Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 4. Le temps des assèchements

Texte intégral

1. CHRONOLOGIE ET RÉPARTITION

  • 1 Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan, rédigées en 1782 par le recteur Amadou, (...)
  • 2 Comme pour l’étang de la Voûte, à Puisserguier. Il est en eau en 1230 lorsque Pons de Vias et sa m (...)

1Il importe, dans un premier temps, d’apporter d’indispensables repères chronologiques et géographiques pour situer les entreprises d’assèchement. Le résultat, disons le tout de suite, fait apparaître la primauté du xiiie siècle et une répartition équilibrée qui montre clairement qu’il s’agit d’un mouvement d’ensemble, d’une phase importante dans la construction du paysage languedocien. Pour autant, il est difficile d’arriver à des conclusions toujours satisfaisantes car les sources écrites sont loin de livrer des informations suffisamment précises et exhaustives. D’ailleurs, bien peu d’étangs ont fait l’objet de véritables études sur ce sujet, à l’exception de Montady et d’Ouveillan1. Pourtant, s’il faut parfois chercher le renseignement décisif au détour d’un document, comme au Pouget, des chartes très complètes et détaillées peuvent être consacrées aux projets, comme à Marseillette, Fleury et bien sûr Montady, sans pour autant avoir attiré l’attention, sauf dans le dernier cas cité. Par ailleurs, il était impossible de faire un travail exhaustif dans l’espace retenu, entre les vallées de l’Hérault et de l’Aude, qui compte une cinquantaine d’étangs asséchés répertoriés pour cette étude. Des informations écrites relatives aux assèchements ont été réunies pour 19 étangs sur 54, soit 35 %. Il ne semble pas que des sources majeures aient été omises au cours de l’enquête, par contre l’examen des censiers, terriers et compoix permettrait d’en savoir plus sur les cas méconnus. C’est un travail de longue haleine qui n’a pu être mené que sur quelques cas2. La répartition géographique peut paraître aléatoire : certaines zones ont plus de données que d’autres comme la basse vallée de l’Aude et le Biterrois oriental, peu pourvus. En dehors du fait qu’il s’agit souvent de petites dépressions qui échappent à l’écrit, il faut surtout souligner le rôle des archives ecclésiastiques. Monastères, chapitres et évêchés ont mieux conservé leurs actes, même s’ils ne subsistent aujourd’hui parfois qu’au travers des inventaires, et par conséquent leurs domaines sont mieux connus que ceux des seigneurs laïcs. Deux exceptions notables contrebalancent partiellement ce déséquilibre : le chartrier du Pouget et les archives de Fleury conservées aux Archives nationales. En conséquence, la carte des étangs renseignés reflète en partie le patrimoine de l’Église, à l’image de celui de Fontfroide (Jonquières, Montredon, Octobian, Preissan et l’Étang salé d’Ouveillan) ou des ordres militaires (Pézenas, Preissan encore). C’est là une situation habituelle pour les sources médiévales relatives aux domaines seigneuriaux et il importe d’en tenir compte dans les analyses qui seront faites.

  • 3 La vallée des Baux, les étangs de Saint-Blaise et celui de Clausonne révèlent l’importance des dra (...)

2La répartition chronologique sur la longue durée est éloquente sur la place de premier plan occupée par le Moyen Âge (annexes 3 et 4). 16 des 19 (84 %) sites informés ont connu un assèchement, ou une tentative, avant le xvie siècle. Aucun drainage majeur d’étang n’est connu pour la période antique, mais il faut évidemment se garder d’en tirer des conclusions : l’insuffisance des recherches archéologiques sur ce milieu spécifique est probablement en cause, comme les résultats obtenus ailleurs le montrent clairement3. Pour la période moderne et contemporaine, la seule grande exception est Capestang. Là aussi, il faut donner le sens de ces observations chronologiques :

  • les assèchements considérés comme médiévaux intègrent aussi ceux où la tentative a échoué, le drainage définitif ayant eu lieu au xviiie ou au xixe siècle, comme à Marseillette et à l’Étang salé d’Ouveillan. Ce qui importe ici est qu’une tentative ait eu lieu au Moyen Âge pour apprécier le poids de la période ;
  • à l’inverse, les assèchements considérés comme postérieurs au xve siècle ne touchent que les dépressions qui n’ont pas eu de projet connu antérieurement.
  • 4 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3. Copie de 1619. Cf. pièce justificative no 2.
  • 5 Idem, no 4. Copie de 1619.

3Comment se fait la répartition chronologique des assèchements médiévaux ? Une datation précise se révèle plus difficile et il faut accepter une part d’incertitude (annexe 3). En effet, quelle date faut-il prendre en compte : celle du projet annoncé dans une charte ? Celle d’un acte indiquant que le drainage a été réalisé depuis peu ? Aucune n’est pleinement satisfaisante. Lorsque l’archevêque de Narbonne autorise la construction de l’aqueduc de Montady en 1247, le document livre une indication sur le projet, mais nullement sur les travaux réellement engagés. À l’inverse, l’expression noviter decicati pour qualifier l’étang du Pouget en 1265 laisse dans l’inconnu sur l’appréciation du temps par le rédacteur de la charte : quelques mois, un an, cinq ans, dix ans, plus ? Ces fréquentes incertitudes rendent d’autant plus précieux le dossier de textes relatif à l’étang de Taraillan, à Fleury-d’Aude. Il est possible d’avoir une fourchette beaucoup plus précise. En effet, le seigneur de Pérignan – ancien nom de Fleury – Amalric de Narbonne, fils et frère des vicomtes de cette ville, passe deux contrats d’emphytéose concernant l’étang. Le premier a lieu en 1281 et porte sur centum quadraginta sestariatas de terra que nunc jacet sub aqua4 : l’étang est en eau. Cinq ans plus tard, en 1286, le bénéficiaire du contrat étant décédé, un nouveau bail est passé et cette fois-ci il porte sur partem sta[gni] nunc dessicati et agotatum5 (sic). Ce laps de cinq ans est la fourchette chronologique la plus précise obtenue pour un assèchement réalisé. Par conséquent, il a paru nécessaire de faire figurer deux datations dans le tableau de l’annexe 3 : celle de l’acte indiquant un projet d’assèchement ou un drainage récent de tout l’étang (colonne : « date repère ») et celle de la période entre le projet et la réalisation, lorsque c’est possible (colonne : « datation »). Le tableau ci-dessous (Fig. 8) se fonde sur les « dates repères » des actes, avec donc toute la prudence qui s’impose.

Fig. 8. Chronologie des assèchements d’étangs documentés en Languedoc central au Moyen Âge

Fig. 8. Chronologie des assèchements d’étangs documentés en Languedoc central au Moyen Âge
  • 6 Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 15-19 (...)
  • 7 si stagnum dictum volueritis irrigare aut desicare liceat vobis… : Doat, 58, fol. 144-145v. M. B (...)
  • 8 Il ne faut pourtant pas exclure que l’assèchement envisagé soit uniquement temporaire. Mais ceux q (...)
  • 9 Bages et Bajoles (1182-1211), Caraig à Ponteilla (1183-1187), Sabadell à Nyls (1184-1200) : S. Cau (...)

4Si les incertitudes jouent sur une ou deux dizaines d’années, elles disparaissent sur des périodes plus longues. Les sources écrites privilégient sans aucun doute le siècle et demi s’écoulant des années 1150 à 1300. En effet, au-delà, les deux opérations recensées, à Marseillette (1301) et à l’Étang salé d’Ouveillan (1305), ne dépassent guère la fin du xiiie siècle. Cette périodisation est sans surprise puisqu’elle s’intègre dans une phase de dynamisme économique et démographique et que la rupture du début du xive siècle annonce le retournement de conjoncture accentué du deuxième tiers des années 1300. La place essentielle du xiiie siècle dans cette conquête des zones humides languedociennes avait déjà été soulignée par M. Bourin, en l’opposant au xiie siècle où les données semblent plus réduites6. En fait, le mouvement paraît bien amorcé avant 1200 puisque trois exemples peuvent être rapportés à la deuxième moitié du xiie siècle. Le discours des textes est aussi instructif. Dans l’accord passé pour l’exploitation de Cocmérac (Pradels, planches 11 et 15) à Quarante en 1188, les seigneurs sont autorisés à irriguer à partir de l’étang, mais aussi à l’assécher7. Cette disposition prévue à titre d’hypothèse et d’alternative indique qu’il s’agit d’une éventualité relativement habituelle et qu’il convient de laisser ouverte cette possibilité8. Peuvent justifier cette ambiance favorable à l’éradication des eaux stagnantes, non seulement les exemples languedociens, mais encore les interventions réalisées en Roussillon qui ont déjà été évoquées à propos de l’étang de Pézenas. Dans une chronologie très resserrée autour des années 1180, plusieurs dépressions sont exondées entre 1182 et 1211, alors que les entreprises postérieures ont laissé moins de traces dans les archives9. Par conséquent, dès les années 1180, l’assèchement des étangs est courant et il faudrait probablement remonter encore plus haut. En effet, l’achat systématique par les templiers des droits sur l’étang de Pézenas en 1157 pour le posséder en entier annonce les transactions similaires réalisées un peu plus tard par leurs homologues roussillonnais.

  • 10 À cette date, la directe du roi sur les « propriétaires » de l’étang est l’objet d’une transaction (...)

5La fin du xiiie siècle marque un tournant. Les actions ne se ralentissent pas, loin de là. Elles visent même des dépressions de grandes tailles, culminant avec Marseillette en 1301. La nouveauté est plutôt dans les difficultés rencontrées : trois entreprises échouent, à Sigean, Marseillette et Ouveillan (Fig. 8). Dans les deux premiers cas, il n’est pas possible de savoir jusqu’à quel point les dispositions prises furent exécutées, et par conséquent quels obstacles mirent un terme aux entreprises. Par contre, l’Étang salé d’Ouveillan fut bien asséché en 1305 et paraît exploité au moins jusqu’en 1346, date à laquelle la documentation qui s’y rapporte disparaît, ce qui est le signe probable du proche arrêt de sa mise en valeur agraire10. Dans l’inventaire de la mense abbatiale de Fontfroide, une explication est proposée. Évoquant la mise en valeur de l’étang asséché à la suite de l’analyse d’un acte de 1305-1306, le rédacteur anonyme du xviie siècle fait remarquer :

  • 11 maf, fol. 169v, no 94.

« … Cet acte n’a pas eu son effet, non plus que celui qui fut accordé à quatre autres particuliers sous la redevance de cent setiers d’orge dont il ne reste qu’un feuillet de papier joint à cet acte, non plus encore que la susdite concession du vicomte en faveur de ladite abbaye [de Fontfroide] à cause de la situation du lieu dont le terrain est extrêmement salé et par conséquent mal propre à la culture quoiqu’il n’ait aucune communication connue avec la mer dont il est éloigné de plus de quatre lieux entre des montagnes11

  • 12 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »…, p. 274-277 ; C. Puig, Les campag (...)

6La présence du sel a pu gêner la mise en culture, mais il est difficile de croire qu’elle est la seule cause. La concomitance des échecs à partir de la fin du xiiie siècle requiert des explications plus générales qu’un exemple roussillonnais illustre assez bien. La tentative d’assèchement de l’étang de Villeneuve-de-la-Raho par les mêmes cisterciens de Fontfroide en 1332 n’a pas de suite, puisqu’il est en eau quarante ans plus tard12. Les explications en sont très intéressantes. En 1298, les marais voisins de Corneilla-del-Vercol font l’objet de grands travaux d’entretien. Ils avaient été autrefois drainés et mis en culture, mais le retour des eaux stagnantes nécessite le recreusement d’un nouveau canal. Les tenanciers s’engagent à cultiver les terres sans interruption pendant vingt ans. Aussi, lorsque l’abbaye de Fontfroide compte drainer la dépression voisine de Villeneuve, les possesseurs du marais de Corneilla s’y opposent vigoureusement au motif que les eaux évacuées vont se répandre dans le marécage. Cette affaire prouve que le contexte climatique est celui d’un excès d’eau plutôt que d’un manque. Par conséquent, il faut vraisemblablement accorder une place significative aux modifications climatiques – une pluviosité de plus en plus fréquente et violente – qui rendent l’entretien des surfaces artificiellement exondées malaisé et conduit parfois au renoncement, soit du projet, soit de l’activité agraire.

