Version classiqueVersion mobile

L'approche systémique en santé mentale

 | 
Louise Landry Balas

8. L’approche narrative : la narration au cœur des systèmes humains

André Grégoire

Texte intégral

Travaillés par nos mémoires, nous travaillons nos mémoires.
Boris Cyrulnik

1« Il fait soleil. » « Mon travail et mon engagement professionnel sont très importants. » « Son taux d’hématocrite était anormalement élevé ; elle a été disqualifiée de la course. » « Ils ont perdu la partie d’hier à cause d’un manque de concentration et d’esprit d’équipe. » « Cette balade en montagne a créé un rapprochement dans leur couple. » « Tu es courageux. » « Je suis fort ému de votre attention à mon endroit. » Peu importe ce dont nous parlons, nous appréhendons la réalité et nous communiquons toujours par narrations. Qu’il s’agisse de quelques mots échappés ou d’une description longuement élaborée, nous racontons sans cesse des histoires. C’est le propre de l’être humain. En quelque sorte, la narration est à l’être humain ce que l’atome est à la matière.

2Les idées et propositions émises dans ce chapitre s’appuient significativement sur le modèle d’intervention développé à l’origine par Michael White et David Epston, et désormais connu sous le nom de « thérapie narrative ». Le lecteur trouvera des suggestions de lecture complémentaires en fin de chapitre.

Voyage au pays du langage

3Imaginons un moment la situation suivante : un désastre écologique se produit, et seuls deux êtres humains s’en sortent. Imaginons que ces survivants, un homme et une femme, proviennent de groupes et de cultures fort différents. Imaginons aussi qu’ils ont oublié comment se faisaient les choses avant ce désastre. Même s’ils ne partagent pas le même langage, ni la même religion et s’ils n’ont aucune conception préétablie de ce qu’est, par exemple, le travail, le jeu, la vie commune ou la vie privée, ou quelque autre concept du genre, ces deux êtres devront commencer à coordonner leurs activités s’ils entendent engager un rapport l’un avec l’autre. Au début de ce recommencement des rapports humains, ils tenteront de définir le monde qui les entoure et adopteront des habitudes. Certaines substances seront identifiées comme de la nourriture, des emplacements seront choisis pour ériger des abris ou des réserves pour les aliments. Ils conviendront de la répartition du travail, et au fur et à mesure que les jours passeront, certaines des tâches seront répétées sur une base plus ou moins routinière. Tôt ou tard émergera une forme de langage. Tel cri signifiera « à l’aide », tel son désignera un bâton ou une pierre, tel autre sera attribué à ce que nous appelons le soleil.

4Les distinctions et les habitudes dont ces fondateurs d’une société nouvelle conviendront demeureront souples et modifiables. Ces deux êtres seront toujours capables de se rappeler : « Voici comment nous avons décidé de faire ceci, de nommer cela. » Ils seront en mesure de se souvenir qu’il existe d’autres possibilités que les choix qu’ils ont faits, et des alternatives aux conventions auxquelles ils sont parvenus. Cependant, même dans ce contexte, des institutions et des concepts tels la famille, l’agriculture ou une construction commenceront à exister.

5À la génération suivante, leurs enfants ne diront plus : « Ceci est ce que nous avons décidé. » Ils parleront plutôt dans ces termes : « Voici comment nos parents faisaient cela. » Le temps passera, et une nouvelle génération apparaîtra pour laquelle les choses seront dites encore différemment : « Voici comment cela se fait. » Telle façon de cueillir des fruits ou de chasser, tel comportement de protection, telle manière de construire des abris ou de s’exprimer seront considérés comme allant de soi, comme ayant toujours existé. Les comportements et les façons de faire deviendront ainsi codifiés en « règles » du comment faire les choses. Tôt ou tard, des lois ou règlements apparaîtront qui codifieront et conditionneront pour les générations contemporaines ou futures la façon dont les choses doivent être faites. Des rituels apparaîtront dans cette société, des façons de faire pour régler les différends, pour convenir de ce qui appartient à qui et pour quelle durée, des rôles et des fonctions attribués à certaines personnes désignées, etc.

  • 1 Cette analogie a été développée par Berger et Luckmann dans leur célèbre ouvrage The Social Constr (...)

6À la quatrième génération de notre société imaginaire, le « Voici comment cela se fait » de la génération précédente sera devenu : « Voici comment le monde est ; ceci est la réalité. » Et ce monde institutionnalisé sera vécu comme une réalité objective1.

Quelques repères dans la construction de la réalité

  • 2 Le terme est de Sheila McNamee et Kenneth J. Gergen.

7Dans nos communications quotidiennes, que celles-ci soient ordinaires ou « thérapeutiques », nous interagissons régulièrement à ce quatrième niveau de réalité : « C’est ainsi qu’est Y. » Et nous tentons collectivement de parfaire nos narrations en recherchant une version sans cesse améliorée de ce que sont les réalités qui nous entourent. Mais malgré nos efforts et nos outils de plus en plus sophistiqués, ce que nous trouvons demeure – et demeurera toujours – le résultat d’un consensus patiemment et lentement élaboré par la somme de nos rapports et de nos coordinations2 humaines. En affirmant que « les choses sont ainsi », nous oublions qu’il serait plus juste de dire : « Nous convenons que les choses soient ainsi. »

8Cette construction du monde, à laquelle chacun de nous participe autant en lui-même que dans ses rapports avec les autres, nous pourrons mieux la mettre au service des personnes qui nous consultent si nous demeurons alertes à certaines dimensions qui la façonnent.

L’emploi des mots

9Pour décrire les « réalités » qui nous entourent, nous employons des mots. Nous distinguons des éléments et regroupons certains aspects de cette réalité en ensembles (qui, forcément, se disent aussi avec des mots). Ainsi, la réalité est là autour de nous et, pour l’approcher, nous avons développé collectivement un répertoire de mots. Et nous ajoutons sans cesse de nouveaux mots pour enrichir ce répertoire collectif.

Des mots en relation

10Pour communiquer, il nous a fallu organiser les mots en catégories (sujets, verbes, attributs, etc.), afin de faire des phrases, ce qui permet des milliers de façons d’agencer ces mots. Ainsi, un sens émerge quand nous parlons entre nous et les coordinations de nos agirs sont simplifiées. Si chacun des mots pris isolément constitue déjà un territoire ou une narration en soi (« soleil », « courage » ou « froid » encapsulent chacun un aspect de la réalité et évoquent, pour chaque personne, par les images ou les souvenirs qu’elle leur associe, une histoire plus « pleine »), à plus forte raison l’addition, la juxtaposition et l’articulation des mots dans une même phrase contribuent à en faire une histoire encore plus dense.

