Version classiqueVersion mobile

Hommage à Robert Jammes

 | 
Francis Cerdan

Volume III

Théorie et pratique du langage anarchiste (ou l'impossible rédemption par le Verbe)

Serge Salaün

Texte intégral

  • 1 Voici quelques exemples d'opinions contrastées dans le domaine artistique. Dans la Revista Blanca, (...)

1Prétendre généraliser sur l'ensemble des courants anarchistes espagnols est une entreprise éminemment hasardeuse. Leurs pratiques verbales, sinueuses et plurielles, varient d'une époque à une autre, d'une région à une autre, d’un groupe (et même d'un individu) à un autre, d'un périodique à un autre, et même à l'intérieur d'un périodique donné1. L'énonciation anarchiste se caractérise par une « polyphonie » complexe et une ambition constante de s'imposer comme une voix unique et indépendante. C'est là la première fracture, insurmontable, de tout le système ; la simultanéité non maîtrisée de cette polyphonie et des intentions doctrinaires s'exerce à tous les niveaux, dans les domaines artistique, esthétique et culturel (où la chose est la plus évidente) et, bien évidemment, dans les affaires politiques, idéologiques et doctrinales.

2Sur le plan culturel et linguistique, l’approche méthodologique des historiens est loin d'épuiser le phénomène anarchiste. Il est bien évidemment indispensable de décrire et d’analyser les processus organisationnels, les « institutions » et les multiples réalités de l'anarchisme espagnol depuis son apparition ; il est tout aussi indispensable d'en montrer la logique spécifique dans toutes ses manifestations extérieures (actions, presse, congrès, etc.). Dit autrement, on peut (on doit) appréhender ses diverses entreprises pour s'ériger en groupe de pression, en force autonome de masse qui – à la lumière de qu'il considère comme son Droit et sa Doctrine – aspire à jouer un rôle hégémonique, à liquider et à remplacer les classes dominantes bourgeoises. Mais, cet indispensable travail historique doit avoir recours, aussi, à d'autres perspectives méthodologiques, car l'anarchisme espagnol, comme toutes les organisations de masse, se construit et évolue à partir d'ingrédients non immédiatement descriptibles ou visibles, des ingrédients qui ressortissent à la psychologie, à la religion, à la psychanalyse, à l'anthropologie, à la sémiologie, etc. Tout groupe agit et s'exprime en fonction de conditionnements interactifs, parmi lesquels les facteurs non conceptuels peuvent exercer une influence décisive. La culture anarchiste, héritée ou acquise, s'alimente de tout le patrimoine culturel d'une communauté plus vaste, dont le langage est, au moins, le point commun.

  • 2 Citons les noms de Fermín Salvochea, de Federico Urales, de la famille Montseny, de Jules Vallès en (...)
  • 3 Voir les travaux du « groupe de Vincennes » sur l'infra-littérature et sur la culture anarchiste : (...)

3D'autre part, la production verbale effrenée des anarchistes contraste avec la tout aussi indiscutable pauvreté de leur apport théorique et doctrinal. L'histoire des mouvements libertaires de la Péninsule doit moins à un processus interne qui mènerait à une maturité intellectuelle et doctrinale qu'à l'émergence de grandes « figures », régionales ou nationales, qui, devenant des modèles plus ou moins librement suivis, suscitent une émulation frénétique chez des individus ou des groupes socio-professionnels, deviennent des figures de proue d'« écoles » littéraires ou de périodiques. Combien de revues, combien de « sections » locales, par exemple, n'existent que grâce à l'énergie déployée par une seule personne ou une poignée de militants2 ? Ces individualités ou ces petits noyaux qui acquièrent un réel prestige qui leur permet d'exercer un certain pouvoir politique montrent bien le transfert qui s'opère de la sphère du comportement à celle de la théorie ; mais, de fait, leur autorité doctrinale est fort relative. Dans le cas du légendaire Fermín Salvochea, la partie proprement doctrinale de sa production écrite n'excède guère une trentaine de pages qui se réduisent à un catalogue répétitif de lieux communs, d'affirmations péremptoires et grandiloquentes et de vérités absolues ; en résumé, une contribution théorique et doctrinale inexistante, ce qui n'a toutefois pas empêché Salvochea de conquérir une dimension apostolique et charismatique indéniable, même longtemps après sa mort3.

