Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Les dictionnaires dans les bibliothèques de la Nouvelle-France

Marcel Lajeunesse

Texte intégral

1L’histoire du livre en Nouvelle-France démontre des traits bien particuliers. Cette petite colonie n’a connu, tout au long de son appartenance à la Couronne de France, de 1608 à 1760, ni imprimerie, ni journal, ni librairie. De plus, sa population, faiblement alphabétisée, est demeurée modeste : 100 habitants en 1627, 270 en 1640, 3000 en 1663 quand elle devient colonie royale, 18 000 en 1713 lors du traité d’Utrecht (quand les Treize colonies du Sud en comptaient 350 000) et environ 65 000 en 1760 lors de la Conquête quand ces mêmes colonies américaines en avaient déjà 1 500 000. De 1675 à 1760, la portion urbaine est estimée à 20-25 % de la population. En 1760, Québec, la capitale, et Mont réal ont 7000 habitants chacune.

LE LIVRE EN NOUVELLE-FRANCE

2La fondation d’un pays nouveau n’est pas le terreau idéal pour développer une culture du livre et de l’esprit. Les premiers occupants doivent affronter les défis de la nature et les impératifs de la colonisation. Il n’en demeure pas moins que les explorateurs et les premiers immigrants français en sol d’Amérique appartenaient à un pays où la culture du livre était développée. Le découvreur du Canada, le Malouin Jacques Cartier, fit paraître en Europe le récit de ses trois voyages (1534, 1535-1536, 1541-1542), et celui-ci eut par la suite des traductions anglaises et italiennes. De même, il importait au fondateur de Québec, Samuel de Champlain, de faire connaître, par la publication de trois ouvrages, ses voyages canadiens effectués de 1603 à 1629. De leur côté, les jésuites, relayant les récollets, publièrent de 1632 à 1673, chez le grand imprimeur français Sébastien Cramoisy, leurs Relations annuelles à leurs supérieurs de France ; celles-ci eurent un grand retentissement dans cette France de la contre-réforme en éveillant les intérêts des classes dirigeantes pour ces missions lointaines, en amenant les ursulines et les hospitalières à Québec et en préparant le développement de Mont réal par la Société de Mont réal et la Compagnie de Saint-Sulpice.

3En 1661, le jeune roi Louis XIV et son ministre Colbert conseillent à Pierre Boucher, délégué en France pour plaider la cause de ses compatriotes de la colonie naissante auprès de la Cour, d’écrire un livre pour faire connaître son message : ce livre sera l’Histoire véritable et naturelle des mœurs et productions du pays de la Nouvelle-France vulgairement dite le Canada publiée à Paris chez Florentin Lambert en 1664. Au siècle suivant, le jésuite François-Xavier de Charlevoix publie à Paris en 1744 chez Pierre-François Giffart un ouvrage marquant dans l’historiographie québécoise, Histoire et description de la Nouvelle-France. Cet ouvrage, rédigé après deux séjours en Amérique, qui en réalité constitue une réponse aux nombreux écrits du baron de La Hontan et une défense et illustration de l’œuvre missionnaire de son ordre, sera, pour un siècle, la seule véritable histoire du Canada (Lajeunesse, 2007).

4Les bibliothèques collectives développées en Nouvelle-France appartiennent à des établissements d’enseignement, tels le Collège des Jésuites et le Séminaire de Québec, à des institutions de santé comme l’Hôtel-Dieu de Québec, à des communautés religieuses, notamment les sulpiciens, implantés à Mont réal dès 1657 en tant que seigneurs et curés de cette ville, ou même à des organismes administratifs comme le Conseil supérieur dont le siège est à Québec. Il faut noter que la ville de Québec, en tant que capitale coloniale, est à la fois la plaque tournante du commerce français en Amérique du Nord et le siège de l’administration militaire (gouverneur), civile (intendant), religieuse (évêque), éducative (Collège des Jésuites et Séminaire de Québec). Son caractère implique une large circulation de l’imprimé, mais cet accès à l’imprimé était encore réservé à une élite. En 1680, dans la paroisse Notre-Dame de Québec, 61 % des hommes et 39 % des femmes peuvent signer leur acte de mariage ; en 1720, c’est le fait de 46 % des hommes et 39 % des femmes, et 50 % des hommes et 36 % des femmes en 1755 (Melançon, 1993).

5Parallèlement à ces bibliothèques collectives, une élite lettrée constituée d’une noblesse de robe (administrateurs coloniaux, intendants, procureurs au Conseil supérieur), du clergé (évêque et curés), d’une bourgeoisie du négoce et d’un certain nombre de seigneurs, importe des livres de France, se dote de bibliothèques personnelles ou arrive en Nouvelle-France avec sa propre collection de livres. L’absence d’imprimerie, donc de production locale, oblige pour se procurer des livres à se tourner nécessairement vers les maisons européennes, surtout vers la métropole. De plus, il faut compter avec l’hiver qui suspend quasiment pour la moitié de l’année les relations entre la métropole et la colonie. Tout au long de la colonisation française, le livre sera en Nouvelle-France un produit rare et cher.

6Au cours de la colonisation française, aucun commerce n’existe entre la Nouvelle-France et les colonies britanniques plus populeuses et plus riches du Sud. De plus, des obstacles de tous ordres, linguistiques, culturels, économiques, politiques, religieux font en sorte que l’imprimerie et le marché du livre qui sont florissants dans les Treize colonies américaines ne contribuent d’aucune façon à l’approvisionnement de la Nouvelle-France en imprimés. Pour se procurer des livres dans la colonie française, les deux sources principales d’approvisionnement seront donc l’achat chez les fournisseurs européens, surtout français, et la vente de livres ou de bibliothèques à la suite de décès ou de départs d’administrateurs coloniaux vers la métropole (Fleming, Gallichan et Lamonde, 2004). Il ne faut donc pas se surprendre si le même ouvrage, le même dictionnaire, se retrouve successivement dans deux ou trois bibliothèques différentes, ou si certains ouvrages se retrouvent encore aujourd’hui dans certaines bibliothèques du Québec : les livres du dernier évêque de Québec sous le Régime français, Mgr de Pontbriand, sont allés enrichir la bibliothèque des sulpiciens montréalais. L’intendant Gilles Hocquart avait laissé lors de son départ en France en 1748 une partie de ses livres aux sulpiciens, et c’est pourquoi on retrouve à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, héritière de la Bibliothèque Saint-Sulpice, notamment le Dictionnaire universel de commerce, édition de 1748, de Jacques Savary des Bruslons et le Dictionnaire royal anglais et français d’Abel Boyer, édition de 1727. La vente de la riche bibliothèque de Louis-Guillaume Verrier enrichit les bibliothèques de nombreux bibliophiles dont l’inventaire de 1758 nous fournit les noms.

