Version classiqueVersion mobile

Hommes et sociétés, dans l’Europe de l’an mil

 | 
Pierre Bonnassie
, 
Pierre Toubert

a) Structures familiales

La famille noble méridionale autour de 1000

Historiographie et perspectives

Claudie Duhamel-Amado

Texte intégral

  • 1 Titre d’une discussion à propos du changement social entre B. Lepetit et G. Bois, dans Médiévales,(...)

1Le thème de la parenté a fini par occuper une place importante dans l’étude des sociétés de l’Occident chrétien. Si les médiévistes de cette haute période donnent de la famille aristocratique saisie avant 1100 un tableau contrasté, c’est en raison de la diversité des institutions et des pratiques sociales présidant à la transmission et à l’alliance – une variété restituée par la documentation – mais aussi à cause de points de vue différents sur la transition. En première partie de cet exposé nous retiendrons aux deux extrémités du spectre deux modèles explicatifs entre lesquels se déclinent les variantes, positions intermédiaires défendues dans les nombreuses études monographiques. Il en sera question dans la seconde partie consacrée à l’historiographie du thème centrée sur l’espace méridional. Marquée par les aller et retour du « cas au modèle »1, cette historiographie se déploie sur les trente dernières années : la première décennie enregistre l’avènement du thème, la seconde, sa contamination par des disciplines voisines, la troisième, de sérieuses percées dans l’aire méridionale.

MODÈLES

2Prévaut aujourd’hui encore le schéma d’évolution tracé par les pionniers des Annales qui postulent le passage brusque du monde carolingien à la féodalité en une commotion secouant l’ensemble de la Chrétienté autour de 1000. Plus récemment formulée par quelques historiens, une autre vision de la transition en étire la durée en amont et en aval, ce qui donne au phénomène une amplitude d’au moins deux siècles : ces sociétés auraient basculé du monde ancien, post-antique, dans le nouveau, dit féodal, en une suite d’ajustements progressifs.

3La principale divergence concerne la persistance d’éléments de l’ancien système dans le nouveau. Pour les tenants de la mutation, les témoins d’une époque révolue disparaissent rapidement sous la pression des transformations globales. De nouvelles pratiques successorales et matrimoniales installent une structure inédite, le lignage, qui se substitue à l’ancienne organisation parentale au moment où l’ordre instauré par les maîtres des châteaux, milites animés par la violence lignagère, supplante l’ordre public. Pour les tenants d’une transition plus longue, le maintien partiel de comportements anciennement établis empêche le lignage d’atteindre tout de suite sa forme patrilinéaire et agnatique avec l’exclusion des filles et des cadets de l’exercice du pouvoir, qu’il s’agisse d’une seigneurie castrale ou urbaine. Sous le coup d’accélération de la Réforme Grégorienne, le resserrement lignager n’est en mesure de s’accomplir qu’à partir du tournant du xiie siècle.

1. La parenté dans la perspective mutationniste

  • 2 Le bilan le plus complet au moment où paraissent les Actes de ce colloque est dû à C. Lauranson-Ro (...)
  • 3 Pour ce modèle et les modalités de passage du cousinage au lignage dans l’Occident chrétien, M. Au (...)

4La rapidité et la brusquerie des changements définissent une mutation, certains médiévistes ont même recours à l’expression de « révolution féodale » pour caractériser le passage du monde post-antique à la féodalité2, la parenté étant prise dans le tourbillon du changement. Au xe siècle, les groupes aristocratiques offrent une structure mouvante établie sur le cousinage, très intriquée dans les réseaux des pouvoirs régionaux que les tenants de la mutation voient gouvernés par une autorité publique encore vigoureuse. Ces configurations de parents participent et s’adaptent au mouvement de fond qui remodèle le paysage – terroirs remaniés et extension, quoique modeste, du réseau fortifié. À partir de la fin du xe siècle, les nébuleuses se figent dans des lignages qui s’inscrivent dans les tous premiers castra, les matrices du futur réseau seigneurial fortifié. Le mode d’organisation de la parenté s’adapte au nouvel organisme économique et politique que représente la seigneurie castrale. Avant 1000, le castrum était une forteresse, siège du pouvoir public, après 1000, il est un repaire pour les descendants des nobles et les premiers chevaliers. Ils en surgissent pour attaquer leurs rivaux, organiser des raids et piller les réserves monastiques et paysannes. Mise en coupe réglée des désarmés installés dans le ressort castral, la seigneurie foncière et banale assure leur survie. L’enceinte fortifiée est leur nid, ils s’y reproduisent et s’y protègent. D’où proviennent les chevaliers ? Comme la question de la violence lignagère, celle-ci divise les historiens. Les partisans de la mutation y voient des nouveaux venus dans le groupe des dominants, s’y infiltrant à la faveur du climat de violence né de l’effondrement de l’ordre public autour de 1000. La densification du réseau fortifié crée de nouveaux besoins en armes et en spécialistes du combat, c’est ainsi que les mesnies châtelaines formées des hommes de l’ancienne aristocratie, s’ouvrent largement à des individus issus de la paysannerie riche, milites venant étoffer les garnisons castrales et les lignages nobiliaires. Parfois même ces rustres parviennent à créer pour leur propre compte la trilogie gagnante : castrum, lignage et seigneurie. Le retentissement sur l’organisation de la parenté ne se fait pas attendre. Plusieurs facteurs imbriqués imposent au lignage naissant la nécessité du resserrement autour d’un seul chef car si l’ancien système politique préservait les droits des filles et des fils cadets et puînés, le nouveau, dans lequel la hiérarchie féodale s’affirme tôt, renforce le rôle de l’aîné, de préférence un garçon3.

2. La parenté dans le modèle progressif

  • 4 D. Barthélemy, La mutation de l’an Mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des(...)

5Du schéma qui précède, sont conservées nombre de propositions. D’abord l’invention bouleversante que représentent au xie siècle le castrum et le lignage, ensuite la tendance du lignage à l’orientation agnatique, enfin l’incorporation dans la mesnie châtelaine de professionnels du combat d’origine non nobiliaire, même si sur ce dernier point est très sérieusement révisé à la baisse leur poids dans la composition d’une militia dont la descendance de l’ancienne aristocratie paraît avoir assuré l’essentiel du volume et dont la chronologie devrait être, elle aussi, révisée4.

  • 5 K. F. Werner, parmi les nombreux titres, infra note 16 et Structures politiques du monde franc (vi(...)
  • 6 D. Barthélemy, « Que faut-il préférer au “mutationnisme” ? ou le problème du changement social », (...)
  • 7 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale,(...)
  • 8 C. Duhamel-Amado, supra note 4. G. Langlois, « Diversité des pratiques familiales et patrimoniales (...)

