Versión clásicaVersión móvil

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 3. L’étang médiéval : milieu, terroir et territoire

Texto completo

1. L’ÉVOLUTION DES MILIEUX PALUSTRES PENDANT L’HOLOCÈNE RÉCENT DANS LE SUD DE LA FRANCE1

  • 1 Cette partie a été enrichie des observations et des corrections de J.-F. Berger. Qu’il en soit viv (...)
  • 2 Cf. ch. 1, 2.
  • 3 P. Blanchemanche, J.-F. Berger, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, C. Raynaud, « Le littoral languedoci (...)
  • 4 J.-F. Berger, « Les facteurs de l’érosion : méthodes d’analyse et conceptualisation des processus  (...)
  • 5 J.-F. Berger, J.-L. Brochier, « Les apports de la géoarchéologie à la connaissance des paysages et (...)

1Parler de la transformation du paysage demande d’abord à connaître ce qu’il était auparavant. C’est là une remarque évidente, mais cette interrogation est difficile à résoudre. Pour autant, de nombreux travaux récents dans le domaine de l’histoire du paysage apportent des repères importants. Les progrès en matière de recherche paléoenvironnementale, en particulier ceux de la géoarchéologie, renouvellent profondément les informations disponibles. L’impact des facteurs climatiques et anthropiques, leurs relations et influences réciproques, permettent de mieux saisir l’ambiance environnementale au moment des assèchements de la fin du Moyen Âge. Cette mise en perspective est indispensable, sans que l’objectif soit ici de refaire une histoire des paysages médiévaux languedociens, réalisée par A. Durand, ou celle de la paludification générale de la France méridionale présentée par P. Leveau dans Castrum 7. Plusieurs synthèses récentes vont servir à faire le point. Les publications des chercheurs d’Aix-en-Provence sur la vallée des Baux ont déjà été signalées2. Les travaux conduits depuis de nombreuses années dans la vallée du Vidourle et la plaine du Lez viennent de faire l’objet d’un bilan sur les relations hommes-milieu3. Bien qu’il s’agisse dans ce dernier cas du littoral et que l’évolution du niveau marin paraisse un facteur primordial qui n’entre pas en ligne de compte pour les dépressions intérieures, le phasage climatique leur paraît tout à fait applicable. D’autre part, les fouilles préventives réalisées en moyenne vallée du Rhône, entre Valence et Avignon, dans le cadre de la construction du TGV-Méditerranée, ont apporté des informations sur l’évolution du climat et du paysage à travers les dynamiques pédosédimentaires. Certes, ce secteur correspond à un carrefour climatique, méditerranéen, alpin et médio-européen, et ne correspond donc pas strictement au milieu méditerranéen actuel du Languedoc, ce qui peut amener des variations dans les phénomènes observés. Par contre, il comprend de nombreuses zones de basse plaine (Rhône et affluents de la rive gauche) et des dépressions endoréiques assimilables à leurs homologues languedociennes. Deux publications présentent des synthèses qui intéressent les médiévistes : le deuxième volume du programme Archaeomedes sur Archéologie et systèmes socio-environnementaux à travers les chapitres rédigés par Jean-François Berger sur les facteurs de l’érosion et plus encore sur les étapes de l’holocène4, un bilan du même auteur et de Jacques-Léopold Brochier sur les paysages et les climats de l’époque médiévale qui reprend, avec plus de précisions pour cette période, la synthèse précédente5. Cette dernière étude distingue sept phases climatiques essentielles de la fin de l’Antiquité à aujourd’hui :

  • iiie siècle ap. J.-C. : fin des dérèglements hydrologiques commencés au milieu du iie siècle et abandon consécutif d’habitats et de systèmes hydrauliques ;
  • ive-milieu ou fin ve siècle : c’est l’« Optimum climatique » de l’Antiquité tardive, avec assèchement et réchauffement. L’apaisement des hydrosystèmes fait que le géosystème est stable et la pédogenèse marquée. L’élevage se développe, en particulier dans les cuvettes après l’abandon des systèmes de drainage ;
  • fin ve-vie siècle : période de nouveaux dérèglements hydrologiques. Le climat est contrasté, avec des saisons sèches et des pluies concentrées, sans que les températures paraissent diminuer. L’alluvionnement provoque un exhaussement des cours d’eau élevant les nappes aquifères. Les plaines connaissent par conséquent un engorgement persistant ; les cuvettes sont couvertes de prairies protectrices ;
  • viie-début ixe siècle : après une stabilisation temporaire au viie siècle, une nouvelle phase humide couvre le viiie et le début du ixe siècle, avec une forte remontée des aquifères fluviales et palustres. Les plaines et les dépressions paraissent alors encore peu drainées, à la fois par l’abandon des réseaux de drainage et par le niveau élevé des nappes. L’exploitation en pâturage paraît dominante ;
  • de la fin viiie-début ixe siècle au xiie siècle : longue phase de grande stabilité et de pédogenèse. L’humidité est encore importante jusqu’au début du xe siècle, avant de laisser la place à la période d’assèchement du « Petit Optimum climatique » médiéval dont l’ampleur réelle est discutée. L’abaissement des aquifères favorise l’exploitation agraire et plus seulement pastorale des basses plaines attractives, car constituées de sols riches et faciles à travailler ;
  • xiiie-xive siècle ? : période difficile à caler chronologiquement, marquée par de nouveaux dérèglements hydrologiques. Elle semble se manifester par une succession d’épisodes de crues entre le xiie et le xive siècle, avec une accentuation du phénomène au xiiie siècle. Les crues deviennent alors progressivement plus fréquentes et plus fortes et laissent leur marque dans les enregistrements pédosédimentaires ;
  • xive-xve (et xvie siècle ?) : le début du « Petit Âge glaciaire » où se succèdent des phases de stabilité et d’instabilité. Les crues à forte intensité apparaissent à partir des décennies 1350-1360, parfois dès la fin du xiiie siècle, et alternent avec des périodes de pédogenèse ;
  • xvie-xixe-xxe siècle : phase principale du « Petit Âge glaciaire » avec l’exacerbation des dérèglements hydrologiques et de l’érosion. L’exhaussement du plancher fluvial provoque une crise hydrosédimentaire majeure entre les xviie et xixe siècles6.
  • 7 A. Durand évoque la « péjoration sèche assez intense » des xie-xiiie siècles et l’accélération du (...)
  • 8 Si E. Le Roy Ladurie (Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 1967, rééd. Flammarion, Paris, 19 (...)

2Le découpage par siècle est évidemment une commodité chronologique. Il ne doit pas être pris avec une rigueur absolue : J.-F. Berger souligne que les commencements et les fins de phases sont souvent difficiles à fixer, en particulier pour le Moyen Âge. Tel est le cas de la période de transition des xiiie et xive siècles, marquée par un retour progressif à une phase humide. Les vestiges sédimentaires des crues semblent apparaître à la fin du xiie siècle, ou au xiiie, voire seulement au xive siècle, selon les sites. Ces fluctuations chronologiques ne sont pas mineures pour notre propos. En effet, comme il s’avère que les assèchements d’étangs sont datés principalement de la fin du xiie siècle au début du xive siècle, quel sens leur donner ? Les interventions sont-elles facilitées et encouragées par un climat plutôt sec et des nappes réduites ou, au contraire, la remontée des niveaux d’eau dans une ambiance de plus en plus humide provoque-t-elle des drainages pour stabiliser ce niveau ou revenir à une situation d’exondation partielle ou totale, saisonnière ou pérenne ? C’est évidemment un point difficile à trancher, mais essentiel pour comprendre les raisons qui suscitent la vague d’assèchement du Moyen Âge central. Les archives du sol présentent donc une évolution qui verrait les dépressions fermées et les basses plaines recouvertes de prairies ou en eau jusque vers le ixe siècle à la suite de l’abandon des fossés de drainage et de la montée des nappes. Le Petit Optimum médiéval inverserait la situation au moins jusqu’au xiie siècle, la baisse des niveaux d’eau favorisant la mise en culture de terres riches7. Ensuite, progressivement, selon une chronologie fluctuante, une phase humide, peut-être au cours du xiiie siècle, de façon sûre au xive, provoque un retour à la situation d’avant le xe siècle8. Pour compléter cette analyse géoarchéologique fondamentale, mais encore loin d’être définitive, un autre témoignage peut être cherché dans la description des eaux stagnantes par les textes médiévaux.

2. ÉTANG, MARAIS, PALUN : QUEL PAYSAGE ?

  • 9 Défini, selon le Dictionnaire de la géographie de P. Georges (puf, 5e éd., Paris, 1993), comme une (...)
  • 10 Marais : « Nappe d’eau superficielle, stagnante, peu profonde et envahie par la végétation aquatiq (...)
  • 11 À la différence du marécage où l’eau domine, les herbages et les plantes hygrophiles sont abondant (...)
  • 12 Par contre, la distinction entre stagnum, « qui renvoie à l’étendue d’eau », et palus, le marais, (...)

3La documentation réunie sur les étangs porte-t-elle un regard qui puisse être interprété pour appréhender le paysage hydrographique médiéval des eaux stagnantes ? Le vocabulaire fait-il la différence entre différents états d’un étang9 ? Il peut en effet se présenter comme une étendue effectivement en eau permanente, bien circonscrite, comme un lac en miniature, mais ce peut être aussi un marais10 aux limites plus incertaines, ou encore un palun saisonnier11. Il faut croire qu’au Moyen Âge comme aujourd’hui, le terme d’étang est utilisé de manière générique, quel que soit l’état de la dépression. En effet, seul le terme de stagnum et ses équivalents occitans ont été rencontrés dans les documents de la pratique constituant notre corpus, sans aucune exception de site ou de chronologie. En fait, cette uniformité lexicale est probablement trompeuse car tous les lieux humides retenus dans cette étude constituent des dépressions fermées. Quel que soit leur remplissage d’eau, leurs limites physiques sont facilement perceptibles et différent de ce point de vue nettement du palus dont les contours précis échappent souvent. Même si cette analyse devrait être élargie à des zones de marécage pour comparer le vocabulaire en usage, il s’avère que le terme de stagnum définit plus une forme ou un lieu qu’un état hydrographique12.

  • 13 Aniane, acte cclxxxvii, p. 410-411 ; ccxcviii, p. 421-422. La présence des parcelles laniérées, le (...)
  • 14 A. D. Aude, H 211, fol. 149v (1157), 153 (1172) et 155 (1174).
  • 15 Pour le Roussillon, la prédominance des champs paraît très nette à proximité des étangs au xiie si (...)

4Une autre approche consiste à prendre en compte le paysage qui environne immédiatement l’« étang » avant l’assèchement à l’aide des confronts localisant des biens. Une dizaine de mentions du xiie siècle, à partir de 1127, évoquent à parts égales les confronts de l’étang comme des prés et des champs. C’est le cas, par exemple, de l’étang de Piperelle au Pouget qui est mitoyen d’une faixa de terra cum prato en 1127 et d’un autre pré en 115213 ou de celui d’Octobian à Ornaisons, bordé d’un jardin, d’un pré et d’un champ14. Ces indications de terres exploitées montrent très clairement que l’étang n’est pas un espace négligé, à l’écart de l’ager, mais qu’il y est associé15. Par contre, aucun texte du xiie siècle ne permet de se représenter l’état de la dépression elle-même. La comparaison avec d’autres sources est instructive. Au xiiie siècle, les mentions de confronts deviennent plus rares car elles apparaissent principalement dans les chartes de donation et de vente qui sont le plus souvent antérieures à 1200. Par contre, après cette date, trois documents portent sur des étangs toujours en eau et donnent des indications sur leur remplissage :

  • en 1270, un échange entre l’abbé cistercien de l’Ardorel (Tarn) et le commandeur des hospitaliers de Grézan (Hérault) porte sur l’étang de Preissan, à Ouveillan. Les cisterciens concèdent aux hospitaliers un chemin pour passer avec leur bétail et « un pâturage dans ledit étang16 » ;
  • en 1274, l’archevêque de Narbonne prévoit de concéder en emphytéose l’étang de Pissevaques (Sainte-Croix, à Sigean) aux habitants de Sigean « sous telle condition qu’en ayant tiré l’herme, ils le mettraient en culture à la charge de lui payer la tasque entière comme l’on la payait au lieu de Sigean17 » ;
  • enfin, en 1280, dans un échange entre le vicomte de Narbonne et de nouveau les hospitaliers à Pérignan (aujourd’hui Fleury-d’Aude), ces derniers abandonnent ce qu’ils possèdent à l’étang de Taraillan, sauf duabus petiis terrarum contiguis dicto stagno et in parte occupatis per dictum stagnum18.
  • 19 J.-F. Berger pose la question de la réalité de ces étendues d’eau. Ne s’agirait-il pas plutôt de t (...)

5Un pâturage dans un étang, des friches (des herbes ?) dans un autre, des parcelles de terrain en partie sous eau dans un troisième : les trois indications vont dans le même sens, celle d’une délimitation fluctuante entre les espaces aquatique et terrestre, les deux premières paraissant décrire un état marécageux, la troisième une extension de l’eau au détriment des terres riveraines qui se traduit probablement par le même état. Même si leur nombre est restreint, les documents des xiie et xiiie siècles décrivent donc des étangs intégrés au domaine agricole, avec des indices de drainage ou d’irrigation au xiie siècle (faïsse, pré, jardin), avec un aspect marécageux pour certains à la fin du xiiie siècle, le texte relatif à Fleury laissant entrevoir alors d’éventuelles extensions de superficie dans un contexte plus humide19.

3. LES RESSOURCES DES ÉTANGS : LE POISSON ET LE SEL

6L’étang n’est pas un handicap, mais un atout. Il est un atout car il est intégré à l’économie rurale et que son exploitation médiévale est manifeste. Par conséquent, le choix de l’assèchement est à mesurer en fonction des ressources supprimées et qui ont paru d’un poids secondaire pour ceux qui ont été les instigateurs de la transformation de l’espace drainé. Il faut donc préciser ce qu’apportaient ces étendues d’eau et, si possible, à qui elles profitaient. Il n’est pas question de détailler chaque catégorie de ressources, ce serait s’éloigner de notre sujet. Une présentation globale sera suivie de deux analyses plus précises sur le rôle du sel et sur l’hypothèse de l’assec-évolage.

  • 20 P. Squatriti, Water and Society in early Medieval Italy… ; C. Wickam, « Paludi e miniere nella Mar (...)
  • 21 D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de (...)
  • 22 C. Puig, « Les ressources de l’étang et de la mer, dans la partie occidentale du golfe du Lion (du (...)
  • 23 En 1409, des pêcheurs de Puichéric sont condamnés à l’amende par le chapitre de l’abbaye de Lagras (...)
  • 24 Les lacunes de la documentation sont probables. En 1623, les communautés riveraines de l’étang de (...)

7Plusieurs auteurs, P. Squatriti et C. Wickham en particulier20, ont déjà souligné l’importance des étangs et marais continentaux dans l’économie méditerranéenne, en particulier la diversité des productions qu’ils instaurent entre les milieux secs et humides. Pour le Languedoc, l’exploitation des lagunes et marais côtiers et deltaïques a surtout été évoquée21. Par contre, C. Puig a intégré en Roussillon l’étude des étangs de plaine et il n’y a guère à ajouter pour la pêche et la chasse aux oiseaux à propos du Languedoc22. La pêche est la principale préoccupation, dans les deux régions, et fait l’objet de droits d’usage, de dîmes ou de contrats d’affermage dont la répétition et l’exemple d’un délit de braconnage à Marseillette montrent qu’ils ne sont pas que récognitifs23. À l’inverse, aucun droit de dépaissance ou de coupe des herbes et des joncs au profit des populations n’apparaît24.

  • 25 Cf. Ch. 1, 3.
  • 26 Sur la pêche dans les étangs littoraux et dans les lagunes en Languedoc et en Roussillon : C. Puig (...)

8La place accordée à la pêche permet d’ailleurs de revenir sur la question de l’attitude de la société médiévale face aux étangs, et particulièrement sur l’absence apparente de création au sud de l’Europe25. L’hydrographie du littoral languedocien et roussillonnais apporte une réponse qui paraît convaincante pour les régions proches : l’important réseau lagunaire, des Pyrénées au Rhône, associé à la mer elle-même, offre d’importantes ressources halieutiques qui rendent les étangs continentaux moins indispensables dans ce domaine. Cependant, si les communautés villageoises riveraines des cuvettes peuvent être perdantes – encore qu’aucune trace de leur opposition sur ce point soit parvenue – les catégories aisées, nobles, clercs et bourgeois, qui jouent un rôle décisif dans les assèchements, peuvent s’approvisionner en poissons de mer ou de lagune, même si leur coût peut être supérieur26.

