Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une école sans Dieu ?

 | 
Pierre Ognier

De la circulaire Ferry à l'enquête de la Correspondance générale. Le parcours contrasté de la morale scolaire

Réactions contrastées au thème de l’enquête : le sentiment religieux

Texte intégral

  • 186 Quelques mois auparavant les Notes d’inspection de Félix Pécaut avaient eu aussi un fort retentisse (...)
  • 187 Deux journaux ont signalé que l’enquête avait donné lieu à un court débat à la Chambre des députés (...)

1À lire les réactions parues dans la presse scolaire, l’enquête de la Correspondance générale semble avoir constitué un événement de grande portée dans le monde de l’Enseignement primaire et avoir eu un certain retentissement dans l’opinion du pays186. Elle a évidemment été commentée et appréciée de multiples façons dans les journaux scolaires qui en ont informé leurs lecteurs et les ont encouragés à faire part de leurs réactions. Parmi les publications de notre corpus, les articles réactifs ont surtout été abondants dans la REPPS, mais n’ont pas été très nombreux dans les trois autres revues187. Dans la presse scolaire, les notations sur l’incidence journalistique de cet événement restent vagues. Dans l’Écho de l’Enseignement primaire (no 10 du 09/12/1894) le rédacteur indique que « cette question fait en ce moment le tour de la presse de toutes nuances et de tous les formats ». Sur le même sujet, Jacques Gauran, dans la REPPS, évoque les « nombreuses et parfois fort belles dissertations sur l’âme de l’école » parues « un peu partout dans la presse ». (no 10, 25/02/1895). Dans une revue de presse le même journal signale, pour le mois de décembre 1894, la publication d’un article sur l’enquête dans les journaux suivants : La Petite République, Le Radical et le xixe siècle. (REPPS, partie scolaire, no 16, 20/01/1895).

  • 187 L’Union pour l’Action morale avait été fondée en 1892 par Paul Desjardins et le philosophe Jules La (...)

2Cette incidence dans les grands journaux d’opinion et dans la presse non-scolaire en général pourrait évidemment faire l’objet d’une recherche particulière. Dans l’inventaire et l’analyse des réactions, nous sortirons cependant quelque peu du cercle de la presse scolaire en retenant deux supports différents. Celui d’abord d’un petit bulletin de liaison d’une association récemment créée : le Bulletin de l’Union pour l’Action morale187. Favorable à l’école laïque, ce « cercle de pensée » s’occupe évidemment des questions morales et notamment du problème de l’éducation morale. Ses préoccupations sont donc proches de celles des administrateurs et des cadres de l’Enseignement primaire et le jugement qu’elle porte sur l’enquête et son thème offre un point de vue qui n’est pas à négliger. Le second support n’a rien de journalistique puisqu’il s’agit d’un texte de l’Inspecteur général Félix Pécaut rédigé peu après la publication des dernières réponses à l’enquête. Ce texte d’une bonne dizaine de pages, qui rassemble quelques réflexions personnelles sur les réponses à l’enquête, a paru dans son ouvrage, publié en 1897, L’Éducation publique et la vie nationale. À notre sens, il clôt de façon « percutante » l’ensemble des réactions suscitées par l’enquête de la Correspondance générale.

DES RÉSERVES SUR LA PLACE DE L’IDÉE DE DIEU DANS L’ENSEIGNEMENT MORAL LAÏQUE

  • 188 REPPS, partie générale, no 7, 10/01/1895. L’âme de l’école, par H. Bidart, qui a signé « pour la Di (...)

3Les articles parus dans la presse scolaire réagissant à cette enquête montrent que le sentiment religieux n’y fait pas l’objet de la même faveur que celle dont témoignent la majorité des réponses. Cependant, dans la REPPS, Henri Bidart, qui ne peut être précisément soupçonné de militer pour le sentiment religieux, qu’il veut remplacer par « les sentiments de justice et d’amour », rappelle clairement que les devoirs envers Dieu font partie du programme de 1882. Jusqu’ici, selon lui, on n’a guère discuté que sur une idée : « l’idée de Dieu dans l’éducation », sur laquelle « des flots d’encre ont été versés un peu partout ». Mais la direction de la revue, au nom de laquelle signe Bidart, veut se borner, quant à elle « à réclamer l’application pure et simple, mais rigoureuse, du programme de morale de 1882 ». Elle voudrait donc « essayer de détruire la légende de l’école sans Dieu que les adversaires de l’enseignement primaire laïque ont créée autour de nos écoles ». Notre programme comprend les devoirs envers Dieu et « ceux qui ont créé cette légende ont commencé par être de mauvaise foi ». Cela dit, il est bien possible, reconnaît Bidart, que, dans les faits, « ce point du programme ait été négligé en maints endroits ». Mais il faut attribuer cette négligence, ou plutôt cet « évitement » « à une double crainte » : « celle, d’abord d’être taxé de clérical par les gens politiques », mais aussi à « celle de déplaire à certaines familles chez qui l’idée de Dieu était ou très faible ou nulle ». Il convient cependant de relativiser cet abandon ; certes, si l’enseignement moral a pu manquer « d’esprit religieux direct… il n’en a pas moins servi l’idée religieuse philosophique, la seule qui importe puisque cette idée ne peut s’allier qu’à une morale pure ». Autrement dit, par sa pureté et par sa rigueur, l’enseignement moral laïque n’a pu que renforcer le sentiment religieux. En conclusion, la situation actuelle n’est certainement pas « à imputer à l’école laïque », mais en réalité « à ceux qui ont exploité le sentiment religieux, et à ceux-là seulement188 ». Les vrais responsables, ce sont ceux qui ont exploité le sentiment religieux à des fins politiques, c’est à dire les adversaires de l’école laïque.

