Versione classicaVersione mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Conclusion

Testo integrale

1. L’ESPACE RÉGULARISÉ, ENTRE RURAL ET URBAIN1

  • 1 Selon l’expression de B. Cursente : « Le bastides della Francia del Sud-Ovest tra rurale e urbano (...)

1Les paysages et les nouveaux parcellaires issus de l’assèchement des étangs résultent d’une action sur le très long terme, depuis l’Antiquité à nos jours. Il ne s’agit pas pour autant d’un mouvement unilatéral, condamnant en quelque sorte les espaces humides à une éradication inéluctable dans un affrontement entre nature et culture. Aussi bien en Languedoc que dans toute l’Europe, le comportement des populations est conjoncturel, répond à des choix différents suivant le moment et le lieu, prend en compte des facteurs économiques, sociaux et probablement aussi naturels, bioclimatiques et hydrologiques en particulier. Pendant le Moyen Âge, les comportements paraissent avoir fortement évolué. Jusqu’au xie siècle, l’exploitation du milieu des eaux stagnantes l’emporte sans modification profonde de l’environnement, si ce n’est par des drainages régulant la présence de l’eau. De la seconde moitié du xiie siècle au début du xive, l’attitude change profondément en Languedoc : les étangs continentaux sont perçus comme un espace à transformer et à intégrer autrement dans l’agrosystème avec une perspective de production qui est dans un premier temps surtout céréalière.

2Cette phase de résorption du milieu aquatique peut se comprendre comme une réponse à une demande alimentaire croissante alors que la population augmente encore en Languedoc jusque dans les premières décennies du xive siècle. Mais c’est aussi la mise en œuvre d’actions volontaires et concertées des milieux seigneuriaux et urbains pour tirer de nouveaux profits. Les bonnes terres des étangs sont attractives. Les seigneurs exigent d’importants droits d’entrée et acensent, soit individuellement, soit collectivement, les nouveaux terroirs. Cette réorganisation de la gestion seigneuriale se fait en partenariat avec les élites consulaires et marchandes des grandes cités voisines, Béziers, Narbonne et Carcassonne, voire de gros villages (Ouveillan), qui deviennent les concessionnaires-entrepreneurs des plus grands étangs (Montady, Fleury, Marseillette). Généralement, les terres nouvelles sont sous-acensées aux exploitants agricoles, mais peuvent aussi devenir des domaines ruraux bourgeois, comme la bastide de Taraillan à Fleury. Bien que les sources privilégient l’action des seigneurs, qui autorisent les projets de drainage, il ressort de ces dossiers qu’il faut parler d’entreprises urbaines bien plus que rurales. C’est souvent la ville qui finance, assèche et retire une part substantielle des profits. Situées à une dizaine de kilomètres des cités, les plus vastes des dépressions constituent une zone d’expansion et d’investissement idéale pour une bourgeoisie qui s’enrichit par le commerce de la draperie, dirige les consulats et maîtrise les outils juridiques.

3Le partenariat entre les seigneurs et les bourgeois s’impose en effet pour des raisons de financement. Lorsque les dépressions dépassent la centaine d’hectares, les dépenses sont élevées à la fois par l’étendue des fossés à créer et plus encore par les galeries à creuser. Si aucune comptabilité mentionnant de tels travaux n’est apparemment conservée, d’autres indications ponctuelles montrent qu’il faut mobiliser des centaines de livres pour rétribuer les professionnels, maîtres d’œuvre et techniciens, arpenteurs et peut-être aussi des salariés pour la main-d’œuvre, et acquérir l’outillage. Ces travaux demandent de la compétence, de l’argent, du temps – il faut compter en années pour les grands projets – et mobilisent toute la société médiévale sauf les grands pouvoirs politiques, autrement dit, en Languedoc, le roi. Jamais les sénéchaux n’interviennent pour initier ou pour organiser les grandes opérations. Tout juste font-ils fonction d’arbitres, comme à Marseillette, ou détiennent-ils quelques parts des terres nouvelles, comme à Ouveillan. C’est la profonde originalité de ces entreprises médiévales qui se retrouve aussi dans le marais poitevin : les pouvoirs centraux ne sont en rien à l’origine de ces interventions. Le contraste est manifeste avec les drainages lacustres antiques ou les sociétés mises sur pied par la royauté à l’époque moderne. Au xiiie siècle, les actions sont microrégionales, à l’échelle du monde féodal, à travers ses expressions rurale et urbaine. Tout compte fait, les assèchements apparaissent comme des projets fédérateurs. C’est l’expression d’une acmé de cette croissance qui néanmoins bute sur les réalités d’un milieu plus difficile à maîtriser qu’il n’a dû y paraître et d’une conjoncture qui se détériore au cours du xive siècle.

  • 2 V. Challet, Mundare et auferre malas erbas. La révolte des Tuchins en Languedoc (1381-1384), thèse (...)

