Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Entre dépendance et affirmation : le parcours historique des lexicographes québécois

Claude Poirier

Texte intégral

  • 1 Viger a séjourné à Québec, comme rédacteur au journal Le Canadien, de novembre 1808 à mai 1809, et (...)

1Les organisateurs de la Journée québécoise des dictionnaires ne pouvaient pas choisir un meilleur thème que celui de l’histoire de notre lexicographie pour cette troisième édition qui se tient dans la ville de Québec à l’occasion de son quatre centième anniversaire. Depuis le Manuel des difficultés les plus communes de la langue française de Thomas Maguire (1841), la plupart des productions lexicographiques ont été associées à Québec, par leurs auteurs et par les entreprises qui y ont été lancées. Déjà dans le cas du premier répertoire de canadianismes, celui de Pierre Philippe Potier (1743-1758), notre ville et sa région ont été des lieux d’enquête privilégiés. Sans qu’on puisse l’affirmer avec assurance, on peut même penser que le jeune Mont réaliste Jacques Viger (1810) est venu chercher à Québec la motivation qui l’a poussé à rédiger sa Néologie canadienne1.

2Mont réal a d’autres mérites, notamment celui d’avoir assumé le leadership dans la défense des droits de la patrie francophone. Il faut reconnaître également que la réflexion sur le lexique est représentée dans la métropole par des noms importants, en commençant par Michel Bibaud, qui a arbitré à distance la première querelle sur la norme qu’avait déclenchée, à Québec, la publication du Manuel de Maguire. Mont réal s’est de tout temps intéressé au débat sur les particularismes du français québécois, mais on peut dire que son action s’est fait sentir surtout sur le plan politique, alors que Québec a davantage contribué à la description philologique du français québécois.

  • 2 Rappelons, pour les lecteurs qui connaîtraient moins bien l’histoire du Québec, que les francophone (...)
  • 3 Extrait d’une lettre du 6 mars 1855 de Drouyn de Lhuys, ministre des Affaires étrangères de France, (...)

3Si nous avons tenu à établir cette relation entre la ville de Québec et la lexicographie, c’est que nous avons fait une lecture de l’histoire de cette discipline en fonction des rapports qu’ont entretenus les Canadiens/Québécois2 avec les Français, selon les époques. Et, dans ces échanges entre les deux communautés, la ville de Québec jouit également d’un statut particulier. Elle représente au départ le centre de l’administration coloniale, où le va-et-vient des fonctionnaires assure le dialogue avec Paris, puis le champ de bataille où le destin des francophones a été scellé, et enfin le symbole de la présence française en Amérique que reconnaît la France elle-même, en 1855, en y envoyant La Capricieuse battre pavillon français « pour la première fois depuis que nous avons perdu ce pays à la suite d’une guerre malheureuse et mal conduite3 ».

4Contrairement à la vision idyllique que véhicule l’histoire traditionnelle, les relations entre Québécois et Français n’ont pas toujours été au beau fixe. Les historiens commencent à peine à creuser cette question. Le seul fait de dire que les Canadiens pouvaient être différents des Français semblait faire problème. Dans un entretien dont rend compte la revue Argument, l’historien Yvan Lamonde (1999, p. 54), qui a examiné les fondements des idéologies qui ont nourri la pensée canadienne-française, trouvait « assez surprenant qu’on n’ait pas d’études qui détermineraient le degré de canadianité des colons en 1760 ». Et si, ajoutait-il ailleurs (2001, p. 138), « [d]ans l’imaginaire québécois, l’Angleterre se fait difficilement pardonner sa conquête militaire », « les Québécois essaient de ne pas penser à la cession de la France. Parti pris révélateur et formateur d’une possible confusion des sentiments à l’égard de la France. » Ces réflexions rejoignent celle du politicien français Philippe Séguin (2000, p. 11-12) qui, évoquant ces difficultés, propose que Français et Québécois, dans le bilan historique de leurs relations, « sort[ent], une fois pour toutes, des apparences » et se traitent désormais « en nations adultes, acceptant les ombres et les lumières ».

5Les diverses conceptions qui ont orienté les productions lexicographiques au pays depuis l’époque du père Potier s’expliquent mieux, à notre avis, si on les met en rapport avec la perception qu’ont eue les Canadiens de leur relation avec la France. Et, pour bien cerner cette perception, il faut interroger franchement les textes et ne pas écarter les passages où s’expriment la critique, parfois même le rejet de la France. Ce n’est pas non plus adresser un reproche aux Français que de rappeler, le cas échéant, les distances qu’ils ont prises à certaines époques par rapport aux Canadiens quant à leur avenir, à leur langue et à leur culture. Ces manifestations de part et d’autre indiquent que les Canadiens et les Français ont rapidement perçu qu’une identité francophone distincte s’était construite sur les bords du Saint-Laurent. Il ne s’agit pas toujours d’affirmations explicites, car, d’une part, les Canadiens ont de tout temps veillé à ne pas s’en prendre ouvertement à leur patrie d’origine, et les Français, on le sait, excellent dans les formulations stylistiques propres à atténuer la sévérité des contenus. Il faut donc interroger les symboles, qui peuvent révéler des mouvements de l’opinion, scruter les énoncés linguistiques, qui, outre leurs sens premiers, sont susceptibles de véhiculer des connotations significatives.

6C’est à cette démarche que nous convions les lecteurs de ce texte. Pour bien comprendre notre point de vue, il faut mettre de côté les idées reçues et accepter d’être un peu ébranlé dans ses certitudes. Nous proposons donc, en premier lieu, une lecture de notre histoire linguistique qui permettra de voir comment notre identité collective et notre perception de la langue ont été façonnées par la manière dont nous avons interprété notre relation avec la France, selon les époques. Nous montrerons par la suite que le cheminement des lexicographes, marqué tantôt par des avancées, tantôt par des mouvements de repli, épouse les fluctuations de ce processus de distanciations et de rapprochements.

7Pour la période du XIXe siècle, nous avons tiré grand profit de la recherche de Gabrielle Saint-Yves (2002 ; 2003). Ses analyses, fondées sur une étude approfondie des contenus à l’aide d’une méthode d’analyse de discours, ont jeté les fondements d’une histoire critique de la lexicographie québécoise. On peut ainsi mieux discerner les intentions des auteurs et suivre la trajectoire de la discipline à travers les mutations des idéologies. Notre réflexion a été nourrie également par l’ouvrage d’Annick Farina (2001) qui est, à ce jour, la seule à avoir pris en compte l’ensemble de la production québécoise dans ce domaine. Cet ouvrage bien documenté contient de nombreuses observations originales. Mais surtout, il rend compte d’un regard extérieur, celui d’une Française. Dès le début des années 1990, elle n’a pas craint d’inscrire sa recherche dans un champ d’étude qui avait alors les apparences d’une chasse gardée québécoise. Nous nous réjouissons à cet égard de constater que notre Journée des dictionnaires et la publication à laquelle elle donne naissance ont bénéficié de la contribution de collègues étrangers.

INCIDENCE SUR LE SENTIMENT LINGUISTIQUE DE LA RELATION AVEC LA FRANCE

8L’histoire du français québécois a été jusqu’ici tributaire du point de vue des historiens de la grande Histoire dont les repères, on le comprend, sont les événements qu’on peut dater avec précision : révolutions, guerres, traités, élections, etc. L’impact de ceux-ci sur la langue est réel, bien que non prédictible, mais ne se produit qu’avec un certain retard, le temps que les locuteurs intègrent dans leur parler de nouvelles habitudes. Il faut en outre que les changements affleurent dans des sources pour qu’on puisse les apercevoir. Par ailleurs, un défaut qui fragilise certaines des interprétations qui ont été proposées dans le passé est de ne donner crédit qu’aux affirmations directes (par exemple, pour l’époque ancienne, aux témoignages des voyageurs), sans qu’on ait interrogé la langue elle-même, dont les manifestations sont autant, sinon plus révélatrices.

  • 4 Voir Poirier, 1998a ; 1998b ; 2000 ; 2003 ; 2006 ; Canac-Marquis et Poirier, 2005 ; Poirier et Sain (...)

9Dans la synthèse historique que nous sommes à écrire, nous avons cherché à éviter ces écueils en donnant la priorité au corpus de quelques millions d’énoncés qui ont été rassemblés dans les fichiers et bases de données du Trésor de la langue française au Québec (TLFQ). Nous ne donnons ici que des aperçus de notre recherche, sans nous obliger à des démonstrations de détail qui nous éloigneraient de notre objectif de brosser un tableau d’ensemble de la lexicographie québécoise à la lumière des relations entre Québécois et Français. Nous avons du reste déjà présenté des résultats substantiels de notre réflexion dans des articles depuis la fin des années 19904. Nous y renvoyons ici de façon générale, ce qui nous permettra de restreindre les références à nos propres travaux dans la suite du texte.

  • 5 Pour une explication ou une illustration de ces mots, voir le Dictionnaire historique du français q (...)

10Nous passons rapidement sur la période pré-coloniale (avant 1608). Sa prise en compte est nécessaire pour établir les origines du français nord-américain, mais, comme il n’existe pas encore de colonie stable au XVIe siècle, on ne peut parler de l’opinion qu’une communauté aurait de son identité. On voit cependant que, dans les écrits des navigateurs et des historiographes de l’époque (comme Cartier, Thévet), le souci de se conformer à une norme linguistique n’est pas perceptible. Ainsi, on n’hésite pas à recourir aux mots usuels sur les bateaux et dans les aires d’exploration (innovations sémantiques, néologismes formels, régionalismes de France, emprunts) sans se poser de question sur leur statut : Canadien, cèdre, côte, cyprès, haim, iroquois, marsouin, montagnais, mouche à miel, pruche, raquette, truite, etc.5 Il n’y a pas de quoi s’en surprendre puisque le français évoluait dans un contexte de grande liberté au XVIe siècle.

11Au cours de la période suivante, celle de la Nouvelle-France (1608-1759), il est clair, d’après la documentation que nous avons examinée, qu’une opinion proprement canadienne ne tarde pas à se manifester. Une première forme d’indépendance par rapport à la Métropole s’exprime dès le XVIIe siècle à travers la dénomination que choisissent les colons pour se désigner eux-mêmes. Pas question qu’on les traite comme des « paysans » : ce sont des habitants, qui ont des droits et qui peuvent aspirer à posséder une terre, contrairement à ce qu’on observe en France à la même époque. Le territoire est organisé selon la formule des rangs (aussi appelés côtes), et non sur le modèle des bourgs de France, ce qui permet aux premières générations d’habitants d’avoir un accès immédiat à un cours d’eau, le Saint-Laurent ou l’un de ses affluents. Pour ce qui est des comportements, divers témoignages attestent du caractère « indiscipliné » des Canadiens. Certains vont jusqu’à défier l’ordre social établi par l’administration française et adoptent un mode de vie plus libre, notamment dans le but de faire la traite des fourrures avec les Amérindiens en marge des lois. Cette situation oblige les autorités à adopter, dans les années 1660, des mesures punitives contre ces contrebandiers qu’on appellera coureurs de bois.

12Sur le plan linguistique, on note, comme au XVIe siècle, le recours spontané aux mots des régions de France d’où sont originaires les colons (bluet, champlure, enfarger, ferdoches, godendart), des emprunts aux langues amérindiennes (achigan, atoca, babiche, carcajou, sagamité) et la création de mots ou de sens nouveaux (comme capot, suisse, traîne sauvage, tuque). Ce qui est significatif pour notre propos est le fait que les administrateurs de la colonie paraissent peu enclins à adopter certains canadianismes, par exemple pruche ou épinette. On leur préfère la forme standard prusse et un néologisme créé par des scientifiques, le mot sapinette. On peut penser — et la documentation portant sur la période suivante autorise cette extrapolation — qu’il existe une manière « française » de parler et une manière « canadienne ».

  • 6 Extrait d’une lettre de 1729 reproduite dans Nova Francia, vol. 3, no 1, 1927-1928, p. 51.

13Voici un témoignage parmi d’autres qui laisse entendre que Français et Canadiens appartiennent à des réseaux sociaux distincts et ne vivent pas dans l’harmonie la plus totale. Il s’agit d’un extrait d’une lettre de 1740 qu’une religieuse adresse à un apothicaire de France. Celle qui écrit, sœur Geneviève Duplessis de Sainte-Hélène, est, comme la dépeint sa grande sœur une dizaine d’années plus tôt, « canadienne de nation » — elle est née à Québec en 1692 —, mais « toute françoise d’inclination »6. Leur père, un Français, est un administrateur important dans la colonie et la correspondance de ses filles montre bien que la famille se réclame de la France plutôt que du Canada. Venant d’une religieuse, dont on attendrait une certaine réserve dans les jugements sur autrui, l’opinion exprimée sur les Canadiens par sœur Geneviève a presque valeur de constat :

  • 7 Lettre de 1740, reproduite dans Nova Francia, vol. 4, no 6, 1929, p. 378.

