Version classiqueVersion mobile

Vicomtes et vicomtés

 | 
Hélène Débax

Du modèle comtal à la « Châtelainisation »

Les vicomtes provençaux aux xe-xiiie siècles

Florian Mazel

Texte intégral

  • 1 Abréviations : ACP : Catalogue des actes des comtes de Provence, annexe inédite de la thèse de J.-P (...)

1Au IXe siècle, la Provence, pourtant constituée d’une multiplicité de cités, est gouvernée par un seul « super-comte », héritier de l’ancien patrice, en collaboration avec l’archevêque d’Arles. Ce comte est alors assisté dans les plus importantes cités par un vicedominus ou un vicarius, lieutenant du comte installé de manière temporaire. On connaît ainsi un vicedominus Massiliensis et un vicarius Arelatensis. La concentration du pouvoir comtal perdure par-delà les troubles de la fin du IXe et de la première moitié du Xe siècle et l’intégration de la Provence au royaume rodolphien de Bourgogne, au profit d’une dynastie fondée par le comte Boson et ses fils Guilhem et Roubaud, attestée à partir des années 950-960. La principale résidence de ces comtes est la cité d’Arles, qui est parfois explicitement mentionnée dans leur titulature1.

  • 2 Pour les références concernant les vicomtes de Marseille, voir F. Mazel, La noblesse et l’Église en (...)

2C’est dans ce contexte que les premiers vicomtes font leur apparition, à la fin du Xe siècle. Les plus connus sont les vicomtes de Marseille en raison de leur envergure, de leur longévité et de leur rôle dans la restauration du monastère Saint-Victor, dont les archives constituent de loin la principale source pour la région2. Ils représentent pourtant un cas original : la plupart des vicomtes de cette première génération sont encore les lointains successeurs des vicedomini de l’époque carolingienne. En revanche, dans les années 1040, une deuxième génération apparaît, qui se trouve, comme les vicomtes de Marseille, à l’origine de véritables lignées vicomtales attachées à une cité. Les vicomtes provençaux reproduisent alors à moindre échelle un modèle comtal.

3L’usage du titre vicomtal dissimule toutefois encore des réalités sociopolitiques diverses, que seule rapproche une commune fragilité face aux pouvoirs comtal et épiscopal. Cette fragilité est plus ou moins longue à se manifester en raison des très grandes inégalités de puissance, dès les origines, des différentes familles vicomtales. Mais de manière générale la catégorie vicomtale, polarisée de manière excessive sur les cités, apparaît minée par la réforme grégorienne et l’essor de la seigneurie épiscopale. Menacés par la nouvelle souveraineté de la puissance comtale, ignorés par l’idéologie ecclésiale des pouvoirs civils – qui valorise les « vrais » princes, ducs et comtes, avant de revaloriser les rois – et finalement exclus des villes par les premiers consulats, les derniers vicomtes provençaux sont peu à peu relégués, au cours des XIIe et XIIIe siècles, au rang de simples seigneurs castraux.

GÉNÉRATIONS ET LIGNÉES VICOMTALES

Les premiers vicomtes

  • 3 Poly, p. 45-46 : 916, à Avignon : vicomte Hugues, aux côtés du comte Boson, frère du marquis Hugues (...)
  • 4 Contra E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xe -début XIIe si (...)
  • 5 La Provence…, p. 117.

4Les premiers vicomtes sont mentionnés au Xe siècle, principalement dans la seconde moitié du siècle et presque toujours dans la suite d’un comte3. Aucun d’entre eux n’est explicitement associé à une cité ou un territoire, aucun non plus ne transmet la fonction ni le titre à ses enfants4. Comme Jean-Pierre Poly l’avance, il est vraisemblable que ces vicomtes sont toujours les lieutenants uniques du comte, qui le suivent partout5.

  • 6 La notice de La Cadière (CSV no 77), rédigée vers 984/1001-1004, renvoie à des événements des année (...)

5Toutefois, au sein de cette première vague, un cas se distingue nettement : celui des vicomtes de Marseille (fig. 1). Guilhem, fils d’Arlulf, porte le titre de vicomte dès 977. Il s’agit de manière presque certaine d’une concession du comte Guilhem II, destinée à lui attacher une famille jusque là avant tout fidèle du roi. Il s’agit aussi du premier titre vicomtal explicitement associé à une cité, en l’occurrence Marseille : nous en avons la preuve dès 1001-1004 (vicecomes Massilie), mais le fait est peut-être antérieur6. Enfin, le titre et la fonction se transmettent de manière héréditaire dès le début du XIe siècle. On se trouve donc en présence d’une véritable dynastie vicomtale, attachée à la cité de Marseille, et appelée à durer plus de deux siècles, ce qui représente une véritable exception parmi tous les vicomtes provençaux.

