Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Chapitre 1. Sociétés et drainage des zones humides

Texte intégral

1Dans un premier temps, il paraît indispensable de mettre en perspective le comportement de la société médiévale par rapport aux zones humides. Cette appréciation peut être portée à la fois dans le temps, dans l’espace et enfin dans les représentations. Dans le temps, tout d’abord, car toute société sédentaire cherche à contrôler l’eau et la période antique pose ainsi la question de l’organisation et du fonctionnement des sociétés à partir des besoins en eau ; elle permet aussi d’assister aux premières interventions de drainage dont les mécanismes sont loin d’être obsolètes dans le contexte médiéval. C’est l’attitude des sociétés médiévales qu’il faut naturellement étudier ensuite, en prenant soin d’ouvrir largement le champ géographique à l’ensemble de l’Europe occidentale. Le littoral des régions méditerranéennes est parsemé de plaines lagunaires et marécageuses, mais c’est aussi le cas sur les rives des mers septentrionales et de l’Océan Atlantique, et partout les populations ont entretenu des relations fortes avec les espaces humides, soit pour les exploiter, soit pour les transformer, mais elles les ont rarement ignorés ou délaissés. Cette étude des relations entre les sociétés anciennes et les milieux humides est suivie d’une réflexion sur l’image des eaux stagnantes dans l’imaginaire occidental car il a tendance à brouiller le regard sur une période médiévale appréciée à l’aune des temps modernes, comme pour la malaria. C’est à la suite de ces regards croisés que l’analyse de l’espace languedocien pourra prendre son sens.

1. MAÎTRISE DE L’EAU, FORMATIONS SOCIALES ET STRUCTURES ÉTATIQUES

  • 1 Pour les régions méridionales, « Le premier dessèchement dont la complète réussite nous est connue (...)
  • 2 La réglementation française sur l’assèchement des marais (xviie-xixe siècle) est résumée (avec tab (...)

2Qu’il s’agisse de drainer ou d’irriguer, la maîtrise de l’eau a été longtemps conçue comme l’affaire des pouvoirs publics lorsque les aménagements prenaient une ampleur significative. Le raisonnement est relativement simple : pour conduire l’eau dans de vastes zones d’exploitation agraire, ou à l’inverse pour l’évacuer de là où elle est en excédent, puis pour entretenir les réseaux de fossés mis en place, seul un pouvoir fort, pouvant faire agir une main-d’œuvre importante et doté de moyens financiers suffisants, est à même de transformer le réseau hydrographique d’une région dans le sens qu’il souhaite lui donner. Cette conception volontariste et centraliste d’une politique de l’eau a trouvé des champs d’application historiques à des époques à la fois très lointaines et très proches. Le cadre de la France offre une première manifestation de cette analyse. Dans un ouvrage écrit en 1891 et qui est encore une référence aujourd’hui, Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant 1789, le comte Édouard de Dienne brosse un vaste tableau historique des opérations d’assèchement. S’il ne passe pas sous silence la période médiévale, celle-ci se résume essentiellement au drainage du marais poitevin1. En fait, tout commence vraiment avec la législation spéciale pour l’assèchement des marais établie par Henri IV et la création simultanée de l’« Association pour le dessèchement des marais et lacs de France » en 1607 autour de l’ingénieur hollandais Humfroy Bradley2. De Dienne met l’accent sur les entreprises de l’association dans les différentes régions de France et consacre aussi un large développement sur la nouvelle législation. Sa démonstration est très claire : le drainage est une facette du développement économique en octroyant de nouvelles surfaces aux céréales. Il est la résultante de la coordination d’une politique d’État, d’entrepreneurs et de techniciens dont les visés, se présentant au service du bien public, sont avant tout spéculatives.

  • 3 C. de Bryas, Études pratiques sur l’art de dessécher et diverses impressions de voyage, Victor Mas (...)
  • 4 F. Denizet, Histoire de la formation et du dessèchement des marais de la région d’Arles. L’œuvre d (...)
  • 5 Ibid., p. 22 et 24.

3Cette perspective se retrouve dans la quasi-totalité des publications sur le sujet au xixe siècle et dans la première moitié du siècle suivant. Ainsi, Charles Bryas, propriétaire en Bordelais ayant accompli des travaux de drainage asur son domaine, en vante les mérites tout en faisant l’histoire de cette technique3. Dans le chapitre portant sur l’Antiquité et le Moyen Âge, il étudie en fait les agronomes et passe sans transition de Columelle à Olivier de Serres. L’inspecteur des Ponts et Chaussées Denizet ne fait pas autre chose à propos des marais d’Arles4. Selon lui, à l’époque romaine, les étangs et les cours d’eau sont entretenus parce qu’il y avait alors des « vues d’ensemble » qui disparaissent avec les invasions ouvrant une période où « les préoccupations locales se substituèrent au souci de l’intérêt général », ce qui explique la formation des marais « fangeux et malsains5 ». Ce n’est qu’au milieu du xve siècle, sous l’autorité du roi René, comte de Provence, que le consulat arlésien met sur pied une politique de gestion des marais. Mais il faut encore une fois attendre l’intervention de l’« Association pour le dessèchement des marais et lacs de France » et de l’ingénieur hollandais Van Ens en 1642 pour assécher les plaines d’Arles et de Tarascon. Les exemples pourraient être multipliés : ils iraient dans le même sens, celui d’un contraste sans nuance où la modernité de l’État monarchique, constructeur d’un territoire rentabilisé, s’oppose à une société féodale dont l’absence de réactivité est sous-jacente à travers le silence des sources.

  • 6 K. A. Wittfogel, Oriental Despotism. A comparative study of total power, Yale University Press, Ne (...)
  • 7 L’homme « commença à exploiter les possibilités récemment découvertes d’un site ancien, en pratiqu (...)
  • 8 Dans un article publié dans L’Histoire (« Les Arabes des marais ont disparu », no 285, mars 2004, (...)
  • 9 AHSS, no 3, mai-juin 2002, p. 515-663.

4Au-delà du cas français, cette analyse de la politique de l’eau est relayée et généralisée à travers la théorie selon laquelle un État fort est seul à même de réaliser de grands travaux hydrauliques. C’est le postulat de l’historien Karl Wittfogel qui l’énonce à partir d’une célèbre étude sur Le despotisme oriental parue en 19576. Il prône le concept de « société hydraulique », caractéristique du Moyen-Orient antique, pour désigner les États centralisés dont la genèse a été favorisée par la nécessité de mettre en place une agriculture irriguée à grande échelle7. En s’appuyant principalement sur la Mésopotamie et la Perse des Achéménides, il décrit la formation de sociétés despotiques engendrées par l’agriculture hydraulique : le contrôle de l’eau devient celui des populations. La mise en place des réseaux d’irrigation, leur entretien, l’intervention face aux inondations dévastatrices ne peuvent se concevoir sans une structure étatique centralisée qui étend ainsi son pouvoir sur les sociétés qui dépendent de l’eau pour leur survie. Ce « mode de production asiatique » trouve plus tard un écho dans l’essor du capitalisme commercial et industriel. Ainsi, l’Europe occidentale médiévale donnerait peu d’exemples de construction de canaux importants et le Canal du Midi ouvert en 1684 marquerait le changement de comportement économique. Cette analyse percutante mais en même temps très rigide et univoque fut combattue par de nombreux chercheurs et est aujourd’hui rejetée par la plupart des spécialistes, bien qu’elle continue encore à bénéficier d’une certaine audience8. Le récent volume des Annales sur Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien comporte toute une série d’études qui sont autant de mises au point sur le concept de « société hydraulique9 ».

  • 10 « High-placed individuals et local authorities » (p. 187). C. Delano Smith, Western Mediterranean (...)
  • 11 Dans sa thèse soutenue aussi en 1979, M. Bourin-Derruau insiste de la même manière sur le rôle dét (...)
  • 12 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques et inférences socio-politiques : études de cas au Moyen (...)

5Sans marginaliser l’impact des décisions et des politiques impulsées au niveau étatique, l’accent est mis désormais sur le rôle des communautés locales. Le terme, souvent utilisé, est évidemment assez imprécis, parce qu’il embrasse trop de situations et d’époques différentes. Le médiéviste peut être réticent à l’employer tel quel : il a déjà du mal à lui trouver une définition incontestable et il lui semble indispensable d’intégrer un minimum d’organisation et de sentiment d’appartenance collectifs. Pour les périodes plus anciennes, s’il faut entendre uniquement un groupement local de population, le sens en est alors plus faible. Par contre, il est indéniable que la gestion des ressources en eau, surtout si elle implique des travaux et un entretien contraignant, est un puissant facteur d’intégration sociale. Cette complémentarité entre pouvoir englobant et acteurs locaux est sensible dans l’étude de la géographe Catherine Delano Smith. Dans une étude de géographie historique sur les États d’Europe occidentale méditerranéenne publiée en 1979, elle considère que les gains de terre par drainage réalisés à l’époque médiévale répondent à l’intervention de notables et des autorités locales10. Elle invoque pour cela les nécessités financières : c’est là mettre encore en avant la prééminence des élites sociales, mais sans la dimension centralisatrice. Les consulats urbains deviennent les animateurs de la politique de l’eau, à l’image de Beaucaire possédant depuis 1265 un corps de levadiers chargés des digues et des fossés11. Dans une contribution très récente, É. Zadora-Rio va jusqu’à retourner la théorie de Wittfogel à partir de plusieurs exemples médiévaux12. Aussi bien dans le marais poitevin ou la plaine roussillonnaise, sur le littoral flamand ou le long de la Loire, les entreprises de contrôle hydraulique sont dans un premier temps le fait des populations locales, par association ou par action individuelle, et le pouvoir comtal ou royal n’intervient que bien après, souvent pour régler des conflits provoqués par les aménagements.

  • 13 P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanats et canalisation souterraines en (...)
  • 14 Thèse développée dans H. Goblot, Les Qanats : une technique d’acquisition de l’eau, Mouton-École d (...)
  • 15 P. Briant, « L’État, la terre et l’eau entre Nil et Syr-Darya », AHSS, 3, mai-juin 2002, p. 517-52 (...)
  • 16 M. Wuttmann, « Les qanats de ‘ Ayn-Manâwîr (oasis de Kharga, Égypte) », P. Briant (dir.), Irrigati (...)

6À propos du dossier moyen-oriental, les antiquisants ont pratiqué un aggiornamento identique, comme en témoignent les études réunies dans le numéro des Annales de 2002 cité plus haut et dans les actes d’un séminaire du Collège de France organisé par Pierre Briant sur la question des qanats13. Sur ce sujet, les analyses récentes aboutissent à remettre complètement en cause l’idée selon laquelle l’empire perse aurait été à l’origine de la technique des qanats, se serait développé grâce à elle et l’aurait diffusée ensuite à l’ensemble de l’Orient14. C’est à la fois par une relecture plus attentive des sources écrites et par une prise en compte des informations issues des fouilles archéologiques menées dans diverses régions qu’il est possible de construire une réflexion plus soucieuse des réalités et sachant prendre ses distances avec une modélisation universelle. En Asie centrale, certains aménagements hydrauliques sont réalisés sur sept siècles et se conçoivent avec peu de personnel et sans intervention étatique. Dans le bassin de l’Euphrate, le décalage entre les déclarations des discours royaux et les travaux réalisés est manifeste. En Égypte, le contrôle de l’eau paraît avoir été très décentralisé. Le cas des qanats, enfin, montre le lien entre les Achéménides et les galeries à travers un texte de Polybe. L’État ne prend pas en charge les travaux, n’a pas inventé la technique, contrairement à ce qui avait été dit jusqu’alors, mais favorise la construction des canaux par l’abandon temporaire de certains prélèvements. Là encore, les travaux ne nécessitent pas de masses de travailleurs, mais plutôt une coopération des villageois et de quelques spécialistes. Le travail revient aux communautés qui reçoivent en échange des terres. Par conséquent, les recherches mettent surtout en valeur une collaboration entre des structures centrales et des communautés locales. Ce sont les modalités de ces relations qu’il faut désormais chercher15. L’État tout-puissant est un leurre, par conséquent, tout comme l’origine perse des qanats, puisque des fouilles conduites en Égypte semblent indiquer leur présence à la même époque que sur le plateau iranien16.

  • 17 P. Leveau, « Sociétés antiques et écologie des milieux montagnards et palustres. (La construction (...)

7Les conclusions des orientalistes, relativisant la puissance hydraulique des États, sont à rapprocher des observations de Philippe Leveau sur les travaux d’assèchement dans le monde romain et plus globalement sur l’évolution des zones humides. Si les Romains font preuve d’esprit de domination en tentant de drainer les espaces où l’eau est en excédent, leurs entreprises n’ont pas le caractère systématique et définitif des opérations conduites à partir du xviie siècle. P. Leveau donne en exemple plusieurs lacs italiens dont le drainage n’a pas eu pour but de les vider, mais d’abaisser le plan d’eau pour gagner à l’agriculture des terres fertiles17. Cette démonstration pourrait être nuancée par l’étude de certaines centuriations à visée bonaficatrice (cf. ch. 1, 2), mais elle permet de s’interroger un peu plus sur ce qu’il faut entendre par « maîtrise de l’eau » et sur l’attitude qui est prêtée aux sociétés anciennes. Il importe maintenant d’aborder la question spécifique des drainages de la période antique qui, à travers des œuvres d’envergure ou des ouvrages plus modestes, annoncent bien des techniques, des choix et des comportements ultérieurs.

2. LE DRAINAGE DES ZONES HUMIDES DANS L’ANTIQUITÉ

8Quelques grandes opérations de drainage marquent la période antique : l’oasis égyptienne du Fayoum, les étangs grecs de Copaïs et d’Érétrie et enfin le lac Fucin situé en Italie centrale. Bien que les travaux du Fayoum, réalisés dès le Moyen Empire et surtout à l’époque hellénistique (iiie siècle av. J.-C.), soient remarquables, il importe de s’intéresser aux entreprises effectuées dans un milieu géographique plus proche de la France méridionale afin de pouvoir établir ensuite des comparaisons.

  • 18 La littérature étant très abondante sur Copaïs, comme pour Érétis et Fucin, il n’était pas questio (...)

9Proche de Thèbes, le lac Copaïs couvrait de 250 à 350 km2. Son assèchement définitif, réalisé par des compagnies française et anglaise, date de la fin du xixe siècle. Or, Strabon, à la fin du ier siècle av. J.-C., rappelle qu’autrefois le lac était cultivé. En effet, les vestiges de drainages antiques sont nombreux et multiples sur l’emplacement du lac : des digues, des fossés, des puits pour le percement d’une galerie souterraine d’évacuation. Des canaux périphériques de drainage, comptant pour certains jusqu’à 30 mètres de large et 15 kilomètres de longueur, protégés par une ou deux digues, conduisent l’eau vers des déversoirs naturels dans le calcaire (les cavathores). Les surfaces exondées deviennent ainsi de véritables polders. La galerie souterraine devait doubler le principal exutoire naturel et aurait mesuré 2,3 kilomètres. Pour une raison inconnue, elle ne fut pas achevée, même si 16 puits verticaux ont été construits. Sa datation est malaisée : la technique de galerie à puits est utilisée pendant de nombreux siècles, sans évolution technique significative, et aucun texte ne la mentionne. Des hypothèses fragiles, fondées sur l’existence de travaux similaires en Grèce, proposent de la rattacher soit à l’époque mycénienne, soit à l’époque hellénistique18.

  • 19 Ce document exceptionnel a fait l’objet de nombreuses éditions et études. L’analyse qu’en a fait r (...)

10Le dossier de l’étang de Ptéchai, dans la cité d’Érétrie, est tout différent. Sa localisation précise est en fait incertaine en l’absence de tout vestige archéologique qui puisse être mis en relation avec une stèle épigraphique d’un très grand intérêt. En effet, ce document relate les conditions de l’assèchement projeté de cet étang. Datable de la fin du ive siècle av. J.-C. (v. 318-315), c’est en fait un contrat de louage, et plus précisément un contrat d’entreprise, entre une collectivité, la cité d’Érétrie, sur l’île d’Eubée, et un particulier, Chairéphanès. L’objectif explicite du contrat est le drainage et l’assèchement de l’étang de Ptéchai. Chairéphanès doit l’effectuer à ses frais, en contrepartie de quoi il est dispensé de certaines redevances et, une fois les travaux achevés, il doit avoir la jouissance des terres pendant 10 ans, moyennant un loyer total de 30 talents à payer en 10 annuités de 3 talents. Les citoyens d’Érétrie s’engagent par serment à ne pas entraver ces dispositions. Par ailleurs, certains d’entre eux doivent se porter caution : ils garantissent que le lac drainé soit bien sec et que les 30 talents dus pour l’exploitation concédée soient versés. Les travaux doivent être achevés en 4 ans maximum19.

11Le contrat précise les modalités techniques des travaux à entreprendre. Ce sont là des informations tout à fait exceptionnelles concernant le drainage d’un étang à l’époque antique qui méritent par conséquent d’être citées. C’est un jalon important pour l’approche de cette question pendant les siècles médiévaux :

  • 20 La traduction de limnè varie selon les auteurs : lac ou étang. Mais c’est de toute façon une étend (...)
  • 21 Soit un quadrilatère de 360 mètres de côté, selon D. Knoepfler.
  • 22 La traduction est celle qui figure dans le texte de T. Chatelain, p. 83.

« Chairéphanès aura le droit de pratiquer des puits (phréatiai) pour la galerie souterraine (hyponomos) dans les terrains appartenant à des particuliers, mais il ne le fera que là où il en aura auparavant payé le prix. S’il a besoin de quelque terrain aux abords du lac20, Chairéphanès le paiera au taux d’une drachme par pied, au moment où il aura effectué le drainage […] il drainera le lac hors des terrains cultivables, passant par des terrains impropres à la culture, afin de ne pas gêner les cultivateurs. Il construira aussi pour la décharge des cours d’eau un réservoir (dexaménè), dont la superficie ne dépassera pas deux stades carrés21. Tant qu’il aura la jouissance de ce terrain, Chairéphanès veillera à l’entretien de la galerie souterraine et du réservoir (?), et il veillera à ce que tout soit et demeure en bon état. Il élèvera une barrière autour du réservoir ; à l’endroit où l’eau tombe dans la galerie souterraine, il construira une vanne (thyra), afin qu’au printemps, quand il y a de l’eau, ceux des cultivateurs qui en auraient besoin puissent fermer l’entrée de la galerie et se servir de l’eau22 ».