  • 27 Sur les salines des étangs littoraux roussillonnais : R. Tréton, Sel et salines en Roussillon au M (...)
  • 28 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum (...)
  • 29 M. Derruau, « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang », Bulletin de la Société Langued (...)
  • 30 A. D. Aude, H 7 (inventaire des titres de l’abbaye de Lagrasse, 1494), fol. 90.
  • 31 Dénomination mentionnée à partir de 1385 : A.M. Ouveillan, GG 25 (Reconnaissances de l’œuvre).
  • 32 Doat 59, fol. 118 (HGL, t. VIII, c 390-391, no 62) ; Ducarouge, fol. 293, no 38 ; fol. 294v, no 53

9Si les dépressions continentales roussillonnaises n’ont pas laissé de trace d’exploitation du sel27, il n’en est pas de même pour le Languedoc. Deux des plus grands étangs sont exploités, Capestang et Ouveillan, auxquels il faut peut-être ajouter Marseillette. Les salines de Capestang, connues par les textes depuis le haut Moyen Âge, procurent des revenus substantiels aux archevêques de Narbonne, comme l’atteste le Livre Vert de leurs revenus au milieu du xive siècle28. Il faut probablement trouver là une raison essentielle de l’absence d’assèchement de l’étang de Capestang avant l’époque moderne29. Ce n’est pas le cas des étangs de Marseillette et d’Ouveillan qui font l’objet de projets de drainage simultanés au tout début du xive siècle. En réalité, l’exploitation du sel à Marseillette est, semble-t-il, connue par un seul texte. En 1383, un accord est passé entre l’évêque de Carcassonne et le chapitre de Lagrasse pour exploiter le sel dans l’étang avec l’assistance d’habitants de Sigean, où se trouvent d’importantes salines. L’accord prévoit le partage de la production et des dîmes30. En fait, il s’agit d’un projet d’exploitation dont la suite n’est pas connue. Qui plus est, rien ne dit que lorsque l’assèchement est entrepris (en 1301-1302), le sel est déjà exploité. La situation diffère à Ouveillan où « l’Étang salé31 » est exploité depuis au moins la fin du xiie siècle (planches 8 et 14). En 1188, puis en 1204 et 1266, plusieurs accords sur les droits dans l’étang sont passés, incluant le sel32. Les ayants droit, le chapitre Saint-Just de Narbonne, le seigneur laïc d’Ouveillan, d’autres laïcs dont l’abbaye de Fontfroide récupère ensuite les droits, s’opposent à ce sujet. L’arbitrage de la vicomtesse de Narbonne Ermengarde en 1188, comme les deux actes suivants, place le sel au centre des droits revendiqués et en fait un véritable enjeu. Pourtant, un siècle plus tard, les mêmes acteurs décident d’assécher l’étang. Les revenus du sel ne constituent donc plus une priorité. La raison du changement d’attitude échappe : des conditions d’exploitation plus difficiles dues à une remontée de l’aquifère ? des revenus médiocres ? Toujours est-il que les choix seigneuriaux diffèrent à Capestang et à Ouveillan et suggèrent une gestion assez complexe des eaux stagnantes.

  • 33 C. Benoît, Les étangs de la Dombes au Moyen Âge, xiiie- xve siècle
  • 34 Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 295-296. Texte : Cartulaire de Valmag (...)

10L’assec-évolage va dans le sens de cette complexité en posant la question des assèchements temporaires volontaires. Cette pratique a été décrite pour la Dombes où elle est connue à partir du xiiie siècle33. Ces étangs ont été créés artificiellement et alternent une période de mise en eau pour la pêche et la chasse (l’évolage), et une autre de mise à sec pour emblaver la terre enrichie (l’assec). En Languedoc, A. Durand interprète dans le même sens un acte de 1182 relatif à l’étang de Tortorières à Villevayrac que l’abbaye cistercienne de Valmagne reçoit en donation34. Il importe de citer le passage :

«… donamus ut in honore nostro sive per ipsum honorem possitis facere et cum opus fuerit reficere et purgare sulcos aquarios qui vulgo dicuntur recs per quos possitis aquas dirivare et stagnum desiccare et sic ad ultimum culturam redigere. Si autem molendinos construere in predicto stagno vel de ipsa aqua in aliquo vestro loco volueritis aut arbores plantare sive pisces nutrire et ex inde trahere et omne proficuum monasterium facere, vobis concedimus…»

  • 35 Ad culturam reducere (marais de Saint-Rémy-de-Provence en 1336-1337 : A. D. Bouches-du-Rhône, B 50 (...)
  • 36 Pratiquement à la même date, en 1184, une situation similaire est décrite pour l’étang de Pradels (...)

11A. Durand fonde principalement son hypothèse d’assec-évolage sur le verbe redigere qu’elle traduit par « remettre », le préfixe « re » impliquant l’idée de répétition. C’est donc une remise en culture cyclique alternant avec les périodes où l’eau occupe l’espace. Il nous semble plutôt que redigere est à comprendre comme un changement d’état, donc au sens de « réduire » en culture, transformer en terres cultivées. D’autres textes évoquant l’assèchement d’un étang ou d’un marais, en latin ou en français, emploient ce verbe ou d’autres quasi-identiques, pour exprimer ce changement d’état, non provisoire, mais définitif35. Ainsi, pour Tortorières, l’auteur de la charte de donation envisage et autorise divers aménagements : assécher l’étang pour le cultiver après la remise en état des fossés de drainage, faire des moulins, conduire l’eau pour planter des arbres ou alimenter un vivier. Plutôt qu’un assec-évolage sophistiqué, le texte paraît simplement envisager l’assèchement de l’étang, comme hypothèse parmi d’autres36.

12Pourtant, la variabilité des états des dépressions et par voie de conséquence de leur exploitation est manifeste dans d’autres cas :

  • l’Étang salé d’Ouveillan est caractéristique. Il est desséché par période, et dans ce cas, le sel est récolté en suivant les délimitations entre des faïsses de terre37 ;
  • l’étang du Pouget présente un autre cas de figure, mais qui n’est pas sans ambiguïté. Lorsque le recteur de l’église voisine de Sainte-Marie de Rouvièges et l’évêque de Béziers se disputent en 1265 les dîmes de l’étang asséché, le premier allègue qu’il a perçu de tout temps les dîmes sur les poissons, le foin et le blé dans l’étang38. Est-ce vraiment une alternance de périodes en eau et à sec ? L’évidence première doit être nuancée car en fait « l’étang » est le nom du domaine seigneurial, et auparavant celui d’une villa : il est possible que le recteur désigne dans la charte par ce terme l’ensemble du terroir sur lequel il perçoit la dîme, et pas seulement la pièce d’eau qui vient d’être asséchée et qui fait débat. En cas contraire, Le Pouget serait le seul cas mentionné par les sources écrites d’un étang non salé qui serait exploité en période d’assèchement temporaire. L’ambiguïté du vocabulaire ne permet pourtant pas d’en être certain39.
  • 40 Ruisseau en occitan ; peut aussi désigner un fossé d’écoulement artificiel.
  • 41 In rego de ipso stagno à Roujan (Fontputide) en 1084 (Médiathèque de Montpellier, Ms 519, fol. 11- (...)

13À Ouveillan, et peut-être au Pouget, il n’est pas dit que l’évacuation de l’eau résulte d’une action volontaire. Mais il paraît en tout cas sûr que le premier, Étang salé, est exondé pendant des périodes assez fréquentes pour qu’elles fassent l’objet de dispositions coutumières et écrites. La même ambiguïté persiste au regard des indications de rec40, les ruisseaux d’écoulement de l’étang alors qu’il n’est pas encore asséché. Ces exutoires sont-ils naturels ou artificiels ? À Tortorières, l’emploi du pluriel pour les désigner laisse entendre que ce sont des canaux artificiels. Ailleurs, comme à Roujan, Octobian ou Preissan, il est impossible de trancher41. Néanmoins, toutes ces informations montrent que les étangs peuvent être à sec une bonne partie de l’année, voire plus, ou, pour le moins, qu’une fraction de l’étang est en eau et l’autre en terre. Le paysage des étangs est donc loin d’être immuable puisque certains sont régulièrement à sec, avec l’aide des exploitants ou non, montrant ainsi un faible remplissage. Il s’explique par la profondeur réduite des cuvettes, quelques mètres en moyenne, diminuant sous l’effet de l’érosion des versants périphériques, mais peut-être aussi sous l’effet de l’aridité du climat. En effet, la majorité des textes qui viennent d’être cités remontent à la fin du xiie siècle, soit antérieurement à la phase supposée d’humidification progressive au xiiie siècle.

  • 42 C’est aussi l’analyse que font P. Horden et N. Purcell dans leur histoire de la Méditerranée. Les (...)
  • 43 À Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), en bordure de la vallée du Rhône, près de Pont-de-Chéruy, le m (...)
  • 44 Les données littéraires rassemblées par P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge…, pour le L (...)

14L’exploitation du sel à Capestang et à Ouveillan, plus hypothétiquement à Marseillette, et les cultures pratiquées lorsque l’eau manque démontrent à la fois la diversité et parfois la richesse des ressources des étangs et la mobilité d’un paysage où les exploitants et le climat paraissent avoir chacun leur part. Par conséquent, il faut probablement réviser l’image des assèchements médiévaux ultérieurs comme une rupture fondamentale et lui substituer celle d’une politique visant à pérenniser ce qui était temporaire afin d’améliorer la rentabilité et peut-être aussi pour faire face à une présence croissante de l’eau42. L’affinement des informations hydrosédimentaires43, mais aussi textuelles, permettrait de préciser la nature et l’importance de ce paramètre essentiel44.

4. L’ÉTANG, TÉMOIN DE L’ESPACE SEIGNEURIAL

  • 45 P. Bata et alii, Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Mo (...)
  • 46 Cf. l’analyse des droits seigneuriaux perçus en Camargue par les hospitaliers aux xiie et xiiie si (...)
  • 47 Affermage de la chasse aux oiseaux dans l’Étang salé d’Ouveillan en 1260 (MAF, fol. 168v, n. 91) ; (...)
  • 48 Le seul cas mentionné est révélé à l’occasion du braconnage dans l’étang de Marseillette en 1408 : (...)
  • 49 L’exemple du Pouget en 1265 a déjà été cité : A. D. Hérault, G 3915 (dîme sur le blé, le foin et l (...)

15Longtemps assimilés à des lieux d’insalubrité et d’infertilité, les espaces d’eau stagnante ont été par voie de conséquence considérés comme sans repères, « incertains45 », parce que souvent éloignés du regard quotidien et sans limites affirmées. La construction de cette représentation, liée à la nouvelle politique de conquêtes des terres humides au xviie siècle, a gommé un regard et des comportements bien différents aux époques antérieures. L’analyse de l’attitude des seigneurs fonciers est à cet égard révélatrice d’une autre relation. Possesseurs des lieux humides parce qu’ils relèvent du saltus dont ils ont hérité de fait, leurs propriétaires peuvent donc en faire ce qu’ils souhaitent. En fait, les étangs et les marais sont traités dans le cadre seigneurial au même titre que d’autres biens46. L’affermage de la pêche et de la chasse est fréquent au xiiie siècle47, les communautés acquittent des droits d’usage lorsqu’elles peuvent pratiquer ces activités48 et l’Église perçoit les dîmes des différentes ressources49. Si tout cela n’a rien d’original, mais prouve encore que l’étang est tout à fait intégré au système agraire, à celui des prélèvements et à l’activité des populations, il importe de s’intéresser de plus près à la place qu’il occupe dans la géographie des finages et des domaines seigneuriaux. Par l’utilisation conjointe des sources planimétriques et écrites, ce rôle peut être apprécié d’abord par la localisation à l’intérieur des espaces territoriaux actuels et médiévaux, puis par les délimitations relatives aux partages des droits entre plusieurs seigneurs. Il apparaît très nettement à partir des exemples qui ont pu être approfondis que la société médiévale a intégré les étangs dans son espace selon des choix qui n’ont rien laissé au hasard et qui traduisent au contraire son intérêt pour ces lieux particuliers.

Limites des communes et proximité villageoise

  • 50 J.-L. Abbé, « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs lan (...)

16La place occupée par un site dans un territoire est l’un des indicateurs de son importance. En ce qui concerne les étangs, la première évaluation peut prendre appui sur leur localisation vis-à-vis des limites communales actuelles, tant le résultat obtenu est symptomatique (Fig. 6). Sur les douze retenus dans le corpus, auxquels a été adjoint celui de Capestang, plus de la moitié est partagée par au moins deux communes, avec les cas exceptionnels des plus grands d’entre eux, Capestang, partagé par quatre communes, et surtout Marseillette, partagé par sept d’entre elles. Ce lien privilégié avec les limites des territoires communaux est parfaitement illustré par le cas de Colombiers50. Quatre anciens étangs occupent les confins des limites communales : deux, Bernat et Fontenay, jouxtent précisément ces limites alors que ceux de Poussan et Montady sont traversés par celles-ci. Il faut remarquer que leur superficie représente environ 250 à 300 ha à l’intérieur de la commune, soit 25 à 30 % de son territoire (1014 ha). Pour le territoire de Montady, dans ses limites d’avant 1955, la proportion atteint près de 40 % avec le seul grand étang. Il est bien sûr risqué de plaquer sur les temps médiévaux la configuration du territoire actuel de Colombiers, même si la continuité des finages de la fin du Moyen Âge avec les limites communales est souvent avérée. À Colombiers, la permanence des limites est effective pour deux secteurs opposés qui concernent directement les étangs :

Fig. 6. Étangs et limites communales actuelles

  • 51 Jusqu’en 1955, la commune de Capestang était riveraine de l’ancien étang de Montady. Depuis, ce se (...)
  • 52 La localisation de l’ancien étang reste approximative.

Commune(s) dans laquelle / lesquelles l’étang est situé principalement / Nom de l’étang lorsqu’il diffère.

Communes qui se partagent un étang ou dont les limites le bordent.

Capestang

Capestang - Coursan - Montels - Nissan-lez-Ensérune

Colombiers, Montady51 / étang de Montady

Colombiers- Montady

Fleury-d’Aude / Taraillan

Fleury-d’Aude - Vinassan

Le Pouget

Marseillette

Aigues-Vives - Blomac - La Redorte - Marseillette - Puichéric - Rieux-Minervois - Saint-Frichoux

Montredon / L’étang haut

Montredon - Narbonne

Narbonne / Jonquières

Ouveillan / Étang salé

Ouveillan / Preissan

Pézenas

Pézenas - Tourbes

Puilacher, Tressan

Puilacher - Tressan

Quarante / Pradels

Villeveyrac / Tortorières

?52

En gras : village situé à une distance n’excédant pas un kilomètre des rives de l’étang.

  • 53 « Le 4 des nones de juin 1234 ledit de Colombiers et Emeric Bozat donnent à nouvel achept à Bernar (...)

17- L’étang de Poussan, alors appelé Maynard, fait l’objet d’un bail en 1234. Les acquéreurs, qui sont chargés de l’assécher, doivent verser le droit d’entrée et le cens aux deux seigneurs de l’étang, celui de Colombiers et Aimeric Bofat, notable de Béziers. Le partage des droits se fait en fonction de la part de l’étang tenue par chaque seigneur, soit un tiers – deux tiers. Or, cette partition est toujours actuelle, puisque la limite communale entre Colombiers et Béziers passe toujours dans l’ancien étang, en respectant approximativement cette proportion53.

  • 54 Divisio stagni de Montadino inter R et R de Columbieriis fratres et Imbertum de Montadino en 1260  (...)
  • 55 Église située immédiatement à l’ouest de l’étang de Montady, dans le territoire médiéval de Capest (...)
  • 56 A. D. Hérault, G 3837 (analyse moderne) et Rocque, t. IV-1, Capestang, fol. 24-v, no 62.

18- l’étang de Montady est divisé en 1260 entre les seigneurs de Colombiers et de Montady, au moment de son assèchement54. Le tracé n’est pas mentionné, mais l’acte implique que la séparation des territoires passe bien dans l’étang. C’est vraisemblablement l’actuelle limite, attestée sur le plan de 1735. Quelques années plus tard, en 1268, les dîmaires de Montady, Colombiers et Tersan55 sont aussi délimités dans l’étang à la suite de son assèchement56.

  • 57 Deux actes du seigneur de Colombiers, seul cette fois-ci, un bail (1250) et une concession en fief (...)
  • 58 L’église actuelle est formée de vestiges de l’édifice roman, succédant lui-même à un autre lieu de (...)

19Pour les deux étangs, les principaux, le partage actuel remonte donc au xiiie siècle et celui de Fontenay est attesté dans la seigneurie de Colombiers au même moment57. Le territoire actuel de Colombiers et celui du finage du xiiie siècle paraissent par conséquent globalement proches et la localisation des étangs en périphérie est parfaitement transposable. Comment la comprendre ? Est-ce une mise au loin de zones insalubres et donc répulsives ou un témoignage de zones-frontières liées au saltus entre terroirs ? Ces hypothèses ne paraissent pas convenir. Il a déjà été souligné que depuis le néolithique les abords des zones humides, en particulier ceux des dépressions fermées, n’ont jamais été désertés. Pour l’époque médiévale, aucune enquête spécifique d’occupation du sol n’a été réalisée, mais l’exemple de Colombiers permet de faire quelques observations. La proximité de l’étang paraît constituer un facteur de localisation positif. En effet, le village de Colombiers est la seule agglomération de son finage depuis qu’il est mentionné par les textes médiévaux. Or, sa situation n’a rien de centrale : il est aux abords immédiats de l’étang (environ 350 m de l’ancienne rive) et non au cœur des terroirs agraires. Le développement de l’agglomération étant antérieur à l’assèchement du milieu du xiiie siècle, il s’est réalisé au contact de l’étang. Si cette juxtaposition est remarquable, il serait pour autant simpliste d’y voir la cause univoque du site villageois. La proximité de la voie domitienne reliant Béziers à Narbonne est tout aussi frappante. Enfin, la genèse du village se fait autour de pôles monumentaux, église58 et château, dont le rôle est essentiel. Par conséquent, il est difficile d’établir des liens de cause à effet univoques, tant les données sont multiples. Enfin, il ne faut pas oublier que l’étang en eau fait partie du domaine seigneurial : les familles paysannes n’ont-elles pas le regard tourné plutôt vers les champs et les vignes ? Les droits d’usage dans l’étang sont probables, mais aucun texte ne les rapporte.