6La famille qui bénéficie de cette configuration au tournant des Xe et XIe siècles est bien connue. Peut-être d’origine viennoise, elle doit son implantation en Provence à la faveur du roi rodolphien de Bourgogne qui, en 950, concède à Arlulf, son homo, une partie du fisc du comitatus de Marseille : la curtis cum turris fiscale de Trets. Avant de recevoir le titre vicomtal et les droits comtaux sur Marseille, cette famille contrôlait déjà le siège épiscopal, probablement aussi grâce à la faveur royale : Honorat, fils d’Arlulf et frère aîné de Guilhem, est attesté comme évêque de Marseille dès 954. Le contrôle d’une partie du fisc et de l’episcopatus marseillais précède ainsi l’acquisition du vicecomitatus et semble l’avoir favorisé. Le siège épiscopal demeure entre les mains du groupe familial jusqu’à la fin du XIe siècle, instituant une sorte de co-gouvernement de la cité de Marseille : tandis qu’un frère, probablement l’aîné, est évêque, un ou plusieurs cadets sont vicomtes. Le titre et la fonction de vicomte, comme les fiscs qui leur sont associés, se transmettent en effet, à l’image de titre comtal, de manière indivise entre les fils du premier lit. Dans ce cadre, le groupe familial se distingue par une anthroponymie dynastique précoce et double : dès le début du XIe siècle, le nom Pons est attribué aux évêques, celui de Guilhem à l’aîné des vicomtes.

Les vicomtes des années 1040

  • 7 Poly, p. 202 : – Avignon : Bérenger (ancien judex d’Avignon, fils et petit-fils de judex) est dit « (...)

7Une deuxième série de vicomtes apparaît dans les années 1040, à l’initiative probable des comtes, à Avignon, Sisteron, Gap et Fréjus7. L’association à une cité devient systématique et la transmission héréditaire fréquente. Le titre est souvent porté dans le cadre d’une indivision par plusieurs frères, comme avec Bérenger II, Rostaing, Laugier et Guilhem, fils de

  • 8 Pour les références concernant les vicomtes d’Avignon, voir G. de Manteyer, La Provence
  • 9 Voir la généalogie dans E. Magnani Soares-Christen, Monastères…, p. 504.
  • 10 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit, Rome, 1988, p. 34-35.
  • 11 Un serment de fidélité est prêté par Jaufré, à la suite d’un conflit, en 1146 : G. Giordanengo, Le (...)

8Bérenger I, tous vicomtes d’Avignon dans les années 1065-10908. On a bien l’impression que le précédent des vicomtes de Marseille a constitué pour les comtes un modèle. Toutefois, ces nouveaux pouvoirs vicomtaux se révèlent rapidement plus fragiles. Leur durée de vie est limitée. À Sisteron, le titre disparaît au tournant des XIe et XIIe siècles, au bout de deux ou trois générations, après avoir fait un détour au profit des vicomtes d’Avignon, parents par alliance. À Fréjus, il s’évanouit avant la fin du XIe siècle, au bout de deux générations seulement9. Lorsqu’il se maintient plus longtemps, comme à Avignon, cela n’empêche pas un affaiblissement rapide du pouvoir de ses détenteurs (fig. 2). Après le co-gouvernement des quatre fils de Bérenger I dans les années 1065-1090, c’est la veuve de Rostaing Bérenger, Ermessende, qui porte le titre de vicomtesse dans un serment prêté à la comtesse Alix en 1101/110510. Le titre vicomtal est ensuite attesté vers 1130-1142, en 1146 et 1195, au profit de son fils Jaufré et de son petit-fils Bérenger, puis il disparaît. On est donc en présence d’une lignée vicomtale d’un siècle et demi environ. Cependant, son pouvoir s’étiole rapidement, privant le titre de toute substance. Les droits sur les châteaux de Mane et Forcalquier, attestés dans le serment de [1101-1105], sont perdus peu après, sans doute en raison de leur récupération par les derniers descendants de la première maison comtale de Provence repliés sur le nouveau comté de Forcalquier. Les droits vicomtaux sur la cité d’Avignon sont à leur tour absorbés par l’évêque et surtout par le consulat, bénéficiaire, peu avant 1129, du retrait du comte de Forcalquier. Les derniers vicomtes et leurs descendants deviennent, de fait, les simples vassaux de l’évêque d’Avignon à Pont-de-Sorgues et Châteauneuf-Calcernier (futur Châteauneuf-du-Pape)11 ou bien s’intègrent, en ville, au groupe des chevaliers citadins à Avignon ou Forcalquier.

  • 12 CSV no 1089.

