Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Le marquage lexicographique, un éclairage sociolinguistique

Jacques Maurais

Texte intégral

  • 1 Sur la notion de français de référence, voir Le français de référence : constructions et appropria (...)

1Dans le bilan de la situation linguistique publié en 1996 par le gouvernement du Québec, on peut lire le jugement suivant : « Le public ne semble pas prêt à suivre la voie tracée par ceux qui voudraient, dans les dictionnaires, traiter le français québécois comme un tout, sans aucune référence au français parlé ailleurs dans le monde » (Gouvernement du Québec, 1996, p. 184). Se trouve ainsi posée la question du marquage dans les ouvrages lexicographiques, marquage d’abord topolectal, mais aussi, par implication, marquage normatif (quels sont les usages québécois acceptables ?). Le présent article a pour objectif d’apporter un éclairage sociolinguistique à la question du marquage lexicographique en présentant l’opinion du public québécois puis en évaluant sa capacité à repérer les québécismes dans de courts textes. Nous analyserons aussi les réponses données lorsque l’on demande aux enquêtés de repérer, dans de courts textes contenant un certain nombre de québécismes, les mots qui sont considérés comme n’appartenant pas au « bon français ». Enfin, nous étudierons les réponses données lorsque l’on demande de nommer une série d’objets : utilise-t-on des mots du français de référence1 ou des québécismes ?

L’OPINION DE LA POPULATION QUÉBÉCOISE SUR LES MARQUES LEXICOGRAPHIQUES

  • 2 Voir Jacques Maurais, 1977, spécialement p. 33.

2Dans une enquête effectuée en 1998, on a posé la question suivante à un échantillon représentatif de la population québécoise : « Est-ce que les mots qui sont utilisés seulement au Québec devraient être marqués d’une façon spéciale dans les dictionnaires ? » La même question a été posée de nouveau en 20042. Comme on peut le voir au Tableau 1, près des deux tiers des personnes interrogées croient que les québécismes devraient être marqués d’une façon spéciale dans les dictionnaires. Cette opinion varie en fonction de la scolarité : plus on est scolarisé et plus on est pour le marquage des québécismes. L’effet de la scolarité sur la réponse à cette question est on ne peut plus clair, comme l’illustre le Graphique 1.

Tableau 1. « Est-ce que les mots qui sont utilisés seulement au Québec devraient être marqués d’une façon spéciale dans les dictionnaires ? »

1998

2004

(N)

(1504)

(1567)

oui

65,9

64,4

non

34,1

35,6

Pas de différences significatives entre les années

3Les personnes qui ont voyagé à l’étranger sont beaucoup plus favorables au marquage des québécismes (en 2004 : 71,3 %, contre 62,2 % chez les personnes qui n’ont jamais voyagé à l’étranger). Par ailleurs, plus on vit dans un milieu urbanisé, plus on est pour le marquage des québécismes. En 1998, à Mont réal, on se prononçait à 69,3 % pour le marquage des québécismes, mais cette proportion se réduisait à 63,5 % dans le reste du Québec.

Graphique 1. Les québécismes devraient être marqués dans les dictionnaires, selon la scolarité, 2004

Graphique 1. Les québécismes devraient être marqués dans les dictionnaires, selon la scolarité, 2004

4Une autre question a porté sur les mots québécois familiers ou vulgaires (« Est-ce que les mots québécois familiers ou vulgaires devraient être marqués d’une façon spéciale dans un dictionnaire ? »). Curieusement, l’appui au marquage diminue quelque peu par rapport aux réponses à la question précédente : plus de la moitié (55 %) des enquêtés croient que les mots québécois familiers ou vulgaires devraient être marqués dans les dictionnaires. Cette diminution est sans doute explicable par le fait que le public estime que ces mots n’ont pas leur place dans un dictionnaire. En effet, une autre question proposait l’affirmation « Les mots vulgaires et les sacres ne devraient pas faire partie d’un dictionnaire » et elle a reçu un taux d’approbation voisinant les deux tiers. Il faut toutefois nuancer ce jugement, car une troisième question, portant sur le même thème, mais ne faisant pas référence aux jurons (« Est-ce que les dictionnaires québécois doivent aussi renfermer des mots québécois familiers ou vulgaires employés dans la langue parlée seulement au Québec ? »), partageait les enquêtés presque également entre l’adhésion et le refus.