  • 4 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

4Par opposition au caractère discontinu et hétérogène de l'anarchisme espagnol – des anarchismes espagnols –, les pratiques verbales pourraient offrir une possible continuité, un des facteurs qui rendrait compte, en diachronie et en synchronie, de la logique du phénomène. Le langage ne peut cesser d'être l'instrument premier de la communication, des échanges (avec qui que ce soit, ami ou ennemi), de toute entreprise intellectuelle, doctrinale ou de propagande. Le langage est, à la fois, l'abstraction indispensable pour la constitution d'un Droit et le moteur de l'action au quotidien. Le langage est donc, à la fois, un outil, un support et une fin, et la possession des instruments de la parole devient une finalité et une nécessité révolutionnaires. Cette double nature du langage – abstraite et physique, intellectuelle et gestuelle, simultanément – impose à l'énonciateur qu’il adapte ses possibilités et ses usages, consciemment ou non. Toute pratique verbale, surtout lorsqu'elle aspire à un effet dans le corps social, repose implicitement sur une théorie de la communication, des échanges, du « marché linguistique »4.

5À partir de la double nature et des manifestations diverses du langage, le rapport que l'anarchisme espagnol entretient avec le signe, quelle que soit la finalité du message, se caractérise par une série de dualités et de contradictions.

Mythification du signe – vs – défiance envers le signe

6Tout marché linguistique dépend du niveau culturel de la communauté des usagers, des systèmes scolaires en particulier. Les taux élevés d'analphabétisme en Espagne – auxquels il conviendrait d’ajouter les effets de l’illettrisme – exercent une influence décisive, jusqu'à la fin de la guerre d’Espagne, en 1939, sur la formation des consciences et sur les capacités de conceptualisation et d'énonciation. L'analphabétisme affecte au premier chef la « clientèle » naturelle des anarchistes, c'est-à-dire, les groupes dominés, tant ruraux qu'urbains. Les cartes de scolarisation et d'alphabétisation, en fonction des régions et des provinces, fournissent à cet égard des données éclairantes.

  • 5 En 1869, déjà, Bakounine préconisait « l'instruction intégrale », que le Congrès de la F.R.E., en 1 (...)

7La situation nationale justifie la véritable mystique du savoir, de l'éducation et de la culture qui caractérise le mouvement ouvrier espagnol dans son ensemble5. Pour tous ceux qui se trouvent dans une situation d'infériorité sociale, économique et politique, l'accès au langage devient une priorité absolue. La conquête du savoir et les conséquences de cette conquête, l'acquisition des instruments d'échanges et de transmission, constituent la voie privilégiée pour conquérir la maturité idéologique et politique ainsi qu'une authentique identité culturelle. Cette priorité s'articule autour de quelques points forts :

    • 6 Cette obsession de l'éducation prend aussi la forme de projets destinés à développer des systèmes é (...)

    L'acquisition du langage (par la fréquentation de l’école, la maîtrise de la langue écrite, des outils grammaticaux et rhétoriques). Il s'agit avant tout d'accéder à l'appareil langagier que les classes dominantes monopolisent à tous les niveaux6.

  1. La mystique du langage et du savoir s'énonce aussi, de façon plus abstraite, en termes de RAISON, de SCIENCE, de PROGRÈS, et tous ces concepts fondamentaux de l'idéologie anarchiste.

  2. Une fois acquis les instruments « techniques », le passage au langage organisé, à l'expression autonome, représente le moteur de la transformation sociale et politique du monde.

