Version classiqueVersion mobile

À la conquête des étangs

 | 
Jean-Loup Abbé

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur l’assèchement de l’étang de Preissan et le document de 1298 : ch. 4, 2.

1Ouveillan, 21 janvier 1298. Ils sont venus, ils sont tous là. Les moines de Fontfroide, bien sûr, les hospitaliers de Capestang, aussi. L’avocat Étienne Auriol et Bernard Hulard, seigneurs à Ouveillan, ont fait le déplacement. Leur rendez-vous est en pleine campagne, sur les rives d’un étang proche du village, à Preissan. Il s’agit de se mettre d’accord sur un projet commun : assécher la dépression humide pour cultiver de nouvelles terres. Leur présence s’explique : tous ont des droits seigneuriaux dans l’étang et ils doivent par conséquent agir de commun pour que le projet aboutisse. Mais il en vaut la peine : les terres exondées sont bonnes à cultiver. D’ailleurs, elles sont appelées condamines une fois l’opération exécutée1. Des seigneurs et un étang, une bonification pour accroître la production : tel se présente le théâtre d’opération de ces véritables chantiers ruraux, nombreux au terme du xiiie siècle. Tout un chacun rêve probablement de faire aussi bien qu’à Montady, où plus de 400 hectares ont été drainés.

2Le rendez-vous de Preissan, c’est aussi celui d’une société et du milieu qui l’environne. Elle tente pendant quelques décennies de le forcer, de le transformer et non plus simplement de l’exploiter. Le xiiie siècle est celui de l’aménagement de l’espace.

1. SOCIÉTÉ, ESPACE ET PARCELLAIRE

3L’un des modes de fonctionnement essentiels d’une société est son rapport à l’espace. La recherche actuelle en histoire des sociétés met effectivement l’accent sur des phénomènes de spatialisation qui sont d’une très grande diversité, car toute relation sociale, toute activité a une dimension spatiale. La société est elle-même créatrice de cette dimension par le biais des réseaux et des territoires qu’elle se donne et qu’elle gère, mais elle lui est aussi imposée. L’espace dit « naturel », celui du paysage géographique, constitue un ensemble de contraintes et d’atouts selon les nécessités et les capacités des populations. Cet espace est aussi une construction, un héritage de l’interaction complexe de phénomènes géographiques et de comportements sociaux. Les travaux des dernières décennies ont renouvelé la connaissance du fonctionnement historique des paysages qu’il n’est plus possible de considérer comme un simple décor immuable ou même un élément mineur de la vie sociale. Bien sûr, les préoccupations contemporaines liées à la préservation de l’environnement, à la fragilité du milieu ou encore à la surexploitation de certaines ressources ne sont pas pour rien dans l’intérêt qu’y portent les sciences humaines, tout comme l’histoire rurale avait connu un grand développement alors que le monde paysan s’effaçait des campagnes.

  • 2 Ainsi, le programme archaeomedes accorde une place essentielle aux logiques spatiales dans l’analy (...)
  • 3 Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1998, coll. Tempus, 491 p.

4C’est à cette histoire des relations entre la société médiévale et son espace, à la fois espace-paysage et espace-territoire, que cet ouvrage souhaiterait apporter sa contribution. Le Languedoc, sur lequel portent nos recherches depuis une quinzaine d’années, en sera le terrain d’investigation. Il n’est pas neuf en la matière, car de nombreuses études savantes ont depuis une trentaine d’années complètement renouvelé les connaissances sur l’occupation du sol et le peuplement, pour la période médiévale comme pour les époques protohistorique et gallo-romaine, et ont pris l’espace comme une dimension essentielle de l’histoire des sociétés méridionales2. Les médiévistes, historiens et archéologues, se sont plus volontiers tournés vers le monde rural que vers les villes et ont élaboré et élaborent toujours une histoire dans laquelle le peuplement et les structures sociales occupent une place majeure. Par contre, dans Les paysages médiévaux du Languedoc (xe- xiie siècles)3, Aline Durand met en connexion l’évolution de la société rurale avec la transformation d’un écosystème, en associant l’étude des textes et l’anthracologie. Le milieu est alors un acteur essentiel dans l’histoire des populations comme le montrent les études conjointes du paysage végétal et des défrichements, de la ripisylve et de l’intégration à l’agrosystème ou encore des garrigues et des manses. Au finage villageois, au territoire seigneurial ou paroissial, s’ajoutent les étages de la végétation et les terroirs alluvionnaires ou de montagne pour caractériser le Languedoc médiéval et son évolution.

  • 4 Sa prise en compte est encore loin de constituer un axe majeur de la recherche en histoire médiéva (...)
  • 5 Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiii(...)
  • 6 « Formation d’un paysage médiéval dans le Bassin parisien : Villeneuve-l’Archevêque (Yonne) », Arc (...)
  • 7 Ce domaine de la recherche sera largement développé par la suite.

5Ce développement d’une approche écologique de l’environnement médiéval4 se fait en parallèle avec la prise en compte de sources planimétriques dans la compréhension des paysages du passé. Pratiquée depuis les années 1970 sous l’impulsion des chercheurs du Centre d’histoire ancienne de Besançon, puis autour de Gérard Chouquer et de François Favory, l’analyse des paysages et des parcellaires a été totalement renouvelée dans ses méthodes, ses concepts et ses objectifs scientifiques. Originellement ancrée dans le traitement de la période antique et des centuriations, l’approche est devenue de plus en plus diachronique, à la recherche de temporalités spécifiques, un « temps des paysages » qui ne se cale plus forcément sur celui des sociétés, et mettant en valeur des mécanismes d’évolution des formes où la part de la géographie est de plus en plus manifeste. L’étude des parcellaires, à partir des plans cadastraux modernes et contemporains et des photographies aériennes, occupe une place essentielle. Les paysages médiévaux ont fait surtout, jusqu’à présent, l’objet d’études sur la genèse des parcellaires liés à des fondations, comme les villeneuves, qui sont les plus directement perceptibles et insérables dans un processus d’occupation du sol bien identifié. La thèse de Cédric Lavigne sur les paysages agraires des bastides gasconnes s’inscrit dans cette démarche5, ainsi que les études monographiques que nous avons personnellement consacrées à Villeneuve-l’Archevêque et Saint-Denis6. Les avancées sont prometteuses, même si ces analyses, tant du point de vue des méthodes d’exploitation de la documentation que des interprétations, font l’objet de vifs débats. Par ailleurs, les travaux géoarchéologiques contribuent à comprendre les rythmes de fonctionnement et d’activité des parcellaires avec l’examen des fossés bordiers. Plus largement, l’analyse des modifications du milieu permet de mieux apprécier l’évolution de l’occupation du sol et de l’activité agraire7.