7Les difficultés rencontrées au tournant des xiiie et xive siècles démontrent que les assèchements n’ont rien d’irréversible. Par ailleurs, le maintien en eau de grandes surfaces, comme à Capestang, signifie qu’ils n’ont rien d’inéluctable. Des assèchements ni irréversibles, ni inéluctables : ces restrictions n’enlèvent rien au fait que le Moyen Âge est une période essentielle dans la transformation des zones humides, en particulier des dépressions endoréiques. L’action d’assécher et sa formalisation à travers un acte public ne signifient certes pas que la présence de l’eau est désormais entièrement contrôlée. Mais la transformation du paysage est néanmoins très significative : les plaines languedociennes des années 1300 ne sont plus tout à fait celles des années 1150. L’étang devient minoritaire là où il était omniprésent. Les rythmes médiévaux des assèchements ainsi fixés, il convient d’en connaître les modalités à travers le processus de mise en œuvre, du projet à la réalisation.

2. DE LA DÉCISION À L’INTERVENTION : LES ÉTAPES DU PROCESSUS D’AMÉNAGEMENT

8L’aménagement d’un lieu humide en terroir cultivé est un bon observatoire des actions de la société médiévale pour transformer l’environnement et le dominer à travers la création d’un parcellaire de culture et de drainage. Les étapes du processus de décision jusqu’à l’intervention sur le terrain permettent par conséquent de réfléchir à partir d’éléments concrets sur ce qu’est la planification agraire médiévale. Comme toute planification, elle est d’abord un projet assorti d’un programme, porté par une autorité ou un groupe ; il est par conséquent essentiel d’examiner la chaîne des responsabilités pour mieux comprendre le poids des différents partenaires. La conservation aléatoire des archives et la variété des processus font qu’il est malaisé de tout apprécier à partir d’un seul cas, mais le travail de reconstitution est réalisable en utilisant l’ensemble des sites, tout en gardant leurs spécificités.

9Au départ est le seigneur. L’étang lui appartient et c’est donc lui qui prend, au moins formellement, la décision d’assécher. Ainsi, à Marseillette, en 1302, les seigneurs riverains de l’étang (les monastères de Lagrasse et de Caunes, Bernard de Capendu et Pierre Nigri de la Redorte), en conflit avec les acquéreurs des terres, font savoir :

  • 13 A. D. Aude, 11 C 50.

«… ratione divisionis ipsius stagni inter predictos religiosos et nobiles de ipso stagno faciende, qui dictum stagnum asserebant esse suum et de dominio suo ratione castrorum et villarum quas habent juxta rippas et circumferenciam dicti stagni13…»

10Les quatre seigneurs expliquent sans aucune ambiguïté que le partage de l’étang se fait sous leur autorité parce qu’ils sont maîtres des villages et des habitats qui l’entourent. Ainsi, l’étang fait partie des finages villageois qui se prolongent sur l’eau au-delà du rivage et médiatisent en quelque sorte le domaine seigneurial. Pour autant, les communautés n’ont pas le droit à la parole dans les deux chartes relatives à cet aménagement. Un autre exemple, évoqué en introduction, se rapporte à l’étang de Preissan (planches 9 et 15). Une analyse moderne relate pour l’année 1298 :

  • 14 maf, fol. 178v, no 31.

« Conventions faites entre ladite abbaye [de Fontfroide] d’une part, la Commanderie [des hospitaliers] de Capestang d’autre, et encore avec Etienne Auriol avocat et Bernard Ulard, seigneurs en partie d’Ouveillan d’autre, lesquels assemblés au bord de l’étang de Preisse proche le Terral au sujet du dessèchement dudit étang qu’ils avaient résolu de mettre en culture14

11La « résolution » d’assécher est là aussi prise par les seigneurs de l’étang : le monastère de Fontfroide, les hospitaliers du membre de Capestang (commanderie de Grézan) et deux coseigneurs du village voisin d’Ouveillan. Le rôle décisif des seigneurs est marqué par leur présence physique – et non celle de leurs représentants – au bord de l’étang, ce qui signifie que leur accord n’est pas du tout formel et qu’ils entendent se présenter comme les décideurs de l’opération, assumant ainsi pleinement leur fonction seigneuriale et leurs droits fonciers. Même s’il faut faire la part du formalisme des chartes, écrites pour les seigneurs, les droits et les comportements exprimés par ces deux actes témoignent certainement de tout leur intérêt pour des entreprises concernant la valorisation de leurs domaines.

12Le deuxième temps de la procédure porte sur l’exploitation des nouvelles terres à mettre en valeur. Plusieurs cas de figure se présentent :

  • le seigneur se réserve seul l’exploitation, en faire-valoir direct. Aucun acte n’est donc rédigé. Cette situation est très fréquente pour les domaines religieux, comme Fontfroide ou les ordres militaires. Ce silence de la documentation explique qu’il est difficile de dater et de caractériser précisément l’assèchement qu’il est seulement possible de déduire des achats fonciers, comme à Pézenas ;
  • l’étang mis à sec est cultivé par des tenanciers-exploitants qui ne sont redevables qu’envers le seigneur. Tel est le cas de l’étang de Preissan. Les reconnaissances dressées par les hospitaliers en 1338 pour le membre de Capestang font état des terres in stagno à Preissan qui doivent correspondre au projet de 1298 qui vient d’être évoqué15. À Fleury, il s’agit d’un véritable accord entre le seigneur et la communauté. En 1321, Aimeric de Narbonne acense en emphytéose l’étang de Taraillan au profit de 54 villageois16. Il est possible de rapprocher le cas de l’étang de Sainte-Croix (alors Pissevaques) à Sigean. L’analyse de l’inventaire des archives archiépiscopales indique qu’en 1274 l’archevêque fait assécher l’étang par les « habitants de Sigean » et leur baille ensuite les terres conquises en emphytéose17. Ces deux opérations engagent explicitement les villageois dans la mise en valeur d’un ancien étang18 ;
  • la concession est effectuée au profit d’une ou plusieurs personnes qui deviennent les tenanciers de l’étang. La charte de concession est le plus souvent un bail à acapte (droit d’entrée) ou en emphytéose, comme dans le cas précédent. Les textes dénomment les acquéreurs possessores ou portionarii19, puis à l’époque moderne « propriétaires » ou « emphytéotes ». Ils peuvent être qualifiés de concessionnaires. Il ne s’agit pas des exploitants, de ceux qui vont travailler dans l’ancien étang, mais de particuliers aisés, ruraux ou citadins, ou de communautés religieuses, ou encore de nobles qui achètent des parts de terrain pour ensuite les acenser. L’exemple de l’Étang salé d’Ouveillan est significatif. En 1305-1306, la répartition des futures terres est ainsi effectuée, selon l’analyse moderne de l’acte :
  • 20 Ducarouge, fol. 294v-295, no 54.

« Les procureurs de noble Amaulry de Narbonne, fils du feu vicomte Amaulry, du vénérable chapitre et du monastère de Fontfroide donnent à nouvel achept à Pierre Raymond d’Ouveillan damoizel pour la 4e partie, Raymond Paul, Pierre Mestre, Bernard Audebran, Adhémar de Murvieil, Ermessende sa mère et tutrice et à Raymond d’Ouveillan pour l’autre 4e partie, à Guilleaume et Jean Roger, Guilleaume Perdigon, Barthelemy Brun, Raymond et Guilleaume Bastier, Raymond Narbones, Pierre Alquier, et Bernard Montalier pour autre 4e partie, Pierre Sangosse, Bernard Ulard, Guilleaume Fournier, Raymond Bedos, Estienne Pelegrin, Jean Teulier, me Thomas Scot physic, et Pierre Quarante d’Ouveillan pour l’autre 4e partie, un estang soubs Ouveillan du costé de midy appelé l’Étang salé d’Ouveillan, ainsi qu’ils en jouissoient par indivis en franc aleud avecque ledit Pierre Raymond d’Ouveillan et Raymond d’Ouveillan pour en faire ce qu’ils voudront soubs la charge de l’égoutter et faire toutes caves et agulles nécessaires et payer annuellement ausdits seigneurs cent cestiers bon orge à la Saint-Just avec les dixmes et prémices en toute directe ; et sera permis auxdits emphithéotes d’associer encore avec eux ceux qu’ils voudront sans qu’ils en payent aucuns foriscapes ny mesme ladite cense qu’après 3 ans. Cet achept fut confirmé par lesdit Amaulry, par ledit chapitre et par le vicaire dudit Ouveillan en tant qu’il touche son église20

13La qualité de certains acquéreurs ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’agit d’une liste de « possesseurs », non d’exploitants puisque y figurent des nobles (Pierre Raymond d’Ouveillan, Raymond d’Ouveillan) et un médecin ayant le titre de « maître » (Thomas Scot). Les modalités du partage doivent retenir l’attention. L’espace est découpé en quatre quarts. Cette division égalitaire et simple est pourtant plus complexe qu’au premier abord. Les nouveaux possesseurs se répartissent ainsi :

  • 1e quart = 1
  • 2e quart = 521
  • 3e quart = 722
  • 4e quart = 8
  • 23 Ce décalage entre le schéma fiscal et la réalité du parcellaire se fait selon les mêmes modalités (...)

14Ils sont donc au nombre de 21, avec une répartition très inégale selon les quartiers, l’un des seigneurs, Pierre Raymond d’Ouveillan, se réservant même une part entière. Le découpage principal équilibré en quarts est complété par un fractionnement très inégalitaire. La concession de l’étang combine par conséquent des éléments de rationalité technique et fiscale (la redevance globale est de cent setiers) et une adaptation plus souple et attractive aux potentialités économiques et financières des acquéreurs capables d’acheter des portions plus ou moins grandes de terrain. Ainsi, dès l’origine, la planification du parcellaire est en fait une grille de référence qui s’adapte avant même sa mise en place à la demande, y compris celle des seigneurs qui entendent garder une part substantielle entre leurs mains23.

  • 24 Ouveillan : maf , fol. 169, no 93 et Ducarouge, fol. 295, no 55 ; Jonquières (Narbonne) : A. D. Au (...)
  • 25 si aliquis possessor vel dominus praediorum contradiceret in aliquo vel praestaret impedimentum (...)

15La concession des terres à des acquéreurs aisés est une solution souvent retenue par les seigneurs. Non seulement elle leur permet de ne pas avoir à contrôler l’activité des exploitants en se contentant de percevoir les rentes prévues, mais encore elle évite ou, tout au moins, elle réduit les dépenses liées à l’assèchement. En effet, la troisième étape dans le processus de décision consiste à obtenir les autorisations nécessaires pour entreprendre les travaux. Les fossés et galeries d’exhaure parcourent plusieurs centaines de mètres, parfois plusieurs kilomètres, avant de déverser l’eau dans un cours d’eau ou un autre étang. Le seigneur des terres traversées doit donner son accord qu’il concède en contrepartie d’un droit d’entrée et d’un cens. De telles autorisations sont octroyées à Montady en 1247, à l’Étang salé d’Ouveillan en 1305 et à Jonquières en 131224. La charte de l’archevêque de Narbonne autorisant la construction de l’aqueduc de Montady est particulièrement connue et constitue un document d’une grande richesse. Ainsi, l’archevêque Guillaume de la Broue s’engage à exproprier les seigneurs et les possessores de ses terres qui refuseraient de céder leurs terrains pour le passage du canal, pratiquant ainsi un véritable droit d’expropriation25.

  • 26 Verum tamen si quis vestrum in iam dicto stagno de caetero aliquid lucraretur, sit illud commune (...)
  • 27 quod, statim predicto stagno dessicato et aqua inde ejecta penitus sumptu nostro proprio… (pièce (...)
  • 28 nos deberemus dare et solvere per dictum dominum Amalricum vel per suos sive in pecunia sive in (...)

16Ce qu’il faut aussi retenir du texte de Montady et qui ressort aussi de l’Étang salé d’Ouveillan, c’est la prise en charge des travaux par les acquéreurs de l’étang : la charte de Montady est adressée par l’archevêque et son viguier de Capestang aux compartionarii de l’étang, non à ses seigneurs en tant quel tels. La charge des travaux et de l’entretien revient en fait aux possessores du bien. À Montady, les 60 livres melgoriennes de droit d’entrée pour réaliser le fossé et en avoir l’usage sur les terres archiépiscopales sont acquittées par les concessionnaires. Le seigneur n’a aucune dépense à engager, ce qui serait le cas s’il prenait l’assèchement à son compte. Tel est le cas à Cocmérac (Quarante), dans le jugement de 1184 déjà cité plusieurs fois : l’abbé de Quarante et Bérenger d’Ouveillan ayant le dominium sur l’étang, les dépenses sont de leur fait, y compris s’ils souhaitent l’assécher26. À Fleury, Amalric de Narbonne précise dans le contrat passé en 1281 qu’il assèche l’étang à ses frais27, par contre en 1286, les preneurs s’engagent à participer aux frais de construction et d’entretien des galeries (trauquatae) et des fossés de tout l’étang28.

