Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 5. Le drainage de l’étang : un grand chantier en milieu rural

Texte intégral

1. DES ACTEURS DU TERRAIN MAL CONNUS : MAÎTRES D’ŒUVRE, TECHNICIENS ET PERSONNEL NON SPÉCIALISÉ

  • 1 P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…
  • 2 J.-L. Abbé, « Arpenter et borner les terroirs de l’Europe méridionale au Moyen Âge : savoir et sav (...)
  • 3 . A. D. Aude, H 211, fol. 52. Cf. P. Aussel, Jonquières. Un grand domaine viticole languedocien (An (...)
  • 4 A. D. Aude, H 211, fol. 51.

1Passer des organisateurs des projets à leurs réalisateurs est comme passer de la lumière à l’ombre : le personnel de terrain est l’une des inconnues de l’aménagement de l’espace agraire médiéval. Il s’agit non seulement de son identité, mais aussi de son savoir et de son savoir-faire, donc de la culture technique telle qu’elle se transmet. Cette méconnaissance n’est pas seulement le fait des sources qui accordent une plus large place aux décideurs qu’aux praticiens et à la main-d’œuvre. Elle tient aussi au long désintérêt de la recherche dans le domaine des techniques et de l’aménagement des espaces agraires. Aussi, les traités d’arpentage et de bornage de Bertrand Boysset permettent de découvrir tout un pan de la technique médiévale très mal connu1. Progressivement, des travaux récents font découvrir la réalité de ce personnel et de son activité2. En fait, les travaux d’assèchement demandent des compétences multiples qui tiennent à la fois de l’hydraulique, puisqu’il faut évacuer l’eau et assurer cette évacuation de manière pérenne, voire organiser un réseau d’irrigation, mais aussi de l’arpentage et du bornage, puisqu’il faut mesurer, orienter, aligner des fossés qui peuvent être en même temps des limites de parcelles, poser des bornes délimitant les juridictions, des compétences, enfin, qui relèvent du creusement de galerie souterraine pour des aqueducs d’exhaure traversant les reliefs périphériques. Les dossiers rassemblés sur les étangs languedociens ne permettent pas de résoudre toutes les lacunes actuelles, mais mettent en situation quelques personnages significatifs, même si leur rôle n’est pas toujours aisé à définir. Tel est le cas de Guilhem Cédane et de Jean de la Sale Valadier. Peu avant 1205, le premier « avait fait une agulhe par laquelle l’eau de l’étang de Jonquières s’écoule » (planche 7). À ce titre, il réclame à l’un des coseigneurs, Guilhem de Montpezat, la tasque de son honneur3. L’analyse du texte est ambiguë sur le rôle de Cédane : « faire » le fossé d’évacuation de l’étang, est-ce diriger les opérations en tant que maître d’œuvre ou est-ce manier le pic pour faire éclater la roche qui entoure la doline de Jonquières ? Il faut pencher pour la première hypothèse : en réclamant la tasque des terres seigneuriales, Cédane se place au rang de responsable de l’entreprise, non d’exécutant. Le deuxième cas éclaire un peu le premier, mais il repose encore sur une analyse moderne. Jean de la Sale Valadier est chargé en 1460 de « faire un rec mayral », un grand fossé, pour dévier les eaux allant vers l’étang de Montredon (planche 6) et les diriger vers un autre ruisseau. Pour ce travail, Fontfroide, les seigneurs et les syndics de Montredon lui versent 40 livres et 5 setiers de froment4. Cette foisci, il s’agit bien d’un maître d’œuvre dont le salaire est fixé. La réclamation de Guilhem Cédane portait sur ce que le coseigneur devait lui « payer » : il est vraisemblablement dans le même rôle que son lointain successeur. Ces deux documents présentent donc l’intérêt d’aborder le milieu des « ingénieurs » chargés de superviser les opérations, sans aller plus loin.

  • 5 À partir de sources comptables, S. Caucanas a pu donner des indications sur le personnel chargé de (...)
  • 6 A. D. Aude, 3 J 1724 (1301) et C 11 C 50 (1302). Originaux.
  • 7 Une première investigation montre que le patronyme Belshom est très présent dans le milieu des art (...)
  • 8 À Beaumont-de-Lomagne, en 1282, est nommé le mensurator communis Tholosae, Petrus Bigona : M. Mous (...)
  • 9 Un arpenteur juré des terres royales des sénéchaussées de Carcassonne et de Toulouse est mentionné (...)
  • 10 Sur l’arpentage méridional et les arpenteurs cités, il faut se reporter aux références des notes p (...)
  • 11 M. Lesné-Ferret, « Le bornage. Pratique, conflit et réglementation dans le Midi de la France du XI (...)

2Les informations sur les techniciens de terrain n’ont guère de place dans les sources consultées. Rien n’a pu être découvert sur des compétences particulières pour creuser les galeries des aqueducs et donc savoir si des mineurs ont pu être engagés, rien non plus sur un savoir d’hydraulicien pourtant indispensable pour calculer les pentes d’écoulement, calibrer et former correctement les fossés. Dans un cas comme dans l’autre, il faut supposer que les spécialistes venaient de régions voisines. La plupart des étangs, de faibles dimensions, ne demandaient guère de haute compétence et donc de personnel pour drainer ou contrôler la présence de l’eau. Les villageois y pourvoyaient certainement eux-mêmes. Les grandes entreprises complexes n’ont pas été nombreuses au point de nécessiter la présence permanente de spécialistes ou de corps d’agents chargés des digues et des levées comme les levadiers de Beaucaire ou de creuser les canaux tels les leviadors roussillonnais5. Par conséquent, il peut être fait appel à des spécialistes venus de régions où la gestion de l’eau est plus complexe (basse vallée du Rhône, Roussillon) ou bien à des techniciens plus polyvalents. Un texte languedocien se révèle néanmoins tout à fait intéressant. Il concerne le projet d’assèchement de Marseillette. Celui-ci donne lieu à de profonds débats qui provoquent probablement son échec, mais aussi la rédaction d’actes notariés en 1301 et 13026. La dimension de l’étang – la plus grande dépression endoréique du Languedoc, autour de 20 km2 – et le nombre de parties impliquées – quatre seigneurs, deux d’Église, deux laïcs, détenteurs de six seigneuries, ainsi que les acquéreurs – expliquent la complexité de l’opération et la difficulté de la mettre en œuvre. Les sujets de désaccord portent sur plusieurs points dont la division de l’étang entre les territoires des seigneuries. Afin de régler le contentieux, trois arbitres sont nommés avec à leur tête Gui Chevrier, le sénéchal royal de Carcassonne. En 1302, ils décident de procéder à la délimitation de l’étang en ayant recours à des arpenteurs et (ou ?) à des « hommes » (au service des premiers ?), agrimessores seu homines. La délimitation et le bornage des parts affectées à chaque seigneurie sont effectués, en présence des arbitres et des parties, par magister Petrus Belhshoms mensurator seu agrimessor. Rien n’est dit sur l’identité de l’arpenteur, mais le titre de magister dit son rang social et l’importance de l’affaire. Il pourrait bien être apparenté à des Narbonnais portant le même patronyme entre le xiiie et le xviie siècle7. L’existence des arpenteurs est au début du xive siècle bien attestée partout en Europe occidentale. Dans le midi de la France, des agrimensores, terme de tradition antique, sont cités depuis 1225 et apparaissent ensuite régulièrement. Le vocable de mensurator est plus tardif, puisque sa première mention méridionale paraît être à Beaumont-de-Lomagne en 1282. Les arpenteurs professionnels semblent liés au développement des villes et des villeneuves, avec le besoin accru de mesurer les parcelles des agglomérations et de tracer des lotissements, urbains comme agraires. Dans les sources de la fin du xiiie siècle ou du début du suivant, ils sont souvent au service d’une ville8 ou de l’administration royale. Le titre de « maître » accompagne le nom du détenteur de cette fonction qui s’institutionnalise de plus en plus. Tout laisse supposer que l’arpenteur de Marseillette est au service de la proche ville de Carcassonne (une quinzaine de kilomètres), ou de Narbonne, ou plus encore du sénéchal royal, puisqu’il préside l’arbitrage de 13029. La présence d’un arpenteur professionnel pour délimiter les territoires seigneuriaux d’un étang asséché atteste à la fois de la difficulté de l’opération et du plein essor d’un métier qui traduit un contrôle de plus en plus précis de l’espace rural, là encore par l’intermédiaire du monde urbain10. Le cas de Marseillette est l’unique mention pour un assèchement d’étang ; par contre, l’intervention d’arpenteurs pour délimiter des juridictions et des propriétés est signalée près de Narbonne, à l’embouchure de l’Aude, en 1281 et dans les étangs littoraux du diocèse de Maguelone en 130111.