9Les vicomtes de Gap représentent un cas de figure original (fig. 3). Isoard, le petit-fils du premier vicomte, porte le titre de comte au début des années 1080 dans la célèbre notice victorine de Chorges12. Si l’on en croit par ailleurs le récit des chroniqueurs de la première croisade, il figure comme comte de Die dans l’entourage de Raimon IV de Saint-Gilles. Sans doute a-t-il acquis ou usurpé le titre comtal au moment de la faillite du comte Bertran II de Provence, du décès d’Ermengol d’Urgell, et de l’excommunication et du décès d’Huc de Toulouse. Le soutien qu’Isoard apporte à Raimon IV dans son entreprise de récupération des droits comtaux de Provence à partir de 1095 lui a certainement valu de voir reconnaître officiellement ses prétentions. Lui et ses descendants portent ensuite le titre de comte de Die, dans la fidélité raimondine. En acquérant ainsi un statut comtal (mais de comtes subalternes), ils abandonnent logiquement le titre de vicomte de Gap.

  • 13 CSV no 1110 : il s’agit d’un hapax en Provence (le prédicat territorial n’est pas une cité), qui s’ (...)
  • 14 Cette adoption du titre vicomtal a sans doute un lien avec son engagement aux côtés de Raimon VII ( (...)

10Aux XIIe-XIIIe siècles, aucune nouvelle lignée de vicomtes n’apparaît plus en Provence, même si quelques individus revendiquent ponctuellement le titre, tels le vicomte d’Esparron, attesté en 117713, ou Gui de Cavaillon en 122614.

L’ESPACE VICOMTAL ENTRE CITÉ ET PAYS

Vicomtes et cité : l’influence du modèle comtal

  • 15 F. Mazel, « De l’emprise aristocratique à l’indépendance monastique : patrimoine et culte des saint (...)
  • 16 M. Fixot, « Saint-Victor, saint Victor, à propos d’un livre récent », dans Marseille. Trames et pay (...)

11La première association d’un titre vicomtal et d’une cité concerne les vicomtes de Marseille, mentionnés comme vicecomes Massilie ou vicecomes civitatis Massiliensis au début du XIe siècle. La vigueur idéologique de l’attachement de la famille à la cité ressort en particulier du rôle qu’elle joue dans le renouveau du culte de Victor, considéré par le premier vicomte, Guilhem I, comme son patron privilégié, et par l’ensemble du groupe familial comme le saint protecteur de toute la cité15. Comme l’a noté Michel Fixot, les chartes de donation émanant du groupe familial soulignent fréquemment le lien entre le monastère, le culte de Victor et la civitas de Marseille. En 1001, l’évêque et le vicomte précisent par exemple que le monastère jouxte « leur » cité16. De manière plus large, évêques et vicomtes sont directement à l’origine de la refondation de la communauté victorine, de la construction du sanctuaire et des bâtiments monastiques et de la reconstitution du temporel, des années 974-977 au milieu du XIe siècle.

  • 17 Poly, p. 199-204.
  • 18 O. Guyotjeannin, « La seigneurie épiscopale dans le royaume de France (Xe -XIIIe s.) », dans Chiesa (...)

12Le lien entre cité et pouvoir vicomtal se généralise avec la seconde génération de vicomtes à partir des années 1040. Si l’on suit l’hypothèse séduisante de Jean-Pierre Poly, fondée sur la coïncidence chronologique avec l’adoption de la trêve de Dieu et sur la situation seigneuriale des cités de Gap et Sisteron au XIIe siècle, cette généralisation découlerait d’une véritable stratégie comtale : dans le cadre de la trêve, le comte aurait concédé une part de la justice des cités aux évêques et leur aurait associé les vicomtes comme « bras séculier ». Cela expliquerait que les nouveaux vicomtes tiennent leurs biens et droits des évêques et que la part des cités relevant des évêques au XIIe siècle (la moitié, l’autre moitié appartenant au comte) soit elle-même divisée entre la seigneurie directe des évêques et un fief ou un honneur vicomtal17. Cette hypothèse pose toutefois deux problèmes majeurs. D’une part, l’on ne connaît qu’un seul cas, fort particulier (Mende), où un évêque obtient des pouvoirs de justice dans le cadre de la trêve de Dieu. D’autre part, la plupart des évêques du milieu du XIe siècle ne peuvent guère être considérés comme les fidèles des comtes : on comprend mal pourquoi ceux-ci leur auraient aussi généreusement abandonné une part de leurs prérogatives18. Si nous n’en connaissons donc pas les modalités concrètes, il reste malgré tout que l’implantation de ces nouveaux vicomtes semble bien renvoyer à la volonté des comtes de développer leur emprise au-delà de la Provence rhodanienne, en s’inspirant du modèle marseillais.

