Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Genèse et évolution du Multidictionnaire de la langue française

Monique C. Cormier

Texte intégral

1Le Multidictionnaire de la langue française, de Marie-Éva de Villers, procède d’une démarche originale qui vise, comme le souligne Jean-Claude Corbeil (2003, p. xi) dans la préface de l’ouvrage, à « fournir une réponse sûre à toutes les questions linguistiques qui peuvent se poser ». En 2008, l’ouvrage fête ses vingt ans et la cinquième édition est en cours de réalisation.

2Dans l’introduction du dictionnaire, l’auteure (Villers, 2003, p. xiii) rappelle l’objectif premier de la publication, celui de « constituer un mode d’emploi complet et actuel de la langue française sous toutes ses facettes, de fournir les indications les plus pertinentes sur l’usage, de neutraliser les frontières entre les diverses questions linguistiques ».

3Est-il question d’orthographe, de grammaire, de syntaxe, de distinctions sémantiques, d’emplois propres au français du Québec, de conjugaison, de typographie ou d’interférences entre le français et l’anglais ? Les précisions et les notes explicatives sont classées dans un seul ordre alphabétique, celui du mot recherché, dans le but de fournir un accès facile à l’information utile. En raison de cette intégration des éléments et d’un parti pris de grande lisibilité, le Multi, comme on le nomme familièrement, se caractérise par sa dimension pédagogique et sa convivialité. C’est probablement ce qui explique sa large diffusion et l’accueil plus que favorable reçu aussi bien de la part des membres des professions langagières, des médias, du milieu de l’enseignement, des entreprises que du grand public.

HISTORIQUE

4Il est utile de reculer quelque peu dans le temps pour situer et expliquer l’origine du Multidictionnaire. En 1970, le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, s’engage à « faire du français la langue de travail ». À cette fin, plusieurs terminologues sont recrutés par l’Office de la langue française (OLF), qui voit son mandat élargi. Désormais, l’organisme est chargé notamment de rechercher et de diffuser les terminologies françaises appartenant au tronc commun de la gestion et au tronc commun industriel. Parallèlement à l’effort gouvernemental, de nombreuses entreprises québécoises se dotent d’un service linguistique composé de traducteurs et de terminologues qui se mettent à la recherche des termes français de leur secteur d’activité économique (par exemple, les termes de l’électricité par Hydro-Québec, les termes de l’informatique par IBM, les termes des télécommunications par Bell Canada).

5Une étroite collaboration s’établit entre l’OLF, la Société des traducteurs du Québec et les langagiers des services linguistiques des entreprises. Le Québec devient une véritable ruche linguistique où chacun s’active à élaborer la terminologie française de son domaine. C’est ainsi que pas moins de 700 lexiques ou vocabulaires spécialisés des différents secteurs d’activité économique ont été conçus par des entreprises ou des organismes dans le contexte de ce vaste chantier linguistique (Villers, 1990).

6De 1970 à 1980, Marie-Éva de Villers travaille à titre de terminologue à l’OLF où elle dirige les recherches portant sur les termes du tronc commun de la gestion. En outre, elle répond aux consultations portant sur les termes spécialisés de ce domaine, consultations provenant principalement des entreprises, des organismes gouvernementaux et des écoles ou facultés de gestion.

7À compter de septembre 1980, elle bénéficie d’un congé d’études pour entreprendre une maîtrise en administration des affaires à l’École des HEC de Mont réal. Titulaire d’un MBA en 1982, elle revient à son poste à l’Office de la langue française. À cette époque, le Service des consultations linguistiques et terminologiques de l’organisme reçoit plus de 100 000 demandes par année. Pour chaque consultation reçue, le ou la terminologue de l’OLF remplit une fiche comportant les coordonnées du demandeur, la question posée, la réponse donnée et les références utiles, si besoin est. C’est à partir de ces fiches que sont compilées les statistiques sur les consultations linguistiques et terminologiques qui figureront dans le rapport d’activités annuel de l’organisme.

