Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 2. Les étangs continentaux de la plaine languedocienne : corpus et sources d’étude

Texte intégral

1. L’IDENTIFICATION DES ANCIENS ÉTANGS

  • 1 La parution en 2004 des premières synthèses du programme de recherche sur la Camargue illustre par (...)
  • 2 P. Leveau, « La paludification des plaines littorales de la France méditerranéenne. Héritage antiq (...)
  • 3 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum (...)
  • 4 M. Clavel-Lévêque, « Pratiques impérialistes et implantations cadastrales »… ; « Béziers : territo (...)
  • 5 A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 246-275.
  • 6 P. Poupet, « Quelques éléments pour l’histoire de l’espace rural et de l’agriculture antique en Tr (...)

1L’établissement d’un corpus doit partir de l’objet qu’il traite, ici les dépressions humides de la plaine languedocienne. La diversité du milieu paludifié méditerranéen demande quelques précisions. Il faut différencier, d’une part, les systèmes lagunaires littoraux auxquels peuvent être associés les marais deltaïques1, d’autre part, les marais et paluns des plaines fluviatiles et enfin les dépressions fermées2. Le vaste réseau des lagunes et des marais côtiers, de la Provence occidentale aux Pyrénées, diffère sur bien des points avec les terres humides de l’intérieur, autant dans sa genèse géomorphologique que pour les activités humaines qui lui sont liées. Loin d’être répulsif, le littoral lagunaire formé au début de l’holocène a attiré un peuplement important du néolithique à la fin du Moyen Âge qui s’est manifesté à travers des phénomènes aussi divers que l’établissement des comptoirs grecs, des diocèses « littoraux » d’Agde et de Maguelone ou encore des castra bordant les rives internes des lagunes. L’activité économique est propre à l’importance des étendues d’eau salée et à leur connexion avec la mer : pêche avec maniguière à partir du xiie siècle, importance des salines, circulation des marchandises par aménagement de canaux et de graus, création des ports de Lattes et d’Aigues-Mortes. L’intérêt économique est tel que les assèchements volontaires paraissent limités et que les gains de terre sont surtout le fait du Petit Âge glaciaire générateur aux xive et surtout xve siècles d’ensablements, d’une très forte progradation deltaïque et d’exhaussement des plaines3. Par conséquent, l’histoire du milieu lagunaire doit être ici dissociée de l’étude des zones humides situées à l’intérieur de la plaine languedocienne dont les populations ont fait un usage très différent. Les plaines fluviatiles, bordées de marais plus ou moins pérennes, présentent une évolution autre, où la volonté de drainer s’est fréquemment exercée pour accroître les surfaces agricoles. Les centuriations biterroises et narbonnaises ont joué ce rôle4, les défrichements médiévaux de ripisylves aussi5 et la vallée du Rhône donne de beaux exemples de drainage sur le long terme6.

Fig. 1. Formations éoliennes en France méditerranéenne D’après P. Ambert et G. Clauzon, « Morphogenèse éolienne en ambiance périglaciaire : les dépressions fermées du pourtour du Golfe du Lion (France méditerranéenne) »…

Fig. 1. Formations éoliennes en France méditerranéenne D’après P. Ambert et G. Clauzon, « Morphogenèse éolienne en ambiance périglaciaire : les dépressions fermées du pourtour du Golfe du Lion (France méditerranéenne) »…
  • 7 P. Ambert, G. Clauzon, « Morphogenèse éolienne en ambiance périglaciaire : les dépressions fermées (...)

2Pourtant, ce sont les dépressions fermées qui donnaient toute sa particularité à une grande partie des plaines méditerranéennes françaises et principalement du Languedoc. Paul Ambert et Georges Clauzon en ont établi solidement la spécificité morphogénétique, qui avait été longtemps discutée7. Piémonts détritiques néogènes et quaternaires, les plaines du Roussillon, du Languedoc et de la Provence occidentale ont subi une érosion éolienne de grande ampleur pendant les dernières phases froides du pléistocène (Riss et Würm, il y a environ 10 000 ans) qui a façonné des dépressions fermées de piémont dans les molasses et les sables facilement exportables par le vent. Plus les terrains sont tendres, plus les dépressions s’élargissent, prenant une forme ovalaire ou arrondie qui les identifie aisément. La transgression marine, forte pendant une période mal datée entre le Chalcolithique et la période romaine, a ennoyé d’anciennes dépressions fermées et les a intégrées, temporairement ou non, au milieu lagunaire, comme les étangs de Capestang, de Peyriac-de-Mer et de Sigean. La plupart, néanmoins, ont continué d’exister de manière indépendante, plus ou moins alimentées par leurs modestes bassins hydrographiques, soumises aux aléas de l’érosion des versants, des apports sédimentaires, des évolutions climatiques et de l’intervention humaine.

3Il est évidemment impossible de faire un inventaire exhaustif de toutes les dépressions, tant elles sont nombreuses et souvent de taille très réduite. Cette recherche serait par ailleurs inutile pour une étude historique, car il serait très difficile, et le plus souvent impossible, de trouver des sources d’information sur des pièces d’eau de quelques dizaines de mètres de diamètre. Par contre, il est indispensable d’avoir une vue d’ensemble afin de pouvoir ensuite diriger correctement l’investigation vers les formes les plus prégnantes et évaluer le plus correctement possible, c’est-à-dire avec un corpus fondé, les résultats obtenus. Ainsi, l’évaluation de l’ampleur des assèchements médiévaux tient en partie dans la proportion des étangs concernés : à quel point Montady est-il exceptionnel, à quel point est-il représentatif ?

4La carte des formations éoliennes proposée par l’article de P. Ambert et de G. Clauzon (Fig. 1) est fréquemment reproduite, car elle est à notre connaissance le seul document cartographique de synthèse édité. Elle permet de visualiser les principales zones de concentration des dépressions : la Provence occidentale, le couloir du Rhône, le Biterrois, le Narbonnais et le Roussillon, autrement dit les zones les plus exposées aux vents (Mistral, Cers et Tramontane). Par contre, l’échelle est trop réduite pour répertorier et localiser précisément les dépressions d’un espace plus restreint comme le Languedoc.

  • 8 Les Conservatoires des Espaces Naturels sont des associations régionales fédérées au niveau nation (...)
  • 9 Inventaire et cartographie des étangs asséchés du Languedoc-Roussillon, Conservatoire des Espaces (...)

