Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Le système de marques d’usage et de marques normatives dans le dictionnaire du français de l’Équipe FRANQUS

Hélène Cajolet-Laganière et Pierre Martel

Texte intégral

1En collaboration avec Chantal-Édith Masson, Nadine Vincent et Serge D’Amico.

2Les dictionnaires élaborés en France n’ont pas pour objet la description de la variation du français en usage au Québec ; aussi, les mots, expressions et sens courants au Québec sont absents de ces ouvrages ou sont insuffisamment décrits. Il importe donc de procéder nous-mêmes à la description de notre variété de français. Cette prémisse, qui sous-tend la plupart des projets lexicographiques québécois d’envergure entrepris depuis les années 1970, a fait l’objet de plusieurs tables rondes dans le cadre des activités entourant la 2e Journée québécoise des dictionnaires, organisée par Monique C. Cormier et son équipe, en 2005. Loin de susciter les débats, cette prémisse a reçu un large consensus au sein même du groupe des experts qui en ont débattu et des personnes qui ont participé aux activités.

3Actuellement, les dictionnaires usuels les plus utilisés au Québec sont conçus et élaborés en France. Ces ouvrages rendent compte d’une réalité sociale, historique, géographique, administrative et culturelle française et européenne, ce qui est tout à fait normal. Ces articles témoignent d’un environnement linguistique européen, illustré par les définitions, les exemples, les unités complexes et les citations d’auteures et d’auteurs français. Nos mots, sens, expressions et les réalités auxquelles ils renvoient sont absents de cette description, de même que nos écrivaines et écrivains. Les lexicographes français décrivent dans leurs dictionnaires le français de France et ajoutent les régionalismes des autres variétés (les régionalismes extrahexagonaux de Suisse, de Belgique, du Québec, d’Afrique, des Antilles, etc.). Mais la description linguistique s’adresse essentiellement aux locutrices et locuteurs français.

4Or, le Québec a un environnement naturel constitué d’une faune et d’une flore qui diffèrent de celles de l’Europe ; des institutions politiques, sociales, culturelles, scolaires et autres conformes à ses besoins et à son organisation ; une expertise dans des domaines diversifiés (acériculture, aluminerie, avionnerie, hydroélectricité, etc.). Aussi, des milliers de mots, de sens et d’expressions traduisent ces spécificités. De fait, nous vivons dans un contexte nord-américain. Vouloir décrire la langue en tenant compte de cette réalité et en citant nos auteures et auteurs littéraires reconnus, ce n’est pas couper les ponts avec le reste de la francophonie, mais plutôt contribuer à sa modernité et à son enrichissement ; c’est procéder à une description de la langue vue d’ici.

LES ATTENTES DU PUBLIC VISÉ FACE À L’EXPLICITATION DE LA NORME

5Avant de commencer l’élaboration du dictionnaire, nous avons mené, en 1999, une vaste enquête sous forme de questionnaire écrit, dans six régions du Québec, auprès de plus de huit cents personnes de différents âges et fonctions. Il ressort de cette enquête que les Québécoises et Québécois désirent essentiellement un dictionnaire de type « normatif », c’est-à-dire qui les informe sur leur bon usage. Ils veulent connaître, d’une part, les emplois « reçus » ou « acceptés » selon un certain « standard québécois » et, d’autre part, les emplois « critiqués » de même que les emplois qui peuvent varier en fonction de certaines situations de communication. Ils souhaitent un dictionnaire général à l’intérieur duquel les mots et les sens employés au Québec seront distingués des mots et des sens employés dans les autres pays francophones à l’aide d’une marque quelconque.

6Un groupe de recherche multiuniversitaire et multidisciplinaire travaille présentement à la préparation d’un dictionnaire général du français qui réponde aux besoins de communication des francophones du Québec et du Canada, c’est-à-dire qui prenne en compte le contexte référentiel québécois et nord-américain, tout en assurant les liens avec le reste de la francophonie. L’essentiel des travaux du groupe de recherche consiste à décrire le français contemporain d’usage public, représentatif de l’activité sociale, culturelle, économique, politique et scientifique au Québec, incluant le vocabulaire que nous partageons avec l’ensemble de la francophonie. Le projet s’inscrit dans le cadre des travaux du Centre d’ana lyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ), et plus particulièrement du groupe de recherche FRANQUS (Français Québécois : Usage Standard) de l’Université de Sherbrooke, responsable du projet « Le français standard en usage au Québec : nomenclatures, description et application dans les technologies de l’information et de la communication ». Une première version du dictionnaire en cours d’élaboration sera d’abord diffusée en ligne, en 2008, puis en version imprimée en 2009.

7Il importe de préciser que l’ensemble de la description est original. Il ne s’agit pas de l’adaptation d’un dictionnaire existant. Une entente particulière avec le Trésor de la langue française nous permet toutefois de nous appuyer sur les bases de données de l’ATILF et sur le TLFi pour les renseignements d’ordre étymologique, les citations littéraires d’auteures et d’auteurs français (Frantext) et certaines définitions de mots courants en français. Nous avons conclu une entente similaire avec l’Office québécois de la langue française (OQLF), nous autorisant à nous appuyer sur certaines définitions de mots spécialisés du Grand Dictionnaire terminologique et à répercuter dans notre dictionnaire les avis de recommandation ou les propositions de l’organisme.

LE SYSTÈME DE MARQUES DÉVELOPPÉ DANS LE CADRE DU PROJET FRANQUS

8Le système de marques d’un dictionnaire est fort délicat et complexe. Nous avons adapté celui-ci à notre description lexicographique conformément aux objectifs que nous poursuivons et aux attentes du public visé. Il concerne globalement les aspects suivants : les marques de registre ou de niveau de langue, les marques de répartition géographique, les marques de vieillissement, et, enfin, les marques et remarques normatives.

9Conformément au sujet qu’on nous a demandé de développer dans le contexte de cette 3e Journée québécoise des dictionnaires, nous concentrerons l’exposé qui suit sur l’expli citation du système de marques d’usage et de marques et remarques normatives conçu par le groupe de recherche FRANQUS pour rendre compte de la variation du français dans le contexte québécois et nord-américain. Nous le ferons à partir d’une série d’articles originaux du dictionnaire actuellement en préparation.

