Version classiqueVersion mobile

L'approche systémique en santé mentale

 | 
Louise Landry Balas

7. La psychothérapie orientée vers les solutions

Josée Lamarre

Texte intégral

1J’ai une vision artisanale de la profession de psychologue : celle du travail bien fait, utile. Si j’ai voulu devenir psychologue, c’est pour aider des gens à vivre de façon plus satisfaisante. C’est en voulant me rendre utile aux personnes qui venaient me consulter que j’ai été poussée à chercher les meilleurs outils pour perfectionner mes habiletés thérapeutiques.

2J’ai d’abord été attirée par la psychanalyse, car Freud a su apporter une compréhension très structurée du fonctionnement du psychisme humain. Comme j’ai fait mes études de psychologie en France, j’ai été immergée dans cette approche. Rentrée au Québec, j’ai pu trouver un travail dans un centre expérimental pour jeunes mésadaptés socioaffectifs, où chaque module se donnait comme mission de chercher de nouvelles applications de son approche clinique adaptées aux besoins de cette clientèle. J’avais la chance d’être responsable d’un module destiné aux jeunes filles, et d’y chercher des applications de la psychanalyse susceptibles de leur venir en aide. J’ai pu former une équipe très enthousiaste et dévouée à ce travail. Bien que la psychanalyse, et surtout les travaux de Françoise Dolto et de Maud Mannoni, m’ait donné des outils de compréhension et des pistes d’interprétation intéressantes, j’ai dû reconnaître que je manquais de ressources pour intervenir auprès des familles des jeunes filles. En effet, quand elles retournaient chez elles, pour une fin de semaine ou définitivement, les parents réagissaient souvent négativement par rapport à elles (rejets, reproches, jugements, etc.). Je me suis alors mise à la recherche de nouveaux outils d’intervention clinique.

3C’est ainsi que j’ai découvert un livre surprenant qui venait d’être traduit en français : Changements, paradoxes et psychothérapie de Paul Watzlawick, John Weakland et Richard Fish (1975). On y parlait d’une approche systémique, brève et paradoxale. Les interrelations familiales y étaient bien expliquées et j’y ai trouvé des éléments d’explication qui ont éclairé ce que j’observais dans les rapports familiaux de mes jeunes pensionnaires. Bien que les idées m’aient semblé séduisantes, j’avais des objections d’ordre clinique. Il faut reconnaître qu’il y avait de l’audace à faire une prescription de symptômes dans le but de provoquer un effet paradoxal et de pousser le client à s’opposer à la reproduction de ces symptômes. Par ailleurs, la rapidité de l’impact de ces interventions américaines me paraissait suspecte. Je les soupçonnais d’être inaptes à atteindre en profondeur les perturbations de mes clientes, et je craignais que les améliorations notées ne soient que temporaires et superficielles.

4À l’époque, je consacrais une soirée par semaine à des consultations en pratique privée. L’une de mes clientes, âgée de 65 ans, me demanda alors de l’aider à mieux vivre les années qui lui restaient. Elle souffrait d’un sentiment de culpabilité qui remontait au moment où, à l’âge de cinq ans, elle avait été surprise par son père en flagrant délit de nudité alors qu’elle jouait au docteur avec son cousin. Son père avait fait une énorme colère à ce sujet. Pour ajouter à son sentiment de culpabilité, son père était mort quelques mois plus tard. Pendant plusieurs années, elle avait essayé par diverses approches de se libérer de ce sentiment. Sans résultat. Je me suis dit que j’avais là une belle occasion d’essayer une approche brève et que cette cliente n’avait rien à perdre dans cette tentative. Après tout, elle avait déjà entrepris en vain des démarches de style analytique. Je me suis donc risquée, après de longues réflexions, à lui suggérer une prescription de symptômes.

5Voyant qu’elle acceptait de se faire traiter par son mari et ses fils adultes comme si elle était à leur service, j’ai pensé qu’elle cherchait dans ces rapports l’expiation de la faute dont elle se sentait coupable. Ma prescription de symptômes a donc été la suivante :

Vous semblez, depuis de nombreuses années, vouloir expier la faute dont vous vous sentez coupable à l’égard votre père, mais votre système d’expiation n’a pas l’air de bien fonctionner parce que vous vous sentez encore coupable soixante ans plus tard. Alors, je vais vous en suggérer un autre. Dorénavant, j’aimerais qu’à partir de votre lever, vous fassiez ce que vous voulez faire et que vous refusiez de faire ce que vous ne voulez pas faire. Cependant, si à un moment de la journée, vous ne faites plus cela, c’est-à-dire que vous vous trouvez à faire ce que les autres veulent que vous fassiez même si vous ne le voulez pas, je vous recommande pour le reste de la journée d’être complètement à leur service et je vous interdis de faire ce que vous, vous voulez faire.

6Inutile de dire que ma cliente fut surprise de cette tâche et que j’avais hâte de savoir ce qui se passerait. La semaine suivante, elle est venue à son rendez-vous. Elle m’a dit qu’elle n’avait pas fait ce que je lui avais recommandé. Au contraire, elle avait annoncé à son mari qu’elle voulait suivre des cours de piano avec l’argent qu’il lui donnait pour aller en thérapie. De plus, elle était allée s’inscrire comme bénévole au CLSC de sa région pour s’engager auprès de sa collectivité, estimant que les gens dont elle s’occuperait apprécieraient mieux ses soins que son mari et ses fils. J’étais sidérée de constater un tel changement de position. Il n’était plus question de vaincre le sentiment de culpabilité, mais de mettre en place de moyens de profiter de la vie, sans culpabilité ! Ce à quoi j’étais en train d’assister s’appelle en thérapie brève l’effet spirale (swirl effect), soit l’amplification d’un premier changement par l’impact qu’il produit, et qui en provoque un autre, et ainsi de suite. C’est pourquoi un petit geste comme devenir bénévole au CLSC risque de produire des ondes d’estime de soi qui amèneront cette dame à se voir sous un jour plus positif, à cesser d’accepter certains comportements méprisants et à consolider son estime d’elle-même.

7Six entrevues pour aider quelqu’un à se libérer d’une culpabilité vieille de soixante ans, c’est le genre d’efficacité qui m’intéressait. Bien que cela représentait un énorme changement dans la compréhension du fonctionnement humain et de l’intervention clinique, je n’ai pas hésité à aller me former à cette approche de psychothérapie brève stratégique, bien connue sous le nom d’école de Palo Alto.

8La psychothérapie orientée vers les solutions, aussi appelée psychothérapie centrée sur les solutions, a vu le jour quelques années plus tard. Je m’y suis intéressée en pensant y trouver le perfectionnement de ce que je faisais déjà, mais j’y ai plutôt découvert une tout autre façon de voir le client et le travail que je devais faire pour l’aider.

9La plus grande différence entre ces deux vagues de psychothérapie brève est que la psychothérapie orientée vers les solutions cherche à élaborer des solutions avec les clients, tandis que la psychothérapie de Palo Alto, dite systémique et paradoxale, tente de résoudre leurs problèmes. La nuance est de taille : la conversation qui se tisse avec le client portera sur des aspects très différents de la situation.

10En effet, pour résoudre un problème, on doit connaître en détail le pattern problématique afin de pouvoir y introduire un élément qui fera bifurquer les interactions vers une situation plus souhaitable. Par contre, quand le thérapeute orienté vers les solutions veut élaborer des solutions avec ses clients, il doit prêter attention, tout au long de la conversation, aux objectifs qu’ils poursuivent et aux ressources qu’ils utilisent ou ont utilisées pour surmonter, au moins en partie, leurs difficultés. La relation avec le client s’en trouve profondément modifiée. Elle devient une relation de co-création avec un client considéré comme un expert de sa situation, plutôt qu’une relation d’aide où le thérapeute est le spécialiste capable de recommander une nouvelle manière de penser ou d’agir. Ces deux courants de thérapie brève partagent cependant une vision commune de l’être humain basée sur deux principes fondamentaux, systémiques et constructivistes, tout en s’attachant à des aspects différents, ce qui donne lieu à des pratiques thérapeutiques distinctes.

11Pour ma part, j’ai préféré recourir à la psychothérapie orientée vers les solutions, dont la mise en application est plus simple, puisqu’on y utilise les moyens et les ressources du client plutôt que de lui demander de faire le contraire de ce qu’il est habitué de faire. En outre, j’apprécie la relation d’égalité qui est établie avec le client, car les solutions viennent de lui, notre rôle étant de les mettre en lumière. C’est ce qui m’a poussée à pratiquer et enseigner cette approche.

Les origines

12La psychothérapie brève orientée vers les solutions a été élaborée par Steve de Shazer, Insoo Kim Berg et leurs collègues du Brief Family Therapy Center (BFTC), à Milwaukee, à partir de la fin des années 1970. Elle constitue une deuxième vague en psychothérapie brève, après celle de Palo Alto, élaborée entre autres par John Weakland, Richard Fish et Paul Watzlawick, au Mental Research Institute (MRI), dans les années 1960.

13Ces deux écoles se réfèrent aux travaux sur la communication de Gregory Bateson (1904-1980), anthropologue, et à l’approche clinique de Milton Erickson (1901-1980), psychiatre.

