Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'aide canadienne au développement

 | 
François Audet
, 
Marie-Eve Desrosiers
, 
Stéphane Roussel

Première partie. Les acteurs de l'aide canadienne au développement

2. L’aide canadienne à la recherche pour le développement

Megan Bradley, Jean-Michel Labatut et Gisèle Morin-Labatut

Texte intégral

1La recherche pour le développement (RPD) a pour but de générer des connaissances pouvant contribuer, directement ou indirectement, à améliorer les conditions de vie dans les pays du Sud. On la qualifie de recherche appliquée pour la distinguer de la recherche fondamentale, qui vise principalement à étendre ou approfondir un champ de connaissance. L’importance de cette recherche comme moyen de contribuer au développement n’est plus à démontrer. Les débats sur la question se situent dans le cadre d’enjeux globaux, reliés à des facteurs scientifiques, politiques, idéologiques et économiques, à des rapports de pouvoir, à des intérêts. Plus profondément, ces débats reflètent les enjeux paradigmatiques qui sous-tendent les visions de la recherche et du développement. Il est donc décisif de situer la discussion de l’aide à la recherche pour le développement dans le cadre non seulement de conceptions du développement, mais aussi de conceptions de la recherche elle-même.

ENJEUX PARADIGMATIQUES DE LA RECHERCHE

2Dans un contexte donné, la recherche pour le développement, ses questions, objectifs et méthodes sont conditionnés par la conception du développement qui domine. Or, les diverses conceptions du développement s’inscrivent dans des paradigmes en compétition qui traversent les sciences sociales et reflètent des visions du monde et des intérêts divergents. Deux paradigmes principaux sont à l’œuvre ; ils cohabitent certes, mais présentent des différences fondamentales ayant de fortes implications sur la recherche, et par là même sur la RPD.

3Les réflexions de Thomas Kuhn (1970) et George Ritzer (1975), actuelles encore aujourd’hui, nous permettent de comprendre l’évolution des conceptions sous-tendant l’aide au développement. Ritzer identifie trois paradigmes en compétition dans le domaine des sciences sociales : ceux du fait social, de la définition sociale et du comportement social. Nous ne considérerons pas ici le paradigme du comportement social, dont les approches et instruments servent davantage dans la recherche expérimentale. Nous nous attarderons plutôt sur les caractéristiques inhérentes aux deux premiers paradigmes pour tracer leur influence sur la conception du développement, sur la recherche en général, et la RPD en particulier. La prédominance de ces paradigmes à un moment donné ne relève pas principalement de leur réussite dans le domaine de la science, mais davantage de leur succès sur le plan des luttes idéologiques.

4Un paradigme est essentiellement un ensemble de présuppositions articulées qui oriente la recherche vers des hypothèses, des questions et des méthodes spécifiques. En plus d’être en compétition, chaque paradigme tend à nier la validité de l’autre. Jusqu’à assez récemment, le paradigme dominant était celui du fait social ; les tenants du paradigme de la définition sociale occupaient une place marginale par rapport au mouvement qui sous-tendait l’aide au développement et la recherche qui lui correspondait. Aujourd’hui, la situation tend à s’inverser, mais le contexte dans lequel évolue l’aide nous porte à penser que ces deux paradigmes exercent leur influence, contribuant ainsi à un certain nombre de contradictions qui sont loin d’être résolues.

Paradigme du fait social

L’étranger a de gros yeux, mais il ne voit rien, l’étranger ne voit que ce qu’il sait.
proverbe baoulé (Côte d’Ivoire)

5Le paradigme du fait social est fondé principalement sur la vision du sociologue Émile Durkheim, selon qui les faits sociaux doivent être examinés comme des choses. Selon lui, il est possible de développer une approche de la recherche qui préserve l’objectivité et permet d’appréhender une réalité ancrée, certes, dans un historique spécifique, mais sous-tendue par des universaux permettant la formulation de théories. Ces théories prennent comme référence les moteurs du changement, à savoir la nature économique des êtres humains pour les tenants du libéralisme, ou le rôle des conflits sociaux, telle la lutte des classes pour les socialistes et les marxistes, etc. Il est intéressant de constater que le paradigme du fait social est accepté par des idéologies opposées (capitalistes, socialistes, néolibérales) pour lesquelles il existe une réalité ou une vérité transcendante, analysable objectivement avec la formation et les outils adéquats.