5Par conséquent, il était nécessaire de faire un inventaire des principales dépressions languedociennes pour ensuite en établir une cartographie d’ensemble. Ce travail a été facilité par une démarche similaire entreprise par le Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon (CENLR) dans la perspective de sensibiliser les communes concernées sur l’intérêt écologique et patrimonial de ces milieux humides8. Un document de synthèse sur les étangs asséchés du Languedoc-Roussillon fournit un répertoire très utile de 131 sites9. Ce répertoire conforte et précise l’omniprésence des assèchements, l’importance de la basse vallée du Rhône, pourtant minorée puisque seule la rive droite est intégrée, mais surtout la forte densité et la grande superficie des espaces asséchés dans un vaste triangle dont Narbonne serait le centre et Béziers, Carcassonne et Sigean, au sud de Narbonne, les sommets. Par contre, quelques restrictions peuvent être mentionnées :

  • l’inventaire est réalisé à partir d’un relevé toponymique des termes d’« Étang », « Palud », « Mouillères », ce qui laisse de côté d’autres toponymes comme « Prade » (la prairie), mais aussi les sites sans toponymes spécifiques. Néanmoins, la liste des étangs sélectionnés montre qu’au moins pour les plus importants le choix des toponymes a été élargi10 ;
  • l’inventaire associe les assèchements « continentaux » et certains étangs littoraux11 asséchés présentant un intérêt naturel. Il faut donc séparer les données pour évaluer le corpus, ce qui est fait dans le rapport de synthèse : 99 des 131 lieux asséchés sont à l’intérieur de la plaine ;
  • la distinction continental/littoral est uniquement dépendante de la distance. Ce seul critère n’est pas suffisant. Ainsi l’étang de Taraillan à Fleuryd’Aude est une dépression fermée karstique classée dans l’inventaire comme littorale et donc mise sur le même plan que les marais des cordons lagunaires, ce qui ne convient guère ;
  • le dénombrement est rendu difficile par l’hétérogénéité des sites et le travail long et minutieux qu’il exige. Par exemple, l’inventaire donne 12 étangs pour le Roussillon alors que C. Puig en dénombre « près d’une trentaine12 ».

6Par conséquent, les données rassemblées par le CEN-LR ont été utiles à notre propre travail d’inventaire. L’objectif de ce dernier est moins ambitieux puisqu’il ne prétend absolument pas à une exhaustivité inutile, encore une fois, dans une perspective historique générale. Il est par contre plus précis, puisqu’il s’agit de répertorier les principales dépressions fermées asséchées de la plaine languedocienne, quelles que soient leur localisation et leur origine, éolienne ou karstique. Les critères de sélection retenus dans notre enquête font appel à diverses sources révélatrices des dépressions asséchées :

  • la microtoponymie, qui est effectivement un indicateur fiable, mais pas suffisant. Le relevé a été fait sur les cartes ign au 1/25 000e ;
  • la topographie de cuvette fermée, avec un relief déprimé, et le réseau de drainage associé, présentant une forme en éventail typique, sont identifiables sans difficulté sur les cartes topographiques à grande échelle et sur les photographies aériennes verticales. Le relevé a été aussi fait sur les cartes ign au 1/25 000e ;
  • la nature des sols d’après les cartes géologiques du brgm au 1/50 000e. Le remplissage des cuvettes par des alluvions et des colluvions caractéristiques des dépôts de lacs et étangs asséchés (limons et marnes) se distingue très nettement par les auréoles ainsi constituées ;
  • la documentation écrite ancienne, surtout médiévale, mentionne des étangs disparus et qui n’ont pas laissé de trace évidente sur les sources planimétriques. Il peut s’agir d’une dénomination ancienne à laquelle une autre s’est substituée, mais dans d’autres cas, la localisation est délicate et peut rester approximative13. Les textes anciens posent par ailleurs la question du sens du vocabulaire employé : quelle est la réalité physique et hydrographique du stagnum mentionné ? C’est un point essentiel qui sera traité plus loin.

2. LA DÉLIMITATION DU CORPUS

  • 14 J.-L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. (...)
  • 15 F. Mazauric, « L’aqueduc romain de Nîmes et le dessèchement de l’étang de Laugnac », Revue du Midi (...)
  • 16 R. Arthuis, P. Ambert, « Des étangs, un petit lac, de vastes paluds, une prairie assainie : l’évol (...)
  • 17 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) », P. Sénac, (éd.), Histoire et arch (...)
  • 18 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…
  • 19 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise…
  • 20 P. Leveau, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux »… ; « Les moulins de Barbegal dans leur e (...)

7La répartition géographique des étangs asséchés (annexe 1) est recoupée logiquement par celle des sources écrites. Autrement dit, les régions du Narbonnais et du Biterrois contiennent plusieurs dossiers importants, à la fois par la quantité des textes, leur diachronie et la qualité de leur contenu. C’est ce qui nous a déjà conduit à traiter les assèchements médiévaux à travers deux publications récentes sur l’étang de Montady et sur une série de cuvettes drainées dans cette région14. Par conséquent, il a semblé approprié de faire porter l’étude sur cette zone de forte présence des eaux stagnantes où les textes sont assez nombreux et riches pour apporter des éclairages substantiels, en particulier sur la question qui est ici centrale, celle des transformations du paysage à travers la création de nouveaux parcellaires. Nous avons bien conscience de mettre à l’écart un espace aussi très intéressant, le Languedoc oriental dont plusieurs cuvettes ont été l’objet d’études archéologiques, comme Clausonne-Laugnac15, près de Nîmes, ou les vastes dépressions rhodaniennes de Pujaut et de Tras-le-Puy16. Ils seront des points de comparaison, au même titre que leurs homologues roussillonnais étudiés par S. Caucanas17 et C. Puig18 et provençaux avec les programmes de recherche menés par F. Trément sur les étangs de Saint-Blaise19 et par P. Leveau sur la vallée des Baux20, ou encore le projet d’assèchement des marécages de Saint-Rémy-de-Provence au xive siècle. Le présent dossier est à prendre comme une approche régionale qui demanderait à être prolongée par une synthèse à l’échelle de la France méridionale.

8Le cadre de cette enquête est par conséquent délimité à l’est par la vallée de l’Hérault, en faisant une exception pour Tortorières à Villeveyrac, et à l’ouest par la vallée de l’Aude jusqu’à Marseillette (annexe 2). Quatre cas de figure ont été répertoriés selon le contenu des dossiers d’archives :

  • les dossiers les plus substantiels et les plus intéressants, tant par leur contenu que par le nombre de textes exploitables. Ils seront par conséquent au cœur de cette étude, en constitueront le socle. Cinq étangs correspondent à ces critères : l’étang de Taraillan à Fleury et l’Étang salé d’Ouveillan dans l’Aude, ceux de Piperelle-Montdardier au Pouget, de Montady et de Pézenas dans l’Hérault ;
  • des dossiers de qualité moindre, mais dont l’information est aussi abondante. C’est le cas lorsque les textes ne sont connus que par des analyses très postérieures, ce qui est souvent le cas en Narbonnais où se trouvent dans cette catégorie : Jonquières à Narbonne, Montredon et Preissan à Ouveillan, tous trois dans l’Aude ;
  • des étangs dont les sources connues restent peu nombreuses pour la période médiévale, mais pour lesquels un ou deux textes remarquables apportent un éclairage déterminant. Marseillette dans l’Aude, Pradels à Quarante, Cassan à Puilacher-Tressan et Tortorières à Villeveyrac dans l’Hérault correspondent à ce critère ;
  • enfin, d’autres sites comportent des informations soit très réduites, soit peu originales, mais peuvent être pris en compte ponctuellement.
  • 21 Un dossier planimétrique sur 11 des 12 étangs sélectionnés (le douzième, Tortorières, n’est pas lo (...)