Principes fondamentaux

L’approche systémique

14La théorie systémique élaborée par Gregory Bateson et les chercheurs-thérapeutes qui l’ont entouré à Palo Alto ont apporté au champ de la psychothérapie une perspective nouvelle qui prend en considération les aspects interactionnels d’une situation humaine au-delà des aspects intrapsychiques, jusque-là considérés comme point d’impact et de réflexion des psychothérapies. C’est un changement d’orientation fondamental pour la psychothérapie : au lieu d’étudier l’homme en tant qu’individu isolé de ses semblables et de tenter de le décrire et de diagnostiquer sa pathologie selon des caractéristiques intrapsychiques (ses défauts, lacunes, conflits intérieurs), on étudie le contexte interactionnel dans lequel s’est élaboré et maintenu son problème (son ouverture ou sa fermeture, les règles qui le régissent, ses aspects évolutifs et créatifs). Au lieu d’expliquer le changement thérapeutique comme le résultat d’un changement interne de l’individu (perception, compréhension, émotion), on le conçoit comme le résultat d’un changement dans le système de comportement interactionnel, dans les relations interpersonnelles. L’unité de base de l’intervention thérapeutique n’est plus le seul individu qui présente un problème, mais bien tout le système dans lequel il s’inscrit.

15La psychothérapie brève orientée vers les solutions va au-delà de la recherche du pattern du problème : elle tente de repérer dans le système du client certains moments où il se sent mieux, où son problème est absent ou moins intense. Ce sont les moments d’exception. En mettant en évidence ces trop rares moments de bien-être, le thérapeute cherche à déterminer comment le client s’y prend pour produire ou favoriser ces moments qui contiennent la clé de ses propres solutions. Or, comme ces solutions font déjà partie de la vie du client, il ne lui semble pas très difficile de les utiliser à plus grande échelle, afin d’atteindre les objectifs qu’il se fixe.

16Quel que soit le problème dont souffre une personne, il y a des moments de répit pendant lesquels l’intensité ou la fréquence du problème est moindre. Il est impossible pour un être humain de vivre à la même intensité, jour et nuit, les symptômes qui le perturbent. Il y a des moments où la situation est plus douloureuse et d’autres où elle l’est moins. La plupart des gens connaissent bien les circonstances aggravantes de leur état, mais peu d’entre eux sont attentifs à celles qui sont liées à l’allégement de leurs souffrances. Comme ces moments sont rares ou fugaces, il arrive souvent qu’ils soient méconnus ou qu’ils passent inaperçus. Pour que ces moments prennent tout leur sens, il faut attirer l’attention sur eux. C’est le rôle du thérapeute d’éclairer ces recoins oubliés où de véritables trésors peuvent être mis à jour.

17Le thérapeute met en évidence les composantes systémiques qui entrent en interaction dans les moments agréables plutôt que celles qui agissent dans les moments pénibles. Les mêmes questions d’approfondissement qui servaient à élaborer le scénario du problème permettent maintenant de mettre au point le scénario des moments exceptionnels, ceux où ça va mieux, même s’ils sont très rares. On est surpris de voir qu’une fois guidés dans cette voie, les clients sont en général capables de trouver de tels moments. Par ailleurs, le fait d’en constater l’existence réconforte énormément le client et lui redonne l’espoir dans une vie meilleure. De plus, cette exploration du versant sain de la personne révèle des pistes intéressantes susceptibles de donner lieu à des façons plus efficaces d’interagir dans le système même du client. Les changements seront plus faciles à intégrer, car ils ne seront pas des corps étrangers à greffer.

18En contexte systémique, la psychothérapie est un processus de changement dans le système de vie du client. Le changement recherché par le client pour atteindre une meilleure qualité de vie devient l’objectif de la thérapie. L’entrevue thérapeutique est vue comme une conversation entre un client et un thérapeute, où ce dernier aidera le premier à préciser ses objectifs et à mettre en lumière les habiletés et les ressources dont il dispose pour les atteindre. La visualisation de l’avenir souhaité, en précisant les divers éléments qui composeront le nouveau système et les patterns interactionnels différents, permet au client de clarifier ce qu’il veut voir arriver dans sa vie et de rendre son projet accessible. Des échelles de développement traduisent de façon concrète les étapes à parcourir dans la direction choisie et fournissent un encouragement en mesurant la progression du projet.

L’approche constructiviste

19La psychothérapie brève orientée vers les solutions, tout comme l’approche de l’école de Palo Alto, a pour base épistémologique le constructivisme. Si l’on veut bien saisir le virage et les nouvelles « réalités » révélées par les psychothérapies stratégiques, il faut les envisager à la lumière de ce cadre de référence selon lequel la réalité ne préexiste pas à l’observation ; elle est subjective, voire arbitraire, et construite dans les échanges humains, sous forme de modèles, de cartes, de paradigmes. On trouve les sources des idées de cette école de pensée principalement dans les travaux d’Alfred Korzybski (1879-1950), de Ludwig von Bertalanffy (1901-1972), de Gregory Bateson et de Heinz von Foerster (1911-2002).

20Ainsi, il n’est pas possible de décrire une réalité indépendamment de l’observateur. On ne peut séparer ce qui est décrit de celui qui en fait la description. Il n’existe pas de réalité objective que tout observateur peut percevoir. Celui qui perçoit apporte son point de vue, qui peut être le produit d’aspects biologiques, personnels, familiaux, sociaux, circonstanciels, culturels, etc. Bateson explique dans La nature et la pensée que tous ces aspects amènent l’observateur à « ponctuer » la réalité qu’il perçoit. À la manière de Korzybski, on peut comparer la perception de la réalité à la carte qu’on peut faire d’un territoire. Cette carte sera influencée par les choix de l’observateur, selon qu’il s’intéresse, par exemple, aux hôtels, aux sentiers de randonnée ou aux lieux historiques d’un pays. Tous ces éléments sont vrais, mais il faut savoir trouver la carte la plus appropriée aux besoins du voyageur, sachant que nous n’observerons jamais que la carte, et non le territoire.

21Les retombées du constructivisme sur la pratique de la psychothérapie sont multiples. Dans ce cadre de pensée, on constate que les problèmes humains sont dus bien souvent à la croyance qu’ont les gens qu’il n’existe qu’une réalité et qu’une vision de celle-ci (la leur), et que si les autres voient les choses différemment, c’est qu’ils sont ou bien fous ou bien méchants. Le rôle du thérapeute, dans une perspective constructiviste, est de construire des réalités autres en adoptant un point de vue différent de celui du client. Pour l’être humain, cette modulation de la réalité devient possible grâce au langage et à la parole. Le recadrage se présente ici comme la possibilité de présenter une nouvelle vision d’une situation vécue par le client, qui l’aide à réagir différemment dans ses gestes comme dans ses émotions. Le constructivisme fait prendre conscience de l’importance de rechercher activement avec le client les moments d’exception de son problème et les moyens qu’il utilise pour y échapper, et de travailler avec lui à une visualisation d’avenir afin de changer sa perception de la situation et d’étendre le champ des possibles. Le thérapeute participe à la construction d’un monde d’expérience. Il ne peut être un observateur désincarné d’une situation objective qui peut être estimée et évaluée impartialement.

22La construction de solutions oriente la conversation du thérapeute avec son client, interaction après interaction, vers les secteurs plus agréables de la vie du client, les moments d’échappée et les projets d’avenir, plutôt que vers la description méticuleuse de tous les détails problématiques. Cette tangente dans la conversation doit être maintenue en toute empathie, au rythme du client. Puisque la réalité se construit dans l’interaction entre les humains, le thérapeute s’efforce d’épauler le client dans la création d’une réalité plus encourageante par la mise en valeur des aspects les plus sains de sa vie. En l’aidant à visualiser dans le détail sa vie telle qu’il la souhaite, il suscite une altération des présuppositions qui guident le client, tandis que ce dernier commence à prendre en considération les territoires de sa vie qui échappent à son « problème ». Le thérapeute, pour sa part, décèle de plus en plus aisément les forces et les ressources de ses clients. Cet échange a donc pour effet de redonner espoir et énergie aussi bien au client qu’au thérapeute.

23En psychothérapie brève orientée vers les solutions, ces principes généraux, systémiques et constructivistes se traduisent principalement de trois manières, soit par la visualisation de l’avenir, par l’utilisation des forces et des ressources du client et par une relation de co-création de solutions entre le psychothérapeute et le client.

Visualisation d’avenir : systémique des solutions projetées

24La vie de l’être humain repose sur trois temporalités : le passé, le présent et le futur. La zone temporelle la plus exploitée à ce jour dans les méthodes psychothérapeutiques est le passé et son influence sur le présent. Cependant, bien qu’il ne fasse aucun doute que le passé, dans ses aspects positifs comme négatifs, influence, affecte et oriente le présent, d’autres influences sont également à prendre en compte. L’entourage, le conjoint, les enfants, le contexte socio-économique, l’emploi et le patron peuvent jouer un rôle tout aussi important, sinon plus, dans l’état émotionnel d’une personne. L’importance de l’influence du présent a été mise en évidence par les approches behaviorales (les comportements), humanistes (les émotions), de même que par les approches systémiques et stratégiques (les interrelations, le contexte qui alimente le problème).

