Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 6. Terroir, parcellaire et planification : les étangs asséchés et l’espace médiéval

Texte intégral

  • 1 La pétition des nouveaux propriétaires au sous-préfet de Béziers en 1811 mérite d’être citée car e (...)
  • 2 A. D. Aude, 1 Fi 1083 (atlas du terrier royal d’Ouveillan).

1Toujours détectables aujourd’hui par leurs formes particulières et leur réseau de drainage, les étangs asséchés médiévaux peuvent être appréhendés à travers toute la gamme des documents planimétriques actuels et passés. Les plans cadastraux du début du xixe siècle donnent un état du parcellaire qui sert de base au tracé qu’il est possible de restituer. Pourtant, postérieurs à la Révolution, ils enregistrent des changements récents qui peuvent complètement transformer le dessin parcellaire. Tel est le sort des étangs domaniaux conservés par les communautés religieuses et vendus comme biens du clergé à la Révolution. À Pézenas, les conséquences sont radicales : de nombreux propriétaires achètent des lots dans le domaine hospitalier de l’Étang, ce qui donne naissance à un micro-parcellaire qui n’a plus rien à voir avec celui d’avant 1789. C’est en l’éliminant que le domaine d’Ancien Régime peut être grossièrement restitué1. Les missions aériennes verticales de l’IGN et les plans anciens permettent parfois de restituer des fossés et des limites parcellaires que les cartes récentes n’indiquent plus. Il en ressort parfois une complexité des réseaux fossoyés qui demandent par conséquent à regarder avec prudence des formes paraissant aujourd’hui parfois tellement épurées qu’il est difficile d’envisager d’autres agencements. Tel est le cas de l’étang de Preissan, à Ouveillan (annexe 17, planche 9 et 15). Le plan-terrier de 17672 a permis d’identifier le fossé principal (cave mairal) de l’étang et l’ensemble des sources planimétriques révèlent plusieurs orientations de parcelles et de fossés qui ne respectent pas le faisceau des fossés secondaires se jetant dans la grande cave ou le ruisseau d’évacuation dit de la Prade. Par conséquent, la construction du parcellaire de l’étang asséché est passée par plusieurs phases, probablement postérieures à l’assèchement. C’est poser, une fois de plus, la question de la pertinence des sources utilisées : le parcellaire d’un étang asséché est issu d’un projet, mais a beaucoup évolué depuis la fin du xiiie siècle. La confrontation des textes médiévaux et des documents planimétriques des xviiie-xxie siècles doit être rigoureuse pour ne pas masquer toutes les possibilités d’évolution que les exemples de Pézenas et de Preissan illustrent.

2La place des étangs asséchés dans la structuration de l’espace médiéval peut être examinée par une étude conjointe des sources planimétriques et des textes. Trois approches sont ici retenues : l’organisation des territoires et des terroirs, le lotissement agraire et enfin l’insertion dans le paysage. Loin d’être une simple originalité au sein d’un espace rural « terrestre », le réseau des étangs languedociens participe à ce qui paraît être un effort d’intensification de l’aménagement des finages.

1. DES TERRITOIRES REDESSINÉS : LA DIVISIO STAGNI

  • 3 usque in agulheria payroali stagni de Cassano et sicut aqua dicti stagni descendit per recum usq (...)

3Souvent situés aux confins des territoires, les étangs une fois asséchés servent de point d’appui à une division des finages rendue nécessaire par leur changement d’état. Certes, il faut relativiser cette nouveauté : le bornage des étangs en eau existe, comme il a été vu. Pour autant, il n’est pas dit qu’il fut systématique. Le désaccord sur les limites des seigneuries à Marseillette prouve qu’au moment de l’assèchement, elles n’avaient pas été fixées, ou tout du moins qu’elles sont discutées. Il faudra y revenir. La divisio stagni – expression relevée à Montady en 1260 – est donc une étape capitale de l’aménagement puisqu’elle détermine les droits et les possessions des seigneurs et des communautés sur la base du tracé fixé. L’étang de Cassan présente un cas très simple de partage (planches 2 et 3). Les communes de Puilacher et de Tressan ont leurs limites communales fixées sur le Fossé Mayral de l’étang, c’est-à-dire le grand fossé de drainage qui permet l’évacuation de l’eau vers l’Hérault. Cette limite est médiévale puisque le texte de 1264 fixant les limites de la seigneurie de Tressan s’appuie exactement sur le fossé, mais aussi sur le ruisseau reliant l’étang au fleuve3. Ce tracé est inchangé et détermine les frontières de trois communes : Puilacher et Tressan dans l’étang, Tressan et Bélarga de part et d’autre du ruisseau. Il correspond au partage le plus simple, fondé sur l’axe principal du drainage.

4Lorsque l’étang devient plus grand, que les territoires limitrophes sont plus nombreux, la division ne va pas autant de soi. Montady et Marseillette en témoignent. À Montady, deux délimitations sont effectuées et représentent certainement le modèle des procédures effectuées à cette occasion :

  • en 1260, soit 13 ans après l’autorisation de l’archevêque de Narbonne de creuser la galerie de l’aqueduc sur ses terres, les seigneurs riverains procèdent à la division de l’étang afin de déterminer les limites de leurs seigneuries4. Le texte, conservé sous la forme d’une analyse très succincte, ne dit rien sur la procédure, ni sur l’étang : est-il encore en eau ? ou asséché ? S’il n’est pas possible de répondre, il semble néanmoins probable que les travaux sont achevés depuis peu, ou vont l’être. À moins qu’à l’inverse, ils soient sur le point d’être entrepris… ;
  • en 1268, la délimitation des dîmaires donne lieu à un arbitrage. Cette procédure est essentielle car elle permet d’observer les modalités selon lesquelles se fait la délimitation des ressorts territoriaux lorsque des espaces nouvellement aménagés doivent être partagés. Le document original n’est pas conservé, ni même une copie intégrale. C’est un nouveau procès relatif à l’étendu des dîmaires en 1614 qui donne lieu à la copie ou au résumé d’extraits du texte de 1268 conservé dans les archives du chapitre collégial Saint-Étienne de Capestang et dans celles de l’archevêque de Narbonne5. Néanmoins, il est souvent difficile de départager ce qui provient du texte médiéval et ce qui revient aux commentaires du xviie siècle. Le jugement de 1268 a lieu alors que l’étang est « nouvellement égouté », « nouvellement asséché » – expressions traduites certainement du texte de référence6 – confirmant ainsi que l’assèchement est plus à situer à la fin des années 1250 ou dans les années 1260 que juste après 1247.
  • 7 A. D. Hérault, G 3837.
  • 8 P. Blanchemanche, « Dynamique fluviale et terres neuves : le droit d’alluvion de l’Antiquité à l’é (...)
  • 9 Son raisonnement porte sur les propriétés privées, mais paraît transposable aux juridictions.
  • 10 Par ailleurs, les limites de Tersan restent hors du cercle de l’étang d’après le jugement des arbi (...)
  • 11 En prenant en compte les limites de Montady d’avant 1955. Les limites communales de Colombiers par (...)

5Ce n’est pas tant le détail des tracés de juridiction qui est intéressant que les explications données sur la manière d’attribuer des terres nouvelles, même si, cette fois-ci, il semble qu’il s’agisse d’un commentaire moderne sur le partage de 1268 plus que du contenu exact de la charte médiévale. L’affectation des dîmaires suit en fait deux principes. Le premier est la proportionnalité : « despartir lestang entre lesdits prieurs suivant lestandue de leur ancien decimaire7. » Si ce principe est simple, il bute néanmoins sur la manière de découper un espace irrégulier. Le passage cité se poursuit ainsi : « en adjuges a chescung la portion quy est de son couste quasy jure quodam alluvionis et acrescendi ». La référence au droit d’alluvion et d’accrétion est intéressante, comme vient de le montrer récemment P. Blanchemanche8. Ce droit porte en principe sur les atterrissements résultant de l’alluvionnement des cours d’eau. Le droit romain s’est longuement penché sur cette question et l’attribution des terres aux riverains a fait l’objet d’interprétations contradictoires et d’une législation abondante, contenues en particulier dans les Institutes et le Digeste de Justinien. Le droit romain est prudent à propos des lacs et des étangs : « Les lacs et les étangs sont susceptibles d’accroissement, quelquefois aussi ils se dessèchent, mais ils gardent toujours leurs limites. C’est pourquoi on ne connaît pas à leur sujet de droit d’alluvion ou d’accroissement » (Callistrate, Digeste, XLI. 1.12). Cette indécision paraît continuer au Moyen Âge, hésitant entre droit romain et coutumes. Pourtant, l’Italien Bartolo de Sassoferato rédige au milieu du xive siècle un traité, De Fluminibus, dans lequel il propose, sous l’angle de la géométrie, des solutions équitables pour répartir régulièrement les nouvelles terres entre riverains de cours d’eau. Si la mention du jus alluvionis et acrescendi à propos de Montady est plus moderne que médiévale, elle apporte néanmoins un éclairage sur la répartition des terres. La proportionnalité des superficies à partager fondée sur les surfaces détenues auparavant correspond à la règle que propose Bartolo de Sassoferato : chaque ayant droit reçoit sa quote-part9. Est-elle appliquée à Montady ? Si les limites du décimaire de Tersan, à l’ouest de l’étang, ne sont pas connues avant et après l’assèchement et ne peuvent donc être appréciées10, la comparaison peut être conduite pour Montady et Colombiers. La division des deux dîmaires suit les grands fossés ouest et est de l’étang, selon le texte du xviie siècle qui ne cite malheureusement pas la charte de 1268 sur ce point. Il reste que cette limite, présentée comme liée à l’assèchement, fractionne l’espace en deux portions de superficies différentes, celle de Colombiers l’emportant largement sur celle de Montady. Ce déséquilibre correspond à celui des territoires communaux qui paraît refléter globalement celui des dîmaires du xiiie siècle11.

6Si la délimitation des juridictions seigneuriales de 1260 n’était pas décrite, il est plus que probable qu’elle se conformait aussi à ce partage selon les deux grands fossés ouest et est de l’étang, pérennisé par les limites communales, et qu’elle a servi de modèle pour le partage des dîmaires de 1268. L’enjeu est loin d’être secondaire, puisque les seigneurs et le clergé attendent d’importantes ressources des nouvelles terres. La division des étangs est par conséquent une étape capitale qui explique les désaccords, sur les dîmes à Montady et sur les territoires seigneuriaux à Marseillette.

  • 12 Cf. ch. 5, 1.
  • 13 A. D. Aude, 11 C 50. Original.
  • 14 Idem. Copie du plan de l’assèchement de l’étang de Marseillette vers 1630. (v. 1760–1765).

7Le partage de Marseillette est beaucoup plus complexe, puisque six seigneuries entourent l’étang, d’où les désaccords et le recours à un arpenteur professionnel12. Une charte de 1302 décrit avec un grande précision la divisio stagni de Marseillette13. Une première observation peut être faite : à la différence de Montady et de l’étang de Cassan à Puilacher et Tressan, les fossés de drainage ne paraissent jouer qu’un rôle secondaire dans les délimitations seigneuriales. Il ne s’agit pas d’un effet de source dans lequel le réseau de drainage, déjà connu, serait passé sous silence tout en servant de fondement aux limites territoriales. En effet, aussi bien le projet de drainage du xviie siècle14 que le réseau actuel résultant de l’assèchement définitif du xixe siècle – décalque dans ses grandes lignes du précédent – ne concordent avec les découpages administratifs. La raison en paraît claire : le réseau de drainage présente la forme habituelle de l’éventail dont les principaux segments se réunissent à l’est de la dépression pour rejoindre l’Aude par un fossé (rigole) au niveau du village de Puichéric. Il est évidemment impossible de concilier la structure du drainage et la répartition des territoires dépendant des seigneuries, puis des communes périphériques. La solution retenue, identique aussi dans les deux projets, est de faire converger les limites des finages bordant l’étang vers un point central unique. Cet ensemble de tracés en étoile repose sur le choix du point de convergence, puisqu’il détermine les superficies.

  • 15 Exemple de la part attribuée à Marseillette (alors Massilia) ; le sommet est marqué par la premièr (...)
  • 16 intus stagnum predictum, juxta vallum a parte superiori versus Atacem factum propter desicatione (...)

8En 1302, les modalités du partage de l’étang de Marseillette différent : les limites de finage sont aussi prises comme bases, mais le point de convergence unique n’existe pas. Ce sont trois points qui servent à délimiter les seigneuries dans l’étang. Chacun de ces points est marqué d’une borne (bosula, meta lapidea) et de ses témoins (agachones) par l’arpenteur et les arbitres. Selon les cas, les finages ont pour sommet dans l’étang une, deux ou trois bornes15. Comment expliquer cette division apparemment complexe ? La charte ne donne pas les fondements du découpage, mais, par contre, il apparaît que l’emplacement des nouvelles bornes s’appuie sur une ou des délimitations antérieures. Si la première est située près d’un fossé de drainage au sud de l’étang, la deuxième est au milieu de l’étang, à côté d’un poteau en bois, et la troisième, au nord de l’étang, est mise là où se trouve, surélevé, un autre poteau en bois avec au sommet une toile tendue à la manière d’un étendard16. La présence de ces poteaux dans l’étang et la plantation des bornes apporte plusieurs enseignements. Tout d’abord, si l’étang est en eau, elle doit être faible, puisque la commission d’arbitrage s’y déplace, jusqu’au milieu, pour fixer la deuxième borne. Les travaux paraissent donc bien avancés, à moins que le niveau d’eau soit naturellement très réduit. La présence des pieux est présentée comme un repère pour installer les bornes. Il faut tenter d’en comprendre la signification.