17Ainsi, trois étapes marquent dans les textes la préparation de l’opération d’assèchement : la décision seigneuriale d’assécher, la concession (éventuelle) des terres à des tenanciers, concessionnaires ou exploitants, et enfin la demande d’autorisation pour creuser les fossés auprès des seigneurs voisins. Selon chaque cas, un, deux ou trois de ces actes sont rédigés et constituent donc le processus décisionnel qui met au premier plan le couple formé par les seigneurs et les acquéreurs qui se transforment en entrepreneurs pour réaliser l’assèchement. Pour les plus grands étangs, c’est le cas de figure habituel : les portionnaires, agissant de concert, sont à l’œuvre à Marseillette, à Montady, à l’Étang salé d’Ouveillan. Il importe d’essayer de mieux connaître leur origine, mais aussi, et d’abord, d’approcher de plus près quelques seigneurs assécheurs.

3. LE SEIGNEUR DESICCATOR : QUELQUES PORTRAITS

  • 29 Il est par conséquent tout à fait possible de reprendre les propos de S. Caucanas sur l’irrigation (...)
  • 30 Ainsi, les lacunes textuelles font qu’il est difficile de prendre en compte les assèchements des é (...)

18Les seigneurs qui assèchent ou font assécher leurs étangs représentent toute la palette du groupe seigneurial et reflètent la diversité des patrimoines ruraux (annexe 5)29. Les ordres religieux (bénédictins, militaires, Cîteaux…) et les prélats figurent aux côtés des seigneurs laïcs. Cette hétérogénéité reproduit celle de la répartition du patrimoine foncier et prouve que, tout compte fait, le poids des monastères, sensibles à travers des archives mieux conservées, s’estompe lorsqu’un aperçu général est donné. Sous cette diversité, la chronologie fait apparaître un autre rythme qui peut être segmenté en trois phases, tout en rappelant l’incertitude que fait toujours peser l’inégale conservation de la documentation écrite, favorable en particulier aux ordres religieux30 :

  • au xiie siècle, l’initiative des assèchements est avant tout monastique, ainsi que le montrent sans ambiguïté les acquisitions d’étangs par les templiers et les cisterciens. En Roussillon, les templiers agissent au même rythme, entre les années 1180 et 1210. C’est donc le temps des assèchements monastiques, avec pour objectif de garder les terres sous leur seigneurie directe, en réserve ou acensée, la première solution paraissant avoir la faveur, comme à Pézenas. Il est évident que ces entreprises s’intègrent aux dernières décennies du dynamisme économique et patrimonial des ordres militaires et des cisterciens. Les assèchements en sont une facette particulièrement marquante et redonnent un peu de consistance aux « défrichements » des nouveaux ordres plutôt remis en cause par l’historiographie récente31 ;
  • le xiiie siècle voit des seigneurs, surtout laïcs, s’inscrire dans cette dynamique, soit seuls, soit en binôme, comme à Jonquières, au tout début des années 1200, jusqu’à Pérignan-Fleury, dans la décennie 1280. Les terres gagnées sont soit concédées directement à des exploitants, soit confiées à des concessionnaires qui se chargent de la mise en valeur ;
  • au xiie siècle monastique, au xiiie plus laïc, succède enfin une courte phase d’une vingtaine d’années à la charnière des années 1300, phase plus complexe et risquée. Les assèchements sont le fait de larges associations seigneuriales à trois ou quatre partenaires, mêlant moines et nobles. Pourquoi ces associations, à ce moment-là ? La complexité des interventions en paraît la cause. Elle tient d’abord au fait que ces étangs sont tenus conjointement par des partenaires assez nombreux. L’accord de tous étant requis, les échéances ont pu être retardées, comme à Ouveillan dont une partie des revenus venait du sel. D’autre part, dans le cas de Marseillette, la surface à drainer est importante et les problèmes techniques et financiers ont pu faire hésiter, surtout dans un contexte climatique peut-être moins facile. Deux échecs sur trois viennent confirmer les difficultés et les risques de ces ultimes tentatives.
  • 32 . Rocque, t. IV-1, fol. 115, no 475.
  • 33 . Ducarouge, fol. 271-v, no 4 (1234).
  • 34 . A. D. Hérault, G 598 (analyse moderne).
  • 35 . Ducarouge, fol. 271v-272, no 7 et 8. L’analyse indique uniquement « le seigneur de Colombiers et (...)
  • 36 A. D. Hérault, G 598 (analyse moderne).

19Parmi les seigneurs laïcs mis en scène tout au long de cette période, quelques acteurs apparaissent au premier plan et deux d’entre eux méritent d’être évoqués. Tout d’abord, Guilhem Raimond de Colombiers est pleinement impliqué dans la gestion des étangs. Il apparaît en 1232 en tant que tuteur des enfants d’Imbert de Montady, son parent, et à ce titre vend à l’archevêque de Narbonne les salins possédés par eux dans l’étang de Capestang32. Deux ans plus tard, cette fois-ci pour lui-même, il fait assécher l’étang de Poussan qu’il possède avec Aimeric Bofat de Béziers et passe un contrat d’emphytéose avec les acquéreurs chargés des travaux33. Vient ensuite le temps fort : en 1247, en compagnie de Bertrand et Imbert de Montady, il donne en acapte l’étang de Montady pour l’assécher34, et lui-même fait partie des acquéreurs, des portionarii de l’étang qui demandent à l’archevêque de Narbonne l’autorisation de construire l’aqueduc souterrain (pièce justificative no 1). C’est probablement lui qui en 1250 et 1253 accorde de nouveaux baux dans l’étang de Fontenay, qui dut être asséché peu auparavant35. Par contre, lorsqu’en 1260 R et R de Columbieriis fratres partagent l’étang de Montady avec Imbert, ce doit être son fils Raimond, cité en 1253, qui est désigné36. Ainsi, Guilhem Raimond de Colombiers fut sur tous les fronts et intervint pour drainer pratiquement tous les étangs sur lesquels il avait un droit. Son choix d’être aussi concessionnaire de l’étang de Montady, à la différence d’Imbert de Montady, paraît montrer un sens des affaires – et des ressources peut-être aussi – que confirment les baux qu’il passe avec les acquéreurs de ses étangs. Au milieu du xiiie siècle, Guilhem Raimond de Colombiers paraît incarner une noblesse qui est loin d’être passive dans un contexte économique dynamique. La proximité de la métropole biterroise a vraisemblablement stimulé une mentalité gestionnaire dans la société rurale périphérique. L’identité des acquéreurs de l’étang de Montady le montre clairement, comme nous le verrons plus loin.

  • 37 . A. D. Aude, C 1161 (copie de 1686).
  • 38 . A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3 (1281) : pièce justificative no 2. Une troisième partie de l’ét (...)
  • 39 . Idem, no 4 (1286).
  • 40 . Pièce justificative no 3.

20Amalric, seigneur de Pérignan-Fleury et fils du vicomte de Narbonne Amalric (Ier), paraît démontrer son savoir-faire pour mettre en valeur l’étang de Taraillan. En 1280, il procède à un échange avec les hospitaliers de Narbonne qui le rend maître de la plus grande partie de l’étang, sinon de sa totalité37. Dès l’année suivante, comme cela a été vu, il passe un bail avec un acquéreur, Pierre Grossi, portant sur une partie de l’étang (140 séterées), conservant pour lui l’autre partie (186 séterées)38. À la suite du décès de Pierre Grossi, il fait jouer en 1286 son droit de préemption et passe un nouveau contrat alors que l’étang vient d’être asséché à ses frais39. S’il garde toujours sa part en réserve, son fils et successeur Aimeric l’acense aux habitants de Pérignan en 132140. Amalric de Narbonne a donc asséché son étang et l’a mis en valeur selon des modalités différentes qui semblent indiquer des choix économiques et financiers calculés comme le prouve la transaction originelle avec les hospitaliers, les dépenses faites pour réaliser l’assèchement et racheter la part de Pierre Grossi à ses héritiers. Amalric réapparaît plus tard, en 1305-1306, cette fois-ci comme seigneur d’Ouveillan pour l’assèchement de l’Étang salé. Il n’est plus seul, mais organise avec les autres seigneurs du village, les moines de Fontfroide et les chanoines de Saint-Just, un partage des terres entre tenanciers.

21Guilhem Raimond de Colombiers, Amalric de Narbonne : deux portraits de seigneurs – pour lesquels pourrait être inventé le néologisme de desiccator – dont la gestion des étangs met en valeur leur habileté à profiter de nouvelles ressources, même si les archives seigneuriales ne disent probablement pas tout sur les tenants et aboutissants de ces affaires. Pour autant, les contacts avec les acquéreurs reflètent aussi les liens tissés dans ces occasions avec le milieu urbain.

4. LE DRAINAGE DES ÉTANGS ET DE L’ARGENT DES BOURGEOIS

22Si les seigneurs ruraux peuvent réaliser la plupart des drainages euxmêmes, il n’en va pas de même pour les plus grandes dépressions. Il est en effet remarquable que, dans ce cas, les futures terres soient attribuées à des concessionnaires chargés de réaliser les travaux à leurs frais. C’est aussi bien le cas à Montady, à l’Étang salé d’Ouveillan qu’à Marseillette (annexe 5). La seule exception est l’étang de Taraillan à Fleury, probablement parce qu’Amalric de Narbonne, fils de vicomte, est assez fortuné pour prendre à sa charge l’assèchement. Le processus de délégation des travaux, avec les dépenses afférentes, implique que les entrepreneurs aient quelque aisance puisqu’il leur faut à la fois effectuer cet investissement et acquitter les droits d’entrée des terrains achetés. Les étangs de Montady et de Fleury permettent de mener une enquête sur l’identité des acquéreurs des parts d’étang.

  • 41 « Les initiateurs de ce drainage appartiennent donc à deux horizons un peu différents : les uns à (...)

23L’enquête sur Montady ne fait en réalité que prolonger le travail de M. Bourin qui a mis en valeur la double origine aristocratique et urbaine des « comparsionniers » de l’opération41. Sept noms apparaissent en 1247-1248 (pièce justificative no 1). Lorsque le viguier de l’archevêque de Narbonne donne son accord pour la construction de l’aqueduc en 1247, il s’adresse à Guillelmo Raimundi, domino castri de Colomberiis, Hermengando de Podio, Berengario de Alzona, Bernardo Scoti, portionariis stagni de Colomberiis et de Montadino et omnibus aliis comportionariis vestris praesentibus et futuris. L’année suivante, l’archevêque lui-même confirme la convention, en présence de Guillelmo Burgensi et Guillelmo Petro Salvatori recipientibus hoc pro vobis et aliis comportionariis vestris supradicti stagni de Colombariis et de Montadino praesentibus et futuris. Quelle est l’identité des interlocuteurs successifs ?