25La psychothérapie orientée vers les solutions a montré combien il importe, dans le processus de changement, de travailler à affermir la vision d’un avenir satisfaisant, tel que désiré par le client. L’effet de cette visualisation sur l’issue de la thérapie est fondamental, selon les observations des « solutionnistes ». Le futur verbalisé et visualisé aspire vers l’avant comme un aimant qui attire vers l’avenir. Il empêche le passé négatif d’interférer entre le client et son projet de bien-être futur et il nourrit la vision d’un futur attirant et réaliste qui se démarque de l’avenir sombre anticipé auparavant. La construction de la visualisation claire d’un avenir situé dans une période où le client sera libéré du problème qui l’accable aide celui-ci à espérer que les choses changent. Or, l’espoir influence ce qu’il fait et contribue à son cheminement vers le futur souhaité.

26La visualisation d’un avenir sans le problème ne doit pas être confondue avec une pensée positive qui minimise le vécu des clients et teinte la vie en rose bonbon. Tout en reconnaissant la gravité de la situation du client, le thérapeute cherche à savoir ce que le client aimerait faire de différent de sa vie, à partir de sa situation actuelle. On construit avec lui un pont vers l’avenir, grâce à des échelles de changement qui lui permettent de prendre conscience des progrès accomplis, ce qui lui donne confiance dans ses capacités de continuer à avancer vers son futur désiré. En plus de situer le client dans la voie du changement, les échelles l’aident à voir ce processus comme une série de petites étapes à franchir, une perspective plus encourageante et plus accessible. Le client réussira plus facilement à atteindre un objectif modeste, qui le motivera à poursuivre son cheminement. En mettant en évidence les réussites, les forces et les ressources du client, le thérapeute contribue à faire renaître l’espoir et la capacité de rêver.

Retrouver l’espoir et la possibilité de rêver

27Les clients nous consultent généralement pour se plaindre d’un problème qui les accable. Ils ne voient plus que ça dans leur vie. Il leur semble qu’ils n’ont vécu jusque-là que misère, et que l’avenir ne leur apportera pas grand-chose. Une partie importante du travail thérapeutique est d’aider les gens à retrouver leurs rêves, l’espoir de vivre mieux et la vision d’une vie porteuse de sens et de satisfaction, pour faire en sorte qu’ils recouvrent l’énergie requise pour réaliser ces rêves.

28Comment aider le client à retrouver l’espoir en un avenir meilleur ? Certainement pas en minimisant ce qui lui arrive ou en lui promettant que la vie sera toujours merveilleuse. Il faut d’abord le rejoindre dans sa vision du monde et lui montrer notre empathie pour toutes ses difficultés, douleurs et malheurs, en veillant à ne pas les nier. Mais cela ne doit pas nous empêcher d’introduire des questions qui présument d’un meilleur avenir, en abordant avec lui ce qu’il recherche comme changement dans sa vie. Quand nous demandons à quelqu’un « Qu’est-ce que vous aimeriez changer ? », « Comment saurez-vous que ça valait la peine d’être venu me rencontrer ? » ou « Comment saurez-vous que vous allez mieux ? », nous l’aidons à passer d’une plainte à un projet et nous lui indiquons la direction vers laquelle tend notre travail. Nous présumons qu’il nous consulte pour changer quelque chose dans sa vie, pour y apporter une amélioration importante.

29Il est parfois difficile de percevoir ce que le client recherche dans une consultation au simple exposé de ses difficultés. Si nous n’aidons pas le client à préciser le scénario de sa vie lorsque les problèmes en seront absents, nous risquons de projeter sur lui les objectifs que nous voudrions atteindre nous-mêmes si nous étions dans la même situation. Il importe donc de ne pas se précipiter vers la résolution d’un problème, mais d’en venir le plus rapidement possible à ce que le client veut changer.

30J’en ai eu la démonstration avec un client qui, lors de son premier rendez-vous, s’est mis à m’exposer tous les malheurs qui le frappaient – le risque de perdre sa maison dont il n’avait pu payer l’hypothèque depuis quelques mois à cause de la maladie de sa femme, les dépenses excessives de sa fille qu’il devait rembourser, etc. Heureusement que je lui ai demandé ce qu’il attendait de notre rencontre : il m’a répondu qu’avec 50 000 $, il pourrait se tirer d’affaire. Imaginez ma surprise ! Quand je lui ai demandé ce qui lui faisait croire que j’offrais ce genre de services, il m’a expliqué qu’un collègue à qui il se plaignait de ses problèmes lui avait recommandé de demander du soutien au programme d’aide aux employés (PAE) pour obtenir des conseils financiers. Malheureusement, son employeur n’avait pris auprès du PAE que l’option psychothérapie, raison pour laquelle il était venu me consulter. L’entrevue s’est alors orientée vers l’empowerment de cet homme, qui avait déjà dans sa vie surmonté de telles périodes de crise. Nous avons fait le tour de toutes les ressources dont il avait déjà usé pour se débrouiller.

31Il est important d’examiner les projets d’avenir du client en détail (gestes, paroles, pensées) pour en éliciter les contextes et mettre en évidence la circularité et la réciprocité entre le client et son entourage. On demande par exemple : « Comment les autres vont-ils s’apercevoir que vous êtes responsable ? », « Comment votre famille saura-t-elle que vous pouvez sortir de l’hôpital psychiatrique ? » On peut travailler de la même manière avec les aspirations collectives, que ce soit celles des familles, des couples, des employés, des organismes, etc. On cherchera alors à préciser quelle sera la contribution de chacun pour atteindre les buts communs. En effet, malgré les dissensions, les buts sont très souvent semblables. Les gens veulent vivre en paix, dans le respect, s’amuser, travailler, pouvoir partager. C’est leur contribution qui diffère. Avec un couple ou une famille, notamment, le fait de parler de la vie souhaitée plutôt que de ce qui irrite et blesse a l’avantage de créer un climat plus serein pour parler de la situation.

La question miracle et la lettre du futur

32C’est avec la « question miracle » et ses substituts (« baguette magique » et « lettre du futur », par exemple) que le thérapeute aura le plus de facilité à aborder le futur et ses possibilités. Cette question sert à clarifier la description de ce que le client désire atteindre avec le concours de la thérapie, sans qu’il soit nécessaire de comprendre et d’éliminer les causes du problème. Cette question a été élaborée par l’équipe regroupée autour de Steve de Shazer, au BFTC. L’imagination du client est mise à contribution pour la formulation d’hypothèses de solutions. Le thérapeute lui demande de se projeter à un moment du futur où il aura atteint son but ou sera en voie de l’atteindre, et de décrire ce qui sera alors différent dans ses gestes, ses pensées et ses sentiments. Cet exercice permet au client de concevoir clairement et concrètement ce qu’il vise à atteindre au terme de son cheminement thérapeutique, au moyen de petits gestes quotidiens. Le futur devient dès lors accessible, à échelle humaine. En décrivant les détails de cet avenir dans ses mots, en s’imaginant dans son décor familier, mais dans des interactions différentes avec son entourage et en décrivant l’atmosphère qui régnerait alors, le client accède à cet univers projeté.

33Voici la formulation classique de la question miracle : « Imaginez qu’aujourd’hui, après notre rencontre, vous rentrez chez vous. Vous effectuez vos tâches habituelles, vous mangez, vous allez vous coucher et vous vous endormez. Imaginez maintenant que pendant la nuit, tandis que vous dormez, un miracle se produit à votre insu. Vous continuez à dormir jusqu’au matin. En vous réveillant, comment allez-vous vous rendre compte qu’un miracle s’est produit ? En vous levant, quelle différence allez-vous observer ? En déjeunant ? En vous habillant ? En allant travailler ? En arrivant au travail ? », et ainsi de suite, pour toute la journée. En examinant chaque contexte du lendemain du miracle, le thérapeute aide le client à préciser plus en profondeur les éléments de ce qu’il veut changer dans sa vie.

34L’efficacité de la question miracle repose sur la visualisation détaillée des pensées, des actions et des paroles de la personne et de son entourage quand tout ira bien. C’est par une série de questions que le thérapeute aide le client à apporter des précisions. Les questions relationnelles donnent encore plus de force à cette intervention. Le thérapeute demande par exemple au client d’imaginer comment les autres verront une différence et comment ils y réagiront le lendemain du miracle. Il peut également lui demander ce qui sera différent dans sa réaction quand les mêmes situations pénibles se présenteront, et comment il arrivera à réagir différemment. Ainsi, le client se donne ses propres réponses. Par exemple, une cliente qui consulte après une tentative de suicide et qui est accablée d’avoir posé ce geste qu’elle juge lâche répond tout bonnement, quand je lui demande ce qu’elle pensera d’elle relativement à ce geste le lendemain du miracle, qu’elle se dira qu’elle avait eu une faiblesse passagère et qu’elle prendra sa situation en main pour que cela ne se reproduise plus. On peut facilement imaginer l’effet réconfortant pour elle de se mettre à penser ainsi. Un tel discours venant d’elle-même est beaucoup plus convaincant que si c’est le thérapeute qui l’énonce.