6La prise en compte des plans parcellaires comme source historique à part entière nous a conduit depuis de début des années 1990 à plusieurs études portant principalement sur les paysages languedociens, tant ruraux qu’urbains. Or, l’historien médiéviste est dans une situation quelque peu délicate lorsqu’il veut travailler sur l’espace et le paysage. Chacun sait en effet que les sources écrites sont avares en informations pour décrire l’environnement et que, lorsqu’elles existent, leur ambiguïté est forte, en particulier au niveau du vocabulaire. La question de la planification de l’espace, sur laquelle nous allons revenir, en est un bel exemple. Des formes d’une grande régularité, parfois d’une grande complexité, fruits d’opérations techniques sûrement difficiles, nécessitant un personnel nombreux et compétent, ne laissent parfois aucune trace dans les sources écrites, ou si peu qu’il est difficile d’en tirer de véritables renseignements. Le cas des villeneuves est caractéristique : aucun document n’explicite les conditions du tracé urbain du bourg neuf de Carcassonne ou des parcellaires agraires de grande extension de Barcelonne-du-Gers, Grenade-sur-Garonne ou Revel, parmi tant d’autres. Il reste que si les documents liés aux créations de parcellaires manquent, bien d’autres sources écrites peuvent être prises en compte pour aborder, avec évidemment leurs propres imperfections, l’histoire des relations entre la société médiévale et l’espace.

7Dans le contexte de cette recherche à la fois dynamique et complexe, cette étude a pour objectif de traiter des rapports entre la société languedocienne médiévale et l’espace à partir de l’aménagement concerté et volontaire des terroirs humides, et plus particulièrement des étangs. L’analyse des parcellaires est amenée à occuper une place importante, car ils constituent l’une des sources principales de la compréhension des actions entreprises et surtout de leur traduction dans le paysage rural. Ce projet pourrait paraître paradoxal à deux titres. En premier lieu, le choix de l’espace géographique retenu semblerait en porte-à-faux. Nos recherches se développent essentiellement en Languedoc méditerranéen, plus particulièrement dans une aire correspondant aux départements de l’Aude et de l’Hérault. Or, toute l’historiographie semble indiquer que ces régions ne portent guère les traces de créations parcellaires régulières au Moyen Âge. Ainsi en est-il des fondations urbaines : Carcassonne et Aigues-Mortes ne sont généralement citées que pour en souligner le caractère exceptionnel et atypique. Le Toulousain et l’Aquitaine voisins, avec leurs sauvetés, leurs castelnaux et surtout leurs bastides emblématiques correspondent mieux à l’image du paysage planifié, tant pour les villes et les villages que pour les terroirs agraires. Il faut dépasser cette opposition classique. À côté des fondations urbaines et surtout villageoises, pouvant aussi comprendre un terroir agraire régulier, d’autres formes de construction paysagère, planifiées ou au moins organisées, ont contribué à l’histoire du paysage médiéval. Le Languedoc méditerranéen en présente une catégorie originale avec les étangs asséchés. Ces dépressions fermées ont constitué un milieu humide spécifique, omniprésent dans certains endroits. Le Moyen Âge central a été le théâtre de grandes et multiples opérations d’assèchement qui sont une facette peu connue des transformations du paysage et de la mise en place de nouveaux terroirs, divers et inédits. Notre premier objectif est par conséquent de mettre en valeur ce tournant important dans l’édification paysagère languedocienne et le sens qu’il est possible de lui donner.

  • 8 « Capacité d’un ensemble complexe de formes existant à la surface de la terre à évoluer en système (...)

8Le second paradoxe est d’ordre épistémologique. L’accent est principalement mis aujourd’hui sur une dynamique marquée par l’« auto-organisation8 », autrement dit un paysage où les phénomènes de transmission et de transformation ne ressortent pas ou peu d’une intervention organisée débouchant sur une planification de l’espace physique. La planification, sur le mode des centuriations ou, à moindre échelle, des villeneuves, devient par conséquent « pathologique », selon l’expression de G. Chouquer, car elle représente un phénomène secondaire sur lequel l’accent n’est mis que parce qu’il est spectaculaire et valorise les sociétés qui en sont productrices. Ce travail consacré à l’aménagement de l’espace ne risque-t-il pas de nous détourner de l’essentiel ? Notre intention n’est évidemment pas de nier la part du milieu et des phénomènes géographiques dans l’histoire des paysages : l’analyse des zones humides stagnantes que nous proposons va au contraire montrer le poids essentiel de l’environnement dans l’édification des nouveaux paysages qui en sont totalement tributaires. Il est tout à fait certain que l’espace occupé par les terroirs neufs est quantitativement très minoritaire par rapport à ceux qui évoluent progressivement, sans projet collectif régulateur perceptible. L’objectif n’est pas de faire une histoire du paysage ou une histoire du parcellaire, mais, à travers le paysage et le parcellaire, de comprendre le comportement de la société médiévale lorsqu’elle tente d’intervenir consciemment pour organiser et ordonner l’espace qui l’entoure. Ce point est essentiel : l’analyse des paysages créés volontairement, de leurs conditions d’élaboration, de leurs dynamiques s’intègre dans une histoire des relations entre les sociétés et leur espace à l’intérieur de laquelle les aménagements concertés représentent des étapes significatives. En agissant ainsi, nous avons bien conscience de n’aborder qu’une facette des relations entre l’homme et le milieu. Qui plus est, malgré toutes les études récentes ou moins récentes sur la planification à l’époque médiévale, le phénomène est encore loin d’être entièrement analysé. Il ne s’agit pas non plus de prôner une conception téléologique de la domination progressive, inéluctable et bénéfique de la nature et de l’espace par l’homme. Le dossier présenté sur les étangs apporte la preuve de la complexité des relations et des comportements, pour ne pas parler du devenir incertain des aménagements tentés ou réalisés. Par contre, il importe d’essayer de prendre la mesure des choix nouveaux qui sont à l’œuvre durant la seconde phase de l’époque médiévale.