  • 12 maf , fol. 169, no 93.
  • 13 A. M. Pézenas, 12, 1, pièce 18 ; Resseguier, 1367. Planche 13.

3S’il est difficile d’approcher le milieu des maîtres d’œuvre et des techniciens, que dire de celui de la main-d’œuvre ?… C’est un monde largement anonyme et que cette étude ne met guère plus au jour. Bien sûr, il est possible de se dire que la plupart des travaux ne requièrent pas une grande qualification et que seul l’encadrement des grandes opérations est le fait de professionnels. C’est certainement exact dans une région où, il faut le redire, l’entretien des réseaux hydrauliques ne demande pas de personnel important, et encore moins de corps de métier. Un seul document pose le problème de la main-d’œuvre, malheureusement par le biais d’une analyse moderne. En 1305, le vicomte de Narbonne autorise Fontfroide à assécher l’Étang salé d’Ouveillan et à traverser pour cela ses terres « quand il lui plaira par elle, ses domestiques et autres personnes quelconques12 ». La formulation, aussi imprécise soit-elle, indique que deux catégories de personnes peuvent être réquisitionnées : le personnel du monastère et d’autres éléments, extérieurs. Il semblerait, mais en se gardant d’extrapoler, que les travaux sont le fait, avant tout, des salariés, des convers et autres « mercenaires » de l’abbaye, mais pas a priori des tenanciers. L’expression de « personnes quelconques » laisse entendre que les circonstances et les nécessités guident les besoins. Par conséquent, le personnel seigneurial paraît prioritaire, ce qui est logique puisqu’il représente un coût inférieur. À titre comparatif et afin d’éclairer ces faibles informations, la réfection du canal d’évacuation des eaux de l’ancien étang de Pézenas en 1602 fournit des précisions utiles13. Le fossé est alors comblé et, l’écoulement de l’eau ne se faisant plus, il est décidé de le recreuser. Les travaux, sur une longueur d’environ un kilomètre, prirent trois jours. Le consulat de Pézenas, organisateur des travaux, a réquisitionné des « travailleurs » de la ville, 50 le premier jour, 80 le deuxième et 45 le troisième. Les chiffres sont relativement élevés et les travaux dans les plus grands étangs médiévaux durent aussi rassembler des dizaines d’ouvriers, voire plus. Il est compréhensible, dans ces conditions, que les seigneurs soient tentés de faire appel à une main-d’œuvre « domestique » qui est probablement moins onéreuse qu’un personnel recruté à l’extérieur.

2. LES TECHNIQUES D’ASSÈCHEMENT

  • 14 À la fin du volume.

4Il a semblé utile de rassembler dans un lexique14 les termes rencontrés dans les textes médiévaux qui sont en relation avec l’assèchement et l’étang asséché. En effet, il s’agit d’un vocabulaire souvent spécifique, qui se retrouve d’un acte à l’autre, ou de termes courants avec un sens particulier. L’assèchement lui-même est exprimé par plusieurs verbes et substantifs correspondants qui insistent :

  • soit sur l’évacuation de l’eau : agutare / agutatio, degutatio, ejicere, exhaurire, eximere, extrahere ;
  • soit sur l’exondation des terres : dessicare / dessicatio. Les verbes agutare et dessicare sont les plus fréquents et les seuls à être associés à un substantif. Ils expriment l’ambivalence de l’intervention sur l’étang et sa double nature, à la fois eau et terre15.
  • 16 Avec une variante particulière au Pouget et à Puilacher-Tressan : agulla payroalis.
  • 17 A. D. Hérault, 1 E 1455. Original. Cf. planches 2 et 3.

5À l’exception de l’étang de Montady, les dépressions sont asséchées selon une seule et même technique qui repose sur leurs morphologies similaires en forme de cuvette. Elle a déjà été décrite pour les étangs roussillonnais et rien n’en distingue ceux du Languedoc. Ces techniques sont de prime abord « élémentaires » : l’évacuation de l’eau est assurée à partir du point le plus bas par un canal majeur ou « fossé mère » (agulla mayral16, rec mairal), le plus souvent à ciel ouvert, qui la conduit par gravitation vers un cours d’eau ou un autre étang situé en contrebas, voire jusqu’au littoral. Des fossés secondaires ou « aiguilles » (cava, fossatum, meatus, sulcus, vallatum, vallum, mais surtout aculea/ agulla) drainent l’eau de pluie et les cours d’eau du bassin versant de la dépression vers le canal principal selon un tracé général qui donne aux cuvettes drainées une structuration en éventail si caractéristique. De ce réseau fossoyé, deux éléments sont essentiels. Le premier est évidemment le fossé majeur, puisqu’il collecte les autres. À ce titre, son creusement est souvent évoqué dans les documents car il traverse les terres d’autres seigneurs qui doivent donner leur accord. Son tracé est en fait composé de deux segments que révèle bien un acte de 1264. Lorsqu’il rend hommage au roi de Majorque, Raimond de Castries, seigneur de Tressan, délimite le territoire de la seigneurie ainsi17 :

«… usque in agulheria payroali stagni de Cassano et sicut aqua dicti stagni descendit per recum usque in medio fluminis Eraudi…»

  • 18 A. D. Aude, H 211, fol. 156v.

6L’étang de Cassan est situé entre Tressan et Puilacher. La limite longe d’abord l’agulheria payroalis, c’est-à-dire le fossé de drainage principal situé dans la cuvette de l’étang, puis un rec qui assure la liaison entre l’étang et l’Hérault. Le changement de terme, agulheria, puis rec, peut être interprété comme l’indication de deux temps dans la genèse du drainage. L’aiguille, dans l’étang, est la marque directe de l’assèchement de la cuvette. C’est d’ailleurs cette indication qui a permis de le dater, d’avant 1264 par conséquent. Par contre, le rec, le ruisseau, pourrait être antérieur et désigner un canal artificiel ou un cours d’eau naturel aménagé antérieurement ou simultanément avec l’assèchement définitif. Cette configuration, comme l’a montré l’exemple de Tortorières à Villeveyrac, est loin d’être unique et correspondrait à une régularisation du niveau d’eau des cuvettes en fonction des besoins. L’importance de ce fossé majeur est telle que son calibrage figure dans la convention préalable à son creusement à Octobian, en 1176, où il doit être large de deux cannes et de trois à sa sortie18.

  • 19 Le terme de circumferencia est par contre employé à Marseillette pour désigner le pourtour de l’ét (...)
  • 20 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16.
  • 21 affontat dictum de altano, circio, et aquilone in viis publicis ; quae viae publicae praedictae (...)