35Des médiums autres que le dialogue peuvent être utiles pour travailler la visualisation d’avenir, qu’il s’agisse d’une mise en scène, de collages ou de dessins. Le thérapeute peut également proposer au client d’écrire, en l’invitant à rédiger une « lettre du futur ». Il lui demandera alors de commencer sa lettre en fixant une date où il pense que sa vie ira mieux, d’adresser la lettre à un ami important pour lui et de décrire à cet ami les détails de sa nouvelle vie – son métier ou ses études, ses loisirs, les gens qui l’entourent, sa vie amoureuse, ses amis, ses parents, ses enfants.

Le cas de Marianne

36Marianne, une jeune femme de trente ans, professionnelle, divorcée, a été bouleversée il y a un an et demi par un jugement de cour qui lui a enlevé la garde de sa fille de sept ans. Elle souffre énormément de cette perte, d’autant plus que la petite habite une autre ville et qu’elle ne peut la voir qu’une fin de semaine sur deux. Elle en a perdu l’énergie de travailler, ce qui lui cause des soucis financiers. Elle est très déprimée et anxieuse au début de nos rencontres, très en colère contre ce qu’elle vit comme une injustice. Sa relation avec son nouveau conjoint est difficile, bien qu’il représente pour elle un bon appui. Malgré tout cela, l’état émotif de Marianne s’est beaucoup amélioré, notamment grâce à la lettre du futur qu’elle a écrite trois mois après le début de nos rencontres.

17 juillet 2012
Salut les filles !
Je suis déjà tout excitée qu’on se retrouve le mois prochain, pour mes 35 ans, dans le petit chalet sur le bord de la plage. Je suis heureuse de vous avoir comme amies. Même si on est loin physiquement, on s’organise pour rester proches !
Depuis que Chloé est revenue à la maison, quand j’étais enceinte de Jérémie, je me sens vraiment sereine. Comme j’ai toujours été disponible pour elle et qu’elle a toujours eu une confiance inébranlable en moi et en notre relation, elle s’est tournée vers notre foyer. Ça me rassure de voir qu’elle ne s’y est pas perdue. Elle est belle à voir ma grande fille de 12 ans, qui s’occupe à merveille de son frère Jérémie, qui vient d’avoir ses 3 ans, et de la petite Sophie, qui aura bientôt un an.
Côté cœur, Daniel et moi, nous avons fêté nos 10 ans d’amoureux au printemps. On est tellement heureux. On a traversé des tempêtes ensemble, mais même dans ces moments-là, on savait qu’on allait en sortir encore plus forts et même… à toute épreuve ! Notre complicité s’est développée et continue de se développer. Notre amour grandit, se diversifie, si bien que nous nous sommes tricoté deux beaux enfants pour agrandir notre belle famille. Je l’ai choisi comme papa, et il me prouve chaque jour que nous avons fait le bon choix. Cette petite vie de famille, j’en savoure chaque minute.
Travailler à la maison me permet de prioriser ma famille. Je n’ai pas besoin de voir beaucoup de clients, ni de faire beaucoup d’heures, et je choisis mon horaire. Mes enfants m’ont toute à eux, et je rencontre mes clients quand Daniel est là pour s’occuper d’eux.
On aime bien, Daniel et moi, faire deux voyages par année, un en amoureux et un autre en famille. On explore la planète à la recherche de soleil, de petites îles perdues, pour se retrouver au calme, sereins, ou s’adonner à des sensations extrêmes, comme la plongée dans les coraux, le kitesurfing, le surf… ou la construction de châteaux de sable !
Les autres fins de semaine, on profite de notre chez-nous coloré où on est si bien. Parfois, on loue un chalet, pendant les grandes fins de semaine, pour découvrir notre belle province. Bientôt, on sera prêt à choisir l’endroit où on veut avoir notre propre chalet. J’ai hâte de vous y recevoir.
Je vous laisse là-dessus, j’ai une petite pouponne qui vient de se réveiller de sa sieste, son frère ne devrait pas tarder non plus. Ma grande, elle, lit dans la cour, et Daniel va rentrer pour le souper. Pas de problème, mon souper est dans la mijoteuse, il nous attend.
J’ai hâte de vous revoir. Je vous aime.
Marianne

37Après avoir détaillé l’avenir qu’elle souhaite voir se concrétiser, la cliente est invitée à préciser les étapes qu’elle aura franchies pour y arriver, les obstacles qu’elle aura surmontés, ce qui l’aura aidée à avancer, ce qu’elle se sera dit pour s’encourager, etc. C’est ici qu’on apprécie le futur antérieur, car il aide à voir ce que l’on a à faire pour arriver là où on veut arriver. Voici les étapes que Marianne a élaborées à partir de sa lettre du futur.

Enfants
• J’aurai retrouvé la joie, l’énergie, la pensée positive
• J’aurai créé et entretenu une relation de confiance avec eux
• J’aurai passé du temps de qualité avec eux
• Pour Chloé, j’aurai appris à accepter ce que je ne peux changer et à faire plus
rationnellement ce que je peux changer

Couple
• Nous aurons fait des activités, nous aurons eu du plaisir ensemble
• Nous aurons appris à respecter nos sentiments
• Chacun aura pris soin de l’autre

Travail
• J’aurai organisé mon entreprise à mon image, simple
• J’aurai su gérer mon horaire

Loisirs
• J’aurai trouvé l’équilibre entre sports, arts et culture
• J’aurai commencé à faire de l’artisanat
• J’aurai pris l’habitude de faire un cahier d’idées

Amis
• J’aurai gardé les liens, les numéros de téléphone, les lettres
• Je serai allée les voir, je les aurai invités, j’aurai proposé des activités

Projets (voyages, chalet)
• J’aurai pris l’habitude de calculer le budget, les besoins
• J’aurai planifié, organisé et élaboré des étapes
• J’aurai pris l’habitude de faire des dépôts chaque mois

Santé
• J’aurai pris l’habitude de faire de la méditation, de la respiration
• J’aurai fait des lectures inspirantes
• J’aurai pris l’habitude d’aller me faire masser
• J’aurai fait des activités sportives régulièrement

38En fractionnant son parcours, le client comprend mieux par où commencer le chemin vers la vie qu’il veut se créer. L’utilisation des échelles complète cet exercice. Une note de 10 sur 10 correspond à la réalisation de l’objectif et 1 sur 10, au niveau le plus faible, le client se situe dans son parcours. Quel que soit le chiffre avancé par le client, on s’intéresse d’abord aux éléments positifs qui font qu’il ne s’attribue pas la note la plus basse. Une note de 3 représente une bonne nouvelle, car c’est mieux que 1. Contrairement au client qui aura tendance à se comparer à 10, et donc à ressentir un échec, nous comparons le résultat à 1 et nous intéressons aux aspects qui vont déjà mieux. Il importe de noter les indices positifs qui se manifestent. Puis, nous demandons au client ce qu’il a fait pour que cela arrive. Il en est souvent étonné, car il s’attribue peu de mérite. En cherchant bien, il y a toujours quelque chose à mettre en relief. Si toutefois ce n’est pas le cas, le client devra observer, la semaine suivante, les petits moments positifs et réfléchir à comment il a pu les faire apparaître. Nous arrivons par ce chemin à repérer les solutions et les ressources qui lui appartiennent. Le fait de constater qu’il a déjà réussi, même à très petite échelle, à vivre comme il le veut a un effet très puissant. Le client retrouve l’espoir et le courage dont il a besoin pour continuer d’avancer dans la direction qu’il a choisie. Puis, nous lui demandons de préciser en quoi consistera la prochaine étape sur son échelle et comment il saura qu’il y est arrivé. Il arrive que nous ayons à négocier une étape moins ambitieuse que celle que le client entrevoit, car il est important que celle-ci soit accessible. On l’a dit, le succès l’aidera à poursuivre son chemin. De plus, nous devons mettre beaucoup de soins à préparer avec le client tous les outils dont il aura besoin pour franchir cette étape.

39Voici un exemple. Une jeune fille, Amélie, est venue me consulter parce qu’elle était très timide et n’arrivait pas à se faire des amies à l’école secondaire. Elle se sentait isolée et cela la déprimait. Elle désirait particulièrement s’intégrer dans un groupe de filles à côté desquelles elle s’assoyait à la cafétéria, mais ne faisant que les écouter parler et se raconter leurs sorties de fin de semaine. Elle aurait aimé pouvoir communiquer avec elles par Internet le soir et sortir avec elles la fin de semaine. Elle se situait à 3 sur 10 dans sa capacité de dire ce qu’elle pensait. Elle était capable de parler à certaines personnes, comme sa mère, son demi-frère et son petit ami, quand elle était seule avec chacun. Elle y arrivait parce qu’elle se sentait appréciée par eux et qu’elle savait qu’ils s’intéresseraient à ce qu’elle dirait. Quand je lui ai demandé comment elle saurait qu’elle avait atteint 4 sur 10, elle m’a dit qu’elle dirait alors ce qu’elle pense sans se soucier de ce que les autres penseraient d’elle. Elle me donnait comme exemple qu’elle aurait bien voulu dire, la semaine précédente, qu’elle appréciait Lucie, alors qu’elle entendait les autres filles parler d’elle en mal. Je me suis récriée qu’elle exagérait et qu’une telle conduite relevait du doctorat en affirmation de soi ! Il fallait choisir une plus petite intervention pour amorcer sa présence dans le groupe qu’elle avait choisi. Nous avons trouvé, en discutant, qu’elle pourrait commencer son approche par une simple question, plutôt que par une affirmation. La question pourrait être posée au début du repas, pour ne pas avoir à trouver une façon de l’intégrer à une conversation déjà entamée. Nous avons cherché quelle question elle pourrait poser pour être certaine d’intéresser les filles. Comme nous étions en décembre et qu’elle m’avait dit qu’elle cherchait un cadeau pour son petit ami, nous sommes arrivées à la conclusion qu’il serait intéressant de demander « Qu’est-ce que vous avez trouvé à offrir en cadeau à vos amoureux ? » Ainsi équipée, Amélie a réussi à poser sa question, qui a eu beaucoup de succès auprès des filles du groupe, et elle s’est sentie plus à l’aise de parler de ses difficultés à ce chapitre. Il en a résulté une sortie dans les magasins avec une des filles, la fin de semaine suivante. L’effet avait dépassé ses espérances.

