une manière ludique ou allusive, le nom du détenteur d’armes à travers la construction d’un calembour. Ainsi, les vicomtes de Béziers, ont fait graver de petites raves (ravelles) sur leur matrice pour jouer de leur sobriquet dynastique (Trencavel = trenca ravel). En cela, ils se démarquent de leurs cousins d’Agde dont le chevronné n’évoque en rien le fascé ou les raves de la famille issue d’un même ancêtre : les Aton ne sont pas à confondre avec les Trencavel17 ! Ailleurs, une démarche similaire est adoptée par un vicomte de Marseille : à la fin du XIIe siècle, Raimond Geoffroi (1178-1192), appelé Barralus, décide de tourner en dérision ce surnom personnel en faisant orner le revers d’un de ses sceaux d’un magnifique baril (barraou)18. L’allusion est tout aussi franche et directe chez les vicomtes de Murat dont les armes sont composées de trois murs crénelés disposés en fasce, figures qui évoquent également la forteresse éponyme.

  • 19 La chanson de la croisade albigeoise, E. Martin-Chabot (éd.), Paris, 1961, t. III, p. 243-247.

13Dans un autre registre, le bélier des vicomtes de Lomagne est également à considérer dans une large interprétation allusive. Dans le premier tiers du XIIIe siècle, le bélier d’Espan, fils cadet du vicomte Vézian, est déjà attesté dans la Canso où, pour les besoins de la rime, il est identifié sous la silhouette d’une brebis19. Il faudrait rechercher dans l’histoire d’un ancêtre prestigieux, peut-être obstiné ou combatif, l’origine de ce choix qui ne s’impose pas logiquement : les vicomtes de Lomagne, comme beaucoup de leurs contemporains, auraient pu adopter le lion, thème animalier qui permettait aisément de construire des armoiries parlantes (vicecomes Leomanie). Une autre piste n’est pas à négliger : on peut voir probablement dans ce motif caprin une allusion littéraire. En effet, le nom traditionnel porté par ces vicomtes est Vivien (Vézian en est la forme occitane), nom qui fait référence au héros épique, neveu de Guillaume d’Orange, et dont le principal trait de caractère est de demeurer fidèle à son vœu : ne jamais reculer devant l’ennemi… Le bélier illustrerait ce thème du courage et de l’entêtement aux vertus si chevaleresques. Pour les Vézian de Lomagne, comme pour les vaillants Trencavel, les armoiries sont l’étendard de la renommée militaire et le sceau l’un de ses principaux vecteurs.

  • 20 R.-H. Bautier, « Le cheminement du sceau et de la bulle, des origines mésopotamiennes au XIIIe sièc (...)

14Sans surprise, la matière employée est majoritairement la cire. Une seule famille vicomtale a recours à la bulle métallique, celle de Marseille. Il n’est guère étonnant de trouver ce mode de scellement en Provence, région où la bulle de plomb est d’un usage assez courant dans cette partie du bassin méditerranéen qui a subi l’influence du bullement pratiqué par les villes maritimes italiennes. De fait, les principaux grands seigneurs des côtes provençales et languedociennes (comte de Toulouse, comte de Forcalquier, comte de Provence, seigneur de Montpellier) l’adoptent dans le dernier quart du XIIe siècle20. Chez les Marseille, la bulle est attestée en 1209 sur une charte de Raimon Jaufré II de Trets (1159-1216) ainsi que sur les instruments de Uc V des Baux, en 1215 et 1220. Ce dernier possède d’ailleurs deux bulles de plomb distinctes, à quelques années d’intervalle, tout en utilisant simultanément la cire depuis 1214, sans que l’on puisse observer un quelconque changement de titulature dans la légende.

LES FORMES DE L’AUTORITÉ

  • 21 M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. t. II. Les sceaux des rois et de régence, Paris, (...)

15L’image représentée sur le sceau, mais aussi sa taille et surtout sa légende, parant ainsi le sigillant de ses titres ou de ceux qu’il brigue, sont un des moyens d’affirmer l’autorité. Il faut donc observer la façon dont ces vicomtes se dénomment et s’intitulent puisque la représentation sigillaire offre peu de surprises par rapport aux codes et aux symboles alors en vigueur au sein de la noblesse méridionale. De même, doit être relevée toute mention de la Dei gratia, formule de dévotion qui apparaît sur les sceaux des rois de France à partir de 1005, sous le règne de Robert II le Pieux21. Doit être également mesuré tout signe de surdimensionnement qui pourrait s’exprimer à travers le diamètre des empreintes conservées, lesquelles ont toute une forme ronde. Deux cas se distinguent cependant de cette apparence standard : celui des vicomtes de Lautrec, Isarn et Bertrand, qui tous deux font graver une matrice en forme d’écu (1269 et 1270) ; plus surprenant encore est celui du vicomte de Murat, Astorg, qui en 1266 possède un sceau en navette, forme que l’on trouve plus fréquemment chez des personnages qui portent robe, à savoir les dames et les évêques !

  • 22 La titulature sigillaire accuse un certain retard par rapport aux usages diplomatiques : les vicomt (...)
  • 23 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits… ».
  • 24 M. Gramain, « La composition de la cour vicomtale de Narbonne aux XIIe et XIIIe siècles », Annales (...)
  • 25 En 1266, Gaston VII, bien que possédant un sceau de dimension moyenne (50 mm de diamètre), parvient (...)

