Version classiqueVersion mobile

Les dictionnaires de la langue française au Québec

 | 
Monique C. Cormier
, 
Jean-Claude Boulanger

Fidélité et autonomie

Monique C. Cormier

Texte intégral

1Poser son regard sur la production lexicographique à partir de la Nouvelle-France jusqu’au Québec contemporain, c’est voir bien plus que des ouvrages. C’est découvrir, à travers elle, la croissance d’une langue européenne, le français, plantée, telle une graine, en terre d’Amérique, il y a 400 ans. C’est découvrir, à travers les observateurs et témoins privilégiés que sont les lexicographes, les efforts d’adaptation que cette langue a déployés, mais surtout les tensions et les divisions que, ce faisant, elle a provoquées. Fallait-il tailler cette langue, la greffer, la laisser pousser librement ses germes au dehors ? C’est constater — leçon de modestie de l’histoire — qu’au XXIe siècle, nous sommes encore aux prises avec les questions de nos prédécesseurs et que notre production lexicographique actuelle emprunte les sillons qu’ils ont tracés. C’est découvrir enfin le caractère identitaire spécifique de la seule nation nord-américaine de langue française qui résiste et s’épanouit envers et contre tout.

2Toute culturelle qu’elle se veuille, la Journée québécoise des dictionnaires n’échappe pas au contexte que je viens d’esquisser. « Québécoise cette journée ? » ont demandé certains. Alors pourquoi avoir étudié les dictionnaires Le Robert et Larousse à l’occasion des deux premières ? La question elle-même ne faisait que traduire — le présent ouvrage le démontre — la préoccupation séculaire de prise de distance vis-à-vis de la France, paradoxalement très présente et appréciée au Québec par l’inter médiaire des dictionnaires de ces deux maisons.

3Le 400e anniversaire de la fondation de la ville de Québec, et donc de l’influence française en Amérique, a imposé naturellement son thème à la troisième Journée québécoise des dictionnaires : Les dictionnaires de la langue française au Québec. De la Nouvelle-France à aujourd’hui. Cette fois, il sera question de dictionnaires québécois ou canadiens — à ce sujet, on se reportera avantageusement à la bibliographie établie par Myriam Côté et Geneviève Joncas —, mais comme on le verra, la France y sera plus présente que jamais.

4Pour nous aider à démêler l’écheveau des relations francoquébécoises en matière de production lexicographique, Claude Poirier nous invite à examiner les distances d’ordre linguistique que nos ancêtres, plus libres et moins contrôlés que ceux qui habitaient la Métropole, ont voulu prendre par rapport aux Français, les mouvements de repli qu’elles ont provoqués, leurs causes, qui souvent plongent dans la politique et les défaites militaires, ainsi que leur succès relatif. Dans un immense mouvement de flux et reflux entre deux tendances qui continuent de caractériser notre production lexicographique, entre description et prescription, s’insèrent un grand nombre de lexicographes dont la nature des travaux dépend pour une grande part de leur façon d’aborder le problème de la norme. Pour Thomas Maguire, en 1841, après la défaite des Patriotes et la parution du rapport Durham, l’alignement sur le français de France s’impose. Son ouvrage marque le début d’une « dévalorisation de l’usage canadien » qui, mis à part le travail des glossairistes, durera jusqu’en 1960.