  • 17 Cf. ch. 3, 4, L’étang partagé : droits et bornage.
  • 18 Bertrand Boysset ne consacre pas d’explication spécifique sur le partage d’une surface en eau entr (...)
  • 19 Lorsque la végétation est trop touffue et élevée dans un marécage, Boysset recommande de réaliser (...)
  • 20 in et per condaminam videlicet de pali fusteo in quo est salvagardia regia affixa pro ipso prece (...)
  • 21 Le rôle des poteaux comme symbole de l’autorité seigneuriale est aussi sensible lors de la fondati (...)

9Le rapprochement avec la description du bornage d’un espace marécageux par Bertrand Boysset s’impose17. Il recommande la pose de pieux ou de planches là où le niveau d’eau est trop important, quitte à les remplacer par des bornes de pierre en cas d’assèchement18. À Marseillette, il est concevable que les poteaux de bois aient servi de bornage provisoire avant l’accord des parties et la pose des bornes en pierre. La surélévation d’un poteau et la toile qui le surmonte peuvent servir à le voir de loin si la végétation palustre est élevée19. Cette explication, purement technique et plausible, ne doit pas écarter d’autres hypothèses. La comparaison avec une situation équivalente à Pézenas permet d’ouvrir d’autres perspectives. En 1344, la pose de bornes, aussi dans un contexte conflictuel, est effectuée sur une condamine des hospitaliers dans le domaine de l’Étang. L’une d’elles est mise à côté d’un poteau de bois surélevé sur un tertre, comme à Marseillette, à l’entrée de la condamine. Sur le poteau, se trouve la « sauvegarde du roi20 ». La situation paraît être similaire à Marseillette : marqueurs de juridictions et de leur reconnaissance par une autorité peut-être royale, les pieux plantés dans l’étang, comme celui de la condamine de Pézenas, servent de base à la délimitation de l’espace21. Mais, dans ce dernier cas, il ne s’agit pas de partage, mais seulement d’un accord sur des droits contestés. À Marseillette, ces repères semblent différencier des territoires. Viennent-ils d’être mis récemment en vue du partage ou marquent-ils au contraire d’anciens droits dans l’étang ? Cette dernière éventualité expliquerait la contestation sur les délimitations, puisqu’elles ne reposeraient pas uniquement sur des critères géométriques et proportionnels en suivant ainsi le droit d’alluvion, mais aussi en respectant des tracés antérieurs.

  • 22 La sectorisation est effectuée à partir d’un point central commun, sommet de triangles qui prennen (...)

10Impossibilité de s’appuyer sur le réseau des fossés, obstacle d’anciens découpages : l’arbitrage sur les délimitations de l’étang de Marseillette ne paraît pas avoir donné satisfaction. La localisation des bornes est insuffisante pour les reporter sur un plan avec certitude, mais quelle que soit la solution alors adoptée, le résultat est très différent de la répartition effectuée à l’époque moderne. Celle de 1302 paraît avantager le prieuré Saint-Martin du chapitre de Lagrasse dont la part est la seule à être délimitée par les trois bornes de l’étang. Les critères retenus au xviie siècle, alors que les mêmes parties sont toujours présentes, montrent le succès d’une logique plus rationnelle, fondée uniquement sur la géométrie et la proportionnalité22, qui l’emporte sur une démarche de compromis qui paraît vouloir concilier les droits acquis et l’équité. Les situations de conflit décrites à Montady et à Marseillette prouvent à quel point les attributions des nouvelles terres deviennent délicates lorsque les partenaires se multiplient. Le partage des étangs est un exercice complexe mêlant le respect des droits seigneuriaux et le principe de la proportionnalité ayant trait aux terres neuves. Le recours aux commissions arbitrales et aux arpenteurs traduit les enjeux et les appétits de toutes les parties impliquées dans l’occupation de nouveaux espaces agraires, si rares dans la plaine languedocienne.

2. DES TERROIRS PRIVILÉGIÉS : L’ÉTANG NOBLE

  • 23 confrontatur de altano [blanc] dicti domini Amalrici sirculo dicti stagni jamdicti, tantum quant (...)
  • 24 A. D. Hérault, G 588.
  • 25 À partir de 1425 : A. D. Hérault, G 598.
  • 26 A. D. Hérault, 102 EDT CC 3.
  • 27 Conservé à la mairie de Montady.

11Le grand fossé entourant les étangs les plus importants, le « cercle », remplit une fonction de séparation qui n’est pas seulement topographique, à finalité hydrologique, voire agraire, mais peut encore avoir une signification juridique et fiscale, celle d’un espace qui reste « noble », exempté. Le cercle de l’étang joue par conséquent aussi un rôle de frontière. Lorsque le domaine de l’Étang à Pézenas est délimité en 1467 (pièce justificative no 4), une large part suit le cercle de l’ancienne dépression. Il sert donc de limite domaniale. Déjà, en 1286, la description du futur domaine de la bastide de Taraillan, à Fleury, montre des confronts qui reposent essentiellement sur le cercle de l’étang qui vient d’être asséché23. Cette partition se comprend puisqu’il s’agit de la création de nouveaux terroirs et que les exploitations et domaines s’organisent dans ce cadre. Plus symptomatique est la persistance d’un statut fiscal spécifique dans un certain nombre de cas. L’étang de Montady en est en bon exemple. Le compoix de Montady de 1382 est probablement le plus ancien conservé pour les campagnes des plaines languedociennes24. Sa date le situe un peu plus de cent ans après l’assèchement de l’étang et il aurait pu constituer un excellent observatoire de son exploitation. Or, aucune parcelle de l’étang ne figure et une seule le confronte. Ce résultat est d’autant plus surprenant que des actes du début du xve siècle font état de reconnaissances in stagno25. Cette situation perdure jusqu’à la fin de l’Ancien Régime : le compoix de 1775 ne contient rien dans l’étang26. En fait, cette situation s’explique par la nobilité de ce terroir. Les documents de l’époque moderne nomment fréquemment des « pointes nobles », des « terres nobles » ou des « biens nobles » à l’étang. Cette spécificité est parfaitement matérialisée par le plan parcellaire de 173527 qui mentionne en bordure de l’étang, à proximité de Colombiers : « le grand cercle sépare l’estang noble d’avec le rural ». Cette « noblesse » est par conséquent, les compoix en font foi, signe d’exemption fiscale. Elle s’intègre dans la grande catégorie des biens nobles qui ne doivent pas acquitter la taille exigée à partir des compoix. Cette nobilité de l’étang de Montady est évidemment la persistance d’un statut hérité des temps pendant lesquels il était en eau et relevait des biens propres des seigneurs : le même plan de 1735 qualifie aussi le cercle de « grand cercle du seigneur » sur le territoire de Colombiers. Ce statut avantageux est maintenu après l’assèchement et rend attractives les terres cultivées puisque les tenanciers ne sont pas allivrés pour ces parcelles. Ainsi, le cercle joue le rôle de séparateur, comme il est dit sur le plan de Montady, et marque dans le paysage une rupture qui, par le biais de la fiscalité, singularise l’ancien étang.

12L’enquête serait à poursuivre pour les autres étangs asséchés. Elle risque d’aboutir à des résultats contrastés. C’est ce que disent les deux exemples suivants :

  • l’étang de Cassan est partagé entre les finages des communautés de Puilacher et de Tressan. Les documents d’Ancien Régime, en particulier les compoix, présentent deux situations opposées. À Tressan, les possessions de l’ancien étang sont comme à Montady nobles ; par contre, à Puilacher, le compoix de 1640 compte 43 parcelles « à l’estang » qui correspondent effectivement à des biens à l’intérieur du cercle28. Par conséquent, la coupure fiscale ne porte plus que sur un demi-étang… Il est impossible de savoir dans quelles circonstances l’évolution s’est faite en faveur de la communauté de Puilacher ;
  • la situation de Fleury permet de lever un coin du voile sur les modalités de tels changements. À l’instabilité de la dépression de Taraillan, fréquemment soumise aux inondations, répond – et ce n’est pas tout à fait l’effet du hasard – une imprécision et un procès sur le statut des terres et des tenanciers. Au début du xviie siècle, un long procès oppose le seigneur de Fleury au maître du domaine de Taraillan (les anciennes 140 séterées concédées en 1281) et aux tenanciers du village29. En se référant à des actes du xive siècle, ces derniers disent d’un commun accord ne pas vouloir acquitter les droits seigneuriaux qu’ils devraient depuis des années pour les terres de l’étang. En fait, il s’agit de déguerpissements ayant eu lieu en 1377, pouvant être liés à une situation d’inondations récurrentes30. Mais, selon les pièces du procès, ces biens délaissés furent repris sans être inféodés : les tenanciers s’estiment libérés des redevances et leurs terres figurent au compoix de 156131, alors que l’étang est en principe noble, comme il est réaffirmé plusieurs fois à l’époque moderne. En fait, à travers ces péripéties, se reflète une situation bien connue : la désorganisation de certaines seigneuries à la fin du Moyen Âge pendant la période de crises des années 1340-1440 fait que nombre de tenanciers échappent aux redevances car elles ne sont plus réclamées régulièrement. C’est dans ce cadre que les tenanciers de Fleury refusent d’acquitter les droits seigneuriaux et leurs parcelles, aux yeux des responsables de la communauté, perdent le privilège de noblesse. Elles se retrouvent donc dans le compoix.

13Par conséquent, le statut des terres insérées dans le cercle de l’étang est le reflet des rapports de force entre les seigneurs et les communautés. Dans certains cas, les incertitudes des xive-xve siècles ont pu rendre roturiers certains étangs, ou des fractions, comme à Puilacher. Dans d’autres, comme à Montady, le contrôle seigneurial ne paraît pas avoir faibli. Il faut dire que l’étang, lorsqu’il est de grande superficie et productif, est un enjeu fiscal de taille. Pour reprendre l’exemple de Montady, il suffit d’observer que l’étang représente près de 40 % de la superficie du finage à la fin du Moyen Âge : qu’il soit noble ou taillé n’est pas une question secondaire. Le statut juridique est par conséquent un paramètre essentiel de l’aménagement de l’espace, puisqu’il garantit en principe certains privilèges, en particulier fiscaux, aux seigneurs et aux tenanciers des nouvelles terres.

3. DES PARCELLAIRES PLANIFIÉS

  • 32 P. Blanchemanche, J.-F. Berger, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, C. Raynaud, « Le littoral languedoci (...)

14Si beaucoup d’étangs, les moins grands, ont un dessin parcellaire largement calqué sur le réseau semi-circulaire des fossés, plusieurs grands aménagements ont été accompagnés d’une planification du parcellaire originale, accordant une place importante au lotissement des tenures. Quatre exemples en sont donnés dans la zone d’étude : Fleury, Marseillette, Montady et l’Étang salé d’Ouveillan. Deux d’entre eux n’ont pas donné de suite sur le long terme, Marseillette et Ouveillan. Par contre, Fleury et Montady ont donné naissance à des parcellaires originaux, qu’il est possible d’étudier à travers les sources planimétriques et écrites, mais par contre en l’absence de toute donnée archéologique sur les réseaux de fossés et des limites parcellaires. Cette observation n’est pas une clause de style, car le paysage des zones humides est particulièrement mobile et le découpage parcellaire est soumis à l’évolution hydrologique. Dans un autre contexte, l’étude de la zone deltaïque du Lez, sur le littoral héraultais, a montré comment le style parcellaire est influencé par le réseau hydrographique, jouant à la fois sur les orientations et la taille des réseaux32. Les dépressions fermées sont moins sollicitées par les fluctuations hydrologiques, mais elles ne sont pas à négliger. Des périodes d’inondations prolongées peuvent modifier le système parcellaire d’un étang et il faut se garder de toute certitude a priori à défaut de sources solides. L’étude des parcellaires des étangs de Fleury et de Montady propose deux solutions radicalement différentes pour planifier un espace neuf avec de fortes contraintes hydrologiques. Il est possible d’en tirer quelques observations sur la planification rurale en milieu humide.

Fleury : lotissement agraire et grand domaine

  • 33 Cf. ch. 4, 3.

15L’étang de Taraillan (planche 1) a été asséché à la fin du xiiie siècle par Amalric de Narbonne33 qui procède à une répartition des terres différenciée. La localisation des parts ainsi constituées définit un étang tripartite ainsi divisé (annexe 8) :

  • au nord, la part conservée dans un premier temps en réserve par Amalric, puis acensée en lots aux Pérignanais par son fils Aimeric en 1321 ;
  • au centre, la part concédée en un seul lot à un bourgeois narbonnais, à l’origine du domaine de Taraillan34 ;
  • au sud, la part du seigneur de Marmorières, petite localité sur le versant méridional de l’étang, désertée par la suite à l’époque moderne.