12Le procédé est présenté sans équivoque. Les eaux drainées sont conduites par des fossés dans un grand réservoir à ciel ouvert d’où part une galerie souterraine d’évacuation pour laquelle des puits sont à construire. Cet aqueduc s’apparente par conséquent à celui qui a été partiellement réalisé à Copaïs. L’entrepreneur est autorisé à faire des travaux de forage dans les terrains privés, à condition d’en dédommager les possesseurs. Comme le note Thierry Chatelain, c’est un droit d’expropriation qui est mis là en pratique. Enfin, l’usage de la vanne placée à l’entrée de la galerie indique la double finalité de l’aménagement puisque le drainage est mis au service de l’irrigation pour l’ensemble des exploitants. Le projet associe une collectivité et un entrepreneur privé, sur lequel le texte ne donne aucun renseignement, mais qui est présenté plus comme un maître d’œuvre faisant une opération spéculative que comme un technicien. Ce sont là des modalités spécifiques des grands travaux : le lac Fucin en donne un autre exemple.

  • 23 P. Leveau, « Mentalité économique et grands travaux : le drainage du lac Fucin. Aux origines d’un (...)

13Les lacs d’Italie centrale ont été aussi l’enjeu d’opérations de drainage d’abord initiées par les Étrusques, puis amplifiées par les Romains. Les lacs d’Albano et de Fucin constituent les cas les plus spectaculaires. Des aqueducs souterrains de 2,2 kilomètres pour le premier, de 5,6 kilomètres pour le second sont construits non sans mal. Selon les indications de Suétone dans la Vie de Claude (xx), l’émissaire de Fucin a été réalisé en 11 ans et a nécessité 30 000 hommes, des militaires. Pourtant, P. Leveau, s’intéressant aux modalités financières de cette entreprise conduite par l’empereur Claude (41-54 ap. J.-C.), souligne fortement que l’objectif n’est pas l’assèchement total, qui n’est intervenu qu’au xixe siècle23. Il est seulement de stabiliser le niveau du lac pour gagner des terres à la culture. Après de nouvelles interventions pendant le règne d’Hadrien (117-138), la surface conquise couvre 80 des 140 km2 du plan d’eau, soit un peu plus de la moitié. Si l’empereur se glorifie de ce grand chantier, Suétone explique qu’en fait le financement était assuré par des particuliers, probablement des grands propriétaires, qui reçoivent en contrepartie les terrains asséchés. Les points de comparaison avec le projet d’Érétrie sont manifestes : l’objectif est la mise en valeur agricole, sa réalisation associe des partenaires avec un financement privé et se traduit matériellement par le creusement d’un aqueduc souterrain. Il faut néanmoins souligner le risque de tels travaux. Le succès est loin d’être garanti : la galerie de Copaïs n’a pas été achevée et celle du lac Fucin a demandé un entretien relativement lourd avant de cesser de fonctionner au milieu du vie siècle. Par ailleurs, la question de la rentabilité réelle de telles entreprises est posée.

  • 24 Il faut leur adjoindre le cas du bassin (poljé) des Taillades, entre Arles et les Alpilles, près d (...)
  • 25 G. Fabre, J.-L. Fiches, J.-L. Paillet, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de C (...)
  • 26 Les acquis de la recherche, pour ce qui est de l’histoire de paysage, des modifications de l’hydro (...)

14Si les sources écrites font état des aménagements les plus importants pendant l’Antiquité, c’est l’archéologie seule qui livre les données sur des interventions couvrant de moins grandes surfaces, mais qui furent certainement plus fréquentes dans les régions méditerranéennes. En Gaule méridionale, l’étang de Clausonne et la vallée des Baux offrent deux exemples remarquables, bien que très différents24. Le drainage de Clausonne, au nord-est de Nîmes, est en relation étroite avec l’aqueduc qui alimente la ville en eau depuis Uzès en passant par le pont du Gard. L’ouvrage franchit la dépression de Clausonne dans laquelle subsiste des vestiges de la galerie de l’aqueduc et du canal de drainage de l’étang. Leur construction a été simultanée, au milieu du ier siècle ap. J.-C. et la technique de drainage est identique à celle du lac Fucin, dont elle est contemporaine. En réalité, l’assèchement de l’étang a non seulement permis de gagner des terres cultivables – la superficie de la cuvette est d’environ 1 km2, mais paraît bien avoir conditionné le choix du tracé de l’aqueduc de Nîmes, en évitant toute pollution des eaux de source. Guilhem Fabre, Jean-Luc Fiches et Jean-Louis Paillet, qui ont conduit un programme de recherches sur l’aqueduc dans les années 1980, font l’hypothèse que le financement des travaux a pu intégrer une composante locale, celle de la colonie nîmoise, sur le modèle du lac Fucin25. Les terres conquises auraient été une contrepartie au profit de gros propriétaires fonciers intéressés par l’assèchement de Clausonne. S’il est difficile d’aller plus loin, il faut remarquer que deux villae, avec des vestiges du haut Empire, ont été repérées dans un rayon de 2 kilomètres par rapport au centre de l’étang, dont l’une domine directement la dépression. Elles peuvent effectivement tirer avantage des nouvelles ressources, même s’il faut se garder d’associer systématiquement assèchement et essor économique. La dépression provençale de la vallée des Baux, située entre la Crau et les Alpilles, a suscité un important programme scientifique interdisciplinaire d’archéologie du paysage au cours des années 1990 associant archéologues, géographes, géomorphologues et spécialistes du paléoenvironnement d’Aix-en-Provence. De nombreuses publications, collectives ou individuelles, ont permis de restituer une histoire du paysage au cours de l’holocène26. Ce travail est un modèle d’étude historique des relations entre sociétés et milieux dans le contexte des zones humides, et plus particulièrement des cuvettes méditerranéennes qui font l’objet de ce développement. Pour ce qui est du drainage du marais couvrant une douzaine de kilomètres carrés, il s’avère que les tentatives de Van Ens au xviie siècle (cf. ch. 1, 1), infructueuses d’ailleurs, n’avaient pas été les premières et que par conséquent le paysage palustre du début de l’époque moderne n’avait été qu’un épisode de l’histoire de la vallée de Baux et non un état permanent, comme il semblait auparavant. Les fouilles archéologiques des moulins de Barbégal et les analyses des carottages effectués dans la dépression ont permis de distinguer une phase d’absence de nappe d’eau aux ier siècle av. et ier siècle ap. J.-C., se prolongeant pendant le fonctionnement des moulins, aux iie-iiie siècles. Cette période de régression, intercalée entre deux montées des eaux, l’une culminant pendant la protohistoire, l’autre à partir de la fin de l’Antiquité, est de nature à la fois climatique et anthropique. L’intervention humaine est déduite du passage brusque à un bas niveau d’eau dans la dépression, en contradiction avec l’exhaussement contemporain du lit du Rhône et la remonté des nappes, et d’indices polliniques de mise en culture. Tout cela pourrait traduire une alternance de marais saisonniers (paluns) avec des étangs et des champs de céréales. Des fossés ont été localisés, sans que le système de drainage soit connu dans son ensemble, mais il est conforté par la présence d’une villa qui semble avoir été active en même temps que les moulins, soit aux iie et iiie siècles.

  • 27 P. Leveau, « L’archéologie des paysages et les époques historiques. Les grands aménagements agrair (...)
  • 28 M. Clavel-Lévêque, « Pratiques impérialistes et implantations cadastrales », Ktema, 8, 1983, p. 18 (...)
  • 29 Parce qu’elle porte sur la dépression de Clausonne, il faut cependant signaler l’hypothèse d’une i (...)
  • 30 P. Blanchemanche, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, « Le delta du Lez dans tous ses états : quels lang (...)

15Si quelques sites majeurs, bien étudiés, viennent d’être présentés de manière relativement précise, c’est qu’ils vont par la suite servir de références lorsqu’il s’agira d’évaluer le comportement des sociétés médiévales face à des situations identiques, tentant de résoudre les mêmes difficultés et créant de nouveaux paysages ruraux. Cette approche monographique ne doit pour autant pas laisser croire que les travaux de drainage, voire d’assèchement, sont exceptionnels. Au contraire, la mise en valeur des espaces agraires antiques méditerranéens est consubstantiellement liée à un aménagement des zones humides. En effet, les plaines et les vallées littorales comportent tant d’eaux stagnantes, permanentes ou saisonnières, que la conquête de ces terroirs ne peut se faire que par des installations fossoyées adéquates. P. Leveau souligne que l’anthropisation est passée par deux seuils importants : le néolithique et l’époque romaine. Les centuriations cadastrales représentent l’intégration dans l’espace impérial et se traduisent par des modifications des modelés et donc du paysage27. En Gaule méridionale, Monique Clavel-Lévêque a déjà montré depuis longtemps que les cadastres A et B de Béziers et C de Narbonne correspondent à « une vaste politique de mise en valeur, qui touche les basses terres marécageuses et littorales28 ». Il n’est évidemment pas possible de relever tous les travaux qui, localement, soulignent cette intégration des espaces humides dans les parcellaires cadastrés29. Il faut pourtant rester prudent sur certaines analyses morphologiques proposant des trames centuriées qui peuvent être remises en cause par un examen interdisciplinaire des dossiers, comme dans le cas de la plaine languedocienne du Lez30.

  • 31 J.-F. Berger, C. Jung, « Fonction, évolution et “taphonomie” des parcellaires en moyenne vallée du (...)
  • 32 Idem, p. 85.
  • 33 C’est l’analyse développée, par exemple, par F. Favory : « Retour critique sur les centuriations d (...)
  • 34 Idem, en particulier p. 104-114.

16Il importe de faire une place aux travaux d’archéologie préventive réalisés sur le tracé du TGV Méditerranée entre 1994 et 1997. Parmi leurs nombreux apports pour l’histoire du paysage et de l’occupation du sol, l’étude sédimentologique et géoarchéologique des parcellaires sur la longue durée a permis de mettre en évidence le rôle capital des fossés bordant les parcelles du cadastre B d’Orange en Tricastin, en particulier à travers les analyses novatrices de J.-F. Berger et de C. Jung31. Plus d’une centaine de fossés de drainage et d’irrigation ont été recoupés : la fonction hydraulique du système parcellaire et sa place primordiale pour le contrôle et la gestion des eaux dans une région de plaine alluviale et de dépressions humides sont clairement affirmées. Pour J.-F. Berger, ces réseaux de drainage, mis en place au ier siècle av. J.-C., correspondent à une exploitation intensive de terrains asséchés ou simplement exondés grâce à leur haut rendement agricole. Les pollens et les grains retrouvés attestent la culture céréalière antique dans la dépression orientale du Tricastin. Aussi intitule-t-il l’une des parties de son article d’Études rurales : « Les Gallo-Romains de Narbonnaise : une civilisation avant tout hydraulique32. » Est-ce le retour de Wittfogel et de la théorie de la « société hydraulique » ?… En fait, la formule renvoie aux acquis de la recherche sur les cadastres romains, et tout d’abord à leur dimension agraire tout autant que politique, à leur rôle d’aménagement rural tout autant que de contrôle administratif et culturel33. Elle pose aussi la question de la pluralité des acteurs, décideurs et entrepreneurs, de l’étalement dans le temps de la construction du paysage cadastré, depuis l’arpentage jusqu’à l’assignation des terres34, et enfin des modes de gestion de l’espace organisé, en particulier pour les fossés hydrauliques.

  • 35 R. Royet, J.-F. Berger, N. Bernigaud, E. Royet, avec la collaboration de J. Argant, A. Lopez-Saez, (...)

17Le site du Vernai à Saint-Romain-de-Jalionas, dans l’Isère, aux confins de la Narbonnaise romaine, illustre pleinement les relations étroites des populations avec les milieux palustres, a priori interprétés comme défavorables35. L’objet de cette fouille programmée depuis 1994 porte sur l’une des plus grosses villae de la région Rhône-Alpes, à une trentaine de kilomètres à l’est de Lyon, près d’un petit affluent de la rive droite du Rhône. Surtout, sur une levée alluvionnaire, elle jouxte une dépression d’origine glaciaire ayant engendré un espace paludifié, le marais du Grand-Plan. Or, le site est occupé de manière ininterrompue de la Tène à la fin du Moyen Âge. Les recherches sur l’habitat et son environnement, qui ont principalement porté sur la gestion du milieu hydromorphe du iiie siècle av. J.-C. au viiie siècle ap. J.-C., démontrent que, dès la fin de la protohistoire, le marais est au moins partiellement drainé en association avec une ferme qui occupe le site de la villa qui lui a succédé. Au cours de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C., la construction de cet établissement est accompagnée de nombreux drains domestiques et surtout d’une bonification de grande ampleur du marais avec un réseau fossoyé régulier, pouvant avoir une double fonction de drainage et d’irrigation. Si la villa connaît reconstruction et déplacement, le système parcellaire semble perdurer malgré la crise hydrologique du iiie siècle pour être seulement abandonné aux ve-vie siècles. L’habitat se démultiplie alors, avec un pôle résidentiel et un autre religieux (église et cimetière), mais sans gestion globale de l’eau, en tout cas à travers un réseau de fossés. L’attractivité – et pas uniquement l’absence de répulsion – des zones marécageuses est bien démontrée, sur près d’un millénaire, quelle que soit la nature des systèmes agraires qui se succèdent : les prairies humides et la qualité des sols pour la céréaliculture compensent l’excès aquatique et l’instabilité qui en découle.

  • 36 Exemple du programme archéologique mis en place au début des années 1980 dans le but d’étudier les (...)
  • 37 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands. Exploitation and Management of Marshland landsc (...)

18Si l’espace de la Narbonnaise vient d’être pris en exemple pour illustrer le drainage des zones humides, il va sans dire qu’une telle approche pourrait être renouvelée ailleurs, spécialement là où le domaine palustre est très étendu. C’est bien sûr le cas de plusieurs régions italiennes, dont la Vénétie, mais aussi de régions beaucoup plus septentrionales, comme les îles britanniques. Les littoraux anglais comportent de nombreux espaces marécageux, alluvionnaires ou tourbeux. Situés surtout sur la côte orientale, comme les célèbres Fens et les marais de l’estuaire de l’Humber, mais aussi tout au sud (Romney Marsh) et à l’ouest (estuaire de la Severn), ils font l’objet de nombreuses études dans la tradition anglaise d’archéologie du paysage (landscape archaeology) et avec un souci de protection d’un environnement menacé par l’agriculture et l’urbanisation36. Le milieu tourbeux, particulièrement propice à la conservation des vestiges, a révélé à plusieurs reprises la genèse de la mise en valeur de ces zones humides littorales. L’archéologue Stephen Rippon a récemment publié une synthèse très approfondie sur cette question, intitulée The Transformation of Coastal Wetlands37. Même si l’ouvrage, prétendant embrasser toute l’Europe du Nord-Ouest, se focalise très largement sur l’Angleterre, il offre une première histoire des aménagements des marais littoraux dans cette région depuis l’époque romaine. L’intégration dans l’empire se traduit par des modifications paysagères limitées. Ainsi, les Fens paraissent avoir constitué un vaste domaine impérial à partir du début du iie siècle. Or, les systèmes parcellaires, les sentiers et les canaux qui leur sont associés, semblent s’être développés organiquement et ne présentent aucun signe de planification. S. Rippon considère que cette morphologie sans ligne directrice apparente laisse entendre que la mise en valeur a été laissée à l’initiative de tenanciers. Ce cas est selon lui généralisable à la quasi-totalité des régions. Un seul exemple de drainage systématique et planifié est connu pour toute l’Europe du Nord-Ouest à l’époque romaine, celui de Wentlooge, sur la rive septentrionale de la Severn, au Pays de Galles. Sur une largeur de 5 kilomètres, un système des champs laniérés de 600 mètres de long et de 16 à 21 mètres de large est l’expression d’une transformation radicale de l’espace qui est mise sur le compte de la proximité d’un grand établissement militaire romain cherchant à organiser son approvisionnement. S. Rippon estime en définitive que la romanisation, sauf exceptions comme à Wentlooge, n’a que peu transformé les zones humides littorales parce qu’en fait la pression du peuplement est trop faible : il est inutile de faire de grands travaux dans des terroirs difficiles à conquérir et à entretenir. La structure politique, administrative, étatique est une chose, le poids des réalités locales en est une autre.

  • 38 Bilan le plus récent avec bibliographie des publications antérieures : F. Trément, C. Ballut, B. D (...)
  • 39 Au Vernai, le premier drainage du marais du Grand-Plan précède la romanisation et s’inscrit donc d (...)
  • 40 P. 101 et 107.

19Pour autant, la plupart des travaux qui viennent d’être évoqués font la part belle à la romanisation, vecteur de l’aménagement des terres humides, et confortent en un sens l’importance des structures étatiques centralisées dans ce domaine. Il ne faudrait cependant pas s’y tenir, comme y invitent les résultats de l’étude archéologique et environnementale conduite depuis plusieurs années en Limagne38. Des prospections systématiques couplées aux fouilles préventives sur le chantier de l’autoroute A 710 dans le bassin de Clermont-Ferrand ont montré le pouvoir d’attraction de la zone du Grand Marais. Du Ve au iie siècle av. J.-C., donc au cours du 2e Âge du Fer, un vaste réseau de fossés se met en place et conduit au drainage de 90 % de l’espace palustre. Cette première entreprise d’assèchement du Grand Marais s’accompagne d’une occupation densifiée, très majoritairement (87 % des sites) dans les terres déprimées, et d’une mise en valeur céréalière qui semble méthodique. La romanisation ne change fondamentalement rien : le réseau fossoyé laténien est repris et entretenu et les sites d’occupation sont souvent pérennisés. Par conséquent, l’Auvergne propose une autre chronologie et un autre contexte social et politique à la gestion et au drainage des milieux humides : la romanisation n’est là qu’une confirmation d’un processus antérieur, déjà bien maîtrisé puisqu’il n’est pas remis en cause39. Maîtrisé par qui ? Frédéric Trément évoque à la fois « la centralisation accrue du territoire arverne » et « les communautés » dans l’aménagement du paysage, montrant une fois de plus les hésitations sur les acteurs des entreprises40.

