Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : un jalon important dans l’évolution de la lexicographie au Québec

Esther Poisson

Texte intégral

  • 1 Cet article a bénéficié de la collaboration généreuse de Jean-Claude Boulanger qui a bien voulu rem (...)
  • 2 Colloque organisé par l’équipe du Trésor de la langue française au Québec (Boisvert, Poirier et Ver (...)

1Paru en 1992, le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (DQA) est le fruit d’un travail considérable de dépouillement, d’analyse et de rédaction qui s’est échelonné sur un peu plus de 18 mois, ce qui signifie que les travaux furent entrepris au début des années 19901. L’idée germait déjà dans l’esprit de Jean-Claude Boulanger, son principal auteur, au moment d’un colloque sur la lexicographie québécoise2, tenu à l’Université Laval en avril 1985, rencontre à laquelle participait Alain Rey. À cette occasion, les deux lexicographes ont amorcé les discussions au sujet d’un projet d’adaptation d’un dictionnaire Robert pour le lectorat québécois. Le Robert était justement en train de planifier l’élaboration d’un dictionnaire scolaire dont la nomenclature allait avoisiner les 40 000 mots : le Robert. Dictionnaire d’aujourd’hui (RDA). Le nouveau dictionnaire s’appuierait sur le Micro-Robert Plus (MRP) qu’il fallait mettre à jour et dont il fallait rajeunir la facture. L’idée d’adapter aussi le MRP pour le Québec et de proposer un pendant québécois au RDA fit son chemin. L’un serait destiné à un public français, l’autre ciblerait le public d’outre-Atlantique. Fondés sur une source commune, les deux ouvrages allaient être élaborés en parallèle, ils suivraient les mêmes principes méthodologiques et éditoriaux. Le RDA concrétisera cette idée en 1991 ; le DQA suivra en 1992. Ces deux ouvrages forment une paire de répertoires complémentaires qui devaient illustrer le fonctionnement réel de la francophonie, concept qui était alors très actuel.

LA LEXICOGRAPHIE QUÉBÉCOISE : CONTEXTE DE L’ÉPOQUE

2Au Québec, le perpétuel débat linguistique s’était quelque peu transformé depuis les années 1970. Après les débats très émotifs sur la question du joual qui avaient marqué les années 1960 et 1970, les universitaires cherchaient une voie consensuelle qui devait permettre d’entreprendre une description plus scientifique du français au Québec, entreprise qui aboutirait à la confection d’un dictionnaire complet et non plus différentiel. Dans un premier temps, l’idée de reprendre l’expérience de Louis-Alexandre Bélisle (1954) et d’accommoder un ouvrage français au contexte québécois offrait une possibilité encourageante. La constitution, par des équipes d’universitaires, de vastes corpus de la langue québécoise parlée et écrite ainsi que la mise sur pied, dans le cadre de l’ambitieux chantier du Trésor de la langue française au Québec, d’une riche, très riche bibliothèque regroupant à la fois des sources linguistiques et métalinguistiques québécoises et des ouvrages de référence hors Québec, allaient permettre un traitement exhaustif et plus objectif des particularismes québécois et nous garantir dorénavant des jugements péremptoires fondés sur des recherches peu poussées ou sur la répétition de condamnations anciennes prononcées sans éclairage suffisant.

3Les années 1980 furent donc une période d’effervescence lexicographique au Québec. Des universitaires formés en philologie à l’Université de Strasbourg au cours de la décennie 1970 se sont retrouvés les chefs de file des études portant sur le lexique québécois, entreprises qui allaient inévitablement déboucher sur la lexicographie. Les effets de la crise du joual, qui avait polarisé pour un temps le débat en deux camps diamétralement opposés, s’estompaient et l’étude de la langue sur des bases objectives et scientifiques présageait une perception plus modérée, moins impressionniste, de nos rapports avec le français de France. Le concept de « francophonie » qui prenait de la vigueur à cette époque permettait alors de croire que de nouveaux liens allaient se tisser au sein de cet ensemble et que cette ouverture allait permettre une illustration de la langue française plus ouverte, plus concrète, dans laquelle les variétés nationales de français allaient désormais occuper une place non négligeable aux côtés de la variété de France (voir Boulanger, 1985).

  • 3 Voir les comptes rendus qui ont été faits de ces deux adaptations dans la revue Québec français, no(...)

4Sur le plan lexicographique, on débattait de la pertinence d’élaborer des ouvrages de référence différentiels (un catalogue de québécismes) ou des ouvrages complets ou généraux dans lesquels le français québécois serait décrit dans sa globalité — en consignant à la fois ce qu’il partage avec les autres variétés de français et ce qui l’en distingue. Depuis la parution du Dictionnaire général de la langue française au Canada de Louis-Alexandre Bélisle, en 1954, aucun projet d’envergure n’avait vu le jour dans cette dernière perspective jusque dans les années 1980 qui ont vu l’émergence d’ouvrages de référence québécois adaptés d’ouvrages élaborés en France. C’est ainsi que, vers le milieu des années 1980, des dictionnaires français pour enfants ont d’abord été légèrement remaniés pour le Canada, en particulier pour le public québécois. Ce fut le cas, par exemple, des dictionnaires Larousse Mini débutants et Maxi débutants3 dont les adaptations canadiennes furent réalisées en France. Un pas avait été franchi en 1982 lorsque l’adaptation du Dictionnaire Hachette junior français, qui allait devenir le Dictionnaire CEC Jeunesse pour le marché québécois en vertu d’une entente entre Hachette et le Centre éducatif et culturel (CEC), l’éditeur québécois, fut confiée à un spécialiste du Québec. C’est ainsi que Jean Darbelnet, alors professeur à l’Université Laval, y intégrait une centaine de québécismes. Puis, en 1986, Jean-Claude Boulanger, en collaboration avec les lexicographes du CEC, réalisait une deuxième édition considérablement enrichie dans laquelle non seulement la nomenclature et les sens avaient été augmentés, mais on avait jugé opportun d’adapter également l’ensemble du texte des articles. Il est intéressant de préciser que les québécismes n’étaient pas marqués comme tels dans cet ouvrage. En 1988, le même éditeur (CEC) faisait paraître le Dictionnaire du français Plus (DFP), un dictionnaire général de soixante mille mots lui aussi adapté d’un ouvrage Hachette dans lequel les mots et les sens québécois venaient s’insérer dans l’ouvrage, là encore, sans marque pour les identifier. Mais le contenu québécois de ces ouvrages restait encore relativement modeste et surtout les québécismes consignés ne prêtaient généralement pas le flanc à la critique. Les Québécois semblaient donc disposés à recevoir un dictionnaire général plus complet, qui allait leur proposer une photographie de la langue française en usage au Québec. C’est donc dans ce contexte évolutif que les discussions entre Jean-Claude Boulanger et Alain Rey ont mené à la préparation du DQA. Dans ce projet ambitieux, il s’agissait non seulement d’ajouter des formes et des sens propres au Québec, mais de revoir en profondeur l’ensemble du texte des articles afin de refléter la norme d’usage des Québécois. Le mot québécois dans le titre du DQA fait écho à cette dimension de la description.