8La certitude que les masses sont culturellement privées ou dépossédées incite les anarchistes à considérer le langage comme l'instrument par antonomase du pouvoir et, souvent, comme le pouvoir lui-même, capable à lui seul de transformer le monde ; l'exemple des classes dominantes qui possèdent toutes les institutions et dictent toutes les règles du marché linguistique, avec une redoutable efficacité, y est sans doute pour beaucoup.

9Face à cette déification du verbe, on observe une autre constante, tout aussi enracinée quoique fort peu analysée : il s'agit de la méfiance des anarchistes envers les aptitudes du langage à changer l'homme et le monde. Tout indispensable qu'il soit, le langage est insuffisant, impuissant même, devant la réalité ; sa vocation à l'abstraction entre en conflit avec l'exigence de résultats tangibles et avec le besoin quotidien de s'accomoder au monde physique, individuel ou collectif.

10Cette défiance en vient à susciter des doutes quant à la nature même du langage, quant à sa rentabilité. La mystique du verbe, en particulier, est difficilement compatible avec une autre mystique, celle de l'action (qui implique, précisément, une intervention directe, physique, gestuelle, sur le monde).

  • 7 P. Bourdieu, op. cit., p. 14.

11Cette contradiction pose donc un statut ambigu du langage, défini à la fois comme besoin, conquête révolutionnaire et limitation insurmontable. Les anarchistes espagnols pressentent peut-être que « les rapports de communication par excellence que sont les échanges linguistiques sont aussi des rapports de pouvoir symbolique où s'actualisent les rapports de force entre les locuteurs ou leurs groupes respectifs »7, mais leur fascination pour ce « pouvoir symbolique » se heurte souvent à leur impatience et à leur méfiance lorsqu'il s'agit de le traduire en pouvoir réel.

12C'est là tout le problème de l'Utopie qui, dans ses formulations, instaure simultanément l'assomption de l'énoncé rédempteur et son improbable mise en application.

Concept et sensibilité : l'harmonie impossible

13Le statut ambigu du langage crée une contradiction jamais résolue entre la conceptualisation inhérente à tout mouvement politique (tout ce que véhicule le concept d'« Idée », chez les anarchistes) et les exigences concrètes d'action. Toute l'histoire de l'anarchisme espagnol illustre sa désaffection pour le débat purement théorique, abstrait, philosophique (qu'on ne confondra pas avec l'affirmation de Vérités absolues, universelles, qui s'apparentent à des vérités révélées qu'il est inutile de démontrer puisqu'elles sont indiscutables). Leur goût pour la majuscule, par exemple, caractérise bien une pensée plus encline au mythe qu'à la science, même s'ils sont persuadés du contraire ; la majuscule est un procédé (un outil, un truc) qui confère à chaque terme un double fonctionnement : d'une part, elle désigne un objet et, de l'autre, elle l'universalise, fait accéder cet objet à une catégorie supérieure. La majuscule provoque la fusion magique entre la référence concrète (en apparence, tout au moins) et la valeur absolue : passer de « pueblo », « paria », « justicia »... à « Pueblo », « Paria », « Justicia » (et ainsi de suite pour tout le patrimoine lexical identitaire), c'est faire subir au mot un saut décisif, qualitatif et quantitatif, mais un saut qui relève de la liturgie et non de la science.

