Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

« Nouvelle-France », « Canada », « Québec » : parcours lexicographique du Grand Siècle au siècle des philosophes

Jean Pruvost

Texte intégral

TROIS MOTS-CLÉS ET UN PROGRAMME D’EXPLORATION

1À bon entendeur, salut : « Les bons capillaires viennent de Montpellier, de Canada », lira-t-on à la fin de l’article capillaire de la première édition du Dictionnaire de l’Académie françoise, en 1694. Ainsi se trouvent d’emblée associés dans un même article une ville ensoleillée du Languedoc, réputée pour sa Faculté de médecine, et un pays tout entier, le Canada, que l’on découvre alors peu à peu dans son immensité enneigée une partie de l’année.

2Il s’agit là en vérité, dans l’ordre alphabétique, de la première attestation du mot « Canada » dans notre tout premier dictionnaire institutionnel, grâce à la capillaire, une fougère fine comme les cheveux, essentielle dans la confection des remèdes pectoraux notamment destinés à ceux qui prenaient froid. D’où l’exemple ajouté par les Académiciens : « des syrops capillaires ». Ainsi, en consultant le dictionnaire académique, les contemporains de Louis XIV étaient-ils avertis, d’une part, que venaient de Montpellier de « bons capillaires » et, d’autre part, que de l’autre côté de l’Atlantique, se trouvaient bel et bien d’excellents remèdes à importer, les « capillaires […] de Canada », avec au passage pour le lecteur du XXIe siècle une formule grammaticale l’interpellant : « capillaire de Canada »…

3En suivant l’ordre alphabétique, quelques pages plus loin, le lecteur du XVIIe siècle découvrait aussi une nouvelle référence pour l’Amérique du Nord francophone, à l’occasion de l’article consacré au castor : « Animal amphibie, qui habite ordinairement dans les lieux aquatiques, & qui se trouve dans la nouvelle France. » C’est ainsi qu’apparaît en toute fin de la définition de cet animal une désignation prestigieuse pour cette partie du monde, alors mal connue : « la nouvelle France ». Hélas, cette première attestation académique est aussi la dernière de l’ouvrage, parce qu’il n’en sera plus jamais question dans cette édition du Dictionnaire de l’Académie. Quant au lecteur d’aujourd’hui, il reste surpris par la graphie d’une « nouvelle France », dépourvue de majuscule à l’initiale de l’adjectif. Du même coup, celle-ci peut lui paraître relever davantage d’une perception affective, laudative, voire intégrante, que d’une forte et claire désignation politique.

4Il faudra attendre la reprise du Diction (n) aire universel (1690) d’Antoine Furetière par les jésuites de Trévoux, avec le Dictionnaire universel françois et latin ou Dictionnaire de Trévoux publié en 1732, pour voir apparaître, au sein de la définition du mot habitation, le mot Québec, que Furetière avait semble-t-il ignoré tout au long de son dictionnaire. C’est au reste, comme souvent, au détour d’un mot apparemment anodin que surgit ladite référence. En l’occurrence, Québec a été donc perçu comme s’imposant pour les lexicographes au moment d’évoquer ce sens aujourd’hui oublié du mot habitation, « une petite colonie, un établissement qu’on va faire en des lieux déserts & inhabités », tout en précisant que justement « ceux de Québec ont fait des habitations ». Il en va d’ailleurs de même « aux trois Rivières », ajoutent les auteurs, en rappelant d’ailleurs que « ceux de Québec […] avoient fait des habitations chez les Iroquois ; mais il y a long temps qu’ils les ont abandonnées ». Voici donc un troisième mot mis en scène, Québec, avec une nouvelle ambiguïté syntaxique : ceux « de Québec » désignent-ils en effet les habitants de la ville ou plus largement « ceux » de la colonie ?

5De fait, un peu plus de trente ans auparavant, en 1694, l’Académie avait déjà signalé ce sens particulier du mot « habitation » en tant qu’« establissement fait de nouveau dans un pays esloigné, & qui n’estoit point habité auparavant », et la Compagnie académique avait alors offert un exemple syntaxiquement dérangeant mais sans ambiguïté de sens pour le lecteur du XXIe siècle, puisque y étaient simplement évoquées « les nouvelles habitations de Canada ».

6N’explorons pas plus avant l’univers des dictionnaires monolingues nés dans le proche amont ou le proche aval de 1700, et pour ces trois mots-clés, nouvelle France, Canada, Québec, utilisés de manière plus ou moins confuse par les premiers lexicographes, imaginons pour le XVIIe et le XVIIIe siècle un voyage lexicographique enrichissant et cohérent. Trois périples nous semblent devoir être programmés : le premier consistera à arpenter les glaces de nos trois dictionnaires monolingues français fondateurs, peu prolixes sur le sujet, mais en essayant néanmoins de traquer quelques attestations dans ces espaces pionniers du XVIIe siècle. Parce que la première moitié du XVIIIe siècle est lexicographiquement féconde, un deuxième périple s’impose, peu avant que ne paraisse l’Encyclopédie, ce qui nous permettra de mesurer l’intégration progressive des mots et réalités propres à l’« Amérique septentrionale » dans nos dictionnaires. Enfin, une troisième et dernière étape, installée au cœur de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, riche de nombreuses attestations, nous conduira à relever, classer et analyser systématiquement toutes les occurrences de ces mots-clés. Il sera temps alors, en guise de conclusion, dans le tout proche aval de l’Encyclopédie à la veille de la Révolution française, de solliciter Gabriel Féraud et son Diction (n) aire critique de 1787, avant de faire appel en toute fin de ce voyage à un dictionnaire bien surprenant du XIXe siècle…

LA LEXICOGRAPHIE MONOLINGUE NAISSANTE DU FRANÇAIS : DU XVIe SIÈCLE BALBUTIANT AU XVIIe SIÈCLE FONDATEUR

Sous la Renaissance : des épithètes éloquentes pour la France et le sauvage…

7On commencera paradoxalement le périple programmé pour le XVIIe et le XVIIIe siècle, en remontant en arrière d’une trentaine d’années, avec les Epithètes françoises de Maurice De La Porte, publié en 1571, un dictionnaire d’épithètes à tort oublié. Pourquoi en l’occurrence le citer ? Parce que ce dictionnaire se révèle très éclairant quant à la perception du mot « France », mais aussi du mot sauvage dont il sera beaucoup question dans les dictionnaires au cours des deux siècles suivants, le sauvage se révélant très fréquemment associé à la découverte des terres septentrionales de l’Amérique et donc de ce qui deviendra la Nouvelle-France.

8Quel était de fait en cette fin du XVIe siècle l’objectif de Maurice De La Porte ? Offrir aux poètes des épithètes en nombre suffisant pour donner force et précision à leur propos. C’est ainsi que ce dictionnaire représente pour nous l’occasion inespérée de découvrir les adjectifs d’alors, à la fois significatifs de la mode littéraire en vigueur et des représentations de la fin du XVIe siècle, au moment où l’on va basculer dans le Grand Siècle, normalisateur par excellence, qui engendrera dans cet élan notre grande lexicographie monolingue.

9Aucune référence n’est faite dans ce dictionnaire de 1571 à la nouvelle France ou au Canada, ce qui est chronologiquement normal. Mais inversement, s’exprime déjà un point de vue très affirmé à propos de ce que doit signifier la France aux yeux des Français et à propos de ce que représente, presque a contrario, un « sauvage ». Quelles épithètes propose en effet Maurice De La Porte pour le mot France : « Perle du monde, indomptable, fertile, belliqueuse, florissante, riche, salubre, docte, célèbre, féconde, généreuse, invincible, peuplée ou populeuse, école de vertu. » Et d’ajouter un commentaire qui éclaire par avance ce que la « nouvelle France » doit incarner en se voyant ainsi désigner. « Ce mot généralement pris signifie tout ce que le Roi de France domine, mais ce qui est en particulier nommé le pays de France, et pays de Gaule. »

10Il faudra y inclure la « nouvelle France » » un peu plus tard, mais tout comme pour les mots Canada ou Québec, la polysémie du mot France est déjà présente avec ses extensions et ses réductions. Maurice De La Porte ajoute en effet qu’en somme la France est aussi synonyme d’Île de France. Bien « que ce soit de petite étendue, précise-t-il, néanmoins il enclôt cette grande et fameuse ville de Paris, dont l’excellence est telle que elle ennoblit le [la] tête de la France ». Et d’évoquer alors « la température de l’air, fertilité de la terre, abondance de tous genres de fruits, et autres innumérables commodités », concourant à ce que la France soit appelée « Mère des arts, des armes, et des lois et douce nourrice des hommes ». Ces dernières valeurs, celles de la « douce France », doivent se retrouver dans la « nouvelle France », avec des « François » que Maurice De La Porte associe à des épithètes pour le moins valorisantes, « humains, charitables, vaillants ou valeureux, guerriers, forts, magnanimes, ingénieux, parisiens, accostables, fidèles, amateurs des lettres, prompts, curieux, doctes, volontaires, doux, libéraux, généreux, débonnaires, chevaleresques ».

11Devant ce surhomme se dressent évidemment les « Sauvages » à dominer, « Sauvages » que Maurice De La Porte qualifie sans hésiter de « cruels, brutaux, scythiens, farouches, maupiteux, barbares, inhumains, basanés, aime-sang, indomptables, lascifs, mauvais, impitoyables, courageux, acharnés, porte-carquois, chevelus, inaccostables, vagabonds ». En somme, en résumant l’esprit de l’époque, les Français de la « douce » France, « valeureux, guerriers, accostables, généreux », tenteront dans la « nouvelle France » de civiliser les « Sauvages », « acharnés, porte-carquois », ce dernier mot rimant par avance avec Iroquois, un mot qui n’entre dans la langue française que vers 1700, assurent les étymologistes.