DE QUELQUES BIBLIOTHÈQUES EN NOUVELLE-FRANCE

7À partir de 1632, les jésuites créèrent une bibliothèque à Québec pour le collège qu’ils y établirent en 1635 et pour leur œuvre missionnaire en Amérique du Nord. Cette bibliothèque, connue comme « la première bibliothèque canadienne », dont on ne cesse de reconstituer les collections, a rassemblé quelques milliers de volumes en théologie, en philosophie, en droit, en médecine et en pharmacopée, en hydrographie, en architecture, en lettres, en sciences exactes et naturelles. Cette bibliothèque encyclopédique fut dispersée à la Conquête à la suite de la fermeture du Collège, le bâtiment étant réquisitionné par l’armée britannique dans la décennie 1760. De plus, la Compagnie de Jésus est abolie par le pape en 1773 et le dernier jésuite de Québec, le père Casot, est décédé en 1800 (Beaulieu, 1972). Le Séminaire de Québec, qui était, sous le Régime français, une école de théologie et une résidence pour les étudiants du Collège des Jésuites qui voulaient se faire prêtres, prit la relève du Collège des Jésuites en tant qu’établissement d’enseignement secondaire classique. Le Séminaire de Québec qui se dota d’une bibliothèque à partir de 1680 hérita après la Conquête d’un certain nombre de livres des jésuites. Un catalogue de cette bibliothèque fut dressé en 1782 par l’abbé Arnaud-Germain Dudevant. On y retrouve 2121 titres, rassemblant 4883 volumes, acquis pour la très grande majorité avant la Conquête. Cette bibliothèque était, par son contenu diversifié, parfaitement adaptée à la fonction de l’institution, maison de formation ecclésiastique et collège d’humanités (Laurent, 1973). À Québec, les augustines de l’Hôtel-Dieu se dotèrent d’une bibliothèque dès le XVIIe siècle ; la plus grande part des collections, provenant surtout de dons, a disparu lors de l’incendie de 1755 qui a détruit et le monastère et l’hôpital. Le fonds ancien a été reconstitué après la Conquête (Fournier, 1983).

8Pour leur part, les sulpiciens furent tout au long du Régime français d’importants importateurs de livres français pour doter la bibliothèque de leur séminaire de Mont réal ; il faut dire que la large culture et les moyens financiers de plusieurs de leurs supérieurs, de Gabriel de Queylus, François Dollier de Casson, François Vachon de Belmont à Étienne Montgolfier, contribuèrent grandement à ces acquisitions de livres. Les archives des prêtres de Saint-Sulpice possèdent un catalogue manuscrit rédigé vers 1780 de la main du supérieur Montgolfier (Prêtres de Saint-Sulpice, Catalogue des livres du séminaire de montréal, 111 p.), qui révèle les richesses de cette bibliothèque constituée essentiellement sous le Régime français. Dans l’exercice de la justice en Nouvelle-France, le Conseil supérieur de Québec fut notre premier petit Parlement et notre première cour de justice. Sous l’impulsion de l’intendant François de Beauharnois au début du XVIIIe siècle, ce Conseil a constitué la première bibliothèque de collectivité laïque avant 1760 (Melançon, 2005).

9À côté de ces bibliothèques collectives qui desservaient des clientèles particulières, des individus rassemblaient des livres, se dotaient de bibliothèques. Pour les administrateurs coloniaux, tels les intendants, les procureurs généraux du Conseil supérieur, pour les ecclésiastiques, le livre faisait partie de leur environnement, de leurs outils de travail, de leurs moyens de réflexion et de culture. Le contenu de leurs collections nous est connu principalement par les inventaires après décès ; ceux-ci sont parfois explicites en nous procurant la liste détaillée des volumes ; d’autres, par contre, nous fournissent uniquement le nombre total de volumes faisant partie de la succession. Citons quelques exemples. Louis Rouer de Villeray, premier conseiller au Conseil supérieur, laisse à son décès, en 1700, 34 titres en 42 volumes de droit, de religion et de littérature qui lui appartenaient en propre. Michel Sarrazin, médecin, naturaliste et membre du Conseil supérieur, possède à son décès, en 1734, une bibliothèque d’environ 200 volumes qui lui servait d’instrument de recherche. Dans la bibliothèque d’un autre conseiller au Conseil supérieur, Joseph-Étienne Nouchet (1690-1750), on trouve au milieu du XVIIIe siècle 226 volumes de droit, d’administration, d’histoire, de littérature et de religion, dont les 8 volumes du Dictionnaire de Trévoux et les 10 volumes du Dictionnaire historique de Moreri. Deux administrateurs ayant fait carrière en Nouvelle-France se démarquent nettement de leurs contemporains par l’ampleur de leur bibliothèque et leur réputation de bibliophiles. D’abord, François-Étienne Cugnet, arrivé au Canada en 1719 comme directeur du Domaine d’Occident et qui développa les Forges du Saint-Maurice, laissait à son décès, en 1751, une bibliothèque de 1250 volumes aux champs d’intérêt très larges, ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles, rassemblant les auteurs marquants de cette période, des livres d’astronomie, d’agriculture, de jardinage, de droit, des dictionnaires, le Journal des Sçavans ; en somme, la bibliothèque d’un Français lettré du XVIIIe siècle (Nish, 1975). De son côté, Louis-Guillaume Verrier, avocat-procureur au Conseil supérieur, professeur de droit, érudit et bibliophile, a bâti la plus importante bibliothèque personnelle de la Nouvelle-France, plus de 1000 titres et 3000 volumes (dont plus de 30 dictionnaires), laquelle reflétait fortement ses intérêts pour le droit et la jurisprudence (Vachon, 1974).