Forces et ressources : systémique des moments d’exception

40« C’est dans les forces et les ressources du client que le thérapeute trouve les possibilités de changement. » Une telle affirmation pourra sembler évidente, mais elle procède d’un profond changement dans la façon de pratiquer la psychothérapie. Jusqu’à maintenant, celle-ci s’est principalement intéressée à la compréhension des lacunes et des blessures humaines et à leur rôle dans l’apparition des diverses manifestations psychopathologiques. C’est en se fondant sur le modèle médical, qui cerne la cause du mal pour y apporter un remède, que la psychologie s’est développée. Mais depuis un siècle, ce modèle curatif n’a pas permis d’obtenir les résultats escomptés dans l’aide aux personnes souffrant de troubles psychiques, alors qu’il a permis à la médecine de prendre un essor colossal. Sous l’éclairage du constructivisme, les thérapeutes ont pris conscience du risque de s’enfermer dans une vision piégée quand on centre l’attention sur les aspects défaillants d’une personne. Au contraire, c’est quand on explore les forces et les ressources d’une personne qu’on parvient à mettre en évidence les moyens dont elle dispose pour améliorer son sort ainsi que les ressources disponibles dans son environnement. De plus, en faisant ressortir les forces du client, le thérapeute lui donne l’énergie de l’espoir dont il a besoin pour passer à l’action. On peut trouver les forces et les ressources du client en s’intéressant principalement aux moments d’exception de son problème et aux moyens et solutions qu’il emploie.

Les moments d’exception

41La recherche de moments d’exception provoque un brusque changement de perception chez le client, dont l’attention est accaparée par les pires moments de sa vie. Le fait de parler des moments d’exception avec lui remplit son esprit d’images et d’associations mentales positives. Plus il entre dans les détails, plus le client construit une image précise du déroulement du moment d’exception. Dans cette vision amplifiée par les détails, le client arrive à percevoir ce qu’il a fait différemment, c’est-à-dire ce qui a rendu ce moment possible. Après avoir mis en lumière les solutions que le client utilise dans le moment d’exception, on cherche avec lui comment il pourrait faire en sorte que ces moments agréables se produisent plus souvent. Ainsi, en plus de constater qu’à certains moments, il sait comment ne pas souffrir du problème, le client découvre des pistes de solutions qu’il pourra mettre en application dans sa vie quotidienne pour atteindre ses objectifs. Ces solutions sont faciles à implanter, car elles appartiennent au répertoire d’actions du client.

42Quand un client relate un passé très difficile ou des épreuves qu’il a subies, le thérapeute gagne à le traiter en héros plutôt qu’en victime. Il peut demander au client comment il s’est débrouillé pour passer à travers ces difficultés et ce qu’il a appris de ce passé difficile. Il peut également explorer les ressources et les forces de résilience que le client a acquises grâce à cette expérience de vie. En fait, les gens sont souvent enfermés dans une vision fermée de leur passé qui ne laisse de place que pour les pertes et les douleurs. Une vision plus globale inclura les facettes héroïques de la personne et les ressources qui lui ont permis de surmonter les difficultés.

43Une fois au fait de la nécessité de chercher des solutions propres au client, le thérapeute accède à de vastes possibilités et il se prémunit contre le risque de greffer les siennes au système du client. Ces solutions se trouvent au cœur des moments d’exception, dans la vie du client.

Comment procéder à la recherche d’exceptions

44Pour inciter le client à regarder dans une nouvelle direction, vers un côté de sa vie qu’il n’a pas l’habitude d’examiner, il faut porter une attention particulière à la façon dont on pose les questions. Il est préférable que ces questions soient posées de façon positive et ouverte, et qu’elles s’articulent autour d’une présupposition, comme dans la question suivante : « Dans quelles situations êtes-vous plus calme ? » La formulation positive permet d’évoquer une image positive : plus calme plutôt que moins nerveux. La question ouverte, à laquelle on ne peut répondre ni par oui ni par non, force le client à détailler les moments d’exception : « Dans quelles situations... » plutôt que « Est-ce qu’il y a des situations… ». La question qui comporte une présupposition tient pour acquise l’existence de moments sans problèmes et se fonde sur les compétences du client. Elle permet de trouver plus facilement les moments d’exception, en se heurtant à moins d’opposition. Ici, par exemple, le thérapeute part du fait qu’il y a sûrement des moments où la personne est plus calme.

45Il ne faut pas se contenter d’une seule situation d’exception, mais en rechercher plusieurs. Une fois orienté vers les moments d’exception, le client en trouve de plus en plus. Par le fait même, il devient de plus en plus convaincu de l’existence de cette autre réalité, et il en voit l’importance. Les solutions utilisées par le client dans ces moments d’exception seront ainsi plus nombreuses. Il est fréquent de voir un client trouver assez facilement des moments d’exception, mais peiner à en assurer la pérennité. Pour le guider en ce sens, le thérapeute lui fera décrire avec précision tous les contextes et les patterns relationnels dans le cadre desquels surviennent les moments d’exception, ainsi que toutes les retombées de ces moments sur son entourage et sur lui-même. Ce faisant, le thérapeute explore les systèmes qui favorisent ces moments de bien-être. Pour aider le client à comprendre comment il contribue à ces moments d’exception, le thérapeute peut aussi examiner les moments problématiques, mais toujours à dessein d’en faire ressortir des patterns différents.

46Dès que le thérapeute parvient à souligner le mérite du client dans la création des moments d’exception, il accumule des moyens, des ressources et des compétences que le client met à profit. Ce sont ces éléments que l’on nomme « solutions ». Le thérapeute cherchera à les réutiliser dans la situation présente, parfois en les transposant, parfois telles quelles. En faisant comprendre au client qu’il est l’auteur du moment d’exception et en l’épaulant dans la découverte de solutions à mettre en pratique immédiatement, le thérapeute contribue à l’empowerment du client.

47Au fil des entrevues, toute amélioration doit être traitée avec le même soin pour en faire ressortir les moyens mis en œuvre par le client pour améliorer sa situation. Quand on rapproche le projet visé par le client des moments d’exception, sur une échelle de bien-être, les progrès révélés sont très encourageants pour le client. S’il s’aperçoit que la progression s’interrompt, le thérapeute lui demandera « Comment avez-vous réussi à rester à ce niveau ? » Il s’assure ainsi de rester dans le domaine des forces. Dans le cas d’une rechute, le thérapeute posera au client la question suivante : « Qu’est-ce que vous avez oublié de faire comme dans les moments où vous allez mieux ? » Cette question est toujours très éclairante. Elle permet de constater l’utilité des moyens mis en œuvre et de les adapter à des situations plus complexes.

48Il peut s’avérer pertinent de décomposer les éléments d’un problème afin de faciliter le repérage des moments d’exception. Par exemple, une personne déprimée ciblera plus aisément les exceptions de son état si on lui a d’abord demandé ce qui lui faisait dire qu’elle était déprimée. Elle parlera de son manque d’énergie, qui se traduit par des gestes, par le fait qu’elle ne se lève plus qu’à midi, qu’elle reste en pyjama toute la journée, qu’elle ne sort plus de chez elle. Dans un contexte où il lui serait peut-être difficile de noter les moments où elle est moins déprimée, elle pourra plus facilement constater les moments où elle s’est levée plus tôt, les jours où elle s’est habillée, les occasions où elle est sortie. Ces petites exceptions sont généralement considérées comme négligeables et allant de soi, alors qu’on peut y puiser des motivations, des stratégies d’action et bien plus encore.

49Comme ces questions surprennent le client (surtout s’il a suivi d’autres thérapies par le passé), le thérapeute peut s’attendre à ce qu’il ne sache pas quoi répondre dans un premier temps. Il pourra aider le client à explorer ce versant de sa vie et à s’engager sur la piste visée de diverses façons, notamment en lui suggérant quelques contextes : « Est-ce un peu mieux le matin ? Quand vous êtes seul ? La fin de semaine ? » Il pourrait aussi, comme Steve de Shazer aimait le faire, lui offrir d’y penser en gardant le silence. Ou encore, pourquoi pas, le relancer en se montrant étonné : « Jamais, jamais, jamais ? » Certains clients seront plus à l’aise de parler des moments un peu moins négatifs que des moments un peu plus positifs. D’autres voudront d’abord parler des moments les plus difficiles, avant d’aborder ceux qui le sont moins, l’un n’allant pas sans l’autre ! Enfin, pour ceux qui n’ont aucune idée, une tâche d’observation permettra de repérer ces moments peut-être rares, mais bien réels, au cours de la semaine suivante.