La trinité fondatrice, peu prolixe pour le Nouveau Monde…

12Les trois premiers dictionnaires monolingues de notre langue qui marqueront la fin du Grand Siècle, ce que j’ai souvent désigné sous le nom de « trinité fondatrice » de la lexicographie, seront de fait peu prolixes à propos de l’Amérique septentrionale. Bien que Richelieu, fondateur de l’Académie française, ait créé en 1627 la Compagnie des Cent-associés, chargée de coloniser l’Amérique du Nord, bien que Louis XIV ait doté la Nouvelle-France d’une nouvelle administration et que la fin du XVIIe siècle, sous l’impulsion de Jean Talon, soit synonyme pour cette partie du Royaume d’un essor certain, avec entre autres une exploration qui conduira jusqu’à l’embouchure du Mississipi, nos lexicographes des dictionnaires monolingues ne font qu’indirectement mention de l’Amérique du Nord francophone.

Le Dictionnaire françois (1680) de Richelet, sans référence à l’Amérique septentrionale…

13Aucune mention semble-t-il de la Nouvelle-France ou du Canada dans le premier dictionnaire monolingue français, le Dictionnaire françois de Richelet. Tout juste trouvera-t-on, faisant sans doute écho aux récits des explorations menées sous l’intendance de Jean Talon, quelques remarques faites à propos des indiens, pour définir le canot et le radeau : « Canot : Vaisseau fait d’un tronc d’arbre dont se servent les Indiens pour aller sur les eaux & pour naviguer » ; « Radeau : les Indiens font des radeaux composés de cinq solives attachées les unes aux autres dont la plus longue est celle du milieu, les autres vont toujours diminuant afin de mieux occuper l’eau. » L’Indien n’étant pas défini, on peut raisonnablement supposer qu’il s’agit de celui d’Amérique « septentrionale », comme il est dit alors.

Le Diction(n)aire universel (1690) de Furetière

14Fouiller, radiographier le Diction(n)aire universel de Furetière, n’est pas plus fructueux pour la Nouvelle-France. En revanche, le nouveau Monde, l’Amérique et le Canada y font une percée certaine. Ainsi, au sein de l’article consacré à l’adjectif « nouveau », un premier commentaire surgit : « Le Nouveau Monde est l’Amérique, qui a esté inconnüe aux Anciens. » Mais aucune référence n’est faite à la « Nouvelle-France », quelque orthographe que l’on choisisse. Ainsi, c’est l’Amérique qui est mise en scène pour apporter des précisions à la définition du mot sauvage : « Se dit aussi des hommes erran[t]s, qui sont sans habitations réglées, sans Religion, sans Loix[s], et sans Police. Presque toute l’Amérique s’est trouvée peuplée de sauvages. La plus-part des sauvages sont anthropophages. Les Sauvages sont rudes, et sont velus, couverts de poils. » Voilà une description qui, en cette période d’expansion coloniale, ne leur laissait guère de chances d’être abordés sur un pied d’égalité.

15L’Amérique est également citée au moment de définir le « voyage » et notamment le « voyage de long cours », ce type de voyage désignant « ceux qu’on fait sur mer dans des navires qui doivent estre long-temps à revenir, comme ceux des Indes, de l’Amérique, & c. Pour les appeler ainsi, il faut qu’ils soient du moins de mille ou 1300 lieues. » C’est naturellement que Furetière cite alors encore l’Amérique à propos du mot « Continent » pour signaler au passage que « [l]’Amérique est composée de deux grands Continents, & de plusieurs Isles ».

16C’est à l’article colonie, « transport de peuple en un lieu désert & éloigné, dont on a chassé les habitants, afin de l’habiter, de le défricher & le cultiver », que se trouve une première mention du Canada, dans le cadre d’un exemple choisi : « Les Romains ont envoyé des colonies en mille endroits. Les François ont envoyé des colonies en Canada. Les Hollandois en ont envoyé beaucoup dans les Indes. » S’y ajoute par ailleurs un autre sens du mot colonie lorsque celle-ci devient « le lieu où les peuples se sont établis », que Furetière accompagne d’un bel exemple, lapidaire mais explicite : « Québec, une colonie de François en l’Amérique. » Sans article défini, Québec bénéficie ici à la fois du statut implicite de la ville, mais sans doute aussi déjà d’une région. Enfin, dans le même domaine, c’est de nouveau le Canada qui sera évoqué au moment d’illustrer le verbe peupler, avec le sens d’« emplir de peuple » : « [O]n a envoyé peupler plusieurs terres en Canada. »

17Quant à la peuplade, Furetière évoque d’abord l’Amérique en signalant qu’« [o]n a envoyé d’Europe en l’Amérique force peuplades », mais comme il s’agit aussi du « lieu habité », le commentaire nous entraîne alors plus spécifiquement au Canada : « On envoya des Missionnaires dans les nouvelles peuplades & habitations du Canada. »

18D’évidence, contrairement à Richelet qui ne fait aucune place explicite à l’Amérique, Antoine Furetière l’intègre sans hésiter et plus spécifiquement donc aux territoires de la Nouvelle-France sans pour autant la citer. Ainsi, à propos du mot fleuve, évoqué par rapport à la navigabilité, Furetière n’hésite pas à citer au même titre que la Loire, le Saint-Laurent, ce qui prouve combien le Nouveau Monde est présent à son esprit. C’est ainsi que le lecteur parisien peut apprendre que « [l]e grand fleuve de St. Laurens n’est pas navigable à cause des sauts qui s’y rencontrent ». La référence est bien implantée puisque dans le tome suivant, pour le mot navigable, Furetière insistera en rappelant que « [l]’Euphrate, le fleuve de St. Laurens, le Nil, ne sont pas navigables, à cause des sauts & des chutes qui s’y trouvent ». Les Français, qui sont alors environ 7000 en Nouvelle-France et qui ont largement exploré les rives du Saint-Laurent, ont donc déjà droit à être mentionnés dans le très lointain ancêtre du Grand Larousse que représente le Dictionnaire universel de Furetière.

La première édition du Dictionnaire de l’Académie françoise (1694)

19Bien que dévolu à la seule description de la langue française, le Dictionnaire de l’Académie, de nomenclature moindre de moitié par rapport à l’ouvrage de Furetière, ne fera place qu’une fois à la « nouvelle France », comme on l’a déjà signalé, à propos du castor, alors qu’il sera fait quatre fois référence au Canada. Ainsi, le Canada est tout d’abord à l’honneur à propos des « capillaires de Canada », aussi réputés que ceux de Montpellier comme on l’a déjà évoqué ; ce sera ensuite à l’occasion du mot habitation qu’il sera cité, comme on l’a déjà constaté à travers l’exemple « Les nouvelles habitations de Canada ». Puis, c’est à une troisième reprise que le Canada est mentionné avec le mot raquette, celle-ci pouvant désigner « certaine machine que les Sauvages de Canada attachent à leurs pieds pour marcher plus commodément sur la neige, & qui est faite à peu près en forme de raquette à jouer ». Enfin, avec le verbe provigner, pris au sens figuré dans le domaine de l’évangélisation, on bénéficiera d’un exemple associant le Japon et le Canada dans la même dynamique religieuse : « La foy catholique provigne beaucoup dans le Jappon, dans le Canada. »

20À l’issue de cette radiographie des trois dictionnaires fondateurs de la lexicographie monolingue française, un constat s’impose : la Nouvelle-France est certes présente au détour de quelques articles et, notamment chez Furetière, on repère très bien que la réalité de l’Amérique septentrionale n’est pas ignorée. Cependant, c’est le mot Canada qui l’emporte très largement en termes de désignation, la Nouvelle-France n’étant citée qu’une fois. Cela explique peut-être que pour bien des Français d’aujourd’hui, ignorants, et des élèves encore peu formés en matière de géographie, les mots Canada et Québec soient encore pour ainsi dire synonymes… Ce qui évidemment ne peut que faire frémir nos amis québécois. Faut-il avouer que l’auteur de ces lignes, qui fut présenté au Concours général en Histoire lorsqu’il avait dix-sept ans, se représentait certes le Canada comme un grand pays qui fait rêver, ce qui lui est resté, mais un pays qu’il imaginait de langue française sans même songer que ladite langue y était minoritaire ? Quant à l’existence de la ville de Québec, c’est vers vingt-cinq ans qu’il découvrit que le nom du Québec, assimilé chaleureusement au Canada francophone, était aussi celui de sa capitale. Entre l’imaginaire collectif enraciné dès nos premiers dictionnaires et une réalité politique précise, il a sans doute fallu attendre la fin du XXe siècle pour que le grand public français prenne mieux conscience des enjeux et des données réalistes de l’Amérique francophone du Nord.