16Au moment du partage, les deux premières parts sont dans le territoire du castrum de Pérignan, puis, plus tard, passant entre elles, le fossé réceptionnant l’eau venant de l’est de la cuvette sépare les territoires de Fleury et de Narbonne devenus, aujourd’hui, ceux de Fleury et de Vinassan.

17Selon quelles modalités les terres nouvelles sont-elles attribuées (annexes 8 et 9) ? Les cas de figure diffèrent : le domaine de la bastide de Taraillan, tenu par un seul propriétaire, est subdivisé uniquement en fonction de l’hydrologie et de l’exploitation des parcelles. Par contre, la partie septentrionale est un lotissement agraire délimitant plusieurs dizaines de tenures. La perception spatiale de ces agencements aux fondements contrastés peut être abordée dans un premier temps par l’analyse des sources planimétriques récentes. Le plan parcellaire napoléonien fournit une base de départ, même si les insuffisances en sont connues : approximation des mesures et des orientations et impossibilité de réaliser un assemblage irréprochable des feuilles de l’atlas en raison de l’hétérogénéité des levées de plan. Les marges d’erreur sont telles qu’il faut éviter d’accorder une précision absolue aux analyses métrologiques et morphologiques, surtout si elles ne font pas l’objet de recoupements complémentaires. C’est dans cet esprit que sont présentés les résultats qui suivent.

18Le plan parcellaire du début du xixe siècle distingue nettement trois espaces. L’étang se singularise par sa forme ovale, soulignée par le cercle restitué par un fossé ou un chemin, axée sur le fossé majeur d’orientation sud-ouest/nord-est et structurée par deux séries de fossés secondaires de part et d’autre du précédent. La périphérie de l’étang oppose le microparcellaire agraire de la commune de Fleury et les vastes parcelles de la partie méridionale. Ce n’est pas simplement le reflet des types d’exploitation, petites propriétés dans un cas, grands domaines dans l’autre. La continuité des orientations du parcellaire du sud de l’étang en direction de l’ouest jusqu’au domaine de Marmorières incite à faire le lien entre des espaces pourtant a priori séparés par le « cercle ». Pour préciser cette observation, l’analyse du parcellaire a été conduite à travers ses orientations (annexe 9) et les mesures de ses parcelles.

  • 35 Pour les raisons qui viennent d’être expliquées au sujet des plans cadastraux anciens, les mesures (...)
  • 36 Les mesures ont été prises sur la largeur jouxtant le fossé mairal, au milieu de la parcelle lorsq (...)
  • 37 21 parcelles sur 38.
  • 38 Le traitement métrologique du parcellaire demanderait un relevé topographique particulier.

19Trois groupes d’orientation paraissent ressortir35 : 95° à 104° est, 110° à 117° est, 124° à 129° est. Quelle que soit l’exactitude des orientations, qui ne paraissent pas, en tout état de cause, d’une grande rigueur, ces trois groupes constituent néanmoins des zones homogènes au nord, au centre et au sud de l’étang. Cette homogénéité transcende les divisions domaniales (Fleury, Taraillan, Marmorières), mais englobe aussi la plupart des parcelles entre l’étang et, à l’ouest, va jusqu’au chemin du récent domaine de Marmorières qui a engendré son propre parcellaire orthonormé. Les mesures des parcelles ont été conduites selon le même principe36. Un seul groupe de valeurs paraît cohérent, celui de parcelles dont la largeur varie de 75,5 m à 100,5 m, soit 55 % du corpus37. Cet ensemble est bien sûr métrologiquement très approximatif et ne peut satisfaire l’hypothèse d’un module précis. Encore une fois, la source utilisée ne peut apporter plus de précision qu’elle n’en a et, d’autre part, le nombre de données est trop réduit pour mettre en exergue un groupe totalement homogène du point de vue métrologique. Il reste que sur le plan du xixe siècle l’absence de mesure récurrente paraît effective et s’efface derrière un large calibrage des dimensions38. Une certaine homogénéité apparaît : cette fourchette de mesures (de 75,5 à 100,5 m) est exclusivement dans le cercle de l’étang, presque de manière continue sur le rang ouest. La part de Marmorières et la périphérie ouest en sont exclues, le domaine de Taraillan est touché uniquement dans la partie proche de Fleury. Par ailleurs, il ressort de ces analyses que la cohérence morphologique de la partie extérieure au sud-ouest du cercle avec les parcelles situées à l’intérieur de ce dernier est assez forte au niveau des orientations. Même si le support est le plan cadastral et que la contemporanéité avec le parcellaire de la fin du Moyen Âge est encore à prouver, cette parenté des orientations permet d’envisager un drainage global ou, tout du moins, qui maintient à travers le temps les directions initiales. Un élément important pour corroborer cette hypothèse est l’étendue des dépôts fluvio-lacustres qui recouvrent, non seulement le cercle, mais encore la majorité du secteur entre le cercle et le domaine de Marmorières. En ce cas, le cercle des étangs n’est par conséquent qu’un repère approximatif, voire insuffisant, pour délimiter les zones asséchées : il marque plutôt une barrière évitant l’entrée des eaux en provenance des pentes voisines, mais aussi, comme dans le cas présent, de secteurs drainés en périphérie.

20Une question essentielle et classique est celle de la validité du plan cadastral du xixe siècle pour traiter de la formation d’un paysage plus ancien, en l’occurrence médiéval. Plus de cinq siècles séparent l’assèchement du plan : en quoi en est-il le reflet, en quoi le parcellaire a-t-il évolué ? En particulier, comment l’acensement collectif de 1321 est-il perceptible ? L’intérêt du dossier de Taraillan tient à l’abondance et à la qualité de ses sources. L’affaire qui oppose le seigneur de Fleury aux divers propriétaires et exploitants du cercle de l’étang dans les années 1610-1620 a permis de constituer un important dossier d’où ressortent les copies des documents anciens, comme c’est l’usage, mais aussi plusieurs plans de l’étang avec ou sans le parcellaire. Il s’agit en effet de statuer sur les droits d’usage des parcelles qui doivent être acquittés au seigneur et que les tenanciers des terres lui refusent. Comme ils ne sont plus perçus depuis longtemps et que le parlement de Toulouse tranche en faveur du seigneur, il est nécessaire de procéder à un arpentement général pour déterminer ce que chacun a et doit. Les plans alors confectionnés indiquent :

  • les trois parties de l’étang consécutives à l’assèchement réalisé par Amalric, fin xiiie -début xive siècle39 ;
  • les parcelles attribuées aux acquéreurs lors d’un bail à nouvel acapte en 1514 (annexe 10). 58 parcelles sont dessinées, la plupart sont identiques les unes aux autres (mêmes formes, mêmes dimensions). Chacune porte une lettre correspondant à l’un des 13 acquéreurs dont les noms figurent en légende. Ce plan, du début du xviie siècle, est certainement une reconstitution ;
  • un nouveau partage de l’étang réalisé en 1616. Le plan est dessiné selon le même principe que celui de 1514, avec l’indication des tenanciers ayant « reconnu » le seigneur de Fleury ou l’hôpital mage de Béziers40 ;
  • un état de la contenance des parcelles non daté, probablement d’une date proche du plan précédent. Chaque parcelle est affectée d’une lettre et de sa superficie en séterées41.
  • 42 Mission IGN 1951 C. D. P. 751 Fleury-Vendres au 5000e.
  • 43 De 24 à 40,5 m de largeur à l’intérieur des parcelles 14, 15, 17, 19.

21En fait, cette documentation planimétrique d’un grand intérêt n’est pas simple d’utilisation. Comme pour beaucoup de plans du xviie siècle, les éléments de topographie (fossés, chemins) ne respectent guère la réalité des distances et des formes. Surtout, le plan de 1514 est, semble-t-il, autant un schéma que le reflet de la réalité. La similitude des parcelles n’est guère concevable, sauf à envisager un profond bouleversement de leur organisation. Il faudrait approfondir plus encore l’important dossier qui accompagne le procès pour mieux appréhender la nature des plans figurés et leur correspondance avec le parcellaire effectif. Pour autant, ces plans peuvent être confrontés avec les sources planimétriques plus récentes, en particulier le plan cadastral du xixe siècle, mais aussi avec les photographies aériennes verticales42. Le sud-ouest de la partie de l’étang concédée en 1321 a été prise à titre de test (annexe 11). Le fond parcellaire des restitutions proposées est constitué par les limites de parcelles visibles sur la mission aérienne de 1951. Ont été reportés successivement les tracés parcellaires (lignes ou fossés, selon les cas) des plans du xixe siècle, de 1616 et de 1514, avec toutes les réserves qui viennent d’être émises. Il a été tenu compte pour les plans d’Ancien Régime plus du nombre de parcelles représentées que de leur forme, même si le plan non daté portant la superficie a permis d’établir des proportions. Les restitutions proposées, quelles que puissent être les erreurs sur telle ou telle limite, soulignent leur permanence avec une double tendance en allant régressivement du xixe au xvie siècle. Elle est marquée par une simplification des orientations due à l’absence des tracés perpendiculaires aux longueurs en haut de parcelle et, à l’inverse, par un fractionnement longitudinal plus grand des parcelles perpendiculaires au fossé mairal au xvie siècle43. Plusieurs parcelles du xviie siècle seraient ainsi le fruit de deux parcelles antérieures réunies.

  • 44 Quatre baux simultanés sont passés en 1321. Trois portent à chaque fois sur deux parcelles faisant (...)
  • 45 Fossé del Sause ou del Sac, à droite sur le plan de 1514, entre le grand fossé et le cercle : anne (...)

22S’il est difficile de repérer avec certitude les séparations entre parcelles, soumises là comme ailleurs aux mutations de propriété et donc à des recompositions fréquentes, l’évolution semble pourtant affirmée. En 1616, le plan comporte 34 parcelles dans la portion de l’étang attribuée aux habitants de Pérignan-Fleury. En 1514, 58 parcelles sont dessinées et réparties entre 13 acquéreurs. Or, en 1321, les lots de terre sont distribués par Aimeric entre 55 personnes. La proximité de ce nombre et de celui des parcelles de 1514 pose question. La première certitude est qu’en 1321, l’étang est au moins fractionné en 55 parcelles. À la fin du Moyen Âge, plusieurs d’entre elles ont une superficie de deux séterées, superficie qui est aussi celle de groupes de deux parcelles tenues par un même tenancier44. En 1321, le seigneur de Pérignan concède les portions avec des entrées et des droits d’usage estimés pour une séterée : il ne faut pourtant pas y voir d’abord l’indice d’un module de partage des lots dans l’étang, mais celui d’une base fiscale. Par contre, les baux et les reconnaissances évoqués livrent des superficies réelles qui vont dans le sens d’un partage de l’étang en parcelles et en lots comparables où la mesure de deux séterées pourrait jouer le rôle de référence. Les différences d’orientation observées entre les groupes de parcelles (annexe 9) proviendraient soit d’une création par étape de l’espace agraire, soit d’une prise en compte d’impératifs hydrologiques, voire topographiques. L’existence, au moins jusqu’au xviie siècle, d’un grand fossé adjacent à l’ouest du mairal a peut-être rendu cet agencement plus complexe comme le laissent envisager les plans d’époque moderne45.

23Pour autant, le drainage de l’étang de Taraillan a donné naissance à un paysage agraire original qui intègre deux composantes. La structure en fossés est classique pour les dépressions endoréiques : un cercle, un fossé central collectant les petits fossés secondaires et un fossé adjacent renforçant le premier. Se greffe sur cette armature un réseau de parcelles agraires, délimitées par des fossés. Il répond ainsi aux nécessités du milieu humide et sa morphologie est aussi proche des quartiers de culture laniérés. Ce parcellaire tranche avec celui qui l’environne, composé de parcelles trapues et irrégulières. Avec des largeurs de 75 à 100 m, mais aussi bien plus réduites pendant les premiers siècles ainsi qu’il a été vu, et des longueurs pouvant atteindre 400 mètres, le parcellaire de Taraillan témoigne des capacités de la société médiévale à organiser l’espace humide dans une perspective agraire collective. Il est le pendant et le contemporain des lotissements agraires des bastides et participe à cet effort de restructuration de l’espace rural.

  • 46 Quod quidem stagnum praedictum continet centum octuanginta sex sestariatas et tres carteriatas m (...)
  • 47 Suite du passage précédent :… Et affrontat dictum stagnum de altano, circio et aquilone in viis pu (...)
  • 48 Ces réflexions métrologiques doivent beaucoup aux échanges avec M. Mousnier.
  • 49 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne méd (...)

24Le soin apporté dans la charte de 1321 à préciser la mesure employée pour calculer les superficies46 ou pour imposer une largeur fixe au chemin du cercle47 prouve la rigueur apportée à la réalisation d’une telle entreprise et son importance dans la transformation des terroirs. Elle incite à poursuivre l’étude morphologique de ce parcellaire planifié afin d’en comprendre mieux les modalités d’organisation. Il faut souligner l’originalité du cestus ou sextus, selon les diverses transcriptions modernes, qui détermine la séterée. Si la copie n’est pas fautive, cette unité de longueur ne peut être confondue avec le setier, cestarius ou sextarius, mesure de capacité. La séterée serait-elle définie par une mesure de longueur et non de capacité48 ?… Gravé avec sa contenance sur le mur de l’église de Pérignan-Fleury, le cestus représente par conséquent une mesure locale. Ainsi, le partage de l’étang n’engendre pas l’adoption d’une unité de mesure spécifique et géométrique, tel l’arpent, fréquemment associé aux parcellaires agraires réguliers des bastides49. Les assèchements n’entrent pas dans un programme d’aménagement global qui se manifesterait par l’adoption d’une métrologie ad hoc.