8Peu après son retour à l’OLF au terme de son congé d’études, Marie-Éva de Villers aperçoit plusieurs boîtes remplies de fiches du Service des consultations que l’on a déposées à proximité d’un ascenseur. Ces emballages portent tous une inscription tracée au feutre noir : « À jeter ». Littéraire et linguiste de formation, mais aussi fraîche émoulue d’une école de gestion, spécialisée en marketing, elle se dit que ces relevés constituent l’expression détaillée d’un besoin non satisfait et qu’il faudrait exploiter davantage cette riche substance. En effet, les fiches de consultation servent à la compilation de statistiques mensuelles, mais ne sont conservées et classées que celles qui portent sur une question linguistique ayant nécessité une recherche assez longue et la consultation de plusieurs ouvrages. Par ailleurs, les questions de terminologie font ensuite l’objet de fiches de terminologie en bonne et due forme, versées dans la Banque de terminologie du Québec.

9Étant donné que la majorité des personnes qui consultent l’OLF disposent déjà d’un dictionnaire — Le Petit Larousse ou Le Petit Robert —, Marie-Éva de Villers en conclut que ces ouvrages n’apportent pas toutes les réponses aux questions que se posent les nombreux usagers du Service des consultations de l’Office de la langue française. Elle se dit qu’il suffirait de réunir dans un ouvrage les questions les plus fréquemment posées au Service des consultations — et les réponses — pour concevoir un nouveau type de dictionnaire qui répondrait aux besoins spécifiques des locuteurs du Québec.

10Elle prépare un projet en ce sens qu’elle soumet à la direction de l’OLF. Le projet n’est pas retenu, principalement parce que, d’une part, le mandat de l’organisme gouvernemental porte sur la terminologie et non sur la langue générale ; d’autre part, l’organisme ne dispose pas des ressources financières pour mener à bien de tels travaux.

11La terminologue se tourne alors vers la maison d’édition Québec Amérique, qui vient de publier avec grand succès le Dictionnaire visuel de Jean-Claude Corbeil. Elle présente son projet au président-directeur général, Jacques Fortin, en 1986 et fait valoir qu’il s’agit d’un nouveau type de dictionnaire, qu’aucun ouvrage de la francophonie n’intègre dans un seul ordre alphabétique l’ensemble des difficultés, comme elle se propose de le faire. En outre, elle insiste sur le fait que cet ouvrage est destiné au grand public et qu’il se distinguera par son accessibilité, ce qui n’est pas toujours le cas des autres ouvrages de ce type. À titre d’exemple, le Dictionnaire des difficultés de la langue française d’Adolphe Thomas (1956) — le plus connu — a d’abord été conçu pour les rédacteurs des éditions Larousse. Enfin, elle ajoute que son dictionnaire répondra aux questions spécifiques des francophones d’Amérique et s’inspirera de leur environnement et de leur culture.

12Doté d’une intuition certaine, l’éditeur est séduit par le concept original de cet ouvrage et donne son accord sur-le-champ à la publication du futur Multidictionnaire, qui paraîtra en septembre 1988 dans la collection « Langue et culture » dirigée par Jean-Claude Corbeil.

UNE DÉMARCHE ORIGINALE

13Marie-Éva de Villers s’est inspirée des questions de nature linguistique adressées au Service des consultations de l’Office de la langue française (OLF) au cours de quatre mois (de septembre à décembre 1987) pour réunir la matière initiale de l’ouvrage, l’organisme ayant accepté de prêter plusieurs milliers de fiches de consultations linguistiques ou terminologiques. L’examen de ces relevés a démontré que les interrogations des usagers portaient non seulement sur l’ortho graphe, la grammaire et la conjugaison — thèmes habituels des dictionnaires de difficultés —, mais également sur les emplois propres au Québec, les constructions syntaxiques, les distinctions sémantiques, les règles de la typographie, les faux amis, les calques, etc.