EN PROCHE AMONT DE L’ENCYCLOPÉDIE : DE PHILIBERT JOSEPH LEROUX À TRÉVOUX EN PASSANT PAR LA MARTINIÈRE

Le Dictionnaire comique de Leroux

21En 1718, paraissait le Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial de Philibert Joseph Leroux. Un tel sujet ne se prête évidemment pas à citer la Nouvelle-France. Cependant, elle y est indirectement présente à travers les difficultés éprouvées par les Français de la Nouvelle-France aux prises avec les Iroquois. De la même manière qu’aux alentours des années 1960, deux siècles plus tard, le mot Apache était synonyme de voyou, un « Iroquois » désigne au début du XVIIIe siècle quelqu’un de bizarre, au point qu’il bénéficie d’un article dans le dictionnaire de Philibert Joseph Leroux. « Ce mot est piquant et injurieux lorsqu’on l’applique à une personne qu’on maltraite d’injures et de paroles », déclare-t-il. Et de poursuivre en précisant que « [c]e mot est encore fort outrageant, quand on dit d’un homme qu’il parle françois comme un iroquois, ou qu’on se raille de ses manières ridicules, et de ses habillements fantasques et bizarres, et pour lors il signifie autant que sot, ridicule, ignorant. C’est un plaisant iroquois. Comme si l’on disoit un plaisant faquin, fat ou animal. »

Le Grand Dictionnaire géographique historique et critique de La Martinière

22De fait, en consultant par exemple le Grand Dictionnaire géographique historique et critique d’Auguste Bruzen de la Martinière, on repère dans l’article Amérique combien le Nouveau Monde est l’objet d’une découverte scrupuleusement recensée, à travers d’une part les premières cartes et d’autre part le listage des régions et peuples qui le composent. Ainsi, La Martinière rappelle-t-il d’emblée que

ceux qui aiment la Géographie en doivent conclure […] que toutes les anciennes Cartes de l’Amérique dressées avant celles de Mr. de L’Isle, sont très défectueuses, & qu’on doit être très reconnoissant du soin qu’il a pris de s’appliquer particulièrement à cette partie du Monde, qu’il a exécuté jusqu’à présent en sept Cartes qui sont : Carte de l’Amérique : 1722 ; Du Canada ou de la nouvelle France, 1703 ; De la Louisiane, & du cours du Mississipi, 1718 ; Du Mexique & de la Floride, & c, 1703.

23On comprend ici que la description entreprise au XVIIIe siècle ne fait que commencer, au reste ajoute l’auteur, si l’Amérique est une « Partie du monde connu, & la quatrième en ordre », « c’est aussi la plus grande de toutes », et « on n’en connaît point les bornes au Nord ». Un peu plus loin, il précisera qu’« on ne sait pas encore les bornes de l’Amérique vers le Nord, parce que la quantité de glace & les vents furieux qui soufflent de l’Occident, ferment le passage à ceux qui veulent pénétrer plus avant ».

24Son exposé est très utilement illustré d’un grand tableau de plusieurs pages, listant les différentes parties et les différents peuples de chacune des deux Amériques, « méridionale » et « septentrionale ». Qu’en est-il pour l’Amérique septentrionale ? On en donnera ici, à titre indicatif et en respectant l’orthographe d’alors, les différentes subdivisions. Le tableau proposé par La Martinière différencie en effet, à l’aide de grandes accolades, quatre rubriques principales, et on nous pardonnera ici pour la clarté du propos d’en faciliter la représentation par une numérotation que nous donnons entre parenthèses. Il distingue ainsi tout d’abord 1) ce que « L’Amérique septentrionale contient », ensuite 2) ce que « Les Terres arctiques comprennent », puis 3) ce que contient « La Nouvelle France », enfin 4) ce que « Le Canada comprend ».

1. Dans le cadre de ce que « L’Amérique septentrionale contient », on relève deux sous-ensembles : d’abord ce qui se trouve « dans la Terre ferme (Terres Arctiques, Canada, Floride, Nouvelle Espagne, Nouveau Mexique, Terre de Jeffo) » puis « - dans la mer du Nord, les Isles (de Terre Neuve, Antilles) et [dans la mer] du Sud, les Isles (de Californie, Bearefort) ».

2. Dans une deuxième grande accolade est ensuite pré cisé ce que « les terres arctiques comprennent », en l’occurrence « le Groenlande, l’Isle d’Islande, le Nortwalles, le Southwalles, le Nouveau Dannemarck ».

3. Vient ensuite « la Nouvelle France » dans laquelle trois sous-accolades permettent de subdiviser tout d’abord ce qui se trouve (3.1) « le long de la Rivière de St. Laurent », puis (3.2) « Sur la mer », et enfin (3.3) « Au Septentrion de la rivière de S. Laurent ».

Si l’on consulte ce qui est rangé sous 3.1 « le long de la Rivière de St. Laurent », sous une nouvelle accolade enchâssée intitulée Canada, sont listés : « Quebec, Tadoussac, Sillery, Richelieu, Mont Royal ».

Si l’on relève ce qui est listé sous 3.2 « Sur la Mer », sont distingués l’Acadie (Port Royal, Touquechet, Port Rossignol, La Heve, Paspay, Macomode, Martengo, Miscou), les Bersiamites (Port neuf) et les Esquimaus (Chichekedec, Port Saint Nicolas, Port de Quartier).

Correspondant à l’énorme sous-accolade 3.3 consacrée « Au Septentrion de la rivière de S. Laurent », on trouvera listés « Les peuples » suivants : « Le Sanguenay, Cacouchaqui, Oumiouqui, Oupipanachouet, Quioquihæ, Quouatouata, Attiquameques, Enchek, Aentordac, Aoffondi, Errahonaoate, Chæntonati, Chouæronon, Tarantou, Quionontateronon, Algonquins, Otchiahen, Tontharoronon, Choncradeen, Sarontoueronon, Nipissiriniens, Eachiriouachaonon, Elsouataironon, Aouechiffatonon, Cheveux Relevez, Skiarenon, Aftakouandræronon, Naduossoueronon, Kiristinous, Irimnadous. »

4. Une nouvelle grande accolade est dévolue alors à ce que « Le Canada comprend », elle-même subdivisée tout d’abord avec (4.1) ce qui se trouve « Au midi de la Rivière de S. Laurent », ensuite (4.2) ce qui correspond à « La Nouvelle Angleterre », puis (4.3) à « La Virginie », (4.4) à la « Nouvelle Suède », (4.5) au « Nouveau Pays-Bas », et (4.6) à l’« Estolilande ».

25Pour l’accolade réservée « Au Midi de la Rivière de S. Laurent » (4.1), est offerte une nouvelle liste intitulée « Les Peuples » : « Souricois, Etekemins, Iroquois, Onnejochronon, Onontagueronon, Anneronons, Sonontonarons, Souoæronon, Eriechronons, Altiouandanons, Ontarraronons, Endartones, Squenquioronons, Aictæronons, Couæronons, Ariatœronons, Assistæronons, Oukouararonons, Attiouandarons, Aouensionærons, Hurons (S. Simons, S. Jude), N. de Petu », suivie de ce qui relève de « Nation neutre », en l’occurrence « S. François, N. D. des Anges, S. Alexis, S. Michel, S. Joseph ».

26Pour celle correspondant à « la Nouvelle Angleterre » (4.2), sont distingués les Villes et les Peuples, avec, d’une part, « Bristol, London, Plymouth », et, d’autre part, les « Abnaquioisé », les « Quabouquiquois », et les « Socoquiois ». « La Virginie » (4.3) rassemble d’autres peuples ainsi listés : « Pomejoc, Powhatan, Reconghtan, Katokinge, Pastenon, Demanotique, Secotan, Cunarwœ, Christina » ; la « Nouvelle Suède » (4.4) « où sont Gustaweburg, Elsenburg » est très rapidement décrite, de même que le « Nouveau Pays-Bas » (4.5) est limité à la « Nouvelle Amsterdam » et « Nassaw ». Enfin, « Estolilande » (4.6) ne bénéficie que d’un synonyme : « Nouvelle Bretagne ».

27Loin de nous l’idée d’apporter ici un commentaire historique, en tentant de relever des filiations et d’éventuels nonsens dans les classements proposés, la complexité même de la description faite suppose en effet pour la décrypter les meilleurs historiens du Québec et plus largement du Canada et de l’Amérique du Nord. Il n’en reste pas moins que le lecteur d’hier et le lecteur d’aujourd’hui ne peuvent qu’être émus par la volonté exhaustive d’une pareille description, avec un souci manifeste de classer, dénommer les populations et les régions du Nouveau Monde. On sait qu’alors les Anglais établis sur la côte atlantique avoisinent la centaine de milliers, que les combats avec les Français ont commencé, et qu’en 1713, au traité d’Utrecht, les Français perdent par exemple la baie d’Hudson, l’Acadie et l’essentiel de Terre-Neuve. Il ne fait aucun doute que le recensement ainsi que la désignation des différentes populations et aires géographiques s’imposent. Il est normal que les lexicographes en soient en partie dépositaires.

Dans la filière de Furetière, le Dictionnaire de Trévoux et la latinisation

28Dans la mesure où les jésuites de Trévoux ont pris pour matrice lexicographique le Diction (n) aire universel de Furetière, on se situe ici davantage dans la perspective d’un ajout d’information que dans une profonde métamorphose. Aussi ne reprendra-t-on pas un par un tous les articles déjà étudiés, mais en revanche, ce qui ne manque pas de charme, c’est la première latinisation de diverses réalités du Nouveau Monde à laquelle les jésuites lexicographes procédèrent, puisqu’ils ne se contentèrent pas de développer les articles, mais, comme en témoigne le titre complet de l’ouvrage de 1732, Dictionnaire universel françois et latin vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, ils ont proposé des traductions latines aux mots entrés en nomenclature. Y compris donc pour quelques réalités de la Nouvelle-France.

