Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Le Dictionnaire québécois-français vu de France : un regard perplexe

Henri Béjoint

Texte intégral

1LE DICTIONNAIRE QUÉBÉCOIS-FRANÇAIS. Pour mieux se comprendre entre francophones (DQF) a vu le jour en 1999. La deuxième édition, celle que j’ai pu consulter, publiée en 2003, a été « revue et corrigée » — mais on ne sait pas ce qui a été revu et corrigé, et le copyright ne mentionne même pas la date de la première édition. Elle comporte 1884 pages, dont 1865 de dictionnaire proprement dit, et on peut estimer qu’elle contient entre 9000 et 10 000 articles. Le DQF est l’œuvre d’un seul homme, Lionel Meney, un Français d’origine, mais habitant le Québec depuis plusieurs dizaines d’années, qui se présente comme un amateur de mots et collectionneur de particularismes linguistiques du Québec depuis le début des années 1970, et qui a été — cela a son importance — professeur de linguistique dans une université canadienne.

2Le fait qu’une deuxième édition paraisse quatre ans seulement après la première dit assez le succès commercial de l’ouvrage. Mais c’est un succès exclusivement québécois. Malgré l’ambition de l’auteur de faire du DQF un instrument de connaissance du français québécois utile à tous les francophones, comme l’indique clairement son sous-titre, il est resté presque totalement inconnu en France, pour plusieurs raisons, que nous évoquerons à la fin de cet article. En outre, s’il a connu un vrai succès populaire au Québec, le DQF a été accueilli avec une certaine incompréhension, voire une franche hostilité, par les linguistes québécois confrères de l’auteur. Il a fait couler beaucoup d’encre, surtout semble-til au moment de la parution de la deuxième édition, et une bonne partie de cette encre était assez acide. Il s’est trouvé impliqué, en effet, après d’autres, dans le débat sur le français standard au Québec, que Lionel Meney l’ait voulu ainsi ou pas. Dans cette lutte où s’affrontent les « endogénistes », ou « aménagistes », c’est-à-dire ceux qui voudraient que le Québec se forge un standard indépendant de ce qui se passe dans les autres pays francophones, et les « exogénistes », qui soutiennent que le Québec aurait intérêt à se rallier à un français standard international, c’est-à-dire, principalement de France, Lionel Meney a dit clairement, ailleurs, qu’il se rangeait du côté des exogénistes, contrairement à la majorité des linguistes. Son dictionnaire a donc été fort critiqué, dans les revues savantes, mais aussi, et surtout, dans la presse populaire, par l’autre camp qui y voit un instrument de guerre au service des thèses de son auteur.

3Le débat est québécois, et il n’est évidemment pas question pour moi d’y mettre mon grain de sel. Mon regard sur le DQF sera un regard extérieur, qui certes échappe aux a priori mais qui ignore nécessairement une bonne partie des données. Ce regard sera double : celui d’un Français de France, et celui d’un lexicographe. C’est avec l’œil du lexicographe que j’essaierai de déterminer à quelle catégorie d’objets lexicographiques le DQF appartient, et dans quelle mesure il atteint les objectifs qu’il s’est fixés. Le regard du Français me permettra de juger de la pertinence éventuelle du DQF pour un francophone de France, et accessoirement de juger ce que le DQF dit du français utilisé en France.

LES DONNÉES DU PROBLÈME

Au premier abord

4Avec ses presque 2000 pages au format 150 x 225, le DQF a toutes les caractéristiques extérieures d’un dictionnaire, celles que tout amateur repère au premier coup d’œil chez les bouquinistes, et que le genre dictionnaire ne partage qu’avec certains ouvrages religieux. Ses dimensions lui permettent de figurer sur une étagère aux côtés du Petit Robert et du Petit Larousse. Lorsqu’on voit qu’il a 51 pages de documents annexes, dont 34 en introduction (« Présentation » p. v-viii, « Principales particularités du québécois » p. ix-xxiv, « Présentation d’un article » p. xxv, « Abréviations des concepts linguistiques » p. xxxvii-xxviii, « Abréviations des sources lexicographiques » p. xxix-xxxii, « Abréviations des titres de presse dépouillés » p. xxxiii-xxxiv), on conclut qu’il s’agit d’un dictionnaire de bonne facture, destiné à des utilisateurs éduqués. Et avec ses 17 pages de bibliographie en fin d’ouvrage, présentées selon les règles de l’édition scientifique, il apparaît comme un dictionnaire plus soucieux de rigueur que la quasi-totalité des ouvrages lexicographiques. Cette impression se confirme si l’on feuillette les pages du dictionnaire proprement dit : le DQF est bien un dictionnaire, avec son texte divisé en articles chapeautés par des mots vedettes classés par ordre alphabétique, et sa typographie impeccable. Seule particularité : le texte est sur une seule colonne, ce qu’aucun dictionnaire de langue ne fait plus.