6Sous l’impulsion d’historiens comme K.F. Werner5 et avec la multiplication des monographies régionales et locales, les médiévistes de tous bords sont conduits aujourd’hui à majorer l’importance de l’ancienne noblesse dans la formation du groupe châtelain au xie siècle, ce qui constitue une révision par rapport aux propositions de la première période des Annales. D’autres hypothèses résistent. Nous commençons seulement à reconsidérer le rythme du resserrement lignager ou le postulat d’un statut minoré des filles et des cadets. Ces réévaluations vont dans le sens d’une contestation de la chronologie et du rythme de la transition fortement exprimée par Dominique Barthélemy6. En place de l’effondrement des institutions publiques à la fin du xe siècle, n’aurait-on pas plutôt affaire, depuis un siècle au moins, à un lent effritement de l’autorité ? Malgré la perte de consistance de l’autorité publique et la prolifération des centres de pouvoirs, processus engagé depuis le dernier tiers du ixe siècle, la relative stabilité pendant la période de croissance économique précédant 1000 ne pourrait-elle pas s’expliquer par le rôle croissant de la parenté et de l’Église dans l’encadrement de la société ? L’hypothèse de l’intrication des sphères de la parenté et du politique avant le pôle emblématique est confortée par les travaux conduits plus en amont par Régine Le Jan7. Apparemment mieux acceptée, une autre proposition prolonge en aval la période assignée à la transition : le passage s’accomplirait plus près de 1100 que de 1000 sous l’effet de plusieurs facteurs parmi lesquels la prolifération lignagère et le choc de la Réforme Grégorienne. Le mouvement réformiste qui se proclame comme un retour aux bases canoniques de l’institution ecclésiale a des effets puissants sur la disposition des pouvoirs dont il favorise la redistribution autour des cours épiscopales et princières. Les trois composantes de la féodalité – la seigneurie, le lignage et les institutions féodales – en sortent raffermies et indissolublement liées. Toutefois le bouleversement n’affecte pas tout l’espace étudié ; à côté des lieux de pouvoir où se joue pleinement la transformation, des lignées conservatrices ou des microsociétés résistent encore au xiie siècle8.

HISTORIOGRAPHIE (1970-2000)

1. Intronisation du thème (1970-1980)

7Les questions de parenté quittent le terrain de l’histoire du droit où elles étaient jusque-là cantonnées. Le temps est aux échanges entre les sciences humaines tandis que les recherches conduites en Allemagne depuis plusieurs décennies déjà, à partir de sources germaniques concernant le haut Moyen Âge, sont connues dans l’Hexagone par l’entremise de Louis Génicot, Georges Duby et Karl Ferdinand Werner. Portant sur l’onomastique aristocratique, elles sont conduites à Fribourg et Munster autour de Gert Tellenbach, avec Karl Schmid et Karl Hauck.

  • 9 En témoigne, entre autres, le numéro spécial qu’Annales esc consacre à la parenté : Famille et soc (...)
  • 10 Entre 1973 et 1974, sept séances de son séminaire sont consacrées à la présentation de l’enquête à (...)

8Dans le champ des études médiévales, Georges Duby donne son armature et sa majesté au thème dont les historiens se sont saisis9. Après avoir inauguré son séminaire au Collège de France par les questions de classification sociale (1970-1973), il engage au cours des vingt années qui suivent une enquête sur les structures familiales de l’aristocratie dans l’Occident chrétien. Le cadre de recherche, la grille chronologique et le questionnaire concernent pour l’essentiel la famille aristocratique féodale étudiée sous trois angles : les morts, la cellule conjugale, la femme10.

  • 11 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine (viiie-fin xiie s (...)
  • 12 La question de la mulier lombarda constitue une annexe.
  • 13 Op. cit. note 11, p. 710-711 : « Tout incline au contraire à considérer, dès les viie-ixe siècles, (...)

9L’impulsion est donnée à des monographies locales et régionales spécifiquement centrées sur la parenté. Précédant la vague, deux thèses restituent au même moment la parenté dans le mouvement de transformation globale. Pierre Toubert consacre un grand chapitre de sa thèse, publiée en 1973, aux structures familiales aristocratiques et paysannes du Latium pendant les xe, xie et xiie siècles11. L’auteur y traite des questions d’anthroponymie qui étaient jusqu’à lui l’apanage des historiens allemands, avant d’analyser les répercussions de l’incastellamento sur le groupe familial, puis conclut sur la place de la femme dans la famille et sur le cas d’espèce que constitue « l’épouse lombarde »12. Une de ses propositions novatrices invite à dépasser l’opposition artificielle entre famille large et famille étroite qui encombre alors la réflexion historienne : « Faux dilemme dans lequel les historiens de la famille médiévale s’enferment chaque fois qu’ils se demandent s’ils ont affaire à une prédominance de la “famille patriarcale” (large family, Grossfamilie) ou, au contraire, de la “famille conjugale” (two generations family, Sonderfamilie), voire à une oscillation d’un type à l’autre au gré des flux et des reflux de la conjoncture économique… »13. La distinction entre structures et conjonctures familiales balaie la vision statique d’une famille aristocratique conçue comme un vaste regroupement de parents fondé sur la communauté de résidence et de fonctionnement socio-économique, conception empruntée aux historiens du haut Moyen Âge, ce qui n’était pas renoncer à la conception d’une maisonnée nobiliaire. Après ce décapage, le lignage apparut tout à la fois comme une modalité d’agrégation – à l’occasion de réunions suscitées par des règlements internes –, une idéologie – ce que Georges Duby ne cessait pour sa part de rappeler –, et une reconstitution – à travers la démarche prosopographique et généalogique initiée par l’école allemande.

  • 14 La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulou (...)

10Trois ans plus tard paraît la thèse de Pierre Bonnassie sur la Catalogne dont l’influence sur ce qui s’écrira ensuite, notamment à propos de l’Espagne et de la France méridionale, n’est pas moins considérable14. La parenté aristocratique y est également saisie dans les phases de formation préféodale et féodale, la famille considérée à tous les niveaux de la société, tandis que l’anthroponymie et le droit, ici le code wisigothique, occupent une place aussi importante que dans l’étude sur le Latium. L’auteur relève le petit nombre d’informations que délivrent sur les rapports intra-familiaux les très nombreuses chartes catalanes. Comme celles qui les restituent retiennent surtout le moment du conflit, le tableau qu’elles livrent des relations entre parents et enfants est sombre. Il contraste avec la « tonalité féminine » du reste de la documentation qui, si elle paraît surexposer la condition et le rôle de la femme catalane, est tout de même le signe de sa place éminente dans la famille et la société et la confirmation du droit des filles à l’héritage et du statut favorable des veuves. L’auteur voit dans l’intrusion du lignage, au xie siècle, la source d’une irréversible dégradation du statut initial favorable, dont on rappellera qu’il reposait sur l’égalité théorique du partage entre enfants des deux sexes.

  • 15 Famille et parenté dans l’Occident Médiéval, sous la direction de G. Duby et J. Le Goff, École fra (...)
  • 16 K. F. Werner, « Liens de parenté et noms de personne : un problème historique et méthodologique »,(...)
  • 17 C. Violante, « Quelques caractéristiques des structures familiales en Lombardie, Émilie et Toscane (...)
  • 18 G. Tabacco, « Le rapport de parenté comme instrument de domination consortiale : quelques exemples (...)
  • 19 G. Rossetti, « Histoire familiale et structures sociales et politiques à Pise aux xie et xiie sièc (...)
  • 20 Infra note 45.
  • 21 Supra n. 18.
  • 22 Le mariage dans la société du haut Moyen Âge, discours inaugural de G. Duby, 24e SSAM Spoleto 1976 (...)