29En ce qui concerne le castor, il n’y a pas de mention directe à la Nouvelle-France, l’animal existant aussi en Europe, mais les lexicographes rappellent au passage qu’on l’appelle aussi la bièvre (d’où la Vallée de la Bièvre, en région parisienne). Et, au moment d’évoquer les caractéristiques de l’animal, notamment ses sécrétions glandulaires, le castoréum, les jésuites précisent que « [l]es Sauvages de Canada en frottent les pièges qu’ils tendent à ces animaux, afin de les y attirer », ajoutant que « [l]es sauvages estiment fort la chair de castor », et qu’« il se trouve plus grande abondance de castors en Canada qu’en aucun autre lieu du monde ».

30Le caribou, quant à lui, « Animal sauvage du Canada », bénéficie d’une traduction latine : « Cervus Canadensis ». Les lexicographes soulignent par ailleurs que « c’est une espèce de cerf qui habite le nord de l’Amérique ».

31On ne reviendra pas sur les propos tenus au sujet de l’« habitation » déjà signalés et « Ceux de Québec » ayant fait « des habitations ». En revanche, l’Iroquois bénéficie d’un long article qu’on reproduit ici, parce qu’il situe bien à la fois les difficultés éprouvées et la perception qu’on en a à l’époque. Et, au passage, on appréciera la latinisation des lieux et des peuples.

Iroquois. Nom de peuple Irocus, iroquius, a. Ce sont des peuples confédérés de l’Amérique septentrionale. Ils prennent leurs noms des Cabanes sous lesquelles ils demeurent. Leur pays s’étend le long de la Côte méridionale & de l’orientale du Lac d’Ontario, jusqu’au lac Champlain, où ils ont aussi quelques villages le long du bord septentrional du lac Ontaris, & de la rivière de S. Laurens, jusqu’au confluent de celle des François. Ils sont les plus puissants & les plus cruels des peuples du Canada, & ils étoient autrefois presque toujours en guerre avec les Hurons, & avec leurs autres voisins, mais on assure qu’ayant été battus par les François, ils sont devenus plus pacifiques. « Au seul bruit de son nom le farouche Iroquois, Abandonne son arc, & fuit au fond des bois. » Le Lac des Iroquois, autrement le Lac Champlain. Iroquiorum lacus, Lacus Campoplanensis. C’est un lac du Canada, situé entre la nouvelle Angleterre, & la rivière de S. Laurens, dans laquelle il se décharge par un grand canal au-dessous de l’Isle & du Fort de Mont réal.

32Voilà un article relativement important et que les Iroquois soient latinisés ne manque évidemment pas de panache !

33Quant aux Hurons, « nom propre d’un peuple de la nouvelle France, en l’Amérique septentrionale », ils offrent aux jésuites une belle occasion d’évoquer la nouvelle France, tout en bénéficiant d’une traduction en latin : Huro. Les lexicographes de Trévoux les situent « entre le Lac Ontario, & celui des hurons, ou de Karégnondi » et rappellent qu’« on dit qu’ils sont féroces, et extrêmement larrons, & qu’ils sont devenus amis des François ». Mais la suite se gâte en même temps qu’elle démarque la difficulté d’avoir des informations précises : « Le P. Hennepin Récollet, assure que les Iroquois les ont presque entièrement détruits. » Belle époque où la lexicographie peut encore faire part d’hypothèses sans qu’elles soient vérifiées !

34Il reste aux jésuites de Trévoux à évoquer « Quebecum », ou « Kebecum », version latine de Québec, et donc « Nom propre d’une ville de l’Amérique septentrionale ». La Nouvelle-France est alors à l’honneur : « C’est la capitale de la nouvelle France », soulignent en effet les jésuites, en ajoutant que la ville « est située en partie sur le fleuve Saint-Laurent, & en partie sur la colline voisine ». Une dernière précision est ajoutée qui montre la progression du catholicisme, dictionnaire chrétien oblige ! « Celle-ci [la ville haute] beaucoup plus considérable que l’autre, a plusieurs couvents de Religieux, un collège de jésuites, un Évêché qui n’est suffrageant d’aucun Archevêque, & une citadelle, où le Gouverneur de la nouvelle France fait sa résidence ordinaire. »

35Enfin, la « traitte », alors avec deux t et d’abord définie par un synonyme, « trafic, commerce avec les Sauvages », donne l’occasion de resituer l’importance du castor très prisé pour sa fourrure. « En Canada on fait la traitte des castors avec les Yroquois. Il est allé à la traitte à Mont-Réal. » L’Iroquois y gagne au passage un noble Y, et Mont-Réal fait son apparition.

36On n’ira pas plus loin dans l’exploration du Dictionnaire de Trévoux : une remarque s’impose cependant. Si les dictionnaires monolingues du XVIIe siècle ne mentionnent que très chichement la Nouvelle-France, il semble bien que ceux du XVIIIe siècle lui fassent, dès le début du siècle, une place grandissante. Un dictionnaire est assurément œuvre de recul et, entre le fait historique et son inscription implicite dans les dictionnaires de langue ou dans les dictionnaires encyclopédiques, un certain temps s’écoule. Avec l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, une nouvelle page se tourne en même temps qu’un nouveau genre s’installe : celui de l’encyclopédie, synthèse des savoirs et engagement à l’échelle de toute une période.

L’ENCYCLOPÉDIE (1751-1772) DE DIDEROT ET D’ALEMBERT RADIOGRAPHIÉE À L’AUNE DE L’AMÉRIQUE SEPTENTRIONALE

Une œuvre qui fait référence à la Nouvelle-France mais orientée ethnologiquement

37Comme chacun sait, l’Encyclopédie est issue de la volonté de traduire en français un ouvrage à succès publié outre-Manche, en l’occurrence les trois volumes de la Cyclopædia de William Chambers. Ce projet, dévoyé par Diderot et d’Alembert pour de bonnes fins, aboutira en réalité à 35 volumes in-folio dont 11 de planches, représentant au total l’œuvre majeure du XVIIIe siècle, en même temps qu’une référence première et un monument lexicographique ayant un impact international à la fois immédiat et pérenne. C’est ainsi que tout francophone peut effectivement se considérer plus au moins comme un enfant de l’Encyclopédie.

38Qu’en est-il de la Nouvelle-France dans l’Encyclopédie, si symbolique ? Elle y fait indubitablement une solide entrée. D’emblée en effet, alors que les références à la Nouvelle-France se comptaient sur les doigts d’une main pour les dictionnaires monolingues du siècle de Louis XIV, au siècle suivant et pour l’Encyclopédie, ce ne seront pas moins de 90 références qui y seront faites, un chiffre sans commune mesure avec la modestie des citations choisies pour la même réalité au cours du Grand Siècle. Certes, à ces 90 occurrences de la Nouvelle-France font par ailleurs écho 190 occurrences pour le Canada, mais on n’en comptera que 9 pour Québec, et d’évidence la Nouvelle-France représente cette fois-ci une entité politique clairement définie.

39Ainsi, en ce qui concerne Québec, « Ville de l’Amérique septentrionale, capitale du Canada, avec une rade, un port, un château fortifié, & un évêché qui ne relève que du pape », les explications historiques sont précises et à jour : « C’est au sieur de Champlain, gentilhomme de Saintonge, que les François doivent le premier établissement de Québec. Il le commença en 1608, & mourut en 1635, au bout de 27 ans de travaux. […] Les Anglois furent obligés de lever le siège de Québec en 1690 ; mais ils ont pris cette ville en 1759. » Ici s’arrête l’information historique, et l’on peut regretter que les considérations qui suivent ne portent pas sur le caractère malheureux de cette défaite, mais au contraire, comme si de rien n’était, sur le fait qu’en 1744, « M. Gautier estima que son thermomètre étoit descendu au 33 degré [sic] de celui de M. de Réaumur », ce qui aux yeux de l’encyclopédiste constitue un événement scientifique puisque, poursuit-il, « le singulier est que Quebec, est-à-peu-près sous le parallèle de 46 à 47 degrés qui répondent au milieu de la France, preuve bien évidente que le degré de froid ne dépend pas toujours du lieu où on l’observe ». La portée politique de l’événement, la prise de Québec par l’Angleterre, n’effleure hélas pas le Français qui n’a en rien perçu l’importance politique de la Nouvelle-France.

40Quant à l’article consacré au Canada, et donc au début de l’aventure des encyclopédistes, il montre que les effets de la guerre de Sept Ans, bien que commencée en 1746, n’ont pas pu être pris en compte, l’article ayant été rédigé avant la défaite de Montcalm sur les plaines d’Abraham, en 1759. L’entrée lexicographique choisie est cependant limpide quant à l’assimilation lexicale établie constamment entre le Canada et la Nouvelle-France : « canada ou NOUVELLE FRANCE », telle est en effet l’entrée de l’article, un article bien trop court à notre goût, et qui mérite d’autant plus d’être cité in extenso.

Pays fort vaste de l’Amérique septentrionale, borné à l’est par l’Océan, à l’ouest par le Mississipi, au sud par les colonies Angloises, & au nord par des pays déserts & inconnus. Ce pays est habité par plusieurs nations sauvages, qui ne vivent que de la chasse & de la pêche. Outre ces nations, les François y ont des établissements considérables, & on y fait un grand commerce de pelleteries, que les sauvages apportent en quantité du produit de leur chasse. Le Canada est rempli de forêts, & il y fait très-froid. Les sauvages qui habitent ce pays adorent le soleil & un premier esprit, qu’ils regardent comme au-dessus de lui. La capitale du Canada est Québec. Voyez CANADIENS.