4Faut-il pour autant considérer que ces projets sont en définitive de bonnes opérations ? Il faut en douter. Certains n’aboutissent pas ou échouèrent au bout de quelques années. C’est très net pour les ultimes entreprises du début du xive siècle, comme Marseillette ou l’Étang salé d’Ouveillan. À l’évidence, le contexte climatique est de moins en moins favorable. La seconde moitié du xiiie siècle semble marquée par des crues à répétition et le régime de fortes précipitations s’accentue de manière définitive après 1300. Comme les cuvettes ne paraissent pas dépasser quelques mètres de dénivelé entre les rives et leur centre, le remplissage est rapide et seul un réseau de drainage adapté et surtout régulièrement entretenu permet une exondation permanente. Le Petit Âge glaciaire n’a pu que profondément perturber le fonctionnement des anciens étangs. Il faut probablement interpréter la reconversion en prairies de plusieurs d’entre eux autant comme une réponse à la présence insistante de l’eau que comme un choix économique en faveur de l’élevage. Si les conditions naturelles sont à mettre au premier plan, elles n’y sont pas seules. La « faim de terre » disparaît avec la saignée démographique qui frappe les Languedociens comme l’ensemble des Européens à partir de la fin des années 1340. Les seigneurs ont-ils eu toujours la même « soif de profit » ? La réponse peut être positive pour ce qui est de l’état d’esprit, par contre les préoccupations changent certainement pour beaucoup. Avec la guerre de Cent Ans, le service du roi de France et la mise en défense des domaines deviennent sûrement une priorité pour beaucoup de nobles et, pour tous les seigneurs tant laïcs que religieux, les problèmes de gestion domaniale concourent aussi à faire passer au second plan les projets complexes et onéreux. S’il ne faut pas noircir exagérément le tableau languedocien, il reste que la révolte des Tuchins des années 1381-1384 a été un puissant révélateur de la crise sociale2. Impliquant les citadins comme les ruraux pour des motifs fiscaux et militaires, elle témoigne de l’ampleur du malaise social au cours du xive siècle. Par conséquent, des facteurs tant sociaux que climatiques font que l’heure n’est plus à l’aménagement de l’espace rural, mais, au mieux, à l’entretien de l’existant.

5L’un des apports essentiels de la documentation écrite languedocienne est de mettre au jour la chaîne des interventions, le processus de décision dans l’élaboration des projets. Aux seigneurs, la concession des droits d’assécher, de la traversée des terres pour l’exutoire, de la mise en valeur et enfin la divisio, c’est-à-dire la délimitation des territoires lorsque plusieurs seigneuries et finages bordent les rives et les parcelles en cas d’acensement collectif ; aux concessionnaires fortunés la prise en charge des travaux et l’entretien du réseau de drainage. Si les acquéreurs ont des représentants agissant ponctuellement en leur nom, ils ne paraissent pas former de véritables syndicats pour gérer le réseau fossoyé. C’est l’une des faiblesses de cette mise en valeur qui rend partiellement compte des problèmes rencontrés. La place réduite des communautés rurales n’est probablement pas étrangère à cette absence de gestion collective. Même si la documentation seigneuriale peut minorer leur rôle réel, les villageois profitent plus des terres acensées qu’ils ne prennent des initiatives, ce qui, somme toute, se comprend puisque l’étang est un bien exclusivement seigneurial dont les droits d’usage restent peu évoqués. Par contre, nulle expression paysanne d’une protestation contre la disparition des ressources vivrières issues de l’eau ne se manifeste. Cette absence ne paraît pas une lacune documentaire, mais plutôt une adhésion à la conversion de l’espace aquatique, comme le montrent clairement les exemples provençaux des Baux ou de Saint-Rémy, ce qui concourt à la dimension « fédératrice » des bonifications évoquées peu auparavant. Cette attitude d’accompagnement, voire de sollicitation, correspond certainement au souhait d’augmenter les emblavures, mais peut-être aussi à la modestie des ressources aquatiques en général. C’est là un argument, s’il est pertinent, pour postuler au xiiie siècle des étangs fort paludifiés, marécageux, voire intermittents, perçus comme peu productifs, ou, en tout cas, insuffisamment productifs. Il est remarquable que le seul grand étang sans projet de transformation connu soit celui de Capestang. Son importante production de sel, défendue par l’archevêque de Narbonne face à la construction du fossé d’exhaure de Montady, semble seule retenir les ardeurs dessicatrices de l’époque.

6Le nouveau paysage des zones humides bâti par les Languedociens révèle une technique tout à fait maîtrisée de la construction parcellaire et du lotissement agraire. Les deux seuls exemples conservés, Fleury et Montady, auxquels s’est ajouté un temps celui d’Ouveillan, traduisent des régularités géométriques assimilables aux paysages agraires de certaines bastides. L’objectif est le même : distribuer des lots de terre à mettre en valeur selon un barème fiscal uniforme lié à la superficie. La différence tient à la contrainte topographique et hydrologique : les parcelles doivent s’intégrer au réseau drainant et à la concavité des cuvettes endoréiques. Les solutions retenues découlent des schémas hydrologiques locaux : autour de l’axe du fossé majeur à Fleury, en rayon autour du fossé circulaire central à Montady. Le cas de Montady est effectivement exceptionnel : rompant avec les parcellaires planifiés quadrillés ou laniérés, il dispose les parcelles selon un réseau rayonnant qui ne paraît pas avoir d’équivalent de cette ampleur en Europe. Du point de vue de l’exploitation, l’avantage est réel : les parts sont équilibrées (si la distribution se fait bien par pointe, ce qui reste à confirmer) avec des terrains plus humides au centre et mieux drainés en périphérie. Autant que les bastides, les étangs attestent la maîtrise d’un espace ici imposé et non choisi.