11En Italie et en Allemagne, d’autres historiens participent au même moment à l’intronisation de la parenté dans le domaine médiéval. Deux rencontres témoignent de cette collusion d’intérêts et de l’ascension du thème. En 1974, sous l’égide de l’École Française de Rome et du Collège de France, un colloque est organisé à l’École Pratique des Hautes Études (il sera publié en 197715). Parmi les intervenants, Karl Ferdinand Werner16, Cinzio Violante17, Giovanni Tabacco18 et Gabriella Rossetti19 font le point sur l’historiographie naissante du lignage. À son propos, Cinzio Violante pose des questions neuves sur la mémoire familiale (la reconstruction généalogique), la nature de l’honneur patrimonial (patrimoine foncier, fondations ecclésiastiques privées et fonctions publiques qui se transmettent de génération en génération au sein d’un même groupe familial), et les règles de transmission (partage virtuel / partage réel). Elles seront reprises plus tard par l’historien espagnol Pascual Martinez Sopena20. Cinzio Violante signale dans l’Italie septentrionale et centrale un fractionnement en parts réelles de chaque bien, puis la détermination de blocs compacts qui lui paraissent favoriser la création de nouvelles cellules familiales à partir du tronc ancien. Une cellule acquiert un ensemble de biens dans un lieu déterminé dont elle prend le nom qui devient celui de ses membres aux générations suivantes. Le principe du consorzio suppose d’abord la possession en commun d’un château à la campagne, d’une tour en ville, et induit un agencement de type familial fondé sur un accord entre des personnes d’une même famille et des individus extérieurs à celle-ci. Dans l’explication du système, qui apparaît comme l’élément de cohésion du nouveau groupe aristocratique, point l’idée d’une organisation en réseaux. Ce que confirme l’intervention de Giovanni Tabacco dont les travaux portent, eux aussi, sur des groupements piémontais. Tôt dans le xe siècle, il observe une contraction familiale qui aboutit, après 1000, aux consorterie, regroupements de lignages unis par un serment de parentela et societas21. En 1976, à Spolète, le mariage au haut Moyen Âge est placé au cœur des rencontres22.

  • 23 J. E. Ruiz Doménec, « Système de parenté et théorie de l’alliance dans la société catalane (env. 1 (...)
  • 24 La thèse d’É. Magnou-Nortier (La société laïque et l’Église dans la Province ecclésiastique de Nar (...)

12À la fin de la décennie 1970, les travaux de José Enrique Ruiz Doménec sur la Catalogne sont connus en France. Ils portent sur l’aristocratie et décrivent un mariage qui assure l’insertion d’un individu et de ses proches dans un réseau de clientèle et de fidélité. Issus d’une souche principale, des sous-lignages y restent rattachés par des solidarités, militaires ou d’une autre nature, qui forment un système de distribution et de contrôle reliant fermement les lignées secondaires à la souche principale23. Pendant ce temps, rien de vraiment consistant n’est proposé sur la parenté proprement dite dans la France méridionale24.

2. Au carrefour de disciplines (1980-1990)

  • 25 Publié en 1977, supra note 15.
  • 26 Dans le cadre de la Formation à la Recherche en Anthropologie (fra), sous l’égide du cnrs et à l’i (...)
  • 27 A. Guerreau, « Sur les structures de parenté dans l’Europe médiévale », Annales esc, 1981, t. 36, (...)
  • 28 A. Guerreau, « La parenté dans l’Europe médiévale et moderne : à propos d’une synthèse récente », (...)
  • 29 J. Goody, Évolution de la famille et du mariage en Europe, préface de Georges Duby, A. Colin, Pari (...)

13Les précurseurs ayant ouvert une voie royale au thème et l’anthropologie gagné du terrain, la succession s’opère dans un climat très favorable. Le colloque de 1974 témoignait déjà d’une curiosité mutuelle25. Depuis la décennie 1970, des historiens s’initient26. Anita Guerreau-Jalabert et Jack Goody seront parmi les passeurs les plus actifs, les plus accessibles aussi. Dans un article de méthodologie paru dans les Annales, en 1981, la première montre les avantages et les limites épistémologiques d’une collaboration des deux disciplines27, y revenant en 198928 dans sa pénétrante critique du livre stimulant et controversé de l’ethnologue Jack Goody sur l’influence des normes de l’Église médiévale sur la parenté29.

  • 30 Histoire de la famille. Mondes lointains, mondes anciens, direction G. Duby et Cl. Levi-Strauss, A (...)
  • 31 Histoire de la vie privée, direction G. Duby et Ph. Aries, 5 vol., t. 1 : De l’Empire Romain à l’A (...)
  • 32 D. Barthélemy, op. cit. note précédente, t. 2, p. 96-160.
  • 33 S. D. White, « “Pactum… Legem vincit et amor judicium”, The settlement of disputes by compromise i (...)
  • 34 Supra note 13.
  • 35 « Les usages de la biographie », article d’ouverture du numéro 6 de la Revue Annales ESC, 1989, et (...)

14C’est le moment où sortent les volumes collectifs sur l’histoire de la famille30 et de la vie privée31. Ils se présentent comme un bilan provisoire des nouvelles orientations dans une perspective de longue durée. Ainsi de la fonction sociale des laudationes parentum32 réévaluée un peu plus tôt par Stephen White à propos de dossiers de la France de l’Ouest33. Arrêtons-nous sur ces reconnaissances de donations pieuses si familières aux médiévistes de tous horizons. Au premier abord, les réunions de laïcs apparentés sont suscitées par l’Église soucieuse de rappeler ses droits sur des biens précédemment offerts en aumônes, prétexte pour les descendants des donateurs d’arracher périodiquement quelques deniers aux donataires, mais elles ne se limitent pas à cet aspect visible. Tenues lors d’un changement de situation dans la disposition des pouvoirs, les réunions de parents, « conjoncturelles » comme les qualifiait Pierre Toubert34, permettent d’exercer une mémoire lignagère oublieuse tout en réévaluant les positions respectives des puissances et des individus dans le dispositif patrimonial commun. De même, les petites transactions permettant de vendre, transmettre, échanger ou hypothéquer, ou les dons princiers à l’Église, apparaissent comme l’occasion de situer chacun des protagonistes à sa place dans le groupe en redéfinissant les rapports de force lorsque des personnalités – un abbé, un comte, un chef de maison castrale – disparaissent et que d’autres leur succèdent. Comme il importe alors de nommer chacun de ceux qui sont concernés par la transaction, des groupes solidaires se dessinent ainsi que des hiérarchies. Ces déplacements menus forment le mouvement même d’une microhistoire célébrée un peu plus tard, en 1989, par Giovani Levi, historien italien de la période moderne dont des médiévistes intègrent aussitôt la démarche prosopographique35. Au cours de ces années le tournant est pris, les historiens s’intéressent désormais aux mécanismes dissimulés grâce auxquels se fait et défait le lien social.

  • 36 Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Étude d’anthroponymie médiévale, Ie et IIe rencontres (...)

15La décennie 1980-1990 est donc une période d’effervescence où se multiplient les approches. C’est le moment où Monique Bourin lance un groupe de recherches, dit Groupe d’Azay, sur le thème de l’anthroponymie – dix années de rencontres périodiques à partir d’une grille d’analyse commune36. Les apports de l’archéologie méridionale ne sont pas moindres que ceux de l’anthroponymie pour une enquête sur la parenté, les archéologues associant plus étroitement que leurs prédécesseurs le texte et le terrain dans leurs enquêtes sur le castrum, la maison et la vie quotidienne. Nous allons y revenir.

3. Le champ méridional (1990-2000)

  • 37 Pour le Languedoc, pendant la période étudiée ici, citons entre autres les thèses de Dominique Bau (...)
  • 38 Autour de Pierre Bonnassie, Monique Bourin, Aymat Catafau, Michel Fixot, Élisabeth Zadora-Rio, une (...)
  • 39 Cas d’une initiative récente visant à réunir des médiévistes de tous horizons sur le thème des tra (...)

16Qu’il s’agisse d’études globales ou plus spécifiquement centrées sur la parenté, ce qui est déjà en soi une nouveauté, les travaux de Méridionalistes – historiens et archéologues explorant la phase de transition à la féodalité – font progresser la problématique du thème. Sont plus précisément concernées les questions du peuplement, de l’habitat37, de la vie privée, de la distribution spatiale des éléments constitutifs de la seigneurie (entre les espaces sacrés et laïques notamment)38, et, enfin, de l’organisation interne de la parenté elle-même qui commence à susciter, comme il en était pour l’anthroponymie, des rencontres thématiques39.