  • 189 L’Écho de l’Enseignement primaire, partie générale, no 9, 02/12/1894. Revue de la presse pédagogiqu (...)
  • 190 Référence à l’article paru dans la REPPS du 25/10/1894, Dieu à l’école.
  • 191 CG, 15/02/1895. Contribution de A.R., directrice d’EN.
  • 192 L’Écho de l’enseignement primaire, partie générale, no 9, 02/12/1894. Article cité.
  • 193 Ibid., partie générale, no 10, 09/12/1894. Revue de la presse pédagogique (suite), par H. Ragot. Mo (...)
  • 194 Ragot fait référence aux deux articles de J. Simon publiés en 1894, l’un dans Le Figaro, l’autre da (...)
  • 195 L’Écho de l’enseignement primaire, partie générale, no 10, 09/12/1894. Ibid.

4Dans L’Écho de l’enseignement primaire, un article de Henri Ragot manifeste une certaine impatience devant l’initiative de la Correspondance générale qui « ramène à nouveau l’attention du monde de l’enseignement primaire sur une question déjà vivement débattue ces derniers temps et qui, paraît-il, n’a pas encore trouvé de solution189 ». C’est encore et toujours de l’enseignement moral qu’il s’agit, « du peu de résultat qu’il donne à l’école primaire et de la base sur laquelle il faudrait le faire reposer ». Après avoir évoqué pour les lecteurs les articles cités par F. Buisson, il s’arrête à celui de Devinat qui déclare, en toute franchise, que « la neutralité confessionnelle, la seule évidemment que le législateur ait entendu établir, a eu pour conséquence en fait la neutralité religieuse190 ». Dans tout ce débat, c’est lui qui a raison car, « qu’on le veuille ou qu’on ne le veuille pas, l’instruction religieuse ne peut être donnée à l’école qu’avec un caractère confessionnel » ; en effet, « il n’est pas possible de trouver une formule unique donnant satisfaction aux catholiques, aux protestants, aux israélites, aux mahométans d’Algérie, sans compter les libres penseurs ». Certes, « on raconte qu’à Chicago, pendant l’Exposition universelle, on avait trouvé le moyen de faire prier ensemble les étrangers venus des quatre coins de l’univers et les adeptes des innombrables sectes qui se disputent le Nouveau Monde : on récitait, on chantait, on criait le Pater ». Mais cette célèbre prière chrétienne « ne serait pas du goût de tout le monde en France ». On se rappelle que la lecture (ou la récitation) du « Notre Père » est suggérée comme possible dans la réponse d’une directrice d’École normale191 à l’enquête. Au sujet de l’enseignement moral, il faudrait enfin « qu’on nous dise, une bonne fois, bien nettement, ce qu’on veut…192 » Et, puisque « la neutralité confessionnelle de l’école a eu pour conséquence la neutralité religieuse, il faut chercher autre chose et ne pas persister à vouloir faire reposer l’enseignement moral sur un sentiment qui n’a plus sa place à l’école193 ». D’ailleurs cette évolution était fatale, inéluctable « et personne ne fera l’injure à ceux qui ont voté cette loi (la loi du 28 mars 1882) et à M. Jules Simon moins qu’à tout autre, de croire qu’ils n’ont pas prévu cette conséquence194 ». « Alors, à quoi bon tant de discours et tant d’écrits ? » Selon Ragot, « la morale n’est pas en péril » et, « comme le remarque J. Simon lui-même, la morale commune, la morale courante, celle qui est indépendante de toute croyance religieuse, ne diffère en rien de la morale religieuse, et les préceptes du Décalogue se trouvent parfaitement d’accord avec ceux d’une sage philosophie ». Et pour finir, le rédacteur lance cette apostrophe aux Inspecteurs généraux : « Messieurs les Inspecteurs généraux, vous trouvez que nos instituteurs ne sont pas suffisamment préparés pour l’enseignement de la morale ; qu’en savez-vous ? Allons, allons, la morale ne va peut-être pas aussi mal à l’école qu’on voudrait le dire !195 »

  • 196 C’est l’expression forgée par Sabatier lui-même.
  • 197 MGIP, partie générale, no 5, 03/02/1895. L’âme de l’école, par R.

5La morale scolaire enseigne des principes et des vertus morales, mais pour soutenir ces principes et ces vertus « on demande une idée directrice, un point central ». Et selon ce collaborateur du MGIP, « le seul sentiment capable d’inspirer à la fois la justice et l’amour, la résignation et le courage, c’est le sentiment religieux, ou, comme l’un des correspondants la caractérise, l’idée morale et pratique de Dieu196. » Il s’agit d’une « idée morale, parce que les devoirs envers Dieu ne sont pas matériellement distincts de nos devoirs sociaux et fraternels et que tous les devoirs peuvent être présentés comme des devoirs religieux ». Mais, quoi qu’il en soit, « l’idée religieuse implique la foi… » et, « dans cette controverse, on ne paraît pas distinguer les deux éléments de l’enseignement moral : l’appel à la raison, d’une part, de l’autre l’éveil du sentiment ». Et il est clair que « le sentiment religieux n’est une source d’inspiration morale que lorsque l’idée de Dieu apparaît évidente à la raison ». Ce débat a donc suggéré une idée à la Rédaction du journal, celle « de fournir la matière de réflexions morales par le contact avec la pensée des moralistes, anciens ou modernes, sacrés ou profanes ». Ces morceaux choisis seraient destinés uniquement aux maîtres afin de leur donner la matière d’une culture morale diversifiée. Ils pourraient être classés tantôt selon des thèmes généraux (la loi, la raison, la liberté…), tantôt selon les divisions du programme de morale197.