10Issus de la noblesse de robe ou avocats au Parlement de Paris, les intendants qui se sont succédé en Nouvelle-France possédaient leur propre bibliothèque. Le plus connu de ces bibliophiles est sans conteste Claude-Thomas Dupuy, en poste de 1725 à 1728 ; sa bibliothèque encyclopédique de 1045 volumes montre, en plus de l’importance des livres de droit et de la Bible, les intérêts prononcés de l’intendant pour la physique, la mécanique et tous les secteurs des sciences. La bibliothèque de Dupuy se compare indéniablement à celles qu’on trouve chez les magistrats parisiens à la même époque, les forts intérêts scientifiques en plus. D’autres intendants laissèrent aussi des livres, notamment Jacques de Meulles, intendant de 1682 à 1686 (140 volumes), François de Beauharnois, de 1702 à 1705 (205 volumes), les Raudot père et fils, de 1705 à 1711 (85 volumes pour l’un et 2000 volumes pour l’autre), Michel Bégon, nommé en 1710 et qui arriva au pays en 1712 pour y demeurer jusqu’en 1726 (230 volumes) et Gilles Hocquart, intendant de 1729 à 1748 (545 volumes). Pour eux, les livres faisaient véritablement partie de leur univers intellectuel et leur servaient d’instruments de travail (Dubé, 1969 ; 1984).

11Les clercs, qui faisaient aussi partie des lettrés de la colonie, se constituaient des bibliothèques pour leur usage personnel ou pour en faire profiter leurs paroissiens. On connaît bien le cas des deux fils prêtres du seigneur Pierre Boucher, Nicolas, curé de Saint-Jean de l’Île d’Orléans qui laissa 127 livres (œuvres religieuses et littéraires, dictionnaires) et Philippe, curé de la Pointe-Lévy, près de Québec, dont la bibliothèque de plus de 500 volumes servait pour le prêt à ses paroissiens (Olivier, 1983). Le curé de Québec à la fin du Régime français, Bernard-Sylvestre Dosque, possédait 330 volumes de matières ecclésiastiques, les œuvres de saint Thomas d’Aquin, de Bossuet, de saint Ignace, de saint François de Sales, de même que les 8 volumes du Dictionnaire historique de Moreri (édition de 1740). Dans le premier quart du XVIIIe siècle, le deuxième évêque de Québec, Mgr de Saint-Vallier, avait apporté de France sa bibliothèque personnelle de 300 volumes. Pour leur part, les bibliothèques des seigneurs, lesquels étaient en ce coin d’Amérique plus des agents de colonisation que des aristocrates d’Ancien Régime, étaient très modestes ; si quelques-uns sont devenus riches, c’est moins comme seigneurs qu’en tant que marchands. De 1670 à 1764, 38 % des inventaires après décès de ceux-ci, soit 96 actes sur 251, font mention de livres, et la moyenne de livres possédés n’est que de 17 volumes ; une seule bibliothèque, celle du seigneur Charles Aubert de La Chesnaye, dépassait 100 volumes (130), et près de la moitié des livres possédés par les seigneurs étaient des livres religieux (Robert, 2000).

12En somme, il est très difficile d’évaluer avec précision le nombre de livres ayant circulé en Nouvelle-France. Nous en sommes encore à l’affirmation du polygraphe Benjamin Sulte qui avait avancé, au cours du premier quart du XXe siècle, le chiffre d’environ 60 000 volumes pour une population qui avoisinait 65 000 habitants. C’est le chiffre qu’a repris Drolet (1965) dans son histoire des bibliothèques canadiennes.

LES DICTIONNAIRES DANS LES BIBLIOTHÈQUES CANADIENNES

13Le dictionnaire, « ce répertoire des mots […] aussi un inventaire plus ou moins ordonné des connaissances humaines » (Quemada, 1967), « ce recueil des mots d’une langue, des termes d’une science, d’un art, rangés par ordre alphabétique ou autre » (Matoré, 1968), est le produit de l’invention de l’imprimerie et du développement de l’érudition à la Renaissance. Il ne faut donc pas se surprendre si, au XVIe siècle, ce sont les grands imprimeurs humanistes qui ont suscité et publié, quand ils ne les ont pas rédigés eux-mêmes, les premiers dictionnaires bilingues ou plurilingues dans lesquels le latin ou le grec occupe une grande place.

14Pour la période qui nous intéresse particulièrement (les XVIIe et XVIIIe siècles), les dictionnaires sont importants pour la compréhension de la vie littéraire. Maurice Lemire l’a bien montré dans l’introduction de sa grande fresque de l’évolution de la littérature au Québec :

Une des premières voies à emprunter pour avoir un aperçu de ce qu’est la littérature à une époque donnée conduit à interroger les contemporains eux-mêmes sur le sujet. Les dictionnaires fournissent habituellement le recours le plus commode pour obtenir ce genre de réponses : au XVIIIe siècle, ils ne font pas défaut. Les dictionnaires de Samuel Johnson, de l’Académie française, d’Antoine Furetière, de Trévoux, et l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert présentent sur le sujet une perspective qui n’est plus celle d’aujourd’hui. Littérature et lettres sont des quasi-synonymes et couvrent un champ sémantique beaucoup plus étendu que dans l’usage moderne, car il inclut toute forme d’écrits savants. (Lemire, 1991, p. 16)

15Nous pouvons recenser de nombreux dictionnaires dans les bibliothèques de la Nouvelle-France : le XVIe siècle est peu représenté en ce qui concerne les dictionnaires plurilingues, tandis que les XVIIe et XVIIIe siècles présentent, quant à eux, un bel échantillon tant de dictionnaires de langue que de dictionnaires de divers domaines ou spécialités. Quelques bibliothèques personnelles se distinguent. La bibliothèque de Louis-Guillaume Verrier comptait 32 dictionnaires, imitée en cela par Fournerie de Vézon, qui en possédait 22, et François-Étienne Cugnet, 14. Antonio Drolet a pu écrire de Verrier et de Vézon que « tous les deux avaient, il semblerait, appris et retenu qu’un bon dictionnaire vaut plusieurs ouvrages et quelquefois toute une bibliothèque » (1965, p. 54).

Les dictionnaires de langue

16Répertorier l’ensemble des dictionnaires qui se sont retrouvés dans les bibliothèques collectives et personnelles de la Nouvelle-France n’est pas tâche facile. Beaucoup de mentions de dictionnaires ne sont pas très explicites, et il est souvent impossible de les identifier. Par exemple, le catalogue de la bibliothèque du Séminaire de Québec mentionne, pour les dictionnaires de langue, 17 volumes de dictionnaires latin-français, 8 volumes de dictionnaires de latin, 5 volumes de dictionnaires plurilingues latin-français-grec, 4 volumes de dictionnaires anglais, 2 volumes de dictionnaires espagnol-français, 2 volumes de dictionnaires italien-français, un volume d’un dictionnaire français-allemand-italien, un volume d’un dictionnaire latin-allemand, un volume d’un dictionnaire anglais-français, un volume d’un dictionnaire de langue hollandaise (c’est l’appellation qu’on lui donne) et un volume de langue espagnole. Cette énumération des dictionnaires d’une seule bibliothèque du secteur de l’éducation montre à la fois la grande variété des dictionnaires possédés par cet établissement et l’imprécision de la description des dictionnaires eux-mêmes. Il en est souvent de même dans les inventaires après décès dressés par les notaires, qui, avec les catalogues de bibliothèques, sont la deuxième source importante d’information. On y indique souvent le nombre de dictionnaires ou le nombre de volumes des dictionnaires sans en préciser le titre. Parfois on indique dictionnaire français, dictionnaire latin ou d’une autre langue. C’est le cas notamment des inventaires après décès des seigneurs canadiens qui sont si elliptiques qu’on ne peut retenir que le Dictionnaire françaisbreton, publié à Paris en 1756, possédé par le seigneur Joseph Dubois-Berthelet de Beaucours, lequel avait, d’ailleurs, commencé sa carrière en Bretagne, dans la ville de Brest.