10Le français constitue un moyen d’expression extrêmement riche, offrant aux locutrices et locuteurs une grande variété de ressources leur permettant de s’adapter à n’importe quelle situation de communication et de répondre à leurs différents besoins d’expression. Il revient alors aux locutrices et locuteurs d’exploiter ce système et de l’utiliser en fonction du contexte de communication qui prévaut, de choisir donc de façon appropriée les mots et les expressions qui conviennent à la situation. Notre but est par conséquent de bien informer la lectrice ou le lecteur quant aux emplois « neutres » de la langue et ceux plus « marqués ». Nous avons donc développé un système de marques d’usage (marques de registre ou de niveau de langue) et de marques normatives (marquant les emplois critiqués et les emplois recommandés par des organismes officiels) de manière à leur fournir les outils nécessaires pour faire des choix éclairés. Nous avons en outre tenté de les informer quant aux différences de traitement ou de perception pour ce qui est de l’usage européen, le cas échéant.

LA BANQUE DE DONNÉES TEXTUELLES DE SHERBROOKE (BDTS)

11De manière à cerner les mots, sens et expressions faisant partie du français (essentiellement écrit) utilisé au Québec, nous avons élaboré une vaste banque de données textuelles représentatives du français en usage au Québec (plus de 52 millions de mots). Elle comprend une sélection de textes représentant les discours littéraires, oraux, journalistiques, didactiques, spécialisés, notamment des textes techniques, scientifiques, sociopolitiques, administratifs, juridiques et culturels (plus de 15 000 textes). Cette banque sert de base à l’élaboration de la nomenclature du dictionnaire, à la description des mots, au choix des exemples et des citations, à la rédaction des notes encyclopédiques, etc. Nous utilisons également, de manière complémentaire, divers autres corpus en périphérie : Biblio Branchée Québec et Europe (Eureka) ; le Réseau des corpus lexicaux québécois ; Frantext, le Grand Dictionnaire terminologique de l’OQLF et autres banques de données linguistiques et textuelles, sans oublier les ouvrages dictionnairiques disponibles.

12Les 52 000 000 d’occurrences de la BDTS sont réparties selon cinq types de discours : 59 % de textes spécialisés, 16 % de textes littéraires, 14 % de textes journalistiques, 6 % de textes didactiques et 5 % de textes oraux. La ventilation des pourcentages associés aux diverses catégories de textes correspond à l’objectif visé : avoir accès aux différents registres de langue, notamment le niveau standard, actuellement en usage au Québec. Le corpus contient environ 210 000 formes différentes, correspondant à quelque 60 000 vocables différents. Comme le but du projet de description lexicographique concerne le français contemporain en usage au Québec, la plupart des textes sont postérieurs à 1960 (date choisie de façon arbitraire, mais correspondant au début de la Révolution tranquille et marquant le début du Québec moderne). Cependant, certains textes littéraires antérieurs à 1960 ont été sélectionnés en raison de leur valeur et de leurs qualités intrinsèques reconnues par les Québécoises et Québécois.

13Le sous-ensemble de langue spécialisée contient des textes qui reflètent en général une langue relativement soignée ; ils fournissent des mots de langue générale et le vocabulaire de base de nombreux domaines spécialisés. Ce sous-ensemble renferme en outre des textes nombreux et diversifiés : monographies, mémoires, thèses, rapports, livres, documents administratifs, etc. Le sous-ensemble de langue littéraire comprend des textes tirés de romans, d’essais, de poèmes, de nouvelles, de récits, de contes, de pièces de théâtre, etc. Ces textes reflètent une langue parfois soutenue, soignée, mais parfois aussi une langue familière, comme la littérature populaire ou « joualisante ». Le sous-ensemble de langue journalistique contient des articles tirés de différentes publications québécoises, comme des quotidiens (La Presse, Le Devoir, Le Soleil, Le Droit, etc.), des magazines ou périodiques spécialisés (L’Actualité, Voir, Québec Science, FrancVert, Interface, etc.). Ces textes ont une certaine influence sur l’usage linguistique de la population en général ; ils reflètent en grande partie la langue commune et permettent en outre de noter les mots, sens et expressions dont les gens ont besoin pour prendre connaissance des informations diffusées par les médias. Le sous-ensemble de langue didactique comprend des textes tirés de manuels scolaires, de logiciels informatiques, de manuels pour une formation technique, etc. Ces textes jouent souvent un rôle d’exemplarité ; ce sont des documents généralement révisés, acceptés et valorisés comme outils de formation. Enfin, le sous-ensemble de langue orale contient, d’une part, des échantillons de langue parlée spontanée, c’est-à-dire des transcriptions d’enquêtes sociolinguistiques orales réalisées dans différentes régions du Québec dans les années 1970, et, d’autre part, des échantillons de langue moins spontanée (contes, monologues, téléromans, textes radiophoniques et télévisés, etc.).

14Ajoutons enfin que le corpus de la BDTS a été entièrement informatisé et indexé ; son informatisation permet une consultation efficace et fournit rapidement toutes les références, les concordances et les attestations des mots. Il s’agit pour nous de décrire le français en usage au Québec, de cerner les usages qui y sont socialement valorisés et de hiérarchiser les autres usages en fonction de ce point de référence, de ce « standard québécois » ; nous nous servons pour cela de la BDTS.

LA PLATEFORME LOGICIELLE INTÉGRÉE DE TRAITEMENT DE DONNÉES LEXICOGRAPHIQUES

15Il importe également de préciser que nous avons développé, pour le projet, une plateforme informatique intégrée de traitement des données lexicographiques et des différentes bases documentaires. Comme toutes les informations composant la macrostructure et la microstructure sont balisées très finement, il nous est possible en tout temps, informatiquement, de modifier non seulement la mise en forme, mais aussi le contenu des articles (éléments affichés ou non), et de changer l’un ou l’autre signe, marque ou icône utilisés actuellement.

16Il s’agit d’un ensemble comportant un entrepôt de données dans lequel sont regroupées toutes les bases, tant documentaires que propriétaires, lesquelles sont alors accessibles pour interrogation (multicritère) grâce à une interface unique et très conviviale qui prend également en charge l’affichage des résultats. Cette plateforme comporte aussi une fiche de saisie informatique (semi-automatisée) se déployant sur une « grammaire » (DTD-XML) qui permet la rédaction des articles du dictionnaire. Enfin, elle gère la sortie et la mise en forme des articles (destinés à divers supports) grâce à des feuilles de styles intégrées.