L’offre que vous nous faites pour les remedes nous feroit bien plaisir si nous etions entierement maitresse, mais nos sœurs appoticairesse qui change souvent sont accoutumé a reçevoir par la Rochelle de Mr Dupas […] leur remedes, elles sont faites a cette routine, et comme il faut menager les esprit Canadiens qui ne sont pas complaisans Comme ceux des françois, nous ne voulons pas les chagriner […]7.

14À travers ces faits et ces témoignages, on peut estimer que les Canadiens se sont déjà construit une identité propre, qu’ils cherchent à faire respecter. Sur le plan linguistique, sans affirmer bruyamment leur spécificité — puisque la chose ne paraît pas être une source de conflit à l’époque —, ils vont librement leur chemin. Le peuple venu de France, qui s’est installé à demeure sur les rives du Saint-Laurent, a pu s’adapter aux nouvelles conditions de vie de façon plus souple et durable que ceux qui n’y séjournaient qu’une courte période. L’élite parisienne de passage a eu tendance à plaquer sur les réalités nord-américaines les conceptions déjà figées que véhiculait sa langue, nourrie par un imaginaire proprement européen.

  • 8 Même après la répression de la rébellion des Patriotes, les échanges avec la France ne sont pas tot (...)

15Dès le début de la période qui suit, que nous caractérisons par l’émergence et la consolidation du français canadien (1760-1840), on peut constater que l’utilisation de la langue dans la sphère publique n’est pas, comme en France, contrôlée par une aristocratie. Les mots issus des régions de France affluent dans les manuscrits et les sources écrites (broue, brunante, cretons, marinades, patate). Comme le souligne Galarneau (1970, p. 85 et suivantes) et comme l’illustrent bien les études réunies par Andrès et Bernier (2002), le lien avec la France n’est pourtant pas rompu8, malgré l’amertume que suscite la prise de conscience que la France a bel et bien cédé le pays aux Anglais.

16Il n’en demeure pas moins que le départ d’une partie de l’élite française a des conséquences sur la pratique de la langue : la façon proprement canadienne de penser et de parler s’impose peu à peu dans l’organisation sociale et pénètre plus facilement dans les écrits. Cette évolution est favorisée par la liberté nouvelle que permet le régime mis en place par les Anglais. Cette liberté est réduite sur le plan politique, malgré l’établissement d’une chambre d’assemblée en 1791, mais on a dorénavant accès à l’imprimerie et on ne s’en prive pas : entre 1764 et 1840, rappelle Kenneth Landry (2002, p. 296), 116 journaux et périodiques voient le jour. La Révolution française, ou plutôt la Terreur, comme le précise Lamonde (1999, p. 53), symbole de la France « républicaine et sanguinaire », viendra amplifier de façon décisive la distance idéologique entre la France et son ancienne colonie. Presque un siècle plus tard, le choc n’est toujours pas absorbé, comme l’exprimera Jules-Paul Tardivel (citation de 1879, reprise de Lamonde, 2001, p. 149) :

  • 9 Dans sa dénonciation de ceux qu’il appelle « les demi-civilisés » (l’élite religieuse et politique) (...)

Nous aimons la France d’autrefois, la France puissante, grande et glorieuse, la France fille aînée de l’Église ; nous aimons aussi la France catholique de nos jours. Mais la France moderne, telle que la Révolution l’a faite, la France déchue de son antique splendeur, la France impie, la France républicaine, en un mot, ne nous inspire qu’un sentiment qui est un mélange d’horreur et de pitié9.

17Une identité proprement canadienne, notamment par rapport à la France, est bien affirmée dans les premières décennies du XIXe siècle. Sur le plan linguistique, le français canadien ne paraît pas avoir été perçu de façon négative en dépit de quelques sorties contre l’influence culturelle et linguistique des anglophones. Si le statut de la langue commence à susciter des inquiétudes, en revanche la façon de la parler ne paraît pas constituer un problème important. Le contenu de la Néologie canadienne de Viger, sur lequel nous reviendrons plus loin, et les arguments qui seront invoqués lors de la querelle qui suivra la publication du Manuel de Maguire révèlent qu’on s’intéresse déjà à la question de la norme, mais qu’il existe un certain équilibre en cette matière au sein de l’élite. L’horizon s’assombrira bientôt sur le plan sociopolitique, ce qui créera une certaine panique chez les élites canadiennes qui chercheront le salut en se tournant vers la mère patrie. Le message de Maguire, recommandant un alignement systématique sur le français de France, pourra alors produire ses effets sur la conscience linguistique.

18Avec ce premier répertoire de fautes débute en effet une période qui sera dominée par la dévalorisation de lusage canadien (1841-1959). Si nous faisons commencer cette période en 1841, c’est que le Manuel de Maguire, même s’il suscite une forte opposition, est le premier à marteler résolument au Canada le message correctif que Malherbe a introduit deux siècles plus tôt dans l’espace public en France. Sa publication coïncide avec des changements politiques majeurs : le français perd son statut de langue officielle au Parlement à la suite du rapport Durham. Le Manuel provoque la réaction passionnée de l’abbé Jérôme Demers, éducateur à la réputation bien établie, qui prend la défense du français canadien. S’ensuit une querelle linguistique entre deux personnalités en vue à propos de la légitimité de l’usage canadien. Cet épisode est maintenant bien connu, grâce à Dionne (1912) qui a édité les interventions des deux opposants publiées au départ dans La Gazette de Québec, et a été analysé sous divers angles, notamment par Lapierre (1981) et par Saint-Yves, (2002). Aussi n’est-il pas nécessaire de revenir sur le contenu de cette controverse. Nous attirerons l’attention plutôt sur les interventions équilibrées de Michel Bibaud qui, depuis Mont réal, évalue la plaidoirie de chacun.

  • 10 De l’avis de Maximilien Bibaud, fils de Michel, l’arbitre montréalais favorisa le grand vicaire Dem (...)

19Diplomate, Bibaud partage les mérites entre Demers et Maguire, qu’il déclare « de forces à peu près égales » (1842a, p. 106), mais il se garde bien d’épouser les vues intransigeantes et souvent contradictoires de l’auteur du Manuel, notamment pour ce qui est des néologismes10. Si l’on examine les arguments qu’il invoque en faveur du maintien de nombreux mots condamnés par Maguire, on se rendra compte que le grammairien expose une position tout à fait raisonnable, qui reflète une certaine maturité de la pensée linguistique qui n’est pas contrainte par la nécessité de se conformer en tous points à la doctrine normative des Français. On peut même s’étonner que, de nos jours, presque cent soixante-dix ans plus tard, des prises de position puissent se situer en deçà de ce point de vue.

  • 11 Nous ne reproduisons ici que quelques extraits des formulations de Bibaud. Nous faisons cependant m (...)

20Les principes que nous avons dégagés de son argumentation peuvent être formulés comme suit11 :

  1. Les néologismes sont acceptables pour désigner les réalités nouvelles : atoca et pémina, battures, bordages, poudrerie (« qui peint si bien la neige poussée, soulevée par un vent fort et tourbillonnant »), cassot, etc., ou pour répondre à des besoins particuliers : germage, menoires.

  2. Les mots et prononciations répandus dans le pays sont légitimes : demiard (« est enraciné dans le language [sic] du peuple, et après tout, qui sait s’il n’est pas aussi en usage dans quelque département de France ? ») ; étanche (« Nous croyons que le peuple a eu raison de donner à l’adjectif étanc le féminin étanche, mais qu’il a tort de joindre le féminin à un nom masculin ») ; menthe (« D’après la bonne société, on dit de la minte ; parmi le peuple des campagnes on dit de la mande. Le peuple est plus près de la bonne prononciation, qui est mante »).

  3. Il n’est pas raisonnable d’essayer d’implanter au Canada des mots qui risquent d’y être incompréhensibles : cordon (« Les Français ont ou avaient le mot stère pour désigner la même chose. Ce mot sent bien le grec pour nos vendeurs et charroyeurs de bois. Autant vaudrait leur laisser le cordon »).

  4. Il faut éviter d’avoir à changer des pans entiers de la langue par seul souci de se conformer à l’usage parisien : cariole (« Si nous n’employions pas le mot traîneau pour désigner les voitures destinées à traîner des fardeaux pesants, et qu’il y en eût un autre pour distinguer les voitures d’hiver destinées au transport des voyageurs, ou à la promenade, la réforme de l’auteur pourrait peut-être s’introduire : mais l’absence d’un pareil mot, la distinction existante dans notre langue entre les mots cariole et traîneau, ont fait du mot cariole, dans son acception actuelle, une expression nécessaire, et partant légitime à notre avis. Ce qui rendrait aussi difficile le non-emploi de ce mot, c’est qu’il a été adopté par la population anglaise ») ; traîne (« On parlerait bien confusément, et de manière à n’être pas compris, dans ce pays, s’il fallait se borner au mot traîneau pour désigner toutes les espèces de voitures d’hiver »).

21Si nous avons tenu à rappeler ces principes, c’est pour faire voir que le purisme était loin de s’être imposé au début des années 1840 et que les esprits éclairés de l’époque pouvaient prendre leurs distances par rapport à la norme de France. Cette position deviendra bientôt intenable en raison de la vague idéologique pro-France qui déferlera. Avec Jules-Fabien Gingras (1860) commencera une traversée du désert qui paraîtra interminable. Elle débouchera sur un cul-de-sac idéologique dans les années 1950, comme l’a bien démontré Chantal Bouchard (1998) à travers son analyse des chroniques de langage. Ce qu’il y a de différent, à partir des années 1860, c’est que s’installe durablement une perception selon laquelle le Canada français serait dépendant de la France sur les plans culturel et linguistique. Tous les lettrés paraissent acquiescer aux idées suivantes, comme nous avons eu l’occasion de le démontrer (Poirier et Saint-Yves, 2002) : a) glorification du Régime français ; b) le Canada français doit être considéré comme une province de France ; c) l’usage de France est l’idéal à atteindre. Jean Bouthillette a bien perçu le caractère mythique de cette idéologie qui continue de hanter notre conscience collective quand il est question de la langue :

L’Ancien Régime, où nous a précipités la chute, est ce lieu privilégié où panser nos blessures. Nous en avons fait un mythe édifié à notre gloire, à notre pureté, à nos bons sentiments. Nous nous y survalorisons. Le Régime français, revu et corrigé, est devenu le paradis perdu de notre innocence originelle. Une partie de notre âme tourmentée y trouve tout au long de notre histoire un bienheureux refuge. (1972, p. 77)

22La campagne puriste, nourrie par ces conceptions qui font peu de place à l’identité canadienne, est à l’origine d’un grand malentendu sur la notion même de « langue ». Elle est fondée sur un refus de la variation qui pousse certains ténors du mouvement à exiger du peuple qu’il parle comme les Parisiens instruits. Ce message ne pouvait pas avoir un effet concret sur les cultivateurs et ouvriers qui formaient la plus grande partie de la population, malgré les efforts déployés pour les convaincre. Outre les manuels de correction, les chroniques de langage et les feuillets du type « Corrigeons-nous », on cherchera à les influencer même à travers les romans et les émissions de radio où l’on parle pourtant leur langage. En voici un exemple tiré du radioroman Je vous ai tant aimé, écrit par Jovette Bernier (émission du 28 janvier 1952), où l’on a recours à l’autorité de l’annonceur qui intervient de façon inattendue dans les dialogues pour corriger le terme zarzais :

— Bertrand : T’aimes pas ça m’embrasser ?

— Colombe : Oui mais pas comme ça. Tu me serres, tu me déranges tous les cheveux...

— Bertrand (Baiser sonore) : C’est comme ça que je voulais t’embrasser. Des permissions pour embrasser une fille, ça se demande pas. Chu pas un zarzais. J’ai-t-y l’air d’un zarzais ?