L’OUVRAGE LUI-MÊME

5Lancé le 18 novembre 1992, exclusivement sur le marché québécois, le DQA est un dictionnaire général de format intermédiaire entre l’ouvrage pour enfants et l’ouvrage pour adultes. Il contient 40 000 entrées dans la partie des noms communs et 12 000 dans celle des noms propres. C’est donc un dictionnaire qui s’adresse à un jeune public en priorité.

6L’ouvrage a été édité par DicoRobert inc., la division des Dictionnaires Le Robert au Canada. La rédaction de la section des noms communs a été entièrement assurée par Jean-Claude Boulanger ; il s’était entouré de Jean-Yves Dugas, alors à la Commission de toponymie du Québec, mais dont la contribution était de nature privée, et de Bruno de Bessé, un professeur de l’Université de Genève ayant vécu au Québec pendant plusieurs années et attentif à la situation de la variation linguistique. Sa situation de linguiste et de locuteur français lui permettait de repérer des particularités québécoises qui auraient pu échapper aux lexicographes québécois, notamment des constructions, des expressions, des connotations, des niveaux de langue, etc. La rédaction s’est faite dans l’ensemble sous la supervision d’Alain Rey. Elle s’est échelonnée sur une période de dix-huit mois et demi. Très précisément, la rédaction a démarré le 14 août 1990 et elle a duré jusqu’au 26 mars 1992. Au début d’avril, Jean-Claude Boulanger remettait les derniers articles à Alain Rey, le Robert se chargeant de l’édition.

7Le dictionnaire contient également une section de noms propres (environ 1500 noms de personnages, d’entités géographiques, etc. font référence au continent nord-américain) qui fut rédigée de manière indépendante par une autre équipe de Québécois, les historiens Hélène-Andrée Bizier et Jacques Lacoursière. Entre ces deux grandes sections, on trouve une chronologie générale de nature encyclopédique d’une centaine de pages (pages bleues) dans laquelle rien ne semble avoir été modifié ou inséré pour le Québec par rapport au Dictionnaire d’aujourd’hui. En revanche, cette chronologie est suivie d’une autre (4 pages) qui présente une liste des gouverneurs, intendants, premiers ministres, etc. du Canada et du Québec. L’ouvrage contient également 65 cartes en couleurs dont 24 du Canada, des annexes dans lesquelles on trouve un tableau des noms de nombres cardinaux et ordinaux (2 pages) ainsi que le Petit dictionnaire des suffixes du français de Danièle Morvan, retouché très légèrement par Jean-Claude Boulanger qui y a inséré ou remplacé quelques exemples québécois de mots suffixés. C’est ainsi qu’ont été ajoutés, dans les exemples, les dérivés disable (-able), voyageage (-age), neigeasser (-asser) et que un Marocain (-ain) a été remplacé par un Américain et une Lyonnaise (-ais) par une Mont réalaise. Suivent enfin des tableaux de conjugaison.

8Le DQA entre dans la catégorie des dictionnaires « adaptés » pour un public québécois, puisqu’il a pour base le Micro-Robert Plus comme ce fut d’ailleurs le cas du Dictionnaire d’aujourd’hui. Parmi les principes d’adaptation, on mentionnera les retraits et les ajouts. Il a été convenu de retirer du Micro-Robert la majeure partie du vocabulaire argotique, de même que le vocabulaire propre à la France et relevant des niveaux de langue familier, très familier, populaire et vulgaire, qui semblait peu pertinent en raison de la rareté d’emploi de ces mots au Québec. Était donc ciblée ici la portion la plus « hexagonale » de la nomenclature. L’espace libéré a été comblé par les apports québécois, qu’il s’agisse de formes, de sens, de locutions, d’expressions ou d’exemples québécois. Sans être un ouvrage totalement nouveau, le DQA se distingue des autres dictionnaires adaptés par l’importance du contenu renouvelé qui donne une place très visible au français québécois perçu dans sa totalité et non plus dans ses seuls ajouts lexicaux, comme c’était le cas des dictionnaires adaptés antérieurement, ces ouvrages ne contenant habituellement qu’une portion très réduite de mots québécois. Sur ce plan, le DQA marque une nette progression dans l’adaptation d’ouvrages français au contexte québécois. De fait, il en constitue la limite extrême.

9L’ouvrage vise un public nord-américain, et plus particulièrement les élèves et les étudiants de la fin du secondaire et du collégial ; le cycle élémentaire était déjà couvert par d’autres ouvrages adaptés. Il est également destiné à ceux qui, n’ayant pas une connaissance pratique du français québécois, le consulteraient dans le but de décoder les mots, les sens ou les connotations propres au Québec.