13Seules quelques cités provençales sont dotées de vicomtes. Logiquement nous n’en trouvons pas à Arles qui tient lieu de capitale régionale et de principale résidence comtale depuis le IXe siècle au moins et jusqu’à l’émergence d’Aix à la fin du XIIe siècle. Les lignées vicomtales les plus vigoureuses se rencontrent à Avignon et surtout Marseille, c’est-à-dire dans les deux autres cités les plus importantes du comté en termes de prestige, de droits fiscaux, d’activités économiques, de population aussi. Les autres vicomtes sont institués dans des cités récemment restaurées et reprises en main par les comtes en Provence orientale et septentrionale : Fréjus, Sisteron et Gap. Il n’y a pas de vicomtes dans les cités dominées par les grandes familles seigneuriales et qui échappent complètement à l’emprise comtale comme Apt, Orange, Vaison, Cavaillon, Aix, Riez… En fait, les vicomtes restent les auxiliaires des comtes dans les cités qui leur sont attachées, mais où ils ne résident pas. Une telle fonction explique le développement précoce de liens de fidélité formalisés entre comtes et vicomtes dans un contexte provençal où les relations féodales sont par ailleurs encore très rares. Les biens des vicomtes de Marseille sont par exemple clairement reconnus comme des bénéfices et des fiefs dès le milieu du XIe siècle (1038 et 1044), tandis que le serment féodal de la vicomtesse Ermessende de 1101/1005 est l’un des tout premiers conservés pour la région d’Avignon.

14Quelle est la nature des prérogatives vicomtales exercées dans les cités ? Le cas le mieux connu est encore celui des vicomtes de Marseille. Avant 972-977, le groupe familial contrôlait déjà l’episcopatus qui impliquait le contrôle de l’abbatia Saint-Victor. L’acquisition du titre vicomtal entraîne le contrôle de tous les biens et droits fiscaux dans la cité et ses abords, c’est-à-dire les fortifications, la justice, le tonlieu, les salines et les droits sur le port, le fisc dit de Pinus aux portes orientales de la cité. Le commerce marseillais n’ayant jamais cessé ces droits constituent une source de richesse assez considérable : il n’est pas anodin que le château vicomtal – que l’on appelle le palais du Tholonée à la fin du XIIe siècle – se soit élevé sur le lieu du tonlieu, à l’est de la cité, et non au Château-Babon, probable ancienne fortification épiscopale du IXe siècle, située sur le front de mer. Cette richesse explique en grande partie le rang prééminent qu’occupent les vicomtes de Marseille dans l’aristocratie provençale. Elle favorise aussi sans doute la poursuite de la pratique de l’indivision, imitée du modèle comtal.

  • 19 Les Ancelme Fer sont les bailes des vicomtes dans la cité de Marseille à la fin du XIIe et au début (...)

15L’indivision explique à son tour que les vicomtes aient eu recours, à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle au moins, à un baile, choisi dans une famille de chevaliers de la cité, les Ancelme Fer19. En retour, la présence vicomtale dans la ville, en y perpétuant un centre de consommation et de dépense aristocratique actif, n’a pu que dynamiser la croissance économique et démographique de la cité. Marseille reste en effet la première résidence des vicomtes jusqu’à la fin du XIIe siècle et devient même à cette époque le siège d’une petite cour brillante. Les prérogatives des autres lignées vicomtales demeurent pour l’essentiel dans l’obscurité. Le contrôle d’une forteresse urbaine semble aller de soi, comme en témoigne le cas des vicomtes d’Avignon, maîtres du château comtal de la cité. Mais ces vicomtes détiennent aussi le portus sur le Rhône et les droits sur la traversée en bac du fleuve, jusqu’à leur éviction par l’évêque et les consuls.

Le territoire vicomtal : vicomté ou seigneurie ?

  • 20 E. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252, 1278), Pa (...)
  • 21 CSV no 655 (1026).

16Cette focalisation sur les cités n’empêche pas les lignées vicomtales d’être toutes solidement implantées dans les campagnes environnantes. Chez les vicomtes de la deuxième génération, tous les biens ruraux en leur possession semblent antérieurs à l’acquisition du titre vicomtal : il s’agit donc de doubles seigneuries, castrale et vicomtale, les prérogatives liées au titre se limitant à la cité. La situation des vicomtes de Marseille est plus complexe. Ils possèdent dès 950 une partie du fisc comtal de Marseille située dans le comté voisin d’Aix, le val de Trets, qui représente le cœur domanial de la famille. L’acquisition du titre vicomtal a d’abord entraîné l’acquisition de tous les autres droits fiscaux du comté de Marseille. Puis l’expansion domaniale à l’est, après la reconquête du Freinet en 972, fait passer entre leurs mains de nombreux biens fiscaux des régions de Toulon et Fréjus. La restauration du siège épiscopal de Toulon à leur initiative dans les premières décennies du XIe siècle semble indiquer que le pagus de Toulon constitue alors un prolongement de celui de Marseille. Il y a une réelle homogénéité territoriale de cet espace, bien visible, en creux, sur la carte des droits comtaux au milieu du XIIIe siècle, dressée par Édouard Baratier à partir de l’enquête de Charles Ier d’Anjou : le comte ne possède rien dans le diocèse de Marseille, le val de Trets et la partie occidentale du diocèse de Toulon et tous les droits publics sont entre les mains des héritiers ou successeurs des anciens vicomtes (le monastère Saint-Victor, l’évêque, le chapitre et le consulat de Marseille, quelques descendants devenus simples seigneurs castraux)20. Cependant, aucun terme générique ne vient désigner ce conglomérat. L’expression « terra vicecomitalis », que l’on rencontre parfois au XIe siècle21, désigne une terre fiscale tenue par les vicomtes, jamais une circonscription territoriale globale.