  • Guilhem Raimond est le seigneur de Colombiers, grand assécheur d’étangs comme il a été vu. Là, il intervient comme acquéreur des terres nouvelles, non comme seigneur ;
  • Ermengaud de Podio gravite dans l’entourage des consuls de Béziers. Cité à plusieurs reprises entre 1241 et 1257, souvent comme témoin, il est juriste (jurisperitus) et conseiller (consilarius) des consuls42. En 1260, il arbitre d’importants litiges juridiques entre l’évêque et l’universitas d’Agde43 ;
  • Bérenger de Alzona fait partie d’une famille comptant au XIIIe siècle un notaire et un jurisperitus à Béziers. Son frère, Arnaud de Alzona, est consul biterrois en 1268. Lui-même est conseiller du consulat en même temps qu’Ermengaud de Podio et viguier de l’évêque de Béziers en 1262. Il possède un atelier (operatorium) en ville44 ;
  • Bernard Escoti est à la fois un acquéreur et le notaire rédacteur de la charte de 1247. Il appartient à une famille de notaires publics biterrois dont trois membres sont connus au xiiie siècle. L’un d’eux, Guiraud, fils de Bernard, est le rédacteur de l’expédition de la charte de 1247 par laquelle le document est conservé depuis au moins le xviie siècle. Il a une part des revenus du setier de Béziers évaluée à cent marcs45 ;
  • cité en 1248, Guilhem Burgensi habite Béziers, à côté de son frère Pierre qui a plusieurs ateliers (operatorii)46. Expulsé de son « manse » de Béziers par le sénéchal du roi, il doit le racheter cent livres47 ;
  • enfin, Guilhem Salvatori est qualifié en 1250 avec Bérenger de Alzona de civis bitterrensis et de fidelis burgensis du roi48. Il faut probablement l’identifier au « Guillaume Salvayre » qui possède une part de l’étang de Fontenay du seigneur de Colombiers49.
  • 50 Sur la mention d’Aimeric Bofat et de son parent Bernard Bofat dans l’entourage des Trencavel à par (...)
  • 51 Comme nous l’a suggéré H. Débax.
  • 52 Doat, 62, 209r (1230).
  • 53 A. D. Hérault, 1 J 704 (1339).
  • 54 L.-J. Thézan-Saint-Geniez, Fonds Thézan aux archives du château de l’Hermitage, Montpellier, 1938, (...)

24Cette courte étude prosopographique est éclairante : les seigneurs de Colombiers et de Montady ont confié l’assèchement du grand étang aux notables de la toute proche (7 km) ville de Béziers. Des notables très influents, puisqu’ils gravitent dans le milieu consulaire, des notables juristes, puisque l’un est notaire et un autre jurisperitus, des notables riches enfin d’après leurs revenus et les dépenses qu’ils effectuent. L’interpénétration entre le milieu bourgeois et celui des nobles des proches campagnes est très grande. Le cas des seigneurs de Colombiers et de Montady est manifeste à ce titre, et pas seulement pour l’opération initiée en 1247-1248. Lorsque Guilhem Raimond de Colombiers projette de faire assécher le petit étang de Poussan en 1234, il est associé en tant que seigneur de l’étang à Aimeric Bofat. Celui-ci est témoin de plusieurs chartes de Raimond Roger Trencavel relatives au Biterrois et à la région de Pézenas. Il est même témoin de la cession par Bernard Aton, vicomte de Nîmes et d’Agde, de tous ses biens et droits à Simon de Montfort en 121450. Est-ce un chevalier urbain ?51 Il est en tout cas possessionné en ville et son probable parent Guilhem Pierre Bofat tient des operatoria qui sont à côté de ceux de Bérenger de Alzona52. Au début du xive siècle, des Bofat, détenteurs des terres proches de l’ancien étang, à Bayssan, sont alliés par mariage à l’aristocratie locale et l’un d’eux est qualifié de dominus Guillelmus Boffati legum doctor Biterris53. Un autre signe manifeste des liens tissés entre bourgeois et nobles apparaît à l’occasion de la promesse de mariage entre Imbert de Montady et Fize de Boussagues en 125754. Parmi les cautions d’Imbert figurent Bérenger et Arnaud de Alzona, et parmi les témoins, Ermengaud de Podio : les partenaires de 1247 sont de nouveau ensemble, et de nouveau à travers des relations d’argent qui prouvent le rôle important de la ville dans les affaires de l’aristocratie locale.

  • 55 La mesure est prise à partir des plans actuels, car la portion concédée est parfaitement identifia (...)
  • 56 Comme à Montady, les liens sont manifestes. Pierre Grossi est témoin en 1280 de l’acte établissant (...)
  • 57 Bérenger est consul de Cité à Narbonne en 1278 (G. Mouynès, Inventaire des archives communales ant (...)
  • 58 A. N., T 166, 37, liasse 45, copie de 1619.
  • 59 A. N., T 166, 40, liasse 50, copie du xviie siècle. Par le jeu d’un legs testamentaire et d’une ve (...)

25De tels liens associent seigneurs et acquéreurs à Fleury, polarisés cette fois par la ville de Narbonne. Certes, Amalric, le seigneur de Pérignan, assèche l’étang de Taraillan à ses frais et se passe ainsi d’intermédiaires. C’est le choix des tenanciers qui est intéressant. Il se réserve une part importante, mais une grande parcelle de 140 séterées, soit environ 31 ha55, est baillée. Pierre Grossi, qui la reçoit en acapte en 1281 comme il a été vu, est un marchand de Narbonne, mercator civis narbonensis56. Lorsqu’en 1286, Amalric réacense la parcelle, il s’adresse à deux frères, Bérenger et Bernard Raymbaudi, marchands, mais aussi ancien et futur consuls57, et à un pareur, Guilhem Pagesi, tous de Narbonne. Une nouvelle vente en 1325 de ce qui est désormais la bastide de Taraillan est effectuée au profit d’un autre pareur de Narbonne, Pierre de Cruscadis58. Si l’intérêt des marchands narbonnais pour des terres situées à moins de 10 km est symétrique de celui unissant Montady et Béziers, il faut remarquer que les Biterrois s’implantent aussi durablement à Taraillan. Et ce ne sont pas des inconnus, puisqu’il s’agit, par exemple, de Guilhem Bofat, le légiste cité plus haut, qui acquiert en 1343 plusieurs tenures dans la partie concédée aux habitants de Pérignan59.

  • 60 À Ouveillan, une analyse de l’inventaire de la mense abbatiale de Fontfroide dit que la concession (...)
  • 61 Les délégués des concessionnaires se nomment Pontius Siguerii et Amalricus de Cavanac. Une premièr (...)
  • 62 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais 1300-1789, Presses Universit (...)
  • 63 Les bastides, présentant le double caractère de maison forte et de centre domanial, sont signalées (...)
  • 64 Le texte de 1321 dit 20 sous par acquéreur, mais des contrats ultérieurs font systématiquement l’é (...)
  • 65 C’est le rendement le plus élevé calculé par M. Bourin, avec prudence, pour le milieu du xiiie siè (...)
  • 66 Pierre de Cruscadis achète en 1325 ce qui est désormais la bastide de Taraillan (bastida stagni de (...)
  • 67 De même, en Roussillon, les parcelles mises en valeur dans les étangs asséchés ou près de fossés d (...)

26La recherche devrait être aussi réalisée pour les acquéreurs de l’Étang salé d’Ouveillan60 et de celui de Marseillette. Dans le second cas, le milieu consulaire et des artisans-commerçants, carcassonnais cette fois-ci, paraît aussi présent61. L’assèchement des étangs est un moyen, parmi d’autres, de sceller l’alliance et de dire la proximité des seigneurs ruraux et des riches notables urbains. Ces derniers estiment visiblement qu’il s’agit d’un bon placement. Étudiant le compoix narbonnais de 1407, Gilbert Larguier n’y rencontre que deux bastides et en conclut que le « grand domaine foncier [détenu par des citadins] est totalement étranger au terroir narbonnais du xive siècle62 ». La bastide de Taraillan, citée dès 1324, serait ainsi le signe précoce d’un comportement, moins rare qu’il ne semble, marquant chez les citadins aisés le passage de l’acquisition de parcelles à la formation d’un grand domaine rural dont il faut probablement trouver les prémices dès les premières décennies du xiiie siècle63. Quant aux seigneurs fonciers, ils en retirent des ressources nouvelles sous forme de droits d’entrée et de rentes foncières, sans oublier les portions de terres qu’ils conservent personnellement. Quelques chiffres permettent de se rendre compte des revenus attendus par les seigneurs (annexe 7). L’exemple de Fleury paraît le plus significatif. Pour acquérir les terres de l’étang de Taraillan, les marchands narbonnais acquittent de lourds droits d’entrée pour leurs 140 séterées, mais le cens, une paire de gants blancs, est récognitif et symbolique. Pour les Pérignanais, le droit d’entrée est plus faible, mais ce n’est qu’une illusion d’optique. Le droit de 20 sous est dû pour une séterée64. C’est en fait plus que pour le bail de 1281, équivalant à 0,7 livre par séterée. Bien qu’élevé, il est très inférieur au ratio de 1286 : 3,9 livres par séterée qu’il faut plutôt prendre comme référence puisqu’il est établi lorsque l’étang n’est plus en eau. Quant au cens, une émine de froment, une autre d’orge, complété par un quintal de paille mélangée par séterée, il n’a rien de récognitif et suppose des rendements élevés, bien supérieurs à trois pour un65. Le plus spectaculaire est la hausse du droit d’entrée pour les 140 séterées entre 1281 et 1286 : de 100 à 555 livres ! En fait, Amalric fait payer le changement de situation. En 1281, l’étang est en eau, en 1286, il est asséché. La bonification, effectuée sur ses deniers, justifie certainement cette hausse qui permet de comprendre l’usage du droit de prélation par le seigneur de Pérignan à la mort de Pierre Grossi66… Cette lourde fiscalité seigneuriale pratiquée par Amalric de Narbonne à Pérignan-Fleury permet de toucher du doigt très concrètement l’intérêt recherché par les seigneurs dans les assèchements et les espoirs mis dans l’exploitation des nouvelles terres67.

  • 68 J.-M. Moriceau, Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation XIIe (...)
  • 69 Droits d’entrée très élevés, mainmise des bourgeois sur les périphéries rurales des villes baslang (...)

27L’examen des drainages complexes autour de 1300 a révélé la distance entre les entreprises purement rurales et autonomes des ordres religieux du xiie siècle et ces grands projets associant tous ceux qui ont un pouvoir, des droits et de l’argent au niveau local : l’Église encore, mais aussi des seigneurs fonciers – plus ruraux par leur patrimoine que par leur mode de vie – et les bourgeois des milieux marchand et consulaire des villes voisines. En fait, les grands assèchements sont devenus l’affaire du monde urbain parce qu’il est à même d’apporter les capitaux nécessaires pour investir dans les travaux et acquérir de grandes parcelles. Montady, en 1247, paraît constituer le prototype de ces associations entre détenteurs de la terre et détenteurs de l’argent pour réaliser ces grandes opérations de la fin du xiiie siècle que sont les assèchements des étangs les plus vastes. Si, dans le nord de la France, « peut-on émettre l’hypothèse d’un lien particulièrement fort entre la création – et la reconstruction – des étangs et la croissance urbaine68 », dans le Midi languedocien, il en va tout autrement : les citadins jouent aussi les premiers rôles, mais pour assécher et acquérir de nouvelles terres riches et humides69.

5. DES BLÉS AUX PÂTURAGES : FAIM DE TERRE OU SOIF DE PROFIT ?

  • 70 omne proficuum monasterium facere vobis concedimus… : Cartulaire de Valmagne, volume A, chapitre(...)
  • 71 nos Aymericus de Narbona miles, dominus de Perignano diocesis narbonensis, visa et inspecta nost (...)

28Les baux concédés par Amalric de Narbonne à Pérignan-Fleury et l’intérêt porté par de riches bourgeois ont clairement montré que la recherche du profit est l’objectif de ceux qui ont un pouvoir en matière d’assèchement. Les textes le disent crûment, qu’il s’agisse des moines de Valmagne à Tortorières en 118270 ou justement d’Aimeric de Narbonne baillant à acapte son domaine de l’étang en 132171. Proficuum, utilitas et commodum expriment le souci de gestion des différents seigneurs qui ne peut que se renforcer au contact du monde urbain. Les modalités des contrats en emphytéose témoignent des revenus importants qui peuvent être engrangés, mais aussi des objectifs qui sont assignés à la mise en valeur.

  • 72 maf , fol. 169v, no 94.
  • 73 laborare et excolere : A. D. Aude, C 1161 (Fleury, 1321) ; colere : A. N., T 166, 39, liasse 49, n(...)
  • 74 A. D. Hérault, G 598 (1247). L’analyse moderne de l’acte est en latin.
  • 75 L’échec est envisagé sans détour :… Verum tamen si contingeret dictum stagnum non posse exhauriri (...)
  • 76 Dictam autem terram coletis et fructiferam eam facietis […] in eadem terra dessicata et ab aqua (...)
  • 77 C’est la traduction généralement retenue, par exemple dans les éditions des cartulaires languedoci (...)
  • 78 Les exceptions : des vignes et la plantation d’arbres sont envisagées à Ouveillan en 1305-1306 (cf (...)