7La construction de cet espace se fait dans une logique agraire et hydrologique, mais aussi de délimitation des juridictions seigneuriales. Modifier le milieu pose en effet la question de l’exercice des droits sur un espace devenu agraire. Il importe de marquer les bornes des compétences. Pourtant, il serait simplificateur de considérer que le passage de l’humide au sec est celui du flou au fixe. Plusieurs étangs étaient bornés avant leur drainage, y compris, probablement, à l’intérieur des dépressions lorsque plusieurs ressorts l’environnaient. L’étang n’est donc pas le domaine de l’incertain : les droits sont clairement établis, ce qui l’intègre pleinement à l’espace des territoires seigneuriaux et montre à quel point le souci de marquer les confins est sensible en plein xiiie siècle. L’assèchement ne fait que conforter cette préoccupation devenue une évidence pour les terres bonifiées. Le principe de proportionnalité qui paraît avoir été à l’œuvre pour la délimitation des dîmaires dans l’étang de Montady témoigne certainement de la volonté d’asseoir les territoires sur des bases incontestables. Cette rationalisation se retrouve d’ailleurs dans les divisions des parcelles concédées aux possesseurs ou aux exploitants. Elle n’est pas synonyme d’égalitarisme, car les parts distribuées ne sont pas identiques. Mais elle s’appuie sur un système de références qui facilite la mise en valeur : partage de l’étang asséché en quarts à Ouveillan, existence probable d’une unité métrologique, la pointe, à Montady, proportionnalité de la redevance à la superficie à Fleury. L’arithmétique et la géométrie guident l’organisation des nouveaux paysages.

8Le réseau de drainage se révèle être un marqueur fréquent de ce paysage parce que sa pérennité le rend incontestable. Les fossés majeurs servent de limites aux seigneuries adjacentes et aux décimaires ecclésiastiques dans plusieurs cas (Puilacher-Tressan, Montady) et surtout les fossés circulaires (les « cercles ») doublés d’un chemin périphérique séparent le plus souvent le taillable de la communauté de l’étang, exempté et donc noble. L’étang asséché est donc loin d’être un étang effacé. Son réseau hydraulique, son système parcellaire régulier, son statut juridique jusqu’au xviiie siècle, ont continué à l’individualiser et à en faire un des témoins les plus manifestes du paysage rural médiéval planifié, en Languedoc comme dans d’autres régions. Mais c’est aussi, sans aucun doute, la marque des villes dans la genèse et la mise en place des projets planifiés ruraux. Les grands drainages n’auraient pu avoir lieu sans l’intervention des bourgeois pour investir, et certainement aussi des maîtres d’œuvre et des arpenteurs citadins. L’étang reflète l’inurbamento des campagnes languedociennes autour de 1300, un siècle après avoir servi de pôles domaniaux aux établissements religieux ruraux.

9La mise en valeur des étangs asséchés symbolise de manière originale et spécifique les liens qui nouent de plus en plus étroitement le monde urbain et le monde rural à la fin du Moyen Âge. Pourtant, la réorganisation volontaire de l’espace est loin de se cantonner aux étangs et d’autres exemples de transformations concertées modifient le paysage rural et urbain. Le comportement de la société est en fait global. Elle tente, au moyen d’interventions marquées par une certaine rationalité, de structurer son environnement pour en tirer le meilleur parti. C’est une vision de l’espace qui est à l’œuvre aux xiie-xive siècles.

2. DIEUS ES DESTRADOR…

  • 3 Cf. Introduction, 1.

10Nous voudrions réfléchir aux diverses significations des aménagements en termes d’espace, de paysage, d’environnement, leur signification sociale et économique, c’est-à-dire, en définitive, tenter de dégager quelques spécificités médiévales de ce que nous avons défini par « aménagement de l’espace3 ».

11Avant tout, il importe de préciser les repères chronologiques. La connaissance des entreprises d’aménagement se fonde par nécessité sur les projets les plus importants, ceux qui ont nécessité la rédaction d’actes. Pour les étangs, le milieu du xiie siècle marque le temps des premières opérations significatives, alors que les dernières tentatives, infructueuses, s’échelonnent à l’orée du xive siècle. Nulle surprise : le dynamisme économique et démographique en Languedoc, comme ailleurs et même plus longtemps qu’ailleurs, est à l’origine de cette mutation polymorphe du paysage médiéval qui reste bien sûr très partielle à l’échelle régionale. Par contre, il faut insister sur le rôle d’initiateur des nouveaux ordres religieux. Celui des cisterciens a été assez souvent revu à la baisse et le classicisme de la gestion des ordres militaires a été assez souligné pour relever que les uns et les autres semblent les promoteurs des premières interventions notoires en matière d’assèchement d’étang. Cette situation, qui correspond à la seconde moitié du xiie siècle, change au milieu du siècle suivant, et plus encore à partir des années 1280. Les opérations de type domanial effectuées dans le cadre des établissements religieux laissent la place à de véritables aménagements concertés. Le temps est aux paréages et aux associations pour mener à bien des projets de plus grande ampleur. La chronologie est la même que celle des bastides voisines. Là aussi, les fondations les plus abouties du point de vue de l’aménagement du parcellaire rural et urbain s’échelonnent au cours des décennies de part et d’autre de l’année 1300. Plus d’étangs en réserve, donc : les projets débouchent surtout sur des acensements collectifs, plus rarement au profit d’un particulier. Le mode de mise en valeur est donc très proche des villeneuves de fondation, puisque la création d’un nouveau parcellaire est associée à une répartition foncière entre des acquéreurs, exploitants ou non.