— Annonceur : Non, Bertrand n’a pas l’air d’un zarzais parce que les Zarzais ce sont les pêcheurs anglais de la côte qui sont venus des îles Jersey, et qu’on devrait appeler Jerseyais... (cité dans Dictionnaire historique du français québécois, p. 520)

23L’idéologie dominante, qui inocule aux Canadiens un sentiment d’infériorité linguistique par rapport aux Français, a été contredite sur divers points par des écrivains comme Benjamin Sulte, Napoléon Legendre, Oscar Dunn, Sylva Clapin, Adjutor Rivard, Jacques Rousseau, mais les classes dirigeantes ont le plus souvent relayé le message déprimant des puristes : les Canadiens français ne sont pas du niveau des Français de France. Cette idéologie servait bien les intérêts des autorités religieuses et politiques, notamment quant à la question des emprunts à l’anglais. « [L]es anglicismes, écrit Saint-Yves, servent de prétexte à une lutte qui dépasse largement les considérations linguistiques telles qu’exprimées par les auteurs » (Saint-Yves, 2006, p. 361). Elle ajoute :

On peut penser que l’anglais a servi de bouc émissaire et d’explication facile pour ce qui était considéré comme une dégradation du français canadien. Associant la cause du mal à la domination politique et économique des Anglais, cette explication a eu beaucoup de retentissement à travers les premiers auteurs de lexiques correctifs au dix-neuvième siècle. Cette façon de présenter les choses permettait à des ultramontains comme Tardivel de maintenir le peuple dans l’ignorance et de passer sous silence la principale cause, en fait, du manque de ressources langagières des Canadiens français, c’est-à-dire l’absence d’une éducation publique. (2006, p. 366)

  • 12 Nous référons ici à un article d’André Thibault (en voie de publication dans la revue Cap-aux-Diama (...)

24La résistance se manifeste tout de même. Si les canadianismes sont évités par les auteurs qui cherchent à imiter des modèles français, certains réussissent à les faire passer progressivement dans la littérature en les insérant dans les dialogues, ce qui était moins compromettant que dans la narration. Même Louis Fréchette, honoré par l’Académie française, leur donnera une certaine visibilité dans ses récits. Les journaux, plus près du sentiment populaire, feront bon accueil aux mots locaux à travers leurs chroniques humoristiques. C’est d’ailleurs par cette voie qu’une création ludique comme enfifrewâper, utilisée à répétition par Hector Berthelot à partir de 1879 et que l’usage populaire fixera sous la forme enfirouaper à partir des années 1910, a pu se répandre et se perpétuer à travers plusieurs variantes et dérivés12. Malgré les contraintes qu’on a voulu lui imposer, le peuple s’est exprimé dans sa langue et avec audace : la documentation en témoigne. C’est lui, à n’en pas douter, qui est à l’origine de la locution Maudit Français que l’on rencontre dans les textes depuis 1894, dans un passage où son caractère râpeux est cependant masqué : « Sur la côte [du Labrador], quand il s’agit d’un Français aimable comme vous ou moi, l’on dit : Ah ! le maudit Français ! S’il est question d’un Anglais vertueusement impassible et saintement grognon, on dit : Oh ! l’Anglais maudit ! » (Puyjalon, 1894, p. 88).

  • 13 L’auteur avait 53 ans lorsqu’il a publié son livre (v. DBC en ligne).
  • 14 On a souvent recours à l’orthographe Franças qui marque à la fois l’origine populaire de la formule (...)

25Cette citation est celle d’un Français arrivé au Québec à l’âge de 31 ans13, ce qui peut expliquer l’interprétation favorable qu’il donne à cette appellation épithète. Compte tenu de la valeur imprécatoire de l’adjectif maudit, on peut penser qu’elle traduisait, au XIXe siècle, le même agacement qui s’exprime dans les attestations qui suivront (par exemple chez Harvey, 1934, p. 169)14. Il s’agit sans nul doute d’un produit de la verve populaire en réaction au discours lassant de l’élite canadienne-française sur la supériorité des Français.

  • 15 Voir à ce sujet Tanguay qui précise le sens de l’appellation : « Selon lui [André Laurendeau], l’ex (...)

26La période suivante est celle de la reconstruction de lestime de soi (depuis 1960), amorcée par la Révolution tranquille. C’est une époque d’affirmation identitaire qui présente une certaine analogie avec ce qu’on a observé dans les premières décennies du XIXe siècle où s’exprimait clairement une identité canadienne et où se construisait une opinion favorable à la prise en main des leviers politiques. Elle est marquée à la fois par un rapprochement des Français, par exemple à travers les échanges franco-québécois, et par une distanciation qui est manifeste dans la littérature et l’expression artistique en général (chanson, télévision, cinéma). Le modèle franco-français du langage est rapidement mis de côté dans la pratique orale des élites et la parole que diffusent la radio et la télévision s’harmonise avec la pratique quotidienne de la langue. C’est la fin du phénomène qu’on a appelé les retours d’Europe, en parlant de ceux qui revenaient de France après avoir fait subir un traitement-choc à leur langue pour qu’elle sonne « à la française »15. Ce courant d’idées était de nature à favoriser une prise en charge complète de la gestion de notre français.

  • 16 Voir la revue Maintenant, no 134 (intitulé « Cheval ou bien donc Joual ou bedon Horse »), mars 1974 (...)

27Le Québec est donc en voie de modifier profondément son rapport avec la France, au point où les auteurs se mettent à pratiquer un idiome, le joual « littéraire », branché sur l’usage québécois le plus populaire. Certains, comme Victor-Lévy Beaulieu, vont jusqu’à défendre la thèse d’une langue à part et leur provocation est prise au sérieux par les intellectuels. Hélène Pelletier-Baillargeon rejette ce « concept-bidon », considérant le joual comme « la langue du cri ou de l’impropère, non [celle] de l’analyse », mais lui reconnaît tout de même un « rôle de décapant de la conscience collective ». Envisageant le phénomène surtout dans ses manifestations littéraires, Fernand Dumont admet, lui aussi, « que le joual tient à nos sentiments les plus spontanés, qu’il colle davantage à la condition de notre peuple que le français international ». Il craint cependant qu’en promouvant cette langue, les Québécois s’ensevelissent dans leur folklore. Quant à Jacques Grand’Maison, tout en se défendant de faire l’apologie du joual, il le considère comme un instrument puissant sur le plan politique et un prélude à la « libération de la parole » d’un peuple qu’on a voulu garder muet16. Jamais l’affirmation identitaire n’avait-elle atteint un tel niveau d’intensité, au point où l’on a pu craindre des débordements.

28La volonté de libération culturelle était d’autant plus forte qu’elle s’inscrivait dans une démarche globale visant à mettre fin à une situation d’infériorité générale qui avait rendu impossible l’épanouissement social. Rolland Lorrain (1966, p. 121-122) exprime bien l’état d’esprit des Canadiens, en voie de devenir des Québécois, exaspérés par la domination politique et économique des Anglais et par la suprématie qu’on attribuait à la culture et à la langue des Français :

L’entière décolonisation de notre langue, c’est-à-dire sa libération totale de l’esclavage anglo-saxon et de la dictature linguistique de France dont l’usage n’est pas toujours le plus conforme qui soit au génie de la langue française universelle, est indispensable non seulement à l’épanouissement de notre génie national mais également à celui de notre littérature. Je suis persuadé que la majorité de nos écrivains, connus ou en puissance, étouffent en grande partie leur talent, quand ce n’est pas tout à fait, parce qu’ils se contraignent au pas de la littérature et de la langue écrite des Français et se soumettent aux foudres destructrices de ceux de nos critiques littéraires qui, par crainte ou servilité (la première amenant souvent l’autre), demeurent tout tournés vers la France et ses « dictats ».

  • 17 Le mot figure sous la plume d’un auteur anonyme (Francanadien, 1962) à titre de proposition : « Cer (...)

29L’élan collectif provoqué par la Révolution tranquille a donné des résultats presque immédiats, enclenchant des réformes sociales et des changements de perception et de vocabulaire. Attesté dès 1962 comme appellation identitaire17, Québécois chasse rapidement Canadien français qui devient un terme historique, référant à « un peuple qui n’existe plus », selon la formule-choc de l’historien Yves Frenette (1998, p. 9).

CONSCIENCE IDENTITAIRE ET LEXICOGRAPHIE

30De ce qui précède, on retiendra que le rapport que les Canadiens/Québécois ont entretenu avec les Français a varié sensiblement selon les époques, qu’il s’agisse d’un rapport réel ou imaginé. Sous le Régime français, les Canadiens se perçoivent comme différents dès le début du XVIIIe siècle, et sans doute même avant. Au commencement du XIXe siècle, on perçoit nettement à travers les textes qu’ils ont le sentiment de former un peuple distinct, non seulement par rapport à l’Angleterre et aux États-Unis, mais aussi par rapport à la France. C’est l’échec des Patriotes qui marque le début du renversement de cette autoévaluation qui devient subitement négative : les Canadiens sentent alors le besoin de valoriser leur caractère français aux yeux des maîtres du pays en dissimulant leur identité derrière celle des Français de France. Avec la Révolution tranquille, la confiance revient et les Québécois optent pour des rapports égalitaires avec les Français.

31Bien sûr, ce tableau rend compte du point de vue des élites. Chez le peuple, la certitude d’être différent n’a, semble-t-il, jamais fait de doute malgré les revers de fortune et le poids des idéologies dominantes, si l’on en juge par la stabilité de sa façon de parler. Mais quand il est question de lexicographie, c’est de production intellectuelle dont il s’agit, et c’est là l’apanage des lettrés.

32La thèse que nous défendons ici est que l’orientation de la production lexicographique au Québec est étroitement liée au sentiment épilinguistique des élites, lequel varie selon le degré d’indépendance des Canadiens/Québécois par rapport aux Français. C’est à la lumière de cette théorie que nous proposons une relecture de l’histoire de la lexicographie québécoise.

33Il serait téméraire de se prononcer sur le modèle de dictionnaire qui aurait pu voir le jour au Canada au XVIIIe siècle, à partir du moment où les Canadiens ont pris conscience que leur conception de la société et leur façon de s’exprimer différaient de celles des Français qui se succédaient dans l’administration de la colonie. Le mode de vie de nos ancêtres, occupés par les travaux de la terre ou la traite des fourrures, ne favorisait guère la vocation de lexicographe. Les missionnaires en contact avec les Amérindiens ont cependant, dès le XVIIe siècle, pratiqué la discipline par nécessité. On trouve dans leurs lexiques bilingues bon nombre de mots qui ne figurent pas dans les dictionnaires de cette époque en France, ce qui paraît signifier qu’on trouvait naturel d’y avoir recours chez les personnes les plus instruites.

34Dans les années 1740, le jésuite belge Pierre-Philippe Potier dresse une liste de mots qui attirent son attention, qu’il s’agisse de façons de parler de ses confrères ou des Canadiens qu’il rencontrera dans son nouvel apostolat. Il commence ses relevés sur le bateau qui le conduit au Canada, ce qui indique bien qu’il n’avait pas l’intention de venir corriger les Canadiens, mais plutôt de satisfaire sa curiosité en constituant un recueil sur le modèle d’un dictionnaire de France, celui du père Joubert (Halford, 1994, p. 4). Il enregistre des mots appartenant à divers registres, relevant même des expressions qu’on se surprend de lire sous la plume d’un religieux, comme baise mon cul ou brûler le cul à quelqu’un. La verve populaire paraît d’ailleurs l’avoir particulièrement intéressé. C’est ainsi qu’il signalera l’expression courir la galipote dont il fournit d’ailleurs la première attestation (1745).

35En somme, sous le Régime français, rien ne s’opposait, semble-t-il, à ce qu’on ait réalisé des dictionnaires de l’usage local si on en avait senti le besoin. Cela peut s’expliquer par le fait qu’une norme d’usage était à se constituer, résultant « d’un consensus implicite entre les colons qui ont fait souche au Canada à partir de plusieurs provinces de France […] sous l’influence du français parisien » (Canac-Marquis, 2002, p. 184). Comme c’était le français qu’on parlait au Canada, et non des patois, les visiteurs européens se félicitaient de la situation, de sorte que personne ne réprouvait l’usage canadien en voie de s’imposer sur le territoire.

36L’arrivée des Anglais a, sans conteste, représenté une menace pour la survie du français. En dépit des accommodements consentis, le statut de cette langue devient incertain et l’histoire ne tardera pas à illustrer la position de faiblesse des francophones. Mais, malgré tout, au cours de la période qui va de 1760 à 1840, le français canadien a évolué comme une langue normale en situation de contact avec une autre langue. On commence à s’inquiéter de l’entrée des anglicismes au début du XIXe siècle, mais le fait qu’un usage proprement canadien se consolide ne suscite pas d’opposition puisque les notables ont eux-mêmes recours à cette langue.