9Cet ensemble de 54 étangs, d’où ressortent au premier plan les 12 étangs des trois premières catégories21, ne prétend pas être le fruit d’une recherche exhaustive des sources, trop nombreuses et dispersées, mais reflète néanmoins les points forts des données médiévales sur ce milieu spécifique des étangs de plaine. Trois secteurs géographiques structurent le corpus : le Narbonnais (Fleury, Jonquières, Montredon), le Biterrois occidental et le Minervois (Montady, Pradels-Quarante, l’Étang salé et Preissan à Ouveillan) et la vallée de l’Hérault (Le Pouget, Pézenas, Puilacher-Tressan). Cette répartition documentaire permet de valider sur une étendue géographique assez importante les résultats obtenus. Il faut néanmoins tenir compte de l’emprise physique de ce milieu. Sur une carte à petite échelle, la plupart des dépressions seraient presque invisibles. Seules se détachent par leurs dimensions Montady (420 ha), Capestang (1013 ha) et Marseillette (2022 ha), alors que les 2/3 des cuvettes ne dépassent pas la cinquantaine d’hectares (Fig. 2). Par conséquent, si les étangs constituent un paysage familier et caractéristique de la plaine languedocienne, les aménagements provoqués par leur assèchement ne peuvent être le plus souvent que spatialement limités. Les grandes dépressions constituent à l’inverse un terrain d’observation privilégié.

Fig. 2. Superficie des étangs continentaux en Languedoc central

Superficie en ha

Nombre d’étangs

%

<50

34

63

50-99

9

16,5

100-499

9

16,5

500-999

0

0

>1000

2

4

3. LES ÉTANGS DANS LES ARCHIVES

10Les archives comportent peu de fonds spécifiques qui permettent de localiser des sources propres aux étangs. À l’époque moderne, seule la série C classe sous la cote 11 C des Travaux publics ce qui touche aux canaux, cours d’eau et étangs. Au-delà de la Révolution, la série S (Travaux publics), et en particulier la sous-série 7 S (Service hydraulique – Syndicats), est précieuse. La mise en place des Associations Syndicales Autorisées (asa) de drainage de la plupart des grands étangs au cours du xixe siècle se traduit par le dépôt d’archives de ces associations. Elles comportent de nombreux documents relatifs à l’entretien du réseau de fossés, avec des plans parcellaires de grande qualité. Ces archives syndicales permettent souvent d’appréhender le fonctionnement du réseau hydraulique et ses points faibles au travers des rapports d’ingénieurs. Elles peuvent être à ce titre utilisées régressivement pour les époques antérieures, mais avec prudence : l’état du réseau, son entretien, l’activité agraire et les conditions climatiques sont des variables importantes.

  • 22 A. D. Hérault, 1 E 1428 à 1481.
  • 23 A. N., T 166 et T* 166.
  • 24 Cette recherche a été menée dans les Archives départementales de l’Ariège, de l’Aude, des Bouches- (...)

11Par conséquent, il faut dépouiller l’ensemble des séries anciennes car les documents utiles peuvent apparaître dans des contextes très différents. Les fonds les plus riches sont de loin les séries ecclésiastiques G et H, ce qui traduit la présence foncière du clergé. Les inventaires modernes des archives des archevêques et du chapitre Saint-Just de Narbonne ainsi que de l’abbaye de Fontfroide confortent cette primauté qui est partiellement contrebalancée par le chartrier des seigneurs laïcs du Pouget22 et le très riche fonds de Fleury des Archives nationales23. Les séries B et J apportent quelques compléments, mais rarement de premier plan, à l’exception du projet d’assèchement de l’étang de Marseillette. Si l’essentiel des sources provient des dépôts des Archives départementales24, les Archives municipales de Pézenas possèdent plusieurs chartes qui témoignent des relations entre les communautés et les seigneurs à propos des étangs. Enfin, les sources planimétriques ont fait l’objet d’une grande attention. Les cadastres napoléoniens et les plans parcellaires des ASA, souvent dérivés des premiers, servent bien sûr de référence. Les plans d’Ancien Régime ne manquent pas. Plutôt que de plans-terriers, il s’agit de documents réalisés dans un contexte souvent judiciaire demandant une représentation figurée topographique ou parcellaire. Quelques-uns sont particulièrement précieux :

  • deux plans de l’étang de Marseillette des années 1760-1762 se présentent comme des copies d’un précédent effectué en 1630 lors d’une tentative d’assèchement qui échoua25. Ils sont dressés pour servir de pièces justificatives dans un procès opposant plusieurs seigneurs de l’étang sur l’opportunité de le drainer. La représentation des fossés et des limites de seigneuries permet de mieux comprendre le projet des années 1301-1302 ;
  • un plan parcellaire de l’étang de Montady réalisé vers 1735 pour un procès lié à la contestation des droits de propriété sur des « pointes » de l’étang par le seigneur de Sérignan26. La généalogie des parcelles est réalisée, en remontant parfois jusqu’à la fin du xiiie siècle, ce qui prouverait que le parcellaire rayonnant est bien le fruit de l’assèchement médiéval27 ;
  • un autre procès entre le seigneur de l’étang de Taraillan à Fleury et ses tenanciers entre 1618 et 1627 couvre plusieurs liasses du fonds de Fleury aux Archives nationales. Pas moins de quatre plans différents sont alors dessinés pour justifier les droits de chacun28. L’un restitue la répartition des terres au xive siècle, d’autres le parcellaire de 1540 (annexe 10) et de 1616. Combinés avec les sources écrites, ils permettent de suivre l’évolution du parcellaire depuis la fin du Moyen Âge et donc de mener une intéressante analyse régressive29.

Fig. 3. État des sources écrites médiévales relatives aux étangs continentaux du corpus (138 documents)

Fig. 3. État des sources écrites médiévales relatives aux étangs continentaux du corpus (138 documents)
  • 30 Médiathèque de Narbonne : Ms 314, Inventaire des actes et documents de l’archevêque de Narbonne, r (...)
  • 31 Les registres d’analyse de l’évêché et surtout du chapitre contiennent de nombreux actes concernan (...)

12L’ensemble des sources écrites utilisées, toutes périodes confondues, représente autour de 180 documents dont 138 antérieurs à 1500. Leur état de conservation doit être souligné (Fig. 3). Seul un quart est formé d’originaux, dont les plus anciens, du xiie siècle, proviennent pour une bonne part des archives templières (étang de Pézenas) et du fonds de Fleury. Par contre, il faut relever la très forte proportion, 44 %, des analyses modernes. Elles proviennent des inventaires narbonnais du xviie siècle déjà cités : l’archevêché, le chapitre Saint-Just et les menses abbatiale et conventuelle de Fontfroide30, mais aussi le chapitre Saint-Nazaire de Béziers31. Si, globalement, les analyses de ces inventaires paraissent fiables lorsque des recoupements sont possibles, elles restreignent néanmoins les capacités d’étude, en premier lieu pour la terminologie médiévale.

Fig. 4. Chronologie des actes médiévaux relatifs aux étangs continentaux

Fig. 4. Chronologie des actes médiévaux relatifs aux étangs continentaux
  • 32 L. Cassan, E. Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscri (...)