Où rechercher les moments d’exception

50Les moments qui font exception à la situation problématique peuvent être répertoriés de plusieurs façons. Il est possible, notamment, de les regrouper par époque, dans le présent ou dans le passé. On entend par « présent » une notion assez vague qui s’étend de la journée à l’année, selon la perception de la durée de la situation problématique actuelle.

Dans le présent

  • Une première attention est portée à la mention d’un changement préalable à la consultation. Si le client mentionne à la première entrevue qu’il va un peu mieux que lors de la prise du rendez-vous, le thérapeute orienté vers les solutions s’intéressera immédiatement à ce qui va mieux et à ce que le client a fait pour contribuer à ce mieux-être. Il pourrait lui demander, par exemple : « Qu’est-ce qui a déjà commencé à s’améliorer dans votre vie ? »
  • Si le client commence par l’exposé de sa situation difficile, le thérapeute s’intéressera à savoir comment il a réussi à tenir bon (les coping questions), quelles sont ses stratégies d’adaptation, ses capacités de résilience. Il pourrait lui demander « Comment faites-vous pour dormir un peu, malgré le vol que vous avez subi ? »
  • Parfois, le client ne s’aperçoit pas que d’autres auraient réagi moins bien que lui ou que la situation pourrait être pire. Le thérapeute peut lui faire prendre conscience de ses forces en demandant, par exemple, « Je suis surpris de voir que vous vous en sortez si bien, après ce que vous venez de vivre. Comment y arrivez-vous ? »
  • Il y a parfois des périodes pendant lesquelles le problème cesse de se produire. Par exemple, un couple à la retraite, qui me consultait pour de graves conflits qu’ils pouvaient exposer par le menu, était d’accord pour dire que six mois par année, lorsqu’ils se trouvaient en Floride, ils vivaient sans ces conflits. Si je n’avais pas demandé « Quand est-ce que ça va mieux entre vous ? », je n’aurais pas pu deviner une telle situation.
  • On ne s’intéresse pas assez à la façon dont se terminent les problèmes, qu’il s’agisse de crises, de conflits, d’hallucinations. Ces moments sont riches en idées que le thérapeute peut adapter avant que le problème ne se déploie à nouveau.
  • Le thérapeute peut aussi demander au client de lui raconter les meilleurs moments de sa semaine. Je me rappelle une cliente extrêmement déprimée qui n’avait pu trouver que deux moments de sa semaine où elle s’était sentie un peu mieux : une fois quand elle s’était fait les ongles et une autre fois quand son mari lui avait fait un massage des pieds. À partir de ces deux exceptions, nous avons cherché d’autres façons de prendre soin de son corps pour lui procurer davantage de moments réconfortants susceptibles de lui donner une récréation de sa dépression.

Dans le passé

  • Les expériences difficiles que le client a déjà surmontées sont de précieux moments où aller chercher les stratégies qu’il peut déployer pour se tirer d’affaire. « Dans quel autre moment de votre vie avez-vous eu à faire face à quelque chose d’aussi éprouvant ? Et qu’est-ce qui vous a alors le plus aidé ? » Ainsi, un client dont l’épouse avait fait une tentative de suicide très macabre a répondu que sa famille avait toujours été d’un grand secours pour lui. À partir de là, nous avons pu mettre en place un soutien en utilisant divers membres de sa famille.
  • Les expériences de changement et d’adaptation, vécues positivement, peuvent bien souvent être appliquées à la situation actuelle.
  • Les moments où le client a dû faire des choix dans le passé peuvent servir à déterminer de quelle façon il prend habituellement les décisions qu’il ne regrette pas par la suite. Certains doivent réfléchir par eux-mêmes, d’autres en parler à leurs amis, et d’autres encore faire des bilans écrits. Certains ont besoin de temps, d’autres se fient à leur intuition.
  • Chacun a son style d’apprentissage. On peut s’y reporter pour travailler à l’apprentissage d’une nouvelle attitude envers soi ou envers les autres.
  • Les situations problématiques qui se répètent sont vues plutôt comme formatrices d’une expertise que comme des échecs. En effet, pour retomber en dépression, il faut d’abord en être sorti ! Nous nous intéressons donc à la connaissance qu’a le client des mesures les plus efficaces, selon son expérience, pour sortir de la dépression. Nous l’invitons à mettre ces stratégies en place le plus tôt possible. De même, nous nous intéressons à savoir ce que les autres thérapeutes ont fait de plus aidant, pour le réutiliser.

51On constate qu’il existe de multiples possibilités pour mettre en valeur les situations d’exception ainsi que les solutions et ressources utilisées par le client. Une fois que nous commençons à explorer ce vaste territoire, notre perception du client change et lui-même ressort de l’entrevue avec une autre vision de la situation, de ses capacités, de ses ressources.

Relation de co-création

52L’alliance thérapeutique établie avec le client est fondamentale en thérapie brève, comme d’ailleurs dans toute forme de thérapie. Aucune aide thérapeutique ne peut porter ses fruits sans un bon contact avec le client. La vision ericksonnienne de l’être humain, globale et non pathologique, qui caractérise cette approche pose l’hypothèse que l’être humain qui se présente à nous est plein de ressources qu’il lui est possible d’utiliser si on lui en offre la chance. Dans cette conception, une personne qui souffre d’un problème est perçue comme quelqu’un qui a affronté une ou des difficultés dans sa vie, difficultés qui ont persisté en raison du type de réactions que le client leur a opposées et du contexte de vie dans lequel il évoluait alors. Ces difficultés ne l’empêchent pas d’avoir des ressources et des solutions dans son répertoire personnel et social. En psychothérapie orientée vers les solutions, le client se trouve dans une relation égalitaire avec son thérapeute. C’est le client qui décide des objectifs qu’il veut atteindre, et il les précise dans la visualisation d’un avenir satisfaisant. C’est aussi lui qui possède les ressources nécessaires pour échafauder ses solutions et concrétiser son projet.

53Pour que le client se mette en action et progresse vers l’atteinte de ses objectifs en utilisant ses ressources, le thérapeute doit aussi faire des interventions visant à favoriser la réappropriation de son pouvoir d’agir sur les conditions de sa propre existence. Le thérapeute doit aussi composer avec divers types de relation thérapeute-client, selon les motivations de ce dernier.

L’empowerment

54L’empowerment est une rétroaction (feedback) positive qui contribue à mettre en évidence les forces, les compétences et les relations interpersonnelles pleines de potentiel et de possibilités, auxquelles le client prêtait peu d’attention, tout obnubilé qu’il était par les problèmes qui l’accablaient. Dans une perspective constructiviste, une telle rétroaction est essentielle à la construction d’une nouvelle vision. Les interventions d’empowerment constituent une clé pour que le client se réapproprie son pouvoir d’améliorer son mode de vie et reprenne confiance en sa capacité de faire quelque chose pour résoudre son problème. Il est extrêmement important de favoriser la remontée de l’espoir chez le client afin qu’il redevienne actif et prenne en charge l’amélioration de ses conditions de vie. Pour ce faire, le thérapeute souligne les forces du client et introduit un doute à l’égard de ses faiblesses.

55Le désespoir qui accompagne généralement les clients qui souffrent psychiquement prend sa source dans les nombreuses tentatives infructueuses faites pour s’en sortir, souvenir d’échecs doublés très souvent par les commentaires accablants assénés par leur entourage. Cela explique que les clients se sentent impuissants à améliorer leur sort. L’empowerment les aide à reprendre conscience de leurs capacités à créer des moments de mieux-être dans leur vie. Ils reprennent espoir en leurs possibilités, ce qui leur donne un regain d’énergie et stimule l’envie de faire quelque chose pour avancer.

56La conversation que nous élaborons avec notre client vise à lui donner la possibilité de se concentrer sur les sujets les plus constructifs pour améliorer sa vie : ses objectifs de développement, ses souhaits relationnels, ses forces telles qu’elles se sont manifestées à diverses occasions au cours de sa vie. Il ne s’agit pas de nier tout le versant problématique et souffrant du client. Il faut à cet égard lui manifester notre empathie, mais nous ne « creusons » pas, pour éviter de construire, en l’amplifiant, la perception problématique du client. C’est la conversation elle-même qui, par l’intérêt porté aux côtés constructifs plutôt qu’aux côtés destructeurs, bâtit une perception positive de soi et des possibles. Les compliments qu’on peut adresser au client peuvent être aidants, mais ils sont toujours à renouveler. Ce que nous recherchons, c’est qu’à l’issue de la conversation, le client se dise qu’après tout, il est quelqu’un de bien, qui a été capable de réussir beaucoup de choses difficiles et qui sera en mesure d’affronter les difficultés auxquelles il se heurte actuellement.