5On constate donc, à la lecture de ces résultats, que les Québécois sont sensibles à la question du marquage lexicographique. Mais qu’en est-il de leur capacité de repérer, dans un texte, les mots propres au français du Québec ?

LE REPÉRAGE DES QUÉBÉCISMES

  • 3 Québécois adultes (c’est-à-dire âgés de 18 ans et plus), de langue maternelle française, nés au Qu (...)

6En 1983, Annette Paquot (1988) avait présenté à un échantillon représentatif de la population des régions métropolitaines de Mont réal et de Québec3 de courts textes en demandant d’y repérer les québécismes (ou plutôt les canadianismes, concept plus familier du grand public). La même enquête a été reprise en 2006. Les textes comprennent 29 régionalismes : 18 sont des régionalismes de sens et 11 des régionalismes de forme. Ou, selon l’autre typologie proposée aussi par Annette Paquot, 16 sont des régionalismes de formation française (archaïsmes, dialectalismes ou innovations) et 13 des mots d’emprunts (à l’anglais ou aux langues amérindiennes). Pour faciliter la comparaison entre l’étude d’Annette Paquot et la nôtre, nous reprendrons les mêmes typologies, sans les critiquer ni les modifier. On trouve les justifications à la base du classement des mots selon les catégories de ces typologies dans le glossaire produit par Steve Canac-Marquis, du Trésor de la langue française au Québec, et qui figure en annexe de l’ouvrage d’Annette Paquot (1988, p. 101-124). En 1983, une majorité de Québécois habitant Mont réal et Québec (50,5 %) étaient capables de reconnaître les québécismes dans un texte : cette proportion est montée à 54,4 % en 2006.

  • 4 Pour les résultats détaillés, voir Office québécois de la langue française, 2007.

7Nous ne présenterons pas ici de tableaux détaillant les résultats4, mais un tableau plus général (voir Tableau 2) présentant les résultats selon la seconde des deux typologies. Nous nous contenterons de plus de centrer notre propos sur les conclusions qui peuvent être tirées au regard de la question du marquage lexicographique.

8En ce qui concerne la première typologie (régionalismes de sens/régionalismes de forme), il n’y a pas, de 1983 à 2006, de différence statistiquement significative dans la reconnaissance des québécismes de sens. En revanche, il y a une évolution marquée pour ce qui est des québécismes de forme : en 1983, 60,4 % des répondants ont repéré les québécismes de forme et cette proportion est montée à 67,2 % en 2006, ce qui représente une hausse statistiquement significative. Mais cette catégorie est dominée par la présence d’anglicismes lexicaux et d’amérindianismes (9 termes sur 11). Plus que la forme, c’est vraisemblablement le statut d’emprunt qui explique la hausse dans la reconnaissance de ce type de québécisme.

9La seconde typologie apporte donc un éclairage plus pertinent pour notre propos (voir Tableau 2). On reconnaît un peu plus les québécismes de formation française en 2006 qu’en 1983. Mais, surtout, ce sont les québécismes d’emprunt qui sont davantage repérés : en 2006, 63,2 % des répondants ont repéré des québécismes d’emprunt alors qu’en 1983 ils avaient été 57,8 % à le faire. Cette hausse touche essentiellement les amérindianismes, dont le taux de reconnaissance passe de 23,4 % à 38,5 % ; quant à la reconnaissance des anglicismes, elle demeure pour ainsi dire stable puisqu’elle ne progresse que de 68,1 % à 70,6 %.