14C'est peut-être ici l'occasion de proposer une hypothèse sur les divisions du mouvement ouvrier espagnol. La fracture définitive entre marxistes et anarchistes, depuis la Première Internationale, pourrait s'expliquer par une radicale différence dans la conception du langage. Les anarchistes renvoient à une conception « religieuse » du langage qui donne la priorité aux stratégies discursives du sensible, jusque dans ses manifestations et finalités les plus symboliques. Les marxistes, au contraire, développent une conception hyperintellectualiste du langage. Pour Marx et Engels, le langage est le support de « la vraie connaissance », lié à la science ; cette conception implique que le langage soit source de transparence, contrôlé par le locuteur à tout moment, ce qui postule une adéquation du signe et du monde. À l'inverse des anarchistes, les marxistes se caractérisent par une « surdité » méthodologique (érigée en philosophie de la communication) envers le signifiant, envers le sensible ; d'où une fréquente dérive vers une théorie mécaniste du langage défini comme reflet de la réalité. Ainsi, les deux courants, tout en partant des mêmes convictions sur le pouvoir du langage, des mêmes exigences d'analyse, d'action et d'efficacité, bifurquent vers deux attitudes opposées et extrêmes, ce qui ne peut que déboucher sur les mêmes impasses. Anarchistes et marxistes, consciemment ou non, savent que le rapport entre le RÉEL et le DISCOURS est décisif pour une théorie et une pratique de l'Histoire : encore faudrait-il se poser trois problèmes : le rapport entre langue et pensée, la définition et le fonctionnement de la forme et le rôle de la « matérialité » du langage dans le marché linguistique, ce que ni les uns ni les autres ne font (tout au moins jusque dans les années 30). Aucun des deux « camps » ne se livre à une véritable réflexion sur le langage et sur le sens, tous deux en viennent à des comportements mécaniques de langage où le rapport au réel n'est pas posé en termes dialectiques. Les deux extrêmes débouchent, à longue échéance, sur une sclérose de la production discursive et de l'efficacité sociale et culturelle. Ce n'est peut-être pas un hasard si les apports réellement révolutionnaires, réellement rénovateurs, dans le domaine du langage (et de l'esthétique, dans un premier temps) proviennent d'individus ou de noyaux d'origine bourgeoise qui adhèreront, dans les années 30, à une conception révolutionnaire du monde ; Rubén Darío, les poètes d'Avant-Garde, Jorge Guillén ou Alberti, en leur temps, ouvrent des perspectives de dépassement, précisément parce que le langage est, à la fois, leur instrument et leur finalité... mais ceci est une autre histoire que les anarchistes ou les marxistes, jusqu'à la guerre, n'ont su (ni pu) entrevoir.

  • 8 S. Salaün, « Les anarchistes aux prises avec le langage : l'expression poétique anarchiste », Les g (...)

15Pour en revenir aux stratégies verbales du sensible, les anarchistes conçoivent, explicitement, les échanges verbaux comme un dialogue de sensations et de sensibilités entre le locuteur et son destinataire. Le locuteur garantit l'authenticité (et, partant, l'efficacité) de son message par l'authenticité de la sensation (SENTIR) où toute conviction s'enracine. Les mots-clés, repérables à toutes les époques – « sentir », « temperamento », « natural(eza) », « corazón » – montrent à quel point la physiologie et les affects régissent les activités cérébrales. La « Beauté », tout comme la « Vérité » (toujours les majuscules), deviennent un problème de « salud », de « glóbulos rojos » comme dit Federico Urales, de « temperamento macho »8. Dans un tel climat, la « sincérité » joue évidemment un rôle déterminant :

  • 9 F. Urales, La evolución de la filosofía en España, Barcelona, Eds. Cultura Popular, 1968, p. 209-21 (...)

El que siente que ha evolucionado ha adquirido noción más exacta de las cosas y el que adquiere noción más exacta, más real de las cosas, tiene más perfecto el sistema nervioso y el que tiene más perfecto el sistema nervioso ha ascendido en la escala animal, en vida, porque siente y piensa mejor, porque en su sentir y en su pensar hay más potencia, más placer, mayor número de manifestaciones vitales9.

  • 10 Femando Gil Mendoza, « Instrucción », Tierra y Libertad, no 306 (21-6-1916).

Si sólo se le quiere dar a una idea forma por la concisión del cerebro sin antes haber consultado el corazón, no puede ser una idea completa, puesto que le falta la aprobación del sentir [...] No habiendo sentimiento no puede haber energía y no habiendo energía no puede haber decisión10.