  • 198 Le mot faillite est placé entre guillemets par l’auteur lui-même.
  • 199 REPPS, partie scolaire, no 33, 10/05/1895. Pédagogie et méthodologie. Intérêts du personnel. L’âme (...)

6L’analyse est à peu près la même dans la REPPS, mais la solution est différente. « L’âme de l’école », on en discute à perte de vue depuis plusieurs mois, « on émet des idées sans nombre, c’est une mêlée confuse d’opinions, d’argumentations, de réfutations incessantes, parfois banales et toutes platoniques, mais où passe par moments un souffle réconfortant et généreux ». Seulement tout ce brassage d’idées donne peu, ou pas, de « conclusions pratiques ». Au fond, c’est « un rêve » de « façonner les âmes et les cerveaux, d’y verser pour l’existence un « viatique » qui puisse les réconforter et les soutenir sans cesse à travers la vie… » Mais « à quelles croyances ou à quel sentiment irons-nous demander les grandes idées directrices dont il faudra nourrir la conscience ? » Selon certains, la solution, c’est Dieu. Certes, « Dieu, il faut y croire, et y croire fermement, intimement, d’un acte de foi enthousiaste et profond ». Mais « parler de Dieu parce que les programmes le prescrivent, du bout des lèvres et d’un air distrait, sans que l’âme soit conquise par cette idée et y adhère ardemment, quelle hypocrisie et quel non-sens ! » Montrer une telle hypocrisie, ce serait à coup sûr « la ruine et la « faillite » définitive de l’enseignement moral198 ». Si l’on écarte l’idée de Dieu, il reste deux grandes idées « vivantes et fécondes » : justice et bonté. Selon ce collaborateur, « toute la morale est dans ces mots199 ». Une solution proche de celle proposée par Bidart.

NÉCESSITÉ DU SENTIMENT RELIGIEUX

  • 200 Association désormais désignée par le sigle UPAM. On complètera cet article par un autre, paru dans (...)

7Pour compléter ce développement, nous analyserons deux textes réactifs qui « encadrent » en quelque sorte l’enquête-débat organisée par la Correspondance générale. Ils se situent en effet, l’un au tout début de l’enquête ; quant à l’autre, il est rédigé au cours de l’année 1895, certainement après sa clôture. Le premier a paru sous forme d’article dans le Bulletin de l’Union pour l’Action morale, le 1er décembre 1894200. Le second est tiré d’un rapport d’inspection d’Édouard Jacoulet directeur de l’École normale supérieur de Saint-Cloud, dont il forme la conclusion. On observe que, depuis le rapport d’inspection de Pécaut, ces textes confidentiels donnent de plus en plus lieu à publication. Le texte de Jacoulet a paru dans la Revue pédagogique du 15 décembre 1895. Ces deux écrits ont évidemment un statut très différent puisque l’un émane d’un groupe de pensée indépendant et que l’autre a un label quasi-officiel, étant rédigé à l’attention du ministre. Ils affirment clairement le rôle fondateur et la fonction irremplaçable du sentiment religieux dans l’éducation et la vie morales.

8L’article publié le 1er décembre 1894 n’est pas signé et a été probablement rédigé par la Rédaction du Bulletin de l’Union pour l’Action morale. Il réagit aux deux « événements » principaux qui ont alimenté le débat sur la morale scolaire au cours de l’année 1894 : les Notes d’inspection de Pécaut et l’enquête de la Correspondance générale. Dans ce texte, l’Union formule son propre diagnostic sur l’état de l’enseignement moral et plus largement de l’éducation primaire et elle propose ses propres solutions théoriques, mais aussi pratiques. D’emblée le diagnostic est sévère : « On demande une âme pour l’école : on reconnaît donc à demi-voix que l’esprit qui l’anime à cette heure est insuffisant à vivifier, à tremper solidement la conscience et le caractère des enfants du peuple. » Mais quel est cet esprit qui anime présentement l’école primaire ? Cet esprit n’est autre que le positivisme qui « sans jamais se nommer, a prévalu dans nos écoles primaires durant ces vingt dernières années… » Et il apparaît que ce « principe positiviste… ne semble pas avoir produit les fruits qu’on espérait ». Ce constat suscite actuellement « une certaine inquiétude, des doutes graves », mais aussi « une tendance de jour en jour plus marquée vers un spiritualisme nouveau, encore très vague selon nous et trop incomplètement défini pour autoriser l’espoir d’une action profonde, du moins dans le domaine de l’éducation primaire ».

