Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Images de l’identité féminine dans les premiers glossaires

Gabrielle Saint-Yves

À la mémoire de Josette Rey-Debove1

Texte intégral

La langue est aussi, dans une large mesure (par sa structure ou par le jeu des connotations ou de la métaphore), un miroir culturel, qui fixe les représentations symboliques, et se fait écho des préjugés et des stéréotypes en même temps qu’il alimente et entretient ceux-ci. Quelle image de la femme nous renvoie la langue ? Dans quelle mesure reflète-t-elle le statut de la femme dans la société ?
Marina Yaguello, Les mots et les femmes (1978, p. 8)

  • 2 Ce projet de recherche a été subventionné par le Fonds québécois de recherche sur la société et la (...)

1Les travaux fondateurs de Georges Matoré (1953) ont attiré l’attention sur l’aptitude du lexique à rendre compte des valeurs d’une société à une époque donnée. À partir de ces prémisses, nous avons fait l’hypothèse que les glossaires canadiens-français, malgré leur caractère différentiel, pouvaient, au même titre que les dictionnaires, être des témoins de la société au sein de laquelle ils ont été conçus. C’est dans cette optique que nous les avons examinés pour dégager un portrait du rôle social qu’ont joué les Canadiennes françaises à partir de la fin du XIXe siècle au Québec2. Notre recherche est consacrée à l’analyse des représentations et des stéréotypes féminins dont témoignent les glossaires canadiens-français publiés entre 1880 et 1957. Elle se propose de circonscrire le rôle et l’espace qu’on y attribue aux femmes dans leurs rapports à la culture, à l’histoire et aux idéologies de l’époque. Elle vise en même temps à élargir le champ des recherches sur l’identité féminine en introduisant un volet lexicologique. À notre avis, elle est susceptible de fournir des données utiles sur les représentations des femmes pouvant servir à construire une mémoire féminine et à faire valoir la charge culturelle inhérente aux mots du terroir qui ont été employés pour parler des femmes.

  • 3 La liste des ouvrages examinés figure sur le site Internet du Trésor de la langue française au Québ (...)

2Notre corpus se compose du Glossaire franco-canadien, du journaliste Oscar Dunn (1880), du Dictionnaire canadienfrançais du libraire Sylva Clapin (1894), du Parler populaire des Canadiens français de l’historien Narcisse-Eutrope Dionne (1909), du Glossaire du parler français au Canada (GPFC) de la Société du parler français au Canada (1930), ainsi que du Dictionnaire général de la langue française au Canada de Louis-Alexandre Bélisle (1957)3. Notre parcours historique prend ainsi sa source à la fin du XIXe siècle et nous conduira jusqu’au seuil de la Révolution tranquille.

POURQUOI LES GLOSSAIRES ?

femme (la) : Ma femme. Ex. Qu’est-ce que t’en penses, la femme ? (Dionne, 1909)

3D’abord, parce que ce sont des ouvrages de référence qui ont marqué la mentalité des Canadiens français. Ensuite, parce que ce sont des outils qui visent à mettre en évidence la spécificité du langage canadien sans le condamner. Cherchant à décrire les usages, ils contiennent des textes plus élaborés que les manuels de correction. On y trouve des commentaires, des développements de type encyclopédique et des exemples tirés de sources canadiennes. Ces premiers ouvrages de référence renseignent non seulement sur les canadianismes, mais également sur les façons de vivre de ceux et celles dont ils décrivent le langage.

4À travers ces divers niveaux d’information, il nous a été possible de dégager les valeurs sociales et de reconstituer les modes de vie. Il faut revenir ici sur le fait que les glossaires ont été conçus dans une optique différentielle, c’est-à-dire qu’ils ne relèvent que les mots et les sens qui sont perçus comme caractéristiques du français canadien. Cette approche nous prive évidemment d’une partie des données qui auraient été utiles pour cerner le rôle de la femme et le vocabulaire qui sert à l’exprimer. Par contre, puisqu’on y enregistre des mots spécifiques, les glossaires donnent peut-être un aperçu plus révélateur de la dimension identitaire de la civilisation canadienne-française. Quoi qu’il en soit, ce sont les seules sources lexicographiques pour la période qui nous intéresse pouvant contribuer à fournir une esquisse de la perception qu’on avait de la femme au cours du siècle dernier.

APPROCHE

touches-y-pas (ça s’appelle) : Chaque fois que, dans le langage familier, l’on veut laisser entendre qu’il est dangereux, ou absolument inutile, de songer à mettre la main sur telle ou telle personne, […]. De même, en parlant d’une jeune fille sévèrement gardée par ses parents, et pour laquelle on projette un mariage ambitieux, des galants déjà éconduits mettront un nouveau concurrent sur ses gardes, en lui disant — Essaie si tu veux, mais ça s’appelle touches-y-pas. (Clapin, 1894)

  • 4 « L’action que des femmes et quelques hommes vont mener à la fin du XIXe siècle en faveur de l’éman (...)

5Dans notre étude, nous avons adopté une approche multidisciplinaire s’inspirant des travaux de la métalexicographie (Josette Rey-Debove), de l’analyse de discours et de sa modélisation (Kerbrat-Orecchioni, 1998 ; 2002) ainsi que des recherches de Ruth Amossy (1991) et de Jean-Claude Anscombre (2001) sur le stéréotype et les idées reçues. L’analyse du discours, axée sur l’énonciation et ses procédés discursifs, est tout à fait indiquée pour cerner les représentations de la femme et, corollairement, les stéréotypes qui lui sont associés. La période étudiée se caractérise par l’émergence d’une action féminine et féministe qui bouleversera, entre autres, les cadres rigides des rapports entre les hommes et les femmes au Québec4. Nous tiendrons compte de ce contexte historique dans l’analyse de nos données.

6Un premier dépouillement nous a permis de regrouper les éléments relatifs à la place qu’occupent les femmes dans la macrostructure des ouvrages. Nous avons pu de cette façon identifier les mots vedettes — substantifs, qualifiants et expressions imagées — qui appartiennent à la sphère du féminin. Ces éléments ont été comparés avec un échantillon représentatif de vocables appartenant à la sphère du masculin, de même qu’à l’espace commun occupé par les deux sexes dans les diverses composantes des ouvrages à l’étude. Un second dépouillement a permis de récolter toutes les références faites aux femmes et aux hommes dans les définitions, les exemples, les commentaires et les citations.

L’UNIVERS FÉMININ

touisse : Tour de main, savoir-faire : elle a la touisse de tourner un beau gâteau. (Bélisle, 1957)

7C’est avec la curiosité d’une archéologue que nous avons amorcé nos premières fouilles et que, strate par strate, nous avons dégagé les indices de l’existence d’une culture et d’une identité féminines québécoises, à travers les mots spécifiques ou encore les références faites à la condition humaine des femmes dans les glossaires. Une première typologie du lexique relatif au féminin a permis de regrouper les désignations les plus pertinentes dans un classement de type onomasiologique élaboré à partir de la thématique des dénominations recensées. Nous reproduisons dans le Tableau 1 la grille conceptuelle qui a servi à répertorier, catégoriser et classer les appellations qui ont été inventoriées. On y distingue l’identité sociale, l’identité personnelle et l’identité de genre (qui se définit comme une construction socioculturelle). Cette grille donne une vue d’ensemble de l’univers féminin tel qu’il ressort du discours des glossairistes.

Tableau 1. Grille de classement conceptuel de l’univers féminin

Identité sociale

Identité personnelle

Identité de genre

LES ÂGES DE LA FEMME
- Petite fille
- Jeune fille
- Femme adulte
- Femme plus âgée
PARENTÉ
- Mère
- Grand-mère
- Arrière-grand-mère
- Relations familiales
ÉTAT CIVIL
- Célibataire
- Fiancée
- Femme mariée
- Veuve
APPARTENANCE ETHNIQUE
-Autochtone
OCCUPATIONS
- Métiers
- Professions
- Vocations

VESTIMENTAIRE
- Vêtements /sous-vêtements
- Pièces de vêtements
ACCESSOIRES
- Bijoux
- Coiffures
- Parures
- Objets d’utilisation
APPARENCE PHYSIQUE
- Valorisation
- Dévalorisation
ASPECTS PSYCHOLOGIQUES
- Axiologiques positifs
- Axiologiques négatifs

DIMENSION AMOUREUSE
- Jeune fille courtisée
- Jeune fille qui aime les garçons
- Femme aimée
MŒURS/SANTÉ/SEXUALITÉ
- Corps féminin
- Fonctions biologiques et reproductives :
• Femme et grossesse
• Femme et accouchement
• Ménopause TRADITIONS/RITES
- Rôles de la femme
- Femme et rituels

IDENTITÉ SOCIALE

leux : Les femmes sont venues avec leux hommes = avec leur mari. (GPFC, 1930)

  • 5 Dans les journaux d’époque, on emploie les expressions épicènes jeunes gens et jeunes personnes en (...)