  • 50 vale (xiiie- xive siècles).… Cf. ch. 6, 1.
  • 51 J.-L. Abbé, « Les sources écrites : le dit et le non-dit en matière de morphologie », B. Gauthiez, (...)

25Le vocabulaire utilisé en 1321 traduit cet agencement volontaire par l’expression in primo partimento vel divisione aut ichept (pour achept) dicti stagni : le partimentum et la divisio, partage et division (cf. lexique). Ils relèvent du champ lexical de l’aménagement de l’espace, le second étant employé aussi à Marseillette et à Montady50. Leur signification n’est pourtant pas identique. Dans les deux derniers cas cités, il s’agit de procéder à des délimitations territoriales, tandis qu’à Taraillan c’est une création de parcellaire que traduisent les termes de partimentum et de divisio. Par conséquent, ils expriment dans ce cas une planification du parcellaire : ce lien entre la forme planifiée et le vocabulaire est assez rare pour être souligné51.

Montady : le « beau xiiie siècle52 »

  • 52 Cette partie s’inspire, en l’approfondissant par les résultats de nouvelles recherches, de notre c (...)
  • 53 Cf. annexe 9. Au xviie siècle, le lieu de jonction du grand fossé de l’étang de Taraillan avec la (...)
  • 54 Cf. ch. 5, 3.

26Si le parcellaire de l’étang asséché de Taraillan est la synthèse de préoccupations environnementales et agraires, l’ancien étang de Montady, à 7 km à l’ouest de Béziers et à 9 km au nord de Fleury, force l’admiration devant la géométrie parfaite de son parcellaire. Considéré à juste titre comme un paysage rural exceptionnel, il est composé de triangles effilés dont les pointes convergent au centre pour dessiner une « roue » quasi-circulaire (annexe 14, planche 5). L’entreprise est remarquable par son ampleur, près de 425 ha, avec des limites parcellaires rectilignes allant jusqu’à 1,5 km de longueur, mais aussi par les aménagements hydrauliques qui présentent une réelle originalité. Des fossés bordent les parcelles triangulaires pour conduire l’eau dans un fossé circulaire, le redondel, à 160 m du centre de l’étang. Trois canaux principaux, appelés comme ailleurs mairouals ou maïres, drainent les ruisseaux du bassin de l’étang jusqu’au canal principal, le grand mairoual ou grande maïre, qui est chargé de l’évacuation de l’ensemble du réseau (planche 16). Cette structure en croix n’est pas vraiment une exception puisqu’elle est aussi visible à l’étang du Pouget (annexe 12) et à celui de Fleury53. Elle permet de mieux drainer les bassins versants des dépressions les plus alimentées en eau. Autre prouesse : l’aqueduc quitte l’étang au sud par une galerie souterraine de 1360 m sous la colline de l’oppidum d’Ensérune afin de rejoindre les étangs de Poilhes et de Capestang, après un parcours de plus de 4 km54. L’assèchement est mis en relation avec la charte du viguier de l’archevêque de Narbonne de 1247 à laquelle il a déjà été fait fréquemment référence (pièce justificative no 1). Les concessionnaires reçoivent le droit d’effectuer les travaux nécessaires dans le ressort de ses terres pour creuser le grand fossé destiné à assécher l’étang : ad agutationem vel ad opus dicti stagni. Par contre, restent dans l’ombre quelques points majeurs. En particulier, est-il possible de mettre au jour la genèse et les règles de l’agencement des parcelles qui déroutent par leur densité, mais aussi par une géométrie rayonnante peu courante en matière de planification ?

  • 55 A. D. Hérault, G 598.
  • 56 A. D. Hérault, G 63, fol. 93-v.
  • 57 A. D. Hérault, G 56, fol. 115.
  • 58 A. D. Hérault, G 63, fol. 115 (1521). Dénombrement au roi du chapitre Saint-Nazaire à Montady : «  (...)

27Le parcellaire actuellement visible est-il d’origine ou correspond-il à un aménagement ultérieur ? Les textes médiévaux ne permettent pas de trancher. Plusieurs reconnaissances des années 1420-1430 portent sur des « cartons » (quarto) dans l’étang, autrement dit des « quartiers » de terre, sans qu’il soit possible d’en déduire des formes spécifiques55. En 1437, enfin, une pièce de terre est bordée de fossés, dont une cava ad longum qu’il faut sans doute assimiler aux rigoles de drainage56. Au xvie seulement, en 1505, apparaît le terme de « pointe » de terre (puncta) pour qualifier les parcelles de l’étang57, pointes qui, en fait, ne vont pas jusqu’au centre de l’étang, mais s’arrêtent le plus souvent au fossé circulaire, le redondel58. Si les textes contemporains tardent à être précis, la certitude vient par d’autres voies.

  • 59 A. D. Hérault, 1 J 270.

28Un procès, une fois encore, comme à Taraillan, livre des informations essentielles. Autour de 1735, une contestation du seigneur de Sérignan sur la propriété de quelques pointes entraîne une recherche « généalogique » de la propriété des parcelles de tout l’étang. Une figure parcellaire est réalisée et un tableau récapitulatif indique les propriétaires contemporains et anciens de chaque pointe59. Chronologiquement, la première est celle de l’ordre militaire de l’Hôpital qui, est-il dit au xviiie siècle, « a dénombré en 1270 une pièce dans l’étang de Montady à laquelle est les bodules dudit ordre, marquée d’une croix de Malte ». Il en est de même pour le vicomte de Narbonne en 1271 : « deux pièces dans l’étang […] marquées des armes dudit chapitre (Saint-Just de Narbonne) ». Les autres références sont plus tardives (1317, 1389 et au-delà). S’il est fait confiance à ces recherches et à leur présentation, elles prouvent clairement la pérennité des formes depuis la fin du xiiie siècle. Les bornes seigneuriales, toujours en place au xviiie siècle aux limites des pointes, confirment alors qu’elles remontent aux premiers temps de l’assèchement. La structure générale du parcellaire pourrait par conséquent être datée de la phase initiale de bonification. Il faut pourtant souligner la rareté des documents médiévaux relatifs à l’étang asséché. Les inventaires modernes des archevêques de Narbonne et surtout du chapitre Saint-Nazaire de Béziers, qui devient seigneur de Montady au xviie siècle, sont utiles, mais ne fournissent que des analyses. Aucune reconnaissance féodale, hors les analyses de Saint-Nazaire, n’a pu être retrouvée, en particulier dans les archives des hospitaliers. Une enquête dans les archives notariales biterroises permettrait peut-être de trouver des mentions de transactions.

  • 60 Seules quelques limites aboutissent dans le grand fossé d’évacuation à l’ouest de ce dernier plutô (...)
  • 61 A. D. Hérault, G 55, fol. 112-114 et 102 EDT CC 1.
  • 62 A. D. Hérault, G 57, fol. 514v.

29Cette création du milieu du xiiie siècle a ceci de remarquable qu’elle obéit à une régularité géométrique parfaite. La rectitude des lignes et des orientations du parcellaire rayonnant est évidente60. L’agencement des parcelles l’est moins, masqué par la multitude des pointes et la variété actuelle de leurs dimensions. Si cette complexité est en partie redevable à l’évolution des propriétés, il est plus difficile de mettre au jour le principe de division qui a été suivi. Que disent les textes ? Il faut attendre l’époque moderne et, en particulier, un « arpentement général de toutes les pointes de l’étang de Montady fait en 160161 ». Il donne, pour chaque propriétaire, le nombre de pointes et leurs superficies. Un traitement statistique des données des 124 pointes recensées indique que plus de la moitié des pointes (56 %) ont une superficie de 13 à 15 séterées. Cette grande homogénéité, malgré les variations en longueur des parcelles, invite à rechercher plus avant une unité de base organisatrice du parcellaire. En 1545, le premier dénombrement conservé des pointes de l’étang en comprend 124,562, nombre qui se retrouve par calcul dans le dénombrement de 1601 (124). Par division « théorique », cela fait 2,9° par pointe.

  • 63 Le relevé topographique du parcellaire actuel de l’étang, l’un des objectifs du Projet Collectif d (...)
  • 64 Plans cadastraux de Colombiers (1830, A. D. Hérault, 3 P 3509) et de Montady (1808, 3 P 3589).

30Est-il possible de réaliser une analyse métrologique du parcellaire pour valider l’hypothèse d’une unité de base de 2,9-3° suggérée par la documentation écrite ? Les réserves méthodologiques sont certaines : le cadastre napoléonien, sollicité comme à Taraillan, est mal adapté, même s’il restitue un état ancien du découpage. En effet, la mesure des angles – car tel est la donnée essentielle – ne peut être exacte en toute certitude avec des valeurs de quelques unités de degrés et la tolérance d’erreur rend aléatoire le traitement des données. Par ailleurs, la plupart des fossés ne sont représentés que par un trait simple, comme n’importe quelle limite parcellaire. Or, dans les villeneuves régulières, la prise en compte des rues ou des seuls îlots pour comprendre la mise en place et la métrologie du parcellaire est une question importante et souvent difficile à trancher. De la même manière, le partage d’un étang pouvait ou ne pouvait pas comprendre la largeur des fossés de drainage. En attendant de disposer d’un relevé topographique proposant de meilleures garanties63, les calculs effectués sur la base du plan parcellaire sont à prendre comme une première tentative dont les données seront à affiner et à corriger, s’il le faut. La mesure systématique des angles des pointes à partir du centre de l’étang a été effectuée64. Le tableau ci-dessous en présente les résultats (Fig. 9).

Fig. 9. Mesures des angles au centre des pointes de l’étang de Montady, d’après les plans cadastraux napoléoniens

Degrés arrondis au demi-degré le plus proche (d’où un total de 357,5° au lieu de 360).

31L’étalement des mesures, comme à Taraillan, est sensible. La majorité s’échelonne néanmoins entre 3 ° et 9 ° (86 %). L’angle de l’unité de base envisagée (2,9-3°) est l’une des mesures les mieux représentées (10,6 %). Avec les multiples et sous-multiples de 3 ° (1,5°, 4,5 °, 6 ° et 9 °), ce système représenterait plus du tiers (36,3 %) de l’ensemble. L’hypothèse est par conséquent que la « pointe » est non seulement l’expression d’une forme, mais aussi de l’unité de base de l’organisation métrologique de l’étang. Mais il faut émettre au moins deux réserves. La première est que le module est arrondi à 3 °, alors que les textes donnent 2,9° : pour les multiples et les sous-multiples, l’écart s’agrandit progressivement. D’autre part, d’autres mesures sont très présentes, comme 4 °, 5 °, 7 ° et ne paraissent pas entretenir de relations simples avec le système proposé.

32L’analyse métrologique ne valide, ni n’invalide de manière définitive l’hypothèse avancée à partir des textes. Il est donc possible que la géométrie de l’étang de Montady puisse répondre à une régularité fondée sur les « pointes », parcelles limitées par les fossés longitudinaux, avec un angle au centre d’environ 3 °. Il ne s’agit que d’une hypothèse, il faut encore le souligner, qui reste à mieux asseoir par une étude métrologique approfondie et plus assurée du parcellaire. L’évolution de son organisation – subdivisions ou regroupements – rend la lecture difficile et beaucoup d’interrogations subsistent :

  • le plan parcellaire de 1735 et les textes l’accompagnant comptabilisent 64 pointes et non 124/124,5, comme en 1524 et 1601. Cette division quasiment par deux traduit-elle un regroupement général des parcelles ? Ou la comptabilité faite antérieurement prendrait-elle en compte, non les parcelles, mais le nombre d’unités-pointes qu’elles contiennent ? C’est ce que dirait le dénombrement de 1545 dans lequel le chapitre Saint-Nazaire dénombre parmi ses terres « un quarton qui fait deux pointes ». Les autres possessions sont souvent présentées avec de telles équivalences dans ce document. Le quarton, ou quartier, semble désigner la parcelle qui est évaluée selon le nombre de pointes qu’elle contient. Toute l’ambiguïté tient au fait que le terme de « pointe » paraît avoir deux sens, morphologique et métrologique, le second s’effaçant progressivement devant le premier après le xviie siècle. Encore une fois, se pose l’irritante question de l’adéquation entre les données textuelles et les formes du paysage ;
  • selon quelles modalités techniques a été réalisé le partage de l’étang ? L’arpenteur Bertrand Boysset traite bien du partage d’une forme circulaire en portions égales65. Mais est-ce ainsi que se firent les divisions à Montady ? Deux éléments permettent d’en douter. D’abord, rien ne dit que tout l’étang fut fractionné initialement en parts égales : les exemples de l’Étang salé d’Ouveillan, de Taraillan, de Sigean montrent que les seigneurs se réservent des parts pouvant être substantielles et qui n’entraient pas dans le découpage général. À Montady, le seigneur de Colombiers a, à l’évidence, procédé ainsi : il est l’un des quatre acquéreurs cités de 1247 et en 1524, il détient en propre 14,5 pointes, soit plus de 11 % de l’étang. Donc, le fractionnement du parcellaire a pu être progressif. Par ailleurs, rien ne dit non plus que les divisions prirent à l’origine pour base l’étang dans son entier : les grands fossés de drainage ont pu jouer le rôle de vastes quartiers à l’intérieur desquels les parts furent réalisées. En effet, en 1545 encore, le dénombrement est effectué en tournant autour de l’étang de l’est vers l’ouest ; or, l’ensemble des parcelles est divisé en quatre redondels ou mairouals délimités par les grands fossés de drainage qui servent par conséquent de cadres topographiques dans la répartition des terres et donc peut-être aussi au moment de la création du parcellaire.