La construction de la réalité

11Le fait de raconter ou de privilégier une certaine histoire – que celle-ci soit dite à haute voix ou intérieurement – augmente la valeur de réalité de cette histoire. Toute narration, même si elle procède à première vue d’une volonté de saisir une réalité en lui attribuant des mots appropriés, a aussi comme effet de construire la réalité qu’elle nomme. Ce que je dis devient un peu plus « vrai » par l’action même de le dire. Et évidemment, quand ce que je dis est confirmé ou validé par mes interlocuteurs, la narration acquiert un degré additionnel de véracité.

L’effet constitutif des narrations

12L’acquisition d’un « privilège de vérité » ou de pertinence de narration se traduit par des effets tangibles, réels et constitutifs. Que l’on affirme « Il pleuvra demain » ou « Je suis fin prêt pour mon prochain exposé oral » influence la réalité et oriente les comportements qui s’ensuivent. Toute narration, aussi « inventée » soit-elle, entraîne des effets tangibles et bien réels. Si les mots sont quant à eux plus ou moins arbitraires, les effets qu’ils produisent sont bien concrets. Qu’on pense aux nombreux « Je t’aime » que s’échangent les amoureux, aux quolibets que lancent les élèves dans les cours d’école ou aux discours intérieurs de blâme de quelqu’un qui se répète : « Que je suis timide ! »

Des narrations ouvertes à la réécriture

13Aucune narration ne pourra jamais englober toute la réalité ni les multiples facettes de réalité qu’elle tente de décrire. Il y aura toujours, pour les mêmes faits et événements, d’autres lectures possibles. Chaque mot représente la réalité, mais il ne peut jamais être une « superposition » de cette réalité. Korzybski rendait bien cette idée par sa célèbre image « la carte n’est pas le territoire ».

14D’une part, il y aura certes, pour les mêmes faits et données de base, diverses lectures ou narrations possibles : « Jean est-il agressif ou réactif ? ou affirmatif ? Miguel est-il apeuré ou paralysé ? Carmen est-elle hautaine ou maladroite ? » D’autre part, pour un même événement, il y aura toujours certaines « portions d’histoires » oubliées ou négligées : « Certes, il était en colère contre son meilleur ami, mais les mots choisis étaient-ils plus nuancés ou plus doux que la fois précédente ? » Dans toute situation, certains faits retiennent l’attention et d’autres passent inaperçus. On découvre par exemple que « dans la famille d’Isabelle, il n’y a pas que cette mère qui la rejette, mais aussi cette tante qui la soutient ».

15C’est cette précieuse dimension de toute narration qui offrira aux thérapeutes la possibilité d’intervenir en consultation thérapeutique, soit pour ouvrir la porte à une nouvelle interprétation de la situation présentée, soit pour rechercher d’autres éléments présents dans la réalité, mais oubliés dans l’histoire officielle : des portes ouvertes pour une « alternarration », une autre narration.

Le répertoire culturel

16Toute histoire ne peut être racontée qu’avec les mots disponibles dans le répertoire social collectif. On peut ainsi affirmer que tout être humain ne parle pas avec ses propres mots, mais avec ceux qu’il emprunte au répertoire social dans lequel il baigne. Je ne puis parler qu’en puisant dans l’éventail des « nommés » collectivement convenus. Vivant à une autre époque, ou dans une autre partie de l’Univers, je ne pourrais pas décrire mon expérience de la même manière. Donc, toute histoire est en quelque sorte un produit culturel et renvoie nécessairement aux systèmes et aux interactions humaines qui la façonnent et la soutiennent. La parole nous inscrit comme être social : je ne peux parler que parce que d’autres ont parlé avant moi et m’ont légué des façons de dire et de nommer. Les mots sont nécessairement le reflet de relations et d’une histoire de ces relations. Je parle toujours avec les mots des autres, même dans mon expérience la plus intime ou sur une île déserte. Ainsi, si je peux me définir comme courageux, c’est parce que le mot « courage » a acquis un sens et une cohérence à travers les âges. Les rapports humains ont d’ailleurs produit plus d’une façon de nommer une chose ou un phénomène. D’où l’existence de multiples narrations disponibles dans notre répertoire collectif pour nommer et cerner une même situation, un même événement.

Le darwinisme des narrations

  • 3 Le philosophe Michel Foucault, entre autres, a largement étudié ces mécanismes d’influence.

17Cependant, toutes les narrations possibles pour une situation donnée n’ont pas une chance égale d’émerger. À toute époque et dans tout contexte, des mécanismes de pouvoir et d’influence sont présents qui valorisent certaines façons de dire et de nommer alors qu’ils en écartent, discréditent ou marginalisent d’autres3. Qu’il s’agisse de contextes d’agressivité, de tristesse ou de passion débordante, certaines narrations sont encouragées et reconnues par le jeu des influences sociales et, par le fait même, d’autres se retrouvent dans l’ombre. Nous pourrions ainsi parler d’un « darwinisme des narrations ».

18L’ensemble des facteurs que nous venons d’énumérer influencent, contraignent, orientent et contribuent à façonner nos narrations, et conséquemment nos lectures de « réalités-vérités ».

L’alter-narration

19Dans le contexte de relations psychothérapeutiques, les gens se présentent avec une « histoire de problèmes ». Une histoire certes, mais avec des effets négatifs bien réels de souffrance, de tension, d’invalidation, etc. On peut penser que si l’histoire racontée n’avait pas d’effets négatifs pour ces personnes ou pour leur entourage, elles ne seraient pas amenées à nous rencontrer ; si elles étaient en harmonie avec l’histoire de leur situation, nous n’aurions pas de place dans leur vie.

20La demande qui nous est adressée et les interactions qui s’ensuivent visent à ce que cette personne ou cette famille reparte avec une nouvelle histoire : soit avec une histoire de solution inconnue ou inaccessible jusqu’alors, soit avec une histoire associant un nouveau sens aux événements déclencheurs ou aux réactions éprouvées, soit avec une nouvelle histoire d’eux-mêmes, toutes ces possibilités se traduisant par la suite dans des agirs différents. Nous pourrions dire que le résultat recherché par une démarche thérapeutique est de parvenir à une histoire satisfaisante ou, à défaut d’atteindre cette cible, à une histoire moins négative ou moins souffrante.

21Malheureusement pour notre idéal de vérité, la nouvelle histoire qui émergera, aussi satisfaisante et bénéfique soit-elle, ne demeurera toujours qu’une histoire, qu’une des multiples narrations possibles, puisque aucune narration ne peut se superposer parfaitement à la réalité. Par contre, cette nouvelle histoire pourra avoir des effets fort différents sur la suite des choses. C’est pour cette raison que, même si de multiples narrations peuvent exister et avoir droit de cité, toutes ne s’équivalent pas dans leurs effets. C’est à l’aune de ces effets et d’une « éthique des effets » qu’il faut soupeser les histoires invitées et… inventées.