57Quand je fais une formation d’initiation à la psychothérapie orientée vers les solutions, je propose un exercice qui illustre bien les possibilités du constructivisme. Je demande à un membre du groupe de bien vouloir jouer le rôle d’un de ses clients et de faire un brin de conversation avec moi (de 10 à 15 minutes). Les autres participants doivent diviser une feuille en deux et noter d’un côté les faiblesses du client, et ses forces de l’autre. Ensuite, nous compilons au tableau toutes les observations en deux colonnes. L’effet de constructivisme se manifeste quand je lis, les unes après les autres, les faiblesses puis les forces. Nous nous retrouvons avec le portrait de deux personnes différentes. La liste des faiblesses a un effet décourageant, pour les intervenants comme pour les clients, tandis que la liste des forces mène parfois les participants à déclarer que cette personne n’a pas besoin d’aide. Le client n’est pas quelqu’un de faible et d’incapable, c’est quelqu’un qui a un objectif et des forces pour l’atteindre. Ses difficultés tiennent au fait qu’à force de malheurs, il ne voit plus que son impuissance et a oublié ses capacités. C’est le travail du thérapeute de l’aider à se réapproprier ses forces et à préciser ses objectifs, et de l’accompagner dans cette voie.

58Par exemple, voici le cas de Gérald, décrit de deux manières très différentes. Au chapitre des faiblesses, on peut en faire la description suivante :

Un homme de 61 ans, itinérant, endetté et dépensier, isolé, fatigué, déprimé, bipolaire, qui manque d’organisation, qui est bonasse, influençable, naïf, qui se fait exploiter, est incapable de s’affirmer, de se défendre. Il veut se retrouver un logement et reprendre une vie autonome.

59La description du côté des forces se présente comme suit :

Un homme de 61 ans, qui a perdu son appartement depuis 6 mois, qui n’a donc plus de domicile. Il est à la retraite, ayant été électricien pendant de nombreuses années. Il est travailleur, honnête, ponctuel. Il est très sociable, aimable, sympathique, généreux et de bonne volonté. Il est capable de bien s’exprimer, d’écouter attentivement et d’apprendre. Il reconnaît ses faiblesses et il est ouvert à l’aide qui lui est offerte. Il connaît bien le réseau social et s’est débrouillé pour être logé par divers organismes. Il est responsable dans la gestion de la médication de son trouble bipolaire. Il s’est fixé des objectifs concrets et réalistes. Il se mobilise pour faire des démarches dans le but de se trouver un logement, de le financer et de reprendre une vie autonome.

60Ces deux visions d’une même personne influenceront notre attitude à son endroit et auront une influence sur notre perception. On croit beaucoup plus facilement dans le potentiel du client en lisant la seconde description.

Trois types de relations client-thérapeute

61Steve de Shazer a reconnu trois types de relations qui peuvent être vécues en thérapie. Il ne s’agit pas d’une typologie des clients, mais bien d’une manière de se positionner, à un moment donné, par rapport à la démarche thérapeutique. Pour arriver au changement, la relation thérapeutique doit évoluer vers un rapport client-thérapeute. Certaines interventions sont à privilégier selon le type de relation où se situe le client.

62Nous pouvons donc avoir une relation client-thérapeute où le client nous consulte pour régler un problème ou pour atteindre un objectif, et où il est prêt à se mettre en action pour améliorer sa situation. Il est alors facile de faire équipe avec le client. De concert avec lui, nous précisons son projet et nous explorons ses ressources et ses compétences, présentes ou passées, qui peuvent contribuer à la réalisation du projet.

63Il peut aussi y avoir une relation plaignant-thérapeute, où le client souffre de quelque chose et aimerait « que ça change », mais ne se sent pas apte à agir pour modifier la situation. Il est alors important de travailler avec lui à la visualisation d’un avenir plus intéressant et de chercher des moments d’exception où, par exemple, la personne dont se plaint le client a manifesté de meilleurs sentiments ou comportements. Nous ferons remarquer au client sa contribution à cette situation plus agréable, il pourra en déduire des idées d’interventions différentes susceptibles d’influencer dans le bon sens la personne dont il se plaint. Nous pouvons aussi examiner avec le client les possibilités d’amélioration de sa vie, en attendant que toute la situation change. Le client redevient alors actif dans l’atteinte de ses buts.

64Enfin, un client peut se présenter à une entrevue parce qu’il est contraint de le faire, par son entourage ou par la société, parce qu’il est violent envers les autres, par exemple. On parle alors d’une relation visiteur-thérapeute. Quand un client est contraint de consulter, nous évitons de l’obliger à admettre qu’il a un problème. S’il est prêt à admettre un problème, c’est d’ailleurs souvent l’obligation même dans laquelle il est de venir nous rencontrer. Nous devons d’abord chercher à comprendre son point de vue, pour fixer avec lui un objectif qui le motive personnellement. Si on veut que, de visiteur, il devienne client et se mette en mouvement vers le changement, il faut chercher un angle de changement qui s’ajustera à ce qui est important pour lui. On verra alors à intégrer à ce projet l’objectif qui était à l’origine de la visite du client.

65Par exemple, un enfant qui est envoyé en consultation par un professeur exaspéré de le voir perturber la classe se plaindra généralement que le professeur s’acharne sur lui et que d’autres enfants sont bien plus dérangeants que lui. Si on lui propose de tenter de faire attraper un autre enfant turbulent par le professeur, il deviendra rapidement un véritable client : ses agissements devront changer en classe, et il sera plus calme pour mettre en évidence les erreurs de l’autre enfant aux yeux du professeur, ce qui permettra d’atteindre les mêmes objectifs que ceux du professeur.

66Pour entrer en contact avec le client et connaître son point de vue, ce qui est important pour lui et les personnes qui comptent pour lui, on doit faire l’effort d’essayer de voir les choses par son bout de la lorgnette. À quelqu’un qui va jouer au casino : « Vous avez sûrement de bonnes raisons de faire cela. » À une personne jalouse : « En quoi cela vous aide-t-il de faire une enquête sur ses allées et venues ? » À une mère épuisée : « De quoi avez-vous besoin pour arriver à prendre du temps de repos ? », par exemple.

Applications cliniques

  • 1 On peut trouver des études de cas détaillées portant sur une multitude de situations dans la revue(...)

67La psychothérapie orientée vers les solutions peut être utilisée avec toutes sortes de clientèles et de situations problématiques1.

68Avec les enfants, on convient d’habiletés à développer pour ne plus avoir de problèmes. On précise, avec la famille, les avantages que cette nouvelle habileté leur apportera et quelles ressources l’enfant possède déjà qui nous convainquent qu’il sera capable de les intégrer. Les parents ont à faire pratiquer les habiletés souhaitées à l’enfant et à veiller à son empowerment chaque fois qu’il réussit à les utiliser dans la vie quotidienne. Pour un enfant colérique, apprendre à être détendu devient un objectif à atteindre dont il pourra être fier. Une grande attention est portée aux moyens à mettre en place pour que l’enfant réussisse à atteindre son but.

69Avec les adolescents, on élabore des projets concrets qui correspondent à leurs rêves. On les aide à avancer à petits pas en leur faisant prendre conscience de leurs ressources. Il est très important de clarifier les forces dont ils disposent pour atteindre leurs buts. La collaboration des amis de l’adolescent est recherchée pour qu’ils deviennent des « supporters » de son projet. Avec les familles difficiles comme en centre jeunesse, la recherche et l’utilisation des ressources des parents et des enfants permettent d’établir une relation de collaboration plutôt que de confrontation. Il faut un regard particulièrement attentif, dans certains cas, pour dénicher les compétences, mais il y en a toujours.

70En milieu scolaire, cette approche permet aux intervenants de susciter plus facilement la collaboration non seulement de l’enfant, mais aussi des parents et de l’enseignant. La recherche d’exceptions peut par exemple porter sur les interventions éducatives les plus efficaces de l’enseignant avec tel enfant, afin de lui redonner l’espoir par l’empowerment et des pistes de solutions. En ne notant que les rares moments où l’enfant est attentif et ce que fait l’enseignant, on arrive non seulement à cerner ce qui aide l’enfant à être attentif, mais aussi à encourager l’enseignant en lui faisant remarquer les moments où il réussit à garder l’attention de l’enfant et en lui faisant voir les moyens dont il dispose. L’enseignant qui reprend confiance dans ses moyens est mieux disposé à poursuivre son travail avec un enfant qui lui cause des difficultés.

71Pour les couples, la psychothérapie orientée vers les solutions permet de travailler à améliorer leur relation en construisant une vision d’avenir, plutôt que de faire le bilan de tout ce qu’ils se reprochent mutuellement. Ce qu’un couple recherche, c’est bien plus que d’arrêter de se quereller ou de s’ignorer ; le travail de visualisation du futur permet de nommer les souhaits de chacun pour vivre une relation satisfaisante. Cette approche allège le climat des entrevues et encourage la poursuite du travail thérapeutique. Les échelles donnent des points de repère pour constater les améliorations, même si la situation n’est pas idéale, et elles permettent de suivre la contribution de chacun à leur projet commun.