  • 4 Grandes crues de l’Aude en 1307, 1316 et 1322 : P. Verdeil, « Essai de paléohydrologie de l’Aude » (...)

12Le coup d’arrêt est par contre plus précoce pour les étangs languedociens – dernier drainage connu autour de 1305 – alors que les bastides continuent à s’édifier de façon sensible jusque dans les années 1330. Même s’il faut tenir compte des lacunes possibles de la documentation écrite, deux facteurs spécifiques ont pu entrer en ligne de compte pour les étangs, auxquels s’ajoutent ensuite les freins généraux que sont la chute démographique et la déstabilisation engendrée par la guerre de Cent Ans. Il faut aussi certainement prendre en compte l’évolution climatique vers le Petit Âge glaciaire. En effet, la région de Narbonne est touchée par des pluies violentes et des crues à partir de 13074 : la concomitance avec l’arrêt des grands drainages est symptomatique. Et puis, il faut encore constater qu’à cette époque la plupart des grands étangs ont été déjà asséchés. Le succès de l’entreprise est parfois provisoire, mais le fait est là : en près de 150 ans, la plupart des grandes dépressions endoréiques entre les cours de l’Hérault et de l’Aude ont été exondées. La seule exception importante est Capestang, certainement parce que l’archevêque de Narbonne s’y refuse afin de conserver les revenus du sel. Ainsi, la chronologie fait apparaître une phase de grands assèchements d’un siècle et demi, mais il faut mettre l’accent sur l’importance du tournant des xiiie et xive siècles qui paraît un temps fort des aménagements de parcellaires tant ruraux qu’urbains, en Languedoc comme dans les régions méridionales voisines.

13La portée des aménagements en matière d’espace peut s’apprécier à travers la définition des territoires qu’ils suscitent et par l’intermédiaire du vocabulaire qui les restitue partiellement. La fondation d’une agglomération villageoise ou urbaine ou la mise en place d’un parcellaire agraire ne modifie pas seulement le milieu, mais elle touche aussi souvent à la définition des territoires. Dans le cas des fondations d’agglomération, le changement essentiel porte sur la création d’un nouveau territoire pris sur ceux qui existent. Cette subdivision se repère parfois dans le maillage territorial, même actuel, par la petite superficie de ces nouvelles entités lorsque le projet est essentiellement urbain. Dans le cas des étangs, ce sont les tracés des limites territoriales qui sont fréquemment affectés. Le partage d’un étang asséché entre deux ou plusieurs finages s’accompagne d’une délimitation et d’un bornage parfois complexes, pouvant demander la présence d’un arpenteur. Cet affinement et cette linéarité accentuée semblent s’effectuer selon des principes de proportionnalité des superficies qui introduisent des éléments de rationalité dans la perception et la définition de l’espace et du territoire. Pour autant, il ne faut pas surestimer les changements, car le bornage des étangs alors qu’ils étaient encore en eau est attesté à plusieurs reprises.

14Si les assèchements introduisent une plus grande précision des frontières des finages, ils sont aussi à l’origine de zones exceptées qui contribuent à créer des enclaves pouvant être la source de conflits. Ainsi, plusieurs étangs drainés conservent la nobilité qui était la leur du temps où ils étaient en eau. C’est le cas des étangs restés domaniaux, mais aussi de ceux qui sont acensés : le cercle de l’étang devient alors une limite fiscale d’un espace échappant à la taille. Pour les communautés, la situation procure la même sorte de préjudice subi avec la formation des terroirs des granges monastiques qui deviennent des zones d’exclusion, en particulier pour les troupeaux. Là aussi, l’espace est délimité afin de parvenir à des compromis. Le même souci apparaît pour les droits ecclésiastiques, comme le montrent les délimitations relatives à la dîme, aussi bien pour des granges que pour des étangs. Il est donc manifeste que la formation de terroirs et de parcellaires neufs participe, d’une manière conflictuelle ou non, à la redéfinition des cadres spatiaux locaux et s’inscrit dans cette mise au net des frontières de finages à la fin du Moyen Âge. L’aménagement sert aussi à marquer son espace.

  • 5 C. Lavigne fait le même constat en Gascogne : Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les (...)

15Si les limites se précisent, les termes relatifs à l’espace sont plus difficiles à interpréter, lorsqu’ils existent. Le vocabulaire lié à l’aménagement est contrasté. L’assèchement et la mise en valeur des étangs produisent un champ lexical relativement développé, avec des verbes et des substantifs qui rendent assez bien compte des modifications du réseau hydrographique. Par contre, le vocabulaire de la planification ou de l’organisation paraît peu conceptualisé, mais il faudrait probablement étudier de manière plus précise les sources sous cet angle. La polysémie se révèle être relativement fréquente, comme pour la mise en place des parcellaires et des mesures qui en découlent. Si nos hypothèses s’avèrent correctes, la « pointe » de l’étang de Montady ne désigne pas seulement un type de parcelle avec un sens morphologique, mais représente en outre une valeur métrologique, de type modulaire. En fait, cette équivoque – ce que nous percevons comme tel, en tout cas – est à placer sur le même plan que celle qui touche l’arpent, pouvant être à l’époque médiévale à la fois une mesure de superficie et le nom générique désignant toutes les terres cultivables, sens qui est passé par la suite dans le vocabulaire courant. La plus grande prudence s’impose par conséquent dans l’utilisation d’un vocabulaire dont le sens doit être décrypté dans chaque document. Par ailleurs, la création des parcellaires neufs ne s’accompagne pas d’un vocabulaire spécifique, conceptualisé, désignant les nouvelles formes agraires, ce qui étonne dans la période des années 1280-1330 au cours de laquelle ils se multiplient5. Faut-il y voir l’absence d’une formation et d’une réflexion théorique dans le domaine de l’arpentage et de l’aménagement de l’espace ? C’est une possibilité qu’il faut envisager : il est toujours difficile de trouver des traces de cet enseignement et d’ouvrages relatifs à ces questions. Les traités plus tardifs de Bertrand Boysset n’évoquent pas la question des lotissements agraires, mais il est vrai que la question n’était probablement plus à l’ordre du jour au début du xve siècle. La réflexion est par conséquent à poursuivre : elle renvoie à l’insuffisance des connaissances actuelles sur les arpenteurs médiévaux et sur leurs activités que cette étude n’aura que bien partiellement contribué à éclairer.