8Comme en témoigne le relevé que nous avons fait des mots de l’identité féminine dans le Tableau 2, la femme est d’abord présentée, dans la catégorie sociale de notre modèle, en fonction de son sexe (créature, feumelle) puis en fonction de sa catégorie d’âge : fifille ou encore titite (petite fille) s’opposant à grande fille. Les désignations pour parler de la jeune femme (chiffon, débutante, demoiselle, jeunesse5) ainsi que celles employées pour parler de la femme adulte (Madame, Mame, mère) sont plutôt neutres, tandis que les dénominations rencontrées pour désigner la femme plus âgée (memère, sibine) appartiennent à un niveau de langage familier plus marqué. D’autres documents d’époque apportent un éclairage significatif sur la valeur de ces désignations :

  • 6 Les vedettes recensées dans les cinq glossaires ont été regroupées et accompagnées des acceptions e (...)

Tableau 2. Mots de l’identité sociale féminine6

Les âges de la femme

PETITE/JEUNE FILLE

vedettes

acceptions et variantes

Chiffon

Nom donné à une jeune fille

Créature

Jeune fille

Débutante

Jeune fille qui fait ses débuts dans la société

Demoiselle

Fille

Feumelle

Femme ou fille ; fumelle [femme ou fille, femelle]

Fifille

Fille

Fille

N’a pas de sens défavorable ; jeune fille ; Aller voir les filles : fréquenter la société des jeunes filles

Grande fille

Jeune fille parvenue à l’âge de puberté

Jennesse/jeunesse

Jeune fille

Pétard

Jeune fille [souvent en mauvaise part] ; beau petit pétard = jolie petite fille

Titite

Petite fille [par mignardise]

FEMME ADULTE/FEMME PLUS ÂGÉE

vedettes

acceptions et variantes

Bonne femme

Femme ; (bonne) femme [femme âgée]

Créature

Les femmes ; femme ; créiature [femme en général] ; creillature ; créyature [toute femme quelconque ou jeune fille nubile] ; criéture ; criyature

Dame

Femme

Feumelle

Femme ou fille ; fumelle [femelle] ; fumelle [femme ou fille, femelle]

Madame

Dame, femme bien mise

Mame

Madame

Memére

Vieille femme

Mère/mére

Femme (en parlant au mari) ; sa mére [ma femme]

Pelure

Blonde, femme, épouse

Sibine

Vieille femme, vieille sibylle (employé de façon injurieuse)

Parenté

MÈRE, GRAND-MÈRE, ARRIÈRE-GRAND-MÈRE

vedettes

acceptions et variantes

Bonne-femme

Exprime l’idée de chef de famille

Grand-grand-mère

Mère de l’aïeule ; grande-grande-mère [mère de l’aïeul ou de l’aïeule]

Man

Maman (en appelant) ; meman [maman] ; moman [maman] ; mouman [maman]

Mémée/m’mée

Grand-mère ; memé [grand-mère]

Mére (sa)

Maman

Memére

Grand-mère ; vieille femme ; mémère [grand-mère ; grosse femme au caractère bonace] ; mémère, memére [femme âgée ; grand-mère ; commère, femme bavarde ; une grosse mémère, femme qui a de l’embonpoint] ; meumére [grand-mère]

FAMILLE/AMIES

vedettes

acceptions et variantes

Blonde

Bonne amie

Chouette

Amie

Compagnée

Amie

Fillole

Filleule

Gearmine/germine

Cousine

Tantine

Tante

État civil

CÉLIBATAIRE

vedettes

acceptions et variantes

Boboche

Vieille fille (en mauvaise part)

Créature

Femme, épouse, jeune fille (sans y ajouter une signification désobligeante) ; créiature [femme en général] ; créiature ; creillature ; créyature ; criature [toute femme quelconque ou jeune fille nubile] ; criature ; criéture ; criyature

Demoiselle

Fille ; demouéselle [demoiselle] ; d’mouéselle [id.]

Fille

Jeune fille ; fiancée

Feumelle

Femelle, femme ou fille ; fumelle [femme ou fille, femelle]

Mameselle

Mademoiselle ; mameselle [mademoiselle] ; mézelle [mademoiselle]

FIANCÉE

vedettes

acceptions et variantes

Blonde

Fiancée, promise, amante, maîtresse ; jeune fille courtisée, recherchée en mariage, maîtresse (d’un amoureux)

Compagnée

Fiancée

Connaissance

Blonde, fiancée, maîtresse

Fille

Sans aucun sens défavorable, fiancée, dulcinée

Pelure

Blonde

Satinette

Fiancée

FEMME MARIÉE/VEUVE

vedettes

acceptions et variantes

Bonne-femme (la)

Ma femme, épouse

Catin

Épouse

Compagnée

Votre femme, votre blonde, épouse

Compagnie

Femme

Créature

Femme

Dame

Épouse ; dame [épouse, femme] ; dame [épouse, sa femme]

Et uxor

Et son épouse légitime

Femme (la)

Ma femme, mon épouse ; femme (la) [ma femme]

Madame

Dame ; mame [Madame] ; mame [abréviation de Madame] ; mame [madame]

Maîtresse

Épouse (dans quelques chansons)

Mére (sa mère)

Ma femme

Moitié

Femme

Pelure

Épouse

Vave

Veuve ; véve [veuve] ; vève [veuve]

Vieille (ma)

Épouse ; ma vieille [ma femme]

Occupations

MÉTIERS/PROFESSIONS/VOCATIONS

vedettes

acceptions et variantes

Acquéreuse

Comme féminin d’acquéreur ; acquéreuse [ce féminin a été rejeté par l’Académie]

Associère

Associée

Braye

Femme qui marchande sans acheter

Brayeuse

Femme qui marchande beaucoup ; femme qui broie (le lin et le chanvre), qui travaille au broyage ; breyeuse [brayeuse]

Buncheuse

Robeuse (de cigares)

Capines

Religieuses

Capuche

Sage-femme

Cendrouillonne

Servante malpropre

Chasse-femme

Sage-femme

Chauffeuse

Femme qui entretient le feu (dans le broyage du lin, du chanvre)

Cheftaine

Chef de groupe chez les guides, organisation féminine de scoutisme

Commise

Féminin de commis

(Femme) orateur

En parlant d’une femme

Fille

Servante, ouvrière, fille de moulin, fille de facterie ; fille d’enfant : bonne ; fille générale : servante, bonne à tout faire ; fille d’enfants (bonne d’enfants) ; fille de magasin (fille de boutique) ; fille de moulin, de manufacture (fille employée dans une manufacture) ; fille de factrie/facterie, de bureau, employée dans une manufacture, dans un bureau

(Fille) engagère

Cuisinière, femme de chambre, et, plus généralement, bonne à tout faire ; fille, servante

Garguienne

Fille d’honneur ; gardienne

Mairesse

Femme du maire ; femme maire

Maîtresse (d’école)

Institutrice

Maîtresse de pension

Femme qui tient une maison bourgeoise

Majorette

Jeune fille qui remplit le rôle de tambour-major à la tête d’une parade

Marguillère

Femme du marguillier

Matrone

Femme policière ; tenancière de bordel

Métiveuse

Fille ou femme qui coupe à la faucille

Modeuse

Modiste [couturière]

Modisse

Modiste [couturière]

Nurse [infirmière]

Bonne d’enfant, garde-malade, infirmière ; nurse

Professeuse

Professeur (une)

Pelle-à-feu

Sage-femme

Sainte touche

Patronne bien-aimée des ouvriers et des employés publics, le jour de paye, alors qu’ils touchent ou sont sensés toucher leur salaire

Seigneuresse

Veuve du seigneur qui perçoit des droits seigneuriaux

Servante

Bonne à tout faire ; sarvante [servante] ; [femme de service] ; servante générale [bonne à tout faire]

Sœur

Religieuse

Soigneuse

Sage-femme

Stewardess

Femme de chambre

Au couvent, j’en ai vu des armées de filles qui perdaient leur temps et qui n’étaient pas seulement capables de lire deux mots sans faire une faute d’orthographe. Ces jeunesses auraient fait aussi bien à rester près du poêle de leur mère, à apprendre à tricoter des mitaines et à repriser des chaussons. (Nézyme, 1919, p. 17)
Surtout quand grand’mère est là, la famille aime à s’approcher du ber. C’est à qui y cueillera un sourire. Les têtes se penchent, curieuses ; les grands admirent ; les plus jeunes s’étonnent : « Mémère, il a des yeux ! — Memère, il a un nez ! — Il est déveillé, memère ! » (Rivard, 1915, p. 386)

9Ces citations, auxquelles on pourrait en ajouter de nombreuses autres tirées des fonds documentaires du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ), confirment la vitalité des désignations répertoriées par les auteurs de glossaires. On remarque cependant que des dénominations d’usage courant pour parler des femmes, relevées dans les journaux d’époque, sont malgré tout quasi absentes de nos ouvrages de référence. On pense ici à personne de sexe, à sexe, le sexe ou encore à l’expression le sexe faible. Ces absences s’expliquent probablement par la perception que ces appellations étaient communément employées en France et ne représentaient donc pas des canadianismes.

moman/mouman : Maman. Ex. : Poupa, mouman te fait demander. (GPFC, 1930)

  • 7 Voir les nombreux exemples littéraires qui attestent de la fréquence d’usage des vocables blonde, b (...)