5Le titre du DQF le présente comme un dictionnaire bilingue mettant en correspondance le québécois et le français. Plus précisément, il a l’apparence d’un bilingue unidirectionnel, avec une nomenclature qui va du français québécois (FQ) vers le français de France (FF). C’est cette présentation qui a créé la polémique, et c’est à elle que nous consacrerons une grande partie de nos observations. On peut dire, en effet, qu’il y a pour le moins une ambiguïté. Le titre de l’ouvrage laisse entendre que le québécois est une langue au même titre que le français, une langue différente, inaccessible aux locuteurs de français : comme l’a noté avec une certaine irritation Claude Poirier (2004), le DQF affirme que « la langue des Québécois est incompréhensible pour les autres francophones du monde », et qu’il faut donc la traduire plutôt que l’expliquer. Or, personne ne peut soutenir que le québécois est une langue à part entière ; tout le monde conviendra qu’il s’agit d’une variété du français parmi d’autres variétés, comme le dit d’ailleurs Lionel Meney lui-même dans sa « Présentation » (voir ci-dessous). On sait que les lexicographes traitent volontiers les variétés de langue dans des dictionnaires d’un genre particulier, dits « homoglosses » par certains (Quemada, s. d.) : dictionnaire de l’argot des marins, du français d’Yssingeaux, de l’informatique, de la langue de la Renaissance, de Céline, etc. Ces dictionnaires homoglosses sont toujours unidirectionnels, de la variété vers le standard, et c’est ce standard qui y est utilisé pour expliquer les particularités lexicales de la variété nommée dans le titre. Par ailleurs, ils sont caractérisés par la présence d’un grand nombre d’entrées faisant l’objet d’explications plutôt que d’équivalents, et par le fait que leurs titres ne mentionnent jamais le standard. On aurait donc pu avoir un « Dictionnaire du français québécois » sur ce modèle, où les québécismes auraient été expliqués en français de France, ou en français international, ou même, éventuellement, en québécois standard. Mais Lionel Meney n’a pas voulu d’un dictionnaire homoglosse, sans doute parce que d’autres ouvrages de ce genre existent déjà — c’est ce qu’il dit dans sa « Présentation » — et peut-être aussi parce que cela revenait à dire de manière trop visible que le québécois serait une variété « inférieure » du français, en position de variante par rapport à un standard. C’est donc vers une autre solution qu’il s’est orienté, celle d’un dictionnaire d’un genre inédit, qui met en rapport, sur un pied d’apparente égalité, deux variétés d’une même langue, le français utilisé en France et le français utilisé au Québec, comme le ferait un bilingue de deux langues différentes : il a voulu que le DQF soit un dictionnaire « bilectal » ou « bivariétal ». Mais alors, comment interpréter le mot français dans le titre ? S’il s’agit du français en général, le dictionnaire n’est pas bivariétal, et s’il s’agit du français parlé en France, le titre aurait dû l’indiquer clairement. En outre, comment le DQF peut-il permettre de passer d’une variété à l’autre s’il n’est pas bidirectionnel ? Son unidirectionnalité ne place-t-elle pas, de fait, la variété « source » en position d’infériorité par rapport à la variété « cible », comme l’aurait fait un dictionnaire homoglosse, l’une servant à expliquer l’autre ? L’auteur n’est-il pas tombé dans le piège qu’il voulait éviter ? Le DQF est un dictionnaire qui explique les particularités du québécois par le français de France et, ce faisant, il hiérarchise les deux variétés.

La « Présentation »

6La majeure partie de ce qui précède le dictionnaire proprement dit, on l’a vu, est occupée par une présentation des « Principales particularités du québécois », en 16 pages, sur le modèle des nombreux dictionnaires, surtout bilingues, qui incluent une grammaire. La « Présentation » du dictionnaire, elle, est courte, quatre pages, et elle ne fait aucune distinction entre les deux éditions, ce qui est regrettable : un observateur peu averti aura du mal à les distinguer. Elle commence par l’affirmation du fait que le français québécois et le français de France sont bien deux variétés d’une même langue, et que leurs différences sont importantes, conduisant à des « incompréhensions, des quiproquos, des contresens » et suscitant parfois « de la frustration et de l’agressivité » (p. v). Le décor est en place : le DQF sera un outil destiné à prévenir, éviter ou aplanir ces difficultés, en jetant un pont entre les deux variétés. Il s’agira d’un ouvrage descriptif, contrairement à la plupart des dictionnaires comparables qui l’ont précédé, dit Lionel Meney sans les citer, et qui dira ce qui est commun entre le français québécois et le français de France, alors que les autres se concentrent sur les particularités du québécois (p. v). On y trouvera même, écrit-il, de « nombreux mots et expressions qu’on ne trouve nulle part et qui pourtant sont employés couramment en français standard » (p. vii), affirmation audacieuse dont on regrette qu’elle ne soit pas accompagnée d’exemples.

7L’auteur explique ensuite quels étaient ses objectifs et comment il s’y est pris pour les atteindre. Il s’agissait de collecter les particularismes du français utilisé au Québec et de les comparer avec le français utilisé en France, pour permettre aux Québécois de découvrir quels sont les équivalents en FF des formes qu’ils utilisent, et pour permettre aux Français de mieux comprendre les particularités de l’usage québécois. Pour réaliser ce projet, Lionel Meney a évidemment utilisé des dictionnaires et ouvrages de référence en tous genres, comme il est d’usage en lexicographie. Dans son cas, il s’agit de tout un arsenal d’ouvrages assez hétéroclites, dont il faut lui savoir gré d’avoir donné la liste, en tout une centaine de titres (p. 1867-1871). Mais il a surtout constitué pendant de longues années un corpus « important » de textes québécois « authentiques » (p. vi), le terme authentique signifiant visiblement quelque chose comme « qui a été rédigé par un Québécois ou une Québécoise, et publié au Québec pour un public québécois ». La liste des textes constituant le corpus est fournie en fin d’ouvrage (p. 1877-1884) en autant de rubriques :

  1. Journaux, revues, magazines ;

  2. Poésie, chansons, humour, roman, théâtre ;

  3. Ouvrages scientifiques et techniques, documents touristiques ;

  4. Émissions de télévision.

8L’on voit que l’auteur a voulu explorer tous les styles, tous les registres de la familiarité, et même les particularités de la langue orale.

9Le corpus est impressionnant par le nombre de titres cités, mais Lionel Meney ne donne aucune indication quantitative. Il ne dit pas s’il a exploré la totalité des œuvres littéraires listées, ou bien certains passages seulement, ou quelques pages. Il ne dit pas non plus le nombre de numéros de chaque titre de presse qu’il a utilisés, s’il a consulté toutes les rubriques, etc. Il ne donne même pas de dates : un titre mentionné (L’Actualité, Au fil des événements, L’Action nationale, L’Avant-Poste gaspésien, Allô Vedettes, etc.) peut vouloir dire qu’un seul article, éventuellement ancien, a été utilisé, ou au contraire que tous les numéros ont été dépouillés systématiquement depuis une certaine date. Enfin, il ne dit rien de la façon dont il a utilisé les émissions de télévision citées. Dommage que l’effort de précision dans le contenu du corpus n’ait pas été poussé jusqu’au bout.

10Lionel Meney ne détaille pas les moyens qu’il a mis en œuvre pour l’exploration de ses sources, mais on peut supposer qu’il a travaillé « à l’ancienne », c’est-à-dire sans l’aide d’outils informatiques, et qu’il a donc relevé patiemment, l’une après l’autre, les formes rencontrées au cours de ses lectures. On l’imagine remplissant des milliers de fiches, rangées l’une après l’autre dans des boîtes. L’opération ressemble à celle qui avait servi de fondement à la première édition de l’Oxford English Dictionary (OED), à cela près que Lionel Meney a travaillé seul : on sait que pour l’OED, des milliers de lecteurs bénévoles avaient entrepris de lire des documents et d’y recueillir les formes susceptibles d’intéresser les lexicographes. On sait aussi que ces lecteurs jouant le rôle de lexicographes amateurs s’étaient montrés beaucoup plus avides de formes rares, inhabituelles, voire bizarres ou même fautives, que de mots usuels constituant l’essentiel de l’usage, danger qui guette tous les lexicographes ayant recours à ces méthodes.

