Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Aspects de la normativité dans les dictionnaires du français québécois

Elmar Schafroth

Texte intégral

  • 1 Cet aperçu s’inspire notamment de deux articles parus dans Le Devoir en 2005, cités dans leurs vers (...)
  • 2 Sur le site, on trouve les graphies « endogènistes » et « exogènistes ».

1Pendant la préparation de cet article, j’ai découvert par hasard, puisque de nos jours Internet est devenu un outil indispensable (surtout pour un linguiste), l’existence d’un site Wikipédia intitulé « Débat sur la norme du français québécois »1. Bon signe ou non, on y apprend que dans ce débat les endogénistes et les exogénistes2 épousent des opinions inconciliables à propos de la question de la norme langagière au Québec. Ces conceptions de norme feront aussi partie du présent article et j’y reviendrai amplement. Ce qui est frappant, dans ce site, c’est une liste de noms de personnes (principalement des linguistes) répartis selon qu’ils sont partisans de l’une ou de l’autre doctrine. Et y figurent aussi les noms des auteurs des dictionnaires analysés ici.

2Il s’agit de dictionnaires de français, conçus et diffusés au Québec, mais dont tous les auteurs ne sont pas d’origine québécoise (Lionel Meney est un Français) et dont le titre ne signale pas dans tous les cas la référence québécoise ou nord-américaine (voir le MLT). Je concentrerai donc mon étude sur les ouvrages suivants, classés ci-dessous chronologiquement selon l’année de la parution de la première édition (voir aussi la bibliographie) :

  • le Dictionnaire du français Plus à l’usage des francophones d’Amérique (DFP), paru en 1988 (62 000 mots) ;

    • 3 Ce chiffre est donné dans la première édition. Dans la troisième, il est question de 2000 nouveaux (...)

    le Multidictionnaire de la langue française (MLT), dans sa quatrième édition de 2003, la première et la deuxième ayant paru en 1988 et 1992 sous le titre Multidictionnaire des difficultés de la langue française (environ 47 000 articles3) ;

  • le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (40 000 articles) ; je considère surtout l’édition de 1993 (DQA2), en faisant, le cas échéant, référence à la première édition (DQA1) ;

    • 4 L’auteur n’indique pas de chiffres dans son dictionnaire, mais nous informe ailleurs (Meney, 2001, (...)

    le Dictionnaire québécois-français. Pour mieux se comprendre entre francophones (DQF), datant de 1999 (9 000 entrées4).

3Selon le tableau de Wikipédia, seul l’auteur du DQF est exogéniste, les autres étant partisans d’une norme québécoise endogène. Dans ce qui suit, j’analyserai la conception normative dans chacun des quatre dictionnaires en me penchant sur les marques et les commentaires normatifs dans les microstructures et les textes qui les précèdent.

TRADITIONS ET INNOVATIONS LEXICOGRAPHIQUES AU QUÉBEC

4La lexicographique franco-canadienne a engendré, au bout de deux siècles, une production de quelque 275 dictionnaires (selon Farina, 2001 ; voir aussi Wolf, 1987, p. 297). Il s’agit d’ouvrages qui, jusqu’aux années 1980, étaient conçus uniquement selon le type différentiel et dont la plupart consistaient en listes, plus ou moins élaborées, de canadianismes ou d’anglicismes. Les évolutions bouleversantes au sein de la société québécoise dans les années 1960 et 1970 aboutissaient ensuite, pas à pas, à un changement de la conscience linguistique des Québécois (voir Wolf, 1992 ; 1996), qui eut ses répercussions aussi dans la lexicographie. L’idée du « maîtres chez nous » modifiait aussi le discours métalinguistique, qui se polarisait de plus en plus sur la question d’une plus grande autonomie du français québécois par rapport au français de France. Le problème n’est pas encore résolu, mais la parution annoncée du dictionnaire FRANQUS « (français québécois : usage standard) » (Martel, 2006) marquera sans doute une nouvelle étape dans le débat linguistique et dans la pratique langagière au Québec.

  • 5 « Le CEC Jeunesse représente une étape importante dans l’évolution et la modernisation de la concep (...)

5Cette « nouvelle attitude vis-à-vis de la variation linguistique du français » des années 1980 (DFP, p. ix) se traduisait sur le plan lexicographique dans la réédition du CEC Jeunesse, en 19865, et, deux années plus tard, dans la parution du DFP. Aux lexicographes québécois il ne suffisait plus de « “truffer” » les dictionnaires de langue de quelques dizaines (ou centaines) de régionalismes pour en reconnaître véritablement l’existence et la légitimité ou en illustrer la vitalité » (DFP, p. ix). Il fallait un dictionnaire intégral ou général, comme le DFP et le DQA1, fondé « sur le besoin, ressenti depuis longtemps, de mettre à la disposition des Québécois un ouvrage lexicographique décrivant l’essentiel du français au Québec et s’adressant tant au public des niveaux secondaire et collégial qu’à l’ensemble des francophones » (DQA1, p. ix). La polémique déclenchée autour du DQA1, à cause d’un miroir linguistique peut-être trop fidèle que présentait ce dictionnaire aux Québécois (voir Cormier, 1993 ; Boulanger, 1994 ; Schafroth, 2001 ; 2006), ne changeait pourtant rien de l’exigence, éprouvée par beaucoup de Québécois, de « représenter le monde à partir d’une conscience linguistique propre au peuple québécois, valorisée socialement » (DQA1, p. ix).

  • 6 L’auteure du MLT parle d’une diffusion de « plus de 500 000 exemplaires au Québec et en France » de (...)
  • 7 Selon Martel, les Québécois « veulent connaître, d’une part, les emplois “reçus” ou “acceptés” selo (...)
  • 8 La caractérisation comme « recueil de particularismes » (Cormier et Francœur, 2002, p. 62) est enco (...)
  • 9 L’acuité avec laquelle cette controverse se déroulait (voir aussi les réponses de Meney, 2001 ; 200 (...)

6Mais les défenseurs d’une approche différentielle ne se taisaient pas. C’est peut-être à cause de l’insécurité, provoquée par l’échec du DQA, qu’une lexicographie visant à avertir les gens des pièges linguistiques et de ses propres particularismes (et non des francismes) ne cessait d’avoir du succès6. Le MLT est un des dictionnaires qui profitaient de ce besoin linguistique7. Le DQF, lui aussi, est un dictionnaire différentiel, qui, cela est amplement connu, a été sévèrement critiqué8, surtout par les lexicographes et les métalexicographes québécois de renom (voir Poirier, 2000 ; Verreault et Mercier, 2000 ; Mercier et Verreault, 2002), mais qui a été également accueilli avec bienveillance « par ceux qui ont rendu compte de sa parution dans les médias » (Verreault et Mercier, 2000, p. 189).

CONCEPTIONS DE LA NORME LINGUISTIQUE (AU QUÉBEC)

  • 10 Même si cet ouvrage ne représente que partiellement le type puriste parmi les grammaires (voir Rey- (...)

7Il semble facile de définir le concept de norme linguistique. On pourrait penser que la norme d’une communauté linguistique, c’est ce qui figure dans les grammaires, ou même dans une seule grammaire, comme c’est le cas en France du Bon Usage de Maurice Grevisse10 ou la grammaire Duden en Allemagne. Il se peut aussi qu’un dictionnaire jouisse d’une si grande réputation que les locuteurs l’utilisent comme source de référence (normative) sur les questions linguistiques, au moins en ce qui concerne le lexique. En Allemagne, ce sont le Duden et le Brockhaus (surtout par rapport à l’orthographe) qui exercent cette fonction ; en France, les dictionnaires de deux ou trois éditeurs (Le Robert, Larousse, Hachette) se partagent ce marché, et en Italie toute une série de dizionari accomplit cette tâche (par exemple Zingarelli, Garzanti, Devoto/Oli, Palazzi/Folena, Sabatini/Coletti, De Mauro). Mais en quoi exactement consiste le caractère normatif de ces dictionnaires ? Comme nous le savons, ni le Petit Robert, ni le Petit Larousse illustré, ni le Zingarelli ne se veulent normatifs, mais tous sont normatifs en quelque sorte.

  • 11 Pour la linguistique, voir Gloy (1975 ; 1995), Bédard et Maurais (1983), Bartsch (1985), Müller (19 (...)
  • 12 Voir la typologie de normes dans Gloy (1975), qui distingue une norme technique, une norme méthodiq (...)

8Il faut donc examiner de plus près le concept de « norme ». Des myriades de savants et de chercheurs se sont déjà occupés de cette question. Plusieurs domaines scientifiques comme la sociologie, la philosophie, la théologie, la jurisprudence, mais aussi les sciences et les technologies ainsi que la linguistique11 s’y sont intéressés12.

  • 13 Une autre norme (communicative) est fondée sur le principe de « l’attente de l’attente » (Gloy, 197 (...)

9En ce qui concerne les normes langagières (ou linguistiques), il me paraît utile de faire une distinction entre norme explicite et norme implicite. Une norme explicite est issue d’un acte de réglementation (législative, politique ou institutionnelle) et est dotée d’un caractère déontologique. Une telle norme linguistique est aussi appelée normative. La base matérielle en est souvent l’usage d’une élite sociale ou toute variété prestigieuse : « Le souci de bien parler est […] motivé essentiellement par le prestige social » (Wolf, 1983, p. 133). La norme explicite est codifiée et identifiable, dans sa forme plus rigide, sous forme d’une grammaire ou d’un dictionnaire. En réalité, ce sont souvent plusieurs ouvrages dictionnairiques, comme en France ou en Italie. La désignation de cette norme explicite en France et en Europe est français standard, langue standard, français de référence (voir Martel, 2001) ou bon usage. L’autre type de norme langagière est implicite : il est le résultat d’une autorégulation parmi les locuteurs : « C’est la communauté linguistique qui précise les règles et leurs applications, uniquement d’après l’usage effectif de la langue (d’où sa désignation de norme d’usage) » (Müller, 1985, p. 276). Cette norme a plusieurs dénominations : norme statistique, norme descriptive ou, surtout parmi les linguistes québécois, norme objective (voir, par exemple, Boulanger, 1999). La norme objective se définit par conséquent par ce qui existe dans la réalité linguistique, donc la somme (virtuelle) des actes de parole ou des discours (que Heger [1969] a appelée Σparole), ou par ce qui, dans la conscience métalinguistique de la collectivité des locuteurs, est accepté ou non comme faisant partie constituante de sa propre langue, de sa propre variété ou de son propre dialecte (Heger, 1969, p. 54). Selon Coseriu (1988, p. 297), la norme (usuelle) est « la réalisation normale », « tout ce qu’on dit (et comprend) ainsi et pas autrement », ou bien (Coseriu, 1979, p. 55) « les réalisations des “conditions” sociales et culturelles ». Par rapport à la langue française, cette norme est aussi appelée français commun, français usuel, français courant, langue moyenne (Müller, 1985, p. 276) et, sur l’échelle internationale, français universel ou français international (voir Pöll, 2005, p. 30)13.