10Sur le plan des relations, la femme est d’abord décrite en fonction de son lien de parenté avec les autres membres de la famille : à titre de mère (moman, mouman, la mère et sa mère, dont les équivalents masculins sont poupa, le père et son père), de grand-mère (mémée/m’mée), d’arrière-grand-mère (grande-grande-mère). On la dépeint ensuite d’après son état civil de femme célibataire (demouéselle ou péjorativement de boboche en parlant de « vieille fille »), de fiancée (blonde, satinette), de femme mariée, d’épouse (bonne femme parallèlement à bonhomme en parlant d’un homme ; compagnée, et uxor, ma vieille, moitié, pelure) ou encore de veuve (vave, véve, vève)7. Les exemples ci-dessous, qui accompagnent les définitions pour désigner l’épouse, évoquent souvent des images positives où le rapport affectif entre conjoints est présenté comme étant convivial et sympathique :

bonne-femme (s. v. bonne) : Épouse, femme : avant d’acheter ça, il faut que j’en parle à ma bonne-femme, à ma femme. (Bélisle, 1957)

compagnée : Anc. Fr. Compagnie. Lorsqu’on fait une invitation, on dit : « Venez avec votre compagnie [sic], » pop., pour avec votre Femme ou votre Blonde. (Dunn, 1880)

moitié : Femme. Ex. C’est ta femme ? — Oui, c’est ma tendre moitié. (Dionne, 1909)

pelure : Femme épouse. Ex. : Vous êtes venus tout seuls, pourquoi n’avez-vous pas amené vos pelures ? (GPFC, 1930)

11Le plaisir que les hommes éprouvent à se retrouver socialement en couple est aussi inféré par la question « pourquoi n’avez-vous pas amené votre pelure ? », ou encore par l’énoncé « Venez donc veiller avec votre compagnée » (GPFC). On fait aussi plaisamment allusion au rôle actif joué par les femmes dans les décisions financières du ménage dans l’exemple suivant : « [A]vant d’acheter ça, il faut que j’en parle à ma bonne-femme. » Oscar Dunn mettra beaucoup de soin à illustrer, par des exemples empruntés au langage parlé, qu’il signale par des guillemets, le sens des canadianismes. Le GPFC étoffera de la même façon ses définitions, mais en ajoutant souvent le signe =, qu’il fera suivre d’une équivalence française (Saint-Yves, 2002). L’approche lexicographique, à coloration régionaliste, de Dunn, Clapin, Dionne, Rivard, Geoffrion et Bélisle est donc ouverte à la langue du peuple, librement introduite dans les exemples qui reproduisent des scènes de la vie familiale traditionnelle où la femme est chaleureusement représentée comme la « tendre moitié » de son époux.

travaillant, ante : […] Sa femme est ben travaillante, mais lui… = est très laborieuse… (GPFC, 1911)

  • 8 Ce n’est pas en tout cas la réalité féminine du monde du travail telle qu’elle est décrite par la j (...)

12Quant aux travaux et ouvrages féminins, sur lesquels nous reviendrons plus loin, les glossairistes vont recenser, de façon un peu disparate, des titres de métiers que pratiquent les femmes ainsi que des professions à vocation communautaire ou sociale. Par ailleurs, en l’absence d’équivalents féminins pour désigner plusieurs des occupations pratiquées par les femmes à la ferme, on serait porté à croire que le cultivateur, l’habitant, le marchand, le laboureux, le jardinier, le propriétaire, le boss ou encore le bourgeois étaient les seuls à travailler la terre, ou encore à s’occuper de l’entreprise familiale dans la campagne québécoise au tournant du XXe siècle8.

  • 9 Selon Lucie Desrochers, auteure du livre Œuvres de femmes 1860-1961 : « Plusieurs réalités concerna (...)

13Puisque le travail agricole est souvent apparu comme le prolongement du travail domestique pour les femmes, il semble qu’on ne puisse, à cette époque, facilement séparer les activités féminines de la maison des tâches agricoles. Cela expliquerait peut-être pourquoi les auteurs de glossaires n’ont pas pris en compte, dans leurs ouvrages, plusieurs titres de fonctions et de métiers féminins9. De toute évidence, la division des tâches semble bien rigide dans la société d’avant la Révolution tranquille. Un homme qui s’occupe des travaux de la femme (de façon trop méticuleuse) sera fortement stigmatisé comme l’illustre la désignation moqueuse menette, sobriquet inventorié dans le GPFC (voir aussi colas-fillette), de même que chez Clapin (voir aussi catiche et tâte-minette) et Bélisle dans les définitions suivantes :

Menette : […] un homme qui s’occupe trop des soins et de détails de ménage, ou encore de choses trop minutieuses. (CLAPIN, 1894)
— Homme qui s’occupe de travaux de femmes, qui a des manières féminines. (GPFC, 1930)
— Homme qui s’occupe de travaux de femme. Efféminé. Homosexuel. (BÉLISLE, 1957)

Désignations génériques : mots témoins

Il paraît que l’on appelle ici les femmes « des créatures », dit le prince. Vous ne m’avez pas encore fait voir de créatures. Vous oubliez que je suis célibataire.

Ernest Gagnon, Pages choisies (1917, p. 206)

  • 10 Définition et explication fournies lors d’une conférence donnée à l’Université Laval (en 2002) inti (...)

14D’une certaine façon, les dénominations que l’on trouve dans les glossaires concernant les personnes peuvent être assimilées à des mots témoins, dans la perspective des travaux du linguiste Georges Matoré (1953) qui a fait la preuve que les valeurs d’une époque peuvent être analysées à travers le vocabulaire. Les mots témoins illustrent une variété de symboles importants ainsi que les valeurs et les relations sociales d’une civilisation. Dans le contexte québécois, l’historien de la langue Claude Poirier souligne que les mots « témoignent d’une civilisation et d’une identité » et qu’ils sont « porteurs d’un message social10 ». Ainsi, l’appellation générique la plus usitée pour désigner la femme dans les glossaires est créature.

15Sylva Clapin retracera, dans un long développement encyclopédique, l’origine étymologique française et dialectale de ce mot symbolique de la culture canadienne-française. Ce caractère symbolique est confirmé par de nombreux emplois que l’on rencontre dans le roman du terroir (belle créature, créature ben ordinaire, grande créature brune, pauvre créature, une/la/sa/les/des créature (s)) et plus tard, sous la plume de Germaine Guèvremont (Le survenant, Marie Didace) ou encore de Claude Henri-Grignon (dans le feuilleton télévisé Les belles histoires des pays d’en haut). Cette désignation est aujourd’hui perçue comme étant archaïque, plutôt folklorique, car elle évoque l’image d’une femme subordonnée aux structures patriarcales du début du XXe siècle qu’incarnent les protagonistes Angéline de Montbrun, Maria Chapdeleine et Alphonsine Moisan dans le roman canadien-français.

16Cette désignation se présente, entre autres, sous de nombreuses variantes phonétiques telles que créiature, creillature, créyature, criéture et criyature (voir Tableau 2) qui attestent d’une haute fréquence d’usage de cet emploi en français canadien au XIXe siècle. Nos relevés indiquent que la désignation créature est polysémique ; elle peut s’employer pour parler de l’épouse, de la femme, de la jeune femme ou encore de la jeune fille, sans valeur péjorative, du moins à cette époque au Canada, comme dans les définitions suivantes :

créature : Pop. Les femmes. « Voilà une belle créature » est dans le Dict. de l’Acad. (Dunn, 1880)
— s. v. Criature : On désigne communément de ce nom, surtout dans les campagnes, toute femme quelconque ou jeune fille nubile : — Ça va faire ane [ sic ] belle criature, c.-à-d. un beau brin de fille. — Amener des criatures, c.-à-d. des dames. (Clapin, 1894)
— s. v. Créiature : Créature, femme en général. Ne se prend jamais en mauvaise part. Ex. C’est ma créiature, c’est-à-dire ma femme légitime. (DIONNE, 1909)
— Femme, épouse, jeune fille (sans y ajouter une signification désobligeante). Ex. : Les créatures sont à l’église = les femmes sont à l’église. (GPFC, 1930)
— Femme, épouse, jeune fille : Les créatures sont à l’église. On prononce généralement criature. (Bélisle, 1957)

  • 11 Adjutor Rivard (1930) définit, de façon neutre, l’expression bonne femme dans son glossaire : « Épo (...)
  • 12 Hélène Dumais remarque que les journalistes de la fin du XIXe et du XXe siècle, qui sont une source (...)