16Le processus et le rythme de mise en œuvre de l’aménagement ont par contre été clarifiés. Ils permettent d’apporter quelques précisions sur sa signification en termes de paysage et de parcellaire. Dans le cas des étangs, qui a ses propres spécificités et ne peut être transposé tel quel pour d’autres processus, les étapes présentent les caractéristiques d’une planification de l’espace avec une traduction morphologique tout à fait identifiable. L’aménagement des plus grands étangs passe par deux étapes préliminaires : la décision d’entreprendre l’opération qui se concrétise par l’octroi des futures terres asséchées par les seigneurs fonciers à des concessionnaires chargés de mettre en œuvre les travaux, d’une part, et l’obtention par ces derniers de l’accord des seigneurs dont les terres doivent être traversées par le canal d’exhaure, d’autre part. Une fois l’étang asséché, deux autres étapes suivent, plus ou moins rapidement : d’un côté, la concession des terres aux exploitants avec un bail à acapte et, d’un autre, les divisions territoriales des nouvelles terres entre les seigneurs, mais aussi par l’Église pour les paroisses et les dîmes. La procédure qui vient d’être décrite n’est qu’un modèle qui comporte des variantes dans la réalité, en particulier pour les étangs restés domaniaux. Cette modélisation ne peut non plus s’appliquer aux villeneuves de fondation de la France méridionale pour lesquelles la procédure est simplifiée. D’une part, les contraintes liées au milieu humide et au drainage n’existent pas, ou beaucoup moins ; d’autre part, l’implication d’aménageurs que sont les portionarii des étangs, sur le modèle des locatores, ne paraît pas exister.

17La complexité du processus, mais aussi des travaux d’assèchement (réseau fossoyé, canal d’exhaure, parfois aqueduc souterrain), fait que le temps qui s’écoule entre la prise de décision et le début de l’exploitation est long. Ce phénomène est déjà observable pour les bastides, il l’est aussi pour les étangs. Les travaux effectués dans les plus grandes cuvettes se comptent en années et l’ensemble du processus peut dépasser une décennie, ce qui paraît être le cas à Montady. L’autre temporalité, qui est différente, est celle de la répartition et de la mise en valeur effectives des parcelles. Si dans les étangs, elles semblent rapides, l’occupation des villages neufs est plus étalée dans le temps et irrégulière. Il est important de prendre en compte ces processus et ces temporalités, car ils renseignent directement sur la nature des aménagements et des planifications. Ces entreprises de longue haleine attestent par ailleurs d’une projection sur le moyen ou le long terme des initiateurs des projets, mais aussi des exploitants : c’est l’espoir de profits et de revenus qui ne peuvent être rapides et risquent même d’être remis en cause dans le cas des étangs si l’hydrographie est mal maîtrisée.

18Les grands étangs, comme certaines villeneuves, peuvent être considérés sans aucun doute comme des planifications de parcellaires et par conséquent de l’espace. Par contre, il faut éviter d’uniformiser le phénomène. Trois points doivent être pris en considération. Tout d’abord, la recherche d’un module métrologique qui serait à la base de la division de l’espace demande à prendre en considération conjointement les données issues des calculs effectués sur des plans adéquats et celles qui sont transmises par les documents écrits qui transcrivent la réalité du parcellaire fiscal. Ce sont eux qui peuvent livrer le nom des mesures en usage, voire des noms de parcelle liés à la division du parcellaire. En effet, si, globalement, la région étudiée correspond à l’aire de la séterée, la cohérence métrologique des parcellaires neufs ne se fait pas forcément à travers elle. Dans l’étang de Taraillan, la séterée paraît être à la fois l’unité de référence fiscale et celle du découpage parcellaire, mais à Montady elle a pu s’effacer derrière une unité morphologique et métrologique, la pointe, adaptée à la particularité du système parcellaire. C’est la confrontation des sources écrites et des plans qui permet de mieux connaître les modalités de division de l’espace.