  • 9 M. Mousnier, « Bastides de Gascogne toulousaine : un échec ? », Villages et villageois au Moyen Âg (...)
  • 10 Dans un contexte urbain, B. Gauthiez définit l’aménagement de l’espace comme le « produit de toute (...)

9Les termes méritent de s’y arrêter quelques instants. Ceux de « planification » et d’« aménagement » de l’espace doivent être distingués. L’emploi du concept de planification peut créer quelques difficultés. Il est appliqué couramment aujourd’hui à une politique économique ou à un aménagement de territoire supposant des prévisions, une programmation, une réalisation échelonnée dans le temps. Le concept est-il décalé par rapport à la réalité médiévale9 ? Certainement, si la référence est celle qui vient d’être rappelée, sous-entendant un programme global, cohérent et arrêté par une administration ou un organisme qui l’applique ensuite le plus rigoureusement possible. Pourtant, le terme paraît devoir être retenu. L’objectif est de mettre en relation certaines logiques spatiales, révélées par les parcellaires, et des logiques sociales dont elles sont en grande partie l’émanation dans le cadre d’une organisation volontaire10. Si les textes médiévaux ne font que rarement le récit de la préparation d’un projet d’aménagement du paysage, les formes parcellaires livrent beaucoup plus d’informations, même s’il faut les manier avec une grande prudence et se méfier des évidences. Le parcellaire géométrique régulier d’une bastide, dans sa partie urbaine et/ou agraire, a forcément connu une étape au cours de laquelle son aménagement a été programmé, puis réalisé selon un plan, quels que soient les avatars qu’il connaît par la suite. Les étangs en font la démonstration identique. Même si l’échelle médiévale est différente de celle des temps modernes ou contemporains, au niveau du terroir et de la communauté et non à celui d’une région ou du territoire national, la gestion paraît la même et relève d’une planification.

10L’orientation et la périodicité des parcellaires signent le plus souvent ces réalisations dans le paysage, sans pour autant que l’association des deux paraisse obligatoire dans tout espace aménagé. Le milieu rural ou urbain, ou encore la nature du projet, peuvent conduire à d’autres tracés avec d’autres logiques morphologiques, dont la reconnaissance est souvent plus difficile. Les parcellaires des étangs permettront de revenir sur ce point. Un parcellaire médiéval peut résulter d’une planification si un certain nombre de critères sont présents :

  • la régularité morphologique ne doit pas laisser de doute sur le caractère volontaire de sa mise en place, quelle que soit l’organisation des formes, quelle que soit la qualité géométrique des tracés. La présence d’un module métrologique est un marqueur fort, mais pas indispensable. Il peut aussi porter sur certaines parties de l’aménagement et pas sur d’autres, et même faire totalement défaut ;
  • le caractère collectif de l’entreprise et de l’emprise spatiale11 est important, même si sa nécessité n’est pas vraiment contenue dans le concept de planification, sauf dans son acception moderne. Elle implique des concepteurs pouvant être d’origines très variées (une autorité, le maître du sol, la communauté rurale ou urbaine, des notables, les possesseurs des biens), des réalisateurs professionnels (notaire, maître d’œuvre, arpenteur) ou non, et enfin les exploitants des terrains agricoles ou les habitants des fondations et des quartiers neufs villageois ou urbains. Il importe en conséquence de caractériser la planification par l’étude de ses acteurs, des motivations et du projet qui est à l’œuvre, des circonstances historiques dont elle est le produit. L’analyse des formes en précise la mise en place et la réalité parcellaire ;
  • les textes évoquant directement les projets d’aménagement sont rares, mais d’autres documents peuvent en apporter la confirmation, même s’il faut se montrer prudent dans les rapprochements de sources hétérogènes (planimétriques et écrites en l’occurrence). Néanmoins, des parcellaires peuvent être planifiés sans textes, comme les aménagements de terroir agraire par une communauté rurale ou un seigneur ou la mise en place d’un quartier neuf dans une agglomération.

11Ces critères peuvent paraître peu rigides. Mais il faut prendre en compte, semble-t-il, l’absence de concept de « planification » de l’espace au Moyen Âge, en tout cas de son expression conceptualisée, et par conséquent, il importe d’éviter l’importation de modèles de planification venus d’époques plus récentes, déjà évoqués, ou plus anciennes, comme les centuriations romaines. La souplesse des critères s’explique aussi par la difficulté de séparer avec certitude ce qui ressort d’un projet global ou non. Il faut en effet prendre en compte, comme nous l’avons proposé, des aménagements de l’espace volontaires, mais qu’il est difficile de qualifier de « planifiés », même si la discussion peut être ouverte sur ce point. La recherche actuelle sur la dynamique des paysages démontre amplement l’importance des régularités non planifiées. Pour autant, ces lignes ou réseaux réguliers ne sont pas forcément « auto-organisés », mais peuvent aussi résulter d’aménagements volontaires, sans être pour autant planifiés, c’est-à-dire programmés dans leur ensemble. Ainsi, les moulins ruraux édifiés au bord des cours d’eau peuvent être à l’origine d’aménagements spatiaux sous la forme de micro-réseaux viaires et fossoyés, soit conçus d’emblée, soit rendus indispensables ultérieurement. De même, les quartiers des villes sont remplis de régularités morphologiques dont il est souvent très difficile de savoir s’ils résultent d’une volonté planificatrice ou d’aménagements progressifs, mais pas initiaux. Dans ce cas de figure, il est possible de parler d’« organisation volontaire » de l’espace, mais pas de planification.