LES CHOIX ÉDITORIAUX ET L’IDÉOLOGIE

10Le choix d’adapter le Micro-Robert Plus, ouvrage de 40 000 mots, a notamment été fait parce que ce type de dictionnaire offrait une microstructure relativement simple : pas de rubrique historique (datations, étymologies) ni de citations et la prononciation réduite aux mots faisant difficulté. Ainsi, le dictionnaire pouvait être réalisé suivant un calendrier relativement court tout en fournissant les renseignements fonctionnels indispensables.

  • 4 Alain Rey, cité dans La Presse, 22 nov. 1992, p. B-6, « Si on cesse d’aimer sa langue, elle cesse d (...)

11On ne peut passer sous silence toute la dimension politique qu’un tel ouvrage n’a pas manqué d’avoir au Québec. Lors des discussions préparatoires, les responsables avaient pressenti qu’au-delà du geste linguistique et de nature strictement culturelle, un tel ouvrage prendrait des dimensions politiques, car on ne manquerait pas d’établir des comparaisons entre l’action lexicographique et la situation politique québécoise. De fait, en raison notamment de la présence du mot québécois dans le titre, des critiques ont considéré que le dictionnaire était porteur d’un message politique. À l’occasion du lancement de l’ouvrage, Alain Rey déclarera : « Politiquement, ce dictionnaire me semble important. Car il s’agit de donner aux Québécois la fierté de leur usage en faisant de celui-ci une description tout à fait analogue à celle que l’on fait du français de France4. » Il avait en outre déjà affirmé que « les langues qui se dotent d’une grammaire et d’un dictionnaire amènent les sociétés et les civilisations qui leur correspondent à la conscience de leur identité » (Rey, 1988, p. 273). Jean-Claude Boulanger va également dans ce sens en déclarant : « L’idéologie a donc un rôle prédominant et des fonctions à remplir dans toute tentative d’autodescription linguistique d’une société dans un dictionnaire » (Boulanger, 1994, p. 2). En conséquence, on devrait s’attendre du dictionnaire qu’il soit le reflet des normes sociales et de l’identité culturelle d’une communauté linguistique vivant dans un espace géographique éloigné de la France. Mais cette idéologie, qui prône une légitimation linguistique allant de pair avec une reconnaissance de l’identité québécoise sur le plan linguistique, a cependant été vue comme un geste purement politique. Ce que Jean-Claude Boulanger conteste : « Si politique il y a dans ce message, c’est alors la politique culturelle qui est évoquée et qui est clairement axée sur la francophonie » (communication personnelle). Cette vision a pu être un des facteurs qui a exacerbé la critique chez certains détracteurs du DQA.

LES PRINCIPES ÉDITORIAUX DU DQA

  • 5 Jean-Claude Boulanger, cité dans l’article de Pierre Roberge, « Un nouveau dictionnaire fait au Qué (...)

12Jean-Claude Boulanger se défend bien d’avoir rédigé un « dictionnaire du joual » comme certains le lui reprocheront ultérieurement. Pour l’auteur, le joual n’est surtout pas une langue, mais, au contraire, « une manière d’être langagière qui a fait son temps » (Boulanger, 1994, p. 3). L’idée était d’élaborer un « dictionnaire québécois de la langue française » et non un « dictionnaire de la langue québécoise », d’abord parce qu’il n’y a pas de langue québécoise entendue au sens d’un système linguistique indépendant, ensuite parce que l’idée maîtresse était « de ne pas détacher le rameau québécois de l’ensemble des français vivants5 ». Pour Jean-Claude Boulanger, le maintien de ce lien historique était une condition sine qua non à la mise en chantier du DQA et le premier principe éditorial. Le DQA est un dictionnaire complet (par opposition à différentiel) même si la taille de sa nomenclature a forcément exigé une sélection dans l’ensemble du lexique disponible au Québec.

13Un autre principe visait à l’élaboration d’un ouvrage descriptif, c’est-à-dire fondé sur l’usage, par opposition à un ouvrage normatif ou prescriptif. Le dictionnaire devait rendre compte d’une norme dite sociale, basée sur une observation des usages et sur une hiérarchisation des emplois traduisant la perception de la langue française dans la communauté. Jean-Claude Boulanger précise que « ce type de norme ne résulte pas d’une action dirigiste ou interventionniste, qui relève davantage des institutions politiques, des dictionnaires à vocation normative, comme le Dictionnaire de l’Académie française, ou des dictionnaires de difficultés » (Boulanger, 1994, p. 3).

14Les auteurs ont conçu le DQA comme un ouvrage complémentaire dans l’ensemble des ouvrages de référence québécois, comme un outil de plus mis à la disposition des utilisateurs et qui « n’a aucunement la prétention de chasser les autres dictionnaires du paysage linguistique québécois, ni de se substituer à d’autres bons ouvrages de référence québécois ou français » (Boulanger, 1994, p. 5). « Le souhait des auteurs était que l’ouvrage prenne sa place et puisse offrir une alternative aux usagers, un regard interne fondé sur une perception de l’idée de francophonie qui autorise à donner aux différentes variétés de français un statut positif, de percevoir la variation comme étant de nature comparable » (communication personnelle). En dépit des besoins, le DQA n’envisageait aucunement de décrire toutes les facettes des mots consignés ni de répondre aux questions sur leur origine. Ce n’était pas l’objectif de l’ouvrage ni d’ailleurs de ceux de même dimension ou de même nature.

15Enfin, le DQA est un ouvrage qui reflète une vision synchronique du français au Québec, ce n’est donc pas un dictionnaire historique et il ne comporte pas de rubrique étymologique. Par contre, on y donne la prononciation de tous les mots en entrée et de certains dérivés regroupés dans un article dont la prononciation pourrait présenter des difficultés. Comme il s’agit de donner une prononciation standardisée, les auteurs précisent que les différences de prononciation avec la France sont « relativement mineures » (par exemple, en donnant baseball, barre et barrage avec un a postérieur [ɑ] à la place du a antérieur [a]).

