Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'aide canadienne au développement

 | 
François Audet
, 
Marie-Eve Desrosiers
, 
Stéphane Roussel

Première partie. Les acteurs de l'aide canadienne au développement

4. Les canadiens et l’aide au développement : un internationalisme à deux vitesses

Alain Noël, Jean-Philippe Thérien et Sébastien Dallaire

Texte intégral

1Dans un article publié en 2002, Evan Potter constatait que la majorité des Canadiens continuaient d’appuyer une politique étrangère active fondée sur des valeurs sociales et axée sur le multilatéralisme, et qu’ils considéraient le maintien de la paix et l’aide étrangère comme les contributions internationales les plus importantes du Canada. D’après Potter, cet internationalisme risque toutefois de changer et de devenir moins altruiste pour s’orienter davantage sur les intérêts ou les résultats (Potter, 2002 : 6 et 14). En effet, si les Canadiens continuent de soutenir l’aide au développement, beaucoup s’inquiètent de ce que les pays pauvres puissent en devenir « trop dépendants » et préfèrent des programmes d’aide qui comportent un net avantage pour le Canada (Potter, 2002 : 15-16).

2L’importance donnée aux résultats de l’aide est-elle vraiment nouvelle ? Ou est-ce que les inquiétudes concernant l’efficacité de la coopération canadienne constituent une caractéristique permanente de l’opinion publique ? Comment faire pour concilier de telles préoccupations et ce qui semble être un soutien constant de la population à l’aide au développement ? Pour diverses raisons méthodologiques et politiques, peu d’attention a jusqu’ici été accordée à ces questions par les spécialistes. Convaincus de l’engagement soutenu des Canadiens à l’égard de l’internationalisme, ceux-ci ont, de façon générale, postulé l’existence d’un consensus solide et relativement stable à l’égard des questions de politique étrangère (Munton, 2002-2003 : 158-159). Cependant, lorsqu’on y regarde de plus près, ce consensus paraît plutôt superficiel et ambigu parce qu’on constate qu’il s’agit en fait d’un construit qui intègre des points de vue et des attitudes qui ne sont pas toujours compatibles. En mettant l’accent sur la tradition internationaliste canadienne, la plupart des observateurs ont tendance à faire abstraction des différences au profit d’une vision plus ou moins homogène et largement répandue du rôle politique du pays sur la scène internationale. Pourtant, comme l’ont expliqué Don Munton et Tom Keating, l’internationalisme divise les Canadiens tout autant qu’il les unit (2001 : 547). En effet, bien qu’il existe un large consensus en faveur d’une diplomatie canadienne active et d’un internationalisme économique, d’importantes divergences subsistent sur les relations du pays avec les États-Unis, sur l’aide au développement et sur les questions de sécurité. S’agissant de l’aide internationale et de la course aux armements, Munton et Keating parlent de désaccord marqué et d’une certaine polarisation des points de vue (ibid. : 545). Malheureusement, nous en savons peu sur ces divergences et leurs répercussions sur la politique étrangère canadienne. Si on peut supposer que l’ensemble du débat prend racine dans la politique intérieure, cette hypothèse n’a été, jusqu’à présent, que peu étudiée (ibid. : 540).

  • 1 Notre étude est principalement fondée sur les données provenant de quatre sondages effectués par En (...)

3Afin de sonder davantage la nature de l’internationalisme canadien, nous nous baserons sur des données concernant l’appui de la population à l’aide étrangère1. Avec le maintien de la paix, l’aide au développement est un pilier de l’internationalisme pearsonnien qui a longtemps défini les relations extérieures du Canada (Cooper, 1997 : 210). Ce volet de la politique étrangère canadienne suscite toutefois des points de vue discordants au sein de la population. Bien que jouissant d’un fort appui de principe, l’aide au développement n’est pas cautionnée sans réserve ni de manière universelle.

4Les Canadiens sont divisés sur au moins deux aspects de l’internationalisme. D’abord, ils sont partagés entre deux attitudes différentes et ils ont des opinions ambiguës sur l’aide étrangère. Bien que la plupart des citoyens s’entendent pour dire que l’aide au développement est importante, leur appui ne se traduit pas par une volonté d’agir très forte. Ensuite, conformément aux différences idéologiques et partisanes qui marquent le débat politique intérieur, leur attitude diffère selon qu’ils se rangent du côté des internationalistes libéraux ou conservateurs. Cette division rappelle le clivage idéologique américain décrit par Eugene Wittkopf et Ole Holsti et va également dans le sens d’une multitude de résultats comparatifs sur l’appui de la population à l’aide étrangère (Wittkopf, 1990 : 215 ; Holsti, 1996 : 134, 151-156 et 183 ; Lumsdaine, 1993 : 137-179 ; Thérien, 2002). À l’instar de ce qui se produit dans plusieurs autres pays, l’internationalisme des Canadiens ne serait pas aussi consensuel et aussi solidement ancré qu’on le laisse souvent entendre.

5Afin de mettre en évidence le contraste entre le discours officiel, qui demeure généreux, et l’engagement financier, qui s’est étiolé de façon significative au fil des années, nous présenterons d’abord un portrait de l’évolution de la politique canadienne d’aide au développement. Nous étudierons ensuite l’appui des citoyens à l’aide internationale, pour voir comment il soutient la comparaison avec la situation dans d’autres pays donateurs, comment il a évolué et de quelle manière il est lié aux attitudes de la population concernant les politiques intérieure et étrangère. Notre examen confirmera l’image d’une population dont le soutien à l’aide est ambivalent. Finalement, pour expliquer cette ambiguïté apparente, nous démontrerons que l’internationalisme des Canadiens se définit par un clivage gauche-droite avec, d’un côté, des citoyens aux orientations politiques et idéologiques libérales favorables à l’aide et, de l’autre, des citoyens aux idées plus conservatrices qui sont plus réticents. Les conclusions nous conduiront à repenser l’aide au développement, et plus globalement l’inter nationalisme, dans le contexte d’un rapprochement entre la politique intérieure et étrangère (Potter, 2002 : 3). En fait, pour la majorité des gens, la frontière entre politique intérieure et politique étrangère est loin d’être étanche. Les valeurs qui déterminent les attitudes à l’égard des affaires internationales sont essentiellement les mêmes que celles qu’on retrouve dans la politique interne. L’opinion publique devrait donc être analysée dans une perspective qui tient compte de ce fondement commun (Noël et Thérien, 2002).

L’AIDE AU DÉVELOPPEMENT : DISCOURS AMBITIEUX, RÉALISATIONS MODESTES

6Étant donné que le Canada est une puissance moyenne à la fois prospère et sans passé colonial, l’aide a parfois été décrite comme une « vocation » pour le Canada (Parlement du Canada, 1986 : 95). Toutefois, depuis quelques années, cette perception n’a plus qu’un rapport ténu avec la réalité. Dans le domaine de l’aide comme dans tant d’autres, le Canada projette de plus en plus l’image d’une puissance en déclin (Hillmer et Molot, 2002).

GRAPHIQUE 4.1. L’aide étrangère en pourcentage du PNB (1950-2000)

GRAPHIQUE 4.1. L’aide étrangère en pourcentage du PNB (1950-2000)

Sources : ACDI (2002a) ; OCDE (différentes années).
Note : Le Comité d’aide au développement (CAD) inclut l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. En 2000, le concept de produit national brut (PNB) a été remplacé par celui de revenu national brut (RNB).