16Sans conteste, les champions de la galette de cire sont les vicomtes de Narbonne et les vicomtes de Béziers. Au milieu du XIIIe siècle, les premiers, dont l’avers équestre présente un superbe cheval en cabré allongé allant presque jusqu’au galop volant, partagent avec leurs voisins cette faculté de pouvoir user d’un grand sceau de 80 millimètres de diamètre. Cela s’explique, en partie, par leur volonté de développer une double titulature dans la légende sigillaire. En plus de la précision géographique du titre vicomtal, est mentionnée la détention d’une seigneurie : Amalric Ier (1238-1270) se présente comme dominus et vicomte de Narbonne22 ; en 1247, Raimond Trencavel ose encore se prétendre vicomte de Béziers et seigneur de Carcassonne. Cette inflation de matière semble être un dernier feu de paille pour des Trencavel qui sont politiquement sur le déclin23. Pour les Amalric de Narbonne, en revanche, cela paraît confirmer la consolidation de leur autorité sur la cité languedocienne24. Pour le reste, la plus grande partie des empreintes du XIIIe siècle offre un diamètre qui est le plus souvent compris entre 30 et 65 millimètres25, tendance générale qui correspond à une large diffusion de la pratique du scellement au sein des chancelleries princières et donc à la volonté de réduire la consommation de cire, matériau qui demeure encore relativement coûteux.

  • 26 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’A (...)
  • 27 Voir la contribution de P. Chastang dans le présent volume.

17Ces empreintes de dimension moyenne n’autorisent sur la bordure du sceau qu’une inscription assez simple qui comprend la désignation du sigillant, le plus souvent à travers une légende nominale au génitif, suivie de la formulation du titre vicomtal et du cadre territorial qu’il recouvre (sigillum Viviani vicecomitis Leomanie ; sigillum Guillelmi vicecomitis Murati, par ex.). Ces légendes sigillaires sont gravées selon les termes fixés par les détenteurs de matrice. Toutefois, certains déclinent seulement leur nom sans se parer du titre vicomtal : c’est le cas de Uc V des Baux qui se présente ainsi, alors que la branche de Trets, non résidante dans la cité phocéenne, arbore ce titre sur sa bulle. Il s’agit là d’une titulature quasi honorifique qu’elle tient à partager avec tous les membres du lignage26. De même, Guillem Amanieu, vicomte de Fronsac, se fait nommer Guillem Amanieu de Fronsac, sans mention de titre. À l’opposé, Bernard Aton VI paraît en tant que vicomte (B. Atonis vice comitis) mais sans préciser la détermination spatiale, à savoir la vicomté d’Agde, principauté que les comtes de Toulouse lui ont repris depuis 118527. L’absence de ressort géographique dans la légende sigillaire de sa matrice laisse supposer qu’elle a été réalisée au début du XIIIe siècle, quand ce prince devient définitivement un vicomte sans vicomté. Enfin, les Trencavel, dès lors qu’ils ne sont plus vicomtes de Béziers – et ce après avoir été dépossédés par le roi de France – ne sont plus désignés que par leur nom : Trencavel ou Rogié de Béziers.

  • 28 H. Débax, La féodalité languedocienne (XIe-XIIe siècles). Serments, hommages et fiefs dans le Langu (...)
  • 29 Voir la contribution de J.-L. Boudartchouk dans le présent volume.

18Quant à la formule de dévotion Dei gratia, seuls la portent Gaston VII de Béarn et Amalric Ier de Narbonne. Les prédécesseurs de ce dernier s’en étaient affublés dès 1104 dans les actes de la pratique. On observe là un décalage certain avec les usages en cours dans les diverses chancelleries princières. Ainsi, sur leurs sceaux, les vicomtes de Béziers ne prétendent jamais détenir cette charge « par la grâce de Dieu » alors que la formule figure dans leurs chartes depuis le principat de Raimond Trencavel, à partir de 115828. Il en est de même pour les Murat qui, depuis 1240, se disent vicomtes « par la grâce de Dieu » sans l’afficher dans leur légende sigillaire29.

  • 30 Les deux empreintes de sceaux intégrales, conservées dans le Trésor des chartes, pour le règne de R (...)

19Au terme de cette première analyse, il apparaît que les vicomtes sont des grands seigneurs plus ou moins comme les autres, il n’est donc pas surprenant que leurs sceaux ne se distinguent guère des sceaux comtaux ou seigneuriaux. Ils se confondent avec l’ensemble des signes en relation avec leur pouvoir social et politique dont usent les membres de l’aristocratie pour se distinguer et s’illustrer au sein de l’élite guerrière. Certains prétendent à une affirmation plus soulignée de leur autorité à travers le diamètre de l’empreinte, la mention Dei gratia au sein de la légende ou le développement relatif de la titulature. En cela, ils ne font qu’imiter une attitude que l’on trouve également chez certaines familles comtales. Il s’agit d’afficher clairement ses prétentions sur le territoire d’une principauté. À cet égard, le sceau d’Amalric de Narbonne est remarquable. Par son diamètre, par la formule de dévotion et par la grande qualité d’exécution de sa matrice provenant d’un atelier très au fait des goûts artistiques du moment, son empreinte est quasiment de rang comtal, elle rivalise même avec les grands formats raimondins. On peut émettre l’hypothèse que la perte du titre de duc de Narbonne par le comte de Toulouse Raimond VII en 1229 laisse le champ libre au vicomte de rivaliser, du moins symboliquement, avec l’archevêque qui tente d’accroître sa mainmise sur le duché. De plus, ayant épousé Philippa d’Anduze, petite nièce de Raimond VII, Amalric de Narbonne, recevant par cette alliance une parcelle symbolique de la dignité comtale, pouvait à ce titre prétendre être l’égal des princes toulousains. Dans une moindre mesure, dans les années 1260, les Lautrec, après la disparition du dernier comte raimondin en 1249, adoptent la croix raimondenque sur certains de leurs sceaux, puis sur les parois peintes de leur imposant sanctuaire à Vielmur. Un des membres de cette tentaculaire famille avait épousé une fille naturelle de Raimond VI : du sang toulousain coulait donc leurs veines30.

