Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Les auteurs

Texte intégral

1Monica Barsi est professeure agrégée au Dipartimento di Scienze del Linguaggio e Letterature Straniere Comparate de l’Università degli Studi di Milano, en Italie. Elle a publié en 2005, avec M. C. Rizzardi, Metodi in classe per insegnare la lingua straniera (Milan, Led, 2005).

2Henri Béjoint est professeur à l’Université de Lyon. Il est l’auteur de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, ainsi que de plusieurs livres, dont Modern Lexicography. An Introduction (Oxford University Press, 2001). Il a été vice-président, puis président d’EURALEX, et vice-président de l’Université Lyon 2 de 1996 à 2006. Il est actuellement directeur du Centre de recherche en terminologie et traduction de Lyon.

3Cristina Brancaglion est chercheuse en langue et linguistique françaises depuis 2002 et travaille au Dipartimento di Scienze del Linguaggio e Letterature Straniere Comparate de l’Università degli Studi di Milano, en Italie. Elle est secrétaire de rédaction de la revue Ponti/Ponts, spécialement consacrée au domaine francophone, et coordonnatrice de la section bibliographique concernant les études linguistiques pour le même périodique.

4Hélène Cajolet-Laganière est professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke. Elle a été, de 1972 à 1990, responsable du Bureau de l’Office de la langue française de l’Estrie et chef du Service des linguistes des bureaux régionaux. Elle a participé, en tant que commissaire, aux États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec. Elle est auteure ou coauteure d’une dizaine d’ouvrages de référence, dont Le français au bureau, Rédaction technique et administrative, La qualité de la langue au Québec, Le français québécois : usages, standard et aménagement, etc. Elle codirige actuellement l’élaboration d’un dictionnaire général et normatif du français en usage au Québec.

5Monique C. Cormier est professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Mont réal où elle enseigne la terminologie depuis 1988. Elle a été présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec de 2003 à 2006 après en avoir été la vice-présidente de 2000 à 2003. Ses intérêts de recherche portent sur la (méta) lexicographie. Au cours des dernières années, elle a publié, seule ou en collaboration, plusieurs articles et ouvrages, dont Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution et Les dictionnaires Larousse : genèse et évolution, parus respectivement en 2003 et 2005 aux Presses de l’Université de Mont réal. Elle est responsable de la Journée québécoise des dictionnaires.

6Myriam Côté travaille depuis 2002 à titre de professionnelle de recherche au Trésor de la langue française au Québec (TLFQ), à l’Université Laval, où elle a la responsabilité de la bibliothèque. Elle est également chargée de la formation des équipes internationales de la Base de données lexicographiques panfrancophone (BDLP) et elle participe à la numérisation du Fichier lexical.

7Geneviève Joncas fait partie depuis 2000 de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ), à l’Université Laval, où elle œuvre en tant que chercheuse et lexicographe. Son domaine de recherche privilégié concerne les rapports entre langue, culture et identité.

8Marcel Lajeunesse est professeur associé à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Mont réal où il a enseigné de 1970 à 2006 et où il a pris sa retraite à titre de professeur titulaire. Il a publié de nombreux travaux en ce domaine, notamment les livres Les Sulpiciens et la vie culturelle à Mont réal au XIXe siècle (Mont réal, Fides, 1982) et Lecture publique et culture au Québec, XIXe et XXe siècles (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004). Il a été directeur de son département de 1987 à 1994 et vice-doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal de 1994 à 2002.

9Pascale Lefrançois est professeure au Département de didactique de l’Université de Mont réal depuis 2000. Membre de l’Observatoire de linguistique Sens-Texte, elle participe à un projet qui s’intéresse aux connaissances et aux compétences lexicographiques en didactique des langues. Elle est entre autres l’auteure de deux ouvrages parus en 1995, L’orthographe déjouée et Le dictionnaire orthographique. Elle est membre du jury de la Dictée des Amériques et chevalier de l’Ordre de la Pléiade depuis 1994.

10Pierre Martel est professeur de linguistique à l’Université de Sherbrooke. En 1985, il a été nommé doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines de cette même université. En 1988, il est devenu président du Conseil de la langue française. II est l’auteur ou coauteur de plusieurs publications savantes portant sur le français québécois comme le Dictionnaire de fréquence des mots du français parlé au Québec (Peter Lang, New York) et de publications destinées à un large public comme La qualité de la langue au Québec et Le français québécois : usages, standard et aménagement (IQRC, Québec). Depuis 2001, il codirige une équipe de recherche portant sur le français standard en usage au Québec en vue de la publication prochaine d’un dictionnaire du français au Québec et dans la francophonie.