17Les dénominations servant à désigner la conjointe sont plus variées. Leur sémantisme recoupe deux fonctions distinctes, mais qui n’en forment souvent qu’une seule aux yeux des glossairistes. La première est celle de l’épouse proprement dite que l’on retrouve dans des appellations du type (la) bonne femme (que Clapin et Rivard définissent comme une désignation fréquente, parmi le peuple, pour « ma femme, mon épouse11 »), compagnée (que Dunn et Clapin désignent par « femme, blonde »), dame (« épouse, femme » sont les définissants employés par le GPFC et Bélisle), (la) femme (que Clapin définit par « ma femme, mon épouse »). Dans le cas du mot témoin dame12, l’épouse est définie passivement comme l’accompagnatrice d’un homme qui s’identifie par un titre de profession. Par ailleurs, le vocable dame est d’emploi neutre chez Bélisle, mais valorisé chez Clapin sur le plan social, puisqu’il représente non seulement une fonction, mais aussi un titre :

dame : s. f., Épouse : — La dame du notaire. La dame du médecin. Au moyen âge, dame était généralement le titre que l’on donnait à la femme d’un seigneur. (Clapin, 1894)
— Épouse : je l’ai rencontré avec sa dame, accompagné de sa femme, de son épouse. (Bélisle, 1957)

18La seconde est celle de l’épouse vue à travers son rôle de mère, manifeste dans les dénominations mére, que Dionne définit par « femme », et sa mère, désignation pour laquelle Bélisle donne comme sens « maman, ma femme ». Cette tendance à la fusion entre le sens de « femme », celui « d’épouse » et celui de « mère » — bien attestée dans les anciens textes littéraires français — confirme le rôle domestique et familial que joua la femme rurale au Canada et dans la littérature canadienne-française :

Il semble tout d’abord que les mots désignant la femme puissent avoir une certaine tendance naturelle à désigner aussi l’épouse : en effet, dans la majorité des cas, le concept « femme » n’est pas considéré isolément, mais à l’intérieur du couple que la femme forme avec l’homme, cet homme étant le plus souvent un mari. (Grisay et al., 1969, p. 9)

19Les glossaires canadiens sont ainsi fidèles à des représentations de femmes conformes aux mœurs conservatrices et religieuses des années 1890-1900, comme en rend compte, encore en 1930, ce passage dans le Glossaire du parler français au Canada servant à illustrer le sens du groupe verbal faire baptiser :

baptiser : Faire baptiser (absolt) = avoir un nouveau-né. Ex. : Elle fait son ménage, et il n’y a pas six jours qu’elle a fait baptiser = qu’elle a eu un nouveau-né. (GPFC, 1930)

20On a pu constater que les dénominations-clés recensées qui représentent le fonctionnement social de la femme sont propres au milieu familial qui est manifeste dans le nombre de désignations rencontrées pour parler de la grand-mère, de la mère, de l’épouse et de la fiancée de l’homme, par exemple celles de : blonde, bonne femme, compagnée, créature, fille, mémère… Soulignons que blonde est d’un emploi général au début du siècle et qu’il représente un autre mot témoin important pour parler de la jeune fille et de la fiancée. Il évoque « le plus souvent l’idée d’une jeune fille avec laquelle on entretient une relation amoureuse stable, conduisant normalement au mariage ; il s’agit de l’emploi traditionnel du mot au Canada français. […] Le mot s’applique également, déjà au XIXe s., à l’amie passagère, à la femme avec laquelle on ne veut pas s’engager sérieusement » (Poirier, 1985, p. 27).

Occupations féminines

Tu as bien de la chance, toi, d’être maîtresse d’école : ta classe finie, plus rien à faire qu’à corriger les devoirs des élèves. Chez les habitants, plus on en fait, plus il en reste à faire. On a donné une bonne escousse depuis un mois, notre grand ménage est presque terminé. Il reste encore la cuisine ; on retarde parce qu’il fait trop froid pour entrer dans le fournil, on a une couvée de petits poulets qu’il faut tenir à la chaleur et on n’a pas fini non plus d’égermer les patates.

Marie Bonenfant, Canadiennes d’hier (1941, p. 142)

  • 13 « Si la femme aspire à déployer son activité ailleurs qu’au foyer ; si elle dispute à l’homme une p (...)

21Les dénominations relatives au travail féminin dans les glossaires recouvrent trois champs thématiques qui ont en commun la notion de « service » (voir le Tableau 2). Le premier concerne les occupations ménagères (fille engagère « cuisinière », fille générale « bonne à tout faire », servante générale « femme de service ») ; le deuxième, les métiers proprement dits (brayeuse « femme qui broie le lin et le chanvre », buncheuse « robeuse de cigares », chauffeuse « femme qui entretient le feu », modeuse, modisse « couturière ») et le troisième, des activités à caractère communautaire (maîtresse de pension « femme qui tient une pension bourgeoise », capuche, chasse femme, pelle-à-feu « sage-femme », maîtresse d’école « enseignante », nurse « infirmière » et sœur « religieuse ». À part quelques exceptions, telles que maîtresse de poste, femme orateur et professeuse, qui figurent en vedette, les désignations socioprofessionnelles féminines sont, comme on l’a dit, occultées dans les glossaires, sans doute en raison du fait que ces ouvrages mettent l’accent sur la vie campagnarde, telle qu’elle est représentée par Marie Bonenfant. Cependant, les premières attestations de féminisation des titres de fonction dans les dictionnaires canadiens-français sont certainement à mettre en rapport avec l’émergence d’une presse féminine au tournant du siècle et à la sortie des femmes sur la scène publique13 :

orateur : En parlant d’une femme : une femme orateur. (Bélisle)
poste : Maître, maîtresse de poste, directeur, directrice d’un bureau de poste. (Bélisle, 1957)
professeuse : Professeur (une). Fr. — Employé par Voltaire, maintenant inusité. (GPFC, 1930)

22Il faut dire cependant qu’à partir de Sylva Clapin, les glossairistes feront de plus en plus état des occupations féminines en faisant suivre le mot masculin du suffixe féminin, comme dans ageteur/euse, balieux/euse, entrepreneur/euse, jobbeur/euse, jongleur/euse, postier/ière et tapisseur/euse. Cette approche n’a pas de quoi surprendre parce qu’elle est encore pratiquée dans les dictionnaires du français. Il n’en reste pas moins que, par ce procédé, on laisse dans l’ombre un grand nombre de formes féminines qui pourraient autrement figurer au complet, de façon autonome. Il en découle un passage obligé par la forme masculine pour reconstituer le féminin. Toutefois, retenons que par ce procédé, les glossairistes donnent l’équivalent féminin de noms de métiers et de professions qui ne sont pourtant pas exercés par un grand nombre de femmes ou encore qui sont des adaptions intéressantes d’emprunts à l’anglais telles que : pedleux/euse « pedleux, pedleuse », ramancheur/euse « rebouteux, rebouteuse », rebouteur/euse « celui, celle qui remet les fractures », tapisseur/euse « celui, celle qui pose la tapisserie », weaveur/euse « tisserand, tisserande ». Même si on ne peut parler d’avant-gardisme véritablement, dans la partie non différentielle de son dictionnaire, Bélisle est le premier en 1957, parmi les glossairistes canadiens, à définir mairesse non seulement comme la « femme du maire », mais aussi comme une « femme maire ». Cette nouvelle acception prendra tout son sens, cinquante ans plus tard, dans le monde de la politique municipale avec feue Andrée Boucher, comme « mairesse » de la ville de Québec !