19La deuxième observation relative à la planification porte sur la diversité morphologique des parcellaires créés. Les parcellaires agraires et urbains des villeneuves de fondation peuvent s’affranchir du milieu : leur morphologie dit clairement que le plan conçu a trouvé une réification directe au sol parce que celui-ci n’offrait que peu d’obstacle, à l’exception des sites escarpés. Le site peut d’ailleurs être choisi selon ce critère. Il n’en est pas de même pour les parcellaires issus d’un assèchement. Le site est une contrainte incontournable et l’organisation du réseau parcellaire est en même temps un ensemble de fossés hydrologiques donc l’efficacité est primordiale. C’est ce qui explique la variété des solutions morphologiques, résultant de l’adaptation au terrain. Il reste que l’étang de Montady propose un parcellaire radial – ou radio-concentrique, si le redondel et le fossé circulaire sont pris en compte – totalement original. La méconnaissance des choix effectués à Marseillette, dont la cuvette a aussi une forme tendant vers le cercle, empêche de savoir si une telle organisation y était prévue. Sur la base des exemples connus, Montady paraît plutôt comme une expérience sans lendemain, ce qui laisserait entendre que sa réalisation ou sa gestion furent difficiles. Il n’en reste pas moins que les étangs proposent d’autres planifications – comme projet et comme parcellaire – que celles des villeneuves, montrant ainsi la diversité des aménagements médiévaux de l’espace. Les marais littoraux, de l’Atlantique et de la Méditerranée, offrent d’autres exemples de planification. Les premiers sont déjà bien connus et celui de Saint-Rémy-de-Provence, auquel nous avons fait plusieurs fois référence, est tout à fait révélateur des potentialités d’une étude élargie aux plaines de la Méditerranée occidentale.

20L’aménagement est producteur d’espace et de paysage, mais il est aussi un produit de l’espace et du paysage. L’analyse des étangs languedociens pose la question du rôle de l’environnement dans la mise en place des nouveaux paysages agraires. La période des XIIIe-xive siècles, temps fort des assèchements, est aussi celle de la transition vers le Petit Âge glaciaire, se traduisant par une humidification progressive et il est théoriquement concevable que les cuvettes se remplissent plus qu’auparavant, d’autant que leur profondeur est très réduite. Considérer les assèchements comme des réponses aux modifications climatiques est donc envisageable, mais il est impossible de l’inférer du contenu des textes, même si leur laconisme peut être invoqué. Pourtant, l’impression – il n’est pas possible d’être plus affirmatif – est plutôt celle d’un niveau d’eau faible et d’un paysage plus palustre que lacustre. La pose de bornes dans les étangs et les marécages, dans un contexte topographique de faible dépression, laisse entendre que le niveau d’eau est réduit. Par contre, les versants, souvent peu relevés, ne sont pas toujours un obstacle à l’extension de la zone humide. À défaut de s’élever et de constituer une vraie nappe, l’eau a pu s’étendre sur une plus grande superficie, ce qui aurait encouragé l’élimination des étangs. S’il est donc difficile d’évaluer l’impact du climat dans ce domaine, son rôle apparaît plus probant dans l’arrêt des opérations, même si là aussi les textes ne sont guère loquaces. Il faut attendre les mentions de déguerpissements d’exploitants à Fleury à la fin du xive siècle et surtout à l’époque moderne pour que l’impact des inondations soit réellement exprimé. Par conséquent, la mise en relation des évolutions climatiques au cours du xiiie siècle et l’intensification des assèchements n’est en rien prouvée par les textes et reste une hypothèse. La documentation écrite est évidemment plus explicite pour comprendre les comportements sociaux.

  • 6 Évoquant les zones humides du littoral : « … la implantació del feudalisme afavorí l’avanç de l’ag (...)

21L’aménagement des étangs permet de faire quelques observations sur l’évolution de l’économie et de la société médiévales. Tout d’abord, il faut considérer que l’économie domaniale intègre pleinement les zones humides : elles ne sont en rien marginalisées, mais participent au système économique seigneurial grâce à la diversité et à la spécificité de leurs ressources. Le drainage des eaux stagnantes doit donc être perçu comme une réorganisation économique, plutôt que comme une simple intégration de l’incultum à l’agrosystème, même si la dimension d’extension des surfaces agraires est présente. Par conséquent, l’assèchement ne paraît pas strictement comparable à certains défrichements ayant pour objectif de gagner une zone inculte. Par contre, il est tout à fait assimilable à la volonté d’intensifier la production et de tirer profit de nouvelles terres riches. Antoni Furió propose de voir dans cette rentabilisation des espaces humides un effet de la féodalisation dans une optique seigneuriale et marchande6. Cette double optique est tout à fait perceptible dans le Languedoc du xiie siècle avec la constitution de domaines par les établissements religieux qui passent par la réduction des zones humides dans un aménagement global des terroirs et dans une gestion intégrée des granges. L’évolution au cours du xiiie siècle ne représente pas une rupture fondamentale au niveau des objectifs ; le changement s’opère dans les modalités et les partenaires impliqués. La gestion strictement rurale du xiie siècle fait place à des entreprises collectives dont les caractéristiques les plus significatives sont l’implication de la société urbaine bourgeoise et celle de la paysannerie bénéficiant des terres acensées. La comparaison peut encore une fois être menée avec les bastides. Les établissements religieux, les cisterciens au premier rang, concèdent leurs terres pour permettre les nouvelles fondations qui se traduisent aussi par des acensements. Par contre, la société urbaine reste le plus souvent à l’écart alors que pour les étangs, elle est non seulement partenaire, mais encore au premier rang puisque les concessionnaires des grands étangs sont souvent des citadins fortunés qui financent les travaux, comme Montady, Fleury et Marseillette le montrent parfaitement. L’usage des terres asséchées, tournées d’abord vers la céréaliculture puis de plus en plus transformées en prés, reflète en partie les conditions naturelles et l’évolution climatique, mais aussi l’origine des partenaires impliqués. Dans certains cas, les seigneurs laissent toute liberté à leurs exploitants d’utiliser les parcelles comme bon leur semble (Ouveillan, Fleury). À Fleury, ce libre choix laissé aux paysans se traduit par une céréaliculture qui paraît dominante jusqu’à l’époque moderne. Par contre, l’élevage l’emporte à Montady, semble-t-il aussi au Pouget et à Pézenas, dans la vallée de l’Hérault, et à Jonquières, en Narbonnais. Dans ces cas, il s’agit d’étangs domaniaux ou dont la possession est contrôlée par des citadins et des institutions religieuses qui peuvent mettre au premier plan la rentabilité économique.