  • 22 CSV no 930 : totam terram vicecomitatus Massiliensis pertinentem quocumque modo seipsos et ad domin (...)

17Le terme de vicecomitatus n’apparaît qu’une fois, de manière très tardive et dans un contexte exceptionnel, dans la charte de partage de la « seigneurie du Tholonée » de 121222. Ce texte doit être replacé dans le contexte de la croisade albigeoise et de la dissolution du pouvoir vicomtal face aux offensives de l’évêque et du consulat. Le partage de 1212 précède en effet toute une série de ventes séparées de leurs droits dans la cité par les différents vicomtes qui abandonnent peu à peu, après ces ventes, leur titre vicomtal. Dans la charte de 1212, l’expression « terra vicecomitatus Massiliensis » ne renvoie pas à une circonscription, mais bien à une série de seigneuries castrales, un ensemble de biens et de droits, une mense vicomtale polarisée par un château majeur, le palais du Tholonée (dominium Tolonei). En outre, le partage et la terra vicecomitatus Massiliensis en question ne concernent que la moitié de la seigneurie vicomtale, celle entre les mains de la branche cadette, résidant à Marseille. Mais la branche aînée, résidant à Trets et Toulon depuis le milieu du XIIe siècle, porte aussi le titre vicomtal et détient une autre moitié de la seigneurie vicomtale. L’expression n’a donc bel et bien aucun sens territorial : il n’y a pas de vicomté de Marseille, seulement des vicomtes, maîtres d’une seigneurie et de droits dits vicomtaux car leurs détenteurs sont vicomtes.

LES VICOMTES ENTRE LE COMTE ET L’ÉVÊQUE

18En Provence, les vicomtes n’ont noué aucun rapport direct avec les autorités supérieures aux comtes ou aux évêques, pas même la famille de Marseille pourtant liée à l’origine aux souverains rodolphiens. Et cela alors même que dans la deuxième moitié du XIIe siècle plusieurs grands lignages provençaux non vicomtaux tissent une relation d’immédiateté féodale avec l’empereur Staufen Fréféric Ier. À la différence des régions ligériennes et languedociennes, aucune famille vicomtale provençale ne s’est émancipée de la tutelle princière, en l’occurrence comtale.

Vicomtes et comtes

  • 23 F. Mazel, « La Provence » et « Les comtes »…
  • 24 CSV no 43.
  • 25 Il s’agit de l’union de Raimon Jaufré III dit Barral avec Maria de Montpellier vers 1191/1192.

19Les débuts de la famille vicomtale de Marseille pouvaient pourtant laisser augurer une évolution différente. Comme nous l’avons vu, Arlulf et Honorat, probablement originaires du Viennois, sont installés en Provence à l’initiative du roi dans les années 950-954. Cette double implantation prend son sens dans le cadre de l’intégration de la Provence au regnum Burgundiae rodolphien au cours des années 940. Le nouveau souverain a besoin de relais locaux, d’autant plus que les comtes en place doivent leur propre implantation locale aux Bosonides, anciens rivaux des Rodolphiens. Pour le nouveau souverain, la famille d’Arlulf représente ainsi, à l’origine, une forme de contrepoids aux comtes23. Le titre vicomtal n’apparaît cependant qu’en 977, dans le contexte de réorganisation qui suit l’expulsion des pirates arabo-berbères du Freinet (972) menée, entre autres, par les comtes et les fils d’Arlulf. Le titre et l’honneur vicomtaux sont donc eux-mêmes issus d’une concession comtale, à une époque où le roi n’intervient pratiquement plus dans la région. Ils sont transmis de manière héréditaire dès le début du XIe siècle et leur possession semble suffisamment solide pour que Guilhem II et Fouque adoptent la titulature « Dei gratia vicecomites » dès 1014/101924. Celle-ci ne constitue en rien une revendication d’indépendance, mais relève plutôt une nouvelle fois d’une imitation des comtes. Les comtes de Provence, après avoir d’abord subi l’implantation de la famille d’Arlulf, sont ainsi parvenus à se la concilier et à neutraliser sa domination sur la région de Marseille en lui conférant le titre vicomtal. Les vicomtes apparaissent dès lors comme leurs premiers fidèles : comme nous l’avons vu, leurs honneurs sont dits tenus en fief des comtes et eux-mêmes figurent toujours à leurs côtés dans les luttes des XIe-XIIe siècles. Jamais les vicomtes de Marseille ne battront monnaie. Une seule alliance matrimoniale, en outre bien tardive, les éloigne quelque peu du comté de Provence25.