13La répartition par siècles des documents (Fig. 4) montre leur insignifiance avant le xiie siècle. Pour la période antérieure, ils proviennent principalement du cartulaire d’Aniane à propos de l’étang du Pouget32. Cette quasi-absence a une incidence : l’indigence des informations écrites sur la gestion des étangs avant le Moyen Âge central. À partir du xiie siècle, les sources deviennent nombreuses, ce qui est une évolution habituelle pour le volume des actes au Moyen Âge. Les xiiie et xive siècles forment l’apogée de la documentation : c’est la trace quantitative des assèchements comme le souligne l’examen de la nature de la documentation.

Fig. 5. Typologie des 138 documents médiévaux relatifs aux étangs continentaux ( xiie- xve siècle)

Fig. 5. Typologie des 138 documents médiévaux relatifs aux étangs continentaux ( xiie- xve siècle)
  • 33 P. Squatriti, Water and Society in Early Medieval Italy…, chapitre 3 : The Wet and the Dry : Water (...)

14L’étude typologique des sources est conduite pour la période où elles sont suffisamment nombreuses, les xiie-xve siècles, et à partir des catégories de texte les plus représentées (Fig. 5). La mutation chronologique des sources est particulièrement nette. Le xiie siècle est avant tout une phase de transactions foncières (donations, ventes et échanges), particulièrement marquée chez les ordres monastiques, cistercien et militaires. Cette formation du temporel concerne par conséquent les zones humides, comme le reste du patrimoine. Elles en sont un élément constitutif comme les autres biens fonciers, sans mise à l’écart particulière. Les étangs relèvent du patrimoine actif, ainsi que l’a fait remarquer P. Squatriti pour l’Italie du haut Moyen Âge33. Les xiiie et xive siècles présentent beaucoup de similitude, avec un net recul des transactions qui laissent la place, d’une part, aux accords entre seigneurs, ou entre seigneurs et entrepreneurs, ou avec les communautés, accords relatifs le plus souvent à un assèchement, d’autre part, à des actes judiciaires liés à la gestion des étangs asséchés ou toujours en eau, enfin à la conclusion de baux à acapte ou emphytéotiques qui sanctionnent la mise en valeur des nouvelles terres. Les xive et xve siècles voient se multiplier les terriers qui apportent quelques éclairages sur les terres asséchées et leurs avatars dans un contexte économique et social qui se modifie sensiblement. Ainsi, du xiie au xve siècle, l’évolution est perceptible : après la réorganisation des patrimoines, suit la phase des opérations de drainage à laquelle succède logiquement celle de la mise en valeur. Cette chronologie générale demande à être affinée par l’examen plus précis des actes, ce qui sera fait plus loin.

15En résumé, la documentation médiévale relative aux étangs est avant tout seigneuriale, et plus précisément celles des seigneurs fonciers. C’est la gestion d’un élément particulier du patrimoine qui ressort par conséquent. Le rôle des seigneurs dans l’aménagement de leurs domaines et leur politique de mise en valeur peuvent être par conséquent évalués. Par contre, l’absence d’actes royaux ou princiers démontre que les autorités publiques n’interviennent pas à propos d’un espace qui trouve pourtant son origine dans le saltus dont elles ont en principe le contrôle. C’est un signe manifeste de l’appropriation des droits par les seigneurs. Par ailleurs, la faiblesse des documents d’origine communautaire laisse entendre que les villageois ont peu de droit de regard sur des pièces d’eau qui font partie du domaine seigneurial. Ce serait aller cette fois-ci un peu vite : plusieurs chartes seigneuriales apparaissent comme des accords passés avec les communautés – le cas est net à Fleury – et il est surtout très difficile de mesurer le poids des pressions exercées pour augmenter la superficie cultivable ou mise en pâture, ou, à l’inverse, les résistances face à la perte de ressources très spécifiques. Pourtant, le peu de sources conservées dans les archives communales médiévales et modernes indique clairement que l’étang, en eau ou à sec, reste généralement l’affaire des seigneurs, quel qu’en soit le mode de gestion.

16Les sources modernes apportent des éclairages complémentaires et nouveaux qui permettent de suivre l’évolution des étangs, qu’il s’agisse des travaux d’entretien des canaux et des galeries d’évacuation, des conditions d’exploitation (baux), des conflits et procès relatifs aux droits des seigneurs et des communautés, des dénombrements et arpentements qui offrent les premiers états globaux de la possession foncière.

17Si le travail d’enquête est souvent long, fastidieux, parfois décevant, il débouche pourtant sur des éléments certes partiels, mais substantiels, d’une histoire des étangs et des relations entre les sociétés et les zones humides stagnantes. Les transformations du parcellaire et du paysage peuvent être abordées, dans la perspective d’alimenter une réflexion plus large en conjonction avec les sources archéologiques et paléoenvironnementales, comme plusieurs recherches récentes en donnent l’exemple.

4. LA RECHERCHE SUR L’HISTOIRE DES DÉPRESSIONS FERMÉES

18Les plaines françaises riveraines de la Méditerranée ont été un espace privilégié pour les marécages et les étangs de l’intérieur. Comment les chercheurs en ont-ils rendu compte jusqu’à présent ? Comment la question du drainage et de l’assèchement a-t-elle été traitée ? À l’évidence, les préoccupations environnementales actuelles ont stimulé un domaine d’étude privilégié pour les relations entre les sociétés et le milieu. Les travaux ne manquent pas, qu’il s’agisse de recherches individuelles ou de programmes d’équipe. Le sujet est depuis une dizaine d’années bien renouvelé et les informations deviennent assez abondantes.

  • 34 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »… ; L. Verdon, La terre et les homm (...)
  • 35 Chapitre V, 1.3 : « Les étangs, un paysage oublié » et V, 1.4 : « Les assèchements et drainages de (...)

19Le Roussillon est exemplaire de cette évolution. En une dizaine d’années, trois études réalisées par des médiévistes ont porté sur les étangs de plaine. Sylvie Caucanas et Laure Verdon ont exploré les sources écrites, dont les archives du Temple, riches sur cette question, et ont montré que du xiie au xive siècle le paysage roussillonnais est modifié par le drainage de plusieurs grandes dépressions humides où les ordres religieux jouent un rôle de premier plan (les templiers, les monastères de Lagrasse et de Fontfroide)34. Dans sa thèse sur Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge, C. Puig a approfondi le dossier en lui donnant une dimension diachronique et archéologique indispensable pour mieux comprendre les changements dans la longue durée35. L’examen du peuplement est conduit à travers les textes, mais surtout par des prospections pédestres autour de l’ancien étang de Bages. Elles permettent d’observer que l’occupation est sensible aux périodes humides, premier Âge du Fer et haut Moyen Âge. Ce sont par conséquent les ressources propres aux eaux stagnantes qui paraissent attirer : c’est là poser la question des motifs liés aux assèchements ultérieurs qui signifient la renonciation à ces ressources. C. Puig suggère que le Moyen Âge central, plus sec et favorable à l’agriculture, restreint l’intérêt pour les étangs et aboutit à leur élimination. C’est un point important qui sera repris dans le contexte languedocien.

  • 36 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise
  • 37 P. Leveau, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux »… et autres références supra.
  • 38 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale 879-1166, Bordas, Paris, 1976, 431 p., p. 214-216 ; (...)
  • 39 Item voluerunt mediatores predicti quod homines de Vacqueriis habitantes et habitaturi iuxta front (...)