5Parmi ces glossairistes que nous présente Louis Mercier, il faut retenir les noms d’Oscar Dunn et de Sylva Clapin, au XIXe siècle, et de Narcisse-Eutrope Dionne, au XXe siècle, qui ont inventorié et reconnu la nécessité de créer des mots pour nommer les réalités nord-américaines. Songeons seulement à l’opération de déculpabilisation qu’a permise Oscar Dunn en démontrant le premier que bon nombre d’écarts linguistiques dénoncés par les puristes provenaient de la France. Enfin, signalons les noms d’Adjutor Rivard et de Louis-Phillippe Geoffrion, piliers de la Société du parler français au Canada qui, se fondant sur les travaux européens d’histoire de la langue française, allaient donner, au tournant du XXe siècle, une envergure nouvelle, notamment par l’ambition, par l’approche descriptive dénuée de commentaires, par le nombre de collaborateurs et par la publication d’un bulletin mensuel, au travail de répertoire du parler canadien et en démontrer la part d’origine française. Tous ces lin guistes, dont les œuvres conservent une valeur anthropologique considérable, comme en témoigne l’étude de Gabrielle Saint-Yves sur les images de l’identité féminine dans les premiers glossaires, ont contribué à constituer un terreau suffisamment riche pour qu’on puisse peu à peu souhaiter vivement inclure les canadianismes ou québécismes non plus dans un glossaire, mais dans un dictionnaire. Un dictionnaire comme ceux que pouvaient consulter les membres de la Société du parler français au Canada, dictionnaires de Godefroy, de Furetière, de l’Académie française, de Bescherelle, d’Hatzfeld et Darmesteter, de Littré, et d’autres encore.

6Au fait, quels dictionnaires trouvait-on exactement dans les bibliothèques de la Nouvelle-France ? En répondant à cette question, Marcel Lajeunesse nous fait connaître les noms de bibliophiles, voire de collectionneurs remarquables, en plus des conservateurs indispensables que se sont révélés être les établissements religieux. Et en France pendant ce temps, que trouvait-on lorsque, par curiosité ou par hasard, on relevait les premières occurrences des termes « Canada », « Québec » ou « Nouvelle-France » ? C’est à cette question que répond Jean Pruvost, qui les a répertoriées systématiquement, et qui tente de reconstituer, à partir d’elles, l’image qu’on pouvait bien se faire de notre terre d’Amérique. Cette expédition à caractère historique nous prépare à entrer sans heurts dans notre époque, tellement les liens de filiation sont forts entre les différents courants et tellement le substrat de toute l’activité dictionnairique semble constant.

7Après une réflexion sur la norme langagière, Elmar Schafroth part à la recherche d’indices ou de traces de normativité dans quatre dictionnaires du français québécois que sont le Dictionnaire du français Plus à l’usage des francophones d’Amérique, le Multidictionnaire de la langue française, le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui et le Dictionnaire québécois-français. Cette comparaison de leur système de marquage respectif nous aide à évaluer la force et les faiblesses de chacun des ouvrages à cet égard, mais aussi à prendre conscience de la difficulté du marquage pour quiconque s’attaque à un projet de dictionnaire au Québec, tellement les problèmes de logique et d’idéologie qu’il sous-tend sont considérables.

8Forts de cette introduction aux dictionnaires québécois contemporains, nous pouvons maintenant lire Henri Béjoint et Esther Poisson, qui approfondissent, le premier, le Dictionnaire québécois-français, de Lionel Meney, et la seconde, le Dictionnaire québécois d’aujourd’hui, de Jean-Claude Boulanger, qui ont tous les deux provoqué beaucoup de commentaires passionnés. Jouissant d’un certain recul par rapport aux ouvrages qu’ils étudient, spatial pour Henri Béjoint, qui est professeur à Lyon, et temporel pour Esther Poisson, qui analyse un dictionnaire 15 ans après sa parution, chacun peut poser un regard analytique et distancié sur deux ouvrages qui ont peu en commun sinon d’avoir été rapidement classés dans l’une ou l’autre des deux tendances idéologiques qui caractérisent la lexicographie québécoise. Pour ma part, en rappelant les origines du Multidictionnaire de la langue française et son évolution au fil des éditions, je dégage certaines des raisons qui expliquent la réception favorable de cet ouvrage au Québec.

