Version classiqueVersion mobile

L'approche systémique en santé mentale

 | 
Louise Landry Balas

Introduction

Louise Landry Balas

Texte intégral

1L’approche systémique n’est ni une forme de thérapie ni un ensemble de techniques thérapeutiques. C’est plutôt une façon de saisir la réalité qui reconnaît l’interaction comme principe fondamental de tout ce qui vit. De la plus petite cellule à l’organisme complet, de l’individu à la société entière, tout est composé d’éléments qui interagissent. Adopter une vision systémique, ce n’est pas modifier la réalité, c’est transformer son regard ; c’est également élargir son champ de vision pour s’intéresser à l’information qui circule dans tous les processus relationnels.

2La santé constitue un exemple intéressant. Chacun de nous sait d’expérience que la santé n’a rien de statique, qu’elle fluctue constamment, nous fait traverser une quantité d’états presque illimitée, allant du bienêtre le plus complet jusqu’à la maladie la plus sérieuse. Ces changements constants, que nous apprenons à reconnaître sans nécessairement les comprendre, sont créés par les interactions constantes des divers éléments ou groupes d’éléments dont nous sommes constitués. Voilà précisément la définition d’un système : un ensemble d’éléments en interaction. La santé est donc indéniablement un phénomène systémique.

3Notre expérience de vie nous apprend aussi que les interactions qui contribuent à notre santé n’ont pas lieu qu’à l’intérieur de notre corps, loin de là. Les rapports avec notre environnement jouent un rôle essentiel dans notre survie et dans notre bien-être physique, émotionnel et psychique. La santé peut donc être comprise comme l’état d’un organisme dont les fluctuations constantes visent un équilibre harmonieux faisant appel à son potentiel propre et à celui de son milieu.

4Les limites qui font du corps une entité séparée de ce qui l’entoure sont ici clairement dépassées. On ne parle plus simplement du fonctionnement interne d’un organisme, puisqu’on reconnaît que la santé physique comme la santé mentale sont en grande partie tributaires des interactions avec l’extérieur.

5La santé, considérée comme la recherche constante d’équilibre dans un ensemble complexe de systèmes et de sous-systèmes, inclut nécessairement la maladie, comprise comme un déséquilibre d’une ou de plusieurs de ses composantes. La santé mentale est une des dimensions de cette santé globale.

6C’est cette vision très large et dynamique qu’offre l’approche systémique. Les thérapeutes qui l’ont adoptée considèrent le symptôme comme une information parmi beaucoup d’autres, un élément dans une situation complexe. Tout en reconnaissant la validité de ce qui a lieu à l’intérieur de l’organisme, ils s’intéressent aux relations, y compris à celle-là même qui s’établit dans la rencontre thérapeutique. Dans leur vie personnelle autant que professionnelle, dans leurs relations avec leurs proches autant qu’avec leurs collègues et leurs clients, ils laissent cette vision guider leurs décisions et leurs actions ; on ne peut être systémicien à temps partiel.

***

7Cette nouvelle édition entièrement révisée de L’approche systémique en santé mentale paraît une dizaine d’années après la première. Un titre plus juste aurait peut-être pu être : Vision systémique de la santé. Historique et applications en santé mentale. D’emblée le lecteur aurait été informé que ce recueil lui offre une vision globale de la santé, dont il pourra connaître l’évolution théorique de même que le développement pratique dans le domaine de la santé mentale.

8Malgré des changements assez importants, la caractéristique principale du livre demeure inchangée : il est le reflet des intérêts particuliers de chaque auteur, et l’expression de sa façon unique d’envisager l’approche systémique. Travailleurs sociaux, psychiatres, psychologues, tous praticiens chevronnés, écrivent à partir d’une passion commune pour l’approche systémique qui est au cœur de leur pratique. Malgré leur diversité, les neuf chapitres forment un ensemble cohérent qui a l’avantage d’offrir au lecteur une base théorique bien ancrée dans l’expérience clinique.

9Christian Côté a mis à jour son Historique de la systémique en santé mentale pour inclure et expliquer dans ce texte érudit les développements assez considérables des dernières dix années.

10Dans La communication, clé de voûte de tout système, Louise Landry Balas présente les principes de la communication tels qu’élaborés par deux pionniers de l’approche systémique, Gregory Bateson et Paul Watzlawick.

11Le chapitre de Suzanne Lamarre, Rapports de contrôle et de coopération : du protectionnisme au partenariat, relate la recherche et l’évolution de l’auteur dans la compréhension de ce qui constitue des relations saines. Elle nous encourage à mettre en question nos propres comportements comme intervenants, et à devenir des partenaires plutôt que des protecteurs pour les personnes qui recherchent une aide thérapeutique.

12Dans Complémentarité des visions cartésienne et systémique, Christine Archambault présente dans un tableau d’une grande pertinence les différences fondamentales entre les visions systémique et cartésienne. L’exemple d’un cas clinique complexe clarifie la présentation théorique.

13Il s’agit encore de complémentarité dans L’intuition, incomparable source d’information, de Louise Landry Balas. L’auteur propose qu’on reconnaisse dans l’intuition une façon de savoir très différente, mais aussi valable que la raison.

14Dans Techniques de base en approche familiale systémique : questionnement circulaire, recadrage et prescription de tâches, Jean Parratte explique comment diverses techniques peuvent permettre au client comme au thérapeute d’accéder aux informations pertinentes pour comprendre une situation et parvenir au changement recherché.

15Josée Lamarre et André Grégoire utilisent dans leur travail thérapeutique des approches développées plus récemment dans le mouvement qui a suivi les premières expériences thérapeutiques systémiques. Dans son exposé sur La psychothérapie orientée vers les solutions, Josée Lamarre permet, grâce à des explications claires et à l’utilisation d’exemples, d’acquérir une bonne compréhension de cette forme de thérapie. André Grégoire utilise quant à lui la capacité qu’a l’humain à se raconter. Son chapitre, L’approche narrative : la narration au cœur des systèmes humains, rend accessible cette façon de permettre à l’autre de découvrir et de comprendre des situations complexes grâce aux histoires qu’il crée lui-même.

16Le dernier chapitre élargit l’horizon du livre aux systèmes organisationnels. Diane Beauséjour relate l’expérience d’un centre d’accueil où les clients et le personnel de tous les niveaux organisationnels ont été impliqués dans le changement. Elle soumet au lecteur une question pertinente : La systémique dans l’organisation, un modèle pour l’avenir ?

17Ces textes, qui rassemblent explications théoriques, présentations cliniques, témoignages de cheminement dans la recherche d’une meilleure compréhension des êtres et de leurs relations, s’adressent à toute personne intéressée à développer une vision systémique. Le livre est né il y a dix ans au sein de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal, grâce à l’intérêt et à la détermination de madame Louise Blanchette, alors responsable du Certificat en santé mentale. Cette fois-ci encore, son encouragement et sa collaboration ont été précieux pendant la révision et la mise à jour du manuscrit. Nous l’en remercions.

18Août 2008

Auteur

Louise Landry Balas a fait ses études de psychologie à l’Université de Göttingen. Clinicienne intéressée principalement à la communication et aux relations interpersonnelles, elle contribue depuis de nombreuses années à la diffusion de la vision systémique par son enseignement, ses conférences et ses écrits. Elle anime actuellement une émission radiophonique avec Suzanne Lamarre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search