  • 41 La seule synthèse sur les galeries souterraines antiques est celle de K. Grewe, Licht am Ende des (...)

20Des dossiers qui viennent d’être brièvement évoqués, il est possible de tirer plusieurs enseignements utiles pour aborder l’assèchement des étangs languedociens au Moyen Âge. En premier lieu, les techniques de drainage et d’assèchement paraissent bien maîtrisées, même si toutes les entreprises n’aboutissent pas, ou bien de manière provisoire. Qu’il s’agisse de vastes dépressions fermées de plus de cent kilomètres carrés (Copaïs, Fucin) ou plus réduites (Clausonne, les Baux), les étangs et les lacs sont asséchés totalement ou partiellement selon des procédés identiques ou proches. Les eaux sont canalisées par des fossés entourant la zone humide et/ou la traversant, puis sont évacuées par un exutoire qui prend souvent la forme d’un aqueduc souterrain du fait de la configuration de relief périphérique. À intervalles réguliers, des puits verticaux peuvent être forés pour faciliter le creusement de la galerie et son entretien, selon un procédé identique aux qanats orientaux. Il s’agit là de techniques étroitement liées à l’hydrographie et qui ne sont guère modifiables tant que la technologie n’évolue pas fondamentalement, c’est-à-dire pas avant le xixe siècle. Par conséquent, cette structure fondamentale du drainage d’une dépression fermée est amenée à se retrouver plus tard au Moyen Âge41.

21D’autre part, le parcellaire de l’espace gagné sur l’eau doit tenir compte à la fois des contraintes hydrologiques, des activités agricoles et de l’organisation de la propriété et de l’exploitation. Toutes ces données sont très difficiles à réunir pour un terroir précis. Pour l’instant, il faut souligner l’adaptation des cadastres centuriés au drainage des zones humides ouvertes, comme les marécages, puisqu’ils permettent de quadriller complètement l’espace par des fossés qui servent en même temps de limites parcellaires. Le cas de Wentlooge, au Pays de Galles, va dans le même sens. Ce n’est pas une centuriation, mais le quadrillage laniéré fonctionne selon le même principe, les limites longitudinales évacuant prioritairement l’eau vers la rive du fleuve, la Severn.

22Enfin, les acteurs intervenant dans les différentes entreprises examinées font apparaître trois partenaires principaux, même si, là aussi, il n’est pas toujours possible de démêler clairement l’identité et la part de chacun et s’il faut éviter de raisonner systématiquement par comparaison. Les travaux sont mis sous la responsabilité d’entrepreneurs privés qui sont à même de les financer : les exemples d’Érétrie et de Fucin sont tout à fait explicites sur ce point. Leur objectif est tout aussi évident : ils recherchent un profit dans la mise en valeur agricole des nouvelles terres. À Érétrie, Chairéphanès en reçoit l’exploitation et à Fucin, ce sont les propriétaires locaux qui financent le drainage partiel du lac. La nature et le rôle des autorités publiques impliquées posent plusieurs problèmes. L’État central est essentiel à Rome : l’empereur Claude, puis Hadrien, sont directement impliqués pour le lac Fucin, le premier tirant gloire de cette opération spectaculaire. Par contre, l’intervention des autorités locales semble privilégiée à Clausonne et aux Baux, même s’il s’agit en fait d’hypothèses non confirmées. La cité grecque d’Érétrie se situe dans un contexte politique différent, mais relève aussi d’un pouvoir territorialement local. Enfin, il est délicat de régler la question de savoir qui prend l’initiative. En effet, les sources sont susceptibles de privilégier l’autorité publique : le contrat portant sur le lac Ptéchai émane de la cité et le récit relatif à Fucin est contenu dans la Vie de Claude de Suétone. La cité et l’empereur sont-ils les véritables initiateurs ou répondent-ils à une sollicitation d’entrepreneurs cherchant à réaliser une bonne affaire ? Cette question, à laquelle il est difficile de répondre, se retrouve à la période médiévale avec les chartes qui font la part belle aux différents seigneurs. Quoi qu’il en soit, l’association de deux partenaires, l’un représentant l’autorité publique, et l’autre, privé, à la fois financeur et maître d’œuvre, semble se mettre en place lorsque les sources écrites permettent d’en savoir un peu plus.

23Il a paru indispensable de prendre en compte les informations relatives à la période antique car elles vont permettre de mieux apprécier la part du Moyen Âge dans la mise en place d’un paysage lié aux zones humides et à leur contrôle.

3. LES EUROPÉENS ET LES EAUX STAGNANTES AU MOYEN ÂGE

  • 42 P. Wagret, Les Polders, Dunod, Paris, 1959, coll. « La nature et l’homme », 3, 316 p.
  • 43 L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique. Milieux, réseaux, usages, Creaphis, Par (...)
  • 44 P. Squatriti (ed.), Working with water in medieval Europe. Technology and resource-use, Brill, Lei (...)

24La période médiévale n’est en rien une phase de rupture dans la gestion des espaces humides : elle ne marque ni une interruption des drainages et des assèchements, ni un rejet systématique d’espaces nourriciers irremplaçables. Par contre, les variations régionales sont importantes. C’est ce qui se dégage de l’enquête indispensable à mener à l’échelle européenne pour situer convenablement dans ce domaine la France méridionale qui sera traitée dans un second temps. La recherche, pour être bien conduite, demanderait à se plonger dans la multitude des publications nationales et régionales car les synthèses appropriées manquent en la matière. Si l’Histoire du dessèchement des lacs et marais en France d’É. de Dienne est toujours très utile bien que publiée en 1891, c’est en grande partie parce qu’elle n’a pas eu de successeur. Elle est évidemment cantonnée à l’espace français et met surtout l’accent sur les entreprises des xviie et xviiie siècles. Plus proche, l’étude de Paul Wagret sur Les Polders garde la même option chronologique, mais avec un regard plus européen42. Les récentes publications collectives sur L’hydraulique monastique43 et sur l’énergie hydraulique dans l’Europe médiévale44 ne traitent que partiellement la question. En fait, seule l’étude de S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetland, correspond à une approche globale des zones humides au Moyen Âge, mais elle reste, cela a été dit, centrée sur l’Angleterre, avec des développements plus réduits sur le littoral continental de la mer du Nord.

  • 45 L’ouvrage de Rippon propose une très riche bibliographie. Il faut se reporter en particulier au vo (...)
  • 46 En dehors de la synthèse de S. Rippon sur l’Europe du Nord-Ouest, il faut lire l’ouvrage déjà anci (...)
  • 47 Pour le Poitou, il faut se reporter aux articles de J.-L. Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société (...)

25Ce n’est pas un hasard si la recherche anglaise met plus qu’ailleurs l’accent sur ce sujet : les marécages littoraux anglais et gallois, de l’estuaire de l’Humber et des Fens sur la côte orientale jusqu’à l’estuaire de la Severn à l’ouest en passant par le littoral de la Manche (Romney Marsh), ont fait l’objet d’aménagements continuels sur de très vastes superficies45. La situation est comparable sur les côtes flamandes, hollandaises et germaniques de la mer du Nord, largement transformées tout au long du Moyen Âge, comme en témoigne le terme de polder, attesté au xiie siècle et devenu générique46. Le drainage du littoral poitevin et, dans une moindre mesure, celui de l’estuaire de la Loire complètent ce tableau de l’Europe du Nord-Ouest où dominent les aménagements des marécages côtiers et estuariens47.

  • 48 Sur la plaine du Pô : F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, École française de Rome, Rome, (...)
  • 49 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine », J.-M. Martin (...)
  • 50 H. Bresc, « Les eaux siciliennes, une domestication inachevée du xiie au xve siècle », E. Crouzet- (...)
  • 51 R. Magnusson, P. Squatriti, « The technologies of water in medieval Italy », P. Squatriti (ed.), W (...)
  • 52 D. Istria, « Occupation et mise en valeur des zones côtières du nord-est de la Corse entre le xie (...)
  • 53 Sur le drainage d’un marécage côtier à Ibiza, le Pla de Vila : M. Barceló, R. Gonzalez Villaescusa (...)
  • 54 A. Furió, « L’organització del territori : l’espai i el poblament », J.-M. Salrach (dir.), Històri (...)
  • 55 J.M. de Mascarenhas, P. Gomes Barbosa, V. Ferreira Jorge, « Les Cisterciens et l’aménagement de l’ (...)
  • 56 M.H. da Cruz Coelho, « L’action de Sainte-Croix sur le paysage agraire du Bas Mondego aux xiie et (...)

26La situation de l’Europe méridionale paraît plus contrastée. La plaine padane italienne est comme dans l’Antiquité l’objet de beaucoup d’attention et de travaux visant à drainer et à circuler sur de grands collecteurs. L’assèchement du palus comunis de Vérone incarne parfaitement ces grands travaux liés à la croissance urbaine des xiie-xiiie siècles48. Par contre, dans les autres régions de la péninsule, les actions paraissent plus ponctuelles, comme pour les marais Pontins, localement et provisoirement asséchés sous le règne de Théodoric49, ou pour la Sicile qui ne connaît qu’une difficile opération à la fin du xve siècle50. L’évolution en Italie oppose donc l’intensité des transformations dans la plaine du Pô à la précarité des interventions dans les autres régions51. Le caractère fragmentaire des drainages semble aussi caractériser la Corse52. Dans la péninsule ibérique, les chercheurs ont surtout mis en avant l’extraordinaire développement de l’irrigation et des huertas qui sont très souvent liées à l’importance des zones palustres sur le littoral méditerranéen. La conquête musulmane53, puis la reconquête chrétienne se sont accompagnées d’incessantes entreprises de bonification. Pour autant, les espaces marécageux, même réduits, se maintiennent jusqu’à l’époque moderne54. Enfin, l’action monastique a été mise en avant pour l’assèchement du littoral lagunaire portugais, qu’il s’agisse des cisterciens d’Alcobaça55 ou des chanoines de Coïmbra dans le Bas Mondego56.

  • 57 P. Blanchemanche, La plaine de Lattes du xiie au xixe siècle. Dynamique naturelle et mise en valeu (...)
  • 58 R. Silvester, « Medieval reclamation of marsh and fen »…, p. 132.
  • 59 B. Penna, Le Marais Vernier. Dix siècles d’évolution paysagère, Cahiers des Annales de Normandie, (...)
  • 60 M. Le Mené, « Étangs et viviers médiévaux dans l’Ouest de la France », L’homme, l’animal domestiqu (...)
  • 61 J.-M. Derex, La gestion de l’eau et les zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime – fin du xix(...)
  • 62 P. Benoit, K. Berthier, G. Billen, J. Garnier, « Agriculture et aménagement du paysage hydrologiqu (...)
  • 63 L’évolage : l’étang en eau douce procure du poisson et le plan d’eau est chassé l’hiver. L’assec : (...)
  • 64 H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du xiiie au xvie s., Éditions Universita (...)

27Ce bref panorama des actions menées pour bonifier les terres humides d’Europe occidentale montre sans aucune ambiguïté qu’elles touchent toutes les régions qui s’y prêtent. L’erreur serait pourtant de s’arrêter là, en constatant une irrésistible progression de la conquête des espaces humides équivalant à celle des défrichements. Il faut en effet observer attentivement tous ces espaces, et pas seulement ceux que les sources mettent au premier plan, tant les textes « ne parlent de “l’environnement” que pour le transformer et non le décrire57 ». L’exemple anglais est significatif. À l’inverse des marécages, les tourbières littorales restent à l’époque médiévale largement dans leur état naturel, car les revenus qu’elles procurent justifient leur maintien. Ainsi, les West Fen, au sud du Norfolk Marshland, font l’objet en 1207 d’un accord entre les grands propriétaires retenant leurs droits de pâturage et d’exploitation de la tourbe en excluant les communautés voisines. Cette tourbière d’environ 35 km2 survécut comme pâture commune jusqu’à la fin du xviiie siècle58. À l’embouchure de la Seine, dans le marais Vernier, ancien méandre tourbeux de 76 km2, les aménagements hydrauliques du xive siècle visent à amener l’eau de la Seine pour exploiter le poisson et non à l’évacuer59. Cette importance accordée à la pisciculture annonce en fait une pratique inverse de l’assèchement et générale dans la moitié septentrionale de la France : la création d’étangs artificiels seigneuriaux, par les laïcs ou les communautés religieuses. De la Bretagne à la Sologne, de la Bourgogne à la Dombes, à partir du xiiie ou du xive siècle, voire du xiie siècle, ces pièces d’eau se multiplient tellement que la plupart des paroisses en possèdent au moins une60. J.-M. Derex a récemment étudié les étangs de la Brie. Créés à partir du xiiie siècle par les monastères, comme Saint-Denis, ou par les templiers, ils répondent au besoin des religieux en poisson et approvisionnent le proche marché parisien. La stagnation démographique d’après 1250 et par conséquent le besoin moindre en céréales auraient facilité leur apparition61. Leur intérêt économique est certain : le poisson est donc important, mais aussi les moulins auxquels ils fournissent l’énergie ; leur impact sur le paysage hydrologique et son fonctionnement biogéochimique est tout aussi sensible62. Enfin, partout est relevée la pratique de l’assec-évolage. Bien décrite par Catherine Benoît pour la Dombes, cette alternance provoquée et régulière des phases en eau et à sec de l’étang permet d’additionner des ressources complémentaires63. Les seigneurs construisent certaines de leurs maisons fortes à proximité des étangs pour les contrôler, comme en Bourgogne64. Leur intégration à l’économie rurale et seigneuriale est par conséquent très marquée, bien loin de l’image de l’espace en marge.

  • 65 Par contre, les viviers sont omniprésents et la distinction avec un étang n’est pas toujours facil (...)
  • 66 N. Baron-Yellès, Recréer la nature. Écologie, paysage et société au marais d’Orx, Rue d’Ulm - Pres (...)
  • 67 D. Istria, « Occupation et mise en valeur des zones côtières du nord-est de la Corse entre le xie (...)
  • 68 P. Squatriti, Water and Society in early Medieval Italy, AD 400-1000, Cambridge University Press, (...)
  • 69 J.-M. Martin, G. Noyé, « Les façades maritimes de l’Italie du Sud : défense et mise en valeur (ive(...)
  • 70 A. Furió, « L’organització del territori : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

28Au sud de l’Europe, la situation est à la fois différente et identique. Différente car les créations d’étangs artificiels ne paraissent pas avoir été un phénomène répandu. Comme leur rôle économique et culturel ne peut être autre que celui des régions plus septentrionales, faut-il évoquer un facteur climatique ? Une plus grande sécheresse paraît pourtant une explication un peu courte, même si elle à prendre en compte, et il faudra revenir sur cette opposition géographique entre les zones qui promeuvent les étangs et celles qui les éliminent65. La situation est par ailleurs identique entre les deux versants de l’Europe puisque dans les régions méridionales la conservation des étangs naturels et des marécages paraît aussi importante que leur assèchement. Ainsi, le grand marais landais d’Orx, près de Biarritz, ne connaît pas de tentative de drainage avant le xviie siècle66 ; de même, si le littoral corse du nord-est comporte plusieurs étangs, aucun n’est asséché car l’importance des ressources en poisson stimule son exportation67. Plusieurs études permettent de bien éclairer le cas de l’Italie. Dans la synthèse qu’il consacre à l’eau dans l’Italie du haut Moyen Âge, Paolo Squatriti constate qu’alors les zones humides sont considérées comme des lieux de ressources, apparaissant comme objets de transaction au même titre que les autres biens fonciers. Il n’est pas question de s’en priver : c’est une pièce importante de l’économie domaniale. Il faut attendre le xe siècle pour que les assèchements deviennent significatifs68. Même au-delà, le tableau est très nuancé. Si la plaine padane est le théâtre d’un gros travail d’aménagement, les autres régions suivent une autre voie. Les marais et les lacs du sud de la péninsule restent en eau pour exploiter les ressources halieutiques, et il en est de même dans la Maremme toscane69. L’analyse de Chris Wickham à propos de la Maremme est tout à fait intéressante. Partie intégrante de l’incultum, les zones humides font l’objet d’un fort niveau d’exploitation. Les lacs de l’intérieur ne sont asséchés que récemment, au plus tôt au xve siècle, et surtout au xvie. Par conséquent, la pression démographique du Moyen Âge central ne débouche pas sur des assèchements, comme le discours classique sur le défrichement le laisserait croire. La situation est plutôt celle d’une exploitation intensive des zones humides, avec une recherche d’équilibre des ressources entre terroirs humides et secs, ce que C. Wickham considère comme un héritage du haut Moyen Âge, tel que le décrit Paolo Squatriti. Par conséquent, pour l’Italie, la bonification de la plaine padane fait plus figure d’exception que de modèle. Sur le littoral méditerranéen de la péninsule ibérique, la création des huertas n’a pas toujours fait disparaître les marécages. Ainsi, dans le delta du Llobregat, près de Barcelone, le drainage est très partiel pour des raisons techniques, mais aussi pour continuer à exploiter les pâturages et les salines70. Cette analyse de la relation entre la société médiévale et les zones humides est essentielle puisqu’elle invite à s’interroger sur la vulgate de la conquête de l’incultum aux xie-xiiie siècles. L’étude de l’espace languedocien permettra de réfléchir à nouveau sur ces perspectives différentes qui tendent à apprécier de manière diverse le comportement des sociétés face à leur environnement.

  • 71 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine »…
  • 72 B. Geyer, R. Dalongeville, J. Lefort, « Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge », Castrum 7, 200 (...)
  • 73 Pour le littoral continental de la mer du Nord, l’étude approfondie de plusieurs sites sur la long (...)
  • 74 Cette conceptualisation des phases d’aménagement des zones humides est directement reprise de S. R (...)
  • 75 Il faut pourtant noter que l’arrêt des actions bonificatrices n’est pas complet. Par exemple, dans (...)