IDENTITÉ PERSONNELLE

amanchure : Affublement, accoutrement. Ex. : Les femmes en ont des amanchures cette année = les femmes en ont des affublements étranges cette année. (GPFC, 1930)

23Les glossaires recensent des désignations servant à décrire l’apparence physique de la femme, son comportement psychologique, sa tenue vestimentaire ainsi que ses objets d’utilisation personnelle (voir le Tableau 3). Le bon goût est une des caractéristiques féminines fortement valorisées comme on peut le constater dans les exemples suivants :

Catherine-serrée : Femme à l’étroit dans ses vêtements. Ex. Regarde Catherine-serrée qui passe. (DIONNE, 1909)
fouaillon : Femme ou fille mal habillée, qui a une mauvaise tenue. (GPFC, 1930)
trimer : Par extension, parer, arranger : — V’là une femme ben trimée. (Clapin, 1894)

Vêtements, accessoires et objets

capuche : Bonnet de nuit à l’usage du sexe. (Dionne, 1909)

  • 14 « In 1849, [Amelia] Bloomer began publication of The Lily, a monthly temperance paper. The paper so (...)

24La garde-robe féminine des glossairistes comprend des tenues de ville (costume), des vêtements de travail (garibaldi, matinée), des vêtements pour se protéger de la pluie et du froid (circulaire, polka), de légers foulards (nuage, nubé), des fourrures portées au cou (victorines), des vêtements d’intérieur sobres et pratiques (mantelet) et d’extérieur (quat’poches) dont le pantalon d’hiver (bloumeresses). Le port du manchon, de collerettes et de mocassines suggère un mode de vie ainsi qu’une culture féminine adaptés aux conditions de vie de l’Amérique du Nord. L’influence des magazines féminins étrangers peut être inférée par la présence des anglicismes spencer (corset), nuns’ veiling (voile) ainsi que bloumeresses, qui est un pantalon d’inspiration américaine (bloomers), dangereusement perçu par le clergé antiféministe du début du XXe siècle comme un symbole de la revendication du corps et l’emblème de la libération des femmes14.

Tableau 3. Vêtements féminins et objets d’utilisation

VÊTEMENTS

Amanchure (toilette ridicule d’une femme)
Bloumeresses (pantalons de femmes)
Circulaire (imperméable de femme)
Corps (corsage)
Costume (costume tailleur)
Estomac (partie des vêtements couvrant l’estomac)
Garibaldi (sorte de blouse, serrée à la taille, portée par les femmes et les enfants)
Imperméable (à l’usage des femmes)
Jupe
Machicoté
(jupe)
Mantelet (costume d’intérieur fait sans trop de luxe et beaucoup porté par les femmes, à la campagne)
Matinée (blouse légère de femme)
Polka (gilet de laine, tissé ou tricoté, pour femme surtout)
Quat’poches (vêtement extérieur sensé être fourni de quatre poches)
Victorine (palatine, fourrure que les femmes portent sur le cou)

SOUS-VÊTEMENTS

Brassière (soutien-gorge)
Gaine (genre de corset, gaine de nylon)
Machicoté (jupon de femme)
Mantelet (camisole de femme)
Slip (combinaison-jupon)
Spencer (corsage sans jupe ; corset de femme)
Taille (corsage de robe)
Taille de robe (corsage de robe)

PIÈCES D’HABILLEMENT

Ballon (crinoline)
Bossel (gros bourrelet porté sous le corps pour faire bouffer la jupe)
Cache-mainettes (tablier)
Châle (à pointes) (qui se porte plié)
Collerette (pélerine [sic], mante)
Devantière (tablier de femme)
Manchon (se dit pour mancheron)
Manigot (gant dont les doigts sont coupés)
Mantelet (drap souple, épaules des femmes)
Matachias (ceintures)
Menotte (mitaine, petit gant de femme qui ne couvre qu’une partie des doigts)
Mocassine (forme féminine de mocassin)

PIÈCES D’HABILLEMENT (Suite)

Nuage, nubé (foulard, femmes)
Nun’s veiling (voile, étoffe)
Pleureuse (voile de deuil porté par les veuves)
Taille de robe (corsage de robe)

GARNITURES

Braid (galon ; tresse ; mignardise ;… à dentelles)
Falbana, falbéna (falbala = garniture dans la robe des femmes)
Farbalas (volant d’un vêtement de femme)
Fontage (ruban pour coiffe de femme ; nœud de ruban)
Fri (jabot, ruche)
Frison (sorte de volant pour garnir les bas de jupes)
Gorgette (attache de chapeau de femme)
Gourmettes (cordons servant à attacher les chapeaux des femmes, ou les chapeaux des travailleurs)
Pagote, pagode (parement… de la manche d’une robe)
Polissons (bandes d’ étoffe)
Suivez-moi (long ruban de soie)

OBJETS

Bombe (bouilloire)
Catalogne (couverture… par les Canadiennes)
Catin (poupée d’ enfant)
Cazagot (boîte d’écorce où les femmes des sauvages déposent leur enfant)
Drapeau (linge dont se servent les femmes pendant les menstruations)
Fardure (fard)
Frisette (papillotte… dont on enveloppe les cheveux divisés en mèches pour les friser)
Frisottine (papillotte)
Nagane (filet dans lequel les mères indiennes mettent leurs jeunes enfants pour les transporter)
Porte-jupes (support servant à ranger les jupes et jupons dans un placard)
Poudrette (houppe)
Pousse-pousse (voiturette de bébé)
Sent-bon (parfum)
Tricot (ce qui sert à tricoter)

25Quant aux divers objets d’ornement, ils illustrent la complexité de l’habillement féminin, le souci du détail esthétique ; ils sont aussi évocateurs d’un désir de coquetterie. On pense ici aux rubans de soie (fontage, suivez-moi), aux dentelles (braid), aux garnitures (falbéna, frisons) et aux parements de toilettes (pagote, polissons) qui s’ajoutent aux tenues de sortie. Les pièces d’habillement recensées sont aussi le reflet d’une autre époque où les femmes portent des crinolines (ballons), des petits gants (menottes) et de jolies devantières lorsqu’elles cuisinent (vêtement de protection). Le type de sous-vêtements répertoriés signale une conception esthétique de la silhouette féminine où les hanches sont accentuées et la taille affinée par le corset (spencer) ou encore par les jupons (machicoté). La gaine, la taille de robe ou encore le slip évoquent des images de femmes soucieuses de leur apparence physique et de leur beauté, quelquefois au prix de l’étranglement de la taille en faveur de l’amplification des hanches. Les quelques produits de beauté (fardure, poudrette) suggèrent que les femmes se maquillent peu, mais, par contre, elles se frisent avec des frisottines ou des frisettes et elles s’aspergent de sent-bon pour plaire.

frisette : Papillote, morceau de papier dont on enveloppe les cheveux divisés en mèches pour les friser. Ex. : Elle perd ses frisettes = ses paillotes. (GPFC, 1930)

  • 15 Voir les monographies câline, « [b]onnet de femme fait général. de tissu léger, garni de dentelles, (...)

26Plusieurs accessoires inventoriés ont trait aux coiffes que portaient les femmes d’antan : selon les saisons (grosse-tête, thérèse) ou selon les divers moments de la journée (bonette, câline, capine15, capuche) pour couvrir la chevelure des femmes dont la charge érotique aurait pu peut-être troubler. Les bijoux (pendrioches, pend’oreill) et parures (afficots, sacoche) renseignent, en outre, sur les valeurs féminines quant à l’importance attribuée au corps et montrent que les femmes se soucient de leur féminité. Ces objets sont aussi associés au plaisir de bien paraître, voir Figure 1. On associe certains objets aux tâches effectuées par le sexe féminin comme dans le cas de la « bouilloire ordinaire [bombe ou canard] dont les ménagères se servent pour faire chauffer l’eau ». D’autres objets sont rattachés explicitement ou implicitement à l’hygiène féminine (drapeau), à la fonction de mère (poussepousse) ou encore aux passe-temps féminins (tricot), comme en témoignent les exemples suivants :

drapeau : Linge dont se servent les femmes, lors de leurs écoulements menstruels. (Clapin, 1894)
pousse-pousse : Voiturette de bébé que la maman peut pousser en avant d’elle. (Bélisle, 1957)
tricot : […] Ex. : Viens donc veiller : t’apporteras ton tricot. (GPFC, 1930)

Figure 1. Images : Dictionnaire descriptif et visuel d’objets de Parcs Canada

Figure 1. Images : Dictionnaire descriptif et visuel d’objets de Parcs Canada

27Ainsi, le trousseau vestimentaire des femmes comporte des héritages de France ainsi que des objets notamment empruntés aux cultures amérindienne, américaine et anglaise. Les créations artisanales, par exemple la catalogne, font aussi partie des particularités culturelles féminines canadiennes que recensent les auteurs :

CATALOGNE : Couverture de lit faite au métier par les Canadiennes, avec des retailles de coton ou de laine, avec toutes sortes de menus restes d’étoffe. (GPFC, 1930)

Appellations axiologiques

SEREINE : Sirène, ou femme séduisante, enchanteresse. (Clapin, 1894)