14Ces renseignements linguistiques divers figurent dans les ouvrages spécialisés (codes typographiques, recueils d’anglicismes, dictionnaires de québécismes, guides de rédaction ou de correspondance, etc.) et en partie dans les dictionnaires usuels, mais ils ne sont pas toujours à la portée des usagers. Ainsi que l’écrit Jean-Claude Corbeil (1988, p. xi) dans la préface de la première édition du Multi :

Il est ainsi devenu évident qu’il fallait offrir au grand public un nouvel instrument de travail sous la forme d’un dictionnaire polyvalent, de consultation facile. L’usager a besoin de tout en même temps, et rapidement : il importait donc de neutraliser les frontières entre les types de difficultés.

15Lors du colloque sur l’aménagement de la langue au Québec tenu en 1989, Jean-Claude Corbeil (1990, p. 26) est d’avis que le Multi « s’inspire de la linguistique descriptive et veut mettre à la disposition des usagers les renseignements utiles à un usage éclairé du français au Québec, dans le respect de la liberté de chacun ».

LA VISÉE NORMATIVE

16La visée de l’ouvrage est normative : le Multi veut décrire le français de tous les francophones et le bon usage québécois. Il distingue les usages du français standard de ceux qui sont propres au Québec et précise les emplois admis et ceux qui sont jugés incorrects dans un registre courant de communication écrite ou dans un registre familier. Il souligne les écueils de tous types, signale les emplois fautifs et propose les formes correctes à leur substituer.

17En ce qui a trait à la norme, le Multi adopte une position nuancée (Corbeil, 2003, xii) :

L’ouvrage décrit le français standard, tel qu’il est explicité par les grammaires et les grands dictionnaires, noyau dur de la langue française commune à tous les francophones, qui permet l’intercommunication entre l’ensemble des usagers de la langue française, par-delà les particularismes de chaque pays ou de chaque région.

18L’auteure postule que les utilisateurs du Multi veulent être renseignés clairement en ce qui a trait aux emplois qui s’écartent de la norme valorisée au Québec, principalement dans l’usage écrit. En conséquence, les formes fautives sont répertoriées et renvoient aux formes correctes. Précédées d’un astérisque, ces formes critiquées sont classées par ordre alphabétique et notées à la suite de la mention formes fautives. Si le mot clé de l’emploi fautif ne fait pas l’objet d’un article dans le dictionnaire, il est traité comme une entrée — marquée cependant d’un astérisque afin de bien en préciser le statut — et renvoie à la forme correcte correspondante. En cela, le Multi se distingue nettement des autres dictionnaires.

Par ailleurs, de nombreuses notes orthographiques [Image 10000000000000190000000F18BD1AAA.jpg], grammaticales [Image 10000000000000170000000F197DF5D3.jpg], syntaxiques [Image 100000000000000E0000000A22782066.jpg], sémantiques [Image 10000000000000180000000F969D176F.jpg], typographiques [] signalent les pièges de l’orthographe, expliquent les accords difficiles, renseignent sur la construction de la phrase, le choix des modes et des prépositions, explicitent des distinctions de sens, rappellent les règles de la typographie.

19La dimension pédagogique de l’ouvrage est soulignée par Alain Rey (1994, p. 315) :

[…] conçu pour l’utilisateur québécois, joue un rôle didactique précieux tout en atténuant, par ses intentions mêmes, les divergences, les variations au profit d’une norme homogène par ailleurs nécessaire. Cette norme générale est en effet nécessaire à la pédagogie, à la langue cultivée, au discours écrit […].