20C’est en Provence occidentale que les progrès les plus sensibles ont été réalisés. Conduites en parallèle, les recherches sur les étangs de Saint-Blaise (F. Trément36) et la vallée des Baux (P. Leveau37) ont apporté des résultats décisifs en associant les approches archéologiques et paléoenvironnementales. Les carottages effectués dans les dépressions et les prospections ont permis de dessiner les grands traits de l’histoire du paysage et de l’occupation depuis le néolithique. À Saint-Blaise comme aux Baux, l’alternance d’assèchements et de remises en eau et la mobilité du paysage qui en découle constituent l’une des principales conclusions qui fait qu’une histoire linéaire et univoque ne peut être écrite à partir d’observations faites sur une seule période. Par ailleurs, comme en Roussillon, les terrains bas proches des dépressions n’ont rien de répulsif : les phases humides, néolithique final et Antiquité tardive, ne correspondent pas à un dépeuplement. Lorsque le site perché de Saint-Blaise est réoccupé au ve siècle, des habitats « polynucléaires » installés en fond de vallon participent à la gestion des milieux humides. La paludification ne paraît donc pas vécue par les populations comme une dégradation des conditions naturelles, mais au contraire comme un apport de ressources vivrières qui s’intègrent dans un agro-système associant espaces secs et humides. Reste pourtant à savoir, et F. Trément pose lui-même la question, si l’occupation en périphérie d’étang correspond à un véritable attrait des plans d’eau ou plutôt à une exploitation complète des espaces agraires, par drainage partiel ou non. En tenant compte aussi de l’exploitation de salines attestée textuellement à partir du Viiie siècle, il est relativement difficile de démêler le système d’exploitation engendré par les étangs et les différents intervenants. Les carottages effectués dans la vallée des Baux, qui ont déjà été évoqués pour la période antique, semblent montrer qu’après l’exondation naturelle et artificielle contemporaine du fonctionnement des moulins de Barbégal, le haut Moyen Âge correspondrait à une phase d’inondation temporaire alors qu’au Petit Âge glaciaire le plan d’eau prend la forme d’un véritable lac qui est à l’origine de la représentation contemporaine du paysage de la dépression. Essentiellement centrée sur la période gallo-romaine, l’étude du site de la vallée des Baux laisse plus dans l’ombre la période médiévale et en particulier l’intervention des sociétés riveraines qui est probablement sous-estimée, ainsi que le souligne P. Leveau. En effet, les textes attestent assez précocement de drainages et d’assèchements de marécages en Provence occidentale. Ainsi, dès 1067, les habitants d’Arles assèchent les marais proches de Montmajour, à proximité immédiate de la dépression des Baux, et d’autres opérations similaires sont réalisées ou projetées au xiie siècle de part et d’autre du Rhône, en particulier en Camargue38. Elles se poursuivent aux siècles suivants. En 1262, à la suite d’un arbitrage sur les droits de l’archevêque d’Arles et du seigneur des Baux sur les territoires de Mouriès et de Vaquières, situés en bordure du marais des Baux, les habitants de Vaquières reçoivent l’autorisation d’assécher stagnum et paludem pour le mettre en culture39. Tout autant qu’aux époques romaine et moderne, la part du Moyen Âge reste à apprécier dans l’évolution du milieu. À l’évidence et comme autour de Saint-Blaise, cette part ne s’évalue pas uniquement en termes de drainage, comme les textes le laissent supposer. Dans les deux cas, les dépressions restent largement en eau, ce qui laisse ouvertes toutes les hypothèses : absence de drainage effectif, échec des entreprises, interventions partielles et locales.

  • 40 Les zones palustres et le littoral méditerranéen de Marseille aux Pyrénées, Fédération historique (...)
  • 41 Les étangs à l’époque médiévale. D’Aigues-Mortes à Maguelone, Musée archéologique de Lattes, Latte (...)
  • 42 J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, (...)
  • 43 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum (...)
  • 44 Ibid., p. 445-446.

21L’étude historique des zones humides languedociennes est très contrastée. Autant le littoral lagunaire attire l’attention, autant les anciens étangs ont glissé dans l’oubli, un oubli quelque peu masqué par l’originalité esthétique du parcellaire de Montady. Les dénominations sont symptomatiques. Le congrès de Saint-Gilles de 1982 sur « Les zones palustres et le littoral méditerranéen » ne traite effectivement que l’espace strictement littoral et évacue les anciennes zones humides internes40. L’exposition du musée de Lattes sur « Les étangs à l’époque médiévale » porte en fait sur ceux « d’Aigues-Mortes à Maguelone » comme le précise le sous-titre41. En fait, il faut attendre 1996 et le colloque Castrum de Rome sur les « Zones côtières et plaines littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge » pour qu’une approche globale des zones humides intègre les espaces intérieurs des plaines et pas uniquement la frange littorale42. Les contributions sur le littoral languedocien et sur la paludification des plaines méditerranéennes françaises font une place significative aux marais fluviatiles et aux dépressions endoréiques43. Mais, tout aussi significativement, P. Leveau relève qu’en Languedoc seul l’étang de Montady a intéressé les médiévistes. Or, même à propos de Montady, la discussion suivant la communication sur le littoral languedocien montre que la réalisation du parcellaire géométrique, les techniques de drainage et la nature du plan d’eau font débat par absence d’études précises sur tous ces points44.

  • 45 J. Guilaine (dir.), Temps et espace dans le bassin de l’Aude du Néolithique à l’Âge du fer, Centre (...)
  • 46 R. Arthuis, Géomorphologie appliquée à l’étude des sites archéologiques de la région de Puissergui (...)

22Cet angle mort de la recherche sur les zones humides en Languedoc n’est pour autant pas absolu, loin de là. L’Action Thématique Programmée (ATP) Temps et espace dans le bassin de l’Aude du Néolithique à l’Âge du fer a associé géomorphologues et archéologues dans un programme de recherche portant en partie sur le fonctionnement des dépressions de la basse vallée de l’Aude et leur potentialité d’exploitation45. Selon une approche voisine, plusieurs petites dépressions de Puisserguier ont été étudiées en prévision de la construction du gazoduc de Saint-Martin-de-Crau à Cruzy46. Avec les travaux de P. Ambert, déjà cités, l’ensemble de ces recherches font que la genèse des dépressions éoliennes est mieux connue aujourd’hui.

  • 47 S. Mauné, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité (partie nord-orientale) (IIe s. av. (...)
  • 48 J.-L. Espérou, L. Schneider, L. Vidal, « De la préhistoire à l’an mil. Peuplement et occupation du (...)
  • 49 S. Mauné, « Les étangs du Biterrois dans l’Antiquité », séance du GDR 954 sur Exploitation des zon (...)
  • 50 G. Fabre, J.-L. Fiches, J.-L. Paillet, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de C (...)