7Presque aussi important est le fossé qui donne naissance au « cercle » de l’étang. Le circulus stagni est lui aussi un signe certain de l’assèchement puisqu’il désigne, non pas le périmètre de tout étang, sa circonférence19, mais la ligne matérialisée par un fossé et souvent un chemin parallèle qui entourent complètement l’étang lorsqu’il a été asséché. Cité à Fleury, Montady, Preissan et Pézenas à l’époque médiévale, le cercle a pour fonction de récupérer les eaux provenant de la périphérie pour éviter qu’elles n’aillent jusqu’au centre de la cuvette et ainsi provoquer des inondations au moment des pluies violentes. Ce fossé de ceinture, essentiel au fonctionnement et à la répartition équilibrée du drainage, est décrit clairement à Fleury. En 1324, le seigneur de Marmorières autorise l’université du village à construire un abreuvoir dans l’étang asséché et un ou deux ponts afin que les troupeaux puissent s’y rendre20. Les ponts sont nécessaires pour franchir circulo seu cava quae est circumcirca stagnum predictum. Si le vallatum dicti circuli seu ipse circulus sont détériorés par les animaux, l’université doit ipsum circulum seu cavam concavare et reparare à ses frais. Le vocabulaire et les équivalences décrivent un fossé – cava, vallatum – qui sont dits « du cercle ». Celui-ci n’est pas virtuel, mais bien réel puisqu’il doit être aussi réparé, comme le fossé : c’est donc ici le chemin qui double le fossé, plus que le fossé lui-même. Ils sont néanmoins indissociables, puisque le ou les ponts les franchissent ensemble. L’attention qui est apportée au cercle de l’étang est encore soulignée dans la charte de Fleury de 1321. En effet, la largeur du chemin entourant l’étang asséché est fixée par avance à 12 palmes (environ 3 mètres) et marque ainsi une fonction majeure dans le nouvel espace sur laquelle il faudra revenir21.

  • 22 Le texte (pièce justificative no 1) donne le nom de stagnum Pontis Septimi comme destination du fo (...)
  • 23 Postquam vero aqua exivit de balma, vos debetis ducere aquam per fossata talia sive valla usque (...)

8L’évacuation de l’eau pose le redoutable problème de sa destination et conditionne les modalités de construction du fossé d’exhaure. Celui-ci peut être à l’origine d’inondations intempestives des terrains ou des habitats environnants et la source de destructions sensibles et pérennes. Les travaux d’aménagement sont alors perçus par les populations comme une menace contre leurs terroirs. Les textes révèlent ces interrogations et ces tensions lorsque le fossé atteint des territoires soumis à une autorité différente de celle de l’étang. En Roussillon, la protestation émise lors du projet des cisterciens de drainer leur étang de Villeneuve-de-la-Raho en 1332 correspond à ce type de préoccupation, puisque la crainte était celle d’une inondation des proches terrains marécageux de Corneilla-del-Vercol récemment drainés. L’étang de Montady présente une variante de ces risques. Un long paragraphe de la charte de 1247 est consacré aux périls encourus par les importantes salines de l’archevêque de Narbonne dans les étangs de Capestang et de Montels. En effet, le fossé de l’étang de Montady, après un parcours de six kilomètres, doit y aboutir22. Évidemment, l’archevêque, soucieux de préserver ses ressources, pose ses conditions. Les acquéreurs de l’étang de Montady doivent faire en sorte que les canaux soient correctement entretenus afin que l’eau transportée ne se mélange pas avec celle de l’étang de Capestang pour éviter la diminution de la teneur en sel. Les dégâts qui pourraient survenir seraient à leur charge23. La modification des plus grands systèmes d’eau stagnante est source potentielle de déséquilibres hydrologiques dont le risque n’a pu qu’augmenter au xive siècle avec le début du Petit Âge glaciaire.

  • 24 super omnibus et singulis actionibus, deffentionibus, querelis, debatis et questionibus que eran (...)
  • 25 F. Mazauric, « L’aqueduc romain de Nîmes et le dessèchement de l’étang de Laugnac »… L’auteur ne c (...)
  • 26 Cf. ch. 1, 2.

9La durée et les étapes des travaux d’assèchement d’un étang ne sont jamais indiquées dans les textes languedociens et les points de repère comparatifs manquent aussi. Les paramètres pouvant influer sur la durée sont nombreux. La superficie et la quantité d’eau de la dépression, la nécessité de creuser une galerie, l’accord ou les désaccords entre les parties prenantes, le financement, peuvent ainsi rentrer en ligne de compte. C’est à Marseillette qu’il est possible de juger de la complexité des opérations. Si la tentative d’assèchement de 1301-1302 est connue, c’est non seulement en raison des désaccords sur le partage des terres nouvelles, mais aussi à cause des querelles survenues depuis un an à propos des travaux. Des dommages ont été causés sur les terres du monastère de Lagrasse et des autres seigneurs en réalisant les fossés, dont les fossés circulaires, expressément nommés. Aussi, les acquéreurs sont tenus de payer aux seigneurs de l’étang 600 livres tournois pour la concession des fossés et la réparation des dommages24. Les travaux sont par conséquent engagés depuis un an et ne sont pas achevés puisque sont évoqués les fossés encore à faire. Même si le contentieux freine l’avancement du chantier, celui-ci paraît se chiffrer en années plus qu’en mois, alors même qu’aucun ouvrage souterrain n’est envisagé, selon toute vraisemblance. Les seules comparaisons sur la durée portent sur des époques différentes. L’étang de Clausonne, près de Nîmes, aurait été asséché vers 1592 par l’ingénieur Ravel après quatre à cinq ans de travaux, dont un conduit souterrain de 300 mètres25. D’autre part, le contrat d’assèchement d’Érétrie, en Eubée grecque, au ive siècle av. J.-C., prévoyait une durée maximale de quatre ans pour les travaux26. Ces informations restent maigres et hétérogènes, mais elles tendent à dire que le drainage d’une dépression prend plusieurs années, surtout si elle s’accompagne du creusement d’une galerie.

  • 27 L’enquête a été menée dans les traités antiques de Columelle, Palladius et Varron, médiévaux de Cr (...)
  • 28 O. de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600, rééd Actes Sud, Paris, (...)

10Les modalités des travaux, à défaut d’apparaître dans les textes de la pratique, ont-elles attiré l’attention des agronomes ? Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, aucun ne paraît avoir traité le sujet de manière précise, se contentant d’évoquer le drainage des champs ayant un excès d’eau27. C’est Olivier de Serres (le premier ?) qui aborde franchement le sujet dans le chapitre du Théâtre d’agriculture consacré à la préparation des champs (pièce justificative no 5)28. Les images de la « plume » et du « pied de géline » évoquent la structuration du réseau des fossés majeur et secondaires. La description faite par Olivier de Serres en 1600, alors que l’Association pour le dessèchement des marais et lacs de France de Bradley est sur le point de voir le jour, reflète certainement avec fidélité la technique médiévale. La priorité accordée au creusement du fossé majeur est logique, puisqu’il conditionne la vidange de la cuvette. Olivier de Serres présente en fait les cas les plus évidents, mais qui ne correspondent pas forcément aux dépressions méditerranéennes. Dans ce cas de figure, le fossé d’évacuation se transforme parfois en aqueduc souterrain pour franchir l’obstacle du relief. C’est l’un des intérêts des installations de drainage languedociennes.

3. LES AQUEDUCS SOUTERRAINS : LA FACE CACHÉE DE L’ASSÈCHEMENT

  • 29 P. Carrière, « Le dessèchement et l’aménagement hydraulique de l’étang de Montady (Hérault) », Bul (...)

11Moins spectaculaire que son dessin parcellaire, la galerie souterraine du fossé de drainage de l’étang de Montady n’en est pas moins remarquable (planche 18). Longue de 1,4 km, elle perfore la colline d’Ensérune au niveau de l’ensellement du Malpas pour conduire l’eau jusqu’aux étangs de Poilhes et de Capestang29. Sa construction est en grande partie la raison d’être de la charte de 1247 rédigée au nom de l’archevêque de Narbonne. En effet, son tracé se situe au niveau du finage de Nissan, village qu’il possède, et par conséquent il doit donner son accord. Les travaux et l’entretien de la galerie, comme ceux de tout le fossé d’évacuation, sont à la charge des concessionnaires :

  • 30 Pièce justificative no 1.

«… per quam terram possitis libere, sine contradictione cujusquam in dictis territoriis, ubicumque volueritis, incipere facere et complere per vos vel per alios balmam et balmas, crossum et crossos, aiguillas, vallata et fossata, quotcumque et quaecumque volueritis, et alia omnia quae erunt necessaria ad agutationem vel ad opus dicti stagni30…»

  • 31 Sur les mines du Midi de la France au Moyen Âge et, en particulier, sur les techniques d’extractio (...)