20Tous les autres vicomtes, institués par les comtes et dépositaires de pouvoirs moins étendus, se trouvent dans une situation de dépendance plus prononcée, même si les crises de succession ou les rivalités entre maisons comtales ont parfois favorisé leur autonomie. Les vicomtes de Gap deviennent ainsi comtes de Die dans le contexte de la crise de succession du comté de Provence à la fin du XIe siècle. La fidélité des vicomtes d’Avignon glisse des comtes de Provence aux comtes de Forcalquier, puis aux comtes de Toulouse/Saint-Gilles dans le cadre du partage de l’ancien comté au début du XIIe siècle.

Vicomtes et évêques

21Les relations des vicomtes avec les évêques se révèlent plus contrastées. Mais en définitive l’évolution des rapports de pouvoir va partout dans le même sens : l’émancipation de l’episcopatus et la construction des seigneuries épiscopales minent une catégorie vicomtale polarisée sur la cité. Deux cas de figures doivent cependant être distingués.

  • 26 F. Mazel, « Les comtes »… Laurent Ripart a remarqué la même pratique en Dauphiné-Savoie : Les fonde (...)

22Chez les vicomtes de Marseille et d’Avignon, une même lignée contrôle le siège épiscopal et la fonction vicomtale, souvent sur plusieurs générations. À Marseille, avec les évêques Honorat, Pons I et Pons II, les neveux succèdent aux oncles de 954 à 1073/1079. À Avignon, Rostaing, fils du vicomte Bérenger, est évêque d’Avignon de 1047 à 1075/76 ; Raimon, un autre de ses fils, devient doyen du chapitre en 1064 ; deux de ses petits-fils tentent encore d’obtenir le siège en 1091 (Bérenger) et 1096 (Pierre Bérenger). On peut en outre souligner, qu’à Marseille comme à Avignon, l’episcopatus est attribué à l’aîné des fils26. En fait, cette double domination épiscopale et laïque se retrouve aux Xe-XIe siècles chez toutes les grandes familles dont la puissance repose d’abord sur le contrôle d’une ancienne cité, même lorsqu’elles ne portent pas le titre de vicomtes : c’est le cas des Castellane puis des Agoult à Apt, des Nice à Orange, des Riez à Riez… Il s’agit d’une domination prégrégorienne classique que l’on retrouve fréquemment en bas Languedoc ou en Dauphiné, partout où les comtes sont trop faibles pour maintenir sous tutelle les episcopatus. Dans ce cadre, la rupture grégorienne est sévère et la perte de l’episcopatus affaiblit gravement et définitivement le pouvoir vicomtal. À Marseille s’engage un processus conflictuel de séparation progressive du vicecomitatus et de l’episcopatus de plus d’un siècle, qui débouche sur la division topographique de la cité en deux (une « ville vicomtale » et une « ville épiscopale ») et le partage des anciens droits fiscaux sur la cité et le pagus marseillais. Ce processus s’achève par la décomposition du pouvoir vicomtal dans le contexte dramatique de la croisade albigeoise qui vient en quelque sorte réaliser, par la contrainte, le programme grégorien. Le titre vicomtal n’est plus attesté après les années 1230 : les descendants des anciens vicomtes sont devenus de simples seigneurs castraux. À Avignon, le processus est semblable, mais dans une chronologie beaucoup plus resserrée : les vicomtes sont marginalisés dans la cité et se replient sur leurs castra ruraux dès le deuxième tiers du XIIe siècle.

23Le cas des vicomtes créés dans les années 1040 apparaît assez différent. Ils sont d’emblée dépourvus de toute emprise sur les sièges épiscopaux de leur cité. Issus de familles moins puissantes et souvent extraits de la vassalité épiscopale (le cas est certain à Sisteron et à Gap), ils entretiennent logiquement avec les évêques des relations bien plus proches de celles des milites civitatis que des grands lignages. Mais ils sont aussi victimes de l’essor des pouvoirs épiscopaux dans les cités à partir de la réforme grégorienne et lésés par les partages effectués entre le comte et les évêques au cours du XIIe siècle.