37C’est à cette époque que Jacques Viger rédige sa Néologie canadienne qui n’a malheureusement été publiée qu’un siècle plus tard, dans le Bulletin du parler français au Canada (1909-1910), de sorte que nous ne saurons jamais ce que ses contemporains en auraient pensé. Si l’on fait une lecture attentive de ce texte, dont Suzelle Blais (1998) a donné une excellente édition, on se rend compte qu’il est loin d’appartenir au genre que pratiqueront plus tard Maguire (1841) et Gingras (1860). On ne trouve pas chez lui les condamnations dogmatiques ni les accents émotifs des puristes. Son discours est plutôt celui d’un « curieux collectionneur », selon la formulation de Farina (2001, p. 39) qui le classe dans la même catégorie que les auteurs du Glossaire franco-canadien (Dunn, 1880), du Dictionnaire canadien-français (Clapin, 1894) et du Glossaire du parler français au Canada (ou GPFC, de la Société du parler français au Canada, 1930).

38Si l’on établissait une comparaison plus serrée, on reconnaîtrait sans doute que Viger est plus près de Dunn, qui manie parfois le scalpel, que de Clapin, qui est purement descriptif, et que des auteurs du GPFC, qui dissimulent mal leur orientation apologétique (Poirier et Saint-Yves, 2006, p. 154-155). À notre avis, Viger est un précurseur qui était sur la bonne voie, alliant description et évaluation. Il aurait eu des continuateurs plus rapidement, n’eût été la déroute dans les idées que provoqua la répression des Patriotes. Cet échec marque la rupture d’un processus d’émancipation collective et, à ce titre, est un facteur plus important que la Conquête dans la construction du sentiment d’infériorité culturelle qui a longtemps handicapé les Québécois. Si les circonstances historiques avaient permis que se poursuive sans contrainte la démarche de Viger, la Société du parler français au Canada aurait peut-être été en mesure de lancer un projet de dictionnaire plutôt que celui d’un glossaire.

  • 18 Sur cette question, nous ne partageons pas l’avis de Blais (1998, p. 17-18) qui associe la Néologie(...)
  • 19 Par exemple à propos de tuer le feu (« l’éteindre ») : « Ex. : Tuez la chandelle. Avez-vous tué le (...)
  • 20 S.v. termes de marine et neige, d’après les relevés de Saint-Yves (2002, p. 53 et 64).

39Viger se souciait de la qualité de la langue, mais ce n’était certes pas un puriste18. Il convient de revenir sur ce point pour bien saisir la pensée de l’élite intellectuelle du début du XIXe siècle. Il critique, il est vrai, et il propose ici et là des formulations qu’il juge meilleures que celles qu’il observe chez les Canadiens. S’il est moqueur à quelques rares occasions19, il n’est jamais méprisant. Dans la plupart des cas, il se contente de décrire, et avec une grande précision. Voici, à titre d’exemple, un article tiré de la seconde version de sa Néologie, le manuscrit 2 qui, selon Blais (1998, p. 22-23), « a l’apparence d’un texte définitif » et dans lequel l’auteur se montre « beaucoup plus sélectif ». Il s’agit de l’article bordée, portant sur un mot qui sera condamné vigoureusement par Maguire (1841) comme étant un emploi abusif d’un terme de marine et un solécisme20 :

BORDÉE. sub. fém. Terme marin que nous employons dans cette phrase : nous avons essuyé une furieuse bordée de nége. On dit aussi Abât dans le même sens. Voyez ce mot. On dit aussi absolument : il a tombé hier une grande bordée. Car la bordée s’applique à la nége seule ; tandis que l’abât se dit de la nége et de la pluie. On ne dit donc pas une bordée de pluie, mais un abât de nége se dit tous les jours. (p. 102)

40Ce texte parle de lui-même. De nombreux autres rendent compte de la même approche scrupuleusement descriptive, qui est aux antipodes de la condamnation puriste. Cela n’empêche pas l’auteur de réprouver certains usages, comme nous l’avons mentionné, mais, par comparaison avec les remarques normatives, les textes neutres, qui sont plus nombreux et dénotent un intérêt certain pour la langue examinée, donnent nettement l’impression que les mots concernés ne sont pas à condamner. Des 145 articles que contient le manuscrit 2, la majorité ne comporte aucune remarque critique et, dans les 64 où s’exprime une réserve, nous incluons ceux dans lesquels l’auteur se limite à une mention sur le style (familier, très familier). Nous en concluons qu’à l’époque où Viger écrit sa Néologie, les Canadiens instruits ont entamé une réflexion sur leur langue et ne sont pas obnubilés par la conformité avec l’usage parisien. Cette approche correspond aux discours politiques qu’on peut lire dans les journaux, dans lesquels les francophones n’ont pas peur de se déclarer Canadiens, par opposition à Anglais et à Américains, mais aussi à Français.

  • 21 Dictionnaire des barbarismes et des solécismes les plus ordinaires en ce pays, avec le mot propre o (...)

41Le témoignage suivant, sur le plan de la lexicographie, est celui de Thomas Maguire (1841) que nous avons déjà situé dans l’évolution de la pensée linguistique. L’auteur, d’origine américaine, est encore perçu comme un étranger par les Canadiens et la semonce qu’il leur fait ne reçoit pas un accueil des plus favorables. C’est tout de même lui qui donne le signal d’un changement de direction. Le Manuel de Maguire marquera en somme une transition entre deux façons d’envisager le français canadien. Son recueil sera cité dans la bibliographie des lexicographes canadiens jusqu’au GPFC ; il figure même dans la préface de Bélisle (1957), ce qui montre à quel point son influence a été durable. Mais, dans l’immédiat, il ne fait pas l’unanimité. Dans son répertoire de 1855, Jean-Philippe Boucher-Belleville prend ses distances, adoptant un point de vue plus conciliant, malgré ce que semble indiquer le titre qu’il donne à son recueil21. L’analyse de Saint-Yves (2002, p. 86-121) l’amène à conclure que « [c]ontrairement à son prédécesseur Maguire (1841), Boucher-Belleville est relativement plus neutre dans son approche, son métalangage et son traitement des particularismes canadiens » (p. 116). Il n’en demeure pas moins que, malgré quelques marques d’acceptation du français canadien et de certains de ses particularismes, il invite à adopter les mots de France.

42La campagne puriste commence véritablement avec le Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents de Jules-Fabien Gingras (1860). Lors de la publication du Manuel, l’abbé Demers avait opposé un point de vue résolument canadien, largement appuyé par Michel Bibaud. Or, moins de vingt ans plus tard, Gingras publie un ouvrage dont les propos sont plus excessifs que ceux de Maguire et personne ne lui donne la réplique : comment expliquer la chose ? À notre avis, la réponse est à chercher dans le modèle idéologique qui s’implante dans les esprits à la suite de l’échec des Patriotes et qui associe le Canada français à une région de la France. Les Canadiens sont humiliés, démoralisés, et leur réaction est de se tourner vers la mère patrie pour revaloriser leur culture et leur langue. Les Français n’interviennent pas eux-mêmes, sauf dans quelques témoignages de visiteurs qui sont d’ailleurs plutôt favorables aux Canadiens. Ce sont plutôt des Canadiens qui exigent de leurs compatriotes qu’ils alignent leur usage sur celui de la France. Il faut dire en outre que Gingras avait mis l’accent sur les anglicismes. C’est à cette époque que les emprunts à la langue du vainqueur se chargeront des connotations les plus négatives, en raison de la situation politique.

  • 22 Ces aspects ont été étudiés attentivement par Saint-Yves (2002) qui en fait un bilan détaillé dans (...)

43Pour avoir une idée plus juste de la position des lettrés à l’égard de la langue, il faut faire un examen des lexiques et manuels qui ont été produits et dont un trop grand nombre ont été regroupés pêle-mêle sous l’étiquette de « puristes ». Les ouvrages qui appartiennent vraiment à cette catégorie ne tombent d’ailleurs pas toujours dans l’excès. Si les contenus sont souvent déficients, il n’empêche que les manuels de correction, même les plus mauvais, nous apprennent quelque chose sur l’état d’esprit de la société dont ils sont issus. Leurs auteurs sont des censeurs, certes, mais on peut les considérer aussi comme des médiums témoignant d’une souffrance collective chronique, « révélateurs de doutes et de querelles d’une époque » (Farina, 2002, p. 119). L’étiquette de « puriste » est commode quand on veut qualifier rapidement une tendance qui influence nos jugements depuis plus d’un siècle et demi, mais elle masque une diversité d’attitudes qui apparaît nettement quand on fait une analyse approfondie du phénomène. La typographie et la facture générale des ouvrages fournissent des indications sur l’attitude des auteurs, sur leur état d’esprit, sur la précipitation ou, au contraire, le sérieux qu’on a mis à les produire22. Si l’on prend en compte l’ensemble de la production lexicographique du XIXe siècle, on constate que certains ouvrages sont manifestement inachevés et résultent d’une rédaction brouillonne (Maguire ; Gingras, 1860 et 1867 ; Manseau), d’autres ont été conçus avec soin (Dunn ; Clapin ; Rinfret). Tantôt on met l’accent sur la terminologie (Gingras, 1860 ; Caron ; Rinfret), tantôt sur la langue courante (Dunn ; Clapin), voire populaire (Manseau). Tous ces lexiques ont en commun, mais à des degrés divers, de reconnaître la nécessité d’une référence à la France pour ce qui est de la norme du français canadien.

44Au terme de son analyse, Saint-Yves (2002) a montré que le discours des lexicographes de la période qui va de 1841 à 1959 s’articule autour de trois approches distinctes : celle des vrais puristes, celle des pédagogues et celle des glossairistes. Cette analyse a été reprise et illustrée dans Poirier et Saint-Yves (2002 ; 2006, p. 145-146). Les différences entre les intervenants se manifestent dans la nomenclature et la méthode des ouvrages, mais aussi, et de façon plus révélatrice, à travers le discours, chargé d’émotions dans le cas des premiers, relativement neutre chez les deuxièmes et qui peut prendre des accents apologétiques dans les glossaires. Nous renvoyons ici à cette analyse dont nous reproduisons pour mémoire le tableau récapitulatif (voir Tableau 1).

Tableau 1. Classement des auteurs

Puristes

Pédagogues

Glossairistes

maguire (1841)
gingras (1860,1867 et 1880)
manseau (1881)
barbeau (1939)

boucher-belleville (1855)
caron (1880)
rinfret (1896 et 1897)
clapin (1913)
blanchard (1914 ; 1927)

dunn (1880)
clapin (1894)
dionne (1909)
rivard et geoffrion (gpfc, 1930)
bélisle (1957)

Source : Poirier et Saint-Yves, 2006, p. 145.

45Deux ouvrages se font remarquer à la veille de la création de la Société du parler français au Canada : le Dictionnaire canadien-français, de Sylva Clapin (1894), et le Dictionnaire de nos fautes contre la langue française, de Raoul Rinfret (1896). Le premier est l’ouvrage le plus cohérent qui ait été produit dans la catégorie des glossaires ; le second, sans doute le meilleur ouvrage correctif qui ait été mis en circulation, pour la rigueur du contenu et l’objectivité du discours qui demeure pourtant au service d’un alignement presque total sur l’usage de France. Rinfret écarte de son manuel les mots de la langue populaire, estimant avec raison qu’il ne sert à rien de prendre en compte les catégories de locuteurs qui, par leur situation, ne s’intéressent pas à la correction du langage. Clapin pousse plus loin que Dunn la réflexion sur la dimension géolinguistique du français au Canada et produit un ouvrage qui fait le point sur la civilisation canadienne-française telle qu’elle s’exprime à travers le langage.

  • 23 La chronique a été prise en charge par Raoul Rinfret de la mi-juillet à la fin de décembre 1895. Po (...)
  • 24 Voir notamment Legendre, 1890, et Sulte, 1898, qui constituent, dans les deux cas, des reprises ave (...)

46La réception favorable de ces deux ouvrages, complémentaires plutôt qu’opposés, suggère qu’on se dirigeait vers un certain équilibre des points de vue, même si le discours correctif demeurait dominant, comme le démontre le succès de la chronique de langue de Louis Fréchette, qui s’étale de 1893 à 190323. Le modèle linguistique défini par les dictionnaires de France demeurait l’étalon, de sorte qu’on ne pouvait certes pas encore imaginer l’élaboration d’un dictionnaire fondé sur l’usage du pays, mais il n’était plus interdit de promouvoir la spécificité canadienne. Adjutor Rivard pouvait ainsi raisonnablement défendre un projet alliant correction et description au moment où il fonda la Société du parler français au Canada, en 1902. Les interventions de protagonistes comme Benjamin Sulte et Napoléon Legendre, qui se sont employés à réhabiliter le français canadien en réclamant une plus grande indépendance face au français de France, ont certainement joué un rôle dans l’évolution des mentalités24. Il faudrait interroger le contexte sociopolitique de l’époque pour découvrir les raisons pouvant expliquer qu’ait pu se manifester ce début d’affranchissement idéologique par rapport au discours qui dominait depuis quelques décennies.