41En fait, ce qui intéresse les Français et les philosophes, c’est principalement les Canadiens, entendons ici les « sauvages » du Canada et non pas les Français du Canada.

42En l’occurrence, contrairement à ce qui a pu être dit au XVIIe siècle, le discours tenu sur les « sauvages » s’inverse ici pour en montrer le degré certain d’intelligence, conformément à l’esprit ouvert des philosophes. « Nous devons la connoissance des sauvages du Canada au baron de la Hontan, qui a vécu parmi eux environ l’espace de dix ans. » C’est ainsi que commence l’article, et d’emblée la légende de la brute disparaît : « Il rapporte dans sa relation quelques entretiens qu’il a eus sur la religion avec un de ces sauvages ; & il paroît que le baron n’avoit pas toujours l’avantage dans la dispute. » Et l’auteur de l’article de poursuivre avec une complaisance non dissimulée : « Ce qu’il y a de surprenant, c’est de voir un huron abuser assez subtilement des armes de notre dialectique pour combattre la religion Chrétienne ; les abstractions et les termes de l’école lui sont presque aussi familiers qu’à un Européen qui auroit médité sur les livres de Scot. » Les encyclopédistes battent en brèche les clichés en soulignant qu’ils ne sont en rien « des hommes couverts de poil, vivant dans les bois sans société comme des bêtes, & n’ayant de l’homme qu’une figure imparfaite ». Ils sont au contraire décrits d’une taille supérieure à la nôtre, « fort bien faits en général, étant rare de voir parmi eux aucun boiteux, borgne, bossu, aveugle, & c. ».

43Si leur intelligence est valorisée, l’occidental colonisateur, fût-il encyclopédiste, n’oublie pas pour autant de signaler « quantité de défauts », car, déclare-t-il, « ils sont légers & volages, fainéants au-delà de toute expression, ingrats avec excès, soupçonneux, traîtres, vindicatifs, & d’autant plus dangereux, qu’ils savent mieux couvrir & qu’ils couvrent plus longtemps leurs ressentiments ». Mais, dit le philosophe qui souffle le chaud et le froid, « la disette où ils sont de toutes choses, leur donne sur nous un avantage, qui est d’ignorer tous les raffinements de vice qu’ont introduit le luxe & l’abondance ». Rousseau et le mythe du bon sauvage ne sont pas très loin…

44On le constate : les encyclopédistes ne s’intéressent guère au pays français devenu anglais en tant qu’entité politique. Leur observation porte davantage sur les caractères climatiques et ethnologiques que sur les aléas politiques : ils n’ont en rien perçu les enjeux à venir.

La répartition révélatrice des différentes références à la Nouvelle-France et au Canada

45Avant même d’examiner la répartition des différentes références faites à l’Amérique septentrionale par les encyclopédistes, et donc à la Nouvelle-France, au Canada et à Québec, on s’interrogera rapidement sur leurs sources. Ce sont en vérité les encyclopédistes eux-mêmes qui nous les signalent au détour, par exemple, de trois articles significatifs, celui consacré à la ville de Vervins et ceux correspondant aux mots sauvage et Louysiane. Ainsi, la description de Vervins donne-t-elle l’occasion de citer un natif, Marc Lescarbot (1550-1625), qui « a publié une histoire de la nouvelle France, où il avoit séjourné quelque temps » tout en relevant le fait que « cet ouvrage imprimé à Paris en 1611, est assez agréable, parce que l’auteur y a entremêlé des remarques de littérature ». Quant à l’article sauvage, les lexicographes en profitent pour rappeler que « le P. de Charlevoix a traité fort au long des mœurs & coutumes de sauvages dans son journal d’un voyage d’Amérique, dont, nous avons fait usage dans plusieurs articles de ce dictionnaire ». De fait, en parcourant l’article Louysiane, non seulement le propos est repris, « le P. Charlevoix en a donné une description détaillée dans son Histoire de la nouvelle France », mais c’est fort de cette référence que l’auteur de l’article ajoute sans ciller : « Je n’en dirai [donc] qu’un mot » !

46À quelles différentes rubriques pourrait-on rattacher les références faites à la Nouvelle-France, au Canada ou à Québec ? En regroupant les thèmes, il nous a semblé pouvoir distinguer 13 rubriques différentes que nous illustrerons à grands traits. Ainsi, la première 1) pourrait être celle correspondant aux considérations géographiques, notamment les noms de lieux recensés par les encyclopédistes. Dans la même mouvance, une deuxième rubrique 2) concernerait celles des noms de peuples et peuplades, suivie d’une troisième 3) sur un thème qui leur est souvent corrélé au XVIIIe siècle, celui des « sauvages ». Vient ensuite une quatrième entité 4) avec tout ce qui concerne la description de la nature, puis une cinquième 5) avec les considérations sur le climat. En sixième lieu 6), la religion fait évidemment partie des éléments relevés par les encyclopédistes. Une septième rubrique 7) pourrait correspondre aux traditions, une huitième 8) et une neuvième 9) engrangeraient alors respectivement les références faites aux animaux et aux plantes, avec dans leur filiation, une dixième 10) et une onzième 11) rubriques dévolues aux produits alimentaires et produits médicaux. Enfin, un douzième thème 12) serait défini par le commerce, et notamment celui de la pelleterie, et en relation directe, la toute dernière rubrique 13) porterait sur les transports, qu’il s’agisse de se déplacer sur la neige ou sur les rivières.

471 C’est en réalité dans la première rubrique que l’on trouvera massivement la mention de la nouvelle France, plus de 20 fois. Ainsi, la Gaspésie et le Canada font-ils directement mention de la Nouvelle-France, pendant que pour la Floride et la Louysiane, la Nouvelle-France n’est évoquée que pour les situer géographiquement. On retrouve par ailleurs citée la Nouvelle-France pour la baie d’Hudson, l’anse de Sainte-Catherine, le Banc de l’île de sable, l’Isthme de Missilimakinac, la ville de Louisbourg, les rivières ou fleuves Mississipi, Chovacouet, Marquette, Maskesipi, la Noire Rivière, l’Ohio, l’Ouabache, le Saguenai, sans oublier le port de Tadoussac. De la même manière, la Nouvelle-France est évoquée pour les lacs Michigan, Nepissing, Andiatoroque, et le Lac Supérieur. En réalité, la formule est assez répétitive : le plus souvent qualifiées de Province, Rivière ou Lac, les entités géographiques sont présentées comme relevant « de l’Amérique septentrionale, dans la nouvelle France ».

48Quant aux autres lieux évoqués, également presque tous associés à l’« Amérique septentrionale », ils font appel dans leur définition au Canada qui prend la place de la Nouvelle-France. On peut citer par exemple, l’Acadie, la Pensi[y]lvanie, le Banc des Îles, Brion, « Île de l’Amérique septentrionale, au Canada », la Baie de Sakinak, York, et la ville de Trois-Rivières, « petite ville de l’Amérique septentrionale, au Canada », ou encore et surtout Québec « ville de l’Amérique septentrionale, capitale du Canada ». À travers ce dernier exemple, qui aurait mérité que soit citée la Nouvelle-France plus que le Canada, on perçoit combien les deux mots sont tout simplement le plus souvent synonymes, quels que soient les événements politiques.

492 En ce qui concerne les peuples évoqués par les encyclopédistes, la nouvelle France y sera citée un peu moins de dix fois. Sont à l’honneur les Almouchiquois, « nation sauvage de l’Amérique septentrionale, dans la nouvelle France », les Attigouvantans, les Misilimakinaks définis de manière similaire, les Hurons, « Peuple sauvage de l’Amérique dans la nouvelle France », ou encore les Illinois, « Peuples sauvages de l’Amérique septentrionale, dans la nouvelle France, le long d’une grande rivière du même nom », les Sakis, les Souriquois, « Peuple de l’Amérique septentrionale dans la nouvelle France, où ils habitent l’Acadie ». Ces derniers, est-il précisé, « vivent de poisson en été, & de venaison en hiver. Ils obéissent à des chefs qu’ils nomment sagagmos & n’ont nulle forme de religion. » Quant aux Abnakis, aux Algonquins, Bersiamites, ils sont présentés de manière proche, mais en faisant état du Canada.

503 Une troisième rubrique peut être ouverte sur le thème des « sauvages », un mot qui laisse perplexe aujourd’hui, mais qui au XVIIIe siècle est au contraire à la mode, avec un questionnement tel qu’il aboutira au débat lancé par Rousseau à propos du « bon sauvage ». La définition qui en est donnée dans l’Encyclopédie passe forcément par l’Amérique, le Nouveau Monde, sujet privilégié d’observation. Ils sont pour « la plupart encore féroces », déclarent les philosophes, et l’on ne manque pas sur ce sujet de faire appel à une autorité souvent citée, le père Charlevoix. Ce dernier « a traité fort au long des mœurs & coutumes des sauvages du Canada dans son journal d’un voyage d’Amérique, dont nous avons fait usage dans plusieurs articles de ce Dictionnaire », rappellent les encyclopédistes, comme on l’a déjà signalé dans le cadre de l’article consacré au mot « sauvage ». Et c’est un mot qui se révèle de large acception : « On appelle sauvages tous les peuples indiens qui ne sont point soumis »…

51C’est parfois au détour inattendu d’un article que surgit la référence au « sauvage du Canada ». Ainsi en est-il, pour la métallurgie, dont on évoque l’origine possible : « Du bois allumé auprès d’un filon qui aboutissoit à la surface de la terre, expliquent les philosophes, a pu faire naître en eux [les hommes] les premières idées de métallurgie », pour aussitôt ajouter que « [l]es sauvages du Canada n’ont point même aujourd’hui d’autres méthodes pour se procurer du plomb ». Un peu plus loin dans l’alphabet, c’est à l’occasion d’une expression, traiter à la pique, que surgira le commentaire : « On dit traiter à la pique avec les sauvages pour dire faire commerce avec ces nations en se tenant sur ses gardes, & pour ainsi parler, la pique à la main. On traite particulièrement de la sorte avec quelques sauvages voisins du Canada… » Il semble bien en fait que le « sauvage » du Canada soit d’autant plus à la mode et peut-être même perturbant pour les colons du XVIIIe siècle qu’il n’est ni stupide ni soumis.