33À l’évidence, beaucoup d’incertitudes subsistent, mais il est possible de proposer comme hypothèse les modalités suivantes. L’étang est structuré principalement par les grands fossés de drainage qui jouent aussi le rôle de quartiers à l’intérieur desquels la partition des terres est réalisée. Le découpage est réalisé en « pointes », ce qui signifie à la fois en parcelles ayant la forme d’un triangle, mais aussi selon un module – équivalent à 3 ° ? – constitué par une parcelle. La répartition des terres se fait en fonction de la demande des acquéreurs : le découpage n’a pas forcément été complet dès l’origine, sauf si les exigences hydrologiques parurent le demander. Par la suite, les parcelles sont appelées « quartons », contenant un nombre varié d’unités-pointes. Au xviie siècle, le terme de quarton disparaît et celui de pointe s’y substitue, prenant alors le sens de parcelle et perdant celui d’unité de superficie.

34Le parcellaire de l’étang de Montady est tout à fait remarquable et exceptionnel par son ampleur, quelles que soient les incertitudes qui restent sur sa genèse. C’est un témoignage original et précieux du savoir des arpenteurs et des hydrauliciens du xiiie siècle, un témoignage qui s’intègre par ailleurs dans les grands aménagements de l’espace contemporains : les parcellaires agraires et urbains de nombreuses villeneuves, mais aussi les lotissements des quartiers neufs en ville donnent l’occasion aux spécialistes d’exercer leurs talents. Si la grande régularité géométrique de toutes ces entreprises est leur point commun, la spécificité de Montady est d’avoir conçu un paysage selon un schéma radial qui affecte le réseau de drainage comme le parcellaire. Alors que le canevas orthogonal ou laniéré est le principe régulateur de la plupart des créations paysagères contemporaines, Montady propose un autre modèle d’aménagement. Apparemment sans lendemain : Montady ou l’utopie d’un xiiie siècle conquérant ?

Planification parcellaire et milieu humide

  • 66 C. Higounet, « Paysages, mise en valeur, peuplement de la banlieue sud de Bordeaux à la fin du xii (...)

35Taraillan et Montady, comme probablement aussi Marseillette et l’Étang salé d’Ouveillan, sont des exemples marquants des capacités planificatrices des années 1250-1310. Certes, les espaces transformés ne sont pas immenses en superficie, mais leur caractère remarquable tient à la complexité des procédures, du projet à la réalisation. La comparaison avec les projets des bastides rurales, réalisés au même moment, est à ce titre instructive. La question financière, d’abord. L’association des seigneurs avec les investisseurs urbains est symptomatique des plus gros projets d’assèchement, alors qu’elle semble tout à fait absente des créations des bastides méridionales. Des arpenteurs tracent les rues et les îlots, éventuellement les parcelles à cultiver, mais l’intervention et l’intérêt des notables des villes ne sont pas sensibles : les concessions à des entrepreneurs chargés de la mise en valeur n’apparaissent pas. Seules les chartes de paréage et de franchises régissent les droits des seigneurs et des exploitants. Espace agraire parmi d’autres, la bastide et son terroir ne provoquent pas ces associations caractéristiques des étangs aux bonnes terres, mais de mise en valeur souvent ardue et coûteuse. Il ne faut pourtant pas systématiser l’opposition. Charles Higounet a décrit très finement l’intérêt suscité par la bastide avortée de Baa, dans la banlieue méridionale de Bordeaux66. Située en pleine forêt royale, elle est le fruit d’un projet de défrichement d’Édouard Ier à la fin des années 1280. Plusieurs bourgeois bordelais acquièrent des lots de terre avec pour objectif de développer la viticulture en pleine expansion. Cet investissement périurbain, qui est un phénomène tout à fait général à cette époque, n’est pas sans rappeler celui effectué dans les zones humides biterroises et narbonnaises.

36La création des nouveaux terroirs bonifiés débouche par ailleurs sur des aménagements planifiés à la double particularité. La première a été soulignée peu auparavant, c’est la variété des solutions morphologiques pour adapter les parcelles de culture au réseau de drainage. C’est là une contrainte forte qui demande à adapter l’organisation des lots à des orientations hétérogènes. Le résultat en est l’antagonisme des choix effectués dans les étangs allotis : deux séries de parcelles parallèles à Taraillan, mais sans maintien d’une orientation commune stricte ; un seul réseau parcellaire à Montady, convergeant régulièrement en faisceau vers le centre de la cuvette. Autrement dit, il ne peut y avoir de modèle morphologique, tant l’adaptation aux conditions de drainage est première. Le modèle réside uniquement dans la structure des fossés (cercle, fossé maître, fossés secondaires), ensuite l’adaptation au milieu nuance l’agencement de ces composantes, voire le bouleverse à Montady avec la centralité du réseau fossoyé. Le paysage de l’étang résulte aussi du mode d’exploitation : le contraste du parcellaire entre les différents secteurs de Taraillan est la conséquence des mises en valeur : grand domaine bourgeois aux vastes parcelles d’un côté, multiplicité des tenures paysannes striant la plus grande partie de l’étang de l’autre.

  • 67 A. D. Bouches-du-Rhône, B 507. Cf. ch. 4, 6.

37La deuxième particularité des aménagements est leur organisation générale. Si les textes ne font état de rien de tel pour le partimentum de Taraillan, l’unité apparente de Montady cache une sectorisation perceptible dans le dénombrement de 1545. Les parcelles sont groupées en quatre vastes ensembles désignés par les fossés essentiels (redondel, mairoual). Bien que cette mention soit tardive, elle pourrait refléter les conceptions et les méthodes de mise en place des parcellaires. En effet, une telle organisation prévaut aussi à l’Étang salé d’Ouveillan où, comme à Montady, les portions acensées en 1305-1306 sont dépendantes de quatre quartiers (« parties » dans l’analyse du xviie siècle). Mais le document le plus éloquent en la matière est celui du projet d’assèchement du marécage de Saint-Rémy-de-Provence en 1336-1337 dont il a déjà été question67. La procédure de partage est décrite avec une grande précision et effectuée par des arpenteurs en présence des acquéreurs, des procureurs de la municipalité et des commissaires du comte de Provence, seigneur de Saint-Rémy. Le partage est réalisé en partant des structures les plus encadrantes jusqu’à la parcelle attribuée :

  • en premier, selon la demande (ordinatio) des procureurs, les arpenteurs doivent déterminer l’emplacement (in quibus locis) des chemins (caminus) et des voies vicinales de confront, en indiquant la largeur (latitudo) de chacun d’entre eux, comme pour le chemin du cercle à Taraillan ;
  • ensuite, les îlots ainsi tracés sont divisés en lots de terre appelés regiones sive fayssas. La division est effectuée selon le principe suivant : la superficie du palud est calculée (1960 séterées), puis divisée en faïsses de 20 séterées, soit 98 faïsses. La valeur de la faïsse est donc déterminée à l’avance afin de correspondre aux capacités de l’exploitation ;
  • enfin est effectuée sur place l’attribution des parts (portiones) aux acquéreurs. Chaque faïsse compte trois ou quatre d’entre eux, ce qui permet de lotir la totalité, soit plus de 330 personnes. Néanmoins, le partage n’est pas égalitaire, puisque chacun reçoit la quantité (portiones et quantitates) qu’il lui revient, portée sur les documents (cedula sive lotus) rédigés à cet effet.

38Cette procédure de partage porte sur un marécage, mais elle est tout à fait transposable à un grand étang alloti, en fonction de ses particularités. Il est fort probable que la procédure y est suivie de manière très proche, en tout cas dans son organisation globale. La structuration du marécage est nette, en chemins, puis en quartiers (« régions » ou « faïsses ») et enfin en parcelles et confirme les sectorisations constatées à Montady et Ouveillan. C’est l’un des signes les plus manifestes du degré d’élaboration de ces paysages planifiés en milieu humide et de leur identité propre.

4. DES FORMES DU PAYSAGE À LA DÉNOMINATION : QUELLE IDENTITÉ ?

Les trames parcellaires : discordances et héritages antiques

  • 68 J.-L. Abbé, « La dynamique historique des parcellaires dans le midi de la France. L’exemple de la (...)

39En évoquant prioritairement les grandes opérations hydrauliques du xiiie siècle, cette étude met l’accent sur des ruptures : rupture avec le milieu, rupture des activités, rupture dans le paysage. Sur ce dernier aspect, le constat peut sembler évident : le drainage complet de nombreuses cuvettes est à l’origine d’un nouveau parcellaire parfaitement identifiable aujourd’hui. Résultant d’une opération volontaire ponctuelle, il rompt avec les formes du paysage environnantes et tranche par sa géométrie régulière, celle des canaux et celles des parcelles de culture. Sur un autre plan, la discontinuité introduite par les parcellaires des étangs dans les réseaux cadastraux antiques est apparue clairement au cours d’études de cas sur les terroirs de Hauterive et de Preissan68. Pourtant, il semble intéressant d’étudier de plus près le cas de l’étang de Pézenas qui permet de présenter l’évolution aussi en termes d’héritage et de transmission, inscrivant l’assèchement des étangs dans la longue durée (annexe 19).

  • 69 Carte p. 53, commentaire p. 55-56.
  • 70 M. Clavel-Lévêque, « Béziers : territoire et cité. La fonction génétique du cadastral précolonial  (...)
  • 71 Cf. planche 13.

40Dans sa thèse sur Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité, S. Mauné décrit l’importante fossilisation de la centuriation précoloniale Béziers B orientée à 32° 30 E (fin du Ier ap. J.-C.). Les limites intercivisi (chemins séparant les parcelles) s’arrêtent en bordure de l’ancien étang, « indiquant ainsi la limite occidentale du rivage antique ». L’absence de limites au sud de l’étang serait l’indication de terres plus lourdes laissées à l’écart du système agraire ou un effet de remembrements ultérieurs, ou encore le résultat d’une extension plus grande de l’étang69. Le relevé des tracés de la centuriation proposé par S. Mauné, couplé avec celui du réseau fossoyé de l’étang, permet de faire quelques réflexions sur l’évolution des lignes du paysage. Tout d’abord, est-il possible de déduire le tracé d’un rivage à partir des limites parcellaires ? Sans que la réponse puisse être donnée dans le cas de Pézenas, elle est incertaine de manière générale. L’étang a pu connaître des drainages complets ou partiels pendant l’Antiquité – S. Mauné évoque aussi cette hypothèse –, en particulier dans le contexte de la centuriation Béziers B considérée comme relevant d’une politique de gestion des zones hydromorphes avec de nombreux fossés et drains70. Le retour ultérieur à un espace palustre oblitère alors une partie des aménagements et doit expliquer en effet une partie de l’absence du parcellaire centurié au sud de l’étang comme l’atteste l’étendue des dépôts fluvio-lacustres. L’examen attentif du cadastre permet de donner corps à cette hypothèse. À l’est de l’étang, plusieurs fossés externes canalisent les eaux des pentes voisines selon un parcours en partie rectiligne qui trahit son artificialité. Ces trois tronçons sont orientés comme la centuriation. Si l’effet de coïncidence peut jouer, il est plus difficile à mettre en avant pour l’exutoire de l’étang, le ruisseau des Aires71. Son parcours d’environ 1,5 km entre la cuvette et l’Hérault est exactement dans l’alignement cadastral. L’hypothèse d’un aménagement antique paraît par conséquent envisageable. Il pourrait correspondre à un drainage antérieur à celui des templiers qui auraient réutilisé le canal toujours existant.

  • 72 Cf. ch. 3, 4, Un domaine pour assécher : les templiers et l’étang de Pézenas.
  • 73 A. D. Hérault, 7 S 350 (1886 et 1879).