11Les québécismes retenus par Lionel Meney sont de quatre sortes (p. vi) :

  • « inconnus du français standard », comme placoter : il s’agit donc de formes inconnues ;

  • « présents en français mais ayant un sens différent » : Lionel Meney donne les exemples de bête (dans le sens de désagréable, impoli, antipathique) et innocent (imbécile, crétin, idiot), qui ne sont pas les plus convaincants, mais ces québécismes existent, sans aucun doute ;

  • « présents en français standard, mais ayant une fréquence d’emploi différente », comme présentement (curieusement, pour un locuteur de français de France, l’adverbe est vu comme typique du français parlé en Afrique subsaharienne plutôt que du français québécois !) ;

  • « souvent critiqués au Québec, mais ayant aussi une diffusion en France », comme disponible (en vente, sur le marché, etc.) : on peut penser que cette formule alambiquée, peu explicite, renvoie surtout aux anglicismes de toutes sortes, mais le mot n’est pas prononcé ici, même si on le retrouve abondamment dans les articles du dictionnaire.

12Il est intéressant de noter ce qui n’a pas été utilisé par l’auteur du DQF dans sa sélection de québécismes :

  1. Il n’y a pas de critère de bienséance (p. vi). On trouvera donc dans le DQF des jurons, des formes taboues, etc.

  2. Il n’y a pas de critère géographique (p. vi). Lionel Meney, même s’il reconnaît qu’il y a des variétés à l’intérieur même du FQ, a recueilli tout ce qu’il a trouvé dans ses sources, sans privilégier ni négliger aucune région du Québec.

  3. Il n’y a pas de critère de fréquence (p. vi), pas plus que de critère d’actualité : un québécisme, même rare, même archaïque, peut avoir été retenu s’il a été trouvé dans une source. Cela est compréhensible : après tout, il y a bien dans tous les dictionnaires de langue des mots plus rares, voire beaucoup plus rares que d’autres : un dictionnaire général du français peut bien avoir un mot qui n’a jamais été utilisé qu’une seule fois par Ronsard, par exemple. C’est d’autant plus compréhensible dans un dictionnaire axé sur les spécificités d’une variété de langue.

13Pour chacun des québécismes retenus, Lionel Meney dit qu’il s’est « efforcé de donner l’équivalent ou les équivalents exacts en français standard dans la même situation d’énonciation », en s’attachant à représenter l’usage « réel », « afin que le lecteur ait accès à la langue telle qu’elle se parle réellement et non pas à la langue artificielle et aseptisée — “linguistiquement correcte”, pourrait-on dire — que présentent très (trop ?) souvent les ouvrages étroitement normatifs » (p. vii). Objectifs louables, en particulier le souci de distinguer les emplois en fonction des situations d’énonciation, mais la formulation choisie suscite tout de même quelques interrogations. D’abord, elle peut laisser supposer qu’il y aura toujours un équivalent pour chaque québécisme retenu, ce qui n’est évidemment pas le cas, ni dans le DQF ni dans aucun dictionnaire bilingue ou bivariétal. Mais surtout qu’il y aura toujours un équivalent « exact », voire plusieurs, ce qui est loin d’être toujours le cas, comme le reconnaît Lionel Meney lui-même un peu plus loin (p. vii) — même si l’on s’entend sur le sens qu’il convient de donner au mot exact. Ensuite, l’adjectif réel serait difficile à définir ou même illustrer : qu’est-ce qu’un usage « réel » ? Comment peut-on le mettre en évidence ? La linguistique connaît et utilise les notions de fréquence absolue, de fréquence relative, et d’autres, mais ne connaît pas celle de réalité. La notion d’authenticité s’applique aux textes, pas à l’usage. À quoi s’opposerait un usage réel ? Enfin, on se demande pourquoi Lionel Meney concentre son attention sur ce qu’il appelle les ouvrages « étroitement normatifs » : à quels ouvrages pense-t-il ? Pourquoi ne les nomme-t-il pas ? Le français de France ne manque pas de bons ouvrages descriptifs dont on ne peut pas dire que la langue soit « artificielle et aseptisée », auxquels on peut faire confiance lorsqu’il s’agit de repérer l’équivalent FF d’un québécisme.

14On comprend mieux, maintenant, ce que Lionel Meney voulait faire. Le reste de cet article tentera de répondre à la question : y est-il parvenu ?

LE DQF RÉPOND-IL AU PROBLÈME POSÉ ?

La nomenclature

15Le DQF, comme tous les ouvrages de référence, peut être décrit en termes de nomenclature, appelée parfois macrostructure, et de contenu des articles, ou microstructure. On posera donc deux questions :

  1. Quels types d’éléments lexicaux, quels mots, ont été retenus pour figurer en tête d’articles, les vedettes, ou à l’intérieur des articles ?

  2. Que disent les articles à propos de chaque élément lexical retenu ?

16Les nomenclatures des dictionnaires sont toujours difficiles à juger, à cause de leurs dimensions et parce que les ensembles linguistiques décrits ont des contours flous. Qui peut dire si déménageur doit figurer dans un dictionnaire du français de 20 000 mots, carence dans un dictionnaire de 40 000 mots, ou sempiternel dans un ouvrage de 60 000 mots ? Certes, les lexicographes disposent désormais de corpus informatisés qui leur permettent d’éviter les erreurs les plus grossières — qu’ils évitaient déjà avant l’apparition des corpus informatisés, d’polylexicaux. Mais on sait bien que la fréquence, désormais aisément mesurée, est sujette à caution. Ces difficultés d’établissement de la nomenclature sont encore plus importantes dans les dictionnaires de variétés de langue, à cause de la perméabilité des frontières entre la variété décrite, les autres variétés de la même langue, et la langue standard de référence. Le DQF atteint dans ce domaine le summum de la difficulté, puisque aucun critère de fréquence, de « centralité », de restriction géographique, etc. n’a été appliqué. Les éléments qui composent la nomenclature du DQF n’ont, au fond, qu’une chose en commun, celle d’avoir été trouvés par Lionel Meney dans les textes québécois dont il a constitué son corpus. Le DQF répertorie ce que Lionel Meney a trouvé au cours de son travail de ratissage, où intervenait nécessairement une part de hasard mettant, ou ne mettant pas, un mot sur son chemin, et où a joué aussi l’intérêt qu’il éprouvait, ou n’éprouvait pas, pour ce mot.