524, 5 et 6 Dans le cadre de la description de la nature 4) propre à l’Amérique septentrionale, la savane du Canada offre l’occasion d’un commentaire sur le fait que « [l]es François du Canada donnent le nom de savane aux forêts composées d’arbres résineux, c’est-à-dire, aux forêts de pins, sapins, de mélèzes, & dont le fond est humide & couvert de mousse », en précisant qu’« il y a des savanes fort épaisses ». Le Saut de Niagara est assimilé, à juste titre d’ailleurs, à l’« un des spectacles les plus étonnants qu’il y ait au monde », spectacle présenté en fonction des « descriptions que les voyageurs du Canada nous en ont données ». Quant au climat 5) et ses rigueurs hivernales, il est forcément évoqué dans l’article rédigé à propos du Canada, mais il l’est aussi et de manière plus curieuse au cœur de l’article consacré à la « mort », dans lequel on trouvera une mention surprenante à propos de ceux qui meurent de froid. Ainsi, après avoir rappelé qu’il ne faut « réchauffer que par nuance » celui qui paraît être mort de froid, qu’il convient pour ce faire de le « couvrir de neige ensuite de fumier, dont on peut augmenter graduellement la chaleur », vient alors un trait propre au Canada : « Lorsqu’il arrive à quelque voyageur dans le Canada de mourir ainsi de froid, on l’enterre dans la neige où on le laisse jusqu’au lendemain, il est pour l’ordinaire en état de se remettre en chemin. » Diable, voilà qui tient de la résurrection !

53En ce qui concerne la Religion 6), la ville de Québec y est souvent citée en tant que ville bénéficiant d’une situation statutaire particulière. Ainsi retrouvera-t-on pour l’article Évêché, cette remarque incidente : « Il y a aussi quelques évêchés qui ne sont suffrageants d’aucun archevêché, mais sont soumis immédiatement au saint Siège, comme celui de Québec au Canada. »

547 Les traits de civilisation ou les traditions font également l’objet de remarques inopinées dans des articles que l’on ne consulterait pas de prime abord. À propos des funérailles, on rappelle par exemple quelques rites tels que celui autorisant « telle famille uniquement de pouvoir brûler ses morts, tandis que les autres familles sont obligées de les enterrer ». Et d’ajouter : « C’est ce que l’on voit chez les Misilimakinaks, peuple sauvage de l’Amérique septentrionale de la nouvelle France, où la seule famille du grand Livre jouit du privilège de brûler ses cadavres ; dans les deux autres familles qui forment cette nation, quand quelqu’un de ses capitaines est décédé, on prépare un vaste cercueil. » Il en va de même pour un « air de Danse du Canada » mis en relief par son caractère « fort vif », dans la Planche IV consacrée à la Musique.

558 Les animaux constituent forcément un point fort de tout territoire très éloigné de la France. Place est tout d’abord faite au « rat musqué d’Amérique », « commun à la Martinique, & dans toutes les contrées du Canada ». Et pour lesdits rongeurs, on doit être redevable à « M. Sarrazin, qui étoit médecin du Roi à Québec en 1725, de la connoissance détaillée de leur vie, de leurs bâtiments & ce qui étoit plus difficile à décrire, de leur anatomie complète ». À l’honneur aussi, Amérique septentrionale oblige, l’élan et le renne qu’on trouve « au Canada, où ils sont connus le premier sous le nom d’Orignal, & le second y est appelé Caribou », lira-t-on à l’article élan installé dans les Planches VII consacrées aux Quadrupèdes. Toujours parmi les quadrupèdes, un commentaire spécifique est offert à propos du lynx :

ceux du Canada sont les plus petits, mais plus blancs que ceux des autres pays. Il se fait un grand commerce des peaux de ces animaux qui ne sont connus parmi les fourreurs que sous les noms de loup-cervier & de chat-cervier. On nomme chat-cervier les lynx du Canada sans doute parce qu’ils ne sont en effet guère plus gros que le chat sauvage, au lieu que ceux de l’ancien continent sont appelés loups-cerviers, parce qu’ils s’approchent de la taille du loup.

56S’y ajoutera le polatouche, qu’on trouve « plus communément en Canada », l’écureuil suisse se développant surtout en Russie, « plus petit que le Polatouche ». La désignation de suisse qui a en fait prévalu est étymologiquement explicitée : « On lui a donné le nom de Suisse, parce qu’il est bigarré de bandes noires, rousses et blanches comme l’habit d’un Suisse. »

57Place est faite aussi aux ours, qu’on « enivre en jetant de l’eau-de-vie sur le miel qu’ils cherchent dans les troncs d’arbre », en signalant que « les ours noirs de la Louisiane & du Canada nichent dans des vieux arbres morts sur pied et dont le cœur est pourri ». Il ne s’agit pas de les protéger, mais de les chasser. Comment ? « On met le feu à l’arbre pour les faire sortir », est-il précisé. S’agissant des animaux à fourrure recherchée, on ne peut occulter le renard, surtout s’il s’agit « des renards noirs », qu’on trouve « au Spitzberg, en Groenland, en Laponie, en Canada ». On y ajoutera l’espadon et le poisson-scie, sachant, comme l’affirme l’auteur des articles consacrés à ces poissons respectifs dans les Planches, qu’« on pêche ces poissons dans la Mer du Nord & au Canada ».

58On relèvera aussi parmi les oiseaux quelques espèces typiques du Canada et qui du même coup en portent nommément la désignation : le Torche pot de Canada, mais aussi du Canada — avec donc une hésitation qui laisse deviner une évolution syntaxique — le Torche pot étant « d’une couleur cendrée en-dessus, & d’un roux clair en-dedans », le Bruant de Canada, la Mésange à tête noire de Canada, l’Oie de Canada, gratifiée d’une traduction en latin, anser canadensis, dont « le dos est d’un brun cendre, comme dans l’oie domestique » mais dont « le croupion est noir », sans oublier la Tourterelle de Canada, auréolée du latin turtur canadensis, oiseau « plus gros que la tourterelle ordinaire ». Enfin, également désignée par son origine, mais de manière plus complexe, la loutre qui se trouve au Canada, présentée comme étant « plus grande » qu’ailleurs. Enfin, on ne peut oublier le castor « qui est le plus beau du Canada », lit-on incidemment dans l’article consacré au port de Nelson, réputé pour son commerce de pelleterie.

599 Les plantes constituent un autre thème fort quant à l’évocation de l’Amérique septentrionale, avec par exemple une allusion indirecte à la Nouvelle-France dans l’article blé. On y signale en effet qu’« il n’y a que l’Europe, […], l’Egypte & quelques autres cantons de l’Afrique, le long des côtes de Barbaries, & peu d’endroits de l’Amérique, défrichés & cultivés par les Européens, comme la nouvelle France, la nouvelle Angleterre, & l’Acadie, qui produisent du blé. Les autres parties du monde ont en place le maïs & le riz ».

60Ce sont naturellement surtout en réalité des plantes autochtones qui sont valorisées, et l’on ne peut s’empêcher de citer in extenso à titre d’illustration l’une d’entre elles particulièrement plaisante dans sa définition. Il s’agit de l’Evonimoide, un « [a]rbrisseau très flexible du Canada, & très commun aux environs de Québec ; il s’élève considérablement, par le secours des arbres voisins autour desquels il s’entortille tantôt de droite à gauche, & tantôt de gauche à droite. Quoiqu’il soit dépourvu de mains & de vrilles, il embrasse. » Cette dernière réflexion sonne presque à la manière d’un poème philosophique !

