Version classiqueVersion mobile

Les inégalités sociales de santé au Québec

 | 
Katherine Frohlich
, 
Maria De Koninck
, 
Andrée Demers
, 
et al.

II. Théories et méthodes

II. Théories et méthodes

Texte intégral

1Malgré le rôle manifeste des dimensions sociales dans l’apparition des inégalités de santé et de bien-être, les outils théoriques et méthodologiques qui permettraient de mieux en comprendre les ressorts sont encore trop méconnus et peu utilisés, notamment par les acteurs de la santé publique. Les mécanismes par lesquels le social affecte la santé sont complexes, agissant à différents niveaux (individus, communautés, populations), et entrant en interaction avec les autres déterminants de la santé (comportements, psychologie, environnement, biologie et structure des systèmes de santé). De plus, ces mécanismes ont généralement un effet cumulatif, et différé dans le temps.

2Cette section présente l’apport de différents concepts et théories du social pour la compréhension des inégalités sociales de santé. Certains auteurs abordent la question dans une perspective disciplinaire large (sociologie, anthropologie), d’autres éclairent certains concepts porteurs (capital social, habitudes de vie collectives, neurobiologie), quand d’autres, enfin, se concentreront sur des approches théoriques et méthodologiques spécifiques (parcours de vie, analyses multiniveaux).

3Les premiers chapitres de cette section adoptent une perspective sociologique ou anthropologique. McAll estime que deux types de rapports inégalitaires, l’appropriation des ressources et l’appropriation des personnes, jouent un rôle crucial. Bibeau et Fortin explorent dans une approche anthropologique des « liaisons-déliaisons » l’importance de la mise en contexte de la souffrance sociale individuelle pour comprendre l’étiologie des inégalités sociales de santé. Ils soulignent l’apport essentiel des politiques économiques gouvernementales pour l’avancement de l’équité sociale. Finalement Frohlich, Corin et Potvin explorent l’utilité de la théorie de la pratique pour comprendre sociologiquement, à travers la notion d’habitudes de vie collectives, comment les inégalités sociales de santé font jour au sein d’une population.

4Frohlich et collègues développent un cadre théorique qui explore le rôle des ressources, des règles et des diverses formes de capitaux pour conceptualiser les « effets de quartiers ». En se penchant plus spécifiquement sur le capital social, Bouchard montre l’intérêt de cette notion pour mieux saisir comment les inégalités sociales de santé sont créées. Roy décrit certains aspects neurobiologiques à l’œuvre dans la création et la perception des inégalités en santé.

5Enfin, les chapitres de Quesnel-Vallée et de Gauvin et Dassa décrivent deux approches conceptuelles et méthodologiques qui marquent les recherches actuelles, l’approche des parcours de vie et l’analyse multiniveaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search