29Si la répartition des actions de drainage s’étend à la plupart des régions comportant des zones humides, la périodisation de ces entreprises ne laisse pas voir de coupures radicales, mais plutôt une progressive intensification qui transforme de plus en plus nettement l’espace. Certes, jusqu’au viiie siècle, les interventions d’envergure n’ont guère laissé de trace. Les textes ont permis néanmoins de relever le drainage partiel des marais Pontins au vie siècle71 et l’archéologie propose pour la même époque un abaissement artificiel du niveau du lac anatolien de Nicée72. Par contre, le ixe siècle paraît marquer une étape décisive puisqu’un peu partout des travaux sont entrepris. Les plus fréquents consistent à endiguer les littoraux pour les protéger des marées et faciliter les différentes activités : sel, tourbe, pâturage, voire culture céréalière. Dans le nord-ouest de l’Europe, cette phase carolingienne est bien mise en valeur. Il faut aussi certainement y voir la densité des études archéologiques et paléoenvironnementales qui y sont conduites depuis longtemps73. Les aménagements sont moins connus pour les régions méridionales, à l’exception de la péninsule ibérique où la conquête musulmane du viiie siècle a développé les travaux de drainage et d’irrigation. Les entreprises prennent plus d’ampleur à partir du xe siècle. De véritables assèchements sont réalisés un peu partout en Europe : l’eau n’est plus seulement écartée, elle est désormais évacuée. L’Europe méridionale est au diapason de celle du Nord : aussi bien à Ibiza que dans la vallée du Pô, des opérations concertées sont réalisées et marquent une nouvelle étape qui est aussi enregistrée en Poitou au siècle suivant. Les xiie et surtout xiiie siècles représentent l’apogée du processus d’assèchement au Moyen Âge qui prend la forme d’une réelle transformation du paysage par la systématisation des aménagements hydrauliques et la poldérisation des espaces, alors qu’antérieurement, il s’agissait surtout de modifications paysagères plus limitées74. L’ensemble de l’Europe occidentale est touché par cette réorganisation majeure des espaces humides qui s’essouffle après le début du xive siècle : la question devient alors celle de l’entretien des réseaux hydrauliques beaucoup plus que leur mise en place. Le début du Petit Âge glaciaire et la récession démographique paraissent expliquer ce changement de rythme qui, dans l’ensemble, suit logiquement les grandes phases de l’évolution climatique et de celle de l’économie75. Il importe pourtant de ne pas s’y tenir : l’exploitation de marécages et d’étangs, parfois la création de ces derniers, en parallèle avec les drainages effectués ailleurs, prouve que des choix différents sont effectués par les sociétés selon des critères d’évaluation qu’il faudra examiner plus précisément.

  • 76 E. Burri, P. Leveau, J. Nicod, « Régulation romaine et drainage moderne du Fucino »…
  • 77 B. Geyer, R. Dalongeville, J. Lefort, « Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge »…
  • 78 K. Grewe, « Der Fulbert-stollen am Laacher See. Eine ingenieurleistung des hohen Mittelalters », Z (...)

30La comparaison avec la période de l’Antiquité permet d’observer des changements significatifs. Tout d’abord, la nature des zones humides mises en valeur évolue. Les sources antiques mettent l’accent sur le drainage des grands lacs, comme en Italie, mais aussi en Grèce, même s’il est difficile de vraiment savoir si Copaïs et Érétrie ont été des lacs ou des marécages. Il reste qu’au Moyen Âge, la quasi-totalité des informations porte sur des marécages, très souvent en bordure de côte. Les interventions connues sur des lacs sont très restreintes. À Fucin, la nouvelle tentative de l’empereur Frédéric II ordonnant en 1240 la restauration de l’ouvrage de Claude reste sans suite76. Le lac de Nicée, déjà évoqué, aux marges orientales de l’Europe, aurait eu trois périodes de basses eaux aux vie, xie-xiiie et xve siècles qui seraient dues à l’intervention humaine. En effet, des vestiges d’aménagements romains à proximité de l’exutoire actuel laissent entendre que le niveau de l’eau était contrôlé, au moins à certaines époques, qui seraient celles des niveaux inférieurs77. Le cas le plus spectaculaire est celui du lac volcanique de Laach, dans le massif allemand de l’Eifel78. Le niveau de ses eaux a été stabilisé par le creusement d’un aqueduc souterrain de 880 m de long selon la technique antique des puits verticaux. Cet ouvrage serait l’œuvre du monastère bénédictin Sainte-Marie fondé à la fin du xie siècle sur ses rives. Il a pu ainsi éviter d’être inondé et gagner de bonnes terres de culture. La datation des travaux, sur la base d’analyses dendrochronologiques, est estimée autour des années 1160. Le premier texte s’y rapportant évoque des réparations effectuées à l’aquaeductus et date de la seconde moitié du xiiie siècle. La similitude avec les lacs italiens antiques n’est pas que technique (galerie à puits) et géologique (volcanisme), elle est aussi dans l’objectif. Comme à Fucin, Albano ou Nemi, le but n’est pas d’assécher entièrement la cuvette, mais de stabiliser le niveau de l’eau et d’accroître la surface cultivée. Il est possible d’invoquer l’incapacité des ingénieurs de ces époques pré-industrielles d’arriver à des évacuations totales, mais à condition de prendre en compte aussi le choix fréquent de conserver les ressources propres aux eaux stagnantes. Il s’agirait donc en fait plus d’un ajustement des conditions offertes par le milieu plutôt que sa remise en cause complète.

  • 79 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 255-257. Pour les Pays-Bas : W.H. TeBrake, (...)
  • 80 J.-L. Sarrazin, « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècles). Conquête et aménagement »…
  • 81 Barceló (M.), « Immigration berbère et établissements paysans à Ibiza (902-1235) »…
  • 82 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge…, p. 172-176 ; A. Castagnetti, « La bonifica della “pa (...)
  • 83 P. Wagret, Les Polders…, p. 236-240.

31Un deuxième point de comparaison avec l’Antiquité porte sur la qualité des acteurs sociaux. Le contrôle des zones humides est nécessairement une œuvre collective : quelque en soit l’initiateur, il ne peut se passer de concours importants pour mettre en place les réseaux hydrographiques nouveaux et surtout assurer leur entretien. À ce titre, les communautés rurales et parfois urbaines occupent le premier rang, agissant soit en tant que telles, soit à travers certains de leurs membres. La première grande phase médiévale des drainages, grosso modo les ixe-xie siècles, est souvent le résultat de petits groupes d’habitants qui interviennent localement. C’est le cas aussi bien en Angleterre qu’aux Pays-Bas pour l’endiguement des espaces littoraux. Dans les Fens anglais, le drainage est d’abord a small man’s enterprise, qu’il soit tenancier libre ou petit seigneur, la distinction n’est pas toujours possible. La fragmentation des propriétaires est grande et le nom du responsable du drainage est parfois donné à l’espace drainé. Dans d’autres cas, le rôle de la communauté entière est évident, avec parfois la coopération de plusieurs d’entre elles pour construire des digues qui traversent leurs territoires79. En Poitou, des paysans ont été parmi les premiers aménageurs du marais80 et à Ibiza le drainage du Pla de Vila revient probablement à l’action d’une communauté (alqueria) berbère immigrée à la suite de la conquête musulmane81. L’Italie présente l’exemple spécifique d’une véritable politique hydraulique des villes de la plaine padane dont la puissance financière permet de mettre en valeur de vastes espaces marécageux comme à Crémone, Lodi, Milan, Brescia ou Vérone82. Enfin, en Flandre et aux Pays-Bas, les exploitants sont associés au moins à partir du début du xiie siècle pour l’entretien des polders dans les waterschappen (en Hollande) et les wateringuen (en Flandre), des associations parfois très étendues et puissantes toujours actives aujourd’hui83.

  • 84 Sans pour autant considérer que « L’Église, dans l’Europe médiévale, est la seule institution suff (...)
  • 85 J.M. de Mascarenhas, P. Gomes Barbosa, V. Ferreira Jorge, « Les Cisterciens et l’aménagement de l’ (...)
  • 86 R. Magnusson, P. Squatriti, « The technologies of water in medieval Italy »…, p. 226.
  • 87 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 251-253.
  • 88 J.-L. Sarrazin, « Les Cisterciens et la genèse du marais poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) » (...)
  • 89 A. Furió, « L’organització del territori » : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.
  • 90 De même, en Flandre maritime, les cisterciens de Vaucelles acquièrent des terres et des marais côt (...)
  • 91 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 249-253.

32L’intervention seigneuriale est plus attendue en matière de drainage puisqu’il s’agit d’affaires regardant le domaine foncier. Pourtant, le véritable rôle des seigneurs n’est pas si simple à cerner : leur fonction fait qu’ils sont les auteurs des chartes autorisant les opérations, mais en sont-ils réellement les initiateurs ? Ne donnent-ils pas uniquement leur accord, attendant que les rentes des terres gagnées leur reviennent ? Ce n’est pas encore le moment de trancher, ou tout du moins d’éclaircir cette question, mais il faut l’avoir à l’esprit pour relativiser l’impact des seigneurs tel qu’il ressort des sources écrites. En premier lieu, les monastères occupent une place certainement importante, probablement moins usurpée que celle qui leur a été longtemps accordée pour les défrichements84. D’un bout à l’autre de l’Europe, ils apparaissent comme prenant des initiatives pour conquérir de nouvelles terres sur l’eau, installant des granges « pionnières » dans les terroirs neufs. Les cisterciens sont très actifs, que ce soit ceux d’Alcobaça au Portugal85, de Chiaravalle, Tre Fontane ou Fossanova en Italie du Nord et du Centre86, Bloemkamp ou Aduard en Hollande87. Le plus bel exemple est celui du marais poitevin. Le rôle des cisterciens est au premier plan à partir des années 1180-1190, puisque pas moins de six abbayes de l’ordre sont intervenues : La Grâce-Dieu, La Grâce-Notre-Dame-de-Charron, Saint-Léonard-des-Chaumes, Moreilles et à moindre degré Trizay et Bois-Grolland. Dans la même région, pour le marais des Alouettes, celui de Brune ou encore au nord de la Sèvre, les cisterciens ont l’initiative, passant des accords avec les seigneurs laïcs, signe pour Jean-Luc Sarrazin de la « réalité d’une politique programmée d’assèchement88 ». Ce poids des moines blancs doit être pourtant relativisé et ceci de deux manières. En premier lieu, d’autres communautés religieuses ont été actives : les chanoines de Coïmbra pour le Bas Mondego, les bénédictins de Laach dans l’Eifel ont déjà été mentionnés. Les moines-soldats des ordres militaires ont été aussi très actifs, en particulier dans le contexte de la Reconquista ibérique : leur rôle dans le pays de Valence est tout à fait significatif89. Néanmoins, ces communautés religieuses semblent globalement moins présentes que les cisterciens, à moins que ce soit l’attention des historiens qui les ait quelque peu négligées. Par contre, une seconde réserve sur le rôle des cisterciens a plus de poids, c’est la nature de leur intervention : ils apparaissent souvent comme « prenant le train en marche », c’est-à-dire développant à leur profit des initiatives antérieures prises par d’autres. Le cas de l’Angleterre est symptomatique. Certains monastères mènent des actions de drainage à travers leurs granges, comme Meaux autour de l’estuaire de l’Humber (Hull Valley) ou Tintern autour de celui de la Severn (Gwent Levels), mais le plus souvent les cisterciens ne font qu’amplifier, développer une mise en valeur antérieure. En particulier, les grandes digues qui séparent les marécages et les tourbières de la mer sont déjà en place. Pour les moines, il s’agit de gérer au mieux les terroirs déjà protégés, souvent en concertation avec les communautés rurales présentes90. Par contre, le rôle primordial de certains établissements du haut Moyen Âge est plus difficile à cerner, à cause de l’absence de documentation. Ainsi plusieurs monastères reçurent avant le xe siècle de larges domaines dans les Fens, en particulier Ely, au moment où la colonisation commence ainsi que les endiguements. Leur rôle a pu être alors décisif91.

  • 92 J.C. Besteman, « North Holland AD 400-1200 : turning tide or tide turned ? »…, p. 116-117.
  • 93 « A picture of free reclaimers […] is an anachronism that does not fit in with early-medieval soci (...)
  • 94 W. L. Urban, Dithmarschen, a medieval peasant republic, Edwin Mellen Press, Lewiston, Queeston, La (...)
  • 95 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une s (...)

33Il est plus difficile de se faire une idée de la place prise par les seigneurs laïcs par manque de sources. En comparaison, l’abondance des archives monastiques ou épiscopales a stimulé les recherches et laissé dans l’ombre le rôle des autres seigneurs. Un exemple de ces difficultés est illustré par l’étude des assèchements sur le littoral du nord de la Hollande par Jan Besteman92. S’interrogeant sur l’organisation de ces entreprises au cours des ixe et xe siècles, il constate d’abord qu’aucun texte ne mentionne l’identité des instigateurs pour affirmer ensuite qu’il ne peut s’agir que de membres de la noblesse locale. Dans le contexte d’une dissolution du pouvoir carolingien, elle s’arroge les droits sur les espaces naturels dont font partie les littoraux et par conséquent elle est à l’origine des assèchements. L’éventualité d’actions menées par des groupes de personnes « libres » est rejetée comme un pur anachronisme car l’époque est aux dépendances strictes93. Si l’hypothèse de Besteman ne paraît pas a priori irréelle, elle tisse des liens discutables entre l’évolution politique et le peuplement. Elle plaque par ailleurs une vision peut-être aussi anachronique d’une société entièrement hiérarchisée par des liens verticaux et fait fi de la capacité des groupes (communautés ?) de paysans à s’organiser et à obtenir des droits. À cet égard, le cas des Dithmarschers est symptomatique. Ces paysans saxons mettent en valeur les marécages littoraux au nord de l’Elbe tout au long de la période médiévale, à l’écart de toute contrainte seigneuriale. Créant des espaces protégés de la mer par les digues, ils fondent des Marschhufendörfer sous l’autorité de clans communautaires qui organisent aux xiiie-xvie siècles une « république » paysanne résistant jusqu’en 1559 aux pressions des puissances voisines. Rendant difficile l’accès de ce territoire gagné sur la mer, marécages et forêts ont contribué à préserver ce pouvoir paysan hors du monde féodal94. Cette large autonomie des populations rurales, tout en restant peu fréquente, n’est pas exceptionnelle. Sous des latitudes plus méridionales, les aprisionaires catalans, paysans alleutiers, ont gagné aux ixe et xe siècles leurs lopins de terre sur des terres vierges publiques avec l’accord tacite du comte, le contrôle seigneurial effectif ne se faisant qu’a posteriori95.

  • 96 J.-L. Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société en Marais Poitevin (vers 1190– 1283) »…
  • 97 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre…
  • 98 S. Lebecq, se référant à l’ouvrage d’A.M. Lambert, The Making of the Dutch Landscape. An Historica (...)
  • 99 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 216-218.
  • 100 C. Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Aubier, Paris, 1989, 454  (...)
  • 101 A. Furió, « L’organització del territori » : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

34Si les parts respectives des communautés rurales et des seigneurs sont souvent difficiles à démêler, celle des pouvoirs publics centraux est bien plus claire. Dans l’ensemble, comtes ou rois interviennent peu et tardivement, ce qui montre que la gestion des zones humides est avant tout affaire des exploitants et des seigneurs fonciers. Ainsi, en Angleterre et dans les régions méridionales de l’Europe, le rôle des principales autorités laïques paraît secondaire. En France, il en est de même. Lorsque le roi intervient dans le marais poitevin en 1283, c’est uniquement pour régler un conflit entre les habitants de Fontenay-le-Comte et les communautés rurales à propos de terres inondées. Les commissaires de Philippe le Hardi tranchent en ordonnant la construction d’un nouveau canal, l’Achenal-le-Roi, aux frais des communautés96. Par contre, en Flandre et en Hollande, les comtes occupent une place incontestable à partir des xie-xiie siècles. Ainsi Philippe d’Alsace (comte de Flandre de 1168 à 1191) fit beaucoup pour l’endiguement du golfe du Zwin et du cours inférieur de l’Yser97. En Hollande du Sud, le drainage systématique des tourbières se déroule du xie au xiiie siècle sous la direction des évêques d’Utrecht et des comtes de Hollande98. Des lots identiques, appelés cope, sont alloués aux chevaliers, aux moines ou aux paysans qui ont drainé. L’opération est souvent coordonnée par un entrepreneur, le locator99. C’est une organisation qui est reproduite à l’identique lors des grands mouvements de colonisation germanique à partir du début du xiie siècle. La mise en valeur des terres marécageuses des basses vallées de l’Elbe et de la Weser est d’ailleurs le fait de Flamands et de Hollandais qui reçoivent des contrats de bonification de la part des princes et des prélats allemands100. Dans un autre contexte de colonisation, celui de la péninsule ibérique, les souverains prennent aussi l’initiative ou appuient les opérations d’aménagement et de drainage des marécages du littoral méditerranéen. Leur rôle est manifeste dans le pays de Valence aux xiiie-xive siècles101.

  • 102 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, présente p. 52-53 et 152-155 les modélisations (...)

35La question des techniques et des modalités de drainage a fait l’objet d’un traitement inégal suivant les régions. En effet, l’importance des études archéologiques réalisées en Angleterre fait que les marécages littoraux sont bien mieux connus. Or, les conditions sont spécifiques, dans la mesure où il faut séparer de la mer les espaces aménagés, tout en évacuant les cours d’eau. La modélisation de ce processus paraît largement acceptée et commune à la plupart des marécages littoraux102. Elle peut se résumer ainsi :

36– la première phase est l’établissement de digues de mer pendant le haut Moyen Âge, parfois au viie siècle, mais surtout aux ixe-xe siècles, avec quelques fossés de drainage qui permettent une exploitation partielle. Les établissements, temporaires ou permanents, sont associés à des petits parcellaires irréguliers formant des îlots de culture ;

  • 103 D. Hall, J. Coles, Fenland Survey. An Essay in Landscape and Persistence…
  • 104 Le processus est bien décrit pour les Pays-Bas dans G. J. Borger, « Draining – digging – dredging  (...)