  • 40 Les Cartulaires (dir. O. Guyotjeannin), Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 39, École de (...)

17L’entrée en force des archéologues dans le champ historien incite à de nouvelles interprétations des textes. En confrontant ces derniers avec les enseignements des fouilles, ils soulignent certaines incohérences des sources écrites. Par ailleurs, l’intérêt des archéologues pour la période préféodale déplace les points de vue : entreprises dans la longue durée, les fouilles marquent la fin du règne de l’An Mil qui ne constitue plus la balise chronologique inébranlable à partir de quoi se définirait l’absolu d’un « avant » et d’un « après ». Comme cette conception résiste malgré tout, on relève dans leurs travaux des contradictions entre un état des lieux qui va dans le sens d’une transition prolongée et le commentaire général qui colle souvent à la leçon du schéma consensuel. Quoi qu’il en soit, la démarche est nouvelle et coïncide avec un courant plus récent encore qui invite à étudier le contexte de rédaction des cartulaires constituant l’essentiel de la documentation, au moins pour la France méridionale au cours de la période qui nous occupe ici. Ceux qui l’animent ne sont certes pas les premiers à attirer l’attention sur le savoir-faire des rédacteurs du xie siècle se livrant selon la nécessité de la commande qui leur était faite à des exercices de falsification – ils étaient dénoncés par les érudits dès le xixe siècle –, mais cette relecture critique des sources écrites est aujourd’hui plus méthodique40.

  • 41 C. Lauranson-Rosaz : supra note 2 et L’Auvergne et ses marges (Velay et Gévaudan), du viiie au xie(...)
  • 42 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente, xe-xiie siècle, Paris, Picard, 1984.

18Sans pouvoir citer tous les auteurs de monographies et en se limitant à la Francia méridionale et à la péninsule ibérique, voici pour la décennie 1980-1990 quelques-uns de ceux qui ont enrichi le thème de la parenté aristocratique envisagée au cours de la phase de transition à la féodalité. L’un des tous premiers, l’historien du droit Christian Lauranson-Rosaz, défend avec fougue la thèse de la « révolution féodale ». Son étude sur l’Auvergne et les articles ayant suivi soulèvent la question des « réminiscences de la romanité » dans la formation de l’aristocratie carolingienne et post-carolingienne méridionale41. Le groupe nobiliaire y est considéré dans la longue durée. Si les structures familiales ne sont pas abordées pour elles-mêmes, l’analyse anthroponymique, la démarche généalogique en faisceau (avec la reconstitution de lignées princières et châtelaines) ainsi que la volonté de conduire l’étude de part et d’autre de l’An Mil nourrissent un solide dossier familial. Peu de temps auparavant ce projet prosopographique et généalogique était vigoureusement conduit par un autre Méridionaliste trop tôt disparu, André Debord, dans l’analyse de la société laïque des pays de la Charente autour de 100042.

  • 43 M. Aurell i Cardona, « La détérioration du statut de la femme aristocratique en Provence (xe-xiiie(...)
  • 44 « Jalons pour une enquête sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans (ixe-xie s.) », Sym (...)

19Avec une même conception de la transition, Martin Aurell a centré ses recherches sur le thème de la parenté. Après des travaux sur la famille aristocratique en Provence43, deux études parues au début de la décennie 1990 annoncent sa grande synthèse sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans44. Le Moyen Âge méridional est moins mâle qu’il n’y paraît, idée précédemment défendue par Pierre Bonnassie. Pour analyser les enjeux politiques des mariages comtaux, Martin Aurell use de notions anthropologiques dont nous venons de voir qu’elles faisaient recette dans notre discipline depuis les années 1980 au moins. Les concepts de « proximité » et d’« éloignement » lui permettent de juger du degré de consanguinité dans les unions, ceux d’« hyper- », « hypo- » et « isogamie », de situer l’époux ou l’épouse dans la hiérarchie sociale, il est aussi question de « mariage endogamique » ou « exogamique » pour référer à l’aire matrimoniale. Il voit la période 870-1120 découpée en trois séquences. Entre 870 et 930, dans la première phase d’un monde clos, du mariage consanguin, du mariage proche, la haute aristocratie conjugue des pratiques d’endogamie, d’isogamie et de proximité correspondant à l’organisation de la parenté en cousinage. Entre 930 et 1050, seconde phase qui nous intéresse plus particulièrement ici, il observe un mariage ouvert : les comtes devant trouver des épouses et des brus au-delà du septième degré de leur parentèle vont les chercher loin de leur cercle familier ; la conjugaison des pratiques de l’exogamie et de l’hypergamie présentent pour la puissance des princes catalans les avantages suivants : d’abord les contacts extérieurs (exogamie) favorisent leur expansionnisme, ensuite le fait de donner leurs filles aux vassaux (hypergamie masculine) permet de calmer les velléités de révolte de l’aristocratie locale en insérant la future belle-famille dans leur réseau de clientèle et de fidélité. Pendant la troisième phase, 1050-1120, l’expansionnisme barcelonais bat son plein avec un mariage conquérant, une politique comtale rassembleuse de terres, de dots et de douaires.

  • 45 P. M. Sopena, « Relations de parenté et héritage wisigothique dans l’aristocratie du royaume de Le (...)
  • 46 Cas notamment d’Huguette Taviani, La principauté lombarde de Salerne. Pouvoir et société en Italie (...)
  • 47 André Debord (supra note 42), C. Lauranson (supra note 41), H. Débax, « Stratégies matrimoniales d (...)
  • 48 Martin Aurell (supra notes 43 et 44).
  • 49 Article cité supra note 45 ; (p. 316) : « D’un point de vue général, les différents descendants d’ (...)
  • 50 Supra note 17.
  • 51 Ce qui va à l’encontre des propositions de Georges Duby pour l’aristocratie septentrionale.
  • 52 Lluis To Figueras, Familia i hereu a la Catalunya nord-oriental (segles X-XII), Biblioteca Abat Ol (...)
  • 53 Juan José Larrea, La Navarre du ive au xiie siècle. Peuplement et société, Bibliothèque du Moyen  (...)
  • 54 José Mattoso, A Nobreza Medieval Portuguesa. A familia e o poder, Lisboa, ed. Estampa, 1981, 2e ed (...)