17On remarquera pour commencer que la répartition alphabétique des articles sur l’ensemble des pages du DQF est très proche de celle de dictionnaires généraux de langue française comme le Petit Larousse — ce qui veut dire que le hasard n’a pas fait retenir à Lionel Meney telle ou telle tranche de l’alphabet de préférence à d’autres —, travers dans lequel tombent souvent les lexicographes amateurs, surtout lorsqu’ils commencent à la lettre A et se lassent avant la fin.

18La macrostructure du DQF est clairement « analytique », c’est-à-dire que les articles sont dégroupés : un article par forme, quelles que soient les parentés entre les formes. Il y a un article baboune, et un autre article babouner, un article bac, un autre pour bacc. et un autre pour baccalauréat, un article bâdrage, un autre pour bâdrant, un pour bâdré, un pour badrer, bâdrer et enfin un pour bâdreur, bâdreux (bizarre que l’accent circonflexe ne disparaisse que sur l’infinitif). Solution qui favorise la consultation rapide en situation de décodage, mais gourmande en espace et qui gomme les relations entre les mots.

19On trouve dans le DQF les québécismes qui étaient annoncés dans la « Présentation », plus un certain nombre d’autres auxquels on s’attendait moins. Nous avons distingué, en tout, sept catégories.

201. Les « vrais » québécismes linguistiques, c’est-à-dire des formes inconnues ou oubliées du français standard, comme l’annonçait la « Présentation ». Pour un locuteur de FF, ils sont faciles à repérer dans la nomenclature : s’abander, abatage (de neige, de grêle, de pluie), s’abeaudir, abrévier, abrier, s’acarêmer, accapareux, accise, accore, etc. Dans cette catégorie, on trouve des anglicismes (acting, act of God, after show, etc.), des féminins (encore ?) inusités en France (acupuncteure, agente, etc.) et beaucoup de mots qui désignent des réalités exclusivement québécoises (voir ci-dessous). On trouve également dans le corps des articles des québécismes « de construction ». Par exemple, dans l’article à3, commerce au détail, étudiant à la maîtrise, édifice à bureaux, à bonne heure, etc. Certaines de ces formes sont peut-être rares au Québec, mais le DQF ne nous le dit pas.

212. Les formes qui existent en français du Québec et en français de France, mais qui diffèrent entre les deux variétés par la fréquence (abolir, abolition, d’abord, aboutir, s’abreuver, etc.) ou par des nuances de sens (abreuvoir, abri, académie, etc.). Parmi ces formes, certaines sont entrées récemment en FF standard, comme l’avoue Lionel Meney lui-même, mais il a tout de même conservé les articles, sans doute parce qu’ils avaient été rédigés avant que l’usage évolue en France : par exemple, abus sexuel. Ce type de québécisme est plus difficile à repérer que le premier type ci-dessus : l’auteur ne nous dit pas comment il a procédé pour établir les différences de fréquence et les différences de sens, mais on peut imaginer qu’il a utilisé sa propre connaissance des deux variétés, sa compétence de locuteur et son intuition.

223. Les mots qui désignent des réalités exclusivement québécoises :

  • culturelles : abée, acéricole, acériculteur, acériculture, alaska, babiche, B. A., baboche.

  • naturelles : achigan, adhothuys.

  • des noms propres géographiques avec leurs adjectifs ou substantifs : acadianisme, Acadie, Acadien, acadien, Algommequin, Algonquien, etc., même les noms des provinces : Alberta, Québec ( !).

  • des noms d’institutions sous forme pleine ou en sigles : Alcan, AANB, ACDI, ACEF, ACFAS, ACNOR, ADISQ, ADM, ADQ, etc., et leurs adjectifs ou noms : adéquiste.

  • des noms de marques de produits commerciaux : Baby Duck.

  • des noms de personnages importants dans l’histoire québécoise : Alexis le Trotteur, la Corriveau, les jumelles Dionne, le frère André, Jos. Montferrand, le Géant Beaupré, Louis Cyr.

23Le DQF est un dictionnaire culturel, ou « lexiculturel », comme le souligne Lionel Meney dans la « Présentation » (p. vi). Il se situe, de ce point de vue, dans la lignée des grands dictionnaires de variétés de langue, comme les dictionnaires de M. Mathews ou de F. Cassidy pour l’anglais américain. Plutôt dans la lignée de Mathews, d’ailleurs, car il est fondé sur des sources primaires et secondaires préexistantes alors que le Dictionary of American Regional English est fondé pour une grande part sur les résultats d’enquêtes linguistiques de terrain. Mais il s’agit là de dictionnaires homoglosses, où ces éléments culturels trouvent naturellement leur place, alors qu’ils sont moins à l’aise dans un dictionnaire bilingue ou bivariétal, puisque par définition, en quelque sorte, ils n’ont pas d’équivalents lexicalisés dans une autre langue ou variété. Fallait-il vraiment inclure les noms des provinces, les sigles de toutes ces institutions ? On s’éloigne en tout cas, avec ce type de québécisme, des objectifs déclarés du DQF : ces éléments ne seront pas utiles au lecteur québécois, qui les connaît et ne peut pas espérer une formulation équivalente en FF ; certains pourraient servir au lecteur de France qui veut comprendre des textes québécois, mais ce n’est peut-être pas dans cet ouvrage qu’il les recherchera.

244. Des formes, données entre crochets, qui ne diffèrent de leurs équivalents standard que par l’orthographe, simples signes d’inculture parfois (air pour erre, éteindu, etc.), mais surtout des formes utilisées par certains auteurs « régionalistes » pour donner une idée de la prononciation québécoise, pour se démarquer à tout prix de l’anglais, ou encore pour jouer à la « culture paysanne », pour tenter de donner à leurs textes une couleur locale à bon marché. Par exemple, babaille, abitation, ahir. Ce type de québécisme pose également problème. Il s’agit certes de formes marginales, qui peuvent nécessiter une explication, mais certaines d’entre elles, au moins, se trouvent aussi bien en FF qu’en français québécois dans des registres équivalents. Prenons l’exemple de capabe pour capable : est-ce vraiment un québécisme ? Une prononciation correspondant à cette graphie existe dans des variétés populaires du FF, en particulier dans le sud de la France, où les suites de consonnes sont souvent réduites. Et puis, quel utilisateur pourrait bien avoir un jour besoin de consulter un article de ce genre ? Certainement pas un Français. Faut-il imaginer qu’un Québécois capable d’utiliser le DQF ne saura pas que ce qu’il prononce [kapa : b], ou même écrit capabe, correspond à une forme standard capable ? Il semble bien qu’en l’occurrence Lionel Meney ait poussé un peu loin sa définition du québécisme.