37– le perfectionnement et la systématisation du réseau de drainage en vue d’une exploitation plus intensive caractérisent la deuxième phase. Le paysage est transformé par ce qui est un véritable assèchement : les parcelles sont bordées par des fossés hiérarchisés et formant un canevas quadrillé, l’eau étant évacuée vers la mer par les cours d’eau canalisés ou des canaux entièrement artificiels. Cette phase commence au xie siècle, mais est surtout caractéristique des xiie-xiiie siècles. Elle donne naissance à un paysage complètement artificiel et régularisé. Les parcelles prennent la forme de lanières rectilignes et très allongées (strip fields), sans commune mesure avec la période antérieure. Elles peuvent atteindre jusqu’à 1,5 km dans les Fens du Cambridgeshire103. Les cope hollandais, et plus largement les polders des littoraux flamand, hollandais ou encore poitevin sont mis en place selon les mêmes modalités qui traduisent des opérations plus ambitieuses et plus concertées, avec des partenaires plus puissants et des techniciens plus savants104.

  • 105 A. Castagnetti, « La bonifica della “palus comunis Verone” (1194-1199) »…

38Par contre, il est difficile d’avoir des points de comparaison pour les étendues d’eau continentales. D’abord parce qu’une part importante, il faut le rappeler, n’est pas drainée, mais au contraire exploitée, voire créée pour augmenter les ressources et le potentiel de l’énergie hydraulique. Lorsque des drainages sont réalisés, deux cas de figure sont évoqués. Le premier est celui des lacs, comme Fucin en Italie ou Laach en Allemagne : les entreprises visent à abaisser le niveau de l’eau pour le stabiliser, mais en aucun cas à assécher. Le second est celui des marécages liés à une plaine alluviale ou à un delta. Le cas de Vérone, déjà évoqué, confirme les techniques observées pour le littoral au même moment105. Le palus comunis est drainé au tournant des xiie et xiiie siècles. Après la canalisation de la rivière traversant le marécage pour se jeter dans l’Adige, les fossés entourant la zone choisie sont creusés, puis ceux divisant les lots de terre. Cinq quartiers (pecie) sont délimités par des fossés majeurs d’où partent et aboutissent des fossés-chemins parallèles qui servent de structure d’encadrement aux lots agraires rectangulaires qui leur sont perpendiculaires, les quaterni, et aux terrains dévolus aux habitations de la future ville de Palù, les sedimina. D’un point de vue morphologique, Vérone est très proche des marécages littoraux : un espace organisé par de vastes quadrillages qui ont pour objectif à la fois le contrôle hydrologique des terrains humides et une répartition simple et efficace des nouvelles terres s’étendant sur une dizaine de kilomètres carrés.

39Le millénaire médiéval est apparu particulièrement riche en observations sur l’attitude des populations face à des espaces d’eau stagnante dont elles profitent, mais qu’elles éliminent aussi. Ce comportement quelque peu schizophrénique n’est qu’apparemment absurde. La chronologie a clairement mis en relation le rôle des phases de croissance démographique et économique. L’assèchement est bien une réponse à une demande de production et à une recherche de productivité qui peut satisfaire à la fois les consommateurs, les exploitants et les maîtres du sol. Pourtant, il est apparu tout aussi nettement que ce comportement est loin d’être univoque : certaines régions créent des étangs au lieu de les éliminer, d’autres les conservent ainsi que les marécages. C’est que les choix sont plus complexes qu’il n’y paraît. Dans certains secteurs du pourtour méditerranéen, comme en Italie centrale ou en Catalogne, une part importante des zones humides est conservée et exploitée car elles apparaissent complémentaires dans un système économique où l’élevage occupe une place importante et où les pâturages sont par conséquent recherchés. Enfin, et il ne s’agit pas là de conclure sur cette étude, mais plutôt d’ouvrir des réflexions ultérieures sur le milieu, l’uniformité du vocabulaire dissimule de grandes variétés de paysages. L’« étang » méditerranéen est souvent bien différent de son homonyme septentrional. Lorsqu’un étang est aménagé en France du Nord pour la pêche et les moulins, il s’agit d’une véritable étendue d’eau sur le modèle du lac. Par contre, l’étang méditerranéen est souvent paludifié : c’est un marécage où l’eau et la terre se mélangent de manière indistincte. Voilà qui permet peut-être d’expliquer des comportements apparemment contradictoires : création d’étangs d’un côté, drainage de l’autre. Cette ambiguïté du vocabulaire invite à se pencher sur d’autres ambivalences, comme celles du regard porté sur les milieux humides. Là aussi, les images véhiculées, hier comme aujourd’hui, rendent difficile l’accès à la réalité médiévale.

4. LES « RIVES DE L’INCERTAIN106 »: LES REPRÉSENTATIONS DES ZONES HUMIDES

  • 106 P. Bata, D. Guillemet, J. Péret, J.-R. Soubiran, Aux rives de l’incertain. Histoire et représentat (...)
  • 107 N. Baron-Yellès, L. Goeldner-Gianella, Les marais maritimes d’Europe atlantique…, p. 207-216 ; F. (...)
  • 108 J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oub (...)
  • 109 J.-M. Derex (dir.), Les étangs : espaces de production hier et aujourd’hui. Actes de la journée d’ (...)
  • 110 C’est le propos de l’historien S. Schama lorsqu’il étudie les paysages de l’imaginaire occidental  (...)

40L’attitude des sociétés vis-à-vis des espaces humides n’est pas que la somme de leurs actions. Les représentations du milieu de vie doivent être prises en compte, à la fois comme la traduction des faits, mais aussi de l’idéologie qui préside à la politique, volontariste ou non, des interventions ou simplement de la mise en valeur. Là encore, il ne s’agit ici que de préciser quelques repères généraux permettant de mieux comprendre le contexte médiéval en le mettant en perspective. Aujourd’hui, la situation européenne est marquée par un souci de protection des zones humides qui répond à deux impératifs. Le premier est celui de la préservation d’un écosystème spécifique et fragile largement réduit par la mise en valeur agricole et l’urbanisation. Le gel des terres imposé par la Politique Agricole Commune depuis 1993 et le souhait de rééquilibrer la croissance – c’est le concept de développement durable – conduisent à remettre en cause la conquête et l’éradication des espaces humides, voire à inverser le mouvement à travers une véritable politique de « retour à la mer » dans le cas des marais littoraux107. Par ailleurs, et pour les mêmes raisons, l’étude d’espaces naturels auparavant marginalisés s’impose dans les milieux scientifiques. Les historiens s’emparent du sujet : l’appel de J.-M. Derex « Pour une histoire des zones humides108 » et le tout récent Groupe d’Histoire des Zones Humides est le reflet de cet intérêt et des préoccupations en matière d’environnement109. Cette défense du milieu « naturel » aquatique trouve son origine lointaine dans le courant romantique. Le retour en grâce de l’étang sauvage est une traduction du mythe de l’Arcadie primitive qui trouve là un site emblématique apprécié des artistes du xixe siècle110.

  • 111 G. Traina, Paludi e bonifiche del mondo antico. Saggio di archeologia geografica, L’Erma di Bretsc (...)
  • 112 Columelle, I, 5 ; Palladius, I, VI et I, VII. Au Moyen Âge, Pierre de Crescens s’exprime quasiment (...)
  • 113 Comme dans le De fluminibus, fontibus, nemoribus, paludibus, montibus, gentibus de Vibio Sequestre (...)
  • 114 Thomas d’Aquin, Du royaume. De regno, trad. et prés. par M. Martin-Cottier, éd. Egloff, Paris, 194 (...)

41Cet attachement pour une nature intacte accompagne la période pendant laquelle elle est le plus soumise aux pressions économiques. Cette double attitude de la société contemporaine semble bien être une constante. Ainsi, Giusto Traina a étudié comment la littérature antique a traité les marécages et les bonifications111. Deux discours s’opposent. Le premier considère que les marais, bien qu’utiles aux bergers, représentent un obstacle pour les voyageurs. Il illustre ainsi la dualité ville-campagne, monde civilisé-campagne sauvage, perçue comme telle par les milieux citadins. Bien que G. Traina ne l’évoque pas directement, cette représentation urbaine trouve son complément agronomique dans les traités qui dénoncent les eaux stagnantes pour leur pestilence112. Le discours inverse, moins fréquent, tend à faire des paluds un élément du paysage parmi d’autres, et non en marge, comme le ferait croire la vision simplificatrice d’une campagne romaine bien ordonnée113. Cette dualité se retrouve à l’époque médiévale, tout du moins avant ses derniers moments. Ainsi, Thomas d’Aquin se réfère à Végèce lorsqu’il conseille à un souverain qui veut construire une ville de choisir un lieu « non voisin de marécages » pour éviter l’« humidité excessive » et surtout « l’exhalaison des bêtes empoisonnées » rendant l’air pestilentiel114. Si les textes littéraires et les traités font des marais un lieu répulsif et dangereux, il semble difficile d’en trouver l’écho dans les documents de la pratique. L’enquête reste à faire, mais dans le cadre de ce travail, il n’a pas été possible de rencontrer une seule indication sur l’image péjorative des étangs languedociens de plaine. Cette distorsion correspond-elle à deux perceptions de l’environnement, ou est-ce la nature très différente des sources qui en est l’explication ? Le cas du notaire Enverardo inciterait à aller dans ce sens. Il est l’auteur du Liber de divisionibus paludis comunis Verone, écrit en 1199. Texte juridique, il est pourtant rédigé à la manière d’un récit. Enverardo présente le marécage comme un lieu, non pas insalubre, mais infertile et sauvage (sterilis et silvestris). Mais il faut prendre soin de noter que le notaire conduit aussi les opérations de bonification et qu’il justifie là l’action qu’il entreprend : il faut en fait convaincre l’opinion de l’utilité de l’entreprise et non pas l’effrayer.

  • 115 É. Crouzet-Pavan, « Mythes et réalités de la crise d’un écosystème littoral. Venise et sa lagune à (...)
  • 116 N. Coulet, « Une opération de drainage en basse Provence orientale au xve siècle », Rives Nordmédi (...)
  • 117 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), Maison des Sc (...)
  • 118 « On soulignera la coïncidence entre cette désaffection des étangs et le développement des bourgs (...)

42Les sources deviennent nettement plus explicites à partir du xve siècle et expriment plus clairement un rejet des zones humides, annonciateur de la radicalisation de l’époque moderne dans ce domaine. C’est dans la première moitié de ce siècle qu’à Venise se met en place le discours sur l’eau « force de mort » pour la ville, menacée par l’alluvionnement des fleuves selon les traités de l’époque115. À une échelle très réduite, mais au même moment (1436), une petite dépression provençale est drainée et son auteur avance, parmi d’autres arguments, l’odeur nauséabonde en été qui incommode les voisins116. Plus largement et toujours en Provence, à propos des étangs de Saint-Blaise, à l’ouest de l’étang de Berre, F. Trément fait observer que les sources écrites médiévales présentent l’étang comme une richesse grâce au sel117. À partir du xve siècle, l’appréciation devient négative. D’atout, l’étang se transforme en handicap puisqu’il est désormais dit que le sel brûle les récoltes et perturbe ainsi l’agriculture. Évidemment, il serait nécessaire de multiplier de telles indications d’un regard de plus en plus à sens unique, d’autant que dans les cas cités il s’agit d’un discours de justification. À Venise, l’eau est accusée de menacer les citadins, mais, en fait, la ville vient d’acquérir la Terre Ferme et doit faire face aux intérêts contradictoires des partisans de la lagune et de ceux des bonifications. En Provence, c’est l’assécheur de Besse (Var) qui dénonce les nuisances avec un grand altruisme… Enfin, F. Trément considère que la dénonciation des méfaits du sel, auparavant source de revenu, est liée à une économie qui tourne le dos à sa dimension aquatique plutôt instable pour se recentrer sur les terroirs agraires, ce dont témoigne le développement de l’oléiculture118. La dénonciation des eaux stagnantes est donc surtout le fait de ceux qui se tournent vers d’autres formes de valorisation agraire et qui argumentent ainsi leurs choix. Cette attitude paraît relativement nouvelle. Comme il sera montré plus loin, les assèchements antérieurs se font toujours au nom d’arguments économiques, mais sans dénoncer les méfaits supposés des terres humides.

  • 119 Dans une étude lexicographique sur les traités d’agriculture d’époque moderne, N. Landou a montré (...)
  • 120 G. Traina, Paludi e bonifiche del mondo antico…, p. 109-110.
  • 121 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine »…
  • 122 Le « schéma méditerranéen classique des espaces fragiles » est mis en évidence au travers de trava (...)

43Cette inflexion perceptible au xve siècle, qui peut être un effet de sources, s’amplifie à l’époque moderne et au xixe siècle pour accompagner les grandes entreprises d’assèchement. Le fait est connu et il est inutile d’y revenir sinon pour insister sur la dimension très idéologique du discours alors mis en place et qui donne un nouveau sens aux liens entre les hommes et la nature119. G. Traina montre que l’image « bonificatrice » des Romains luttant contre les éléments naturels est un héritage des modernes, non de l’Antiquité elle-même. Le terme de « bonification » n’a d’ailleurs pas d’équivalent en latin classique et il faut attendre le xiie siècle pour trouver dans la documentation l’expression bonum facere dans le sens d’intervention sur un marais et encore pas dans un sens très précis120. Les stéréotypes sont identiques lorsque au vie siècle Théodoric procède à l’assèchement des marais Pontins dans la zone du Decennovio, entre Terracina et Tripontium, pour remettre en fonction la via Appia. À l’époque moderne, cette bonification est présentée comme un signe de l’appartenance des Goths à la civilitas, assimilant de fait les marécages et la barbarie121, comme l’a aussi souligné le géographe Jacques Béthemont avec le concept de « cycle de Métaponte122 ». Par conséquent, il faut avoir clairement conscience du poids des représentations négatives post-médiévales vis-à-vis des zones humides pour aborder le comportement des sociétés plus anciennes. La malaria fait partie de ces stéréotypes plaqués sans nuance.

5. UNE AUTRE INCERTITUDE : LA RÉALITÉ ET L’IMPACT DES FIÈVRES

  • 123 Cf. note précédente.
  • 124 Selon la formule de R. Giblett, Postmodern Wetlands. Culture, History, Ecology, Edinburgh Universi (...)
  • 125 Maladie parasitaire transmise par un moustique des régions chaudes et marécageuses, l’ano
  • 126 Columelle, I, 5 ; mêmes affirmations dans Palladius (I, VII) et plus tard chez Pierre de Crescens (...)
  • 127 B. Coste, Le « De Febribus » : la conception des fièvres par les maîtres montpelliérains (xiiie- x (...)
  • 128 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, A. Colin, Paris, (...)

44Autre vecteur du cycle de Métaponte123, la malaria fait partie des topoï associés aux eaux stagnantes et contribue à leur image négative. Quel rôle les fièvres ont-elles réellement joué dans le comportement des populations envers les étangs et les marais au Moyen Âge ? Encore une fois, il faut élargir quelque peu le point d’observation et partir de la construction élaborée autour des zones humides à l’époque moderne. L’assimilation alors faite entre ces espaces et les 3 M : malaria, miasma, melancholia et les 4 D : death, darkness, decay, disease124 met au premier plan la maladie et le paludisme125. Cette assertion n’est évidemment pas un fantasme, mais son degré de réalité est à vérifier au plan historique. Dès l’Antiquité, les agronomes dénoncent l’eau des marécages. Columelle parle d’eau pestilentielle (pestilens), laissant échapper des miasmes empoisonnés et source de maladies obscures 126. À l’époque médiévale, les traités de médecine des maîtres montpelliérains décrivent les « fièvres127 ». Ainsi, le De pestilentia (1376) de Jean Jacme traite des manifestations pestilentielles dans les régions de Montpellier et d’Avignon, dont la corruption des eaux stagnantes (ex corruptione stagnorum). Bernard Gordon fait de même dans son Lilium medicinae (1303). Sans savoir précisément ce que recouvre le terme de fièvre, il est clair que les eaux stagnantes sont désignées comme source de maladie. Par contre, il n’est pas possible de savoir si l’observation porte sur les nombreux marais littoraux ou aussi sur les étangs de plaine, le terme de stagnum employé au pluriel pouvant désigner l’ensemble des eaux dormantes. À partir du xvie siècle, la réalité des fièvres paludéennes est parfaitement attestée par la documentation. Fernand Braudel, puis Emmanuel Le Roy Ladurie, l’ont décrite dans des pages connues tout en propageant le portrait de plaines paludifiées, « images de tristesse et de désolation », qui a été trop rapidement projeté sur les siècles antérieurs128.

  • 129 J.-M. Martin, G. Noyé, « Les façades maritimes de l’Italie du Sud : défense et mise en valeur (ive(...)
  • 130 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Hachette, Paris, 1995, 314 p. ; sur la (...)

45Effectivement, les sources de l’époque moderne, celles du Languedoc méditerranéen comme les autres, relaient le discours sur les « émanations néfastes » des étangs et des marécages. Pour les siècles médiévaux, en l’absence de synthèse sur cette question, les diverses études sur les régions de la Méditerranée occidentale semblent s’accorder à partir du xiiie siècle sur la présence de la malaria, en particulier dans la péninsule italienne (le Sud, la Maremme toscane), mais aussi en Corse129. À Rome, les papes quittent régulièrement la ville l’été, comme Grégoire IX en 1238 qui rejoint Anagni pour « éviter les dangers de l’air suspect130 ». Si la maladie est bien présente sur les littoraux, il semble qu’il faille pourtant en limiter l’impact. En effet, dans tous les cas cités, jamais la présence du paludisme n’a entraîné des interventions motivées par l’assainissement d’espaces humides. Au contraire, ces régions n’ont pas connu d’assèchements réels avant la fin de l’époque moderne. Pour la Maremme toscane, région désolée à partir de la fin du Moyen Âge, C. Wickham réfute l’argument de la malaria. D’une part, les proches marais pisans, eux, continuèrent à être exploités malgré des bonifications temporaires à partir du xvie siècle. D’autre part, la situation de la Maremme peut être imputée à deux facteurs différents : la contraction démographique suivant la Peste Noire a pesé sur une région difficile et l’absence de structuration sociale forte a fait de cet espace colonisé, contrôlé de l’extérieur, un territoire marginal en période de récession. À ce dossier italien, il faut ajouter pour finir le cas de Vérone, un peu plus précoce (fin du xiie siècle) et excentré par rapport à la Méditerranée, ce qui peut jouer un rôle dans la géographie du paludisme. Lorsque le notaire Enverardo décrit le marécage à mettre en valeur, il en fait un portrait horrifique à partir de son infertilité et de sa sauvagerie, mais n’ajoute pas l’insalubrité et la maladie à la batterie d’arguments rassemblés pour convaincre de la nécessité du projet d’assèchement.