22Cette contribution à l’étude de l’aménagement de l’espace en Languedoc au Moyen Âge a permis de consolider certains acquis de la recherche et d’explorer quelques domaines moins connus. Le dossier consacré aux étangs a réinséré les Languedociens à la fois dans un milieu spécifique et dans une organisation territoriale, à l’échelle des finages, dont certains traits ont pu être ainsi précisés. Il reste beaucoup à faire, mais tout du moins le comportement de la société peut être, semble-t-il, mieux perçu à travers des tentatives et des réalisations visant à organiser l’environnement pour l’adapter à des projets liés à la mise en valeur des terroirs. Il se confirme que la maîtrise de l’espace passe par des interventions de plus en plus complexes, étendues, demandant des connaissances accrues dans les domaines de l’arpentage et de l’hydrologie pour les zones humides.

  • 7 Cf. la troisième partie de notre mémoire d’habilitation.
  • 8 B. Cursente, « Le bastides della Francia del Sud-Ovest tra rurale e urbano (1250-1350) »…, p. 63 e (...)
  • 9 L’utilisation des unités de mesure pour quantifier l’espace et le temps devient très sensible à pa (...)

23Le contraste est marqué avec le xiie siècle où le plus important est le contrôle d’un espace. C’est ainsi que, pour cette période et dans des registres très différents, les terroirs agraires cisterciens et les quartiers neufs des noyaux urbains ont avant tout comme premier objectif la définition et la délimitation d’un espace propre7. La création d’un parcellaire n’apparaît pas alors centrale dans l’aménagement. La genèse de la plupart des villages languedociens – la génération des castra – indique aussi que le développement de l’habitat ne passe pas non plus une organisation volontaire, et en tout cas régularisée, du parcellaire urbain ou agraire. Par contre, à partir du milieu du xiiie siècle, l’aménagement n’est plus seulement la définition d’un espace, mais s’accompagne de plus en plus d’une nouvelle organisation du parcellaire, nettement planifié à la fin du siècle. Le milieu du xiiie siècle semble en effet marquer un tournant. La première fondation pouvant être réellement qualifiée de bastide, construite sur un plan régulier, L’Isle-sur-Tarn, est effectuée entre 1229 et 12348. C’est dans la décennie 1240 qu’Aigues-Mortes semble s’édifier et en 1247-1248 pour le nouveau bourg de Carcassonne. Or, l’assèchement de Montady, qui est le premier de grande ampleur, est décidé en 1247. Les décennies 1230 et 1240 pourraient donc marquer un tournant important, celui qui voit naître en France méridionale des projets d’aménagements agraires et urbains impliquant des réalisations de parcellaires très réguliers et de grande ampleur. Ces parcellaires neufs fortement géométrisés se succèdent, plus densément à partir des années 1280, jusqu’aux années 1330, constituant un siècle fécond de mise en valeur par des créations paysagères d’une grande régularité. C’est là une illustration sans équivoque d’une quantification de l’espace récemment mise en valeur par Alfred Crosby9. Si les bastides incarnent ces entreprises fondatrices dans le Midi toulousain et aquitain, les étangs asséchés illustrent plus discrètement, à l’exception de Montady, cette phase en Languedoc méditerranéen.

24L’identité des promoteurs des aménagements diffère entre les bastides et les étangs, ce qui signifie que les projets ne sont pas tout à fait de même nature. Les bastides associent souvent en paréage le maître de sol, un monastère dans les cas les plus classiques, et une autorité protectrice comme les rois de France et d’Angleterre. Les grands étangs sont dans une autre configuration : le seigneur foncier ne cherche pas une protection, mais uniquement un financement pour lui permettre de mener à bien son projet. Il faut même envisager, derrière le discours seigneurial des chartes, que les bourgeois soient les véritables initiateurs. La ville pourrait bien être en définitive la clé des opérations d’aménagement des xiiie-xive siècles. C’est elle qui détient les capitaux investis dans les entreprises d’assèchement, c’est d’elle aussi que viennent certainement les arpenteurs et les notaires chargés de mesurer et de partager les terres, dans les bastides comme dans l’étang de Marseillette. Notre ignorance est encore grande sur le milieu des arpenteurs, pour autant le lien doit certainement être fait au xiiie siècle entre l’essor urbain, les aménagements de parcellaires et les premières mentions d’arpenteur en France méridionale. La qualité géométrique des parcellaires des bastides, l’étendue du parcellaire agraire de plusieurs d’entre elles, les « pointes » de Montady peuvent difficilement se concevoir sans de réelles compétences en arpentage. Les liens entre les aménagements de parcellaires ruraux et la ville paraissent donc multiples : les capitaux et les compétences techniques du milieu urbain semblent déterminants dans cette phase de mise en valeur des espaces agraires qui est loin d’être un face-à-face entre le seigneur et la communauté rurale et même un projet strictement seigneurial.