61Dans le même esprit émouvant, se mêlant cette fois-ci au prestige de l’histoire, doit être cité l’« Arbre de vie », forcément apprécié, puisqu’« on apporta cet arbre de Canada en France au roi François I. Ses feuilles sont résolutives, dessicatives, carminatives, sudorifiques ; son bois est détersif, sudorifique, propre pour résister aux venins, aux maux des yeux ou des oreilles, étant pris en poudre ou en infusion. » Heureux homme que François Ier bénéficiaire de cette panacée et à qui on a offert décidément bien des arbres du Nouveau Monde. Ainsi en est-il aussi du thuya : « Cet arbre vient originairement du Canada, d’où le premier qu’on ait vu en Europe fut apporté à François I. On ne le cultive cependant que dans les jardins de quelques curieux, & on peut lui donner, comme à l’if, telle figure qu’on désire. »

62Avec la sarsepareille (salsepareille, aujourd’hui), ainsi dénommée « parce qu’elle a presque la figure & les vertus de la véritable », s’introduit la notion de variante par rapport à la plante européenne. Ces distinctions qui touchent à la désignation de la plante concerneront plus spécifiquement les arbres. Ils sont nombreux en effet les arbres existant en Europe, mais dont la variété canadienne est mise en avant, en tenant compte de l’impression forte que les forêts d’Amérique du Nord produisaient chez les Français, une impression encore ressentie par Chateaubriand. Sont ainsi à lister le mélèze de Canada, le merisier, le noyer, l’obier de Canada, le peuplier de Canada, le pin rouge de Canada, le petit pin rouge de Canada, le pin gris ou pin cornu de Canada, le pin blanc qu’on trouve dans « le Canada, la nouvelle Angleterre, & autres pays de l’Amérique septentrionale », enfin le prunier de Canada. Dans un autre registre, se distinguent la vigne de Canada évoquée dans l’article consacré aux parasites, la sabine dont on signale la présence au Canada, la ronce de Canada au « fruit noir […] fort gros ». Quant à l’épinette de Canada, « c’est une sorte d’épice », et « le sassafras veut une terre meuble & fort humide, telle qu’elle se trouve ordinairement dans le Canada, au pays des Iroquois, où il y a beaucoup de ces arbres ». Le sumac de Canada se repère aussi par sa plus grande taille. Quant à l’érable, c’est en définitive dans l’article végétation qu’il bénéficie des meilleurs commentaires : ainsi, la sève qui « découle au printemps par les incisions profondes que l’on fait aux érables blancs du Canada, quoiqu’elle paroisse semblable à de l’eau la plus pure & la mieux filtrée, contient néanmoins un quarantième de vrai sucre ».

63Au tilleul de Canada, on doit une remarque intéressante quant au « royaume » que représente en effet aux yeux des Français la « nouvelle France » : « C’est la plus belle espèce de ce genre d’arbre qui soit actuellement dans ce royaume », s’exclame le lexicographe. Pour le platane, « qui parvient à une hauteur & à une grosseur prodigieuse » « dans la plupart des colonies angloises & dans la partie méridionale du Canada », on ajoute « qu’en Canada on emploie avec succès aux ouvrages de charronnage le bois de platane d’occident ».

64On s’en voudrait, au terme de ce voyage biologique qui ressemble à une forêt, de ne pas citer en sous-bois les fougères et notamment « l’adiante de Montpellier », bel et bien déjà au masculin, et « celui de Canada » puisqu’il s’agit de « plantes capillaires », avec ce commentaire admiratif : « L’Amérique est féconde en plantes capillaires, & tous les Botanistes savent que le P. Plumier en a fait une excellente. » Avis aux amateurs…

6510 Ce sont ensuite les produits alimentaires qui offrent l’occasion d’évoquer l’Amérique septentrionale. Avec par exemple la batate (à l’origine du mot patate), le topinambour ou la pomme de terre « du Canada », ou le sagamité, « espèce de mets dont se nourrissent les peuples du Canada », un mets « fait avec du blé d’Inde que les femmes cultivent, & qu’elles broyent avec des pierres ».

66En termes de boissons, c’est la sapinette qui s’impose, « espèce de liqueur ou de bière en usage dans le Canada » et qui attire l’attention au point d’être décrite dans sa recette même. Les encyclopédistes précisent ainsi tout d’abord que « cette liqueur est brune ou jaunâtre comme de la bière », ensuite qu’« elle est fort agréable pour ceux qui y sont accoutumés, au point que quelques particuliers qui avoient vécu en Canada, en ont fait venir en Europe ». Enfin, elle passe « pour un très bon remède dans les affections scorbutiques ». Et l’auteur de suggérer alors « qu’on pourrait l’imiter dans nos pays où elle pourroit être d’une grande ressource dans les temps où la disette des grains rend la bière ordinaire trop chère pour les pauvres gens ».

67Quant au sucre d’érable, la critique tombe drue : « Il y a lieu de croire, que si on le préparoit avec plus de soin que ne font les sauvages & les François du Canada, on pourroit tirer de ce sucre d’érable un plus grand parti qu’on ne fait, & on le perfectionnerait considérablement. »

6811 Concernant la production de médicaments, on ne manque pas de signaler aux côtés du capillaire de Canada, le baume blanc de Canada, dont on fait un grand usage. Tiré de la « sapinette du Canada », il s’agit en fait d’« une térébenthine qui est d’une odeur & d’un goût plus agréables que la térébenthine ordinaire, & comme on donne de beaux noms à toutes drogues, on appelle communément cette térébenthine baume du Canada ». Voilà l’occasion de mettre en relief combien le Canada est synonyme d’exotisme, de fraîcheur et somme toute de santé.

6912 En ce qui concerne « les pelleteries », il est rappelé dans l’article consacré à l’Acadie qu’il faut prendre en compte « le castor, la loutre, le loup-cervier, le renard, l’élan, le loup marin, & autres que fournit le Canada », toujours assimilé en permanence à une vaste entité de l’Amérique septentrionale. On rappelle au reste dans l’article pelleterie combien les plus belles « viennent des pays froids, particulièrement de Laponie, de Moscovie, de Suède, de Danemarck & de Canada ». Elles sont forcément l’objet d’un troc, et du même coup la définition du verbe troquer et de l’expression faire un troc entraîne la mention d’une variante significative de l’attention portée à la langue française d’outre-Atlantique : « Dans la nouvelle France, on dit faire la troque. » Au demeurant à l’article troque, on souligne bien qu’il s’agit d’un « terme de commerce qui n’est guère en usage que dans les colonies françoises du Canada », en prenant soin d’y ajouter un exemple concret : « Aller faire la troque avec les habitants de Québec, de Mont-Réal, & c., c’est porter des marchandises d’Europe pour échanger avec les pelleteries & autres choses qu’on tire. »

70Ce commerce implique nécessairement des points de rencontre, en l’occurrence l’habitation qui signifie « quelquefois un établissement passager, que des habitants de colonies déjà bien établies, comme celle de Québec, vont faire chez les nations amies des François pour le commerce des Pelleteries ». La précision sémantique est de rigueur : « Quand le séjour n’est pas long chez ces sauvages, on donne simplement au voyage le nom de course ; mais on l’appelle habitation quand on y demeure plusieurs années. » On définit également, pour être complet, ce que représente la traite dans ce contexte : « On appelle ainsi en Canada le négoce que les François font avec les sauvages, de leurs castors & autres pelleteries » et du même coup traiter des castors, c’est pratiquer « en Canada » le commerce « des castors ». La traite n’est pas de tout repos, la vigilance est de mise ; comme on l’a déjà évoqué, il faut souvent « traiter à la pique avec les sauvages », c’est-à-dire « faire commerce avec ces nations en se tenant sur ses gardes », la pique à la main en cas d’agression. Les encyclopédistes ne négligent pas comme on le constate les précisions sémantiques et, par exemple, ils ne manquent pas aussi de souligner que si en Louisiane le traiteur correspond aux « habitants françois qui vont faire la traite avec les Sauvages » pour « leur porter jusque dans leurs habitations, des marchandises qu’ils échangent contre des pelleteries », en revanche « on les nomme en Canada, coureur des bois ». Permettons-nous une remarque métalexicographique : l’Encyclopédie est rarement consultée pour bénéficier d’une bonne description de l’usage de la langue française, or on constate ici combien l’Encyclopédie est utile pour percevoir les différents usages des mots de la famille de « traiter ».

7113 Sans aucun doute, la découverte de la « nouvelle France », du « Canada », a représenté pour les Français la découverte d’une région du monde recouverte de neige une grande partie de l’année. Aussi les techniques de déplacement dans la neige ont-elles fait l’objet d’étonnement pour l’Européen, et l’usage des raquettes a visiblement intrigué les encyclopédistes. C’est ainsi sur le mode de la comparaison qu’ils affirment que « ce que nous nommons patins des Lapons, s’appelle raquette au Canada ». De la même manière, décrire le mastou, qui permet de marcher sur des fonds vaseux, donne l’occasion de signaler qu’« on affermit cette machine sous le pied avec une courroie de cuir ou de corde, à peu-près comme les sauvages du Canada attachent sous leurs pieds leurs raquettes pour aller sur la neige ». La raquette bénéficie au reste d’une définition appropriée : « sorte de chaussure dont on se sert en Canada pour marcher sur la neige ». Et cela, à partir d’un témoignage précis, celui qu’apporte « le P. de Charlevoix (Journal d’un voyage d’Amérique, lettre 14) », déclarant qu’elles « ont environ trois pieds de long, & quinze ou seize pouces dans leur plus grande largeur. Leur figure est ovale… ».

72Quant au déplacement par voie fluviale, il suscite l’évocation des portages, c’est-à-dire « dans certains fleuves de l’Amérique, les endroits où, à cause des chutes d’eau, il faut porter le canot jusqu’à un autre endroit où la rivière est navigable ». « De là, jusqu’à Québec, il y a tant de portages… », s’exclament les encyclopédistes au moment de forger un exemple. L’article est pour le moins sémantiquement riche : on y précise ainsi que le portage définit aussi le trajet que « sont obligés de faire à pied », « les coureurs des bois, & ceux des habitants de la nouvelle France à qui on accorde la traite avec les sauvages », « trajet qu’ils font ordinairement avec des canots ou petits bateaux sur les rivières & étangs, aux bords desquels se trouvent les habitations de ces sauvages ».