28Les glossairistes ont inventorié un certain nombre de dénominations féminines appartenant au vocabulaire axiologique, se caractérisant par des termes qui font intervenir une évaluation positive ou négative. Les deux principaux champs sémantiques, ceux qui représentent le plus grand nombre d’attestations, ont trait à l’apparence physique et au comportement féminin (voir le Tableau 4). Dans le premier cas, les valeurs dénoncées à travers les mots recensés sont celles de malpropreté féminine (cendrouillonne « servante malpropre », Marie Souillon « femme malpropre », Marie Torchon (« femme laide et malpropre », souillonne), d’apparence négligée ou non standard (borgnesse « femme borgne », bossuse, cateau « une Catherine », Catherine-serrée « femme à l’étroit dans ses vêtements », fouaillon « fille mal habillée », géane « géante », georgette « fille négligée », girafe « fille au cou long et élancé ») et d’embonpoint (dondaine « grosse fille ou femme », dondine, mémère « grosse femme au caractère bonace », paquèse « personne grosse et courte », poutine « personne grasse et ronde », tampone « femme courte et mal bâtie », tapoune, toune « fillette ou jeune fille qui a de l’embonpoint », toutoune « petite fille lourde d’allure »). La beauté, l’élégance et le charme sont plus rarement évoqués. Ils le sont d’ailleurs à travers des appellations qui sont bien loin d’être neutres, en dépit de la valeur hypocoristique de certaines d’entre elles (qui exprime, selon le Petit Robert, « une intention affectueuse, caressante » en se servant de diminutifs). Voici quelques hypocoristiques que nous avons recensés : beau petit pétard « jolie petite fille », craque « favorite », minouche « petite fille », patron « jeune fille qui a belle mine », pleumas « fille bien mise », sereine « femme séduisante » et (petit) trognon « jolie petite fille ».

Tableau 4. Appellations axiologiques

APPARENCE FÉMININE

COMPORTEMENT FÉMININ

Apparence négligée ou non standard
borgnesse, bossuse, cateau, Catherine-serrée, dindonne, fouaillon, géane, georgette, gingue, girafe, grand’biche, monstresse
Beauté
craque, patron, petit pétard, pleumas, sereine, (petit) trognon
Délicatesse
minouche
Désordre
gaupe, Marie-quat’ poches
Embonpoint
dondaine, dondine, paquèse, poutine, tampone, tapoune, toune, toutoune
Malpropreté
cendrouillonne, Marie Souillon, Marie Torchon, souillonne

Conduite
magasineuse
Conduite douteuse
botte, picasse, plug, seineuse
Conversation
comète, harpie, jacassière
Gentillesse
mémère, minouche
Hargne
démone, grébiche, grichou, toupie
Manières
garce, madone, pincée
Mœurs
dondaine, gergaude, pétard

29Quant au comportement des femmes, on relève là encore un certain nombre de termes axiologiques dévalorisants servant à stigmatiser la femme selon qu’elle est désordonnée (gaupe « femme sans ordre », Marie quat’poches), bavarde (comète « commère, écornifleuse », harpie « femme acariâtre et bavarde », jacassière « femme qui jacasse »), hargneuse (démone « femme maligne », grichou « mégère », grébiche « femme acariâtre », guiâblesse « diablesse, femme méchante », toupie « chipie »), maniérée (madone « prude, bigote », pincée, singeresse « femme mijaurée »), facile (bonne-à-rien, dondaine « fille légère et volage », gergaude « jeune fille aimant à s’amuser, à badiner, à folâtrer avec les garçons », guidoune « fille de mœurs légères ») et de conduite douteuse ou de mauvaise vie (botte « fille de joie », gouine « femme de réputation perdue », mâcheuse de gomme « femme commune et indolente », picasse « fille de mauvaises mœurs », plug « femme commune », seineuse « raccoleuse », strolle « femme de mauvaise vie »).

30Même si les auteurs de glossaires ont été de plus fins observateurs pour les hommes et ont recueilli un plus grand nombre de qualifiants pour dépeindre l’apparence physique et les comportements masculins, ils ne se sont pas limités aux axiologiques valorisants pour les décrire. Oscar Dunn recense notamment les adjectifs bagoulard, cabassé, cornichon, éguenillé, époitriné, faigniant, franc comme l’épée du roi, ostiné, tannant, vlimeux en parlant d’un homme bavard, abattu, niais, négligé, têtu, etc. Mais, de façon générale, les auteurs de glossaires ont opté pour l’inclusion de la marque écrite du féminin pour les adjectifs, par procédé de troncation, comme dans les cas de bâdreur/euse, coquin/e, débiscaillé/ée, denté/e, être mordu/ue, étrivant/e, excité/ée, mourant/ante, raqué/ée, senteux/euse, tanné/ée, etc.

IDENTITÉ DE GENRE

trotter : […] Ces petites filles trottent après les garçons du matin au soir. (GPFC, 1930)

31Quant à l’identité de genre, elle se construit à partir de vocables décrivant non seulement la femme comme objet de convoitise : la jeune fille courtisée (plume), puis la femme aimée (maîtresse, connaissance), mais aussi comme sujet, soit la jeune fille qui aime à folâtrer et à badiner avec les garçons (gergaude, jargaude). L’identité sexuelle féminine est prise en compte dans un contexte où elle peut être critiquable à l’occasion, soit en parlant de mœurs féminines qui ne respectent pas l’idéologie religieuse de l’époque (bonneà-rien, catin, dondaine) ou encore en parlant d’une fille-mère (lorette).

Euphémismes

  • 16 Définition que nous reprenons à Jean Dubois et al. (2001).

32La santé, le corps, la reproduction et la sexualité féminine sont à la source d’un bon nombre de créations qui servent à contourner des sujets tabous en atténuant des expressions plus directes pour parler, entre autres, des fonctions reproductrices féminines ou de sexualité. À proprement dire, ces euphémismes, « c’est-à-dire toute manière atténuée ou douce d’exprimer certains faits ou certaines idées dont la crudité peut blesser16 », appartiennent aux registres familier et populaire, révélateurs des mœurs conservatrices de l’époque (voir le Tableau 5).

  • 17 Hélène Dumais (1987, p. 23) signale, en outre, qu’on fait référence à maladie en parlant des « mens (...)

maladie17 : Accouchement. Ex. : Attendre la maladie = être à veille d’accoucher. (GPFC, 1930)

33Les expressions, substantifs ou prédicats imagés pour parler de flirt (avoir du chemin, coureuse, cupidonner), de fréquentations amoureuses (faire de la broche), de mariage (faire chaudière ensemble) et de cohabitation (s’adopter, se mettre ensemble) sont inventoriés et définis par les glossairistes sans pudeur, ni censure. Le GPFC explore des champs lexicaux qui n’ont pas été beaucoup abordés auparavant, tels que le corps de la femme et sa poitrine (bel estomac ou encore femme à belle corniche faisant référence au « corsage opulent » d’une femme ou qui accentue son décolletage : avoir la fale à l’air, avoir le magasin à l’air, être époitraîllée). On pourra se surprendre, en outre, de voir la prostitution féminine prise en compte (seiner : « raccoler des passants »), de même que l’homosexualité (bester : « [a]voir une affection sensible pour une personne de son sexe ») et certains attouchements de type sexuel (tripoter : « patiner une femme »).

Tableau 5. Euphémismes

FEMMES

Attendre la maladie (être à la veille d’ accoucher)
Attendre les sauvages (être sur le point d’ accoucher)
Avoir du chemin (aimer la société des garçons, ne pas avoir froid aux yeux, être causeuse dans la compagnie des garçons, en parlant d’une jeune fille)
Avoir, tenir les cordeaux (porter la culotte, en parlant de la femme)
Baptiser (faire) (avoir un nouveau-né)
Débouler (accoucher ; devenir mère)
Donner la pelle (éconduire un prétendant, en parlant d’une jeune fille qui refuse sa main à un jeune homme ou qui lui fait comprendre qu’il est inutile pour lui de la courtiser)
Être de même (femme en état de grossesse)
Être hors de marque (avoir dépassé l’âge critique, en parlant d’une femme)
Être sur l’autre bord (femme enceinte)
Être sur le retour (état de grossesse)
Femme à belle corniche (provocante)
Partir (pour la famille) (être enceinte)
Partir pour la gloire (devenir enceinte)
Perdre (avoir une hémorragie chez la femme)
Relever (aller soigner une accouchée jusqu’à ses relevailles, faire sa besogne jusqu’à ce qu’elle soit en état de la faire elle-même)
Rester malade (accoucher)
Virer (atteindre la ménopause)
Virer (en chemin) (avoir une fausse couche)