L’OBJET PRINCIPAL : LE NIVEAU « NEUTRE » OU « STANDARD » DU FRANÇAIS EN USAGE AU QUÉBEC

17La description lexicographique que nous avons entreprise concerne principalement les formes d’expression appartenant au niveau « neutre » du français en usage au Québec, c’est-à-dire celles généralement perçues comme correspondant à une langue de qualité, indépendamment de la situation de communication (orale ou écrite). Ces formes, utilisables dans n’importe quel contexte, ne comportent aucune marque dans le dictionnaire, à l’exception d’une marque géographique, selon le cas, informant la lectrice ou le lecteur que l’emploi est caractéristique de l’usage québécois ou européen. Cela peut toucher un mot, un sens, un sous-sens ou une expression. Les exemples qui suivent illustrent successivement deux articles sans marque aucune (érablière, canneberge), puis des emplois comportant une marque géographique (atoca, grilladerie, caramel) :

érablière [eRabliεR] n. f. — 1727 (in TLFQ) ; de érable et -ière.
1. Peuplement d’érables, notamment d’érables à sucre. Les érablières de la vallée du Saint-Laurent. 2. Peuplement d’érables à sucre aménagé pour la production de sirop d’érable et de produits dérivés ; exploitation acéricole.acériculture, sucrerie. Érablière traditionnelle, industrielle. Une érablière de 12 000 entailles. Exploiter une érablière. « Ovide avait invité Émilie à venir passer le dernier dimanche avant Pâques dans l’érablière familiale » (A. Cousture, 1985*).

canneberge [kanbεRʒ] n. f. — 1665 (in TLF); origine inconnue. Baie rouge, à saveur acidulée et riche en vitamine C, de l’airelle à gros fruits et de l’airelle canneberge qui croissent dans les tourbières et sur les littoraux de l’hémisphère Nord ; petit arbuste rampant, à feuillage persistant, qui produit ce fruit.atoca. airelle. Récolte de la canneberge. Gelée, jus de canneberge(s). Sauce aux canneberges. Muffins aux canneberges. « Là, croissent les gadelles poilues [...] et sur les crans austères brillent les rubis de la canneberge » (F.-A. Savard, 1937*).

atoca [atɔkɑ] n. m. — 1656 (in DHFQ) ; de l’iroquoien. [REM] On emploie aussi ataca.
[FQ] Autre nom de la canneberge. Culture, récolte des atocas. Gelée d’atoca (s). Sauce aux atocas. Dinde aux atocas.

grilladerie [ɡRijadRi] n. f. — 1979 (in TLFQ) ; de grillade et -erie.
[FQ] Restaurant où l’on sert principalement des grillades. grill. « la nouvelle grilladerie [...] saisit sur son gril chauffé à blanc un bon choix de coupes de bœuf » (Le Soleil, 2005).

caramel [kaRamεl] n. m. et adj. inv. — 1680 (in TLF) ; de l’espagnol caramel(o).
1. Produit de coloration brune obtenu en faisant fondre du sucre additionné d’eau sous l’effet de la chaleur. Caramel clair, foncé. Tartinade, coupe glacée au caramel. Crème* caramel. — [FQ] Caramel écossais, dont la recette comporte du beurre. 2. Bonbon à base de caramel. Caramel dur, mou. 3. Adj. inv. De couleur brun clair. Des chaussures caramel.

18Certains mots, sens ou expressions ont fait l’objet d’un avis officiel ou d’une recommandation de la part de l’OQLF ou d’une autre autorité linguistique francophone. Une remarque est mise afin d’informer la lectrice ou le lecteur quant à cette recommandation, à moins que le mot ne soit largement banalisé et parfaitement implanté dans l’usage. Nous en fournissons ci-après quelques exemples :

beignerie [bεɲRi] n. f. — 1982 (in TLFQ) ; de beigne et -erie.
[FQ] Établissement de restauration où l’on fabrique et vend des beignes. [REM] Recomm. de l’OQLF.

glucomètre [ɡlykɔmε:tR] n. m. — 1872 (in GDU) ; de gluco- et -mètre.
1. Aréomètre servant à mesurer la quantité de sucre dans un moût. 2. [FQ] Appareil, le plus souvent portatif, servant à mesurer le taux de glucose sanguin. (in GDT) lecteur de glycémie*. « La surveillance du taux de sucre dans le sang au moyen du glucomètre fait partie de la vie quotidienne des diabétiques » (Le Droit, 2001). [REM] Recomm. de l’OQLF.

ufologie [yfɔlɔʒi] n. f. — 1974 (in TLF) ; de l’anglais ufology. Étude des ovnis. [REM] L’OQLF propose ovniologie plutôt qu’ufologie.
dér. ufologue.

ovniologie [ɔvnjɔlɔʒi] n. f. — 2004 (in GDT) ; de ovni,-o- de transition et -logie ; sur le modèle de l’anglais ufology.
[FQ] Étude des ovnis. → ufologie. [REM] L’OQLF propose ovniologie plutôt qu’ufologie.
dér. ovniologue.

alunir [alyniR] v. intr. [VOIR] conjug. finir [38]. — 1921 (in TLF) ; de a- et lune ; sur le modèle de atterrir.
Se poser sur la Lune. « J’irai dans la lune pour voir qui des Russes ou des Américains aluniront les premiers » (J. Godbout, 1967). [REM] L’Académie française recommande atterrir sur la Lune plutôt qu’alunir.

Le registre « soutenu »

19Le lexique français met à la disposition des locutrices et locuteurs un certain nombre d’emplois qu’on ne peut associer à un registre « neutre » de la langue ; ceux-ci sont relativement peu courants et sont utilisés dans des contextes de communication particuliers où l’on veut faire preuve d’une grande maîtrise de la langue. Ces emplois relevés, mais de très faible fréquence, dans la Banque de données textuelles de Sherbrooke (BDTS), sont précédés de la marque de registre « soutenu ». À titre d’exemple :

1. jactance [ʒaktᾶs] n. f. — Vers 1223 (in TLF) ; du latin jactantia. SOUTENU Attitude arrogante d’une personne qui exprime la haute opinion qu’elle a d’elle-même. → vanité. « Il y avait chez lui un amour de sa race, sans ostentation et sans jactance » (U. Paquin, 1923*).

ADMONESTATION [admɔnεstasjImage] n. f. — 1837 (in TLF) ; vers 1260 (in TLF) attestation isolée ; de admonester et -ation.
SOUTENU Avertissement, réprimande sévère. REMONTRANCE. Faire, servir une admonestation à qqn.