17C’est au Collège des Jésuites que l’on trouve, dans sa collection partiellement reconstituée, les plus anciens volumes pouvant être inclus dans les dictionnaires. Mentionnons l’in-folio de Robert Estienne (1503-1559) intitulé Dictionarium latinogallicum, postrema hac æditione valde locupletatum, publié à Paris en 1552 (1430 p.), le Lexicon græcolatinum. Ab Henrico Stefano constructi, quæ hactenus sub nomine Ioh., publié dans la ville suisse d’Yverdon en 1623, qui s’est retrouvé au Collège de Mont réal, le volume de Charles Estienne (1504-1564), Dictionarium historicum, geographicum, pœticum authore Carolo Stephano. Gentium, hominum, deorum, gentilium, regionum, locorum, ciuitatum, æquorum …, publié à Genève, chez Jacob Stœr en 1650 (2109, p. in-4) et le livre de George Viald, Thesaurus purioris atque elegantioris latinitatis ex uno quantum potuit Cicerone depromptus, publié à Rouen chez Jean de Manneville en 1656 (736 p.). Ces quatre volumes du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe siècle, qui faisaient partie de la section Belles-lettres de la bibliothèque du Collège des Jésuites, appartiennent en quelque sorte à la première génération des dictionnaires, celle des imprimeurs humanistes. Il faut ajouter que l’abbé Albert Davion, prêtre agrégé au Séminaire de Québec et missionnaire en Louisiane au cours du premier quart du XVIIIe siècle, possédait, dans sa bibliothèque, une édition publiée à Lyon en 1656 du Dictionarium de l’érudit italien Calepino, qui avait eu sa première édition à Reggio en 1502 et qui fut utilisée par Robert Estienne pour la production de ses dictionnaires (Maheux, 1940).

18La fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle ont constitué une période faste de production des grands dictionnaires de la langue française : qu’il suffise de penser à ceux de Richelet (1680), de Furetière (1690), de l’Académie française (1694), de Gilles Ménage (1694), de Thomas Corneille (1694) et de Trévoux (1704). Le premier de ces dictionnaires, intitulé Dictionnaire français contenant les mots et les choses, rédigé par Pierre Richelet en 1680, s’est retrouvé dans plusieurs bibliothèques de la Nouvelle-France. On peut attester sa présence dans les bibliothèques de Verrier, des Cugnet père et fils, de Michel Sarrazin, de l’officier Fournerie de Vézon, du gouverneur Vaudreuil, dans celle des prêtres de Saint-Sulpice. De son côté, le Dictionnaire universel d’Antoine Furetière, publié en Hollande en 1690, a été acquis par plusieurs bibliothèques, tant privées que d’institutions : Verrier dont l’appétit en dictionnaires et autres outils linguistiques est insatiable, l’intendant Dupuy, Cugnet fils, les sulpiciens, le Conseil supérieur ; de leur côté, les augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec l’ont acquis, après 1760, dans la reconstitution de leur bibliothèque. On ne peut identifier pendant le Régime français, avec certitude, qu’un seul possesseur du Dictionnaire de l’Académie française, le jurisconsulte Verrier, mais on ne peut affirmer s’il a acquis la deuxième édition de 1718 ou la troisième de 1740. Ce n’est qu’en 1786 que le Séminaire de Québec acquiert ce dictionnaire pour l’usage de l’abbé Edmund Burke, diplômé de l’Université de Paris et professeur de philosophie et de mathématiques au Séminaire (Baillargeon, 1981). Le Dictionnaire étymologique de Gilles Ménage se retrouve parmi les livres de Verrier, de Dupuy et du Séminaire de Québec. Seul Verrier avait dans sa bibliothèque le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille (1694) qui fait aussi partie, avec les précédents, des grands dictionnaires fondateurs (Pruvost, 2006).

19Les dictionnaires de langue qui circulaient en Nouvelle-France sont à la fois nombreux et variés. Certains sont représentés dans plusieurs bibliothèques : mentionnons, par exemple, le Dictionnaire français (1718) de Pierre Danet (1650-1709) que l’on retrouve chez l’intendant Dupuy, les sulpiciens, les conseillers Guillaume Gaillard et Joseph-Étienne Nouchet, le Dictionnaire latin du même auteur, possédé par Dupuy, Gaillard et Nouchet, de Vézon, les sulpiciens et le négociant et procureur substitut à la Prévôté Pierre Haimard. Le latin est encore, au cours de cette période, une langue bien présente dans l’édition et les collections de bibliothèques. Le nombre de dictionnaires de latin, latin-français est considérable et il n’est pas possible d’en donner l’auteur et le titre pour le plus grand nombre. Nous pouvons quand même citer le Dictionarium universale latino-gallicum de Jean Boudot (1651-1706), paru en 1704, que possédaient les sulpiciens, le Dictionnaire français-latin (1751) du père Joseph Joubert, édité en 1709, que détenaient les sulpiciens, l’abbé Philippe Boucher, le gouverneur Vaudreuil, Michel Sarrazin et le Séminaire de Québec. Verrier avait, parmi ses livres, le Novitius seu Dictionarium latino-gallicum ad usum Delphini, édition de 1701, de même qu’un dictionnaire grec-latin, et François-Étienne Cugnet possédait un dictionnaire latin-anglais.