  • 59 Le chemin romieu, c’est-à-dire des pèlerins.

20S’il faut faire preuve de prudence, la proximité des agglomérations villageoises avec les étangs paraît pourtant une constante. Ainsi, l’étang de Montady est toujours bordé au nord par le village de Montady qui le surplombe de quelques dizaines de mètres, là aussi en association avec un itinéraire régional considéré comme le premier trajet de la voie domitienne et devenu le cami romieu59 médiéval, entre Béziers et Carcassonne. L’analyse a été élargie aux autres étangs en relevant les villages situés à une distance maximale d’un kilomètre à partir des anciennes rives (Fig. 6). Huit étangs sur treize sont dans ce cas et les trois plus grands, Montady, Capestang et Marseillette, comptent plusieurs villages riverains. Le cas de Marseillette est exemplaire. La carte de Cassini (annexe 13), dressée pendant la seconde moitié du xviiie siècle lorsque l’étang est toujours en eau, puisqu’il est définitivement asséché au début du xixe siècle, met en valeur la couronne de villages qui l’entoure : Saint-Frichoux, Aigues-Vives, Marseillette, Blomac et, un peu plus à l’écart, Puichéric. Il serait nécessaire d’approfondir plus minutieusement les modalités du peuplement autour des étangs, sur la très longue durée, pour comprendre la genèse de cette occupation. Tant que cette recherche n’est pas faite, l’analyse ne peut qu’être imparfaite. Il n’en reste pas moins que cette fréquente proximité villageoise des étangs prouve que le milieu humide ne provoque pas un rejet de l’habitat au moment où celui s’agglomère au cours du Moyen Âge, ce qui est le signe de son intérêt économique.

Un domaine pour assécher : les templiers et l’étang de Pézenas

21Que l’étang soit un terroir convoité est attesté par des politiques seigneuriales qui en font le cœur de domaines. Deux cas se révèlent particulièrement intéressants, tous deux situés dans la moyenne vallée de l’Hérault, à Pézenas et au Pouget. La toponymie est emblématique puisque les deux domaines sont nommés « L’étang » depuis le Moyen Âge, emblématique et pas usurpée puisqu’en effet les deux dépressions forment l’essentiel des biens-fonds ainsi désignés. Au-delà de ces similitudes toponymiques et topographiques, bien des points différencient ces deux domaines et leur évolution, ce qui justifie de les présenter séparément.

  • 60 A. M. Pézenas, non coté, fin xviiie siècle. Atlas de 31 planches dont manquent celles de la ville (...)
  • 61 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas.
  • 62 A. M. Pézenas, essentiellement layette 12, liasse 1, relative au domaine de l’Étang. Analyses souv (...)
  • 63 A. M. Pézenas 12, 1, pièce 16 ; Resseguier 1365. Cette délimitation est exceptionnelle pour un ter (...)
  • 64 ..seguen loditz rec on carrieyra tro al camy non passan de Bezers, en loqual camy comensa lo selcle (...)

22Le domaine de l’Étang à Pézenas (planche 10) peut être observé à partir d’un précieux plan parcellaire de la fin du xviiie siècle conservé aux Archives municipales de la ville60. Il appartient alors à l’ordre de Malte et le plan distingue les terres lui appartenant en propre (annexe 18). L’ancien étang de Pézenas est aussi parfaitement reconnaissable par le réseau des fossés de drainage et les dépôts fluvio-lacustres (Flyz) de la cuvette. Le domaine l’englobe en entier : les contours de l’étang sont quasiment ceux du domaine, à l’exception notable d’une importante portion grossièrement triangulaire en direction de la ville de Pézenas. Les bâtiments de la grange domaniale de l’Étang sont au contact des deux terroirs, à mi-pente, mais le nom traduit sa relation privilégiée avec la dépression qu’elle domine d’une dizaine de mètres. Les riches archives hospitalières61 et municipales62 permettent de suivre la genèse de ce domaine. Un long et classique conflit arbitré par le roi, seigneur de la ville, sur les droits de dépaissance et de justice entre la communauté et les hospitaliers permet de disposer pour les xive et xve siècles de plusieurs actes détaillant les terres du domaine de l’Étang. Un accord passé sur cette question en 1467 en donne les contours63. Si la partie au nord-est, en direction de Pézenas, est difficile à restituer car les repères sont surtout des vignes, des champs et des bornes, il n’en est pas de même pour le reste du périmètre. Il est entièrement formé par le selcle, le « cercle » de l’étang, c’est-à-dire le chemin qui l’entoure, comme sur le plan du xviiie siècle64.

  • 65 in stagno et solo eiusdem stagni et ripis eiusdem stagni et exitu et introitu eorum… A. D. Haute (...)
  • 66 Artimandus de Nisas (ou Nizacio), sa femme Adalaicia, Berengarius de Margunco dans l’acte 3, Baner (...)
  • 67 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, no 4.
  • 68 Idem, no 2. Par mansum, il faut probablement comprendre les bâtiments d’exploitation (la commander (...)
  • 69 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, no 9 et 10. Pour autant, la certitude n’est totale : les h (...)
  • 70 Les étangs de Bages, Bajoles, Caraig et Sabadell sont asséchés entre 1182 et 1211 par les templier (...)
  • 71 Sur la constitution du temporel des ordres militaires, des templiers en particulier (xiie-xiiie si (...)

23En fait, l’origine et l’assise du domaine remontent au xiie siècle lorsqu’il est constitué par les templiers avant d’être repris par les hospitaliers au début du xive siècle. Mentionnés à Pézenas à partir de 1131, les templiers acquièrent les premiers terrains près de l’étang trois ans plus tard, en 1134. Mais c’est l’année 1157 qui est décisive. À la manière des cisterciens, les templiers achètent en trois actes et deux mois (d’octobre à décembre) les biens « dans l’étang, son sol et ses rives65 ». L’opération est tellement synchronisée que les actes sont rédigés à l’identique, seuls changeant les noms des vendeurs. Il s’agit de plusieurs laïcs qui paraissent nobles66, ce que confirme un quatrième acte de la même année, un testament dont l’auteur, Petrus Bernardi de Pezenacio, vassal de Raimond Trencavel, lègue aux templiers 200 sous melgoriens, son cheval, sa selle et sa bride et quicquid habeo et habere debeo in stagno de Pezenas67. Quelques années plus tard, en 1188, à l’occasion d’une nouvelle transaction foncière, les templiers mentionnent leur possession d’un mansum novum de Stagno cum omnibus pertinentiis suis68 : le domaine de la « grange de l’Étang » est créé et perdure jusqu’à la Révolution. Par conséquent, c’est au milieu du xiie siècle qu’il se forme définitivement. La politique d’achat des templiers (500 sous melgoriens pour les trois transactions de 1157) se prolonge sans aucun doute par une politique de mise en valeur. L’étang, seigneurie des Trencavel au xiie siècle comme la ville de Pézenas, détenu par plusieurs laïcs probablement nobles qui le vendent aux frères du Temple, est à l’évidence alors toujours en eau. La mention de « l’étang, son sol et ses rives » en 1157 ne laisse guère de doute de ce point de vue. Par contre, aucun texte ultérieur ne mentionne l’étang de telle manière que son remplissage soit mis en évidence. En 1300, l’assèchement ne fait guère de doute : les templiers perçoivent des amendes à cause de passages dans l’étang, intempestifs à leurs yeux, et d’herbes ramassées par la fille d’un paysan pour son troupeau, à chaque fois in stangno dicte domus69. Plusieurs éléments invitent à proposer la seconde moitié du xiie siècle ou le tout début du XIIIe pour ce drainage : d’abord, la constitution volontaire d’un domaine où les terres étaient peu étendues, ensuite, l’absence de toute référence à une étendue d’eau après cette phase d’acquisition, enfin, les assèchements contemporains du tournant des années 1200 par les templiers en Roussillon70. Sans que cette contemporanéité soit une évidence, elle correspondrait en effet à cette structuration des terroirs par les ordres militaires, singulièrement les templiers, qui est observée de manière générale pendant cette période en France méditerranéenne71.

  • 72 A. M. Pézenas, plan « terrier » non coté et A. D. Ariège, 4 J 686 (Fonds de Thézan) : plan terrier (...)
  • 73 Cf. planche 13.
  • 74 L’église est localisée sur le plan « terrier » de Pézenas et la carte de Cassini. Les templiers po (...)
  • 75 L’étang est parfois appelé « de Sethenières ». À tort : les textes médiévaux ne lui donnent jamais (...)

24L’étang de Pézenas a donc engendré un domaine seigneurial dont la localisation est doublement significative. C’est en effet d’abord un espace situé aux confins de territoires. Les trois actes de vente de 1157 le répètent à l’unisson :… quod stagnum est inter castrum de Pezenas et castrum de Torreves et castrum de Colnatio et villam de Setheneriis… Cette localisation, entre trois castra (Pézenas, Tourbes et Conas) et une villa, Sethenières, évoque très précisément la perception du xiie siècle : un espace d’interface entre plusieurs territoires. Or, l’étude des limites communales réalisée auparavant montrait qu’aujourd’hui l’étang est au contact de deux communes, Pézenas et Tourbes. Ce que ces textes restituent, c’est une réalité médiévale beaucoup plus complexe et dense, car ce sont effectivement quatre entités qui bordent l’étang au xiie siècle (annexe 18). En effet, Conas forme une communauté indépendante jusqu’au xve siècle, avant son rattachement avec Pézenas en 1446. Il est possible d’en reconstituer les limites territoriales. Les indications textuelles (1157, 1467) de la mitoyenneté avec l’étang sont confirmées par les plans du xviiie siècle72. Non seulement la route de Béziers sépare Conas du domaine de l’Étang, mais encore le rectiligne canal d’évacuation de l’étang vers l’Hérault (ruisseau des Aires73) sert de frontière entre les territoires de Conas et de Pézenas. Pour Sethenières, il n’a pas été possible d’être aussi précis. Néanmoins, l’église Saint-André de Sethenières est localisée au bord d’une très ancienne voie au nord-est de l’étang. Le territoire de la villa devait s’étendre des limites de celui de Tourbes au bord de l’étang et remonter vers le nord jusqu’à un point indéterminé pour atteindre celui de Pézenas74. Aucun habitat ne paraît associé à l’église et en 1467, Sethenières n’est plus cité comme terroir riverain de l’étang : il a été absorbé par Pézenas75. Il reste que, encore au xiie siècle, la dépression humide coagule les territoires, en fait un point d’ancrage révélateur de leurs constitutions.

  • 76 C.-A. de Chazelles, S. Mauné, V. Ropiot, C. Sanchez, « Autour des oppida de Montlaurès (Narbonne, (...)
  • 77 S. Mauné, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité…, p. 422-423 ; « Pézenas », M. Luga (...)
  • 78 P. Blanchemanche et alii, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entr (...)

25L’attraction de l’étang est-elle aussi sensible à l’échelle du terroir ? Si la proximité de l’agglomération médiévale de Pézenas avec l’étang est réelle, elle se situe néanmoins à environ 1,7 km. Elle n’est donc pas riveraine, ce qui explique l’installation de la grange templière. C’est avec elle que l’étang devient le centre d’un domaine, mais il ne faudrait pas céder à une erreur d’interprétation. Tout laisse entendre que les templiers ne sont pas intéressés par le milieu palustre, mais par sa transformation en bonnes terres à céréales et à prairies : l’étang ne devient un domaine que pour disparaître ! C’est le paradoxe du nom du domaine, « l’Étang », qui illustre toute la prudence avec laquelle il faut se servir des toponymes. En fait, la proximité de l’habitat avec l’étang qui serait en eau est à chercher, non au Moyen Âge – ou tout du moins après le xie siècle, car reste inconnue la situation antérieure – mais pendant l’Antiquité (annexe 18). C’est déjà le cas avec l’oppidum de Saint-Siméon (fin VIIe /VIe av. J.-C.-IVe av. J.-C.), situé à un kilomètre de l’étang et dominant un relief largement ouvert sur la dépression76. Mais c’est surtout la présence de deux habitats gallo-romains, le site des Rodètes (milieu Ier ap. J.-C.-milieu iie siècle) sur la rive orientale, en bordure de l’exutoire, et la grande villa de La Perrière (fin iie av. J.-C.-Ve ap. J.-C.) sur une terrasse dominant l’étang au nord-ouest qui manifeste le pouvoir d’attraction de la cuvette77. Cette grande proximité n’est pas sans rappeler celle de la grange hospitalière et rien n’empêche de considérer que c’est l’absence d’eau, provoquée ou non, qui a pu motiver l’implantation des établissements protohistorique et gallo-romains pour mettre en valeur de bonnes terres. Le site des Rodètes, à proximité immédiate de la partie la plus basse de la dépression, paraît quelque peu téméraire, sauf à considérer que la présence de l’eau est faible dans une période – le Haut-Empire – de mise en valeur intensive marquée par une grande maîtrise de l’hydraulique et des assèchements. La brièveté de l’occupation, un siècle, pourrait rendre compte de la fragilité du site dans une seconde moitié du iie siècle considérée à la fois comme très humide et présentant une rétraction de l’habitat rural dans un contexte de crise économique, sociale et politique78.

  • 79 Il faut rappeler que le site antique de la ville de Pézenas n’est pas connu, les hypothèses le loc (...)
  • 80 Sur le haut Moyen Âge en Agadès : L. Schneider, « Habitat, pouvoirs et peuplement en Agadès durant (...)

26La protohistoire et surtout l’Antiquité gallo-romaine marquent donc la phase pendant laquelle l’occupation du sol se traduit par un habitat rural domanial en connexion topographique avec la dépression de l’étang de Pézenas, sans savoir vraiment quelles sont les conditions de la mise en valeur79. Si la phase alto-médiévale reste dans l’ombre80, le xiie siècle offre le spectacle classique des castra et des villae structurant de leurs territoires un espace où l’étang est un nœud dans le maillage des territoires. La constitution du domaine templier bouleverse les données en éliminant les eaux stagnantes et la croissance de Pézenas simplifie l’organisation territoriale par l’absorption de la villa de Sethenières et l’affaiblissement du pôle castral de Conas. Le domaine de l’Étang rétablit l’existence d’une occupation proche de la dépression, en lointaine filiation avec les villae gallo-romaines, mais sans savoir si le contexte de l’assèchement est identique. Il manque évidemment de mieux connaître la réalité hydrographique de l’étang, mais en tout état de cause, il apparaît à Pézenas comme un bon témoin de l’évolution du peuplement, et même plus qu’un témoin, un acteur à part entière, comme vecteur de la genèse des territoires et de l’organisation des terroirs agraires.

De la villa carolingienne à la Révolution : le domaine de l’Estang au Pouget81

  • 81 Je remercie chaleureusement L. Schneider d’avoir relu et enrichi cette étude consacrée au Pouget.
  • 82 L. Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. L’exemple d’un terroir du Biterro (...)
  • 83 C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (xe-xie siècle). Questions généalogiq (...)
  • 84 J.-B. Rouquette, Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, 1918, no 56, p. 64. La dat (...)
  • 85 La première attribution (v. 814-840) d’un bien à l’étang au profit du monastère d’Aniane est in pa (...)
  • 86 Par exemple : honore illo toto de Stancno (1116) : Aniane, acte cclxxxviii, p. 411-412 ; in termin (...)
  • 87 Idem, acte ccxcviii, p. 421-422.
  • 88 Première mention de l’église dans un texte dont la datation est discutée (842 ou 956) : Aniane, ac (...)

27L’étang du Pouget, entre Pézenas et Clermont-l’Hérault (planches 2 et 3, annexe 12), est exceptionnel en ce sens que les textes en font mention depuis au moins le ixe siècle, permettant ainsi d’écrire une histoire sur la longue durée, antérieure et postérieure à son assèchement. L’autre particularité de ce dossier est de mettre en valeur la permanence millénaire de la structuration d’un domaine formé autour d’un étang, d’abord villa puis seigneurie à part entière jusqu’à la Révolution. L’étang du Pouget a par conséquent suscité l’intérêt des médiévistes. L. Schneider a mis en valeur l’apport du cartulaire d’Aniane en relation avec les informations archéologiques pour la genèse du territoire du Pouget et donc de l’étang qui occupe le secteur méridional de la commune actuelle82, tandis que les familles de possédants et de puissants du castrum agissant dans les transactions du cartulaire ont été insérées par Claudie Duhamel-Amado dans les réseaux aristocratiques régionaux, en particulier celui de saint Fulcran, puissant évêque de Lodève de la seconde moitié du xe siècle83. À partir de ces travaux et des sources exploitées, l’importance de l’étang transparaît dès qu’il est mentionné et c’est la place qu’il occupe dans l’espace domanial qu’il faut tenter de dégager. Le premier point notable tient au fait que l’étang donne son nom à une villa : le bref d’Ansefred, vraisemblablement antérieur au ixe siècle sans qu’il soit possible d’être plus précis, cite la villa qui dicitur stagno de Peperello, le nom alors porté par l’étang du Pouget, parmi les biens de l’Église de Béziers84. Du ixe au xie siècle, la dénomination est conservée, mais alterne avec celle de villa Franconica85, avant que cette dernière appellation s’efface. Aux xie-xiie siècles, Piperelle demeure un terminium, mais à l’intérieur de cadres qui évoluent86. Ainsi, en 1152, dans un texte déjà cité, une pièce de terre avec un pré est située in parrochia Sancte Marie de Rovegia, in terminio stagni Piperello87. La localisation ne s’effectue plus à partir du pagus, mais à l’intérieur d’une paroisse dont le chef-lieu est une église citée avant le xie siècle. Située à 500 mètres au sud de l’étang (annexe 12), elle est dénommée dans un premier temps ecclesia Sancte Marie de Stagno88, soulignant la prégnance de l’étang, mais aussi du territoire qui lui est lié.