22Ainsi, à titre de « chef d’orchestre invité » dans la vie des personnes qui nous rencontrent en consultation thérapeutique, nous influençons significativement les narrations que la personne construira à travers sa relation avec nous. C’est en maintenant une vigilance quant aux effets des narrations que nous serons en meilleure position pour proposer à la personne qui nous consulte des « voies de sortie » pour s’échapper des histoires insatisfaisantes et douloureuses, ainsi que des « voies d’ouverture » pour permettre l’entrée et l’élaboration d’histoires ou de narrations plus satisfaisantes. À cet égard, l’approche narrative propose quelques axes d’intervention qui favorisent le développement d’histoires possiblement plus satisfaisantes.

L’extériorisation du problème

23La première narration que les gens nous présentent en consultation est habituellement celle de leurs problèmes. Et très souvent, ces personnes se trouvent définies par les problèmes mêmes qui accaparent leur vie. Il s’avère souvent difficile d’ouvrir un espace de conversation vers une alternarration lorsque le problème, en plus d’incommoder de façon significative la vie d’une personne, l’a amenée à se définir dans les symptômes qu’il lui fait vivre. Qui n’a pas entendu des « Je suis anxieux », « J’ai un tempérament dépressif », « Je suis un dépendant affectif » et autres narrations du genre ? Plus les problèmes séjournent longuement dans la vie d’une personne, plus la personne et son entourage – y compris les professionnels de la santé – ont tendance à construire une narration d’identification de l’individu à son problème, une narration d’internalisation de ce problème (allant du « Je suis toxicomane » à « C’est une personnalité limite »).

24Nos modalités contemporaines de langage nous invitent fortement à internaliser les histoires. Par contre, notre répertoire narratif collectif possède aussi une grammaire et une syntaxe qui permettent l’extériorité. Ne retrouve-t-on pas couramment des expressions telles que « frappé de stupeur », « rongé par le remords », « saisi de frayeur », « piqué par la curiosité » ou encore « prendre son courage à deux mains », qui inscrivent dans le langage une frontière entre la personne et les manifestations qu’elle présente ? Une narration qui propose à la personne de relater et de témoigner du problème auquel elle fait face en l’extériorisant pourra contribuer à objectiver le problème et, conséquemment, à favoriser un nouveau rapport entre la personne et le problème présenté. Il s’agira d’un rapport d’autonomisation et, indirectement, d’empowerment, la personne étant plus en mesure d’agir sur une entité extérieure à elle-même.

25Ces narrations d’extériorisation pourront explorer les manifestations typiques du problème dans la vie du client. Et plus le problème sera devenu identitaire ou associé à sa personnalité, plus on aura intérêt à rendre visible ses contours ou ses caractéristiques, puisque rien n’est plus difficile à combattre qu’un problème devenu invisible, permanent, enfoui quelque part au plus profond de soi-même. On pourra également explorer les effets de cette histoire de problème sur divers aspects de la vie de la personne, ce qui ouvrira la porte, par la suite, à une narration de « prise de position » à l’égard de ces effets. Recherchant aussi avec la personne les modalités d’accaparement privilégiées par le problème pour « embêter » sa vie, on réfléchira avec elle à l’évolution du problème dans le temps, au contexte de sa venue et aux étapes de sa progression. Les divers facteurs sociaux qui nourrissent et entretiennent ce problème particulier, tel le genre d’idées qui circulent dans l’environnement, de visions qui l’encouragent ou lui donnent valeur de vérité seront aussi explorés. En effet, aucun problème ne pouvant survivre s’il n’y a pas un contexte social d’idées qui le supporte, le fait de questionner la personne et de réfléchir avec elle aux idées et aux visions sous-jacentes à un problème contribue à ébranler le caractère d’universalité de cette « vérité ».

26Ainsi, progressivement, ces différents angles d’extériorisation permettront à la personne de raconter une autre sorte d’histoire de problème et de reprendre un degré d’autonomie par rapport à celui-ci. Ces narrations encourageront progressivement la distanciation par rapport au problème, et la personne pourra « retrouver une voix » pour narrer les contours du problème, plutôt qu’être narrée par le problème. Elle cessera de narrer les contours d’un « soi-contaminé-par-le-problème ».

Une narration de prise de position

27Très souvent, les problèmes éteignent ou atténuent la voix des préférences de la personne et l’amènent à adopter, dans ce quasi-silence, un discours de surveillance qui emprunte forcément au langage social de normalité. Toutes les narrations n’ont pas une chance égale d’exister, disions-nous, et quand un problème a pris place dans la vie d’une personne, certaines narrations sociales s’imposent parallèlement comme façon appropriée de nommer. Des « narrations de normalisation » se sont substituées aux « narrations de préférence ».

28Dans un espace social collectif, une narration d’extériorisation qui situe le problème à l’extérieur de la personne favorise déjà un autre type d’histoire et d’expérience. Mais si, en plus de redéfinir le problème comme une entité distincte et distante d’elle-même, la personne est invitée à se situer et à se positionner en regard de ce problème indésirable, un nouvel espace narratif et langagier s’ouvre, qui lui permet de se rapprocher de ses préférences de vie et de se séparer encore plus du problème. Toute distanciation et toute narration qui inclut plus d’une possibilité donnent à la personne la possibilité de réfléchir, d’évaluer, de poser un véritable choix dans une situation donnée.

29« Quand vous dites que les conflits et les tiraillements ont eu X effets sur votre relation de couple, considérez-vous cela comme un progrès ou comme un recul ? », « Pourquoi dites-vous cela ? », « Pouvez-vous m’en dire plus ? » De telles questions de « prise de position » offrent un tremplin à partir duquel la personne pourra construire et enrichir un segment de l’histoire de ses préférences. Elle pourra, par exemple, être invitée à évaluer une situation et à se situer en regard de celle-ci, à exposer les raisons de telle préférence, à justifier tel choix, à appuyer cette prise de position par des illustrations de ses préférences en se remémorant des moments de vie passés. Par les questions du thérapeute, la personne arrive à donner préséance à sa version plus personnelle de l’histoire. Un « chemin de langage » est ainsi tracé qui lui permet de se rapprocher de ses préférences de vie, de s’y associer, de les choisir à nouveau et de les habiter. Puisque le langage construit la réalité, chaque énoncé ajoute une pierre à l’édifice de l’alter-narration que l’on est en train d’ériger. D’une histoire décourageante façonnée par le problème, la narration devient encourageante lorsque la personne peut dire, spécifier, argumenter et prendre une position différente face à ce problème qui l’embête.

Des voies d’ouverture vers une histoire alternative

30Si l’histoire du problème est plus ou moins devenue l’« histoire officielle » dans la vie de la personne qui consulte – et souvent la seule qui lui est disponible –, cela ne signifie pas pour autant que d’autres histoires n’existent pas. Pour des éléments spécifiques retenus et agencés dans une histoire, d’autres « angles de réalité » sont possibles, puisque dans chaque histoire certains événements sont inévitablement mis à l’avant-plan, tandis que d’autres se retrouvent en retrait. La vie d’un individu est toujours plus riche que l’histoire qu’il s’en raconte ; il y a toujours une multiplicité et une variété d’histoires possibles. Comment pouvons-nous, comme intervenant, ouvrir la porte à d’autres histoires plus satisfaisantes ? Où les rechercher ? Lesquelles inviter ? Plusieurs voies se présentent à nous.