29Les textes ne développent guère les raisons des projets d’assèchement, mais les obligations imposées aux tenanciers permettent de caractériser ce à quoi doivent servir les nouvelles terres dans un contexte économique de croissance. S’agit-il vraiment de cultiver plus de céréales pour nourrir la population de plus en plus nombreuse ? Ou plutôt de tirer des revenus spéculatifs dictés par l’esprit de profit ? Par ailleurs, le choix des activités agraires n’est pas sans influence sur l’aménagement de l’espace nouvellement drainé qui peut être aussi un espace irrigué pour entretenir des pâturages. En effet, deux tendances se dégagent de la documentation : le souhait de faire des champs céréaliers et la perspective de développer les surfaces en herbe pour les troupeaux. Certes, il arrive que les recommandations seigneuriales soient très générales. Les tenanciers de Pérignan peuvent faire ce qu’ils veulent sur leurs tenures selon le bail en acapte collectif de 1321 et ceux d’Ouveillan ont aussi le champ libre puisque l’Étang salé a été divisé pour « faire champ, vigne, planter arbre, et généralement à la volonté des emphytéoses72 », encore qu’il s’agisse préférentiellement de cultures et que le champ labouré vient en premier dans la liste. La mise en culture s’impose en effet comme l’orientation préférentielle des terrains à travailler : les verbes laborare, colere ou excolere reviennent, comme l’expression ad culturam redigere, déjà analysée à propos de l’étang de Tortorières, ainsi que les équivalents dans les analyses en français moderne : « réduire » ou « mettre en culture73 ». Exceptionnellement, le vocabulaire se fait plus précis. À Montady, les seigneurs n’exigent l’usage de 10 muids d’orge que postquam in dicto stagno bladum erit74. Le lien entre l’instauration du cens et la mise en culture des céréales est intéressant et peut signifier qu’elle n’est pas forcément très proche, car le projet pouvait paraître incertain75. Dans le cas de Fleury, Pierre Grossi est tenu par Amalric de Narbonne de semer du frumentum dans les 140 séterées lorsqu’elles seront hors d’eau76. Si le terme désigne bien le froment77, c’est une indication forte de la qualité supposée des terres et des bons rendements attendus. Autrement dit, la perspective est celle d’une agriculture intensive, axée sur une céréale riche, qui tranche avec l’orge dominant. Dans le domaine strictement agricole, il faut noter l’absence presque complète des vignes, des arbres fruitiers et des oliviers dans les projets de mise en valeur78.

  • 79 aquis, herbis et pascuis dicti stagni uti, depassere et adaquare possitis libere… (pièce justifi (...)
  • 80 quod, si contingerit nos vel nostri prezentes vel posteri facere pratum vel prata in dicto stagn (...)
  • 81 L’expression utilisée entre 1288 et 1312 est « pré ou estang de Jonquieres » : A. D. Aude, H 211, (...)
  • 82 En 1300, le ramassage d’herbes (herbas) est sanctionné dans l’étang des templiers : A. D. Haute-Ga (...)
  • 83 une prairie nommée l’estang de Montady, appartenant auxdits suppliants en la plus grande partie (...)
  • 84 A. D. Hérault, G 63, fol. 115 (1521). Dénombrement au roi du chapitre Saint-Nazaire à Montady : «  (...)
  • 85 Rocque, t. IV-1, fol. 134, no 495.
  • 86 Le développement de l’élevage bovin et ovin est une tendance forte de l’économie rurale européenne (...)

30L’extension des surfaces en herbe pour les troupeaux est un objectif tout aussi essentiel. Il est plus difficile à repérer dans les projets de mise en valeur car c’est une pratique avant tout seigneuriale et qui par conséquent n’apparaît pas dans les chartes de concession aux tenanciers. L’étang de Taraillan, à Fleury, est encore une fois une source d’information privilégiée. Dans l’acensement collectif de 1321, les habitants ont le droit de faire paître leurs animaux gros et petits dans l’étang, ses eaux, ses herbes et ses pâturages79. Surtout, il leur est possible de faire un ou plusieurs prés dans leurs parcelles avec une redevance réduite80. Il ne s’agit pourtant que d’une éventualité et l’usage prévu est de faire des champs. En fait, les prés et les prairies se rencontrent surtout dans les domaines des établissements religieux au début du xive siècle, comme à Jonquières81 et à Pézenas82. Il faut attendre les décennies suivantes pour voir les prés occuper une place de plus en plus grande jusqu’au xvie siècle compris. Cette évolution est sensible au Pouget et surtout à Montady. À partir de 1332, les documents relatifs à des terres situées in stagno à Montady ne portent que sur des prés (pratum). Même si les indications restent fragmentaires, elles sont significatives : en 1498, l’étang est dénommé prairie83, en 1521, il est rappelé que l’étang fut asséché pour faire une « prairie84 » et en 1547, il est dit que l’aqueduc sert aux habitants de Montady pour écouler « l’eau de leur prade85 ». L’étang de Montady est donc vraisemblablement du xive au xvie siècle majoritairement occupé par des prés. Il est regrettable qu’aucun document antérieur à 1332 ne permette de savoir s’il s’agit d’une reconversion puisqu’en 1247 il était prévu de faire des céréales ou si la prédominance des prairies a été très rapide. Il est possible d’envisager un double processus. La fréquence et la violence des pluies du xive siècle a pu, là comme ailleurs, favoriser l’inondation répétée de la cuvette, d’autant que la galerie souterraine d’évacuation semble avoir toujours eu du mal à absorber le trop-plein en période de forte pluviométrie comme en témoignent les nombreux travaux de réfection à l’époque moderne. Ces inondations, très préjudiciables aux céréales, posent moins de problème aux prairies. Cette solution a dû paraître plus avantageuse à des propriétaires, parlant en 1498 de leurs bonnes pâtures, qui pouvaient pratiquer un élevage de gros bétail pour l’agriculture et peut-être aussi à destination du marché urbain biterrois86.

  • 87 La conjoncture autour de 1300 dans les pays de Méditerranée occidentale fait l’objet d’un programm (...)
  • 88 En 1338, les trois parcelles des hospitaliers in stagno sont des champs : A. D. Bouches-du-Rhône, (...)
  • 89 En tout cas dans la partie concédée aux habitants du village. Les reconnaissances des xive et xve  (...)
  • 90 En 1304, un mandement royal demande au sénéchal de Carcassonne d’autoriser l’exportation du vin po (...)

31Les étangs asséchés au xiiie siècle correspondent bien à cette faim de terre souvent décrite. Est-ce la traduction méditerranéenne de la classique analyse malthusienne développée par Michael Postan et Georges Duby, celle d’une crise des années 1300 engendrée par la difficile réponse à la forte croissance démographique87 ? La réponse est probablement plus complexe. Parmi les derniers espaces non agraires de la plaine languedocienne, les étangs font les frais d’une politique des élites rurales et urbaines qui vise à satisfaire les besoins en grains et la recherche de nouveaux profits. Progressivement, à partir du xive siècle, les conditions économiques et climatiques ont poussé à la reconversion de certains étangs vers un élevage en prairie sur le modèle de certains domaines ecclésiastiques. Cette évolution ne doit pourtant pas être systématisée. D’autres étangs continuent à être principalement labourés comme Preissan à Ouveillan88 et Taraillan à Fleury89. Il n’y a pas de modèle agricole strict des étangs asséchés : si la présence croissante de l’eau favorise le développement des herbages, le choix des exploitants est parfois de maintenir l’exploitation céréalière, malgré les contraintes. Les données du début du xive siècle font état d’une production en blés déficitaire et d’une hausse des prix très forte qui ne peuvent qu’inciter à l’extension des surfaces cultivées90. Il reste qu’exploitants, possesseurs, seigneurs et communautés villageoises agissent en fonction d’intérêts parfois contradictoires.

6. LES COMMUNAUTÉS RURALES, DU SOUTIEN AU CONFLIT

  • 91 Sur les communautés du sud de la France, leur genèse et l’étude de leurs droits : Les communautés (...)
  • 92 M. Bourin, « Historiographie des communautés de la France méridionale », communication au colloque (...)
  • 93 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16.

32L’image des communautés villageoises défendant leurs droits d’usage collectifs contre les « étrangers » des autres communautés ou les seigneurs d’Église ou laïcs réduisant leurs terroirs en « défens » trouve-t-elle son reflet dans une résistance à la disparition des étangs, domaine de ressources vivrières utiles à tous91 ? L’attitude des communautés rurales apparaît peu dans les sources : c’est l’un des problèmes de la documentation relative aux étangs dont il faut rappeler qu’ils font partie du domaine seigneurial propre. À bien regarder, les droits des communautés dans les étangs domaniaux de plaine en eau sont mal connus et n’apparaissent que de manière accidentelle, dans le cadre du délit de braconnage à Marseillette, par exemple. Plus marquant encore, aucun texte d’origine seigneuriale ou villageoise n’évoque de conflit lié directement à l’assèchement ou à la disparition de coutumes revendiquées. Le degré de structuration des communautés peut jouer sur leur capacité de réaction. Toutes n’ont pas de syndicats ou de consulats pour gérer les affaires communes, comme Montady doté d’un syndicat seulement en 1318. Par ailleurs, la gestion collective de l’eau apparaît peu dans la vie des communautés languedociennes du xiiie siècle92. Pourtant, même lorsque les administrations communales existent au moment de l’assèchement, l’attitude des habitants paraît plutôt à l’unisson des actions seigneuriales et des nouveaux possesseurs. À Ouveillan comme à Pérignan-Fleury, les habitants paraissent profiter des parts de l’étang asséché sans réserve particulière. En 1324, les syndics de la communauté de Marmorières passent un accord avec leur seigneur pour avoir le droit de construire un abreuvoir dans l’étang de Taraillan dont il possède la partie la plus méridionale93. Eux aussi paraissent bien s’accommoder de la nouvelle situation.

  • 94 A. D. Bouches-du-Rhône, B 1069, fol. 227v-228.
  • 95 … exceptis eis omnibus quod ipse dominus Hugo dedit in acaptum cum instrumento habitatoribus Trenc (...)
  • 96 A. D. Bouches-du-Rhône, 3 G 20, fol. 131-132.
  • 97 A. D. Bouches-du-Rhône, B 507.
  • 98 D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de (...)

33Dans la Provence voisine, plusieurs documents font état d’une attitude des populations villageoises encore plus volontariste. En 1224, Hugues des Baux confirme la donation d’un marécage appelé Boca lacosa proche d’Arles, donation faite par ses prédécesseurs à plusieurs particuliers à condition qu’ils l’assèchent94. La précocité de ce contrat d’assèchement est remarquable, mais s’il est impossible de connaître le statut des acquéreurs, le seigneur des Baux précise néanmoins que l’accord excepte ce qu’il a déjà donné en acapte aux habitants de Trinquetaille95. Plus tard, en 1262, dans un arbitrage déjà mentionné entre le seigneur des Baux et l’archevêque d’Arles, les habitants de Vaquières (homines de Vacqueriis habitantes et habitaturi), près du marais des Baux, sont autorisés à assécher dans le territoire de l’archevêque96. Le document le plus expressif porte sur l’assèchement du marécage de Saint-Rémy-de-Provence en 1336. L’université a reçu du comte de Provence le marécage situé à l’est du village pour qu’il soit asséché et partagé entre les habitants. C’est l’université qui prend en charge la gestion de l’entreprise avec les commissaires délégués par le comte à cet effet. Elle nomme des procureurs spéciaux et la division s’effectue de concert et en présence des habitants qui obtiennent des parcelles97. Les documents provençaux concernent des marécages plus que des étangs, mais la contribution des populations, organisées ou non, est manifeste et paraît même très active dans le processus d’assèchement. De même, à proximité de Saint-Gilles, les espaces palustres du Petit Rhône sont autant l’affaire des bourgeois et des paysans que des seigneurs dès le milieu du xiie siècle. Les premiers possèdent en commun le marais de la Fosse, alors que les seconds obtiennent dans les baux à acapte des clauses d’agrandissement des terres à la suite d’assèchement ou de développement du réseau fossoyé98.

  • 99 Les Archives municipales de Pézenas conservent de nombreuses pièces relatives au conflit entre les (...)
  • 100 Un conflit de dépaissance similaire à celui de Pézenas est mentionné dans l’étang narbonnais de Jo (...)
  • 101 En 1317-1318, Aimeric, seigneur de Pérignan, impose une amende de 60 sous et un denier tournois à (...)
  • 102 La plainte des propriétaires de l’étang de Montady de 1498 est due, selon eux, aux habitants river (...)
  • 103 À titre de comparaison, les dossiers rassemblés par E. Grélois sur la Grande Limagne, autour de Cl (...)