LE TRAITEMENT DES QUÉBÉCISMES

20Au fil des éditions, le Multidictionnaire intègre de plus en plus de québécismes : ainsi, la cinquième édition comprendra près de 2000 mots ou expressions propres au français du Québec et qui se répartissent en trois grandes classes : les québécismes originaires des provinces de France d’où sont venus s’établir les premiers colons en Nouvelle-France (ex. : achalandé, brunante, ennuyant ou garde-robe, au sens de « placard », croche, au sens de « crochu » ou « malhonnête ») ; les québécismes de création qui servent à dénommer une réalité nord-américaine (ex. : acériculture, aluminerie), à nommer une nouvelle réalité (ex. : cégep, pourvoirie) ou à éviter un emprunt à l’anglais (ex. : baladodiffusion, courriel, dépanneur) ; et enfin les québécismes d’emprunt, formes lexicales provenant d’une langue étrangère et intégrées dans le français standard du Québec (ex. : brunch, coroner, whip pour l’anglais, atoca, carcajou, caribou, inuit, inuktitut, maskinongé pour les langues amérindiennes et inuite). Par ailleurs, l’ouvrage signale les usages propres au Québec et les partage selon leur statut relativement à la norme du français québécois, selon qu’ils sont admis comme standards, qu’ils appartiennent à des registres de langue ou qu’ils sont discutables ou à éviter parce que ce sont des anglicismes ou des formes fautives, parfois simplement vieillies, perpétuées par la tradition orale.

Le Multidictionnaire marque clairement les québécismes : les mots, expressions ou sens propres au français du Québec sont signalés par une icône symbolisant l’usage québécois (ex. : Image 10000000000000140000000F1DE0105D.jpg achigan, Image 10000000000000100000000F1AD3EFD9.jpg babillard, Image 10000000000000120000000FF83CBD89.jpg banc de neige, Image 10000000000000110000000FFF3CBCD0.jpg dépanneur, Image 10000000000000170000000F2D4DEE5F.jpg pourvoirie). L’ouvrage mentionne le terme correspondant en usage dans l’ensemble de la francophonie, s’il y a lieu. Enfin, seuls les termes et significations conformes au bon usage québécois ont été retenus, qu’ils soient de niveau neutre, familier ou plus rarement, littéraire. Les critères de choix de ces mots respectent l’Énoncé d’une politique linguistique relative aux québécismes publié par l’Office de la langue française en 1985.

21L’article ACHALANDAGE illustre bien le traitement réservé aux québécismes dans le Multidictionnaire :

achalandage n. m.
1. Image 10000000000000110000000FC4B8802A.jpg Ensemble des clients attirés par un établissement commercial. (Recomm. off. OLF) L’achalandage d’une boutique. SYN. clientèle.
Image 100000000000001B0000000F0759BB0D.jpg L’emploi de ce nom est courant au Québec, mais il est vieilli en ce sens dans le reste de la francophonie.
2. Image 10000000000000150000000FD1EB99CA.jpg Par extension, ensemble des personnes qui fréquentent un lieu, qui utilisent un service. L’achalandage du métro a augmenté au cours des derniers mois. L’achalandage du métro, de l’aéroport. SYN. fréquentation.
3. Image 10000000000000160000000FB5710DD5.jpg (COMPT.) Partie incorporelle d’une entreprise ayant une valeur financière. La bonne réputation de l’entreprise ou son emplacement constituent des éléments de l’achalandage.
Image 100000000000001D0000000FD44E1BF5.jpg En France et en Belgique, on emploie fréquemment le terme goodwill pour désigner cet élément de l’actif.

Multidictionnaire de la langue française, 4e éd. (2003)

ÉVOLUTION AU FIL DES ÉDITIONS

22En vingt ans, le Multidictionnaire s’est enrichi progressivement. Pour le constater, examinons le traitement de quelques mots dans les différentes éditions.

23En 1988, quand paraît la première édition de l’ouvrage, un certain nombre de mots ne sont en fait que des entrées accompagnées de leurs catégories grammaticales, le principal motif de consultation d’un dictionnaire étant la vérification de l’orthographe. L’évolution de l’article ABAISSER au cours des différentes éditions illustre bien la métamorphose que subit progressivement l’ouvrage.

abaisser v. tr., pronom.
Multidictionnaire des difficultés de la langue française
, 1re éd. (1988)

24En 1989, les éditions Larousse publient à Paris le Dico pratique, version internationale du Multi. Par souci d’uniformité, l’éditeur demande à l’auteure de définir toutes les entrées, de supprimer les titres féminins ne figurant pas dans Le Petit Larousse et d’adapter l’ouvrage au contexte européen. C’est ainsi que toutes les entrées comporteront désormais des définitions concises et que de nombreux ajouts viendront étoffer l’ouvrage.