7Au Canada comme ailleurs dans le monde développé, l’aide étrangère est apparue en réponse à un large éventail de besoins (Morrison, 1998). Il convient à ce propos de rappeler que l’aide est née au début de la Guerre froide comme un moyen de contrer le communisme avant d’être un outil de lutte contre la pauvreté. La politique de coopération au développement du Canada a donc d’abord et avant tout servi à renforcer les bases géostratégiques et économiques de l’ordre libéral établi dans l’après-guerre. Au-delà de cet objectif partagé par l’ensemble des pays capitalistes avancés, l’aide allait également permettre de promouvoir des intérêts spécifiquement canadiens. Elle s’est ainsi graduellement imposée comme un moyen efficace pour pallier l’absence quasi totale de relations entre le Canada et le tiers-monde et pour affirmer le caractère distinct de la politique étrangère canadienne face à celle des États-Unis. Enfin, l’aide canadienne a été façonnée par les valeurs dominantes de la culture politique canadienne, notamment celles qui s’expriment à travers les mécanismes de l’État-providence (Thérien et Noël, 1994). À maints égards, la politique canadienne d’aide est une projection vers l’extérieur des principes sur lesquels reposent les politiques intérieures de redistribution du revenu. Cranford Pratt a judicieusement résumé cette tension déterminante entre les intérêts et les principes lorsqu’il a décrit la politique d’aide canadienne comme étant invariablement déchirée entre deux logiques antagonistes, à savoir le « réalisme international » et l’« internationalisme humanitaire » (Pratt, 1989 : 13-22 ; Pratt, 2000 : 37-59).

8Pendant longtemps, le Canada a été réputé pour sa générosité à l’égard du monde en développement. En 1975, une année record, le pays a par exemple consacré 0,53 % de son PNB à la coopération internationale (voir le Graphique 4.1). Cette performance restait en deçà des promesses répétées du gouvernement d’atteindre la cible de 0,7 % établie par l’ONU en 1970, mais elle situait le Canada dans le peloton de tête, bien au-dessus de la moyenne des pays donateurs. En fait, jusqu’à la fin des années 1980, le Canada se distinguait par une politique d’aide à peu près à mi-chemin entre l’attitude conservatrice des pays du G7 et celle, beaucoup plus progressiste, des pays d’Europe du Nord (Thérien, 1996). La politique canadienne d’aide a par ailleurs été historiquement marquée par deux caractéristiques fortes : un parti pris en faveur du système multilatéral et une très grande dispersion des fonds alloués. Par son appui solide aux organisations internationales de développement, comme le Programme des Nations Unies pour le développement et la Banque mondiale, le Canada a cherché à montrer qu’il était moins préoccupé par la défense de ses intérêts nationaux immédiats que la plupart des autres pays riches. Par ailleurs, en tant que pays des Amériques à la fois membre du Commonwealth et de la Francophonie, le Canada a toujours senti le besoin d’être présent aux quatre coins du tiers-monde. Selon la formule de Jim Freedman, la politique d’aide canadienne a tenté de « tout faire pour tout le monde » (2000 : 13, traduction libre). En dépit de la nature irréalisable d’un tel objectif, l’aide a néanmoins permis au Canada, durant plus d’une génération, de se présenter comme un « État samaritain » (Spicer, 1966) et de faire valoir « ce qu’il y a de meilleur » chez les Canadiens (Parlement du Canada, 1994 : 51).

  • 2 Les statistiques qui suivent sont tirées de OCDE (annuel).

9La fin de la Guerre froide et la lutte au déficit menée par le gouvernement fédéral tout au long des années 1990 ont considérablement réduit l’engagement du Canada dans le domaine de l’aide. En effet, le pays est l’un des donateurs à avoir été le plus affecté par le phénomène mondial d’essoufflement de l’aide. En dollars courants, sa contribution a chuté de plus de 33 % entre 1991 et 19992. Après avoir atteint 0,45 % du PNB en 1991, elle n’en représentait plus que 0,25 % en 2000. Cette performance a fait reculer le Canada de la 7e à la 16e position parmi l’ensemble des donateurs. Le Canada fait piètre figure même au sein du G7 où il occupe désormais la 5e position (derrière la France, le Royaume-Uni, le Japon et l’Allemagne) pour ce qui est du pourcentage du PNB consacré à l’aide. Il est révélateur que le gouvernement évite désormais toute référence à l’objectif international de 0,7 %. On peut enfin se demander si les ressources de la coopération canadienne sont bien utilisées compte tenu du fait que les objectifs développementaux de l’aide sont en constante compétition avec d’autres objectifs politiques, stratégiques et économiques. Le gouvernement a d’ailleurs institutionnalisé cette situation dans son énoncé de politique étrangère de 1995 en faisant valoir que « l’aide internationale favorise la prospérité et l’emploi, protège la sécurité mondiale et contribue au rayonnement des valeurs et de la culture canadiennes » (Canada, 1995 : 53). On peut penser que cette confusion des objectifs explique en partie pourquoi le Canada est l’une des nations riches qui consacrent le moins d’aide aux pays les moins avancés, c’est-à-dire les États les plus pauvres de la planète.

10Il est vrai que malgré les compressions budgétaires des années 1990, le Canada continue de se démarquer par l’originalité de ses politiques dans certains domaines comme la collaboration avec les ONG, la promotion de l’égalité hommes-femmes et la protection de l’environnement. Il importe aussi de souligner que l’aide a déjà commencé à profiter du redressement de la situation budgétaire du pays. En 2002, le premier ministre Jean Chrétien a ainsi annoncé un engagement à long terme pour augmenter le budget de la coopération internationale de 8 % par année (ACDI, 2002b : 2). La même année, l’attention accordée à l’Afrique lors du Sommet du G8 tenu à Kananaskis a incité le gouvernement à créer le Fonds canadien pour l’Afrique, doté d’un budget de 500 millions de dollars sur trois ans (Tomlinson, 2002a). Il faut toutefois souligner que, de façon générale, malgré ces récentes initiatives et un discours sophistiqué qui insiste sur la réduction de la pauvreté et la nécessité de promouvoir l’appropriation des programmes d’aide par les pays en développement, le Canada n’est plus le chef de file qu’il a déjà été en matière de coopération au développement.

11Le gouvernement a généralement soutenu que l’opinion publique, bien consciente des difficultés économiques du pays, appuyait les changements survenus dans la politique d’aide. Cette interprétation, qui suggère que les Canadiens seraient probablement moins internationalistes et moins altruistes qu’avant, a jusqu’ici donné lieu à peu d’études empiriques. L’analyse qui suit contribuera à faire progresser le débat.

UN CONSENSUS SUPERFICIEL

12Les rares analyses portant sur les attitudes de la population canadienne à l’égard de l’aide au développement tendent à confirmer l’idée d’un consensus national sur cette question. Les Canadiens seraient ainsi généralement favorables à l’aide étrangère, et leur attitude serait demeurée relativement inchangée au fil des ans. Par exemple, à la fin des années 1980, Réal Lavergne notait que de 75 à 80 % de la population se disait en faveur du niveau d’aide accordé ou d’une augmentation du budget de l’aide (1989 : 38). Il précisait que le nombre de répondants approuvant une aide accrue était demeuré stable au cours des 20 années précédentes (ibid. : 40). Plus récemment, Ian Smillie allait dans le même sens en soutenant que, malgré quelques fluctuations dans l’opinion, la tendance à long terme avait peu changé depuis les années 1970 (Smillie, 1998a : 58). Cette affirmation est fondamentalement juste ; cependant, comme nous le verrons plus loin, elle est trop générale pour être entièrement satisfaisante. En effet, bon nombre des conflits qui façonnent la politique canadienne sur les plans national et international se reflètent dans l’attitude de la population à l’égard de l’aide au développement. Dès lors qu’on se penche sur ces conflits, on constate que l’opinion publique est plus nuancée. Mais avant d’aborder ces différences, il faut d’abord revenir sur ce qu’il convient d’appeler le « consensus » de la politique étrangère.

  • 3 La question exacte est : « Je vais vous lire une liste d’objectifs de la politique étrangère du Can (...)
  • 4 La question exacte est : « Je vais vous lire une liste d’énoncés au sujet de la politique étrangère (...)

13À première vue, la population canadienne semble très favorable à l’aide étrangère. Une enquête d’Ipsos-Reid présentée au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international en septembre 2001 confirme les conclusions de Lavergne et Smillie. Selon cette enquête, 76,4 % des Canadiens considèrent qu’il est important que le pays continue de promouvoir l’aide aux pays pauvres, alors que 11,2 % sont en désaccord (12,4 % sont neutres)3. Par ailleurs, 53 % des répondants contre 26 % croient que le Canada devrait accorder davantage d’aide aux pays en développement (21 % sont neutres)4. Il paraît bien sûr normal que la perspective d’un accroissement de l’aide étrangère recueille un appui moins marqué que le principe même de l’aide au développement, puisque l’engagement sous-entendu dans une augmentation du budget de l’aide s’avère plus explicite et plus contraignant. L’écart entre ces deux aspects de la question révèle toutefois que le consensus sur l’aide étrangère est plus fragile qu’il n’y paraît. Il est significatif que seule une mince majorité de la population (53 %) appuie une augmentation de la coopération canadienne, alors même que la décennie précédente a été marquée par une réduction draconienne des efforts d’aide au développement.