34Si les documents languedociens ne se révèlent pas aussi nets, ils vont néanmoins dans le même sens. Pourtant, des conflits existent autour des étangs, mais ils portent, non sur l’opportunité d’en faire des terroirs cultivables, mais sur les droits d’usage ultérieurs. C’est à Pézenas que l’antagonisme est marqué entre le consulat de la ville et les hospitaliers du domaine de l’Étang. Il porte sur les droits de ban (les tales ou perception des amendes), de justice, de chasse, de dépaissance et de circulation à l’intérieur du domaine99. Le conflit est tout à fait caractéristique de ceux qui voient s’affronter les communautés rurales et les établissements religieux pour la jouissance d’espaces convoités au sein du finage à partir du xiiie siècle et qui se perpétuent souvent pendant plusieurs siècles. Ces anciens étangs devenus des réserves seigneuriales ne peuvent qu’attirer les éleveurs à la recherche d’espaces de pâturage et les agriculteurs jalousant la mise à l’écart de bonnes terres100. À Pérignan, grâce au bail collectif déjà évoqué, les tenanciers obtiennent en 1321 le droit de cultiver et d’amener librement leurs troupeaux paître dans l’étang après en avoir convoité les terres seigneuriales101. Les temps ont changé depuis la fin du xiie siècle : sans interlocuteur représentatif face à eux, les établissements religieux ont pu constituer aisément des domaines qu’il leur est plus difficile de défendre face aux revendications villageoises cent ans plus tard. Les concessions en tenures faites alors prennent en compte ce changement de contexte social, même si les conflits ne peuvent être tous évités102. S’il faut se garder de tirer des conclusions hâtives en l’absence fréquente d’archives villageoises, il ne faudrait pas pour autant masquer que les documents existants montrent surtout les villageois tirant parti de nouvelles terres plutôt que défendant les ressources – supposées – des espaces palustres103. En fait, la mise en valeur des nouvelles terres prises sur les étangs est une opportunité pour les communautés rurales de capter une fraction de l’espace seigneurial. Pour autant, le terme de « villageois » est probablement trop global et dissimule une hétérogénéité sociale qui fait que ceux qui peuvent tirer profit des terres nouvelles ne sont probablement pas ceux qui ont le plus besoin des ressources des zones humides et dont la parole est nettement moins audible dans les chartes, seigneuriales ou communautaires.

***

  • 104 M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t.  (...)

35Le Moyen Âge central, du xiie au début du xive siècle, est l’une des principales phases pendant lesquelles la réduction des zones humides a été sensible et n’est pas loin de faire jeu égal en Languedoc avec les grandes opérations des xviie-xixe siècles, même si quelques échecs tempèrent cette évolution et marquent les limites des possibilités de la société médiévale. Il reste que, si les tentatives à Marseillette et à l’Étang salé d’Ouveillan échouent, comme d’autres plus tardives échouèrent aussi, Pézenas, Montady, Fleury, pour ne citer que les dépressions les plus importantes, furent transformées en terres de culture céréalière ou en prairie. Bien sûr, il s’agit d’entreprises plus modestes en étendue que le drainage des marécages littoraux poitevins, flamands, hollandais ou anglais contemporains. Alors que les Languedociens conservent les lagunes méditerranéennes, la transformation des étangs de l’intérieur marque leur volonté d’acquérir des terres nouvelles, de bonne qualité, permettant par conséquent d’améliorer localement les revenus et les ressources des seigneurs, des nouveaux concessionnaires et des exploitants. Il est impossible de savoir s’il y eut une phase « paysanne » des assèchements, comme il y en eut pour les marécages littoraux des autres régions. Si les petites pièces d’eau – les estagnols – sont laissées de côté, ce n’est en fait guère envisageable puisque l’étang est une possession seigneuriale, voire la possession seigneuriale par excellence. Initiée par les moines cisterciens et les ordres religieux-militaires, reprise par les seigneurs laïcs, la réduction des dépressions fermées humides est en fait un des révélateurs des connexions entre le monde rural et le monde urbain. La présence des élites bourgeoises aux côtés des nobles et des moines est due à leurs capacités d’investissement pour les opérations les plus lourdes, mais aussi à leur espoir d’un retour sur investissement grâce à la productivité des terres fertiles. Enfin, les assèchements, toujours conduits dans un cadre formellement seigneurial, témoignent du dynamisme de ce dernier au tournant des XIIIe et xive siècles. Les seigneurs ne sont en effet pas des témoins passifs d’aménagements qu’ils se contenteraient d’autoriser et dont ils attendraient les redevances. Certains s’engagent et font la preuve de leurs disponibilités : Amalric de Narbonne finance apparemment seul l’assèchement de Taraillan, Guilhem Raimond de Colombiers s’engage avec les bourgeois biterrois dans l’assèchement du grand étang de Montady et dans la construction de sa galerie souterraine. D’autres furent peut-être beaucoup plus passifs, effectivement. En tout cas, il est certain que, dans un premier temps, les revenus fiscaux et agraires ont permis de consolider les budgets de quelques seigneurs et de contribuer à cette bonne santé des seigneuries languedociennes qui semble être la caractéristique des décennies autour de l’année 1300104. Projet des élites rurales et urbaines, support de l’extension des champs et des prés et source de revenus supplémentaires, l’étang asséché est aussi le fruit d’un aménagement particulier de l’espace humide fondé sur l’efficacité du drainage.

Notes

1 Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan, rédigées en 1782 par le recteur Amadou, G. Larguier (éd.), suivi de Un millénaire d’histoire ouveillanaise, Lézignan, 1977, 270 p., sur les étangs et leur assèchement : p. 166-173.

2 Comme pour l’étang de la Voûte, à Puisserguier. Il est en eau en 1230 lorsque Pons de Vias et sa mère Bérengère, seigneurs de Puisserguier, rappellent la redevance de 20 anguilles qu’ils doivent chaque année à l’évêque de Béziers : Doat 62, fol. 91. L’assèchement n’est pas renseigné, mais le compoix de Puisserguier de 1460 localise des biens al selcle de lestang de mossenhor : A. D. Hérault, 13 H 134, fol. 3v et 18. La mention du « cercle de l’étang » est une indication généralement fiable du drainage complet, le cercle marquant la limite entre l’ancien étang et les terres environnantes.

3 La vallée des Baux, les étangs de Saint-Blaise et celui de Clausonne révèlent l’importance des drainages antiques de dépressions. En Languedoc central, à Puisserguier, des petites dépressions ont été drainées dans l’Antiquité : R. Arthuis, Géomorphologie appliquée à l’étude des sites archéologiques de la région de Puisserguier…

4 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3. Copie de 1619. Cf. pièce justificative no 2.

5 Idem, no 4. Copie de 1619.

6 Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 15-19. A. Durand reprend cette périodisation : Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 294.

7 si stagnum dictum volueritis irrigare aut desicare liceat vobis… : Doat, 58, fol. 144-145v. M. Bourin a aussi souligné ces dispositions.

8 Il ne faut pourtant pas exclure que l’assèchement envisagé soit uniquement temporaire. Mais ceux qui sont aujourd’hui considérés définitifs ont-ils été considérés comme tels lorsqu’ils furent exécutés ?…

9 Bages et Bajoles (1182-1211), Caraig à Ponteilla (1183-1187), Sabadell à Nyls (1184-1200) : S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »… ; C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 386-391.

10 À cette date, la directe du roi sur les « propriétaires » de l’étang est l’objet d’une transaction : Ducarouge, fol. 295, no 59. Par contre, en 1385, les reconnaissances de l’œuvre d’Ouveillan indiquent qu’une parcelle confronte cum ripagio stagni salsi dicti loci. Le choix du terme de ripagium, et non de circulus, laisse entendre que l’eau occupe de nouveau la cuvette. A. M. Ouveillan, GG 25.

11 maf, fol. 169v, no 94.

12 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »…, p. 274-277 ; C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 389.

13 A. D. Aude, 11 C 50.

14 maf, fol. 178v, no 31.

15 A. D. Bouches-du-Rhône, 56 H 2118.

16 S’y ajoute un seul habitant qui paraît extérieur, originaire de Cessenon (vallée de l’Orb, à une trentaine de kilomètres de Fleury). A. D. Aude, C 1161 (copie de 1683). L’importance de ce texte pour la gestion des espaces humides nous a conduit à l’éditer intégralement : pièce justificative no 3.

17 Rocque, III, fol. 12-v, no 33.

18 Dans les documents, les communautés ne sont pas représentées en tant que telles à travers leurs organes représentatifs, mais l’origine unique des censitaires laisse envisager un accord préalable avec leurs représentants.

19 Le terme de portionarii exprime bien l’idée du partage d’un ensemble (l’étang asséché) entre plusieurs tenanciers. Il évoque les sociétés de pariage des moulins de Toulouse étudiées par G. Sicard : Aux origines des sociétés anonymes. Les moulins de Toulouse au Moyen Âge, A. Colin, Paris, 1953, 408 p. Les associés y sont qualifiés de parierii, porcionnarii ou parçonniers à partir de la seconde moitié du xiie siècle. Pour autant, les « portionnaires » des étangs ne paraissent associés que de manière conjoncturelle, pour réaliser les travaux initiaux de drainage ou effectuer des réparations (mentions à l’époque moderne), ou pour acquitter les redevances seigneuriales fixées pour l’ensemble de la superficie drainée. Aucun syndicat d’exploitation et d’entretien ne semble mis sur pied avant les ASA du xixe siècle. Aucune société structurée, à plus forte raison, n’existe sur le modèle des moulins toulousains, avec une personnalité morale et des parts (les uchaux) tenues en indivision, cessibles et dont le cours varie en fonction de la conjoncture. La différence est aussi manifeste avec les associations d’irrigation de la plaine padane décrites par F. Menant : Campagnes lombardes au Moyen Âge…, p. 193-197.

20 Ducarouge, fol. 294v-295, no 54.

21 En comptant Adhémar et Ermessende, sa mère et tutrice, pour une seule part.

22 En comptant les deux fratries pour deux parts.

23 Ce décalage entre le schéma fiscal et la réalité du parcellaire se fait selon les mêmes modalités que pour l’attribution des parcelles à bâtir de certaines bastides contemporaines de l’exemple d’Ouveillan : B. Cursente, « La bastide de Barran, un quart de siècle après sa fondation », Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Gers, t. XCIX, 4, 1998, p. 500-511.

24 Ouveillan : maf , fol. 169, no 93 et Ducarouge, fol. 295, no 55 ; Jonquières (Narbonne) : A. D. Aude, H 211, fol. 56 ; Montady : A. M. Capestang, AA 2 (manquant), éd. : Ginièis (abbé), « Notice sur l’étang de Montady », Bulletin de la Société Archéologique de Béziers, 1858, 2e série, t. I. p. 3-17 ; principaux extraits dans : M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 348-349. Le caractère exceptionnel du texte de Montady nous a paru justifier une nouvelle édition in extenso à partir d’une autre copie moderne jusqu’à présent inutilisée (pièce justificative no 1).

25 si aliquis possessor vel dominus praediorum contradiceret in aliquo vel praestaret impedimentum in predicta balma, crossis, vallibus et fossatis faciendis molendinis et nollet vendere possessiones vel honores ad opus balmae et crossorum et vallium ad usum aquae ducendae et molendinorum praedictorum, dominus archiepiscopus et sui debent et tenentur distringere et distringent et compellent justo pretio aestimando ad cognitionem ipsius domini archiepiscopi vel illorum quos ipse destinavit vendere… (texte complet : pièce justificative no 1).

26 Verum tamen si quis vestrum in iam dicto stagno de caetero aliquid lucraretur, sit illud commune inter vos deditis comunibus expensis et si stagnum dictum volueritis irrigare aut desicare liceat vobis, et id facitere comunibus expensis vestris… : Doat, 58, fol. 144-145v.

27 quod, statim predicto stagno dessicato et aqua inde ejecta penitus sumptu nostro proprio… (pièce justificative no 2).

28 nos deberemus dare et solvere per dictum dominum Amalricum vel per suos sive in pecunia sive in aliis ad instructionem seu conservationem trauquatae et ad curandum dictam trauquatam et in omnibus expensis necessariis et utilibus trauquatae et totius stagni praedicti… : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 4 (copie de 1619).