LA VARIATION TOPOLECTALE

16Là où le DQA a tranché sur la tradition lexicographique de langue française qui se pratiquait au Québec, c’est en choisissant de ne pas identifier les québécismes, mais à l’inverse de signaler par la marque France les emplois propres au français de France (par exemple, lave-linge, aoûtien) ; il est intéressant de souligner que des nuances viennent parfois préciser cette marque, par exemple pastèque marqué Surtout en France. Les auteurs ont ainsi opté pour une description du français en usage au Québec faite de l’intérieur, ce qui entraînait que les mots ou sens caractéristiques de la France, que l’on dénomme francismes — ils sont plutôt rares dans la nomenclature —, soient marqués, suivant en cela le même principe qui amène les dictionnaires de France à signaler les particularismes québécois, belges ou suisses comme extérieurs à l’objet de leur description qui est d’abord la variété française. Le Dictionnaire du français Plus (DFP) avait d’ailleurs fait le même choix quelques années auparavant et l’accueil plutôt favorable qu’avait reçu le DFP a renforcé la conviction des auteurs du DQA de s’engager dans cette voie. Mais pour l’histoire, signalons que cette tendance avait été amorcée dans le Dictionnaire CEC Jeunesse en 1986. Sont étiquetés En France des mots comme lycée, présidentiel. Dans le contexte de l’époque, l’absence de marquage des québécismes était l’orientation qui émergeait des discussions de spécialistes et semblait la voie à suivre. Une autre raison expliquant ce choix est que la marque québécisme — comme canadianisme — était à l’époque interprétée négativement, comme une condamnation ou un écart, donc un mot à éviter. Cet argument l’a emporté sur le souhait de certains lecteurs de pouvoir reconnaître dans l’ouvrage les emplois québécois. Si cette décision avait des inconvénients, il faut dire que dans le contexte de l’époque, qui allait dans le sens d’une reconnaissance des variétés de français de la francophonie, les auteurs se sentaient autorisés de la dispense de cette identification. L’absence de marquage traduisait la volonté d’offrir une perception valorisante du français au Québec, ce choix était le signe que les Québécois assumaient leur part de la langue française et la manifestation du désir de s’approprier le patrimoine les caractérisant et de se reconnaître en tant que groupe dans l’ensemble francophone.

LES GENTILÉS : DES TÉMOINS DE L’IDENTITÉ CULTURELLE

17Les gentilés sont étroitement reliés à la question de l’identité collective et au patrimoine géographique. Étant donné leur poids culturel, il a alors paru significatif pour l’équipe de rédaction de les introduire dans la nomenclature en nombre plus élevé que d’habitude. Il s’agit d’une importante portion des ajouts dans la mesure où toutes les villes québécoises de plus de 10 000 habitants ont vu leur gentilé consigné dans le DQA. À cela s’ajoutent les dérivés des noms des principales villes canadiennes (Winnipeguois, Edmonton(n)ien, Haligonien (de Halifax), des régions (Bas-Laurentien, Montérégien), des provinces et territoires canadiens (Britanno-Colombien, Saskatchewannais et Fransaskois). En outre, l’ouvrage contient en annexe une liste de gentilés, dont plusieurs qui n’avaient pu accéder à la nomenclature, avec les toponymes dont ils sont dérivés. On y trouve également, à l’inverse, une liste alphabétique de toponymes avec les gentilés correspondants.

LE SOUCI PÉDAGOGIQUE

18Il faut souligner les préoccupations pédagogiques des auteurs du DQA en ce qui a trait aux mots de même famille que l’on a choisi de regrouper dans un même article lorsque le radical des formes et leur sens le permettaient, ou de les énumérer, sous forme de renvois, lorsque ces dérivés (le plus souvent préfixés) présentaient un radical trop différent qu’il était alors préférable de présenter dans l’ordre alphabétique. Ainsi, sous l’entrée traduire, on trouve défini le dérivé traduisible et des renvois à intraduisible et à traduction, de même que sous traduction, on trouvera défini traducteur. De même, sous l’entrée niais, on trouvera aussi les micro-entrées niaiseux, niaiser, niaiserie, niaisage et niaiseusement ou niaisement et un renvoi au dérivé déniaiser.

19Autre choix novateur, celui de dégager certains syntagmes sentis comme étant suffisamment figés dans la langue en les traitant dans une entrée distincte (par exemple, accusé de réception, point de vue et point de vente, libre penseur ou repris de justice). À ces regroupements de formes, s’ajoutent les renvois analogiques si appréciés des habitués des dictionnaires Robert (par exemple, sous traduction, on trouve des renvois à thème et à version).

LE CONTEXTE SOCIAL QUÉBÉCOIS

20À l’époque de l’élaboration du DQA, la société québécoise tentait de se situer dans les débats de l’heure et en particulier sur la question des rapports entre les hommes et les femmes. Les rédacteurs d’ouvrages scolaires se devaient d’être particulièrement attentifs à respecter certaines recommandations du ministère de l’Éducation. Parmi celles-ci, on trouvait la juste représentation des hommes et des femmes, l’abolition des stéréotypes sociaux, et en particulier sexistes, ainsi que la prise en compte de la présence des communautés culturelles dans le tissu social québécois.

21En matière de dictionnaire, cette situation exigeait certains ajustements, notamment dans les définitions et les exemples. Les auteurs ont attaché beaucoup d’importance à ces aspects en choisissant de définir par un hyperonyme neutre toutes les dénominations pouvant convenir à la fois aux hommes et aux femmes (athlète ou séducteur : « Personne qui… » plutôt que « Celui qui… » comme le définissaient et le définissent encore certains dictionnaires). On y propose également des formes virtuelles du féminin en l’absence d’attestations (défenseur : Rem. Le féminin défenseuse est virtuel) ou encore en présentant comme épicènes (indicatif grammatical : n.) de nombreux noms qui étaient encore à cette époque donnés au seul genre masculin dans les dictionnaires usuels (député, ministre notés n. dans le DQA alors qu’ils étaient encore consignés comme n.m. dans les dictionnaires européens). Les formes féminines proposées par l’Office québécois de la langue française y sont également signalées dans une remarque.

