Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

À la découverte des particularismes canadiens et de leur origine : la lexicographie québécoise à l’époque des glossaires (1880-1930)

Louis Mercier

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, voir notamment Bouchard, 1998, et Poirier et Saint-Yves, 2002.

1Dès la première moitié du XIXe siècle, le Canada français avait commencé à prendre conscience du fait que, pendant la période d’isolement qui avait suivi la Conquête, un certain écart s’était creusé entre le français du Canada et celui de France, notamment sous l’influence de l’anglais. Il avait également pris conscience de l’importance de son image linguistique dans le combat de résistance qu’il devait livrer aux pressions assimilatrices du Canada anglais. Ce double constat allait bientôt donner naissance à un mouvement de rectification langagière et provoquer l’apparition des premiers dictionnaires canadiens1. C’est ainsi que la production lexicographique québécoise a débuté modestement il y a un siècle et demi avec la publication, à Québec, en 1841, d’un petit dictionnaire correctif à vocation pédagogique : le Manuel des difficultés les plus communes de la langue française […] suivi d’un recueil de locutions vicieuses de Thomas Maguire.

2Dans la seconde moitié du siècle, le mouvement de rectification langagière s’est amplifié, favorisant la diffusion des écrits de type correctif, qu’il s’agisse de chroniques de langage (A. Buies, 1865-1866 et 1888 ; A. Lusignan, 1884-1885 ; L. Fréchette, 1893-1903 ; R. Rinfret, 1896…) ou de petits dictionnaires (J.-P. Boucher-Belleville, 1855 ; J.-F. Gingras, 1860, 1867 et 1880 ; J.-A. Manseau, 1881 ; R. Rinfret, 1896…). Ce mouvement était principalement porté par des puristes, comme le lexicographe J.-A. Manseau ou le célèbre chroniqueur de La Patrie, Louis Fréchette, dont l’objectif avoué était de lutter contre les anglicismes et les « locutions vicieuses », mais qui, dans un même élan, ne se gênaient pas pour stigmatiser l’ensemble des particularismes repérés, de façon à provoquer le réalignement intégral du français du Canada sur le français de France tel qu’il est décrit dans les dictionnaires et grammaires en provenance de l’Hexagone. Ce réalignement sur le prestigieux français hexagonal ne constituait-il pas le meilleur moyen de garantir la survie de l’idiome en terre canadienne ?

3L’absence de nuances du discours puriste et les limites de son argumentation ne pouvaient manquer de susciter quelques réactions dans l’élite canadienne-française. Fallait-il vraiment condamner d’une même volée et avec la même virulence tous les particularismes canadiens ? Suffisait-il d’invoquer l’influence conjuguée de l’anglais et d’un laisser-aller général pour tout expliquer ? Était-il réaliste ou même souhaitable de demander aux Canadiens français de sacrifier tout ce qui les caractérisait sur le plan linguistique ? Dès 1842, J. Demers s’adressait aux journaux pour émettre de sérieuses réserves dans ce sens à l’égard du Manuel correctif de Maguire (voir Dionne, 1912) ; mais il faudra attendre presque quatre décennies avant qu’un répertoire lexicographique vienne mettre en place une nouvelle approche descriptive.

4La publication en 1880 du glossaire d’Oscar Dunn ouvre une nouvelle page de l’histoire de la lexicographie québécoise. On entre dans l’époque des glossaires qui va s’étaler sur un demi-siècle et nous laisser les quatre ouvrages suivants :

1880. Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, d’Oscar Dunn ;

1894. Dictionnaire canadien-français ou Lexique-glossaire des mots ou expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français, de Sylva Clapin ;

1909. Le Parler populaire des Canadiens français ou Lexique des canadianismes, acadianismes, anglicismes, mots anglais les plus en usage au sein des familles canadiennes et acadiennes françaises, de Narcisse-Eutrope Dionne.

1930. Glossaire du parler français au Canada contenant : 1° les mots et locutions en usage dans le parler de la province de Québec et qui ne sont pas admis dans le français d’école ; 2° la définition de leurs différents sens, avec des exemples ; 3° des notes sur leur provenance ; 4° la prononciation figurée des mots étudiés, de la Société du parler français au Canada.

NAISSANCE DU MOUVEMENT GLOSSAIRISTE

5La nouvelle approche descriptive inaugurée par Dunn est moins stigmatisante. Il ne s’agit plus seulement de partir à la découverte des particularismes canadiens dans le seul but de les dénoncer, mais aussi et d’abord dans celui de les inventorier. On assiste à l’émergence d’un nouveau discours qui se démarquera rapidement du discours puriste.

6De façon générale, on peut dire que cette nouvelle approche est également plus curieuse : avec Dunn s’amorce la quête de l’origine des particularismes du français canadien.

Émancipation du discours

7En comparaison des trois glossaires qui suivront, l’ouvrage de Dunn est de nature hybride, comme le souligne son titre à deux volets. On peut penser qu’en choisissant ce titre, Dunn a voulu signifier à ses lecteurs que celui-ci contenait deux catégories d’emplois qui devaient être perçus différemment : les emplois « légitimes », évoqués par le premier élément du titre (Glossaire franco-canadien), et les « emplois non légitimes », évoqués par le second élément (vocabulaire de locutions vicieuses).

8Dunn ne remet pas ouvertement en cause le discours puriste, se permettant lui-même de condamner les locutions qu’il juge « vicieuses ». À première vue, son dictionnaire se présente comme un répertoire correctif « traditionnel » et il contient un bon nombre de condamnations rédigées dans le style caractéristique de ce type de répertoire :

ACTER. Faire des actes. Non fr[ançais] et ridicule dans le sens de Jouer un rôle.

ADRESSER. Adresser une assemblée est le plus affreux barbarisme qu’on puisse imaginer. De l’angl. To address a meeting. […].

BÂTISSE. La maçonnerie d’une construction. C’est à tort qu’on l’emploie pour bâtiment, édifice, maison. « Les bâtisses parlementaires », locution détestable.

9Mais l’ouvrage ne contient pas que des condamnations. Bon nombre d’emplois identifiés par Dunn comme des archaïsmes, des emplois d’origine régionale française (dialectalismes) ou des innovations canadiennes sont décrits en termes tout à fait neutres :

ALLUMELLE. Nous avons conservé, comme en Normandie, ce vieux mot que le dictionnaire a remplacé par Lame.

BERS. Berceau. Ce mot remonte au 13e siècle ; il n’est plus dans le dict[ionnaire], mais il est généralement usité en Normandie et au Canada.

CROÛTE. Can[adien]. En hiver, le lendemain d’un jour de pluie ou de dégel, la surface de la neige est durcie par le froid ; c’est cette surface que nous appelons croûte. Marcher sur la croûte. Dans le C[en]tre de la Fr[ance], on dit que la terre croûte lorsqu’elle se durcit par suite de la gelée, et on appelle croûte la surface de la terre ainsi gelée. La croûte porte.

10Dans certains cas, l’auteur va jusqu’à recommander à ses lecteurs l’usage de l’emploi canadien, voire jusqu’à souhaiter l’inscription de cet emploi dans les dictionnaires français :

BEIGNES. Le dictionnaire ne donne que Beignet ; mais nous aurions tort de renoncer aux Beignes, ou Croquignoles, de notre invention.

POUDRERIE. Neige soulevée en poudre par le vent : poussière de neige. Le mot est pur franco-canadien, et c’est le chef d’œuvre de notre langue.

SUCRERIE. Lieu où l’on fait le sucre, ou Raffinerie, dit le dict[ionnaire]. Pour nous, c’est Une forêt d’érables, avec une ou plusieurs cabanes au milieu et tout le matériel nécessaire à la fabrication du sucre. Ce mot et tous les autres termes techniques de l’industrie du sucre d’érable, tels que Brassin, goudrelle, toque, tire, trempette, entailler, faire couler, sont, pour nous, aussi français que père et mère ; ils sont des premiers que nous ayons appris dans notre enfance. Ils ne sont pas dans le dict[ionnaire], ou si quelques-uns s’y trouvent, ce n’est pas avec l’acception canadienne. Comment la France pouvait-elle nous transmettre la langue d’une industrie qui n’existe pas chez elle, dont elle n’a pas la moindre idée ? N’est-ce pas à nous plutôt de lui fournir cette langue, et ne doit-elle pas en enrichir son dictionnaire ?