20À peu près au même moment, Pascual Martinez Sopena, historien du León, fait paraître un article en langue française dans lequel il invite à repérer les parentèles et la géographie de leurs domaines (parentèles des magnates et des infanzones)45. Cet effort d’identification par l’exercice prosopographique et généalogique est partagé par des historiens de l’Italie46, de la France méridionale47 et de l’Espagne48. Il s’agit en fait de créer une métasource à partir de laquelle raisonner sur la structuration lignagère et sur les pratiques successorales et matrimoniales devient vraiment possible. Pascual Martinez Sopena s’intéresse à la dynamique des héritages et à la structure du patrimoine aristocratique, distinguant la part tenue en commun par le groupe de celle qui est redistribuée en portions49, ce qui était, nous l’avons vu, la question posée plus tôt par Cinzio Violante à propos de l’Italie centrale et septentrionale50. Comme d’autres historiens de l’Espagne et de la Gothie, l’auteur insiste sur l’empreinte du legs wisigothique dans les régimes matrimonial et successoral du León. Retenons l’idée de l’indépendance des patrimoines paternel et maternel, source de relations constantes entre chaque conjoint et sa famille par le sang, ce qui induit, d’abord cette intéressante hypothèse selon laquelle l’épouse conserverait un lien fort avec la famille d’origine51, vérifiée aussi dans la Francia du Sud, ensuite le fait que les parents héritent souvent de leurs enfants, enfin la capacité des collatéraux à hériter. Dans le León, comme dans la Catalogne décrite par un autre historien de la parenté à part entière, Lluis To Figueras52, la loi wisigothique préconise le partage égal entre les enfants. Elle offre aussi la possibilité de favoriser l’un d’entre eux par amélioration (melioratio, meliorantia), cette meilleure part pouvant atteindre le tiers sans que cela signifie pour autant primogéniture ou masculinité. Pascual Martinez Sopena décrit deux procédés dont il montre qu’ils peuvent se combiner. Le premier est le système des divisas et portiones, pratique qui permet l’attribution de chacune des quotes-parts aux enfants dans les lieux où l’un des deux parents a ses biens et ses droits. Était-il virtuel ? La question renvoie aux modalités concrètes de l’indivision sur lesquelles notre documentation fournit peu de précisions. Il semble que dans le León le partage n’ait été effectif que pour certaines parties de la propriété familiale, d’autres secteurs restant intouchables – cas des monastères familiaux souvent placés sous le contrôle d’une domina et qui recueillent les parents âgés ou désavantagés. Le second procédé du partage est celui, évidemment plus radical, de la division. Le colmellum divisionis constitue des lots équivalents, par exemple des villae tirées au sort, ce qui suppose le haut niveau social des individus concernés. Les mêmes solutions que dans la Catalogne et le Languedoc règlent la question des honores et des titres – les fils d’un comte portent le titre comtal simultanément mais la situation commence à changer au milieu du xie siècle, un seul d’entre eux en étant décoré. L’auteur évoque aussi la possibilité en l’absence d’héritiers directs et en raison de la libre disposition de certains biens, d’offrir à l’Église, pratique à l’origine de la formidable accumulation de biens entre ses mains. Dans le contexte du resserrement des liens de parenté à la fin du xie siècle, les parentèles réagissent souvent violemment. Ainsi, vers 1045, la comtesse Sancha Muniz qui avait légué tous ses biens à la cathédrale de León fut assassinée par l’un de ses neveux. Signalons pour boucler ce rapide tour de la péninsule ibérique, les pages que Juan José Larrea consacre aux pratiques successorales aristocratiques dans la Navarre préféodale et féodale53, ainsi que les travaux de José Mattoso sur la noblesse portugaise aux xie et xiie siècles54.

  • 55 Sur la méthode, C. Duhamel-Amado, « Construire une généalogie : faire flèche de tout bois », Le mé (...)
  • 56 Selon la définition donnée dans Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986.

21Au cours de cette décennie 1990-2000, qu’en est-il pour la Francia méridionale ? J’ai pour ma part tenté d’analyser le processus de formation de l’aristocratie languedocienne envisagée à tous ses niveaux de stratification, à partir du xe siècle, m’appuyant sur la metasource constituée au terme d’une longue démarche prosopographique et généalogique55, entendant la prosopographie comme « la collection et le relevé de toutes les personnes d’un cercle de vie délimité dans le temps et dans l’espace »56. Mes hypothèses vont dans le sens d’ajustements entre les pratiques anciennes et nouvelles au cours de la phase de transition à la féodalité. Soudée par des relations de parenté selon une structure lâche, la nébuleuse de parents commence à se fixer dans des lignées durables avant la fin du xe siècle. Au xie siècle, une structure nouvelle, le lignage, présente primitivement une forme arborescente qui prolonge pendant presque tout le siècle des principes anciens d’organisation puisque les droits des filles et ceux des cadets et des puînés sont préservés. Le compromis fragilise la seigneurie menacée d’implosion à l’approche du xiie siècle. Des solutions freinent alors provisoirement la désagrégation du patrimoine lignager parmi lesquelles figurent la substitution d’héritiers, les procédés d’indivision, la garde tournante des honneurs. Au cours des quelques décennies pendant les lesquelles coexistent d’anciennes et de nouvelles légitimités, réussites et échecs constituent le destin des membres de l’aristocratie. Selon la place qu’ils occupent par rapport aux pouvoirs princiers et épiscopaux, certains individus de la nébuleuse parentale se servent plus aisément que d’autres des nouvelles structures qu’ils contribuent à façonner, afin d’asseoir leur puissance et de résoudre des conflits infralignagers. Ces destins individuels se laissent saisir dans les procès et réparations qui jalonnent la période 1050-1130. Sous la pression de la féodalité, c’est-à-dire après 1070, la seigneurie se transforme et les pouvoirs tendent à la concentration. Des facteurs externes appuient l’évolution, parmi lesquels l’ouverture sur l’espace politique et de nouvelles façons de gérer. La transformation du profil lignager soutient la conversion de la seigneurie en un organisme économiquement plus performant, à l’exemple du modèle animé par les milieux épiscopaux et quelques princes influencés par les comtes catalans, tels les seigneurs de Montpellier. Au xiie siècle, un nouveau modèle lignager marqué par le net resserrement autour de l’aîné, un garçon, tend alors à s’imposer mais ne gagne pas tout le massif aristocratique – il est dans un premier temps la signature des familles baronales détentrices des mines et des péages. La seigneurie castrale et le lignage paraissent avoir généralement précédé de plus d’un demi-siècle l’adoption des institutions féodo-vassaliques empruntées à la Catalogne, ce qui change le point de vue sur la transition. La réminiscence de la romanité, comme dans l’Auvergne, le poids de la loi wisigothique, comme dans l’Espagne chrétienne, pèsent sur la restructuration de la famille du Midi occidental, expliquant cette structure arborescente du jeune lignage où les lignées secondaires restent arrimées à la souche principale tandis que les filles ont accès à l’honneur.

  • 57 E. Magnani-Soares, « Douaire, dot, héritage : la femme aristocratique et le patrimoine familial en (...)
  • 58 Code de Justinien, 6, 20, 30.
  • 59 Les principes du droit romain renaissant sont compilés dans Lo Codi rédigé en Arles vers 1149, qui (...)
  • 60 Supra note 57.
  • 61 Supra note 43.

22C’est ce que montre Eliana Magnani à propos de l’aristocratie provençale et du statut des femmes57. L’auteur part des notions juridiques d’héritage, de dot et de douaire pour évaluer leurs droits sur le patrimoine entre 950 et 1050. Les transferts patrimoniaux résultent de la fusion des traditions romaine et germanique. Comme dans le Latium, la Catalogne ou le Languedoc, les donations parentale et maritale ne donnent pas lieu à des contrats écrits, une donation simple entre vifs ayant sans doute suffi à les établir. Pour les exhumer malgré tout, Eliana Magnani opère par recoupement d’indices. La masse des biens du couple (biens maritaux, douaire et dot) lui paraît être considérée comme un tout et administrée comme tel. Commençons par la donation maritale. Avant 1000, le douaire au moment du veuvage ne retournait pas forcément à la famille du mari ou des héritiers, d’où les cas de donations du mari à l’Église avec clause d’usufruit en faveur de l’épouse survivante. Nous avons vu que le douaire languedocien portait sur la moitié des biens de l’époux, la proportion est moins nettement signifiée à l’est du Rhône mais les droits de moitié sur les acquêts provençaux pourrait indiquer une similitude. L’auteur souligne la fonction régulatrice de la donatio pro remedio anima : donner le douaire évite les conflits liés à la transmission aux proches. Qu’en est-il de la donation parentale ? Avant et autour de 1000, l’héritage et la dot – plus tard, comme à l’ouest du Rhône, ils se confondront – sont indirectement connus par les dons. Mariées ou pas, les filles héritent – la tradition antique accordait aux enfants des deux sexes les mêmes droits à recueillir le patrimoine des parents –, et la fille mariée paraît disposer de son héritage hors du contrôle de l’époux, ce qu’induisent les donations pour l’âme effectuées sans sa présence. Comme dans le bas-Languedoc et la Catalogne, les stratégies familiales liées à la naissance de la seigneurie urbaine et castrale transforment les pratiques au cours de la première moitié du xie siècle. Elles vont dans le sens d’une dévalorisation du statut des femmes, avec une tendance, après 1050, à l’exhérédation des filles dotées. L’auteur rappelle que cette exclusion est une disposition juridique dont les origines barbares et romaines sont anciennes58. En fait, deux systèmes coexistent tout au long du xie siècle et au siècle suivant59. Dans l’article qu’Eliana Magnani publie dans les Actes du congrès sur saint Maïeul60, l’autonomie féminine, à la fin du xe siècle et au début du xie, est évaluée sous l’angle de la dévotion. Le dossier provençal permet de déceler l’orientation des choix vers les sanctuaires d’élection du lignage d’origine ou du lignage d’accueil. À l’instar de Martin Aurell dans son article sur la détérioration du statut de la femme61, elle insiste sur le moment fort que constitue l’An Mil pour la dévotion féminine. Reste que les choix des femmes sont limités par le poids de la parenté et des stratégies familiales : rareté des monastères féminins, instabilité des communautés féminines soumises à la tutelle des évêques et des abbés, refuge dans le statut mal défini des Deo devota.