  • 14 Le sujet de la norme linguistique au Québec a été traité par beaucoup de linguistes, dont Gendron ( (...)
  • 15 Voir aussi la citation suivante : « Le français standard d’ici est la variété de français socialeme (...)
  • 16 « S’il existe objectivement des normes pour chaque entité sociale, […] pour chaque unité sociocultu (...)

10Et au Québec14 ? Les lexicographes y parlent souvent d’une norme objective décrite dans la plupart des dictionnaires, en ce sens « qu’elle rend compte des emplois émanant de la société, qui sont observés, hiérarchisés puis consignés » (Boulanger, 2000, p. 43). Cette norme inclut donc en même temps une configuration sociale, une norme sociale : « [L]a norme s’édifie à partir de l’usage propre reconnu à un corps social » (Boulanger, 1999, p. 118). Quand Pierre Martel parle du nouveau bon usage en tant que « français standard en usage au Québec » (Martel, 2000a ; 2001) et le définit comme « usage socialement valorisé » (Martel, 2006, p. 848)15, il s’agit donc d’un croisement de deux concepts de norme, celui d’une norme objective et celui d’une norme qui n’est ni explicite ni normative, mais qui a quand même en commun avec celle-ci quelques traits pertinents : le caractère de modèle, le lien avec une élite sociale et, dès que le nouveau dictionnaire du bon usage sera publié, le caractère d’« étalon »16 (dans le sens que sur le marché linguistique du Québec, l’habitus, officiellement sanctionné, exercera, au moins sur les « champs » sociaux plus élevés, du pouvoir sur les locuteurs) : « La notion de norme est sans doute liée — notamment en matière de langage — à la structure sociale, à la hiérarchie, à l’institution, au pouvoir et à sa répartition » (Rey, 1983, p. 567). S’il est vrai que « les Québécois et Québécoises désirent essentiellement un dictionnaire de type “normatif”, c’est-à-dire qui les informe sur leur bon usage » (Martel, 2006, p. 846), il s’agira d’assurer les « possibilités de faire adopter ces prescriptions par la communauté linguistique » (Wolf, 1983, p. 129).

  • 17 Voir pourtant la critique de Meney (2005) et la riposte de Corbeil (2005).

11Il y a une vingtaine d’années, on sentait encore des voix peu favorables à cette conception de norme et qui revendiquaient même un « redressement linguistique indispensable » (Valin, 1983, p. 793) à travers l’école « permettant aux francophones de ce continent de se sentir enfin les égaux, qu’ils parlent ou qu’ils écrivent, des francophones d’outre-Atlantique » (ibid.). Mais en 2008 les adeptes d’un français de référence (de France), les exogénistes, semblent devenir de moins en moins nombreux17.

12Or, la situation linguistique, telle qu’elle se présente aux lexicographes du Québec, est complexe pour plusieurs raisons. Le principal devoir que se donne la lexicographie, c’est d’inventorier l’usage linguistique accepté par la plupart des membres de la communauté linguistique. Mais c’est là que commencent les problèmes :

13♦ Qui sont la plupart des membres de la communauté linguistique ? S’agit-il d’une question statistique ou sociologique ?

14♦ Comment, sinon par intuition en tant que principale (et souvent unique) source du lexicographe, peut-on décider ce qu’est l’usage le plus répandu ?

15♦ Si le dictionnaire est fondé sur un corpus (de sources écrites et orales), comment tracer les limites entre « usage habituel » et « usage particulier », entre « attestation » et « lapsus » ? Comment réaliser le compromis entre la description de l’usage réel, hétérogène et diversifié, et la tâche (ou la contrainte) de proposer en même temps un modèle linguistique pour l’enseignement ?

    • 18 Voir Gendron : « Ainsi est-il en train de se développer, à notre avis, une dynamique linguistique q (...)

    Est-il donc opportun de hiérarchiser les divers usages ? Une telle hiérarchisation mène-t-elle à une stratification sociolinguistique ? Quels seraient les indicateurs et les critères aptes à former une telle grille ? La scolarité, le niveau social, la profession, la qualité du langage d’un groupe social ou d’un locuteur18 ?

  • Quels mots sont donc dignes d’entrer dans les dictionnaires ? De préférence ceux qui relèvent de la langue soignée ou neutre ?

  • Une stratification reflète-t-elle exclusivement la réalité sociolinguistique au sein de la collectivité des Québécoises et Québécois ou intègre-t-elle aussi des facteurs « externes » ?

  • Par quel concept de norme une telle influence, extérieure, est-elle exercée ? Par un français international, panfrancophone, ou par le français standard de France ?

16On voit donc qu’un dictionnaire doit être forcément normatif, « alors même qu’il se veut descriptif. Il l’est d’abord par ses choix » (Rey, 1986a, p. 32), et ensuite, pourrait-on ajouter, par les questions soulevées ci-dessus. Il est donc important de savoir quel est le « modèle culturel […] idéologique véhiculé par le dictionnaire, modèle pour lequel le système des marques joue un rôle de témoin et de révélateur » (Girardin, 1987, p. 92).

INDICES ET TRACES DE NORMATIVITÉ DANS LES DICTIONNAIRES DU FRANÇAIS QUÉBÉCOIS

17Ripfel (1989) présente une typologie qui permet la classification des dictionnaires selon leur (type de) normativité. L’auteure distingue entre « dictionnaires normatifs », « dictionnaires descriptifs » et « dictionnaires implicitement normatifs ». Un dictionnaire normatif vise, selon elle, à régulariser, corriger ou améliorer d’une manière ouverte le comportement linguistique ; un dictionnaire descriptif, par contre, ne veut qu’informer sur des règles linguistiques, mais ne donne aucune indication sur l’obligation d’un emploi. La nécessité lexicographique d’évaluer les données linguistiques (par exemple pour la sélection des lemmes et des exemples) ne s’effectuerait dans ce type de dictionnaire que sous l’aspect de la recherche et de la description (légitimes) d’un extrait particulier de la réalité linguistique et en vue d’un public spécifique. Un dictionnaire est implicitement normatif quand il n’y a pas de charge normative explicite, mais quand les commentaires révèlent l’objectif de documenter une langue convenable et servant de modèle. Ceci serait le cas quand un dictionnaire se base exclusivement sur des sources littéraires de haute qualité, quand la macrostructure ne contient pas de mots populaires et vulgaires, ou quand les exemples ont été choisis selon des critères esthétiques. Selon cette classification, il n’y a pas de doute, même si l’analyse des quatre ouvrages est encore à faire, qu’un des dictionnaires, le MLT, se catégorise comme ouvertement normatif. Déjà son ancien titre est révélateur : les deux premières éditions du MLT s’intitulaient Multidictionnaire des difficultés de la langue française. Comme chacun des dictionnaires fait usage d’un système de marquage propre (marques diaphasiques, diastratiques, dianormatives, etc.), on pourrait en effet les appeler tous, selon les critères de Ripfel, (au moins partiellement) normatifs. Il va sans dire qu’il faudrait analyser toutes les parties des dictionnaires (en commençant par la préface).

Préfaces et introductions

18Les textes (en prose) qui précèdent ou, dans le cas du DFP, suivent la macrostructure d’un dictionnaire, à quel degré révèlent-ils son idéologie et sa normativité ? Il n’y a pas de doute sur le type de norme auquel l’auteur du DFP se sent lié : « Nous croyons maintenant en publiant ce dictionnaire avoir réussi à présenter une image assez précise de ce qu’est le standard québécois, ce nouveau standard, à mi-chemin entre le modèle européen et le vieux modèle québécois, qui constitue l’usage de la nouvelle classe moyenne québécoise assez fortement scolarisée » (DFP, p. x).

19Inutile de souligner que la position en faveur d’une langue standard propre est déjà nettement représentée dans le DFP, paru en 1988. Il en va de même, évidemment, pour le DQA2, mais plus important encore semble ici le compromis entre norme objective et obligation didactique :

Certes, dans un dictionnaire du bon usage, un purisme trop exigeant irait à l’encontre des buts qu’il se propose, en creusant le fossé qui existe entre la langue réelle et celle que l’on souhaite enseigner. Mais inversement, une description objective et sans contrôle normatif de l’usage, nécessaire dans un dictionnaire scientifique de la langue, correspondrait dans ce type d’ouvrage à un laxisme incompatible avec la pédagogie, et qu’il n’était pas question de cautionner. (DQA, 2003, p. xix)

20Ce credo se marie parfaitement avec la conviction d’Alain Rey selon qui le discours d’un dictionnaire « n’est absolument pas scientifique », mais qu’« il est, par nature, didactique » (Rey, 1983, p. 566).

  • 19 Ce jugement peut étonner, au moins sur le plan quantitatif, puisque, selon Marie-Éva de Villers, «  (...)
  • 20 Surgit donc la question de savoir en quoi, par rapport aux techniques lexicographiques, consiste ce (...)

21Le MLT, selon la préface de Jean-Claude Corbeil (p. xi), n’est pas un dictionnaire de langue19 « mais représente un nouveau type de dictionnaire, le dictionnaire pragmatique » (MLT, p. xi). Pragmatique veut dire « [prendre] comme angle d’analyse la situation réelle d’une personne au moment d’utiliser la langue, comme point de départ la langue de celle-ci et [avoir] pour objectif de fournir rapidement des réponses claires et sûres aux questions, doutes ou problèmes susceptibles de surgir en cours de travail » (ibid.). Le MLT se situe donc dans la tradition des dictionnaires de difficultés (comme l’œuvre fameuse de Hanse, en Belgique, ou celle de Dagenais, au Québec) qui traitent aussi des questions de grammaire, d’orthographe ou de prononciation. Il va sans dire que l’intérêt principal porte sur le lexique, y compris les emprunts, les néologismes et les québécismes (« des variantes propres au français du Québec » [ibid.]). Le MLT se réclame même d’appliquer « une approche globale de l’usage » qui va au-delà de « la seule description du sens des mots » (ibid.)20.