11Dans certains passages de sa préface, Dunn affiche une même volonté d’émancipation par rapport au discours puriste, obnubilé par l’anglicisme ou trop étroitement aligné sur le français « académique », c’est-à-dire sur le français des grands dictionnaires hexagonaux :

On dirait que nous avons peur d’être expressifs, et voilà la plus déplorable anglicisation que nous ayons subie. Quant à nos anglicismes véritables, on en exagère le nombre ; on met au compte de l’anglais bien des mots, bien des locutions qui nous sont venus directement de Bretagne ou de Normandie, ou qui appartiennent au vieux langage. (p. xix-xv et v, aussi p. xx-xxi)

On se demande tout d’abord s’il se peut qu’une locution canadienne, non sanctionnée par l’Académie, soit bonne. Je tiens pour l’affirmative. [...] Ainsi, nos hivers créent un genre d’existence que la langue française académique est impuissante à décrire ; c’est à la langue franco-canadienne que cela est naturellement dévolu. (p. xviii-xix)

12Dunn n’hésite donc pas à reconnaître aux Canadiens français le droit de créer les mots dont ils ont besoin pour nommer les réalités proprement canadiennes. Et ces innovations, source d’enrichissement pour le français académique, lui semblent naturellement appelées à figurer dans le dictionnaire de cette langue.

Premières considérations historiques

13Pionnier dans la recherche des origines anciennes ou dialectales du français canadien, Dunn a été le premier à démontrer clairement que les Canadiens français avaient hérité de France — que ce soit d’un état ancien du français ou de l’un de ses parlers régionaux — une grande partie des écarts linguistiques que les puristes dénonçaient comme des tares. Ces écarts, jusque-là stigmatisés comme des marques culpabilisantes de dégénérescence, pouvaient sous ce nouvel éclairage devenir autant de preuves de la fidélité du Canada français à ses origines françaises. Dans sa préface, le premier glossairiste montre bien qu’il était conscient du fait que son dictionnaire allait, grâce à cette dimension historique, contribuer à la revalorisation du français canadien :

Nous employons un bon nombre de mots qui, rejetés par l’Académie, nous sont venus toutefois de France ; ils appartiennent à quelque patois. […].

Au Canada, l’on ne constatera point sans surprise cette ingérence des patois ; mais, réflexion faite, on se dira que ce glossaire est bien petit pour une province française, et que, dans son ensemble, la langue académique est vraiment la langue populaire chez nous.

En France, on aimera sans doute à retrouver au sein de nos populations ces vieilles locutions qui datent de Montaigne et de Rabelais, tous ces mots du pays normand, breton, picard, berrichon, qui ne sont pas sanctionnés par l’Académie, mais qui n’en sont pas moins de provenance française. Toutes ces expressions prouvent notre origine ; elles sont autant de certificats de nationalité. Aussi je me flatte qu’au point de vue ethnologique, ce travail aura un certain intérêt. (p. xix-xx)

14Au désir de savoir par quels emplois le français canadien se distinguait du français hexagonal s’est ajouté, depuis Dunn, celui d’en savoir un peu plus sur l’origine de ces emplois. Après lui, Dionne sera le seul glossairiste à n’aborder cette question que de façon marginale, se contentant essentiellement d’identifier les anglicismes, quelques amérindianismes et quelques archaïsmes. Il faut dire qu’à l’époque où Dionne a rédigé son ouvrage, la Société du parler français avait déjà lancé le vaste chantier lexicographique dont il sera question plus loin et officiellement pris la gouverne des recherches historiques.

Dans la foulée de la lexicographie dialectale française

15Avant 1880, le mot glossaire n’avait encore jamais été appliqué à un dictionnaire canadien. Comme on vient de le voir, la préface de Dunn associe très étroitement les mots glossaire et province française. Aussi peut-on croire qu’en choisissant son titre, Dunn a voulu établir un rapprochement entre son répertoire et les dictionnaires consacrés aux parlers régionaux qui se multipliaient en France depuis quelques décennies, dictionnaires descriptifs de type différentiel dont une large proportion portait le titre de glossaire. Notons qu’en bibliographie, il cite cinq de ces ouvrages, dont le Glossaire du Centre de la France (Jaubert, 1864-1869) et le Glossaire du parler normand (Dubois, 1856).

16On retrouve la même association, encore plus clairement exprimée, dans la préface du dictionnaire que Sylva Clapin a publié une quinzaine d’années plus tard, ouvrage essentiellement descriptif dont le titre comporte également le mot glossaire :

Les mots en usage parmi les Canadiens-Français, et qui ne se trouvent pas dans les dictionnaires usuels, peuvent […] fournir amplement matière à un nouveau glossaire, venant s’ajouter à la liste déjà longue de tous ceux auxquels on a confié, en France, le dépôt des différents dialectes et patois français. De fait, par le lien de la langue, le Canada n’est-il pas toujours une province éloignée de la France ? Et ce glossaire même, qu’est-ce, après tout, sinon l’étude particulière d’une phase, traversée présentement par la langue française en un certain coin d’Amérique ? (p. vii-viii)

  • 2 Et cela vaut également pour Pascal Poirier, l’auteur du Glossaire acadien. Le mot glossaire ne fig (...)

17En somme, l’adoption du mot glossaire par Dunn, par Clapin et, après eux, par la Société du parler français au Canada, est révélatrice de l’influence que le mouvement dialectologique français a exercée sur les débuts de la lexicographie québécoise ; en ayant recours à ce mot dans leur titre, ils se situaient ouvertement dans le prolongement de ce mouvement descriptif2.

Sauvegarde du patrimoine linguistique

18La courte allusion à Charles Nodier — écrivain romantique français engagé dans la défense des langues régionales — que Dunn a glissée dans sa préface montre également qu’il était conscient de participer, à sa façon, à la vaste entreprise de sauvetage des parlers régionaux déjà bien amorcée sur le territoire français : « D’ailleurs, je me rappelle un mot de Charles Nodier qui autorise mes recherches : “Si les patois n’existaient plus, il faudrait créer une académie pour les retrouver” » (p. xx).

19La préface de Clapin sera beaucoup plus explicite sur cet aspect de sa contribution :

Plusieurs puristes, mûs d’ailleurs par un excellent zèle, ont entrepris depuis quelque temps une vigoureuse campagne contre ce qu’ils appellent le jargon canadien […]. [D] ans l’ardeur du combat, ces puristes ont dépassé le but et sont allés trop loin. En effet, s’il est indéniable que nous y gagnerions à élaguer notre langage courant d’une foule d’expressions impropres et vicieuses, en grande partie tirées de l’anglais, il n’est pas moins évident, d’un autre côté, que nous serions les perdants à laisser tomber dans l’oubli un grand nombre de mots, qu’on ne trouve pas, il est vrai, dans le Dictionnaire de l’Académie, mais qui n’en sont pas moins, pour cela, essentiellement corrects au point de vue du génie de la langue et de la grammaire. (p. viii-ix)

20Ces témoins de l’histoire du français en Amérique méritaient d’être sauvés de l’oubli au même titre que les restes des dialectes et parlers régionaux de France et c’est pour assurer leur sauvegarde qu’il fallait d’abord les inventorier et les décrire.

Décrire avant de juger

  • 3 Rappelons qu’il est également l’auteur d’un dictionnaire correctif paru quelques années plus tard (...)