  • 25 Le nombre des collaborateurs à l’enquête linguistique, de 200 qu’il était en 1904, avait fondu de m (...)

47Le projet du Glossaire du parler français au Canada, qui donne la place principale à la description, n’aurait pu être mis en chantier au début du XXe siècle si la campagne de correction n’avait pas été tempérée par un courant d’opinion favorable à la reconnaissance du français canadien. Mais l’approche corrective demeurait ancrée dans les esprits et elle referait surface dès que s’essoufflerait l’enthousiasme. N’est-ce pas ainsi qu’il faut interpréter le revirement de Clapin (1913) qui décide de contribuer à l’épuration de la langue dans la foulée de Rinfret ? Dans son Inventaire de nos fautes les plus usuelles contre le bon langage, il se révélera cependant incapable de dégager des principes qui soient cohérents avec ses propositions concrètes, ce qui renseigne sur la faiblesse des arguments des défenseurs du français canadien. Interrogeant du regard la France alors qu’il avait adopté une position résolument canadienne dans son Dictionnaire canadien-français, quelque vingt ans plus tôt, Clapin perd ses certitudes, il hésite et ne sait plus où tracer la ligne entre l’usage à recommander et celui qu’il faut réformer (Saint-Yves, 2003, p. 148-150). Nous croyons que ce changement de cap doit être mis en relation avec un affaiblissement de l’option autonomiste dans la réflexion collective sur la langue. L’élan qui paraît avoir inspiré le travail de la Société dans les années qui ont suivi sa fondation avait perdu de sa force. Si l’on mesure la vitalité du phénomène à l’aune de la ferveur qui nourrit les artisans du Glossaire25, on peut croire que cette idée ne suffisait plus à entretenir la motivation que d’un petit nombre au lendemain du grand Congrès de la langue française de 1912. La publication de l’Inventaire de Clapin se comprend peut-être mieux dans cet éclairage.

48Nous avons montré ailleurs (Poirier et Saint-Yves, 2006, p. 154-155) que les auteurs du Glossaire ont cherché à réhabiliter les caractéristiques du français canadien, allant jusqu’à gommer parfois l’influence de l’anglais. Nous avons mis ces pratiques en rapport avec l’ambition, exprimée par Rivard dès 1906, de s’engager un jour dans l’élaboration d’un « dictionnaire du français à l’usage des Canadiens ». Cette idée, qui pourrait avoir commencé à germer dans les esprits dès le début des années 1880, sera constamment reportée à plus tard par la Société jusqu’au moment où Louis-Alexandre Bélisle se chargera de la concrétiser, dans les années 1950, en réalisant son Dictionnaire général de la langue française au Canada. Le Glossaire de Dunn (1880), puis le Dictionnaire de Clapin (1894), avaient été, chacun à leur façon, des plaidoyers pour la légitimation d’un ensemble de traits distinctifs du français du Canada. Le projet d’un dictionnaire général était nettement plus ambitieux. Sous la forme que lui a donnée Bélisle en 1957, il équivalait à une déclaration de semi-autonomie par rapport à la norme linguistique édictée à Paris. Mais, dans une période où le contexte sociopolitique était peu favorable à l’affirmation identitaire, il ne pouvait s’agir que de velléités d’affranchissement. Bélisle demeurait tourné vers le passé, de sorte que son dictionnaire ne pouvait répondre aux besoins de la consultation quotidienne et de l’enseignement. Malgré les lacunes évidentes de l’ouvrage, il sera réédité deux fois dans les années 1970, signe qu’il avait représenté un espoir pour les Canadiens français.

49L’entreprise de Bélisle ne manquait pas d’audace, comme on peut le voir par les déclarations d’indépendance qui se rencontrent dans son introduction, par exemple :

Par excès de conformisme ou de ce qu’on a appelé le colonialisme linguistique, il faut cesser de croire, de dire ou de laisser entendre que tout ce qui est de nous est mauvais. Au contraire, chacun doit tendre à conserver les tournures canadiennes, ne pas chercher à y substituer systématiquement un langage emprunté où le naturel fait défaut.

50Mais, en établissant que, « [à] de très rares exceptions près […], les canadianismes se rangent parmi les mots populaires ou familiers », Bélisle compromettait l’avenir de son dictionnaire : pourquoi chercherait-on à l’implanter dans les écoles si sa dimension canadienne se bornait à ce type de vocabulaire ? Dans l’édition de 1957, les canadianismes sont identifiés par un seul signe, la fleur de lis, sans autre précision sur leur usage. L’Office de la langue française n’a certes pas eu tort de convaincre l’auteur d’adopter un système de marquage plus nuancé pour la deuxième édition de l’ouvrage, en 1971. On peut cependant différer d’avis quant à la solution retenue dans le cas des mots jugés impropres ou empruntés à l’anglais, qu’on a fait précéder d’un signe marquant l’interdiction. Quel est l’intérêt en effet d’enregistrer un mot dans un dictionnaire général si c’est pour en défendre l’usage ? En adoptant ce procédé, Bélisle donnait naissance à un ouvrage hybride, où se trouvaient mélangées description et prescription.

51La période qui commence avec la Révolution tranquille est peut-être trop près de nous pour qu’il soit possible d’en faire une analyse objective. En outre, plusieurs entreprises lexicographiques ont été conduites ou mises en chantier par des personnes qui demeurent actives dans le domaine, ce qui rend l’exercice de synthèse plus périlleux. On peut tout de même reconnaître que la distance que prennent les Québécois par rapport aux Français dans les domaines de la littérature, de la chanson et du cinéma a créé une situation favorable à l’affranchissement de la lexicographie.

52Les terminologues ont largement exploité la liberté de manœuvre qui en découlait. On a ainsi proposé de nouvelles formes féminines pour les titres et noms de fonctions sans trop se soucier du sentiment des Français. Les commissions de terminologie ont créé des termes qui ont pu soulever la critique quant à leur pertinence et à leur recevabilité, mais la question de conformité, jadis obligatoire, à la norme de France ne s’est pas vraiment posée dans le domaine de la néologie savante. Les lexicographes de la langue commune ont voulu bénéficier eux aussi de ce contexte favorable, mais, dans leur cas, la tolérance fut beaucoup moins grande, comme nous le verrons plus loin. Les débats révéleront que l’hypothèque que représentait plus d’un siècle de discours négatifs sur la langue commune limitait les initiatives. Mais avant de nous attarder à ces productions, il faut dire un mot sur l’ouvrage de Gérard Dagenais, publié en 1967, au sortir de la Révolution tranquille, qui est la dernière pièce maîtresse, la mieux documentée au demeurant, de la tradition puriste. Le Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada est un manuel rédigé avec soin. Il est bien documenté, l’auteur cherchant à obtenir l’adhésion du lecteur en lui expliquant l’origine des mots et l’évolution sémantique qu’ils ont pu subir. Mais ses démonstrations philologiques n’atténuent en rien la rigidité de sa position normative. Que les emplois relevés aient été en usage autrefois en français ou qu’ils soient de provenance provinciale, cela n’a aucune incidence sur la décision : il faut les proscrire s’ils ne sont pas enregistrés dans les dictionnaires parisiens contemporains. Cet ouvrage sera le dernier à exiger une soumission totale à la norme de France, ce qui montre bien que la distance qu’a prise la société québécoise par rapport à la société française a eu des répercussions évidentes sur la lexicographie. D’autres manuels correctifs continueront à paraître, mais le ton incisif aura disparu et ils représenteront un point de vue plus nuancé, comme le Dictionnaire des particularités de l’usage, de Jean Darbelnet (1986), qui entre en fait dans la catégorie des guides linguistiques, et le Multidictionnaire de Marie-Éva de Villers (1988).

53Que le discours puriste se soit perpétué quelque temps ne doit pas surprendre : les mutations idéologiques d’une société livrent leurs résultats par vagues successives. La liberté acquise dans les années 1960 n’a certes pas enlevé le choix aux plus conservateurs de clamer leur dissidence par rapport à la promotion spontanée que connaissait l’usage proprement québécois. Un grammairien improvisé comme Pierre Beaudry ne se privera pas, dans ses chroniques agressives publiées dans La Presse et Le Devoir, de vilipender tout ce qui s’écarte de l’usage des dictionnaires de France, mais son discours est nettement en dissonance avec l’opinion qui finit par prévaloir dans le courant des années 1970.

  • 26 Les Actes de ce colloque ont été publiés par Boisvert, Poirier et Verreault (1986).

54C’est dans les années 1980 que les revendications autonomistes des décennies 1960 et 1970 feront sentir leurs effets. La croisade de Victor Lévy-Beaulieu en faveur du joual conduit logiquement au Dictionnaire de la langue québécoise de Léandre Bergeron (1980) dont les principes révolutionnaires sont exposés dans le Supplément de 1981. L’ouvrage, dont le contenu est pour l’essentiel repris de la nomenclature des glossaires — l’auteur l’admet lui-même —, était peu crédible puisqu’il donnait toute la place à la langue orale. Cela ne l’a pas empêché d’avoir un succès réel, peut-être en raison de la provocation qu’il concrétisait. Il a eu pour avantage certain de réveiller les linguistes qui se mettront à réfléchir sérieusement à la question du dictionnaire conçu en fonction des besoins locaux. Un colloque sur la lexicographie québécoise26 est organisé à l’Université Laval, en 1985, par l’équipe du Trésor de la langue française au Québec à l’occasion de la parution du volume de présentation de son Dictionnaire du français québécois. Cet ouvrage ne pose pas directement le problème de la norme linguistique, puisqu’il s’intéresse surtout à la dimension historique de la langue. Ses auteurs ont toujours soutenu cependant que l’explication historique du lexique est une condition préalable à l’existence de véritables dictionnaires de l’usage.

  • 27 Voir la critique de Lysiane Gagnon (1989) et la réponse de Poirier (1989). La liste des comptes ren (...)

55Puis survient le Dictionnaire du français Plus (1988), fruit de la collaboration d’un groupe de spécialistes, qui ouvre l’ère des dictionnaires dont la référence est le français du Québec. Pour nous en tenir à la thématique de cet article, qui cherche à montrer les liens entre la façon dont les Québécois ont interprété leur rapport avec la France et les productions lexicographiques, nous ne ferons état ici que du débat concernant l’identification des québécismes. Les auteurs du DFP avaient choisi de ne pas mettre en évidence, dans les articles, les emplois caractéristiques de l’usage québécois, mais de marquer plutôt les emplois proprement hexagonaux. On renversait ainsi la pratique des lexicographes parisiens en adoptant un point de vue québécois. Cette politique était une manifestation d’autonomie par rapport au français de France. Le Conseil de la langue française (1990, p. 52) n’a pas vu la chose sous cet angle, estimant qu’on privait ainsi l’usager d’une information essentielle. C’est sur la base de cet argument qu’on s’est mis à critiquer l’ouvrage, ce qui en a freiné la distribution dans les écoles. La couverture de presse et la plupart des comptes rendus avaient pourtant été favorables27.

  • 28 Voir sur cette question Poirier (1990).

56Ceux qui ont eu l’occasion de pratiquer le marquage des emplois québécois dans un dictionnaire ont rapidement compris que la question est complexe et ils savent à quel point l’exercice est difficile et, jusqu’à un certain point, téméraire28. Dans le cadre d’un colloque sur les marques lexicographiques en contexte québécois, un groupe de linguistes de l’Office de la langue française, après analyse du problème du marquage topolectal, qualifiait de « courageuse » l’expérience du DFP et adoptait une position nuancée sur la question (Office de la langue française, 1998, p. 117 et 120-121).

  • 29 Jugement confirmé par des linguistes de l’Office de la langue française (1998, p. 121) qui, après a (...)

57On n’est certes pas le meilleur juge de ses propres productions. L’équipe de rédaction du Dictionnaire du français Plus peut néanmoins revendiquer le mérite d’avoir clairement posé le problème de la liberté de manœuvre du lexicographe québécois par rapport au contenu des dictionnaires de France et d’avoir fait faire un pas important à la réflexion à travers une expérience originale. Comme l’a écrit Yves Saint-Gelais (1990, p. 23), après avoir souligné les mérites de cet ouvrage, « [o]n aura beau critiquer les dernières parutions québécoises pour des raisons techniques [...], mais on ne pourra pas ne pas reconnaître que ces ouvrages tracent la voie de la nouvelle lexicographie québécoise »29.