  • 12 Cf. la définition de l’aménagement supra : « L’aménagement de l’espace… [est le] produit de toute (...)
  • 13 La planification est constituée de « toutes les formes intentionnellement créées par les sociétés (...)

12Par conséquent, il a paru opportun de traiter ici à la fois ce qui relève de la planification de l’espace, mais aussi des régularités du paysage où l’aménagement semble avéré ou probable, en tout cas peut être postulé, car, dans un cas comme dans l’autre, c’est la capacité d’aménager l’espace volontairement et de manière concertée qui est en cause, mais avec des degrés d’élaboration et de réalisation différents. C’est la raison pour laquelle l’ouvrage traite plus de l’« aménagement de l’espace » que de l’« espace planifié ». De ce point de vue, nous proposons un sens plus large à la notion d’aménagement. Pour Bernard Gauthiez12 comme pour G. Chouquer13, l’aménagement est le fruit d’une planification. En fait, il nous semble qu’il peut aussi résulter d’une intervention concertée, ponctuelle ou progressive, sans avoir le caractère programmatique et global d’une planification. C’est en cela que l’aménagement de l’espace peut se distinguer de l’aménagement du territoire.

13Le regard porté est celui de l’historien des textes. Cette approche ne peut être que partielle, lacunaire, sur une question, celle des interrelations entre l’homme et l’espace, qui ne peut être traitée que collectivement et en interdisciplinarité, ainsi que nous aurons l’occasion de le montrer plus loin. La recherche sur l’appréhension de l’espace est en plein essor grâce aux progrès accomplis dans l’analyse de la documentation planimétrique, d’une part, et au rôle de premier plan des archéosciences, d’autre part. L’historien des textes est par conséquent sollicité, stimulé, pour ouvrir de nouvelles pistes, de nouveaux domaines d’intervention ou tout simplement rouvrir des sujets avec un autre regard, dans une pratique qui se doit d’être de plus en plus interdisciplinaire, non par mode, mais parce que le paysage et le parcellaire qui en est l’une des composantes ne sont pas réductibles à une sphère scientifique. Il s’agit donc d’une contribution, d’une réflexion à partir de sources dont les clés de lecture nécessitent souvent la confrontation avec d’autres données et d’autres approches scientifiques. Mais, en même temps, la documentation écrite est parfois d’une richesse insoupçonnée. Ainsi, la gestion des terroirs aménagés puis acensés est à l’origine de contrats parfois très riches sur les conditions d’exploitation ; ceux qui restent dans la mainmise seigneuriale peuvent faire l’objet de litiges dont les épisodes judiciaires révèlent la genèse et l’organisation des terroirs.

14L’étude des parcellaires est donc une ouverture sur les liens entre la société médiévale et l’espace. La grande phase de croissance économique et démographique du Moyen Âge central est propice à cet examen, car les populations sont amenées à prendre des initiatives fortes pour réaménager, voire transformer, leur milieu de vie. Elles sont bien connues : les terroirs agraires sont réorganisés, parfois étendus, l’habitat aggloméré se densifie et se renouvelle et les réseaux de communication, des chemins de service aux artères régionales, s’adaptent par une restructuration plus ou moins importante. À partir du xiie siècle, ce processus s’intensifie : les aménagements ont un impact plus sensible sur le paysage et transparaissent dans les textes. C’est ce qui a conduit à proposer cette date comme première borne chronologique, bien qu’elle tronque une évolution dont les prémices sont antérieures. Il importe, par ailleurs, de ne pas se cantonner à cette phase d’expansion. Pour pouvoir apprécier le mieux possible la portée réelle des modifications, il est nécessaire d’ouvrir la période étudiée assez largement, au moins jusqu’au terme de la période médiévale, afin de prendre en compte les nouvelles conditions sociales, économiques, démographiques, climatiques. Si les xiie-xve siècles représentent par conséquent la fenêtre d’observation privilégiée, ils n’en constituent pas pour autant des limites. La compréhension des phénomènes spatiaux, qu’il s’agisse des mutations du milieu ou de la vie des parcellaires, mais aussi de l’attitude des sociétés, demande à les suivre sur de longues durées. Il est aussi indispensable de resituer le Languedoc dans des contextes géographiques plus larges, tant pour en marquer les spécificités que pour apprécier la portée des phénomènes étudiés.

2. AMÉNAGEMENT DE L’ESPACE ET MILIEU HUMIDE

15Les paysages neufs créés au Moyen Âge sont tout indiqués pour une recherche croisant différentes approches. La part de l’historien, pour les raisons qui viennent d’être présentées, est importante puisque le rôle de la société est déterminant, même si elle compose avec le milieu et si ce milieu joue un rôle lui aussi essentiel dans le devenir des formes paysagères aménagées. Il n’est pas possible de travailler sur les régularités spatiales, que ces formes soient uniquement régulières ou réellement planifiées, fruits d’une mise en place unique ou progressive, sans l’apport des sources écrites aux côtés des analyses morphologiques et archéologiques. L’étude qui va suivre sur les étangs asséchés languedociens rouvre le dossier des planifications dans un autre contexte, celui des zones humides, pour lequel le Moyen Âge a beaucoup à dire. Il permet d’insister sur une dimension essentielle, celle des relations entre la société et le milieu. Plus encore que pour les planifications sur terre sèche, les aménagements en milieu humide doivent aussi organiser un fonctionnement hydrologique qui se répercute sur les formes créées. Surtout, ils permettent d’élargir le champ d’études sur les interventions liées aux transformations du paysage et aux lotissements. Les parcelles en « pointe » de l’étang de Montady, formant un parcellaire original dont le caractère exceptionnel est souvent mis en avant, ne doivent pas masquer un phénomène beaucoup plus large à l’échelle languedocienne, tout en s’intégrant dans une histoire européenne des transformations de l’espace humide.