Les registres « familier » et « très familier »

20Comme l’essentiel de la description concerne l’usage « standard » québécois, nous n’avons retenu et décrit que les emplois familiers bien attestés dans la BDTS. Ces emplois sont marqués fam. ; certains comportent de plus une marque géographique, informant la lectrice ou le lecteur que l’emploi est caractéristique de l’usage québécois ou européen, ou qu’il est partagé, avec la même restriction d’usage, des deux côtés de l’Atlantique. Dans les exemples ci-après, les marques FQ (caractéristique du français en usage au Québec) et FE (caractéristique du français en usage en Europe) se transmettent également à leurs sous-éléments (sous-sens, nuances, etc.) :

1. beigne [bεɲ] n. m. — 1744, baigne (in HöflerRArtCulinaire) ; même radical que beignet ; à rattacher au français médiéval b (u) igne « bosse ».
[FQ] Pâtisserie ayant généralement la forme d’un anneau, traditionnellement faite de pâte frite ; pâtisserie similaire, non trouée. beignet. Beigne à l’érable, au miel, au chocolat. Beigne fourré à la confiture, à la crème. Pâte à beignes. « Émilie regardait la neige qui leur tombait sur la tête comme le sucre [...] sur les beignes qu’elle avait cuisinés pour le réveillon » (A. Cousture, 1985*). Image trou de beigne : pâtisserie frite en forme de boulette, que l’on faisait à l’origine avec la rondelle de pâte retirée du centre du beigne à frire. - FIG. et FAM. Effet trou de beigne : phénomène urbain créé par l’exode de la population du centre vers la banlieue. étalement* urbain.

2. beigne [bεɲ] n. f. — 1606 (in TLF) ; 1378, buyne (in TLF) ; d’un mot préroman signifiant « tronc d’arbre ».
[FE] FAM. Gifle. Donner, recevoir une beigne.

TUQUE [tyk] n. f. — 1726 (in TLFQ) ; d’un mot des anciens parlers du Sud-Ouest de la France désignant une colline arrondie ; du préindo-européen* tukka « courge ; colline ».
[FQ] Bonnet d’hiver avec ou sans pompon. Une tuque en laine, de laine. « La guerre des tuques » (film d’A. Melançon). « on “sortait dehors”, la tuque enfoncée jusqu’au bord des yeux, le long foulard bien enroulé autour du cou, la paire de mitaines bien sèches qu’on finissait d’enfiler fébrilement » (C. Jasmin, 1972). — FIG. et FAM. Attache ta tuque : tiens-toi prêt. « Vous trouvez les banques trop grosses ? Attachez vos tuques ! Elles vont grandir encore » (Commerce, 1997).

BRIOCHE [briɔʃ] n. f. — 1404 (in TLF) ; du normand brier « broyer » et -oche.
1. Viennoiserie ronde et légère, préparée avec une pâte levée. ↓ KOUGLOF. Brioche à la cannelle, aux raisins. Image EN BRIOCHE. Enrobé dans une pâte à brioche. Saucisson, escargots en brioche. 2. [FE] fam. Ventre. Prendre de la brioche : prendre du ventre.

BINGO [biŋɡo] n. m. et interj. — 1929 (in TLFQ) ; de l’anglais nord-américain.
1. N. m. Jeu de hasard originaire des États-Unis, populaire au Québec, où un meneur de jeu annonce des numéros que les joueurs doivent marquer sur les cases correspondantes de leur carte jusqu’à ce que l’un d’entre eux ait complété un jeu prédéterminé (cinq cases consécutives, carte complète, etc.). loto. Carte de bingo. Soirée de bingo. Salle de bingo. Bingo paroissial.
2. Interj. Cri d’un joueur annonçant qu’il a complété un jeu. Bingo ! j’ai gagné ! Image par ext., fam. Exclamation qui signale la réalisation plus ou moins surprenante d’une action ou la conclusion favorable d’une affaire. Bingo ! En moins de deux on y était.

21Mentionnons que les connecteurs spontanés, propres à l’oral (pis, faque, ben, etc.), ne figurent pas à la nomenclature ; ce phénomène linguistique fait l’objet d’un article encyclopédique, de manière à apporter un complément d’information aux lectrices et lecteurs, notamment sur les caractéristiques de l’oral québécois.

22Quant aux emplois de registre « très familier », ils sont très stigmatisés et renvoient à la langue orale très négligée.

23Nous n’avons retenu que quelques emplois, en raison de leur fréquence dans la BDTS (se démerder, fermer sa gueule, un merdier, s’envoyer en l’air, etc.). Ils sont précédés de la marque très fam. Certains sacres seraient considérés dans cette catégorie. De la même manière que pour les connecteurs spontanés de l’oral, les sacres ne font pas partie de la nomenclature du dictionnaire ; on leur a consacré un article encyclopédique, explicitant aux lectrices et lecteurs le phénomène sociolinguistique du sacre au Québec.

Les marques « expressives » ou exprimant un jugement de valeur

24Aux marques de registre présentées ci-dessus s’ajoutent un certain nombre de marques d’usage permettant aux locutrices et locuteurs d’exprimer des connotations d’ordre expressif, ou de porter un jugement de valeur, etc. Dans la description, afin de préciser l’intention ou la valeur « ajoutée » à ces emplois, nous les avons fait précéder des marques ou indicateurs suivants : (dans le langage enfantin) ; par plaisanterie (par plais.) ; ironique (iron.) ; péjoratif (péj.), etc., comme l’illustrent les exemples suivants :

ASTRE [astR] n. m. — 12e s. (in TLF) ; du latin astrum « corps céleste ».
1. astron. Tout corps céleste naturel. astro- ; astral, sidéral. [type : astéroïde, comète, étoile, planète, radiosource, satellite.] Le mouvement des astres.littér. L’astre du jour : le Soleil. L’astre de la nuit : la Lune. — fig. (souvent par plais.) Être beau comme un astre, resplendissant, magnifique. 2. astrol. Corps céleste considéré par rapport à son influence supposée sur la destinée humaine. Être né sous un astre favorable.
2. COCO [koko] n. m. 1792 (in DDL) ; 1790, mon coco (in DDL) ; onomatopée ; d’après le cri de la poule.
1. (dans le langage enfantin) Œuf. Des cocos de Pâques. « La poule noire, elle, pond son coco dans l’armoire pour l’enfant qui va faire dodo » (J. Ferron, 1969 *). 2. Terme d’affection désignant un enfant ou plus rarement un adulte, à qui on s’adresse. (in TLF) Bonne nuit mon coco. 3. FAM. et PÉJ. Individu suspect, peu recommandable.