255. Des articles qui n’entrent dans aucune des catégories ci-dessus, ni même dans aucune des catégories connues d’articles de dictionnaires de langue : par exemple, accord grammatical, article de presque deux pages qui résume les particularités de l’accord dans la grammaire du français québécois — ce qui suppose qu’il y en a —, ou encore adjectif. On a l’impression, là, d’une hésitation sur la nature même de l’ouvrage.

266. Des morphèmes présentés comme spécifiques du Québec ou qui y seraient plus utilisés qu’en FF : [-age]. Là encore, on peut se demander comment Lionel Meney a pu établir qu’il existait une différence de fréquence.

277. Enfin, des formes dont on ne comprend pas ce qu’elles font là, puisqu’elles sont courantes en FF : affreuseté, amendement, amourettes, anglophone, et beaucoup d’autres. L’auteur a peut-être repéré une différence de sens ou de fréquence, mais il ne les explique pas. Un cas particulier dans cette catégorie : les expressions latines ad infinitum, ad-lib, ad nauseam, etc.

28Globalement, l’ensemble macrostructurel du DQF apparaît donc assez hétéroclite. C’est toujours le cas dans les dictionnaires de langue, qui regroupent des formes appartenant à des sous-variétés différentes par l’époque, le lieu, la classe sociale ou la situation d’énonciation, des formes qui ne « fonctionnent » pas ensemble, et c’est encore plus vrai des dictionnaires de variétés. Il est donc très important d’expliquer au lecteur du dictionnaire les caractéristiques des formes retenues, soit au moyen d’un discours « naturel » explicite, soit au moins par le biais d’étiquettes d’usage : vieilli, Nord, familier, littéraire, etc. On verra ci-dessous si le DQF remplit correctement cette fonction.

29Peut-on dire en conclusion qu’il y a environ 10 000 québécismes ? Certainement pas. D’abord parce que la notion même de québécisme est très difficile à définir. Ensuite parce que la méthode adoptée par Lionel Meney fait qu’un nouveau passage en revue d’un corpus de FQ en trouvera d’autres. Enfin parce que nombre de ceux qui ont été répertoriés dans le DQF ont un intérêt discutable, on l’a vu.

Le contenu des articles

30Un bon dictionnaire doit donner les informations dont aura besoin l’utilisateur, du moins à ce que le lexicographe peut en supposer. Il doit aussi les donner d’une manière claire, permettant une consultation rapide et sans ambiguïté. Les lexicographes ont toujours utilisé des polices de caractères différentes, dans des tailles différentes, parfois maintenant des couleurs différentes, pour bien séparer les catégories d’informations et aérer leur texte. Le DQF utilise bien des polices différentes, du gras, de l’italique, comme tous les dictionnaires, mais on ne peut pas dire que ce soit un modèle de clarté. Deux exemples :

  • Les crochets ([]) sont utilisés dans la même police à la fois pour les équivalents « exacts » en début d’article et pour des remarques diverses sur l’usage, l’origine, etc. en fin d’article. On verra qu’il est en outre parfois difficile de différencier ces deux rubriques.

  • Chaque citation est précédée d’un tiret, mais le même tiret est également utilisé avant les phraséologismes mentionnés à l’intérieur d’un article.

31Ce ne sont que des petits détails, pas des fautes graves, mais ils ne concourent pas à la lisibilité générale, et dans les deux cas, il n’aurait pas été difficile de faire mieux.

32Le meilleur moyen pour assurer la cohérence de l’ensemble du texte d’un dictionnaire est ce qu’on appelle la microstructure, c’est-à-dire un programme fixe pour tous les articles, qui fournit toujours les mêmes informations, dans le même ordre et sous la même forme. Les remarques qui suivent porteront à la fois sur la structuration des informations à l’intérieur des articles, et sur leur contenu. Elles sont fondées sur un examen attentif du DQF, et elles ont pour ambition de donner une image aussi juste que possible de l’ensemble de l’ouvrage, même si chaque remarque n’est accompagnée que d’un petit nombre d’exemples.

33La distinction des « acceptions », domaine très difficile dans tout dictionnaire, laisse parfois perplexe. Par exemple, l’article babiche distingue trois sens :

  1. Lanière de peau de cerf de Virginie, d’élan d’Amérique, etc. servant à garnir les raquettes.

  2. Lanière de peau de bœuf ou de veau servant à garnir les raquettes et les chaises traditionnelles.

  3. Lanière de peau d’anguille.

34A-t-on vraiment affaire à trois sens ? Le matériau utilisé pour un artefact de ce genre doit-il conduire à distinguer des sens différents ? Entre les sens 1 et 2, l’utilisation de l’objet doit-elle déterminer deux sens ? En ce qui concerne le sens 3, dont l’emploi n’est indiqué que dans l’expression se serrer, tirer la babiche, a-t-on vraiment affaire à un sens distinct de babiche ? À propos de cette dernière expression, on notera, incidemment, les dangers de l’excès de concision dans la notation lexicographique : je suppose que l’expression a deux formes, se serrer la babiche, et tirer la babiche, sur le modèle de se serrer la ceinture et tirer la ficelle, mais je ne peux pas en être sûr. Comme souvent, l’information n’est claire que pour ceux qui la connaissent déjà.

35Autre exemple, un peu différent, d’un découpage des sens problématique : à l’article loose [lousse], on lit : « qui n’est pas serré ; déserré [sic] ; qui se défait ; qui a du jeu », suivi immédiatement de l’expression argent loose (surplus d’argent). Mais le loose d’argent loose n’est évidemment pas celui qui signifie « qui n’est pas serré ». Cela est d’autant plus surprenant que l’article donne ensuite les expressions dent loose, nœud loose, etc., qui, elles, utilisent bien ce sens de loose — on peut hésiter sur le cas de chevaux looses. Erreur dans la formulation de la « définition », ou mauvaise structuration de l’article ? En tout cas, cela ne concourt pas à la bonne lisibilité de l’ouvrage, et on en retire l’impression d’un travail lexicographique mal fini.

