Version classiqueVersion mobile

L'aide canadienne au développement

 | 
François Audet
, 
Marie-Eve Desrosiers
, 
Stéphane Roussel

Liste des collaborateurs

Texte intégral

1François Audet est actuellement chef de la délégation régionale de l’océan Indien pour la Croix-Rouge canadienne. Auparavant, il a travaillé comme directeur régional des programmes pour CARE Canada. Il a participé à plus d’une centaine de missions humanitaires et d’appui technique, dont en Colombie, à Haïti, et dans la région du Darfour. Titulaire d’une maîtrise en sciences de l’environnement, il complète actuellement son doctorat en science politique à l’UQAM, dans le cadre duquel il étudie les enjeux de l’aide humanitaire et la coopération internationale canadienne. Il a travaillé plusieurs années en Amérique latine et en Asie du Sud-Est pour le compte du Centre canadien d’étude et de coopération internationale (CECI) en tant que chef des projets d’aide humanitaire et d’urgence. Ses intérêts de recherche portent particulièrement sur les enjeux de l’efficacité de l’aide, sur la sécurité humaine et les interventions humanitaires complexes.

2Megan Bradley est doctorante en relations internationales à l’Université Oxford, où elle examine, à travers ses recherches, les questions juridiques soulevées par les mouvements de rapatriement des réfugiés. Elle a travaillé pour le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), l’Institut Brookings et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. En 2007-2008, Mme Bradley a été titulaire de la bourse Cadieux-Léger du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada.

3Stephen Brown est professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Il compte parmi ses intérêts de recherche les politiques d’aide au développement, la démocratisation, la violence politique, la prévention des conflits et la consolidation de la paix, surtout en Afrique subsaharienne. Ses écrits ont été publiés dans de nombreux ouvrages collectifs et revues scientifiques, dont Third World Quarterly, European Journal of Development Research, la Revue canadienne d’études du développement/ Canadian Journal of Development Studies, Journal of Contemporary African Studies, la Revue canadienne des études africaines/ Canadian Journal of African Studies et Latin American Perspectives.

4Dominique Caouette est professeur adjoint depuis 2004 au Département de science politique de l’Université de Montréal, où il enseigne les relations internationales. Il s’intéresse particulièrement aux acteurs non étatiques et aux dynamiques transnationales en Asie du Sud-Est, ainsi qu’aux études du développement. Avant d’occuper ce poste, il a été chargé de cours à l’Université d’Ottawa et a travaillé pendant plus de cinq ans avec Inter Pares, une ONG canadienne, à titre d’agent de programme de l’équipe Asie. Il détient un doctorat de l’Université Cornell ainsi qu’une maîtrise en affaires internationales de l’Université de Carleton.

5Yvan Conoir œuvre depuis 20 ans dans le domaine de la coopération internationale. Au service des Nations Unies (UNHCR, UNICEF ou UNITAR) ou de grandes ONG internationales (CARE, Centre Pearson, CECI), il a exercé des fonctions de direction, développement et gestion de programmes en Afrique, Asie, Amérique centrale et Europe dans les domaines de l’aide humanitaire, de la reconstruction ou du renforcement de capacités. Il est le coéditeur de L’action humanitaire du Canada (PUL, 2002), de Faire la paix : pratiques et consolidation de la paix (PUL, 2005) et de DDR : Défis humains, enjeux globaux (PUL, 2006), ainsi que de manuels spécialisés publiés en plusieurs langues pour le compte de l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR).

6Sébastien Dallaire est chercheur en opinion publique à la firme The Strategic Counsel. Ses recherches se concentrent sur l’opinion de la population canadienne par rapport aux enjeux politiques et sociaux contemporains, particulièrement concernant la politique internationale. Ses publications comprennent entre autres « Continuity and Change in the Global Monetary Order », dans John J. Kirton et George M. von Furstenberg (dir.), New Directions in Global Economic Governance : Managing Globalisation in the Twenty-First Century (Ashgate, 2001) et « Nord-Sud : une vision du monde en mutation », Revue internationale et stratégique (no 36, hiver 1999-2000 ; avec Jean-Philippe Thérien).

7Marie-Eve Desrosiers est professeure adjointe à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Elle est spécialiste des questions de sécurité des pays en voie de développement. Plus particulièrement, elle étudie les crises politiques et conflits civils, les enjeux identitaires, les relations entre l’État et la société, ainsi que la fragilité étatique. Ses publications incluent : « Demos and Ethnos : Dangerous Democratisation in Pre-Genocide Rwanda », Central European Journal of International and Security Studies (vol. 1, no 1, 2007) et « Quand justice et réconciliation ne font qu’un : les juridictions Gacaca au Rwanda », dans Yvan Conoir et Gérard Verna, Faire la paix : concepts et pratiques de la consolidation de la paix (Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005). Elle détient un doctorat de l’Université de Toronto et une maîtrise de l’Université York.

8Myriam Gervais est chercheure principale au Centre de recherche et d’enseignement sur les femmes de l’Université McGill (Canada). Détentrice d’un doctorat en science politique, ses intérêts de recherche sont les systèmes politiques africains et la pratique du développement. Dans le cadre de la coopération internationale, elle a vécu dans divers pays d’Afrique et conseille des institutions comme l’ACDI et les agences de l’ONU sur la gouvernance et le genre en Afrique. Ses plus récentes publications incluent des chapitres dans Development, Women and War (Oxfam Publishers, 2004), Réformes institutionnelles et espaces politiques ou les pièges de la gouvernance pour les pauvres (Harmattan, 2005), Femmes et conflits armés (Les Presses de l’Université Laval, 2005), et dans Women Building Peace between India and Pakistan (Anthem Press, 2007).