6Cette vision a pour effet de placer le chercheur dans une sphère séparée du reste des acteurs sociaux, dans laquelle la connaissance objective est possible. De ce fait, le chercheur est le mieux placé pour suggérer les solutions les plus appropriées aux problèmes de développement, grâce à sa formation et aux outils à sa disposition. À l’inverse, le commun des mortels n’est pas en mesure d’atteindre une vision objective de sa situation ; objet de recherche, il doit être guidé et transformé pour que ses actions entrent dans la linéarité, dans le sens de l’histoire.

7Recentrons notre argument sur le cas des sociétés libérales, parmi lesquelles se trouve le Canada. Dans le cadre de ce paradigme, il est possible de situer les formations sociales sur un continuum allant des pays les moins développés aux pays les plus développés. Le défi de l’aide et de la recherche pour le développement est de faciliter la progression sur l’échelle du développement en transférant la connaissance et la technologie des pays plus développés aux pays moins développés (désignés globalement comme « Sud »), et en promouvant les éléments caractéristiques du progrès. Les obstacles à ce processus sont essentiellement liés aux cultures et aux valeurs dominantes du Sud, qui orientent les acteurs sociaux loin de la linéarité du progrès : elles sont en fait résiduelles d’un passé condamné à disparaître. Ces cultures et ces valeurs expliquent le fait que les régimes politiques sont souvent incapables de créer un contexte favorable où les progrès technologiques et économiques pourraient transformer les cultures et les sociétés. D’où l’importance accordée au transfert technologique, qui permet le progrès économique et de l’éducation, qui contribue à changer les valeurs du passé.

8Les formes d’aide privilégiées et la recherche y référant ont trait au renforcement des structures de production (agriculture, élevage, industrie), de santé et d’éducation, mais surtout à la mise en place de l’ajustement structurel et à la libéralisation des marchés afin de rétablir une économie saine. En périodes de crise, l’importance accordée à l’économie va souvent imposer le sacrifice des programmes sociaux et conduire au désenchantement des acteurs du Sud ayant joué la carte du développement préconisé par ce paradigme.

9Dans ce contexte, la recherche est formulée et exécutée dans le cadre de disciplines qui servent généralement de principe organisateur dans les structures universitaires et gouvernementales. Les méthodes de collecte de données privilégiées sont le plus souvent quantitatives, visant une connaissance statistiquement généralisable. La recherche aboutit souvent à des solutions fragmentaires, souvent de nature technologique, éloignées de la complexité des problèmes du développement. Une telle approche ne tend à impliquer les acteurs sociaux ni dans l’identification et l’appréhension des problèmes, ni dans l’appropriation des résultats de la recherche sur les interventions.

10Le système mis en place dans le cadre de ce paradigme a sans doute grandement favorisé les pays du Nord, en particulier en ouvrant l’accès aux matières premières à bas prix, et aux marchés préférentiels. Le transfert des connaissances a pu créer des marchés pour les savoirs techniques, permettant à de nombreux pays – en particulier les anciennes puissances coloniales – de contrôler des zones d’influence en matière économique et politique. Ce système, qui a contribué à des percées, notamment dans les domaines de la santé et de l’agriculture, a néanmoins démontré son dysfonctionnement en favorisant l’instabilité dans les pays du Sud devenus des acteurs par procuration au bénéfice des intérêts des grandes puissances économiques et politiques, avec des conséquences globalement néfastes pour le développement durable et autonome.

11Ce paradigme connaît aujourd’hui une certaine recrudescence du fait de la mondialisation. Un exemple est celui de la bonne gouvernance définie selon des critères universels indépendants d’un contexte spécifique. En effet, la vision perdure avec un ensemble de dictats et de conditionnalités, où l’objectif de l’aide est d’introduire un certain nombre d’éléments externes devant contribuer au développement, perçu en termes universels au sein d’un système mondialisé.

Paradigme de la définition sociale

C’est par sa dimension sociale que le développement se distingue de la croissance.
François Partant

12Devant les échecs multiples en matière de développement, un autre paradigme, déjà répandu en particulier dans le monde des organisations de la société civile, est venu concurrencer le premier : c’est celui de la définition sociale. À l’inverse du paradigme du fait social, celui de la définition sociale conçoit le développement comme un construit de la part des acteurs, lesquels de ce fait ne sont plus considérés comme objets de recherche. Les acteurs des pays du Sud deviennent sujets définisseurs et propagateurs de leur développement en fonction de leurs valeurs et priorités. Le développement n’est plus absolu : il devient relatif.