31L’une de ces voies consiste à questionner la personne sur ces moments où elle a pris l’initiative en regard du problème ou sur les moments d’exception où le problème a été moins présent ou a eu moins d’emprise – une modalité également favorisée par la thérapie brève orientée vers les solutions (voir le chapitre de Josée Lamarre). Ces moments d’initiative ou d’exception renvoient à ces situations où la personne a pu prendre le dessus sur ses difficultés, des moments de vie vite oubliés ou négligés parce qu’ils ne concordent pas avec l’histoire officielle. Même nommés, ces moments sont souvent attribués au hasard ou à des circonstances extérieures, parce qu’ils ne correspondent justement pas à la trame de fond dominante de la vie de la personne. Extériorisés par la personne, ces moments se perdent alors pour n’avoir pas pris une forme langagière, pour n’avoir pas été mis en mots. Ces moments où la personne a réussi à repousser, à éviter, à se dégager, à réduire l’intensité du problème sont précieux pour le thérapeute. Par ses questions, l’intervenant peut guider vers eux le regard de la personne et lui permettre ainsi de reconnaître les grains de sable qui pourront par la suite évoluer pour devenir des histoires signifiantes et se transformer en perles de vie.

32Une deuxième voie consistera à porter une attention particulière aux réactions d’opposition que la personne exprime à l’égard de son problème ; on prolongera le dialogue à partir des expériences de frustration, de déception ou de tristesse qu’elle exprime. Dans toute affirmation, comme le formulait le philosophe Jacques Derrida, il y a « l’absent mais l’implicite ». La personne qui exprime frustration et tristesse, parle certes des manques et des douleurs qu’elle éprouve dans sa vie, mais elle témoigne aussi implicitement de cet absent qu’elle valorise et qu’elle recherche. On peut l’inviter à raconter ce qui a de la valeur pour elle « à l’arrière du problème », à témoigner et à documenter par des anecdotes actuelles et passées cette préférence de vie. Elle pourra ainsi se réassocier à cette alternarration préférée, préférable mais invisible. Par la suite, on l’invitera à poursuivre son histoire en recherchant des modalités accessibles qui iront dans le sens de cette préférence ou pourront correspondre à ce désir.

33La troisième voie est particulièrement utile dans les situations qui ont créé un traumatisme dans la vie d’une personne. Très souvent, dans ces contextes, une seule histoire est narrée, soit celle des effets de l’événement sur la personne, ce qui place souvent celle-ci dans une position de victime. Mais cette version de l’histoire ne révèle alors qu’une demi-histoire : il y manque l’autre partie, celle de la réaction et des actions posées par la personne au moment même où s’est joué le drame. On invite donc la personne à témoigner de cette seconde histoire en lien avec le traumatisme subi : l’histoire de sa réaction et de sa « réponse » à la situation. On pourra possiblement découvrir qu’à côté de l’expérience et de l’histoire de victime, il y a l’histoire d’une personne qui s’est opposée, qui a montré de la résistance, qui s’est protégée ; ces aspects de son comportement restent trop souvent dans l’ombre. Voici un exemple de la « nouvelle narration » d’un événement traumatisant.

Claude était contremaître sur un chantier de construction. Il y a deux ans, un collègue est mort sous ses yeux, happé par un véhicule lourd, un bouteur. Claude est demeuré complètement figé alors que se déroulait le drame. Puis, voyant le bouteur poursuivre sa trajectoire et risquer d’écraser d’autres collègues, il a sauté promptement sur l’engin pour tenter de l’arrêter, alors qu’il ne connaissait rien à la conduite de cette machine, qui risquait de tomber dans un précipice plus loin. C’est un collègue qui, voyant un deuxième drame sur le point de se produire, est monté sur l’engin pour pousser Claude par terre et lui sauver la vie.
Depuis deux ans, Claude est en arrêt de travail ; il est complètement « enfermé » dans cette situation qu’il revit quotidiennement avec grande intensité. Il se blâme sans cesse « d’être resté figé » la première fois, et d’avoir eu par la suite la réaction « complètement folle » de tenter d’arrêter le bouteur, sans connaître les manœuvres appropriées. Depuis l’accident, il a consulté en psychologie ; l’intervenant lui a expliqué qu’il y a deux réactions habituelles à la terreur engendrée par une situation traumatique : soit se figer, soit fuir. Mais cette normalisation de ses réactions lui a apporté peu de réconfort. Claude demeure étranger à lui-même, convaincu qu’il y a quelque chose de déréglé en lui pour avoir eu des réactions si peu adaptées à la situation. Il tente sans cesse de trouver un sens à ses comportements qu’il n’arrive toujours pas à comprendre.
Au cours d’une consultation très significative pour Claude, nous reprenons avec lui le déroulement de l’événement, étape par étape, en lui demandant de façon répétée de décrire et de dire ses réactions à ces moments précis : ce qu’il faisait alors, comment il pensait, comment il répondait à la situation qui se déroulait. Cet angle de questionnement amène Claude à amorcer une autre histoire. Ainsi, pas à pas, dans la première situation, il peut dire qu’il regardait la scène et « analysait » la situation, qu’il « mettait ensemble dans sa tête des éléments invraisemblables » et « cherchait une façon de tirer du sens » des éléments imprévus qui se déroulaient sous ses yeux. D’une histoire de « figement », l’histoire de Claude devient une histoire de réflexion et d’analyse de la situation. En poursuivant la même invitation pour la seconde partie de l’accident, Claude relate qu’il « pensait » alors à tout faire pour sauver d’autres vies, coûte que coûte. Encore une fois, les questions l’invitent à adopter un « regard acteur » et à dire comment il avait réagi dans cette deuxième situation. Ces nouvelles histoires, hautement significatives pour Claude – d’autant plus que les nouvelles interprétations émergeaient de lui et non de suggestions spécifiques de l’intervenant –, l’amènent à se libérer du blâme et des obsessions accaparantes pour son équilibre mental. Il peut maintenant « voir son agir autrement » : au lieu d’avoir été d’abord figé et d’avoir eu par la suite une réaction de folie, il a été très actif durant tout l’accident, en continuité avec ses valeurs d’aide et de secours à porter aux autres.