12Le paragraphe stipulant les droits accordés aux acquéreurs est intéressant par le vocabulaire employé, qui est loin d’être approximatif et général. Au contraire, il décrit les éléments principaux des aménagements prévus. Les aigullias, vallata et fossata désignent l’ensemble des fossés à ciel ouvert, tandis que les balmam et balmas, crossum et crossos portent sur la galerie à construire. Le vocabulaire paraît directement emprunté à celui des installations minières. Ainsi, les coutumes concernant l’exploitation des mines du district d’Hierle, dans le Gard, datées du xiie siècle, sont adressées à totz obriers de cros o balma. Sur tout le pourtour méridional du Massif Central, où les mines sont alors en plein essor, les termes évoquent les deux éléments principaux de la mine : le puits (cros, le terme désigne aussi le silo) et la galerie (balma). La contamination de ce vocabulaire minier à Montady peut se comprendre : le district de Villemagne-l’Argentière et la haute vallée de l’Orb, très actifs au xiiie siècle, ne sont qu’à une quarantaine de kilomètres. Rien n’empêche non plus que des mineurs aient pu participer à la construction de la galerie de Montady. Son étude archéologique permettrait de comparer les techniques de taille et d’étayer ces hypothèses31.

  • 32 Cf. Ch. 1, 3.

13Pour autant, la galerie souterraine avec puits n’est pas une spécificité des mines, elle semble tout aussi répandue pour les aqueducs médiévaux. L’étude du fonctionnement en a été faite à propos de la maîtrise de l’eau dans l’Antiquité, il est donc inutile d’y revenir. Avec ses 16 puits verticaux et ses 1360 mètres de longueur, la galerie de Montady est un ouvrage d’art important, mais pas unique. Non seulement le tunnel de Laach, long de 880 m, représente un ouvrage comparable et antérieur (xiie siècle)32, mais il s’avère qu’autour de Montady, d’autres étangs furent drainés par des aqueducs :

  • l’étang de Fleury est drainé par une galerie citée dès 1286, longue d’un kilomètre, avec 20 puits verticaux33 ;
  • l’étang de Coulobres est drainé par un aqueduc souterrain de 800 m de long, mais il n’est pas daté34 ;
  • l’étang Fage (Quarante et Puisserguier) est drainé par une galerie de 600 m avec au moins cinq puits. Il n’est pas daté, mais le bâti est très proche de celui de Montady35.
  • 36 Ces voûtes en bâtière se retrouvent dans certaines mines méridionales : M.-C. Bailly-Maître, L’arg (...)

14Si la datation de ces aqueducs est incertaine, sauf pour Fleury, l’architecture des voûtes paraît fournir un élément de comparaison intéressant. Comme à Montady, les galeries de Fleury et de Fage, et peut-être aussi celle de Coulobres, sont en dièdre ou en chevron : deux dalles forment deux demi-plans et s’appuient l’une contre l’autre sur une arête, formant un V renversé. Il pourrait s’agir d’un modèle architectural dont la période d’usage serait à déterminer et le lien avec les galeries minières à vérifier36. Hors du secteur géographique de cette étude, d’autres galeries de drainage de dépressions endoréiques sont identifiées :

  • à Saint-Gilles, dans le Gard, selon Mazauric, l’étang de l’Estagel a été asséché au Moyen Âge par un aqueduc de 1500 m de long avec plusieurs puits37 ;
  • en Roussillon, en 1332, les cisterciens prévoient de faire un canal avec des puits pour assécher l’étang de Villeneuve-de-la-Raho38 ;
  • surtout, l’étang de Canohès, près de Perpignan, possède aujourd’hui une galerie de drainage dont l’origine remonte au moins au xive siècle. En 1346, une inondation détruit les puits construits vers 1314 par l’abbé de Lagrasse, seigneur de Canohès. La galerie actuelle mesure environ 700 m, avec plusieurs puits, et présente un tracé sinueux comme à Montady. Sa datation n’est pas connue précisément39.
  • 40 Cf. Ch. 1, 2.
  • 41 T. F. Glick, « Sistemes agrícoles islàmics de Xarq al-Andalus », J.-M. Salrach (dir.), Història ag (...)
  • 42 Barceló (M.), « Immigration berbère et établissements paysans à Ibiza (902-1235) »…

15Toutes ces mentions sont sans ambiguïté : l’assèchement des étangs par galerie souterraine est courant au Moyen Âge dans les régions proches de la Méditerranée, alors que les aqueducs à puits verticaux paraissent très rares en s’éloignant vers le nord de l’Europe. L’enquête devrait être poursuivie dans d’autres régions (en Italie, en Espagne) pour vérifier l’aire d’extension de cette technique dont il reste à apprécier les modalités de la diffusion. Sa présence est très forte dès l’Antiquité puisque les Étrusques, puis les Romains, l’ont employée à plusieurs reprises, tout particulièrement à Fucin40. Le système d’irrigation par qanats en al-Andalus41, y compris dans les proches Baléares42, a pu aussi jouer un rôle dans la diffusion de cette technique appliquée au drainage. Par ailleurs, les établissements monastiques médiévaux font preuve d’une parfaite maîtrise des aménagements hydrauliques, y compris par la construction de collecteurs et de biefs souterrains.

16Enfin, il faut observer que la microtoponymie est très révélatrice de la présence de ces galeries. Le terme de traoucats est mentionné sur les cartes au 25 000e de l’ign à l’emplacement des galeries des étangs Fage à Puisserguier, de Taraillan à Fleury et de Montady. Signifiant en occitan « troués », il désigne en fait les puits, et par extension les galeries à puits. Son usage médiéval est attesté à Fleury. En 1286, les trois acquéreurs de 140 séterées de l’étang de Taraillan s’engagent à financer l’entretien du réseau hydraulique de l’étang qui vient d’être asséché :

  • 43 A. N., T 199, 39, liasse 49, no 4.

«… nos deberemus dare et solvere per dictum dominum Amalricum vel per suos sive in pecunia sive in aliis ad instructionem seu conservationem trauquatae et ad curandum dictam trauquatam et in omnibus expensis necessariis et utilibus trauquatae et totius stagni praedicti43…»

17Leur participation porte sur la construction (instructio), l’entretien (conservatio) et le curage (ad curandum) de la galerie à puits (trauquata). À défaut de terme latin spécifique, c’est la langue vernaculaire qui s’impose pour désigner un ouvrage d’art original du milieu des étangs asséchés. En définitive, la technique de drainage de certaines dépressions est plus complexe qu’il n’y paraît d’abord. Sa fréquence témoigne de sa maîtrise au xiiie siècle dans les régions méditerranéennes.

4. DES DISPOSITIFS COÛTEUX ET FRAGILES : DÉPENSES, ENTRETIEN ET MENACE DES EAUX

  • 44 À Fleury, le seigneur assèche lui-même. Pourtant, le bail qu’il passe en 1281, lorsque l’étang est (...)
  • 45 À Montady, l’entrée de 1247 est de 300 livres melgoriennes qui valent autant de livres tournois, o (...)
  • 46 Ducarouge, fol. 295, no 56.
  • 47 Cf. ch. 4, 4.
  • 48 Le seul exemple chiffrant directement un travail d’assèchement est le creusement du canal de dériv (...)
  • 49 Cette analyse avait été développée par C. Delano Smith, Western Mediterranean Europe. A Historical (...)