22Dans la préface de Corbeil et dans l’introduction de la quatrième édition, présentée par l’auteure même, le sujet de la norme est abordé dans les passages suivants (les italiques sont de moi) :

  1. Le MLT se caractérise par] « l’inventaire des difficultés prévisibles, d’une part, [et] le respect de la norme sociale la plus généralement admise, d’autre part » (p. xi) ;

  2. La position normative [du MLT] est nuancée. [Il] décrit le français standard, tel qu’il est expliqué par les grammaires et les grands dictionnaires, noyau dur de la langue française commune à tous les francophones, qui permet l’intercommunication entre l’ensemble des usagers de la langue française, par-delà les particularismes de chaque pays ou de chaque région » (p. xii) ;

  3. Le MLT] « situe par rapport à cette norme commune les variantes sociales, notamment celles qui correspondent à des circonstances particulières de communication » (ibid.) ;

  4. Le MLT] « signale les usages propres au Québec et précise leur statut par rapport à la norme du français au Québec, selon qu’ils sont admis comme standards, qu’ils appartiennent à des registres de langue ou qu’ils sont discutables, voire à éviter en communication soignée, le plus souvent parce que ce sont des anglicismes ou des formes fautives, parfois simplement vieillies, perpétuées par la tradition orale » (ibid.) ;

  5. le monde qui se construit autour de nous favorise ceux qui maîtrisent la forme standard de la langue » (ibid.) ;

  6. Le MLT] « décrit le français de tous les francophones ainsi que le bon usage québécois » (p. xiii) ;

  7. Le MLT aide à] « distinguer les usages qui sont communs à toute la francophonie de ceux qui sont propres au Québec » (ibid.) ;

  8. En outre, le MLT contient] « les emplois admis et ceux qui sont jugés incorrects dans un registre courant de communication écrite ou dans un registre familier » (ibid.) ;

  9. Avec le MLT, l’usager peut] « éviter les écueils de tous types, […] substituer aux emplois fautifs des formes correctes » (ibid.) ;

  10. Les québécismes répertoriés dans le MLT sont] « de registre courant ou soutenu [et] indiqués à l’aide de l’icône de la fleur de lis » (ibid.) ;

  11. L’inventaire des formes fautives, toujours accompagnées des formes justes correspondantes, constitue un élément distinctif du Multidictionnaire » (p. xv).

  • 21 Si un mot « n’existe pas », comment peut-il figurer dans un dictionnaire ?

23Il y a quelques aspects qui demeurent peu éclairés, comme le caractère de la norme (sociale) ou le bon usage au Québec (a, d, f). D’autres ne sont pas rendus explicites, mais se comprennent néanmoins : le français standard (b), la norme commune (c), c’est un français standard à l’instar de celui de la France. C’est sur la base de cette conception de la langue que l’accent est mis sur l’écart et sur la déviance (b, d, g, i, j, k). C’est au sujet des formes fautives que se manifeste le plus la forte normativité du MLT : il s’agit d’anglicismes (y compris les emprunts sémantiques et les calques) ainsi que les barbarismes et les formes « inexistantes » (comme aréoport)21 qui sont au centre de l’intérêt normalisant du MLT. D’autre part, le MLT n’est pas un véritable dictionnaire différentiel qui se limiterait à répertorier des listes de mots déviants (cf. b, f, g). Au contraire, bon nombre d’articles (peut-être même la plupart d’entre eux) ne contiennent aucun caractère normatif, mais représentent tout simplement un traitement lexicographique dépourvu d’objectifs normatifs. De plus, dans les textes qui précèdent la macrostructure, on trouve aussi des passages qui semblent témoigner d’une attitude plutôt descriptive et démocratique :

  1. Dans tous les cas, le souci est de fournir à l’usager les renseignements les plus sûrs, de lui proposer une solution quand les avis sont partagés, non sans savoir qu’il demeure libre de faire ses propres choix, à ses risques et périls, mais, fois, en connaissance de cause » (p. xii) ;

  2. [Le MLT] « apparaît alors comme l’allié le plus fidèle puisqu’il décrit cet usage sous toutes ses facettes » (p. xii) ;

  3. Le MLT constitue] « un mode d’emploi complet et actuel de la langue française sous toutes ces facettes » [et veut] « neutraliser les frontières entre les diverses questions linguistiques » (p. xiii).

24De a) on peut tirer trois conclusions : 1) Le MLT se veut un outil pour les questions linguistiques ; 2) chacun est libre de parler comme il veut ; 3) il vaudrait mieux respecter les avis donnés dans le dictionnaire. Les citations b) et c) soulignent l’approche exhaustive du MLT. Le DQF critique le caractère normatif de la plupart des dictionnaires du français québécois et leur oppose sa conception, différentielle elle aussi, mais d’une autre manière :

En rédigeant ce Dictionnaire québécois-français, notre objectif a été de fournir aux Québécois, aux Français et à tous les francophones intéressés, une étude « différentielle » — sur le modèle d’un dictionnaire bilingue — précise, détaillée, documentée, sans jugements de valeur, en juxtaposant les différences entre les deux variétés de langue et en nous appuyant exclusivement sur des exemples québécois authentiques. (DQF, p. v)

Marques normatives et marques sociales

  • 22 Selon le NPR, qui indique listage comme recommandation officielle pour listing.

25Un dictionnaire de langue sans marques normatives n’est imaginable que dans le cas où les auteurs n’ont aucune intention d’imposer un idéal linguistique, laissant au locuteur la liberté totale de parler comme il veut. Évidemment, c’est une utopie irréalisable, parce qu’un tel dictionnaire ne serait pas autre chose que la documentation non triée de la performance linguistique de tous les sujets. Et même si le dictionnaire se basait sur des facteurs quantitatifs, déjà l’action de répertorier les diverses occurrences lexicales (par exemple, en France, directrice et directeur désignant une femme, ou prof et professeur, ou listing et listage) engendrerait la nécessité de les classifier comme types lexicaux (directeur, professeur) en expliquant la différence entre les formes, ou de mettre en relation deux types lexicaux (ex. listage et listing). Quoi qu’il en soit, tout commentaire sur la disparité des formes entraînerait inévitablement une distribution selon des critères fonctionnels, donc linguistiques et extralinguistiques (directrice et directeur ayant une distribution référentielle inégale, prof et professeur indiquant le degré de formalité, listing ayant une valeur moins prestigieuse que listage22).

  • 23 L’hétérogénéité et l’incohérence de la terminologie sont un vieux problème dans la linguistique var (...)
  • 24 Les problèmes méthodologiques et pratiques que posent les marques lexicographiques en général et le (...)
  • 25 Selon Hausmann (1989), le lexique d’une langue se classifie selon onze critères (temps, espace, nat (...)

26C’est dans ce sens-là que les marques de niveaux de langue23 (appelées aussi marques d’usage, marques stylistiques ou marques sociales [voir Corbin, 1989]) sont, à strictement parler, elles aussi normatives, parce qu’elles restreignent l’emploi d’un mot, ou mieux : elles limitent la recommandation d’utiliser ce mot. Des marques comme familier, populaire, soigné, littéraire cherchent à régulariser et à gouverner l’emploi lexical. Elles ont « pour objet d’expliciter des écarts par rapport à un usage contemporain neutre qui ne peut être que théorique et qui suppose donc la construction d’un modèle normatif » (Girardin 1987, p. 92)24. Parmi les types de marques25 décrits par Hausmann (1989), les plus importants semblent les marques diastratiques (indiquant les groupes socioculturels), les marques diachroniques (indiquant le caractère actuel, vieux ou nouveau d’un mot) et les marques « dianormatives » (ou normatives) (qui ont la fonction de signaler si un mot est correct, incorrect ou critiqué). Selon l’Office de la langue française, « [les] marques normatives sont jugées utiles voire obligatoires pour répondre aux besoins des enseignants et des enseignantes, des usagers spécialisés et des élèves. Elle comprennent les commentaires sur le statut du mot et les officialismes » (Vachon-L’Heureux, 1995, p. 3).

  • 26 La lexicographie française, ainsi que celle du Québec, souffre d’un traditionalisme problématique ( (...)

27En ce qui concerne les marques dans les quatre dictionnaires, dans chacun d’eux, ce qui est usuel, l’absence d’indication reflète le caractère neutre, correct et « normal » d’un mot ou d’un emploi. Dans le tableau suivant, je compare les microsystèmes de marquage (selon les listes des abréviations et les listes des signes typographiques) dans les quatre dictionnaires par rapport à la variation diaphasique et diastratique (niveaux de langue ou marques sociales)26, la variation diachronique et la normativité (c’est le dernier domaine qui m’intéresse le plus) :

Tableau 1. Les marques diaphasiques, diastratiques, diachroniques et dianormatives dans les quatre dictionnaires analysés (selon la liste des abréviations)

Tableau 1. Les marques diaphasiques, diastratiques, diachroniques et dianormatives dans les quatre dictionnaires analysés (selon la liste des abréviations)

28Les microsystèmes de marquage ne contiennent pas tous la même gamme d’indications dans les quatre ouvrages. Six marques diaphasiques dans le DFP par exemple sont opposées à trois dans le MLT. Les marques diachroniques sont les plus productives tandis que la dimension diastratique semble très difficile à appliquer (ce qui pourrait inviter les lexicographes à y renoncer complètement). Les marques dianormatives (relevées dans les listes d’abréviations), il est vrai, ne reflètent pas la pratique normative réelle, mais elles ne feignent pas non plus un descriptivisme lexicographique.

LES MARQUES ET LES COMMENTAIRES NORMATIFS

  • 27 Le hasard a voulu que Baggioni (1998), pour sa comparaison du DFP et du DQA1, ait choisi la même le (...)

29Pour pouvoir partir d’un tertium comparationis objectif, j’ai comparé les articles répertoriés pour la lettre F dans chacun des dictionnaires27, recueillant tous les commentaires et marques normatifs. J’ai classé les différentes références normatives comme suit, en essayant de les classifier par ordre décroissant de l’intransigeance et de la rigueur des marques et des commentaires :

  1. Indication d’une faute ;

  2. Indication d’une forme à éviter ;

  3. Indication d’un emploi critiqué ;

  4. Indication d’une recommandation officielle ;

  5. Indication d’une préférence ;

    • 28 Seul le DFP, qui offre aussi des étymologies, indique d’autres origines.

    Indication d’un emprunt ou d’une interférence (presque uniquement des anglicismes28) ;

  6. Indication d’un contraste avec le français de France, le « français standard » ou avec la francophonie ;

  7. L’indication d’un usage vieux, vieilli ou vieillissant (sans commentaire ultérieur).

  • 29 J’indique DQA quand la référence normative a trait aux deux éditions. Les marques diaphasiques et d (...)