14L’appui limité de la population pour ce qui constituerait en fait un retour à l’ancien niveau de l’aide canadienne s’explique en partie par un manque d’information sur la question. Au Canada comme ailleurs, la plupart des études indiquent que la population est mal informée sur l’aide au développement, qu’elle perçoit l’envergure des budgets d’aide comme étant exagérée, et qu’elle a une compréhension limitée de ce champ d’activité (OCDE, 2001 : 1). De façon générale, les Canadiens croient que 10,5 % du budget fédéral est consacré à l’aide, alors que seulement 20 % d’entre eux savent que cette aide représente en réalité moins de 2 % des dépenses gouvernementales (Tomlinson, 2002b : 3). Lorsqu’ils sont informés du montant réel consacré à l’aide, les répondants se montrent généralement plus favorables à une augmentation du budget de la coopération internationale. Selon un sondage d’Environics présenté à l’Agence canadienne de développement international en octobre 1998, le taux de répondants considérant que le budget de l’aide canadienne était insuffisant passait de 24 à 44 % lorsque ceux-ci apprenaient la somme réelle allouée par le gouvernement fédéral à l’aide au développement (Environics Research Inc., 1998). Ces résultats laissent entendre que l’appui des Canadiens à une augmentation du budget de l’aide serait probablement plus élevé si ces derniers étaient mieux informés des réductions des dernières années.

15À l’échelle internationale, l’appui canadien à l’aide étrangère se situe tout à fait dans la moyenne. Comme on peut le voir dans le Graphique 4.2, parmi les 17 pays qui disposent de statistiques comparables, le Canada occupe une position médiane : huit pays affichent un niveau d’appui supérieur à celui du Canada, tandis que huit autres pays ont un niveau inférieur. Les pays où l’appui est plus élevé qu’au Canada peuvent être divisés en deux groupes : ceux de l’Europe du Nord, où l’aide au développement constitue une priorité de la politique extérieure depuis longtemps déjà (Pays-Bas, Danemark et Suède), et les pays de l’Europe du Sud, qui ont eux-mêmes profité des programmes de développement régionaux européens (Espagne, Grèce, Italie et Portugal) (Noël et Thérien, 2002 : 645). Les Canadiens soutiennent davantage l’aide que la population de quatre des cinq pays du G7 pour lesquels des données sont disponibles (Royaume-Uni, France, Allemagne et États-Unis). Le contraste avec les États-Unis, le seul pays où moins de la moitié de la population (46 %) appuie l’aide étrangère, est particulièrement frappant. En dépit d’une intégration économique étroite et de la proximité culturelle entre les deux pays, les Canadiens et les Américains ne partagent pas le même point de vue sur toute une série de politiques publiques, dont le rôle de leur gouvernement face aux pays pauvres (Perlin, 1997 ; Hoberg, 2002). De façon générale, au Canada, le niveau d’appui au programme d’aide ressemble beaucoup à celui qu’on observe en Europe. En 1998, 76 % des Européens jugeaient que l’aide étrangère constituait un objectif important et 51 % croyaient que leur gouvernement respectif devait aider davantage les pays pauvres (INRA, 1999 : 2). Ces résultats sont presque identiques à ceux de l’enquête d’Ipsos-Reid de 2001 mentionnée précédemment.

GRAPHIQUE 4.2. Appui de l’opinion publique à l’aide étrangère

GRAPHIQUE 4.2. Appui de l’opinion publique à l’aide étrangère

Sources : Pour le Canada : Ipsos-Reid (2001) ; pour les États-Unis : Chicago Council of Foreign Relations (2000) ; pour l’Europe : INRA (1999).
Note : Pour le Canada, la question exacte est présentée dans la note de fin de texte no 3. Pour les États-Unis, la question est : « Dans l’ensemble, êtes-vous pour ou contre notre programme d’aide économique à d’autres nations ? » [notre traduction]. Pour l’Europe, la question est : « À votre avis, est-il très important, important, pas très important, ou pas important du tout d’aider les gens des pays pauvres d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Asie, etc., à se développer » [notre traduction]. À cause de la différence dans les questions posées, toute comparaison directe est nécessairement approximative ; les résultats présentés ici sont néanmoins conformes avec les niveaux d’appui historiques observés dans la plupart des pays. Voir par exemple Smillie et Helmich (1998), et Stern (1998).

16Avec le temps, l’attitude des Canadiens à propos de l’aide au développement est demeurée sensiblement la même ; en fait, elle a moins changé que la politique canadienne. En général, comme dans la plupart des autres pays de l’OCDE, l’appui de la population s’est maintenu au cours de la dernière décennie (OCDE, 2001 : 1). Cela ne signifie pas pour autant que la population est insensible à la conjoncture politique. De fait, l’attitude des Canadiens varie selon les années. Selon plusieurs sondages, l’aide recueillait plus d’appuis au début des années 1990 qu’au milieu de la décennie. Par exemple, après avoir atteint 76 % en 1989 (Environics Research Inc., 1998), la proportion des Canadiens croyant que l’État dépensait suffisamment ou pas assez pour aider les pays du tiers-monde a chuté à environ 50 % entre 1993 et 1995, époque où la lutte au déficit budgétaire était la priorité absolue du gouvernement. Dans un contexte de restrictions financières sans précédent, les Canadiens étaient davantage préoccupés par les enjeux nationaux que par ceux relevant de la politique étrangère.

17En contexte budgétaire moins difficile, les Canadiens ont quand même tendance à accorder la priorité aux programmes nationaux, et ce, même s’ils soutiennent la coopération au développement. En 2000, comme le montre le Graphique 4.3, seulement 41 % des Canadiens considéraient que la lutte contre la pauvreté dans le monde devait être une priorité fédérale (pour 20 %, il s’agissait d’une priorité importante), et ils étaient encore moins nombreux (36 %) à partager la même opinion concernant la qualité de vie dans les pays pauvres (une priorité jugée importante par 14 % des répondants). Les objectifs de développement international sont ainsi arrivés loin derrière une série de priorités nationales dont plusieurs n’étaient même pas de compétence fédérale. Les principales préoccupations des citoyens étaient les soins de santé (une priorité pour 85 % des répondants), la pauvreté au pays (80 %), la criminalité (76 %), la dette nationale (74 %), l’impôt des particuliers (71 %), l’augmentation des frais de scolarité (69 %), les émissions de gaz à effet de serre (66 %) et le soutien à la petite enfance (64 %). Parmi les enjeux non prioritaires, seuls les arts (jugés non prioritaires par 71 % des répondants) arrivaient derrière la qualité de vie dans les pays pauvres (63 %) et la pauvreté dans le monde (57 %). De façon imagée, on a déjà dit que le soutien des Canadiens à l’aide étrangère avait « un mille de long et un pouce d’épais » (Smillie, 1998 b : 23). Or, le contraste entre le fort appui exprimé par les citoyens et l’importance relativement faible qu’ils accordent à la question contribue à renforcer cette impression. La prépondérance accordée aux enjeux nationaux par rapport à la réduction de la pauvreté dans le monde n’est pas surprenante, dans la mesure où elle correspond à ce qu’on voit dans la plupart des pays donateurs. Cette situation reflète probablement le sentiment général selon lequel « charité bien ordonnée commence par soi-même ». Au Canada, toutefois, l’écart semble particulièrement marqué entre la préoccupation de la population au sujet de la pauvreté dans le monde et l’intérêt qu’elle porte aux enjeux nationaux, y compris la pauvreté au pays. L’attitude des Canadiens, sur ce point, semble ainsi se rapprocher davantage de celle qui prévaut dans certains pays européens qui sont moins favorables à l’aide étrangère et davantage préoccupés par les inégalités nationales (Autriche, Belgique, France) (Noël et Thérien, 2002 : 642-645).