73Nul doute, l’Encyclopédie est bien, comme on peut le constater à travers toutes ces rubriques, un lieu privilégié pour prendre la mesure des différentes représentations de la Nouvelle-France aux yeux des Français. « Colonie », « Royaume », qu’on assimile souvent à cette sorte d’hyperonyme que constitue le mot « Canada », la « nouvelle France » reste un sujet de vif intérêt et de questionnement en termes notamment de climat et de contact avec des populations dites « sauvages », ces dernières populations étant considérées avec un étonnement mâtiné d’une certaine fascination, comme en témoigne l’article consacré aux « canadiens ». Très étonnamment pour le Français du XXIe siècle et encore davantage pour les descendants contemporains de la Nouvelle-France, le contexte politique n’est pas au XVIIIe siècle ressenti comme essentiel : en même temps que le Canada dans son ensemble est perçu de manière chaleureuse, tout se passe comme si les conflits et les prises de territoire y correspondant étaient secondaires par rapport à l’intérêt d’abord géographique et ethnologique représenté par cette partie de l’Amérique septentrionale. En vérité, les capillaires et la pelleterie de Nouvelle-France ne paraissaient sans doute pas des enjeux suffisants pour la métropole égocentriquement orientée vers des commerces plus juteux financièrement, tels que celui des épices, celui de l’or et des pierres précieuses par exemple. La France métropolitaine n’a pas su comprendre qu’au-delà des « arpents de neige », une formidable communauté riche d’avenir était en train de naître.

EN GUISE DE CONCLUSION : LE DICTION (N) AIRE CRITIQUE DE FÉRAUD ET UN DICTIONNAIRE « POUR JEUNES PERSONNES »

74C’est avec le Diction (n) aire critique de la langue française de l’abbé Féraud, dictionnaire paru en 1787 juste avant la Révolution française, que peut se conclure ce périple. On y retrouvera en effet ce par quoi nous avions souhaité introduire le sujet : les capillaires… Aucun doute, un siècle plus tard, Féraud l’affirme encore sans hésiter tout en adoptant son orthographe réformée : « Les bons capillaires viènent de Canada, de Montpellier. » On remarquera avec amusement que le capillaire du Canada passe désormais en tête avant celui de Montpellier.

75Si le mot France est absent de la nomenclature, dictionnaire de langue oblige, on reste déçu de ne pas voir figurer la « nouvelle France » dans l’article consacré à l’adjectif nouveau, d’autant plus que pour l’article monde, figure bien le Nouveau Monde, sobrement défini par « Amérique ». Pas un mot donc sur la nouvelle France, ou Nouvelle-France : décidément, on méritait bien une Révolution !

76Aux côtés du capillaire du Canada, s’installait au cours du XVIIIe siècle une nouvelle spécialité née des voyages maritimes qui n’ont cessé de favoriser la construction de grands voiliers. En l’occurrence et en suivant en cela la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1765), Féraud fait effectivement état d’une nouvelle spécialité, la mâture, dans son sens second, c’est-à-dire celui de « bois propre à faire des mâts » et il rend hommage alors à la « Mâture de Norvège », et celle « de Canada ». L’Académie française le clamait déjà haut et fort en sa quatrième édition, à travers un exemple : « Faire venir de la mâture de Canada. » D’une certaine manière, le Canada ne cessait d’avoir le vent en poupe…

77Il resterait à essayer de répondre aux interrogations grammaticales posées dès l’introduction, quant à la manière par exemple d’introduire syntaxiquement le Canada en tant que lieu d’origine. Il se trouve que Féraud, en « critique » de la langue, va sentir le besoin de l’évoquer au détour des explications qu’il propose pour l’usage de la préposition en, explications qui intègrent justement le Canada. « Les noms de Royaume qui prènent [prennent] l’article sont la Chine, le Japon, le Pérou, le Mexique, le Canada, etc., et presque tous les pays du Nouveau-Monde. » Et Féraud de poursuivre en se montrant encore à l’écoute des propositions des spécialistes : « On dit, aller à la Chine, et non pas en Chine, au Japon, au Pérou, etc. Le P. Bouhours excepte le Canada : l’on dit, aller en Canada : mais on dit certainement, au Maine, au Perche. »

78Quant à l’hésitation entre « de Canada » et « du Canada », elle est en vérité tranchée sans explication autre que l’observation de l’usage par les lexicographes. On se souvient en effet des raquettes, utilisées par « les Sauvages de Canada », évoquées dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française. Féraud, moderne s’il en est dans son observation de la langue française, n’hésite plus : la raquette correspond cette fois-ci au « nom qu’on a don[n]é à une machine, que les Sauvages du Canada at[t]achent à leurs pieds pour marcher plus com[m]odément sur la neige ». L’usage l’a suivi pour la préposition, quant à l’orthographe simplifiée qu’il utilise, trois siècles plus tard elle fait encore débat, ce qui somme toute fait de la question orthographique pour ainsi dire une « exception culturelle française… ». Et l’Amérique francophone septentrionale n’échappe pas à cette préoccupation.

79On conclura sur un texte peu connu, celui de l’article réservé au Canada dans le Dictionnaire de la conversation, à l’usage des dames et des jeunes personnes, complément nécessaire de toute bonne éducation, paru en 1841, sous la direction de W. Duckett. L’ouvrage et son titre valent à eux seuls le témoignage des conceptions machistes de l’époque, puisque l’ouvrage correspondait en fait à la version adaptée du Dictionnaire de la conversation et de la lecture du même W. Duckett, dictionnaire dont la deuxième édition venait aussi de paraître en 1841 et dont on pourrait donc presque dire qu’il était destiné aux hommes. De fait, lire ce qui est supposé édulcoré pour les dames et les jeunes personnes en devient d’autant plus intéressant. Ainsi, après avoir d’abord présenté l’histoire des premières découvertes, vient la fondation de Québec :

Plus tard Samuel de Champlain visita aussi le pays, et jeta en 1608 les fondements de Québec. En 1647 une compagnie fut créée pour accroître la colonie ; mais elle fut bientôt attaquée par les Anglais, qui renouvelèrent plusieurs fois leurs tentatives pour s’en emparer ; enfin en 1759 leurs efforts furent couronnés d’un plein succès. Le traité de Paris de 1763 reconnut cette violation du droit des nations, et enleva à la France une de ses plus belles possessions, celle où tout encore rappelle nos mœurs, nos usages, notre langue. La tentative que les Canadiens ont faite dans ces dernières années pour se soustraire au joug anglais a cruellement échoué.

80Enfin, se manifestait là, dans ce dictionnaire, le regret de la perte de la Nouvelle-France. Se poursuit alors la description du Canada dans sa situation divisée :

Le pays appelé dans l’origine Nouvelle France a été divisé, par un acte du parlement britannique de 1791 en deux parties ou provinces : le haut et le bas Canada. […] Le commerce s’y est considérablement accru depuis une trentaine d’années, et la population a augmenté dans la même proportion. En 1763 elle ne s’élevait pas à 80 000 habitants, à la fin de 1834 on l’évaluait à 885 464. L’instruction y est peu répandue ; cependant, depuis 1814, chaque paroisse a son école. Les Canadiens français ont conservé la religion catholique ; les Canadiens anglais sont anglicans.

81Voilà donc, à propos de la nouvelle France et du Canada, le « complément nécessaire de toute bonne éducation » pour une « jeune personne » de la première moitié du XIXe siècle. Le constat s’impose, le propos devient politique et la « nouvelle France » bénéficie désormais d’une nouvelle perception : celle du regret sensible de ne pas avoir été attentif suffisamment à temps à nos cousins de Nouvelle-France. En témoigne de manière émouvante l’illustration qui accompagne l’article et ainsi légendée : « Paysans français du Canada ». On ne pouvait mieux signifier, dans un dictionnaire ne comportant que peu d’illustrations, l’envie forte d’enraciner dans les cœurs des « jeunes personnes » françaises la filiation existante avec les francophones de l’Amérique du Nord.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographie

Pruvost, Jean (2007), Les Dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture, Paris, Ophrys, coll. « L’Essentiel ».

Dictionnaires

1571, Épithètes françois, Maurice De La Porte.

1680, Dictionnaire françois, 2 vol., Pierre Richelet.

1690, Diction (n) aire universel, 3 vol., Antoine Furetière.

1694, Dictionnaire de l’Académie françoise, 2 vol., Première édition.

1718, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Philibert Joseph Leroux.

1732, Grand Dictionnaire géographique historique et critique, 6 vol., André Bruzen de La Martinière.

1732, Dictionnaire universel français et latin vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, 3e édition, 5 vol.

1751-1772, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences et des Arts, 33 vol., Diderot et D’Alembert.

1787, Diction (n) aire critique de la langue française, 2 vol., Gabriel Féraud.

1841, Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 2e édition, 14 vol. W. Duckett.

1841, Dictionnaire de la conversation à l’usage des dames et des jeunes personnes, complément nécessaire de toute bonne éducation, 10 vol., W. Duckett.

Auteur

Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, en France, et dirige un laboratoire du CNRS, Métadif (LDI), consacré aux dictionnaires. Il organise chaque année la Journée des dictionnaires, rendez-vous international des lexicologues et lexicographes. Auteur de plus de 300 publications dont deux Que sais-je ? et Les dictionnaire français, outils d’une langue et d’une culture (Ophrys), il a obtenu en 2000 le Prix international de linguistique Logos pour Dictionnaires et nouvelles technologies (PUF). Il dirige et rédige des dictionnaires chez Bordas et vient notamment de publier un Dictionnaire de citations. Membre de l’Institut de langue française et de divers comités de rédaction de revues internationales, rédacteur en chef des Études de linguistique appliquée (Didier Érudition), il a dirigé des collections érudites avec B. Quemada aux éditions H. Champion et codirigé les Cahiers de lexicologie. Il est responsable sur le site Métadif d’une revue scientifique de haut niveau portant sur les mots et dictionnaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540