34Enfin, une quatrième avenue s’ouvre au thérapeute à partir des narrations de prise de position dont nous avons parlé plus haut. En s’appuyant sur les préférences de vie soulignées par la personne, il est possible de demander à celle-ci de prolonger la narration ainsi amorcée en imaginant un futur différent, en accord avec ces préférences exprimées. Cette invitation à décrire un futur où les mêmes contraintes négatives demeurent, mais où elle réussit à agir différemment, ouvre le territoire du possible. Cela lui permet de narrer et de construire d’abord ce monde imaginaire, de le rendre assez vivant et vibrant pour qu’il soit désirable, presque réel même, et rend alors possible l’enclenchement de comportements pour réaliser l’imaginaire ainsi décrit. Bref, un conditionnel qui mène au futur ; un imaginaire qui porte au réel. Ce type d’élaboration d’un futur qui se situe en prolongement d’une narration de prise de position crée alors un lien entre cet avenir et les préférences de vie de la personne, ce qui s’avère important dans la mesure où cette connexion assure une relative distanciation par rapport aux normes sociales et aux autres pressions à se conformer souvent présentes quand la vie de la personne est sous l’emprise d’un problème.

Une histoire densifiée

35Toute histoire racontée a des effets constitutifs : elle construit et soutient sa propre réalité, elle engendre des effets spécifiques dans les comportements de la personne et elle façonne ainsi l’histoire globale que la personne se raconte sur sa propre vie. Si je me laisse imaginer et élaborer de façon détaillée le déroulement de mon prochain week-end, les probabilités sont élevées que ma description et ma rêverie orientent et influencent le déroulement de celui-ci. De même, pour l’étudiante qui anticipe toutes les catastrophes possibles lors d’une présentation orale à venir, il y a de fortes chances que l’anxiété et les écueils appréhendés soient au rendez-vous ; et cette même narration aura par la suite d’autres incidences et d’autres réverbérations sur son « histoire d’identité ». Dans cette perspective, les histoires alternatives disponibles gagneront à être construites, enrichies et soutenues dans le langage pour accéder au statut de « vérité-réalité » ou pour être élevées au statut d’une « histoire officielle » crédible et porteuse d’actions conséquentes.

36Quels critères peuvent alors servir de guides pour favoriser l’amplification d’une narration satisfaisante pour la personne ? Certes, l’élaboration est un élément important : plus je décris, plus j’enrichis mon histoire d’éléments et d’angles et plus je rends réelle cette nouvelle possibilité.

37Mais toute élaboration peut se faire sous différents angles ou sous diverses facettes. Le positionnement offert à la personne par nos questions et le point de vue à partir duquel celle-ci est invitée à raconter son histoire nous apparaissent des plus importants. Plus la personne adopte une perspective d’acteur et de moteur, encouragée à voir, à décrire et à construire sa contribution dans l’histoire, plus elle peut en développer une expérience de maîtrise : nous parlons alors de devenir l’auteur de sa propre histoire. Pour une personne déprimée, une narration qui énonce : « C’était une soirée agréable, les gens étaient sympathiques avec moi et je me suis sentie bien » apparaîtra moins forte qu’une narration un peu différente de la situation : « Même si j’étais hésitante, j’ai initié quelques conversations avec les gens. J’ai constaté qu’ils avaient une réaction sympathique à mon endroit, et ce fut une soirée agréable dans la mesure où, par la suite, j’ai circulé parmi les convives, répondu à quelques sourires et même eu l’idée que je pourrais recommencer la semaine suivante. » Invitée à reconnaître et à narrer sa propre contribution dans le déroulement de la soirée, la personne en change ainsi l’histoire. Ce sera donc notre responsabilité d’intervenant de positionner nos questions d’une façon telle que le second type de narration ait une plus grande probabilité d’être invitée.

  • 4 Bruner présente la distinction entre « territoire d’action » et « territoire de conscience », et M (...)

38Un autre élément de densification pour enrichir la narration s’inspire d’une distinction avancée par le psychologue Jerome Bruner dans Actual Minds, Possible Worlds (1990). Il s’agit d’inviter une double description d’événements de vie, passant du « territoire d’action » au « territoire de signification4 » et vice-versa, favorisant ainsi l’éclairage de chaque type de narration par le reflet de l’autre type. Le premier de ces territoires renvoie à des descriptions de faits, de comportements et d’actions visibles et accessibles à tous, tandis que le deuxième, le territoire de signification, est constitué de l’interprétation, du sens ou des décodages associés à un comportement donné. Le territoire de signification évoque l’expérience vécue par la personne dans une situation, les émotions éprouvées et l’appréciation des actions posées. Il s’intéresse aux liens que la personne peut établir entre ses actions et les rêves, les projets ou les espoirs qu’elle entretient pour sa vie. Dans le territoire de signification, la personne qui consulte peut être invitée également à reconnaître ses qualités et ses habiletés, les valeurs et principes de vie dont témoigne son comportement, les intentions qui ont pu guider consciemment ou inconsciemment ses actions, les thèmes de vie importants auxquels elle associe ses comportements.

39Une narration de faits est une narration monochrome dans la mesure où ce genre d’histoire se limite à connecter entre eux des faits qui se déroulent généralement à l’extérieur de la personne. La narration réduite aux faits, aux actions ou aux comportements garde dans l’ombre les liens privilégiés et les significations que la personne pourrait associer aux événements. Par analogie, la lecture d’un rapport de laboratoire médical s’apparente à une narration de faits, toujours moins stimulante et moins riche qu’un chapitre de roman où sont reliées actions et significations. À l’opposé, une narration racontée uniquement en termes de significations priverait la personne de modalités concrètes et tangibles pour agir sur son environnement. L’histoire et l’impulsion sont là, mais les moyens de les concrétiser resteraient cachés, souvent inaccessibles. Le passage d’un niveau à l’autre et le maillage entre ces deux territoires de description favorisera l’enrichissement réciproque de chacun.

L’histoire de l’histoire

40Dans la façon de raconter nos histoires, plusieurs formes nous sont accessibles et nous sont proposées par l’environnement culturel et social dans lequel nous évoluons. Chaque environnement rend disponible des répertoires langagiers particuliers. Les mots ont une histoire : ils naissent, se modifient, évoluent dans des contextes d’idées particuliers.

41Dans notre univers langagier contemporain, une forme d’expression disponible, fortement privilégiée même, considère que les actions et les comportements d’un individu renvoient à l’essence de son être. Ainsi, les comportements sont fréquemment considérés, compris et énoncés comme un reflet de « ce qu’est » la personne intérieurement, un synonyme de son essence même. Des mots comme « caractère », « personnalité », « déficit », « ressources », « forces », qui jalonnent notre discours, fixent intérieurement la signification des actions ou du ressenti. « J’ai des palpitations » devient « Je suis stressé ». « Il consomme de l’alcool de façon abusive depuis 15 ans » est traduit par « Il est alcoolique et a un tempérament dépendant ». « Elle ose s’opposer à son patron qui la déprécie » se transforme en « Elle est courageuse et affirmative ». « Après un épisode traumatique, il retourne au travail rapidement » se traduit en un « Il est résilient ».