25En 1992 paraît la deuxième édition enrichie du Multi. Les principales innovations de cette édition sont l’ajout de définitions pour toutes les entrées, l’augmentation de la nomenclature, des québécismes et des néologismes répertoriés, des nouvelles formes fautives signalées, les notes sur les constructions syntaxiques, notamment le choix des prépositions, et de nombreux nouveaux tableaux grammaticaux et typographiques.

26Comme dans l’exemple de l’article abaisser, les formes transitive et pronominale du verbe sont présentées séparément et illustrées par des exemples. Une note sémantique apporte une distinction de sens entre les verbes abaisser et baisser.

abaisser v. tr., pronom.
transitif
1. Faire descendre. Il abaissa la manette.
2. Réduire. Abaisser les prix.
Image 10000000000000180000000F2DB4ED79.jpg Alors que le verbe abaisser signifie surtout « amener à un point plus bas », le verbe baisser signifie plutôt « amener à son point le plus bas ».
pronominal
(LITT.) Se compromettre. S’abaisser à des insinuations.

Multidictionnaire des difficultés de la langue française, 2e éd. (1992)

27La troisième édition augmentée est publiée en 1997 avec un titre modifié, Multidictionnaire de la langue française. Dans la préface, Jean-Claude Corbeil (1997, p. xi) précise que « [l]e Multidictionnaire de la langue française propose […] un nouveau genre de dictionnaire, caractérisé par une approche globale de l’usage plutôt que par la seule description du sens des mots, répondant ainsi aux besoins spécifiques et variés des usagers du XXIe siècle ». Cette édition comporte maintenant des synonymes et des antonymes. Outre les notes sémantiques, des notes syntaxiques précédées par l’icône de l’engrenage précisent le choix des prépositions ou du mode des verbes. Enfin, des notes grammaticales attirent l’attention sur les accords difficiles.

abaisser v. tr., pronom.
verbe transitif
1. Faire descendre. Elle abaissa la manette. ant. élever ; relever ; remonter.
2. Réduire. Abaisser les prix. ant. élever ; relever ; remonter.
Image 10000000000000190000000DA23A40B2.jpg Alors que le verbe abaisser signifie surtout « amener à un point plus bas », le verbe baisser signifie plutôt « amener à son point le plus bas ».
verbe pronominal
1. (FIG.) S’humilier. Il a dû s’abaisser à demander l’aumône.
2. (LITT.) Se compromettre. S’abaisser à des insinuations.
Image 100000000000001D0000000FEEEEECAC.jpg À la forme pronominale, le verbe se construit avec la préposition à.
Image 100000000000001D0000000F9C3F0C18.jpg À la forme pronominale, le participe passé s’accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet.

Multidictionnaire de la langue française, 3e éd. (1997)

28En 2003 paraît la quatrième édition de l’ouvrage, qui se caractérise par un enrichissement important de sa nomenclature : 2000 nouveaux articles sont intégrés — dont plusieurs néologismes pour nommer les réalités du troisième millénaire — et 3 000 articles sont remaniés pour préciser de nouveaux sens. Par ailleurs, des notes plus détaillées sont insérées. L’ouvrage, dont la nomenclature compte 40 000 mots et 3000 locutions, inclut aussi une centaine de tableaux portant sur l’ensemble des notions fondamentales de la grammaire et de la syntaxe ainsi que 75 modèles complets de conjugaison.

29Chaque article comprend l’entrée, la catégorie grammaticale et le pluriel, s’il est problématique. Les mots difficiles à prononcer ou les mots d’origine étrangère comportent la transcription phonétique. Les définitions exposent de façon concise les principales acceptions de l’entrée, qui sont numérotées. Des exemples illustrent les emplois et insistent sur les difficultés liées au mot. Les recommandations officielles sont signalées. Des notes grammaticales, syntaxiques, typographiques, sémantiques ou orthographiques distinguées par des icônes apportent les compléments d’information utiles.