  • 10 « Dieu est arpenteur, Dieu est borneur, Dieu est utilisateur de l’équerre. » Bertrand Boysset, pro (...)

25Nous souhaitions en introduction « mettre la société médiévale dans son espace ». L’objectif n’était évidemment pas de montrer que le Languedoc méditerranéen fut une terre profondément remaniée par de grandes entreprises collectives, quelle que soit la singularité des mutations observées. Ce qui paraît par contre marquer une évolution sensible au cours de la période étudiée est l’ambition d’infléchir les conditions du développement de la vie économique et sociale par une attitude de plus en plus volontariste et par un champ d’intervention élargi. Le comportement est le même lorsque la croissance d’une agglomération est dirigée, lorsqu’une villeneuve de fondation ou une bastide est conçue selon un plan de lotissement ou enfin lorsqu’un terroir humide est intégré aux quartiers de cultures. La maîtrise de l’espace passe alors par celle du parcellaire dont la régularité vise une meilleure gestion économique et fiscale. Mais au-delà de la recherche d’une plus grande efficacité, la domination de l’environnement participe aussi d’une vision du monde : Dieus es destrador, Dieus es atermenador, Dieus es escairador10. Comme une divinité, l’homme devient créateur d’espace : tel pourrait être en définitive le sens des aménagements…

Note

1 Selon l’expression de B. Cursente : « Le bastides della Francia del Sud-Ovest tra rurale e urbano (1250-1350) », D. Friedman, P. Pirillo (dir.), Le terre nuove. Atti del Seminario internazionale (Firenze, 28-30 gennaio 1999), Olschki, Florence, 2004, 424 p., p. 59-83.

2 V. Challet, Mundare et auferre malas erbas. La révolte des Tuchins en Languedoc (1381-1384), thèse de doctorat, Université de Paris I, 2002, 4 vol, 707 p. de texte et 557 p. d’annexes.

3 Cf. Introduction, 1.

4 Grandes crues de l’Aude en 1307, 1316 et 1322 : P. Verdeil, « Essai de paléohydrologie de l’Aude », Bulletin de la Société d’Études Scientifiques de l’Aude, t. LXVII, 1967, p. 61-104 ; G. Larguier, « Les inondations de l’Aude du xive à la fin du xvie siècle. L’apport des sources fiscales », B. Lemartinel, Au chevet d’une catastrophe. Les inondations des 12 et 13 novembre 1999 dans le sud de la France. Actes du colloque Médi-Terra, 26-28 juin 2000, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 2001, coll. Études, 198 p., p. 115-122 ; les crues du Petit Âge glaciaire sont aussi examinées dans un cadre géographique plus large, de l’Aude jusqu’au Tech en Roussillon : M. Calvet, P. Serrat, B. Lemartinel, R. Marichal, « Les cours d’eau des Pyrénées orientales depuis 15 000 ans. État des connaissances et perspectives de recherche », J.-P. Bravard, M. Magny, (éd.), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans…, p. 279-294.

5 C. Lavigne fait le même constat en Gascogne : Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale ( xiiie- xive siècles)…, p. 50.

6 Évoquant les zones humides du littoral : « … la implantació del feudalisme afavorí l’avanç de l’agrarització, en detriment d’aquests espais menys productius i, per tant, menys rendibles des d’una óptica senyorial o mercantil… ». « L’organització del territori : l’espai i el poblament »…, p. 275. L’implantation du « féodalisme » est celle de la Reconquête ibérique.

7 Cf. la troisième partie de notre mémoire d’habilitation.

8 B. Cursente, « Le bastides della Francia del Sud-Ovest tra rurale e urbano (1250-1350) »…, p. 63 et M. Berthe, « Quelle a été la première des bastides ? », Les Cahiers du Centre d’Étude des Bastides, 7, 2004, p. 4-19.

9 L’utilisation des unités de mesure pour quantifier l’espace et le temps devient très sensible à partir du XIIIe siècle. Appliquée à la comptabilité marchande, à la musique et à la peinture, ou encore aux horloges mécaniques et aux portulans, cette écriture de monde en langage mathématique traduit l’ambiance de calcul et les progrès dans la quantification, le « caractère rationaliste de la culture moderne », en particulier pendant les « décennies miraculeuses » des années 1275-1325 : A. W. Crosby, The Mesure of Reality. Quantification and Western Society, 1250-1600, Cambridge University Press, Cambridge, 1997, 245 p. Traduction française : La mesure de la réalité. La quantification dans la société occidentale (1250-1600), Allia, Paris, 2003, 265 p., citations p. 224 et 221. Le parcellaire rayonnant de Montady, les terroirs et les agglomérations quadrillés de plusieurs bastides mettent en œuvre cette rationalité d’inspiration urbaine à travers le découpage très régulier de l’espace.

10 « Dieu est arpenteur, Dieu est borneur, Dieu est utilisateur de l’équerre. » Bertrand Boysset, prologue des traités d’arpentage et de bornage, fol. 20v : P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…, t. I, p. 118, t. II, p. 46 (texte). Boysset fait dialoguer Dieu et l’arpenteur, puis avertit ses lecteurs (les arpenteurs) qu’ils doivent faire correctement leur métier, car Dieu a toute connaissance en matière d’arpentage et surveille leur travail. Sur ce prologue, lire aussi : P. Gautier-Dalché, « Bertrand Boysset et la science », Cahiers de Fanjeaux, 35, 2000, p. 261-285.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search