10Si maintenant l’on regarde d’un peu plus près les québécismes de formation française, on constate que, tant en 1983 qu’en 2006, les mots qui peuvent être considérés comme familiers sont davantage repérés (claques, s’enfarger et pitonnage, dont les scores dépassent les 80 % en 2006). On note aussi que les mots qui sont associés à la culture traditionnelle (tourtière, cretons, prélart) sont plus reconnus comme québécismes en 2006 qu’en 1983. Parmi les mots de formation française dont les résultats présentent des différences statistiquement significatives, deux autres méritent un commentaire. Barrer est moins reconnu comme québécisme en 2006 qu’en 1983 ; cela est sans doute explicable par la diffusion, depuis l’époque de la première enquête, de l’expression rue (ou route) barrée là où, autrefois, on utilisait systématiquement le calque rue (ou route) fermée. Bien que l’expression barrer une porte ait été maintes fois critiquée (et on en trouve un reflet dans le score de 53,6 % en 1983), la généralisation, dans la langue écrite et dans les médias, de l’expression rue (ou route) barrée a sans doute contribué à légitimer l’extension de sens accordée au verbe barrer. Enfin, dactylo, employé au sens de machine à écrire, avait été peu détecté en 1983, mais l’est beaucoup plus en 2006. L’explication réside sans doute dans le fait que la fonction de dactylo est disparue, l’ordinateur ayant remplacé la machine à écrire ; conséquemment le mot, peu importe qu’il désigne une personne ou une chose, est désormais plus susceptible d’attirer l’attention.

11L’enquête montre donc que sur une période de près d’un quart de siècle la capacité des habitants des régions métropolitaines de Mont réal et de Québec à reconnaître des québécismes dans un texte s’est accrue de manière significative. Mais ce résultat est explicable essentiellement par une plus grande sensibilité aux emprunts — non une plus grande sensibilité aux anglicismes uniquement puisque le texte comprenait aussi trois amérindianismes, dont le taux de reconnaissance a fortement crû, passant de 23,4 % en 1983 à 38,5 % en 2006. Il n’en demeure pas moins que le taux de reconnaissance des anglicismes lexicaux est très élevé (84,0 % en 1983, 88,3 % en 2006).

Tableau 2. Reconnaissance des québécismes dans un texte, RMR* de Montréal et de Québec, 1983 et 2006

Tableau 2. Reconnaissance des québécismes dans un texte, RMR* de Montréal et de Québec, 1983 et 2006

* Région métropolitaine de recensement.

LE JUGEMENT PORTÉ SUR LES QUÉBÉCISMES

12Une autre question de l’enquête de 1983 demandait de repérer, dans de courts textes, les mots qui ne sont pas considérés comme appartenant au « bon français », c’est-à-dire « au français dont les grammaires et les dictionnaires donnent le modèle ». Pour éviter les malentendus quant à l’interprétation, il peut être utile de préciser que le choix des québécismes illustrant ces textes n’inclut pas que des québécismes condamnés par les autorités normatives. Ainsi, pour ne donner que deux exemples de mots apparaissant dans les textes de l’enquête, beigne est un régionalisme accepté par la plupart des auteurs et battures est un terme qui a même été normalisé par l’Office québécois de la langue française.

13En 2006, 39,9 % des répondants ont désigné un ou des québécismes qui apparaissaient dans les textes qui leur étaient présentés et qu’ils considéraient comme n’appartenant pas au « bon français » ; cette proportion était de 30,7 % en 1983. Cette différence est statistiquement significative. Sur les 34 mots contenus dans ces courts textes, 22 ont connu des changements statistiquement significatifs dans l’évaluation que les répondants en font. Ces changements, lorsqu’ils sont significatifs, sont négatifs, sauf pour deux mots, encabané et hambourgeois. Le Tableau 3 présente les résultats selon la typologie québécismes de formation française/québécismes d’emprunt. Dans les deux cas, il y a, en 2006 par rapport à 1983, significativement plus de personnes qui déclarent que des québécismes n’appartiennent pas au « bon français ». Nous passerons en revue les résultats selon ces deux types de québécismes.

  • 5 Notons que le mot votation est courant en Suisse.

14Si l’on considère les québécismes de formation française, la hausse dans la proportion des termes considérés comme n’appartenant pas au « bon français » est faible et est explicable principalement par les résultats plus élevés des mots venir et votation en 2006. Dans le texte présenté aux enquêtés, venir apparaissait dans la phrase suivante : « Vous voulez venir vite riche ? » Ce sens est considéré comme un archaïsme (Poirier, 1980, p. 43-80) et il n’est donc pas étonnant que le mot soit davantage repéré en 2006 que 23 ans plus tôt. Quant au mot votation, il doit sans doute à son caractère peu fréquent d’attirer l’attention des enquêtés ; d’ailleurs, il est lui aussi considéré comme un archaïsme (Darbelnet, 1982)5. Si l’on enlève donc les mots venir et votation du tableau des résultats, il n’y a plus de différence significative entre 1983 et 2006.