20L’intendant Claude-Thomas Dupuy qui pouvait se targuer de la connaissance de quatre langues, le français, le latin, le grec et l’hébreu, avait, dans sa bibliothèque, une grande variété d’ouvrages linguistiques : « [O]n est tout d’abord frappé par l’imposant arsenal de grammaires et de dictionnaires en diverses langues » (Dubé, 1969, p. 332). En plus de dictionnaires en langues française, latine et grecque, il avait un Dictionnaire hébraïque, persan et copte, le Dictionnaire italien et français (1733) du sieur de Veneroni (1642-1708), que possédaient aussi les sulpiciens et de Vézon, de même qu’un dictionnaire d’allemand ; il faut préciser qu’il avait aussi un dictionnaire très spécialisé de latin, le Glossarium ad scriptores mediæ et infimæ latinitatis (1733-1736) de Charles Dufresne du Cange (1610-1688).

21En ce qui concerne la langue anglaise, on recense peu de dictionnaires en cette langue. On en retrouve trois dans le catalogue manuscrit dressé par monsieur Montgolfier (vers 1780) : le grand Dictionarium britannicum or Universal Etymological English Dictionary de Nathan Bailey, paru en 1730, le Dictionnaire royal anglais-français et français-anglais (1727) d’Abel Boyer, un dictionnaire de prononciation anglaise, de même que le Short Dictionary French and English (1685) de Guy Miège ; ce dernier ouvrage est entré, en 1745, dans la bibliothèque des augustines de Québec. L’inventaire après décès du seigneur Aubert de La Chesnaye fait mention d’un « dictionnaire britannique ». Des dictionnaires de langues italienne et espagnole sont représentés en Nouvelle-France. On y retrouve le Dictionnaire italien et français de Veneroni déjà mentionné, le Tesoro de las lenguas espagnola y francesa de César Oudin chez les sulpiciens et le missionnaire Davion, le Dictionnaire italien-français de Diaz chez Verrier. Le catalogue du Séminaire de Québec fait référence à quelques dictionnaires d’espagnol, d’italien, d’allemand et de hollandais, sans qu’on puisse identifier les ouvrages. Enfin, nous trouvons, parmi les nombreux titres des dictionnaires de la riche bibliothèque de Louis-Guillaume Verrier, le Dictionnaire néologique de l’abbé Pierre-François Guyot Desfontaines (1686-1745), paru en 1726.

Les dictionnaires de spécialités

22En Nouvelle-France, les livres de droit ont été des outils précieux aux administrateurs coloniaux, intendants, conseillers au Conseil supérieur, juges, officiers de la justice seigneuriale de Notre-Dame, administrateurs divers, et c’est pourquoi ils ont fait l’objet de nombreuses acquisitions. Parmi les livres de ce domaine, on peut signaler plusieurs dictionnaires de droit : le Dictionnaire de droit et de pratique (1740) de Claude de Ferrière (1639-1715), qu’avaient acquis Verrier, Noudet, Chaussegros de Léry, Cugnet et même un marchand habitant la forteresse de Louisbourg, Blaise Lagenaire (Proulx, 1974). Verrier, qui avait la première édition de cet ouvrage de Ferrière, jugea indispensable d’acquérir l’édition subséquente, ce qu’il fit (Roy, 1930). On retrouve aussi le Nouveau dictionnaire de droit civil et canonique, possédé par Verrier et les sulpiciens, le Dictionnaire des arrêts (1711) de Pierre-Jacques Brillon (1671-1736) chez Verrier, un Dictionnaire de droit chez Alexandre Dumas, un Dictionarium juris civilis dans la bibliothèque de l’intendant Dupuy, et deux dictionnaires de la bibliothèque des seigneurs et curés de Montréal, les sulpiciens, le Dictionnaire universel de justice, police et finance et le Dictionnaire de droit canonique de Pierre-Toussaint Durand de Maillane.

23Les dictionnaires relevant des sciences médicales et pharmaceutiques ont suscité un intérêt certain dans la colonie et on en retrouve des exemplaires dans les bibliothèques. Mentionnons le Dictionnaire français et latin des termes de médecine et de chirurgie (1741) d’Élie Col de Villars (1675-1767), paru à Paris chez l’éditeur Coignard en 1741, que l’on retrouve dans les bibliothèques des sulpiciens, de l’évêque de Québec, Mgr de Pontbriand, et évidemment dans celle des augustines de l’Hôtel-Dieu, le Dictionnaire universel des drogues simples (1733) par Nicolas Lemery (1645-1715), possédé par le Séminaire de Québec et les augustines, le Dictionnaire pharmaceutique ou plûtost Apparat médicopharmaceutique (1678) par De Meuve, publié à Paris chez Jean d’Houry en 1678 en deux volumes au Séminaire de Québec, un Dictionnaire de médecine et un Dictionnaire des arrêts de science chez Verrier, et un Dictionnaire de pharmacie parmi les livres de l’intendant Dupuy.

24D’autres domaines d’activités retenaient l’attention des lettrés de la colonie française. Le Dictionnaire universel du commerce de Jacques Savary des Bruslons (1657-1716) se retrouvait dans les bibliothèques de l’intendant Hocquart, de Verrier, de Nouchet, des sulpiciens ainsi qu’à Louisbourg chez Lagenaire. La bibliothèque du Collège des Jésuites avait acquis le Dictionnaire économique (1718) de Noël Chomel (1633-1712). Parmi les nombreux dictionnaires des collections sulpiciennes, on peut noter le Dictionnaire de mathématique (1691) de Jacques Ozanam (1640-1717), paru à Paris chez Michellet en 1691 ainsi que le Dictionnaire géographique portatif (Echard, 1747). La géographie avait retenu également l’attention de Verrier et du seigneur Charles-François de Marcillac avec le Dictionnaire géographique publié à Rouen en 1704, et celui de Verrier de nouveau avec le Dictionnaire géographique universel (1701) de Michel-Antoine Baudrand (1633-1700) et le Grand dictionnaire géographique, historique et critique d’Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière (1662-1746), paru en neuf tomes et en dix volumes. Le Dictionnaire militaire de François-Alexandre Aubert de la Chesnaye de Bois, paru en 1745, était la propriété de Verrier et de Marillac. Un Dictionnaire de la marine, paru à Amsterdam chez Covens & Mortier, se retrouvait dans la bibliothèque du Conseil supérieur et dans celle de Lagenaire à Louisbourg. Enfin, un Dictionnaire du cultivateur faisait partie des collections de Verrier et du Séminaire de Québec.

25Quelques dictionnaires relèvent du domaine de la littérature, tels le Dictionnaire des rimes (1731) de Pierre Richelet, qu’avaient acquis les sulpiciens, Verrier et de Vézon, le Dictionnaire comique de Philibert-Joseph Le Roux, dont la première édition a paru en 1718, et la deuxième en 1735, et le Dictionnaire de la fable chez Verrier. Fournerie de Vézon possédait le Dictionnaire philosophique (1751) de Chicaneau de Neuville, et le Séminaire de Québec avait acquis, dès sa parution en 1764, le Dictionnaire philosophique de Voltaire pour l’enfouir aussitôt dans l’enfer de sa bibliothèque (Laurent, 1973). Par ailleurs, on ne peut attester aucun achat, pour la période de la Nouvelle-France, de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui a commencé à paraître en 1751.