30Ces types sont appliqués dans les quatre dictionnaires par les repères normatifs suivants29 :

1 Indication d’une faute

forme fautive (MLT)

♦ * (= forme fautive) (MLT)

impropriété pour Y (MLT)

Y et non X (MLT)

on abuse (actuellement) de X (MLT)

on emploie fautivement X (MLT)

l’emploi de X est erroné (MLT)

2 Indication d’une forme à éviter

X est déconseillé (MLT)

Dans la langue soignée on évitera X (MLT)

3 Indication d’un emploi critiqué

courant mais critiqué (DQF)

Cet emploi est critiqué ; emploi critiqué (DFP, DQA)

ce néologisme est critiqué (MLT)

4 Indication d’une recommandation officielle

L’OLF a normalisé l’emploi de Y (MLT)

L’OLF recommande Y (DFP)

Recomm. off. OLF (MLT)

L’OLF propose Y (DQA)

OLF (MLT)

5 Indication d’une préférence

Y est à préférer (MLT)

On pourra lui préférer Y (MLT)

Dans la langue soignée, on préférera Y (MLT)

On préférera Y (MLT)

Il est recommandé de dire Y (DQA)

récemment proposé (DFP)

Y est parfois proposé pour remplacer X

On emploie aujourd’hui Y (MLT)

Aujourd’hui/De nos jours on emploie plutôt Y (DFP, MLT)

On dit plutôt (MLT)

6 Indication d’un emprunt ou d’une interférence

anglicisme (DFP, MLT, DQA, DQF)

calque de l’anglais (MLT, DQA, DQF)

calque de l’américain (DQF)

emprunt direct à l’anglais (DQF)

emprunt direct à l’argot américain (DQF)

argot américain (DFP)

mot anglais (DFP, DQA)

mot américain (DFP)

influence de l’anglais (DQF)

pour traduire en anglais (DFP, DQF)

traduction libre de l’anglais (DQF)

l’anglais dit [sic !] (DQF)

  • 30 Z = expression anglaise (voir « À toutes fins utiles ►Cette locution n’est pas l’équivalent françai (...)

Cette locution n’est pas l’équivalent de Z (MLT)30

d’après l’anglais (DFP)

de l’anglais (DFP)

calque de l’anglais canadien (DQF)

  • 31 Par rapport au lemme frisbee (probablement une erreur).

mot anglic. [sic !] (DQA)31

7 Indication d’un contraste avec le français de France, le « français standard » ou avec la francophonie

en français standard (DQF)

dans le reste de la francophonie (MLT)

8 L’indication d’un usage vieux, vieilli ou vieillissant (sans commentaire ultérieur)

vieilli (DFP, MLT, DQA, DQF)

X n’est plus très usité (MLT)

anciennement (MLT, DQA)

Y tend à remplacer celle de X (MLT)

Ce mot a remplacé X (DQA)

ne s’emploie plus (que) (MLT)

vieux (MLT)

ce mot n’appartient plus à (DFP)

X est inusité (DQA)

archaïsme (MLT)

31Des résultats obtenus du dépouillement de tous les cas de marques et des commentaires normatifs dans les quatre dictionnaires analysés (articles de la lettre F), on peut tirer les conclusions suivantes :

    • 32 Le DQA utilise, rarement pourtant, les marques abusivement et fautif. Ces indications n’étaient adj (...)

    Visiblement, le MLT est le dictionnaire le plus normatif et des marques comme forme fautive, etc. ont des relents fortement scolaires32. Dans le MLT (1988), l’astérisque (*) est employé pour indiquer « une forme ou une expression fautive, une impropriété, un anglicisme » (MLT, 1988, p. xxvii). Le MLT (1997) exclut les anglicismes de cette définition, mais ajoute le symbole de la fleur de lis pour marquer un québécisme, alors que dans la quatrième édition les anglicismes sont de nouveau indiqués eux aussi par ce signe stigmatisant : « Précédées d’un astérisque, les formes fautives (anglicismes, calques, impropriétés, etc.) renvoient aux emplois corrects. À l’entrée du mot exact, les formes à éviter sont également citées » (MLT, p. xvii). Le DQF, qui s’attache à une description « sans jugements de valeur » (p. v), n’utilise pas — dans la lettre F — de telles mentions, à une exception près : quand il s’agit d’une « orthographe non standard (archaïsante, phonétique, fantaisiste ou fautive, etc.) » (p. xxv).

    • 33 Même si son idiolecte, d’après ce que je peux juger personnellement, est sans aucun doute du frança (...)
    • 34 Regardons aussi l’exemple suivant : « faire dans : être dans ; travailler dans ; faire commerce de (...)

    À première vue, le DQF ne semble donc pas normatif. Mais il l’est implicitement, par le caractère différentiel de sa nature et par les nombreuses références au « français standard » (sans le définir pourtant [voir aussi Poirier, 2000, p. 102])33. Il est vrai que le DQF ne se sert pas de marques normatives comme fautif, etc. ; il se distancie même de ce type d’ouvrage : « Ce sont des ouvrages “normatifs”, c’est-à-dire qu’ils jugent le québécois, et ils le jugent non seulement à l’aune du français standard, bien plus, du français standard écrit » (p. v). Mais, par le recours continuel au « français standard », il évoque chez l’usager québécois le sentiment de l’insuffisance ou du marqué de la forme québécoise. On peut donc dire que L. Meney pratique une sorte de normativité dissimulée34. D’un point de vue strictement descriptiviste, on est tenté de justifier la pratique adoptée dans le DQF (et peut-être s’agit-il plutôt d’une question de crédit déontologique qu’on accorde à l’auteur) ; cependant, l’usager type n’est pas le linguiste ni le lexicographe, mais quelqu’un qui vit au Québec. Et pour lui, le fait que les articles faisant référence à un français standard (qu’on ne parle ou peut-être qu’on ne connaît même pas) pullulent dans le DQF (du type « en français standard cette forme ou cet emploi est considéré comme vieux ») n’est certainement pas très encourageant. D’ailleurs, quelques remarques ne sont évaluatives que très indirectement : « [teindu] (adj.) [forme pop. de « teint » (part. et adj.)] : [forme pop. analogique ; s’entend aussi parfois en France] » ( DQF, p. 1716). Par la spécification de l’emploi plutôt rare en France, le lecteur sait en conclure que cet usage (incorrect) est (plus) fréquent au Québec.

    • 35 En réalité, ce phénomène est beaucoup plus compliqué, parce que le cadre pragmatique d’un mot marqu (...)

    Les commentaires signalant un emploi critiqué sont plutôt rares, mais repérables dans tous les dictionnaires (plusieurs fois dans le DQA). Les renvois à des recommandations officielles sont fréquents dans le MLT, et se trouvent quelquefois aussi dans le DQA et rarement dans le DFP, qui paraît vouloir éviter une normativité ouverte. Les indications à propos des préférences sont d’une normativité indirecte, parce qu’elle ne laissent le choix et la liberté qu’apparemment. La forme moins « préférée » reste toujours celle à éviter. Le MLT se sert souvent de cette marque. Les références au caractère vieilli ou vieillissant d’un emploi sont fréquentes. Elles sont des outils un peu évasifs pour indiquer l’impropriété d’un emploi35.

  1. Les marques relatives aux emprunts à l’anglais sont très diversifiées, en raison de la pratique du DQF qui en fait une série de différenciations subtiles (voir n º 6). La mention mot anglais n’avait pas d’attestations dans notre analyse du MLT et du DFP. La marque calque de l’anglais par contre n’est pas utilisée dans le DFP alors que tous les dictionnaires utilisent anglicisme, marque ne figurant pourtant pas dans les listes des abréviations du DFP et du MLT. Compte tenu de la proposition de l’Office de la langue française de renoncer à la marque anglicisme et de la remplacer par la marque de l’anglais, tout en adjoignant pourtant une marque de registre (comme familier), et, le cas échéant, une marque normative (Vachon-L’Heureux, 1995, p. 4), on pouvait s’attendre à ce que ce consensus ait eu des répercussions dans les dictionnaires publiés après cet avis. Le DQA et le DFP sont à exclure à cause d’une réédition manquante (en réalité, le DFP se sert déjà de la marque de l’anglais), le DQF et le MLT, pourtant, auraient pu respecter cette proposition. Mais ils continuent à utiliser l’ancienne pratique de marquage lexicographique.

  • 36 Un exemple : Parmi les 61 phénomènes marqués dans le DQA2, le MLT partage 28 cas tandis que le MLT (...)

32Notre analyse ne devait pas être quantitative. Toutefois, il peut tout de même être d’un certain intérêt de savoir combien de phénomènes marqués les quatre dictionnaires ont en commun. Les chiffres indiquent les intersections des dictionnaires deux par deux et reflètent ce que nous allons encore voir plus loin, c’est-à-dire le caractère assez aléatoire non seulement de la sélection des lemmes, mais aussi de leur marquage36 :

Tableau 2. Intersection des formes et sens marqués dans les quatre dictionnaires, deux par deux

Dictionnaire 1

Dictionnaire 2

Intersection d’ensembles (mêmes formes et sens marqués)

DQA2
DQA2
DQA2
DQF
DQF
MLT

MLT
DQF
DFP
DFP
MLT
DFP

37,9 %
41,0 %
27,0 %
23,9 %
32,1 %
21,1 %

  • 37 La BDLP (Base de données lexicographiques panfrancophone) ne contient que huit cas par rapport à la (...)

33Les quatre ouvrages n’ont en commun, l’un avec l’autre, qu’entre 21 et 41 % des cas marqués, résultat qui souligne avant tout deux choses : le rôle de l’intuition dans le travail lexicographique et la nécessité d’un dictionnaire basé sur de très grands corpus (qui restent à élaborer)37.