  • 131 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge : dynamiques agricoles et paysagères entre le (...)
  • 132 M. Bourin-Derruau, D. Le Blévec, C. Raynaud, L. Schneider, « Le littoral languedocien au Moyen Âge (...)
  • 133 Une observation identique a été faite pour le drainage des terres à des fins agricoles dans la Grè (...)
  • 134 J.-C. Schmitt a fait l’exégèse de cet exemplum du dominicain Étienne de Bourbon, rédigé au milieu (...)

46Ces restrictions à l’impact de la maladie sur les populations médiévales vont dans le sens de ce qui est observable sur le pourtour méditerranéen de la France. Pour C. Puig, les sources médiévales roussillonnaises ne font jamais état de maladies ou de fièvres paludiques liées aux étangs et aux marais131. Dans une récente synthèse sur le littoral languedocien, M. Bourin observe aussi l’absence de la malaria jusqu’à la fin du Moyen Âge, tout en restant prudente sur la signification du silence des textes132. Notre étude sur les dépressions humides languedociennes n’a pas permis de trouver plus d’allusions à la malaria, ou à toute maladie liée à l’insalubrité des étangs. Aucun exposé de charte, aucun dispositif n’y fait allusion, en particulier lors des actions de drainage et d’assèchement133. Bien sûr, il ne faut pas en tirer d’argument définitif. Les sources écrites consultées, où les chartes occupent une place importante, ne sont probablement pas le meilleur point d’observation. D’autres seraient peut-être plus loquaces, comme les testaments ou les livres de raison des médecins, voire des légendes, à l’image du saint lévrier de la Dombes134. Il faut aussi diversifier la nature des sources d’information. Des études anthropologiques de squelettes des populations riveraines, dirigées vers l’observation des pathologies, pourraient mettre en évidence leur état sanitaire et, ainsi, mesurer l’impact des zones humides.

6. UN PAYSAGE EMBLÉMATIQUE ET MYTHIQUE : LE « SOLEIL » DE MONTADY

47Depuis l’époque moderne, le milieu des étangs et des marécages a véhiculé des représentations mélangées, entre la vision romantique du milieu sauvage, naturel, et celle des cercles économistes et hygiénistes dénonçant son inproductivité et son insalubrité. Il n’est pas inutile de s’arrêter quelques instants sur un cas exceptionnel qui tranche avec cette ambivalence générale, celui de l’étang de Montady (planche 5). Proche de Béziers, il offre en même temps une transition vers l’espace languedocien qui sera au cœur de cette étude. Qui n’a pas vu la photographie aérienne du parcellaire rayonnant de l’étang asséché de Montady dans un manuel de géographie pour illustrer la diversité des paysages ruraux français ou dans un manuel d’histoire pour vanter les travaux d’assèchement du Moyen Âge ? Particulièrement esthétiques, les lignes du parcellaire associant les longs fossés rayonnant vers le centre de la cuvette et le fossé circulaire central (le redondel) ont donné lieu à de nombreuses appellations imagées d’où ressortent celles de la roue et du soleil que nous avons repris à notre compte pour le titre de cette partie. Vu du ciel, le réseau des fossés n’est plus qu’une forme géométriquement parfaite et tout à fait originale à laquelle la diversité des cultures et les couleurs automnales des vignes – devenues néanmoins rares – peuvent ajouter une tonalité picturale qui transforme aussi l’étang en œuvre d’art.

  • 135 A.D. Hérault, 1 J 270. Le dessin n’est pas daté, mais l’écriture le rattacherait à la première moi (...)
  • 136 No 370, mai-juin 2000.

48Du xviie siècle à l’an 2000, la morphologie de l’étang n’a cessé de frapper les esprits. La première représentation figurée de l’étang de Montady est un dessin schématique daté du xviie siècle135 (annexe 15). De manière simplifiée, il représente le réseau de drainage en accentuant la dimension du redondel et en découpant l’étang en seize parts délimitées par des fossés dont les quatre canaux majeurs (mairouals). En fait, la réalité est modélisée car ces quatre fossés ne se coupent pas à angle droit comme sur le schéma. Les seize parts sont loin d’être égales puisque l’étang n’est pas un cercle parfait, comme sur la figure. Par conséquent, celle-ci idéalise la réalité en la régularisant pour en faire une forme géométrique parfaite. Près de quatre siècles plus tard, la mise en scène du parcellaire atypique est toujours à l’œuvre. Dans une des livraisons de 2000 de la revue Historiens et géographes136, la photographie aérienne de l’étang occupe toute la couverture (annexe 16). « Vivre en France dans la diversité », l’un des titres superposés, renvoie à un important dossier géographique sur la France contemporaine. L’étang est donc chargé d’un sens très fort : il incarne la diversité du territoire national, celle des milieux, de l’habitat, de la population, etc. La multiplicité des fossés et les fausses couleurs contrastées, rouge et bleu, symboliseraient cette diversité française que la perfection géométrique est visiblement chargée de rendre positive. La fascination est donc toujours intacte.

  • 137 P. Carrière, « Le dessèchement et l’aménagement hydraulique de l’étang de Montady (Hérault) », Bul (...)

49Pourtant, cette attraction qui vient d’être rapidement esquissée repose sur une méconnaissance de la nature de l’objet qui en est à l’origine. La genèse médiévale du paysage actuel a été – et est toujours – mal connue. Le géographe Pierre Carrière a montré que l’identité des auteurs de l’assèchement a été longtemps ignorée137. Au milieu du xviiie siècle, un ingénieur royal visitant le Canal royal (Canal du Midi) affirme dans un mémoire que les Romains ont asséché l’étang et construit l’aqueduc souterrain d’évacuation des eaux. Cette idée a cours jusqu’au milieu du xixe siècle, avec une variante proposant que l’opération se soit déroulée sous le règne d’Henri IV. L’édition de la transcription et de la traduction de la charte de l’archevêque de Narbonne autorisant la construction de l’aqueduc en 1247, à trois reprises au cours du xixe siècle, met fin à ces spéculations. Il apparaît tout d’abord que la référence à l’époque romaine et au règne d’Henri IV correspond à deux périodes où les travaux de drainage ont été importants (cf. ch. 1, 1) : le lien avec Montady s’est donc fait logiquement, à défaut de preuve. L’autre remarque porte sur la constitution et la circulation du savoir. Au moment même où l’ingénieur du roi affirme en 1753 que l’assèchement remonte aux Romains, les possesseurs de l’étang continuent à verser à l’archevêque de Narbonne la redevance due pour l’aqueduc et le passage de l’eau… La copie de la charte de 1247 est alors dans les archives archiépiscopales à Narbonne et dans celles du chapitre Saint-Nazaire de Béziers. Le savoir est donc loin d’être homogène. Dans le cas présent, les archives ont un rôle juridique et judiciaire, mais ne sont pas exploitées historiquement, n’ayant pas été intégrées dans la collection Doat ou publiées par les bénédictins de l’Histoire générale de Languedoc.

50Malgré l’édition de la charte de 1247 et les articles érudits qui l’ont accompagnée, malgré des travaux scientifiques récents, dont celui de P. Carrière, les approximations restent toujours nombreuses. C’est l’occasion de revenir au numéro d’Historiens et Géographes présenté peu auparavant. Si l’étang de Montady n’est pas évoqué dans le dossier sur la France contemporaine, la photo de couverture est ainsi légendée en page 2 : « L’étang de Montady (Hérault, France). L’étang fut drainé au xiie siècle, et le monastère voisin cultivait les bandes de terre en alternance. Chaque parcelle converge vers le point d’eau central. » Cette légende surprenante ne contient pas moins de quatre erreurs :

  • l’assèchement a eu lieu au xiiie siècle et non au xiie ;
  • aucun monastère ne cultivait (à quelle époque ?) de terres dans l’étang asséché. Est-ce le chapitre Saint-Nazaire, détenteur de nombreuses parcelles, qui est ainsi maladroitement désigné ? ou l’archevêque de Narbonne ?…
  • la culture des bandes de terre par alternance peut être une allusion à la rotation biennale, mais l’exploitation de l’étang n’a rien d’original de ce point de vue. Cette alternance par bande n’a que peu de sens car la possession des parcelles est très éclatée ;
  • enfin, il est curieux d’un point de vue hydrologique de concevoir que l’eau drainée est envoyée vers un « point d’eau » au centre de l’étang. C’est probablement l’expression pour le moins confuse de la récupération des eaux par le redondel et le grand canal d’évacuation qui part du centre.

51Une telle concentration d’approximations et d’erreurs prouve le décalage entre une image idéalisée, et en l’occurrence instrumentalisée, et sa dimension historique. L’esthétique formelle et la symbolique mettent au second plan la connaissance du paysage, de sa genèse et de sa transmission. Seul, l’effet visuel compte. Cette image de l’étang de Montady n’a rien de négatif, comme celles qui ont été examinées auparavant, mais elle appartient aussi au domaine des représentations, de l’incertain, qui est une caractéristique du regard moderne et contemporain sur le milieu humide des étangs et des marécages, y compris après l’assèchement.

***

52Bien qu’emblématique, l’étang de Montady est une exception. En effet, l’attention portée par les chercheurs du sud comme du nord de l’Europe aux marécages, principalement littoraux, fait qu’aujourd’hui le drainage des zones humides au Moyen Âge leur est associé, bien plus qu’aux étangs. Certes, cette attention est loin d’être usurpée : les superficies sont étendues, les résultats spectaculaires et l’impact sur l’économie et la société tout à fait perceptible. C’est à l’évidence l’entreprise majeure en matière d’assèchement. Par ailleurs, les actions d’envergure conduites pour stabiliser le niveau de grands lacs, dans l’Antiquité et au-delà, ont occulté l’intérêt porté par les sociétés pour des pièces d’eau moins impressionnantes en superficie, mais beaucoup plus répandues. Si au centre et au nord de l’Europe, les étangs sont préservés et souvent multipliés, la situation des régions méridionales est beaucoup plus contrastée. Des créations, peu fréquentes semble-t-il, existent, mais surtout l’omniprésence des étangs naturels dans les plaines périphériques de la Méditerranée fait qu’ils sont au cœur, beaucoup plus qu’en marge, de l’existence des populations. C’est ce que cette étude voudrait contribuer à montrer. C. Puig vient d’accorder dans sa thèse une large place à l’étude des étangs roussillonnais et a fait la démonstration de leur contribution aux mutations paysagères et agricoles médiévales. En Languedoc, Montady n’est en fait qu’un cas exceptionnel derrière lequel une multitude de dépressions humides plus ou moins vastes donnent un caractère spécifique au paysage médiéval. Les assèchements dont les étangs sont alors l’objet constituent par conséquent un bon observatoire des transformations du paysage et des créations de parcellaires à l’intérieur des finages. Ils invitent aussi à revoir les modalités de la croissance économique du Moyen Âge central et l’implication des pouvoirs et des acteurs des campagnes méridionales. Dans un premier temps, il convient de définir le corpus retenu dans l’espace languedocien.

Notes

1 Pour les régions méridionales, « Le premier dessèchement dont la complète réussite nous est connue fut commencé à la fin de l’année 1592 » (p. 195) : même Montady est totalement oublié.

2 La réglementation française sur l’assèchement des marais (xviie-xixe siècle) est résumée (avec tableau) dans J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oubliés, une histoire à écrire »…, p. 19-20.

3 C. de Bryas, Études pratiques sur l’art de dessécher et diverses impressions de voyage, Victor Masson, Paris, 1857, 376 p.

4 F. Denizet, Histoire de la formation et du dessèchement des marais de la région d’Arles. L’œuvre de Van Ens, Marseille, 1929, 153 p.

5 Ibid., p. 22 et 24.

6 K. A. Wittfogel, Oriental Despotism. A comparative study of total power, Yale University Press, New Haven, 1957 ; édition française : Le despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Éditions de Minuit, Paris, 1964, 671 p.

7 L’homme « commença à exploiter les possibilités récemment découvertes d’un site ancien, en pratiquant une agriculture d’irrigation restreinte (hydroagriculture) et/ou une agriculture d’irrigation à grande échelle et dirigée par le gouvernement. Ce n’est qu’alors que se trouvèrent réunies les conditions favorables à des formes despotiques de gouvernement et de société », (idem, p. 62 de l’édition de 1964) ; « la société hydraulique apparaît spécifiquement dans l’aspect particulier et la portée de deux de ses traits (organisation hydraulique et despotisme agrohydraulique). Et c’est la combinaison pratique de ces deux traits qui donne naissance à un ensemble de fonctionnement, en “complexe opérationnel” qui peut se perpétuer pendant des millénaires. L’historien de la liberté humaine doit affronter ce fait empirique fondamental : parmi les civilisations pré-industrielles évoluées, la civilisation hydraulique, la plus despotique de toutes, a survécu à toutes les autres » (idem, p. 236).

8 Dans un article publié dans L’Histoire (« Les Arabes des marais ont disparu », no 285, mars 2004, p. 20-21), l’archéologue J.-F. Breton retrace ainsi l’histoire des marais du sud de l’Irak, entre le Tigre et l’Euphrate : « Les eaux ont toujours fait l’histoire de cette région. Dirigées dans les canaux, irriguant des territoires de plus en plus vastes, elles rendent indispensables la centralisation et la création de larges unités politiques : s’ils ne sont pas curés régulièrement, les canaux se comblent d’alluvions. »

9 AHSS, no 3, mai-juin 2002, p. 515-663.

10 « High-placed individuals et local authorities » (p. 187). C. Delano Smith, Western Mediterranean Europe. A Historical Geography of Italy, Spain and Southern France since the Neolithic, Academic Press, Londres, 1979, 453 p.

11 Dans sa thèse soutenue aussi en 1979, M. Bourin-Derruau insiste de la même manière sur le rôle déterminant des bourgeois de Béziers dans l’assèchement de l’étang de Montady : Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (xe- xive siècle), L’Harmattan, Paris, 1987, 2 vol, 338 et 470 p., t. 2, p. 15-19. C. Delano Smith publie d’ailleurs un schéma simplifié de cet étang asséché (p. 187) comme exemple d’un paysage né d’un plan organisé.

12 É. Zadora-Rio, « Aménagements hydrauliques et inférences socio-politiques : études de cas au Moyen Âge », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 387-393. Cf. aussi : P. Leveau, « Revisiter l’espace et le temps dans le delta du Rhône : archéologie et histoire des zones humides et des milieux deltaïques », C. Landuré, M. Pasqualini (dir.), Delta du Rhône. Camargue antique, médiévale et moderne, Bulletin Archéologique de Provence, supplément 2, 2004, 334 p., p. 13-43, en particulier « 3.1.1. Les modes d’exploitation des zones humides », p. 25-26.

13 P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanats et canalisation souterraines en Iran, en Égypte et en Grèce, Collège de France-Thotm, Paris, 2001, coll. Persika, 2, 190 p. Les qanats sont des canalisations souterraines pouvant être profondes et parcourir de très longues distances. Elles captent l’eau des nappes phréatiques pour la conduire vers les zones d’habitat et de cultures qu’elles irriguent.

14 Thèse développée dans H. Goblot, Les Qanats : une technique d’acquisition de l’eau, Mouton-École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris-La Haye-New York, 1979, 236 p.

15 P. Briant, « L’État, la terre et l’eau entre Nil et Syr-Darya », AHSS, 3, mai-juin 2002, p. 517-529.

16 M. Wuttmann, « Les qanats de ‘ Ayn-Manâwîr (oasis de Kharga, Égypte) », P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité…, p. 109-136.

17 P. Leveau, « Sociétés antiques et écologie des milieux montagnards et palustres. (La construction des paysages méditerranéens) », P. Leveau, M. Provensal (dir.), Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 1993, 551 p., p. 17-44.

18 La littérature étant très abondante sur Copaïs, comme pour Érétis et Fucin, il n’était pas question, dans la perspective de ce travail, de l’étudier entièrement. Des travaux récents et utiles à notre propos ont été retenus. Pour Copaïs : G. Argoud, « Eau et agriculture en Grèce », P. Louis (dir.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, t. IV, L’eau dans l’agriculture, Maison de l’Orient-Université de Lyon 2, Lyon, 1987, 208 p., p. 25-43 ; T. Chatelain, « Assèchement et bonification des terres dans l’Antiquité grecque. L’exemple du lac de Ptéchai à Érétrie : aspects terminologiques et techniques », P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité…, p. 81-108. Malgré son intitulé, cette dernière étude porte en bonne partie sur le drainage de Copaïs, pris à titre d’exemple significatif.

19 Ce document exceptionnel a fait l’objet de nombreuses éditions et études. L’analyse qu’en a fait récemment D. Knoepfler a servi de base à cette présentation : « Le contrat d’Érétrie en Eubée pour le drainage de l’étang de Ptéchai », P. Briant (dir.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité…, p. 41-80.

20 La traduction de limnè varie selon les auteurs : lac ou étang. Mais c’est de toute façon une étendue d’eau aux rives bien définies, s’opposant par là au marais (hélos) : T. Chatelain, « Assèchement et bonification des terres dans l’Antiquité grecque… », p. 83, n. 8.

21 Soit un quadrilatère de 360 mètres de côté, selon D. Knoepfler.

22 La traduction est celle qui figure dans le texte de T. Chatelain, p. 83.

23 P. Leveau, « Mentalité économique et grands travaux : le drainage du lac Fucin. Aux origines d’un modèle », AESC, janv-fév. 1993, 1, p. 3-16. Pour les aspects techniques des drainages du ier et du xixe siècle en relation avec le contexte géologique, synthèse dans : E. Burri, P. Leveau, J. Nicod, « Régulation romaine et drainage moderne du Fucino », Karstologia, no 25, 1er semestre 1995, p. 41-50.

24 Il faut leur adjoindre le cas du bassin (poljé) des Taillades, entre Arles et les Alpilles, près de Fontvieille. Il est drainé depuis la période romaine par un aqueduc souterrain de 120 à 130 mètres de long, avec trois puits verticaux. L’entrée est accompagnée d’un bas-relief votif sculpté qui pourrait être du iie siècle ap. J.-C. ; L.A. Constans, Arles antique, De Boccard, Paris, 1921, 426 p., p. 138-140 ; F. Gateau, M. Gazenbeek (dir.), Les Alpilles et le Montagnette, Carte archéologique de la Gaule. Pré-inventaire archéologique, 13/2, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, 1999, 463 p., p. 167-168 ; K. Grewe, Licht am Ende des Tunnels. Planung und Trassierung im antiken Tunnelbau, éd. Philip von Zabern, Mainz am Rhein, 1998, 218 p., p. 98-104 (étude complète de la galerie, avec plans).