16(On notera, dans ces deux exemples, le goût pour le raisonnement scholastique : la technique du syllogisme prend une sorte de valeur incantatoire qui forme l'armature logique)

17Pour ce qui est du destinataire, on fait également appel essentiellement à sa capacité émotionnelle, a son « sentiment ». Au fond, la conception anarchiste du signe et des échanges verbaux pourrait se résumer à des sentences de ce genre : qui sent bien pense bien, qui sent bien s'exprime bien, qui sent bien comprend bien autrui. La communication est avant tout une question de densité émotionnelle et affective, un dialogue de sensibilités saines et vigoureuses.

18Sur le message lui-même, sur la nature du langage et du sens, on ne trouve rien ; toute réflexion métalinguistique et toute préoccupation formelle (les deux choses sont liées) portent, aux yeux des anarchistes, la marque infamante de l'élitisme et de la décadence bourgeoise. L'approche théorique du langage est absente, de la même façon que parler d'« esthétique » anarchiste est une contradiction dans les termes (et pour les mêmes raisons).

19Tout ceci explique la fidélité des anarchistes à un arsenal rhétorique de la sensibilisation aux dépens d'un appareil de la conceptualisation, à une énonciation qui donne la priorité absolue à la « fonction émotive » (centrée sur le locuteur, d'après la terminologie de Jakobson) et à la « fonction connative » (la pression que le locuteur exerce sur son interlocuteur). La production discursive anarchiste accumule les procédés de l'emphase : superlatifs, hyperbatons savants, adjectivation valorisante, métaphorisation, apostrophes, exclamations, interjections, impératifs, cascades d'accents proparoxytons bien sonores. On voit donc s'accumuler et se combiner les procédés destinés à donner un caractère spectaculaire à l'énoncé (il se donne littéralement « en spectacle ») ; il s'agit bien d'instiller dans le message la plus grande charge physique possible, le plus grand relief vocal, visuel même aussi par la disposition des blancs, des espaces et la succession de paragraphes réduits à une seule phrase.

  • 11 Lily Litvak, Musa libertaria, Barcelona, Antoni Bosch editor, 1981, p. 54.

20L'énonciation anarchiste s'ingénie à restituer physiquement la tension et l'énergie de l'intime conviction, puisque l'acte de langage est avant tout une question d'intensité. D'où cette impression d'exhibitionnisme ou de « gesticulation verbale » décrits par Lily Litvak11. Le penchant connu de certains anarchistes pour l'écriture phonétique relève de la même démarche : accéder à un langage conforme à la sensation (et, toujours, par assimilation, à la conviction).

21Le grand principe dynamique de l'énonciation anarchiste, dans le cadre de cette mécanique du sensible, reste la binarité, un système qui structure tout, qui opère à tous les niveaux de la phrase. La binarité régit les associations entre mots, entre séquences de phrase, entre deux partie d'une argumentation, systématiquement. La confiance dans la binarité est si forte qu'elle régit même le raisonnement logique et s'étend à la grammaire et à la rhétorique. En dernière instance, ce sont les instruments verbaux de la binarité qui fondent la raison objective (« el uno...el otro », « una vez... otra vez », « si en ocasiones... en otras », « así como... », « mientras que... », « no la... sino.. ; », « de lo contrario... », sans parler de la valeur adversative des prépositions « pero » ou « y » en début de phrase ou de paragraphe.

  • 12 Extrait d'un « dictamen » sur le salaire minimum lors du Congrès de la CNT, en 1919. Autres exemple (...)

En las mismas condiciones hemos de quedar si el salario aumenta una peseta como si disminuye, porque de las mismas manos que sale, el salario arranca12.

22Cette binarité structurante offre l'avantage, dans la logique de l'énonciation anarchiste, d'introduire un critère d'équilibre, une sensation de plénitude vocale et gestuelle ; la Raison abstraite s'enracine dans le corps, de celui qui émet et de celui qui reçoit, grâce à l'effet physique produit par l'accumulation de quantités équilibrées (syllabes, prosodie, symétries) et par les récurrences sonores. L'énonciation anarchiste voue un culte indiscutable à l'art oratoire (la oratoria), à la recherche du rythme et de la « période » ; la phrase s'élabore à partir de mécanisme eurythmiques où la Vérité de l'énoncé s'identifie à une perception d'un plaisir organique. La « sensation » reste le moteur de l'expressivité : le concept est le produit du sensible.