ATTITUDES FACE AUX ANGLICISMES

34Un avis sur le traitement des anglicismes dans des dictionnaires québécois est toujours un point délicat. Nous savons tous que la relation entre francophones et anglophones au Québec est très ambivalente, et que les attitudes des francophones envers la langue anglaise et les anglicismes expriment le paradoxe d’une « nécessité bon gré mal gré » (voir Schafroth, 2006). Cette aporie se reflète aussi dans les dictionnaires. On a l’impression, en feuilletant, mais aussi en analysant les dictionnaires québécois, que la sélection des anglicismes est fortement aléatoire et que leur marquage est souvent inconsistant, sans fondement systématique (sans parler maintenant de la problématique des marques en général). Baggioni (1998), par exemple, reproche au DFP et au DQA (1992) d’être visiblement normatifs dans la question des anglicismes, beaucoup de mots et de sens étant absents ou stigmatisés par la marque anglic., et constate que même le Petit Larousse contient un nombre plus élevé d’anglicismes (dont la plupart des emprunts critiqués au Québec). Comment s’explique alors cette « timidité » des deux dictionnaires québécois envers les anglicismes ? C’est d’autant plus étonnant que l’auteur du DQA (1992) (ainsi que du DQA [1993]) manifeste, dans son introduction, une attitude ouverte face à l’intégration des emprunts à l’anglais et « propose délibérément un traitement des mots anglais et des anglicismes plus conforme au sentiment des Québécois et restitué dans sa véritable perspective historique » (p. xi). Le DFP veut inclure « les faits de langue caractéristiques du français québécois » (p. xv), mais nulle part dans le dictionnaire l’auteur ne s’explique nettement sur le traitement concret des anglicismes, même pas dans le chapitre, en annexe, sur « L’anglicisme en France et au Québec » (p. 1848-1851). On y lit, par contre : « Pour les Français, l’emprunt à l’anglais est socialement valorisé alors que, pour les Québécois, c’est une menace à l’intégrité de la langue et un signe d’humiliation » (p. 1848), et : « La lutte politique contre l’assimilation à la majorité anglaise […] a conditionné l’attitude concernant l’acceptation des mots anglais dans l’usage […]. Les Québécois demeurent globalement réfractaires à l’inclusion de ces emprunts dans le parler soigné » (p. 1850). Il ne peut donc pas être question d’un point de vue trop accueillant envers les anglicismes, même si Claude Poirier, quelques années après, pose la question de savoir si l’on ne peut pas « envisager l’idée que des emprunts à l’anglais puissent faire partie, de façon légitime, du français du Québec » (Poirier, 1992, p. 4).

35De plus, après une grande polémique dans les médias, l’auteur du DQA1 a, dans la deuxième édition, changé son attitude envers quelques mots jugés trop faiblement marqués et envers les anglicismes. Cela s’exprime dans la pratique du marquage (voir Schafroth, 1996, p. 217) et dans la présentation du traitement des anglicismes dans l’introduction. Dans le DQA (1992), on pouvait lire que « les anglicismes constituent sans doute la catégorie d’emprunt la plus visible dans notre langue » (p. xi) tandis que dans le DQA (1993), ce sont en plus les « mots anglais », souvent privés de marque dans la première édition, qui subissent, sous forme de l’indication anglicisme, un marquage plus rigide (par exemple les lemmes fan, faxer, filage, flasher, frencher, sans indication de leur origine anglo-américaine dans le DQA [1992], reçoivent la marque anglicisme dans la deuxième édition ; des mots comme steak ou jean, également sans aucune marque « diaintégrative » [Hausmann, 1989, p. 651], deviennent des mots anglais dans le DQA [1993]. La critique violente portée sur un traitement trop laxiste des anglicismes n’a donc pas manqué son effet. « Sans marque particulière » est devenu « avec une marque particulière » et l’option facultative (« ou ») de marquer les anglicismes du registre familier est devenue un principe (« et ») : « la plupart des anglicismes adaptés ou calqués sont répertoriés sans marque particulière (ex. : balle-molle, hors cour) ou sont marqués du registre familier (fam.) quand ils ne relèvent pas du niveau neutre ou courant (ex. : anglic. fam. fun, slack, wow) » (DQA, 1992, p. xi) ; « les anglicismes adaptés ou calqués sont répertoriés avec une marque particulière (ex. : anglic. balance, contracteur, van) et sont marqués du registre familier (fam.) quand ils ne relèvent pas du niveau neutre ou courant (ex. : anglic. fam. fun, chum) » (DQA, 1993, p. xi).

  • 38 Le nombre de 48 s’explique par les informations données dans le Dfréq, qui ne dresse une liste expl (...)

36Il n’est pas facile de porter un jugement sur le traitement dictionnairique des anglicismes si l’on n’a que des versions papier comme base empirique (les cédéroms sont les rayons X de la lexicographie). Certes, on peut effectuer une analyse sur la base de lemmes réunis sous une lettre (comme l’a fait Baggioni, 1998). Mais on peut également partir d’un corpus déjà défini, comme le recueil d’anglicismes répertorié dans le Dictionnaire de fréquence des mots du français parlé au Québec (Dfréq), publié en 1992. Cette base de données constitue un échantillon objectif qui n’est pas extrait au hasard. J’ai donc vérifié les 48 anglicismes les plus fréquents inventoriés dans le Dfréq, c’est-à-dire ceux qui ont un nombre d’occurrences entre 171 (fun) et 10 (trail), abstraction faite du mot fournaise qui, à différence de tous les autres, n’est pas un anglicisme morphologique38. Les mots qui forment le corpus sont (selon la fréquence décroissante) :

fun, job, chum, party, gas, shop, pan, sleigh, foreman, jobber (subst.), runner (verbe), watcher (verbe), shower, peanut, show, can, smart, steak, truck, jean, toffer, tough, steady, break, clairer, feeler, tague, hell, rubber, slacker, track, bean, swigner, caller, soda, tire, boy, run, set, team, top, badluck [sic], brake, game, hotpants, malle, mouver, trail.

37Au moins deux des quatre dictionnaires, le DFP et le DQA, ne pouvaient pas avoir connaissance des résultats du Dfréq ; les deux autres, par contre, oui. Regardons dans quelle mesure les anglicismes les plus fréquents du français québécois parlé sont consignés dans les ouvrages examinés :

  • 39 Les mots gas, can, feeler sont lemmatisés en tant que gaz, canne, filer ; le lemme top existe mais (...)
  • 40 Les mots gas, peanut, smart, track, bean sont lemmatisés sous forme de « gaz (ou gas) », « pinotte (...)

DFP :

8

(job, show, steak, jean, break, soda, set, malle)

MLT :

17

(fun, job, chum, party, gas, foreman, peanut, show, can, steak, jean, break, clairer, feeler, soda, set, malle)39

DQA (1993) :

22

(fun, job, chum, party, gas, sleigh, peanut, show, smart, steak, jean, tough, break, tague, track, bean, caller, soda, boy, set, top, malle)40

DQF :

45

(il ne manque que pan, hell, hotpants)

  • 41 Les pourcentages s’élèvent à 16,6 % (DFP), 35,4 % (MLT), 45,8 % (DQA, 1993) et 93,7 % (DQF).
  • 42 Il y a pourtant quelques inexactitudes et généralisations relatives aux anglicismes, par ex. par ra (...)
  • 43 N’oublions pourtant pas que le MLT consacre deux tableaux aux anglicismes (p. 79 ; 81). On y trouve (...)
  • 44 Dans le DHFQ ne se trouvent d’ailleurs que six anglicismes en tant qu’articles : fun, peanut, smart (...)

38Les résultats41 pourraient faire croire que le DQF semble un dictionnaire d’anglicismes42 à l’usage des francophones du Québec, tandis que les autres dictionnaires, en particulier le DFP, semblent avoir du mal à intégrer dans leurs macro structures considérables les plus courants emprunts à l’anglais. On peut se demander pourquoi. On peut aussi s’étonner des différents choix qui ont été faits : le MLT, explicitement normatif envers les anglicismes (ils sont, pour le répéter, définis comme « formes fautives »), répertorie des mots come foreman, can, clairer et feeler, boudés par le DQA (1993) (et par le DFP)43. En revanche, le DQA (1993) a décidé de lemmatiser sleigh, smart, tough, tague, track, bean, caller, boy, top (refusés par le MLT et le DFP). Selon quels critères se font de telles sélections44 ?

39Si l’on regarde de plus près les articles mêmes, on se rend compte qu’il y a quelques anglicismes qui sont acceptés et par conséquent dépourvus de toute marque. Dans le MLT, ils sont privés de l’astérisque normatif : steak (« admis en français »), jean, break, soda (sans commentaire). Dans le DQA (1993), les lemmes caller et soda sont considérés comme des mots « normaux » français (dans le DQA [1992], steak et jean aussi). On voit que la conformité du traitement des mots anglais et des anglicismes au sentiment des Québécois, que l’auteur du DQA revendique, diffère de lexicographe en lexicographe et d’usager en usager (ce qui est tout naturel, d’ailleurs). Mais on n’a pas l’impression que ces mots « souvent critiqués, régulièrement condamnés ou fustigés par les redresseurs de torts linguistiques » (DQA, 1993, p. xi) soient « mesurés à l’aune de l’évolution de la langue d’ici » (ibid.) — ni dans le DFP, ni dans le MLT, et même pas dans le DQA. Le DFP, cela s’est avéré suffisamment, montre ce refus d’intégrer un nombre représentatif d’anglicismes, ce que Baggioni (1998, p. 270) a aussi reproché au DQA (1992).

40Parlons encore de la marque familier, souvent associée à l’indication anglicisme. Un des reproches adressés au DQA1 était l’absence du marquage de registre familier par rapport à beaucoup de québécismes et d’anglicismes (que Cajolet-Laganière et Martel, 1996, qualifieraient d’« oral spontané »). Cette marque semble avoir un effet de soulagement ou d’excuse parmi beaucoup de Québécois : elle crée une espèce de conscience que dans des situations formelles on ne parlerait pas ainsi, et on n’utiliserait pas ces mots à l’écrit. La « marque rassurante » familier a d’ailleurs été mise à beaucoup de mots et d’emplois dans la réédition du DQA (1992).

41Le tableau suivant montre des différences fondamentales dans l’évaluation des mots québécois et des anglicismes par le DQA. Les chiffres se rapportent à un ensemble de 256 cas :

Tableau 3. Différences de marquage entre la première et la deuxième édition du Dictionnaire québécois d’aujourd’hui sur la base de 256 lemmes

Nombre de modifications

Marque dans le DQA, 1992

Marque dans le DQA, 1993

1
22
14
1
4
35
3
17
1

cour.
(sans marque)
fam.
fam.
très fam.
(sans marque)
(sans marque)
(sans marque)
remarque

fam.
fam.
très fam
vulg.
vulg.
anglic.
mot angl.
remarque normative
remarque normative

98

Source : Schafroth, 1996, p. 217.

42Il ressort de notre comparaison qu’il y a eu 42 cas de dévalorisation de mots (dont 23 nouvelles marquesfamilier, 14 cas de très familier par rapport à familier et 5 nouvelles marques vulgaire par rapport à familier et très familier), 38 mentions anglicisme ou mot anglais nouvelles, et 18 remarques normatives supplémentaires. La deuxième édition semble donc avoir changé fondamentalement le cadre de référence pour marquer le lexique du français québécois.