41L’éventualité de ce drainage antique, déjà évoqué plus haut72, ou d’un très faible remplissage, est confirmée par la présence d’un habitat des Ier-IIe s. ap. J.-C. (les Rodètes) dont un mur longe l’exutoire sur plusieurs dizaines de mètres linéaires. Certes, aucune certitude ne peut être établie sans une étude archéologique et paléoenvironnementale du drain de l’étang. Pourtant, l’hypothèse de sa pérennité de l’Antiquité à nos jours est forte. Elle confirmerait le rôle du cadastre Béziers B dans le drainage des zones humides. Elle permettrait peut-être aussi de comprendre pourquoi aucun document ne porte la trace de l’autorisation demandée par les templiers de construire un fossé à travers une partie du territoire de Pézenas qui ne relève pas de leur domaine : le fossé existe déjà et pouvait même jouer un rôle dans la régulation du niveau d’eau. Cette ancienneté de l’exutoire, incertaine, trouve encore un lointain écho dans les débats qui agitent la municipalité de Pézenas et les propriétaires riverains à la fin du xixe siècle. Plusieurs de ces derniers protestent contre l’obligation de curage de l’émissaire car « cette partie du ruisseau des Aires devait être considérée, non comme un cours d’eau naturel, mais comme un canal ouvert artificiellement lors du dessèchement de l’étang de Tourbes pour servir d’émissaire aux eaux de cet étang ». Son entretien reviendrait donc au syndicat ou à la commune. Mais un rapport d’ingénieur hydraulique antérieur avait indiqué « que le dessèchement de l’étang de Tourbes remontant à une date inconnue et certainement fort ancienne, il était impossible de préciser les travaux exécutés pour ce dessèchement ; mais que, d’après la disposition des lieux, on pouvait affirmer que l’étang avait toujours eu un émissaire naturel dont le cours ne pouvait guère différer de celui du ruisseau actuel73 ».

  • 74 Les échanges avec S. Mauné ont contribué à nourrir ces analyses sur Pézenas. Qu’il en soit remerci (...)

42Ce débat, dont l’intérêt momentané est de savoir à qui revient l’entretien du fossé principal, révèle aussi l’ignorance des Piscénois sur son origine. Cela n’a rien d’exceptionnel : l’assèchement de Montady a été attribué au règne d’Henri IV et la galerie de Taraillan aux Romains. Néanmoins, l’échange d’arguments pose la double question de l’origine et de la nature du canal et donc de la genèse et des techniques de drainage, l’incertitude prouvant l’ancienneté des interventions et l’absence de documents les attestant. Il ressort de cette étude sur l’étang de Pézenas à la lumière des trames parcellaires qu’il faut envisager la pérennité de certains aménagements hydrauliques, comme le ruisseau des Aires pourrait en donner l’exemple. La signification de ce processus est importante puisqu’il inscrit certains drainages médiévaux, non en rupture, mais dans la continuité d’actions antérieures pouvant remonter, selon cet exemple, au tout début de l’ère chrétienne, dans un contexte propice aux drainages. Même si cette proposition demande une confirmation archéologique, elle incite à généraliser cette approche et à étudier dans la longue durée des entreprises que les textes, voire les plans, font parfois paraître comme purement conjoncturelles74.

Un espace singulier dans le paysage rural

43Pouvant être l’héritier de travaux hydrauliques antérieurs, l’étang asséché est-il à son tour créateur d’un paysage spécifique ou a-t-il tendance à se fondre dans le rural des terres plus sèches ? Certes, il serait tentant de dire que les cartes et les photos aériennes dégagent sans difficulté la morphologie de l’étang disparu dans son alvéole parcourue de rayons tracés par les fossés. Mais c’est là le paysage du savant, non celui du quotidien, visible au sol. D’autre part, il convient d’avoir toujours à l’esprit que l’état des cuvettes est instable. Une opération de drainage n’est pas une coupure aussi radicale que les textes l’affirment et la présence, involontaire, de l’eau est sensible depuis la fin du Moyen Âge. Cette présence est paradoxalement le signe le plus manifeste de l’étang en principe asséché.

44Les parcelles se distinguent par leurs fossés drainant l’humidité des sols, mais aussi irriguant les terres et les prés. La morphologie est une des particularités les plus perceptibles : les parcelles prennent une forme très souvent étirée, allongée, qu’elles soient laniérées, le cas le plus fréquent, ou en pointe, comme à Montady ou plus généralement au point de rencontre de fossés convergents. Ce dessin parcellaire est conditionné par les nécessités du drainage et s’impose dès que les terres sont réparties entre de nombreux exploitants. Un étang de taille moyenne comme celui du Pouget illustre bien ce parti-pris (annexe 12). Les parcelles s’alignent sur l’un ou l’autre des deux grands fossés dessinant une vaste croix, et leur laniérage est particulièrement accentué à l’est de l’agulla payroal, le « fossé père ».

  • 75 La construction d’un abreuvoir dans l’étang de Taraillan en 1324, dans un texte déjà évoqué (A. N. (...)
  • 76 Cf. ch. 5, 3.
  • 77 Première mention des huelhs en 1371 : A. D. Hérault, 1 E 1465 ; éd. par A. Delouvrier, Histoire de (...)
  • 78 A. N., T 166, 38, liasse 48, no 113.

45Les textes médiévaux décrivent rarement avec détail les éléments topographiques de l’étang drainé, si ce n’est lors des bornages. Là encore, les indications se réduisent en fait aux mentions des bornes elles-mêmes et n’apportent rien de neuf. En dehors des ponts franchissant les fossés, en particulier celui du cercle, des abreuvoirs construits pour les troupeaux75, l’étang asséché n’offre guère d’élément paysager remarquable. La végétation est aussi absente des textes alors que la présence d’arbres le long des fossés est probable. Par contre, les galeries des aqueducs ont su marquer l’espace par deux éléments que la toponymie conserve à plusieurs reprises. Il a déjà été dit que les puits verticaux sont rappelés par le terme de traoucats76, ce qui permet de les localiser. L’entrée de la galerie est aussi gardée par la mémoire collective à travers le terme occitan de uelh, désignant l’œil mais aussi l’ouverture, le trou. Au Pouget, les huelhs de las tinas, mentionnées dès la fin du xive siècle, permettent de dater la galerie d’évacuation de cette époque et donc, probablement, de l’assèchement du xiiie siècle. Aujourd’hui, le terme s’est conservé, traduit partiellement en français : le « vallat des yeux77 ». À Fleury, une terre confronte en 1540 luel de la traucade, autrement dit l’entrée de la galerie couverte78.

  • 79 Aujourd’hui commune de Vinassan.
  • 80 Un château est attesté au Pouget à la fin du xive siècle à côté des bâtiments agricoles (cf. ch. 3 (...)

46Si aucune mention de bâtiment dans l’étang même n’apparaît, ce qui ne saurait surprendre, l’installation de centres domaniaux et seigneuriaux à sa périphérie marque les espoirs fondés dans les nouveaux terroirs agraires. Les homonymes l’Estang au Pouget et l’Étang à Pézenas et enfin Taraillan à Fleury79 correspondent tous trois au même projet, celui d’un domaine agricole dont les bâtiments d’exploitation sont plus ou moins fortifiés80. Leurs sites sont identiques, en bordure immédiate des anciens étangs, légèrement en hauteur à Pézenas et au bord du cercle pour les deux autres, marquant en quelque sorte les nouveaux terroirs de leur empreinte.

47Découpés par de longues parcelles cernées de fossés, parfois drainés par des galeries dont les puits signent l’itinéraire, séparés par leur cercle des habitats domaniaux ou villageois, soumis aux inondations, les étangs asséchés gardent leur particularité dans le paysage rural, accentuée par la topographie en cuvette. Pour autant, la perception de l’étang par les populations n’est pas seulement visuelle, elle est aussi dans le nom qui leur est attribué.

Le nom de l’étang

  • 81 Le Pouget, Ouveillan (Étang salé), Pézenas, Puisserguier, Quarante.
  • 82 Comme au Pouget, à Pézenas ou à Quarante. Au Pouget, l’étang prend le nom de Montdardier une fois (...)

48Il a semblé intéressant de terminer cette approche des étangs languedociens par ce qui aurait pu en occuper les premières pages. Le nom de l’étang peut en effet représenter l’élément identifiant le plus simple et le plus accessible. Mais en fait, ces dénominations permettent de dresser un regard en forme de bilan sur les liens entre les populations et les étangs. Or, ce regard n’a de pertinence que s’il est diachronique et porte sur la longue durée, appuyé sur un corpus significatif. Le tableau de l’annexe 6 récapitule par conséquent les noms de 18 étangs, répertoriés du Moyen Âge à aujourd’hui. Seules les formes présentes dans les textes contemporains sont retenues, afin d’éviter les incertitudes des analyses modernes. Pour les temps actuels, les toponymes de la carte ign au 25 000e ont été retenus. Le premier enseignement, à travers toute la diversité des appellations, est que plusieurs étangs changent complètement de nom, une fois, voire deux fois en quelques siècles81. Ces changements ne se font pas forcément par substitution : plusieurs noms peuvent être simultanément en usage, marque d’une concurrence entre la tradition et une situation nouvelle82.

49La deuxième observation porte sur l’évolution des dénominations car il paraît possible de distinguer trois phases qui caractérisent les liens entre la société et les étangs :

  • jusqu’au xiie siècle inclus, la quasi-totalité des noms indiquent un habitat proche ou un territoire dans lequel l’étang est englobé. Tel est le cas à Ouveillan, Marseillette, Montredon, ou encore Pézenas, mais aussi à Cocmérac – castrum du xiie siècle entre Quarante et Ouveillan. L’étang de Piperelle conserve le nom de la villa dont il a été plusieurs fois question. D’autres, que les sources ne citent qu’au xiiie siècle, sont à ranger dans cette catégorie, comme Montady (en fait Colombiers et Montady), Taraillan, ou Callan à Puisserguier. La relation est donc avant tout le signe d’une appartenance territoriale, à un finage dont l’étang est une composante reconnue ;
  • à partir du xiiie siècle et jusqu’au xvie inclus, une seconde génération de noms s’affirme, celle des nouveaux acquéreurs, communautés religieuses ou familles nobles, dont l’étang devient le bien propre. Ainsi, l’étang de Piperelle devient celui de Montdardier, l’étang « du monastère » à Montredon fait référence à Fontfroide, à Tressan et Puilacher, l’étang prend le nom du prieuré de Cassan et à Puisserguier, le vicomte de Narbonne donne son titre à la dépression de Callan. L’appartenance au territoire proche se dilue par conséquent au profit de nouveaux acteurs ayant acquis les droits sur l’étang et peut-être aussi responsables de leur assèchement, même si ce n’est attesté dans aucun des cas. Ce passage entre société traditionnelle et nouveaux venus peut se passer de manière conflictuelle, comme à Pézenas dont la double dénomination aux xiiie-xive siècles révèle l’antagonisme entre les religieux-militaires et la communauté urbaine83 ;
  • enfin, la période du xviie siècle à aujourd’hui marque la désaffection pour les anciens étangs. Le mouvement est progressif et inégal, mais tout à fait sensible. Tous les noms apparus pendant la seconde période sombrent dans l’oubli, surtout avec la période révolutionnaire qui redistribue la propriété des domaines. Les noms de Cassan, Montdardier ou du Vicomte n’ont pas résisté à la mise à l’écart des seigneurs fonciers qu’ils désignent. La phase des xiiie-xvie siècles est donc transitoire. Les noms qui perdurent peuvent être ceux donnés traditionnellement et qui n’ont guère varié – comme à Montady ou à Capestang, parfois ceux de domaines récents – comme la Voûte à Puisserguier, où l’étang a donc connu en tout trois noms. Mais le plus significatif réside dans l’anonymat de plusieurs anciens étangs, perdant leur surnom et ne conservant que le terme générique d’étang (« Plaine de l’Étang », « Étang Haut », « l’Étang » tout simplement). Parfois même, la référence à l’étendue d’eau disparaît : à Preissan, le lieu-dit est devenu « La Prade de Preissan » depuis au moins le xviie siècle84.

50Cette périodisation est somme toute très significative de l’importance que les sociétés accordent aux milieux humides continentaux. Dans le cas des étangs, le rapport privilégie d’abord la communauté proche et son terroir, en tout cas un territoire plus ou moins ancien dont l’étendue d’eau est une partie identifiée comme telle. Vient ensuite l’époque intermédiaire, du xiiie au xvie siècle, celle d’un intérêt renouvelé pour les étangs acquis par des communautés religieuses ou des lignages seigneuriaux et asséchés. L’étang est alors assimilé à son nouveau possédant et prend son nom. Enfin, l’effacement fréquent de cette mémoire à l’époque moderne marque une ultime phase, celle d’un anonymat, d’une perte d’identité qui supprime souvent la désignation spécifique.

  • 85 dare et assignare in emphyteosim perpetuam fayssias superius babtizatas et nominatas… : A. D. Bo (...)
  • 86 À Narbonne, par exemple, les îlots urbains portent des noms de personnes jusqu’à la fin xvie siècl (...)
  • 87 Cette géographie de l’espace et cette nécessité de l’identifier clairement est très sensible chez (...)