36Les équivalents en FF sont souvent accompagnés de leurs marques d’usage, pour aider l’utilisateur québécois à s’exprimer en français : par exemple, grenouillage et magouillage, équivalents du québécisme cabalage, sont marqués fam., péj. ; plateau, équivalent de cabaret, est marqué cour. ; pipée, équivalent de call 1 °, est marqué vén. ; etc. Il y a peu de marques de domaines, et l’étiquette la plus souvent utilisée semble être fam. Par contre, les québécismes eux-mêmes ont rarement une étiquette d’usage, peut-être parce que l’auteur a pensé que l’utilisateur principal du dictionnaire serait le locuteur de québécois et qu’il n’en aurait pas besoin. Parfois, des indications sont données par la définition : par exemple, la définition de cache 1 ° commence par (autref.). En l’absence de marques, il est impossible pour les locuteurs de FF de savoir si les québécismes cités sont courants, anciens, provinciaux, néologiques, spécialisés, etc., ce qui diminue pour eux l’utilité du DQF. Cette lacune s’accorde d’ailleurs mal avec l’affirmation de la « Présentation » selon laquelle il est indispensable de distinguer soigneusement les sous-codes.

37Le DQF mêle de vraies expressions idiomatiques et des suites qui sont plutôt des collocations. L’article bedaine mentionne à juste titre en bedaine, « torse nu », mais se flatter la bedaine est une collocation. Il serait préférable de distinguer les deux, les collocations faisant l’objet d’une mention à l’intérieur de l’article qui traite leur mot « principal » et les expressions idiomatiques faisant l’objet d’un développement microstructurel spécifique. Il est vrai que le domaine des phraséologismes est difficile, et que d’autres dictionnaires ne font pas mieux.

38Les jugements sur les différences de fréquence d’usage qui ont décidé de l’inclusion de tel ou tel québécisme, on l’a vu, donnent aussi lieu à des notations à l’intérieur des articles, qui suscitent les mêmes interrogations. On lit par exemple dans l’article à3 que l’expression à chaque fois que est moins usitée que chaque fois que en FF, mais en l’absence de toute indication sur la provenance de cette affirmation on est conduit à penser qu’il s’agit d’une simple impression.

39La structuration des articles est parfois étonnante. Prenons l’exemple de l’article yogourt — qui doit sa présence dans le DQF au fait que cette forme est plus fréquente que yaourt en FQ et l’inverse en FF, ce qui est sans doute vrai. L’article commence par donner les équivalents suivants :

YAOURT (n. masc., cour.) ; yoghourt (n. masc., plus rare) ; yogourt (n. masc., encore plus rare)

40Mais la même information est reprise presque intégralement, entre crochets, à la fin de l’article, toujours avec des abréviations :

[infl. de l’angl. « yogurt » ; en français standard, le mot « yaourt » est beaucoup plus fréq. que les mots « yoghourt » ou « yogourt » ; en québécois, le mot « yaourt » est rare].

41Les citations sont nombreuses, et constituent en elles-mêmes une lecture agréable, voire amusante. Mais à quoi servent-elles vraiment ? Revenons à l’article yogourt, qui en a quatre :

Elle procède au dépouillement de nos sacs. Elle sort la nombreuse famille de nos petits pots de yogourt sans faire de commentaires, avec aucun signe de surprise ou de reconnaissance (Réjean Ducharme)
Il remplit de yogourt un petit plat sur lequel il ajoute quelques framboises décongelées (Victor-Lévy Beaulieu)
On complète le repas de crudités, de salade, de jus de légumes ou de fruits, de yogourt, de biscuit à l’avoine ou de biscuits à thé (LP)
On a eu la louable idée de nous offrir une version québécoise de l’Imagerie des enfants — un petit dictionnaire illustré [français] conçu pour les petits. Ainsi, le yaourt devient yogourt, le cartable, un sac d’école, la timbale, une tasse. (p. v)

42La dernière citation permet d’étayer l’affirmation selon laquelle on dit plutôt yogourt en FQ et yaourt en FF. Très bien, admettons. Mais à quoi servent les autres ? La présence de plusieurs citations venant de sources différentes est-elle destinée à montrer que le mot est utilisé aussi bien dans des romans que dans la presse ? L’explication est-elle à rechercher dans le souci de « faire couleur locale », d’attirer le lecteur par des lambeaux (pour reprendre le mot de Littré) pittoresques ? Ou bien, tout simplement, mais les deux ne sont pas contradictoires, dans celui de « rentabiliser » une banque de citations assemblée au cours de longues années d’efforts ? En tout cas, le DQF semble avoir privilégié les citations, et donc son rôle de « trésor » de citations québécoises, plutôt que l’utilité lexicographique stricte.

43Les références des citations sont vagues. Reprenons encore l’exemple de l’article yogourt. La première citation est signée Réjean Ducharme. On peut, même si l’on est un béotien comme moi, imaginer qu’il s’agit d’un roman. La liste des romans qui commence page 1877 indique que deux romans de Réjean Ducharme figurent dans le corpus. Duquel s’agit-il ? Quelle page ? Souci d’économiser de l’espace ? Mais l’indication en clair du nom de l’auteur et de son prénom occupe une place qui aurait pu être occupée par un codage plus précis. Johnson, dès 1755, avait inventé un codage économiseur d’espace. Sans doute Lionel Meney a-t-il considéré que le nom de l’auteur en clair était suffisant pour « authentifier » l’occurrence et indiquer le genre de discours dans lequel on la trouve. La deuxième citation, de Victor-Lévy Beaulieu, renvoie à quatre romans, sans autre précision. La troisième indique LP, dont on peut imaginer qu’il s’agit d’un journal. La page 1877 indique que les journaux, revues et magazines ont fait l’objet d’abréviations, et renvoie à la liste qui figure page xxxvii. Or, il n’y a pas de page xxxvii. Les documents introductifs finissent à la page xxxiv pour laisser place au dictionnaire proprement dit. On trouve bien page xxxiii une liste des « Abréviations des titres de presse dépouillés » dans laquelle figure un LP qui représente La Presse (quotidien de Mont réal). Mais on ne saura pas la date, le genre d’article, etc. Parcours semé d’embûches, pour un résultat décevant.

44En outre, des commentateurs québécois ont noté que les dates d’édition données pour les documents du corpus sont celles des éditions utilisées, et non celles de l’édition originale, ce qui peut induire en erreur un piètre connaisseur de la littérature québécoise comme moi. Le Survenant, de Germaine Guévremont, par exemple, a été publié en 1945, pas en 1990 comme indiqué par le DQF.