9L’Union dégage des causes plus immédiates à ce « malaise éducatif » qui suscite des « plaintes de tous côtés ». Selon elle « le mal vient… de ce que la famille et la société, loin de suivre parallèlement un progrès égal à celui de l’école, ont moralement rétrogradé pendant cette même période ». L’Union reconnaît certes que l’école a considérablement progressé, mais elle constate une certaine faiblesse éducative qui vient, selon elle, de ce que « l’enfant, à qui on a seulement enseigné le respect de l’humanité, sans remonter plus haut, perd vite les notions et les habitudes respectueuses contractées à l’école ». Et ce que celle-ci a tenté de construire, la société a tendance à le détruire : « la caricature, la presse, la politique et ses scandales, les publications ordurières, aident puissamment la société dans ce travail de désaffection et de désagrégation morale ». Que fait-on pour affronter ce grave problème ? On se renvoie la balle « de la famille à la société, de la société à l’école, et vice-versa ». Il vaudrait mieux, au contraire, « combattre le mal partout où il apparaît, chacun dans sa sphère d’action et selon ses moyens. »

10Que convient-il donc de faire ? Selon l’Union pour l’Action morale, la réponse à la question n’est pas d’abord dans l’action extérieure, mais dans le retour à l’intériorité : « Rentrons en nous-mêmes. De cette concentration de vie intérieure naîtra la force que nous cherchons. » Et c’est au plus profond de nous-mêmes que « nous trouverons Dieu, le Dieu vrai, le Dieu supérieur à toutes les conceptions qu’on s’en fait, le Dieu dont tout relève et qui soutient tout ». Sans aucun doute possible, « c’est dans le sentiment du divin qu’il faut chercher le point d’appui nécessaire ». Le patriotisme peut-il encore servir de point d’appui ? C’est la question posée par Pécaut dans ses Notes d’inspection. Pour la Rédaction du Bulletin, « ce serait une illusion dangereuse de le croire capable, à lui seul, d’organiser et de soutenir la vie morale d’un peuple ». D’ailleurs « M. Pécaut le sait mieux que nous, mais, dans son angoisse de patriote, il cherche à se leurrer lui-même… » Cette angoisse serait même visible dans la conclusion d’un autre texte du même : « Il semble, hélas, que nous ne soyons plus que des étrangers les uns pour les autres depuis que le lien religieux a cessé de nous unir ».

  • 201 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Quelques notes sur l’éducation morale à l’école primaire, non (...)

11Dans sa conclusion, l’Union dévoile on ne peut plus clairement sa solution, qu’elle présente même comme la seule voie de « salut » : « Nous le dirons donc hardiment et franchement : nous ne voyons pas de salut possible, individuel et national tout ensemble, que dans une culture mieux entendue, plus pénétrante de la moralité, mais de la moralité vivifiée, animée par le sentiment religieux saisi dans son fond le plus intérieur, indépendamment des formes visibles sous lesquelles il peut s’étendre, se compléter et vivre à l’état de religion positivement constituée. » On a voulu séparer la morale d’avec la religion, mais cette « séparation anti-naturelle – car dans la conscience ils sont unis – du sentiment religieux et de la vie morale leur est funeste à tous les deux. Leur union, c’est la vie normale ; leur séparation est leur mort ». En effet, « la piété sans moralité est un non-sens, c’est une chose monstrueuse ; la morale sans la piété est incomplète, inféconde, sèche et caduque ». La conséquence logique de ce raisonnement, c’est que « tout abaissement de la vie religieuse se marquera, aujourd’hui ou demain, au thermomètre de la moralité ». Sur le terrain de l’école la conséquence de cette séparation artificielle risque d’être amère. La Rédaction en donne une sorte d’illustration en citant un pédagogue suisse, Pierre Naville, dans un discours prononcé en 1872 : « Lorsque l’enseignement sera complètement séparé de l’influence religieuse, le corps enseignant s’abaissera parce que vous aurez fait de la plus haute des vocations un métier ingrat et pénible201. »

  • 202 Bulletin de l’UPAM, no 7, 01/03/1895. Idées sur l’éducation dans l’enseignement primaire, non signé

12Le Bulletin de l’Union pour l’Action morale revient sur l’enquête de la Correspondance générale dans son numéro de mars 1895. Selon cet article, toujours non signé, cette enquête sur « l’âme de l’école » a mis en évidence, dans l’Enseignement primaire « deux courants d’opinion distincts et parallèles, sinon opposés ». D’un côté il y a le groupe des « optimistes, trop facilement résignés à l’exclusion des croyances religieuses du domaine de l’éducation publique pour qu’on ne les soupçonne pas d’en être secrètement satisfaits ». Selon eux, la situation présente n’est pas si grave qu’on le dit et il suffirait d’y apporter quelques petites améliorations. Cependant « ils jugent prudent d’attendre que l’administration prenne elle-même l’initiative des réformes à tenter ». Selon l’auteur de l’article, qui pourrait être là aussi la Rédaction du bulletin, ce groupe rassemble derrière lui « la masse des timorés et des indolents », ce qualificatif désignant « ceux qui ne sont pas dévorés du feu sacré ». En face de ce groupe, « se dresse une minorité plus nombreuse qu’on ne le suppose » ; celle-ci, « mécontente d’elle-même et de ses œuvres, lutte péniblement contre des difficultés d’éducation qu’elle attribue à l’abandon inconsidéré du principe religieux ». Il lui apparaît en effet que « ce principe, plus large, mieux entendu et surtout mieux appliqué que dans le passé » devrait pouvoir « reconstituer l’âme indispensable de l’école202 ». Sous toutes réserves on pourrait se hasarder à inscrire dans le premier groupe les noms de Devinat et de ses éventuels partisans. Celui-ci en effet, qui n’est cependant ni « timoré », ni « indolent », attend de l’administration de l’Instruction publique une réforme des programmes, inspirés désormais par une nouvelle idée directrice, puisque le sentiment religieux n’a plus sa place à l’école. Au titre du second groupe, on pourrait citer les noms, maintenant connus, de Jacques Gauran, de François Lépine, et, bien évidemment, de Félix Pécaut. Ce n’est là qu’une hypothèse.