  • 89 Aniane, actes cclix, p. 385-386 ; cclxiii, p. 389-390 ; cclxvi, p. 392-393 ; cclxxi, p. 396-398 ; (...)
  • 90 Castello quem vocant Poito de Inglino : HGL, t. V, no 208, c. 425-426.
  • 91 En 1312, « Guilhem de Lestang, seigneur du Pouget » prête hommage au roi de Majorque : A. D. Hérau (...)
  • 92 A. D. Hérault, 1 E 1433.
  • 93 A. D. Hérault, 1 G 1480 (vidimus de 1400). Les Montdardier sont coseigneurs du Pouget depuis les a (...)

28Cette attraction est telle qu’une famille seigneuriale prend aussi cette dénomination avec un surnom géographique : Ingelinus de Stagno est cité par ses héritiers à propos de sa donation d’un honneur à Sainte-Marie-del’Estang au profit d’Aniane dans une série de textes du xie siècle, dont l’un vient d’être évoqué89. Or, Ingelinus est vraisemblablement aussi celui qui fonde le castrum du Pouget dont la première mention remonte à 103690. Le surnom de Stagno est porté dans la famille d’Ingelinus au xiie siècle et perdure dans les actes relatifs aux seigneurs du Pouget jusqu’au xive siècle91. C. Duhamel-Amado a montré que le même réseau de parenté conserve, comme vassal des Guilhem de Montpellier, la seigneurie du Pouget et de ses dépendances jusqu’au début du xiiie siècle. Sans qu’une étude généalogique complémentaire ait été entreprise au-delà, tout indique que ce réseau conserve Le Pouget entre ses mains jusqu’à son acquisition par Arnaud de Roquefeuil en 1350. Une seigneurie de l’Estang (de Stagno), fief du Pouget, est ainsi nommée à partir de 1312, à l’occasion d’un serment prêté par son détenteur, Bertrand de Montdardier, au roi de Majorque92. Son successeur, Pierre de Montdardier, vend la seigneurie en 1371, marquant ainsi la fin d’un groupe aristocratique présent au Pouget depuis au moins l’an mil93.

29Voilà donc un domaine carolingien, une villa parmi tant d’autres, qui a trouvé une assise très spécifique puisqu’un étang en est la véritable raison d’être. La seigneurie de l’Estang en est l’héritière évidente. La solidité de cette assise peut se mesurer selon plusieurs paramètres :

  • la villa devient une seigneurie pleine et entière pendant l’époque féodale et le reste jusqu’à la fin de l’Ancien Régime ; le toponyme domanial « de l’Estang », maintenu, est le fil conducteur de cette continuité ;
  • Ingelinus possède un honor à la villa de l’Estang, en dote Aniane et paraît fonder le castrum du Pouget. Ses descendants détiennent la villa et le castrum comme deux seigneuries distinctes jusqu’au xive siècle, ce qui témoigne de leurs origines spécifiques et en même temps liées ;
  • le surnom d’Ingelinus, de Stagno, laisse entendre que le fondateur du castrum est alors, d’abord, le maître – ou un des maîtres – du domaine de l’Estang et que cette référence anthroponymique signe l’importance de ce territoire à ses yeux et à ceux de son entourage. L’hypothèse de ses liens, par mariage, avec les Guilhem de Montpellier, donne un relief supplémentaire à ce patrimoine familial94.
  • 95 Concession en fief de la seigneurie de l’Estang à Pierre Guitard (1371 et 1378), accord de délimit (...)

30Ce domaine qui paraît par conséquent emblématique, quelle en est la réalité topographique et territoriale ? Comment est-il structuré ? Encore une fois, la démarche régressive peut être envisagée pour proposer des hypothèses. Contrairement au cas de Pézenas, aucun plan moderne n’est conservé pour délimiter la seigneurie de l’Estang du xviiie siècle. Par contre, un corpus de chartes de la fin du xive siècle et du début du xve siècle, émises pour enregistrer deux ventes successives de la seigneurie (1371 et 1398), décrit à plusieurs reprises les biens de la seigneurie95. À plusieurs reprises, de manière complète ou incomplète, les limites de la juridiction seigneuriale sont données. S’il est souvent difficile de faire correspondre de telles informations avec la réalité actuelle, le travail est ici simplifié par le fait que le finage est infra quatuor carrieras publicas dictas de Stagno. L’itinéraire de description fait en 1378 est le plus explicite et mérite d’être cité :

«Dictum territorium de Stagno […] confrontatur cum quadruvio vinee Raymundi Fizas, que vinea confrontatur cum duabus careriis, et una carreria venit de Pogeto et alia carreria incipiens in dicto quadruvio pretendit usque in quadruvio itineris venientis a parte podii dicti Puech Coguol, quod iter transit supra olivetum de Stagno, et supra aliam vineam Raymundi Fizas et supra vineam de Stagno que vinea fuit de na Portala, et carreria incipiens a dicto alio quadruvio dicti podii protendit longitudinem campi de la coalonga juridictionis de Stagno et usque ad carreriam venientem de Tressano, in quo loco Petrus Fabri habet duos campos, quorum unus est infra dictam juridictionem et alter est extra, et dicta carriera veniens de Tressano protendit usque ad quadruvium dictum de Magdalene, quae carreria est supra vineam de Stagno vocata vulgariter als huelhs de las tinas et confrontatur de dicta carreria cum campo dicto del hospital, et de dicto quadruvio Magdalene protendit dicta carreria transiens in medio duorum camporum Raymundi Galli, et unus campus Raymundi Galli qui campus est versus Magdalene est extra dictam juridictionem de Stagno et aliter est intus dictam juridictionem, et etiam ipsa carreria confrontatur cum vinea Stephani Condoissas, que vinea est infra dicta juridictionem de Stagno, et finit ipsa carreria ad dictum quadruvium dicti vinee Raymundi Fizas primo superius confrontatur…»

  • 96 À défaut de plan de la seigneurie de l’Estang, plusieurs brouillons préparatoires réalisés vers 17 (...)
  • 97 P.-A. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et Languedoc, Les Presses du Languedoc, (...)
  • 98 D. Garcia, L. Schneider, « Un pays languedocien : Lodève et le Lodévois de la fin de l’âge du Bron (...)

31Le texte est très clair sur le rôle des chemins : rythmés par des carrefours (quadruvium), ils séparent la juridiction de l’Estang des autres (extra et intus juridictionem). Avec l’apport des autres chartes et une patiente recherche des microtoponymes disparus, il est possible de restituer les limites de la seigneurie sur le réseau viaire du plan cadastral napoléonien (annexe 12)96. L’étang aujourd’hui asséché occupe la majeure partie de l’espace et une position tout à fait centrale, justifiant le nom de la seigneurie. Les voies qui bordent sa juridiction sont des itinéraires importants pour deux d’entre elles. Venant de Plaissan et allant vers Canet, le cami salinier ou chemin du sel reliait les étangs du littoral au Lodévois et au Larzac par Clermontl’Hérault97. Son rôle perdure aujourd’hui à travers les frontières communales du Pouget et de Puilacher. D’autre part, le chemin reliant ces deux villages, à l’est de l’étang, est en fait un grand axe rectiligne de la rive gauche de l’Hérault en direction de Gignac. L’hypothèse d’un axe protohistorique reliant plusieurs oppida, dont celui de Saint-Gervais, près de l’étang de Piperelle, a été proposée. Il est en tout cas à l’évidence antérieur à la formation des villages qu’il évite le plus souvent. Cet itinéraire est aussi une route du sel médiévale qui reliait Aniane et ses salines98.

  • 99 domamus tibi Admalberto in villa Franconica qui vocatur stagno Piperella, qui est in territorio (...)
  • 100 L’église est appelée Sancta Maria de Stagno jusqu’au début du xiie siècle, puis Sancta Maria de Ro (...)
  • 101 Cf. la récente mise au point de L. Schneider : « Territoires savants, territoires vécus dans l’anc (...)

32La structuration morphologique du territoire seigneurial de l’Estang au xive siècle est particulièrement homogène, puisqu’elle repose uniquement sur des « voies publiques », dont deux ont une fonction économique régionale et correspondent à des tracés probablement très antérieurs au Moyen Âge. Pour autant, il ne faut pas perdre de vue que ce territoire seigneurial est très réduit : il ne fait pas plus de 1,5 km2. Il serait abusif d’y voir à coup sûr les contours de la villa antérieure. C’est pourtant une hypothèse recevable dans la mesure où son nom exprime la relation étroite à l’étang, ce qui est aussi le cas du domaine seigneurial qui en est l’héritier. Pourtant, les donations effectuées au profit d’Aniane paraissent avoir eu une incidence sur les limites administratives : l’église Sainte-Marie est d’abord localisée dans la villa lorsqu’elle est donnée à Aniane99, puis elle est en bordure extérieure du domaine seigneurial ultérieur, qui reste néanmoins dans sa paroisse100. L’ampleur des modifications territoriales n’est pas décelable, mais il faut éviter toute simplification réductrice tant la genèse de la villa est loin d’être univoque et entièrement perceptible101.

  • 102 A. Delouvrier, Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget…, p. 151-152.
  • 103 En 1371, seule une boria de Stagno cum suis edificiis est citée dans le domaine vendu. Par contre, (...)
  • 104 rées. Une récente étude des maisons fortes bourguignonnes décrit bien ce phénomène : H. Mouillebouc (...)
  • 105 Dans l’acte de vente de 1378 (cf. l’extrait cité supra à propos des limites de la seigneurie), ell (...)
  • 106 Abondants fragments de dolia et de tegulae, blocs en grand appareil, deux meules circulaires en ba (...)
  • 107 Indiqué sur les plans-terriers de Rouvièges, il a été révélé à l’occasion d’un charruage et a four (...)
  • 108 Ecclesiam Sancte Marie de Stagno, […] cum domibus que juxta ecclesiam sunt : Aniane, acte CCLXXI, (...)
  • 109 ad dictam carrieram que protendit versus dictam ecclesiam de Rovegia, prout protendit ultra mansos (...)

33L’autre élément structurant du domaine est l’habitat (annexe 12). Les bâtiments actuels du domaine de l’Estang trouvent leur origine dans une résidence construite au milieu du xviie siècle par Paul d’Arnaud de la Cassaigne, trésorier général de France, intendant des gabelles en Languedoc, qui achète la baronnie du Pouget en 1618, puis la seigneurie de l’Estang en 1625. Il décide d’abandonner le château du Pouget pour s’installer à l’Estang où il réhabilite l’ancienne demeure seigneuriale et rénove le domaine102. C’est là un joli retour aux origines : passés de la villa au castrum au xie siècle, les seigneurs du Pouget retournent six siècles plus tard sur les terres de leur premier patrimoine… Cet aménagement de l’époque classique, dont témoignent aussi les allées perpendiculaires centrées sur le château et qui n’ont probablement rien à voir avec le parcellaire de l’étang, est une reprise d’un premier château seigneurial qui semble remonter à la seconde moitié du xive siècle103. C’est un exemple parmi tant d’autres des maisons fortes que les nobles font alors installer au milieu de leurs terres, tournant en quelque sorte le dos aux villages et à leurs communautés104. Le choix du site semble répondre à au moins trois préoccupations : éviter la zone la plus humide de l’ancien étang, éviter aussi la proximité immédiate d’Aniane, près de Sainte-Marie, et, par contre, être tourné directement vers le Pouget. Ce choix aristocratique de la fin du Moyen Âge paraît différer de ceux qui ont pu être faits aux époques antérieures. Il est frappant d’observer l’occupation du quartier de Rouvièges, entre le ruisseau du même nom, le domaine de l’Estang et le territoire de Puilacher. C’est donc là qu’est située l’église Sainte-Marie, citée avant l’an mil. Elle n’est pas seule puisqu’un autre lieu de culte, qui n’a pas été répertorié jusqu’à présent, la chapelle Sainte-Marie-Madeleine, est toute proche. Mentionnée en 1378, elle est peut-être associée au château de l’Estang, mais sa dédicace pourrait la rendre plus ancienne105. Enfin, des prospections ont permis de mettre en évidence un établissement rural antique occupé de la fin du ier siècle av. J.-C. au iiie siècle106. La proximité des lieux de culte et du site antique est remarquable, ainsi que leur relation étroite avec la grande voie de Gignac à Pézenas dont le rôle et l’ancienneté probable ont été soulignés. Il est par conséquent tentant de voir dans le site des Rouvièges le pôle de peuplement de cet espace autour de l’étang du Pouget, avec un établissement rural antique et des micro-déplacements de sites à proximité d’une voie majeure. En effet, Sainte-Marie-de-l’Estang et son cimetière107 ne sont pas isolés : au xie siècle, des habitations sont situées à côté de l’église108 et encore à la fin du xive siècle des mansi sont tous proches109.

  • 110 Toute cette analyse est développée pour le dossier pougétois par L. Schneider, « Habitat et genèse (...)

34C’est là un modèle d’évolution d’occupation du sol connu : le domaine rural se structure autour d’un pôle ecclésial qui reste de taille modeste pour ce qui est de l’habitat, alors que l’église est chef-lieu de paroisse. La situation est inverse au castrum du Pouget qui capte les populations mais dont le centre paroissial, Saint-Saturnin, est à deux kilomètres. La réorganisation du peuplement est lente, incomplète, faite autant, sinon plus, de superpositions de strates que de rénovations radicales par élimination110. L’étang de Piperelle a suscité une organisation domaniale qui s’est maintenue jusqu’à la Révolution, mais sans provoquer un peuplement dense, celui-ci s’étant regroupé sur les hauteurs du Pouget. La raison profonde en est que ce domaine est avant tout un micro-terroir de bonnes terres humides que les grandes familles aristocratiques ont conservé, malgré les donations partielles à Aniane, chèrement acquises en fait par le monastère qui dut désintéresser financièrement les héritiers d’Ingelinus, signe que le jeu en valait la chandelle…

  • 111 Aniane, acte CCXCV (1114), p. 418-419. La pêche est pratiquée avec des filets (vertelonum).
  • 112 L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et d (...)
  • 113 Outre la pêche, elles sont qualifiées de cultis et incultis, pratis, silvis, pascuis, ortis, aquis (...)
  • 114 A. D. Hérault, G 3915. Cf. ch. 3, 3.

35En effet, le territoire est somme toute de taille réduite : c’est un quadrilatère quasiment carré d’un kilomètre de côté dans ses limites du xive siècle, l’ancien étang occupant la majeure partie (une soixantaine d’hectares). Certes, là aussi, la réalité hydrographique échappe et ne peut être approchée que par des sondages. La dépression du Pouget, comblée de limons et d’argiles lacustres (FL) et entourée de collines mollassiques, devait être assez lacustre au début du xiie siècle pour que les moines d’Aniane, dès qu’ils ont obtenu gain de cause sur leurs droits à Rouvièges et dans l’étang, passent un accord de pêche avec des laïcs qui doivent être les seigneurs111. Comme ailleurs, la cuvette paraît avoir contribué à fixer des habitats dès la protohistoire avec l’oppidum de Saint-Gervais (VIe-Ier av. J.-C.), le dolmen des Croses (occupation ou dépôts votifs, Ier av.-Ier ap. J.-C.) et le site de Rouvièges (fin du ier siècle av. J.-C. au iiie siècle) déjà évoqué. Mais aucun de ces sites n’étant de grande ampleur (moins de 1000 m2) ; il faut par conséquent être réservé sur l’importance de cette occupation, ce qui fait dire à L. Schneider qu’il s’agit d’une « zone de colonisation d’époque carolingienne » sans « site antique majeur », contrastant avec les proches terrasses alluvionnaires de l’Hérault112. Néanmoins, la restructuration des terroirs évoquée par les textes aux ixe-xe siècles n’est pas incompatible avec une mise en valeur plus ancienne, même si elle a pu connaître de très longues interruptions. Comme il vient d’être souligné, les difficultés faites par les ayants droit d’Ingelinus tout au long du xie siècle soulignent l’intérêt d’un terroir aux ressources appréciables liées au milieu humide113. Pourtant, l’étang suit le sort de beaucoup d’autres. Son assèchement, non daté jusqu’à présent, a lieu peu avant 1265. L’acte opposant alors l’évêque de Béziers et le recteur de Sainte-Marie porte sur les droits de dîme stagni noviter decicati, est-il dit114. Là encore, l’empressement à se disputer les dîmes novales signifie que les récoltes attendues ne paraissent pas négligeables.