sacro-saint, sacro-sainte [sakrosɛÞ, sakrosɛÞt] adj. — 1546 (in TLF) ; du latin sacrosanctus. — Plur. : sacro-saints, sacro-saintes. [RO] sacrosaint.
iron. Qui fait l’objet d’un respect exagéré et auquel on ne peut s’attaquer. (in TLF) → intouchable. Une règle sacro-sainte. « Elle n’avait trouvé un peu de calme et de repos qu’au moment sacro-saint de la fameuse sieste du grand homme » (J. d’Ormesson, 1987 ; in Frantext).

bas-bleu [bɑblø] n. m. — 1821 (in TLF) ; 1786 (in TLF) dans un contexte anglais ; de l’anglais blue-stocking. — Plur. : bas-bleus. PÉJ. Femme lettrée et pédante. « s’il aimait les femmes d’esprit, mon père n’avait aucun goût pour les bas-bleus » (G. Sand, 1958 ; in Frantext). — ADJT « une femme brillante, certes, mais assez terne et bas-bleu » (Le Devoir, 1997).
dér. bas-bleuisme.

LE SYSTÈME DE MARQUES ET REMARQUES NORMATIVES

25Le système de marques normatives retenu pour notre description comporte deux grandes catégories, soit les emplois critiqués et les recommandations d’organismes officiels. Ces recommandations indiquent des emplois critiqués et proposent des équivalents. Nous avons retenu la marque critiqué. Ici encore, celle-ci peut être assortie d’une deuxième marque d’ordre géographique ou de registre, selon le cas.

La marque « critiqué »

26Au Québec, de façon générale, les emprunts à l’anglais sont mal perçus socialement. Grâce à différentes recherches menées par certains chercheurs de l’équipe FRANQUS, nous avons pu cerner les emprunts à l’anglais dont l’usage est bien attesté dans la BDTS. Certains emprunts sont maintenant bien intégrés à l’usage standard ; ces derniers ne comportent aucune marque (camping, laser, revolver, stress, etc.). Mais pour bon nombre d’entre eux, l’emploi est encore ouvertement critiqué. Dans ces cas, nous avons fait état de la critique dont ils sont l’objet et proposé les équivalents standard appropriés.

27Afin de répondre aux demandes des futurs utilisateurs et utilisatrices, nous avons clairement identifié les emprunts critiqués en les faisant précéder d’un signe négatif et de la marque critiqué. Nous avons ajouté une rubrique étymologique afin de préciser leur origine anglaise. De plus, le traitement de ces emprunts critiqués est différent des autres mots. L’article porte dans ce cas non pas sur la description de leurs emplois, mais plutôt sur les mots du français standard qui leur sont substituables. Ces équivalents standard sont placés entre crochets et introduits par une flèche ; en outre, l’exemplification porte sur les équivalents proposés de manière à faciliter l’encodage par les lectrices et lecteurs, selon le contexte d’utilisation. Nous en présentons ci-après quelques exemples :

Imagebrainstorming [brenstɔrmiŋ] n. m. — 1958 (in DDL) ; de l’anglais nord-américain.
critiqué [Remue-méninges. Une séance de remue-méninges.]
Imagekit [kit] n. m. — 1958 (in TLF) ; de l’anglais.
critiqué [Image Prêt-à-assembler, prêt-à-monter. Une multinationale du prêt-à-assembler. Meubles prêts-à-monter. Matériel, nécessaire, trousse. Matériel à dessin. Nécessaire de correspondance. Trousse de maquillage.]

28À la suite de l’analyse des contextes de la BDTS et des sources de référence consultées, nous avons établi une typologie des emprunts critiqués à l’anglais et apporté, selon le cas, diverses précisions à notre système de marques normatives afin d’informer plus clairement la lectrice ou le lecteur. Nous les détaillons ci-après.

29Certains emprunts sont caractéristiques de l’usage québécois. Ils sont identifiés par la marque géographique FQ, de la même manière que tous les emplois caractéristiques de l’usage québécois dans le dictionnaire :

Image back up [bakɔp] n. m. — 1988 (in Bornéo); de l’anglais. [FQ] critiqué [Image inform. Sauvegarde. Sauvegarde d’un fichier. Système de sauvegarde automatique. Image Copie* de sauvegarde. S’assurer d’avoir une copie de sauvegarde.] CÉDULER [sedyle] v. tr. dir. [VOIR] conjug. aimer [1]. — 1933 (in TLFQ) ; de l’anglais to schedule.
[FQ] CRITIQUÉ [Fixer, inscrire à l’horaire, prévoir, programmer. Fixer un rendez-vous. Inscrire un cours à l’horaire. Prévoir des vacances. Programmer des activités.]

Image butterscotch [bɔtərskɔtʃ] n. m. — 1913 (in TLFQ) ; de l’anglais. [FQ] critiqué [Image Caramel* écossais.]

Certains emprunts continuent d’être critiqués au Québec, même s’ils sont admis dans l’usage standard européen. Nous avons recours dans ce cas à la marque critiqué au Québec :

Imagegreen [ɡriImagen] n. m. — 1872 (in NPR) ; de l’anglais.
[FE] critiqué au Québec [GOLF Vert. La balle s’est immobilisée sur le vert.]

Imagebowling [boliŋ] n. m. — 1908 (in Höfler) ; de l’anglais nord-américain.
critiqué au Québec [Image Jeu de quilles*, quilles. Les règles du jeu de quilles. Jouer aux quilles. Image Salle* de quilles. Se rendre à la salle de quilles.]

Image pressing [prεsiŋ] n. m. — 1934 (in TLF) ; de l’anglais. [FE] critiqué au Québec [Image Nettoyeur. Porter des vêtements chez le nettoyeur.]

Image ferry [fεRi] ou [fεRe] n. m. — 1782 (in TLF) ; de l’anglais. [FE] critiqué au Québec [Image Traversier. Le traversier de Lévis.]