13Dans cette optique, il s’agit moins de transférer des connaissances et des technologies que de rendre les acteurs du Sud plus aptes à générer leurs propres connaissances ou à sélectionner les connaissances existantes qui leur permettront d’agir sur leur situation particulière. L’aide se définit alors comme la prise en compte de défis et besoins définis par les acteurs du Sud, et l’aide à la recherche comme un accompagnement de ces acteurs dans leur quête de solutions adaptées et efficaces. La recherche ne s’organise plus en « silos » disciplinaires qu’on retrouve encore souvent dans les structures universitaires et gouvernementales. Le travail porte sur des problèmes et sur la recherche de solutions devant déboucher sur des actions concrètes dans le court, moyen et long terme, et impliquant l’ensemble des acteurs depuis le palier local jusqu’au palier national, voire régional et global suivant le problème évoqué.

  • 1 Nous définissons ici la multidisciplinarité comme une approche dans laquelle les différentes disci (...)

14De ce fait, la recherche et l’action forment un tout, transformant et élargissant la notion d’expert dans la mesure où les divers acteurs ont leur propre expertise, qu’elle soit de nature scientifique ou issue du vécu. Le processus de recherche influe sur le milieu, permet d’en développer le capital social et d’y renforcer ou de créer une forme de citoyenneté indispensable au succès du changement. Le souci de pérennité demeure difficile à prendre en compte de façon satisfaisante parce qu’en l’absence de théories projetant le présent dans le futur, le conjoncturel devient le seul référent. Il n’existe plus de fatalité ou de détermination, d’où un haut degré d’incertitude et la nécessité de transmettre aux acteurs les outils et connaissances leur permettant de refaire le chemin de la recherche afin d’ajuster et d’adapter les solutions au fur et à mesure des besoins. D’un point de vue méthodologique, les mots-clés de ce paradigme sont la participation et l’interdisciplinarité1. Si les données quantitatives gardent toute leur place, un accent particulier est mis sur les données qualitatives considérées plus efficaces pour la compréhension en profondeur des phénomènes complexes étudiés.

  • 2 Pour une étude critique de l’aide à la recherche pour le développement, le lecteur est invité à co (...)

15Nous considérerons maintenant comment les paradigmes du fait social et de la définition sociale ont marqué et marquent encore les politiques d’aide (y compris à la recherche). Cette section porte essentiellement sur le Canada ; nous mentionnerons de façon ponctuelle d’autres pays bailleurs de fonds2.

CONTEXTE, STRUCTURES, ACTEURS ET MODALITÉS

Le savoir joue maintenant un rôle majeur dans le processus de développement à tel point que ce développement même est redéfini comme capacité
de créer, d’acquérir, de diffuser et d’exploiter le savoir, tant moderne que traditionnel.
Rapport Strong

Contexte canadien de l’aide

16L’aide canadienne à la RPD se situe dans le contexte de l’aide publique au développement (APD) et dans celui, plus ample, de la politique internationale du Canada. En effet, alors que l’aide au développement est financée à partir de sources diverses, l’aide à la recherche relève principalement du secteur public (fédéral et provincial).

  • 3 Voir le Rapport sur les plans et les priorités, section 3.3 : Information financière : <www.tbs-sct.gc.ca/rpp/0607/cida-acdi/cida-acdi03_f.asp#s3>, page cons</www> (...)

17En 2005, l’Énoncé de politique internationale du Canada répartissait l’APD dans le budget fédéral en cinq « comptes », intitulés développement, institutions financières internationales, paix et sécurité, crises, recherche sur le développement3. L’enveloppe destinée explicitement à la recherche représente le budget du CRDI : en 2006-2007, elle s’élevait à environ 130 000 000 $, soit 3,37 % du budget total de 3,87 milliards de dollars de l’APD.

  • 4 <www.idrc.ca/fr/ev-62085-201-1-DO_TOPIC.html>, page consultée en janvier 2007.

18L’APD est présentée dans l’Énoncé comme un moyen de maintenir la présence du Canada dans le monde, et de contribuer à la sécurité globale en réduisant la pauvreté, en protégeant l’environnement et en promouvant la bonne gouvernance, la santé et l’éducation, l’emploi et l’accès des pays du Sud aux marchés mondiaux. Déjà en 1998, le rapport Strong intitulé En prise sur le monde4 affirmait qu’

en ce qui concerne l’aide internationale, les arguments de l’altruisme et de l’intérêt national vont dans le même sens : en aidant les gens à s’aider, nous favorisons la création de débouchés, de partenariats commerciaux, de projets et de véhicules pour les investissements canadiens, sans oublier un avenir peut-être plus durable pour les Canadiens.

19Pour Strong, le Canada devait évoluer sur la scène internationale et jouer le rôle de « courtier du savoir ».