36La similitude entre Pézenas et Le Pouget, objets de ces deux approches monographiques, tient au fait que l’étang a servi de support à la définition spatiale d’un domaine seigneurial qui en a pris le nom. Pour autant, l’attraction qu’il exerce doit être relativisée dans le cas de Pézenas, puisque tout laisse supposer que les templiers ne créent leur grange de l’Étang que pour réaménager la cuvette et la transformer en terroir agraire de qualité. Donc, c’est plus l’espace humide maîtrisé, complètement anthropisé, qui est la raison d’être de la présence templière. Au Pouget, le terme de l’évolution est le même puisque l’étang de Piperelle est entièrement drainé au milieu du xiiie siècle et que la dépression asséchée est au centre d’une seigneurie qui se réduit géographiquement presque à lui. Mais là, les modalités de l’occupation sont plus complexes. Le cartulaire d’Aniane permet de remonter jusqu’au ixe siècle, et même au-delà avec le bref d’Ansefred, et démontre la grande continuité de la structuration territoriale autour de l’étang qui donne son nom à une villa d’époque carolingienne. Mais de quelle structuration faut-il parler ? Elle paraît à la fois administrative et foncière. La discordance jusqu’au xie siècle entre le cadre de la villa et les honores est évident. Ingelinus concède un honor dans la villa, mais ce n’est pas toute la villa : ses descendants approuvent sa donation, mais conservent la majorité des terres et des droits. Aniane s’introduit dans la villa et cohabite avec les seigneurs du Pouget, d’où le partage sur les droits de pêche en 1114 qui concerne les seigneurs fonciers de l’étang. De même, la seigneurie que délimitent les actes de vente de la fin du xive siècle est une seigneurie « banale », avec sa pleine justice et sa juridiction. À l’intérieur de son périmètre, les moines y ont toujours des terres, héritées des legs antérieurs. Par conséquent, autour de l’étang du Pouget, deux espaces territoriaux s’emboîtent sans se superposer. Le territoire administratif et judiciaire de la seigneurie de l’Estang du xive siècle reprend probablement l’ossature générale de la villa des ixe-xe siècles, alors que l’étang lui-même et les terres sont partagés entre deux possesseurs, l’un laïc, l’autre monastique.

L’étang partagé : droits et bornage

37Que bon nombre d’étangs soient situés aux confins des finages implique souvent un partage des droits de seigneurie ou d’usage. Effectivement, l’examen des possesseurs de quelques étangs aux xiie-xiiie siècles (Fig. 7), là où les sources permettent de les identifier, fait apparaître la fréquence de « multiseigneuries » d’étang, à deux, trois ou quatre seigneurs selon la dimension de l’espace à partager. Cette situation est générale, puisqu’elle affecte aussi bien de petits étangs, comme Poussan (Béziers-Colombiers), ou les plus grosses unités, à Marseillette et Montady. Cette division répond parfois à des situations de limite de seigneuries voisines : l’étang est alors partagé entre les territoires, comme ceux qui viennent d’être cités. Pourtant, les établissements religieux modifient de nombreuses fois ce schéma simple. Les donations et les ventes dont ils bénéficient leur permettent de s’introduire dans la répartition des droits en tant que seigneurs fonciers.

Fig. 7. Les seigneurs fonciers de quelques étangs languedociens aux xiie- xiiie siècles

Étangs

Seigneurs fonciers

Béziers-Poussan

S. de Colombiers / les Bofat de Béziers

Colombiers-Fontenay

S. de Colombiers

Fleury

S. de Pérignan

Le Pouget

S. du Pouget / monastère bénédictin d’Aniane

Marseillette

S. de Capendu / S. de la Redorte / monastère bénédictin de Caunes-Minervois / monastère bénédictin de Lagrasse

Montady

S. de Colombiers / S. de Montady

Montredon

monastère cistercien de Fontfroide

Narbonne-Jonquières

S. de Jonquières, puis monastère cistercien de Fontfroide

Ouveillan-Étang salé

S. d’Ouveillan / autres laïcs / monastère cistercien de Fontfroide / chapitre cathédral Saint-Just de Narbonne

Ouveillan-Preissan

monastères cisterciens de l’Ardorel et de Fontfroide / hospitaliers de Grézan / autres laïcs

Pézenas

templiers de Pézenas

Puilacher-Tressan

prieuré canonial de Cassan

Quarante-Pradels

S. d’Ouveillan / chapitre canonial de Quarante

Villeveyrac-Tortorières

monastère cistercien de Valmagne

  • 115 L’ancienne communauté médiévale de Pérignan prend une première fois le nom de Fleury en 1736, puis (...)

38C’est le cas des bénédictins d’Aniane au Pouget, de ceux de Lagrasse et de Caunes à Marseillette, des hospitaliers à Preissan, des cisterciens de Fontfroide aussi à Preissan et à l’Étang salé d’Ouveillan. Plus d’une fois, cette intrusion débouche sur l’acquisition complète de l’étang, ainsi à Montredon, Pézenas, Puilacher-Tressan et Tortorières. Le seigneur de Pérignan-Fleury115 est le seul laïc de cet échantillon à posséder entièrement un étang de taille moyenne. Cette exception tient largement au fait que ce seigneur n’est autre que le vicomte de Narbonne jusqu’en 1271, puis une branche secondaire du lignage vicomtal.

  • 116 Il omet, par exemple, l’archevêque de Narbonne, qui détient des étangs du littoral, comme Sigean, (...)
  • 117 quando piscabimus in stagno, piscabis et tu cum duobus vertolonis, unum pro amore et alterum pro u (...)
  • 118 quicumque vero illorum ibi piscari voluerit admoneat alium, et dividant piscatum per medium factis (...)

39Même si ce rapide tour d’horizon des seigneuries d’étang est incomplet116, il suffit pour se rendre compte de la fréquence des situations où les droits et les produits doivent être partagés. L’intérêt est de constater que la répartition débouche sur une matérialisation de ces droits dans les étangs. En fait, les droits seigneuriaux peuvent être exigés selon deux procédures. La première solution consiste à répartir équitablement les revenus. Les droits de pêche, que les chartes précisent fréquemment, en donnent l’exemple. Au Pouget, l’accord de 1114 entre Guilhem Asallit et Aniane prévoit que les deux parties pêchent simultanément, ou se préviennent lorsque l’une des deux l’a fait de son côté117. Dans l’étang de Cocmérac, l’abbé de Quarante et Bérenger d’Ouveillan divisent entre eux par moitié les poissons qu’ils prennent118. Dans ces deux cas, l’étang est considéré comme un tout, entièrement accessible aux différents seigneurs.

  • 119 nullus discedendo a lytore dicti stagni quantum confrontatur in dicto terminio nec aliunde intrand (...)
  • 120 Ducarouge, fol. 271-v, no 4.
  • 121 maf , fol. 178, no 26.

40L’autre procédure consiste à partager l’étang pour jouir des droits dans la portion qui revient à chacun. Cette disposition paraît la plus fréquente et implique par conséquent un partage physique. Le braconnage commis dans l’étang de Marseillette en 1409 expose clairement cette partition. L’infraction dénoncée consiste à pêcher sans autorisation à l’intérieur d’une juridiction (in juridictione), en l’occurrence celle du prieuré de Saint-Martindes-Courts appartenant au chapitre du monastère de Lagrasse. Cette juridiction est déterminée à partir de la ligne du rivage confrontant le territoire du prieuré (ad lytus dicti stagni confrontanti cum terminio Sancti Martini de Curtibus119). Pourtant le texte ne précise pas comment il est possible de savoir que les pêcheurs se trouvent dans la partie de l’étang de Marseillette appartenant au prieuré. Mais d’autres sources décrivent sans ambiguïté les modalités du fractionnement et du bornage de plusieurs étangs en eau. Ainsi, l’étang Maynard (près de Poussan) doit être asséché en 1234. Dans l’analyse moderne de l’acte déjà évoquée, les seigneurs, celui de Colombiers et Aimeric Bofat, attribuent leurs terres : « Duquel étang portion est du terroir dudit Colombiers ainsi qu’en appert par les bornes appartient audit de Colombiers, et l’autre portion qui est la plus grande est du terroir de Baxano (Bayssan) appartenant audit Bozat120. » Il existe donc déjà un bornage qui permet de diviser les nouvelles terres sans difficulté. Dans l’étang ouveillanais de Preissan, il s’agit de déterminer ce qui revient aux cisterciens et aux hospitaliers. Un accord trouvé en 1227 attribue aux seconds « six parts sur la seigneurie, pêche, novene et aiguilles de l’étang de Preisse jusqu’aux bornes qui ont été mises », les cisterciens recevant quatre parts, « les dix faisant le tout121 ». Dans ce cas, le bornage a donc été réalisé pour déterminer sans discussion ce qui revient à chacun.

  • 122 Doat 59, fol. 118 (HGL, t. VIII, c 390-391, no 62) (1188) ; Ducarouge, fol. 292, no 29 (1188), 293 (...)
  • 123 « Transaction sur différent entre le vénérable chapitre [Saint-Just], le monastère de Fontfroide, (...)
  • 124 « Sentence arbitrale prononcée sur le différent d’entre le vénérable chapitre, d’une part, et le s (...)

41Dans l’Étang salé d’Ouveillan, la situation est plus complexe car elle résulte de plusieurs litiges émaillant la fin du xiie siècle et tout le xiiie. Il faut dire que les enjeux paraissent plus importants. Les textes s’échelonnent sur un siècle, de 1188 à 1284122. Le premier, déjà évoqué, est un jugement d’Ermengarde, vicomtesse de Narbonne, sur les droits du chapitre Saint-Just de Narbonne, de Raimond Bérenger d’Ouveillan et de trois autres laïcs. L’arbitrage porte sur la pêche, la chasse et le sel. Contrairement au souhait des deux premières parties, les parts dans l’étang ne sont pas partagées par moitié, mais par tiers, en leur défaveur. En 1222, un nouveau partage concernant la pêche et la chasse divise les portions en douze, dont cinq à l’abbaye de Fontfroide. Des contestations ressurgissent en 1259 et débouchent sur un nouvel arbitrage stipulant que l’affectation des parts est suivie d’un bornage de l’étang effectué par les « amis » des parties123. La question du sel est plus difficile à résoudre. Après la sentence de 1188, il est précisé en 1204 que la récolte du sel se fait dans le cadre de « deux faïsses de terre » attribuées aux ayants droit. En 1266, la présence de Fontfroide oblige, comme pour la pêche et la chasse, à revoir les décisions antérieures. Aucun bornage n’est effectué, mais les limites des faïsses de sel sont données et décrivent un partage en deux qui pourrait correspondre à ce qui était décidé en 1204124.

42Il faut regretter que les textes utilisés soient, à l’exception de celui de 1188, des analyses modernes réductrices et peut-être incertaines. Il reste que leur contenu ne laisse pas de doute sur les points essentiels. Des étangs – sinon tous – sont bornés de telle manière qu’il est possible de reconnaître les parts revenant à chacun. Les conflits d’intérêt semblent avoir joué un rôle dans cette matérialisation des droits seigneuriaux, comme à Preissan, probablement, et à l’Étang salé, explicitement. Ce bornage apporte une nouvelle preuve de la pleine intégration des zones humides, partagées et bornées comme tout espace pour faire valoir des droits, et plus particulièrement pour tirer profit des revenus. Il pourrait succéder à une phase pendant laquelle l’indivision prédomine, comme au Pouget et à Cocmérac, et marquer ainsi le déclin de la coseigneurie au profit de la « multi-seigneurie ». Les antagonismes matérialisés par les bornes, sensibles à l’Étang salé pendant un siècle, attestent de l’âpreté au gain des seigneurs, surtout religieux en l’occurrence, et du fait que l’étang est un point de cristallisation de ces comportements. L’autre remarque porte sur la nature du bornage : les analyses – et les actes eux-mêmes peut-être aussi – ne disent pas où se trouvent les bornes. Sont-elles uniquement en périphérie ou aussi à l’intérieur des cuvettes ? La question n’est pas secondaire, car de la réponse il est possible d’avoir des indications sur la profondeur du plan d’eau. Des bornes placées dans un étang doivent être visibles : c’est leur rôle. Si c’est le cas, trois possibilités se présentent : soit la profondeur de l’eau est très faible, soit l’eau disparaît en période estivale et révèle alors le bornage – mais cela ne paraît guère pratique lorsqu’il faut régler un litige –, soit enfin les bornes sont très hautes.

  • 125 P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval (v. 1355–v. 1 (...)
  • 126 Chapitres 29, 49, 74 et 81 du traité de bornage. P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres (...)
  • 127 Début du chapitre 29 : Item, atermenador, entent et apren, si tu eras requist d’atermenar per gens (...)
  • 128 Une canne d’Arles fait 2,04 m : idem, t. I, p. 175.
  • 129 Chapitre 49 : Quapitol per declarar la dreysiera d’un terme colquat et en luoc aygos pausat e cube (...)
  • 130 La borne couchée dans l’eau est recherchée à l’aide d’un instrument calculant la direction, le cad (...)

43Cette question du bornage des terrains marécageux est examinée par l’arpenteur arlésien Bertrand Boysset. Les célèbres traités d’arpentage et de bornage qu’il a rédigés au début du xve siècle ont été récemment étudiés et édités par Pierre Portet125. Plusieurs chapitres de La siensa d’atermenar traitent des méthodes à suivre pour le bornage des lieux recouverts d’eau, marais ou étang126. La situation d’Arles, où vit et travaille Boysset, explique l’intérêt porté à cette question délicate qui requiert des techniques adaptées. Si la profondeur de l’eau est faible et le terrain ferme, les bornes doivent être plantées comme ailleurs en pierre127, sinon elles sont remplacées par des pieux (pal) ou des planches (plana) de bois immergés. Mais si le marécage s’assèche (quant serie sequat et eysug, se s’esdevenie que seques), il faut remplacer ces bornes de bois par de grandes bornes de pierre d’une canne de hauteur, soit un peu plus de deux mètres128. Le cas des bornes de pierre devenues invisibles parce qu’elles se sont couchées sur le côté dans l’eau est aussi traité129. La borne est recherchée par l’arpenteur dans l’eau. Une fois qu’elle est retrouvée, il la redresse et il pose des pieux (palm o lansa) en alignement dans le marécage entre la borne et la limite des possessions sur la terre (planche 19). Les parties en cause valident ensuite le bornage. La même opération est examinée dans le chapitre 74, mais avec des techniques plus sophistiquées130.

  • 131 Procès-verbal : Archives communales de Saint-Mitre, DD 1. Le dossier est présenté dans : F. Trémen (...)
  • 132 « Les consuls, durant le mois d’août que les maretz sont d’ordinaire seches, acistes d’aucungs du (...)

44L’ouvrage de Bertrand Boysset, même sous sa présentation très concrète, reste un traité. Deux exemples précis permettent de rapprocher les conseils qu’il prodigue aux arpenteurs des conflits de bornage en milieu aquatique. Le premier concerne l’étang de Lavalduc, à l’ouest de l’étang de Berre. Un procès-verbal de bornage de l’étang daté de 1551 est rédigé à la suite d’un désaccord entre les trois communautés riveraines, Fos, Istres et Saint-Mitre. Un témoin, en présence des juges, rentre dans l’étang, alors « peu profond », jusqu’à une borne couchée et la redresse, attestant ainsi les limites qui faisaient l’objet de la contestation. Or, lorsque l’étang est asséché en 1969, plusieurs bornes sont retrouvées dans la cuvette drainée, ainsi qu’un chemin axial empierré et une trame de galets131. Sans que les informations données précisent la date de mise en place de ces bornes, sans savoir non plus si le bornage a été fait lors d’une période d’exondation, il ressort néanmoins deux faits significatifs. En premier lieu, l’étang de Lavalduc est un gros producteur de sel au xvie siècle : le conflit de bornage est probablement lié aux intérêts en jeu, ce qui n’est donc pas sans rappeler la situation d’Ouveillan. D’autre part, quel que soit le moment où les bornes ont été installées, les riverains du xvie siècle connaissent leur emplacement, même lorsqu’elles sont masquées par l’eau. Par conséquent, elles fonctionnent à cette époque et servent de repères pour un plan d’eau peu profond. Le deuxième exemple se situe à Aimargues, sur la rive gauche du Vidourle. Les statuts municipaux du village rapportent qu’en 1625 les consuls, assistés de nombreux témoins, vont vérifier dans le marécage les limites et replanter les bornes qui auraient été « arrachées ». Il est précisé que cela eut lieu « durant le mois d’août que les maretz sont d’ordinaire seches132 ». Là aussi, il paraît nettement que les bornes de limitation sont employées dans un espace humide marécageux et qu’il est plus facile de les atteindre lorsque les eaux sont retirées ou basses, en août.

45Ces deux exemples, bien que postérieurs à l’époque médiévale, confirment les propos de Boysset et montrent que le bornage des zones humides n’est pas seulement périphérique, mais les traverse, que les bornes soient en bois ou en pierre. Il faut par conséquent envisager que cette pratique corresponde aux bornages mentionnés dans les textes languedociens du xiiie siècle. Elle suppose des niveaux d’eau relativement faibles et le paysage serait alors plus proche du marécage ou du palun provençal que du plan d’eau lacustre. Ce paysage apparaît par conséquent très délimité, contrôlé, en un mot anthropisé, et ceci, il faut le souligner, avant les drainages de grande ampleur qui touchent par la suite ces étangs. La pose de bornes délimitant les juridictions seigneuriales et les possessions foncières renforce encore une fois le constat de plus ne plus affirmé que les zones humides, en l’occurrence les dépressions endoréiques languedociennes, sont loin d’être considérées comme des lieux intermédiaires, « incertains », entre l’ager et le saltus, à la périphérie des terroirs agraires. Cette représentation est largement à nuancer. L’étang est double. Il borde de nombreux finages et sert de trait d’union, mais cet éloignement n’est souvent qu’apparent car il dissimule en fait une organisation des terroirs et des territoires dans laquelle il peut occuper une place essentielle. En témoignent les nombreux villages situés en périphérie immédiate et les seigneuries cherchant à en capter efficacement les fruits, soit en organisant des domaines à partir d’un étang, comme le Pouget en offre l’exemple parfait, soit par un partage négocié des droits s’inscrivant dans le paysage rural par la pose de bornes. Aussi, l’assèchement apparaît beaucoup moins une rupture qu’il n’y paraît a priori. Il n’est pas le passage d’un état sauvage à un terroir maîtrisé, ni l’intégration d’un espace en marge car il est déjà tout à fait exploité selon des règles et des procédures dont témoignent abondamment les transactions et les sentences arbitrales.