29 Il est par conséquent tout à fait possible de reprendre les propos de S. Caucanas sur l’irrigation roussillonnaise dont la décision revient « aux propriétaires des domaines fonciers, tout aussi bien aux petits alleutiers qu’aux riches maîtres du sol » : S. Caucanas, Moulins et irrigations en Roussillon du ixe au xve siècle, CNRS, Paris, 1995, 421 p., p. 31. C’est l’observation que font aussi A. Durand et P. Leveau en la citant : « Farming in mediterranean France and rural settlement in the late roman and early medieval periods… », p. 236.

30 Ainsi, les lacunes textuelles font qu’il est difficile de prendre en compte les assèchements des étangs de la Voûte, à Puisserguier, et de Montredon. La fourchette chronologique est trop large pour le premier ; pour le second, la nature du drainage évoqué est incertaine : premiere tentative ou travaux d’entretien ? L’abbaye de Fontfroide reçoit les droits sur l’étang de Montredon par une série de transactions entre 1187 et 1206 : l’assèchement a pu avoir lieu peu après. Mais en 1460, le creusement d’un canal mayral (un grand fossé) est prévu par Fontfroide, les seigneurs et les syndics de Montredon « pour tenir l’eau qui descend dans l’étang et terroir dudit Montredon et qui vient devers le rec de St-Antoine et de Ste Croix. » : A. D. Aude, H 211, fol. 51.

31 Autour du Petit Rhône, en Camargue, les actes des hospitaliers présentent une situation plus nuancée pour cette époque, dans un cadre palustre il est vrai. Si la commanderie de Saint-Gilles colonise les espaces aquatiques par le biais de tenanciers, son patrimoine provient souvent de petits alleutiers qui ont déjà aménagé les parcelles cédées : les religieux prolongent et renforcent une dynamique qu’ils n’ont pas vraiment impulsée. D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) »…

32 . Rocque, t. IV-1, fol. 115, no 475.

33 . Ducarouge, fol. 271-v, no 4 (1234).

34 . A. D. Hérault, G 598 (analyse moderne).

35 . Ducarouge, fol. 271v-272, no 7 et 8. L’analyse indique uniquement « le seigneur de Colombiers et son fils Raimond » ; c’est ce dernier qui est probablement évoqué dans l’acte suivant en 1260.

36 A. D. Hérault, G 598 (analyse moderne).

37 . A. D. Aude, C 1161 (copie de 1686).

38 . A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3 (1281) : pièce justificative no 2. Une troisième partie de l’étang, beaucoup plus réduite, est détenue par le châtelain (caslanus) de Marmorières, au nom du seigneur de Pérignan-Fleury : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16 (1324).

39 . Idem, no 4 (1286).

40 . Pièce justificative no 3.

41 « Les initiateurs de ce drainage appartiennent donc à deux horizons un peu différents : les uns à cette partie sage de l’aristocratie narbonnaise qui, prudemment, a peu participé aux rébellions contre le roi de France ; les autres à la bourgeoisie biterroise. » : Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 18-19.

42 . Jurisperitus : Doat, 48, fol. 80 (1251) ; consilarius : Doat, 60, fol. 20 (1256).

43 .

44 A. Castaldo, Le consulat médiéval d’Agde (xiiie - xive siècles), Picard, Paris, 1974, 633 p., p. 112 et 116.. Consilarius : Doat, 60, 20r (1256) ; viguier : Doat, 60, 30r ; atelier : Doat, 62, 209r (1230).

45 . M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 18. Le setier est un droit seigneurial de pesage sur les céréales et la farine.

46 . Doat, 62, fol. 178 (1250).

47 . M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 18.

48 . Doat, 60, fol. 13.

49 . Ducarouge, fol. 271v-272, no 7 et 8 (1250 et 1253).

50 Sur la mention d’Aimeric Bofat et de son parent Bernard Bofat dans l’entourage des Trencavel à partir de 1164 : Cartulaire des Trencavel (Société archéologique de Montpellier, Ms 10 ; A. D. Hérault, 1 M 6 : microfilm ; A. D. Aude, 3 J 555 : photographies), actes no 417, 418, 568, 569, 570, 610, 615. Cette dernière cote est l’acte de 1214, édité : HGL, t. VIII, c. 651. Je remercie vivement Hélène Débax de m’avoir communiqué ces références.

51 Comme nous l’a suggéré H. Débax.

52 Doat, 62, 209r (1230).

53 A. D. Hérault, 1 J 704 (1339).

54 L.-J. Thézan-Saint-Geniez, Fonds Thézan aux archives du château de l’Hermitage, Montpellier, 1938, 325 p., p. 186-187 : Fonds Montady-Le Puech-Corneillan, liasse I, no 3. L’acte est mentionné par M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 18.

55 La mesure est prise à partir des plans actuels, car la portion concédée est parfaitement identifiable sur les plans. La séterée vaudrait environ 22 ares si le nombre de 140 résulte d’un calcul précis ; l’une des deux en usage à Fleury à la veille de la Révolution valait 19,29 ares. J.-L. Abbé, « Les anciennes mesures de l’Aude », P. Charbonnier (dir.), Les anciennes mesures locales du Midi méditerranéen d’après les Tables de conversion, Institut d’Études du Massif Central, Clermont-Ferrand, 1994, 280 p., p. 73-106.

56 Comme à Montady, les liens sont manifestes. Pierre Grossi est témoin en 1280 de l’acte établissant un projet de mariage pour Amalric, fils homonyme du seigneur de Pérignan. Doat 38, fol. 53, d’après HGL, t. IX, p. 139, n. 4.

57 Bérenger est consul de Cité à Narbonne en 1278 (G. Mouynès, Inventaire des archives communales antérieures à 1790. Série AA, Narbonne, 1877, p. 150) et Bernard, régent du consulat en 1289 (idem, p. 355) et consul de Cité en 1307-1308 (idem, p. 31).

58 A. N., T 166, 37, liasse 45, copie de 1619.

59 A. N., T 166, 40, liasse 50, copie du xviie siècle. Par le jeu d’un legs testamentaire et d’une vente, ce domaine échoit à la ville de Béziers en 1370 : idem, no 4.

60 À Ouveillan, une analyse de l’inventaire de la mense abbatiale de Fontfroide dit que la concession est effectuée au profit de « plusieurs particuliers d’Ouveillan ». maf, fol. 169v, no 94 (1305-1306). Cf. aussi G. Larguier, Mémoires historiques sur la cure et les curés d’Ouveillan…, p. 171-172 et 186-187.

61 Les délégués des concessionnaires se nomment Pontius Siguerii et Amalricus de Cavanac. Une première recherche n’a pas permis de retrouver le second. L ‘ autre pourrait bien être un consul et pareur carcassonnais homonyme, cité en 1306 et 1316 : Mahul, t. VI, p. 11 (1306) et A. N., Q1 62* 1 - photocopie aux A. D. Aude, 3 J 2451 - (1316). Cavanac étant un village proche du cheflieu de la sénéchaussée, l’origine carcassonnaise des acquéreurs est donc vraisemblable.

62 G. Larguier, Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais 1300-1789, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1996, 3 t., 1368 p., t. 1, p. 158.

63 Les bastides, présentant le double caractère de maison forte et de centre domanial, sont signalées en Provence comme en Narbonnais dès le début du xiiie siècle. Elles sont alors surtout des fortifications seigneuriales, détenues par des nobles ou le clergé. Pourtant, les notables urbains en font déjà l’acquisition. Selon l’étude inédite de D. Ollivier sur les bastides du département de l’Aude (Habitat et domaines seigneuriaux : les bastides audoises du xiiie au xve siècle, mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1996, 2 vol., 123 p. et 46 annexes), les Narbonnais Jean et Raimond Bistan reçoivent en 1213 – ce serait la première mention dans ce département – la bastide vicomtale d’en Gaschet, près de Narbonne (Ducarouge, fol. 215, no 319). Pour cette mention, le doute lexical lié à l’analyse du xviie siècle est levé par l’existence d’autres occurrences contemporaines. Ainsi, en 1216, à Régimont, sur le versant méridional de la colline d’Ensérune, à l’ouest de Béziers, Gaucerand de Capestang tient du vicomte de Narbonne la bastida de Anseruna : É. Carou « Géographie de l’arrondissement de Béziers », Bulletin de la société archéologique scientifique et littéraire de Béziers, 2e série, t. III, 1865, p. 107-359, mentions p. 319 et 335. Malheureusement, l’auteur cite en références des « archives particulières » qui ne paraissent pas identifiées. Au xive siècle, d’après D. Ollivier (p. 31-37), le terme de bastide « se banalise » et se ruralise en Narbonnais, pouvant devenir synonyme de grange. Il s’agit donc d’un dossier particulièrement intéressant sur la genèse de l’habitat rural à la fin du Moyen Âge, soulignant les interférences progressives entre la seigneurie et le monde urbain, dossier qu’il reste à approfondir. Sur les bastides provençales, en particulier celles de la région d’Aix-en-Provence : N. Coulet, Aix-en-Provence. Espace et relations d’une capitale (milieu xive s.-milieu xve s.), Université de Provence, Aix-en-Provence, 1988, 2 vol., 1238 p., vol. 1, p. 180-206.

64 Le texte de 1321 dit 20 sous par acquéreur, mais des contrats ultérieurs font systématiquement l’équivalence entre une séterée et une livre : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 11 à 15 (1321). Est-ce le signe d’un lot de base d’une séterée par tenancier ?

65 C’est le rendement le plus élevé calculé par M. Bourin, avec prudence, pour le milieu du xiiie siècle à Caunes-Minervois, tout en soulignant que les bonnes terres alluviales sont allivrées au double des terroirs de collines (soubergues) à Pézenas : Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe- xive siècle)…, t. 2, p. 26-27 et 345, n. 62. G. Comet propose aussi des rendements de cinq à six pour un pour les bonnes terres en Provence médiévale, tout en insistant sur la fragilité des calculs : « Mesures agraires et métrologie des grains. Rendements et densités », Cahiers de Métrologie, t. 14-15, 1996-1997, p. 127-135.

66 Pierre de Cruscadis achète en 1325 ce qui est désormais la bastide de Taraillan (bastida stagni de Taralhano) avec une autre bastide proche pour 860 livres tournois.

67 De même, en Roussillon, les parcelles mises en valeur dans les étangs asséchés ou près de fossés de drainage pouvant servir à l’irrigation ont un droit d’entrée supérieur à celui des autres terres : L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux xiie et xiiie siècles…, p. 69 et 132-133.

68 J.-M. Moriceau, Terres mouvantes. Les campagnes françaises du féodalisme à la mondialisation XIIe - xixe siècle, Fayard, Paris, 2002, 445 p., p. 96. L’auteur s’appuie sur les travaux de J.-M. Derex sur la Brie.

69 Droits d’entrée très élevés, mainmise des bourgeois sur les périphéries rurales des villes baslanguedociennes, investissements des entrées dans les bonifications des zones humides littorales (à partir de l’exemple roussillonnais des templiers traité par L. Verdon), telles sont les conclusions de M. Berthe sur l’évolution du bail à acapte dans les régions méridionales et que cette étude rejoint : M. Berthe, « Le droit d’entrée dans le bail à fief et le bail à acapte du Midi de la France (xiie-xve siècle) », Fiefs et féodalité dans l’Europe méridionale (Italie, France du Midi, Péninsule ibérique) du xe au xiiie siècle, Colloque international de Conques, 6-8 juillet 1998, cnrs - Université de Toulouse-Le Mirail - umr 5136, Toulouse, 2002, collection « Méridiennes », 465 p., p. 237-278.

70 omne proficuum monasterium facere vobis concedimus… : Cartulaire de Valmagne, volume A, chapitre Vairaco, acte 21, fol. 108v-109.

71 nos Aymericus de Narbona miles, dominus de Perignano diocesis narbonensis, visa et inspecta nostra maxima utilitate et commodum manifestum in augmentum reddituum maiorum et quod magis expedit nobis et ad nostrum commodum dare ad accapitum seu in emphiteosim perpetuam quoddam stagnum nostrum quod habemus in termino de Perignano… (pièce justificative no 3).

72 maf , fol. 169v, no 94.