18Les drainages et les assèchements sont par essence une intervention tendant à domestiquer le milieu et à l’adapter aux besoins d’une société. Ce forçage anthropique est certainement moins développé au Moyen Âge qu’à l’époque romaine et qu’aux périodes récentes. Les échecs enregistrés autour de 1300 prouvent que les moyens mis en œuvre ne suffisent pas et que la maîtrise des données hydrologiques est insuffisante. La question des ressources précises mises à disposition des entreprises est une inconnue. Le coût des assèchements n’est jamais chiffré directement, pourtant il faut le supposer assez élevé dès que les travaux prennent une certaine ampleur. Tout d’abord, il est nécessaire de prendre en compte le fait que les concessionnaires des portions d’étang sont aussi les financeurs des travaux. Tous les grands assèchements documentés – Fleury, Marseillette, Montady, Étang salé d’Ouveillan – les associent à l’initiative seigneuriale, ce qui signifie que l’argent qu’ils apportent compte44. À l’inverse, ces entrepreneurs sont absents des cuvettes plus réduites où les travaux sont réalisés par les seigneurs eux-mêmes. Quelques sommes glanées dans la documentation peuvent apporter des repères sur les coûts supportés. Ainsi, les 600 livres tournois demandées en 1301 à Marseillette aux acquéreurs de l’étang en cours d’assèchement sont censées couvrir à la fois la mise en place des réseaux de fossés et les dommages qui en résultent, présents et à venir. Estce un simple droit d’entrée qui serait du double de celui de Montady, ce que justifierait la différence des superficies à drainer (cinq fois plus grande à Marseillette)45 ? Pourtant, le fait qu’il s’agit aussi de dédommagements sur des travaux effectués incite à voir dans les 600 livres une somme composite dont l’appréciation et l’importance expliquent la discorde entre les partenaires. Un autre exemple est quasiment contemporain. En 1306, une mention très laconique de l’inventaire Ducarouge note que le chapitre Saint-Just de Narbonne a prêté 125 livres tournois aux « partionnaires » de l’Étang salé d’Ouveillan46. Le motif n’est donc pas précisé, mais ce prêt intervient juste après la concession de l’étang et il faut certainement le relier aux travaux d’assèchement. Ce prêt important est contradictoire avec l’affirmation que les acquéreurs sont là pour financer l’opération. Faut-il y voir des disponibilités moins grandes, puisque les concessionnaires d’Ouveillan seraient surtout des habitants du village47 ? Ou est-ce plutôt la difficulté à mener le drainage, faisant ainsi écho aux problèmes rencontrés à Marseillette ? Il est impossible de trancher, même si l’échec final incite à répondre positivement à la deuxième alternative. De toute façon, c’est une nouvelle indication sur l’importance des dépenses à effectuer, dépenses qui paraissent se chiffrer en centaines de livres dans les cas évoqués48. Cette dimension est à prendre en compte dans la mise en œuvre des assèchements d’étangs. Les plus importants nécessitent des capitaux importants qui requièrent l’association des seigneurs et de citadins fortunés. Il est fort probable qu’il s’agit des plus gros investissements en milieu rural dans la deuxième moitié du xiiie siècle. Par conséquent, ce n’est pas tant un pouvoir fort qui favorise ces grands travaux hydrauliques comme le théorisait Wittfogel, ni l’existence de fortes communautés religieuses maîtresses du sol, encore que leur rôle soit important, mais en définitive c’est la ville qui peut investir, grâce aux profits commerciaux et immobiliers. La ville, c’està-dire les bourgeois, mais aussi les institutions d’Église et les seigneurs laïcs qui y ont aussi des revenus, fonciers et banaux49. Il faut attendre ensuite le xviie siècle pour qu’une nouvelle étape soit franchie avec des financements dépassant le cadre régional.

  • 50 Cf. ch. 4, 4.
  • 51 Item volumus, et ex pacto inter nos et vos inito et facto, vobis damus et consedimus licentiam, (...)

19L’ampleur des dépenses et des contraintes ne se limite pas aux quelques mois ou années que prend l’assèchement. En fait, les nouveaux possesseurs, exploitants ou non, ont à charge l’entretien de l’ancien étang, c’est-à-dire du réseau de fossés qui assure l’écoulement de l’eau. Les chartes de concession le disent avec insistance et détails, tant cette obligation est à l’évidence lourde. Elle porte sur les fossés situés strictement dans l’étang, comme sur l’aqueduc qui évacue l’eau. Cette contrainte devient particulièrement forte lorsqu’une galerie a été creusée. De la régularité du curage des fossés et de l’entretien du souterrain dépend l’efficacité du drainage. L’exemple de l’étang de Taraillan, à Fleury, caractérise assez bien les exigences seigneuriales. Il a été vu que le bail à acapte de 1286 prévoit que le preneur, Pierre Grossi, est tenu de dare et solvere per dictum dominum Amalricum vel per suos sive in pecunia sive in aliis tout ce qui est nécessaire à l’entretien de la galerie et de l’ensemble des fossés de l’étang50. Le bail collectif de 1321 pour les habitants de Pérignan-Fleury reprend ces dispositions en ajoutant une disposition particulière. Les exploitants des parcelles peuvent, s’il le souhaite, construire une nouvelle galerie d’évacuation proche de la première. Les terrains nécessaires, achetés par eux à cet effet, devront toujours les droits seigneuriaux, en particulier ceux de mutation51. À l’évidence, cette autorisation répond à une demande, voire à une condition posée par les habitants, ce qui laisse entendre que la vidange de l’étang n’est peut-être pas très efficace dès l’origine. Or, cet aménagement, qui relève de l’entretien, apparaît comme un investissement assez lourd puisque les terres doivent être achetées sur une longueur d’environ un kilomètre (longueur de la galerie actuelle). Les conditions sont en fait identiques à celles imposées par l’archevêque de Narbonne à Montady. La différence tient à l’identité et par conséquent aux ressources des acquéreurs : villageois à Fleury, bourgeois biterrois à Montady. Le fait est que l’autorisation seigneuriale accordée à Fleury n’eut apparemment pas de suite.

20La conjoncture climatique rend ces obligations encore plus essentielles : l’importance des pluies du xive au xixe siècle favorise naturellement les inondations et rend la tâche d’entretien plus exigeante. Il faut par conséquent que les possesseurs estiment que la rentabilité est assurée pour se plier à des contraintes collectives. C’est en effet là une autre nécessité : l’ensemble des concessionnaires doit agir de concert pour que l’entretien soit efficace. C’est une source de conflits qu’indiquent les documents d’époque moderne, comme à Montady. Effectivement, les inondations sont loin de constituer une menace virtuelle et les modifications climatiques liées au Petit Âge glaciaire révèlent la fragilité des assèchements. Le cas de Pézenas est symptomatique. Dans l’un des nombreux arbitrages sur les droits des consuls et des hospitaliers sur la grange de l’Étang, le viguier royal de Béziers statue sur le droit des habitants de Pézenas à traverser le territoire de la grange pour aller dans le village voisin de Tourbes. L’exposé explique les circonstances qui ont amené le débat sur l’utilisation du chemin :

  • 52 A. M. Pézenas, 12, 1, pièce 17 (1475) ; Resseguier 1366.

«… Idem et maxime accedere debet judex super locum predictum de Lestang nam antiquitus propter inundaciones aquarum via publica per quam vehebatur et iter fiebat publicum eundo de Pedenacio ad prefatum locum de Lestang occupabatur aquis et pro tanto fuit opus ut dominus proximioris fundi daret viam per suum fundum52…»

21Il est impossible de localiser dans le temps des faits s’étant déroulés antiquitus et les causes des inondations ne sont pas précisées. Pourtant, le lien avec les pluies abondantes du Petit Âge glaciaire est probable. En tout cas, les conséquences des inondations évoquées sont fortes : le chemin allant au domaine de l’Étang est impraticable et la nécessité d’en créer un autre, qualifié de via nova dans le même texte, implique que la situation est récurrente ou pérenne, par conséquent que le drainage de la cuvette de Pézenas se fait alors très mal.

  • 53 1540 : A. N., T 166, 37, liasse 45 (dénombrement du fief de Taraillan) ; 1615 : A. D. Hérault, B 3 (...)
  • 54 La situation n’a guère évolué par la suite. Pendant l’hiver 1920-1921, l’étang est resté en eau tr (...)
  • 55 Item volumus et vobis et vestris concedimus quod, si casu fortuito propter tempestatem temporis (...)
  • 56 A. N., T 166, 40, liasse 50 (copie moderne).