21Si Dunn a été le premier à montrer clairement que la portion non académique du français canadien ne pouvait être entièrement décrite à l’intérieur d’une vision puriste étroite, c’est Clapin qui donnera le premier exemple d’une description lexicographique entièrement affranchie du discours puriste. Dans le corps de son dictionnaire, l’auteur s’en tient à une description neutre des particularismes inventoriés, c’est-à-dire exempte de tout commentaire personnel de type dépréciatif ou mélioratif. Ce qui ne veut évidemment pas dire qu’il se désintéressait du débat qui avait cours à son époque sur la qualité du français canadien3, mais tout simplement que, dans le cadre précis de ce projet lexicographique, il se donnait une autre tâche que celle de séparer lui-même le bon grain de l’ivraie. Comme il l’a clairement indiqué dans sa préface, Clapin s’en remettait sur ce point au jugement de ses lecteurs :

Loin de moi, cependant, la pensée de vouloir étendre un voile protecteur sur tout ce dictionnaire en bloc. Ces pages contiennent le bon comme le mauvais, c’est-à-dire ce qu’il y a à prendre et à laisser. Ce sera au lecteur à faire la part des termes empreints d’une forte et saine originalité, d’avec les expressions vicieuses, hideuses même parfois, dont il est de notre intérêt de nous défaire si nous voulons avoir une langue bien agencée. (p. xii-xiii)

22Quant à lui, il se bornerait à dresser la liste des particularismes du français canadien et à les décrire pour rendre compte de la vie et du développement de « la langue française en un certain coin d’Amérique » (p. viii) ; autrement dit, la principale fonction de son glossaire serait de témoigner des usages linguistiques canadiens de la fin du XIXe siècle.

23Par l’importance qu’il a accordée à cette fonction et par la qualité de sa description — nettement supérieure à celles de ses prédécesseurs —, Clapin a largement contribué non seulement à l’avancement de la connaissance du français canadien mais encore au progrès de la pratique lexicographique québécoise. En élargissant la voie historique et descriptive ouverte par Dunn, il préparait directement la venue de la Société du parler français au Canada, dont l’ambition et le dynamisme allaient rapidement entraîner l’épanouissement du mouvement glossairiste.

ÉPANOUISSEMENT DU MOUVEMENT GLOSSAIRISTE

24Vouée par ses fondateurs à l’étude et au perfectionnement de la langue française au Canada, la Société du parler français devait très rapidement s’intéresser au recensement des particularismes linguistiques. Dès le début de ses activités en 1902 et jusqu’à la publication en 1930 de son Glossaire du parler français au Canada (abrégé en GPFC), la Société a choisi de consacrer l’essentiel de ses forces à la poursuite du premier objectif, puisque, dans l’esprit de ses dirigeants et notamment d’Adjutor Rivard, il était fondamental que l’étude objective précède le travail d’épuration :

Mais l’étude scientifique du langage des Canadiens français [...] est encore destinée à rendre plus facile et plus sûr le travail d’épuration dont la langue émigrée a toujours besoin, et dont la nôtre ne saurait se passer. N’est-il pas nécessaire, en effet, de connaître la valeur d’un produit phonétique ou d’un substitut lexicologique, avant de chercher à le proscrire ou de lui accorder le droit de cité ? Il se trouve donc que l’étude scientifique de notre langage […] est nécessaire en vue même de son épuration. Si l’on n’a pas soin de donner cette base solide à la correction du langage, on risque de tomber dans un purisme exagéré ou dans la barbarie. (Rivard, 1914, p. 226)

25Trois mois à peine après sa fondation, elle annonçait publiquement son intention de procéder au recensement général des « particularités remarquables » du français canadien et invitait tous ses membres à collaborer à cette entreprise qui devait mener à la rédaction d’un nouveau glossaire ainsi qu’à la rédaction de nouveaux inventaires correctifs (voir Société du parler français, 1902, p. 12-15). Tout en reconnaissant les efforts de ses devanciers, la Société était d’avis que le tableau du français canadien esquissé par ses prédécesseurs pouvait encore être amélioré. Et l’avenir allait rapidement lui donner raison.

26Sur quoi la Société du parler français pouvait-elle se baser, au début du XXe siècle, pour espérer faire mieux que ses devanciers ? Alors que ces hommes avaient travaillé seuls ou presque, elle espérait, quant à elle, pouvoir compter sur l’effort conjugué d’une équipe de collaborateurs. Étant donné les récents progrès, en Europe, des recherches portant sur l’histoire de la langue française et de ses dialectes, elle savait en outre qu’elle pourrait disposer de références historiques et dialectologiques plus complètes. C’étaient effectivement là des conditions qui allaient lui permettre d’améliorer sensiblement la description de la portion non académique du français canadien, de mieux rendre compte de son histoire et, surtout, d’en dresser un inventaire beaucoup plus développé.

L’entreprise collective de la Société

27La caractéristique la plus originale et la plus prometteuse de l’entreprise lexicographique lancée au printemps de 1902, c’est d’avoir été conçue comme un vaste projet collectif. Fondée à Québec par une vingtaine de lettrés de cette ville (professeurs de l’Université Laval et notables), la Société a immédiatement cherché à donner à cette entreprise une envergure nationale, à intéresser le plus grand nombre possible de lettrés canadiens à ses travaux de cueillette et de rédaction. Tout en sachant qu’un petit nombre seulement serait en mesure de participer directement à ses travaux de rédaction, elle jugeait essentiel, pour l’exhaustivité et l’autorité de son répertoire, que cette petite équipe de rédacteurs puisse compter sur un important réseau de collaborateurs répartis aux quatre coins du Canada français.

Le Bulletin du parler français au Canada

28Six mois à peine après sa fondation, la jeune société savante prend une décision qui sera déterminante pour son avenir, celle de se doter de son propre organe de diffusion, le Bulletin du parler français au Canada (abrégé en BPFC). En raison du succès de son périodique mensuel, qui se répand rapidement dans toutes les régions francophones du Québec, et notamment dans le circuit des maisons d’éducation (séminaires, collèges et couvents), la Société ne tarde pas à voir le cercle de ses membres s’étendre bien au-delà de la région de Québec et à recruter les nombreux collaborateurs dont elle avait besoin pour entreprendre ses ambitieux travaux de recension.

29Pour la Société, le Bulletin est un outil précieux. Grâce à lui, elle peut maintenir un contact étroit avec l’ensemble de ses membres, quelle que soit la région où ils habitent, et les informer régulièrement de ses activités. Le Bulletin leur permet de suivre l’avancement des projets lexicologiques et lexicographiques en cours et de prendre connaissance des résultats obtenus. La Société y publiera notamment une première version de son glossaire en chantier.

Une version provisoire : la chronique « Lexique canadien-français »

30En effet, dès septembre 1902, dans le tout premier numéro de sa revue naissante, la Société inaugurait une chronique intitulée « Lexique canadien-français », dans laquelle elle commençait à présenter sous forme d’articles lexicographiques les résultats des travaux de son Comité d’étude. Tous les lundis soir, cette équipe de rédaction, longtemps dirigée par Adjutor Rivard et composée d’une dizaine de personnes tout au plus, se retrouvait dans la salle qui lui était réservée à l’Université Laval. Chaque mois, le rapporteur du Comité réunissait tous les articles complétés dans un rapport qui était soumis à l’examen de l’Assemblée générale, qui était ouverte à tous les membres. Des modifications plus ou moins importantes étaient alors apportées au document avant son adoption par l’Assemblée.

31La matière du « Lexique canadien-français » était directement puisée à la version officielle des rapports du Comité d’étude. Constituée de petites séries d’articles lexicographiques de trois à cinq pages, cette chronique alphabétique paraîtra avec régularité jusqu’en novembre 1921, dans le Bulletin jusqu’en 1918, puis dans le Canada français, livrant au public l’essentiel des articles rédigés sur les mots relevant de la tranche alphabétique A-Pr.

Une enquête générale pour élargir la cueillette

  • 4 Pour une description globale de cette enquête, voir Mercier, 2002, p. 179-360.

32Parallèlement aux travaux de rédaction de son Comité d’étude, la Société a mené auprès de ses membres une longue enquête par correspondance qui a eu pour effet d’élargir son champ d’observation, d’alimenter et de soutenir son travail de description4. Cette enquête, inaugurée dès 1902 à l’initiative d’Adjutor Rivard et de Stanislas Lortie, a duré une vingtaine d’années, soit pratiquement aussi longtemps que les travaux de rédaction du Glossaire, si l’on exclut la période consacrée à la révision du manuscrit. La Société aurait souhaité mettre sur pied un large réseau de collaborateurs réguliers couvrant l’ensemble du territoire québécois. Si elle n’y est jamais tout à fait parvenue, il semble néanmoins qu’elle ait toujours pu compter minimalement sur une centaine de collaborateurs, originaires de diverses régions du Québec, et, dans une large proportion, issus du clergé séculier ou d’ordres religieux. Une telle mobilisation est exceptionnelle.