72Pour les personnes dépressives, on met l’accent sur leur objectif : la récupération progressive de leurs forces, de leur bonne humeur, de leur calme, de leur concentration, de leur sociabilité et des meilleurs moyens dont elles disposent pour y arriver. Ces clients ont besoin de beaucoup d’empowerment pour prendre conscience de ce qu’ils font qui les aide ou les réconforte. L’utilisation des échelles pour visualiser les progrès accomplis encourage aussi les perfectionnistes, même lorsque la situation n’est pas idéale. On travaille également avec le client à changer les attitudes qui l’ont mené à l’épuisement par la visualisation de ce qu’il fera différemment quand il ira bien et qu’il ne sera plus sujet à retomber dans le même pattern.

73Dans les cas d’angoisse ou de phobies, on cherche à rassurer le client en lui faisant prendre conscience des moments où il arrive à maîtriser un peu ses réactions anxieuses et des moyens qui l’aident. C’est au rythme du client, avec ses propres moyens de détente, qu’on l’accompagne dans ses expériences pour affronter progressivement ses peurs et les surmonter. On favorise aussi l’élaboration d’un projet pour qu’il puisse reprendre sa vie en main, ses activités, son travail, ses relations – comme il le désire. Pour les difficultés sociales telles que l’affirmation de soi, la visualisation d’une vie désirée permet au client de voir plus clairement où il veut aller et de se fixer de petites étapes pour réussir à progresser. Si un client veut aller trop vite, il risque l’échec et le découragement ; il est important qu’il se fixe de petits objectifs et qu’il les atteigne pour cumuler les victoires et se développer de façon optimale.

74Pour les victimes d’une agression sexuelle, de même que pour les personnes souffrant d’un choc post-traumatique, on met en évidence toutes les parties de la personne qui n’ont pas été perturbées par le drame. Cette constatation soulage le client de la crainte d’avoir été détruit par l’agression ou le traumatisme. En prenant conscience des forces dont il dispose pour surmonter l’épreuve, le client aborde la reprise de sa vie avec plus de détermination. Les parties de lui-même qui ont été blessées et qui lui échappent, comme l’estime de soi ou la capacité de faire confiance à quelqu’un, se transformeront en objectifs de la psychothérapie. Yvonne Dolan (1991) a développé une approche orientée vers les solutions très intéressantes pour cette clientèle.

75Pour les clients qui ont un handicap intellectuel, l’aspect concret de cette approche est très pertinente, tant au point de vue des objectifs que des ressources du client. Souvent recommandés par des tiers, ces clients ont besoin que le thérapeute clarifie les changements souhaités, les comportements désirés. Il faut cependant qu’ils s’approprient ces objectifs et y voient des avantages. La mise en évidence de leurs capacités et compétences diminue les réticences et accroît la motivation qui pousse à s’investir dans le changement. Les échelles de progrès améliorent la compréhension des étapes du changement.

76Pour les gens à la retraite, la formulation concrète d’un projet de vie permet de délimiter avec réalisme le rêve qu’ils entretiennent et de mettre en place les moyens pour l’atteindre. Pour les problèmes de vieillissement, l’empowerment de tous les aspects positifs de la personne permet d’envisager avec plus de sérénité cette étape de la vie. Pour l’adaptation à la maladie ou à un handicap, cette approche s’intéresse à élaborer avec le client la meilleure vie possible en dépit du problème physique. On cerne comment la personne peut vivre pleinement avec toutes les ressources dont elle dispose, malgré un handicap ou la perspective d’une fin de vie proche.

77En psychiatrie, cette approche est très utile. En fondant la psychothérapie sur ce que le client désire comme changement, on oriente mieux les interventions et on risque moins de se perdre dans la recherche d’une résolution complète de tous les symptômes. Les objectifs des clients sont souvent bien plus modestes que ceux des thérapeutes. Bien souvent, ils désirent simplement retrouver plus d’autonomie, faire les activités qui les intéressent et avoir accès à une vie sociale. On peut utiliser la recherche d’exceptions dans les cas d’hallucinations, par exemple, en demandant au client d’observer les moments où elles cessent et ce qu’il fait de différent à ce moment-là. Le client peut ainsi arriver à formuler une stratégie pour bloquer les hallucinations. Mettre l’accent sur les ressources de la personne est très utile dans ces situations, car le client a bien souvent oublié ses forces.

78Dans les situations de crise, il est important de bien prendre contact avec chacune des personnes touchées, même si elles sont en conflit, pour qu’elles se sentent bien comprises. En passant rapidement à l’élaboration d’une visualisation d’un avenir meilleur incluant des réactions différentes à la situation qui a provoqué la crise, il est possible d’évaluer les attentes de la famille en créant un climat plus positif. La question miracle permet souvent de procéder à un virage dans une situation de crise, car elle permet de voir une lumière au bout du tunnel. Pour dépasser le stade des vœux pieux, on met en évidence les moments où le miracle se produit déjà un peu et les contextes qui le favorisent. Il en ressort des idées sur les moyens auxquels recourir, qui seront basés sur les ressources des membres de la famille. Les échelles peuvent porter sur le progrès, la motivation et le niveau de confiance dans le changement.

79Pour ceux qui travaillent avec des groupes, cette approche offre la possibilité d’orienter les communications sur ce que les gens réussissent à accomplir pour s’approcher de leur visualisation d’un avenir meilleur. Si les participants ont vécu des violences, on met en évidence les moyens qu’ils ont employés pour se protéger. Si ce sont des parents d’adolescents, on s’intéresse aux stratégies qui ont été efficaces, qu’ils peuvent partager avec les autres. Si les participants sont déprimés, anxieux ou ne s’affirment pas, les mêmes questions peuvent leur être utiles : visualisation d’un avenir sans leur problème, étapes déjà franchies, mise en évidence de leurs moyens et préparation à la prochaine étape, pour en faire une réussite. Les groupes peuvent être hétérogènes et rassembler des gens qui ont divers problèmes, mais avoir le même objectif : vivre une vie plus satisfaisante.

***

80En psychothérapie, comme dans tout contexte de communication humaine, les possibilités sont multiples pour orienter l’attention de l’interlocuteur. Des choix sont faits à chaque instant de la conversation qui se tisse entre le thérapeute et le client. En dirigeant l’attention sur certains aspects, le thérapeute oriente progressivement le dialogue, dont l’issue est dès lors complètement différente. Les questions et les remarques du thérapeute sont guidées par ses attentes, sa compréhension des problèmes humains et des moyens de les résoudre.

81Au moyen de divers outils thérapeutiques, tels que la question-miracle et la recherche d’exceptions, c’est toute une façon de voir la vie, les humains et le travail thérapeutique qui se fait jour. Plutôt que de se demander « Qu’est-ce qui ne fonctionne pas en lui qui explique ses difficultés ? », on se demandera désormais : « Comment veut-il que sa vie se déroule, sans ses difficultés actuelles, et comment peut-il y arriver avec les ressources qu’il possède ? »

82J’ai trouvé dans l’esprit et les méthodes de la psychothérapie orientée vers les solutions une approche qui me convient parfaitement et qui s’harmonise à ma croyance profonde dans les ressources formidables des êtres humains. J’aime voir ce que les gens font avec ce qu’ils ont, surtout quand c’est avec peu de choses, et au final, je préfère découvrir les gens dans ce qu’ils ont de plus beau et de plus fort – c’est-à-dire dans leurs savoirs, leurs compétences, leurs passions, leurs réseaux – pour les aider à faire fructifier ces atouts plutôt que de chercher des explications à leurs faiblesses et à leurs difficultés... Ce qui ne m’empêche toutefois pas de leur offrir toute mon empathie pour leurs peines, leurs peurs, leurs désespoirs, leurs colères, leurs sentiments douloureux.

83À la lumière de cette approche, je m’aperçois que je préfère également aider le client à raffiner sa demande, pour ensuite m’ajuster à celle-ci, plutôt que de lui imposer des objectifs à atteindre. Il m’apparaît très gratifiant de l’aider à se projeter dans l’avenir et à se mettre en mouvement pour gravir une à une les marches qui le mèneront vers une vie plus satisfaisante, au lieu de chercher pourquoi il n’y est pas encore arrivé. Somme toute, au rôle de « savant » qui révèle à l’autre sa nature, ses désirs et sa voie, je préfère une saine collaboration dans laquelle le client est lui aussi un éminent spécialiste des enjeux qui l’occupent.

84Une cliente a bien résumé cette approche en me disant un jour : « Finalement, je me rends compte qu’on a tous un potentiel de bonheur et un potentiel de malheur. C’est à nous de choisir lequel on veut développer ! » Sans hésiter, elle a choisi de faire croître son potentiel de bonheur plutôt que d’analyser son potentiel de malheur. J’ai fait le même choix.

Notes

1 On peut trouver des études de cas détaillées portant sur une multitude de situations dans la revue L’Effet spirale, publiée depuis 1993 par le Centre de psychothérapie stratégique : <www.psychostrategique.com>.

Auteur

Josée Lamarre, psychologue, exerce la psychothérapie à Montréal. Elle est cofondatrice avec André Grégoire du Centre de psychothérapie stratégique, et offre des sessions de formation en psychothérapie brève orientée vers les solutions au Québec et en Europe. Elle a participé à la fondation de la Solution-Focused Brief Therapy Association (SFBTA).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search