GRAPHIQUE 4.3. Priorités de la population canadienne en matière de politiques publiques

GRAPHIQUE 4.3. Priorités de la population canadienne en matière de politiques publiques

Source : Earnscliffe Research and Communications (2000).
Note : La question exacte est : « En ne tenant compte que du gouvernement fédéral, sur une échelle de 1 à 7 où 1 signifie une priorité très peu importante, 4 signifie une priorité moyennement importante et 7 une priorité extrêmement importante, quel degré de priorité aimeriez-vous que le gouvernement accorde à ces différentes questions ? » [notre traduction].

GRAPHIQUE 4.4. Priorités de la population canadienne en matière de politique étrangère

GRAPHIQUE 4.4. Priorités de la population canadienne en matière de politique étrangère

Source : Ipsos-Reid (2001). Voir le Graphique 4.3 pour la question exacte.

18On constate également les limites de l’appui des citoyens à l’« internationalisme humanitaire » lorsqu’on compare l’appui que ceux-ci accordent à l’aide étrangère et à d’autres priorités internationales. Le Graphique 4.4 illustre l’évaluation que les Canadiens ont faite de 15 objectifs de politique étrangère dans le cadre du sondage d’Ipsos-Reid de 2001. L’objectif consistant à aider les pays pauvres a été jugé « très important » par seulement 27 % des répondants et s’est classé parmi les derniers objectifs dits « importants » ou « très importants » ; 76 % des répondants l’ont estimé « important », soit un taux semblable à celui de priorités telles que la réduction de l’immigration illégale (75 %), la promotion de la culture canadienne (76 %) ou l’amélioration des relations entre le Canada et les États-Unis (77 %). Ce taux de 76 % s’avère toutefois nettement inférieur à celui obtenu par la protection des ressources naturelles du Canada (97 %), la prévention de la propagation des maladies infectieuses (95 %), la protection de l’environnement (95 %), la prévention du terrorisme international (90 %) et la promotion des débouchés commerciaux (89 %). Le moins qu’on puisse dire au vu de ce classement, c’est que l’aide aux pays en développement n’est que l’une des nombreuses missions internationales du Canada.

  • 5 Le même argument a été avancé pour expliquer l’attitude des Américains. Voir Page et Barabas (2000  (...)

19Le degré élevé de scepticisme des Canadiens par rapport à l’efficacité des programmes d’aide au développement est l’une des raisons souvent évoquées pour expliquer le soutien mitigé dont jouit la coopération internationale5. L’enquête d’Ipsos-Reid indique qu’en 2001, 50 % des Canadiens croyaient que l’aide rendait les pays pauvres trop dépendants, et pas moins de 37 % jugeaient que cette aide ne ferait aucune différence, même dans les pays les plus pauvres. Ces données ressemblent à celles qu’on observe en Europe et aux États-Unis, où les citoyens s’inquiètent également de la possibilité que les ressources consacrées à la coopération soient accordées à des gouvernements non démocratiques qui violent les droits de la personne. Comme le souligne Ian Smillie, l’idée que l’aide n’a que peu d’effets bénéfiques et que celle-ci serait souvent gaspillée par des bureaucrates et des dictateurs est largement répandue. Smillie ajoute cependant qu’une telle « désillusion publique » ne doit pas être confondue avec un essoufflement de la compassion (1998b : 21 et 24). Il n’en demeure pas moins qu’au Canada comme ailleurs, bon nombre de citoyens ont des réserves au sujet de l’aide étrangère.

20Bien qu’il demeure difficile de comprendre les raisons exactes du scepticisme des Canadiens à l’égard de la coopération internationale, il est clair que, dans l’ensemble, ils semblent très ambivalents, voire qu’ils affichent une opinion incohérente, sur cette question. Si nous tenons compte, par exemple, de l’interaction entre les principes et les intérêts qui ressortent de l’enquête d’Ipsos-Reid de 2001, nous constatons que la majorité des Canadiens (67 %) estimaient que des valeurs sociales telles que la protection de l’environnement et la défense des droits de la personne devraient constituer les éléments moteurs de la politique étrangère du Canada. Seulement 32 % des répondants jugeaient que les relations extérieures du pays devraient principalement viser des objectifs économiques tels que l’accroissement des perspectives commerciales. Parallèlement, les réponses obtenues à certaines questions incitent à penser que les Canadiens tendent à faire converger internationalisme et intérêts nationaux. Par exemple, la majorité des personnes interrogées (61 %) croyaient que l’aide devrait être accordée principalement à des pays présentant un intérêt indéniable pour le Canada (23 % étaient en désaccord avec cette position, et 16 % étaient neutres). Par ailleurs, l’Afrique était considérée comme la région la moins importante pour la politique étrangère canadienne, même s’il s’agissait sans contredit du continent ayant les besoins les plus grands sur le plan du développement.

21Pour résumer, si les Canadiens semblent appuyer le principe de l’aide étrangère à un niveau qui demeure constant et qui est semblable à celui observé dans les pays européens, leur générosité reste timide. Ainsi, l’idée d’augmenter le budget de l’aide reçoit un appui bien inférieur à celui accordé au principe même de l’aide. En outre, l’aide récolte moins d’appuis que presque toutes les autres priorités nationales et internationales auxquelles s’intéressent les Canadiens. S’ils souhaitent une politique étrangère axée sur les valeurs sociales, ceux-ci s’inquiètent néanmoins de l’efficacité de l’aide au développement et considèrent que l’aide devrait être distribuée en tenant compte des intérêts du Canada. Les positions ambivalentes de l’opinion publique sont, jusqu’à un certain point, comparables à celles du gouvernement dont le discours généreux et avant-gardiste en matière d’aide au développement ne s’est pas traduit par une augmentation des dépenses. Comme nous le verrons, ces tensions reflètent peut-être davantage les divergences politiques au sein de la population canadienne qu’une simple incohérence chez cette dernière.

UNE POPULATION DIVISÉE ENTRE LA GAUCHE ET LA DROITE

22L’aide au développement est un enjeu indissociable de la politique nationale d’un pays. En tant que forme de redistribution des revenus, elle soulève toutes sortes de questions fondamentales qui ont trait au développement humain, à l’égalité, à la liberté et au rôle de l’État. Or, dans les démocraties libérales, ces questions divisent systématiquement la gauche et la droite. Le discours de la gauche sur l’aide évoque évidemment la justice sociale, la solidarité et les engagements d’intérêt public, tandis que le discours de la droite renvoie à la dépendance, à l’inefficacité et au gaspillage. Dans les pays où les partis sociaux-démocrates sont influents et où ils ont institué un État-providence généreux et universel, l’aide étrangère tend à être plus élevée (Noël et Thérien, 1995 ; Thérien et Noël, 2000). Par contre, dans les pays surtout dirigés par les conservateurs, les inégalités nationales sont plus importantes et elles tendent à prendre le pas, dans les préoccupations de la population, sur les enjeux de développement international (Noël et Thérien, 2002). Il n’est pas étonnant de constater que les citoyens et les groupes de gauche sont plutôt favorables à la redistribution internationale, tandis que ceux de droite sont généralement plus sceptiques et réticents face à cette idée (Lumsdaine, 1993 ; Thérien, 2002). Étant donné leur consensus relativement superficiel sur l’internationalisme et l’aide étrangère, on peut donc penser que les Canadiens sont divisés sur ces questions à partir des mêmes clivages politiques que ceux que l’on retrouve à propos d’autres enjeux nationaux et internationaux.

  • 6 Cette distinction a évidemment disparu avec la fusion du Parti progressiste-conservateur avec l’All (...)