abaisser v. tr., pronom.
verbe transitif
1. Faire descendre. Elle abaissa la manette. ant. élever ; relever ; remonter. 2. Réduire. Abaisser les prix. ant. élever ; relever ; remonter.
Image 10000000000000180000000FCEBF95DA.jpg Alors que le verbe abaisser signifie surtout « amener à un point plus bas », le verbe baisser signifie plutôt « amener à son point le plus bas ».
verbe pronominal
1. (fig.) S’humilier. Il a dû s’abaisser à demander l’aumône.
2. (litt.) Se compromettre. S’abaisser à des insinuations.
Image 100000000000001D0000000F8618D2CE.jpg À la forme pronominale, le verbe se construit avec la préposition à.
Image 100000000000001D0000000F616C75C2.jpg À la forme pronominale, le participe passé s’accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet.
Image 10000000000000180000000F3BC5FCDF.jpg Alors que le verbe s’abaisser est employé au sens figuré, le verbe se baisser désigne une action concrète, physique.

Multidictionnaire de la langue française, 4e éd. (2003)

30L’article accomplissement constitue un autre exemple de l’évolution du Multi au fil des éditions.

accomplissement n. m.
Multidictionnaire des difficultés de la langue française, 1re éd. (1988)

31De simple entrée dans la première édition, l’article accomplissement comporte une définition concise et un exemple dans la deuxième édition. L’article demeure inchangé dans la troisième édition.

accomplissement n. m.
Réalisation. L’accomplissement de ses rêves les plus fous. Multidictionnaire des difficultés de la langue française, 2e éd. (1992)

32Cependant, dans la quatrième édition, le nom reçoit une deuxième acception et les définitions deviennent plus étoffées. À la fin de l’article, sous la mention forme fautive, un emprunt de sens à l’anglais est signalé et renvoie à la forme correcte.

accomplissement n. m.
1. Le fait d’accomplir quelque chose. L’accomplissement d’un acte condamnable.
2. État de ce qui est accompli. L’accomplissement de ses rêves les plus fous. syn. réalisation.
forme fautive
* accomplissement. Anglicisme au sens de réussite, succès.

Multidictionnaire de la langue française, 4e éd. (2003)

33La cinquième édition s’enrichira d’exemples forgés et de citations littéraires qui viendront éclairer le sens de certains mots. Par exemple, c’est une phrase extraite du Survenant de Germaine Guèvremont qui illustrera la première acception du nom accomplissement.

accomplissement n. m.
1. Le fait d’accomplir quelque chose. Une ordonnance relative à l’accomplissement de certaines formalités contractuelles par voie électronique. « L’œil se reposait à la voir apporter à l’accomplissement de toutes choses des gestes si précis, si paisibles » (Germaine Guèvremont, Le Survenant). L’accomplissement d’une mission. SYN. exécution.
2. État de ce qui est accompli. Elle veille jalousement sur sa mémoire et l’accomplissement de ses désirs. Ce journaliste-plongeur vit l’accomplissement d’un vieux rêve. SYN. réalisation.
forme fautive
* accomplissement. Anglicisme au sens de exploit, réussite, succès.

Multidictionnaire de la langue française, 5e éd. (à paraître)

34L’article affaire permet de mettre en lumière le traitement original des locutions et des formes fautives. Dans un premier temps, les différentes acceptions du nom sont présentées et illustrées par des exemples.

affaire n. f.
1. Tout ce qui est à faire, occupation. Je dois régler une affaire urgente. SYN. activité.
2. Entreprise. Gérer une affaire. Lancer (et non * partir) une affaire.
3. (au pluriel) Opérations financières, commerciales. Un homme, une femme d’affaires. Ils sont dans les affaires.
4. (au pluriel) Objets divers. Rangez vos affaires dans ce bureau. [...]
Multidictionnaire de la langue française, 4e éd. (2003)

35À la suite des définitions, les locutions sont ensuite classées par ordre alphabétique afin d’en faciliter le repérage.