25 G. Fabre, J.-L. Fiches, J.-L. Paillet, « L’aqueduc antique de Nîmes et le drainage de l’étang de Clausonne : hypothèses sur le financement de l’ouvrage et sur l’identité de son concepteur », R. Bedon (éd.), Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines, Caesarodunum, XXXI, Université de Limoges, Limoges, 1997, 786 p., p. 193-219.

26 Les acquis de la recherche, pour ce qui est de l’histoire de paysage, des modifications de l’hydrologie et de la paludification, sont globalement présentés dans : P. Leveau, « Milieu et sociétés dans la vallée des Baux », J.-P. Bravard, M. Prestreau (éd.), Dynamiques du Paysage. Entretiens de géoarchéologie, Table ronde de Lyon, 17-18 nov. 1995, dara, Lyon, 1997, p. 203-217 ; sur les moulins de Barbégal et la longue durée : P. Leveau, « Les moulins de Barbegal dans leur environnement. Archéologie et histoire économique de l’Antiquité », Histoire et sociétés rurales, 6, 1996, p. 11-29 ; pour la mise en valeur du drainage antique à partir de carottages : H. Bruneton, P. Leveau, V. Andrieu, C. Oberlin, « Échelle de temps et mise en évidence d’une opération de drainage : le cas de la vallée des Baux à l’époque romaine »,14C et Archéologie, 3e Congrès international, Lyon, 6-10 avril 1998, Mémoires de la Société préhistorique française, t. XXVI, 1999 et Supplément 1999 de la Revue d’archéométrie, 1999, 478 p., p. 397-401.

27 P. Leveau, « L’archéologie des paysages et les époques historiques. Les grands aménagements agraires et leur signature dans le paysage (anthropisation des milieux et complexité des sociétés) », É. Mornet, F. Morenzoni (éd.), Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort…, p. 71-83.

28 M. Clavel-Lévêque, « Pratiques impérialistes et implantations cadastrales », Ktema, 8, 1983, p. 185-251, citation p. 244 et plus récemment : « Béziers : territoire et cité. La fonction génétique du cadastral précolonial », Cité et Territoire, Colloque européen de Béziers, 14-16 octobre 1994, M. Clavel-Lévêque, R. Plana-Mallart (éd.), Annales littéraires de l’Université de Besançon, 565, diffusion de Boccard, Paris, 1995, p. 89-100.

29 Parce qu’elle porte sur la dépression de Clausonne, il faut cependant signaler l’hypothèse d’une incorporation de son assèchement au cadastre Nîmes B dans le cadre d’une exploitation agraire des espaces marginalisés et des étangs, même si le rapprochement de ces deux milieux serait à nuancer : G. Chouquer, R. Gonzalez Villaescusa, « Las formas del paisaje al este del territorio de Nemausus (Nîmes, Costières du Gard) », R. Gonzalez Villaescusa (éd.), Las formas de los paisajes mediterráneos, Universidad de Jaén, Jaén, 2002, 506 p., p. 85-172. Tout récemment, P. Leveau a fait la synthèse de la « romanisation » de la Camargue à partir des données paléoenvironnementales et archéomorphologiques : « La cité romaine d’Arles et le Rhône. La romanisation d’un espace deltaïque », American Journal of Archaeology, vol. 108, no 3, 2004, p. 349-375.

30 P. Blanchemanche, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, « Le delta du Lez dans tous ses états : quels langages pour quel dialogue ? », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, 2004, p. 157-174, en particulier p. 169-172. Les hypothèses de centuriations (Sextantio-Ambrussum, Nîmes A, Montpelliérais A et B) autour du delta du Lez laissent la place à des solutions locales et évolutives, fruits de travaux de bonification diachroniques (sites archéologiques de Port-Ariane et de la Céreirède).

31 J.-F. Berger, C. Jung, « Fonction, évolution et “taphonomie” des parcellaires en moyenne vallée du Rhône. Un exemple d’approche intégrée en archéomorphologie et en géoarchéologie »… ; J.-F. Berger, « Les fossés bordiers historiques et l’histoire agraire rhodanienne »…, p. 59-90.

32 Idem, p. 85.

33 C’est l’analyse développée, par exemple, par F. Favory : « Retour critique sur les centuriations du Languedoc oriental, leur existence et leur datation », G. Chouquer (dir.), Les formes du paysage, t. 3, L’analyse des systèmes spatiaux, Errance, Paris, 1997, coll. « Archéologie Aujourd’hui », 198 p., p. 96-126, en particulier p. 114-118.

34 Idem, en particulier p. 104-114.

35 R. Royet, J.-F. Berger, N. Bernigaud, E. Royet, avec la collaboration de J. Argant, A. Lopez-Saez, V. Forest, M. Bui Thi, L. Bouby, M. Ploton, « La gestion d’un milieu humide : le site du Vernai et le marais de Grand-Plan à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), de la Tène au haut Moyen Âge », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 255-281.

36 Exemple du programme archéologique mis en place au début des années 1980 dans le but d’étudier les zones de marais des Fenland. Bilan résumé dans D. Hall, J. Coles, Fenland survey. An essay in landscape and persistence, London, English Heritage, 1994, XII-170 p.

37 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands. Exploitation and Management of Marshland landscapes in north-west Europe during the Roman and Medieval Periods, Oxford University Press, Oxford, 2000, 332 p. Il faut aussi citer l’étude régionale sur l’estuaire de la Severn tirée de sa thèse : The Severn Estuary. Landscape Evolution and Wetland Reclamation, Leicester University Press, London, 1997, 318 p. Plusieurs articles de synthèse sur le drainage et l’assèchement dans H. Cook et T. Williamson (eds.), Water management in the english landscape. Field, marsh and meadow, Edinburg University Press, Edinburgh, 1999, 273 p.

38 Bilan le plus récent avec bibliographie des publications antérieures : F. Trément, C. Ballut, B. Dousteyssier, V. Guichard et M. Segard, « Habitat et milieu humide en Grande Limagne de l’Âge du Fer au Moyen Âge. Essai de spatialisation dynamique des relations sociétés-milieux », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 95-109.

39 Au Vernai, le premier drainage du marais du Grand-Plan précède la romanisation et s’inscrit donc dans ce processus, même si la fondation de la villa apparaît là opérer une rupture essentielle : R. Royet, J.-F. Berger, N. Bernigaud, E. Royet, « La gestion d’un milieu humide : le site du Vernai et le marais de Grand-Plan à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), de la Tène au haut Moyen Âge »…, p. 258-262.

40 P. 101 et 107.

41 La seule synthèse sur les galeries souterraines antiques est celle de K. Grewe, Licht am Ende des Tunnels. Planung und Trassierung im antiken Tunnelbau… Si le texte en allemand n’est pas accessible à tous, les photographies et les plans sont très suggestifs et couvrent des sites allant de la Jordanie à la Bretagne.

42 P. Wagret, Les Polders, Dunod, Paris, 1959, coll. « La nature et l’homme », 3, 316 p.

43 L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique. Milieux, réseaux, usages, Creaphis, Paris, 1996, 516 p. Sur ce thème, parmi les études régionales, il faut noter un intéressant dossier cistercien (15 monographies d’établissements suivies d’une synthèse) : Les chemins de l’eau. Les réseaux hydrauliques des abbayes cisterciennes du nord de la France et de Wallonie, Institut du Patrimoine Wallon, Stavelot, 2004, 144 p.

44 P. Squatriti (ed.), Working with water in medieval Europe. Technology and resource-use, Brill, Leiden, 2000, 446 p.

45 L’ouvrage de Rippon propose une très riche bibliographie. Il faut se reporter en particulier au volume collectif : H. Cook, T. Williamson (eds.), Water Management in the English Landscape. Field, Marsh and Meadow…, avec en particulier l’article de R. Silvester, « Medieval reclamation of marsh and fen », p. 122-140.

46 En dehors de la synthèse de S. Rippon sur l’Europe du Nord-Ouest, il faut lire l’ouvrage déjà ancien d’A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre de l’époque romaine au xviiie siècle, Bruxelles, 1966, 158 p. (actualisé dans une nouvelle édition en néerlandais : Landschap en landbouw in middeleeuws Vlaanderen, Gemeentekrediet, Bruxelles, 1995, 195 p.) et, plus récemment, son Précis d’histoire rurale de la Belgique, Université de Bruxelles, Bruxelles, 1990, 224 p., p. 51-57 ainsi que la synthèse du géographe A.M. Lambert, The making of the Dutch Landscape. An historical geography of the Netherlands, Seminar Press, Londres-New-York, 1971, 412 p., en particulier le chapitre « Rural Settlement », p. 48-126. Les informations et les conclusions doivent être actualisées par des travaux archéologiques récents sur le haut Moyen Âge comme l’étude de J.C. Besteman, « North Holland AD 400-1200 : turning tide or tide turned ? », J.C. Besteman, J.M. Bos, H.A. Heidinga, (eds), Medieval archeology in the Netherlands. Studies presented to H.H. van Regteren Altena, Université d’Amsterdam, Assen, 1990, 91-120 et le bilan très complet sur le drainage et l’exploitation des tourbières par G.J. Borger, « Draining – digging – dredging ; the creation of a new landscape in the peat areas of the low countries », J.T.A. Verhoeven (éd.), Fens and Bogs in the Netherlands : Vegetation, History, Nutrient Dynamics and Conservation, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 1992, 490 p., p. 131-171. Synthèse succinte dans G.J. Borger, W.A. Ligtendag, « Large-scale reclamation of marshes and peat bogs along the southern shore of the North Sea. Changes in the landscape and its implications for the development of settlement and agriculture », M. Colardelle (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidentales…, p. 129-132, plus approfondie dans W.H. TeBrake, « Hydraulic engineering in the Netherlands during the Middle Ages », P. Squatriti (ed.), Working with water in medieval Europe…, p. 101-127.

47 Pour le Poitou, il faut se reporter aux articles de J.-L. Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société en Marais Poitevin (vers 1190-1283) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 92, no 4, 1985, p. 333-354, « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècles). Conquête et aménagement », idem, t. 99, 1992, no 1, p. 13-31 et no 2, p. 117-130 et « Les Cisterciens et la genèse du marais poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) », L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique…, p. 111-11, et plus globalement à sa thèse : La campagne et la mer : les pays du littoral poitevin au Moyen Âge (fin xiie siècle-milieu xve siècle), thèse de doctorat d’État, Université de Paris IV, 1997, 426 p., en particulier le chapitre I du Livre I : « L’aménagement des marais et des espaces littoraux » (p. 104-186) qui reprend la matière des articles précédents. Pour une synthèse géographique des marais estuariens français actuels : F. Verger, Marais maritimes et estuaires du littoral français, Belin, Paris, 4e éd., 2005, 335 p. ; sur le marais poitevin : chapitre 8, p. 158-187. Les marais estuariens étant propres au littoral de l’Atlantique et de la Manche, l’étude exclut par conséquent les marécages, lagunes et étangs de la Méditerranée. À l’échelle européenne : N. Baron-Yellès, L. Goeldner-Gianella, Les marais maritimes d’Europe atlantique, PUF, Paris, 2001, coll. « Géographies », 294 p., avec un chapitre consacré à « L’homme à la conquête des marais », du Moyen Âge à aujourd’hui (ch. II de la deuxième partie, p. 80-106).

48 Sur la plaine du Pô : F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge, École française de Rome, Rome, 1993, 1003 p., p. 172-176 ; sur Vérone : A. Castagnetti, « Primi aspetti di politica annonaria nell’Italia comunale. La bonifica della “palus comunis Verone” (1194-1199) », Studi Medievali, 3e série, 15e année, fasc. I, juin 1974, p. 363-481.

49 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine », J.-M. Martin (éd.), Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur. Castrum 7, Actes du colloque international de Rome, 23-26 octobre 1996, École française de Rome et Casa de Velázquez, Rome-Madrid, 2001, 576 p. (par la suite : Castrum 7), p. 35-50.

50 H. Bresc, « Les eaux siciliennes, une domestication inachevée du xiie au xve siècle », E. Crouzet-Pavan, J.-M. Maire-Vigueur (dir.), Le contrôle des eaux en Europe occidentale, xiie- xvie siècle, XIe congrès international d’histoire économique (sept. 1994), Université Bocconi, Milan, 1994, p. 73-85.

51 R. Magnusson, P. Squatriti, « The technologies of water in medieval Italy », P. Squatriti (ed.), Working with Water in Medieval Europe…, p. 217-266.

52 D. Istria, « Occupation et mise en valeur des zones côtières du nord-est de la Corse entre le xie et le xve siècle », Castrum 7, 2001, p. 425-442.

53 Sur le drainage d’un marécage côtier à Ibiza, le Pla de Vila : M. Barceló, R. Gonzalez Villaescusa, H. Kirchner, « La construction d’un espace agraire drainé au hawz de la Madina de Yabisa (Ibiza, Baléares) », J. Burnouf, J.-P. Bravard, G. Chouquer (éd.), La dynamique des paysages protohistoriques, antiques, médiévaux et modernes, xviie Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, apdca, Sophia Antipolis, 1997, 624 p., p. 113-125.

54 A. Furió, « L’organització del territori : l’espai i el poblament », J.-M. Salrach (dir.), Història agrària dels països catalans, vol. 2, Edat mitjana, Universitats dels Països Catalans-Fundacio catalana per la recerca, Barcelona, 2004, 602 p., p. 247-299, en particulier les pages 273-277 sur « La domesticació de la marjal ».

55 J.M. de Mascarenhas, P. Gomes Barbosa, V. Ferreira Jorge, « Les Cisterciens et l’aménagement de l’espace. Le cas d’Alcobaça », L. Pressouyre (dir.), L’espace cistercien, cths, Paris, 1994, 592 p., p. 153-164.

56 M.H. da Cruz Coelho, « L’action de Sainte-Croix sur le paysage agraire du Bas Mondego aux xiie et xiiie siècles », M. Bourin, S. Boissellier (éd.), L’espace rural au Moyen Âge, Portugal, Espagne, France (xiie- xive siècle). Mélanges en l’honneur de Robert Durand, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2002, 230 p., p. 113-123.

57 P. Blanchemanche, La plaine de Lattes du xiie au xixe siècle. Dynamique naturelle et mise en valeur, Association pour la Recherche Archéologique en Languedoc oriental, Montpellier, 2000, coll. « Lattara », 13, 178 p., p. 6.

58 R. Silvester, « Medieval reclamation of marsh and fen »…, p. 132.

59 B. Penna, Le Marais Vernier. Dix siècles d’évolution paysagère, Cahiers des Annales de Normandie, no 33, Caen, 2003, 256 p., p. 28.

60 M. Le Mené, « Étangs et viviers médiévaux dans l’Ouest de la France », L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au xviiie siècle, Ouest-Editions, Nantes, 1993, 387 p., p. 315-327 ; I. Guérin, la vie rurale en Sologne aux xive et xve siècles, SEVPEN, Paris, 1960, 339 p., p. 131-151 ; P. Gresser, R. Guyetant, « Histoire médiévale et biologie animale. Recherches sur les étangs de la Bresse Comtoise », Publications du Centre Universitaire de Recherches régionales, no 3, 1980, p. 315-341 ; C. Benoît, Les étangs de la Dombes au Moyen Âge, xiiie- xve siècle, CTHS, Paris, 1992, 102 p. En Bretagne et en Berry, des étangs sont créés dès le xiie siècle dans le cadre de défrichements : D. Pichot, D. Marguerie, « Approche pluridisciplinaire sur l’aménagement des petits cours d’eau par les sociétés médiévales dans l’ouest de la France (viie-xiie siècle) », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 113-125, en particulier, p. 119-124, des datations radiocarbones feraient même remonter certains aménagements aux xe-xie siècles ; V. Stauner, « Les étangs de l’est du Berry du Moyen Âge à l’époque moderne : formation d’un paysage ou mise en valeur d’un milieu naturel ? », J.-M. Derex (dir.), La production des étangs du Moyen Âge à l’époque contemporaine…, p. 23-39. L’ouvrage de L. Pressouyre, P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique… et celui sur Les chemins de l’eau. Les réseaux hydrauliques des abbayes cisterciennes du nord de la France et de Wallonie… donnent plusieurs exemples français et européens d’étangs monastiques artificiels.

61 J.-M. Derex, La gestion de l’eau et les zones humides en Brie (fin de l’Ancien Régime – fin du xixe siècle), L’Harmattan, Paris, 2001, 553 p., en particulier p. 78-100.

62 P. Benoit, K. Berthier, G. Billen, J. Garnier, « Agriculture et aménagement du paysage hydrologique dans le bassin de la Seine aux xive et xve siècles », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…, p. 235-244. L’analyse porte en particulier sur l’impact des aménagements réalisés par les monastères cisterciens.

63 L’évolage : l’étang en eau douce procure du poisson et le plan d’eau est chassé l’hiver. L’assec : le plan d’eau asséché et le poisson pêché, l’agriculteur peut cultiver des céréales.

64 H. Mouillebouche, Les maisons fortes en Bourgogne du nord du xiiie au xvie s., Éditions Universitaires de Dijon, Dijon, 2002, coll. Sociétés, 488 p., p. 302.

65 Par contre, les viviers sont omniprésents et la distinction avec un étang n’est pas toujours facile, ce qui doit conduire à une certaine prudence sur la répartition des étangs artificiels.

66 N. Baron-Yellès, Recréer la nature. Écologie, paysage et société au marais d’Orx, Rue d’Ulm - Presses de l’École Normale Supérieure, Paris, 2000, 215 p.

67 D. Istria, « Occupation et mise en valeur des zones côtières du nord-est de la Corse entre le xie et le xve siècle »…

68 P. Squatriti, Water and Society in early Medieval Italy, AD 400-1000, Cambridge University Press, Cambridge, 1998, 195 p., le chapitre 3 : The wet and the dry : water in agriculture (p. 66-96). Les marais sont aussi objets de transaction dans la Grèce antique : T. Chatelain, « Entre terre et eau. L’exploitation des marais en Grèce ancienne : une pratique aux marges de l’agriculture ? », Pallas, 64, 2004, p. 211-220.