23Selon le sondage d’Environics de 1998, les Canadiens sont en effet divisés entre la gauche et la droite lorsqu’il est question de l’aide au développement. Moins de 30 % des répondants qui ont affirmé donner leur appui au Nouveau Parti démocratique (NPD) (27 %), au Bloc québécois (28 %) et au Parti libéral du Canada (29 %) considéraient qu’on ne dépensait pas assez d’argent pour l’aide étrangère, tandis que plus de 40 % de ceux qui se sont dits partisans des formations conservatrices jugeaient que le Canada y accordait trop de ressources (43 % chez le Parti progressiste-conservateur du Canada, et 46 % chez le Parti réformiste du Canada) (Environics Research Inc., 1998). Ces résultats reflètent l’idéologie des partis politiques nationaux qui se distinguent clairement sur l’axe gauche-droite. Le NPD est résolument à gauche, le Bloc québécois, qui prône la souveraineté du Québec, est un parti de centre gauche, le Parti libéral est un parti centriste ayant un penchant à gauche, tandis que le Parti progressiste-conservateur et l’Alliance canadienne (autrefois le Parti réformiste) se font concurrence pour les votes conservateurs, les Alliancistes se situant toutefois légèrement plus à droite (Blais et al., 2002 : 17-33)6.

  • 7 La question exacte est : « Aide aux pays en développement : le gouvernement fédéral devrait-il dépe (...)

24La relation entre les orientations idéologiques ou partisanes et l’appui des citoyens à l’égard de la coopération au développement n’a toutefois que très rarement été examinée de près. En fait, la question n’a que peu été soulevée puisque les praticiens et les spécialistes semblaient plutôt souhaiter établir le profil du consensus canadien qu’en analyser les divisions politiques sous-jacentes. Par conséquent, les sondages sur les questions de politique étrangère ont rarement porté sur les enjeux nationaux ou sur les préférences partisanes, et les sondages plus classiques sur la politique laissaient de côté la plupart des enjeux de politique étrangère. Dans ce contexte, il est éclairant d’analyser le lien entre les attitudes relatives à la politique nationale et à la politique étrangère à partir des résultats du questionnaire postélectoral de l’Étude électorale canadienne 2000 (EEC-2000), une étude qui comprend de nombreuses questions sur les préférences politiques personnelles (Blais et al., 2000). Ce corpus de données comporte des lacunes puisqu’il ne contient qu’une seule question sur l’aide étrangère, laquelle a été soulevée dans le cadre de l’examen d’un certain nombre de priorités relatives aux dépenses nationales7. Néanmoins, l’Étude électorale canadienne offre une occasion unique d’établir un lien entre les dispositions à l’égard de la coopération au développement et un certain nombre d’orientations idéologiques et partisanes.

25Pour vérifier la validité de la question sur l’aide étrangère posée dans cette étude, nous l’avons comparée indirectement à deux questions semblables issues de l’enquête d’Ipsos-Reid de 2001. L’une d’elles portait sur l’appui des citoyens à l’aide, l’autre sur l’appui à une augmentation du budget de l’aide. Le Tableau 4.1 présente les liens entre l’appui de la population à l’aide étrangère, tels qu’ils ont été mesurés par les trois questions, et un certain nombre de caractéristiques socioéconomiques fondamentales, soit l’âge, le niveau de scolarité, le revenu personnel, le sexe, la région, la langue et la religiosité. La première colonne présente le sens de la relation statistique attendue sur la base des travaux spécialisés portant sur l’opinion publique et l’aide étrangère.

TABLEAU 4.1. Corrélations entre l’opinion publique sur l’aide étrangère et certains attributs socioéconomiques

TABLEAU 4.1. Corrélations entre l’opinion publique sur l’aide étrangère et certains attributs socioéconomiques

Sources : Ipsos-Reid (2001) ; Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).
Note : Les résultats sont basés sur des coefficients de corrélation de Pearson (niveaux de signification : *< 0,05 **< 0,01 ***< 0,001).
Le sexe, la région et la langue sont des variables binaires (0,1) dont la valeur 1 est signalée entre parenthèses. Les questions exactes sont présentées dans les notes 3, 4 et 7.

26D’abord, il convient de noter que les liens qui ressortent des trois questions retenues vont dans le sens prévu. Ensuite, les conclusions issues des questions d’Ipsos-Reid tendent à être plus solides, et au moins quatre liens s’avèrent significatifs. Les femmes, les francophones et les résidants du Québec sont sensiblement plus favorables à l’aide étrangère que les hommes, les anglophones et les Canadiens hors Québec. Par contre, les personnes ayant un revenu plus élevé y sont moins favorables. Dans l’Étude électorale canadienne, les liens touchant le sexe, la langue, la région et le revenu vont dans la direction anticipée, mais seul le lien concernant le sexe s’avère significatif. Dans ce dernier sondage, cependant, le niveau de scolarité et la religiosité sont significatifs : les répondants plus instruits ou plus religieux ont tendance à soutenir davantage l’aide étrangère que les autres. Enfin, on constate que la plupart des corrélations ne sont pas très fortes, ce qui peut expliquer que trois questions distinctes entraînent des résultats compatibles mais différents. En somme, l’Étude électorale canadienne constitue une évaluation valable de l’appui à l’aide étrangère. Toutefois, à défaut de disposer d’un ensemble plus large de questions, nous devons rester prudents quant à l’interprétation des résultats. Nous devons en outre souligner que les variables socioéconomiques, aussi significatives soient-elles, ne sont peut-être pas les meilleurs indicateurs de l’appui à l’aide étrangère. Les orientations idéologiques et partisanes pourraient bien se révéler plus importantes.

GRAPHIQUE 4.5. Appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère en fonction des orientations idéologiques et partisanes

GRAPHIQUE 4.5. Appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère en fonction des orientations idéologiques et partisanes

Source : Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).

  • 8 Ces résultats vont dans le même sens que ceux du sondage d’Environics mentionnés plus haut.

27Le Graphique 4.5 présente des données descriptives sur le degré d’appui à un accroissement des dépenses de l’aide étrangère, selon les orientations idéologiques et partisanes des répondants. Les résultats font clairement ressortir les fondements idéologiques de l’appui à l’internationalisme ; les personnes qui se disent plus à gauche sont beaucoup plus favorables à une augmentation des dépenses (32 %) que celles se disant au centre (17 %) ou à droite (15 %). Les données sur les opinions partisanes sont encore plus éloquentes. Ainsi, le taux d’appui des partisans du NPD s’établit à 40 %, tandis que celui des conservateurs et des réformistes s’établit à environ 10 %. Les partisans libéraux et bloquistes, dont respectivement 20 et 18 % des répondants appuient une augmentation des dépenses d’aide, se situent au milieu8.

28Le Tableau 4.2 présente les corrélations entre l’idéologie des répondants, leurs orientations partisanes et leur appui à un accroissement de l’aide extérieure. Les relations examinées vont dans la direction prévue et sont toutes significatives. Ainsi, il existe un lien fort et positif entre l’orientation idéologique personnelle et les opinions partisanes, lien conforme avec le positionnement des partis politiques canadiens sur l’axe gauche-droite. Ensuite, les liens entre les points de vue politiques personnels et l’appui à une augmentation du budget de l’aide sont également positifs et significatifs : les gens de gauche ou de centre gauche sont plus susceptibles d’être favorables à de telles augmentations. Ces résultats font écho aux conclusions de Wittkopf et Holsti sur les divisions idéologiques qui définissent les orientations de politique étrangère de la population américaine (Wittkopf, 1990 ; Holsti, 1996). Comme nous l’avions supposé, nos résultats permettent de penser que les Canadiens sont partagés sur l’internationalisme selon des divisions idéologiques et partisanes gauche-droite. Ces constatations vont dans le même sens que celles de Lumsdaine, qui a étudié les bases idéologiques de l’appui populaire à l’aide étrangère, et avec notre propre travail comparatif qui a associé l’appui à l’aide extérieure aux préférences politiques nationales (Lumsdaine, 1993 ; Noël et Thérien, 2002).

TABLEAU 4.2. Corrélations entre les orientations idéologiques, les préférences partisanes et l’appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère

Auto-positionnement sur l’axe droite-gauche

Augmentation du budget de l’aide

Auto-positionnement sur l’axe droite-gauche

0,147 ***

Préférence partisane (de droite à gauche)

0,444 ***

0,156 ***

Source : Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).
Note : Les résultats sont basés sur des coefficients de corrélation de Pearson (niveaux de signification : *< 0,05 **< 0,01 ***< 0,001).