13La nécessité du spiritualisme et du sentiment religieux est clairement réaffirmée dans la conclusion du rapport d’inspection générale d’Édouard Jacoulet. Nous sommes en 1895 et cette année-là encore le thème prioritaire porté à l’attention des inspecteurs généraux par le ministre est l’éducation morale et civique. La publication d’extraits de ce rapport, resté normalement confidentiel, se comprend donc probablement eu égard à ce thème de travail. En même temps ce texte fait écho aux Notes d’inspection de Pécaut (mai 1894), son collègue en poste à Fontenay. Dès les premiers mots de sa conclusion, Jacoulet évoque l’enquête de la Correspondance générale et ses suites : « on a beaucoup disserté, ces derniers temps, sur l’âme de l’école ». Pour lui, la nature de cette âme est d’une évidence incontestable : « L’âme de l’école, c’est l’enseignement de la morale, et l’âme de la morale, c’est l’idée spiritualiste, c’est l’inspiration religieuse, ce mot pris dans son sens le plus élevé ». Certes, « on a écrit que cette inspiration manquait à notre enseignement » et on a même dit « que si elle était absente de nos écoles, c’était parce qu’elle était absente du cœur de nos maîtres ».

  • 203 Il s’agit des carnets de préparation qui sont dus à l’initiative de l’IG Martel en 1893.

14À ces écrits et à ces « on-dit », l’inspecteur général oppose un ferme démenti devant son ministre, Émile Combes à cette époque : « N’en croyez rien, Monsieur le Ministre ! » Et il va s’efforcer de démontrer le contraire. En premier lieu l’inspiration religieuse n’est pas absente des leçons de morale ; il en a la preuve dans les nombreux carnets de préparation de morale qu’il a pu consulter203. Il y a vu s’exprimer « avec une simplicité touchante » beaucoup de sentiments élevés. Et dans cet ensemble, « les leçons qui traitent de l’âme et des devoirs envers Dieu ne sont ni les moins sincères, ni les moins bien pensées ». Dans sa grande majorité, le corps enseignant primaire « n’est pas matérialiste » ; d’ailleurs il ne peut l’être ni par tradition, ni par éducation, ni par conviction réfléchie. Bien au contraire, « il conserve, dans son fonds intime une religiosité, vague si l’on veut, et qui ne parle pas toujours très haut ni très clair, mais qui n’en est pas moins enracinée dans les cœurs ». C’est là, selon Jacoulet, « un grand bonheur, car les doctrines spiritualistes, inspiratrices des nobles sentiments et des espérances qui soutiennent, sont le véritable fondement de toute vie morale, chez les petits surtout et chez les humbles ». Il n’est évidemment pas question de « demander à nos maîtres – et personne n’y songe – de faire revivre un enseignement confessionnel quelconque ». Sans nul doute, « nos instituteurs ne sont ni des apôtres, ni des saints… mais ce sont de braves et d’honnêtes gens et cela suffit pour enseigner la morale à des petits enfants et les armer, autant que cela est possible, pour les luttes et contre les dangers de la vie. »

15Jacoulet apporte cependant quelques nuances à ses affirmations premières. Il estime en effet possible « que, dans certains milieux et sous certaines influences, par entraînement ou par mode, quelques-uns de nos maîtres affectent d’avoir dépouillé le « vieil homme », ou encore qu’après mûre délibération, ils aient rompu avec les convictions spiritualistes ». Pour lui c’est indéniablement un malheur ; il reste néanmoins persuadé qu’on peut « attendre d’eux qu’ils respectent les convictions des autres et surtout qu’ils respectent l’âme des enfants ». Ces maîtres ne sont d’ailleurs « qu’une infime minorité ».

  • 204 RP, 15/12/1895. Notes d’inspection (Extraits d’un rapport à M. le Ministre de l’Instruction publiqu (...)

16Il est possible aussi que « certains de nos maîtres confondent les doctrines spiritualistes avec les croyances confessionnelles » et cela « par une sorte de réaction contre la mainmise de l’Église sur l’école d’antan ». Ils refusent par conséquent, dans leur enseignement, « de toucher aux unes de peur d’être accusés d’être asservis aux autres ». Une attitude bien naturelle selon Jacoulet. Il est possible enfin « qu’un plus grand nombre de maîtres, par crainte de certaines surveillances et de certaines ingérences extra-universitaires, n’osent pas dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas ». Là encore il s’agit d’une attitude bien humaine. Cependant ces deux derniers groupes de maîtres « sont loin, très loin de former la majorité ». Et Jacoulet prend prétexte de ces quelques écarts pour en appeler à « l’œuvre urgente de nos Écoles normales » auxquelles il revient « d’éclairer les uns, de donner courage aux autres et de raviver le foyer du spiritualisme partout où il menace de s’éteindre ». En conclusion l’inspecteur général considère comme de son devoir de déclarer solennellement « que nos écoles laïques ne sont pas des « écoles sans Dieu » et « qu’il est souverainement injuste de rendre ces écoles et leurs maîtres responsables des chutes que peuvent faire une partie de leurs élèves lorsqu’ils ne sont plus sous leur tutelle protectrice204 ».

PROPOSITIONS POUR UNE « ÂME DE L’ÉCOLE »

  • 205 MGIP, partie générale, no 5, 03/02/1895. Article cité.
  • 206 REPPS, partie scolaire, no 33, 10/05/1895. Pédagogie et méthodologie. L’âme de l’école, par Paul-Ém (...)