LES BALISES

22Selon Jean-Claude Boulanger, pour l’équipe de rédaction, il apparaissait évident que le retournement de la description qui s’axerait sur le français du Québec allait susciter la méfiance, le doute, le rejet, voire des jugements extrêmes au regard du modèle de la norme (communication personnelle). La présence massive d’autant de québécismes dans l’ouvrage exigeait que l’on explique en détail les raisons des choix éditoriaux dans l’introduction de l’ouvrage. Ce texte substantiel expose chaque décision et il se veut rassurant pour les locuteurs. Les auteurs se déclarent résolument en faveur d’une norme québécoise, qu’ils situent à la fois dans la variation de la francophonie et dans la continuité de l’évolution du français. Ils se disent conscients qu’il faut recourir à de nombreuses balises pour circonscrire l’emploi des mots québécois.

Chaque fois qu’une nuance dans l’emploi était nécessaire, elle a été signalée à l’aide d’un appareil de marques ou de commentaires nettement repérables dans les articles. Les lexicographes ont donc insisté sur la norme du français au Québec au détriment de la description fidèle, totale et sans nuance des usages fautifs, toujours dangereuse lorsqu’elle tombe dans les mains de ceux à qui l’on doit enseigner un modèle de langue qu’ils maîtrisent mal. (DQA, 1992, p. xix)

23La responsabilité des enseignants est également évoquée : « Sur ce point, il est clair qu’une pédagogie du dictionnaire est indispensable de la part des enseignants chargés de transmettre le savoir sur la langue et sur le lexique. À ce niveau, ce dictionnaire est pourvu de toutes les balises indispensables pour bien circonscrire ce qui relève de la norme, du “standard”, du “bien dire” ou du “bien écrire” » (DQA, 1992, p. xix).

24Une attention particulière devait être portée aux mots empruntés à l’anglais. On insiste pour dire que

la plupart des emprunts à l’anglais n’ont pas été admis sans précautions ; ils sont accompagnés de la marque anglic. (anglicisme) et, le cas échéant, resitués dans la hiérarchie des niveaux de langue. Il arrive fréquemment qu’une remarque critique sur leur acceptabilité ou sur leur recevabilité sociale termine l’article. (DQA, 1992, p. xix)

25Sur un autre plan, Jean-Claude Boulanger précise qu’il paraissait opportun de revoir le statut des plus anciens et de proposer une nouvelle approche dans la façon de marquer ces unités (communication personnelle).

26Quant aux sacres, les auteurs expliquent dans leur introduction qu’ils font partie de ces unités de langue qui

ne peuvent être éternellement masquées ou bannies des ouvrages lexicographiques. […] Les sacres forts, leurs formes atténuées et les jurons [termes non religieux à la différence des sacres d’après les définitions du DQA], employés à toutes les sauces dans toutes les couches de la société, aussi bien par les hommes que par les femmes, aussi bien par les jeunes que par les adultes, sont accompagnés d’une palette de marques d’usage allant du registre familier au très familier. Aux yeux des rédacteurs, ils n’apparaissent plus comme relevant du niveau vulgaire. (DQA, 1992, p. xx)

L’ACCUEIL DE L’OUVRAGE

  • 6 Pierre Gravel, « Parler “québécois” ? », La Presse, 24 novembre 1992, p. B2.
  • 7 Alain Rey, « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : à bas l’intolérance ! », La Presse, 11 décem (...)

27Quelques rappels relatifs à la réception de l’ouvrage vont permettre de compléter les protocoles éditoriaux. Paru en novembre 1992, le DQA a défrayé la chronique pendant des mois. Un grand succès de librairie — il faut dire que son lancement à quelques semaines de Noël n’y a sûrement pas été étranger —, mais on ne peut affirmer que ce succès reflète une unanimité autour de l’ouvrage. Peut-être encore plus de curiosité ? Son contenu (il serait plus juste de parler de quelques éléments de son contenu) a fait l’objet de réactions souvent très violentes et très médiatisées. On peut regretter que le débat n’ait pas porté essentiellement sur le contenu de l’ouvrage ou le traitement des mots. Il a souvent été transposé à un autre niveau, celui de l’idéologie. « De fait, on a davantage jugé les intentions et l’idéologie des auteurs plutôt que les méthodes de description et le contenu réel de l’ouvrage » (Boulanger, 1994, p. 5). Pour ou contre une norme québécoise ? Le rôle du dictionnaire doit-il être « un miroir de la réalité ou l’arbitre suprême de l’orthodoxie linguistique6 » ? Si des questions comme celles-là ne sont pas sans intérêt, elles ont pris une telle ampleur qu’elles ont occulté le travail des rédacteurs dans le cadre de ce qu’ils avaient choisi de décrire. Très peu de critiques ou d’analyses ont porté sur le travail lexicographique dans son ensemble. Les affrontements ont généralement porté sur l’inclusion ou le traitement de quelques dizaines de mots tout au plus, tels astheure, chum, coudon, quétaine, softball, teindu, tsé et twit. Les auteurs l’ont déploré. Alain Rey signait un article au cœur du débat dans lequel il fustigeait ceux qu’il qualifiait de « puristes exaltés » et il s’élevait « contre la mauvaise foi qui consiste à voir dans un dictionnaire une bombe antiquébécoise en brandissant trois exemples de mots que n’importe qui peut discuter […], trois ou cinq ou dix exemples, c’est-à-dire 1/100 000e du texte7 » !