  • 14 Projet collectif de recherche pluriannuel 2005-2007 Autour de l’étang de Montady. Espace, environn (...)

16Il s’agit par conséquent de reposer, à partir d’une approche moins familière, en tout cas pour les historiens médiévistes, les questions que posent les nouveaux paysages agraires des villeneuves afin de les sortir en quelque sorte de leur spécificité. Il est important de montrer que l’aménagement de l’espace n’est pas lié à un phénomène spécifique, aussi important soit-il, mais relève d’une évolution globale des relations entre la société et l’espace au Moyen Âge. C’est la nécessité d’organiser son développement qui sécrète des formes régularisées partout où le besoin s’en fait sentir, à quelque échelle que ce soit. Au-delà des premiers travaux que nous avons entrepris ces dernières années sur ce sujet, parallèlement à la mise en place d’un programme de recherche sur l’étang de Montady14, il a paru nécessaire de proposer une première synthèse sur cette forme originale d’organisation de l’espace, parfois une véritable planification avec tous ses attributs.

17L’étang asséché ajoute une nouvelle tonalité à la mosaïque paysagère, qui est loin de répondre à tous les canons de la planification agraire des villeneuves par le rôle fondamental joué par l’hydrographie et le relief de cuvette. Il permet d’apporter un regard particulier sur l’attitude de la société languedocienne vis-à-vis des zones humides et sur des changements de comportement avec un espace qui est tout, sauf marginal. Faut-il parler en termes classiques de défrichement et de faim de terre dans une région languedocienne où le saltus est depuis longtemps très réduit ? Ou évoquer une recherche de profit et de rentabilité appuyée sur la monétarisation de l’économie ? Ou encore une rationalisation de la gestion d’un espace qui est perçu maîtrisable grâce à des compétences techniques accrues ? Au fond, l’aménagement de l’espace, c’est donner un autre sens au « beau xiiie siècle », puisqu’il peut signifier à la fois un contrôle plus grand de l’environnement, une gestion économique plus affirmée, mais aussi un effort pour faire face à des contraintes humaines et naturelles accrues. Le devenir de ces nouveaux paysages agraires montre aussi les limites des opérations d’aménagement sur le long terme dans un contexte environnemental fragile.

  • 15 Les termes d’« assèchement » et de « dessèchement » sont utilisés souvent l’un pour l’autre dans l (...)
  • 16 « Pour répondre à ces questions interdisciplinaires, la mise en correspondance des sources terme à (...)

18L’assèchement des étangs se révèle être l’un des aménagements ruraux de l’espace qui caractérisent le Languedoc méditerranéen, par ailleurs avare de bastides et de parcellaires agraires « terrestres » médiévaux régulièrement et volontairement ordonnés. À l’inverse, les étangs continentaux en constituaient l’un des traits physiques principaux et ceci jusqu’au début du xixe siècle. La transformation de cet espace original s’est accomplie sur le long terme, avec une part décisive et peu connue des derniers siècles médiévaux qui n’ont pas à pâlir de la comparaison avec les grands « dessèchements15 » de l’époque moderne. L’intérêt de cette recherche réside par ailleurs dans une documentation écrite relativement abondante et composée des textes de premier plan sur ces travaux d’envergure. Ils permettent par conséquent à l’historien des textes d’apporter sa contribution dans un domaine qui est par excellence celui d’une recherche pluri et interdisciplinaire, dans une confrontation qui n’est pas seulement celle des sources et des interprétations, mais aussi celle des raisonnements16.

  • 17 La loi sur l’eau de 1992 en donne la définition suivante : « On entend par zone humide les terrain (...)
  • 18 M. Colardelle (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidenta (...)
  • 19 J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oub (...)
  • 20 J.-P. Bravard, M. Magny (éd.), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et d (...)

19Par ailleurs, l’opportunité d’une telle démarche se justifie alors que les sociétés actuelles cherchent à conjuguer le développement durable avec la croissance économique. En effet, les zones humides17, réduites au nom d’une agriculture productiviste et désormais souvent protégées, font l’objet d’une attention sensible dans le domaine scientifique. Le colloque de Grenoble sur L’homme et la nature au Moyen Âge avait accordé dès 1993 une place significative au milieu humide et plus particulièrement aux marais littoraux, signalant ainsi l’intérêt de la recherche française pour un domaine encore peu pratiqué18. Chez les historiens, Jean-Michel Derex a lancé récemment un appel pour écrire leur histoire19. Surtout, les archéologues et les paléo-environnementalistes conduisent depuis quelques années des recherches collectives et produisent des résultats novateurs sur les interactions des sociétés avec leurs milieux, et plus particulièrement avec les zones humides. À la suite de l’appel d’offres « Histoire des interactions des sociétés avec leurs milieux » lancé en 1999 par le comité Société, Environnement et Développement Durable (sedd), soutenu par le programme « Environnement, Vie et Sociétés » (pevs) du cnrs, les travaux ont donné lieu à deux colloques (Motz, 2001 et Baume-lès-Aix, 2002) et à trois publications collectives en 2002, 2003 et 200420. La dernière d’entre elles, consacrée aux pratiques sociales et aux hydrosystèmes des fleuves et des marais, est en relation directe avec les interrogations qui sont à la source de cette recherche sur les aménagements des étangs continentaux languedociens.