***

24Deux séquences bien distinctes se dégagent donc de l’histoire des vicomtes provençaux. Les Xe et XIe siècles représentent la période d’apparition et d’apogée des vicomtes : après une première phase d’hésitation, le modèle comtal dynastique s’impose et les vicomtes forment autant de pouvoirs subalternes dans le cadre des cités. Le XIIe et le début du XIIIe siècles voient en revanche la marginalisation progressive des vicomtes sous les coups des évêques d’abord, des consulats ensuite. Perdant l’essentiel de leurs caractéristiques propres et en particulier leur emprise sur les cités, ils finissent par se replier sur leurs possessions rurales et par intégrer le groupe des seigneurs castraux. On peut parler à ce sujet d’un processus de « châtelainisation » des vicomtes. En définitive, les vicomtes semblent constituer un échelon de l’ordonnancement postcarolingien des pouvoirs qui n’a plus sa place dans le nouveau contexte grégorien. Les grégoriens préfèrent en effet soutenir et orienter des princes de plus haut rang. Seuls peuvent subsister les vicomtes capables de se hausser à ce niveau, tels les vicomtes de Béarn en Gascogne ou les Trencavel en Languedoc, ce qu’empêche en Provence le renouveau comtal, aussi bien dans le comté que dans le marquisat. Les vicomtes de Marseille ne résistent plus longtemps que parce qu’ils étaient, en raison de leur origine, la plus puissante des lignées vicomtales.

  • 27 G. Giordanengo, « Qualitas illata per principatum tenentem. Droit nobiliaire en Provence angevine ( (...)

25Curieusement, le titre de vicomte réapparaît au début du XIVe siècle dans un contexte entièrement nouveau : le comte-roi angevin érige certaines seigneuries en vicomtés au bénéfice de quelques fidèles27. En 1310, Bertran de Baux, comte d’Avellino et gendre du roi, reçoit la vicomté de Mison ; en 1322, Arnaud de Trian, neveu du pape Jean XXII qui fut chancelier du roi et évêque de Fréjus puis d’Avignon, reçoit la vicomté de Tallard ; en 1350, Raimon Roger de Beaufort reçoit la vicomté de Valernes ; en 1379, Fouque d’Agoult, sénéchal de Provence, reçoit la vicomté de Reillanne… Le titre n’a plus alors qu’une dimension honorifique et reflète la hiérarchisation croissante de l’aristocratie que le prince cherche à contrôler. Le phénomène demeure d’ailleurs marginal et ne concerne que des proches parents du roi ou de très hauts personnages, investis d’un rôle d’intermédiaire entre la capitale napolitaine et la petite et moyenne noblesse de Provence. En outre, l’enracinement des bénéficiaires dans ces petites vicomtés seigneuriales éphémères est rarement durable : il s’agit en fait de concessions et de titres personnels, le plus souvent viagers.

Fig. 1 : Les vicomtes de Marseille (Xe-XIe siècles)

Fig. 2 : Les vicomtes d’Avignon (XIe-XIIe siècles)

Fig. 3 : Les vicomtes de Gap (XIe-XIIe siècles)

Notes

1 Abréviations : ACP : Catalogue des actes des comtes de Provence, annexe inédite de la thèse de J.-P. Poly, Université de Paris II, 1972.
CSV : B. Guérard, Cartulaire de Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857.
Poly : J.-P. Poly, La Provence et la société féodale, 879-1166, Paris, 1976.
Voir F. Mazel, « La Provence entre deux horizons (843-1032). Réflexion sur un processus de régionalisation », à paraître dans M. Gaillard, M. Margue (dir.), De la Mer du Nord à la Méditerranée : Francia media, une région au cœur de l’Europe (c. 840-c. 1050), actes du colloque de Metz, Luxembourg et Trèves (8-11 février 2006) ; id., « Les comtes, les grands et l’Église en Provence autour de l’an mil », à paraître dans Le royaume de Bourgogne autour de l’an mil, actes de la table ronde de Lyon (15-16 mai 2003).

2 Pour les références concernant les vicomtes de Marseille, voir F. Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, 2002.

3 Poly, p. 45-46 : 916, à Avignon : vicomte Hugues, aux côtés du comte Boson, frère du marquis Hugues. 962, à Avignon : vicomte Nevolong, aux côtés du comte Guilhem I. 965, à Arles : vicomte Pons, aux côtés du comte Boson. 976, à Avignon : Bermond vicomte, aux côtés du comte Guilhem II. 1005/6, à Avignon : Aufant, vicomte. 1008 : Isnard vicomte, aux côtés de l’archevêque d’Arles et de l’évêque de Cavaillon.

4 Contra E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xe -début XIIe siècle, Münster, 1999, p. 122, qui suit G. de Manteyer, La Provence du Ier au XIIe siècle, Paris, 1905, p. 348-350, 353, au sujet des Nevolong de Cavaillon. Si on suit bien la filiation des Nevelong sur trois générations, en revanche le titre de vicomte n’est pas transmis. Avant la série de vicomtes des années 1040 et mis à part les vicomtes de Marseille, un seul cas semble faire exception : Rostaing, fils d’Aufant, dit vicomte, en 1041 et en 1044 (G. de Manteyer, La Provence…, p. 355 ; ACP no 133).