28Les critiques ont principalement porté sur le traitement des anglicismes et des québécismes familiers dont le statut avait été révisé. Par exemple, le fait de ne plus considérer des mots comme chum, fun, party comme des anglicismes condamnables, mais comme des formes familières, étant donné leur usage ancien et leur fréquence élevée. Jean-Claude Boulanger explique que les discussions entre les différents responsables avaient mené à envisager, sur la base de l’évolution naturelle de la langue et en prenant exemple sur les lexicographes français qui procèdent de cette opération régulièrement, de modifier le statut de certains mots par exemple en les faisant passer d’un niveau familier à un niveau courant ou en ouvrant la porte à un nouveau statut pour certains anglicismes (communication personnelle). Ce qui fut sans doute, au dire de l’auteur, et au vu des réactions, un risque certain, un geste prématuré et trop audacieux à l’époque. En l’absence de tradition normative, c’est-à-dire d’un ou de plusieurs dictionnaires généraux de référence, cette stratégie tout à fait naturelle et conforme à l’évolution des usages a été mal décodée, mal reçue, et elle s’est finalement avérée un des obstacles à la bonne réception de l’ouvrage. Les quelques dizaines de mots fortement médiatisés ont occulté l’ensemble de la description qui, du coup, est passée inaperçue.

29On peut sans doute conclure que ces débats autour du DQA ont eu ceci de bon, ils ont permis de désacraliser le dictionnaire. Pour répondre à ceux qui refusent à des formes qu’ils jugent inacceptables, surtout les sacres et les anglicismes, l’entrée dans un dictionnaire, on oppose alors que tout dictionnaire de langue française qui se dit complet ou général, et notamment le très respecté Petit Robert, contient également un grand nombre d’emprunts à l’anglais, de mots vulgaires, populaires ou familiers ou encore critiqués. Que les critères d’inclusion dans un dictionnaire ne relèvent pas de la beauté d’un mot, mais de son usage réel dans une communauté linguistique, usage qu’un étiquetage approprié identifiera comme standard, familier, etc., balisant ainsi son emploi dans la langue. Ce brouhaha médiatique (peut-être davantage que linguistique) a ainsi permis de jeter un éclairage nouveau au Québec sur les ouvrages de référence. Et les Québécois, qui vivent avec une insécurité linguistique chronique, ont pu retirer de ces hauts cris des enseignements qui ont pu faire avancer leur perception de leurs rapports avec la norme. Le DQA aura servi à sortir une partie des mots d’ici du ghetto du « dites, ne dites pas » pour les amener sur la place publique que représente un ouvrage de référence.

30Avec le recul, on peut se demander si le fait d’être associé avec la respectable maison Le Robert dans cette aventure a servi ou desservi l’entreprise. Certains ont reproché au Robert, et plus directement à Alain Rey, de faire preuve d’opportunisme et même de colonialisme linguistique. Ce dernier a réagi en affirmant :

  • 8 Alain Rey, « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : à bas l’intolérance ! », La Presse, 11 décem (...)

Je n’ai, en tant que très maudit Français, aucune leçon à donner à personne en matière de langue québécoise. En revanche, en tant qu’ami sincère, actif et fidèle du Québec, je m’inquiète de l’écho complaisant donné à la position de quelques extrémistes, lorsqu’il s’agit de condamner sans examen sérieux un ouvrage entièrement repensé par des Québécois compétents […]8.

31Il est probable que la caution morale qu’apportait l’étiquette Robert à l’ouvrage a peut-être amené le débat à être davantage médiatisé. Une telle entreprise mise en œuvre par cette réputée maison d’édition a aussi montré que la description du français du Québec dans sa globalité pouvait être sérieusement envisagée et que la « québécité » dépassait largement les listes de québécismes dont s’était contentée jusqu’alors la communauté québécoise.

  • 9 Voir notamment l’article de Pierre Beaudry « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : un “coup bas (...)

32Un autre point à retenir de ces débats et critiques est l’importance des balises dans la description d’une langue. Il est certain que ce point fut le plus discuté — et discutable — du DQA. Pourtant, les explications dans l’introduction de l’ouvrage permettaient de croire que ces éléments seraient choisis avec grand soin. Les critiques ont montré qu’ils ne suffisaient pas, leur mise en application n’a pas convaincu bon nombre de lecteurs. Il est clair que certaines personnes qui se sont prononcées dans le débat n’auraient de toute manière jamais pu être convaincues de la pertinence d’une telle description lorsque l’on connaît leur position sur la langue au Québec. Parmi celles-ci, on peut nommer Pierre Beaudry, bien connu pour ses opinions tranchées, perçu souvent comme un interlocuteur intransigeant dans le débat linguistique québécois et qui s’en est violemment pris à l’équipe de rédaction du DQA et, en particulier, à Alain Rey9. En revanche, d’autres journalistes, linguistes ou enseignants ont fait ressortir des faiblesses certaines du côté des marques d’usage, notamment anglicisme. Il se dégage de leurs commentaires que ces marques ne rendaient pas compte assez fidèlement du sentiment linguistique des locuteurs québécois. Des mots perçus comme vulgaires ont notamment été étiquetés trop souvent comme très familiers ou même familiers. Les anglicismes n’ont pas toujours été suffisamment identifiés et balisés. En voulant changer le statut de certains québécismes, les auteurs du DQA ont, de toute évidence, heurté la conscience linguistique de plusieurs Québécois. Et même si, à la suite de ces critiques, le Robert a décidé d’apporter des rectificatifs dans une seconde édition publiée en 1993, le mal (suscité par les critiques virulentes) était fait.

33Dans les milieux de l’éducation, des enseignants ont condamné l’ouvrage y voyant un outil dangereux venant cautionner des emplois considérés comme fautifs ou incorrects dans l’usage standard. Pour certains d’entre eux, le seul fait de consigner ces emplois dans un dictionnaire les rendait légitimes aux yeux des élèves et des étudiants. Nul ne s’est avisé de son devoir pédagogique qui consistait à expliquer le rôle des marques d’usage. On peut penser que, pour eux, aucune balise n’aurait suffi à justifier l’inclusion de tels mots ou sens dans un ouvrage de référence.