UNE VICOMTÉ SANS NOM

  • 31 D. Watin-Grandchamp, L. Macé, « Vestiges… », p. 182-183.

20Dans ce volume, sont également évoqués des vicomtes sans vicomtés mais aussi des vicomtés virtuelles ou en devenir. Les sceaux enregistrent cette situation particulière et offrent un cas de ce type. En l’occurrence, cela concerne l’empreinte de cire d’un personnage qui occupe un rang vicomtal, sans toutefois en porter le titre, mais qui est admis à se doter de signes manifestant une relative assise politique (fig. 1). De fait, en 1243, le sceau de Bertrand de Toulouse (45 mm) se présente sous la forme d’une empreinte monoface, première particularité qui réduit l’expression de son autorité au minimum. La légende ne donne pas de titulature, elle indique seulement que Bertrand est « frère du seigneur R [aimond] comte de Toulouse » (Sigillum Bertrandi fratris domini R. comitis Tholose). Néanmoins, il s’agit là d’une reconnaissance importante pour Bertrand qui, il faut le rappeler, est un enfant naturel du comte Raimond VI31. Deuxième particularité : le thème principal de la représentation sigillaire n’est pas un conventionnel type équestre mais un type topographique qui associe dans le champ une figuration héraldique ; le lien adelphique énoncé dans la légende est singulièrement renforcé par la présence de deux croix raimondenques. Ces armoiries toulousaines encadrent la façade d’un monument doté d’un donjon, une fortification maçonnée et crénelée construite en hauteur sur une roque escarpée, castrum qui ne dit pas son nom mais en qui il est possible de reconnaître aisément Bruniquel, chef-lieu de la vicomté éponyme, château et dépendances dont a été investi Bertrand en 1224 grâce aux larges donations de son frère.

Fig. 1 : Sceau de Bertrand de Toulouse, frère du comte Raimond VII (1243)

  • 32 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 86-89 ; sur la vicomté de Bruniquel, voir également la contrib (...)

21À travers cette composition guère réaliste, on se trouve néanmoins en présence d’un cas un peu particulier, celui d’un vicomte qui ne l’est pas, du moins en titre – et il n’est même pas qualifié de dominus – mais qui est placé à la tête d’un ensemble patrimonial correspondant à une ancienne vicomté, reprise en main à la fin du XIIe siècle par le chef du lignage, le comte Raimond V, et qui a manqué d’échapper aux Toulousains lors de la trahison de Baudoin, frère de Raimond VI, pendant les événements de la croisade contre les Albigeois32. L’intermède Bertrand de Toulouse, étroitement contrôlé par le prince régnant, s’inscrit pourtant dans la longue durée : ses deux fils reçoivent à sa mort, en 1249, des biens suffisamment importants pour relever les titres des deux anciennes vicomtés du XIIe siècle, celles de Bruniquel et de Monclar, alors que le dernier représentant mâle de la lignée comtale vient de disparaître. Ainsi, pendant plus d’une soixantaine d’années (1180-1249), la vicomté n’existe plus nominalement dans la documentation raimondine mais la représentation adoptée sur le sceau de Bertrand montre qu’en 1243 le référent territorial de la vicomté trouve une certaine matérialité et une existence symbolique à travers l’évocation emblématique du castrum de Bruniquel.

LE VICOMTE PERCHÉ

  • 33 L. Macé, « De Bruniquel à Lolmie : la singulière fortune de Baudoin de France et de Guillem de Tudè (...)
  • 34 Cf. l’œuvre d’Italo Calvino, Nos ancêtres, composée de la trilogie Le vicomte pourfendu, Le baron p (...)
  • 35 Le sceau de Raimond IV est déjà mentionné en septembre 1235 dans un acte rédigé à Saint-Denis (A. M (...)
  • 36 Les vicomtes de Ventadour ornent leurs écus d’un échiqueté d’or et de gueules, émaux identiques à c (...)

22Sans vivre dans les arbres à l’instar de Côme du Rondeau, Il barone rampante d’Italo Calvino, un vicomte méridional, non pourfendu33, semble avoir voulu donner un peu de hauteur à sa représentation sigillaire. Dans un premier temps, demeurons dans la plaine. En 123634, l’empreinte de sceau de Raimond IV (1214-1243), vicomte de Turenne, montre un avers équestre à la lance, avec des armoiries figurant à la fois sur l’écu et la bannière quadrangulaire qui portent tous deux un bandé (d’or au bandé de gueules)35. Il s’agit là d’un choix de bannière dont la forme, quadrangulaire, est très rare dans les contrées méridionales et qui arbore un motif héraldique tout aussi peu fréquent dans cette aire géographique. On peut déceler là une sphère d’influence d’origine septentrionale, le Limousin étant au carrefour des zones d’intervention des princes plantagenêts et capétiens36. Pour le reste, la légende sigillaire développe une titulature assez classique : + sigillum Raimo/ndi vicecomitis Turenne. Quinze ans plus tard, en 1251, Raimond VI (1247-1285) abandonne le style de l’ancienne matrice, un peu épais, pour arborer un avers équestre de belle facture et d’allure assez dynamique qui révèle l’extrême habileté de son orfèvre, lequel est parvenu à faire apparaître distinctement l’écu et la bannière au bandé.

  • 37 La bannière rectangulaire se retrouve sur les sceaux de la famille de Montfort, notamment celui d’A (...)
  • 38 Quelques princes seulement ont choisi le thème du château comme centre de pouvoir. Le duc de Bourgo (...)