20Il convient en général d’aborder en premier la présentation des sources et des méthodes de travail qui vont servir de fondement aux différents points traités. Sans vouloir déroger à ce principe entièrement justifié, il a paru indispensable de commencer par situer le laboratoire languedocien dans un contexte chronologique et géographique large, non comme exercice de style d’un travail académique, mais pour comprendre et interpréter convenablement le travail accompli par les Languedociens de la fin du Moyen Âge, qui n’est en rien un phénomène local. Les héritages et les transmissions sont importants, qu’il s’agisse des relations entre le milieu humide et la société, des techniques, des intervenants et du paysage neuf créé. Par ailleurs, la littérature n’apparaît guère riche en synthèse sur ce sujet : qui s’intéresse au littoral de la mer du Nord ignore celui de la Méditerranée et vice-versa, qui scrute la conquête des zones humides pendant la croissance du Moyen Âge central ne regarde guère les aménagements antiques ou modernes. Sans vouloir faire cette étude globale qui manque encore sur l’aménagement des espaces humides européens, il a semblé nécessaire de dresser le bilan d’un certain nombre de travaux, souvent récents, permettant de tirer des enseignements d’entreprises et de comportements qui mettent en perspective le dossier languedocien.

21Dans un deuxième temps, il convient de définir le corpus retenu en mettant l’accent sur ses dimensions géographique et documentaire, essentielles à sa cohérence. Il était impossible de prendre en compte tout le Languedoc méditerranéen et il a fallu par conséquent choisir un espace exemplaire et que les sources écrites permettent de traiter, d’où le choix des régions comprises entre les vallées de l’Aude et de l’Hérault, riches de très nombreuses dépressions endoréiques dont plusieurs sont convenablement documentées.

22Le drainage des étangs ne peut se comprendre sans tenter de connaître leur situation antérieure, ce qui est loin d’être simple. S’agissait-il de lacs ou de marais, permanents ou saisonniers ? Comment apprécier les ressources réellement exploitées au-delà des droits concédés par les chartes et les baux ? L’historien n’a pas toutes les clés pour répondre, mais, par contre, il est à même de contribuer à l’évaluation du rôle des dépressions humides dans la structuration de l’espace et des territoires, ce qui est une donnée essentielle des opérations et des conflits liés aux assèchements. Après avoir présenté l’espace humide et son importance pour les populations proches, la question des drainages est abordée sous plusieurs angles, le premier consistant à les situer dans leur temps et à comprendre la mise en place et les objectifs des projets auxquels ils répondent. Les textes permettent de connaître la période de mise à sec et surtout de voir le jeu des différents intervenants. Ce point est essentiel, puisqu’il touche directement à la planification des parcellaires qui se fonde sur un projet porté par une autorité ou un groupe. La compréhension du processus décisionnel dont les étapes marquent le passage du dessein à sa réalisation est à ce titre essentielle. Par contre, et ce n’est pas une surprise, il reste plus difficile d’observer comment et par qui les travaux sont effectués. Pourtant, quelques éclairages peuvent être donnés sur les moyens mis en œuvre, moyens financiers et techniques, mais aussi sur les hommes de terrain qui mettent en pratique les décisions prises. Au bout du compte, ce sont presque toutes les composantes de la société des derniers siècles du Moyen Âge qui se manifestent.

23Le paysage de l’étang asséché se lit toujours nettement aujourd’hui grâce au réseau de ses fossés, mais l’étude des parcellaires révèle en fait de grandes variétés dans les solutions adoptées. Elles ne portent pas uniquement sur les techniques de drainage, mais aussi sur la mise en place de systèmes adaptés aux acensements collectifs dans les plus grands étangs. Toute l’ambivalence des grands aménagements est là : régulariser l’écoulement de l’eau et mettre en place un ensemble de parcelles cultivables par de nombreux exploitants dans un contexte topographique contraignant. Les grands axes de la nouvelle structure parcellaire rentrent plus d’une fois dans la définition et la délimitation des espaces territoriaux et fiscaux qui sont l’une des préoccupations des seigneurs et des communautés villageoises aux xive-xve siècles. En fait, traiter du paysage de l’étang asséché, c’est éclairer la gestion de l’espace par la société médiévale, dans sa dimension la plus volontariste, mais c’est aussi inscrire dans la longue durée ce qui paraît un phénomène ponctuel, comme le mettent en valeur l’évolution diachronique des parcellaires et le regard porté par les populations sur cet espace en mutation.

  • 21 Cependant, il n’a pas été possible de prendre suffisamment connaissance des Actes du colloque Rura (...)

24Ce livre est issu d’un mémoire d’habilitation à diriger les recherches soutenu le 18 novembre 2004 à l’Université de Toulouse-Le Mirail sous le titre Société, espace et parcellaire. Contribution à l’étude de l’aménagement de l’espace en Languedoc au Moyen Âge (xiie- xve siècle) devant un jury composé de Mmes et MM. Monique Bourin, Benoît Cursente (directeur), François Favory, Mireille Mousnier (présidente) et Élisabeth Zadora-Rio. Il en reprend la deuxième partie, L’aménagement de l’espace en milieu humide. L’assèchement des étangs languedociens de plaine au Moyen Âge (xiie- xive siècle), remaniée en intégrant le mieux possible les observations du jury et les publications ultérieures21. Je remercie M. Mousnier d’accepter ce livre dans la collection qu’elle dirige et de lui conserver ainsi tous ses attributs scientifiques.

25Les échanges de vues et les conseils de M. Bourin, B. Cursente et M. Mousnier m’ont permis d’améliorer ce projet de plusieurs années et de lui donner une bonne part de la tournure qu’il a prise. Je ne peux évidemment nommer tous ceux qui l’ont enrichi, mais je tiens à remercier plus particulièrement Philippe Blanchemanche, Philippe Leveau, Pierre Portet et Carole Puig, ainsi que Jean-François Berger et Laurent Schneider qui ont accepté de contribuer à la relecture. Pierre-Henri Billy m’a permis de résoudre quelques énigmes occitanes du vocabulaire technique médiéval. Je n’oublie pas, par ailleurs, le rôle décisif qu’ont joué G. Chouquer, B. Gauthiez et É. Zadora-Rio dans ma formation à l’analyse des paysages.