TABLEAU 4.3. Valeurs (politiques, économiques et sociales) et appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère

TABLEAU 4.3. Valeurs (politiques, économiques et sociales) et appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère

Source : Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).
Note : Les résultats sont basés sur des coefficients de corrélation de Pearson (niveaux de signification : *< 0,05 **< 0,01 ***< 0,001).

29Étant donné que l’Étude électorale canadienne constitue un sondage détaillé sur les attitudes politiques, il est possible de pousser plus loin l’analyse pour établir un lien entre l’appui à une augmentation de l’aide et une foule d’autres positions idéologiques qui divisent la gauche et la droite. Le Tableau 4.3 présente les relations les plus plausibles et les plus révélatrices.

30En ce qui concerne les valeurs politiques, le lien entre l’appui à la redistribution interne des revenus et l’appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère présente la corrélation la plus forte (0,254***). Cette constatation concorde avec nos attentes théoriques selon lesquelles les attitudes au sujet de l’aide sont indissociables de points de vue plus généraux sur la justice et la redistribution, et peuvent être perçues comme un reflet du débat politique entre la gauche et la droite. Il existe également une relation positive forte entre la confiance envers le gouvernement et l’appui à une augmentation du budget consacré à l’aide (0,208***), mais cette relation est plus difficile à interpréter. On pourrait présumer qu’un faible niveau de confiance dans le gouvernement est un aspect du débat entre la droite et la gauche, et que les gens de droite sont plus susceptibles de manifester de la méfiance à l’endroit du gouvernement. Dans cette perspective, on pourrait logiquement s’attendre à ce que les citoyens qui font le moins confiance au gouvernement doutent davantage de l’efficacité de l’aide et s’opposent à l’accroissement des dépenses. Ce raisonnement n’est toutefois pas étayé par les liens entre la confiance envers le gouvernement et les orientations idéologiques et partisanes des répondants, lesquels ne sont pas significatifs. En fait, au Canada comme ailleurs, on note un déclin généralisé de la confiance populaire à l’endroit des gouvernements (Bricker et Greenspon, 2001 : 6 et 316-317 ; Warren, 2002). Il s’agit là d’un phénomène qui a été entraîné par l’émergence de nouvelles valeurs concernant la politique et la démocratie beaucoup plus que par des opinions conservatrices. Les citoyens qui se méfient du gouvernement tendent à être informés et actifs. Ils ne sont pas désengagés mais attentifs et critiques ; on peut d’ailleurs les trouver sur toute l’étendue du spectre politique (Roese, 2002). La relation entre confiance dans le gouvernement et appui à l’accroissement de l’aide étrangère doit donc être interprétée prudemment. Un faible degré de confiance ne reflète pas nécessairement une opinion conservatrice.

31Les deux derniers éléments dans la colonne portant sur les valeurs politiques, soit l’appui à une augmentation des dépenses consacrées à la défense et l’appui au maintien de la paix, sont tous deux positivement et significativement liés au soutien accordé à une augmentation des budgets d’aide. Ces corrélations ne peuvent toutefois pas être interprétées simplement comme des expressions du débat entre la gauche et la droite. Ils représentent probablement d’autres aspects de l’appui à l’internationalisme, tels qu’une préférence pour une politique étrangère « activiste » (Munton et Keating, 2001 : 537-539). On pourrait en dire autant de l’appui au libre-échange, que Munton et Keating ont associé à l’« internationalisme économique » (ibid.). Deux autres éléments de la colonne sur les valeurs économiques montrent aussi des résultats significatifs qui correspondent davantage à notre explication sur la gauche et la droite. Les répondants qui appuient les syndicats sont plus susceptibles de soutenir la coopération au développement, et ceux qui croient qu’on peut trouver du travail si on y met suffisamment d’efforts ont tendance à s’opposer à une augmentation des budgets d’aide. Enfin, les corrélations entre les croyances sociales et le soutien de l’aide sont également conformes à une interprétation de type gauche-droite. Les Canadiens qui soutiennent les droits des femmes et la protection de l’environnement appuient également l’aide au développement, contrairement à ceux qui éprouvent de l’antipathie pour les minorités, les immigrés ou les peuples autochtones. Comme il fallait s’y attendre, le traditionalisme social est également corrélé négativement à l’appui à une augmentation de l’aide.

32En plus d’avoir une attitude ambivalente face à l’aide étrangère, les Canadiens paraissent divisés sur la question. Ceux qui s’identifient à la gauche, qui votent pour le NPD – et dans une moindre mesure ceux qui votent pour le Parti libéral et le Bloc québécois – et qui sont favorables à la redistribution des revenus, aux syndicats, aux droits des femmes et à la protection de l’environnement sont généralement plus susceptibles de soutenir une politique de coopération internationale généreuse. Ceux qui se disent de droite, qui donnent leur appui au Parti conservateur ou à l’Alliance canadienne, qui croient que les individus devraient songer d’abord à leurs propres intérêts et qui éprouvent de l’antipathie pour les minorités, ont tendance à s’opposer à l’aide au développement. C’est donc dire que, derrière l’image familière d’une population favorable à l’internationalisme humanitaire, se trouvent un consensus fragile, défini par une combinaison curieuse de principes généreux et d’engagements prudents, ainsi qu’une population partagée sur l’aide étrangère comme sur la plupart des questions politiques. Ces divisions reposent en partie sur des aspects sociaux, culturels et régionaux ; ainsi, une jeune Québécoise instruite est plus susceptible d’appuyer l’aide au développement qu’un homme plus âgé, moins instruit et plus riche vivant à l’extérieur du Québec. Mais les divisions que nous avons identifiées sont avant tout politiques. En effet, les dimensions idéologiques et partisanes de l’appui à l’aide étrangère reflètent fort bien l’état du clivage gauche-droite au Canada.

***

33Au cours des années 1990, le Canada a nettement diminué le montant de son aide étrangère, devenant ainsi un des donateurs les moins généreux de l’OCDE. Pendant tout ce temps, le gouvernement a tenu un discours relativement progressiste sur l’aide au développement, sans toutefois reconnaître l’écart croissant entre son discours et son comportement. Dans une certaine mesure, la population a fait preuve d’une ambivalence similaire en approuvant fortement le principe de l’aide tout en étant réfractaire à son augmentation alors même que, dans les faits, la coopération canadienne subissait des réductions de budget sans précédent. En ce sens, les Canadiens étaient partagés sur la question de l’internationalisme. En même temps, l’opinion publique était divisée d’une manière à la fois plus fondamentale et plus politique entre une gauche généralement favorable à l’aide et une droite plus sceptique. Ce clivage révèle les limites de l’idée qu’il y aurait un consensus sur l’inter nationalisme du pays. En d’autres mots, l’internationalisme n’échappe pas à la politique. Au contraire, les points de vue à ce sujet sont étroitement liés aux opinions des Canadiens sur les idéologies, les partis politiques, la répartition des revenus, le gouvernement, les syndicats, le marché du travail, les droits sociaux, les minorités et l’environnement. L’aide étrangère et probablement l’internationalisme en général s’inscrivent dans le cadre des discussions politiques plus larges qui définissent la société canadienne.

34Dans ce chapitre, nous avons examiné de quelle manière l’aide au développement – un élément central de l’internationalisme canadien – est perçue par l’opinion publique. À l’aide des données de l’Étude électorale canadienne, une source rarement utilisée par les spécialistes de la politique étrangère, nous avons été en mesure d’établir un lien entre l’opinion des citoyens sur l’aide et les clivages qui façonnent la politique nationale. Ce lien, particulièrement lorsqu’il implique d’autres enjeux de la politique étrangère, devrait faire l’objet d’études plus approfondies. Notre analyse porte à croire que l’attitude des Canadiens concernant l’aide au développement est très similaire à celle qu’on observe dans d’autres pays donateurs. Afin d’éviter le piège consistant à considérer l’internationalisme canadien comme distinct ou unique, les études ultérieures gagneraient donc à adopter une perspective comparative.