73 laborare et excolere : A. D. Aude, C 1161 (Fleury, 1321) ; colere : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3 et 4 (1281 et 1286) ; ad culturam redigere : Cartulaire de Valmagne, volume A, chapitre Vairaco, acte 21, fol. 108v-109 (Tortorières, 1182) ; « réduire » ou « mettre en culture » : Rocque, III, fol. 12-v, no 33 (Sigean – Sainte-Croix, 1274), maf , fol. 178v, no 31 (Ouveillan – Preissan, 1298) et 135v, no 107 (Étang salé d’Ouveillan, 1305-1306).

74 A. D. Hérault, G 598 (1247). L’analyse moderne de l’acte est en latin.

75 L’échec est envisagé sans détour :… Verum tamen si contingeret dictum stagnum non posse exhauriri vel agutari, quod Deus avertat… (pièce justificative no 1).

76 Dictam autem terram coletis et fructiferam eam facietis […] in eadem terra dessicata et ab aqua exempta possitis tu et tui libere seminare centum quadraginta cesteyratas frumenti… : A. N., T 166, 39, liasse 49, no 3 (1281, copie de 1619).

77 C’est la traduction généralement retenue, par exemple dans les éditions des cartulaires languedociens ou par A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, index, p. 480. G. Comet est plus réservé : les sens de bladum et de frumentum évoluent et fluctuent, plus ou moins larges ou restrictifs, synonymes ou non. Il s’appuie, néanmoins, plus sur des textes littéraires que sur ceux de la pratique : Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, viiie- xve siècle), École française de Rome, Rome, 1992, Collection de l’École française de Rome-165, 711 p., p. 200-217.

78 Les exceptions : des vignes et la plantation d’arbres sont envisagées à Ouveillan en 1305-1306 (cf. supra), la seconde aussi à Tortorières en 1182 : si autem […] volueritis […] arbores plantare […] vobis concedimus … : Cartulaire de Valmagne, volume A, chapitre Vairaco, acte 21, fol. 108v-109. Les oliviers ne sont jamais cités, ce qui n’est pas étonnant jusqu’au xive siècle, où ils paraissent minoritaires en Languedoc. Les jeunes vignes plantées dans les étangs asséchés semblent par contre fréquentes en Roussillon, comme à Malloles au milieu du xiiie siècle : L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux xiie et xiiie siècles…, p. 133.

79 aquis, herbis et pascuis dicti stagni uti, depassere et adaquare possitis libere… (pièce justificative no 3).

80 quod, si contingerit nos vel nostri prezentes vel posteri facere pratum vel prata in dicto stagno, quod tunc temporis nos vel nostri demus et solvemus vobis et vestris dare et solvere teneamur, pro qualibet cestariata prati sic per nos vel nostros in dicto stagno facti, videlicet unam eminam frumenti et aliam eminam ordey boni et pulcri ad dictam mensuram de Perignano quolibet anno in dicto festo sancti Justi et medium quintale palearum arationis tantum modo… En règle générale, un quintal de paille est demandé, et non un demi-quintal. La réduction est justifiée par l’absence de culture céréalière sur la parcelle, mais les émines de froment et d’orge sont toujours exigées, ce qui prouve une fois de plus qu’il faut déconnecter l’usage de la parcelle et la redevance.

81 L’expression utilisée entre 1288 et 1312 est « pré ou estang de Jonquieres » : A. D. Aude, H 211, 54r-56r.

82 En 1300, le ramassage d’herbes (herbas) est sanctionné dans l’étang des templiers : A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, 9.

83 une prairie nommée l’estang de Montady, appartenant auxdits suppliants en la plus grande partie dicelle et bonnes pâtures… : A. D. Ariège, 46 J 540, Q 9, Fonds de Thézan-Saint-Geniez.

84 A. D. Hérault, G 63, fol. 115 (1521). Dénombrement au roi du chapitre Saint-Nazaire à Montady : « Item, au terroir de Montady, il luy souloit avoir un étang plein d’eau et anciennement fut percé une montagne pour ôter et découler l’eau, et a été mis en prairie… ». Plutôt que l’étang du xiiie siècle, la description correspond certainement à ce qui est devant les yeux en 1521 et transposé dans le passé.

85 Rocque, t. IV-1, fol. 134, no 495.

86 Le développement de l’élevage bovin et ovin est une tendance forte de l’économie rurale européenne à la fin du Moyen Âge. G. Larguier l’a parfaitement décrite pour le Narbonnais en évoquant « l’âge d’or du gros bétail » : Le drap et le grain en Languedoc. Narbonne et Narbonnais 1300-1789…, t. I, p. 160-161, 298-302.

87 La conjoncture autour de 1300 dans les pays de Méditerranée occidentale fait l’objet d’un programme de recherche international qui prolonge la réflexion engagée au colloque de Montréal (octobre 2002) sur les crises de la fin du Moyen Âge : Postan-Duby. Le destin d’un paradigme historique. Un premier colloque a été consacré à la conjoncture de 1300 : Les disettes dans la conjoncture de 1300 en Méditerranée occidentale (Rome, février 2004).

88 En 1338, les trois parcelles des hospitaliers in stagno sont des champs : A. D. Bouches-du-Rhône, 56 H 2118 (reconnaissances des hospitaliers pour le membre de Capestang).

89 En tout cas dans la partie concédée aux habitants du village. Les reconnaissances des xive et xve siècles sur les terres de Guilhem Bofat, puis de l’hôpital mage de la ville de Béziers, ne font état que de séterées de terre, de pièces de terre et de champs : A.N.T 166, 40, liasses 50 (1343, 1371) et 51 (1390, 1430). Les céréales sont toujours cultivées actuellement : planche 12.

90 En 1304, un mandement royal demande au sénéchal de Carcassonne d’autoriser l’exportation du vin pour acheter du blé, dont le prix est cher, et d’autres produits alimentaires. Les prix du blé ont doublé – nominalement – entre les années 1250 et 1330 : M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 254-256. Sur la vigne et le drap, richesses essentielles du Languedoc au début du xive siècle : M. Bourin, « Cum status hodiernus cuiuscumque sit multoplus sic altior in moribus et portamentis temporibus retroactis », communication au colloque de Montréal (octobre 2002) : Postan-Duby. Le destin d’un paradigme historique, à paraître.

91 Sur les communautés du sud de la France, leur genèse et l’étude de leurs droits : Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps modernes, Flaran 4 (1982), 1984, 272 p. ; J. Drendel (dir.) La société rurale et les institutions gouvernementales au Moyen Âge… ; Urban and Rural Communities in Medieval France. Provence and Languedoc, 1000-1500, K. Reyerson, J. Drendel (dir.), Brill, Leiden, 1998, 333 p. L’ouvrage de référence est bien sûr celui de M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)… Du même auteur : « Les droits d’usage et la gestion de l’inculte en France méridionale : un terrain de comparaison « avant la Peste » », M. Bourin, S. Boissellier (dir.), L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France ( xiie- xive siècle)…, p. 193-206. Sur le cas d’Ouveillan : G. Larguier, « Un siècle de conflits en Narbonnais : Ouveillan (1250-1350) », Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, t. 38, 1976, p. 79-122.

92 M. Bourin, « Historiographie des communautés de la France méridionale », communication au colloque sur La formation des communautés d’habitants au Moyen Âge. Perspectives historiographiques, Xanten, 19-22 juin 2003, à paraître.

93 A. N., T 166, 39, liasse 49, no 16.

94 A. D. Bouches-du-Rhône, B 1069, fol. 227v-228.

95 … exceptis eis omnibus quod ipse dominus Hugo dedit in acaptum cum instrumento habitatoribus Trencatalliorum…

96 A. D. Bouches-du-Rhône, 3 G 20, fol. 131-132.

97 A. D. Bouches-du-Rhône, B 507.

98 D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) »…

99 Les Archives municipales de Pézenas conservent de nombreuses pièces relatives au conflit entre les hospitaliers et la communauté à propos du domaine de l’Étang. Dès 1280, les templiers et la communauté s’opposent sur le droit de prélever une amende pour un troupeau dépaissant la nuit dans la condamine du domaine. En 1344, un jugement royal fixe les droits de dépaissance et de ban et impose l’installation de bornes pour des parcelles au bord de l’ancien étang ; un nouvel accord est conclu en 1467 (pièce justificative no 5), en particulier sur le déplacement des troupeaux des hospitaliers et des habitants de Pézenas ; un autre en 1475 confirme le droit de ban du roi sur toute l’étendue du territoire de Pézenas et enfin, en 1477, un nouvel accord est conclu sur la dépaissance et sur l’autorisation de traverser le domaine de l’Étang pour aller à Tourbes. A. M. Pézenas, 12, 1, pièces 2 à 17 ; Rességuier 1351 à 1366. Quelques documents dans les archives de l’Hôpital : A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 3, pièce 113 (1477) et Pézenas 4, pièces 9 (1300), 10 (1300) et 12 (1334).

100 Un conflit de dépaissance similaire à celui de Pézenas est mentionné dans l’étang narbonnais de Jonquières. En 1288, un jugement sur les domaines de Fontfroide à Aussières et à Jonquières précise à propos de ce dernier domaine : « quant au pré qui est hors lesdites bornes au lieu dit Estang le monastère ne pourra pas empecher que le bétail des gens de Narbonne y entre pour depaistre depuis la Toussaincts jusqua la Purification », soit de novembre à février : A. D. Aude, H 211, fol. 54.

101 En 1317-1318, Aimeric, seigneur de Pérignan, impose une amende de 60 sous et un denier tournois à l’encontre des villageois qui oseraient entrer sur ses terres dans le territoire du castrum. Son baile, Raimundus Olivi, plus précis, dénonce devant la cour royale de Béziers ceux qui s’introduisent en cachette dans les champs seigneuriaux situés dans l’étang pour en dérober les blés :… dixit etiam se ideo quod non alium fecisse fieri praeconisationem, videllicet quod nullus, sub praedicta poena, auderet intrare in campis dicti domini Aymerici stagni de Taralhano quamdiu blada ibi erunt, pro eo quod aliqui de dicto castro, tam de die quam de nocte, clandestine intrabant dictos campos, blada furtive et clandestine inde extrahebant… A. D. Aude, C 2156 (communauté de Pérignan, extraits d’actes copiés en 1617).

102 La plainte des propriétaires de l’étang de Montady de 1498 est due, selon eux, aux habitants riverains de Capestang, Montady et autres qui font paître leur bétail dans les prés de l’étang en temps prohibé : A. D. Ariège, 46 J 540, Q 9, Fonds de Thézan-Saint-Geniez.

103 À titre de comparaison, les dossiers rassemblés par E. Grélois sur la Grande Limagne, autour de Clermont-Ferrand, mettent au contraire en valeur les conflits d’usage, comme à propos du marais de Seychalles (fin xive-fin xve siècle), entre seigneurs et communautés villageoises : E. Grélois, « Les logiques concurrentes des populations riveraines des zones humides : rivières, lacs et marais de Basse-Auvergne d’après les sources écrites (xiiie-xvie siècles) », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, 2004, p. 291-298. De même, aux xviie et xviiie siècles, les communautés languedociennes s’opposent fréquemment aux projets royaux, voire des États du Languedoc, d’assèchement des marais et font pour cela cause commune avec les seigneurs fonciers, comme l’ordre de Malte. Tel est le cas pour les entreprises concernant les marécages entre Beaucaire et Aigues-Mortes : G. Gangneux, « L’ordre de Malte et le dessèchement des marais en Bas-Languedoc dans la seconde moitié du xviiie siècle », Les zones palustres et le littoral méditerranéen de Marseille aux Pyrénées…, p. 115-125 (et, plus largement, la thèse du même auteur : Économie et société en France méridionale, xviie- xviiie siècles. Les grands prieurés de Saint-Gilles et de Toulouse de l’Ordre de Malte, Service de reproduction des thèses, Lille, 1973, soutenue à Paris en 1970, 1396 p.) ; P. Fournier, « La résistance villageoise à l’assèchement des marais du Bas-Languedoc », article et textes transcrits par l’auteur et Amélie Fourquin mis en ligne en 2003 sur le site « Villanelle. Association d’Histoire du Village » : http://www.chez.com/lpcornu/.

104 M. Bourin, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle)…, t. 2, p. 275-281, dresse le tableau d’une seigneurie bas-languedocienne « stable » au début du xive siècle, en insistant sur la bonne tenue des revenus fonciers.

Table des illustrations

Titre Fig. 8. Chronologie des assèchements d’étangs documentés en Languedoc central au Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search