22Les aléas de l’étang de Fleury sont encore plus édifiants sur les effets conjoints des facteurs humains et climatiques. Les inondations ne sont décrites de manière formelle qu’à l’époque moderne. Leur récurrence aux xvie et xviie siècles est frappante : en 1540, 1615 et 1657, l’étang est inondé53. Plus explicites que les sources plus anciennes, ces documents décrivent la situation. En 1540, le domaine de 140 séterées, tenu alors par un juge narbonnais, Martin Delort, « a ésté un marés que aussi de la garrigue » à cause des pluies récentes. En 1615, les propriétaires de l’étang s’accordent pour lever une taxe du vingtième des productions de l’étang afin d’éviter le « comblement dudit aquedux fosses et cercle » qui résulte du manque d’entretien avant les pluies. Enfin, en 1657, plusieurs tenanciers déguerpissent de leurs parcelles « à cause que les eaux pluviales inondent tout ledit étang et ne peuvent s’écouler à l’aqueduc d’icelui à cause qu’il est comblé et ruiné à plusieurs endroits, aussi le cercle, la mayral et tous les fossés dudit étang ». Les pluies abondantes et continuelles alliées au manque d’entretien font donc de l’étang de Taraillan un « marécage » qui décourage les exploitants54. Cette situation catastrophique éclaire rétrospectivement les sources médiévales. Il a déjà été signalé qu’en 1321, le seigneur de Pérignan autorisait la construction d’un second aqueduc doublant le premier. La même charte envisage la possibilité d’inondations et prévoit dans ce cas la réduction des redevances55. Surtout, en 1377, six actes de déguerpissement concernent les mêmes terres de l’étang qu’en 165756. Les motifs ne sont pas exposés, mais l’hypothèse de mauvaises productions liées à la médiocrité du drainage est fort probable.

  • 57 Inondation de décembre 2003 dans l’étang de Montady : planche 17.

23À Pézenas comme à Fleury, la description des anciens étangs à partir du xive siècle montre sans équivoque la difficulté de gérer ces terroirs fragiles. Même si les sources insistent sur les périodes critiques seulement à partir de l’époque moderne, le paysage marécageux devait être très fréquent dans les cuvettes, retrouvant alors plus d’une fois leur aspect d’avant les programmes d’assèchement du xiiie siècle. De nos jours, de nouveaux équipements ont pu dans certains cas réduire les périodes d’inondation, mais leur fréquence est encore loin d’être négligeable, comme à Montady57. Les drainages initiaux, fruits d’un effort ponctuel, humain et financier, aboutissent à un résultat qui risque d’être fragile et momentané sans un entretien constant et collectif. Les défaillances ont été à l’évidence fréquente. Elles posent en définitive la question de la rentabilité économique du drainage des cuvettes endoréiques. Les renoncements du début du xive siècle, les déguerpissements, l’absence d’entretien régulier témoignent des hésitations des populations. L’assèchement, une fausse bonne idée ?…

  • 58 Item volumus et vobis et vestris praesentibus et posteris ex pacto concedimus quod, si vobis pra (...)

24Cette présence de l’eau, redoutée lorsqu’elle est excessive, est pourtant parfois provoquée. C’est encore l’acensement collectif de 1321 à Fleury qui fournit une indication précieuse sur les pratiques agraires. L’une des premières dispositions consiste à permettre aux preneurs de terrains d’inonder volontairement l’étang (aquis implere) en empêchant l’eau de s’écouler par les fossés d’évacuation58. La redevance est en ce cas réduite, au même tarif que celui de l’inondation involontaire. L’utilité de cette pratique n’est pas évoquée (enrichissement du sol par dépôts sédimentaires ?), ni sa coordination avec les autres possesseurs de l’étang (les villageois, les bourgeois narbonnais, le seigneur de Marmorières), mais elle semble révéler une certaine maîtrise des techniques hydrauliques qui s’inscrit dans une longue tradition d’usage des étangs. Elle donne aussi son sens à l’assèchement des cuvettes continentales : si l’évacuation de l’eau permanente est le premier objectif, son contrôle et son usage représentent un but à moyen terme, par l’irrigation ou l’inondation temporaire. Les grands drainages s’inscrivent bien dans la longue histoire de la maîtrise de l’eau, au lieu de constituer un épiphénomène conjoncturel.

***

25Drainer un étang était-il si simple ? Cette impression qu’il est possible de ressentir en regardant le tracé en « plume », pour reprendre le terme d’Olivier de Serres, des canaux secondaires se déversant dans un mairoual, un fossé majeur, s’efface progressivement. Si les cuvettes les plus réduites sont mises de côté, les grandes dépressions sont transformées selon des modalités plus complexes qu’il n’y paraît. Le creusement d’un fossé circulaire et celui d’une galerie de plusieurs centaines de mètres, voire de plus d’un kilomètre, obligent à mettre en œuvre des compétences en hydraulique et en forage du sous-sol qui dépassent le simple bon sens et ne peuvent être réalisés qu’avec des techniciens qualifiés. Si le Moyen Âge ne laisse en Languedoc que le nom d’un arpenteur à Marseillette – en fait plus là pour trancher un débat sur des délimitations que pour participer au drainage – il ne fait guère de doute que chaque grand chantier se faisait sous la direction d’un maître d’œuvre et avec des techniciens. Dès que les sources sont plus explicites, des noms d’ingénieurs apparaissent, tel Claude Ravel à Clausonne en 1592. À n’en pas douter, il faut le considérer comme le successeur de Guilhem Cédane (Jonquières) et de Jean de la Sale Valadier (Montredon).

26La complexité du drainage tient aussi dans l’équilibre du nouvel hydrosystème artificialisé mis en place. Le poids des responsabilités repose sur les concessionnaires. L’évolution climatique a compliqué leur tâche et il est difficile d’apprécier leur comportement sur la base de peu de textes. Pourtant, il semble que la multiplication des tenures et donc des exploitants a favorisé la dilution de la conscience collective d’une gestion régulière. Aucune organisation commune d’entretien des réseaux de drainage ne paraît exister, sur le modèle des wateringen flamands, même si les acquéreurs ont agi conjointement pour réaliser le drainage et ont pu prendre ensemble des décisions, ponctuellement, pour résoudre un problème. Cette déresponsabilisation paraît avoir une place dans les fréquentes inondations favorisées par les conditions naturelles : l’absence d’entretien dénoncé par les textes d’époque moderne le suggère fortement.

27Projet économique, opération technique, réorganisation des espaces humides mettant en action toutes les composantes de la société du xiiie siècle, l’assèchement des étangs languedociens est aussi créateur de nouveaux paysages. Ces paysages sont le résultat des contraintes hydrauliques et parfois de lotissements agraires qui ouvrent de nouvelles perspectives sur les planifications de l’espace rural médiéval.

Notes

1 P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…

2 J.-L. Abbé, « Arpenter et borner les terroirs de l’Europe méridionale au Moyen Âge : savoir et savoir-faire », A. Rousselle (éd.), Monde rural et histoire des sciences en Méditerranée. Du bon sens à la logique, Deuxième journée d’études du Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1998, coll. Études, 181 p., p. 51-62 ; P. Portet, « La mesure géométrique des champs au Moyen Âge (France, Catalogne, Italie, Angleterre) : état des lieux et voies de recherche », G. Brunel, O. Guyotjeannin, J.-M. Moriceau (éd.), Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle. Actes du Colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Association d’histoire des sociétés rurales et École nationale des Chartes, Paris, 2002, Bibliothèque d’Histoire Rurale, 5 et Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 62, 464 p., p. 243-266 ; M. Lesné-Ferret, « Le bornage. Pratique, conflit et réglementation dans le Midi de la France du xiie au xive siècle », Droit et Cultures, 41, 2001/1, p. 39-62 ; M. Mousnier, « Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale », Histoire et sociétés rurales, no 22, 2004, p. 29-63.

3 . A. D. Aude, H 211, fol. 52. Cf. P. Aussel, Jonquières. Un grand domaine viticole languedocien (An 1000-An 2000), Histoire et Région, Narbonne, 2003, 368 p., p. 197-203.

4 A. D. Aude, H 211, fol. 51.

5 À partir de sources comptables, S. Caucanas a pu donner des indications sur le personnel chargé des canaux hydrauliques en Roussillon aux xive et xve siècles. Les leviadors – le terme de jeumetra est aussi en usage (1405) – sont en particulier affectés au tracé des fossés (livellar : mettre à niveau). Cette fonction est d’une grande importance dans une région où le réseau hydraulique artificiel est très dense. Pourtant, il ne s’agit pas toujours de spécialistes exerçant un véritable métier ;. ils peuvent être aussi géomètres, voire choisis pour leur capacité à défendre les intérêts des commanditaires : S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du IXe au XVe siècle…, p. 164-166.