58Les auteurs du Dictionnaire québécois d’aujourd’hui (1992) suivirent la voie tracée par le DFP. L’ouvrage souleva à son tour de nombreuses critiques qui tenaient cette fois à l’audace de la nomenclature, laquelle comprend de nombreux usages de la langue populaire. Le retrait progressif du marché des deux dictionnaires conçus en fonction d’une norme d’usage québécoise laissait présager un retour de la lexicographie dominée par un point de vue hexagonal. Le créneau sera occupé par le Dictionnaire québécois-français de Lionel Meney (1999). L’auteur a fait un relevé détaillé des québécismes, mais comme il n’en précise pas les registres, le message qui ressort de son dictionnaire est qu’ils doivent être tous considérés sur le même pied, à savoir comme des écarts par rapport au français de référence, sans égard pour les valeurs sociales qu’ils véhiculent. Le Dictionnaire québécois-français diffuse ainsi le message qu’il n’y a pas de norme pour le français québécois et que seuls les dictionnaires de France peuvent guider la pratique de la langue.

59Comment expliquer que, dans un contexte d’affirmation culturelle aussi favorable que celui dans lequel baignait le Québec, on ait rejeté deux dictionnaires fondés sur la reconnaissance du français québécois ? On peut bien sûr invoquer les conflits de personnes, les intérêts des uns et des autres, les hésitations de la politique linguistique. Il reste qu’au-delà des causes immédiates subsistaient des inquiétudes vieilles d’un siècle concernant l’avenir du français au Québec et les risques d’une dérive de l’affirmation identitaire. L’aventure du joual en littérature a pu donner à entendre que ce qui caractérisait vraiment la langue des Québécois était à chercher surtout dans le registre populaire. Pour la première fois, faut-il dire aussi, le Québec était en mesure de se donner un vrai dictionnaire et les attentes étaient élevées. Jamais ne s’était imposée avec autant d’urgence la nécessité de définir une variété haute du français québécois, ce qui créait une tension. La langue française ayant été placée au cœur du projet collectif québécois, il devenait impérieux de tracer les contours d’une pratique du français qui soit au niveau des fonctions que cette langue était appelée à remplir et qui favorise l’intégration des immigrants, devenus des acteurs importants au sein de la société.

  • 30 Sur le site Internet de leur groupe de recherche (FRANQUS), les auteurs présentent l’ouvrage comme (...)

60La réalisation d’un dictionnaire du français québécois demeure donc un défi, mais en même temps un projet emballant, qui continue de susciter des vocations. Depuis quelques années, deux linguistes de l’Université de Sherbrooke, Pierre Martel et Hélène Cajolet-Laganière, se sont à leur tour laissé séduire par le chant des sirènes lexicographiques. Prévenus des dangers, ils se sont entourés d’une équipe de spécialistes et d’étudiants représentant les principales universités du Québec. Au moment où nous mettons le point final à ce texte, l’ouvrage projeté n’a pas encore de titre définitif30 et nous n’en avons vu que des extraits. On conviendra qu’il serait prématuré de tenter de le situer dans notre cadre d’analyse. Mais il est certain que ses auteurs seront aux prises avec les mêmes difficultés que celles qui viennent d’être évoquées. Le défi consiste, en somme, à proposer une réponse à la question suivante, une réponse qui satisfasse la volonté d’autonomie linguistique des Québécois sans effaroucher ceux qui tiennent malgré tout à conserver des liens étroits avec la France : jusqu’à quel point un dictionnaire général destiné au public québécois peut-il se permettre d’être québécois ?

61La question comporte des aspects qui paraissent, à première vue, relever de la dimension technique de la lexicographie, mais qui ont trait, en définitive, à la conception de la langue. Ainsi, il paraît difficile au Québec de faire accepter l’idée d’un dictionnaire de langue qui ne soit en même temps correctif. Même le Dictionnaire des canadianismes de Gaston Dulong (1989 ; 1999), dont l’orientation ethnologique est évidente, a dû se plier au marquage d’emplois qui seraient à déconseiller ou à proscrire. En outre, depuis le XIXe siècle, les méthodes propres à la terminologie et à la lexicographie se sont enchevêtrées. Il en résulte que, dans le choix et l’évaluation des emplois, on applique à la langue commune des critères qui ne lui conviennent pas, comme le fait de rejeter un mot qui ferait une concurrence jugée inutile. Enfin, il demeure difficile d’envisager de façon objective la question de l’anglicisme qui reste associée étroitement à la lutte politique pour les droits du français au Québec. À cet égard, nous avons été heureux de constater que les linguistes de l’Office de la langue française (1998, p. 132) qui sont intervenus au colloque sur les marques lexicographiques ont fait des propositions qui recoupent celles que nous avions formulées auparavant pour le traitement des emprunts à l’anglais (Poirier, 1994).

62Si les Québécois veulent établir une lexicographie qui soit au diapason de celles de la France, des États-Unis, de l’Angleterre, bref des grands pays occidentaux, il leur faudra peut-être remettre en question ces façons de faire. Notre situation de minoritaires en Amérique du Nord nous oblige-t-elle à des formules lexicographiques originales, qui s’écarteraient de la voie suivie dans ces pays ? Peut-être. Les années à venir nous permettront sans doute d’y voir plus clair.

***

63Dans l’histoire culturelle du Québec, la production lexicographique a joué un rôle important dont on est loin d’avoir saisi toute la signification. Outre le fait de proposer des solutions au problème posé par la pratique du français par une petite communauté de locuteurs noyée dans un vaste ensemble géographique éloigné de la France, les lexicographes ont livré de façon régulière des témoignages sur la formation de la conscience linguistique et la construction de l’identité québécoise. Depuis l’époque de Jacques Viger, au gré des bouleversements politiques et des fluctuations idéologiques, des individus et des organismes ont exposé, à travers les recettes de leurs manuels ou lexiques, des formules pour encadrer l’évolution de la langue et insuffler la fierté de parler le français. Des dictionnaires ont paru, qui ne répondaient pas à toutes les attentes ; d’autres viendront, qui ne combleront peut-être pas non plus tous les espoirs. Dans cette marche historique, les lexicographes québécois ont pu de temps à autre profiter de circonstances favorables. Notre époque, au cours de laquelle le Québec s’est libéré de ses tutelles historiques, permet à cet égard une certaine audace.

64Le programme lexicographique que proposait Jean-Denis Gendron, à l’occasion d’un colloque organisé par le Conseil de la langue française, conserve aujourd’hui toute sa pertinence. S’appuyant sur une enquête, Gendron soulignait que « les Québécois francophones souhaitaient conserver une bonne partie de leur vocabulaire traditionnel et, davantage encore, certains traits de leur prononciation » (1990, p. 36). Pour concrétiser ces souhaits, les lexicographes devraient donc incorporer dans leurs ouvrages des québécismes de tous les jours, de divers registres, et pas seulement des propositions terminologiques. L’auteur énumérait dans sa contribution « les besoins lexicaux fondamentaux » du public québécois en matière de dictionnaire, au nombre de six : linguistique, philologique, encyclopédique, d’ordre expressif, sociolinguistique et topolinguistique. On nous permettra, en raison de notre engagement dans la recherche historique, de commenter en terminant le besoin qu’il appelle « philologique ».

  • 31 Des résultats partiels de cette recherche ont été livrés dans le Dictionnaire historique du françai (...)

65Pour Gendron, le besoin philologique correspond « à la nécessité de constituer un trésor linguistique — surtout lexical — qui reflète le passé de la société québécoise ou certains usages linguistiques traditionnels, maintenus à travers les changements sociaux profonds, survenus dans la société québécoise depuis un bon demi-siècle » (1990, p. 36). C’est à ce travail que s’est consacrée l’équipe du Trésor de la langue française au Québec. Elle s’est donné en fait un mandat plus large : l’étude, dans le cadre d’un dictionnaire historique, de la formation du lexique et de la conscience collective à travers l’examen d’énoncés représentatifs de diverses époques et contrôlés sur les textes originaux31.

66Ce travail permet de dégager des constantes dont la connaissance peut aider à résoudre les problèmes qui se posent encore aujourd’hui aux lexicographes. Car, même si le peuple n’a pas une connaissance objective du passé de sa langue, sa parole véhicule à son insu des messages enchâssés dans des formules figées qui renseignent sur ses origines, sur les tendances qui continuent de façonner sa langue et qu’il faut décoder si on veut être en mesure de produire un dictionnaire qui lui convienne. Prenons un exemple. Les milliers d’énoncés dans lesquels figure le mot poêle dans le fichier du TLFQ racontent la liberté que s’est octroyée une communauté de donner un sens nouveau à un mot désignant un objet ayant été au centre de sa vie quotidienne du XVIIe siècle jusqu’à une époque récente. Pour le définir aujourd’hui, il faut recourir au terme cuisinière, qui n’existe dans ce sens en français que depuis les années 1890. Mot usuel, encore répandu dans toutes les couches de la société, le mot poêle, dans son acception québécoise, peut-il vraiment être rayé de la nomenclature d’un dictionnaire québécois ? À notre avis, la réponse est « non ». Nous croyons que notre lexicographie n’atteindra jamais tout à fait ses objectifs tant que nous n’aurons pas fait la lumière sur les origines de chacun de nos mots, tant que nous n’aurons pas un portrait global de notre histoire linguistique qui puisse nous orienter dans nos choix.

  • 32 Reproduit ici à partir de la citation qu’en donne Lamonde (1999, p. 55), auquel nous renvoyons le l (...)
  • 33 Dans la préparation de cet article, nous avons pu compter sur l’aide précieuse de Myriam Côté, Gene (...)

67Une telle démarche suppose une réelle volonté de s’en remettre à nous-mêmes dans la détermination de nos standards linguistiques. C’est à cette quête qu’invitait Jean Bouthillette dans un texte sur lequel il a travaillé une dizaine d’années, à partir du début des années 196032 : « Nous attendons toujours quelque chose dans notre long hiver intérieur, le regard tourné vers un en deçà de nous-mêmes, et nous souffrons profondément de ne voir rien venir. Or rien ne peut venir que de nous-mêmes. »33

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Monographies

Andrès, Bernard et Marc André Bernier (dir.) (2002), Portrait des arts, des lettres et de l’éloquence au Québec (1760-1840), [Québec], Les Presses de l’Université Laval.

[Bibaud, Michel] (1842a), « Études grammaticales », dans L’Encyclopédie canadienne, t. 1, no 3, mai, p. 101-106.

[Bibaud, Michel] (1842b), « Études grammaticales », dans L’Encyclopédie canadienne, t. 1, no 6, août, p. 225-228.

[Bibaud, Michel] (1842c), « Études grammaticales », dans L’Encyclopédie canadienne, t. 1, no 9, nov., p. 340-345.

Boisvert, Lionel, Claude Poirier et Claude Verreault (dir.) (1986), La lexicographie québécoise. Bilan et perspectives, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Bouchard, Chantal (1998), La langue et le nombril : histoire d’une obsession québécoise, [Mont réal], Fides.

Bouthillette, Jean (1972), Le Canadien français et son double, Mont réal, Éditions de l’Hexagone.

Canac-Marquis, Steve (2002), « Intervention terminologique : observations sur des termes qui ne s’implantent pas », dans Pierre Bouchard et Monique C. Cormier (dir.), La représentation de la norme dans les pratiques terminologiques et lexicographiques, Québec, Office de la langue française, p. 183-197.

Canac-Marquis, Steve et Claude Poirier (2005), « Origine commune des français d’Amérique du Nord : le témoignage du lexique », dans Albert Valdman, Julie Auger et Deborah Piston-Hatlen (dir.), Le français en Amérique du Nord. État présent, [Québec], Les Presses de l’Université Laval, p. 517-538.

Conseil de la langue française (1990), L’aménagement de la langue : pour une description du français québécois, Québec, Service des communications du Conseil de la langue française.

Dionne, N[arcisse]-E[utrope] (1912), Une dispute grammaticale en 1842. Le G.-V. Demers vs le G.-V. Maguire, Québec, Laflamme & Proulx.

Dugas, Jean-Yves (1988), « Bilan des réalisations et des tendances en lexicographie québécoise », dans Revue québécoise de linguistique, vol. 17, no 2, p. 9-36.

Farina, Annick (2001), Dictionnaires de langue française du Canada. Lexicographie et société au Québec, Paris, Honoré Champion éditeur.

Francanadien (1962), « Québécains ou Boréaliens ? », dans La revue socialiste, Mont réal, n º 6, p. 35.

Frenette, Yves (1998), Brève histoire des Canadiens français, avec la collab. de Martin Pâquet, [Mont réal], Boréal.

Gagnon, Jean-Louis (1985), Les apostasies, t. 1, Les coqs de village, Mont réal, La Presse.