23L’occupation du sol en relation avec les étangs intérieurs à l’époque antique a fait l’objet de quelques études de cas pour apprécier leur capacité à polariser l’habitat et à procurer des ressources. Les résultats vont tous dans le sens d’une attraction marquée. Plusieurs villae et un oppidum proches (Saint-Siméon) avoisinent directement l’étang de Pézenas47 et la modeste dépression de Saint-Preignan à Abeilhan manifeste une implantation depuis la fin du néolithique avec une présence remarquable en bordure des zones basses au premier Âge du fer48. À l’échelle d’une petite région, les dépressions du Biterrois ont toutes livré dans un rayon de 250 mètres des vestiges d’établissements ruraux, parfois de villae, qui perdurent pendant toute l’Antiquité49. Un seul cas de drainage d’une dépression intérieure a été traité : celui de Clausonne, en liaison avec la construction de l’aqueduc d’Uzès à Nîmes50.

  • 51 En témoigne un historique des assèchements des marais languedociens qui, sans occulter complètemen (...)
  • 52 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle) (...)
  • 53 Étang d’Octobian à Ornaisons : « La dynamique historique des parcellaires dans le midi de la Franc (...)
  • 54 Pages 293-296.
  • 55 A. Durand, P. Leveau, « Farming in mediterranean France and rural settlement in the late roman and (...)

24En comparaison, la période médiévale, qui peut compter sur des sources écrites assez nombreuses à partir du xiie siècle comme cela vient d’être vu, n’a pas drainé plus d’études du fait de son occultation par les grandes entreprises de l’époque moderne51. Seul l’étang de Montady a capté l’intérêt par sa singularité morphologique et la conservation d’un texte très riche, l’autorisation donnée en 1247 par l’archevêque de Narbonne de construire la galerie d’évacuation des eaux (pièce justificative 1). M. Bourin l’a présenté comme un exemple majeur des défrichements au détriment du saltus languedocien, opéré sous l’impulsion des notables de Béziers52. Depuis quelques années, nous avons abordé l’étude d’assèchements par l’examen des parcellaires53. A. Durand reste néanmoins la seule à avoir proposé dans Les paysages médiévaux du Languedoc une brève étude sur les pièces d’eau stagnantes54, nouvellement réexaminées dans une synthèse avec P. Leveau sur l’agriculture méditerranéenne55.

***

  • 56 P. Leveau, « Sociétés historiques et milieux humides. Un modèle systémique de données applicable a (...)

25Les relations entre les sociétés, le milieu et la genèse des paysages sont des domaines de recherche actuellement dynamiques, ce qui explique l’intérêt porté aux zones humides dont témoignent les travaux réalisés en France méditerranéenne et ailleurs. Marais et étangs de plaine ont bénéficié de mises au point récentes et approfondies (Roussillon, Provence occidentale). La modélisation systémique des relations entre les sociétés historiques et les marais continentaux proposée par P. Leveau à partir de l’exemple des Baux résume les acquis des travaux interdisciplinaires récents56. L’état des dépressions endoréiques est le résultat d’interactions entre des facteurs sociaux et naturels. Leur poids varie d’une époque à l’autre et la prédominance de la pression anthropique ne fait que se renforcer, créant une artificialisation de plus en plus grande du milieu par l’intervention sur le système hydrologique. Milieu clos et topographiquement bien délimité, les étangs et marais de cuvette sont un poste d’observation idéal du comportement des sociétés vis-à-vis d’un milieu très spécifique.

26Les sources écrites occupent une place relativement secondaire dans ces résultats. Elles ne sont pas occultées, mais, outre leur difficulté d’accès par leur grande dispersion et la rareté des éditions, elles pâtissent probablement d’être considérées comme des images biaisées et partielles de réalités plus accessibles par des approches paléoenvironnementales et archéologiques. Le choix, de toute façon, ne se pose guère pour les périodes historiques avant le XIIe siècle, à l’exception de quelques textes et documents antiques exceptionnels. Mais les études conduites sur la longue durée sont révélatrices : la genèse des dépressions provençales, à Saint-Blaise ou aux Baux, est très développée jusqu’à la fin de l’Antiquité, voire les tout premiers siècles du Moyen Âge, puis glisse plus rapidement sur les périodes suivantes. Par contre, C. Puig offre une analyse centrée sur les xie-xive siècles faisant coexister les données de prospection et les sources textuelles. L’étude des transformations liées aux assèchements en Languedoc à travers les archives écrites vise par conséquent à porter un regard sur un sujet qui n’a pas été abordé dans un cadre régional, mais aussi à estimer l’apport des textes médiévaux, et aussi modernes, pour des entreprises certes spectaculaires – l’espace quotidien des populations est transformé – mais dont la traduction dans l’écrit est partielle. La question est la même en fait que pour les fondations de villages ou de parcellaires agraires : aucune catégorie de sources écrites ne décrit directement la matérialité des opérations et leur processus. Cette enquête sur les assèchements a pourtant révélé quelques bonnes surprises sur ce point, en particulier du côté des contrats collectifs en emphytéose. Il n’en reste pas moins que cette étude est aussi une réflexion sur la validité des sources écrites pour la description de l’espace naturel, les techniques d’aménagements de terroirs et leur mise en valeur. Aussi, il importe maintenant de tenter de comprendre ce que représentent les étangs pour les populations médiévales afin de mieux interpréter le choix d’assécher, lorsqu’il est pris.

Notes

1 La parution en 2004 des premières synthèses du programme de recherche sur la Camargue illustre parfaitement les acquis de l’interdisciplinarité au service de l’archéologie environnementale (paléohydrologie, peuplement, évolution du paysage), même si les historiens, en particulier ceux des textes médiévaux, demeurent peu mis à contribution aux côtés des archéologues et des géographes : C. Landuré, M. Pasqualini (dir.), Delta du Rhône. Camargue antique, médiévale et moderne…

2 P. Leveau, « La paludification des plaines littorales de la France méditerranéenne. Héritage antique et évolution du milieu », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, 2001, p. 51-76.

3 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7 ; P. Blanchemanche, J.-F. Berger, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, C. Raynaud, « Le littoral languedocien durant l’holocène : milieu et peuplement entre Lez et Vidourle (Hérault, Gard) », T. Muxart, F.-D. Vivien, B. Villalba et J. Burnouf (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées…, p. 79-92. Pour autant, l’étang du Bagnas, à Agde, dépression fermée située tout près de l’étang de Thau et intégrée au milieu lagunaire, constitue un excellent exemple d’une tentative d’assèchement sur le littoral. Ce projet, daté de 1332, paraît avoir eu un résultat limité : A. Castaldo, Le consulat médiéval d’Agde ( xiiie- xive siècles), Paris, Picard, 1974, 633 p., p. 344-351.

4 M. Clavel-Lévêque, « Pratiques impérialistes et implantations cadastrales »… ; « Béziers : territoire et cité. La fonction génétique du cadastral précolonial »…

5 A. Durand, Les paysages médiévaux du Languedoc ( xe- xiie siècles)…, p. 246-275.

6 P. Poupet, « Quelques éléments pour l’histoire de l’espace rural et de l’agriculture antique en Tricastin : le quartier des Hautes-Palus, Suze-la-Rousse (Drôme) », F. Favory et J.-L. Fiches (dir.), Les campagnes de la France méditerranéenne dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge. Études microrégionales, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1994, DAF no 42, 339 p., p. 108-116.