17Dans les articles des journaux scolaires qui réagissent à l’enquête de la Correspondance générale, on retrouve la définition formulée dans plusieurs contributions : l’âme de l’école, c’est l’âme du maître. Selon le collaborateur du MGIP déjà cité, le sentiment général qui se dégage de l’ensemble des réponses, c’est d’abord que l’école n’a pas été inférieure à sa mission d’éducation morale et c’est aussi « la ferme croyance que l’école a une âme et que cette âme est faite de l’âme du maître205 ». La REPPS prolonge l’analyse : certes « l’école n’est rien sans le maître », mais il ne faut pas se faire d’illusions. En effet « cette question de l’éducation morale, j’entends d’une culture suivie, sérieuse et efficace, ne passionne pas encore autant les maîtres qu’on a pu le prétendre ou qu’on s’est efforcé de le démontrer ». La conviction des maîtres laisse en fait à désirer et l’auteur de l’article laisse percer une certaine déception : « au plus grand nombre encore, il manque cette flamme ardente, cet élan convaincu sans lesquels on n’édifie pas les grandes choses et sans lesquels surtout l’œuvre de l’école est condamnée à l’impuissance ». « Pourquoi trouve-t-on encore chez un si grand nombre d’instituteurs cette insouciance malheureuse du progrès moral ? » Il est donc évident que « donner une âme à l’école, c’est avant tout en donner une au maître », c’est-à-dire « lui mettre au cœur un vif sentiment de justice et de fraternité, de foi en son œuvre et en l’avenir ». Le constat final est sévère : « Trop, parmi eux, n’ont pas assez le souci d’une vraie culture des âmes206 ».

  • 207 L’éducation intégrale est une vieille revendication socialiste pour l’école.
  • 208 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Quelques notes sur l’éducation morale à l’école primaire, non (...)

18C’est dans une publication extra-scolaire, le Bulletin de l’Union pour l’Action morale, que l’on trouve les réflexions les plus percutantes et les propositions les plus originales. Le point de départ est le même que dans les journaux scolaires : « si l’on veut refaire une âme à l’école, il n’y a qu’un moyen : aider à la restauration de l’âme des maîtres ». Pour les jeunes maîtres en particulier, la difficulté c’est que « la vie leur apparaît comme l’antithèse de la morale qu’on leur prêche ». Et donc « ils entrent dans la carrière découragés, vaincus d’avance ». Certes il est bien clair que l’instituteur est impropre à enseigner le catéchisme, comme autrefois. Cependant, pour la Rédaction du Bulletin, « il semble bien que l’on puisse lui laisser quelque initiative pour la culture du sentiment religieux, dans toute sa simplicité première et tel qu’il se manifeste dans le cœur des petits enfants ». Et « en ce temps d’éducation intégrale207, ne serait-il pas étrange de dénier à l’école le droit et le devoir de veiller au développement de la faculté peut-être la plus précieuse de l’âme humaine ? » Il reviendrait donc au maître d’« entr’ouvrir, devant la conscience de l’enfant, la porte de l’invisible et du mystérieux au-delà ». Même rares « les révélations spontanées de la vie intime du maître n’en laissent pas moins dans la conscience des enfants des traces durables ». Des traces qui agiront comme « un levain qui, un jour ou l’autre, fermentera dans leur cœur et les fera vivre, eux aussi, de cette vie supérieure et vraiment libre, à la fois humaine et religieuse ». « Là est le secret de cette âme de l’école qu’il faut créer208 ».

  • 209 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Ibid.

19Mais cette mission d’initiateur à la vie religieuse ne peut s’accomplir dans n’importe quelles conditions : « Il faut, en effet, que l’âme du maître soit elle-même préparée à cette initiation, qu’elle soit capable de vibrer au toucher des cordes profondes ». Il est donc souhaitable qu’il bénéficie d’une « culture spéciale », une culture capable de développer l’homme « dans toute son intégrité ». L’instituteur doit aussi, quant à lui, pratiquer une « hygiène de vie morale » et donc « ne pas vivre de la vie vulgaire que mène le monde autour de lui. Si le milieu ambiant peut le corrompre, il doit s’en abstraire assez pour pouvoir se recueillir, se ressaisir, se posséder ». La Rédaction du Bulletin fait quelques propositions pratiques « pour entretenir chez l’instituteur cette chaleur et cette richesse d’âme nécessaire à la fécondité de sa tâche ». Elle propose notamment « la formation, en dehors de toute influence administrative, de petits groupes où l’on travaille, où l’on réfléchit, où l’on médite, où l’on s’entr’aide, où l’on fait en commun des lectures courtes et substantielles, et où l’on se communique le fruit de ses réflexions sur telle question, sur tel livre mis à l’étude… » Cette formule serait un gage de renaissance pour la vie morale : « Si nous prenions ainsi l’habitude de nous organiser, nous laïques, en familles spirituelles, la vie morale renaîtrait en nous avec une rare intensité ». Et, de proche en proche, l’action de ces petits groupes « éthiques » seraient peut-être capable de renouveler l’esprit du corps enseignant : « Ces petits groupes vivants produiraient d’abord comme des îlots disséminés dans la masse ; le mouvement et la vie se communiqueraient de proche en proche jusqu’au renouvellement intégral du corps enseignant tout entier209 »

  • 210 Bulletin de l’UPAM, juin 1894, DILECTA, esquisse d’un catalogue de livres utiles à la conduite de l (...)