Gagnon, Lysiane (1989), « Oui, mais quelle langue ? », dans La Presse, Mont réal, 1er avril, p. B3.

Galarneau, Claude (1970), La France devant l’opinion canadienne (1760-1815), Québec — Paris, Les Presses de l’Université Laval — Librairie Armand Colin.

Godin, Gérald (1993), Écrits et parlés I, t. 2 (Politique), édition préparée par André Gervais, Mont réal, L’Hexagone.

Harvey, Jean-Charles (1934), Les demi-civilisés, Mont réal, Les Éditions du Totem.

Lamonde, Yvan (1999), « Rien ne peut venir que de nous-mêmes. Entretien avec Yvan Lamonde », propos recueillis par Stéphane Kelly, dans Argument, vol. 1, no 2, p. 53-62.

Lamonde, Yvan (2001), Allégeances et dépendances. L’histoire d’une ambivalence identitaire, Québec, Éditions Nota bene.

Landry, Kenneth (2002), « Les avantages que la presse procure au public : le discours stratégique de quelques prospectus de journaux et de périodiques canadiens avant 1840 », dans Bernard Andrès et Marc André Bernier (dir.), Portrait des arts, des lettres et de l’éloquence au Québec (1760-1840), [Québec], Les Presses de l’Université Laval, p. 293-311.

Lapierre, André (1981), « Le manuel de l’abbé Thomas Maguire et la langue québécoise au XIXe siècle », dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 35, no 3, p. 337-354.

Legendre, Napoléon (1890), La langue française au Canada, Québec, Typographie de C. Darveau.

Mercier, Louis (2002), La Société du parler français au Canada et la mise en valeur du patrimoine linguistique québécois (1902-1962). Histoire de son enquête et genèse de son glossaire, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Mercier, Louis (2006), « L’œuvre lexicologique et lexicographique de la Société du parler français au Canada », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (dir.), 1902-2002 La Société du parler français au Canada cent ans après sa fondation : mise en valeur d’un patrimoine culturel, Québec, Les Presses de l’Université Laval, p. 81-140.

Office de la langue française (1998), « Les marques lexicographiques », dans Louis Mercier et Claude Verreault (dir.), Les marques lexicographiques en contexte québécois, Québec, Gouvernement du Québec, p. 111-145.

Pichette, Robert (2006), « La Capricieuse : élément d’une politique étrangère ou personnelle de Napoléon III à l’égard du Canada ? », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), [Québec], Les Presses de l’Université Laval, p. 191-209.

Poirier, Claude (1989), « Le français et les québécismes », dans La Presse, Mont réal, 25 mai, p. B3.

Poirier, Claude (1990), « Les québécismes dans les dictionnaires : marqués ou non marqués ? », dans Québec français, no 79, p. 90-91.

Poirier, Claude (1994), « L’anglicisme dans les dictionnaires de langue québécois : le point de vue de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec », dans Pierre Martel et Hélène Cajolet-Laganière (dir.), Actes du colloque sur les anglicismes et leur traitement lexicographique, Québec, Gouvernement du Québec, p. 223-246.

Poirier, Claude (1998a), « De la défense à la codification du français québécois : plaidoyer pour une action concertée », dans Revue québécoise de linguistique, vol. 26, no 2, p. 129-150.

Poirier, Claude (1998b), « Vers une nouvelle représentation du français du Québec : les vingt ans du Trésor », dans The French Review, vol. 71, no 6, p. 912-929.

Poirier, Claude (2000), « Une langue qui se définit dans l’adversité », dans Michel Plourde, avec la coll. de H. Duval et de P. Georgeault (dir.), Le français au Québec : 400 ans d’histoire et de vie, Mont réal, Fides, p. 111-122.

Poirier, Claude (2001), Compte rendu de Suzelle Blais (1998), dans Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 55, no 2, p. 303-306.

Poirier, Claude (2003), « Perception et maîtrise de la norme de référence dans le monde francophone : un essai d’explication des différences », dans Annette Boudreau, Lise Dubois, Jacques Maurais et Grant McConnell (dir.), Colloque international sur l’Écologie des langues, Paris, L’Harmattan, p. 113-130.

Poirier, Claude (2006), « Les fondements historiques de la conscience linguistique des Québécois », dans Giovanni Dotoli (dir.), Canada : le rotte della libertà. Atti del Convegno internazionale, Monopoli, 5-9 ottobre 2005, [Fasano], Schena Editore, p. 77-85.

Poirier, Claude et Gabrielle Saint-Yves (2002), « La lexicographie du français canadien de 1860 à 1930 : les conséquences d’un mythe », dans Cahiers de lexicologie, t. 80, no 1, p. 55-76.

Poirier, Claude et Gabrielle Saint-Yves (2006), « Quête identitaire du peuple québécois à travers sa lexicographie : la place centrale de la Société du parler français au Canada », dans Claude Verreault, Louis Mercier et Thomas Lavoie (dir.), 1902-2002 La Société du parler français au Canada cent ans après sa fondation : mise en valeur d’un patrimoine culturel, [Québec], Les Presses de l’Université Laval, p. 141-173.

Potier, Pierre (1743-1758) : voir Halford, Peter W., 1994.

Puyjalon, Henry de (1894), Récits du Labrador, Mont réal, L’Imprimerie canadienne.

Raymond, Jean-François de (2006), « La Capricieuse dans les archives diplomatiques françaises. L’initiative et la décision », dans Yvan Lamonde et Didier Poton (dir.), La Capricieuse (1855) : poupe et proue. Les relations France-Québec (1760-1914), [Québec], Les Presses de l’Université Laval, p. 211-226.

Saint-Gelais, Yves (1990), « L’enseignement du français écrit au niveau universitaire », dans Dix études portant sur l’aménagement de la langue au Québec, publ. par le Conseil de la langue française, Éditeur officiel du Québec, p. 9-24.

Saint-Yves, Gabrielle (2002), La conception du français canadien et de ses particularismes lexicaux vue à travers la recherche de critères d’évaluation : bilan de la réflexion sur la norme du lexique au XIXe siècle dans la production lexicographique depuis Thomas Maguire (1841) jusqu’à Joseph Amable Manseau (1881), Thèse de doctorat, Université de Toronto.

Saint-Yves, Gabrielle (2003), « L’écologie du français canadien d’après Sylva Clapin (1894 et 1913) », dans Annette Boudreau, Lise Dubois, Jacques Maurais et Grant McConnell (dir.), Colloque international sur l’écologie des langues, Paris, L’Harmattan, p. 131-154.

Saint-Yves, Gabrielle (2006), « L’anglicisme ou le mea culpa des Québécois : éclairage historique », dans The French Review, vol. 80, no 2, p. 354-369.

Séguin, Philippe (2000), Plus Français que moi, tu meurs ! France, Québec : des idées fausses à l’espérance partagée, Paris — Montréal, Albin Michel — VLB éditeur.

Sulte, Benjamin (1898), La langue française en Canada, Lévis, Pierre-Georges Roy, éditeur.

Tanguay, Daniel (1999), « Un retour d’Europe », dans Argument, vol. 1, no 2, p. 26-34.

Dictionnaires

Barbeau, Victor (1939), Le ramage de mon pays. Le français tel qu’on le parle au Canada, Mont réal, Éditions Bernard Valiquette.

Bélisle, Louis-Alexandre (1957), Dictionnaire général de la langue française au Canada, Québec, Bélisle éditeur ; 2e éd., 1971 ; 3e éd., 1979, Dictionnaire nord-américain de la langue française, Montréal, Beauchemin.

Bergeron, Léandre (1980), Dictionnaire de la langue québécoise, Montréal, VLB éditeur ; Supplément, 1981.

Blais, Suzelle (1998), Néologie canadienne, ou Dictionnaire des mots créés en Canada & maintenant en vogue ; des mots dont la prononciation & l’ortographe sont différentes de la prononciation & ortographe françoises, quoique employés dans une acception semblable ou contraire ; et des mots étrangers qui se sont glissés dans notre langue, de Jacques Viger (manuscrits de 1810). Édition avec étude linguistique, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa.

Blanchard, Étienne (1914), Dictionnaire de bon langage, Paris, Librairie Vic et Amat ; 4e éd., 1927, Dictionnaire du bon langage, Mont réal, Les Frères des écoles chrétiennes.

[Boucher-Belleville, Jean-Philippe] (1855), Dictionnaire des barbarismes et des solécismes les plus ordinaires en ce pays, avec le mot propre ou leur signification, Mont réal, Imprimerie de Pierre Cérat.

Caron, N[apoléon] (1880), Petit vocabulaire à l’usage des Canadiens-français, Trois-Rivières, Journal des Trois-Rivières (impr.).

Clapin, Sylva (1894), Dictionnaire canadien-français, Montréal — Boston, C. O. Beauchemin & Fils/Sylva Clapin (réimpr. PUL, 1974).

Clapin, Sylva (1913), Ne pas dire mais dire. Inventaire de nos fautes les plus usuelles contre le bon langage, Worcester (MA), Librairie J. A. Jacques.

Dagenais, Gérard (1967), Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada, Québec/Mont réal, Éditions Pedagogia.

Darbelnet, Jean (1986), Dictionnaire des particularités de l’usage, Sillery, Presses de l’Université du Québec.

Dictionnaire du français Plus à l’usage des francophones d’Amérique (1988), Mont réal, Centre éducatif et culturel. Édition établie sous la responsabilité de A. E. Shiaty, avec la collab. de Pierre Auger et de Normand Beauchemin ; rédacteur principal : Claude Poirier, avec le concours de Louis Mercier et de Claude Verreault.

Dictionnaire du français québécois : description et histoire des régionalismes en usage au Québec depuis l’époque de la Nouvelle-France jusqu’à nos jours incluant un aperçu de leur extension dans les provinces canadiennes limitrophes (1985), vol. de présentation sous la dir. de Claude Poirier ; rédacteurs principaux : Lionel Boisvert, Marcel Juneau, Claude Poirier et Claude Verreault, avec la collab. de Micheline Massicotte, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

Dictionnaire historique du français québécois. Monographies lexicographiques de québécismes (1998, préparé sous la direction de Claude Poirier par l’équipe du TLFQ, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

Dictionnaire québécois d’aujourd’hui. Langue française, histoire, géographie, culture générale (1992), rédaction dirigée par Jean-Claude Boulanger, supervisée par Alain Rey, Saint-Laurent (Québec), Dicorobert.

Dionne, N[arcisse]-E[utrope] (1909), Le parler populaire des Canadiens français, Québec, Laflamme & Proulx imprimeurs (réimpr. P.U.L., 1974).

Dulong, Gaston (1989), Dictionnaire des canadianismes, [Boucherville (Québec)], Larousse Canada ; 2e éd., 1999, Sillery, Septentrion.

Dunn, Oscar (1880), Glossaire franco-canadien et vocabulaire de locutions vicieuses usitées au Canada, Québec, Imprimerie A. Côté et Cie (réimpr. P.U.L., 1976).

Gendron, Jean-Denis (1990), « Les arguments pour ou contre un projet de dictionnaire décrivant les usages du français au Québec », dans Actes du colloque sur l’aménagement de la langue au Québec, publiés par le Conseil de la langue française, [Québec], Éditeur officiel du Québec, p. 31-43.

[Gingras, Jules-Fabien] (1860), Recueil des expressions vicieuses et des anglicismes les plus fréquents, Québec, E. R. Fréchette ; 2e éd., Gingras, J[ules]-F[abien], 1867, Manuel des expressions vicieuses les plus fréquentes, Outaouais, Imprimerie du « Canada » ; 3e éd., 1880, Ottawa, Imprimerie MacLean, Roger et Cie.

Glossaire du parler français au Canada (1930), préparé par la Société du parler français au Canada, Québec, L’Action sociale limitée.

Halford, Peter W. (1994), Le français des Canadiens à la veille de la Conquête. Témoignage du père Pierre Philippe Potier, s.j., [Ottawa], Les Presses de l’Université d’Ottawa.

Lorrain, Roland (1966), La mort de mon joual, Mont réal, Les Éditions du Jour.

[Maguire, Thomas] (1841), Manuel des difficultés les plus communes de la langue française, adapté au jeune âge, et suivi d’un Recueil de locutions vicieuses, Québec, Fréchette & Cie (impr.).

Manseau, J[oseph]-A[mable] (1881), Dictionnaire des locutions vicieuses du Canada avec leur correction suivi d’un Dictionnaire canadien, Québec, J. A. Langlais libraire-éditeur.

Meney, Lionel (1999), Dictionnaire québécois-français, Mont réal, Guérin.

Rinfret, Raoul (1896), Dictionnaire de nos fautes contre la langue française, Mont réal, Cadieux & Derome éditeurs ; 1897, tirage avec modifications, Librairie Beauchemin.