23Progressons en altitude (fig. 2). Sur le revers de ces empreintes de cire, les Raimond de Turenne sont les seuls à évoquer explicitement le chef-lieu de la vicomté et son assise territoriale, castrale, à travers l’adoption, inaccoutumée dans les sceaux de l’aristocratie laïque, du type topographique37. Malgré l’extrême stylisation de la composition, on distingue clairement un château posé sur un piton rocheux, rocca qui paraît nettement plus carrée qu’à Bruniquel. La fortification perchée est dotée d’une porte ouverte, placée en position latérale, sur le rempart crénelé38. Derrière, se découpent deux tours d’angle et un donjon central dont le toit, surmonté d’une sorte de coupole, établit un lien tout symbolique avec la croisette de la légende : il pourrait s’agir d’un édifice religieux, comme par exemple une chapelle castrale. Le contenu de la légende est particulièrement informatif puisqu’il confirme le prédicat territorial et sa singularité topographique : + castrum Turenne in rupe situm.

Fig. 2 : revers du sceau de Raimond IV de Turenne (1236)

  • 39 À propos de ce donjon circulaire appelé tour « de César », voir Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux-f (...)
  • 40 Ailleurs, P. Bony observe que parfois le rocher portant le château seigneurial est représenté sur l (...)

24Manifestation extérieure de puissance, cet exemple, qui constitue un unicum, indique bien l’ancrage lignager des vicomtes de Turenne dans un castrum identifié comme étant leur forteresse éponyme. Cette figuration illustre également un pouvoir construit tout autour d’une dialectique de la hauteur, à travers trois niveaux de verticalité qui exacerbent cette suprématie de l’autorité vicomtale : la roque, le rempart, les tours. Instrument de pouvoir portant son ombre sur un territoire, le château acquiert une valeur symbolique en tant qu’expression du ressort châtelain et lieu où les vassaux viennent se plier au rituel de l’hommage. Le double message de l’empreinte exprime à la fois une autorité politique sur le district d’une châtellenie mais également une autorité militaire expressément soulignée à l’avers du sceau – le droit du seigneur à lever des troupes et à les mener au combat – à travers la représentation du chevalier banneret. Le caractère castral de la puissance des Turenne est mis en valeur, à l’instar de ce que pratiquent les seigneurs détenteurs de châteaux, parce que le site est une forteresse publique ancienne, en limite de frontière. Sans doute aussi parce que cette famille ne rencontre pas de concurrence politique, plus précisément épiscopale, comme cela apparaît dans les vicomtés nées dans une cité comme à Marseille, Narbonne, Béziers ou Limoges. En outre, au XIIIe siècle, le caput castri connaît une campagne d’aménagements importants dont on voit encore en partie les ruines : le sceau pourrait témoigner de cette reconstruction du cadre fortifié, affirmation monumentale que les Raimond font graver avec fierté sur la matrice de leur sceau39. Il y a donc ici une adéquation entre le titre et la forteresse, Turenne est un bel exemple de châtellenie-vicomté qui s’identifie à un site emblématique, à un lieu symbole de prestige, un prestige qui se construit par et dans le castrum, point de départ d’une fortune féodale qui s’affiche également à Martel40.

DEBOUT, EN MANTEAU DE VAIR : L’EFFIGIE DE LA VICOMTESSE

  • 41 Sur les Turenne, voir la communication de D. Delhoume et Ch. Rémy dans le présent volume. Le sceau (...)

25Quittons le sceau au masculin pour contempler l’image du pouvoir au féminin. Si les épouses des comtes de Toulouse commencent à sceller dans les années 119041, les vicomtesses ne tardent guère à les imiter : Ermengarde appose son sceau au bas d’une charte-partie de 1193. Sur cette empreinte, se disait-elle vicomtesse « par la grâce de Dieu » ? Quelles armes portait-elle ? Une figure distincte du plain arboré par les descendants de Pierre de Lara ? Autant de conjectures sans réponses. Mais d’autres vicomtesses méridionales ont scellé : trois empreintes datant du milieu du XIIIe siècle autorisent quelques observations.

  • 42 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 320 ; en Rouergue, les premières femmes qui scellent au début (...)
  • 43 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 203, 209 et 353.

26En 1263, Philippa d’Anduze, vicomtesse de Narbonne, se présente aux yeux de tous dans un sceau en navette de 60 mm. Debout, en manteau de vair, elle tient une fleur de lys dans la main droite. Représentation somme toute assez classique pour les femmes de la haute aristocratie, conventionnelle même. Dans l’espace libre du champ, elle est accostée de deux croix de Toulouse : Philippa est la petite-fille de Constance de Toulouse, laquelle était l’une des filles que le comte Raimond VI avait donnée en mariage à Peire Bermond VI de Sauve42. Dans la légende, Philippa s’intitule vicomtesse de Narbonne sans toutefois pouvoir ajouter à ce titre la formule de dévotion « par la grâce de Dieu ». Elle possède également un contre-sceau armorié dans lequel s’inscrit l’écu plain des Narbonne. Elle y complète sa titulature, identique à celle de son époux Amalric Ier : domine Narbone. Philippa porte donc les mêmes titres que son mari mais c’est sa prestigieuse ascendance raimondine et son origine comtale qui sont affirmées aux dépens des armes vicomtales de son conjoint, reléguées sur la face cachée de l’empreinte, en format réduit. De la même façon, à la fin du XIIe siècle, son aïeule Jeanne Plantagenêt, quatrième épouse de Raimond VI et mère de Raimond VII, mettait en avant sa noble origine : elle possédait une matrice de sceau qui lui permettait, à l’avers, de figurer debout, couronnée, tout en se présentant comme la fille du défunt Henri, roi d’Angleterre ; au revers, en position de majesté et portant tous les titres de son mari dans la légende, elle trônait en tenant ostensiblement une croix raimondenque de la main droite43.