20La Rédaction semble optimiste sur la réussite de sa formule. On remarquera en passant que la solution proposée ici se situe délibérément en dehors de l’administration de l’Instruction publique à laquelle on ne semble pas faire grande confiance. Il s’agit d’une solution tout à fait différente de celle qu’expose à la même époque Jacques Gauran dans un article de la REPPS. Ce professeur d’École normale choisit de réformer l’esprit et la culture morale des personnels à l’intérieur même des structures et des filières administratives. L’Union pour l’Action morale rappelle aussi dans son article qu’elle a publié dans son bulletin de juin 1894, sous le titre « DILECTA », « une esquisse de catalogue de livres utiles à la conduite de la vie210 ». L’organisation d’une bibliothèque circulante, sur la base de ce catalogue, est également envisagée. De quoi alimenter les « lectures courtes et substantielles » dont la pratique est conseillée dans les petits groupes de réflexion préconisés plus haut.

  • 211 REPPS, partie scolaire, no 22, 03/03/1895. Chronique de l’école (Bidart). Échos du Parlement. Suite (...)

21Dans les journaux scolaires, la patrie n’est pas proposée comme « l’âme de l’école », signe peut-être d’une certaine prise de distance par rapport au patriotisme. On évoquera cependant la position très patriotique du ministre de l’Instruction publique en exercice, Raymond Poincaré, dans sa réponse à Jaurès, lors de la discussion du 11 février 1895 à la Chambre. Au député socialiste qui lui demande quel est le point d’appui de la morale enseignée dans les écoles primaires publiques, le ministre cite « la conscience humaine, avec les notions naturelles du bien et du mal », avec les principes du devoir et de la responsabilité, avec des valeurs comme le travail et la propriété. Poincaré déclare aussi qu’il serait curieux de connaître le point d’appui de la morale esquissée par Jaurès qui ne cesse, dans ses discours, « de tirer des traites sur un paradis terrestre inaccessible, qui n’est qu’un mirage de son imagination ». Mais à la fin de son discours, le ministre signale une assise à ses yeux bien plus fondamentale de la morale enseignée aux enfants des écoles : « le sentiment de la patrie ». Ce sentiment, voilà « le principe, l’essence, l’âme de notre éducation ! » Et si, « par impossible, les théories collectivistes triomphaient », ne risquerait-on pas de le voir disparaître ?211

  • 212 REPPS, partie générale, no 13, 10/04/1895. Conclusion du débat sur l’âme de l’école. Communication (...)
  • 213 JDI, N) 31, 23/04/1895. Revue des revues.

22D’autres contenus et d’autres valeurs sont proposés par les collaborateurs des journaux scolaires pour donner une âme à l’école. En premier lieu l’idée de justice que Henri Bidart, professeur d’École normale, souhaite substituer au sentiment religieux ou à tout autre point d’appui. Depuis son grand article inaugural paru dans la REPPS, Bidart a ajouté l’amour à la justice : pour lui ce sont deux faces d’une même réalité. Fermement persuadé de la justesse de sa théorie morale, il ne manque aucune occasion de la faire connaître et fait paraître, en 1895, un « Appel à tous les esprits droits en faveur de l’idée de JUSTICE ET AMOUR ». Le document est signé « Toutes les grandes voix » à la place desquelles cependant Bidart signe « pour copie conforme ». Dans ce document, proposé comme une conclusion au débat sur « l’âme de l’école », tout est ramené à l’idée de Justice et Amour : sentiment religieux, patriotisme, amour de l’humanité… L’idée de justice est présentée comme une véritable panacée car « elle résout et concilie le mieux tous les conflits et tous les problèmes moraux qui passionnent et divisent les esprits ». Quant aux auteurs de l’Appel : « c’est l’élite de l’humanité qui vous parle par nous » et « nous sommes toutes les âmes anxieuses qui, aujourd’hui, cherchons à développer chez les humains l’esprit d’association et de solidarité ». Ces grandes voix qui sont « du passé, du présent et de l’avenir » s’engagent notamment à « supprimer les deux grandes iniquités existantes : la guerre et la misère212 ». La REPPS a communiqué cet Appel au Journal des Instituteurs qui l’insère « avec un grand plaisir », car il estime, lui aussi, « qu’il est la conclusion logique du débat actuel sur l’Ame de l’école213 ».

  • 214 JDI, no 36, 02/06/1895. Revue des revues.
  • 215 JDI, no 51, 15/09/1895. Revue des revues. Article de La France enseignante.

23L’âme de l’école, ce peut être aussi la bonté et la solidarité, comme le souligne un article du Radical cité par le Journal des instituteurs. L’auteur de cet article intitulé l’âme de l’école, se réjouit de voir cette âme « en plein épanouissement de vitalité, en plein élan de bonté et de solidarité…214 » Et il donne des exemples à l’appui de son propos. Enfin, quel plus beau témoignage de cette âme de l’école que « tous les actes de dévouement, de courage, de bravoure, d’honnêteté, de générosité, etc. accomplis spontanément depuis octobre 1882 par les élèves, anciens ou actuels, de l’école laïque ? » L’article cité annonce un concours ouvert entre tous les instituteurs et les institutrices de France pour l’élaboration d’un « Livre d’or de l’école laïque ». Cet ouvrage vient à point nommé car il va pouvoir « répondre, par des faits, aux révoltantes accusations lancées par une presse éhontée contre notre enseignement national » et il contribuera « à fixer, peut-être, « l’âme » fugitive de l’école que des pédagogues raseurs s’obstinent à chercher sans pouvoir la saisir215 ».