6 A. D. Aude, 3 J 1724 (1301) et C 11 C 50 (1302). Originaux.

7 Une première investigation montre que le patronyme Belshom est très présent dans le milieu des artisans et des marchands narbonnais de la fin du Moyen Âge : un pareur au xiiie siècle, des charpentiers au début des années 1300, un notaire, de riches marchands, « bourgeois » et consuls aux xve et xvie siècles. Un charpentier Pierre Belshom cité entre 1297 et 1318 est-il l’arpenteur homonyme de Marseillette ? C’est une éventualité, mais le Narbonnais ne porte jamais le titre de magister dans les archives urbaines. Il joue néanmoins un rôle de premier plan dans sa profession, prêtant serment au roi en 1312, et, en 1317, il est choisi par le viguier royal avec plusieurs hommes de l’art biterrois et narbonnais réputés (noticia) pour réduire la hauteur des chaussées du cours de l’Aude. G. Mouynès, Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Annexes de la série AA, Narbonne, 1871, p. 225 (1312) et 233-234 (1317) ; autres mentions dans les inventaires des séries AA et BB par le même Mouynès ; A. Blanc, Le livre de comptes de Jacme Olivier, marchand narbonnais du xive siècle, Picard, Paris, 1899, 675 p., pièces justificatives 8, 26A, 42, 58A et 85B ; G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais 1300-1789…, t. I, p. 223-226, 238, 258-260. Je remercie vivement Jacqueline Caille de m’avoir signalé les références dans Jacme Olivier.

8 À Beaumont-de-Lomagne, en 1282, est nommé le mensurator communis Tholosae, Petrus Bigona : M. Mousnier, « Mesurer les terres au Moyen Âge. Le cas de la France méridionale »…, p. 35.

9 Un arpenteur juré des terres royales des sénéchaussées de Carcassonne et de Toulouse est mentionné en 1313 : P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…, t. I, p. 217, n. 267.

10 Sur l’arpentage méridional et les arpenteurs cités, il faut se reporter aux références des notes précédentes (P. Portet, M. Mousnier) et à J.-L. Abbé, « Arpenter et borner les terroirs de l’Europe méridionale au Moyen Âge : savoir et savoir-faire »… M. Mousnier précise que les mentions sont peu nombreuses pour les bastides, mais que les chartes nomment surtout des notaires missionnés par le roi pour les fondations.

11 M. Lesné-Ferret, « Le bornage. Pratique, conflit et réglementation dans le Midi de la France du XIIe au xive siècle »… Bertrand Boysset (vers 1355/1358-vers 1416) est mieux connu : Arlésien, il appartient à la strate moyenne de la bourgeoisie locale et participe au Conseil général de la ville. Il possède des terres, des vignes et des pêcheries dans l’étang de Meyranne. D’une grande culture littéraire, il rédige les traités techniques d’arpentage et de bornage ainsi que plusieurs textes littéraires dont une chronique : P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…, t. I, p. 65-103.

12 maf , fol. 169, no 93.

13 A. M. Pézenas, 12, 1, pièce 18 ; Resseguier, 1367. Planche 13.

14 À la fin du volume.

15 Les actes d’achat des droits sur l’étang de Pézenas par les templiers en 1157 insistent sur ces deux faces de l’étang. Les droits sont in stagno et solo eiusdem stagni.

16 Avec une variante particulière au Pouget et à Puilacher-Tressan : agulla payroalis.

17 A. D. Hérault, 1 E 1455. Original. Cf. planches 2 et 3.

18 A. D. Aude, H 211, fol. 156v.

19 Le terme de circumferencia est par contre employé à Marseillette pour désigner le pourtour de l’étang toujours en eau : A. D. Aude, C 11 C 50. Ceux de claustra et de claustrum sont plus équivoques. À Pézenas, la via que currit de Pedenatio ad claustram de stagno en 1134 n’atteint pas le « cercle » d’un étang asséché, puisqu’il ne l’est qu’après 1157. À moins qu’il ne s’agisse du témoignage d’un assèchement antérieur, ou plus simplement la désignation du « bord » de l’étang : A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, pièce 7. Le texte a été édité par le marquis d’Albon, Cartulaire général de l’ordre du Temple, Champion, Paris, 1913-1922, 2 vol., p. 63, no lxxxi, avec une transcription erronée de claram au lieu de claustram.

20 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16.

21 affontat dictum de altano, circio, et aquilone in viis publicis ; quae viae publicae praedictae continent et continere debent in amplitudine mensurando a circulo dicti stagni duodecim palmos cannae, circulo praedicti stagni in medio existente… (pièce justificative no 3).

22 Le texte (pièce justificative no 1) donne le nom de stagnum Pontis Septimi comme destination du fossé. Pontserme, lieu-dit au sud de l’étang de Capestang, au bord de l’ancienne via Domitia franchissant à cet endroit l’étang par un pont dont le toponyme garde le souvenir, désigne vraisemblablement la portion de l’étang de Capestang située vers ce lieu-dit et où les salines étaient absentes.

23 Postquam vero aqua exivit de balma, vos debetis ducere aquam per fossata talia sive valla usque ad stagnum Pontis Sextii quod non possit dare damnum alicui in possessione seu possessionibus in dictis territoriis constitutis ; ita quod domini seu possessores praedictarum possessionum penitus serventur indemnes ; quod si forte aliquod damnum occasione aquae quae exierit de predicto stagno alicui daretur, vel ipsa aqua per se sola, vel alia cum ea mixta damnum alicui seu aliquibus daret, vos et alii comportionarii vestri praedictum damnum integre emendare et restituere ad notitiam dicti domini archiepiscopi vel illorum quos ipse ad hoc destinaret sive damnum daretur in possessionibus usque in stagnum Pontis Sextii sive in ipso stagno. Si forte propter praedictas aquas et balmas Capitis Stagni vel de Montillis in aliquo deteriorarentur eo quod dictum stagnum esset minus salsum propter mixtionem praedictarum aquarum, vallata etiam et fossata rupta debetis construere et reficere tali modo quod de aqua currente per dicta fossata dominis praediorum nullum damnum possit evenire… (pièce justificative no 1).

24 super omnibus et singulis actionibus, deffentionibus, querelis, debatis et questionibus que erant aut esse poterant et future erant aut contingere poterant hinc ad unum annum inter partes ipsas et earum qualibet contra se ad invicem ratione dicti stagni Massilie et territorii et pertinentium suarum, tam ratione dampnorum datorum et dandorum in factionibus vallatorum, circulorum et aliorum meatuum inibi factorum et faciendorum dicto domino abbati et sui monasterii Crassensis conventui in terris quas habent et ab eis tenentur vel aliis quibuscumque intus et extra. […] Et super sexcentis libris tur. quas acquisitores dicti stagni dare deberunt dominis dicti stagni pro meatibus concedendis et dampnis emendandis… : A. D. Aude, 3 J 1724.

25 F. Mazauric, « L’aqueduc romain de Nîmes et le dessèchement de l’étang de Laugnac »… L’auteur ne cite malheureusement pas ses sources. Clausonne fait environ 80 ha et Marseillette plus de 2000.

26 Cf. ch. 1, 2.

27 L’enquête a été menée dans les traités antiques de Columelle, Palladius et Varron, médiévaux de Crescens et Henley.

28 O. de Serres, Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs, Paris, 1600, rééd Actes Sud, Paris, 1997, 1461 p., p. 114-119 : Second lieu : « Du labourage des terres-à-grains », ch. 1 : « Préparer la terre pour le labourage ».

29 P. Carrière, « Le dessèchement et l’aménagement hydraulique de l’étang de Montady (Hérault) », Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, t. 14, fasc. 2-3, avril-sept. 1980, p. 199-229 ; J.-L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault). »… La contribution de P. Portet est consacrée aux techniques de construction des galeries selon la méthode des qanats.