27Debout, revêtue d’un manteau de vair et tenant un oiseau au poing, Marguerite de Bourgogne, vicomtesse de Limoges, épouse de Gui VI dit le Preux, figure en 1268 sur un grand sceau en navette de 80 mm. Cette taille ne doit pas surprendre, elle s’explique par les titres et les armoiries arborées par cette femme : dans le champ, à sa droite, un écu qui semble un échiqueté et, à sa gauche, un écu aux armes de Bourgogne. Son origine ducale est clairement affirmée par la légende : « Marguerite, fille du duc de Bourgogne, vicomtesse de Limoges. » Le contre-sceau armorié contient les armes des vicomtes de Limoges : un parti à trois lions rampants et au bandé.

28Le dernier exemplaire conservé échappe au schéma figuratif des deux précédents. Il s’agit du sceau d’Hélis, vicomtesse de Turenne, appendu sur une charte de 1247. Comme les empreintes des vicomtes de Turenne, dont il reprend la forme ronde, celui-ci est tout aussi singulier. Même s’il est sérieusement endommagé (la légende est détruite), on distingue encore à l’avers une femme assise fièrement sur un cheval. L’autre face offre un contre-sceau contenant la légende secretum meum ; dans le champ, un château à deux tours, avec un donjon central, évoque la silhouette de la forteresse familiale.

  • 44 Idem., p. 320-321.

29Ces trois sceaux de princesses correspondent aux différentes observations qui ont été relevées, il y a maintenant plus d’une décennie44. Elles peuvent s’appliquer à nos exemples. Tout d’abord, seulement quelques sceaux féminins de la haute aristocratie ont été conservés : environ 5 % par rapport aux sceaux masculins. Les dames n’ont pas la même latitude que leurs maris pour sceller, cet usage demeure réservé à des situations juridiques particulières. Ensuite, il apparaît que les vicomtesses sont définies par rapport aux hommes, offrant à la vue l’image d’un déséquilibre entre ce qu’elles sont et ce qu’elles devraient être. Ainsi, leur place dans la structure lignagère est fortement rappelée par la présence des armoiries du mari et du père, à droite et à gauche de son effigie. Enfin, il est indéniable que la représentation en pied ne porte aucun élément faisant mention explicite de leur aptitude à gouverner au sein de la société médiévale, à la différence du cavalier en armes. Ces dames de grand parage, comme l’indique le manteau de vair, sont cantonnées à un rôle biologique en relation avec la vitalité du lignage d’origine et de celui qui la reçoit, ce que confirme le geste stéréotypé – quasiment une norme – de la femme tenant une fleur de lys ou un rameau dans la main droite. La parenté de cette image végétale avec l’arbre de Jessé en fait une évocation de la fondamentale continuité de la lignée et rappelle la nécessaire fonction procréatrice des femmes de haut rang dont le mode de vie aristocratique et la beauté physique trouveraient, toutefois, aussi son expression à travers l’oiseau de proie tenu au poing gauche. Le sceau féminin propose donc un modèle de dame souvent hiératiquement figé, à l’image de la position conventionnelle de la main gauche qui, passant à la hauteur de la poitrine, se referme délicatement sur l’attache du manteau.

***

  • 45 B. Bedos-Rezak, « Women, Seals, and Power in Medieval France, 1150-1350 », dans M. Erler, M. Kowale (...)
  • 46 Des empreintes de sceaux sont disparues à jamais mais certains vidimus du XIIIe ou du XIVe siècle d (...)

30Au terme de ce rapide tour d’horizon d’un corpus limité, dont les données ne peuvent être que très relatives dans leurs caractères généraux45, on peut constater qu’il n’y a pas de spécificité du sceau vicomtal. Dans l’immense majorité des cas, les types équestres et héraldiques sont des choix prioritaires chez les membres de l’élite car ils ont le pouvoir d’exprimer les traits essentiels de leur fonction militaire ainsi que leur domination sur un agrégat de châtellenies, points nodaux des hommages et des chevauchées. À l’évidence, certains aristocrates de vieille souche jouent, plus que d’autres, dans la cour des comtes, mais sans pour autant laisser sourdre une quelconque velléité d’usurpation du titre. Aussi, rares sont les sceaux adoptant des modèles autres que l’image du chevalier au galop ou de l’écu armorié. Quelques cas particuliers comme les empreintes conservées pour Turenne et Bruniquel semblent inviter à croire qu’il y aurait parfois une nuance à établir entre vicomté castrale, châtelaine, dont le sceau affirme le cadre territorial, et vicomté ayant une emprise urbaine, « civitale », plus proche d’une classique représentation en vigueur chez les dynasties comtales mais où la ville est symboliquement absente des matrices car elle fait l’objet d’une concurrence bipolaire avec l’évêque. Dans ce sens, on doit noter que certains chefs-lieux de vicomtés reprennent les armoiries de leurs princes : l’avers de Béziers est orné d’un cavalier aux raves des Trencavel, celui de Martel galope en tenant la bannière rectangulaire frappée du bandé des Turenne, l’avers de Lectoure porte le fier bélier des Vézian46.

  • 47 B. Bedos, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. t. 1. Les sceaux des villes, Paris, 1980, no 123 (...)
  • 48 F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Mâcon, 1938, p. 249, no 628 et 629.
  • 49 Sceau rond (65 mm) de Bernard V d’Anduze : avers équestre à l’épée avec un lion rampant sur l’écu ( (...)
  • 50 Ils sont imités, un quart de siècle plus tard, par les comtes de Forcalquier : vers 1193-1198, le r (...)
  • 51 Titres portés par Bernard Pelet d’Anduze en 1013 et par son petit-fils, Pierre, en 1077 (H. Débax, (...)