35On devrait par ailleurs s’interroger de façon plus systématique sur le rôle de l’opinion publique dans les affaires internationales. De nombreux spécialistes et praticiens pensent que les citoyens méconnaissent la politique étrangère et qu’ils y sont relativement indifférents. Comme nous l’avons vu, il est vrai que la coopération au développement ne vient pas en tête des préoccupations des Canadiens, et que les enjeux ayant une faible importance politique sont peu susceptibles d’être façonnés par l’opinion publique (Page, 2002 : 336-337). Même si la chose apparaît désolante pour plusieurs, bon nombre d’études comparatives ont, à cet égard, démontré qu’il n’y a qu’un faible lien entre l’opinion publique et le montant d’aide étrangère accordé par un gouvernement (McDonnell et Solignac Lecomte, 2002 ; Olsen, 2000). En bout de ligne, si les Canadiens sont divisés, cela signifie toutefois que l’internationalisme est une composante intégrale d’un débat social plus large. En ce sens, l’opinion publique demeurera toujours un phénomène politique. À long terme, l’opinion des Canadiens sur l’équité dans le monde, leurs discussions à ce sujet et la façon dont leur vote s’en fera l’écho influenceront certainement l’action internationale de leur gouvernement.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

ACDI (Agence canadienne de développement international) (2002a), Rapport statistique sur l’aide publique au développement. Année financière 2000-2001, Hull, ACDI.

ACDI (Agence canadienne de développement international) (2002b), Le Canada contribue à un monde meilleur. Énoncé de politique en faveur d’une aide internationale plus efficace, Hull, ACDI.

Blais, A., E. Gidengil, R. Nadeau et N. Nevitte (2000), Étude électorale canadienne de 2000, Montréal, Université de Montréal, disponible en ligne à l’adresse suivante : <http://www.fas.umontreal.ca/POL/Ces-eec/ces.html>.

Blais, A., E. Gidengil, R. Nadeau et N. Nevitte (2002), Anatomy of a Liberal Victory : Making Sense of the 2000 Canadian Election, Peterborough, Broadview Press.

Bricker, D. et E. Greenspon (2001), Searching for Certainty : Inside the New Canadian Mindset, Toronto, Doubleday Canada.

Canada (1995), Le Canada dans le monde. Énoncé du gouvernement, Ottawa, Gouvernement du Canada.

Chicago Council of Foreign Relations (2000), American Public Opinion and U.S. Foreign Policy, 1998 (General Population Data), Ann Arbor, version distribuée par Inter-University Consortium for Political and Social Research.

Cooper, A. F. (1997), Canadian Foreign Policy : Old Habits and New Directions, Scarborough, Prentice Hall Canada.

Earnscliffe Research and Communications (2000), Presentation to the Canadian International Development Agency, Hull, ACDI.

Environics Research Inc. (1998), Canadians and Development Assistance, Hull, ACDI.

Freedman, J. (2000), « The Canadian Context », dans J. Freedman (dir.), Transforming Development : Foreign Aid for a Changing World, Toronto, University of Toronto Press : 13-14.

Hillmer, N. et M. Appel Molot (dir.) (2002), Canada Among Nations 2002 : A Fading Power, Don Mills, Oxford University Press.

Hoberg, G. (dir.) (2002), Capacity for Choice : Canada in a New North America, Toronto, University of Toronto Press.

Holsti, O. R. (1996), Public Opinion and American Foreign Policy, Ann Arbor, University of Michigan Press.

INRA (International Research Associates) (1999), Eurobarometer 50.1. Europeans and Development Aid, rapport préparé par l’INRA (Europe) pour la Commission européenne, Bruxelles, INRA.

Ipsos-Reid (2001), Foreign Affairs Update : A Public Opinion Survey, Draft # 2, Ottawa, Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.

Lavergne, R. P. (1989), « Determinants of Canadian Aid Policy », dans O. Stokke (dir.), Western Middle Powers and Global Poverty : The Determinants of the Aid Policies of Canada, Denmark, the Netherlands, Norway and Sweden, Uppsala, Scandinavian Institute of African Studies/Norwegian Institute of International Affairs : 33-89.

Lumsdaine, D. H. (1993), Moral Vision in International Politics : The Foreign Aid Regime, 1949-1989, Princeton, Princeton University Press.

McDonnell, I. et H.-B. Solignac Lecomte (2002), « Public Opinion and International Development Cooperation in OECD Countries : What are the Issues ? », communication présentée lors de la 15e réunion des directeurs de la Coopération internationale de l’Amérique latine et des Antilles (OCDE), Montevideo, mars.

Morrison, D. R. (1998), Aid and Ebb Tide : A History of CIDA and Canadian Development Assistance, Waterloo, Wilfrid Laurier University Press.

Munton, D. (2002-2003), « Whither Internationalism ? », International Journal, vol. 58, no 1 : 155-180.

Munton, D. et T. Keating (2001), « Internationalism and the Canadian Public », Canadian Journal of Political Science, vol. 34, no 3 : 517-549.

Noël, A. et J.-P. Thérien (1995), « From Domestic to International Justice : The Welfare State and Foreign Aid, », International Organization, vol. 49, no 3 : 523-553.

Noël, A. et J.-P. Thérien (2002), « Public Opinion and Global Justice », Comparative Political Studies, vol. 35, no 6 : 631-656.

OCDE (2001), International Development Co-operation in OECD Countries : Public Debate, Public Support and Public Opinion. Informal Experts Meeting Organized in Dublin by the OECD Development Centre. Summary, Paris, OCDE.

OCDE (annuel), Coopération pour le développement. Rapport annuel, Paris, OCDE.

Olsen, G. R. (2000), « Public Opinion and Development Aid : Is There a Link ? », Centre for Development Research, Working Paper, 00.9, Copenhague.

Page, B. I. (2002), « The Semi-Sovereign Public », dans J. Manza, F. Lomax Cook et B. I. Page (dir.), Navigating Public Opinion : Polls, Policy, and the Future of American Democracy, Oxford, Oxford University Press : 325-344.

Page, B. I. et J. Barabas (2000), « Foreign Policy Gaps Between Citizens and Leaders », International Studies Quarterly, vol. 44, no 3 : 339-364.

Parlement du Canada (1986), Indépendance et internationalisme. Rapport du Comité mixte spécial sur les relations extérieures du Canada, Ottawa, Approvisionnements et Services Canada.

Parlement du Canada (1994), La politique étrangère du Canada. Principes et priorités pour l’avenir. Rapport du Comité mixte spécial du Sénat et de la Chambre des communes chargé de l’examen de la politique étrangère du Canada, Ottawa, Services des publications, Direction des publications parlementaires.

Perlin, G. (1997), « The Constraints of Public Opinion : Diverging or Converging Paths ? », dans K. Banting, G. Hoberg et R. Simeon (dir.), Degrees of Freedom : Canada and the United States in a Changing World, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press : 71-149.

Potter, E. H. (2002), « Canada and the World : Continuity and Change in Public Opinion on Aid, Trade, and International Security (1993-2002) », communication présentée lors de la conférence Public Opinion and Canada’s International Relations Roundtable, Ottawa, 27 juin.

Pratt, C. (1989), « Humane Internationalism and Canadian Development Assistance », dans C. Pratt (dir.), Internationalism Under Strain : The North-South Policies of Canada, the Netherlands, Norway and Sweden, Toronto, University of Toronto Press : 13-22.

Pratt, C. (2000), « Alleviating Global Poverty or Enhancing Security : Competing Rationales for Canadian Development Assistance », dans J. Freedman, Transforming Development : Foreign Aid for a Changing World, Toronto, University of Toronto Press : 37-59.

Roese, N. J. (2002), « Canadians’ Shrinking Trust in Government : Causes and Consequences », dans N. Nevitte (dir.), Value Change and Governance in Canada, Toronto, University of Toronto Press : 149-163.

Smillie, I. (1998a), « Canada », dans I. Smillie et H. Helmich (en collaboration avec T. German et J. Randel) (dir.), Public Attitudes and International Development Co-operation, Paris, OCDE : 55-59.

Smillie, I. (1998b), « Optical and Other Illusions : Trends and Issues in Public Thinking about Development Co-operation », dans I. Smillie et H. Helmich (en collaboration avec T. German et J. Randel) (dir.), Public Attitudes and International Development Co-operation, Paris, OCDE : 21-39.