11Jacques Maurais a été terminologue à l’Office de la langue française de 1973 à 1980. Il a été parallèlement chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières (en terminologie et en linguistique historique). De 1980 à 2002, il a été chercheur au Conseil de la langue française. Il travaille maintenant à l’Office québécois de la langue française où il est, depuis 2006, coordonnateur de la recherche et de l’évaluation. Seul ou en collaboration, il a publié plusieurs ouvrages. Il est membre de plusieurs comités scientifiques. En 1998, il a été élu premier vice-président du comité de recherche en sociolinguistique de l’Association internationale de sociologie pour un mandat de quatre ans. Il a été, de 2002 à 2006, coordonnateur du réseau Sociolinguistique et dynamique des langues de l’Agence universitaire de la Francophonie.

12Louis Mercier est professeur de linguistique à l’Université de Sherbrooke, où il dirige depuis 2001 le Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois. Il est aussi membre du Laboratoire de lexicologie et lexicographie québécoises. Ses travaux actuels et publications récentes portent sur l’histoire des dictionnaires québécois et sur le traitement lexicographique des noms d’espèces naturelles. Il a consacré une monographie (2002) à la Société du parler français au Canada (1902-1962) et à son glossaire (1930) ; il a aussi codirigé un ouvrage collectif (2006) sur le sujet. Chercheur au Trésor de la langue française au Québec de 1981 à 1994, il a codirigé le projet d’Index lexicologique québécois (1986) et participé à la rédaction du Dictionnaire historique du français québécois (1998). Il supervise actuellement le traitement du vocabulaire de la faune et de la flore dans le dictionnaire du français en usage au Québec, en cours de réalisation.

13Claude Poirier est professeur de linguistique à l’Université Laval depuis 1975. Il est l’un des fondateurs de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec dont il est devenu le directeur en 1983. Il a dirigé la rédaction des deux dictionnaires de l’équipe (Dictionnaire du français québécois, 1985 ; Dictionnaire historique du français québécois, 1998). Il a en outre contribué à des dictionnaires grand public, dont le Dictionnaire du français Plus (1988), à titre de rédacteur principal, et Le Petit Larousse illustré, pour le traitement des québécismes (éditions de 2001 à 2006). Auteur de nombreux articles sur le français québécois et la variation du français dans le monde, il a lancé le projet de la Base de données lexicographiques panfrancophone (<www.bdlp.org>) qui réunit actuellement des équipes d’une vingtaine de pays.

14Esther Poisson a fait partie de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec pendant plus de dix ans, au cours desquels elle a rédigé de nombreux articles du Dictionnaire historique du français québécois. Elle a également participé à la rédaction du contenu québécois du Dictionnaire du français Plus ; elle a aussi collaboré étroitement avec Yves Cormier à la parution du Dictionnaire du français acadien. Entrée à l’Office québécois de la langue française en 2002, elle y rédige notamment des capsules linguistiques. Elle s’est jointe récemment à l’équipe FRANQUS de l’Université de Sherbrooke qui travaille à l’élaboration d’un dictionnaire du français standard au Québec.

15Jean Pruvost est professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, en France, et dirige un laboratoire du CNRS, Métadif (LDI), consacré aux dictionnaires. Il organise chaque année la Journée des dictionnaires, rendez-vous international des lexicologues et lexicographes. Auteur de plus de 300 publications dont deux Que sais-je ? et Les dictionnaire français, outils d’une langue et d’une culture (Ophrys), il a obtenu en 2000 le Prix international de linguistique Logos pour Dictionnaires et nouvelles technologies (PUF). Il dirige et rédige des dictionnaires chez Bordas et vient notamment de publier un Dictionnaire de citations. Membre de l’Institut de langue française et de divers comités de rédaction de revues internationales, rédacteur en chef des Études de linguistique appliquée (Didier Érudition), il a dirigé des collections érudites avec B. Quemada aux éditions H. Champion et codirigé les Cahiers de lexicologie. Il est responsable sur le site Métadif d’une revue scientifique de haut niveau portant sur les mots et dictionnaires.

16Gabrielle Saint-Yves détient un doctorat en études françaises (spécialisation : linguistique) de l’Université de Toronto (2002). Elle est présentement chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherches sur les activités langagières de l’Université Laval. Elle a reçu une première bourse postdoctorale du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (2003-2005) pour un projet intitulé « Images de la femme dans les glossaires canadiens-français (1880-1957). Représentations et stéréotypes ». Elle a reçu une seconde bourse, cette fois du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2005-2007), pour un projet de recherche sur les débuts de la féminisation linguistique au Canada français. Enfin, de 2004 à 2007, elle a été déléguée régionale de la Modern Language Association of America pour la section Nord-Est de l’Amérique du Nord.

17Elmar Schafroth est professeur ordinaire de philologie romane à l’Université de Düsseldorf, en Allemagne. Il est responsable de plusieurs projets de recherche : « Langue et musique », « Attitudes réciproques de francophones et anglophones au Canada, « Dictionnaire de collocations italiennes ». Il a édité un livre sur la langue française au Québec, les mélanges offerts à Lothar Wolf, et un volume sur le langage des médias en Italie. Il est coéditeur de deux collections linguistiques, les Studia romanica et linguistica (chez Peter Lang, Francfort) et les Grundlagen der Romanistik (chez Erich Schmidt, Berlin).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search