15Il n’y a pas non plus de différence significative entre les années si nous enlevons du tableau les mots hambourgeois et moufflet. C’est que ces deux mots ont un statut ou un historique particulier qui pourrait justifier qu’on ne les prenne pas en compte dans l’analyse. En effet, ils font partie des termes que la Régie (comme s’appelait alors l’Office) de la langue française a proposés lorsqu’un quotidien a dénoncé, à la veille des élections de 1976, le fait que le projet de loi 22, qui était la loi linguistique alors en vigueur, n’était pas respecté dans l’affichage des menus de la cafétéria située tout près du bureau du premier ministre. Le mot moufflet (proposition inspirée d’une traduction du mot muffin donnée dans une ancienne édition du Larousse anglais-français) n’est jamais passé dans l’usage. Quant au mot hambourgeois, les réponses à une autre question de notre enquête montrent qu’il est connu de plus de deux Québécois sur cinq, même s’il n’est pas utilisé (sauf très rarement à l’écrit).

16On constate par ailleurs que, dans la catégorie des québécismes de formation française, quatre termes considérés comme standard par les autorités normatives sont effectivement très peu désignés par les enquêtés comme n’appartenant pas au « bon français » : battures, beigne, bleuet, tire. On notera que ce sont quatre mots dont on peut dire qu’ils ont une valeur patrimoniale. La réalité des chiffres nous force à inclure dans cette analyse le mot partisanerie, dont plusieurs ne nieront pas le caractère traditionnel.

17De plus, en n’observant toujours que les québécismes de formation française apparaissant dans le Tableau 3, on constate que les termes considérés comme n’appartenant pas au « bon français » et qui ont un score supérieur à 30 % ont un caractère familier ou sont sans doute en train de l’acquérir (achaler, cadran, encabané, frette, piler, rester, vidanges).

18Si on étudie maintenant les québécismes d’emprunt du Tableau 3, on constate que la proportion des enquêtés qui déclarent que des québécismes de ce type ne sont pas considérés comme appartenant au « bon français » a connu une croissance importante, passant de 25,9 % en 1983 à 41 % en 2006. Cette croissance est particulièrement remarquable parce que tous les emprunts de la liste sont des emprunts sémantiques et des calques, donc beaucoup plus difficiles à détecter que des anglicismes lexicaux. Un seul emprunt sémantique est quasi unanimement détecté : malle (la poste), à 95,3 % en 2006, en hausse d’une vingtaine de points depuis 1983. Cinq emprunts reçoivent un score négatif de plus de 60 % : bicycle (bicyclette), engagé (occupé), longue-distance (appel interurbain), pamphlet (brochure) et soubassement (sous-sol). Fait à noter, pour ces cinq mots tout comme pour le mot malle, le score négatif est plus élevé en 2006 qu’en 1983. Cinq autres emprunts sont très peu détectés : breuvage (boisson), comté (circonscription électorale), patronage (favoritisme), professionnel (personne qui exerce une profession libérale) et sous-marin (variété de sandwich). Deux de ces termes (sous-marin et professionnel) ne présentent pas de différence significative entre les résultats de 1983 et ceux de 2006 ; mais, pour les trois autres, la différence dépasse les sept points et l’évolution s’est faite dans le sens d’une accentuation du jugement négatif.

19De l’analyse des résultats à la question demandant aux enquêtés de repérer dans un texte les québécismes qui sont considérés comme n’appartenant pas au « bon français », il ressort que ce ne sont pas tous les québécismes qui reçoivent un jugement défavorable. En particulier, les enquêtés sont peu nombreux à considérer comme n’étant pas du « bon français » les québécismes de formation française désignant des réalités appartenant à ce que l’on pourrait appeler le patrimoine. En revanche, on constate que de 1983 à 2006 les emprunts sont de moins en moins considérés comme appartenant au « bon français ». Mais ce qu’il faut surtout retenir, c’est que la sensibilité aux emprunts ne s’applique pas qu’aux anglicismes lexicaux, elle s’étend aussi aux anglicismes sémantiques et aux calques et elle a connu une hausse significative sur une période de près d’un quart de siècle.