Les dictionnaires les plus diffusés en Nouvelle-France

26Parmi les dictionnaires qui ont eu cours en Nouvelle-France, on peut affirmer que ceux qui ont eu la plus grande diffusion, toutes catégories confondues, en plus de ceux de Richelet et de Furetière, sont le Dictionnaire de Trévoux, le Grand dictionnaire historique de Moreri, le Dictionnaire historique et critique (1697) de Bayle et le Dictionnaire des cas de conscience (1715) de Pontas.

27Le Dictionnaire de Trévoux, œuvre des jésuites et publié dans la petite capitale de la principauté des Dombes, qui a eu sa première édition en 1704, est un ouvrage capital : il est une synthèse des travaux lexicographiques des siècles précédents et il synthétise aussi les dictionnaires antérieurs dans les arts, les sciences, les techniques, la religion. Ce dictionnaire veut continuer les travaux de Furetière, mais purgés par les jésuites de tout ce qui était contraire à la religion. Dans ses nombreuses éditions au XVIIIe siècle, cet ouvrage, dictionnaire de langue et dictionnaire des idées, fut un témoin des diversités de la langue française et aussi des connaissances de l’univers au cours de ce siècle. Ce dictionnaire encyclopédique qui a eu sept éditions de 1704 à la fin du Régime français en Amérique se retrouve au Collège des Jésuites, au Séminaire de Québec, chez les sulpiciens, chez Verrier, l’ingénieur Chaussegros de Léry, le conseiller au Conseil supérieur Nouchet, chez Cugnet fils.

28Le Grand dictionnaire historique du clerc Louis Moreri (1643-1680) fut publié pour la première fois en 1671 ; bien que critiqué par ses contemporains, cet ouvrage eut une fortune considérable. Il a fait l’objet de 20 éditions entre 1671 et 1759, et il fut copié, repris, corrigé par beaucoup d’auteurs postérieurs. Ce dictionnaire, qui ouvrit la voie aux encyclopédistes, était un travail d’érudit, bien qu’il fût truffé d’erreurs, de répétitions et d’affirmations pas toujours vérifiées. Il fut, malgré tout, utilisé pendant deux siècles. Victor Hugo y avait recours fréquemment au XIXe siècle. Ici, on le retrouve dans les bibliothèques de presque tous les intendants, chez l’intendant Dupuy au premier chef, chez Michel Sarrazin, l’abbé Philippe Boucher, les sulpiciens, Verrier, le curé Dosque, Nouchet, le gouverneur Vaudreuil qui, pourtant, possédait peu de livres, et Fournerie de Vézon, de même qu’au Collège des Jésuites et au Séminaire de Québec.

29En 1697, Pierre Bayle (1643-1706), ce précurseur des Lumières, protestant exilé en Hollande, publiait à Amsterdam son Dictionnaire historique et critique, qui connut en Europe un grand succès. Par son dictionnaire, Bayle voulait corriger Moreri. Son ouvrage eut une influence considérable tout au long du XVIIIe siècle : il annonçait l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Ce succès se répercuta dans l’Amérique française, où presque tous les intendants qui se succédèrent à la gestion de la colonie possédèrent l’une ou l’autre édition de cette œuvre. On retrouve ce dictionnaire chez l’avocat Alexandre Dumas, de Vézon et Verrier ; monsieur Montgolfier, supérieur des sulpiciens montréalais, lui avait accolé l’épithète « livre très mauvais » dans le catalogue qu’il avait rédigé. Quant à lui, François-Étienne Cugnet possédait deux éditions de Bayle, l’une en trois volumes, l’autre en cinq volumes.

30Le Dictionnaire des cas de conscience de l’abbé Jean Pontas (1638-1728), publié pour la première fois à Paris, chez l’éditeur Le Mercier en 1715 en deux volumes, chez le même éditeur pour la deuxième édition en 1724 en trois volumes, chez l’éditeur Saugrain en 1741 pour la troisième édition, a été un grand succès de librairie dans le monde clérical et il a fait l’objet de plusieurs rééditions par la suite. Il a été un des travaux majeurs de la casuistique et il est une source utile pour l’histoire de l’Église et des croyances religieuses. Il est dans l’ordre des choses que le Collège des Jésuites, les sulpiciens, les abbés Philippe Boucher et Dosque, ainsi que le procureur général et bibliophile Verrier, l’aient acquis ; le Séminaire de Québec possède six éditions de 1724 à 1771 de ce livre, de même que l’Abrégé du dictionnaire des cas de conscience par M. Pontas (1764) par Pierre Collet (1693-1735) (Baillargeon, 1981).

31Faut-il se surprendre si le portrait des bibliothèques personnelles et collectives en particulier, et d’une façon générale du monde du livre, présente des traits bien particuliers dans cette petite colonie française d’Amérique sans imprimerie, sans librairie et sans journal, séparée, par un océan, de sa métropole européenne ? Pourtant, les Français qui viennent s’établir ou qui sont affectés en Nouvelle-France appartiennent à un pays où la culture de l’imprimé était bien vivante. Tant des particuliers, administrateurs coloniaux, marchands, clercs, que des institutions d’enseignement, de santé et de gestion de la colonie, acquièrent des livres et constituent des bibliothèques. Les administrateurs coloniaux viennent, pour la plupart, avec leurs livres.

32De ce nombre, il y a des individus dont les noms ressortent en tant que possesseurs de livres et même de bibliophiles en raison de l’importance de leurs collections et aussi, il faut le dire, de l’existence d’archives qui attestent de leurs acquisitions. Pour les institutions, ce sont souvent les catalogues qui nous informent de la constitution de leurs bibliothèques. En ce qui concerne les individus, on pense particulièrement à Claude-Thomas Dupuy, à François-Étienne Cugnet et surtout à Louis-Guillaume Verrier, et, pour les institutions, au Collège des Jésuites, au Séminaire de Québec et au Séminaire Saint-Sulpice de Mont réal.