33La Société a d’abord laissé l’initiative de la cueillette à ses membres. Certains collaborateurs enthousiastes comme le futur journaliste Olivar Asselin répondront rapidement à cet appel, mais pas en nombre suffisant. Dès 1904, Rivard et Lortie pensent à relancer l’enquête sur d’autres bases. Pour augmenter le nombre des informateurs, pour systématiser les relevés et surtout pour ajuster la progression de l’enquête à celle des travaux de rédaction, ils décident de procéder à des consultations dirigées, qui seront axées sur la vérification d’inventaires alphabétiques regroupant les particularismes déjà identifiés et étudiés par le Comité d’étude. Les premières consultations (sur les mots commençant par les lettres a, b et c) sont organisées dans une perspective essentiellement géolinguistique : le but premier de l’exercice est de recueillir des attestations permettant de préciser la vitalité et l’extension d’emploi des particularismes déjà recueillis. Des problèmes de gestion surgissent rapidement qui entraînent l’abandon de l’approche géolinguistique au profit d’une approche plus nettement lexicographique. En effet, à partir de 1908 et jusqu’en 1922, ce sont directement les rapports de rédaction du Comité d’étude qui servent de matériel d’enquête, les collaborateurs étant invités à prendre connaissance de ces documents et à les annoter pour signaler tous les ajouts, retraits ou modifications qu’ils souhaitent voir apporter avant que le document ne soit présenté à l’Assemblée générale des membres.

34On voit combien les liens étaient étroits entre l’enquête linguistique de la Société et ses travaux de rédaction, du moins en ce qui a trait aux tâches d’inventaire et de description. Mais la rédaction d’un glossaire impliquait une autre tâche d’importance, entièrement dévolue au Comité d’étude : celle des recherches historiques.

Développement méthodique des recherches historiques

35Dans leur bibliographie respective, tous les glossairistes québécois font référence à un certain nombre de sources dialectales françaises. Dunn en cite sept ; Clapin en donne six, toutes nouvelles par rapport à la liste de Dunn et toutes, sauf une, portant sur le parler normand ; Dionne en signale six, dont deux seulement avaient déjà été consultées par ses prédécesseurs. Quant à la Société, elle en énumère plus d’une cinquantaine couvrant tous les parlers régionaux d’Europe qui pouvaient être apparentés de près ou de loin au français du Canada, sans doute tous les ouvrages dont elle connaissait l’existence et qu’il lui avait été possible de se procurer. Elle était particulièrement bien documentée sur le parler normand pour lequel elle disposait d’une bonne douzaine de dictionnaires. Avec la Société et sous l’impulsion de Rivard, qui avait déjà acquis une remarquable expertise en linguistique historique, la consultation des sources dialectales est devenue plus systématique. C’est également le cas de la consultation des dictionnaires historiques (Godefroy, La Curne de Sainte-Palaye, Furetière, etc.), des grands dictionnaires du français contemporain (Académie, Bescherelle, Hatzfeld et Darmesteter, Littré, etc.) ainsi que des ouvrages portant sur l’argot et le français populaire.

36Voici en quels termes Stanislas Lortie, premier archiviste de la Société, décrivait la méthode de travail du Comité d’étude en ce qui a trait à la consultation des dictionnaires dialectaux — et il semble qu’on ait procédé de la même façon pour dépouiller les dictionnaires historiques et autres sources consultées :

[Le comité] étudie d’abord chaque forme au point de vue dialectal. Après avoir pris connaissance d’une suite de mots canadiens, commençant par exemple par les lettres ca, nous parcourons, dans chacun des vingt-huit glossaires patois français que renferme actuellement notre bibliothèque, la série des mots commençant par les mêmes lettres. Lorsque nous rencontrons les vocables canadiens, nous enregistrons sur chaque fiche portant sur ce vocable les notes que nous jugeons intéressantes sur l’étymologie, l’usage de ce mot dans les provinces de France. (BPFC, vol. 4, janv. 1906, p. 162)

37Comme la Société n’a jamais cessé d’enrichir sa bibliothèque, le dépouillement de toutes ces sources a été complété en diverses étapes. Chaque fois que le Comité procédait à une révision du manuscrit — et il y en a eu plusieurs —, il fallait compléter les recherches dans les sources de référence nouvellement acquises. Jusqu’à la fin des travaux de révision, qui se sont poursuivis jusqu’en 1927, on a continué à dépouiller les plus récentes sources disponibles, dont le Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand de Pierrehumbert publié en 1926 !

38On se rappelle que l’objectif général de ces recherches historiques est de démontrer que les particularismes canadiens sont, pour une très large part, d’origine française. Il s’agit donc pour les glossairistes de faire état de tout rapprochement significatif, entre l’usage canadien observé et un autre usage français (vieilli, populaire ou régional). Retrouve-t-on cet emploi dans les sources françaises, tel quel ou sous une forme légèrement différente ? Dans la négative, y mentionne-t-on d’autres emplois étroitement apparentés ? Pour donner réponse à ces questions, le GPFC distingue clairement trois types de données comparatives : les usages anciens du français, les usages dialectaux ou régionaux ; et les usages du français moderne (dont ses usages populaires). Dans ses rapports de rédaction et dans le « Lexique canadien français », le Comité d’étude avait d’abord pris l’habitude de préciser ses sources ; mais la plupart de ces références bibliographiques ont été biffées du GPFC, vraisemblablement pour alléger le manuscrit. À l’instar des glossaires de Dunn et de Clapin, celui de la Société n’identifie donc ses sources de référence que dans sa bibliographie ; dans le corps de ses articles, il se contente, pour les données dialectales, de préciser leur province d’origine (Anjou, Berry, Normandie, Saintonge, etc.).

  • 5 Pour un aperçu plus large de cette question, voir Mercier, 1996.

39La fréquentation de plus en plus assidue de toutes ces sources de référence a effectivement permis de démontrer l’origine française d’une partie importante des particularismes relevés. Mais elle a eu d’autres effets, dont celui d’affecter la façon même de décrire ces emplois. À l’époque où elle commence à prendre forme, la lexicographie descriptive québécoise sera tout particulièrement influencée par la lexicographie dialectale française5.

Adjutor Rivard et Louis-Philippe Geoffrion

40Si le GPFC résulte d’un travail collectif, on doit quand même reconnaître que sa réalisation n’a été rendue possible que grâce au concours des deux hommes qui furent successivement les chefs de file de l’entreprise lexicographique de la Société et les rédacteurs principaux de son dictionnaire : A. Rivard et L.-Ph. Geoffrion. Et cet ouvrage est avant tout l’œuvre de Rivard ! D’abord parce que c’est lui qui en a conçu le projet ; parce que c’est lui, comme premier rédacteur principal, qui a façonné l’image même du répertoire ; parce que c’est lui, enfin, qui a dirigé les travaux du Comité d’étude pendant les seize premières années du travail de rédaction. Cela dit, ce n’était pas une mince responsabilité pour Geoffrion que d’assurer la continuité des travaux de rédaction, et son mérite est grand d’avoir su mener à terme le projet de Rivard tout en respectant l’orientation de départ. Rédacteur principal des rapports du Comité d’étude de 1918 à 1923, c’est à lui que revenait la tâche de préparer la version finale du Glossaire, tâche qui va l’occuper jusqu’en 1927. Ce qui a été conservé du manuscrit de cette version permet de découvrir la qualité et l’ampleur du travail effectué, à tous les niveaux de la description.

41Si la Société du parler français au Canada a pu lancer son projet de glossaire quelques mois à peine après sa fondation, c’est que Rivard avait déjà un vif intérêt pour les particularismes du français canadien et qu’il avait déjà acquis une singulière expertise sur les questions linguistiques. Lecteur assidu des revues savantes européennes, il suivait de près les progrès de la linguistique historique, l’avancement des études philologiques et dialectales françaises. Les articles de fond sur le français du Canada et sur ses origines qu’il a publiés dans les premières livraisons du Bulletin de la Société lui ont rapidement gagné la réputation d’autorité canadienne-française dans ce domaine.