23La pratique anarchiste de la binarité renvoie évidemment à une pensée manichéenne (qu'illustre l'opposition systématique Oui – Non) dont les instruments et les effets instaurent un monde rigide de dualités par exclusion, un manichéisme qui signifie l'échec d'une conception dialectique du monde et du langage, la négation de toute méthodologie scientifique.

  • 13 L. Litvak, op. cit., p. 282.

24Les stratégies discursives des anarchistes ne proviennent pas de quelque incapacité intellectuelle, ce qui serait absurde, ni même d'une formation scolaire insuffisante : elles sont la forme exacte de leur adhésion à une conception religieuse, liturgique du langage et de la communication, pour quelque usage que ce soit. En accord total avec leur conception de l'homme et de la société, le langage est moins un instrument d'intellection qu'un instrument d'émotion et d'action directe13. Le dogme du « sensible » matérialise explicitement, de l'intérieur même du langage, leurs élans anti-intellectualistes.

Entre l'aliénation et l'intuition révolutionnaire

25La conception liturgique d’un langage ancré dans le sensible a des causes variées (scolarisation insuffisante des locuteurs, poids des mentalités et des appareils dominants, influence des pratiques religieuses dans le patrimoine langagier, etc.), mais, appliquée au corps social et à la lutte politique, cet état de choses a des conséquences insoupçonnées.

26Par opposition à l'économie bourgeoise du signe, l'anarchisme espagnol a cependant deux intuitions authentiquement révolutionnaires.

271. Sous l'effet de leur anti-intellectualisme et de leur perception de la réalité, les anarchistes ne croient guère à un signifié transparent ou désincarné ; ils se situent aux antipodes d'une conception idéaliste des échanges verbaux. D'une certaine façon, ils ont une attitude anti-saussurienne avant la lettre (le Saussure officiel s'entend), jamais démentie ; on peut imaginer, par exemple, qu'ils ne croiraient pas à l'arbitrariété du signe.

28Paradoxalement, ce qui pouvait être un pas en avant décisif devient un obstacle pour un véritable progrès, car, chez les anarchistes, tout acte de langage ne se mesure qu'à sa finalité et à ses effets extra-linguistiques. Leur préoccupation du réel annule de ce fait toute réflexion sur l'énonciation et les condamnent à une perspective morale et religieuse de la communication.

  • 14 P. Bourdieu, op. cit., p. 159.

29Les anarchistes croient à la motivation du signe ; ils croient qu'il existe un rapport naturel entre l'acte de langage et le monde des choses. La société a perverti ce rapport plein et harmonieux qu'il convient de rétablir par l'éducation (pas seulement l'instruction, mais l'éducation des esprits et des cœurs) et par la science (le retour aux origines, par exemple, qui expliquerait leur goût prononcé pour l'étymologie et la civilisation grecque). Recupérer le lien naturel entre le signe et la chose devrait permettre de rétablir une communion affective, intellectuelle, et donc verbale, entre tous les membres de la collectivité. D’où le penchant des anarchistes pour un langage performatif – qui fait ce qu’il dit, les impératifs en sont une illustration –, c'est-à-dire, physique et actif ; d'où, également, leur penchant pour un langage thétique, surchargé, sursignifié, par l'emphase et la gesticulation dont il a été question. Des mots tels que « Raison », « Justice », « Vérité », « Idéal »..., qui cimentent leur doctrine, acquièrent leur prestige parce qu'ils sont « descriptifs et prescriptifs »14, simultanément. Complémentairement, les anarchistes croient aux absolus, aux universaux (moraux – le Bien, le Mal –, sensibles et linguistiques : leurs projets de langues universelles relèvent de la même démarche utopique fondée sur la tradition religieuse et bourgeoise la plus convenue, ce qu'ils ne voient évidemment pas).