45Je n’ai pas trouvé de références aux émissions de télévision qui sont listées dans les éléments du corpus, et qui n’ont aucun codage. Peut-être font-elles partie des « citations » qui n’ont aucune identification de provenance, au demeurant fort nombreuses (au hasard, à partir de la p. 778 : éteindre, ethnie, étiquette, étrange, étranger, être, étriver, étude, étudiant, évaluation, éventuel, éventuellement, etc.) ?

46Certaines « citations », enfin, échappent au corpus. Par exemple, l’article éventuellement cite « une Québécoise qui habite en Ontario » !

47Les articles longs (aller, sur, etc.) sont particulièrement touffus et donc difficiles à utiliser, parce qu’ils sont peu, ou mal, structurés. Les articles longs dans les dictionnaires bilingues, par exemple pour les mots grammaticaux, sont normalement structurés sur la base de l’usage dans la langue de départ, comme dans les dictionnaires monolingues, et parfois sur la base d’emplois contrastifs entre langue de départ et langue d’arrivée. La première option était difficilement utilisable dans le DQF, et la deuxième conduit à une poussière d’emplois difficilement structurables. L’article aller n’est qu’une collection d’emplois sans ordre particulier, sans même de tentative de les regrouper selon des grandes catégories sémantiques.

48Il y a quelques faiblesses dans le « contrôle » de l’ensemble du texte. On trouve un article acte de Dieu et un autre act of God avec exactement le même appareil microstructurel, qui renvoient bien de l’un à l’autre, mais sans aucune précision sur l’usage comparé : l’une des deux formes est-elle recommandée, plus utilisée, etc. ? On ne le sait pas. Dans l’article c., abréviation de cuillère, on trouve l’expression c. à table, avec les équivalents FF suivants :

cuillère à soupe (n. fém.) ; cuillérée à soupe (n. fém. ; plus rare) ; grosse cuillère (n. fém. ; cour.)

49Mais on trouve aussi plus loin un article cuillère, qui contient l’expression cuillère à table, dont les équivalents sont :

cuillère à soupe (n. fém.) ; grosse cuillère (n. fém. ; cour.) ; cuillère de service (n. fém., = pour servir)

50Certes il s’agit dans le premier cas uniquement de la mesure utilisée dans les recettes de cuisine, mais les deux articles posent quand même plusieurs problèmes. La variante grosse cuillère n’est-elle pas utilisée dans le sens de mesure ? L’article c. ne devrait-il pas traiter que de l’équivalence de c., soit cuillère ou cuillérée, à l’exclusion des équivalents du mot composé cuillère à table ? N’a-t-on pas confondu l’abréviation avec l’ensemble du mot composé ? Enfin, qu’y a-t-il de québécois dans l’utilisation de c. dans des recettes ? On la trouve souvent dans des livres de cuisine publiés en France.

51Certains équivalents FF proposés sont discutables : le signe @ ne se dit pas couramment chez en FF, mais at ; le système de notation ABCDE est couramment utilisé en France dans tous les ordres d’enseignement, et en particulier dans les universités, depuis une bonne vingtaine d’années ; une fillette agressée sexuellement (violence, mais incertitude sur l’accomplissement total de l’acte) n’est pas la même chose, me semble-t-il en tout cas, qu’une fillette abusée sexuellement (certitude sur l’accomplissement, mais pas nécessairement violent), etc. L’expression Université du Québec à Mont réal est présentée comme un québécisme, mais il n’y a pas, à ma connaissance, d’autre façon de faire référence à une université de ce type en FF, qu’elle soit étasunienne ou canadienne. On ne dit pas, en tout cas, Université du Québec (campus de Mont réal), contrairement à ce qu’affirme le DQF. La formulation ne correspondrait pas au sigle UQAM, et de toute façon le sens ne serait pas le même. Le mot halle ne désigne pas uniquement en FF un « vaste emplacement couvert où se tient un marché », mais peut signifier aussi un « centre commercial comprenant surtout des boutiques spécialisées dans la vente des produits d’alimentation (boulangeries, boucheries, charcuteries, fruits et légumes), à Lyon, par exemple.

52Les différences entre les usages FQ et FF ne sont pas toujours explicitées, et on peut même se demander parfois si elles existent. On a déjà cité affreuseté, amendement, amourettes, etc. L’article bedaine, dont on a déjà parlé, dans le sens de ventre rebondi, donne pour premier équivalent FF bedaine, et on s’attend alors à une explication, mais il n’y en a aucune. En fait, les trois citations suivantes pourraient fort bien avoir été tirées de textes de FF.

53Les prétendues différences d’usage ne sont pas toujours convaincantes. L’utilisation de a, ou à, comme pronom personnel singulier féminin, ou d’ailleurs masculin (à braillait), a été courante dans un certain nombre de variétés régionales du français de France, même si elle est désormais pratiquement sortie de l’usage. L’usage de à pour de dans des expressions comme la chemise à Jean-Pierre, la blonde à mon frère, etc., est encore largement répandu en FF. Quant à l’utilisation de a à la place de l’article défini la (dans a vie, su’a corde) ne correspond-elle pas à une simple convention d’écriture destinée à rendre compte d’une prononciation populaire et rapide, dès lors possible dans toutes les variétés du français ? Même remarque sur ben, présenté comme équivalent québécois de bien. On nous dit que ben est bien plus répandu au Québec. Me permettra-t-on d’en douter ? En tout cas, la prononciation sans [j] est extrêmement courante en France. Ce qui est sans doute vrai, c’est que le Québec a beaucoup d’auteurs qui cultivent la couleur locale, et qu’on trouve donc beaucoup de graphies ben dans la littérature québécoise, là où, en France, des auteurs similaires écriront bien, alors même que la prononciation spontanée sera ben dans beaucoup de cas.

54Enfin, un certain nombre d’articles comportent une rubrique « Rions un peu », inhabituelle dans un dictionnaire de langue, où l’on trouve des plaisanteries de quelques lignes basées sur des usages lexicaux ou des prononciations québécoises, souvent des histoires d’ambiguïté, ou d’incompréhension. Il y en a quatre ou cinq toutes les 100 pages, soit sans doute une petite centaine en tout, dont certaines sont données plusieurs fois. On pourra, selon son goût, les trouver plus ou moins amusantes. Certaines, il faut bien le dire, sont hermétiques pour un Français de France, même avec les explications du DQF (ex. : cerbère).