30Comme nous l’avons précisé précédemment, certains équivalents ont fait l’objet d’un avis officiel de la part de l’OQLF ou d’une autre autorité francophone ; nous indiquons cette information en remarque sous l’équivalent :

racinette [Rasinεt] n. f. — 1981 (in ILQ) ; de racine et -ette. En Amérique du Nord, boisson gazeuse aromatisée aux extraits de racines de sassafras. (in GDT) [REM] Recomm. de l’OQLF pour remplacer root beer.

parraineur [pɑrεnœr] n. m. — 1988 (in La Presse) ; de parrainer et-eur. Commanditaire. Les parraineurs des Jeux olympiques. [REM] Recomm. offic. en France pour remplacer sponsor.

aubette [obεt] n. f. — 1475 (in TLF) ; du moyen français hobe « cabane, maisonnette » et-ette..

[FE] Abri qui sert à protéger les kiosques à journaux et les arrêts de transports en commun. abribus. [REM] En France, aubette fait l’objet d’une recomm. offic.

Les emplois « parfois » critiqués, mais passés dans l’usage standard ou sans équivalents usuels

31Certains emprunts à l’anglais pour lesquels le français ne dispose pas d’équivalent standard (du moins d’un équivalent suffisamment implanté dans l’usage) ne sont pas soumis au même traitement que les autres emprunts critiqués, même s’ils sont susceptibles d’être la cible de certaines critiques. Il en est de même des emprunts qui sont très largement perçus comme standard, même s’il leur arrive encore parfois d’être critiqués. Dans ces deux cas, des précisions normatives sont ajoutées en remarque. En voici quelques exemples :

best-seller [bεstsεlœR] ou [bεstsεlεr] n. m. — 1946 (in Frantext) ; 1934, best seller (in Höfler) ; de l’anglais best seller. — Plur. : bestsellers. [RO] bestseller.
Livre à succès. Le best-seller de l’année. Liste de best-sellers : palmarès.
■ [REM] Ce mot, parfois critiqué, n’a pas d’équivalent standard usuel.

shaker [ʃekəR] n. m. — 1895 (in TLF) ; de l’ anglais.
Récipient formé de deux gobelets s’emboîtant l’un dans l’autre, servant à agiter des boissons glacées, à mélanger des cocktails. (in TLF) Secouer un shaker. « Il se précipita derrière le bar, cassa six œufs dans un shaker, y versa de la bière et une bouteille entière de sauce au piment et avala le tout d’un seul trait » (G. Courtemanche, 2000 *). [REM] L’OQLF propose coquetellier.

slow food [slofu:d] n. m. 1981 (in Bornéo) ; de l’anglais.
Mouvement qui s’oppose à la restauration rapide et aux aliments de mauvaise qualité en faisant la promotion de la sauvegarde des traditions culinaires locales ainsi que de la biodiversité agroalimentaire. « les défenseurs du slow food retrouvent avec attention les mijotés et les tajines, qui gagnent en popularité auprès du public » (Le Devoir, 2007). [REM] Ce mot, parfois critiqué, n’a pas d’équivalent standard usuel ; l’OQLF propose écogastronomie.

32Certains emplois, parfois critiqués parce qu’ils sont considérés à tort par certains comme des emprunts à l’anglais, sont en réalité des sens vieillis en français européen :

limonade [limɔnad] n. f. — 1640, limonnade (in TLF) ; de limon « fruit voisin du citron » et -ade.
1. [FQ] Boisson rafraîchissante à base d’eau sucrée additionnée de sirop ou de jus de citron. citronnade. Un verre, un pichet de limonade. [REM] Ce sens est vieilli en français européen. 2. [FE] Boisson gazeuse aromatisée au citron.

saucer [sose] v. [VOIR] conjug. tracer [24]. Vers 1200 (in TLF) ; de sauce.
I. V. tr. dir. 1. [FQ] Tremper (un aliment) dans une sauce, un liquide. Saucer un morceau de poulet. Il « piquait une fourchetée de mie de pain qu’il sauçait dans un verre de sirop d’érable » (G. Guèvremont, 1945 *). [REM] Ce sens est vieilli en français européen. 2. Essuyer la sauce de (une assiette) avec un morceau de pain. « Le pain de la corbeille était parfait pour saucer son assiette jusqu’à la dernière trace » (La Presse, 1993).
II. V. pron. 1. [FQ] fam. Entrer dans l’eau ; se baigner brièvement. se tremper. Se saucer dans la rivière. « Avant que le fleuve ne redevienne un éden où l’on peut se saucer sans souci, il faudra être patient » (Voir, 2007). [REM] Ce sens est vieilli en français européen. 2. [FE] fam. (PASSIF) Se faire saucer : se faire mouiller par la pluie.

chambrer [ʃ˜ɑbre] v. [VOIR] conjug. aimer [1]. — 1678 (in TLF) au sens de « loger ensemble » ; de chambre.
I. V. tr. dir. Porter (un vin) à sa température de dégustation, en le laissant quelques heures à température ambiante. Chambrer un bourgogne.
II. V. intr. [FQ] 1. Partager une chambre. Chambrer ensemble. « on force encore les joueurs à chambrer avec un coéquipier lors de tous les voyages » (La Presse, 2002). [REM] Ce sens est vieilli en français européen. 2. vieilli (de l’anglais to room) Être locataire d’une chambre dans une pension, chez un particulier.

Les autres types de remarques normatives

33Certaines remarques peuvent en outre porter sur l’un ou l’autre aspect de la description lexicographique, comme en témoignent les exemples suivants :

bagel [beɡəl] ou [baɡεl] n. m. — 1983 (in TLFQ) ; de l’anglais nord-américain, qui l’a emprunté au yiddish beigel ou beygel. [REM] L’OQLF recommande la graphie baguel.
Petit pain d’origine juive, à pâte ferme et dense, en forme d’anneau. Bagel au sésame. Bagel au saumon fumé.

débuter [debyte] v. intr. [VOIR] conjug. aimer [1]. 1649 (in TLF) ; 1547 (in TLF) au sens de « déplacer » ; de dé-et but.
1. (sujet chose) Commencer. Le spectacle a débuté à 20 h 30. La course débutera au coin de la rue. La journée a mal débuté. 2. (sujet personne) Faire ses débuts. commencer. Il débutera demain comme aide-cuisinier. Il « a débuté dans les lettres par le journalisme » (A. Grandbois, 1941 *).
■ [REM] La construction transitive débuter + qqch. est critiquée.