affaire n. f.
[...]
locutions
Avoir affaire à quelqu’un. Avoir à discuter avec quelqu’un.
Image 100000000000001F0000000F577A35AB.jpg On écrit plus souvent avoir affaire que avoir à faire sans changement de sens, sauf dans le cas où la locution avoir à faire a un complément direct. Elle a à faire une course (on peut à ce moment inverser les mots). Elle a une course à faire. Il a affaire à forte partie.
Chiffre d’affaires. Total des ventes d’un exercice financier. Le chiffre d’affaires de cette entreprise atteindra bientôt cinq millions.
Image 100000000000001D0000000F4C962683.jpg Dans cette expression, le nom affaire est au pluriel.
En faire son affaire. S’en charger. J’en fais mon affaire : vous l’aurez à temps.
Être à son affaire. Être attentif. Ils sont à leur affaire : ils sont très consciencieux.
Faire affaire. Traiter, conclure un marché. Nous faisons affaire ou faisons des affaires avec cette entreprise depuis longtemps.
Faire l’affaire. Convenir. Ces articles feront l’affaire.
Les affaires sont les affaires. En matière commerciale, il n’y a pas lieu de tenir compte des sentiments.
Relation d’affaires. Personne que l’on connaît et qui appartient au milieu professionnel.
Se mêler de ses affaires. Être discret, ne pas s’immiscer dans les affaires d’autrui. Elles se sont mêlées de nos affaires.
Image 10000000000000200000000F9CA9FF0D.jpg Dans cette locution, le participe passé s’accorde toujours avec le sujet du verbe.
Tirer d’affaire. Aider, secourir. Nous l’avons tiré d’affaire : il est hors de danger.
Image 100000000000001F0000000F50C4DA2C.jpg Dans cette expression, le nom affaire est au singulier.
Toutes affaires cessantes. Immédiatement. Il s’est rendu à son chevet toutes affaires cessantes.
Une affaire de. Une question de. C’est une affaire de goût.

36Finalement, les formes fautives — toujours précédées d’un astérisque — sont regroupées en fin d’article par ordre alphabétique et renvoient aux formes correctes.

affaire n. f.
[...]
formesfautives
* carte d’affaires. Calque de « business card » pour carte professionnelle.
* être d’affaires. Impropriété pour avoir le sens des affaires, être habile en affaires.
* être en affaires. Calque de « to be in business » pour être dans les affaires, faire des affaires.
* faire affaires (en un lieu). Impropriété pour être établi (en un lieu). Cette entreprise est établie (et non * fait affaires) au Québec depuis 20 ans.
* heures d’affaires. Calque de « business hours » pour heures d’ouverture.
* place d’affaires. Calque de « place of business » pour siège social, établissement.
* voyager par affaires. Impropriété pour voyager pour affaires.

***

37Écrire le français n’est déjà pas chose facile, l’écrire en Amérique du Nord pose des difficultés particulières liées notamment à la forte présence de l’anglais. Le succès que connaît le Multidictionnaire de la langue française au Québec — plus de 800 000 exemplaires vendus — ne peut s’expliquer par la seule excellence de sa mise en marché. Il témoigne à la fois d’une volonté collective de la population québécoise de maîtriser la langue française et de l’existence de difficultés de divers ordres auxquelles elle souhaitait trouver réponse.

38Le mouvement de francisation, qui fait converger dans la deuxième moitié du XXe siècle les forces gouvernementales, institutionnelles et commerciales du Québec, reçoit l’appui de la population, qui ne demande pas mieux que de s’y inscrire. Les dizaines et dizaines de milliers de consultations terminologiques et linguistiques demandées par téléphone à l’Office de la langue française en faisaient foi. Ces demandes, reflet de la vraie vie de l’écriture, acheminaient pêle-mêle les besoins de toutes natures, lexicographique ou terminologique, orthographique, grammaticale, syntaxique ou sémantique. L’Office y répondait consciencieusement, et la population appréciait ce service à sa juste mesure, en l’exploitant massivement.