9Jean-Michel Labatut, spécialiste principal de programme au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), il prend part depuis plus de 25 ans à divers aspects de la recherche en sciences sociales en Afrique. Il a réalisé des études sur le développement urbain, les relations entre l’État et la société civile, les régimes fonciers, l’agriculture urbaine et le secteur non structuré. Il a enseigné à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Il a également enseigné en France et en Zambie. Depuis son arrivée au CRDI, en 1991, M. Labatut étudie des questions liées au développement urbain, à la gestion de l’environnement et aux réformes des politiques sociales en Afrique centrale et de l’Ouest, notamment en ce qui concerne la santé et l’éducation. Il a participé à l’élaboration de projets sur l’évaluation de programmes de lutte contre la pauvreté en Gambie et au Mali.

10Eric Marclay est délégué du Comité international de la Croix-Rouge et a effectué de nombreuses missions en Afrique et au Moyen-Orient. Il occupe actuellement le poste de chef des opérations adjoint pour le Moyen-Orient. Chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Eric Marclay est titulaire d’une maîtrise en science politique (politique internationale et droit international) et a notamment publié La responsabilité de protéger : un nouveau paradigme ou boîte à outils, Sécurité nationale vs immigration : une violation du principe de non-discrimination.

11Judith Meltzer est candidate au doctorat et chargée de cours au Département de science politique de l’Université de Carleton. Elle possède une maîtrise en Arts in International Affairs de la Norman Paterson School of International Affairs (NPSIA), qu’elle a obtenue à la suite d’études en anthropologie à l’Université McGill. Elle a travaillé comme analyste principale à la Fondation canadienne pour les Amériques au sein de la direction des Andes et également comme agente de recherche au Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Elle est auteure de plusieurs publications et d’analyses politiques portant sur les enjeux sociaux et de développement touchant la région des Andes, et coauteure de Elusive Peace : International, National and Local Dimensions of the Conflict in Colombia (Palgrave Macmillan, 2005). Ses recherches actuelles portent sur la citoyenneté et la responsabilité sociale en Amérique latine.

12Gisèle Morin-Labatut, spécialiste principale de programmes au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), a une formation en pédagogie (University of Zambia), en géographie (Université de Bordeaux III) et en gestion de l’information (University of Western Ontario). Elle a enseigné quatre ans en Zambie comme coopérante canadienne avec le CUSO avant de se tourner vers la gestion des systèmes et réseaux d’information et communication. Elle travaille actuellement au Centre de recherches pour le développement international, au sein du Programme des partenariats canadiens, qui appuie les universités et autres organisations canadiennes impliquées dans la recherche et la gestion de l’information au service du développement durable.

13Alain Noël est professeur de science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les politiques sociales et sur le fédéralisme en perspective comparée et, plus largement, sur la politique au Canada et au Québec. Elles ont été publiées dans différents ouvrages et revues, incluant American Political Science Review, Comparative Political Studies, Critical Review of International Social and Political Philosophy, International Organization, Global Social Policy, la Revue française des affaires sociales et la Revue canadienne de science politique. Son dernier livre, Left and Right in Global Politics, écrit en collaboration avec Jean-Philippe Thérien, vient de paraître (Cambridge University Press, 2008).

14Stéphane Roussel est professeur agrégé au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes. De 2000 à 2002, il était professeur au Collège Glendon (York University), où il enseignait les relations internationales et les études de sécurité. Il est diplômé en science politique de l’Université de Montréal (Ph. D., 1999). Entre autres, il a écrit The North American Democratic Peace : Absence of War and Security Institution-Building in Canada-US Relations, 1867-1958 (McGill-Queen’s University Press, 2004), coécrit Politique internationale et défense au Canada et au Québec (PUM, 2007) et dirigé Culture stratégique et politique de défense : l’expérience canadienne (Athéna, 2007).

15Philip A. Tanner a plus de 17 ans d’expérience dans le domaine de l’aide internationale, dans plus de 25 pays. Il possède une vaste expérience dans le domaine de l’aide humanitaire, la reconstruction et le développement avec les Nations Unies et les ONG internationales. Il s’est spécialisé dans le renforcement des capacités au niveau communautaire à l’Université de Bradford, Royaume-Uni. Il a travaillé dans de nombreux pays en crise, dont le Soudan, le Burundi, le Timor-Oriental, le Népal et l’Afghanistan. Il est l’actuel directeur des programmes pour l’Asie pour CARE Canada.

16Jean-Philippe Thérien est professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal et membre associé du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal. Ses recherches se concentrent sur les relations Nord-Sud et le système interaméricain. Ses travaux ont notamment été publiés dans American Political Science Review, Comparative Political Studies, Global Governance, International Organization, la Revue internationale de politique comparée et Third World Quarterly. Il est l’auteur (avec Alain Noël) de Left and Right in Global Politics (Cambridge University Press, 2008).

17Brian Tomlinson est coordonnateur de l’unité de recherche de l’Orientation politique sur l’aide au développement au Conseil canadien de la coopération internationale (CCCI). Il est l’auteur d’un grand nombre de publications sur la coopération internationale du Canada, dans lesquelles l’accent est particulièrement mis sur les questions politiques liées à l’aide internationale. Tout récemment, il a représenté le CCCI au Comité d’aide au développement de l’OCDE, dans le cadre d’un groupe consultatif sur la société civile et l’efficacité de l’aide. Monsieur Tomlinson est aussi vice-président du réseau mondial Reality of Aid et avait précédemment travaillé pour le Programme des Amériques du Service universitaire canadien outre-mer (CUSO), ainsi que pour Oxfam en tant qu’agent des affaires politiques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search