69 J.-M. Martin, G. Noyé, « Les façades maritimes de l’Italie du Sud : défense et mise en valeur (ive-xiiie siècle) », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, 2001, p. 467-512 et C. Wickam, « Paludi e miniere nella Maremma toscana, xi-xiii secoli », idem, p. 451-466.

70 A. Furió, « L’organització del territori : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

71 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine »…

72 B. Geyer, R. Dalongeville, J. Lefort, « Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge », Castrum 7, 2001, p. 77-93.

73 Pour le littoral continental de la mer du Nord, l’étude approfondie de plusieurs sites sur la longue durée, comme en Frise occidentale ou à Assendelft, près d’Amsterdam, ainsi que celle des relations entre climat, mer et drainage permettent de renouveler les approches textuelles et planimétriques comme celle de Verhulst sur la Flandre : J.C. Besteman, « North Holland AD 400-1200 : turning tide or tide turned ? »… ; A. Ervynck, C. Baeteman, H. Demiddele, Y. Hollevoet, M. Pieters, J. Schelvis, D. Tys, M. Van Strydonck, F. Verhaeghe, « Human occupation because of a regression, or the cause of a transgression ? A critical review or the interaction between geological events and human occupation in the Belgian coastal plain during the firts millenium AD », Probleme der Küstenforschung im südlichen Nordseegebiet, 26, 1999, p. 97-121.

74 Cette conceptualisation des phases d’aménagement des zones humides est directement reprise de S. Rippon qui distingue trois « stratégies » : l’exploitation simple des ressources naturelles, la modification du paysage pour accroître la productivité par la maîtrise de l’eau (digues, fossés) et la transformation du paysage par un système de drainage complexe permettant le contrôle du niveau d’eau dans l’espace protégé de la mer par une digue marine (sea wall). S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 1-2.

75 Il faut pourtant noter que l’arrêt des actions bonificatrices n’est pas complet. Par exemple, dans la région de Valence, en Espagne, le chapitre cathédral et la municipalité tentent plusieurs assèchements dans les lagunes de l’Albufera au cours de la seconde moitié du XIVe siècle : Furió (A.), « L’organització del territori : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

76 E. Burri, P. Leveau, J. Nicod, « Régulation romaine et drainage moderne du Fucino »…

77 B. Geyer, R. Dalongeville, J. Lefort, « Les niveaux du lac de Nicée au Moyen Âge »…

78 K. Grewe, « Der Fulbert-stollen am Laacher See. Eine ingenieurleistung des hohen Mittelalters », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, 7, 1979, p. 107-142. Je remercie vivement Rémi Walter, professeur d’allemand (collège de Pont-de-Roide, Doubs), pour la traduction résumée de cette publication.

79 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 255-257. Pour les Pays-Bas : W.H. TeBrake, « Hydraulic engineering in the Netherlands during the Middle Ages »…

80 J.-L. Sarrazin, « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècles). Conquête et aménagement »…

81 Barceló (M.), « Immigration berbère et établissements paysans à Ibiza (902-1235) »…

82 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge…, p. 172-176 ; A. Castagnetti, « La bonifica della “palus comunis Verone” (1194-1199) »…

83 P. Wagret, Les Polders…, p. 236-240.

84 Sans pour autant considérer que « L’Église, dans l’Europe médiévale, est la seule institution suffisamment riche, nombreuse et organisée pour lancer de tels travaux » : N. Baron-Yellès, L. Goeldner-Gianella, Les marais maritimes d’Europe atlantique…, p. 81. C’est là céder à un mythe tenace dont l’étang languedocien de Montady témoigne (cf. ch. 1, 6).

85 J.M. de Mascarenhas, P. Gomes Barbosa, V. Ferreira Jorge, « Les Cisterciens et l’aménagement de l’espace. Le cas d’Alcobaça »…

86 R. Magnusson, P. Squatriti, « The technologies of water in medieval Italy »…, p. 226.

87 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 251-253.

88 J.-L. Sarrazin, « Les Cisterciens et la genèse du marais poitevin (France) (vers 1180-vers 1250) »…

89 A. Furió, « L’organització del territori » : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

90 De même, en Flandre maritime, les cisterciens de Vaucelles acquièrent des terres et des marais côtiers. S’ils ont contribué à la progression sur la mer, ils ont surtout acquis des polders. Une seule trace d’assèchement menée par eux a été conservée. S. Lebecq, « Les Cisterciens de Vaucelles en Flandre maritime au xiiie siècle », Revue du Nord, t. LIV, no 212, janv.-mars 1972, p. 371-384.

91 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 249-253.

92 J.C. Besteman, « North Holland AD 400-1200 : turning tide or tide turned ? »…, p. 116-117.

93 « A picture of free reclaimers […] is an anachronism that does not fit in with early-medieval society, in wich social dependence and unequaly was the rule, and the elite determineted the course of the things. […] We may assume that such local lords, who operated from the areas which had long been inhabited, took the initiative for the main part of the reclamations. », idem, p. 117.

94 W. L. Urban, Dithmarschen, a medieval peasant republic, Edwin Mellen Press, Lewiston, Queeston, Lampeter, 1991, Mediaeval Studies, 7, 162 p. M. Bloch, dans La société féodale, mentionne à plusieurs reprises la singularité de la société clanique des Dithmarchers (p. 201, 205, 344-345 de l’éd. de 1968, éd. A. Michel, coll. « L’évolution de l’humanité »).

95 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse, 1976, 2 t., 1045 p., en particulier p. 208-209, 211 ; J. M. Salrach, « Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la péninsule Ibérique », La croissance économique du haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Flaran 10 (1988), Auch, 1990, p. 133-151.

96 J.-L. Sarrazin, « Maîtrise de l’eau et société en Marais Poitevin (vers 1190– 1283) »…

97 A. Verhulst, Histoire du paysage rural en Flandre…

98 S. Lebecq, se référant à l’ouvrage d’A.M. Lambert, The Making of the Dutch Landscape. An Historical Geography of the Netherlands…, p. 84-85, fait état d’« une véritable planification régionale voulue par une autorité supérieure » à propos de la mise en place d’un complexe d’endiguement dans la province de Groningen. S. Lebecq : « De la Flandre au Danemark : formes de l’occupation et de l’activité humaine dans les contrées riveraines de la mer du Nord (milieu du xe-milieu du xie siècle) », P. Bonnassie, P. Toubert (éd.), Hommes et sociétés dans l’Europe de l’an mil, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2004, coll. « Tempus », 439 p., p. 113-135, citation p. 127. Pour S. Lebecq, dès le xie siècle se situe le passage d’une modification de l’espace littoral par des aménagements individuels ou communautaires (y compris autour des terpen frisons) à cette planification réalisée par les seigneurs fonciers et supérieurs (comtes et évêques), systematic fendland reclamation. Cf. G. J. Borger, « Draining – digging – dredging : the creation of a new landscape in the peat areas of the low countries »…, p. 142-148.

99 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, p. 216-218.

100 C. Higounet, Les Allemands en Europe centrale et orientale au Moyen Âge, Aubier, Paris, 1989, 454 p., en particulier p. 101-104.

101 A. Furió, « L’organització del territori » : l’espai i el poblament »…, p. 273-276.

102 S. Rippon, The Transformation of Coastal Wetlands…, présente p. 52-53 et 152-155 les modélisations schématisées des transformations du littoral.

103 D. Hall, J. Coles, Fenland Survey. An Essay in Landscape and Persistence…

104 Le processus est bien décrit pour les Pays-Bas dans G. J. Borger, « Draining – digging – dredging : the creation of a new landscape in the peat areas of the low countries »…

105 A. Castagnetti, « La bonifica della “palus comunis Verone” (1194-1199) »…

106 P. Bata, D. Guillemet, J. Péret, J.-R. Soubiran, Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Somogy, Paris, 2002, 372 p.

107 N. Baron-Yellès, L. Goeldner-Gianella, Les marais maritimes d’Europe atlantique…, p. 207-216 ; F. Verger, Marais maritimes et estuaires du littoral français…, p. 310-319. Exemple du littoral allemand de la mer du Nord : L. Goeldner-Gianella, L’Allemagne et ses polders. Conquête et renaissance des marais maritimes, CTHS, Paris, 2000, 254 p.

108 J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oubliés, une histoire à écrire »…

109 J.-M. Derex (dir.), Les étangs : espaces de production hier et aujourd’hui. Actes de la journée d’étude 2004 et La production des étangs du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Actes de la journée d’étude 2005, Groupe d’Histoire des Zones Humides, Paris, 2004 et 2006, coll. Journées d’Étude, 88 et 120 p. Les buts de l’association sont ainsi formulés par son président J.-M. Derex dans la préface des Actes de 2004 : « Nos travaux sont une contribution à la connaissance des espaces humides. Celle-ci passe aussi par l’étude de leur histoire : comprendre la pertinence des usages pratiqués dans ces lieux, apprécier le rapport de l’homme à ces milieux, appréhender les conflits qui se sont noués pour l’appropriation de l’espace, voilà notre objectif » (p. 4).

110 C’est le propos de l’historien S. Schama lorsqu’il étudie les paysages de l’imaginaire occidental : Landscape and Memory, Knopf, New York, 1995, édition française : Le paysage et la mémoire, Le Seuil, Paris, 1999, 721 p., ch. 9 : « Nouveaux paysagistes pour l’Arcadie ». Le bel ouvrage de P. Bata, D. Guillemet, J. Péret, J.-R. Soubiran, Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours…, à la fois actes de colloque et catalogue d’exposition, montre l’intérêt des artistes, peintres et écrivains du xixe siècle pour les paysages naturels « incertains », dont les marécages et les étangs.

111 G. Traina, Paludi e bonifiche del mondo antico. Saggio di archeologia geografica, L’Erma di Bretschneider, Rome, 1988, 159 p. ; traduction de : Inamabilis. L’homme et le marais dans le monde romain. Essai d’archéologie du paysage, thèse de doctorat, Université de Paris IV, 1987, 253 p. L’étude des représentations sur les assèchements dans la Rome antique est reprise par le même auteur dans Ambiente e paesaggi di Roma antica, La Nuova Italia Scientifica (NIS), Rome, 1990, rééd. 1992, 128 p., coll. Studi archeologia, 12.

112 Columelle, I, 5 ; Palladius, I, VI et I, VII. Au Moyen Âge, Pierre de Crescens s’exprime quasiment dans les mêmes termes (I, 4).

113 Comme dans le De fluminibus, fontibus, nemoribus, paludibus, montibus, gentibus de Vibio Sequestre (ive-ve ap. J.-C.) : G. Traina, Paludi e bonifiche del mondo antico…, p. 51-52.

114 Thomas d’Aquin, Du royaume. De regno, trad. et prés. par M. Martin-Cottier, éd. Egloff, Paris, 1946, 157 p., citations p. 137 et 138. Thomas d’Aquin rédige ce traité adressé au roi de Chypre vers 1265-1267. Le chapitre II du deuxième livre est consacré aux « conditions hygiéniques requises par la vie de la cité. » Je remercie B. Cursente d’avoir attiré mon attention sur cet ouvrage.

115 É. Crouzet-Pavan, « Mythes et réalités de la crise d’un écosystème littoral. Venise et sa lagune à la fin du Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.)…, Castrum 7, 2001, p. 95-106.

116 N. Coulet, « Une opération de drainage en basse Provence orientale au xve siècle », Rives Nordméditerranéennes, 8, 1993, p. 59-61.

117 F. Trément, Archéologie d’un paysage. Les étangs de Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône), Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1999, DAF no 74, 314 p., p. 247-248.

118 « On soulignera la coïncidence entre cette désaffection des étangs et le développement des bourgs et des villages de Fos, Istres, Saint-Mitre et Martigues. À partir de la fin du Moyen Âge, l’expansion de l’oléiculture s’accompagne d’une orientation de l’économie rurale vers la mise en valeur de son terroir “stable”, tandis que le milieu “liquide” devient l’objet de craintes, d’appréhensions, voire d’une certaine répugnance », idem, p. 247.

119 Dans une étude lexicographique sur les traités d’agriculture d’époque moderne, N. Landou a montré que l’appréciation des étangs – les étangs continentaux artificiels, avant tout – est positive jusqu’au milieu du xviiie siècle grâce à leurs capacités piscicoles. Le discours devient ensuite dépréciatif en assimilant l’étang au marécage pour des raisons sanitaires, agronomiques et idéologiques. N. Landou, « La notion d’étang à l’époque moderne », J.-M. Derex (dir.), La production des étangs du Moyen Âge à l ‘ époque contemporaine…, p. 41-50. Sur le discours révolutionnaire : R. Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Fayard, 2006, 200 p.

120 G. Traina, Paludi e bonifiche del mondo antico…, p. 109-110.

121 A. Giardina, « Pubblico e privato nella bonifica teodericiana delle paludi pontine »…

122 Le « schéma méditerranéen classique des espaces fragiles » est mis en évidence au travers de travaux anciens qui ont construit l’image d’« un cycle de Métaponte [ville fondée par les Grecs en Italie du Sud], à savoir une plaine palustre bonifiée par les Grecs, ruinée par les Vandales et retournée à l’état de marais jonché de ruines monumentales où paissent des buffles et affectée par la malaria jusqu’à une toute récente bonification » : J. Béthemont, « Les deltas méditerranéens, éléments pour une politique de l’espace », J. Béthemont, Villain-C. Gandossi, Les deltas méditerranéens, Centre européen de coordination de recherche et de documentation en sciences sociales, Vienne, 1987, 397 p., p. 15-59, citation, p. 27, mentionné par P. Leveau, « Revisiter l’espace et le temps dans le delta du Rhône : archéologie et histoire des zones humides et des milieux deltaïques »…, p. 37.

123 Cf. note précédente.

124 Selon la formule de R. Giblett, Postmodern Wetlands. Culture, History, Ecology, Edinburgh University Press, Edinburgh, 1997, 256 p., citée par N. Baron-Yelles, Recréer la nature. Écologie, paysage et société au marais d’Ox…, p. 16, n. 3.

125 Maladie parasitaire transmise par un moustique des régions chaudes et marécageuses, l’ano

126 Columelle, I, 5 ; mêmes affirmations dans Palladius (I, VII) et plus tard chez Pierre de Crescens (1, 4). Thomas d’Aquin tient le même discours : Du royaume. De regno…, p. 137.

127 B. Coste, Le « De Febribus » : la conception des fièvres par les maîtres montpelliérains (xiiie- xive siècles), mémoire de maîtrise d’histoire, Université Paul Valéry, Montpellier III, 2003, 195 p.

128 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, A. Colin, Paris, 1949, 9e ed. 1990, vol. 1, 588 p., citation p. 55 ; E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, SEVPEN, Paris, 1966, 2 vol., 1035 p., p. 549-556.

129 J.-M. Martin, G. Noyé, « Les façades maritimes de l’Italie du Sud : défense et mise en valeur (ive-xiiie siècle) »… ; C. Wickham, « Paludi e miniere nella Maremma toscana, XI-XIII secoli »… ; O. Redon, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois, École française de Rome, Rome, 1994, coll. de l’École française de Rome, 200, 324 p., p. 174 ; D. Istria, « Occupation et mise en valeur des zones côtières du nord-est de la Corse entre le xie et le xve siècle »…

130 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Hachette, Paris, 1995, 314 p. ; sur la malaria : p. 37-39. Citation du Liber censuum de l’Église romaine, II. Je remercie M. Bourin de m’avoir signalé ce témoignage.

131 C. Puig, Les campagnes roussillonnaises au Moyen Âge : dynamiques agricoles et paysagères entre le XIIe et la première moitié du xive siècle, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 2003, 4 vol., 706 p. et 212 p. d’annexes, p. 391, n. 1844.

132 M. Bourin-Derruau, D. Le Blévec, C. Raynaud, L. Schneider, « Le littoral languedocien au Moyen Âge », J.-M. Martin (éd.), Castrum 7, 2001, p. 345-423, sur la malaria : p. 416-417.

133 Une observation identique a été faite pour le drainage des terres à des fins agricoles dans la Grèce antique : le motif sanitaire n’est jamais invoqué dans les sources littéraires et épigraphiques : T. Chatelain, « Entre terre et eau. L’exploitation des marais en Grèce ancienne : une pratique aux marges de l’agriculture ? »…

134 J.-C. Schmitt a fait l’exégèse de cet exemplum du dominicain Étienne de Bourbon, rédigé au milieu du xiiie  siècle. Le prêcheur dénonçait le culte populaire d’un lévrier tué à tort en protégeant un nouveau-né et censé guérir les enfants de faible constitution. Située dans la Dombes, cette pratique assimilée à de la superstition pourrait être rapprochée des multiples étangs qui parsèment la région et expliqueraient la faiblesse excessive des enfants. Sans renoncer à cette interprétation, il faut la manipuler avec prudence. Les étangs de la Dombes résultent d’une entreprise d’aménagement dont la première mention remonte à 1230 et se développe seulement dans la seconde moitié du xiiie siècle : Benoît (Catherine), Les étangs de la Dombes au Moyen Âge, xiiie- xve siècle… L’assec-évolage mis en pratique n’assimile en rien les étangs à des marécages insalubres. C’est en fait seulement aux xviiie et xixe siècles qu’est affirmé explicitement le désir de guérir par ce culte la fièvre des marais, alors jugés propagateurs du paludisme. Leur drainage commence d’ailleurs en 1830. J.-C. Schmitt, Le saint lévrier. Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le xiiie siècle Flammarion, Paris, 1979, rééd. 2004, 282 p. Je dois là encore à B. Cursente de m’avoir signalé l’intérêt de ce récit.

135 A.D. Hérault, 1 J 270. Le dessin n’est pas daté, mais l’écriture le rattacherait à la première moitié du xviie siècle. Sa fonction précise n’est pas connue.

136 No 370, mai-juin 2000.

137 P. Carrière, « Le dessèchement et l’aménagement hydraulique de l’étang de Montady (Hérault) », Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, t. 14, fasc. 2-3, avril-sept. 1980, p. 199-229.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search