43Au fond, les quatre dictionnaires soumis ici à une analyse comparative ne sont pas comparables, au moins pas tous les quatre ensemble, parce qu’il sont fondés sur des idéologies, des conceptions et des techniques lexicographiques assez diverses. Le DQF, d’une macrostructure relativement mince (les microstructures étant, en compensation, plus riches que dans les autres dictionnaires), est caractérisé par une perspective contrastive, attribuant, selon ses critiques, d’une manière un peu folkloriste au français québécois le rôle d’une langue à traduire. D’autre part, cet ouvrage est très riche d’attestations et d’emplois authentiques (pas toujours approuvés par les lexicographes québécois) et offre une vaste gamme d’usages non normatifs. Mais au lieu de se contenter de les documenter et de les expliquer, le DQF les met aussi en relation avec le français standard. Il va de soi qu’une telle approche n’est pas bien accueillie dans un Québec qui semble décidé à se détacher du modèle du français de France. Le MLT est un ouvrage jouissant d’un énorme succès commercial, comblant la lacune que d’autres ont laissée. Le dictionnaire qui a eu quatre éditions en quinze années a ses mérites, il n’y a pas de doute. Certes, à beaucoup d’usagers, il sert de source fiable en matière de langue mais, en revanche, il est nettement orienté vers un français de référence, qui est celui de la France ; c’est un dictionnaire donc qui, lui non plus, ne correspond plus aux exigences d’une société québécoise linguistiquement plus sûre d’elle que jamais. Le DQA2 et le DFP en revanche sont de fait comparables, parce qu’ils relèvent de la même philosophie : le désir de créer un dictionnaire général, une adaptation complète de l’usage québécois. Ils ont peut-être paru une dizaine d’années trop tôt (surtout le DQA). La conscience linguistique de la plupart des Québécois n’était pas encore prête à accepter une description fidèle au langage réel, qui inclut aussi les jurons, les anglicismes et les québécismes populaires et vulgaires, tous, selon la critique, trop faiblement marqués. En outre, la plus grande erreur du DQA, qui est à mon avis le dictionnaire le plus professionnel sur le plan lexicographique, était de ne pas satisfaire le désir de ses usagers de savoir ce qui est propre au français du Québec et ce qui fait partie du français commun. Le DFP et le DQA se retrouveront d’une manière ou de l’autre, je l’espère, dans le nouveau dictionnaire du français standard en usage au Québec.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Baggioni, Daniel (1998), « Norme(s) du français au Québec et dictionnaires “québécois” », dans Patrice Brasseur (dir.), Français d’Amérique : variation, créolisation, normalisation, Actes du Colloque « Les Français d’Amérique du Nord en situation minoritaire » (Université d’Avignon, 8-11 octobre 1996), Avignon, Centre d’études canadiennes, p. 261-277.

Bartsch, Renate (1985), Sprachnormen, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Bédard, Édith et Jacques Maurais (dir.) (1983), La norme linguistique, Québec, Conseil de la langue française.

Béjoint, Henri (1981), « Variétés de langue et marques d’usage dans les dictionnaires », Grazer Linguistische Studien, vol. 15, p. 7-16.

Boisvert, Lionel, Claude Poirier et Claude Verreault (dir.) (1986), La lexicographie québécoise : bilan et perspectives, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Boulanger, Jean-Claude (1989), « Lexicographie et politique langagière : l’exemple français des avis officiels », dans Hausmann et al. (dir.), p. 46-62.

Boulanger, Jean-Claude (1994), « Peut-on “dictionnariser” le français du Québec ? », Terminogramme, vol. 71, hiver, p. 1-5.

Boulanger, Jean-Claude (1999), « Images de la norme du français québécois : les perspectives lexicographiques contemporaines », Cahiers de lexicologie, vol. 75, no 2, p. 113-127.

Boulanger, Jean-Claude (2000), « La légitimité d’un dictionnaire culturel québécois », dans Schafroth, Sarcher et Hupka (dir.), p. 41-54.

Bourdieu, Pierre (1977), « L’économie des échanges linguistiques », Langue française, vol. 34, p. 17-51.

Bourdieu, Pierre (1980), Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Brumme, Jenny et Andreas Wesch (dir.) (1999), Normen und Subnormen in Geschichte und Gegenwart: Methoden ihrer Rekonstruktion und Beschreibung, Vienne, Éditions Præsens.

Cajolet-Laganière, Hélène et Pierre Martel (1996), « Les marques de niveaux de langue dans les dictionnaires : synthèse et proposition », dans Lavoie (dir.), p. 185-197.

Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec (2001), Le français, une langue pour tout le monde : une nouvelle approche stratégique et citoyenne, Québec, Gouvernement du Québec.

Corbin, Pierre (1989), « Les marques stylistiques/diastratiques dans le dictionnaire monolingue », dans Hausmann et al. (dir.), p. 673-680.

Cormier, Monique C. (1993), « La lexicographie québécoise à un carrefour : débat autour du Dictionnaire québécois d’aujourd’hui », Cahiers de lexicologie, vol. 63, no 2, p. 113-130.

Cormier, Monique C. et Aline Francœur (2002), « Un siècle de lexicographie au Québec ; morceaux choisis », International Journal of Lexicography, vol. 15, no 1, p. 55-73.

Coseriu, Eugenio (1979), Sprache : Strukturen und Funktionen, 3e édition (1re éd. 1970), Tübingen, Narr.

Coseriu, Eugenio (1988), Einführung in die Allgemeine Sprachwissenschaft, Tübingen, Francke Verlag.

Farina, Annick (2001), Dictionnaires de langue française du Canada : lexicographie et société au Québec, Paris, Honoré Champion.

Gendron, Jean-Denis (1974), « La définition d’une norme de langue parlée au Québec : une approche sociologique », Revue de Linguistique Romane, vol. 38, p. 198-209.

Gendron, Jean-Denis (1986), « Existe-t-il un usage lexical prédominant à l’heure actuelle au Québec ? », dans Boisvert, Poirier et Verreault (dir.), p. 89-101.

Girardin, Chantal (1987), « Système des marqueurs et connotations sociales dans quelques dictionnaires culturels français », Lexicographica, vol. 3, p. 76-102.

Glatigny, Michel (1989), « Les commentaires normatifs dans le dictionnaire monolingue », dans Hausmann et al. (dir.), p. 700-704.

Glatigny, Michel (1998), Les marqueurs d’usage dans les dictionnaires français monolingues du XIXe siècle : jugements portés sur un échantillon de mots et d’emplois par les principaux lexicographes, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Gloy, Klaus (1975), Sprachnormen I. Linguistische und soziologische Analysen, Stuttgart, Friedrich Frommann Verlag.

Gloy, Klaus (1995), « Zur Methodologie der Sprachnormen-Forschung », Rostocker Beiträge zur Sprachwissenschaft, vol. 1, p. 73-93.

Hausmann, Franz Josef (1989), « Die Markierung im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch: eine Übersicht », dans Hausmann et al. (dir.), p. 649-657.

Hausmann, Franz Josef et al. (dir.) (1989), Wörterbücher. Dictionaries. Dictionnaires : Ein internationales Handbuch zur Lexikographie, vol. 1, Berlin, New York, Walter de Gruyter.

Heger, Klaus (1969), « “Sprache” und “Dialekt” als linguistisches und soziolinguistisches Problem », Folia linguistica, vol. III, p. 46-67.

Imbs, Paul (1969), « Les niveaux de langue dans le dictionnaire », Le français dans le monde, vol. 69, p. 51-60.

Lavoie, Thomas (dir.) (1996), Français du Canada — français de France. Actes du quatrième Colloque international de Chicoutimi, Québec, du 21 au 24 septembre 1994, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Ludwig, Klaus-Dieter (1991), Markierungen im allgemeinen einsprachigen Wörterbuch des Deutschen : ein Beitrag zur Metalexikographie, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Malkiel, Yakov (1989), « Wörterbücher und Normativität », dans Hausmann et al. (dir.), p. 63-70.

Martel, Pierre (2000a), « Le Bon usage au Québec », dans Schafroth, Sarcher et Hupka (dir.), p. 11-40.

Martel, Pierre (2000b), « Le français du Québec : statut et corpus. L’époque contemporaine », dans Gérald Antoine et Bernard Cerquiglini (dir.), Histoire de la langue française 1945-2000, Paris, CNRS Éditions, p. 729-747.

Martel, Pierre (2001), « Le français de référence et l’aménagement linguistique », dans Le français de référence : Constructions et appropriations d’un concept, vol. 2, Louvain-la-Neuve, « Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain », p. 123-136.

Martel, Pierre (2006), « Le français standard en usage au Québec : question de normes et d’usages », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 84, no 3, p. 845-864.

Martel, Pierre et Hélène Cajolet-Laganière (1996), Le français québécois : usages, standard et aménagement, Québec, IQRC/Presses de l’Université Laval.

Martel, Pierre et Hélène Cajolet-Laganière (2000), « Le français au Québec : un standard à décrire et des usages à hiérarchiser », dans Michel Plourde, Hélène Duval et Pierre Georgeault (dir.), Le français au Québec : 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Conseil de la langue française, Fides — Les Publications du Québec, p. 379-388.

Martel, Pierre et Sylvie Thiboutot (1995), « La perception des marques d’usage de quelques mots en français du Québec », dans Jacques Labelle et Christian Leclère (dir.), Lexiques-grammaires comparés en français. Actes du colloque international de Montréal (3-5 juin 1992), Amsterdam et al., Benjamins, p. 189-198.

Meney, Lionel (2001), « Critique du Dictionnaire québécoisfrançais : un mauvais procès. Réponse à Claude Poirier », Québec français, vol. 121, p. 89-92.

Meney, Lionel (2002), Polémique à propos du Dictionnaire québécoisfrançais, Mont réal, Guérin.

Mercier, Louis et Claude Verreault (2002), « Opposer français “standard” et français québécois pour mieux se comprendre entre francophones ? Le cas du Dictionnaire québécois-français », Le Français moderne, vol. 70, no 1, p. 87-108.

Müller, Bodo (1985), Le français d’aujourd’hui, traduit de l’allemand par Annie Elsass, édition révisée et augmentée par l’auteur, Paris, Éditions Klincksieck.