26Comme depuis de nombreuses années, j’ai trouvé une aide efficace et amicale dans mes recherches archivistiques aux Archives départementales de l’Aude et de l’Hérault, en particulier auprès de Jean Blanc, Claude-Marie Robion et Martine Sainte-Marie. Sylvie Caucanas, directrice des Archives départementales de l’Aude, a vérifié l’édition des pièces justificatives qui lui doivent beaucoup. Le Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon et sa directrice, Claudie Houssard, m’ont communiqué des informations utiles sur le milieu des étangs asséchés. J’exprime à tous ma gratitude. J’ai toujours trouvé un soutien et des encouragements après de mes collègues montpelliérains et toulousains, ainsi que des équipes du Framespa, de Lattes et du Projet Collectif de Recherche sur l’étang de Montady. Je leur en suis très reconnaissant.

27Je n’oublie pas ceux qui m’ont amené découvrir « leur » étang, languedocien ou roussillonnais : Franck Bonnafous, Bruno Jaudon, Francis Noell, Stéphane Mauné, André Plégades, Rodrigue Tréton, Robert Vinas ainsi que l’équipe du Centre touristique et culturel du Malpas à Colombiers. Merci à eux : le terrain est le complément indispensable des archives.

28Le soutien et l’affection de Geneviève m’ont été indispensables, d’autant qu’elle sait que l’historien en particulier, et le chercheur en général, est un voleur de temps…

29Cette enquête, tout autant qu’une première synthèse, propose des chantiers, des perspectives de recherche, et veut participer à une histoire de la gestion du milieu et du territoire par la société médiévale. Une histoire complexe, où chaque avancée est gagnée péniblement, où l’ombre le dispute souvent à la lumière, le mirage à la certitude, mais une histoire riche de la diversité des matériaux qu’elle met en œuvre et des connexions établies entre des populations et leur environnement quotidien, des pouvoirs et leurs territoires, des aménageurs et leurs projets. Le Languedoc se prête tout à fait à cette exploration dans le temps. Paysage mobile par excellence, fruits du climat et des interventions humaines, les étangs continentaux, omniprésents, sont aujourd’hui tombés dans l’oubli, si ce n’est Montady. Il ne s’agit pas seulement de ressusciter leur histoire, mais de comprendre comment les Languedociens du Moyen Âge ont vécu à leurs côtés, profité de leurs ressources avant de les remplacer par des terres à blé ou des prairies. Histoire, donc, du contrôle de l’eau et de ses usages, cette analyse des transformations volontaires de l’espace doit également conduire à approfondir les concepts essentiels d’aménagement et de planification.

30Contribuer à mettre la société médiévale dans son espace : tel est – en définitive ? – l’ambition de cette recherche.

Notes

1 Sur l’assèchement de l’étang de Preissan et le document de 1298 : ch. 4, 2.

2 Ainsi, le programme archaeomedes accorde une place essentielle aux logiques spatiales dans l’analyse des réseaux et des systèmes de peuplement : archaeomedes, Des oppida aux métropoles. Archéologues et géographes en vallée du Rhône, Anthropos, Paris, 1998, 280 p. Pour la prise en compte de la phase médiévale, absente de cette synthèse, compléter par C. Raynaud, « De l’archéologie à la géographie physique : le système de peuplement de l’âge du Fer au Moyen Âge en France méditerranéenne », Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommages à Guy Barruol, Revue archéologique de Narbonnaise, Supplément 35, 2003, 586 p., p. 323-354.

3 Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1998, coll. Tempus, 491 p.

4 Sa prise en compte est encore loin de constituer un axe majeur de la recherche en histoire médiévale. Il faut souligner les travaux de R. Delort, en particulier, dès 1972 : « L’homme et le milieu », La vie au Moyen Âge, Edita, Lausanne, 1972, rééd. Le Seuil, Paris, 1982, 301 p., p. 9-60. Chacun se rappelle de l’appel de G. Bertrand à « ouvrir un nouveau champ de réflexion et d’investigation interdisciplinaires » : « Pour une histoire écologique de la France rurale », G. Duby (dir.), Histoire de la France rurale, t. 1, La formation des campagnes françaises des origines au xive siècle, Le Seuil, Paris, 1975, 624 p., p. 34-113. Premier colloque du Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement (piren) en 1991 : C. Beck, R. Delort (dir.), Pour une histoire de l’environnement, cnrs, Paris, 1993, 272 p. En 1993, congrès d’archéologie médiévale sur L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidentales. Actes du Ve Congrès international d’Archéologie médiévale, Grenoble, 6-9 octobre 1993, M. Colardelle (dir.), Errance, 1996, 259 p. Plusieurs travaux sont rassemblés dans les Mélanges Delort : É. Mornet, F. Morenzoni (éd.), Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, Publications de la Sorbonne, Paris, 1997, 761 p. L’histoire de l’environnement européen, R. Delort, F. Walter, puf, Paris, 2001, 352 p. ne consacre que 21 p. au Moyen Âge stricto sensu. Remise en cause de l’approche des historiens et des archéologues médiévistes dans J. Burnouf, « La nature des médiévistes », G. Chouquer (dir.), Objets en crise, objets recomposés. Transmissions et transformations des espaces historiques. Enjeux et contours de l’archéogéographie, Études rurales, 167-168, 2003, p. 215-226.

5 Essai sur la planification agraire au Moyen Âge. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie- xive siècles), Ausonius, Bordeaux, 2002, Scripta Varia 5, 299 p.

6 « Formation d’un paysage médiéval dans le Bassin parisien : Villeneuve-l’Archevêque (Yonne) », Archéologie médiévale, t. XXIII, 1993, p. 57-105 ; « L’aménagement de l’espace : le parcellaire rural de la bastide de Saint-Denis (Aude) », É. Mornet (éd.), Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Publications de la Sorbonne, Paris, 1995, p. 103-119 ; analyse des sources : « Le parcellaire rural des bastides du sud-ouest de la France : l’apport des sources écrites et planimétriques », G. De Boe et F. Verhaeghe (eds.), Rural Settlements in Medieval Europe, Medieval Europe Brugge 1997 Conference, vol. 6, Zellik, 1997, p. 309-319.