***

  • 133 M. Derruau, « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang »… Sa genèse géomorphologique exp (...)

46Il est temps d’observer comment la société languedocienne médiévale est intervenue pour transformer un paysage rural où les espaces humides s’intercalaient entre l’ager traditionnel et les garrigues. Le regard qui vient d’être porté sur les étangs en eau, regard à la fois environnemental, économique, social et spatial était indispensable pour tenter de comprendre le pourquoi des assèchements. Il peut se résumer à cette question : quelles raisons justifient la perte de ressources exploitées depuis des siècles ? Les informations des textes du xiie siècle offrent l’image d’un milieu exploité et géré, partie prenante des zones d’exploitation. C’est au xiiie siècle que le basculement vers une autre attitude se manifeste à travers le passage du drainage mesuré de l’espace humide à son élimination radicale. Il faut faire une place aux mutations hydrographiques, tout en restant prudent, tant il est encore difficile d’avoir des données tout à fait sures. Les signes sont même plutôt contradictoires : les bornages d’étang et les imbrications des terres et de l’eau laissent entendre qu’au xiiie siècle les dépressions paraissent plus paludifiées que lacustres. Mais, d’autre part, les données environnementales insistent plutôt sur l’humidification de cette période de transition vers le Petit Âge glaciaire et plaident donc en faveur d’une élévation des plans d’eau. Les textes ne vont guère dans ce sens, sauf à l’extrême fin du xiiie siècle, et ce n’est jamais une explication qu’ils donnent à l’assèchement. Mais il faut se garder de trop attendre de sources qui sont en général laconiques, voire silencieuses, pour évoquer le milieu environnant. C’est du côté de l’archéologie et des études paléoenvironnementales que peuvent venir d’autres informations sur l’état des dépressions fermées afin d’apprécier l’impact du milieu sur les comportements. Si les modifications climatiques ont pu influencer les changements d’attitude, les choix économiques transparaissent aussi. Ainsi, le seul grand étang à avoir échappé aux projets de drainage, celui de Capestang, est aussi le seul à posséder d’importantes salines. Ses revenus élevés expliquent très certainement qu’il faut attendre les grandes entreprises du xviie siècle pour qu’une première tentative soit mise en œuvre133. Par conséquent, ce qui semble se dégager, avec encore beaucoup d’interrogations, c’est que la paludification marquée des cuvettes facilite les assèchements, mais que les intempéries de plus en fréquentes dans la seconde moitié du xiiie siècle demandent à renforcer les réseaux de drainage. Pourtant, les considérations sur le rôle du milieu ne doivent pas occulter que le choix de l’assèchement n’est pas à confondre avec la mise en place d’un drainage régulateur, qui existe souvent depuis très longtemps. Ce dernier ne supprime pas le milieu humide, il s’en sert ; par contre l’assèchement élimine les ressources traditionnelles. C’est donc une autre logique économique qui pose beaucoup de questions sur les acteurs et les modalités de cette modification essentielle du paysage languedocien.

  • 134 L’« originalité du comportement des aménageurs romains par rapport au parti que les sociétés proto (...)

47L’aménagement des zones humides est lié au fonctionnement des sociétés, à leurs besoins, mais pour autant l’eau n’est pas toujours objet de conquête, de domestication. Pour une époque différente, P. Leveau ne place pas les entreprises romaines sur un plan technique, mais les interprète comme une volonté de domination de l’espace. Les sociétés protohistoriques avaient la capacité d’assécher, mais leurs relations au milieu sont autres : c’est donc une question de « mentalité » autant que de contexte économique134. Cette analyse pose le problème du sens à donner aux assèchements : s’agit-il d’une politique volontariste d’acteurs publics (État) ou privés (seigneurs, entrepreneurs) dans un contexte de croissance économique et démographique ? Quelle place faut-il accorder aux communautés villageoises dont les intérêts peuvent différer de celle des possédants ? Pour tenter de répondre à ces questions, il faut d’abord mettre au jour les grands traits chronologiques et géographiques des opérations d’assèchement, puis en identifier les promoteurs et leurs objectifs.

Notas

1 Cette partie a été enrichie des observations et des corrections de J.-F. Berger. Qu’il en soit vivement remercié.

2 Cf. ch. 1, 2.

3 P. Blanchemanche, J.-F. Berger, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, C. Raynaud, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard) »…

4 J.-F. Berger, « Les facteurs de l’érosion : méthodes d’analyse et conceptualisation des processus » et « Les étapes de la morphogenèse holocène dans le sud de la France », S. van der Leeuw, F. Favory, J.-L. Fiches (dir.), Archéologie et systèmes socio-environnementaux. Études multiscalaires sur la vallée du Rhône dans le programme archaeomedes, cnrs, Paris, 2003, 402 p., Monographies du cra, 27, p. 45-85 et 87-167.

5 J.-F. Berger, J.-L. Brochier, « Les apports de la géoarchéologie à la connaissance des paysages et des climats de l’époque médiévale en moyenne vallée du Rhône », O. Maufras (dir.), Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et basse vallée du Rhône ( viie- xve siècle) : contributions des travaux archéologiques sur le tracé du TGV-Méditerranée à l’étude des sociétés rurales médiévales, 49 p. et 12 figures, à paraître. Je remercie J.-F. Berger de m’avoir communiqué ce texte avant sa publi

6 Pour le Lez et le Vidourle, la chronologie des rythmes hydrosédimentaires est la suivante, proposée aussi avec prudence concernant sa généralisation à l’ensemble du littoral étudié [d’après Blanchemanche et alii, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard) »…] : – Du ve au ixe siècle, important alluvionnement, avec des discontinuités, – du ixe au xive siècle (terminus ante quem incertain) : stabilité hydrologique, – du xive au xixe siècle : alluvionnement considérable, bien supérieur à ceux qui l’ont précédé. À titre comparatif, sur le début du Petit Âge glaciaire dans les Alpes : J.-P. Bravard, « La métamorphose des rivières des Alpes françaises à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », Bulletin de la Société Géographique de Lyon, 4, 1989, p. 191-196.

7 A. Durand évoque la « péjoration sèche assez intense » des xie-xiiie siècles et l’accélération du processus de défrichement autour de l’an mil : « La transformation et la rétraction – sinon la disparition – des milieux palustres et humides au tournant du xie siècle au profit des champs et des prairies est, de l’Italie à la Catalogne, l’un des processus qui se lit le plus universellement dans tous les profils polliniques et anthracologiques. » A. Durand, « Les milieux naturels autour de l’an mil. Approches paléoenvironnementales méditerranéennes », P. Bonnassie, P. Toubert (éd.), Hommes et sociétés dans l’Europe de l’An Mil, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2004, coll. Tempus, 439 p., p. 73-100, citations p. 78 et 95.

8 Si E. Le Roy Ladurie (Histoire du climat depuis l’an mil, Paris, 1967, rééd. Flammarion, Paris, 1983, 2 vol., 287 et 254 p., vol. 2, ch. VI sur le « Petit Optimum » médiéval), à partir de l’étude des glaciers, est partisan d’un Optimum médiéval s’arrêtant au xiie siècle et laissant place à une phase de transition au xiiie siècle, P. Alexandre (Le climat en Europe au Moyen Âge, ehess, Paris, 1987, 827 p.) estime, à partir de l’étude des sources littéraires, qu’il n’en est rien et que le xiiie siècle est la phase finale de l’Optimum, précédant une brusque dégradation climatique. À partir de l’analyse sédimentologique de deux abris sous roche méditerranéens (Font-de-l’Oule à Fontaine-de-Vaucluse, dans le Vaucluse, et Font-Juvénal à Conques, dans l’Aude), J.-É. Brochier avait distingué une phase « humide et tempérée » au xiiie siècle : « Deux mille ans d’histoire du climat dans le midi de la France : étude sédimentologique », aesc , no 2, 1983, p. 425-438. Par ailleurs, il faut se méfier des analyses trop globalisantes. Les études menées dans la péninsule ibérique sur les inondations historiques à partir des sources écrites font ressortir des variantes entre les bassins de l’Atlantique et ceux de la Méditerranée. Dans les premiers, les années 1150-1290 voient une assez forte fréquence des inondations dont le niveau est ensuite faible dans l’ensemble des régions jusqu’en 1400 pour reprendre ensuite un haut niveau : G. Benito, M. J. Machado, A. Pérez-González, « Climate change and flood sensitivity in Spain », J. Branson, A.G. Brown, K. J. Gregory (eds), Global Continental Changes : the Contest of Paleohydrology, Geological Society Special Publication, no 115, The Geological Society, London, 1996, p. 85-98. Même réserve pour une « global Medieval Warm Period » dans la synthèse sur le Petit Optimum médiéval de M.K. Hugues, H.F. Diaz, « Was there a “Medieval Warm Period”, and if so, where and when ? », Climatic Change, no 26, 1994, p. 109-142.

9 Défini, selon le Dictionnaire de la géographie de P. Georges (puf, 5e éd., Paris, 1993), comme une « étendue d’eau stagnante naturelle ou artificielle. Par leur taille ou leur profondeur, les étangs sont plus petits que les lacs et plus grands que les mares ». La définition peut être nuancée. Si la profondeur est plus faible dans les étangs, ceux du littoral languedocien sont plus étendus que bien des lacs alpins : R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Reclus - La Documentation Française, Montpellier - Paris, 3e éd., 1993, article « étang ».

10 Marais : « Nappe d’eau superficielle, stagnante, peu profonde et envahie par la végétation aquatique. Dus à un affleurement de la nappe phréatique, ou à un mauvais drainage, ou au colmatage insuffisant d’une dépression, les marais peuvent être littoraux, continentaux ou d’estuaires. Leur nappe d’eau est permanente, alors qu’elle est saisonnière dans un marécage » (P. Georges, Dictionnaire de la géographie).

11 À la différence du marécage où l’eau domine, les herbages et les plantes hygrophiles sont abondants dans le palun. L’eau est peu visible, mais imbibe le sol en hiver, alors que la nappe phréatique disparaît l’été, permettant le pâturage ou le fauchage des herbes : R. Livet, « Les paluns provençaux », Mélanges Bénévent, Gap, 1955, p. 241-253, définition p. 241. Les définitions de Livet et de Georges (cf. note précédente) se contredisent quelque peu : pour le premier, le marécage est permanent et pour le second, non. Nous emploierons les termes de marais et de marécage comme synonymes, pour les différencier du palun saisonnier.

12 Par contre, la distinction entre stagnum, « qui renvoie à l’étendue d’eau », et palus, le marais, semble claire pour le littoral : M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 350.

13 Aniane, acte cclxxxvii, p. 410-411 ; ccxcviii, p. 421-422. La présence des parcelles laniérées, les faixae, en milieu humide a été bien démontrée par A. Durand comme « une réponse à la colonisation des rivages » : Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 268-273 et 291-292. La faïsse avec pré serait un champ en terrasse soutenu par un talus engazonné utilisé par les troupeaux.

14 A. D. Aude, H 211, fol. 149v (1157), 153 (1172) et 155 (1174).

15 Pour le Roussillon, la prédominance des champs paraît très nette à proximité des étangs au xiie siècle, avec quelques prés comme à Bages. Au xiiie siècle, plusieurs faïsses sont répertoriées et les vignes font leur apparition, alors qu’elles étaient absentes au xiie siècle, ce qui est le cas aussi en Languedoc : C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 392-395.

16 A. D. Haute-Garonne, H Malte, inventaire de la commanderie de Grézan (xviiie siècle).

17 Rocque, III, Sigean, fol. 12-v, no 33.

18 A. D. Aude, C 1161 (copie moderne de 1686).

19 J.-F. Berger pose la question de la réalité de ces étendues d’eau. Ne s’agirait-il pas plutôt de tourbières avec des nappes d’eau proches de la surface ? (communication personnelle). Cette possibilité ne paraît pas pouvoir être généralisée : trop de textes évoquent les droits de pêche pour envisager qu’ils soient uniquement normatifs, déconnectés de la réalité hydrographique.

20 P. Squatriti, Water and Society in early Medieval Italy… ; C. Wickam, « Paludi e miniere nella Maremma toscana, XI-XIII secoli »…

21 D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) »… ; A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 294-295 ; L. Dautel, La pêche dans les étangs languedociens au Moyen Âge ( ixe- xve siècles), mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1999, 203 p. ; M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 382-400.

22 C. Puig, « Les ressources de l’étang et de la mer, dans la partie occidentale du golfe du Lion (du xiie au xive siècle) », M.-C. Marandet (éd.), L’homme et l’animal dans les sociétés méditerranéennes, 4e journées du CHRISM, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 2000, 179 p., p. 93-121 ; pour les marais proches d’Arles : É. Roucaute, « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 245-251.

23 En 1409, des pêcheurs de Puichéric sont condamnés à l’amende par le chapitre de l’abbaye de Lagrasse pour avoir pêché avec une grande barque (barca fustea magna) des carpes dans l’étang de Marseillette sans acquitter la redevance du onzième. P. Courrent, « Sur le droit de pêche dans l’étang de Marseillette au xve siècle », Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, t. XIX, années 1936-1938, p. XXXV-XLIV. En provenance d’Europe orientale, la carpe aurait été introduite volontairement dans sa partie occidentale au cours du xiiie siècle, selon les données textuelles et archéozoologiques actuelles : M.-C. Marinval, R. Bennarous, « La carpe (Cyprinus carpio), cette orientale qui séduit l’Occident au Moyen Âge », J.-M. Derex (dir.), La production des étangs du Moyen Âge à l’époque contemporaine…, p. 9-22. Sur la part entre processus naturels et interventions humaines dans la répartition de l’ichtyofaune : H. Persat, P. Keith, « La reconquête du réseau hydrographique français par les poissons d’eau douce à l’Holocène : à la nage ou à pied ? », J.-P. Bravard, M. Magny (éd.), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans…, p. 295-301.

24 Les lacunes de la documentation sont probables. En 1623, les communautés riveraines de l’étang de Marseillette y avaient traditionnellement les droits de chasse, pêche, dépaissance et coupe des herbes. Ces droits sont rappelés lors d’une nouvelle tentative d’assèchement : Mahul, t. IV, p. 236-241. Sur les droits de cueillette et de pâturage, et plus largement d’exploitation des marécages, l’exemple d’Arles et de la Camargue a été amplement traité par L. Stouff dans divers articles et dans sa thèse : Arles à la fin du Moyen Âge, Université de Provence, Aixen-Provence, 1986, 2 vol., 1053 p., en particulier dans le chapitre VII, « L’exploitation d’immenses zones incultes », p. 433-474 ; voir également : É. Roucaute, « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge »… Autre exemple : à Savone, sur le littoral palustre de la Ligurie italienne, les roseaux sont cultivés – pour les plafonds d’habitation en particulier – et protégés. Les statuts de Savone de 1345 établissent les règles de cette activité. La destruction des roseaux est un délit aussi important que celle d’une vigne ou d’un potager et l’accès des plantations est interdit aux chasseurs. D. Arroba, G. Deferrari, « Milieux humides côtiers à Savone : premières recherches d’écologie historique », M. Colardelle (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidentales…, p. 202-205.

25 Cf. Ch. 1, 3.

26 Sur la pêche dans les étangs littoraux et dans les lagunes en Languedoc et en Roussillon : C. Puig, « Les ressources de l’étang et de la mer, dans la partie occidentale du golfe du Lion (du xiie au xive siècle) »… ; L. Dautel, La pêche dans les étangs languedociens au Moyen Âge ( ixe- xve siècles), en particulier p. 23-31 sur les variétés de poissons et la consommation ; M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 383-387.

27 Sur les salines des étangs littoraux roussillonnais : R. Tréton, Sel et salines en Roussillon au Moyen Âge, mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1999, 3 vol., 144 p. et annexes.

28 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 387-390 ; A. Dupont, « L’exploitation du sel sur les étangs de Languedoc (ixexiiie siècle) », Annales du Midi, t. LXX, 1958, p. 7-25. Sur les droits du monastère d’Aniane et de l’Église de Béziers avant l’an mil : Duhamel-C. Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), thèse d’État, Université de Paris IV, 1994, t. II, livre 1, p. 482 (les seigneurs de Capestang).