Ce dictionnaire, comme le vin nouveau, doit être dégusté au premier degré, simplement pour le plaisir ; il ne doit surtout pas se retrouver entre des mains inexpérimentées. Comment, en effet, convaincre un élève du primaire, qui éprouve déjà passablement de difficultés avec sa langue maternelle, de la nécessité d’utiliser l’expression partir en claquant la porte, de préférence à sacrer le camp de la maison, lorsque ce néologisme acquiert, littéralement, ses lettres de noblesse en apparaissant dans un dictionnaire bénéficiant du célèbre sceau « Robert » ?

  • 10 Propos rapportés dans l’article « Selon l’Académie des lettres du Québec, le Dictionnaire québécois(...)

34Secrétaire général de l’Académie des lettres du Québec et enseignant, Jean-Pierre Duquette allait dans le même sens en déplorant que l’ouvrage « avalise tout un vocabulaire que l’on entend dans les couloirs des écoles et collèges, ou dans la bouche des humoristes de tout poil ». Ainsi allable, astheure, coudon, flyé, mets-en, « même soigneusement balisés, n’en demeurent pas moins dans le dictionnaire et, de ce fait même légitimés aux yeux des écoliers qui s’en enchantent déjà10 ». À ces critiques, Jean-Claude Boulanger réplique en affirmant que cette perception des enseignants et des journalistes est malheureusement fréquente en ce sens que tout ce qui est dans le dictionnaire est interprété comme étant normatif parce que l’on connaît mal le système de décodage, alors même qu’il est du devoir de ces personnes de savoir interpréter les marques. Pour l’auteur du DQA, il est inadmissible qu’un enseignant de français ne maîtrise pas son principal outil de travail. Il ajoute que l’ouvrage a été reçu négativement faute d’une connaissance suffisante de son contenu et parce que l’attention s’est centrée sur quelques mots sensibles, pourtant tous pourvus de balises qui les situaient par rapport à la norme. Cette perception aurait en outre été renforcée par la croyance que les dictionnaires français ne décrivent pas ce genre de vocabulaire (communication personnelle). Or, les dictionnaires français contiennent des mots appartenant à ces mêmes catégories (bastos, bordel, niquer, putain, zonard, etc.), mais comme ceux-ci sont pour les Québécois des corps étrangers, on ne les remarque pas, on ne les cherche pas (Jean-Claude Boulanger, lors d’une communication personnelle, ira jusqu’à dire qu’on n’a pas voulu les voir) ou on les tolère parce qu’ils viennent d’ailleurs et qu’ils ne sont pas des témoins du mal parler québécois. Selon Jean-Claude Boulanger, entre le verbe niquer et l’expression Nique ta mère ! propres à la France et présents dans le Nouveau Petit Robert, et l’expression maudite marde, c’est le mot québécois qui sera remarqué et qui fera réagir, alors que l’insulte suprême française ne déclenchera pas de tollé (communication personnelle).

35Avec le recul, on peut se demander si, à l’époque de la parution du DQA, les Québécois étaient prêts à accepter et à adopter un dictionnaire complet ou si un répertoire de québécismes n’était pas davantage de nature à les satisfaire et à les rassurer. Mais, de fait, on peut se demander si le public a vraiment pris la parole dans ce débat, celle-ci étant surtout monopolisée et polarisée par des représentants de quelques groupes : journalistes, enseignants, critiques en matière de langue, etc. Selon Jean-Claude Boulanger, l’écart entre la conviction des linguistes et celle des locuteurs au sujet de l’existence d’une norme ne peut pas être mesuré à l’aune des seuls articles de journaux ayant pointé une centaine de mots sur 40 000. Le ministère de l’Éducation n’a pas voulu accorder l’agrément au DQA, pourtant il en fit l’un des dictionnaires de référence pour la correction des examens de fin d’année du secondaire, parce que c’était le seul ouvrage à répondre à certaines questions sur le vocabulaire québécois, reconnaissant ainsi indirectement la valeur de l’œuvre.

36Les linguistes s’entendaient généralement pour reconnaître qu’il existait un usage standard du français au Québec. Dans sa tentative de décrire cette norme au Québec, le DQA avait à composer avec deux éléments qui rendaient cette tâche difficile, sinon périlleuse. D’une part, le fait de proposer une norme écrite laissait supposer que l’on se distanciait forcément de l’autre, celle de France, qui était la référence historique. Et on s’est aperçu que si les Québécois étaient de toute évidence prêts à reconnaître, et même à revendiquer une norme québécoise à l’oral (on se rappellera les conclusions de la commission Gendron sur cette question), ils ont montré beaucoup plus de réticence à reconnaître une norme distincte à l’écrit. Par exemple, les emprunts fun ou chum, qui sont facilement acceptés à l’oral dans une situation de communication familière, ne sont pas admis aussi facilement dans un dictionnaire (même avec des balises indiquant la réserve quant à l’usage). D’autre part, le DQA a paru alors que le Québec avait déjà beaucoup fait pour la protection de la langue française. Il est clair que les Québécois tenaient au français, mais où en étions-nous dans notre réflexion sur la forme que devait prendre ce français ? « On veut protéger la langue française, mais on n’a pas encore défini collectivement de quel français il s’agit » (Boulanger, 1994, p. 1). Chaque parution d’ouvrage de référence au Québec vient affiner la description du français québécois, les réactions des lecteurs qui tentent de se reconnaître sont de bons indicateurs pour ceux dont le métier est de proposer la description la plus juste qui soit de l’usage et du sentiment linguistique dans une communauté.