51Les noms ne se résument pas à la pièce d’eau ou à son ancien emplacement. Comme n’importe quel terroir, les tènements de quelques parcelles à l’intérieur des étangs portent des noms spécifiques. Cela serait inutile de s’y attarder, si l’assèchement du marais provençal de Saint-Rémy ne venait encore informer sur le mode de désignation des nouvelles terres et sa signification. Lors de l’attribution des lots aux acquéreurs, chacune des 98 faïsses est « baptisée » et reçoit un nom85. Le nom choisi est systématiquement celui de l’un des possesseurs de la faïsse désignée. Ainsi, la première énumérée, vocata porcella vielha, est possédée par Pierre Porcelli ; la deuxième est appelée giperpia et tenue par trois acquéreurs, dont Bertrand Giperpii, etc. Il s’agit d’un mode de désignation très habituel des îlots des villes méditerranéennes à la fin du Moyen Âge : le propriétaire le plus important, généralement un notable, donne son nom à l’îlot qui peut être ainsi rebaptisé plusieurs fois86. Il semble bien qu’il y ait là une influence des pratiques urbaines, et en particulier des notaires, face à une situation de densité homogène de l’espace qui oblige à trouver des repères efficaces87. Cette similitude des solutions est évidemment une invitation à ne pas cloisonner le monde rural et le monde urbain dans l’organisation des nouveaux espaces et à réfléchir à cette question de manière globale.

***

52L’étang languedocien asséché a posé aux sociétés médiévales plusieurs questions difficiles à résoudre en termes d’espace et de parcellaire. Le transfert d’une zone surtout humide en un espace plus conforme à ceux qui l’environnent engendre paradoxalement des aménagements dont l’objectif est de redessiner des limites qui conservent la spécificité de l’ancien milieu. Le maintien d’un espace fiscal noble, transmettant l’origine seigneuriale du bien, est le premier aspect à retenir. Il est soumis, par ailleurs, à la pression des communautés. Si aucun texte n’en fait part directement, la perte de cette nobilité, de cette exemption, dans certains lieux, ne peut s’interpréter que comme la volonté de récupérer des droits fiscaux fort importants lorsque la surface est grande par rapport au taillable. L’autre symptôme trouve sa traduction dans les conflits de partage de juridictions, religieuses ou seigneuriales, qui resurgissent, parfois jusqu’en plein xviie siècle, comme pour le décimaire de Montady. Là encore, les désaccords sur les tracés prouvent que les règles du jeu sont mal établies, autrement dit que le droit en matière de partage des étendues d’eau asséchées ne sait pas répondre aisément à ces situations, comme l’ont montré les incertitudes du droit d’alluvion. C’est là un point essentiel : la perception de l’espace et de son appropriation nécessite de plus amples recherches pour comprendre comment peuvent être gérées les entreprises de partage et de mise en valeur. Ces délimitations juridiques s’appuient matériellement sur les grands aménagements, les fossés majeurs et le cercle de l’étang, qui remplissent donc une fonction qui dépasse leur rôle premier, celui d’évacuer l’eau. Le soin apporté à leur réalisation (comme à Taraillan) doit par conséquent se comprendre aussi comme le reflet de leur statut de séparateurs de terroirs et de territoires. Mais les fossés ne peuvent toujours remplir ce rôle parce que la géographie administrative et la topographie ne peuvent pas toujours s’accorder, comme à Marseillette. Alors le bornage doit chercher d’autres appuis et recourir à des experts. L’étang a ainsi pu avoir une place de choix dans les réflexions et les débats sur la délimitation des finages qui marquent si souvent les deux derniers siècles médiévaux.

53Le partage est aussi celui des terres pour en faire des tenures d’exploitation. L’étang offre là un exemple original de planification rurale qui permet de sortir des terroirs neufs des villeneuves. Certes, comme pour celles-ci, il est délicat d’aller trop loin dans l’analyse, en particulier métrologique, à cause de l’absence de documents fiables pour calculer des longueurs et des angles réduits. Il est pourtant clair que les étangs subdivisés en de nombreuses parcelles l’ont été à partir de choix rigoureux du point de vue morphologique et métrologique, mais en même temps variés pour tenir compte de la topographie et des impératifs hydrologiques. Les deux exemples aboutis dans l’espace étudié, Taraillan et Montady, s’opposent, le premier étant alloti en deux bandes rectangulaires parfois laniérées, le second faisant le choix d’une structure rayonnante originale avec des parcelles en triangles très effilés. Ces deux dossiers sont loin d’être clos, aussi bien sous l’angle planimétrique, que sous celui des textes, particulièrement nombreux. L’archéologie doit être aussi sollicitée, pour mieux comprendre l’évolution d’un parcellaire qu’il ne faut pas réduire à sa création et à sa vision actuelle. Si la structure perdure, le découpage change.

  • 88 À Clausonne, le drainage du xvie siècle n’a pu réutiliser la galerie antique liée au premier assèc (...)

54L’identité de l’étang asséché est donc complexe, faite à la fois de limites séparantes et de réseaux parcellaires unifiants. Elle l’est aussi dans sa genèse et il serait probablement erroné de faire commencer celle-ci avec les grands projets de drainage du xiiie siècle. L’exemple de Pézenas laisse entendre que le réseau activé alors pourrait s’appuyer sur des éléments déjà réalisés dès l’Antiquité. Pour des périodes plus proches, il est frappant de constater qu’un projet repris de siècle en siècle parce qu’il n’aboutit pas conserve le même plan. À Marseillette, l’assèchement du début du xixe siècle reprend un projet de la fin du xviiie, qui lui-même s’inspire directement d’un autre projet du début du xviie siècle. En fait, les solutions de drainage ne sont pas nombreuses et des choix identiques s’imposent. Il faut donc aborder la question de l’assèchement sur la longue durée et non sur le temps court. Des drainages antiques ont pu se perpétuer et être réemployés, bien qu’il faille être prudent car la topographie évolue sous l’effet de l’érosion des versants et de l’alluvionnement88. La longue durée est aussi celle des noms : les changements de nom des étangs renseignent directement sur les liens créés avec ceux qui en ont la propriété ou l’usage. Le glissement est significatif au xiiie siècle dans de nombreux cas lorsque la dénomination traditionnelle des territoires et habitats proches laisse la place aux nouveaux possédants, qui sont aussi souvent les commanditaires des aménagements. C’est aussi rappeler, si besoin est, que l’étang n’est pas un bien collectif, mais seigneurial, identifié par le nom du possesseur foncier. L’étang reste principalement l’espace du seigneur ; il est noble. À moins que quelque communauté n’arrache son intégration au rural, marquant ainsi l’effacement de l’étang médiéval.

Notes

1 La pétition des nouveaux propriétaires au sous-préfet de Béziers en 1811 mérite d’être citée car elle décrit parfaitement le changement de régime de propriété et d’exploitation et les conséquences qui en découlent pour l’entretien de l’étang. Il faut aussi remarquer les vertus accordées à la grande propriété d’Ancien Régime… : « Les soussignés formant la majeure partie des acquéreurs du domaine de Létang ayant appartenu au ci devant ordre de Malte et situé dans le territoire de Pézenas, exposent que ledit domaine est divisé par grand nombre de fossés qui, recevant les uns des autres les eaux pluviales, les réunissant dans de plus grands lesquels aboutissent à une espèce de canal d’évacuation qui traverse la ligne de poste et va aboutir au chemin dit de l’amandier. Pendant la jouissance dudit commandeur, leurs agents ou leurs fermiers étaient soigneux de faire curer tous ces fossés pour maintenir en état de culture et de production ledit domaine. Lors de la vente qui en fut faite par le directoire du district de Béziers, il fut fait une infinité de lots auxquels on donne pour limites les fossés existants qu’on déclara mitoyens, mais on omit d’assujettir les acquéreurs au curage desdits grands fossés que du canal d’évacuation, en sorte que depuis l’adjudication aucun ouvrage n’y a été fait, que les eaux n’ont presque plus d’écoulement, et sont à la veille d’enlever à l’agriculture tout ce domaine… » : A. D. Hérault, 7 S 464.

2 A. D. Aude, 1 Fi 1083 (atlas du terrier royal d’Ouveillan).

3 usque in agulheria payroali stagni de Cassano et sicut aqua dicti stagni descendit per recum usque in medio fluminis Eraudi… A. D. Hérault, 1 E 1455. Original.

4 Divisio stagni de Montadino inter R et R de Columbieriis fratres et Imbertum de Montadino : A. D. Hérault, G 598 (analyses d’actes du chapitre Saint-Nazaire de Béziers).

5 A. D. Hérault, G 3837 ; Rocque, t. IV-1, fol. 24-v, no 62. Le chapitre Saint-Étienne conteste les limites des dîmaires et estime qu’elles ne respectent pas le jugement porté sur cette question en 1268. Il intervient parce que depuis 1334 la paroisse Saint-Jean de Tersan, dont l’église est limitrophe de l’étang de Montady à l’ouest, est réunie au chapitre. Le conflit l’oppose au prieur de la paroisse de Montady, l’abbé du monastère Saint-Jacques de Béziers.

6 Comme au Pouget en 1265 : noviter decicati (A. D. Hérault, G 3915).

7 A. D. Hérault, G 3837.

8 P. Blanchemanche, « Dynamique fluviale et terres neuves : le droit d’alluvion de l’Antiquité à l’époque moderne », Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommages à Guy Barruol…, p. 181-189.

9 Son raisonnement porte sur les propriétés privées, mais paraît transposable aux juridictions.

10 Par ailleurs, les limites de Tersan restent hors du cercle de l’étang d’après le jugement des arbitres, ce qui pose question par rapport au principe de proportionnalité. Faut-il y voir l’effet d’une paroisse très peu peuplée, voire inhabitée, ce qu’elle est en 1334 lors de son rattachement au chapitre de Capestang ?

11 En prenant en compte les limites de Montady d’avant 1955. Les limites communales de Colombiers paraissent assez bien correspondre à celles du finage/dîmaire médiéval (cf. ch. 3, 4, Limites des communes et proximité villageoise) ; celles de Montady aussi (cf. étude du compoix de 1382 dans la première partie du mémoire d’habilitation).

12 Cf. ch. 5, 1.

13 A. D. Aude, 11 C 50. Original.

14 Idem. Copie du plan de l’assèchement de l’étang de Marseillette vers 1630. (v. 1760–1765).

15 Exemple de la part attribuée à Marseillette (alors Massilia) ; le sommet est marqué par la première borne :… Item, de loco predicte bosule sive mete interioris incedendo ad locum quo terminalia exteriora dicte ville de Massila dividuntur a terminalibus dicti loci de Blumaco, ab una parte, et ab alia parte, ad locum quo dicta terminalia eiusdem ville de Massilia dividuntur a terminalibus ville de Aquis Vivis spectantis ad eumdem dominum Bernardum ; territorium dicti stagni quod est juxta terminalia dicte ville de Massilia usque ad locum dicte bosule sive mete rectis lineis incedendo et quicquid infra predictas limitationes continetur sit et intelligatur alia pars que dicti esse de pertinentiis ville de Massilia supradicte… A. D. Aude, 11 C 50.

16 intus stagnum predictum, juxta vallum a parte superiori versus Atacem factum propter desicationem seu degutationem dicti stagni, poneretur seu assigneretur quedam bosulam sive meta lapidea quatuor gachones […] ostenderunt alium locum circa medium dicti stagni in quo affixus erat quidem palus ligneus. In quoquidem voluerunt, ordinaverunt et perceperunt poni et affigi aliam bosulam sive metam lapideam habentem circa se tres gachones […] ostenderunt domini arbitratores seu amicabiles compositores predicti quemdam alium locum a parte inferiori dicti stagni in qua supereminebat quedam asta lignea pro signo, habens supra se tunc lintuamen ligatum extensum in modum vexelli ubi voluerunt et ordinaverunt poni et affigi unam aliam bosulam sive metam lapideam habentem tres gachones circa se…

17 Cf. ch. 3, 4, L’étang partagé : droits et bornage.

18 Bertrand Boysset ne consacre pas d’explication spécifique sur le partage d’une surface en eau entre plusieurs possesseurs, ni sur un terrain asséché.

19 Lorsque la végétation est trop touffue et élevée dans un marécage, Boysset recommande de réaliser une sorte de hampe effilée avec les feuilles d’un roseau à son extrémité dont il se sert comme d’une girouette. Ainsi, il est possible de positionner correctement les témoins des bornes mises dans le marécage en fonction de l’orientation donnée par le vent (planche 19).

20 in et per condaminam videlicet de pali fusteo in quo est salvagardia regia affixa pro ipso preceptore, plantato superposito supra torale ipsius heremi, iuxta introhitum ipsius condamine… : A. M. Pézenas, 12, 1, pièce 14 ; Resseguier 1363.

21 Le rôle des poteaux comme symbole de l’autorité seigneuriale est aussi sensible lors de la fondation de certaines bastides du Sud-Ouest. Elle est initiée par la plantation du pal seigneurial au centre du site retenu et sert de fondement à la division de l’espace : M. Mousnier, « L’appropriation de l’espace dans les campagnes toulousaines aux xiie et xiiie siècles », Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, t. CII, 1990, p. 137-148.

22 La sectorisation est effectuée à partir d’un point central commun, sommet de triangles qui prennent appui sur les limites des territoires respectifs au niveau du rivage. Le principe est identique pour l’assèchement définitif du xixe siècle ; il est restitué par les cartes actuelles : planche 4.

23 confrontatur de altano [blanc] dicti domini Amalrici sirculo dicti stagni jamdicti, tantum quantum durat a fine partitionis infantum condam Pontii de Malvis deversas aculeam de Martresen, de meridie in parte seu tenencia dicti stagni quo [blanc] vis condam, de circio in heremum seu honnoribus dictorum infantum Poncii de Malvis condam, circulo dicti stagni in medio, tantum quantum durat a fine partis infantum condam Pontii de Malvis praedictorum…: A. N., T 166, 39, liasse 49, n4.