Neumann-Holzschuh, Ingrid (1995), « Zwischen bon usage und plurizentrischer Sprachkultur. Zum Stand der sprachnormativen Diskussion in Frankreich und Québec », dans Oskar Müller et al. (dir.), Sprachnormen und Sprachnormwandel in gegenwärtigen europäischen Sprachen. Beiträge zur gleichnamigen Fachkonferenz, November 1994 am Fachbereich Sprach-und Literaturwissenschaften der Universität Rostock, Rostock, Universität Rostock, p. 195-210.

Ostiguy, Luc et Claude Tousignant (1993), Le français québécois : normes et usages, Mont réal, Guérin universitaire.

Ouellon, Conrad (dir.) (1999), La norme du français au Québec : perspectives pédagogiques, Saint-Laurent (Québec), Les Publications du Québec.

Poirier, Claude (1992), « Identité québécoise, norme et lexicographie », Terminogramme, vol. 64, p. 1-5.

Poirier, Claude (2000), « Faut-il « traduire » le québécois ? », Québec français, vol. 118, p. 101-103.

Poirier, Claude (2003), « Variation du français en francophonie et cohérence de la description lexicographique », dans Monique C. Cormier, Aline Francœur et Jean-Claude Boulanger (dir.), Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution, Mont réal, Les Presses de l’Université de Mont réal, p. 189-226.

Pöll, Bernhard (2005), Le français langue pluricentrique ?, Francfort et al., Peter Lang.

Raymond, Diane (2001), Norme et médias, Saint-Laurent (Québec), Les Publications du Québec.

Reinke, Kristin (2004), Sprachnorm und Sprachqualität im frankophonen Fernsehen von Québec. Untersuchung anhand phonologischer und morphologischer Variablen, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Rey, Alain (1983), « Norme et dictionnaires (domaine du français) », dans Bédard et Maurais (dir.), p. 541-569.

Rey, Alain (1986a), « La variation linguistique dans l’espace et les dictionnaires », dans Boisvert, Poirier et Verreault (dir.), p. 23-40.

Rey, Alain (1986b), « À la recherche de la norme : un dictionnaire québécois », dans Pierre Martel et Jacques Maurais (dir.), Langues et sociétés en contact. Mélanges offerts à Jean-Claude Corbeil, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, p. 311-316.

Rey, Alain (1987), « Le dictionnaire culturel », Lexicographica, vol. 3, p. 1-50.

Rey-Debove, Josette (2003), « L’individu, la norme linguistique et le jugement social », dans Dietmar Osthus, Claudia PolzinHaumann et Christian Schmitt (dir.), La norme linguistique : théorie, pratique, médias, enseignement, Actes du colloque tenu à Bonn le 6 et le 7 décembre 2002, Bonn, Romanistischer Verlag, p. 1-13.

Ripfel, Martha (1989), « Die normative Wirkung deskriptiver Wörterbücher », dans Hausmann et al. (dir.), p. 189-207.

Rothe, Ulrike (2001), Das einsprachige Wörterbuch in seinem soziokulturellen Kontext, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Schafroth, Elmar (1996), « Deux cousins de la famille Robert. Quelques observations sur le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui et le Nouveau Petit Robert », dans Lavoie (dir.), p. 209-223.

Schafroth, Elmar (2001), « Das Englische im Meinungsspektrum der frankophonen Presse Quebecs », dans Joachim Born (dir.), Mehrsprachigkeit in der Romania : Französisch im Kontakt und in der Konkurrenz zu anderen Sprachen, Vienne, Édition Præsens, p. 129-150.

Schafroth, Elmar (2003), « Zwischen Chaos und Systematizität: Markierungen in einsprachigen Wörterbüchern des Italienischen », dans Ma Teresa Echenique Elizondo et al. (dir.), Lexicografía y lexicología en Europa y América. Homenaje a Günther Hænsch en su 80 aniversario, Madrid, Gredos, p. 647-662.

Schafroth, Elmar (2006), « Der schwierige Umgang mit dem alltäglich Fremden : Englisch und Anglizismen in Quebec », dans Jürgen Schmidt-Radefeldt (dir.), Portugiesisch kontrastiv gesehen und Anglizismen weltweit, Francfort-sur-Main, Peter Lang Verlag, p. 435-452.

Settekorn, Wolfgang (1988), Sprachnorm und Sprachnormierung in Frankreich. Einfüh rung in die begrifflichen, historischen und materiellen Grundlagen, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Tanzmeister, Robert (1989-1990), « Zur soziolinguistischen Markierungspraxis im einsprachigen französischen, italienischen und spanischen Definitionswörterbuch », Klagenfurter Beiträge zur Sprachwissenschaft, vol. 15-16, p. 360-379.

Vachon-l’Heureux, Pierrette (1995), « Compte rendu : Table ronde sur les marques lexicographiques », Bulletin d’information terminologique et linguistique, vol. 75, p. 1-6. Valin, Roch (1983), « Réflexions sur la norme », dans Bédard et Maurais (dir.), p. 789-795.

Wolf, Lothar (1983), « La normalisation du langage en France : de Malherbe à Grevisse », dans Bédard et Maurais (dir.), p. 105-137.

Wolf, Lothar (1987), Französische Sprache in Kanada, in Zusammenarbeit mit Fritz Abel, Jean-Denis Gendron, Ernst Vogt, Norbert Weinhold, München, Verlag Ernst Vögel.

Wolf, Lothar (1992), « Zum Sprachbewußtsein der Frankokanadier », dans Wolfgang Reinhard et Peter Waldmann (dir.), Nord und Süd in Amerika: Gemeinsamkeiten, Gegensätze, europäischer Hintergrund, Fribourg, Rombach Verlag, p. 521-529.

Wolf, Lothar (1996), « Sprachliches Normbewußtsein und Vergangenheitsbewältigung in Québec », dans Rainer-Olaf Schultze (dir.), Aus der Werkstatt der Augsburger Kanadistik. Analysen, Berichte, Dokumentation, Bochum, Brockmeyer, p. 77-91.

Dictionnaires

CEC Jeunesse = Boulanger, Jean-Claude (dir.) (1986), Dictionnaire CEC Jeunesse, rééditions en 1992 et 1999, Mont réal, Centre éducatif et culturel, Anjou (Québec), Les Éditions CEC.

Dagenais, Gérard et Jean Pelletier (1990), Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada, Boucherville, Les éditions françaises.

DFP = Dictionnaire du français Plus à l’usage des francophones d’Amérique (1988), sous la responsabilité de A. E. Shiaty, avec la collaboration de Pierre Auger et Normand Beauchemin, rédacteur principal : Claude Poirier, avec le concours de Louis Mercier et de Claude Verreault, Mont réal, Centre éducatif et culturel.

Dfréq = Beauchemin, Normand, Pierre Martel et Michel Théoret (1992), Dictionnaire de fréquence des mots du français parlé au Québec : fréquence, dispersion, usage, écart réduit, New York et al., Peter Lang.

DHFQ = Dictionnaire historique du français québécois. Monographies lexicographiques de québécismes (1998), préparé sous la direction de Claude Poirier par l’équipe du TLFQ, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

DQA = Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (1992), rédaction dirigée par Jean-Claude Boulanger, supervisée par Alain Rey, Saint-Laurent (Québec), Dicorobert.

DQA = Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (1993), 2e édition revue et corrigée, rédaction dirigée par Jean-Claude Boulanger, supervisée par Alain Rey, Saint-Laurent (Québec), Dicorobert.

DQF = Meney, Lionel (1999), Dictionnaire québécois-français. Pour mieux se comprendre entre francophones, Mont réal, Guérin.

MLT = Villers, Marie-Éva de (1988), Multidictionnaire des difficultés de la langue française, Mont réal, Éditions Québec Amérique.

MLT = Villers, Marie-Éva de (1997), Multidictionnaire de la langue française, 3e édition, Mont réal, Éditions Québec Amérique.

MLT = Villers, Marie-Éva de (2003), Multidictionnaire de la langue française, 4e édition, Mont réal, Éditions Québec Amérique.

Webographie

BDLP = Base de données lexicographiques panfrancophone, <www.tlfq.ulaval.ca/bdlp> (17 août 2007).

Corbeil, Jean-Claude (2005), « Un cas de révisionnisme linguistique », Le Devoir, édition du 14 janvier 2005, <www.ledevoir.com/2005/01/14/72431.htm > (5 août 2007).

« Débat sur la norme du français québécois », <http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bat_sur_la_norme_du_fran%C3%A7ais_qu%C3%A9b%C3%A9cois> (8 août 2007).

Meney, Lionel (2005), « Décrire le français québécois ou en faire une norme », Le Devoir, édition du 20 janvier 2005, <www.ledevoir.com/2005/01/20/72926.htm> (5 août 2007).

Verreault, Claude et Louis Mercier (2000), « Le Dictionnaire québécois-français : du réel au trompe-l’œil », texte d’une communication présentée au colloque Dictionnaires et sociétés, qui s’est tenu à Mont réal les 16 et 17 mai dans le cadre du 68e Congrès de l’ACFAS, 18 p., <www.fl.ulaval.ca/lli/CVerreau2.pdf> (15 septembre 2003).

Notes

1 Cet aperçu s’inspire notamment de deux articles parus dans Le Devoir en 2005, cités dans leurs versions électroniques (voir Corbeil, 2005 et Meney, 2005).

2 Sur le site, on trouve les graphies « endogènistes » et « exogènistes ».

3 Ce chiffre est donné dans la première édition. Dans la troisième, il est question de 2000 nouveaux articles, mais on ignore combien en ont été éliminés.

4 L’auteur n’indique pas de chiffres dans son dictionnaire, mais nous informe ailleurs (Meney, 2001, p. 92) sur le nombre de 9000 entrées.

5 « Le CEC Jeunesse représente une étape importante dans l’évolution et la modernisation de la conception de la lexicographie québécoise. En effet, les référents sont définis de l’intérieur et ne sont pas marqués, alors que les mots renvoyant aux réalités françaises le sont » (Martel et Cajolet-Laganière, 1996, p. 41).

6 L’auteure du MLT parle d’une diffusion de « plus de 500 000 exemplaires au Québec et en France » de son dictionnaire entre 1988 et 2003 (p. xiii).

7 Selon Martel, les Québécois « veulent connaître, d’une part, les emplois “reçus” ou “acceptés” selon un certain “standard québécois”, et d’autre part, les emplois “critiqués” de même que les emplois qui peuvent varier en fonction de certaines situations de communication » (2006, p. 846). Ces exigences ne pourraient être réalisées que par un dictionnaire général comme le dictionnaire FRANQUS.