30Les stratégies de sensibilisation de la communication verbale, ingénues si l'on veut mais non dénuées d'efficacité, se retrouvent ainsi au service d'une pensée mythique, a-scientifique, où les référents philosophiques et symboliques ont perdu tout contact avec la réalité. Ces contradictions expliquent peut-être les va-et-vient, les revirements stratégiques, l'instabilité politique et doctrinale du mouvement anarchiste dans son ensemble ; suivant les périodes, c'est la sensation ou l'abstraction mythifiante qui domine, selon l'effet de la répression ou de la situation sociale, et on appliquera une politique d’action directe ou d’organisation. Pour les anarchistes, la capacité individuelle de sentir, la lutte collective, la grève-mythe ou la syndicalisation sont des réalités politiques également tangibles.

312. La seconde intuition révolutionnaire, dans leur logique du signe, est celle de l’unité fonctionnelle du langage, c'est-à-dire, l'absence de fracture entre les différents usages du langage. Ils reconnaissent l'existence de procédés et de codes variés en fonction de la finalité du message ou du genre, mais ces modalités instrumentales font partie du fonctionnement général du langage. Très concrètement, ils n'admettent pas de fracture linguistique entre l'expression doctrinale et l'expression poétique, par exemple. Cette intuition aurait pu représenter une brèche importante dans la domination bourgeoise du marché linguistique qui, pour consolider son hégémonie, a tendance à ériger une maîtrise technique (un savoir et ses appareils) en système de valeurs absolues (que l'on pense, par exemple, à leur défense d'une nature divine de l'art). Mais, ce que cette intuition avait de fécond se noie dans les applications, systématiquement formulées au nom du réel, de l'efficacité immédiate et jamais au nom du langage. En conséquence, les anarchistes passent sans transition d'une pratique novatrice à une théorie où ils reproduisent, jusqu'à la caricature, les principes bourgeois ; leur défense dogmatique de la dichotomie Forme - Fond l’illustre pleinement. Dépossédés de la conscience des formes, ils font de cette dépossession un drapeau et un dogme ; ce qui expliquerait en grande partie pourquoi il n'y a pas de grandes œuvres anarchistes espagnoles, dans quelque art que ce soit, pourquoi il n'y a pas d'esthétique anarchiste et pourquoi l'expression doctrinale est si pauvre.

32Croyant subvertir l'ordre bourgeois des signes, ils ne font que le reproduire à l'excès. Non seulement ils font preuve d'une totale ignorance du marché linguistique réel et de l'appareil dominant qui les aliène, mais ils s'enferrent dans la dépendance verbale et culturelle ; les intuitions novatrices qui auraient pu les porter dans leur entreprise sont condamnées à n'être que des impasses ou des gesticulations stériles. Leur système et leurs stratégies d'énonciation ne font en fait que consolider leur aliénation et, comme le dira Marx, consacrer l'ordre établi.

33Tout mouvement politique qui aspire, au XIXe siècle, à inverser à son profit les rapports hégémoniques doit en priorité se poser le problème de l'accession à l'identité langagière, à une réelle autonomie du discours. Visiblement, la conscience de cet enjeu capital est omniprésente, mais cette « conquête » implique en premier lieu de connaître, de maîtriser et de « détourner » les instruments et les mécanismes qui constituent la domination bourgeoise fondée sur le langage. La difficulté est la même pour tous les courants du mouvement ouvrier et l’histoire de l'anarchisme espagnol prend ici un caractère exemplaire par les méthodes choisies, les pratiques, les débats théoriques... et l'échec.

34Toute approche théorique et pratique de l’Histoire, qu'il s'agisse d’action ou de constitution d'un corpus doctrinal, doit passer nécessairement par une réflexion sur le langage. Le rapport que les anarchistes établissent avec le langage offre, me semble-t-il, des clés essentielles pour comprendre le phénomène anarchiste et libertaire espagnol. L'économie générale du signe, tel qu'elle se manifeste tout au long de son histoire pourrait expliquer une dernière dualité qui lui est inhérente :

  1. La faiblesse doctrinale et esthétique, l'évolution en dents de scie du mouvement, l'équilibre jamais résolu entre la fidélité à certaines valeurs considérées comme immuables et le besoin de prendre en compte une réalité changeante.