37Aujourd’hui, on peut aussi penser que si l’idée d’un dictionnaire complet est encore largement admise (du moins chez la plupart des linguistes), la décision de ne pas marquer les québécismes n’est plus aussi unanime. Il est probable que l’on en soit à cette étape, et sur ce plan, la parution du DQA, comme celle du DFP, a permis d’amener une réflexion sur le degré de reconnaissance de l’usage québécois par les Québécois. Oui, il est probable qu’une forte majorité souhaite un dictionnaire qui les décrive, qui leur ressemble, mais on tient absolument à ce qu’il renseigne sur ce qui les distingue du reste de la francophonie. Du reste, la marque québécisme n’est plus perçue comme étant le symbole d’un écart négatif ; sa valeur est strictement géographique. Les futurs dictionnaires qui proposeront une description du français québécois devront présenter de multiples balises liées soit à la norme sociale — les marques comme soutenu, littéraire, familier, très familier, populaire, argotique, vulgaire, etc. —, aux technolectes (domaines de spécialité) et à la variation topolectale (français québécois, acadien, européen). De nouvelles marques pourraient s’insérer dans l’arsenal actuel pour statuer sur les emplois réservés à l’oral. Le réseau des marques doit être revisité et adapté aux contextes contemporains. Et, critère fondamental, il devra être sans ambiguïté et consensuel.

38Le DQA aura donc eu le mérite de faire progresser la réflexion, de soulever des questions, d’amener la collectivité à préciser ses besoins en matière d’ouvrages de référence et, plus largement, à faire connaître ses attentes pour ce qui est de la description d’une norme du français au Québec. Pour toutes ces raisons, l’ouvrage constitue certainement un jalon important dans l’évolution de la lexicographie québécoise. Et somme toute, à distance dans le temps, il reste le seul dictionnaire général à proposer un modèle de norme sur lequel vont s’appuyer les futurs dictionnaires de la langue française au Québec. Depuis la parution du Dictionnaire québécois d’aujourd’hui en 1992, aucun dictionnaire de langue complet n’a été publié.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Boivert, Lionel, Claude Poirier et Claude Verreault (dir.) (1986), La Lexicographie québécoise : bilan et perspectives, Actes du colloque organisé par l’équipe du Trésor de la langue française au Québec les 11 et 12 avril 1985, coll. « Langue française au Québec », 3e section, vol. 8, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Boulanger, Jean-Claude (1985), « Francophonie, un terme, des sens », Langues et linguistique, no 11, p. 143-173.

Boulanger, Jean-Claude (1994), « Peut-on “dictionnariser” le français du Québec ? », Terminogramme, no 71, hiver, p. 1-5.

Rey, Alain (1988), « BudaLEX Presidential Debate 1988: Part 3 », International Journal of Lexicography, vol. 5, no 4, hiver, p. 270-274.

Dictionnaires

Abenaïm, Raymonde, Jean-Claude Boulanger, A. E. Shiaty et Denis Vaugeois (1986), Dictionnaire CEC Jeunesse, Nouvelle édition revue et augmentée, Mont réal, Centre éducatif et culturel inc.

Bélisle, Louis-Alexandre (1954), Dictionnaire de la langue française au Canada, Québec, Bélisle éditeur. [On donne aussi 1957 comme date de parution.]

Bonnevie, Paul et Philippe Amiel (dir.) (1980), Dictionnaire Hachette Junior, Paris, Hachette.

Boulanger, Jean-Claude, Jean-Yves Dugas et Bruno de Bessé (dir.) (1992), Le Robert. Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, Mont réal, DicoRobert inc.

Dictionnaire CEC Jeunesse (1982), Mont réal, Centre éducatif et culturel inc.

Larousse Maxi débutants (1986), Édition canadienne, Boucherville (Québec)/Paris, Les Éditions françaises inc./Librairie Larousse.

Larousse Mini débutants. Mon premier vrai dictionnaire (1986), Boucherville/Paris, Les Éditions françaises inc./Librairie Larousse.

Poirier, Claude et A. E. Shiaty (dir.) (1988), Dictionnaire du français Plus, Mont réal, Centre éducatif et culturel inc.

Rey, Alain (dir.) (1988), Le Micro-Robert Plus, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Rey, Alain (dir.) (1991), Le Robert. Dictionnaire d’aujourd’hui, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Notes

1 Cet article a bénéficié de la collaboration généreuse de Jean-Claude Boulanger qui a bien voulu remonter le temps afin d’apporter un éclairage de première main sur l’élaboration du DQA.

2 Colloque organisé par l’équipe du Trésor de la langue française au Québec (Boisvert, Poirier et Verreault, 1986).

3 Voir les comptes rendus qui ont été faits de ces deux adaptations dans la revue Québec français, no 73, mars 1989, p. 86-88 (par Esther Poisson) et no 78, été 1990, p. 44-46 (par Louis Mercier en collaboration avec Édith Lessard).

4 Alain Rey, cité dans La Presse, 22 nov. 1992, p. B-6, « Si on cesse d’aimer sa langue, elle cesse d’exister ».

5 Jean-Claude Boulanger, cité dans l’article de Pierre Roberge, « Un nouveau dictionnaire fait au Québec », La Presse, 31 octobre 1992, p. E16.

6 Pierre Gravel, « Parler “québécois” ? », La Presse, 24 novembre 1992, p. B2.

7 Alain Rey, « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : à bas l’intolérance ! », La Presse, 11 décembre 1992, p. B3.

8 Alain Rey, « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : à bas l’intolérance ! », La Presse, 11 décembre 1992, p. B3.

9 Voir notamment l’article de Pierre Beaudry « Le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : un “coup bas” à la langue française », La Presse, 26 novembre 1992, p. B-3.

10 Propos rapportés dans l’article « Selon l’Académie des lettres du Québec, le Dictionnaire québécois “nettement démagogique” », Le Soleil, 8 décembre 1992, p. C3.

Auteur

Esther Poisson a fait partie de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec pendant plus de dix ans, au cours desquels elle a rédigé de nombreux articles du Dictionnaire historique du français québécois. Elle a également participé à la rédaction du contenu québécois du Dictionnaire du français Plus ; elle a aussi collaboré étroitement avec Yves Cormier à la parution du Dictionnaire du français acadien. Entrée à l’Office québécois de la langue française en 2002, elle y rédige notamment des capsules linguistiques. Elle s’est jointe récemment à l’équipe FRANQUS de l’Université de Sherbrooke qui travaille à l’élaboration d’un dictionnaire du français standard au Québec.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search