9Pascale Lefrançois se charge à elle seule de tout le secteur des dictionnaires scolaires. Elle analyse les forces de cinq ouvrages couvrant tous les cycles — et suggère certaines améliorations à y apporter — au bénéfice des parents, des professeurs et sans doute des éditeurs. Ce sont le Dictionnaire CEC Jeunesse, le Dictionnaire CEC intermédiaire, Mon premier dictionnaire français illustré, le Multi des jeunes et le Dictionnaire HRW et thésaurus. Toujours dans le secteur scolaire, mais sur la scène internationale cette fois, il est intéressant de constater que, pendant que nous discutons de la norme, des professeures de français langue étrangère intègrent dans leur enseignement cette variété de français que représente le français québécois. Monica Barsi et Cristina Brancaglion nous font voir de quelle façon les professeurs de français entendent fournir à leurs élèves un apprentissage du français qui tienne compte de toute la complexité de cette langue, tous continents confondus.

10Quatre centsans de présence française justifient qu’on fasse le point sur les dictionnaires témoins du français qui a cours en Amérique du Nord, dans l’unique société qui l’a proclamé seule langue officielle, dans la deuxième moitié du dernier siècle. Et ce point se fait dans la ville de Québec, capitale du Québec, capitale du français en Amérique, où tout a vraiment commencé, cela dit sans oublier les établissements acadiens, quelques années auparavant. Les tiraillements linguistiques provoqués par un désir de fidélité à la France, qui nous a donné notre langue, et un désir de fidélité au Québec, qui l’a acclimatée en Amérique, ont existé très tôt dans les ouvrages lexicographiques et ils demeurent, pour l’essentiel. Des forces considérables qui puisent dans les principes d’universalité, de réalité, d’identité ou de vérité les nourrissent toutes les deux. Ce sont toutes des forces de vie, qui n’empêchent pas l’activité lexicographique de se poursuivre vigoureusement, parallèlement à l’affirmation même de la société qui suscite cette activité.

11Deux grandes catégories d’acteurs se manifestent sur l’échiquier lexicographique, les spécialistes, bien sûr, qui affinent et étendent de plus en plus leurs études, qu’on retrouvera dans ces pages, et le public qui, lui, exprime sa faveur par le choix qu’il fait d’acheter tel dictionnaire plutôt que tel autre. La sanction du public acheteur est naturellement très importante : aussi prend-on de plus en plus la peine de s’enquérir de ses besoins. Des études comme celle de Jacques Maurais, qui apporte un éclairage sociolinguistique sur le marquage lexicographique, font désormais partie de la réflexion des auteurs de dictionnaires. À preuve, l’enquête que le groupe de recherche de l’Université de Sherbrooke a faite avant de commencer l’élaboration d’un dictionnaire québécois dont une première version doit être diffusée cette année. Cette précaution n’était sans doute pas superflue, étant donné les espoirs que la collectivité nourrit envers cet ouvrage. Un seul dictionnaire ne réglera pas d’un coup le contentieux séculaire que nous connaissons. Mais le public appréciera que, précisément en 2008, le nouveau dictionnaire qui sera produit sous la direction d’Hélène Cajolet-Laganière et de Pierre Martel fasse progresser le débat et se rapprocher les deux grandes visions de la langue qui s’affrontent. On trouvera dans leur contribution les principes qui guident leur travail et des exemples de l’ouvrage attendu.

12Qui sait si en 2108, au 500e anniversaire de Québec, avec l’affirmation, le rapprochement et l’ouverture des peuples de langue française, la Journée des dictionnaires ne portera pas sur le Dictionnaire universel de la langue française, paru cette année-là et produit par une équipe de lexicographes du monde entier ?

Auteur

Professeure titulaire au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Mont réal où elle enseigne la terminologie depuis 1988. Elle a été présidente de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec de 2003 à 2006 après en avoir été la vice-présidente de 2000 à 2003. Ses intérêts de recherche portent sur la (méta) lexicographie. Au cours des dernières années, elle a publié, seule ou en collaboration, plusieurs articles et ouvrages, dont Les dictionnaires Le Robert : genèse et évolution et Les dictionnaires Larousse : genèse et évolution, parus respectivement en 2003 et 2005 aux Presses de l’Université de Montréal. Elle est responsable de la Journée québécoise des dictionnaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search