33La Nouvelle-France n’a pas été indifférente à la multiplication des grands dictionnaires de langue à la fin du XVIIe siècle, si tant est que les cultures hégémoniques de la métropole modèlent les cultures de ses colonies de peuplement sur le plan des institutions. Le Richelet, le Furetière, le Ménage et le Trévoux ont eu cours dans la colonie. De plus, on peut répertorier de nombreux dictionnaires de langue, couvrant de nombreuses langues, dont en premier lieu le latin et le grec, si pratiqués par les lettrés de l’époque. Pour beaucoup de ces dictionnaires, nous avons des données si partielles qu’il est impossible de les identifier avec précision.

34Parmi les dictionnaires spécialisés, le Grand dictionnaire historique de Moreri, le Dictionnaire historique et critique de Bayle et le Dictionnaire des cas de conscience de Pontas ressortent nettement. Mais il faut mentionner les dictionnaires de droit, si prisés des conseillers-procureurs et des intendants, et les dictionnaires de sciences médicales.

35Il est possible d’affirmer, au terme de cette étude, que les dictionnaires ont été perçus, en Nouvelle-France, par leurs possesseurs, comme des outils précieux dans l’exercice de leur profession, comme des moyens commodes d’acquisition de connaissances utiles et aussi comme des instruments importants de référence.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Baillargeon, Noël (1981), Le Séminaire de Québec de 1760 à 1800, Québec, PUL, 297 p.

Beaulieu, André (1972), La première bibliothèque canadienne 1632-1800, Ottawa, Bibliothèque nationale du Canada, 62 p.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), Centre d’archives de Québec, Fonds Louis-Guillaume Verrier, P1000, S3, D2769.

Drolet, Antonio (1965), Les bibliothèques canadiennes, 1604-1960, Mont réal, Cercle du livre de France, 234 p.

Dubé, Jean-Claude (1969), Claude-Thomas Dupuy, intendant de la Nouvelle-France, Mont réal, Fides, 395 p.

Dubé, Jean-Claude (1984), Les intendants de la Nouvelle-France, Montréal, Fides, 327 p.

Fleming, Patricia, Gilles Gallichan et Yvan Lamonde (dir.) (2004), Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, Mont réal, PUM, vol. I : Des débuts à 1840, 566 p.

Fournier, Jacques (1983), La Bibliothèque des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec : étude d’un fonds ancien, mémoire de maîtrise en bibliothéconomie, Université de Mont réal, 266 p.

Lajeunesse, Marcel (2007), « Le livre en Nouvelle-France et au début du régime britannique au Canada (XVII-XVIIIe siècles), Histoire et civilisation du livre, vol. 3, p. 269-289.

Laurent, Monique (1973), Catalogue de la bibliothèque du Séminaire de Québec, mémoire de D.E.S. (histoire), Université Laval.

Lemire, Maurice (1991), La vie littéraire au Québec, Québec, PUL, vol. I : 1764-1805, 498 p.

Maheux, Arthur (1940), « La bibliothèque du missionnaire Davion au dix-huitième siècle », Le Canada français, vol. 27, p. 650-661.

Matoré, Georges (1968), Histoire des dictionnaires français, Paris, Larousse, 278 p.

Melançon, François (1993), « Façonner et surveiller l’intime : lire en Nouvelle-France », dans Manon Brunet et Serge Gagnon (dir.), Discours et pratiques de l’intime, Québec, IQRC, p. 17-45.

Melançon, François (2005), « La bibliothèque du Conseil supérieur de Québec (1717-1760) : formation et contenu », Mens, Revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, vol. V, no 2, p. 277-305.

Nish, Cameron (1975), François-Étienne Cugnet 1719-1751 : entrepreneur et entreprises en Nouvelle-France, Mont réal, Fides, 185 p.

Olivier, Réjean (1983), Philippe Boucher curé en Nouvelle-France. Catalogue descriptif et explicatif de quelques-uns de ses livres, L’Assomption, Collège de l’Assomption, Bibliothèque, 83 p.

Prêtres de Saint-Sulpice (vers 1780), Catalogue des livres de la bibliotèque du seminaire de montreal, Archives des prêtres de Saint-Sulpice, Mont réal, Étienne Montgolfier, 111 p.

Proulx, Gilles (1974), Les bibliothèques de Louisbourg, Forteresse de Louisbourg, Ottawa, Parcs Canada, 154 p.

Pruvost, Jean (2002), Les dictionnaires de langue française, Paris, PUF, 127 p.

Pruvost, Jean (2006), Les dictionnaires français, outils d’une langue et d’une culture, Paris, Ophrys, 199 p.

Quemada, Bernard (1967), Les dictionnaires du français moderne 1539-1863. Étude sur leur histoire, leurs types et leurs méthodes, Paris, Didier, 683 p.

Robert, Mario (2000), Le livre et la lecture dans la noblesse canadienne, 1670-1764, mémoire de M.A. (histoire), Université du Québec à Mont réal, 165 p.

Roy, Antoine (1930), Les lettres, les sciences et les arts au Canada sous le Régime français ; essai de contribution à l’histoire de la civilisation canadienne, Paris, Jouve, 292 p.

Vachon, Claude (1974), « Louis-Guillaume Verrier », Dictionnaire biographique du Canada, Québec, PUL, vol. III : de 1741 à 1770, p. 699-701.

Dictionnaires

Aubert de la Chesnaye Des Bois, François-Alexandre (1745), Dictionnaire militaire, ou Recueil alphabétique de tous les termes propres à la guerre, Paris, Gissey, 2 vol.

Aubin, Nicolas (1736), Dictionnaire de marine : contenant les termes de la navigation et de l’architecture navale, 2e éd., Amsterdam, Covens et Mortier.

Bailey, Nathan, Dictionarium britannicum or Universal Etymolological English Dictionary, Londres, Cox, 1730, n.p. (env. 450 p.)

Baudrand, Michel-Antoine (1701), Dictionnaire géographique universel, Amsterdam, F. Halma, 2 t. en 1 vol.

Bayle, Pierre (1697), Dictionnaire historique et critique, Rotterdam, Reinier Leers, 4 vol.

Boudot, Jean, Dictionarium latino-gallicum ex omnibus latinatis autoribus summa dilligentia collectum, cum variis multarum quæ vulgo synonimæ videntur latinarum vocum differentiis, Paris, J. Boudot, 1704, 1399 p.

Boyer, Abel (1727), Dictionnaire royal françois-anglois, Amsterdam, Wetstein, Pierre Humbert, 2 vol.

Brillon, Pierre-Jacques (1711), Dictionnaire des arrests, ou Jurisprudence universelle des Parlemens de France et autres tribunaux, Paris, Cavelier, 3 vol.