42Avant de prendre le relais de Rivard, Geoffrion avait participé pendant six ans aux séances de travail du Comité d’étude. Aux côtés de son maître et ami, il avait appris à rédiger des articles lexicographiques et à fréquenter les principales sources susceptibles d’apporter quelque lumière sur les origines anciennes, dialectales ou populaires des particularismes linguistiques canadiens. Il pouvait donc assurer la suite des travaux de rédaction et celle des recherches historiques. Mais lorsque la maladie l’éloignera de la Société, quelques années à peine après la parution du GPFC, il partira sans avoir préparé de relève, ou du moins sans avoir transmis le savoir historique dont il était devenu le seul dépositaire. Son départ mettra définitivement fin aux travaux historiques de la Société.

Le Glossaire du parler français au Canada

43Produit le plus achevé du mouvement glossairiste, le Glossaire du parler français au Canada constitue également l’une des pièces maîtresses de la production lexicographique québécoise. Il mérite donc d’être présenté plus en détail.

La nomenclature du GPFC

44Quelles qu’aient été leurs motivations et la nature de leurs travaux, tous les auteurs de chroniques de langage et de dictionnaires qui se sont succédé au cours du XIXe siècle ont contribué à accroître la liste des particularismes du français canadien portés à la connaissance du public, mais certains plus que d’autres. Lorsqu’on passe en revue tous les répertoires d’importance parus avant le GPFC, on est amené à constater qu’il y a eu une nette accélération de cet accroissement à partir de 1880, soit à partir de Dunn. L’accroissement rapide du volume des dictionnaires publiés après cette date constitue déjà un indice de cette accélération. Le dictionnaire de Dunn comptait 199 pages ; celui de Manseau (1881) en comptait 116 consacrées à la seule lettre A ; avec le répertoire de Clapin (1894), l’inventaire des particularismes canadiens atteignait 365 pages. Au début du XXe siècle, la progression se poursuit avec Dionne qui publie un dictionnaire de 671 pages. Tout bien considéré et exception faite du cas de Manseau, cette accélération est principalement due au travail des glossairistes, dont la démarche « thésaurisante » impliquait une quête d’exhaustivité.

45La Figure 1 donne un bon aperçu de la richesse et de l’originalité relatives de la nomenclature du GPFC, dont on peut estimer l’étendue à environ 15 000 emplois. Elle permet de comparer le contenu de la tranche alphabétique des mots en A- de cet ouvrage avec le contenu de la même tranche alphabétique des trois glossaires qui l’ont précédé. Même si on ne peut en tirer de conclusion générale, les chiffres obtenus sont éloquents. Comme le montre le premier schéma (section A), le GPFC répertorie 1641 emplois (excluant les articles-renvois), soit deux fois plus de particularismes que n’en contient le dictionnaire de Dionne (846 emplois), quatre fois plus que celui de Clapin (443 emplois) et treize fois plus que celui de Dunn (120 emplois). Il est intéressant de signaler que, contrairement à Dionne, les rédacteurs du GPFC n’ont pas repris tous les emplois inventoriés par leurs prédécesseurs : en consultant le deuxième schéma de la même figure (section B), on constate qu’ils n’en ont retenu que 70 à 78 %. Parmi ceux qui n’ont pas été retenus, il semble qu’un bon nombre aient été écartés parce que la Société considérait qu’il ne s’agissait pas vraiment de particularismes canadiens. C’est le cas notamment des emplois suivants qui avaient été relevés par Dunn, mais que les premières livraisons du « Lexique canadien-français » rétablissent comme « mots français » : abîmer « gâter », accoster « aborder (quelqu’un) », affidavit « déposition sous serment », attorney « procureur », etc. En fait, la première tranche alphabétique du GPFC est constituée, pour près des deux tiers (64 %), d’emplois qui n’avaient été signalés ni par Dunn, ni par Clapin, ni par Dionne.

Figure 1. Richesse et originalité de la nomenclature du GPFC

Figure 1. Richesse et originalité de la nomenclature du GPFC

46Par ailleurs, il faut rappeler qu’à l’époque, la nomenclature des dictionnaires différentiels, qu’ils soient de types correctif ou descriptif, ne se limitait pas au seul relevé des particularismes de mots et de sens. Dans la colonne du GPFC reproduite ci-contre, on voit que les entrées proprement lexicales alternaient avec des entrées formelles rendant compte de particularismes essentiellement phonétiques (variantes de prononciation) ou morphologiques (formes verbales fléchies). À l’instar des auteurs de dictionnaires dialectaux français, les glossairistes québécois seront particulièrement accueillants à cette deuxième catégorie d’entrées, et surtout à partir de Clapin.

47Le GPFC ne se contente pas d’offrir une nomenclature revue et enrichie, les progrès de la description sont tout aussi marqués en ce qui concerne le traitement des emplois retenus.

Les articles du GPFC

48Les articles adon et adonner (Figure 5) reproduits plus loin permettent de constater l’évolution de la description de ces emplois depuis le glossaire de Dunn jusqu’à celui de la Société du parler français au Canada.

49Par rapport au traitement encore limité et très variable que proposent les ouvrages précédents, celui du GPFC est à l’évidence plus approfondi, plus régulier et plus maîtrisé. Le Comité d’étude de la Société a mis au point un cadre descriptif plus élaboré et plus précis, dont la structure est soulignée par une mise en forme plus rigoureuse et plus soignée. La Figure 3 donne une représentation schématisée de ce programme de microstructure, qui respecte la séquence d’apparition des différents types d’informations présentées ainsi que leur caractère obligatoire (zone en grisé) ou facultatif.

Figure 3. Microstructure des articles du GPFC

[Vedette] ([transcription phonétique]) [catégorie(s) grammaticales] [Définition.] Ex. : [Exemple(s)] = [séquence(s) substitutive(s).]
Vx fr. – [Données comparatives françaises d’origine diachronique.]
Dial. – [Données comparatives françaises d’origine dialectale.]
Fr. – [Données comparatives françaises d’origine synchronique.]
Can. . – [Données complémentaires canadiennes, synchroniques ou diachroniques.] Étym. – [Données étymologiques, généralt données comparatives d’origine anglaise.]

50On constate que les données strictement descriptives peuvent être suivies de toute une série de rubriques complémentaires qui, de façon générale, permettent de comparer l’emploi décrit avec des emplois apparentés ; il s’agit le plus souvent d’emplois attestés en français à une époque ancienne ou relevés dans divers parlers dialectaux, respectivement introduits par les abréviations Vx fr. (vieux français) et Dial. (dialecte). Il est exceptionnel que toutes les sections facultatives soient exploitées, mais l’article Balise (voir Figure 4) donne un exemple d’utilisation de toutes les parties de la microstructure. Deux autres caractéristiques méritent encore d’être soulignées, soit le recours systématique à la transcription phonétique et, dans le cas des mots polysémiques, la numérotation des acceptions. On voit que Rivard et son Comité d’étude ont su profiter des récentes avancées de la lexicographie française pour ouvrir une nouvelle voie à la lexicographie québécoise, une voie plus « scientifique », qui se démarque des sentiers mal balisés de l’amateurisme.

51En raison de la remarquable qualité de sa microstructure, le GPFC peut donc avantageusement être comparé, non seulement aux répertoires lexicographiques québécois publiés avant 1930, mais plus largement encore à tous ceux qui seront publiés dans le demi-siècle suivant.

Figure 5.

Figure 5.

Dunn (1880)

DERNIERS JOURS ET LENDEMAINS DU MOUVEMENT GLOSSAIRISTE

52Comme nous l’avons vu précédemment, la publication du GPFC marque la fin des recherches historiques de la Société. Il faut dire qu’avant même la publication de cet ouvrage, le Comité d’étude, dont le nombre de membres s’était sensiblement réduit, avait réorienté ses travaux vers des activités plus prescriptives que descriptives, et notamment vers la rédaction de ses « Corrigeons-nous ». Même si quelques voix, dont celle de l’ethnologue Jacques Rousseau (voir Rousseau, 1935 ; 1940), se sont élevées rapidement pour dire que le GPFC n’était pas complet et qu’il fallait procéder à sa mise à jour, il faudra attendre le début des années 1950 avant que la Société n’entreprenne elle-même des travaux dans ce sens. De 1953 à 1955, La Revue de L’Université Laval publiera quelques centaines d’articles dans une chronique intitulée « Nouveau Glossaire ». Mais on est loin des textes diffusés dans le « Lexique canadien-français ». Le contenu des nouveaux articles est révélateur de l’important changement qui affecte alors le champ des études linguistiques québécoises : on remarque notamment la quasi-disparition des informations de nature historique et surtout l’apparition de relevés géolinguistiques précis. Sous l’impulsion de Luc Lacourcière et de Gaston Dulong, le projet de réédition cède rapidement la place à d’ambitieux projets d’enquêtes ethnolinguistiques et géolinguistiques axés sur le folklore et la langue populaire, qui vont drainer les dernières énergies de la Société.