Les cas de calques de l’anglais

34Plusieurs syntagmes ou expressions, calques de l’anglais, sont utilisés dans les textes québécois. Ils subissent le même traitement que les autres emprunts lexicaux. En voici quelques exemples :

grenade [ɡrənad] n. f. — Vers 1314, grenate (in TLF) ; vers 1165, pume grenate (in TLF) ; probablement emprunté aux dialectes de l’Italie du Nord.
1. Fruit du grenadier, à enveloppe coriace, dont l’intérieur est divisé en loges par des cloisons membraneuses renfermant des grains rouges entourés d’une pulpe transparente, comestible, de saveur aigrelette. Sirop de grenade : grenadine. 2. (par anal. de forme) Projectile léger, composé d’une enveloppe métallique contenant une charge et d’un dispositif de mise à feu, et qui se lance à la main ou au fusil. Attaque à la grenade. Explosion d’une grenade. Dégoupiller, lancer une grenade.par ext. Grenade sousmarine : puissante charge explosive réglée pour exploser à la profondeur voulue.
Image [FQ] CRITIQUÉ [• pomme grenade (de l’anglais pomegranate) : grenade.]

steak [stek] n. m. — 1848 (in TLF) ; mot anglais « tranche de viande ou de chair de poisson ».
Tranche de bœuf à griller. bifteck. Steak bleu, saignant, à point, bien cuit. Steak au poivre. Steak d’intérieur de ronde, de surlonge. Steak tartare*. Steak haché : viande hachée, spécialt de bœuf. bifteck* haché. — Steak frites, servi avec des frites. par ext. Steak de cheval, de chevreuil, d’orignal.

Image [FQ] critiqué [• steak (de saumon, de flétan, etc.) (de l’anglais steak ; employé en parlant de poissons) : darne.]

courtoisie [kurtwazi] n. f. — 1155 (in TLF) ; de courtois et -ie. Politesse attentionnée. Visite de courtoisie. Traiter qqn avec courtoisie.péj. Par pure courtoisie : avec une attitude de politesse froide et conventionnelle.
opposé à discourtoisie, grossièreté, impolitesse.
Image critiqué au Québec [• miroir de courtoisie (de l’anglais courtesy mirror) : miroir* de pare-soleil.]
[FQ] CRITIQUÉ [• courtoisie de (de l’anglais a courtesy of) : gracieuseté de, hommage de, offert par, présenté par. • billet de courtoisie (de l’anglais courtesy ticket) : billet* de faveur. • lumières de courtoisie (de l’anglais courtesy lights) : éclairage d’accueil (dans une voiture). • voiture de courtoisie (de l’anglais courtesy car) : voiture* de prêt, voiture* de service.]

35Dans le cas de calques non critiqués propres au français québécois, nous indiquons en renvoi l’expression correspondante en français et nous la définissons. Si cette expression n’est pas usuelle ici, elle est marquée FE dans l’article où elle est traitée. À titre d’exemples :

[FQ] Accrocher ses patins (de l’anglais to hang up one’s skates) : prendre sa retraite. raccrocher, tirer sa révérence*.
[FQ] Fumer comme une cheminée (de l’anglais to smoke like a chimney) : fumer beaucoup. Image fumer* comme un sapeur, comme un pompier.
[FQ] Ne pas être sorti du bois (de l’anglais not to be out of the woods) ou [FE] Ne pas être sorti de l’auberge : ne pas être tiré d’affaire. « Vous avez de la chance, mais il ne faut pas vous imaginer que vous êtes sorti du bois » (A. Parizeau, 1981).

36Par ailleurs, un grand nombre de calques (syntagmes ou expressions), fréquents dans les contextes, sont absents des ouvrages de référence. Il nous apparaît important d’intégrer ces expressions au dictionnaire lorsque celles-ci sont présentes en contextes écrits standard et qu’elles sont conformes au système de la langue ; nous les attestons et indiquons leur origine anglaise, le cas échéant. En voici quelques exemples :

[FQ] (EXPRESSION) Être sauvé par la cloche (de l’anglais to be saved by the bell) : éviter de peu une situation désagréable. → être sauvé par le gong*.

« Quant à la Commission des droits de la personne, la voilà sauvée par la cloche bien temporairement, le problème va forcément resurgir dans d’autres écoles privées » (La Presse, 2001).
« Le Canada risque donc d’être sauvé par la cloche, sans que nos propres politiciens aient vraiment eu à se mouiller » (Le Devoir, 2006).
[FQ] (EXPRESSION) Avoir des papillons dans l’estomac (de l’anglais get butterflies in the stomach) : avoir l’estomac serré, être nerveux.avoir le trac*. « Des milliers d’adolescents ont sûrement eu des papillons dans l’estomac en gravissant pour la première fois les marches de leur nouvel établissement scolaire » (Le Devoir, 2001).
[FQ] (EXPRESSION) Le chat est sorti du sac (de l’anglais the cat’s out of the bag) : la vérité est dévoilée.découvrir le pot* aux roses.
« Le chat est sorti du sac […] quand il est apparu que Québec craignait surtout la fragilisation de la majorité francophone dans la métropole » (La Presse, 2001).
« Évidemment, le chat est sorti du sac et, après la mort de Marie, en 1991, ses sept enfants […] ont voulu se connaître » (L’Actualité, 2001).
REM. Cette expression est parfois critiquée.

LES CAS DE VARIATION DU GENRE

37L’objet du dictionnaire FRANQUS est le français écrit standard au Québec ; aussi, pour l’indication du genre des mots, nous ne tenons pas compte des variations orales et familières. Par exemple, les mots à initiale vocalique (ascenseur, autobus, avion, habit, etc.) restent masculins. Pour un certain nombre de mots, les contextes standard indiquent une variation de genre selon l’aire géographique. Dans ces cas, notre décision est d’indiquer les deux genres, d’abord le genre le plus courant ici ; en remarque, la répartition géographique du genre, en indiquant d’abord l’usage au Québec.

minestrone n. f. ou m.
REM Ce mot, surtout féminin en français québécois, est masculin en français européen.

caroube n. m. ou f. REM Ce mot, surtout masculin en français québécois, est féminin en français européen.

feta ou féta n. m. ou f.
rem Ce mot, surtout masculin en français québécois, est féminin en français européen.

mozzarella n. m. ou f.
REM Ce mot, surtout masculin en français québécois, est féminin en français européen.