CONCLUSION

23Comme il a été d’ailleurs maintes fois rappelé dans ces pages, il convient de se dégager de la butée de l’An Mil et se demander si les changements affectant la société n’auraient pas commencé plus tôt ainsi que le suggèrent des spécialistes du haut Moyen Âge.

24Que retenir à ce propos des trente années d’historiographie de la parenté saisie entre 950 et 1070, dans l’espace méridional – plus particulièrement dans la Francia du sud, Languedoc et Provence, et dans l’Espagne chrétienne ? Les historiens de cette période et de ces contrées ont cherché à identifier des étapes dans le déroulement du processus de transition à la féodalité, faisant subir des inflexions au schéma de la transition hérité des pionniers des Annales. Pendant la période étudiée, de nouvelles pratiques successorales et matrimoniales pourraient bien s’être substituées aux anciennes sans brutales ruptures. Les alleutiers fortunés du Languedoc et de la Provence, sans doute aussi nombre de ceux de l’Espagne du Nord ou de l’Italie, paraissent avoir prorogé jusqu’à la Réforme grégorienne un régime successoral ancien nourrissant toute la fratrie y compris sa partie féminine. Le décalage chronologique – un demi siècle ou plus – entre l’installation de la seigneurie castrale et du lignage et l’application d’institutions féodo-vassaliques bien articulées pourrait expliquer cette « viscosité » des pratiques familiales liées à la transmission et à l’alliance.

25La confrontation entre les deux modèles opposés de la transition, l’un décrit comme une révolution, l’autre comme un processus d’ajustements progressifs, a perdu de sa virulence première par intégration d’arguments respectifs et d’éléments nouveaux versés au dossier. Nous sommes à cet égard redevables tant aux archéologues qu’aux anthropologues offrant leurs outils théoriques, mais nous le devons aussi aux avancées des auteurs de monographies régionales.

26Il est nécessaire d’ouvrir encore l’éventail des cas d’espèce pour parvenir à de futures synthèses sur les pratiques méridionales de la parenté, car les résultats sur lesquels nous nous appuyons aujourd’hui concernent encore trop massivement les familles princières et baronnales. Parmi les recherches à venir, restent en effet à l’état de friche les enquêtes sur la moyenne et la petite aristocratie, à conduire à partir d’une démarche prosopographique et généalogique qui ne devrait pas se limiter à l’exhumation de cas isolés. C’est au prix d’une reconstitution de la structure en réseaux des familles nobiliaires qu’il sera possible de dégager des pratiques matrimoniales et testamentaires différenciées selon les niveaux de stratification du groupe. Il n’est pas hasardeux d’affirmer que l’adoption de nouveaux comportements conduisant au resserrement lignager fut d’abord initié au plus haut niveau de la société nobiliaire, celui des comtes et vicomtes et de quelques puissants « barons ».

27Une telle démarche attentive aux variations permettrait d’échapper aussi au piège de l’inversion quasi mécanique des pratiques et des valeurs : itinérance/ouverture du champ d’action, sédentarisation/fermeture du champ, cognatisme/agnatisme, structure horizontale de la Sippe/structure verticale du patrilignage (caractérisé par la primogéniture, l’aînesse, la patrilinarité et l’agnatisme, l’ancrage dans un château, la cristallisation sur un domaine), paix royale/violence lignagère…, la possibilité d’une coexistence des comportements étant donc à envisager. Consubstantielle à toute recherche historique, la question du passage du cas au modèle est à nouveau posée.

Notes

1 Titre d’une discussion à propos du changement social entre B. Lepetit et G. Bois, dans Médiévales, 21, 1991.

2 Le bilan le plus complet au moment où paraissent les Actes de ce colloque est dû à C. Lauranson-Rosaz, « Le débat sur la “mutation féodale” : état de la question », Europe around the year 1000, ed. P. Urbanczyk, Warsaw, 2001, p. 11-40. À la suite de S. Carocci (« Signoria rurale e mutazione feudale, una discussione », Storica, 1997, p. 49-91), il fait remarquer que le vocable « mutationniste » est créé « de l’extérieur » par Dominique Barthélemy, champion de la thèse opposée.

3 Pour ce modèle et les modalités de passage du cousinage au lignage dans l’Occident chrétien, M. Aurell, « La parenté en l’An Mil », Cahiers de Civilisation Médiévale, 170, avril 2000, p. 125 et ss.

4 D. Barthélemy, La mutation de l’an Mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des xie et xiie siècles, Fayard, Paris, 1997. C. Duhamel-Amado, Genèse des lignages méridionaux, t. 1, L’aristocratie languedocienne du xe au xiie siècle, cnrs-Univ. Toulouse-Le Mirail, 2001 (sur les chevaliers, p. 317-320).

5 K. F. Werner, parmi les nombreux titres, infra note 16 et Structures politiques du monde franc (vie-xiie siècle). Études sur les origines de la France et de l’Allemagne, Londres, Variorum, 1979.

6 D. Barthélemy, « Que faut-il préférer au “mutationnisme” ? ou le problème du changement social », Revue historique de droit français et étranger, 1994, 72, p. 401-412 ; « Encore le débat sur l’an mil ! », Revue historique de droit français et étranger, 1995, 73, p. 349-362 ; « Debate the “feudal revolution” », Past and Present, 1996, 152, p. 196-205 ; La mutation de l’an Mil…, 1997 (supra note 4).

7 R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995.

8 C. Duhamel-Amado, supra note 4. G. Langlois, « Diversité des pratiques familiales et patrimoniales. L’exemple de quelques familles aristocratiques de Languedoc », Hommage à Pierre Bonnassie (éd. H. Débax), Toulouse, 1999, p. 375-383.

9 En témoigne, entre autres, le numéro spécial qu’Annales esc consacre à la parenté : Famille et société, juillet-oct. 1972, 4-5.

10 Entre 1973 et 1974, sept séances de son séminaire sont consacrées à la présentation de l’enquête à venir. Intitulée « Structures familiales et sexualité dans la chrétienté latine du xe au xiie siècle », elle porte sur trois questions : les morts – la mémoire des morts –, le mariage, la femme. Après 1980, lancé dans deux directions – la condition et la sainteté féminines –, le thème des femmes se dégage du triptyque pour occuper le devant de la scène.

11 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine (viiie-fin xiie siècle), École française de Rome, 1973.