Interruption et reprise des recherches historiques

53À l’échelle québécoise, la publication du GPFC marque aussi l’arrêt des recherches historiques de grande envergure, un arrêt de plusieurs décennies qu’on aurait sans doute tort d’attribuer principalement à un désintéressement des lettrés face à la question de l’origine des particularismes canadiens. Les conditions favorables à la poursuite de ce type de recherches n’étaient plus réunies, et pas seulement sur le plan matériel. Après avoir occupé pratiquement tout l’espace de la recherche et de l’argumentation historiques pendant un quart de siècle, Rivard et Geoffrion se sont retirés sans véritable relève. Il faudra attendre le début des années 1970, le développement de la dialectologie québécoise à l’Université Laval, sous l’impulsion du romaniste Georges Straka, et le démarrage par Marcel Juneau du projet de « Trésor de la langue française au Québec » (abrégé en TLFQ) pour que la quête des origines du français québécois connaisse une nouvelle impulsion. Les anciens glossaires sont alors remis en circulation : déjà en 1968, les Presses de l’Université Laval avait réimprimé le GPFC en fac-similé ; en 1974, il en sera de même pour les ouvrages de Clapin et de Dionne, puis, en 1976, pour celui de Dunn. Mais il serait inexact de parler de renaissance du mouvement glossairiste québécois. Comme l’approche et la méthode descriptives, le contexte a radicalement changé. Sous la direction de Juneau, nouvellement formé à la linguistique historique, les travaux redémarreront sur de nouvelles bases, plus conformes à la science moderne, et dans un nouveau contexte, post-Révolution tranquille, où la description des particularismes québécois et de leur origine viendra s’inscrire dans une démarche plus globale de légitimation du français québécois, abordé comme un système linguistique en soi, comme la variété fonctionnelle de français en usage au Québec. Les travaux du TLFQ se poursuivent toujours sous la direction de Claude Poirier ; à ce jour, deux volumes de monographies historiques de québécismes ont paru : le Dictionnaire du français québécois en 1985 et, en 1998, le Dictionnaire historique du français québécois.

De l’ère des glossaires à celle des dictionnaires

54Contrairement aux recherches historiques, les travaux de cueillette et de description des particularismes linguistiques, menés dans une perspective tantôt descriptive tantôt corrective, ne connaîtront pas vraiment d’interruption. Mais la production lexicographique de type descriptif va encore longtemps s’appuyer sur le contenu du GPFC. On sait par exemple que, dès qu’il en obtiendra la permission de la Société du parler français, Louis-Alexandre Bélisle s’empressera de puiser aux données de son glossaire pour enrichir la portion spécifiquement canadienne de son Dictionnaire général de la langue française au Canada, paru en 1957.

55Du côté de la lexicographie différentielle, où l’on compte également d’importantes publications, il est intéressant de noter qu’après la Société, aucun lexicographe n’a réutilisé le mot glossaire comme élément de titre. On pourrait se demander par exemple pourquoi les auteurs du Dictionnaire de la langue québécoise (Bergeron, 1980) et du Dictionnaire des canadianismes (Dulong, 1989) n’y ont pas eu recours. Il est vrai que leur répertoire, pourtant très proche du GPFC en ce qui a trait à la stricte description des particularismes retenus, ne comportait aucun volet historique faisant état d’emplois apparentés d’origine française. Mais l’ouvrage historique du TLFQ publié en 1985 ne portera pas davantage le nom de glossaire. On peut donc penser que le mot a notamment été écarté parce qu’il était trop étroitement associé à l’époque et aux valeurs révolues du Canada français. Conçus et réalisés à un moment où le Québec n’avait pas encore rompu avec sa tradition populaire et rurale, les dictionnaires québécois appelés glossaires véhiculent effectivement une image passéiste et « paysanne » de la société québécoise et de sa langue, qui ne correspondait pas du tout à celle que l’on voulait projeter dans les années 1980.

Témoins du passé

  • 6 Les atlas géolinguistiques québécois (Dulong et Bergeron, 1980 et Lavoie, Bergeron et Côté, 1985) (...)

56C’est un fait que le Québec, sa langue et la façon de percevoir ses particularismes ont profondément changé depuis l’époque des glossaires. Avec les progrès de l’industrialisation et de l’urbanisation, de grands pans de lexique se sont renouvelés. Avec les avancées de la scolarisation et des communications, les mots régionaux et les prononciations des anciennes générations ont largement cessé de se transmettre ; en contact plus étroit et plus régulier avec le français de France, les Québécois ont davantage été exposés à son influence. À la fin du XIXe siècle, Clapin craignait que les excès du mouvement puriste ne menacent le patrimoine linguistique canadienfrançais ; il ne pouvait imaginer l’ampleur de la brèche que l’entrée du Québec dans la modernité allait ouvrir dans ce patrimoine. Mais grâce à lui et aux autres glossairistes, c’est une partie significative de ce qui appartient maintenant au passé linguistique du Québec qui est protégée de l’oubli. Les anciens glossaires ont donc encore une fonction à remplir aujourd’hui, celle d’être les témoins de ce passé6. Leur intérêt historique est d’autant plus grand que leur description porte sur les particularismes les plus marqués de la langue orale de la fin du XIXe siècle et du tout début du XXe siècle, un état du français québécois dont les écrits de l’époque ne peuvent que très imparfaitement rendre compte. Premier dictionnaire à proposer une transcription phonétique des mots inventoriés, le GPFC constitue quant à lui une précieuse source d’illustration pour les traits caractéristiques de la prononciation québécoise ancienne.

57Plus encore que les glossaires de Dunn, de Clapin et de Dionne, c’est celui de la Société du parler français qui est le plus étroitement associé à l’image traditionnelle (populaire et rurale) du français québécois. En travaillant ouvertement et pendant une vingtaine d’années à la réalisation du GPFC, la Société a largement participé à la construction de cette représentation, que son dictionnaire allait contribuer à fixer dans l’imaginaire linguistique québécois au cours des décennies suivantes. C’est le dernier glossaire certes, mais aussi le plus achevé. Sa réputation enviable repose en outre sur le fait que l’ouvrage résulte de longs travaux collectifs, ainsi que sur l’autorité « scientifique » bien établie de ceux qui en ont dirigé la rédaction, Rivard et Geoffrion.

58Quelle lecture peut-on faire aujourd’hui de ces glossaires et plus particulièrement du GPFC, qui se présente comme la meilleure voie d’accès aux usages du passé ? Les emplois qu’il relève étaient-ils tous bien vivants au début du XXe siècle, et généralisés ? C’est du moins ce que laisse entendre la préface de l’ouvrage : « [L]es diverses observations recueillies […] ont été soigneusement contrôlées ; la Société n’a voulu admettre dans son Glossaire que les formes dont plusieurs témoins sûrs et compétents attestaient l’usage courant » (p. vii). Une étude approfondie de la genèse du GPFC et de ses liens avec l’enquête linguistique qui a accompagné sa rédaction nous oblige à mettre sérieusement en doute cette assertion, tout comme d’autres passages faisant référence à cette enquête (voir Mercier, 2002, p. 360-395). L’examen des pièces conservées dans le riche fonds d’archives de la Société a démontré par exemple que la moitié de la première tranche alphabétique du GPFC (lettre A) est constituée d’emplois qui n’ont été attestés que par une minorité de collaborateurs (parfois un seul d’entre eux) ou encore d’emplois qui n’ont été attestés que sur une partie restreinte du territoire québécois. La préface rend davantage compte du glossaire projeté au début du siècle que du produit livré en 1930 ; et l’on sait que c’est justement en renonçant à certaines ambitions de départ que la Société a pu rendre son projet à terme. Le fait est que, si le témoignage du GPFC est plus complet que celui de ses prédécesseurs, il n’est malheureusement pas plus précis : il livre au lecteur un inventaire alphabétique de particularismes où les emplois courants alternent avec les emplois rares ou vieillis, et les emplois communs avec les emplois régionaux, sans ajouter de commentaires ni de marques d’usage qui lui permettent d’identifier ces catégories.