7 Ce domaine de la recherche sera largement développé par la suite.

8 « Capacité d’un ensemble complexe de formes existant à la surface de la terre à évoluer en système organisé, sans l’intervention d’une planification volontaire portant sur sa structure d’ensemble (mais pouvant intégrer un épisode planifié local, le cas échéant). On emploie ce concept pour rendre compte de l’évolution et de la structuration du système de l’habitat et pour l’étude des systèmes de formes (voies et parcellaires) dans la longue durée » : G. Chouquer (dir.), Objets en crise, objets recomposés. Transmissions et transformations des espaces historiques. Enjeux et contours de l’archéogéographie…, glossaire, p. 297.

9 M. Mousnier, « Bastides de Gascogne toulousaine : un échec ? », Villages et villageois au Moyen Âge, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Publications de la Sorbonne, Paris, 1992, p. 101-116. La définition des bastides par Charles Higounet comme « villages planifiés de tenanciers » pose la question de savoir si « l’image si contemporaine de la planification » ne fait pas partie des « concepts paraissant en décalage par rapport à leurs objets » (p. 103).

10 Dans un contexte urbain, B. Gauthiez définit l’aménagement de l’espace comme le « produit de toute intervention humaine… volontaire et planifiée, amenant une modification de l’espace physique, quelle que soit son échelle […]. L’aménagement de l’espace a une logique sociale, mais aussi une logique spatiale propre », L’espace urbain. Vocabulaire et morphologie, Éd. du Patrimoine, Paris, 2003, 496 p., p. 54.

11 É. Zadora-Rio, Compte-rendu de l’ouvrage de C. Lavigne, Essai sur la planification agraire au Moyen Âge…, Archéologie médiévale, t. XXXIII, 2003, p. 348-351.

12 Cf. la définition de l’aménagement supra : « L’aménagement de l’espace… [est le] produit de toute intervention humaine […] volontaire et planifiée. »

13 La planification est constituée de « toutes les formes intentionnellement créées par les sociétés pour aménager leur espace » : L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Errance, Paris, 2000, 208 p., glossaire, p. 189.

14 Projet collectif de recherche pluriannuel 2005-2007 Autour de l’étang de Montady. Espace, environnement et mise en valeur du milieu humide en Languedoc, des oppida à nos jours (ministère de la Culture, drac Languedoc-Roussillon).

15 Les termes d’« assèchement » et de « dessèchement » sont utilisés souvent l’un pour l’autre dans le sens de « mettre à sec » un étang ou un marais, même si l’expression de « marais desséché » s’est imposée pour les littoraux atlantiques. Le Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires (P. Fénelon, puf, 2e éd., 1991) définit ainsi les deux termes :
– assèchement : « 1. Opération qui consiste à favoriser la disparition des eaux dans une terre à l’aide des procédés du drainage afin de la livrer à la culture. 2. Action de vider un étang de son eau pour le mettre en culture » ;
– dessèchement : « Drainage d’un terrain trop humide pour le mettre en culture. » Le Dictionnaire de l’environnement (cilf, institut comuvir, Conseil national de la langue française, 3e éd., Paris, 1992) et le Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de l’environnement (F. Ramade, Édiscience international, Paris, 1993) donnent des définitions proches pour l’assèchement, mais ne comportent pas d’entrée pour « dessèchement ». Par conséquent, le terme d’assèchement paraît le plus adapté et sera ici le seul employé dans le sens de drainage volontaire d’un étang ou d’un marécage.

16 « Pour répondre à ces questions interdisciplinaires, la mise en correspondance des sources terme à terme, la confrontation des interprétations des différentes disciplines ne suffisent pas. C’est la confrontation des raisonnements de chacune de ces approches, culturelle, spatiale et temporelle qui paraît nécessaire même si elle est ardue. » P. Blanchemanche, L. Chabal, C. Jorda, C. Jung, « Le delta du Lez dans tous ses états : quels langages pour quel dialogue ? », J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, cths, Paris, 2004, 493 p., p. 157-174, citation p. 172.

17 La loi sur l’eau de 1992 en donne la définition suivante : « On entend par zone humide les terrains exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année », citée (p. 11) par J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oubliés, une histoire à écrire », Histoire et sociétés rurales, 15, 2001, p. 11-36.

18 M. Colardelle (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidentales… Sur la gestion des milieux palustres : G. J. Borger (littoral méridional de la mer du Nord), S. Lebecq (idem), D. Arroba et G. Deferrari (Ligurie).

19 J.-M. Derex, « Pour une histoire des zones humides en France (xviie-xixe siècle). Des paysages oubliés, une histoire à écrire »… Si l’appel sollicite directement les modernistes et les contemporanéistes, les chercheurs des époques antérieures ne peuvent que le reprendre à leur compte et s’inspirer des pistes d’investigation proposées (p. 25-32).

20 J.-P. Bravard, M. Magny (éd.), Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Errance, Paris, 2002, 312 p. ; T. Muxart, F.-D. Vivien, B. Villalba et J. Burnouf (éd.), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Elsevier, Paris, 2003, coll. Environnement, 214 p. ; J. Burnouf, P. Leveau, (dir.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture…

21 Cependant, il n’a pas été possible de prendre suffisamment connaissance des Actes du colloque Ruralia sur les usages de l’eau : Water management in medieval rural economy. Les usages de l’eau en milieu rural au Moyen Âge, Ruralia V, Pamàtky archeologické, Supplementum 17, 2005, 269 p., en particulier les articles de M. Gardiner, « Archaeological Evidence for the Exploitation, Reclamation and Flooding of Salt Marshes », p. 73-83 et de S. Rippon, « Water and wetlands in medieval estate management : Glastonbury Abbey, Meare and the Somerset Levels in South West England », p. 93-112.

© Presses universitaires du Midi, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search