30 Pièce justificative no 1.

31 Sur les mines du Midi de la France au Moyen Âge et, en particulier, sur les techniques d’extraction, voir les travaux de M.-C. Bailly-Maître : « Pour une histoire des mines au Moyen Âge. L’exemple des mines de la Terre d’Hierle », Archéologie du Midi Médiéval, t. VII, 1989, p. 61-71 ; « Notes sur les techniques extractives médiévales du sud de la France », Les techniques minières de l’Antiquité au xviiie siècle, Actes du colloque international sur les ressources minières et l’histoire de leur exploitation de l’Antiquité à la fin du xviiie siècle, Strasbourg, 1988, CTHS, Paris, 1992, 601 p., p. 283-297 ; « Tradition et innovation dans les mines médiévales », P. Beck (dir.), L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe congrès international d’archéologie médiévale, Errance, Paris, 1998, 317 p., p. 99-107 ; L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale, Picard, Paris, 2002, 212 p.

32 Cf. Ch. 1, 3.

33 A. N., T 199, 39, liasse 49, no 4. Au début du xxe siècle, J. Campardou, dans une des rares études sur les étangs asséchés languedociens, avait examiné la galerie de l’étang de Fleury, attribuant sa réalisation aux Romains : « Par ailleurs, cet ouvrage est entièrement bâti en gros appareil, ce qui permet d’affirmer qu’il a été creusé au début de l’ère chrétienne, par les premiers colons romains » : J. Campardou, « Recherches archéologiques sur quelques étangs desséchés du département de l’Aude », Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, t. 13, 2, 1914, p. 311-326. Contrairement à sa proposition, il faut plutôt attribuer la galerie à l’époque médiévale. L’hypothèse d’une réutilisation d’un ouvrage antique n’est pas impossible, mais paraît peu probable. L’étude archéologique devrait en être reprise.

34 « Une dépression de terrain appelée « l’étang » avait été assainie par un aqueduc souterrain de 800 m de long. Il était de dalles pour les pieds droits et la couverture et avait deux mètres de haut. Il est peut-être du XIIe [sic] comme celui de Montady. Il a été remplacé en 1966 par des buses en ciment » : J. Giry, Le Biterrois Narbonnais de la préhistoire à nos jours…, p. 127. L’hypothèse de datation est à vérifier, si les travaux récents le permettent.

35 Une prospection sur le site de la galerie a été réalisée avec A. Plégades et F. Bonnafous, ancien président de l’Association syndicale autorisée de l’étang, en août 2003. Les puits ont été récemment arasés pour faciliter le labourage des vignes et des buses ont été posées dans la galerie pour améliorer le drainage. Des monnaies auraient été trouvées dans la galerie, mais elles ne sont plus localisées.

36 Ces voûtes en bâtière se retrouvent dans certaines mines méridionales : M.-C. Bailly-Maître, L’argent. Du minerai au pouvoir dans la France médiévale…, pl. xvii, p. 15 et p. 98-102.

37 G. Boutonnet, « Histoire du dessèchement des marais du Bas-Languedoc », Bas-Rhône Languedoc, 1963, no 14, p. 18-33, citant les Recherches et acquisitions de F. Mazauric.

38 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »…, p. 276.

39 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 387-389.

40 Cf. Ch. 1, 2.

41 T. F. Glick, « Sistemes agrícoles islàmics de Xarq al-Andalus », J.-M. Salrach (dir.), Història agrària dels països catalans, vol. 2, Edat mitjana, Universitats dels Països Catalans-Fundacio catalana per la recerca, Barcelona, 2004, 602 p., p. 45-89, sur les qanats : p. 75-76.

42 Barceló (M.), « Immigration berbère et établissements paysans à Ibiza (902-1235) »…

43 A. N., T 199, 39, liasse 49, no 4.

44 À Fleury, le seigneur assèche lui-même. Pourtant, le bail qu’il passe en 1281, lorsque l’étang est encore en eau, lui rapporte 100 livres tournois de droits d’entrée et peut être perçu comme un financement de travaux ultérieurs, d’autant qu’une galerie souterraine est construite.

45 À Montady, l’entrée de 1247 est de 300 livres melgoriennes qui valent autant de livres tournois, ou un peu moins. Évidemment, il ne s’agit que de valeurs nominales : plus de 50 ans se sont écoulés.

46 Ducarouge, fol. 295, no 56.

47 Cf. ch. 4, 4.

48 Le seul exemple chiffrant directement un travail d’assèchement est le creusement du canal de dérivation de Montredon en 1460. L’entrepreneur doit recevoir 40 livres et cinq setiers de froment. Mais plus de deux siècles et demi séparent cette donnée des précédentes. La comparaison n’est pas possible, d’autant que les travaux diffèrent aussi. A. D. Aude, H 211, fol. 51.

49 Cette analyse avait été développée par C. Delano Smith, Western Mediterranean Europe. A Historical Geography of Italy, Spain and Southern France since the Neolithic…, de manière très globale, et par M. Bourin pour l’étang de Montady : Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 15-19 (cf. ch. 1, 1).

50 Cf. ch. 4, 4.

51 Item volumus, et ex pacto inter nos et vos inito et facto, vobis damus et consedimus licentiam, authoritatem et facultatem, et vobis et vestris sit licitum, quod possitis facere aliam traucatam propter illam quae est in dicto stagno per quam discurit dictum stagnum et evacuatur et quod possitis facere per loqua publica et allia quaecumque loca, dum tamen vobis et vestris possit prodesse et vobis et vestris videatur expedire, salvis et nobis et nostris successoribus retentis laudimiis, foriscapiis et aliis rectis dominiis et omnibus juribus nostris in terris et possessionibus per vos vel vestros pro allia traucata facienda, si continguat vos vel vestrii aliam traucatam facere, emptis seu emendis, aquizitis vel aquirendis..… (pièce justificative no 3).

52 A. M. Pézenas, 12, 1, pièce 17 (1475) ; Resseguier 1366.

53 1540 : A. N., T 166, 37, liasse 45 (dénombrement du fief de Taraillan) ; 1615 : A. D. Hérault, B 31, fol. 378v-379 (Enregistrement de la Cour des Comptes) ; 1657 : T* 166, 94 (Registre du délaissement de terres de l’hôpital mage de Béziers à l’étang de Taraillan).

54 La situation n’a guère évolué par la suite. Pendant l’hiver 1920-1921, l’étang est resté en eau trois mois faute d’écoulement. « C’était, en somme, un vaste marécage, aussi nuisible aux cultures qu’à l’hygiène des habitants de Fleury » expliquent alors les documents constitutifs de l’asa chargée de régler ce problème. Le mauvais écoulement est dû à l’obstruction du « tunnelaqueduc » : A. D. Aude, SW 143 (1929).

55 Item volumus et vobis et vestris concedimus quod, si casu fortuito propter tempestatem temporis vel propter inundationem aquarum dictum stagnum aquis impleretur sine vestri vestrorumque licentia et voluntate, quod tunc temporis vos vel vestri non teneamini dare nobis nec nostris dictas paleas sed tantummodo bladum praedictum, scilicet unam eminam frumenti et aliam eminam ordei boni et pulchri ad dictam mensuram de Perignano in dicto festo sancti Justi sine paleis… (pièce justificative no 3). La générosité seigneuriale paraît pourtant bien faible. Un contrat d’arrentement de 5 ans passé en 1592 dans l’étang de Montady prévoit que la redevance est entièrement supprimée en cas d’inondation : A. D. Hérault, G 198, fol. 264v-265.

56 A. N., T 166, 40, liasse 50 (copie moderne).

57 Inondation de décembre 2003 dans l’étang de Montady : planche 17.

58 Item volumus et vobis et vestris praesentibus et posteris ex pacto concedimus quod, si vobis praenominatis hominibus de Perignano vel vestris videatur commodum vestrum esse et vobis et vestris prodesse dictum stagnum aquis implere, quod hoc possitis facere et vobis et vestris sit licitum vestra propria authoritate et voluntate nostra minime requisita et quod possitis auctoritate vestra propria tapare et claudere foramina et aculeas seu valla per quae seu quas dictum stagnum discurrit et evacuatur… (pièce justificative no 3).

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search