12 La question de la mulier lombarda constitue une annexe.

13 Op. cit. note 11, p. 710-711 : « Tout incline au contraire à considérer, dès les viie-ixe siècles, la famille conjugale comme la seule structure fondamentale et à voir dans les familles plus étendues dont les textes nous offrent parfois l’image, soit des agrégats informes et instables de familles étroites déjà structurées par le mariage (“joint family”), soit des familles conjugales occasionnellement élargies sur leurs marges par l’accueil d’ascendants, d’enfants adultes, voire dans les cas extrêmes, de collatéraux veufs ou célibataires. En d’autres termes, la prétendue “famille patriarcale” serait affaire de situations-limite, plus ou moins fréquentes selon les époques, la famille conjugale, cellule vivante organisée autour du couple marié, formant de bout en bout de notre époque la seule vraie structure élémentaire que l’on puisse définir. »

14 La Catalogne du milieu du xe à la fin du xie siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse-le Mirail, 2 vol., 1976.

15 Famille et parenté dans l’Occident Médiéval, sous la direction de G. Duby et J. Le Goff, École française de Rome, 1977.

16 K. F. Werner, « Liens de parenté et noms de personne : un problème historique et méthodologique », op. cit. supra, p. 13-18, 25-40.

17 C. Violante, « Quelques caractéristiques des structures familiales en Lombardie, Émilie et Toscane aux xie et xiie siècles », op. cit. supra note 15, p. 87-151.

18 G. Tabacco, « Le rapport de parenté comme instrument de domination consortiale : quelques exemples piémontais », op. cit. supra note 15, p. 153-158.

19 G. Rossetti, « Histoire familiale et structures sociales et politiques à Pise aux xie et xiie siècles », op. cit. supra note 15, p. 159-180.

20 Infra note 45.

21 Supra n. 18.

22 Le mariage dans la société du haut Moyen Âge, discours inaugural de G. Duby, 24e SSAM Spoleto 1976, Presso la Sede del Centro, 1977.

23 J. E. Ruiz Doménec, « Système de parenté et théorie de l’alliance dans la société catalane (env. 1000-env. 1240) », Revue Historique, 1979, 532, p. 305-326. À Barcelone, en 1984, paraissait L’estructura feudal : sistema de parentiu i teoria de l’aliança en la societat catalana (c. 980-c. 1220).

24 La thèse d’É. Magnou-Nortier (La société laïque et l’Église dans la Province ecclésiastique de Narbonne. Fin viiie-fin xie s., Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1974) contient quelques pages sur l’anthroponymie et avance des hypothèses sur le rattachement de lignées seigneuriales aux souches princières. En 1979, dans la thèse qu’elle soutient sur les villages du bas-Languedoc, (Villages médiévaux en Bas-Languedoc. : genèse d’une sociabilité (xe-xive siècle), t. 1, Du château au village (xe-xiie siècle), t. 2, La démocratie au village (xiiie-xive siècle), Paris, L’Harmattan, 1987), M. Bourin propose des outils d’analyse pour une étude à venir des structures familiales aristocratiques, puisque défricher le champ du castrum revenait à préparer l’histoire du lignage participant à sa création.

25 Publié en 1977, supra note 15.

26 Dans le cadre de la Formation à la Recherche en Anthropologie (fra), sous l’égide du cnrs et à l’intention de chercheurs, historiens notamment, Françoise Héritier et Simone Dreyfus dirigent à Grenoble une école d’été qui est une initiation aux notions d’hyper- et d’hypogamie, de système dissymétrique de l’alliance, de cousins croisés et parallèles, d’échange indirect… Dans le prolongement de cette formation, S. Dreyfus élabore un glossaire intitulé : « Vocabulaire et concepts des études de parenté », paru dans l’édition française de l’ouvrage de Robin Fox (Anthropologie de la parenté. Une analyse de la consanguinité et de l’alliance, Les Essais clxvii, nrf Gallimard, 1972), voir p. 263-292.

27 A. Guerreau, « Sur les structures de parenté dans l’Europe médiévale », Annales esc, 1981, t. 36, p. 1028-1049.

28 A. Guerreau, « La parenté dans l’Europe médiévale et moderne : à propos d’une synthèse récente », L’Homme, avril-juin 1989, 29, p. 69-93.

29 J. Goody, Évolution de la famille et du mariage en Europe, préface de Georges Duby, A. Colin, Paris, 1985.

30 Histoire de la famille. Mondes lointains, mondes anciens, direction G. Duby et Cl. Levi-Strauss, A. Colin, Paris, 1986.

31 Histoire de la vie privée, direction G. Duby et Ph. Aries, 5 vol., t. 1 : De l’Empire Romain à l’An Mil. t. 2 : De l’Europe féodale à la Renaissance, Seuil, 1985 et 1986.

32 D. Barthélemy, op. cit. note précédente, t. 2, p. 96-160.

33 S. D. White, « “Pactum… Legem vincit et amor judicium”, The settlement of disputes by compromise in the Eleventh-century Western France », The American Journal of Legal History, v. XXII, 1978, p. 281-308 ; Custom, Kinship and Gifts to Saints. The « Laudatio parentum », in Western France, 1050-1150, Chapter Hill et Londres, The University of North Caroline Press, 1988 (Studies in Legal History).

34 Supra note 13.

35 « Les usages de la biographie », article d’ouverture du numéro 6 de la Revue Annales ESC, 1989, et surtout : Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Gallimard, 1989 (préface de J. Revel : « L’histoire au ras du sol »).

36 Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Étude d’anthroponymie médiévale, Ie et IIe rencontres - Azay-le-Ferron, (1986-1987), Tours, 1989, t. I ; Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Étude d’anthroponymie médiévale, IIIe et IVe rencontres, Azay-le-Ferron (1989-1990), Tours, 1992, t. II. Essayons de résumer ce qui concerne la période étudiée ici : la formation du lignage est liée à la révolution anthroponymique : au temps du cousinage (xe siècle) correspond une dénomination unique (Raimundus, Petrus, Pontius…). Le lignage introduit un patronyme familial – le deuxième élément du nom rattaché par la préposition de au premier est un surnom toponymique qui désigne la principale seigneurie : Raimundus de Melgoriis, à moins qu’il ne s’agisse du troisième élément : Pontius Raimundi de Melgoriis. De son côté, Michel Zimmermann apporte au même moment des réponses pour la Catalogne : « Les débuts de la “révolution anthroponymique” en Catalogne (xe-xiie siècles) », Cadres de vie et société dans le Midi médiéval, Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, janv.-juin 1990, t. 102, no 189-190, p. 289-308.

37 Pour le Languedoc, pendant la période étudiée ici, citons entre autres les thèses de Dominique Baudreu, André Boudarchouk, Jean-Pierre Cazes, Florent Hautefeuille, Nelly Pousthoumis, Laurent Schneider… Sur la maison languedocienne, se reporter à La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif Central (dir. M.-G. Colin, I. Darnas, N. Pousthomis, L. Schneider), Archéologie du Midi Médiéval, supplément no 1, Carcassonne, 1996. Voir aussi les études de Benoît Cursente sur le Languedoc et la Gascogne : « Castra et castelnaux dans le Midi de la France (xie-xve siècle) », Châteaux et peuplements en Europe Occidentale du xe au xviiie s., Flaran I, 1979, Auch, 1980, p. 31-55 ; « La société rurale gasconne au miroir des cartulaires (xie-xiie s.). Notables du fisc ou paysans ? », Villages et villageois au Moyen Âge, 21 Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Caen 1990, Paris, Publ. de la Sorbonne, 1992, p. 53-65 ; « La Gascogne », Sociétés méridionales autour de l’an Mil. Répertoire des sources et documents commentés (coordination M. Zimmermann), cnrs Editions, 1992, p. 259-293 ; Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xve), Toulouse, pum (collection Tempus), 1998.