  2. Le fait que l'anarchisme espagnol ait pu se constituer en mouvement de masse, avec une indiscutable dimension populaire et culturelle.

35Dans le cas espagnol, les deux éléments de cette dualité n’ont rien d'incompatible.

Notes

1 Voici quelques exemples d'opinions contrastées dans le domaine artistique. Dans la Revista Blanca, Federico Urales s'avère un partisan enthousiaste de Benavente, tandis qu'Angel Cundiera (un des pseudonymes d’Urales) adopte une attitude bien plus critique ( !). Dans le même numéro de La Anarquía literaria, un article fait l'éloge de Núñez de Arce et un autre le vitupère. Ailleurs, la polémique s'engage sur Rubén Darío ou le Modernisme. Il est vrai que « la índole de la Revista Blanca no permite rechazar ningún trabajo, sea cual fuere la doctrina sustentada y la forma del escrito » (no 9 du 1er novembre 1898) et que La Anarquía literaria se veut une « tribuna libre y culta » (no unique de juillet 1905).

2 Citons les noms de Fermín Salvochea, de Federico Urales, de la famille Montseny, de Jules Vallès en France. Le lien problématique de ces personnages avec l'anarchisme montre, par ailleurs, la complexité du problème.

3 Voir les travaux du « groupe de Vincennes » sur l'infra-littérature et sur la culture anarchiste : Aubert, Brey, Guereña, Maurice et Salaün, Anarquismo y poesía en Cádiz bajo la Restauración, Córdoba, Ediciones La Posada, 1986 et Brey, Guereña, Maurice, Salaün et Serrano, Fermín Salvochea : un anarchiste entre la légende et l'histoire. Presses Universitaires de Vincennes (Paris VIII), 1987.

4 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

5 En 1869, déjà, Bakounine préconisait « l'instruction intégrale », que le Congrès de la F.R.E., en 1872, traduisait par « Enseñanza integral ». La formulation « éducation intégrale », plus conforme aux aspirations anarchistes, s'imposait peu après.

6 Cette obsession de l'éducation prend aussi la forme de projets destinés à développer des systèmes éducatifs parallèles (écoles rationalistes, par exemple).

7 P. Bourdieu, op. cit., p. 14.

8 S. Salaün, « Les anarchistes aux prises avec le langage : l'expression poétique anarchiste », Les genres et l'histoire, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Paris, Les Belles Lettres, 1981, « Doctrine et signifiant : réflexions sur l'énonciation anarchiste espagnole », Les médiations culturelles. Publications de l'Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris HI, 1988 et « L’Ecole primaire de la République en guerre (1936-1939) », L'Enseignement Primaire en Espagne et en Amérique Latine du xviiie à nos jours. Publications de l'Université de Tours, 1986.

9 F. Urales, La evolución de la filosofía en España, Barcelona, Eds. Cultura Popular, 1968, p. 209-210.

10 Femando Gil Mendoza, « Instrucción », Tierra y Libertad, no 306 (21-6-1916).

11 Lily Litvak, Musa libertaria, Barcelona, Antoni Bosch editor, 1981, p. 54.

12 Extrait d'un « dictamen » sur le salaire minimum lors du Congrès de la CNT, en 1919. Autres exemples extraits de ce même Congrès : « una activa y enérgica campaña », « cuestión interesante y primordial », « francamente, brutalmente ». La binarité structure aussi bien les interventions des participants que les résolutions finales. Ces documents austères, en principe dépourvus de toute subjectivité, rédigés suivant une codification impersonnelle et ritualisée, offrent un catalogue inépuisable de procédés de la sensibilisation.

13 L. Litvak, op. cit., p. 282.

14 P. Bourdieu, op. cit., p. 159.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search