29 M. Derruau, « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang », Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, t. 30, fasc. 3-4, 1996, p. 221-251. Sa genèse géomorphologique est particulière et en fait un étang à part dans la plaine languedocienne. Comme les autres cuvettes continentales, les étangs de Capestang et de Sigean sont d’anciennes dépressions fermées, mais ils ont été intégrés au milieu lagunaire par la hausse du niveau marin. L’épisode marin transgressif fut à son plus fort à une période mal datée, entre le Chalcolithique et la période romaine. Puis, lentement, le « golfe de Capestang » est à nouveau séparé du domaine lagunaire littoral par le développement du delta de l’Aude et redevient au Moyen Âge un étang paludifié. La phase lagunaire explique son importante salinité et, d’une certaine manière, le caractère tardif des tentatives d’assèchement. En plus de l’article de M. Derruau, les publications réalisées dans le cadre de l’ATP sur le bassin de l’Aude mettent bien en valeur cette morphogenèse : J. Guilaine (dir.), Temps et espace dans le bassin de l’Aude…, p. 281-318 et 433 ; P. Ambert, J. André, S. Leroy, « L’évolution holocène de la lagune de Narbonne (sud de la France). Premiers enseignements d’une recherche pluridisciplinaire initiée par Jean Guilaine », Cultures i medi de la prehistòria a l’edat mitjana. 20 anys d’arqueologia pirinenca. Homenatge al Professor Jean Guilaine, xe col. loqui international d’arqueologia de Puigcerdà, Puigcerdà i Osseja, 10-12 novembre 1994, Puigcerdà, 1995, 745 p., p. 63-70.

30 A. D. Aude, H 7 (inventaire des titres de l’abbaye de Lagrasse, 1494), fol. 90.

31 Dénomination mentionnée à partir de 1385 : A.M. Ouveillan, GG 25 (Reconnaissances de l’œuvre).

32 Doat 59, fol. 118 (HGL, t. VIII, c 390-391, no 62) ; Ducarouge, fol. 293, no 38 ; fol. 294v, no 53.

33 C. Benoît, Les étangs de la Dombes au Moyen Âge, xiiie- xve siècle

34 Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 295-296. Texte : Cartulaire de Valmagne, volume A, chapitre Vairaco, acte 21, fol. 108v-109 (A. D. Hérault, 1 Mi 260 : archives privées microfilmées).

35 Ad culturam reducere (marais de Saint-Rémy-de-Provence en 1336-1337 : A. D. Bouches-du-Rhône, B 507) ; « réduire en culture » (Étang salé d’Ouveillan en 1305-1306 : MAF, fol. 135v, no 107). Il semble que doit être compris ainsi un texte du cartulaire de Psalmodi de 1190 : Et si palus ad pratum redierit… et si palus seu pratum ad agriculturam redierit … Sont alors envisagées les transformations du marais en pré ou en terre cultivée, non une alternance cyclique des états du marécage. M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 393 et n. 109.

36 Pratiquement à la même date, en 1184, une situation similaire est décrite pour l’étang de Pradels (alors Cocmérac), à Quarante : si stagnum dictum volueritis irrigare aut desicare. La double hypothèse de l’irrigation et de l’assèchement est envisagée, comme à Tortorières. Doat 58 (abbaye de Quarante), fol. 144-145v.

37 quando sal ibi fiebat, et stagnum erat dessicatum, habebant ibi unam faixaiam… est-il dit en 1188. Les faïsses sont délimitées en 1266.

38 rectores predicte ecclesie in toto stagno semper perceperunt decimam tam de blado, feno et aliis et picibus… A. D. Hérault, G 3915.

39 Lorsque la charte évoque l’étang asséché, il est désigné (deux fois) par stagnum ; lorsqu’il s’agit des droits de dîme, l’expression est totum stagnum (deux occurrences ; cf. note précédente). L’adjectif totum pourrait signifier que les dîmes ne portent pas seulement sur l’étang, mais sur tout le domaine homonyme. Mais l’absence de mention relative à une circonscription ecclésiastique ou laïque ne permet pas d’en être sûr. Les relations entre l’étang et le domaine sont développées infra.

40 Ruisseau en occitan ; peut aussi désigner un fossé d’écoulement artificiel.

41 In rego de ipso stagno à Roujan (Fontputide) en 1084 (Médiathèque de Montpellier, Ms 519, fol. 11-12) ; « la gulle de l’étang » à Octobian en 1162 (A. D. Aude, H 211, fol. 150 ; la gulle est l’aiguille, c’est-à-dire le fossé artificiel d’écoulement de l’eau) ; le rec de l’étang à Preissan (Ouveillan) en 1191 (MAF, fol. 181, no 1).

42 C’est aussi l’analyse que font P. Horden et N. Purcell dans leur histoire de la Méditerranée. Les assèchements correspondent à un usage – extrême – du marais, parmi d’autres : « reclamation is only the most transformative of a whole range of symbiotic techniques for using the wetland environment » (p. 188). Un exemple est tout à fait convaincant. Les auteurs citent un document de 1759 décrivant des cultures temporaires et endiguées dans les zones inondées à Terracina, dans le Latium méridional : « The people of Terracina have the civil right to reclaim any plot of terrain that is inundated and that seems suitable to them, and every year in the summertime they drain a twentieth part with small ditches wich they surround with dikes. They sow maize and vegetables and collect fruits in great quantity – in general these little reclamations do not last, since when the winter comes, the rivers carry so much water that they overflow the low dikes and destroy the work of the farmer, who in the good season starts again and thinks in worth his efforts and investment in view of the money that the provisionally reclaimed land yields him. » (p. 189 ; d’après P. Attema, An Archaeological Survey in the Pontine Region. A Contribution to the Early Settlement History of South Lazio 900-100 B. C., Rijksuniversiteit Groningen, Groningen, 1993, 491 p., p. 50). P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Blackwell Publ., Oxford, 2000, 761 p. (chapitre sur les zones humides méditerranéennes : p. 186-190).

43 À Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), en bordure de la vallée du Rhône, près de Pont-de-Chéruy, le marais du Grand-Plan est envahi par des crues très terrigènes chargées en charbons de bois. Elles viennent d’être datées vers 720 ± 35 BP, soit vers 1260-1300. Dès lors, le marais présente une production organique beaucoup moins pure et les arrivées détritiques sont nombreuses jusqu’à la période contemporaine : J.-F. Berger et alii, en préparation. Je remercie J.-F. Berger de m’avoir communiqué ces données qui alimentent l’hypothèse d’une seconde moitié du xiiie siècle active et affectée par des crues violentes. Sur le site, mais pas au-delà du viiie siècle : R. Royet, J.-F. Berger, N. Bernigaud, E. Royet, « La gestion d’un milieu humide : le site du Vernai et le marais de Grand-Plan à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), de la Tène au haut Moyen Âge »…

44 Les données littéraires rassemblées par P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge…, pour le Languedoc au xiiie siècle sont peu nombreuses (treize années avec des notations météorologiques) et trop ponctuelles pour dégager de vraies tendances. Les pluies et les inondations l’emportent néanmoins (huit années) sur les sécheresses (deux années consécutives en 1266 et 1267). Il faudrait rentrer dans le maquis des documents de la pratique, à commencer par les cartulaires et les inventaires d’archives. Ainsi une inondation de l’Aude ayant emporté 200 maisons à Limoux en 1277 (A. D. Aude, H 514, Répertoire des titres de Prouille, inventaire du xviiie siècle, cité par L.-A. Buzairies, Règlements et sentences consulaires de la ville de Limoux, Limoux, 1852, rééd. Lacour, Nîmes, 1997, p. 27 et 61 du « Tableau historique de la ville de Limoux ») est corroborée par les travaux de J.-P. Bravard sur le Drac dans les Alpes dont les premières crues datent aussi de 1277 : J.-P. Bravard, « La métamorphose des rivières des Alpes françaises à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne »… Cet événement climatique correspond à la fourchette proposée pour les crues de Saint-Romain de Jalionas (cf. note précédente). Voir aussi G. Benito, M. J. Machado, A. Pérez-González, « Climate change and flood sensitivity in Spain »…

45 P. Bata et alii, Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours…

46 Cf. l’analyse des droits seigneuriaux perçus en Camargue par les hospitaliers aux xiie et xiiie siècles : D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) »… ; dans la plaine du Trébon, au nord d’Arles : É. Roucaute, « Gestion et exploitation du marais arlésien au Moyen Âge »…

47 Affermage de la chasse aux oiseaux dans l’Étang salé d’Ouveillan en 1260 (MAF, fol. 168v, n. 91) ; dans l’étang de Preissan en 1282 (MAF, 178v, no 30) ; de la pêche au même étang en 1245 (MAF, 178v, no 29 et A. D. Haute-Garonne, H Malte, inventaire de la commanderie de Grézan, xviiie siècle).

48 Le seul cas mentionné est révélé à l’occasion du braconnage dans l’étang de Marseillette en 1408 : cf. ch. 3, 3 et P. Courrent, « Sur le droit de pêche dans l’étang de Marseillette au xve siècle »…

49 L’exemple du Pouget en 1265 a déjà été cité : A. D. Hérault, G 3915 (dîme sur le blé, le foin et le poisson) ; celui de Marseillette aussi : A. D. Aude, H 7, fol. 90 (dîme sur le sel) ; dîme sur les poissons et les oiseaux dans l’étang de la Prade à Pouzolles en 1096 (Médiathèque de Montpellier, Ms 519, fol. 82, Pouzolles no 10).

50 J.-L. Abbé, « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs languedociens (Biterrois et Narbonnais) »…, avec carte.

51 Jusqu’en 1955, la commune de Capestang était riveraine de l’ancien étang de Montady. Depuis, ce secteur a été rattaché à la commune de Montady.

52 La localisation de l’ancien étang reste approximative.

53 « Le 4 des nones de juin 1234 ledit de Colombiers et Emeric Bozat donnent à nouvel achept à Bernard Capus, Bernard Balansia et Guillaume Roque toute la terre ou sol de l’étang Maynard sive de Distilio, duquel étang portion est du terroir dudit Colombiers ainsi qu’en appert par les bornes appartient audit de Colombiers, et l’autre portion qui est la plus grande est du terroir de Baxano (Bayssan) appartenant audit Bozat sous la charge de dessécher ledit étang, l’entrée de 3 sols et usage de trois muids orge en toute directe annuellement à la Saint-Nazaire savoir deux audit Bozat et un audit seigneur de Colombiers », Ducarouge, fol. 271-v, no 4.

54 Divisio stagni de Montadino inter R et R de Columbieriis fratres et Imbertum de Montadino en 1260 : A. D. Hérault, G 598, analyses modernes d’actes du chapitre Saint-Nazaire. L’analyse n’en dit pas plus.

55 Église située immédiatement à l’ouest de l’étang de Montady, dans le territoire médiéval de Capestang.

56 A. D. Hérault, G 3837 (analyse moderne) et Rocque, t. IV-1, Capestang, fol. 24-v, no 62.

57 Deux actes du seigneur de Colombiers, seul cette fois-ci, un bail (1250) et une concession en fief (1253), portent sur l’étang de Fontenay : Ducarouge, fol. 271v-272, no 7 et 8.

58 L’église actuelle est formée de vestiges de l’édifice roman, succédant lui-même à un autre lieu de culte.

59 Le chemin romieu, c’est-à-dire des pèlerins.

60 A. M. Pézenas, non coté, fin xviiie siècle. Atlas de 31 planches dont manquent celles de la ville (no 1 à 3). Qualifié couramment d’« atlas terrier », il pourrait correspondre plutôt à un plan de compoix.

61 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas.

62 A. M. Pézenas, essentiellement layette 12, liasse 1, relative au domaine de l’Étang. Analyses souvent très complètes dans l’inventaire Resseguier (xviiie siècle) : F. Resseguier, Archives communales de Pézenas. Inventaire, publié par J. Berthelé, Montpellier, 1907. Un système de cotation à partir de l’inventaire Resseguier est souvent employé et sera aussi indiqué en référence.

63 A. M. Pézenas 12, 1, pièce 16 ; Resseguier 1365. Cette délimitation est exceptionnelle pour un terroir d’étang asséché. Cf. pièce justificative no 4.

64 ..seguen loditz rec on carrieyra tro al camy non passan de Bezers, en loqual camy comensa lo selcle deldit stanh ; et apres, seguen et tornejan tot jorn lodit selcle et confrontan tan an las terras de Pezenas et de Cognas, coma de Torves, jusquas de la ont es estat comensat drech ladicha glieya de Sant Symeon. (pièce justificative no 4). Saint-Siméon (cf. annexe 18) est vraisemblablement l’église figurant sur l’atlas du xviiie siècle (feuille 8), entourée d’un cimetière (« cimetière du commandeur » sur le plan) et située sur l’emplacement de l’ancienne villa de La Perrière, au nord de l’étang. Cf. S. Mauné, « Paysage et usage du sol dans le territoire de la Cité de Béziers »…, sur l’église : p. 29.

65 in stagno et solo eiusdem stagni et ripis eiusdem stagni et exitu et introitu eorum… A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, no 3, 5 et 6.

66 Artimandus de Nisas (ou Nizacio), sa femme Adalaicia, Berengarius de Margunco dans l’acte 3, Banerius de Magalato, sa femme Berta, leurs enfants, Geraldus Affaliz de Magalato et sa femme, les enfants de Sigarius de Magalato, frère de Geraldus et leur mère Vierna qui fuit vocata Calva, dans le no 5 et Pons, Bernard et Pierre Boiano, Ermengarde, femme de Pierre et Bérengère, femme de Bernard dans le no 6.

67 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, no 4.

68 Idem, no 2. Par mansum, il faut probablement comprendre les bâtiments d’exploitation (la commanderie est à Pézenas même) et les terres attenantes.

69 A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, no 9 et 10. Pour autant, la certitude n’est totale : les herbes ramassées peuvent effectivement provenir de prairies entretenues, mais aussi d’une végétation marécageuse spontanée.

70 Les étangs de Bages, Bajoles, Caraig et Sabadell sont asséchés entre 1182 et 1211 par les templiers de la commanderie du Mas Dèu : S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »… ; C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 386-391.

71 Sur la constitution du temporel des ordres militaires, des templiers en particulier (xiie-xiiie siècle) : Les ordres militaires, la vie rurale et le peuplement en Europe occidentale ( xiie- xviiie siècle), colloque de Flaran 6 (1984), Auch, 1986, 260 p., avec les rapports de N. Coulet pour la Provence et celui de C. Higounet pour le Sud-Ouest ; A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple, Seuil, Paris, 1985, 335 p., en particulier, p. 131-151 ; plus récemment et traitant la question des milieux humides, étangs et marécages : D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) »… ; L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux xiie et xiiie siècles… ; D. Carraz : L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2005, 662 p.

72 A. M. Pézenas, plan « terrier » non coté et A. D. Ariège, 4 J 686 (Fonds de Thézan) : plan terrier de la seigneurie de Conas de 1728. Délimitation de 1467 : pièce justificative no 4.

73 Cf. planche 13.

74 L’église est localisée sur le plan « terrier » de Pézenas et la carte de Cassini. Les templiers possèdent de nombreuses terres dans ce territoire et reçoivent en 1232 l’église et la dîme : Doat 62, fol. 114.

75 L’étang est parfois appelé « de Sethenières ». À tort : les textes médiévaux ne lui donnent jamais ce nom, ce qui est logique puisqu’il est en fait englobé dans le territoire de Pézenas. Il s’agit d’une mauvaise lecture d’un texte de 1246 (A. D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas 4, 41) par A. Soutou. Une via eunte de stagno ad Setenerias a été lue par lui comme une voie de l’étang de Sethenières : « L’aqueduc « romain » de Pézenas (XVe-XVIIIe s.) », Archéologie en Languedoc, 2, 1986, p. 31-34.

76 C.-A. de Chazelles, S. Mauné, V. Ropiot, C. Sanchez, « Autour des oppida de Montlaurès (Narbonne, Aude) et de Saint-Siméon (Pézenas, Hérault) : méthodes et résultats d’une recherche sur le territoire vivrier de deux agglomérations protohistoriques (VIe et Ve s. av. n. è.) », A. Martin Ortega, R. Plana-Mallart (dir.), Territori politic i territori rural durant l’edat del Ferro a la Mediterrània occidental. Actes de la Taula Bodona celebrada a Ullastret del 25 al 27 de Maig de 2000, Monographies d’Ullastret, 2, Girona, 2001, p. 119-143.

77 S. Mauné, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité…, p. 422-423 ; « Pézenas », M. Lugand, I. Bermond (dir.), Agde et le Bassin de Thau, Carte archéologique de la Gaule. Préinventaire archéologique, 34/2, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2001, 448 p., p. 323-333.

78 P. Blanchemanche et alii, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard) »… ; J.-F. Berger, « Les étapes de la morphogenèse holocène dans le sud de la France »… L’absence d’étude paléoenvironnementale dans l’étang de Pézenas oblige à se référer uniquement à des modèles régionaux.

79 Il faut rappeler que le site antique de la ville de Pézenas n’est pas connu, les hypothèses le localisant soit au confluent de l’Hérault et de la Peyne, soit dans la vallée de cette rivière. Il est donc difficile de faire le lien avec l’étang : S. Mauné, « À propos de Piscenae, Pézenas et des Piscénois : quelques réflexions sur la localisation de l’agglomération antique et sur les oppida latina de la vallée de l’Hérault », Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommages à Guy Barruol…, p. 281-296.

80 Sur le haut Moyen Âge en Agadès : L. Schneider, « Habitat, pouvoirs et peuplement en Agadès durant le haut Moyen Âge (viie-xe siècles) », M. Lugand, I. Bermond (dir.), Agde et le Bassin de Thau, Carte archéologique de la Gaule, Pré-inventaire archéologique, 34/2, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 2001, 448 p., p. 105-118.