7 P. Ambert, G. Clauzon, « Morphogenèse éolienne en ambiance périglaciaire : les dépressions fermées du pourtour du Golfe du Lion (France méditerranéenne) », H. Hagedorn et A. Rapp (ed.), Geomorphology and Geoecology. Climatic Geomorphology, Second International Conference on Geomorphology, Frankfurt/Main, 1989, Zeitschrift für Geomorphologie, supplementband 82, Berlin-Stuttgart, 1992, p. 55-71 ; voir aussi : P. Ambert, L’évolution géomorphologique du Languedoc central depuis le Néogène (Grands Causses méridionaux – Piémont languedocien), BRGM, Paris, 1994, 210 p., p. 139-150.

8 Les Conservatoires des Espaces Naturels sont des associations régionales fédérées au niveau national (Espaces Naturels de France) et soutenues par le ministère de l’Écologie et du Développement durable dont l’objectif est de préserver les espaces naturels. Ils sont fréquemment conduits à jouer le rôle d’expertise scientifique auprès des collectivités ou des organismes qui en font la demande. Les zones humides constituent l’un des domaines d’intervention privilégiés en Languedoc-Roussillon. Je remercie Claudie Houssard, directrice du CNE-LR, de m’avoir communiqué la documentation de synthèse relative aux étangs asséchés.

9 Inventaire et cartographie des étangs asséchés du Languedoc-Roussillon, Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2000, 29 p. et annexes ; dossier complémentaire publié sous le même titre en 2003 (5 p. et annexes). Le travail d’inventaire a été réalisé par des étudiants de la difed (Dynamique inter-universitaire de formation sur l’environnement et le développement) : S. Aba, D. Andriani, L. Dabarbuto, P. de la Torre et le traitement des données par K. Faure, chargée de mission au CNE-LR.

10 Cf. ch. 6, 4, Le nom de l’étang.

11 La différence entre continental et littoral est dans la distance par rapport à la mer, la limite étant fixée à 10 km.

12 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…, p. 365 et carte de localisation p. 371.

13 Tel est le cas de l’étang de Tortorières (Villevayrac, Hérault) pour lequel des chartes importantes sont conservées, mais dont les mentions paraissent s’interrompre à la fin du xiie siècle.

14 J.-L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault) », G. Helmig, B. Scholkmann, M. Untermann (eds.), Centre, Region, Periphery, Medieval Europe Basel 2002, 3rd international conference of medieval and later archeology, (Bâle, 10-15 septembre 2002), Hertingen, 2002, 3 vol., 607, 435 et 439 p., vol. 3, p. 33-39 ; J.-L. Abbé, « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs languedociens (Biterrois et Narbonnais) », É. Fouache, (ed.), The Mediterranean World Environment and History, Colloque international Environmental Dynamics and History in Mediterranean areas, Paris, Université de Paris-Sorbonne, 24-26 avril 2002, IAG Working Group on Geo-archaeology Symposium Proceedings, Elsevier SAS, Paris, 2003, 485 p., p. 419-428.

15 F. Mazauric, « L’aqueduc romain de Nîmes et le dessèchement de l’étang de Laugnac », Revue du Midi, t. XLIII, 1910, p. 751-755 ; G. Fabre, J.-L. Fiches, J.-L. Paillet, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de Clausonne : hypothèses sur le financement de l’ouvrage et sur l’identité de son concepteur »…

16 R. Arthuis, P. Ambert, « Des étangs, un petit lac, de vastes paluds, une prairie assainie : l’évolution naturelle et artificielle des cuvettes périglaciaires dans la dépression de Tras-le-Puy (Gard) durant l’Holocène », J. Burnouf, J.-P. Bravard, G. Chouquer (éd.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes…, p. 351-364.

17 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) », P. Sénac, (éd.), Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Presses Universitaires de Perpignan, Perpignan, 1995, 445 p., coll. « Études », p. 269-278.

18 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge…

19 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise…

20 P. Leveau, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux »… ; « Les moulins de Barbegal dans leur environnement. Archéologie et histoire économique de l’Antiquité »…

21 Un dossier planimétrique sur 11 des 12 étangs sélectionnés (le douzième, Tortorières, n’est pas localisé précisément) a été constitué en annexe : « Dossiers cartographiques et photographiques des principaux étangs », planches en couleur 1 à 11. Pour chaque site, un extrait de carte IGN au 25 000e et une photographie aérienne verticale sont présentés à la même échelle.

22 A. D. Hérault, 1 E 1428 à 1481.

23 A. N., T 166 et T* 166.

24 Cette recherche a été menée dans les Archives départementales de l’Ariège, de l’Aude, des Bouches-du-Rhône, de Haute-Garonne et de l’Hérault. Les premières conservent le fonds Thézan des archives du château de Léran avec des documents sur l’étang de Montady ; les Archives des Bouches-du-Rhône et de Haute-Garonne ont été principalement consultées pour le fonds de Malte.

25 A. D. Aude, 11 C 50 et 3 J 689.

26 Mairie de Montady.

27 Deux plans sont antérieurs, mais ne représentent que les principaux fossés de drainage. L’un, déjà évoqué, est un dessin schématique du début du xviie siècle. Sa fonction n’est pas connue (A. D. Hérault, 1 J 270). L’autre représente l’étang asséché et ses environs pour un autre procès portant sur une parcelle de terre proche de l’étang. Il est reproduit dans l’ouvrage de J. Giry, Le Biterrois narbonnais de la préhistoire à nos jours, Esméralda, Octon, 2000, 335 p., p. 197, mais sa provenance n’est pas indiquée. Il paraît datable de la fin du xviie siècle ou du début du suivant.

28 A. N., T 166, 38.

29 Cf. ch. 6, 3, Fleury : lotissement agraire et grand domaine.

30 Médiathèque de Narbonne : Ms 314, Inventaire des actes et documents de l’archevêque de Narbonne, rédigé par le notaire Antoine Rocque, 1639, t. III (désormais : Rocque) ; Ms 319, Inventaire général historique et raisonné de tous les actes […] du chapitre de l’Église Saint-Just et Saint-Pasteur de Narbonne, rédigé par Jean-Claude Ducarouge, 1680 (désormais : Ducarouge) ; Ms 259, Inventaire… des biens… appartenant à la Mense abbatiale de Fontfroide, fin du xviie siècle (désormais : MAF) ; Inventaire de la Mense conventuelle de Fontfroide : A. D. Aude, H 211.

31 Les registres d’analyse de l’évêché et surtout du chapitre contiennent de nombreux actes concernant l’étang de Montady qui n’ont jamais été exploités : A. D. Hérault, G 55 (inventaire de Guynard, 1643), G 56 et 57 (inventaire de Gallien, 1682), G 60 à 64 (De omnibus), G 598 (Montady).

32 L. Cassan, E. Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux. Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1900, désormais : Aniane. Par ailleurs, deux actes, un du Xe, un autre du xie siècle, concernent l’étang de Marseillette : J.-A. Mahul, Cartulaires et archives des communes de l’ancien diocèse de l’arrondissement administratif de Carcassonne, 6 vol., Paris, 1857-1882 (désormais : Mahul), vol. IV, p. 3 et 78.

33 P. Squatriti, Water and Society in Early Medieval Italy…, chapitre 3 : The Wet and the Dry : Water in Agriculture, p. 66-96.