38 Autour de Pierre Bonnassie, Monique Bourin, Aymat Catafau, Michel Fixot, Élisabeth Zadora-Rio, une génération d’archéologues-historiens restitue le rôle majeur des enclos ecclésiaux dans le processus de peuplement dans l’Espagne et la Francia du Sud. Il serait trop long d’énumérer ces travaux d’archéologues, notons pour l’impulsion de recherches sur l’occupation du sol dans l’espace méridional le rôle des rencontres organisées à l’initiative de l’École française de Rome et de la Casa Velàsquez, publiées sous le titre Castrum (notamment Castrum 2. Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens. Les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive (éd. G. Noyé), Collection École française de Rome, 105, Rome-Madrid, 1988).

39 Cas d’une initiative récente visant à réunir des médiévistes de tous horizons sur le thème des transferts patrimoniaux dans l’Europe Occidentale du viiie au xe siècle. Fruit d’une collaboration entre des historiens de l’École française de Rome (F. Bougard) et des universités de Lille III (R. Le Jan), de Padoue (C. La Rocca) et de Valenciennes (L Feller), trois tables-rondes ont été organisées. Tenue à Rome en mai 1999, sur le thème de la circulation des biens au sein de la famille, les Actes de la première ont été publiés : Les transferts patrimoniaux en Europe Occidentale, viiie-xe siècle (I), direction F. Bougard, Mélanges de l’École française de Rome M.A., 1999, t. 3, 2, p. 487-983. La seconde s’est tenue en mars 2000 à Lille III et Valenciennes sur le thème de la dot et de la donation parentale, Actes en cours de parution. La troisième a porté à l’automne 2002 sur l’héritage.

40 Les Cartulaires (dir. O. Guyotjeannin), Mémoires et Documents de l’École des Chartes, 39, École des Chartes, Paris, 1993. Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie s.), cths-Histoire, 2001.

41 C. Lauranson-Rosaz : supra note 2 et L’Auvergne et ses marges (Velay et Gévaudan), du viiie au xie siècle, Le Puy-en-Velay, Les Cahiers de la Haute-Loire, 1987.

42 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente, xe-xiie siècle, Paris, Picard, 1984.

43 M. Aurell i Cardona, « La détérioration du statut de la femme aristocratique en Provence (xe-xiiie siècles) », Moyen Âge, 1985, 4e série, t. 40, no 1, p. 5-32 ; Une famille de la noblesse provençale au Moyen Âge : les Porcelet, Aubanel, Archives du sud, 1986 ; « Le lignage aristocratique en Provence au xie siècle », Annales du Midi, avril-juin 1986, no 174, p. 149-163.

44 « Jalons pour une enquête sur les stratégies matrimoniales des comtes catalans (ixe-xie s.) », Symposium internacional sobre els origens de Catalunya (segles viii-xi), Barcelone, 1991 ; « Les avatars de la viduité princière : Ermessende (ca. 975-1058), comtesse de Barcelone », Veuves et veuvage dans le haut Moyen Âge (Études réunies par M. Parisse), Picard, 1993 ; Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

45 P. M. Sopena, « Relations de parenté et héritage wisigothique dans l’aristocratie du royaume de León au xie siècle », L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Madrid, 1992.

46 Cas notamment d’Huguette Taviani, La principauté lombarde de Salerne. Pouvoir et société en Italie lombarde méridionale (viiie-xie s.), Rome, Collection efr, 1992, 152.

47 André Debord (supra note 42), C. Lauranson (supra note 41), H. Débax, « Stratégies matrimoniales des comtes de Toulouse (850-1270) », Annales du Midi, avril-juin 1988, t. 100, 182, p. 131-151 ; T. Stasser, « La maison vicomtale de Narbonne aux xe et xie siècles », Généalogies méridionales, Annales du Midi, oct.-déc. 1993, t. 105, 204, p. 489-507 ; M. De Framond, « La succession des comtes de Toulouse autour de l’an mil, reconsidérations (940-1030) », ibid. p. 461-488 ; C. Duhamel-Amado (supra note 4, infra note 55).

48 Martin Aurell (supra notes 43 et 44).

49 Article cité supra note 45 ; (p. 316) : « D’un point de vue général, les différents descendants d’un ancêtre commun coexistent comme propriétaires dans un noyau fondamental de villages, et l’on peut même percevoir, au niveau de la microanalyse, la contiguïté des parcelles entre des parents plus ou moins proches. […] témoignages sur l’unité ancienne des domaines et sur l’histoire complexe de leur fragmentation à travers les générations d’héritiers. »

50 Supra note 17.

51 Ce qui va à l’encontre des propositions de Georges Duby pour l’aristocratie septentrionale.

52 Lluis To Figueras, Familia i hereu a la Catalunya nord-oriental (segles X-XII), Biblioteca Abat Oliba, Publications de l’Abadia de Montserrat, 1997 (voir notamment le chapitre VI concernant la noblesse).

53 Juan José Larrea, La Navarre du ive au xiie siècle. Peuplement et société, Bibliothèque du Moyen Âge 14, De Boeck Université, 1998 (chapitre 7, p. 281-301, chapitre 12, p. 433-456).

54 José Mattoso, A Nobreza Medieval Portuguesa. A familia e o poder, Lisboa, ed. Estampa, 1981, 2e ed. ibid., 1987 ; Ricos-homens, Infançoes e Cavaleiros. A Nobreza Mediaval Portuguesa nos Séculos xi e xii, Lisboa, Guimaraes ed. 1982, 2e ed. ibid., 1985.

55 Sur la méthode, C. Duhamel-Amado, « Construire une généalogie : faire flèche de tout bois », Le médiéviste et l’Ordinateur, direction M. Bourin, irht Paris, 1997, 36, p. 4-11. Outre la thèse soutenue en 1995, publiée en 2001 (supra note 4), quelques titres annonçant ce travail de synthèse sur la famille languedocienne : « Les pouvoirs et les parents autour de Béziers (980-1100) », Cadre de vie et société dans le Midi Médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, janv.-juin 1989, 189-190, p. 309-318 ; « Pouvoirs et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterrois au xe siècle », La Catalogne et la France Méridionale autour de l’An Mil, (direction X. Barral i Altet, D. Iogna Prat, A.M. Mundo, J.M. Salrach, M. Zimmermann), Generalitat de Catalunya, Departament de Cultura, Barcelona, 1991, p. 160-173 ; « Femmes entre elles. Filles et épouses languedociennes (xie-xiie s.) », Femmes. Mariages-Lignages xiie-xive s., Mélanges offerts à Georges Duby, Bibliothèque du Moyen Âge 1, De Boeck Université, 1992, p. 125-155 ; « Poids de l’aristocratie d’origine wisigothique et genèse de la noblesse septimanienne », L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Rencontres de la Casa de Velásquez, Madrid, 1992, p. 81-99.

56 Selon la définition donnée dans Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, 1986.

57 E. Magnani-Soares, « Douaire, dot, héritage : la femme aristocratique et le patrimoine familial en Provence », Provence historique, 184, 1996, p. 193-209 ; « La dévotion féminine en Provence (fin xe et xie siècles) », Actes du Congrès Saint Maïeul et son temps, Valensole 1994, Digne-les-Bains, 1997, p. 67-97.

58 Code de Justinien, 6, 20, 30.

59 Les principes du droit romain renaissant sont compilés dans Lo Codi rédigé en Arles vers 1149, qui stipule l’égalité des filles et des fils à la succession, y compris des filles dotées qui devaient rapporter leur dot à la masse héréditaire.

60 Supra note 57.

61 Supra note 43.

© Presses universitaires du Midi, 2004

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search