HOMMES

Acheter (devenir père)
Avoine (manger de l’) (être supplanté par un rival)
Avoir la ; recevoir la pelle (être éconduit, en parlant du jeune homme refusé)
Boyau (avoir des boyaux de pères) (éprouver de la tendresse pour ses enfants)
Faire une broche (en parlant d’un garçon dans une réunion avec une jeune fille, causer avec une jeune fille, à part, et lui conter fleurettes) ;
Faire de la broche (faire l’amour, parler d’amour, conter fleurettes à une jeune fille)
Faire manger de l’avoine (jeune homme qui courtise une jeune fille et se fait supplanter auprès d’ elle)
Manger de l’avoine (être supplanté par ses rivaux)
Marcher (pour se marier) (chercher une fille à marier)
Parler (aux filles) (faire l’amour, conter fleurettes)

MIXTE

Acheter (devenir père, mère)
Assemblés (qui vivent ensemble sans être mariés)

MIXTE (Suite)

Bester (affection sensible pour une personne du même sexe)
Broche (faire de la) (faire l’ amour)
Brocher (faire l’amour ; parler d’amour, conter fleurettes, en parlant de jeunes gens)
(Lâcher la queue du) chat (être parrain, marraine pour la première fois)
Cupidonner (faire l’ amour)
Ensemble (se mettre) (homme et femme qui se marient)
Être de cérémonie (agir en qualité de parrain et marraine)
Faire achat (un achat) (devenir père ou mère)
Faire chaudière (ensemble) (nouveaux époux)
Faire emplette (devenir père, devenir mère)
Faire une bonne gosse (causerie d’amoureux = une bonne causette) Fréquenter (faire de la flirtation)
Mettre (s’unir charnellement)
S’adopter (vivre ensemble sans être mariés)
Se mettre ensemble (contracter une union légitime, en parlant d’un homme et d’une femme)

34Pour désigner des fonctions biologiques plus spécifiquement féminines telles que la grossesse, ont été recensées les locutions être de même, être sur l’autre bord, être sur le retour, partir pour la famille et partir pour la gloire. On dit de la femme qui est sur le point d’avoir un enfant qu’elle attend les sauvages et, au moment où elle accouche, les verbes acheter, débouler, rester malade sont utilisés pour caractériser l’acte de donner naissance. Lorsqu’on devient mère ou père, on fait un achat ou bien on fait emplette. Quant aux fausses couches, on dit d’une femme qu’elle perd ou vire en chemin, mais, à la ménopause, les images sont plus « amères », car la femme vire tout simplement et elle est désormais hors de marque. Mais, l’enthousiasme reprend, et ce, de façon débordante, lorsque la femme lâche la queue du chat en devenant marraine pour la première fois !

UN PATRIMOINE LEXICAL FÉMININ IMAGINÉ EN IMAGES

Y a des jours de plaine où je n’entends plus la langue de ma mère Daniel Lavoie, « Jours de plaine » (chanson)

  • 18 « La femme nouvelle (the new woman), c’est l’appellation inventée par les Américains pour caractéri (...)

35Tout au long de cette démarche, nous avons pu constater que plusieurs dénominations féminines dans les glossaires renvoyaient à un fonctionnement social où la femme occupait surtout la scène familiale, mais nous avons aussi rencontré la petite trotteuse, c’est-à-dire la jeune fille qui recherche la présence des garçons, ou encore la magasineuse, qui préfère au ménage, dépenser et « courir les magasins ». Puisque les auteurs des glossaires prennent souvent leurs données à des sources antérieures, on ne s’étonne pas de retrouver encore chez Bélisle plusieurs archaïsmes reflétant des modèles féminins traditionnels qui étaient devenus rares en 1957. Cet état de choses a pour effet de perpétuer une représentation plus ancienne de la société, voire de la mythifier et de passer outre aux créations néologiques qu’a fait naître, à l’aube du vingtième siècle, la femme nouvelle18.

36Les glossaires canadiens représentent donc les vestiges d’un passé féminin canadien-français conservateur et catholique (« Les créatures sont allées au vêpes », GPFC). Ces recueils de mots sont comparables à de vieux albums de photos — remplis de petites scènes de la vie quotidienne — « Cou’don ta femme vient-elle ? » — (GPFC), à la fois bucoliques : « Huche ton père pour dîner » (Dunn) et maternelles : « Une mère canadienne ne parlerait pas autrement à son enfant qui l’importunerait de questions » (- s. v. bâdrant/ante, GPFC). On entend presque parler la famille de « nos » grands-mères par le biais d’exemples qui évoquent des extraits de conversations remplis de couleurs locales : « Madame, vous a-t-on réponé ? » (Dionne) et de chaleur : « On était tous là, le père, la mère, les oncles, les tantes…, enfin tout le tremblement » (Clapin). Les glossairistes canadiens sont ainsi de véritables peintres de la vie des gens ordinaires avec leurs us et coutumes. Le Glossaire du parler français au Canada se distingue du Dictionnaire canadien-français en ce sens qu’il présente un point de vue davantage régionaliste, social et communautaire, qu’ethnologique et culturel. Il reproduit l’atmosphère de son époque ; la famille est présente, sa hiérarchie est aussi bien représentée ; la place et le rôle de la mère et du père sont clairement définis.

37Il faudra cependant attendre la Révolution tranquille pour voir conséquemment apparaître, dans les dictionnaires du français québécois, des modèles de femmes modernes et sportives vivant dans les grandes villes : « L’actrice était doublée par une cascadeuse » (Boulanger, 1992). La plupart des euphémismes et mots témoins d’une époque ancienne disparaîtront dans ces nouveaux outils de référence. Par exemple, le sens du mot blonde se modernisera dans la société québécoise des années 1980, dans la mouvance de la montée du féminisme et du rejet des traditions familiales les plus rigides, du « port de la minijupe et [de] la recherche de genres de vie alternative » (Létourneau, 2004, p. 90). C’est ainsi que blonde tend désormais à s’employer, en parlant de la femme ou de la « maîtresse qui partage la vie d’un homme », emploi qui est parallèle à celui de chum, en parlant de l’homme, d’après le Dictionnaire du français Plus (1988). Les dictionnaires québécois récents livrent de nouveaux messages sociaux où les images de femmes (auteure, docteure, écrivaine, forgeronne) sont en contraste avec celles qui ont été véhiculées dans les glossaires (plume, pelure, pelle-à-feu et baladeuse). Néanmoins, sans la tradition, il n’y aurait pas eu lieu d’innover et la Québécoise d’aujourd’hui n’aspirerait pas à reprendre le flambeau que les glossairistes lui ont tendu afin de mettre en valeur l’héritage féminin légué par les mots !

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Amossy, Ruth (1991), Les idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

Anscombre, Jean-Claude (2001), « Le rôle du lexique dans la théorie des stéréotypes », Langages. Les discours intérieurs au lexique, Paris, Larousse, p. 57-77.

Bonenfant, Marie (1941), Canadiennes d’hier (lettres familières), Mont réal, Éditions Bernard Valiquette.

Conseil du statut de la femme au Québec — Chronologie de l’histoire des femmes : <http://pages.infinit.net/histoire/femindex.html>.

Desrochers, Lucie (2003), Œuvres de femmes 1860-1961, Sainte-Foy, Les Publications du Québec.

Dumais, Hélène (1987), « Du côté des personnes du sexe... », Québec français, n ° 66, p. 22-23.

Gagnon, Ernest (1917), Pages choisies, Québec, J.-P. Garneau Librairie-Éditeur.

Grisay, A., G. Lavis et M. Dubois-stasse (1969), Les dénominations de la femme dans les anciens textes littéraires français, Gembloux, J. Duculot.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1998), L’implicite, Paris, Armand Colin.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (2002), L’énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Lamonde, Yvan (2004), Histoire sociale des idées au Québec, 1896-1929, [Mont réal], Fides, vol. 2.

Létourneau, Jocelyn (2004), Le Québec, les Québécois : un parcours historique, Saint-Laurent, Fides.

Matoré, Georges (1953), La méthode en lexicologie, Paris, Librairie Marcel-Didier.

Nézyme (1919), La Patrie, Mont réal, 22 mars, p. 17.

Rey-Debove, Josette (1971), Étude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, La Haye-Paris, Mouton.

Rey-Debove, Josette (2004), « Les femmes et les dictionnaires », Aménagement linguistique au Maghreb, Revue d’aménagement linguistique au Québec, n ° 107, p. 227-239.

Rivard, Adjutor (1915), « Le ber », L’Almanach du peuple de la Librairie Beauchemin 1916, 47e année, Mont réal, Librairie Beau-chemin, p. 382-386.