31S’il y a affirmation de l’autorité féodale et châtelaine, comme à Bruniquel, à Turenne ou encore à Murat (les armes aux trois murs), il n’y a pas cependant de références explicites à des prérogatives liées au domaine seigneurial, comme au nord de la Loire, où les vicomtes de Thouars ont adopté, au début du XIIIe siècle, le type équestre de chasse pour manifester certains droits spécifiques qu’ils détenaient sur les forêts47. Ce motif est pourtant précocement adopté au XIIe siècle par les membres d’une grande famille du Midi, celle des seigneurs d’Anduze, maîtres des Cévennes frappant monnaie à Sommières. Dès 1174, au revers de leur sceau, ils troquent la sévère cotte de mailles pour d’amples habits de chasse : armé d’un solide épieu, s’époumonant à souffler du cor, le seigneur gambade en compagnie de son chien48. À la tête des marches sylvestres hérités d’anciens comtés carolingiens mais dépourvus de titre comtal ou vicomtal49, les Anduze ont choisi un thème cynégétique qui leur permet de se démarquer du reste de l’aristocratie méridionale50. On n’en attendait pas moins des « marquis et satrapes » de la montagne cévenole51

Notes

1 M. Pastoureau, « Le doigt dans la cire. Cent mille empreintes digitales médiévales », Micrologus, no XIII, 2005, p. 331-344.

2 B. M. Bedos-Rezak, « Medieval Identity : A Sign and a Concept », The American Historical Review, vol. 105, 2000, p. 1488-1533 ; « Signes d’identité et principes d’altérité au XIIe siècle. L’individu, c’est l’autre », dans B. M. Bedos-Rezak et D. Iogna-Prat (dir.), L’individu au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 43-57 ; « L’au-delà du soi. Métamorphoses sigillaires en Europe médiévale », Cahiers de Civilisation Médiévale, no 196, 2006, p. 337-358.

3 Les médiévistes ont à leur disposition un instrument de travail précieux : L.-C. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, Paris, 1863, 1867 et 1868. (coll. Inventaires et documents des Archives de l’Empire) [ouvrage dorénavant cité sous la référence abrégée DA]. Pour les zones méridionales, les répertoires de sceaux demeurent encore assez rares : L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille-Paris, 1860 ; P. La Plagne Barris, Sceaux gascons du Moyen Âge, Paris-Auch, 1888-1892 ; Inventaire des sceaux des Archives Départementales de la Haute-Garonne réalisé par A. de Font-Réaulx et A. Philippe en 1967-1968 (dactylographié) ; M. de Framond, Sceaux rouergats du Moyen Âge, Rodez, 1982.

4 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits des Trencavel (1185 et 1202) », Annales du Midi, no 247, 2004, p. 377-391.

5 Sceau d’Amalric Ier (HGL, 1re éd., t. V, no 42, planche V) ; une empreinte de 1254 se trouve aux archives municipales de Montpellier (M. Oudot de Dainville, Sceaux conservés dans les archives de la ville de Montpellier, Montpellier, 1952, p. 94-95).

6 G. P. Cuttino, J.-P. Trabut-Cussac, Gascon register A, t. II, Londres, 1975, p. 466, no 135 ; p. 612, no 278. En 1263, Saurine, la femme de Raimond Trencavel, portant le titre de vicomtesse, scelle un instrument aux côtés de son mari (HGL, 3e éd., t. VIII, col. 1510).

7 Cependant, quelques actes de la pratique montrent que Roger II scelle depuis 1180 (L. Macé, « Par le tranchant, la rave et l’hermine. Pouvoir et patronyme : les sceaux des Trencavel (XIIe-XIIIe siècles) », Cahiers de Civilisation Médiévale, à paraître.

8 En 1150 pour les comtes de Barcelone et de Provence, en 1156 pour les comtes de Toulouse ; les princes méridionaux commencent à sceller dans les années 1140 : c’est le cas pour les comtes de Clermont, d’Angoulême, de Rodez (J.-L. Chassel, « L’usage du sceau au XIIe siècle », dans F. Gasparri (éd.), Le XIIe siècle. Mutations et renouveau en France dans la première moitié du XIIe siècle, Paris, 1993, p. 67).

9 La vicomtesse de Narbonne corrobore de son sceau un acte du mois de mars 1193 (J. Caille, « Ermengarde, vicomtesse de Narbonne (1127/29-1196/97). Une grande figure féminine du Midi aristocratique », dans La femme dans l’histoire et la société méridionales, 66e congrès de la Fédération historique de Languedoc-Roussillon, Narbonne, 1994, p. 25) ; bulles et sceaux sont attestés sous le principat du vicomte de Marseille Raimond Geoffroi (1178-1192), appelé Barral (H. de Gérin-Ricard, E. Isnard, Actes concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants, Monaco-Paris, 1926, p. LXVI : B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, no 901, acte daté de 1188).

10 Chassel, « L’usage du sceau… », p. 69-70 ; M. Aurell, « Autour de l’identité héraldique de la noblesse provençale au XIIIe siècle », Médiévales, no 19, 1990, p. 17-27.

11 Chez les vicomtes de Béziers, la double représentation équestre est abandonnée après l’intervention royale qui oblige la dynastie à changer d’armoiries et à adopter le type armorial (L. Macé, « Par le tranchant, la rave… »).

12 B. Bedos, « Signes et insignes du pouvoir royal et seigneurial au Moyen Âge : le témoignage des sceaux », dans Les pouvoirs de commandement jusqu’à 1610, actes du 105e congrès national des sociétés savantes, Caen, 1980, Paris, 1984, p. 47-62 ; P. Bony, « L’image du pouvoir seigneurial dans les sceaux : codification des signes de la puissance de la fin du XIe au début du XIIIe siècle dans les pays d’Oïl », dans Seigneurs et seigneurie au Moyen Âge, actes du 117e congrès national des sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Paris, 1993, p. 489-523.