Viger, Jacques (1810) : voir Blais, Suzelle, 1998.

Villers, Marie-Éva de (1988), Multidictionnaire des difficultés de la langue française, Mont réal, Éditions Québec Amérique.

Webographie

BDLP-Québec : Base de données lexicographiques panfrancophone, section Québec : <http://www.tlfq.ulaval.ca/bdlp/quebec.asp>.

DBC : Dictionnaire biographique du Canada en ligne, Bibliothèque et Archives Canada : <http://www.biographi.ca/index2.html>.

FLI : Fichier lexical informatisé du Trésor de la langue française au Québec : <http://www.tlfq.ulaval.ca/fichier/>.

TLFQ : Site du Trésor de la langue française au Québec : <http://www.tlfq.ulaval.ca/>.

Notes

1 Viger a séjourné à Québec, comme rédacteur au journal Le Canadien, de novembre 1808 à mai 1809, et a publié un premier texte intitulé « Néologie » dès janvier 1809. Blais (1998, p. 13), qui donne ces précisions, en conclut que « [c]’est à cette époque que Viger conçoit l’idée d’un ouvrage sur les particularismes du français canadien ».

2 Rappelons, pour les lecteurs qui connaîtraient moins bien l’histoire du Québec, que les francophones habitant ce territoire se sont désignés eux-mêmes par l’appellation Canadiens du XVIIe siècle jusqu’aux années 1960, époque où Québécois a émergé dans l’usage. À partir de la cession du pays à l’Angleterre (1763) et jusque dans les années 1960, à l’appellation de Canadiens s’est ajoutée celle de Canadiens français, les anglophones étant appelés Anglais ou Canadiens anglais (voir Dictionnaire du français Plus, sous anglais et canadien, partie encycl.). Dans cet article, nous emploierons Canadiens ou Québécois, selon les contextes, en parlant des francophones du Québec.

3 Extrait d’une lettre du 6 mars 1855 de Drouyn de Lhuys, ministre des Affaires étrangères de France, cité dans De Raymond (2006, p. 219). Sur le caractère officiel de la mission de La Capricieuse, voir aussi Pichette (2006).

4 Voir Poirier, 1998a ; 1998b ; 2000 ; 2003 ; 2006 ; Canac-Marquis et Poirier, 2005 ; Poirier et Saint-Yves, 2002 ; 2006.

5 Pour une explication ou une illustration de ces mots, voir le Dictionnaire historique du français québécois (1998), la BDLP-Québec ou le Fichier lexical informatisé (FLI dans la bibliographie). On se reportera à ces sources également dans le cas des canadianismes mis en italique dans la suite du texte.

6 Extrait d’une lettre de 1729 reproduite dans Nova Francia, vol. 3, no 1, 1927-1928, p. 51.

7 Lettre de 1740, reproduite dans Nova Francia, vol. 4, no 6, 1929, p. 378.

8 Même après la répression de la rébellion des Patriotes, les échanges avec la France ne sont pas totalement arrêtés. Bibaud (1842a, p. 104) précise même que l’influence parisienne s’exerce sur des représentants de la jeune génération : « Nous avons vu plusieurs jeunes Canadiens revenir de Paris, avec la manière de prononcer la diphtongue oi et la voyelle a, dans certains mots, différente de celle qu’on leur avait connue avant leur séjour dans cette capitale de la France. » Cette influence parisienne sur les Canadiens devait, on s’en doute, être très limitée.

9 Dans sa dénonciation de ceux qu’il appelle « les demi-civilisés » (l’élite religieuse et politique), Harvey ridiculise ce jugement contre la France moderne, ce qui suggère qu’il avait toujours cours dans les années 1930 : « On y disait […] que Lillois [un Français vivant au Canada] représentait, non pas la France admirable de saint Louis et de Louis XIV, mais la France de la pourriture, des encyclopédistes, des Diderot, des d’Alembert, des Arouet, des terroristes, des Renan, des Anatole France, des Gide, des stercoraires Zola et Pierre Louys, des cafés-concerts, des débauchés de la Butte, bref, de tous les vices qui feraient pâlir Sodome et Gomorrhe » (1934, p. 169).

10 De l’avis de Maximilien Bibaud, fils de Michel, l’arbitre montréalais favorisa le grand vicaire Demers (voir l’extrait cité dans Saint-Yves, 2002, p. 43, n. 21). C’est en effet ce qui ressort d’une lecture attentive des textes, du moins pour ce qui est des aspects lexicaux du débat, comme nous le verrons à l’instant.

11 Nous ne reproduisons ici que quelques extraits des formulations de Bibaud. Nous faisons cependant mention des articles sur lesquels nous nous appuyons pour caractériser son approche. Ces articles figurent dans Bibaud (1842c), sauf pour atoca et pémina qui ont paru dans Bibaud (1842b, p. 227).

12 Nous référons ici à un article d’André Thibault (en voie de publication dans la revue Cap-aux-Diamants) et au Fichier lexical informatisé du TLFQ (FLI).

13 L’auteur avait 53 ans lorsqu’il a publié son livre (v. DBC en ligne).

14 On a souvent recours à l’orthographe Franças qui marque à la fois l’origine populaire de la formule et son caractère injurieux, comme dans ce passage de 1935 : « Évidemment, les Canayens trouveront encore le moyen de s’engueuler quand on en sera à la classification des genres — moutons, vaches, cobayes —, mais grâce à un entraînement long de trois siècles et à l’intervention de la Providence, nous finirons par passer à travers, et le miracle canadien viendra à bout de la science des maudits Françàs » (extrait d’un journal cité dans Gagnon, 1985, p. 271).

15 Voir à ce sujet Tanguay qui précise le sens de l’appellation : « Selon lui [André Laurendeau], l’expression “retour d’Europe” s’applique à une catégorie spécifique d’individus, ceux qui ont connu une transformation intérieure lors de leur séjour européen et qui éprouvent un certain malaise à leur retour au pays » (1999, p. 28). Le problème était lié à la désillusion de revenir vivre dans un pays dont la culture leur paraissait désormais insignifiante au regard de la culture française. « Ce violent choc culturel se traduisait bientôt par un puissant dégoût de soi et le désir d’éradiquer la moindre consonance québécoise de leur diction » (p. 29-30).

16 Voir la revue Maintenant, no 134 (intitulé « Cheval ou bien donc Joual ou bedon Horse »), mars 1974, consacré à cette question et où l’on trouvera les prises de position des auteurs qui viennent d’être cités.

17 Le mot figure sous la plume d’un auteur anonyme (Francanadien, 1962) à titre de proposition : « Certains proposent que les Canadiens français se désignent dorénavant par le nom de Québécois. » Dès 1964, Gérald Godin l’utilise dans ses écrits, par exemple dans le passage suivant : « Mais il ne faudrait pas qu’à cause d’une prétendue imprécision dans les termes qui nous servent à définir le drame national des Québécois, certains esprits doutent de l’existence de ce drame » (dans Godin, 1993, p. 26). Comme le précise Bouchard, ce nom figure au départ surtout dans « des textes qui expriment des opinions indépendantistes » (1998, p. 245).

18 Sur cette question, nous ne partageons pas l’avis de Blais (1998, p. 17-18) qui associe la Néologie à la tradition puriste en insistant sur son « caractère normatif » et en parlant d’« attitude intransigeante » (voir à ce sujet Poirier, 2001). Avant Blais, Dugas (1988, p. 11) avait bien décelé une « attitude purisante, qui régnera en maître pendant un bon moment dans la lexicographie postérieure », mais il ajoutait qu’elle « ne s’exerce chez Viger qu’avec encore une grande timidité ».

19 Par exemple à propos de tuer le feu (« l’éteindre ») : « Ex. : Tuez la chandelle. Avez-vous tué le feu ? Cette sorte de meurtre est très commune en Canada. Trois fois heureux, mes Compatriotes, que la corde n’en soit pas la punition ! » (Blais, 1998, p. 122).

20 S.v. termes de marine et neige, d’après les relevés de Saint-Yves (2002, p. 53 et 64).

21 Dictionnaire des barbarismes et des solécismes les plus ordinaires en ce pays, avec le mot propre ou leur signification. Saint-Yves (2002, p. 110-114) a montré que les termes barbarisme et solécisme ont, sous la plume de cet auteur, un sens plutôt technique.

22 Ces aspects ont été étudiés attentivement par Saint-Yves (2002) qui en fait un bilan détaillé dans sa conclusion (p. 347-363).

23 La chronique a été prise en charge par Raoul Rinfret de la mi-juillet à la fin de décembre 1895. Pour les références précises de ces chroniques, voir le Dictionnaire historique du français québécois (1998), p. 544-545 et 561.

24 Voir notamment Legendre, 1890, et Sulte, 1898, qui constituent, dans les deux cas, des reprises avec enrichissement de textes antérieurs.

25 Le nombre des collaborateurs à l’enquête linguistique, de 200 qu’il était en 1904, avait fondu de moitié en 1908 (Mercier, 2002, p. 377) ; à partir de 1910, on ne retrace plus qu’une cinquantaine de correspondants dans les rapports et on ne trouve plus de données précises après cette date (p. 331). Concernant la rédaction de l’ouvrage, Mercier (2006, p. 106) écrit ceci : « Si le GPFC résulte d’un travail collectif, on doit quand même reconnaître que sa réalisation n’a été rendue possible que grâce au concours de deux hommes [Adjutor Rivard et Louis-Philippe Geoffrion] qui furent successivement les chefs de file de l’entreprise lexicographique de la Société et les rédacteurs principaux de son dictionnaire. »

26 Les Actes de ce colloque ont été publiés par Boisvert, Poirier et Verreault (1986).

27 Voir la critique de Lysiane Gagnon (1989) et la réponse de Poirier (1989). La liste des comptes rendus de l’ouvrage ainsi que des extraits figurent sur le site du TLFQ, à l’adresse : <http://www.tlfq.ulaval.ca/pub/resultats.asp?type=5>.

28 Voir sur cette question Poirier (1990).

29 Jugement confirmé par des linguistes de l’Office de la langue française (1998, p. 121) qui, après avoir fait mention du DFP, du DQA et du Dictionnaire du français québécois (1985), parlaient de la « déjà très prometteuse lexicographie québécoise ».

30 Sur le site Internet de leur groupe de recherche (FRANQUS), les auteurs présentent l’ouvrage comme étant un « dictionnaire usuel du français standard en usage au Québec ». Voir : <http://franqus.usherbrooke.ca/>.

31 Des résultats partiels de cette recherche ont été livrés dans le Dictionnaire historique du français québécois (1998), dans les publications de l’équipe et au moyen de la Base de données lexicographiques panfrancophone (voir les sections « Publications » et « Fonds documentaires » du site Internet du TLFQ). L’équipe diffuse également son corpus d’exemples historiques au moyen du Fichier lexical informatisé (FLI, en accès libre), qui fait l’objet d’un enrichissement continuel grâce à l’appui financier du Secrétariat à la politique linguistique (Gouvernement du Québec).

32 Reproduit ici à partir de la citation qu’en donne Lamonde (1999, p. 55), auquel nous renvoyons le lecteur en raison du contexte éclairant dans lequel il situe cet extrait.

33 Dans la préparation de cet article, nous avons pu compter sur l’aide précieuse de Myriam Côté, Geneviève Joncas et Gabrielle Saint-Yves qui ont complété nos recherches, effectué de nombreuses vérifications et fait une relecture critique de notre texte. Nous leur adressons ici nos remerciements pour le soin qu’elles ont mis à ce travail. Nous sommes reconnaissant en outre envers le Vice-rectorat à la recherche et à la création ainsi qu’envers le Département de langues, linguistique et traduction de l’Université Laval pour leur appui financier qui permet la poursuite de la recherche du TLFQ.

Auteur

Professeur de linguistique à l’Université Laval depuis 1975. Il est l’un des fondateurs de l’équipe du Trésor de la langue française au Québec dont il est devenu le directeur en 1983. Il a dirigé la rédaction des deux dictionnaires de l’équipe (Dictionnaire du français québécois, 1985 ; Dictionnaire historique du français québécois, 1998). Il a en outre contribué à des dictionnaires grand public, dont le Dictionnaire du français Plus (1988), à titre de rédacteur principal, et Le Petit Larousse illustré, pour le traitement des québécismes (éditions de 2001 à 2006). Auteur de nombreux articles sur le français québécois et la variation du français dans le monde, il a lancé le projet de la Base de données lexicographiques panfrancophone (<www.bdlp.org>) qui réunit actuellement des équipes d’une vingtaine de pays.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search