59Produit d’une pratique lexicographique qui n’avait encore connu que l’amateurisme, il serait inconsidéré de reprocher au GPFC des faiblesses ou limites techniques qui n’en sont que par rapport aux acquis récents et aux préoccupations actuelles de la lexicographie québécoise. Ce qu’on pourrait, par ailleurs, très justement reprocher au Dictionnaire de la langue québécoise de Bergeron qui, en 1980, proposait une description du français québécois contemporain reposant essentiellement sur la compilation de répertoires parus avant 1930, soit bien avant les grands bouleversements associés à la modernisation du Québec.

***

60L’héritage du mouvement glossairiste québécois ne se résume pas au contenu des quatre dictionnaires dont il vient d’être question.

61À l’heure où Dunn écrivait son glossaire, le Canada français venait de prendre conscience de l’existence d’un écart important entre sa langue et le français de France, et de l’effet négatif que cet écart pouvait avoir sur sa réputation. Mais il ignorait encore à peu près tout de ce qui le caractérisait vraiment sur le plan linguistique. Et aucune autre explication que celles de la dégénérescence et de la contamination par l’anglais n’avait encore été avancée. Les lettrés canadiens étaient donc bien mal outillés pour réagir contre la campagne de dénigrement que subissait alors le français canadien.

62Après un demi-siècle de cueillette et de recherches historiques, la situation était tout autre. Comme le souligne la Société du parler français dans la préface de son dictionnaire, il apparaît alors clairement que c’est d’abord par son conservatisme que se caractérise le français parlé au Canada :

on y prendra une idée plus juste du caractère essentiel de notre parler populaire. C’est la langue de l’Île-de-France, telle qu’elle était déjà répandue dans les provinces du centre, du nord et de l’ouest, lors des grandes émigrations en Amérique ; nos pères, venus de ces régions, nous l’ont léguée, et nous l’avons conservée, avec certaines particularités provinciales, qui, légitimes ou irrégulières, n’attestent pas moins que les archaïsmes la survivance chez nous du génie de l’idiome. (GPFC, 1930, p. viii)

63En proposant une nouvelle explication historique et en la documentant, le mouvement glossairiste a donc largement contribué à la revalorisation du français canadien dès la fin du XIXe siècle. Par son approche normative plus nuancée que celle du mouvement puriste et plus attentive au contexte canadien, il a commencé à esquisser une autre voie que celle de l’alignement inconditionnel sur le français des dictionnaires de France. Sans le savoir probablement, ceux qui aujourd’hui continuent à plaider en faveur du droit des Québécois à la différence linguistique réutilisent certains arguments développés par le mouvement glossairiste.

64Plus encore qu’aux auteurs des nombreux dictionnaires correctifs de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, c’est aux auteurs de glossaires que l’on doit attribuer les progrès rapides de l’inventaire général des particularismes canadiens. On le doit tout particulièrement à la Société du parler français qui, rompant avec la démarche individualiste, a réussi à faire converger vers son Comité d’étude les fruits d’une ambitieuse cueillette collective. Lorsqu’elle parvient au terme de son entreprise et livre son glossaire, l’inventaire différentiel semble suffisamment exhaustif pour qu’on puisse enfin envisager la réalisation d’un projet plus vaste encore, évoqué par Rivard dès 1914 (p. 86), à savoir la réalisation d’un dictionnaire général de la langue française au Canada.

65Sur le strict plan de la technique lexicographique, l’héritage des glossairistes est également loin d’être négligeable. Nous leur devons notamment la mise en place d’une approche descriptive rapidement libérée de tout commentaire subjectif, de type dépréciatif ou mélioratif. C’est aussi pour cette raison que la publication du dictionnaire de Clapin constitue un événement important dans l’histoire de la lexicographie québécoise. Nous devons en outre à la Société du parler français au Canada d’avoir rompu avec l’amateurisme régnant pour ouvrir la voie à une pratique plus rigoureuse, plus « scientifique ». Le programme de microstructure mis en place par Rivard est d’une richesse, d’une régularité et d’une économie remarquables pour l’époque. Alors que le contenu du Glossaire de la Société vient confirmer l’aspect conservateur du français canadien, le répertoire lui-même témoigne d’une pratique presque moderne, qui a su profiter des récents acquis de la lexicographie française.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies et articles

Bouchard, Chantal (1998), La langue et le nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Mont réal, Fides, 303 p.

Dionne, N[arcisse]-E[utrope] (1912), Une dispute grammaticale en 1842. Le G.-V. Demers vs le G.-V. Maguire, Québec, Typ. Laflamme & Proulx, 231 p.

Mercier, Louis (1996), « L’influence de la lexicographie dialectale française sur la lexicographie québécoise de la fin du XIXe et du début du XXe siècle », dans Thomas Lavoie (dir.), Français du Canada-Français de France. Actes du quatrième Colloque international tenu à Chicoutimi, Québec, du 21 au 24 septembre 1994, Tübingen, Max Niemeyer Verlag (Canadiana Romanica, 12), p. 239-255.

Mercier, Louis (2002), La Société du parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1962). Histoire de son enquête et genèse de son glossaire, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française en Amérique du Nord »), xii-507 p.

Poirier, Claude et Gabrielle Saint-Yves (2002), « La lexicographie du français canadien de 1860 à 1930. Les conséquences d’un mythe », Cahiers de lexicologie, no 1, p. 55-76.

Rivard, Adjutor (1914), Études sur les parlers de France au Canada, Québec, J.-P. Garneau éditeur, 280 p.

Dictionnaires et autres répertoires lexicographiques

[Académie] (1877), Dictionnaire de l’Académie française, 7e édition, Paris, Librairie de Firmin-Didot et Cie.

Bélisle, Louis-Alexandre (1957), Dictionnaire général de la langue française au Canada, Québec, Bélisle éditeur, [xiv]-1390 p. ; 1971, 2e édition, [xvi]-1390 p. ; 1974, édition spéciale, Québec/Montréal, Bélisle/Sondec, [xvi]-1487 p. ; 1979, 3e édition, Dictionnaire nord-américain de la langue française, Mont réal, Beauchemin, [xiv]-1196 p.

Bergeron, Léandre (1980), Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur, 575 p.

Bescherelle (aîné) [1892], Nouveau dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française, Paris, Garnier frères libraires éditeurs, 4 vol.

[Boucher-Belleville, Jean-Philippe] (1855), Dictionnaire des barbarismes et des solécismes les plus ordinaires en ce pays, avec le mot propre ou leur signification, Montréal, Imprimerie de Pierre Cérat, vi-23 p.

[Buies, Arthur] (1865-1866), « Barbarismes canadiens », Le Pays, Mont réal, 26 oct. 1865-5 janv. 1866 [sous le pseudonyme BL].

Buies, A[rthur] (1888), « Chronique », L’Électeur, Québec, 9 janvier-3 mars.

Buies, A[rthur] (1888), Anglicismes et canadianismes, Québec, Typographie de C. Darveau, 106 p.

Clapin, Sylva (1894), Dictionnaire canadien-français ou Lexique-glossaire des mots, expressions et locutions ne se trouvant pas dans les dictionnaires courants et dont l’usage appartient surtout aux Canadiens-français, Mont réal/Boston, C. O. Beauchemin & Fils/Sylva Clapin, xlvi-389 p. [Réimpr. : Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1974.] Clapin, Sylva (1913), Ne pas dire mais dire. Inventaire de nos fautes les plus usuelles contre le bon langage, Worcester (MA), Librairie J. A. Jacques, 182 p.

Dictionnaire du français québécois. Volume de présentation (1985), Claude Poirier (dir.), Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l’Université Laval, xlii-169 p.

Dictionnaire historique du français québécois. Monographies lexicographiques de québécismes (1998), Claude Poirier (dir.), Sainte-Foy (Québec), Les Presses de l’Université Laval, xlviii-641 p.

Dionne, Narcisse-Eutrope (1909), Le parler populaire des Canadiens français ou Lexique des canadianismes, acadianismes, anglicismes, américanismes, mots anglais les plus en usage au sein des familles canadiennes et acadiennes françaises, Québec, Laflamme & Proulx imprimeurs, xxiv-671 p. [Réimpr. : Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1974.]