Tableau 3. Québécismes de formation française et québécismes d’emprunt considérés comme n’appartenant pas au « bon français », RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006

Tableau 3. Québécismes de formation française et québécismes d’emprunt considérés comme n’appartenant pas au « bon français », RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006

LA CONNAISSANCE ET L’UTILISATION DÉCLARÉE DES MOTS DU « FRANÇAIS DE RÉFÉRENCE » ET DES QUÉBÉCISMES

20On a vu dans les paragraphes précédents qu’une majorité de Québécois habitant Mont réal et Québec (50,5 % en 1983, 54,4 % en 2006) sont capables de reconnaître les québécismes dans un texte. D’autres questions de la même enquête permettent de mesurer la connaissance des mots français et des québécismes. On présentait aux enquêtés une série d’illustrations et on leur posait les questions suivantes : « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » « Existe-t-il un autre mot ? » « Lequel de ces mots utilisez-vous le plus souvent ? »

21Le Tableau 4 présente de façon simplifiée les résultats à la question « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? », car nous ne présentons que les pourcentages et nous avons omis les dénominations non pertinentes (mauvaises interprétations de l’image, dénominations approximatives, trop génériques ou trop particulières) et les non-réponses. En 1983, 54,4 % des personnes interrogées ont utilisé un québécisme pour nommer l’objet présenté et 37,4 % un mot français. La situation est tout autre en 2006 : 49,8 % des personnes interrogées ont donné un mot français contre 43,9 % qui ont donné un mot québécois. Les différences entre 1983 et 2006 sont statistiquement significatives.

22Selon une interprétation littérale de la question posée et des résultats, les enquêtés déclarent donc utiliser plus de mots du français de référence en 2006 que de québécismes, plus de mots du français de référence en 2006 qu’en 1983 et moins de québécismes en 2006 qu’en 1983. En réalité, l’ajout, en 2006, de la question « Lequel de ces mots utilisez-vous le plus souvent ? », qui suivait la question « Existe-t-il un autre mot ? », montre que ces conclusions sont prématurées. En effet, en 2006, 41,5 % des personnes interrogées ont déclaré, en réponse à la troisième question, utiliser le plus souvent des mots du français de référence contre 49,8 % des mots québécois — alors que l’interprétation littérale de la première question conduit à la conclusion contraire. On voit donc que les enquêtés ont réagi à la formulation de la première question comme s’ils étaient dans une situation d’examen scolaire et qu’ils ont interprété cette question non comme leur demandant de déclarer leur usage habituel, mais comme leur demandant la dénomination « correcte », en « bon français », de l’objet illustré.

Tableau 4. « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » (ordre de fréquence décroissante des québécismes en 1983) RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006, en %

Tableau 4. « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » (ordre de fréquence décroissante des québécismes en 1983) RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006, en %

La première colonne offre, en romains, le terme français « attendu » suivi, en italiques, du régionalisme « attendu ». D’autres termes français et d’autres régionalismes, mais en moindre nombre, ont été proposés et sont intégrés dans les résultats.
Les cellules ombrées signalent les différences statistiquement significatives (test de différence des pourcentages, < 0,05).

23Il est possible de mesurer la connaissance qu’ont les enquêtés des mots français et des québécismes si l’on additionne les réponses aux questions « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » et « Existe-t-il un autre mot ? » (voir Tableau 5). Ce qui surprendra sans doute le plus au premier abord, c’est le fait que les résultats dépassent parfois les 100 %. Cela est facilement explicable : c’est ainsi que plusieurs personnes, après avoir répondu bicyclette, ont donné comme synonyme vélo, voire bécane, plutôt que le régionalisme « attendu » bicycle ; d’autres ont répondu par deux régionalismes, aiguisoir et aiguise-crayon, dans le cas du taille-crayon.

24Une autre constatation intéressante est qu’il n’y a pas de différence dans la moyenne de connaissance des mots français et des québécismes : les trois quarts des réponses sont des mots français et autant des québécismes. De plus, on doit souligner le fait que deux mots, que l’on aurait pu a priori croire caractéristiques du français européen et probablement presque inconnus au Québec, moufle et landau, sont connus de plus du quart des enquêtés (respectivement 26,4 % et 29,2 %).