Smillie, I. et H. Helmich (en collaboration avec T. German et J. Randel) (dir.) (1998), Public Attitudes and International Development Co-operation, Paris, OCDE.

Spicer, K. (1966), A Samaritan State ? External Aid in Canada’s Foreign Policy, Toronto, University of Toronto Press.

Stern, M. (1998), Development Aid : What the Public Thinks. New York, Office of Development Studies/Programme des Nations Unies pour le développement.

Thérien, J.-P. (1996), « Canadian Aid : A Comparative Analysis », dans C. Pratt (dir.), Canadian International Development Assistance Policies : An Appraisal, 2e éd., Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press : 314-333.

Thérien, J.-P. (2002), «Debating Foreign Aid: Right versus Left», Third World Quarterly, vol. 23, no 3: 449-466.

Thérien, J.-P. et A. Noël (1994), « Welfare Institutions and Foreign Aid : Domestic Foundations of Canadian Foreign Policy », Canadian Journal of Political Science, vol. 27, no 3 : 529-558.

Thérien, J.-P. et A. Noël (2000), « Political Parties and Foreign Aid », American Political Science Review, vol. 94, no 1 : 151-162.

Tomlinson, B. (2002a), New Initiatives for Africa : A Canadian Response to NEPAD. A CCIC Briefing Note, Ottawa, Conseil canadien pour la coopération internationale.

Tomlinson, B. (2002b), Highlights from Recent Canadian Foreign Policy Polling Information, Ottawa, Conseil canadien pour la coopération internationale.

Warren, M. E. (2002), « What Can Democratic Participation Mean Today ? », Political Theory, vol. 30, no 5 : 677-701.

Wittkopf, E. R. (1990), Faces of Internationalism: Public Opinion and American Foreign Policy, Durham, Duke University Press.

Notes

1 Notre étude est principalement fondée sur les données provenant de quatre sondages effectués par Environics Research Inc. (1998), Earnscliffe Research and Communications (2000), le groupe Étude électorale canadienne (Blais et al. 2000) et Ipsos-Reid (2001).

2 Les statistiques qui suivent sont tirées de OCDE (annuel).

3 La question exacte est : « Je vais vous lire une liste d’objectifs de la politique étrangère du Canada et, pour chacun, je voudrais que vous me disiez dans quelle mesure vous pensez qu’il est important que le Canada poursuive cet objectif, sur une échelle de 0 à 10, 0 représentant un objectif nullement important et 10 un objectif très important. 5) Favoriser l’assistance aux pays les plus pauvres. » [Notre traduction].

4 La question exacte est : « Je vais vous lire une liste d’énoncés au sujet de la politique étrangère du Canada et, pour chacun, je voudrais que vous me disiez si vous êtes d’accord ou non. Répondez sur une échelle de 0 à 10, 0 si vous êtes totalement en désaccord et 10 si vous êtes parfaitement d’accord. 12) Le Canada devrait fournir plus d’assistance aux pays en développement. » [Notre traduction].

5 Le même argument a été avancé pour expliquer l’attitude des Américains. Voir Page et Barabas (2000 : 348-50).

6 Cette distinction a évidemment disparu avec la fusion du Parti progressiste-conservateur avec l’Alliance canadienne en 2003.

7 La question exacte est : « Aide aux pays en développement : le gouvernement fédéral devrait-il dépenser plus, moins ou la même chose qu’actuellement ? » Les autres thèmes soulevés au hasard dans la liste sont : la défense, l’aide sociale, les rentes et la sécurité de la vieillesse, les soins de santé, l’assurance-emploi et l’éducation.

8 Ces résultats vont dans le même sens que ceux du sondage d’Environics mentionnés plus haut.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 4.1. L’aide étrangère en pourcentage du PNB (1950-2000)
Légende Sources : ACDI (2002a) ; OCDE (différentes années).Note : Le Comité d’aide au développement (CAD) inclut l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. En 2000, le concept de produit national brut (PNB) a été remplacé par celui de revenu national brut (RNB).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre GRAPHIQUE 4.2. Appui de l’opinion publique à l’aide étrangère
Légende Sources : Pour le Canada : Ipsos-Reid (2001) ; pour les États-Unis : Chicago Council of Foreign Relations (2000) ; pour l’Europe : INRA (1999).Note : Pour le Canada, la question exacte est présentée dans la note de fin de texte no 3. Pour les États-Unis, la question est : « Dans l’ensemble, êtes-vous pour ou contre notre programme d’aide économique à d’autres nations ? » [notre traduction]. Pour l’Europe, la question est : « À votre avis, est-il très important, important, pas très important, ou pas important du tout d’aider les gens des pays pauvres d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Asie, etc., à se développer » [notre traduction]. À cause de la différence dans les questions posées, toute comparaison directe est nécessairement approximative ; les résultats présentés ici sont néanmoins conformes avec les niveaux d’appui historiques observés dans la plupart des pays. Voir par exemple Smillie et Helmich (1998), et Stern (1998).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre GRAPHIQUE 4.3. Priorités de la population canadienne en matière de politiques publiques
Légende Source : Earnscliffe Research and Communications (2000).Note : La question exacte est : « En ne tenant compte que du gouvernement fédéral, sur une échelle de 1 à 7 où 1 signifie une priorité très peu importante, 4 signifie une priorité moyennement importante et 7 une priorité extrêmement importante, quel degré de priorité aimeriez-vous que le gouvernement accorde à ces différentes questions ? » [notre traduction].
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre GRAPHIQUE 4.4. Priorités de la population canadienne en matière de politique étrangère
Légende Source : Ipsos-Reid (2001). Voir le Graphique 4.3 pour la question exacte.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU 4.1. Corrélations entre l’opinion publique sur l’aide étrangère et certains attributs socioéconomiques
Légende Sources : Ipsos-Reid (2001) ; Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).Note : Les résultats sont basés sur des coefficients de corrélation de Pearson (niveaux de signification : *< 0,05 **< 0,01 ***< 0,001).Le sexe, la région et la langue sont des variables binaires (0,1) dont la valeur 1 est signalée entre parenthèses. Les questions exactes sont présentées dans les notes 3, 4 et 7.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre GRAPHIQUE 4.5. Appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère en fonction des orientations idéologiques et partisanes
Légende Source : Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU 4.3. Valeurs (politiques, économiques et sociales) et appui à une augmentation du budget de l’aide étrangère
Légende Source : Blais, Gidengil, Nadeau et Nevitte (2000).Note : Les résultats sont basés sur des coefficients de corrélation de Pearson (niveaux de signification : *< 0,05 **< 0,01 ***< 0,001).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9856/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteurs

Professeur de science politique à l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur les politiques sociales et sur le fédéralisme en perspective comparée et, plus largement, sur la politique au Canada et au Québec. Elles ont été publiées dans différents ouvrages et revues, incluant American Political Science Review, Comparative Political Studies, Critical Review of International Social and Political Philosophy, International Organization, Global Social Policy, la Revue française des affaires sociales et la Revue canadienne de science politique. Son dernier livre, Left and Right in Global Politics, écrit en collaboration avec Jean-Philippe Thérien, vient de paraître (Cambridge University Press, 2008).

Professeur titulaire au Département de science politique de l’Université de Montréal et membre associé du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal. Ses recherches se concentrent sur les relations Nord-Sud et le système interaméricain. Ses travaux ont notamment été publiés dans American Political Science Review, Comparative Political Studies, Global Governance, International Organization, la Revue internationale de politique comparée et Third World Quarterly. Il est l’auteur (avec Alain Noël) de Left and Right in Global Politics (Cambridge University Press, 2008).

Chercheur en opinion publique à la firme The Strategic Counsel. Ses recherches se concentrent sur l’opinion de la population canadienne par rapport aux enjeux politiques et sociaux contemporains, particulièrement concernant la politique internationale. Ses publications comprennent entre autres « Continuity and Change in the Global Monetary Order », dans John J. Kirton et George M. von Furstenberg (dir.), New Directions in Global Economic Governance : Managing Globalisation in the Twenty-First Century (Ashgate, 2001) et « Nord-Sud : une vision du monde en mutation », Revue internationale et stratégique (no 36, hiver 1999-2000 ; avec Jean-Philippe Thérien).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540