Notes

186 Quelques mois auparavant les Notes d’inspection de Félix Pécaut avaient eu aussi un fort retentissement dans l’Enseignement primaire. Le texte de Pécaut, suivi par d’autres sur le même sujet, a, en quelque sorte, ouvert un « sillage médiatique » dont a bénéficié l’enquête de la CG.

187 Deux journaux ont signalé que l’enquête avait donné lieu à un court débat à la Chambre des députés le 11 février 1895 à l’occasion de la discussion du budget de l’Instruction publique. Le MGIP reproduit le texte intégral de cet échange entre Jean Jaurès et le ministre en exercice Raymond Poincaré.

188 REPPS, partie générale, no 7, 10/01/1895. L’âme de l’école, par H. Bidart, qui a signé « pour la Direction de la revue ».

189 L’Écho de l’Enseignement primaire, partie générale, no 9, 02/12/1894. Revue de la presse pédagogique, par Henri Ragot. Ce journal scolaire hebdomadaire a commencé à paraître en octobre 1892. Son rédacteur en chef est un Directeur d’école dont la devise est « Tout par l’instituteur et pour l’instituteur ». Il cessera de paraître en 1897. (La presse d’éducation et d’enseignement, du xviiie siècle à 1940, tome 2, sous la direction de Pierre Caspard).

190 Référence à l’article paru dans la REPPS du 25/10/1894, Dieu à l’école.

191 CG, 15/02/1895. Contribution de A.R., directrice d’EN.

192 L’Écho de l’enseignement primaire, partie générale, no 9, 02/12/1894. Article cité.

193 Ibid., partie générale, no 10, 09/12/1894. Revue de la presse pédagogique (suite), par H. Ragot. Mots soulignés par l’auteur.

194 Ragot fait référence aux deux articles de J. Simon publiés en 1894, l’un dans Le Figaro, l’autre dans Le Journal des Savants qui, tous les deux appellent de façon pressante à « ramener Dieu à l’école ».

195 L’Écho de l’enseignement primaire, partie générale, no 10, 09/12/1894. Ibid.

196 C’est l’expression forgée par Sabatier lui-même.

197 MGIP, partie générale, no 5, 03/02/1895. L’âme de l’école, par R.

198 Le mot faillite est placé entre guillemets par l’auteur lui-même.

199 REPPS, partie scolaire, no 33, 10/05/1895. Pédagogie et méthodologie. Intérêts du personnel. L’âme de l’école, par Paul-Émile.

200 Association désormais désignée par le sigle UPAM. On complètera cet article par un autre, paru dans le bulletin du 1er mars 1895.

201 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Quelques notes sur l’éducation morale à l’école primaire, non signé. Les mots sont soulignés dans le texte de Pierre Naville.

202 Bulletin de l’UPAM, no 7, 01/03/1895. Idées sur l’éducation dans l’enseignement primaire, non signé.

203 Il s’agit des carnets de préparation qui sont dus à l’initiative de l’IG Martel en 1893.

204 RP, 15/12/1895. Notes d’inspection (Extraits d’un rapport à M. le Ministre de l’Instruction publique), par Édouard Jacoulet.

205 MGIP, partie générale, no 5, 03/02/1895. Article cité.

206 REPPS, partie scolaire, no 33, 10/05/1895. Pédagogie et méthodologie. L’âme de l’école, par Paul-Émile.

207 L’éducation intégrale est une vieille revendication socialiste pour l’école.

208 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Quelques notes sur l’éducation morale à l’école primaire, non signé. Cet article a fait l’objet d’un tirage spécial de mille exemplaires destiné à le répandre gratuitement parmi les instituteurs (Le Dieu de la République. Aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900)), Patrick Cabanel, chapitre 8, p. 231, note 66. Ouvrage paru en 2003 aux Presses universitaires de Rennes.

209 Bulletin de l’UPAM, no 1, 01/12/1894. Ibid.

210 Bulletin de l’UPAM, juin 1894, DILECTA, esquisse d’un catalogue de livres utiles à la conduite de la vie. On pourrait traduite le mot latin « dilecta » par « œuvres choisies, ou préférées ». Cette bibliographie commentée de 90 pages comporte 400 titres. P. Cabanel, dans son livre cité plus haut, en donne quelques titres (chapitre 7, p. 195-196).

211 REPPS, partie scolaire, no 22, 03/03/1895. Chronique de l’école (Bidart). Échos du Parlement. Suite du débat à la Chambre sur l’âme de l’école.

212 REPPS, partie générale, no 13, 10/04/1895. Conclusion du débat sur l’âme de l’école. Communication d’un groupe de professeurs. Appel à tous les esprits droits en faveur de l’idée de JUSTICE et AMOUR (en lettres capitales dans le texte). Signature : toutes les grandes voix. Pour copie conforme : Bidart. Mots soulignés par l’auteur.

213 JDI, N) 31, 23/04/1895. Revue des revues.

214 JDI, no 36, 02/06/1895. Revue des revues.

215 JDI, no 51, 15/09/1895. Revue des revues. Article de La France enseignante.

Notes de fin

187 L’Union pour l’Action morale avait été fondée en 1892 par Paul Desjardins et le philosophe Jules Lagneau. Elle compte parmi les premières, sinon la première, “sociétés éthiques” en France.

© Presses universitaires du Midi, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540