42Ce type de narration, qui fait d’une caractéristique positive ou négative l’essence même de l’être, a des conséquences importantes. Présentées en termes de personnalité, de caractère, de ressources ou de forces, les caractéristiques des actions correspondantes apparaissent alors généralement figées, distancées et sans histoire : elles sont perçues comme ayant plus ou moins toujours existé ou étant une donnée de la nature. La personne peut alors difficilement en retracer le chemin et trouver des modalités qui permettent de les revivifier au besoin. Car le contexte d’idées, d’événements et de personnes qui ont contribué à la situation ne fait plus partie de l’histoire. Par analogie, ce type de narration essentialiste s’apparente à une photographie ; une image fixe contient toujours moins d’information qu’une séquence de film.

43Sans rejeter ce type de narration, qui fait partie de notre répertoire social collectif et qui apporte assurément certains bénéfices, on cherchera plutôt, dans une perspective d’alter-narration, à prolonger les narrations de ce type avancées par la personne, en invitant celle-ci à retracer l’histoire de comportements d’ouverture, tant dans la dimension action que dans la dimension signification. On cherchera à rendre évidents les liens de continuité et la séquence des apprentissages derrière les comportements actuels.

44Ainsi, on invitera la personne à traduire une description plutôt figée d’elle-même en gestes et en comportements : « Je suis courageux, quand j’agis de façon X dans les circonstances Y. » Bâtissant sur ce premier élargissement de la narration, on s’intéressera à d’autres actions et réalisations, à d’autres moments de sa vie qui ont constitué des étapes et préparé le terrain pour de telles actions récentes. Chacune des actions ainsi décrites pourra à son tour renvoyer aux actions qui les ont précédées, montrant la séquence et la continuité des actions et des significations. Dans l’histoire ainsi racontée, les personnes qui ont soutenu de telles actions à différents moments prennent vie, puisque le contexte relationnel des comportements en est un aspect essentiel. De plus, on s’attardera à mettre en lumière la composante intentionnelle de la séquence d’actions décrites, car encore là, dans leurs comportements, les individus sont guidés par des intentions, des valeurs et des principes de vie qui leur sont chers.

45Tout comportement a une histoire et des fondements. Un trait de caractère devenu une façon d’être typique s’est forcément développé dans un contexte d’idées, d’influences et d’agirs. Retracer, autant que faire se peut, la généalogie des actions et des apprentissages qui ont amené la personne à manifester l’ouverture qu’elle présente maintenant donnera soutien, densité et volume à la nouvelle histoire émergente. Par sa narration, la personne en viendra à reconnaître que les comportements d’« être » sont en fait constitués de différents « faire » à diverses étapes de sa vie, et qu’elle peut les relier par un fil conducteur. Ce type de narration « historique » présentera l’avantage, pour la personne qui aurait oublié ou perdu la trace d’un comportement donné, de mieux retrouver, le cas échéant, la séquence des comportements et des liens significatifs associés avec un comportement désiré et de pouvoir ainsi plus aisément le réactiver.

Des narrations interactionnelles et systémiques : « repeupler » la vie des personnes

46Le fait de mettre dans une section distincte l’aspect relationnel et systémique de la narration n’indique pas que cet aspect soit prioritaire en regard des éléments précédemment mentionnés. Mais ce chapitre s’inscrivant dans un livre qui porte sur l’approche systémique, il semble opportun de faire ressortir cette dimension particulière de la narration.

D’une identité individuelle à une identité relationnelle

47Toute narration, aussi individuelle ou privée apparaisse-t-elle, est le résultat et le reflet d’innombrables échanges, interactions et influences qui ont jalonné et qui façonnent la vie de toute personne. Toute voix singulière est nécessairement polyphonique. Pour citer le sociolinguiste russe Mikhaïl Bakhtine : « Toutes les voix individuelles sont extraites de dialogues. » Dans ce sens, nous avons avantage à rendre visibles les personnes derrière les mots et à inviter ces autres voix pour prolonger, soutenir et enrichir les narrations construites par la personne qui nous consulte. Le fait de passer sous silence cette dimension prive cette dernière de ces autres histoires qui sont en partie la sienne et contribue implicitement à son isolement ; par analogie, négliger ces histoires, c’est diriger une symphonie en ne faisant résonner que les instruments à cordes !

48À ce titre, non seulement ces « autres » ont-ils coopéré à l’élaboration de nos histoires, mais ils peuvent contribuer à la nouvelle narration, d’autant plus qu’ils seront souvent concernés, voire touchés, par les changements introduits par la personne qui consulte. Les intervenants qui pratiquent en contexte de thérapie familiale ou d’intervention de réseaux sont avantagés à cet égard dans la mesure où la présence de plusieurs interlocuteurs lors des rencontres les guide habituellement dans cette direction. Par contre, les intervenants en contexte individuel devront être alertes pour rendre présents ces autres dont le contexte de consultation étouffe la voix.

Des invités actuels virtuels

49Pour élargir et amplifier une narration d’identité – territoire de signification – qui s’amorce, on pourra inviter virtuellement des personnes impliquées dans la vie de la personne qui consulte à participer et à contribuer à l’alter-narration. Voici quelques exemples de questions qui vont dans ce sens :

  • « … Et qu’est-ce que votre conjointe a vu de votre comportement cette semaine ? »
  • « Quels premiers indices diriez-vous qu’elle a remarqués ? »
  • « À votre avis, était-elle surprise ? »
  • « Que dirait-elle qui l’a surprise ? Comment l’exprimerait-elle dans ses mots à elle ? »
  • « Quel sens cela avait-il pour elle de vous voir faire ce premier pas ? »
  • « Quels effets, quelles répercussions cela a-t-il produits pour elle ? »
  • « Qu’est-ce que cela a pu modifier de sa perception de vous ? »
  • « Si vous surpreniez une conversation entre votre conjointe et votre fils au cours de laquelle celle-ci témoignerait de ce changement en vous, quelle genre de conversation pourriez-vous entendre ? »

50Tour à tour, ces invités de la vie présente pourront être observateurs ou témoins du changement, réacteurs à l’histoire du changement qui émerge, bénéficiaires des effets de ce changement, passeurs de signification, relayeurs d’histoire de changement auprès d’autres personnes du réseau relationnel de la personne qui consulte, etc. Ces différents invités et ces multiples regards soutiendront forcément la personne dans cette « nouvelle version d’elle-même » qui émerge.