34 S. Caucanas, « Assèchements en Roussillon (xiie-xive siècles) »… ; L. Verdon, La terre et les hommes en Roussillon aux xiie et xiiie siècles. Structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2001, 249 p., en particulier p. 106-108.

35 Chapitre V, 1.3 : « Les étangs, un paysage oublié » et V, 1.4 : « Les assèchements et drainages des étangs : réussites et échecs », p. 364-392.

36 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise

37 P. Leveau, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux »… et autres références supra.

38 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale 879-1166, Bordas, Paris, 1976, 431 p., p. 214-216 ; sur l’aménagement de la Camargue par les petits alleutiers et les hospitaliers au milieu du xiie siècle : D. Le Blévec, A. Venturini, « Le pouvoir, la terre et l’eau en Camargue d’après l’“Authentique de l’Hôpital de Saint-Gilles” (1142-1210) », La terre et les pouvoirs en Languedoc et en Roussillon du Moyen Âge à nos jours. Actes du LXIIIe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Montpellier, 24 et 25 mai 1991), Montpellier, 1992, 258 p., p. 69-87.

39 Item voluerunt mediatores predicti quod homines de Vacqueriis habitantes et habitaturi iuxta fronteram territorii sui [de l’archevêque] valeant dictum stagnum et paludem dessicari et facere desiccari et reducere ad culturam… : A. D. Bouches-du-Rhône, 3 G 20, fol. 131-132 (cartulaire de l’archevêché d’Arles, dit « Livre vert »). L’acte est mentionné par de Dienne, Histoire du dessèchement des lacs et marais…, p. 355.

40 Les zones palustres et le littoral méditerranéen de Marseille aux Pyrénées, Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon et Fédération historique de Provence, Montpellier, 1983, 182 p.

41 Les étangs à l’époque médiévale. D’Aigues-Mortes à Maguelone, Musée archéologique de Lattes, Lattes, 1986, 174 p.

42 J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur. Castrum 7.…

43 M. Bourin-Derruau et alii, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, et P. Leveau, « La paludification des plaines littorales de la France méditerranéenne. Héritage antique et évolution du milieu », idem, p. 51-76.

44 Ibid., p. 445-446.

45 J. Guilaine (dir.), Temps et espace dans le bassin de l’Aude du Néolithique à l’Âge du fer, Centre d’Anthropologie, Toulouse, 1995, 437 p. Surtout la quatrième partie : « L’étude de l’environnement », p. 219 à 416.

46 R. Arthuis, Géomorphologie appliquée à l’étude des sites archéologiques de la région de Puisserguier. Puisserguier. Rapport d’étude géomorphologique 30/10/1996 - 15/01/1997, Gazoduc de Saint-Martinde-Crau à Cruzy, Artère du Midi, Phase II, ministère de la Culture, 1997, 19 p.

47 S. Mauné, Les campagnes de la cité de Béziers dans l’Antiquité (partie nord-orientale) (IIe s. av. J.-C. – VIe s. ap. J.-C.), Monique Mergoil, Montagnac, 1998, coll. Archéologie et Histoire romaine, 1, 532 p. Étude des étangs de Pézenas, Le Pouget, Tressan et Fontès. À compléter pour Pézenas par : S. Mauné, « Paysage et usage du sol dans le territoire de la Cité de Béziers (Gaule narbonnaise) entre le Ier s. av. J.-C. et le IIIe s. ap. J.-C. », Paesaggio e utilizzazione della terra. Diritto economia società, Index. Quaderni camerti di studi romanistici, 32, 2003, p. 1-39.

48 J.-L. Espérou, L. Schneider, L. Vidal, « De la préhistoire à l’an mil. Peuplement et occupation du sol autour de l’étang de Saint-Preignan (Abeilhan, Coulobres, Pouzolles - Hérault) », Archéologie en Languedoc, 19, 1995, p. 67-74.

49 S. Mauné, « Les étangs du Biterrois dans l’Antiquité », séance du GDR 954 sur Exploitation des zones humides et sociétés de la protohistoire récente, de l’Antiquité et du haut Moyen Âge, Aix-en-Provence, 8-9 septembre 1997. Je remercie S. Mauné de m’avoir communiqué le texte de son intervention.

50 G. Fabre, J.-L. Fiches, J.-L. Paillet, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de Clausonne »…

51 En témoigne un historique des assèchements des marais languedociens qui, sans occulter complètement le Moyen Âge, fait la part belle à Bradley et à ses successeurs : G. Boutonnet, « Histoire du dessèchement des marais du Bas-Languedoc », Bas-Rhône Languedoc, 1963, no 14, p. 18-33, no 15, p. 18-43, no 17, p. 10-26. Écrit au début des années 1960, au moment de la construction du canal du Bas-Rhône-Languedoc, dans la revue homonyme, l’article illustre la vision productiviste de cette époque liant assèchement et progrès économique.

52 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle)…, t. 2, p. 15-19.

53 Étang d’Octobian à Ornaisons : « La dynamique historique des parcellaires dans le midi de la France. L’exemple de la grange cistercienne d’Hauterive (Aude) », J. Burnouf, J.-P. Bravard, G. Chouquer (éd.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes…, p. 21-33 ; étang de Preissan à Ouveillan : « Parcellaire et terroir en Languedoc au Moyen Âge. L’apport des terriers et des plans-terriers à travers l’exemple d’Ouveillan (Aude) », G. Brunel, O. Guyotjeannin, J.- M. Moriceau (éd.), Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle. Actes du Colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Association d’histoire des sociétés rurales et École nationale des Chartes, Paris, 2002, Bibliothèque d’histoire rurale, 5 et Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 62, 464 p., p. 361-380 ; J.- L. Abbé, P. Portet, « Assécher un étang en Languedoc au Moyen Âge : techniques et parcellaire. L’exemple emblématique de Montady (Hérault). »… ; J.-L. Abbé, « Aménager l’environnement au Moyen Âge : les entreprises d’assèchement des étangs languedociens (Biterrois et Narbonnais) »…

54 Pages 293-296.

55 A. Durand, P. Leveau, « Farming in mediterranean France and rural settlement in the late roman and early medieval periods : the contribution from archaeology and environnemental sciences in the last twenty years (1980-2000) », M. Barceló, F. Sigaut (eds.), The Transformations of the Roman World. From Roman Possessors to Feudal Lords : The Making of Feudal Agricultures (Vth-Xth centuries), Brill, Leyden-Boston, 2004, 321 p., p. 177-253, sur la gestion agricole de l’eau : p. 232-236.

56 P. Leveau, « Sociétés historiques et milieux humides. Un modèle systémique de données applicable aux marais continentaux de cuvette », Natures, sciences et sociétés, vol. 5, no 2, 1997, p. 5-18.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Formations éoliennes en France méditerranéenne D’après P. Ambert et G. Clauzon, « Morphogenèse éolienne en ambiance périglaciaire : les dépressions fermées du pourtour du Golfe du Lion (France méditerranéenne) »…
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10659/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 3. État des sources écrites médiévales relatives aux étangs continentaux du corpus (138 documents)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10659/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 4. Chronologie des actes médiévaux relatifs aux étangs continentaux
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10659/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5. Typologie des 138 documents médiévaux relatifs aux étangs continentaux ( xiie- xve siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/10659/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search