Bruzen de La Martinière, Antoine-Augustin (1739-1741), Le Grand dictionnaire géographique, historique et critique, Paris, Lemercier, 6 vol.

Calepin, Ambroise (Calepino) (1656), Dictionarium latinogræcum…, Lyon.

Chicaneau de Neuveille, Didier-Pierre (1751), Dictionnaire philosophique portatif ou introduction à la connaissance de l’homme, Londres [i.e. Paris], Durand, 381 p.

Chomel, Noël (1718), Dictionnaire œconomique, contenant divers moyens d’augmenter son bien et de conserver sa santé, 2e éd., Lyon et Paris, Ganeau, 2 vol.

Col de Villars, Élie (1741), Dictionnaire français-latin des termes de médecine et de chirurgie…, Paris, Coignard, 474 p.

Collet, Pierre (1764), Abrégé du dictionnaire des cas de conscience par M. Pontas, Paris, Les libraires associés, 2 vol.

Corneille, Thomas (1694), Dictionnaire des arts et des sciences, Paris, Coignard, 2 vol. (2e éd. 1731).

Danet, Pierre (1718), Dictionnaire français et latin, enrichi des meilleures façons de parler l’une et l’autre langue…, Toulouse, Hénault, 868 p.

De Meuve (1678), Dictionnaire pharmaceutique, ou plûtost Apparat médico-pharmaco-chymique…, Paris, d’Houry, 2 vol.

Desfontaines, Pierre-François Guyot (1726), Dictionnaire néologique à l’usage des beaux esprits du siècle…, Amsterdam, Le Cène.

Dictionnaire de l’Académie Françoise (1694), Paris, Coignard, 2 t. en 1 vol. (2e éd. en 1718 et 3e éd. en 1740).

Dictionnaire français-breton ou français-celtique (1756), La Haye, Paris, Babaty.

Dictionnaire géographique (le) (1704), Rouen.

Dictionnaire universel françois et latin [dit Dictionnaire de Trévoux] (1704), Trévoux, Ganeau, 3 vol. (Les éditions de 1721 et 1732 ont 5 vol. , celle de 1743, 6 vol. et celle de 1752, 8 vol. et 1 vol. de supplément.)

Du Cange, Charles Du Fresne (1733-1736), Glossarium ad scriptores mediæ at infimæ latinitatis…, Paris, Osmont, 6 vol.

Durand de Maillane, Pierre-Toussaint (1761), Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale…, Paris, Bauche, 2 vol.

Echard, Laurent (1747), Dictionnaire géographique portatif, ou Description de tous les royaumes, provinces, villes, patriarcats, évêchés, duchés, comtés, marquisats… des quatre parties du monde, Paris, Didot.

Estienne, Charles (1650), Dictionarium historicum, geographicum, pœticum…, Genève, Jacob Stœr, 2109 p.

Estienne, Henri (1623), Lexicum græcolatinium, seu Epitome thesauri græcæ linguæ, Yverdon.

Estienne, Robert (1552), Dictionarium latinogallicum, postrema hac æditione valde locupletatum, Paris, 1430 p.

Ferrière, Claude de (1740), Dictionnaire de droit et de pratique, 2e éd., Paris, Brunet, 2 vol.

Furetière, Antoine (1727), Diction [n] aire universel, contenant généralement tous les mots français, La Haye p. Huson, 4 vol. (Paris, veuve Dalaulne, 1732, 5 vol.)

Joubert, Joseph (1751), Dictionnaire françois et latin tiré des meilleurs auteurs de l’une et l’autre langue…, Lyon, Declaustre.

Lemery, Nicolas (1733), Dictionnaire universel des drogues simples : contenant leurs noms, origine, choix, principes, vertus …, 3e éd., Paris, Impr. de la veuve d’Houry, 1015 p.

Le Roux, Philibert-Joseph (1718), Dictionnaire comique, satyrique, critique, libre et proverbial, Amsterdam, Le Cène, 540 p.

Ménage, Gilles (1750), Dictionnaire étymologique de la langue françoise, Paris, 2 vol.

Miège, Guy (1685), A Short Dictionary English and French, with another French and English, 2e éd., Londres, Basset, 1 vol.

Moreri, Louis (1681), Le Grand dictionnaire historique ou le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, 2e éd., Paris, 2 vol. (3e éd., Paris, Coignard, 1699).

Novitius seu Dictionarium latino-gallicum ad usum Delphini (1701), Paris, 2 t. en 1 vol.

Oudin, César (1675), Tesoro de las lenguas espagnola y francesa, Leon de Francia, Miguel Mayer, 2 vol.

Ozanam, Jacques (1691), Dictionnaire mathématique, ou idée générale des mathématiques, Paris, Michallet, 672 p.

Pontas, Jean (1715), Dictionnaire des cas de conscience ou Décisions des plus considérables dificultez touchant la morale et la discipline ecclésiastique tirées de l’Écriture, des conciles, des décrétales des papes, des Pères et des plus célèbres théologiens et canonistes, Paris, Le Mercier, 2 vol. (3e éd., 1724, 3 vol.).

Richelet, Pierre (1680), Dictionnaire françois contenant les mots et les choses, Genève, Herman Widerhold, 1 vol. (2e éd., Dictionnaire de la langue françoise ancienne et moderne, Amsterdam, 1732, 2 vol. ; 3e éd., Paris, 1740, 3 vol.)

Richelet, Pierre (1731), Dictionnaire des rimes, Paris, veuve Delaulne (1re éd., Paris, Courbé, 1648).

Savary des Bruslons, Jacques (1723-1730), Dictionnaire universel du commerce, contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde, Paris, J. Estienne, 3 vol.

Veneroni, Jean Vigneron dit (1749), Dictionnaire italien et français, Paris, Compagnie des libraires, 2 vol.

Viald, Georges (1656), Thesaurus purioris atque elegantioris latinitatis ex uno quantum potuit Cicerone depromptus ab uno e societate Jesu, Rouen, Jean de Manneville, 736 p.

Voltaire, François Marie Arouet dit (1764), Dictionnaire philosophique, Genève.

Auteur

Professeur associé à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal où il a enseigné de 1970 à 2006 et où il a pris sa retraite à titre de professeur titulaire. Il a publié de nombreux travaux en ce domaine, notamment les livres Les Sulpiciens et la vie culturelle à Montréal au XIXe siècle (Mont réal, Fides, 1982) et Lecture publique et culture au Québec, XIXe et XXe siècles (Québec, Presses de l’Université du Québec, 2004). Il a été directeur de son département de 1987 à 1994 et vice-doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal de 1994 à 2002.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search