81 Je remercie chaleureusement L. Schneider d’avoir relu et enrichi cette étude consacrée au Pouget.

82 L. Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. L’exemple d’un terroir du Biterrois nord-oriental », Archéologie du Midi Médiéval, t. X, 1992, p. 3-37 ; Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone ( viiie- xiie siècle), thèse de doctorat, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1996, 3 vol., 612 p., en particulier les p. 325-330 et 553-576 ; « Une vicaria languedocienne du xe siècle : Popian en Biterrois », Annales du Midi, t. 109, 219-220, 1997, p. 401-442.

83 C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (xe-xie siècle). Questions généalogiques et retour à l’historiographie », Études sur l’Hérault, 7-8, 1991-1992, p. 89-109 ; La famille aristocratique languedocienne…, t. II, livre 1, p. 262-289 (les seigneurs du Pouget aux xie et xiie siècles).

84 J.-B. Rouquette, Cartulaire de Béziers (Livre Noir), Paris-Montpellier, 1918, no 56, p. 64. La datation de ce document est très incertaine. L’absence foncière de l’Église de Béziers au Pouget à partir du ixe siècle laisse entendre que le bref serait antérieur : L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone …, p. 325. Sur la rédaction des cartulaires languedociens (en particulier celui d’Aniane, dont il est ici question) et leur rôle dans la défense des patrimoines : P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc ( xie- xiiie siècles), cths, Paris, 2001, 459 p.

85 La première attribution (v. 814-840) d’un bien à l’étang au profit du monastère d’Aniane est in pago Biterrense, in villa Franconica vel stagno Piperello, seu infra terminium ipsius ville : Aniane, acte cccvi, p. 426-427. L. Schneider envisage l’hypothèse que le nom de Francon soit un indice de la formation de la villa au très haut Moyen Âge, postérieurement au bref d’Ansefred qui la dénomme « Piperelle ». Il nous semble qu’il peut aussi indiquer l’attribution de la villa par l’Église de Béziers à Francon.

86 Par exemple : honore illo toto de Stancno (1116) : Aniane, acte cclxxxviii, p. 411-412 ; in terminio stagni Piperello : acte ccxcviii, p. 421-422.

87 Idem, acte ccxcviii, p. 421-422.

88 Première mention de l’église dans un texte dont la datation est discutée (842 ou 956) : Aniane, acte cclxxxix, 412-413. Appelée de Stagno au xie siècle comme dans ce déguerpissement au profit d’Aniane qui reçoit hoc est de ecclesia Sancte Marie de Stagno cum omnibus adjacenciis suis, cum stagno, cum bosco… cum molendinis et ribariis, et cum exeis et regressis et cum oglatis et pascui : acte cclxxvi, 402-403.

89 Aniane, actes cclix, p. 385-386 ; cclxiii, p. 389-390 ; cclxvi, p. 392-393 ; cclxxi, p. 396-398 ; cclxxvi, p. 402-403 ; cclxxxiv, p. 408 ; cclxxxviii, p. 411-412 ; CCCXII, p. 430-431.

90 Castello quem vocant Poito de Inglino : HGL, t. V, no 208, c. 425-426.

91 En 1312, « Guilhem de Lestang, seigneur du Pouget » prête hommage au roi de Majorque : A. D. Hérault, G 1793 (analyse du xviiie siècle).

92 A. D. Hérault, 1 E 1433.

93 A. D. Hérault, 1 G 1480 (vidimus de 1400). Les Montdardier sont coseigneurs du Pouget depuis les années 1190 : C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne…, t. II, livre 1, p. 285-286bis. Pour l’histoire de la baronnie du Pouget à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne : A. Delouvrier, Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget (Hérault), Montpellier, 1896, rééd. Lacour, Nîmes, 2001, 350 p. ; P. Huppé, Le gisant de la féodalité dans l’ombre des Lumières. La féodalité dans la baronnie du Pouget et la vicomté de Plaissan au xviiie siècle, Monique Mergoil, Montagnac, 1998, coll. Temps modernes, 1, 215 p.

94 C. Duhamel-Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (xe-xie siècle) »…

95 Concession en fief de la seigneurie de l’Estang à Pierre Guitard (1371 et 1378), accord de délimitation entre les seigneuries du Pouget et de l’Estang (1381 et 1414), vente de la seigneurie aux frères Saporis (1398). Les actes de 1371, 1378 et 1381 sont conservés sous forme de vidimus dans la charte de 1398 : A. D. Hérault, 1 G 1480. Acte de 1414 : A. D. Hérault, 1 E 1465 (original, avec vidimus de l’acte de 1378).

96 À défaut de plan de la seigneurie de l’Estang, plusieurs brouillons préparatoires réalisés vers 1725 pour un plan– terrier de la directe de Saint-Amans ont permis de recouper les indications des textes là où Aniane possédait des parcelles, au nord et à l’est de l’étang : A. D. Hérault, 1 E 1435 et 1465.

97 P.-A. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et Languedoc, Les Presses du Languedoc, Montpellier, 1983, 377 p., p. 83-84. Le cami salinier est mentionné comment délimitation de la seigneurie en 1371.

98 D. Garcia, L. Schneider, « Un pays languedocien : Lodève et le Lodévois de la fin de l’âge du Bronze à la fin du haut Moyen Âge. Acquis des connaissances », D. Garcia, L. Schneider (dir.), Le Lodévois, Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique, 34/1, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1998, 332 p., p. 31-107, sur cet itinéraire : p. 86 ; M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, p. 415.

99 domamus tibi Admalberto in villa Franconica qui vocatur stagno Piperella, qui est in territorio Biterrense, quantumcumque in ipsa villa vel in sua terminia ille qui fuit condam Teutbertus habebat […] et cum ipsa ecclesia que est fundata in ipsa villa in honore Sancte Marie… : Aniane, acte cclxxxix (842 ou 956), p. 412-413.

100 L’église est appelée Sancta Maria de Stagno jusqu’au début du xiie siècle, puis Sancta Maria de Rovegia à partir de 1152 (Aniane, acte ccxcviii, p. 412-422). Ce changement pourrait être moins anodin qu’il n’y paraît et traduire le changement de statut de l’église. Liée au domaine laïque de l’Estang jusqu’à la donation d’Ingelinus, elle en est dissociée ensuite et sa localisation se fait désormais par rapport aux terres d’Aniane à Rouvièges. D’autre part, des moulins cédés en même temps, situés aussi dans l’honneur d’Ingelinus (cclix, p. 385-386 et cclxxvi, p. 402-403) peuvent être rapprochés du site de la Mouline à Rouvièges : la villa a pu s’étendre jusqu’au ruisseau, au pied de l’ancien oppidum de Saint-Gervais.

101 Cf. la récente mise au point de L. Schneider : « Territoires savants, territoires vécus dans l’ancienne Gothie. De la villa tardo-antique à la villa du haut Moyen Âge et à la paroisse », Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommages à Guy Barruol…, p. 355-365.

102 A. Delouvrier, Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget…, p. 151-152.

103 En 1371, seule une boria de Stagno cum suis edificiis est citée dans le domaine vendu. Par contre, en 1398, le terme employé est celui de castrum, décrit en 1625 avec un mur et quatre tours car

104 rées. Une récente étude des maisons fortes bourguignonnes décrit bien ce phénomène : H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du xiiie au xvie siècle…

105 Dans l’acte de vente de 1378 (cf. l’extrait cité supra à propos des limites de la seigneurie), elle apparaît comme simple toponyme : quadrivium dictum de Magdalene […] qui campus est versus Magdalene ; puis en tant que telle dans l’acte de vente de 1398 : capellam Beata Maria Magdalene. Une des tours du château porte son nom en 1625 : A. Delouvrier, Histoire de la vicomté d’Aumelas et de la baronnie du Pouget…, p. 151. Elle est localisée et représentée en élévation sur une des feuilles du brouillon de plan-terrier pour Rouvièges : A. D. Hérault, 1 E 1435. Dans le proche diocèse de Lodève, trois églises sont dédiées à Sainte-Marie-Madeleine, au plus tard au milieu du xiiie siècle : G. Alzieu, Les églises de l’ancien diocèse de Lodève au Moyen Âge, Pierre Clerc, Montpellier, 1998, 170 p.

106 Abondants fragments de dolia et de tegulae, blocs en grand appareil, deux meules circulaires en basalte : S. Mauné, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité…, p. 374.

107 Indiqué sur les plans-terriers de Rouvièges, il a été révélé à l’occasion d’un charruage et a fourni quelques céramiques des xive et xve siècles : D. Garcia, L. Schneider, Le Lodévois, Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique…, p. 255.

108 Ecclesiam Sancte Marie de Stagno, […] cum domibus que juxta ecclesiam sunt : Aniane, acte CCLXXI, p. 396-398.

109 ad dictam carrieram que protendit versus dictam ecclesiam de Rovegia, prout protendit ultra mansos de Rovegie usque ad carrieram que limitat aliam confrontationem dicte juridictionis de Stagno ; que carriera vadit ad Tressanum… : A. D. Hérault, 1 E 1480 (délimitation de la seigneurie de l’Estang en 1381).

110 Toute cette analyse est développée pour le dossier pougétois par L. Schneider, « Habitat et genèse villageoise du haut Moyen Âge. L’exemple d’un terroir du Biterrois nord-oriental »…

111 Aniane, acte CCXCV (1114), p. 418-419. La pêche est pratiquée avec des filets (vertelonum).

112 L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone…, p. 327.

113 Outre la pêche, elles sont qualifiées de cultis et incultis, pratis, silvis, pascuis, ortis, aquis, molendinis aquarumve decursibus dans l’honneur d’Ingelinus (Aniane, acte cclix, p. 385-386, aussi : cclxxvi, p. 402-403) ; au xiie siècle, les moines ont un verger à Sainte-Marie et un bois de chênes, une condamine et des champs (cclxxviii, p. 404-405) et un bail est passé pour des jardins et une faixa de terre avec pré en 1127 (cclxxxvii, p. 410-411).

114 A. D. Hérault, G 3915. Cf. ch. 3, 3.

115 L’ancienne communauté médiévale de Pérignan prend une première fois le nom de Fleury en 1736, puis définitivement en 1814 (aujourd’hui Fleury-d’Aude).

116 Il omet, par exemple, l’archevêque de Narbonne, qui détient des étangs du littoral, comme Sigean, et le grand étang de Capestang.

117 quando piscabimus in stagno, piscabis et tu cum duobus vertolonis, unum pro amore et alterum pro usatico. Et si nos piscamus te nesciente, piscabis et tu similiter modo sicut superius scriptum est. Concedimus tibi ob amorem quando necessitas fuerit piscandi, ut pisces in tali modo ut nobis scire facias aut nostro ministro, et nos non vetemus te… : Aniane, acte ccxcv, p. 418-419.

118 quicumque vero illorum ibi piscari voluerit admoneat alium, et dividant piscatum per medium factis expensis comuniter; et si admonitus piscari voluerit, ille qui admonuerit piscetur, et quodcumque caperit sit suum libere absque parte alterius usque dum alius ibi piscetur, et postea dividant piscatum per medium factis comuniter expensis…: Doat 58, fol. 144-145v (1184).

119 nullus discedendo a lytore dicti stagni quantum confrontatur in dicto terminio nec aliunde intrando dictum stagnum causa piscandi et pisces capiendi in eodem infra juridictionem dicti venerabilis conventus… L’accusé reconnaît être perventus avec d’autres […]ad lytus dicti stagni confrontanti cum terminio Sancti Martini de Curtibus et inde, cum una barca, dictum stagnum intraverunt ubi piscati fuerunt […] in juridictione dicti venerabilis conventus applicuerunt… : P. Courrent, « Sur le droit de pêche dans l’étang de Marseillette au xve siècle »…, p. XLIII.

120 Ducarouge, fol. 271-v, no 4.

121 maf , fol. 178, no 26.

122 Doat 59, fol. 118 (HGL, t. VIII, c 390-391, no 62) (1188) ; Ducarouge, fol. 292, no 29 (1188), 293, no 37 (1204), 294, no 50 (1253), no 51 (1254), 294v, no 52 (1259), no 53 (1266) ; MAF, fol. 168v, no 89 (1222), no 90 (1250), no 91 (1260), 169, no 92 (1284).

123 « Transaction sur différent entre le vénérable chapitre [Saint-Just], le monastère de Fontfroide, Amaulry [le vicomte de Narbonne ?], Pierre de Vicinis, Guillaume d’Ouveillan et Géraud de Narbonne, d’une part, et de Raimond de Murviel, d’autre part, laquelle est accordée que l’Étang salé d’Ouveillan sera bodulé par les amis communs des parties et que ce qui se trouvera renfermé dans lesdites bouzoles appartiendra en tout pour la pêche et chasse des oiseaux audit vénérable chapitre et à ses pariers et ce qui se trouvera au-delà sera dudit Raimond sans que les unes puissent rien prétendre dans ce qui sera adjugé aux autres ; à quoi lesdites parties se sont volontairement soumises. »

124 « Sentence arbitrale prononcée sur le différent d’entre le vénérable chapitre, d’une part, et le syndic de Fontfroide, d’autre, sur la division du sel dudit étang ; par laquelle est dit que le sel qui se fera à l’avenir quant à ce qui appartient à la directe dudit étang, savoir depuis le rec qui va vers la vigne de Pierre Audebrand et entre dans ledit étang et va en droite ligne du côté de cers, appartiendra en tout audit vénérable chapitre, et Raimond d’Ouveillan chevalier et autres ayant directes sur lesdites faïsses jusque à un autre rec qui va de Taxaneriis, lequel est vers la condamine de Bérenger Ulaud, et entre dans ledit étang allant en droite ligne du côté de cers, sans que sur ce ledit monastère y ait aucune portion ; ce qui fut confirmé par lesdites parties. »

125 P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval (v. 1355–v. 1416), Le Manuscrit, Paris, 2004, 2 t., 272 et 323 p. et un CD Rom ; consultable sur internet à l’adresse : http://boysset.ifrance.com/boysset/. Voir aussi : A. Guerreau, « Remarques sur l’arpentage selon Bertrand Boysset (Arles, vers 1400-1410) », É. Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Presses de la Sorbonne, Paris, 1995, 731 p., p. 87-102.

126 Chapitres 29, 49, 74 et 81 du traité de bornage. P. Portet, Bertrand Boysset, la vie et les œuvres techniques d’un arpenteur médiéval…, t. 1, p. 232-233 (« Étude du bornage en terrains spéciaux : bois, montagnes ou marais ») et t. 2 : textes.

127 Début du chapitre 29 : Item, atermenador, entent et apren, si tu eras requist d’atermenar per gens en luoc aygos on agues 2, 3, 4, 5, 6, 7 o 8 palms d’aygua [soit de 0,5 à 2 m environ, selon la valeur de la palme proposée par P. Portet, idem, t. I, p. 175] d’aut o de foncs, o mays o mens, e qualie per forsa que si atermenes, per so, atermenador, non esties esbaït mas fay o per aquesta forma que s’en siec. Permieramens regarda si a riba d’aquel’aigua a terren, se i a terren ben que aguesa 1 petit d’aygua, per so non esties esbaït, mas aqui meteis sus la partida deguda, tu, atermenador, planta ton terme de peira per la forma que plantar si deu que ti comanda lo quapitol que acomensa en sa rubriqua Quapitol d’atermenar que es lo permier quapitol. Item, si per lo mieg, o per mais o per mens, avie tant d’aygua que terme de peira plantar non si pogues, d’aquela posesion ni aguachonar, tu, atermenador, o faras per aquesta maniera e per aquesta forma…

128 Une canne d’Arles fait 2,04 m : idem, t. I, p. 175.

129 Chapitre 49 : Quapitol per declarar la dreysiera d’un terme colquat et en luoc aygos pausat e cubert d’aygua et apres aquel en son luoc tornar.

130 La borne couchée dans l’eau est recherchée à l’aide d’un instrument calculant la direction, le cadrin, et redressée après sa mise hors d’eau grâce à un batardeau (quaisa).

131 Procès-verbal : Archives communales de Saint-Mitre, DD 1. Le dossier est présenté dans : F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise…, p. 16 et 71.

132 « Les consuls, durant le mois d’août que les maretz sont d’ordinaire seches, acistes d’aucungs du conseil et de touts les autres habitans quy les vouldront accompaigner dont ils seront advertis a voix de trompe, iront exactement verifier et recognoistre les bornes et limittes du terroir pour apres fere planter et remettre celles quy auront este arrachées appelés contre que besoing sera affin que, cest ordre setant observé et bon nombre d’habitans de tous aiges ayant la cognoissance desdits limittes pour lobservation de cest ordre, toutes usurpations au prejudice du seigneur et facultez des habitans puissent estre esvictées… », A. D. Hérault, B 32, fol. 206-v.

133 M. Derruau, « Géomorphologie et histoire de l’étang de Capestang »… Sa genèse géomorphologique explique largement cette singularité. Cf. ch. 3, 3.

134 L’« originalité du comportement des aménageurs romains par rapport au parti que les sociétés protohistorique et médiévale tirèrent du milieu : sans doute avaient-elles la capacité technique de le contrôler, mais elles n’en avaient pas la motivation ; elles entretenaient avec lui un rapport différent et restaient étrangères à l’esprit de domination qui caractérise la mentalité romaine », P. Leveau, « Les moulins de Barbegal dans leur environnement. Archéologie et histoire économique de l’Antiquité »…, p. 26-27.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search