5 La Provence…, p. 117.

6 La notice de La Cadière (CSV no 77), rédigée vers 984/1001-1004, renvoie à des événements des années 980, mais il peut s’agir d’une attribution rétrospective.

7 Poly, p. 202 : – Avignon : Bérenger (ancien judex d’Avignon, fils et petit-fils de judex) est dit « ejusdem loci (la cité d’Avignon) proconsul » en 1037-1038/39 ; en 1044 il est dit « proconsul civitatis » (Avenionensis) et vers 1063/65 « vicomte ». – Sisteron : Miron (fils d’un fidèle de l’évêque de Sisteron) est dit « vicecomes » en 1044 (ACP no 139) et « vicecomes Sistericensis » en 1057 (CSV no 793). – Gap : Pierre de Mison (fils d’un vassal de l’archevêque d’Embrun) est dit « vicecomes Guapicensis » en 1045 (CSV no 691). – Fréjus : Franco (parent des vicomtes de Marseille et des Baux) est dit « vicecomes Forojuliensi » entre 1036 et 1047 (CSV no 564-565).

8 Pour les références concernant les vicomtes d’Avignon, voir G. de Manteyer, La Provence

9 Voir la généalogie dans E. Magnani Soares-Christen, Monastères…, p. 504.

10 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit, Rome, 1988, p. 34-35.

11 Un serment de fidélité est prêté par Jaufré, à la suite d’un conflit, en 1146 : G. Giordanengo, Le droit féodal…, p. 101.

12 CSV no 1089.

13 CSV no 1110 : il s’agit d’un hapax en Provence (le prédicat territorial n’est pas une cité), qui s’explique peut-être par un lien de parenté et un certain mimétisme vis-à-vis des vicomtes de Marseille.

14 Cette adoption du titre vicomtal a sans doute un lien avec son engagement aux côtés de Raimon VII (M. Aurell, « Le troubadour Gui de Cavaillon : un acteur nobiliaire de la croisade albigeoise », dans Les voies de l’hérésie. Le groupe aristocratique en Languedoc, XIe -XIIIe s., Carcassonne, 2001, t. II, p. 9-36).

15 F. Mazel, « De l’emprise aristocratique à l’indépendance monastique : patrimoine et culte des saints à Saint-Victor de Marseille (Xe-XIe siècle) », à paraître dans Saint-Victor de Marseille. Histoire et archéologie, actes du colloque de Marseille (18-20 novembre 2004).

16 M. Fixot, « Saint-Victor, saint Victor, à propos d’un livre récent », dans Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Études massaliètes, no 7, 2001, p. 235-254, ici p. 238 ; voir CSV no 69 et 100 (qui nostre adjacet civitati).

17 Poly, p. 199-204.

18 O. Guyotjeannin, « La seigneurie épiscopale dans le royaume de France (Xe -XIIIe s.) », dans Chiesa e mondo feudale nei secoli X-XII, Milan, 1995, p. 151-188 ; F. Mazel, « Les comtes »…

19 Les Ancelme Fer sont les bailes des vicomtes dans la cité de Marseille à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. Le seul autre agent seigneurial attesté pour les vicomtes est un viguier de Trets, au milieu du XIe siècle.

20 E. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252, 1278), Paris, 1969.

21 CSV no 655 (1026).

22 CSV no 930 : totam terram vicecomitatus Massiliensis pertinentem quocumque modo seipsos et ad dominium Tolonei inter se dividere scilicet universam terram duntaxat cum omnibus juribus et pertinentibus suis que est extra Massiliam et territorium ejus pertinens ad dominium Tolonei predicti.

23 F. Mazel, « La Provence » et « Les comtes »…

24 CSV no 43.

25 Il s’agit de l’union de Raimon Jaufré III dit Barral avec Maria de Montpellier vers 1191/1192.

26 F. Mazel, « Les comtes »… Laurent Ripart a remarqué la même pratique en Dauphiné-Savoie : Les fondements idéologiques du pouvoir des premiers comtes de Savoie (de la fin du Xe au début du XIIIe siècle), thèse dactyl., Université de Nice, 1999, p. 224-243.

27 G. Giordanengo, « Qualitas illata per principatum tenentem. Droit nobiliaire en Provence angevine (XIIIe-XVe siècle) », dans La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Age, Rome, 2000, p. 261-301, ici p. 290-291. Il faut mentionner un cas identique très précoce : en 1226, Raimon Bérenger V, comte de Provence, érige la seigneurie de Cadenet en vicomté pour son parent Rostaing de Cadenet (« Te R. de Cadeneto consanguineum meum dilectissimum… vicecomitum facio… et castrum tuum de Cadeneto in vicecomitatum erigo »).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Les vicomtes de Marseille (Xe-XIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 2 : Les vicomtes d’Avignon (XIe-XIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 3 : Les vicomtes de Gap (XIe-XIIe siècles)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10977/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search