39Le fondement du Multidictionnaire de la langue française repose donc sur ces demandes, acheminées au quotidien à l’Office de la langue française, à partir des besoins concrets, voire des lacunes précises, des candidats et candidates à l’écriture, tels qu’ils les ont exprimés eux-mêmes. C’est toute l’ambition de ce dictionnaire que de s’approcher le plus possible de l’efficacité de la consultation téléphonique, tant par la présentation que par le contenu. Son volume de ventes prouve que Marie-Éva de Villers a réussi son approche. Au fil des éditions, en gardant toujours le même esprit pragmatique, le Multidictionnaire s’enrichit d’informations nouvelles, mais en prenant toujours soin de guider le lecteur vers la norme la plus valorisée au Québec. Il est important en situation d’écriture d’avoir une réponse rapide, rassurante. Autre besoin comblé qui doit compter dans le succès remporté.

40Il est encourageant de voir qu’un objet aussi considérable qu’un dictionnaire puisse encore naître de l’initiative d’une personne, de sa connaissance profonde des besoins linguistiques d’une population en particulier et de sa conviction de pouvoir satisfaire ces besoins. Le Multidictionnaire de la langue française a déjà marqué le Québec. Grâce à lui, pour des centaines de milliers de personnes en Amérique du Nord, écrire le français en toute sécurité linguistique est à portée de la main… ou de l’écran.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Corbeil, Jean-Claude (1988), « Préface », dans Marie-Éva de Villers, Multidictionnaire des difficultés de la langue française, Mont réal, Québec Amérique, p. xi-xiii.

Corbeil, Jean-Claude (1990), « Bilan de la stratégie et des travaux en matière d’aménagement de la langue », dans Actes du colloque sur l’aménagement de la langue au Québec, communications et synthèse, Québec, Éditeur officiel du Québec, Notes et documents no 75, p. 19-29.

Corbeil, Jean-Claude (1997), « Préface », dans Marie-Éva de Villers, Multidictionnaire de la langue française, 3e éd., Mont réal, Québec Amérique, p. xi-xii.

Corbeil, Jean-Claude (2003), « Préface », dans Marie-Éva de Villers, Multidictionnaire de la langue française, 4e éd., Mont réal, Québec Amérique, p. xi-xii.

Rey, Alain (1994), « À la recherche de la norme : un dictionnaire québécois », dans Langues et Sociétés en contact. Mélanges offerts à Jean-Claude Corbeil, Pierre Martel et Jacques Maurais (dir.), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, p. 311-316.

Villers, Marie-Éva de (1990), Francisation des entreprises, Québec, Conseil de la langue française, Éditeur officiel du Québec, Notes et documents no 74, 138 p.

Villers, Marie-Éva de (2003), « Introduction », dans Multidictionnaire de la langue française, Mont réal, Québec Amérique, p. ii-xvi.

Dictionnaires

Thomas, Adolphe (1956), Dictionnaire des difficultés de la langue française, Paris, Larousse.

Villers, Marie-Éva de (1988), Multidictionnaire des difficultés de la langue française, 1re édition, Mont réal, Québec Amérique.

Villers, Marie-Éva de (1989), Dico pratique, Paris, Larousse.

Villers, Marie-Éva de (1992), Multidictionnaire des difficultés de la langue française, 2e édition, Mont réal, Québec Amérique.

Villers, Marie-Éva de (1997), Multidictionnaire de la langue française, 3e édition, Mont réal, Québec Amérique.

Villers, Marie-Éva de (2003), Multidictionnaire de la langue française, 4e édition, Mont réal, Québec Amérique.

Villers, Marie-Éva de (À paraître), Multidictionnaire de la langue française, 5e édition, Mont réal, Québec Amérique.

Auteur

Professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où elle enseigne la terminologie depuis 1988. Elle a été présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec de 2003 à 2006 après en avoir été la vice-présidente de 2000 à 2003. Ses intérêts de recherche portent sur la (méta) lexicographie. Au cours des dernières années, elle a publié, seule ou en collaboration, plusieurs articles et ouvrages, dont Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution et Les dictionnaires Larousse : genèse et évolution, parus respectivement en 2003 et 2005 aux Presses de l’Université de Montréal. Elle est responsable de la Journée québécoise des dictionnaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search