38Pour les mots nouveaux ou d’origine étrangère non encore répertoriés dans les ouvrages de référence et dont le genre est encore flottant, nous nous appuyons sur les contextes, issus de textes représentatifs du français écrit standard au Québec pour déterminer quel genre sera présenté en premier. À titre d’exemples :

barbera n. m. et f. ; enchilada n. m. ou f. ; fajita n. m. ou f.

L’INDICATION DES FORMES FÉMININES

39La généralisation de la féminisation des titres de fonction est l’une des caractéristiques du français québécois. Nous avons relevé dans la BDTS une nomenclature totalisant plus de 400 titres de fonction féminisés. Parmi ceux-ci, bon nombre sont propres au français québécois. On les trouve en outre répandus dans tous les types de discours (littéraire, journalistique, didactique et spécialisé). Aussi, conformément aux recommandations de l’OQLF et aux habitudes langagières des Québécoises et Québécois, nous indiquons les formes féminines en entrée si elles sont bien attestées dans nos sources, telles auteure, chercheure, didacticienne, docteure, ingénieure, magistrate, première ministre, rectrice, sculpteure, sénatrice, etc. Sinon, la mention est présentée dans une remarque. À titre d’exemple :

sculpteur, -trice [skyltœR,-tRis] n. [REM] Au fém., on emploie aussi sculpteure.

40De manière à répondre aux attentes exprimées par le public visé, nous avons élaboré une nomenclature originale et développé un système de marques approprié à notre description lexicographique. Nous nous sommes concentrés, dans cet exposé, sur le système de marques d’usage (marques de registre ou de niveau de langue) et de marques et remarques normatives, dont le but est d’informer la lectrice ou le lecteur sur l’usage socialement valorisé au Québec et de lui permettre, en toute sécurité linguistique, de faire des choix éclairés selon les divers contextes de communication.

41Comme nous l’avons vu, le projet vise essentiellement à la description du français standard en usage au Québec. Ce français correspond au niveau neutre, c’est-à-dire à celui qui est non marqué dans les dictionnaires. Il s’agit de la langue de qualité utilisée par les Québécoises et Québécois quand ils s’expriment « correctement », sans familiarité et sans recherche, notamment quand ils sont à l’écrit. Tous les sens standard sont largement exemplifiés et assortis souvent de citations de nos meilleurs écrivains et écrivaines. Nous avons retenu le registre « soutenu », correspondant à une façon recherchée de s’exprimer. Nous avons également utilisé les deux registres : « familier » et « très familier ». Nous n’avons pas retenu les marques « populaire » ni « argotique », qui ne conviennent guère à la situation sociolinguistique du Québec. Pour compléter notre description de l’usage du français au Québec, nous avons aussi développé un système de marques et remarques normatives. À cet égard, nous avons cherché à être clairs et explicites tout en reflétant le plus possible la réalité langagière du Québec, en prenant en compte le jugement que portent les Québécoises et Québécois sur leurs mots.

42Mais le projet est beaucoup plus large et complexe. Nous avons repensé certains aspects de la pratique lexicographique québécoise dans un environnement entièrement informatique, dont l’infrastructure est une plateforme informatique intégrée de traitement des données lexicographiques. Nous avons de plus, grâce à la BDTS, procédé à la description de la langue dans un contexte nord-américain ; nous y avons tiré les exemples et les citations. Nous avons par ailleurs toujours pris soin de faire le pont avec la francophonie, ce qui nous a obligés à développer un système original de marques topo-lectales cohérent avec notre description.

43En collaboration avec nos consultants spécialistes, nous avons également enrichi les rubriques étymologiques, notamment pour ce qui est des mots, des sens et des expressions caractéristiques du Québec et de l’Amérique du Nord. Nous avons aussi adapté certaines prononciations maintenant reconnues comme standard au Québec. Nous avons en outre modernisé la description pour ce qui est de la féminisation des titres de fonction, des rectifications de l’orthographe, de la grammaire nouvelle, des abréviations, des sigles et des acronymes, des gentilés, etc. Enfin, une centaine d’articles encyclopédiques témoignent de notre histoire, de notre environnement, de notre langue et de notre culture.

44En dernier lieu, ce projet s’inscrit dans le développement d’une expertise québécoise en lexicographie. Celui-ci comprend également la conception d’outils technologiques de pointe en linguistique informatique et en lexicographie informatique, soit une banque de données textuelles représentative du français en usage au Québec, de même que des bases de données linguistiques et lexicographiques, une plateforme informatique intégrée de traitement des données lexicographiques, qui prend en charge l’interrogation avancée de ces bases, le formatage des résultats pour divers supports, qui dirige la saisie des données dans les nouveaux articles, etc. Ces données sont en outre essentielles pour l’intégration du français standard en usage au Québec dans les nouvelles technologies de l’information (correcteurs orthographiques, logiciels de reconnaissance vocale, etc.). Ce projet offre enfin de nombreuses possibilités de transferts tant linguistiques que technologiques ; certains sont déjà en cours, notamment avec le Trésor de la langue française et le projet panfrancophone Morphalou, pour les premiers, et avec l’OQLF, projet de Banque de terminologie multilingue (BTML), pour les seconds, etc.

Auteurs

Professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke. Elle a été, de 1972 à 1990, responsable du Bureau de l’Office de la langue française de l’Estrie et chef du Service des linguistes des bureaux régionaux. Elle a participé, en tant que commissaire, aux États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec. Elle est auteure ou coauteure d’une dizaine d’ouvrages de référence, dont Le français au bureau, Rédaction technique et administrative, La qualité de la langue au Québec, Le français québécois : usages, standard et aménagement, etc. Elle codirige actuellement l’élaboration d’un dictionnaire général et normatif du français en usage au Québec.

Professeur de linguistique à l’Université de Sherbrooke. En 1985, il a été nommé doyen de la Faculté des lettres et sciences humaines de cette même université. En 1988, il est devenu président du Conseil de la langue française. II est l’auteur ou coauteur de plusieurs publications savantes portant sur le français québécois comme le Dictionnaire de fréquence des mots du français parlé au Québec (Peter Lang, New York) et de publications destinées à un large public comme La qualité de la langue au Québec et Le français québécois : usages, standard et aménagement (IQRC, Québec). Depuis 2001, il codirige une équipe de recherche portant sur le français standard en usage au Québec en vue de la publication prochaine d’un dictionnaire du français au Québec et dans la francophonie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search