24 A. D. Hérault, G 588.

25 À partir de 1425 : A. D. Hérault, G 598.

26 A. D. Hérault, 102 EDT CC 3.

27 Conservé à la mairie de Montady.

28 A. D. Hérault, 145 EDT CC 1.

29 A. N., T 166, 37, liasse 45 (1618-1627).

30 Cf. ch. 5, 4.

31 A. N., T 166, 38, liasse 47, no 144 (1561) et 166, 40, liasse 50 (1377-XVIIe s.).

32 P. Blanchemanche, J.-F. Berger, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, C. Raynaud, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard) »…

33 Cf. ch. 4, 3.

34 Cette répartition entre les deux premières parts, attestée par les textes et figurée sur les plans du xviie siècle, pose question si les superficies sont prises de compte. En 1281, la part baillée au Narbonnais Pierre Grossi est de 140 séterées ; en 1321, la portion seigneuriale qui est presque totalement acensée aux habitants de Pérignan couvre 186 séterées. Or, la différence de superficie entre les deux terroirs est beaucoup plus forte sur le plan. La superficie tenue par les successeurs de Grossi n’est pas connue : des changements ont-ils eu lieu une fois l’étang hors d’eau ?

35 Pour les raisons qui viennent d’être expliquées au sujet des plans cadastraux anciens, les mesures d’orientation ont été arrondies au degré entier le plus proche. Les parcelles numérotées sur le plan ont été mesurées. Certaines ont des côtés non parallèles, qui se rapportent à des groupes d’orientation différents : elles ont été laissées en dehors des classifications et restent en blanc sur la figure.

36 Les mesures ont été prises sur la largeur jouxtant le fossé mairal, au milieu de la parcelle lorsque ce n’est pas le cas (no 43 à 46), et arrondies au demi-mètre le plus proche. Les parcelles non quadrangulaires n’ont pas été prises en compte (no 1, 2, 34, 38 à 41 et 47).

37 21 parcelles sur 38.

38 Le traitement métrologique du parcellaire demanderait un relevé topographique particulier.

39 A. N. T 166, 38, liasse 47, no 184.

40 Idem, liasse 48, no 226.

41 Idem, no 229. À l’exception du premier, tous les plans cités, ainsi que d’autres, doubles ou brouillons des précédents, sont regroupés dans une liasse des archives de Fleury : A. N., T 166, 38, liasse 48.

42 Mission IGN 1951 C. D. P. 751 Fleury-Vendres au 5000e.

43 De 24 à 40,5 m de largeur à l’intérieur des parcelles 14, 15, 17, 19.

44 Quatre baux simultanés sont passés en 1321. Trois portent à chaque fois sur deux parcelles faisant ensemble deux séterées ; dans le quatrième, les deux font huit séterées, soit le quadruple. Le bail concerne à chaque fois un seul tenancier, ce qui laisse bien entendre que 55 tenures différentes furent constituées. A. N., T 166, 39, liasse 49, no 11 à 14. Reconnaissances et nouveaux achepts en 1390 avec plusieurs pièces de terre de deux séterées chacune : A. N. T 166, 40, liasse 51.

45 Fossé del Sause ou del Sac, à droite sur le plan de 1514, entre le grand fossé et le cercle : annexe 10.

46 Quod quidem stagnum praedictum continet centum octuanginta sex sestariatas et tres carteriatas minus quartam partem unius poneriae terrae, dextratas et mensuratas cum cesto et mensura de Perignano signato et manualiter scripto in muro sive pariete ecclesiae dicti castri de Perignano continente longitudinem et mensuram cesti praedicti, qui quidem cestus continet et continere debet in longitudine duodecim palmos et duos digitos et quaelibet cestariata terrae dictarum centum octuaginta sex sestariatarum et trium carteriatarum et minus quarta parte unius poneriae habet et continet et continere debet trecentos viginti quatuor cestos seu mensuras dicti cesti seu mensurae praedictae… (pièce justificative no 3).

47 Suite du passage précédent :… Et affrontat dictum stagnum de altano, circio et aquilone in viis publicis ; quae viae publicae praedictae continent et continere debent in amplitudine mensurando a circulo dicti stagni duodecim palmos cannae…

48 Ces réflexions métrologiques doivent beaucoup aux échanges avec M. Mousnier.

49 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médié

50 vale (xiiie- xive siècles).… Cf. ch. 6, 1.

51 J.-L. Abbé, « Les sources écrites : le dit et le non-dit en matière de morphologie », B. Gauthiez, E. Zadora-Rio, H. Galinié (éd.), Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, Presses Universitaires François-Rabelais, Maison des Sciences de l’Homme « Villes et Territoires », Tours, 2003, coll. Perspectives « Villes et territoires », no 5, 2 vol., 485 et 413 p., vol. 1, p. 461-463.

52 Cette partie s’inspire, en l’approfondissant par les résultats de nouvelles recherches, de notre contribution dans : J.-L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault). »…

53 Cf. annexe 9. Au xviie siècle, le lieu de jonction du grand fossé de l’étang de Taraillan avec la grande cave maîtresse drainant l’est de la dépression est appelé le tènement de la Croix… prenant ainsi son nom de la cave qui faict division des terres de Taralhan traverssant l’agulhe mairal faisant croix dans ledit estang… : A. N., T 166, 38, liasse 47, no 116 (Mémoire sur l’étang de Taraillan, rédigé pour un procès entre le seigneur de Pérignan et la ville de Béziers, après 1649).

54 Cf. ch. 5, 3.

55 A. D. Hérault, G 598.

56 A. D. Hérault, G 63, fol. 93-v.

57 A. D. Hérault, G 56, fol. 115.

58 A. D. Hérault, G 63, fol. 115 (1521). Dénombrement au roi du chapitre Saint-Nazaire à Montady : « Item, au terroir de Montady, il luy souloit avoir un étang plein d’eau et anciennement fut percé une montagne pour ôter et découler l’eau et a été mis en prairie ; et lequel lieu le chapitre a huit pièces que s’appellent cartons qui font vingt-cinq arpents ou environ, de chaque carton fait une émine orge chaque an à l’archevêque de Narbonne ; confrontant tous lesdits cartons d’une part au lieu-dit le redondel de l’estang, autre part confront au chemin de Béziers tirant à Capestang, d’autre part aux héritiers de Jean Ajac de Béziers et d’autre part au sieur de Colombiers… ».

59 A. D. Hérault, 1 J 270.

60 Seules quelques limites aboutissent dans le grand fossé d’évacuation à l’ouest de ce dernier plutôt qu’au redondel et une autre est dans ce cas de figure au nord-ouest de l’étang.

61 A. D. Hérault, G 55, fol. 112-114 et 102 EDT CC 1.

62 A. D. Hérault, G 57, fol. 514v.

63 Le relevé topographique du parcellaire actuel de l’étang, l’un des objectifs du Projet Collectif de Recherche « Autour de l’étang de Montady » (programme triennal 2005-2007), vient d’être réalisé par photogrammétrie en 2006.

64 Plans cadastraux de Colombiers (1830, A. D. Hérault, 3 P 3509) et de Montady (1808, 3 P 3589).

65 Cf. la contribution de P. Portet dans J.-L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault). »…

66 C. Higounet, « Paysages, mise en valeur, peuplement de la banlieue sud de Bordeaux à la fin du xiiie siècle », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1977, p. 5-25 ; repris dans Villes, sociétés et économies médiévales, Fédération Historique du Sud-Ouest, Bordeaux, 1992, p. 189-205.

67 A. D. Bouches-du-Rhône, B 507. Cf. ch. 4, 6.

68 J.-L. Abbé, « La dynamique historique des parcellaires dans le midi de la France. L’exemple de la grange cistercienne d’Hauterive (Aude) »… ; « Parcellaire et terroir en Languedoc au Moyen Âge. L’apport des terriers et des plans-terriers à travers l’exemple d’Ouveillan (Aude). »…

69 Carte p. 53, commentaire p. 55-56.

70 M. Clavel-Lévêque, « Béziers : territoire et cité. La fonction génétique du cadastral précolonial »…

71 Cf. planche 13.

72 Cf. ch. 3, 4, Un domaine pour assécher : les templiers et l’étang de Pézenas.

73 A. D. Hérault, 7 S 350 (1886 et 1879).

74 Les échanges avec S. Mauné ont contribué à nourrir ces analyses sur Pézenas. Qu’il en soit remercié.

75 La construction d’un abreuvoir dans l’étang de Taraillan en 1324, dans un texte déjà évoqué (A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16 ; le document est malheureusement mutilé), est cependant un bel exemple de travaux d’aménagement dans un étang nouvellement mis en valeur. Le texte décrit les détails du projet : localisation, creusement de fossés et d’une fontaine pour la transformer en puits afin d’avoir plus d’eau, construction de ponts, conditions d’entretien.

76 Cf. ch. 5, 3.

77 Première mention des huelhs en 1371 : A. D. Hérault, 1 E 1465 ; éd. par A. Delouvrier, Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget…, p. 292. Le pluriel pour huelhs pourrait faire que le terme se rapporte autant aux puits qu’à l’entrée de l’aqueduc. Las tinas : peut désigner les creux pleins d’eau (F. Mistral, Lou tresor dou Felibrige, vol. II, p. 991) ; ici, il pourrait aussi correspondre à la galerie.

78 A. N., T 166, 38, liasse 48, no 113.

79 Aujourd’hui commune de Vinassan.

80 Un château est attesté au Pouget à la fin du xive siècle à côté des bâtiments agricoles (cf. ch. 3, 4, De la villa carolingienne à la Révolution : le domaine de l’Estang au Pouget). La bastide de Taraillan est prévue dès le contrat de 1286 accordant l’exploitation d’une partie de l’étang venant d’être asséché. Les acquéreurs peuvent curtis, curtalia, domos et ovilia facere et bastidas in quibus fructus inde reccipiendi : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 4. Les plans du xviie siècle représentent à Taraillan une vaste enceinte rectangulaire avec deux tours d’angle et une cour centrale à l’intérieur (annexes 9 et 10 ; le site actuel : planche 12). Il faut bien sûr lire N. Coulet sur les bastides provençales : Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive s.-milieu xve s.) Pour le département de l’Aude : D. Ollivier, Habitat et domaines seigneuriaux : les bastides audoises du XIIIe au xve siècle… (cf. ch. 4, 4).

81 Le Pouget, Ouveillan (Étang salé), Pézenas, Puisserguier, Quarante.

82 Comme au Pouget, à Pézenas ou à Quarante. Au Pouget, l’étang prend le nom de Montdardier une fois que cette famille dirige la seigneurie de l’Estang au xive siècle, mais le nom traditionnel de Piperelle est encore en usage au xve siècle :… in territorio de Stagno dicto lo peberel alie de Mondardier Petro Montardi quondam… : A. D. Hérault, 1E 1465 (1414).

83 Cf. ch. 4, 6. Appeler l’étang stagnum domus templi de Pedenacio pour les templiers (A. D. Haute-Garonne, H Malte 4, 10 [1300]) et de Pedenacio pour les consuls de Pézenas (A.M. Pézenas, 12, 1, pièce 5, [1297], Resseguier 1354), c’est évidemment une manière d’affirmer des droits et une propriété qui sont en débat : le nom devient un enjeu et un reflet des conflits.

84 Il faut néanmoins se méfier des apparences. L’ancien étang de Cocmérac, à Quarante, prend de nom de « Quarante » jusqu’au xixe siècle, sûrement par référence au chapitre canonial qui le détient et non au village voisin. En cela, il suit l’évolution décrite d’une seconde génération de noms, celle des seigneurs. Par contre, l’appellation actuelle d’« étang de Pradels » n’est pas le signe de cet anonymat qui vient d’être évoqué, mais celui de son achat par le proche propriétaire du domaine de Pradels au cours du xixe siècle.

85 dare et assignare in emphyteosim perpetuam fayssias superius babtizatas et nominatas… : A. D. Bouches-du-Rhône, B 507 (1336-1337).

86 À Narbonne, par exemple, les îlots urbains portent des noms de personnes jusqu’à la fin xvie siècle, date à laquelle ils prennent tous le nom d’un saint par commodité : R. Devy, Narbonne au xive siècle (1318-1415). La cité en 1352, CNDP, Carcassonne, 1988, 372 p., p. 37-57.

87 Cette géographie de l’espace et cette nécessité de l’identifier clairement est très sensible chez les notaires. Sur les notaires et l’espace rural : M. Bourin, « La géographie locale du notaire languedocien (xe-xiiie siècle). Espace vécu, mesuré, imaginé », Cahiers de Recherches Médiévales, 3, 1997, 33-40 ; sur les notaires et l’espace urbain : D. Lord Smail, Imaginary Cartographies. Possession and identity in late medieval Marseille, Cornell University Press, Ithaca and London, 1999, 255 p.

88 À Clausonne, le drainage du xvie siècle n’a pu réutiliser la galerie antique liée au premier assèchement à cause de son obstruction : Fabre et alii, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de Clausonne… ».

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search