Saint-Yves, Gabrielle (2002), La conception du français canadien et de ses particularismes lexicaux vue à travers la recherche de critères d’évaluation : Bilan de la réflexion sur la norme du lexique au XIXe siècle dans la production lexicographique depuis Thomas Maguire (1841) jusqu’à Joseph Amable Manseau (1881), thèse de doctorat (dir.) R. Wooldridge, Toronto, University of Toronto.

Vieuxtemps, Marie [pseud. de Joséphine Marchand] (1895), « La femme en politique », Le coin du feu, Mont réal, nov., p. 342.

Yaguello, Marina (1978), Les mots et les femmes. Essai d’approche socio-linguistique de la condition féminine, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot ».

Yaguello, Marina (1989), Le sexe des mots, Paris, Belfond.

Yvonne [pseud. de Marie Lacoste] (1893), « Le travail chez la femme », Le Coin du Feu, Mont réal, mai, p. 67-68.

Dictionnaires

Boulanger, Jean-Claude (dir.) (1992), DQA : Dictionnaire québécois d’aujourd’hui : langue française, histoire, géographie, culture générale, Saint-Laurent, Dicorobert.

Dubois, Jean et al. (2001), Dictionnaire de linguistique, Paris, Larousse.

Poirier, Claude (1985), DFQ : Dictionnaire du français québécois, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

Poirier, Claude (1988), DFP : Dictionnaire du français Plus à l’usage des francophones d’Amérique, Mont réal, Centre Éducatif et Culturel inc.

Poirier, Claude (dir.) (1998), DHFQ : Dictionnaire historique du français québécois : monographies lexicographiques de québécismes, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

Notes

1 « Beaucoup d’hommes lexicographes ne sont pas misogynes — ce n’est pas le problème —, mais ils prennent l’homme, le mâle, comme modèle de l’humain, alors ils ne pensent jamais aux femmes. C’est pour eux tout à fait secondaire. Pourtant, le mâle comme modèle de l’humanité c’est un peu embêtant, compte tenu de la spécificité des femmes, de leur psychologie, de leurs façons de voir, de leur vie quotidienne aussi. » Témoignage de Josette Rey-Debove, en tant que première femme lexicographe française, dans le cadre des activités scientifiques du Centre interdisciplinaire de recherches sur les activités langagières en 2003, à l’Université Laval (voir Rey-Debove, 2004).

2 Ce projet de recherche a été subventionné par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture et conduit grâce à l’appui scientifique du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ) et du CIRAL. Nous aimerions remercier Andy Van Drom qui a relu et commenté notre texte.

3 La liste des ouvrages examinés figure sur le site Internet du Trésor de la langue française au Québec où il est possible d’interroger les préfaces de ces répertoires : <http://www.tlfq.ulaval.ca/quebetext>. Cette liste comporte des liens hypertextes renvoyant à d’autres sites où les textes ont été reproduits.

4 « L’action que des femmes et quelques hommes vont mener à la fin du XIXe siècle en faveur de l’émancipation juridique et politique de la femme s’inscrit dans une quadruple trame : les classes sociales, les idées libérales, la nouvelle philanthropie et l’accès au monde du travail, de l’éducation et de l’écriture journalistique et littéraire » (Lamonde, 2004, p. 91).

5 Dans les journaux d’époque, on emploie les expressions épicènes jeunes gens et jeunes personnes en parlant des jeunes filles tandis que sont attestées, dans le premier magazine féminin du Québec (Yvonne, 1893), des appellations plus spécifiques et plus neutres telles que jeunesse féminine, jeune fille et jeune femme.

6 Les vedettes recensées dans les cinq glossaires ont été regroupées et accompagnées des acceptions et variantes les plus courantes attribuées par les auteurs de notre corpus. Ce relevé de mots ne représente qu’une partie de notre lexique féminin, présentement en construction.

7 Voir les nombreux exemples littéraires qui attestent de la fréquence d’usage des vocables blonde, bonne femme, compagnée, créature, la mère et ma vieille dans le fichier lexical du TLFQ.

8 Ce n’est pas en tout cas la réalité féminine du monde du travail telle qu’elle est décrite par la journaliste Marie Lacoste (sous le pseud. d’Yvonne) dans le premier périodique féminin Le Coin du feu (en mai 1893, p. 68) : « [q]u’on retire la femme de l’atelier, de la manufacture, du magasin, et dites moi [sic] si le commerce se maintiendra aussi puissant ».

9 Selon Lucie Desrochers, auteure du livre Œuvres de femmes 1860-1961 : « Plusieurs réalités concernant la participation féminine à la vie économique sont occultées. Non seulement le travail domestique n’est pas considéré, mais également celui effectué par les épouses et les filles des fermiers, des artisans, des commerçants et de certains professionnels » (2003, p. 128).

10 Définition et explication fournies lors d’une conférence donnée à l’Université Laval (en 2002) intitulée « Langue et patrimoine : le mot comme objet culturel », à propos de la valeur patrimoniale de la langue et des mots témoins qui, par leurs significations et connotations, expriment les transitions idéologiques et sociales d’un peuple.

11 Adjutor Rivard (1930) définit, de façon neutre, l’expression bonne femme dans son glossaire : « Épouse, femme. Can. — On dit généralement la bonne femme, de même que la femme, pour : ma femme. » Sylva Clapin (1894), déjà sensible à la valeur connotative de cette expression, l’avait pour sa part marquée et placée dans son dictionnaire sous la rubrique Appellations injurieuses ou dérisoires s’adressant plus particulièrement aux femmes.

12 Hélène Dumais remarque que les journalistes de la fin du XIXe et du XXe siècle, qui sont une source importante de renseignements concernant les mots pour désigner les femmes, sont un peu réticents à utiliser les sub stantifs femme et jeune fille et qu’on « leur préfère souvent dame et demoiselle fréquemment mentionnés dans les chroniques mondaines des journaux » (1987, p. 22).

13 « Si la femme aspire à déployer son activité ailleurs qu’au foyer ; si elle dispute à l’homme une place sur la scène publique où lui seul figurait, il y a là un fait social digne d’attirer au plus haut point l’attention des esprits sérieux. Les grands bouleversements qui changent le sort d’une portion considérable de l’humanité ne se produisent jamais sans un besoin réel. Pour en bien comprendre la raison d’être, on doit rechercher scrupuleusement les causes qui les déterminent » (Yvonne, 1893, p. 67).

14 « In 1849, [Amelia] Bloomer began publication of The Lily, a monthly temperance paper. The paper soon became a voice for Stanton and other advocates of women’s interests. The paper became an active voice for change in women’s dress, and the abandonment of restrictive clothing in favor of shorter skirts and knee-length undergarments that came to be known as Bloomers » (adresse Internet : <http://www.nps.gov/archive/wori/bloomer.htm>). Plusieurs pages critiques ont été écrites à propos de l’émancipation féminine par des membres du clergé canadien, de la presse et des milieux politiques, qui se sont opposés au modèle des bloomer girls, fortement décriées par Camille Roy comme étant des « garçonnières », des « femmes sans robe ni jupon », des « femmes en culotte », ainsi que par Henri Bourassa dans Le Devoir en 1910.

15 Voir les monographies câline, « [b]onnet de femme fait général. de tissu léger, garni de dentelles, de rubans, qui se nouait sous le menton et qui se portait le plus souvent à l’intérieur », et capine, « [b]onnet, coiffure de femme, d’enfant, qui descend souvent assez bas sur les épaules et qui attache en général sous le menton » (Poirier, DHFQ, 1998, p. 157).

16 Définition que nous reprenons à Jean Dubois et al. (2001).

17 Hélène Dumais (1987, p. 23) signale, en outre, qu’on fait référence à maladie en parlant des « menstruations, mieux connues sous le nom de maladie féminine ou encore maladie de grande fille » ou encore dénommées par des mots évoquant la fréquence (les époques, les époques douloureuses ou menstruelles ou encore l’époque du mois).

18 « La femme nouvelle (the new woman), c’est l’appellation inventée par les Américains pour caractériser celle qui revendique des droits égaux à ceux de l’homme » (Marie Vieuxtemps, 1895, p. 342).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Images : Dictionnaire descriptif et visuel d’objets de Parcs Canada
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

Gabrielle Saint-Yves détient un doctorat en études françaises (spécialisation : linguistique) de l’Université de Toronto (2002). Elle est présentement chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherches sur les activités langagières de l’Université Laval. Elle a reçu une première bourse postdoctorale du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (2003-2005) pour un projet intitulé « Images de la femme dans les glossaires canadiens-français (1880-1957). Représentations et stéréotypes ». Elle a reçu une seconde bourse, cette fois du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (2005-2007), pour un projet de recherche sur les débuts de la féminisation linguistique au Canada français. Enfin, de 2004 à 2007, elle a été déléguée régionale de la Modern Language Association of America pour la section Nord-Est de l’Amérique du Nord.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search