13 M. Pastoureau, « De gueules plain. Perceval et les origines héraldiques de la maison d’Albret », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, 1990-1991, no 60-61, p. 63-81, cf. n. 1.

14 H. de Gérin-Ricard, E. Isnard, Actes…, p. LXVI ; M. Aurell, « Autour de l’identité… », p. 19-20.

15 É. Jolibois, « Sigillographie », Revue historique, scientifique et littéraire du Département du Tarn, vol. 2, 1878-1879, p. 206-211 et p. 222-226 ; les sceaux de ces vicomtes sont décrits p. 208 ; D. Watin-Grandchamp, L. Macé, « Vestiges d’un monde aristocratique : une nécropole familiale dans un garage et une salle d’apparat dans le grenier d’une ancienne abbaye ? », Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, t. XXXVI, 2005, p. 169-184.

16 P. La Plagne Barris, Sceaux gascons…, p. 181-183.

17 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits… ».

18 H. de Gérin-Ricard, E. Isnard, Actes…, p. LXVI.

19 La chanson de la croisade albigeoise, E. Martin-Chabot (éd.), Paris, 1961, t. III, p. 243-247.

20 R.-H. Bautier, « Le cheminement du sceau et de la bulle, des origines mésopotamiennes au XIIIe siècle occidental », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, 1984-1989, no 54-59, p. 41-84 ; ici p. 56.

21 M. Dalas, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. t. II. Les sceaux des rois et de régence, Paris, 1991, no 61, p. 140.

22 La titulature sigillaire accuse un certain retard par rapport aux usages diplomatiques : les vicomtes de Narbonne se disent dominus depuis 1071 : ils partagent effectivement la coseigneurie de la ville avec l’archevêque (voir la communication de J. Caille dans le présent volume).

23 H. Débax, L. Macé, « Deux sceaux inédits… ».

24 M. Gramain, « La composition de la cour vicomtale de Narbonne aux XIIe et XIIIe siècles », Annales du Midi, t. 91, 1969, p. 121-139.

25 En 1266, Gaston VII, bien que possédant un sceau de dimension moyenne (50 mm de diamètre), parvient à y faire inscrire ses titres : vicomte de Béarn, seigneur de Moncade et de Castet. Le sceau de Gaston VII est attesté depuis 1255 ; le vicomte Guilhem Ier de Moncade scelle depuis 1228 (G. P. Cuttino, J.-P. Trabut-Cussac, Gascon register A, p. 613, no 279 ; p. 628, no 294).

26 F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002 et la contribution de l’auteur dans le présent volume.

27 Voir la contribution de P. Chastang dans le présent volume.

28 H. Débax, La féodalité languedocienne (XIe-XIIe siècles). Serments, hommages et fiefs dans le Languedoc des Trencavel, Toulouse, 2003, p. 288.

29 Voir la contribution de J.-L. Boudartchouk dans le présent volume.

30 Les deux empreintes de sceaux intégrales, conservées dans le Trésor des chartes, pour le règne de Raimond VII (1229 et 1242) ont respectivement un diamètre de 80 et de 84 mm ; la légende, accompagnée de la formule de dévotion, ne porte plus le titre de duc de Narbonne qu’arboraient Raimond V, Raimond VI ainsi que leurs femmes, Constance et Jeanne (L. Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles. Rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, 2000, p. 294-297 ; p. 320-321). Peu de comtes méridionaux ont adopté la formule Dei gratia : on ne la retrouve pas sur les sceaux des comtes de Foix ou ceux des comtes de Provence du XIIIe siècle. Seuls les comtes de Comminges, proches parents des Raimondins, ont franchi ce pas en imitant les usages sigillaires toulousains. L’enquête est à poursuivre.

31 D. Watin-Grandchamp, L. Macé, « Vestiges… », p. 182-183.

32 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 86-89 ; sur la vicomté de Bruniquel, voir également la contribution de D. Panfili dans le présent volume.

33 L. Macé, « De Bruniquel à Lolmie : la singulière fortune de Baudoin de France et de Guillem de Tudèle au début de la croisade albigeoise », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Tarn-et-Garonne, t. CXXVI, 2001, p. 13-23.

34 Cf. l’œuvre d’Italo Calvino, Nos ancêtres, composée de la trilogie Le vicomte pourfendu, Le baron perché et Le chevalier inexistant.

35 Le sceau de Raimond IV est déjà mentionné en septembre 1235 dans un acte rédigé à Saint-Denis (A. M. Teulet, J. de Laborde, E. Berger, H. F. Delaborde, Layettes du Trésor des Chartes, t. II, Paris, 1866, p. 298, no 2404). L’empreinte répertoriée par Douët d’Arcq, et datée de façon erronée de 1211 ou de 1214, est en fait apposée au bas d’un hommage effectué en faveur du comte de Toulouse, le 12 août 1236, à Toulouse, pour le castrum novum de Matfred sur la Dordogne (ibidem, t. II, p. 323-324, no 2457).

36 Les vicomtes de Ventadour ornent leurs écus d’un échiqueté d’or et de gueules, émaux identiques à ceux des Turenne, rappelant ainsi les liens étroits qui unissent les deux familles.

37 La bannière rectangulaire se retrouve sur les sceaux de la famille de Montfort, notamment celui d’Amaury (1234) et de Guy (1226), respectivement fils et frère du fameux chef de la croisade contre les Albigeois (P. Bony, « L’image du pouvoir seigneurial… », planche no VII ; N. Civel, « Sceaux et armoiries de Simon de Montfort comte de Leicester et de la maison de Montfort », Revue Française d’Héraldique et de Sigillographie, t. 66, 1996, p. 83-103). Les vicomtes de Turenne n’interviennent pas en faveur des comtes de Toulouse pendant l’expédition croisée ; bien au contraire, ils viennent renforcer le contingent de Méridionaux qui, à la fin du printemps 1209, participe à la croisade quercynoise, dans le nord du Toulousain (M. Roquebert, L’épopée cathare. t. I. La croisade albigeoise, Paris, 20012, p. 237-241).