51Par la suite, l’introduction de cette « différence » par la voix de ces invités virtuels pourra même offrir un appui permettant d’élargir ou de faire bifurquer l’histoire vers une autre dimension. Gregory Bateson avançait qu’une information « est une différence qui fait la différence ». Dans cette perspective, les descriptions des invités virtuels offrent un ancrage pour générer de nouvelles informations, de nouvelles histoires :

  • « Vous dites que vos efforts vous ont permis de faire ce pas en avant. Votre conjointe, de votre point de vue, dirait que c’est l’amour des enfants qui vous a amené à agir ainsi. Faites-vous un lien entre ces deux aspects ? Est-ce que ces deux éléments vont ensemble ? Comment ? »
  • « Votre conjointe parle de l’amour des enfants ; de quel genre d’amour diriez-vous que vous avez témoigné envers eux cette semaine ? Et de quel genre d’amour des enfants votre conjointe dirait-elle que vous avez fait preuve ? »

Des « voix de jadis »

52Autant les narrations peuvent être négociées et soutenues par les personnes qui nous entourent actuellement, autant elles peuvent renvoyer à d’autres relations significatives qui peuvent être réveillées, recréées ou créées.

  • « Vous dites que vous êtes déterminé ; qui, dans le passé, a pu contribuer à cette détermination d’aujourd’hui ? »
  • « Qui vous a connu et pouvait soupçonner que vous feriez preuve dans le futur de détermination ? Qu’est-ce que cette personne voyait alors en vous qui pouvait la laisser deviner que vous deviendriez déterminé ? »
  • « Pouvez-vous me raconter des anecdotes de votre relation avec cette personne qui illustrent cet aspect tel qu’il se manifestait alors ? »
  • « Si votre grand-mère était encore vivante et pouvait voir aujourd’hui cette évolution dans votre vie, qu’apprécierait-elle de vous ? »
  • « Et quels aspects de vous, tel que vous êtes aujourd’hui, pourraient enrichir l’image qu’elle a gardée de vous dans le passé ? »
  • « Y a-t-il d’autres personnes importantes que vous n’avez pas personnellement connues, des héros ou des modèles qui ont pu vous inspirer d’une certaine façon à prendre la voie de la détermination ? »

53Vues dans cette perspective, même nos relations passées ne sont jamais terminées. Elles sont toujours accessibles à la reconnexion, elles sont toujours ouvertes à la réécriture. Ainsi, nous « portons » nos relations « à tous les temps » et nous avons la possibilité de les figer comme de les remanier. Tout est dans la narration, disions-nous.

Des liens et des relations à poursuivre

54Une extension vers le futur, l’effet sur des personnes de l’entourage exploré tant en termes de comportements que de significations, et même les « effets des effets » sur d’autres personnes de deuxième ligne, contribueront à supporter par anticipation l’« histoire de l’affirmation » qui émerge. Et puisque la narration construit la réalité, comme nous le soulignons depuis le début, la probabilité que le futur soit à l’image du présent imaginé se trouve grandement rehaussée. L’histoire fait l’histoire, en quelque sorte.

  • « Qui pourrait, d’après vous, être touché par ces nouveaux comportements et en bénéficier ? »
  • « Imaginons que cette affirmation de vous-même se poursuive dans le temps, comment cela pourrait-il se manifester dans votre vie dans six mois ? »
  • « Est-ce qu’on parlera encore d’affirmation, ou y aura-t-il de nouveaux mots pour nommer ce comportement ? »
  • « Vous dites : assurance et détermination. Qui pourrait être affecté par cette assurance et cette détermination ? »
  • « Vous dites que votre fils pourrait s’en trouver sécurisé et qu’il serait plus apaisé et confiant. Pouvez-vous imaginer les effets de cette sécurité et de cet apaisement pour les amis de votre fils ? Comment, dans leur vie, le fait d’être en contact avec votre fils sûr de lui et apaisé se manifestera-t-il ? »

Invités virtuels et témoins réels

55La frontière plus mince entre invités virtuels et invités réels ne doit pas priver l’intervenant, placé dans un contexte de consultation individuelle, d’inviter ou de relier « réellement » la personne à des membres de son entourage. Le contexte thérapeutique contemporain, avec ses règles d’intimité et de confidentialité, offre des bénéfices évidents, mais entraîne aussi des limites. Il protège la personne qui consulte, mais il l’isole également. Il offre un espace privilégié d’accueil et de soutien à la personne aux prises avec des problèmes qui la marginalisent, mais pour ce faire, il la prive aussi d’une forme de soutien en la coupant de ses liens usuels et en individualisant souvent les difficultés racontées.

56Attentif à ces effets, même dans un contexte de consultation individuelle, on pourra par exemple inviter ponctuellement des amis, des membres de la famille, des personnes ayant déjà été accaparées par un problème similaire à participer à une ou à plusieurs rencontres de consultation, avec l’assentiment, bien entendu, de la personne concernée. Selon le contexte, la personne qui consulte pourra être, pour un moment, positionnée en auditeur alors que l’intervenant discutera avec l’invité de certains aspects de l’histoire qu’elle raconte, en invitant dans un second temps la personne à s’appuyer sur des éléments du témoignage de l’invité pour poursuivre et amplifier sa propre narration. À l’inverse, dans d’autres contextes, ces personnes invitées pourront agir comme témoins directs d’un échange entre l’intervenant et la personne qui consulte, pour venir ensuite à l’avant-scène et faire part des réverbérations que la narration a engagées pour elles. Michael White parle de « cérémonies définitionnelles » pour décrire ce type d’invitation et de participation.

57Il pourra aussi s’avérer utile de soutenir la personne dans un projet de « campagne de lettres » destiné à témoigner de sa nouvelle « histoire d’identité » auprès des personnes significatives de son entourage.

58De même, on peut inviter la personne, au terme d’une séquence de consultation, à rédiger un témoignage faisant part de son histoire de changement. Ce document d’archive, conservé par l’intervenant, pourra être accessible à d’autres personnes qui sont aux prises avec une histoire de problème analogue, ce qui leur offrira alors le soutien d’un puissant témoin invisible.

59Enfin, on peut aussi encourager la personne à se joindre à des groupes de soutien ou à des « ligues » qui poursuivent collectivement des actions de lutte et d’opposition contre des problèmes donnés et leurs diverses manifestations sociales. Mentionnons, à titre d’exemple, la création de ligues anti-anorexiques ou de groupes anti-intimidation dans les écoles, mis sur pied par des intervenants narratifs travaillant dans des contextes communautaires.

60La liste des façons de faire relationnelles qui visent à étendre l’histoire d’identité d’une personne peut s’allonger à l’infini. Les invités peuvent être nombreux, les réflexions et observations de chacun peuvent être multidimensionnelles. Et à chaque occasion, chacun de ces invités, présents ou à distance, sert de tremplin et de « porteur de mots » pour un individu, contribuant ainsi à la construction de sa nouvelle histoire. Ainsi, nombre de personnes contribuent collectivement à soutenir une nouvelle identité, en favorisant l’évolution d’une histoire d’identité plus relationnelle et plus largement appuyée.

61L’espace psychologique contemporain privilégie un « Je » individualisé, voire opposé à un « Nous » collectif indifférencié. Les histoires tissées sous ce mode de « Je » peuvent certes être appréciées et valorisées, mais peut-être sont-elles aussi plus fragiles, dans la mesure où elles isolent les gens et les fragilisent un peu plus en masquant l’aspect relationnel. Entre les histoires au « Je individualisé » et les histoires au « Nous collectif indifférencié », n’y aurait-il pas une place pour un « Je en relation » ?