55Ce qui marque l’ensemble du DQF, nomenclature et microstructure, c’est la difficulté de déterminer les limites des deux ensembles linguistiques, l’un québécois et l’autre français de France. On se demande à chaque instant si le DQF compare bien des choses comparables des deux côtés de l’Atlantique. La quête des formes les plus marginales du français québécois semble sans fin, et a conduit l’auteur du DQF à retenir un ensemble non seulement hétéroclite mais difficile à insérer dans une structure d’équivalences avec le français de France.

OUI, MAIS…

56Le DQF est le fruit d’un travail gigantesque, surtout lorsque l’on considère que l’auteur a travaillé seul, et Lionel Meney a droit pour cela aux remerciements de la communauté des lexicographes et de tous les amoureux de la langue française. C’est un ouvrage plutôt agréable à feuilleter, qui fourmille de citations et de notations intéressantes, pittoresques, dont certaines sont peut-être bien inédites. En cela, il mérite sans doute le temps et les efforts que lui ont consacrés ses recenseurs.

57Le DQF n’est pas un dictionnaire bivariétal comme il y a des dictionnaires bilingues, puisqu’il n’est utilisable que dans un sens. Dictionnaire unidirectionnel mettant en rapport deux variétés d’une même langue en faisant comme si elles étaient de statut égal mais plaçant, de fait, l’une des deux variétés, le québécois, dans une situation de marginalité par rapport à l’autre, c’est un OLNI, un « objet lexicographique non identifié », qui ne correspond à aucun modèle lexicographique connu. Le lexicographe aurait compris un dictionnaire homoglosse, destiné à expliquer les particularismes, ou un dictionnaire établissant un standard québécois, mais il a du mal à comprendre la solution choisie par le DQF, celle d’un dictionnaire bivariétal qui se donne une partie des apparences du dictionnaire bilingue sans en assumer toutes les caractéristiques.

58Cela n’est pas une condamnation en soi, tout au contraire, puisque la lexicographie avance au rythme où les lexicographes inventent de nouveaux types de dictionnaires. La vraie question est de savoir si, à l’intérieur du cadre qu’il a lui6même fixé, Lionel Meney remplit le cahier des charges. Ce n’est pas certain. Quelle que soit la forme qu’il s’est donnée, et même si on considère qu’il s’agit, au fond, d’un dictionnaire de québécismes, le DQF n’est pas complètement convaincant d’un point de vue strictement lexicographique. L’auteur semble avoir travaillé avec des méthodes trop empiriques, sur un trop grand nombre d’années, et le résultat manque de cohérence et de maîtrise : ensemble à décrire mal défini, nomenclature hétéroclite, microstructure mal agencée, peu claire, sens imparfaitement distingués, phraséologismes mal différenciés, sources mal identifiées, etc. Pour mener de manière convaincante une opération de comparaison entre les deux variétés, il aurait fallu constituer un corpus comparable, l’analyser de manière rigoureuse et rendre compte de cette analyse selon un programme strict et complet. Faute de cela, le DQF en reste à une lexicographie certes agréable, mais d’un autre âge.

59Tel qu’il est, on peut se demander à quoi et à qui servira le DQF. Le lecteur québécois a peut-être besoin de savoir comment dire en français de France certaines choses qui se disent au Québec, mais pour beaucoup des québécismes retenus le DQF ne sera pas très utile : pour tous les mots désignant des réalités exclusivement québécoises, il n’y a pas d’équivalent FF, et pour beaucoup de québécismes familiers, on peut penser que les équivalents FF sont assez connus. Le DQF trouvera-t-il alors son public en France ? Il est vrai que le français québécois est mal connu des Français, et le DQF peut constituer un moyen agréable de s’initier à ses particularités, au moins lexicales. Mais le luxe de détails dans l’indication des équivalents FF n’était pas nécessaire, et il aurait fallu que les québécismes soient attribués clairement aux sous-codes auxquels ils appartiennent. Le DQF n’est donc complètement satisfaisant ni pour les uns ni pour les autres.

60Quant au rôle joué par le DQF dans le débat québécois sur le choix d’un standard, je l’ai dit, je laisserai à d’autres que moi le soin de tirer des conclusions. Il est indéniable que le DQF, dictionnaire bivariétal unidirectionnel, place la variété québécoise du français dans la position d’une variété qui a besoin d’être « traduite », et que le fait de la traduire dans la variété française du français instaure une hiérarchie entre les deux variétés traitées. Ce qui est difficile à déterminer, et à évaluer, c’est la part du plaisir et du jeu dans l’entreprise de Lionel Meney : le DQF est-il avant tout un instrument mis au service du militantisme de l’auteur pour la cause d’un français québécois rangé sous la bannière d’un français plus général, international ? Est-ce une arme de guerre, ou bien y a-t-il, un peu, surtout, dans la démarche de l’auteur, un hommage aux Québécois et à la langue québécoise, une part ludique, une mesure de jubilation que tous les amateurs de mots peuvent comprendre, voire partager, devant l’inventivité langagière du Québec, devant le souci de conserver les vieilles formules, de s’en délecter, conjugué à celui d’adopter de nouveaux modes d’expression venus d’ailleurs, de l’anglais bien sûr, mais aussi d’ailleurs, soucis qui font vivre la langue française en la transformant sans cesse ? Je n’ai pas de réponses à ces questions. Seul Lionel Meney peut dire ce qu’il a voulu faire — mais le peut-il encore, dans la situation de conflit où il se trouve ? — et il reviendra aux acteurs québécois de dire quel crédit ils lui accorderont.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Poirier, Claude (2004), « Le français des Québécois — Notre différence est devenue un atout », Le Devoir, 6 janvier (s.p.).

Quemada, Bernard (s. d.), « Dictionnaire », dans Encyclopædia Universalis (s.p.).

Dictionnaires

Cassidy, Frederic G. et Joan Houston Hall (1985-2008; en cours), Dictionary of American Regional English, Cambridge (MA), Belknap Press.

Johnson, Samuel (1755), A Dictionary of the English Language, CD-ROM edition by Anne McDermott, 1996, Cambridge, Cambridge University Press.

Mathews, Mitford M. (1951), A Dictionary of Americanisms on Historical Principles, Chicago, Chicago University Press.

Meney, Lionel (2003), Dictionnaire québécois-français, Mont réal, Guérin.

Auteur

Professeur à l’Université de Lyon. Il est l’auteur de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, ainsi que de plusieurs livres, dont Modern Lexicography. An Introduction (Oxford University Press, 2001). Il a été vice-président, puis président d’EURALEX, et vice-président de l’Université Lyon 2 de 1996 à 2006. Il est actuellement directeur du Centre de recherche en terminologie et traduction de Lyon.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search