  • 6 C’est-à-dire en réponse à la question « Lequel de ces mots utilisez-vous le plus souvent ? ».
  • 7 Pour plus de détails, voir Office québécois de la langue française, 2007, Tableau 1.11.

25Même si les locuteurs disent employer pour désigner les objets à propos desquels on les interrogeait plus de québécismes que de mots du français de référence, la présence de ces derniers dans l’usage déclaré6, si elle peut être marginale dans certains cas (0,6 % dans le cas de moufle, 6,3 % pour taille-crayon, 6,8 % pour landau, 7,1 % pour chaussette), n’est généralement pas négligeable (tous les autres mots du français de référence ayant des scores supérieurs à 10 %)7. Les mots du français de référence font donc l’objet, dans le pire des cas, d’une connaissance théorique qui ne se reflète pas dans l’usage de tous les jours. Et s’il est difficile d’affirmer qu’un mot du français de référence n’est pas en usage au Québec, il l’est par conséquent encore plus d’affirmer qu’il y est inconnu. Il faut donc donner raison à Claude Poirier (1983) lorsqu’il parle de « l’intrication des mots régionaux et des mots du français général dans le discours québécois » — et, ajouterons-nous, dans le discours métalinguistique, ce qui est le cas dans notre enquête.

Tableau 5. Connaissance des mots français et de leurs équivalents québécois, RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006, en %

Mots français %

Québécismes %

moufle/mitaine

26,4

98,5

taille-crayon/aiguisoir

30,3

116,4

landau/carrosse

29,2

78,8

chaussette/bas

53,9

99,9

épi de maïs/blé d’Inde

80,6

95,6

cintre/support

82,6

90,0

gomme (à effacer)/efface

81,8

91,4

seau/chaudière

85,5

89,1

caoutchoucs/claques

19,4

90,3

ventilateur/fan

86,1

61,0

bicyclette/bicycle

130,1

50,0

réveille-matin/cadran

83,7

77,4

aspirateur/balayeuse

87,9

84,5

robinet/champlure

86,9

64,9

soutien-gorge/brassière

90,9

89,1

feu de signalisation/lumières

77,8

81,9

billet d’un dollar/piastre

84,4

51,9

trombone/clip

85,8

7,0

tricycle/bicycle à trois roues

86,9

12,1

hamburger/hambourgeois

104,4

41,7

Moyenne

74,7

73,6

Le tableau est obtenu par l’addition des réponses aux questions « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » et « Existe-t-il un autre mot ? ». Tout comme dans le tableau précédent, la première colonne offre, en romains, le terme français « attendu » suivi, en italiques, du régionalisme « attendu ». D’autres termes français et d’autres régionalismes, mais en moindre nombre, ont été proposés et sont intégrés dans les résultats.

26Dans ces conditions, la marque topolectale « francisme » nous paraît des plus discutables, sauf peut-être dans le cas des statalismes mais, même alors, elle mériterait d’être utilisée avec la plus grande prudence quand on sait l’influence que les usages administratifs français continuent d’exercer dans les autres pays francophones, singulièrement en Afrique.

  • 8 Rappelons que, dans le cas de l’enquête sur la norme, nous avions un échantillon représentatif de (...)

27La sociolinguistique, quand on ne la réduit pas au variationnisme légitimant par principe tous les usages sans prendre en compte les jugements portés par les locuteurs sur les usages en concurrence dans leur communauté linguistique, permet d’apporter un certain éclairage sur la question des marques. Les enquêtes que nous avons menées montrent que les Québécois8 ont des opinions assez tranchées en ce qui concerne la présence de marques dans les dictionnaires, qu’ils peuvent en majorité repérer des québécismes dans un texte, qu’ils ont souvent une opinion sur les québécismes qui peuvent être considérés comme du « bon français » et qu’ils disposent, au moins virtuellement, d’un répertoire lexical leur permettant, dans plusieurs cas, de choisir entre le mot du français de référence et son équivalent québécois.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Corbeil, Jean-Claude (2007), L’embarras des langues. Origine, conception et évolution de la politique linguistique québécoise, Mont réal, Québec Amérique.

Darbelnet, Jean (1982), « Statut de certains québécismes au sein de la francophonie », Langues et linguistique, vol. 2, no 8, p. 1-16.