Le rôle de l’intervenant : un « allumeur » de narrations

62Plusieurs « narrations de réalité » peuvent exister pour dire les mêmes événements. Et dans tout dialogue, il y a les narrations de l’un et il y a les narrations de l’autre, qui s’influencent dans les deux sens. À cet égard, dans les dialogues « thérapeutiques », nous avons grand avantage, à titre d’intervenant en relation d’aide, à demeurer conscient et vigilant quant aux narrations que nous invitons par nos questions et que nous soutenons par nos commentaires, et quant aux directions d’élaboration que nous proposons à la personne qui nous consulte. Puisque la réalité est construite et maintenue par et dans le langage, autant surveiller le nôtre et « prendre soin » des façons dont nous encourageons et relançons les histoires qui nous sont racontées.

63Invité dans la vie d’une personne qui nous consulte, nous avons la responsabilité d’être attentif aux « pratiques de pouvoir » présentes dans nos réparties. Un telle conscience et vigilance permettront d’abord à la personne qui fait appel à nous d’être, le plus possible, le premier auteur de ses histoires. Elles permettront aussi de ne pas reproduire, malgré soi, ces pratiques de pouvoir qui rétrécissent si souvent le territoire narratif ouvert à la personne en lui proposant des « narrations de normalisation » socialement valorisées.

64À cet égard, l’intervention par mode de questionnement sera privilégiée. Toute question offre un espace de liberté et de créativité à la personne pour « y mettre du sien » dans sa réponse. Certes, il y a toujours une influence et une direction portées par la question elle-même, mais il y a aussi une place pour la réserve et la retenue. Et, par ailleurs, si ma créativité d’être humain et d’intervenant m’amène à affirmer et à proposer des pistes spécifiques, je voudrai m’assurer de solliciter franchement une réaction à ces propositions et d’être à l’écoute de l’opinion et de l’adhésion de la personne à la direction proposée. La personne doit toujours demeurer le maître d’œuvre de son histoire. D’où l’allure de « conversation thérapeutique », plutôt que d’intervention thérapeutique, qui caractérise l’approche narrative.

***

65Par nos mots, par nos narrations, nous tentons toujours de nous approcher de la réalité. Dans la succession des générations de « parlants » que nous sommes, nous nous sommes dotés d’un vaste répertoire de mots et d’histoires de significations pour exprimer nos joies, pour construire nos villes, pour coordonner notre travail en équipe, pour perfectionner nos outils informatiques, pour décrire nos amours et l’odeur des plats qui mijotent, pour guérir nos maladies.

66Mais aucun de nos mots, aucun agencement de nos mots, aucune histoire de mots n’atteindra cette perfection qui permettrait à une personne d’affirmer qu’elle saisit la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité de la réalité qu’elle observe. Cette limite de la parole – ou cette ouverture à la création, selon l’angle sous lequel on considère la question – ne signifie pas que toutes les histoires se valent. Car si nos histoires ne saisissent pas totalement la réalité, elles créent souvent la réalité qu’elles nomment. C’est le grand défi qui s’offre à notre éthique et à notre responsabilité d’intervenant d’inviter des histoires de dignité, d’encourager des histoires tendant vers le mieux-être et de susciter des histoires de mieux-vivre. D’où notre préférence pour :

  1. des histoires de possibilités et de compétences ;
  2. des histoires construites conjointement avec la personne qui consulte : des histoires composées, plutôt qu’imposées5. En effet, si plusieurs histoires peuvent se dire, pourquoi l’histoire introduite par l’intervenant devrait-elle avoir préséance, prétendre à la vérité, occuper tout l’espace ?
  3. des histoires élaborées, densifiées, reliées les unes aux autres, qui assureront la crédibilité et la consistance d’une nouvelle « histoire officielle ». L’être humain est un fabriquant de sens et une histoire « panoramique » offrira toujours plus d’intérêt qu’une histoire monochrome ou monocorde ;
  4. des histoires d’identité ou de sens de soi qui, dans notre monde contemporain et dans les histoires psychologiques de ce monde, ont souvent une « valeur de réalité » plus grande que d’autres formes d’histoires. Encourager des narrations qui prennent cette direction est d’une très grande utilité pour les personnes qui consultent et construisent leur histoire personnelle ;
  5. des histoires relationnelles, systémiques et évolutives, qui enrichissent l’intensité du « Je ».

67Bref, il faut inviter à écrire des « histoires à vivre debout », plutôt que de se contenter « d’histoires à dormir debout ».

Bibliographie

Suggestions de lecture

Freedman, Jill et Gene Combs (1996), Narrative Therapy: The Social Construction of Preferred Realities, New York, Norton.

Gergen, Kenneth J. (2005), Construire la réalité. Un nouvel avenir pour la psychothérapie, Paris, Éditions du Seuil.

McNamee, Sheila et Kenneth J. Gergen (dir.) (1992), Therapy as Social Construction, Londres, Sage.

Morgan, Alice (2000), What is Narrative Therapy? An Easy-to-read Introduction, Adelaïde, Dulwich Centre Publications.

Payne, Martin (2000), Narrative Therapy. An Introduction for Counsellors, Thousand Oaks, Sage.

White, Michael et David Epston (1990), Narrative Means to Therapeutic Ends, New York, Norton (traduction française : Les moyens narratifs au service de la thérapie, Bruxelles, Satas, 2003).

White, Michael (2007), Maps of Narrative Practice, New York, Norton (traduction française: Cartes des pratiques narratives, Bruxelles, Satas, 2009).

Zimmerman, Jeffrey L. et Victoria C. Dickerson (1996), If Problems Talked: Narrative Therapy in Action, New York, Guilford.

Notes

1 Cette analogie a été développée par Berger et Luckmann dans leur célèbre ouvrage The Social Construction of Reality (1966) et reprise par Freedman et Combs (1996).

2 Le terme est de Sheila McNamee et Kenneth J. Gergen.

3 Le philosophe Michel Foucault, entre autres, a largement étudié ces mécanismes d’influence.

4 Bruner présente la distinction entre « territoire d’action » et « territoire de conscience », et Michael White a reformulé ce second concept en « territoire d’identité » ; à mon tour, je reprends le concept avec l’expression « territoire de signification ».

5 La formule est empruntée à David Paré.

Auteur

André Grégoire est psychologue clinicien à Montréal. Il est cofondateur avec Josée Lamarre du Centre de psychothérapie stratégique, et anime régulièrement des sessions de formation au Québec et en Europe. Il s’est particulièrement intéressé, ces dernières années, aux apports de la thérapie narrative, consacrant ses efforts à construire un pont entre cette perspective et l’approche orientée vers les solutions.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search