38 Quelques princes seulement ont choisi le thème du château comme centre de pouvoir. Le duc de Bourgogne, Hugues III, après son mariage, en 1184, avec l’héritière du Viennois, adopte un revers qui représente les murailles de Vienne comme l’indique la légende palacium Vianne. Il s’agirait là d’une imitation impériale (B. Bedos-Rezak, « Sceaux seigneuriaux et structures sociales en Dauphiné de 1170 à 1349 », dans Économies et sociétés dans le Dauphiné médiéval, actes du 108e congrès national des sociétés savantes, Grenoble, 1983, Paris, 1984, p. 30). En 1215, le comte de Foix montre au revers de son sceau équestre une représentation de son château comtal placé sur un rocher et baigné par les eaux de l’Ariège (DA, no 661 bis). Son fils ayant épousé Ermessende, héritière de la vicomté de Castelbon, il place, en 1241, entre les deux tours de la fortification, l’écu aux armes de la principauté pyrénéenne (DA, no 663 bis ; P. La Plagne Barris, Sceaux gascons…, p. 153-157).

39 À propos de ce donjon circulaire appelé tour « de César », voir Ch. Rémy, Seigneuries et châteaux-forts en Limousin, t. I, Le temps du castrum, Xe-XIVe siècles, Limoges, 2006, p. 98 et 100. De façon stéréotypée, la porte des châteaux représentés sur les sceaux se trouve toujours en façade, au centre de la partie maçonnée ; par ailleurs, cette entrée paraît généralement close. Le site de Turenne échappe à ces deux conventions sigillaires mais offre quelques similitudes avec le revers du sceau de la localité rouergate de Peyrusse (1243) sur lequel le château, dressé sur une hauteur abrupte, laisse apparaître une porte latérale qui s’ouvre dans la tour de gauche (M. de Framond, Sceaux rouergats…, p. 56, pl. 8 et p. 87-88).

40 Ailleurs, P. Bony observe que parfois le rocher portant le château seigneurial est représenté sur le sceau par l’intermédiaire d’un meuble héraldique, le roc d’échiquier, placé sous la monture du cavalier (« L’image du pouvoir seigneurial… », p. 502).

41 Sur les Turenne, voir la communication de D. Delhoume et Ch. Rémy dans le présent volume. Le sceau de Martel, en 1309, présente un avers équestre avec un cavalier brandissant la bannière des Turenne tandis que le revers est un type monumental : derrière les remparts du château, se trouvent un donjon et un édifice religieux ( ?) ; la porte à deux battants de l’enceinte est grande ouverte (cf. infra note 47).

42 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 320 ; en Rouergue, les premières femmes qui scellent au début du XIIIe siècle appartiennent à la famille comtale de Rodez (M. de Framond, Sceaux rouergats…, p. 28-29).

43 L. Macé, Les comtes de Toulouse…, p. 203, 209 et 353.

44 Idem., p. 320-321.

45 B. Bedos-Rezak, « Women, Seals, and Power in Medieval France, 1150-1350 », dans M. Erler, M. Kowalewski (éd.), Women and Power in the Middle Ages, Athens-London, 1988, p. 61-82 ; « Medieval Women in French Sigillographic Sources », dans J. T. Rosenthal (éd.), Medieval Women and the Sources of Medieval History, Athens, 1990, p. 1-35, dont nous résumons ici les analyses.

46 Des empreintes de sceaux sont disparues à jamais mais certains vidimus du XIIIe ou du XIVe siècle décrivent des scellements avec parfois des éléments exploitables ; cette source indirecte n’est pas à négliger.

47 B. Bedos, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. t. 1. Les sceaux des villes, Paris, 1980, no 123, p. 120 (1226) ; no 393 bis, p. 309 (1309) ; no 350, p. 277 (1303).

48 F. Eygun, Sigillographie du Poitou jusqu’en 1515, Mâcon, 1938, p. 249, no 628 et 629.

49 Sceau rond (65 mm) de Bernard V d’Anduze : avers équestre à l’épée avec un lion rampant sur l’écu (DA, no 1187) ; dessin dans HGL, 1re éd., t. V, no 55, pl. VI (L. Macé, « Icône du saint, figure du héros : la déclinaison du cor sur les sceaux et les monnaies dans la Provence et le Languedoc des XIIe-XIIIe siècles », dans L. Macé (éd.), Entre histoire et épopée. Les Guillaume d’Orange (IXe-XIIIe siècles), Toulouse, 2006, p. 152-153).

50 Ils sont imités, un quart de siècle plus tard, par les comtes de Forcalquier : vers 1193-1198, le revers du sceau de Guilhem IV le montre poursuivant un héron, un oiseau de proie au poing gauche et un chien courant entre les jambes de sa monture (L. Blancard, Iconographie des sceaux…, pl. 3, no 3 ; pl. 3 bis no 3 (1206) ; pl. 18, no 2, (bulle de 1206)).

51 Titres portés par Bernard Pelet d’Anduze en 1013 et par son petit-fils, Pierre, en 1077 (H. Débax, La féodalité…, p. 28, n. 39).

Notes de fin

1 Les références bibliographiques et les notes infra-paginales sont reportées dans l’annexe 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Sceau de Bertrand de Toulouse, frère du comte Raimond VII (1243)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/11001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2 : revers du sceau de Raimond IV de Turenne (1236)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/11001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search