Le français de référence : constructions et appropriations d’un concept, Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain (2000), vol. 26, no 1-4.

Gouvernement du Québec (1986), Le français, langue commune. Enjeu de la société québécoise. Rapport sur la situation de la langue française, Québec, Ministère de la Culture et des Communications.

Maurais, Jacques (1977), Les Québécois et la norme. L’évaluation par les Québécois de leurs usages linguistiques, Mont réal, Office de la langue française, coll. « Suivi de la situation linguistique », étude 7.

Office québécois de la langue française (2007), Le vocabulaire des Québécois, étude comparative (1983 et 2006), Mont réal, Office québécois de la langue française, coll. « Suivi de la situation linguistique ».

Paquot, Annette (1988), Les Québécois et leurs mots. Étude sémiologique et sociolinguistique des régionalismes lexicaux au Québec, Québec, Conseil de la langue française/Presses de l’Université Laval ; édition électronique : <http://www.cslf.gouv.qc.ca/publications/PubF105/F105ch1.html>.

Poirier, Claude (1980), « Le lexique québécois : son évolution, ses composantes », Culture populaire et littératures au Québec, René Bouchard (dir.), Saratoga (CA), Anima Libri.

Poirier, Claude (1983), « L’intrication des mots régionaux et des mots du français général dans le discours québécois », Langues et linguistique, no 9, p. 45-67.

Notes

1 Sur la notion de français de référence, voir Le français de référence : constructions et appropriations d’un concept, Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain (2000). Comme l’explique Jean-Claude Corbeil, « selon la mode actuelle, il vaut mieux utiliser l’expression “français de référence” pour désigner le français décrit par les dictionnaires et les grammaires publiés en France » (2007, p. 313).

2 Voir Jacques Maurais, 1977, spécialement p. 33.

3 Québécois adultes (c’est-à-dire âgés de 18 ans et plus), de langue maternelle française, nés au Québec.

4 Pour les résultats détaillés, voir Office québécois de la langue française, 2007.

5 Notons que le mot votation est courant en Suisse.

6 C’est-à-dire en réponse à la question « Lequel de ces mots utilisez-vous le plus souvent ? ».

7 Pour plus de détails, voir Office québécois de la langue française, 2007, Tableau 1.11.

8 Rappelons que, dans le cas de l’enquête sur la norme, nous avions un échantillon représentatif de l’ensemble de la population québécoise francophone adulte. Pour les enquêtes sur le vocabulaire, l’échantillon n’est représentatif que de la population adulte de langue maternelle française des régions métropolitaines de Mont réal et de Québec.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Les québécismes devraient être marqués dans les dictionnaires, selon la scolarité, 2004
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau 2. Reconnaissance des québécismes dans un texte, RMR* de Montréal et de Québec, 1983 et 2006
Légende * Région métropolitaine de recensement.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 3. Québécismes de formation française et québécismes d’emprunt considérés comme n’appartenant pas au « bon français », RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau 4. « Comment nommez-vous habituellement cet objet ? » (ordre de fréquence décroissante des québécismes en 1983) RMR de Montréal et de Québec, 1983 et 2006, en %
Légende La première colonne offre, en romains, le terme français « attendu » suivi, en italiques, du régionalisme « attendu ». D’autres termes français et d’autres régionalismes, mais en moindre nombre, ont été proposés et sont intégrés dans les résultats.Les cellules ombrées signalent les différences statistiquement significatives (test de différence des pourcentages, < 0,05).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteur

Jacques Maurais a été terminologue à l’Office de la langue française de 1973 à 1980. Il a été parallèlement chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières (en terminologie et en linguistique historique). De 1980 à 2002, il a été chercheur au Conseil de la langue française. Il travaille maintenant à l’Office québécois de la langue française où il est, depuis 2006, coordonnateur de la recherche et de l’évaluation. Seul ou en collaboration, il a publié plusieurs ouvrages. Il est membre de plusieurs comités scientifiques. En 1998, il a été élu premier vice-président du comité de recherche en sociolinguistique de l’Association internationale de sociologie pour un mandat de quatre ans. Il a été, de 2002 à 2006, coordonnateur du réseau Sociolinguistique et dynamique des langues de l’Agence universitaire de la Francophonie.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search