Dubois, Louis (1856), Glossaire du patois normand (augmenté des deux tiers et publié par Julien Travers), Caen, Typographie de A. Hardel éditeur, xl-440 p.

Dulong, Gaston (1989), Dictionnaire des canadianismes, Mont réal, Larousse, 461 p. ; 1999, Sillery (Québec), Septentrion, nouvelle édition revue et augmentée, 549 p.

Dulong, Gaston et Gaston Bergeron (1980), Le parler populaire du Québec et de ses régions voisines. Atlas linguistique de l’Est du Canada, Gouvernement du Québec, Ministère des Communications en coproduction avec l’Office de la langue française, 10 vol.

Dunn, Oscar (1880), Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, Québec, Imprimerie A. Côté et Cie, xxvi-199 p. [Réimpr. : Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1976.]

Fréchette, Louis, (1893-1903), « À travers le dictionnaire et la grammaire. Corrigeons-nous », La Patrie, Mont réal, 8 juill. 1893-15 févr. 1896 ; La Presse, Mont réal, 3 mars-6 nov. 1897 et 21 oct. 1899-13 janv. 1900 ; Le Canada, Mont réal, 30 mai-25 juill. 1903.

Furetière, Antoire (1727), Dictionnaire universel, La Haye, Pierre Husson, nouvelle édition revue, corrigée et augmentée par M. Brutel de la Rivière, 4 vol.

[Gingras, Jules-Fabien] (1860), Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents, Québec, E.-R. Fréchette (impr.), 47 p. ; Gingras J[ules]-F[abien], 1867, Manuel des expressions vicieuses les plus fréquentes, 2e édition, Outaouais, Imprimerie du Canada, 77 p. ; 1880, 3e édition, Ottawa, Imprimerie MacLean, Roger et Cie, 1880, 61 p.

Godefroy, Frédéric (1880-1895), Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, t. 1-5, Paris, F. Viewag libraire éditeur, 1880-1888 ; t. 6-8, Émile Bouillon, libraire-éditeur, 1889-1895.

Hatzfeld, Adolphe et Arsène Darmesteter, avec le concours d’Antoine Thomas [1890-1900], Dictionnaire général de la langue française du commencement du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, [Paris], [Librairie Delagrave], 2 vol. [Réimpr. : Delagrave, 1964.]

Jaubert, Hippolyte-François (1864-1869), Glossaire du Centre de la France, 2e édition, Paris, Chaix, xvi-732 p. [Réimpr. : Genève, Slatkine Reprints, 1970.]

La Curne de Sainte-palaye (1875-1882), Dictionnaire historique de l’ancien langage françois ou Glossaire de la langue françoise depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV, Niort/Paris, L. Favre éditeur/H. Champion libraire. [Réimpr. : Hildesheim/New York, Georg Olms Verlag, 1972, 10 vol.

Lavoie, Thomas, Gaston Bergeron et Michelle Coté (1985), Les parlers français de Charlevoix, du Saguenay, du Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord, Québec, Les Publications du Québec, 5 volumes.

Littré, Émile (1863-1869), Dictionnaire de la langue française, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 3 vol. ; 1877, Dictionnaire de la langue française. Supplément suivi du Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale […], iv-375 p. + vii-84 p.

Lusignan, Alphonse (1884-1885), « Fautes à corriger. Une chaque jour », La Patrie, Mont réal, 10 juin 1884-9 juill. 1885.

[Maguire, Thomas] (1841), Manuel des difficultés les plus communes de la langue française, adapté au jeune âge, et suivi d’un recueil de locutions vicieuses, Québec, Fréchette & Cie, 185 p.

Manseau, J[oseph]-A[mable] (1881), Dictionnaire des locutions vicieuses du Canada avec leur correction, suivi d’un Dictionnaire canadien, Québec, J.-A. Langlais libraire-éditeur, xii-119 p.

Pierrehumbert, W. (1926), Dictionnaire historique du parler neuchâtelois et suisse romand, Neuchâtel, Éditions Victor Attinger, 764 p.

Poirier, Pascal (1953-1977) (manuscrit de 1927), Glossaire acadien, t. I, Nouveau-Brunswick, Université Saint-Joseph, 1953 ; t. II-V, Université de Moncton, Centre d’études acadiennes, 1977.

Richelet, Pierre (1680), Dictionnaire françois, Genève, Jean Herman Widerhold, 2 vol. [réimpr. : Genève, Slatkine Reprints, 1970].

Rinfret, Raoul (1896), Dictionnaire de nos fautes contre la langue française, Mont réal, Cadieux & Derome, vi-306 p.

Rousseau, Jacques (1935), « Quelques additions au Glossaire du parler français au Canada », Le Canada français, série 2, vol. 22, no 6, Québec, févr., p. 580-590 ; 1940), « Nouvelles additions au Glossaire du parler français au Canada », Le Canada français, série 2, vol. 27, no 5, Québec, janv., p. 474-479.

Société du parler français au Canada (La) (1902), Plan d’études, méthode de travail — méthode d’observation, Québec, [avril 1902], 24 p.

Société du parler français au Canada (La) (1902-1921), « Lexique canadien-français », Bulletin du parler français au Canada, Québec, sept. 1902 — juin-août 1918 ; Canada français, Québec, sept. 1918-nov. 1921.

Société du parler français au Canada (La) (1930), Glossaire du parler français au Canada, préparé par la Société du parler français au Canada avec le concours de ses membres, de ses correspondants et de ses comités d’étude, Québec, Les Presses de l’Université Laval (« Langue française au Québec, 3e section : Lexicologie et lexicographie, 1 »), 1968, xix-709 p. [Réimpr. en fac-similé de l’éd. orig. de 1930.]

Société du parler français au Canada (La) (1930-1945), « Corrigeons-nous », Le Canada français, Québec ; première série, févr. 1930-avril 1937 ; deuxième série, nov. 1937-avril 1938 ; troisième série, nov. 1942-juin 1945.

Société du parler français au Canada (La) (1953-1955), « Nouveau Glossaire », La Revue de l’Université Laval, Québec, janv. 1953-sept. 1955.

Notes

1 À ce sujet, voir notamment Bouchard, 1998, et Poirier et Saint-Yves, 2002.

2 Et cela vaut également pour Pascal Poirier, l’auteur du Glossaire acadien. Le mot glossaire ne figure toutefois pas dans le titre du dictionnaire de Dionne ; il se peut qu’en 1909, celui-ci ait évité d’utiliser un mot déjà associé depuis sept ans au vaste projet lexicographique de la Société du parler français au Canada.

3 Rappelons qu’il est également l’auteur d’un dictionnaire correctif paru quelques années plus tard (Clapin, 1913).

4 Pour une description globale de cette enquête, voir Mercier, 2002, p. 179-360.

5 Pour un aperçu plus large de cette question, voir Mercier, 1996.

6 Les atlas géolinguistiques québécois (Dulong et Bergeron, 1980 et Lavoie, Bergeron et Côté, 1985) peuvent aussi témoigner de ce passé, mais il faut être spécialiste pour savoir comment les lire et les interpréter.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Richesse et originalité de la nomenclature du GPFC
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 2.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 4.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 5.
Légende Dunn (1880)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Clapin (1894)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Dionne (1909)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende GPFC (1930)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9937/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Professeur de linguistique à l’Université de Sherbrooke, où il dirige depuis 2001 le Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois. Il est aussi membre du Laboratoire de lexicologie et lexicographie québécoises. Ses travaux actuels et publications récentes portent sur l’histoire des dictionnaires québécois et sur le traitement lexicographique des noms d’espèces naturelles. Il a consacré une monographie (2002) à la Société du parler français au Canada (1902-1962) et à son glossaire (1930) ; il a aussi codirigé un ouvrage collectif (2006) sur le sujet. Chercheur au Trésor de la langue française au Québec de 1981 à 1994, il a codirigé le projet d’Index lexicologique québécois (1986) et participé à la rédaction du Dictionnaire historique du français québécois (1998). Il supervise actuellement le traitement du vocabulaire de la faune et de la flore dans le dictionnaire du français en usage au Québec, en cours de réalisation.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search