8 La caractérisation comme « recueil de particularismes » (Cormier et Francœur, 2002, p. 62) est encore une des plus favorables.

9 L’acuité avec laquelle cette controverse se déroulait (voir aussi les réponses de Meney, 2001 ; 2005) paraissait quelque peu excessive d’un point de vue extérieur. Cela se reflète, par exemple, dans l’article de Verreault et Mercier qui critiquent ouvertement les partisans du DQF : « Nous nous serions attendus à ce que ces personnes, dont la mission est d’éclairer le public, fassent davantage preuve d’esprit critique » (2000, p. 18). Dans Meney (2002), l’auteur répond, point par point, aux critiques de Verreault et Mercier.

10 Même si cet ouvrage ne représente que partiellement le type puriste parmi les grammaires (voir Rey-Debove, 2003, p. 8).

11 Pour la linguistique, voir Gloy (1975 ; 1995), Bédard et Maurais (1983), Bartsch (1985), Müller (1985), Settekorn (1988), Brumme et Wesch (1999), Rey-Debove (2003), Pöll (2005).

12 Voir la typologie de normes dans Gloy (1975), qui distingue une norme technique, une norme méthodique, une norme relative aux théories des systèmes, une norme sociale au sens étroit et une norme statistique.

13 Une autre norme (communicative) est fondée sur le principe de « l’attente de l’attente » (Gloy, 1975, p. 40), une espèce d’attente réciproque entre le locuteur et l’interlocuteur. Cet aspect est important parce qu’il règle l’habitus linguistique dans une communauté linguistique (voir Bourdieu, 1977, p. 26). Parler comme on pense que l’autre s’attend à ce qu’on parle gouverne, dans une large mesure, la dynamique communicative. Et si je m’attends à ce que l’autre s’attende à ce que je parle (ou que j’agisse) d’une certaine façon, cela relève soit de mon hypothèse sur ce que l’autre désire soit de ma connaissance d’une norme (linguistique) spécifique, apte à gouverner une conversation dans un certain contexte social.

14 Le sujet de la norme linguistique au Québec a été traité par beaucoup de linguistes, dont Gendron (1974 ; 1986), Baggioni (1998), Boulanger (1989 ; 1994 ; 1999 ; 2000), Cajolet-Laganière et Martel (1996), Martel (2000a ; 2000b ; 2006), Martel et Cajolet-Laganière (1996 ; 2000), Neumann-Holzschuh (1995), Ostiguy et Tousignant (1993), Ouellon (1999), Poirier (1992), Raymond (2001), Reinke (2004), Rey (1986a, 1986b), Wolf (1996).

15 Voir aussi la citation suivante : « Le français standard d’ici est la variété de français socialement valorisée que la majorité des Québécois francophones tendent à utiliser dans les situations de communication formelle » (Commission des États généraux, 2001, p. 83), définition donnée par l’Association québécoise des professeures et professeurs de français lors de son congrès annuel déjà en 1977 (voir aussi Schafroth, 2006).

16 « S’il existe objectivement des normes pour chaque entité sociale, […] pour chaque unité socioculturelle nationale ou à vocation nationale doit correspondre une norme dominante, reconnue, appréciée, enseignée » (Rey, 1986b, p. 312).

17 Voir pourtant la critique de Meney (2005) et la riposte de Corbeil (2005).

18 Voir Gendron : « Ainsi est-il en train de se développer, à notre avis, une dynamique linguistique qui ne peut que conduire à une hiérarchisation sociale et stylistique de plus en plus marquée du lexique québécois, c’est-à-dire à un tout lexical sociolinguistiquement organisé » (1986, p. 95).

19 Ce jugement peut étonner, au moins sur le plan quantitatif, puisque, selon Marie-Éva de Villers, « la nomenclature […] est constituée de la plupart des mots courants du français contemporain, à l’exception des termes très techniques ou scientifiques » (p. xiv).

20 Surgit donc la question de savoir en quoi, par rapport aux techniques lexicographiques, consiste cette globalité. Les microstructures n’abondent pas de structures syntagmatiques.

21 Si un mot « n’existe pas », comment peut-il figurer dans un dictionnaire ?

22 Selon le NPR, qui indique listage comme recommandation officielle pour listing.

23 L’hétérogénéité et l’incohérence de la terminologie sont un vieux problème dans la linguistique variationnelle. Déjà Imbs (1969, p. 51) manquait à donner une définition exacte : « les niveaux ou registres de langue, c’est-à-dire [les] connotations de nature sociale, culturelle ou affective ».

24 Les problèmes méthodologiques et pratiques que posent les marques lexicographiques en général et les marques sociales en particulier sont discutés dans Imbs (1969), Béjoint (1981), Rey (1987), Corbin (1989), Hausmann (1989), Tanzmeister (1989-1990), Ludwig (1991), Glatigny (1989 ; 1998), Martel et Thiboutot (1995), Cajolet-Laganière et Martel (1996), Rothe (2001, p. 33-84), Schafroth (2003).

25 Selon Hausmann (1989), le lexique d’une langue se classifie selon onze critères (temps, espace, nationalité, médium, groupe socioculturel, formalité, type de texte, technicité, fréquence, attitude, normativité), chacun de ces domaines lexicaux disposant d’un centre (non marqué, neutre) et d’une périphérie (marquée). Les limites entre les marques, par exemple, entre familier et populaire, sont floues.

26 La lexicographie française, ainsi que celle du Québec, souffre d’un traditionalisme problématique (voir Béjoint, 1981 ; Rothe, 2001 ; Schafroth, 2003) : Il n’y a pas de différenciation exacte entre les paramètres de la situation et du style d’une part (variation diaphasique), qui entraînerait des marques comme familier, vulgaire, littéraire ou soutenu, et le paramètre de la couche ou du groupe social (variation diastratique) d’autre part, qui est la base de la marque populaire ou argot. Parfois il y a même un mélange entre « diaphasique », « diastratique » et « diaévaluatif » (diaévaluatif : par rapport aux connotations, par ex. dérogatoire, euphémique, ironique ou péjoratif).

27 Le hasard a voulu que Baggioni (1998), pour sa comparaison du DFP et du DQA1, ait choisi la même lettre, « lettre quelconque et moyennement productive » (p. 268).

28 Seul le DFP, qui offre aussi des étymologies, indique d’autres origines.

29 J’indique DQA quand la référence normative a trait aux deux éditions. Les marques diaphasiques et diastratiques comme familier ou populaire n’ont pas été considérées, ni les marques diaévaluatives (comme péjoratif, par exemple).

30 Z = expression anglaise (voir « À toutes fins utiles ►Cette locution n’est pas l’équivalent français de l’expression “ for all practical purposes ” qui se traduit par en pratique, pratiquement »). En principe, une telle remarque dit que la construction québécoise en question n’est pas du français. On pourrait donc aussi classifier ce commentaire sous le no 7.

31 Par rapport au lemme frisbee (probablement une erreur).

32 Le DQA utilise, rarement pourtant, les marques abusivement et fautif. Ces indications n’étaient adjointes à aucun lemme commençant par F. Je les ai donc relevées par hasard (voir les articles décerner, sémite et teindre). Sous le lemme sémite, le DFP aussi met la marque abusivement.

33 Même si son idiolecte, d’après ce que je peux juger personnellement, est sans aucun doute du français standard, l’auteur doit néanmoins définir le concept de standard.

34 Regardons aussi l’exemple suivant : « faire dans : être dans ; travailler dans ; faire commerce de […] [considéré comme vieil. ou région. en français standard] » (DQF, p. 800).

35 En réalité, ce phénomène est beaucoup plus compliqué, parce que le cadre pragmatique d’un mot marqué diachroniquement est fort plus large et implique aussi des effets comme ironie, solennité, érudition (voir Schafroth, 2003).

36 Un exemple : Parmi les 61 phénomènes marqués dans le DQA2, le MLT partage 28 cas tandis que le MLT marque 100 éléments dont 33 sont marqués aussi dans le DQA2 : 61 U 100 = 161 (réunion des deux ensembles), 28 ∩ 33 = 61 (intersection). En chiffres absolus : 61 cas sur 161 forment l’inter section, ce qui correspond à un pourcentage de 37,9 %. (Remarque : je renonce ici à indiquer tous les chiffres relevés.)

37 La BDLP (Base de données lexicographiques panfrancophone) ne contient que huit cas par rapport à la réunion des quatre ensembles de phénomènes marqués (voir filière, fin, finissant, fixture, focus, focuser, (pain) français, fun).

38 Le nombre de 48 s’explique par les informations données dans le Dfréq, qui ne dresse une liste explicite d’anglicismes (p. xliv-xlvi) que pour les fréquences de plus de 10 occurrences.

39 Les mots gas, can, feeler sont lemmatisés en tant que gaz, canne, filer ; le lemme top existe mais il n’y figure que le sens du français de France (« signal sonore ») et pas les sens québécois (« mégot » ; « toit d’une auto »).

40 Les mots gas, peanut, smart, track, bean sont lemmatisés sous forme de « gaz (ou gas) », « pinotte (ou peanut) », « smatte (ou smart) », « track (ou traque) » et « bine (ou bean) ».

41 Les pourcentages s’élèvent à 16,6 % (DFP), 35,4 % (MLT), 45,8 % (DQA, 1993) et 93,7 % (DQF).

42 Il y a pourtant quelques inexactitudes et généralisations relatives aux anglicismes, par ex. par rapport au genre des mots et à l’usage (voir Mercier et Verreault, 2002).

43 N’oublions pourtant pas que le MLT consacre deux tableaux aux anglicismes (p. 79 ; 81). On y trouve la distinction notoire entre emprunts nécessaires (ou utiles) et emprunts inutiles.

44 Dans le DHFQ ne se trouvent d’ailleurs que six anglicismes en tant qu’articles : fun, peanut, smart, steak, bean et bad luck.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les marques diaphasiques, diastratiques, diachroniques et dianormatives dans les quatre dictionnaires analysés (selon la liste des abréviations)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Professeur ordinaire de philologie romane à l’Université de Düsseldorf, en Allemagne. Il est responsable de plusieurs projets de recherche : « Langue et musique », « Attitudes réciproques de francophones et anglophones au Canada, « Dictionnaire de collocations italiennes ». Il a édité un livre sur la langue française au Québec, les mélanges offerts à Lothar Wolf, et un volume sur le langage des médias en Italie. Il est coéditeur de deux collections linguistiques, les Studia romanica et linguistica (chez Peter Lang, Francfort) et les Grundlagen der Romanistik (chez Erich Schmidt, Berlin).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search