20Le thème de l’apport de la connaissance et de l’expertise des Canadiens revient dans les deux rapports. Le savoir et l’expertise du Sud n’y figurant pas de façon très évidente, on serait en droit de conclure que la politique officielle valorise davantage le transfert de la connaissance et de la technologie du Canada vers le Sud, quoique de façon plus nuancée que par le passé.

  • 5 La loi créant le Centre dit explicitement dans la section des règlements administratifs 18(1) que (...)
  • 6 Le Fonds pour les services d’experts et de consultation (FSEC) appuie la participation du Canada a (...)

21L’Agence canadienne de développement international (ACDI) et le CRDI constituent les deux principaux organismes fédéraux responsables de l’APD, représentant respectivement les volets développement et recherche pour le développement. L’ACDI relève directement du ministre de la Coopération internationale, tandis que le CRDI est une corporation publique créée par une loi du Parlement. À ce titre, le CRDI est une expression, et non un instrument, de la politique étrangère du Canada5. Les grands objectifs des deux organismes sont les mêmes, à savoir contribuer au développement durable et à la réduction de la pauvreté. Leur complémentarité se situe sur le plan des domaines d’intervention. Pour ce qui est du renforcement des capacités universitaires, par exemple, alors que le CRDI appuie la recherche et la formation, l’ACDI contribue au renforcement des infrastructures et des programmes d’enseignement. Bien que la recherche ne constitue pas, comme au CRDI, la vocation centrale de l’ACDI, cette agence y contribue, directement ou indirectement, de façon substantielle. Ces deux organismes collaborent dans diverses initiatives, comme celle du Fonds pour les services d’experts et de consultation, qui implique aussi le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, pour appuyer le processus de paix au Moyen-Orient6.

  • 7 Voir par exemple la Fondation Gordon : <www.gordonfn.org/>, page consultée en janvier 2007.

22D’autres ministères et organismes liés au gouvernement fédéral, tels Environnement Canada, Santé Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Droits et Démocratie, s’engagent dans des activités de recherche en collaboration avec des partenaires du Sud. Et, bien qu’il n’existe au Canada aucune institution comparable aux fondations géantes américaines telles que Ford, Rockefeller ou Gates, certaines fondations canadiennes financent la recherche dans le cadre de leurs programmes7.

  • 8 <http : //inforoutes.francophonie.org/> ; <www.auf.org/>, pages consultées en janvier 2007.

23Certains gouvernements provinciaux (Québec et Alberta notamment) sont particulièrement impliqués dans la recherche pour le développement. Le gouvernement du Québec joue un rôle actif auprès des institutions francophones telles l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Agence universitaire de la Francophonie. Il appuie entre autres les partenariats et le travail en réseaux et contribue au Fonds francophone des inforoutes8.

  • 9 <www.nsi-ins.ca> ;<www.halifaxinitiative.org/> ; <www.iisd.org/>, pages consultées en janvier 2007.
  • 10 Parmi ces organisations, citons l’AUCC <www.aucc.ca> et le CCCI <www.ccci.ca> (qui regroupent respectivement les universités</www></www> (...)

24Outre les gouvernements, trois catégories d’acteurs institutionnels font de la recherche pour le développement. Les universités constituent un lieu privilégié de recherche théorique et appliquée sur et pour le développement. De plus, les centres de recherche non gouvernementaux tels que l’Institut Nord-Sud, l’Institut international pour le développement durable et l’Initiative de Halifax9 sont voués principalement à la recherche et à l’analyse des relations Nord-Sud et du rôle du Canada sur la scène internationale. Enfin, un nombre croissant d’organisations de la société civile – ONG, communautés culturelles, regroupements syndicaux, professionnels –, bien que voués principalement à l’action, font de la recherche régulièrement ou à l’occasion en vue de documenter leurs propres politiques et programmes, ou de présenter des recommandations au gouvernement canadien10.

25Les universités, centres de recherche et organisations de la société civile constituent les principaux interlocuteurs canadiens du CRDI ; ils reçoivent entre 8 et 10 % du budget des programmes du Centre, principalement dans le cadre de projets de collaboration Nord-Sud. La majorité des fonds du Centre va directement aux institutions du Sud, en accord avec son mandat de privilégier la recherche conçue et exécutée par les acteurs du Sud. Au Canada, l’intérêt et la capacité de recherche reliée au développement croissent plus vite que les fonds disponibles. La tendance à l’internationalisation des universités canadiennes (Bond et Lemasson, 1999) se manifeste non seulement dans le nombre d’étudiants étrangers sur les campus, mais encore dans le nombre croissant de centres, chaires et programmes portant sur divers aspects du développement.

Opérationalisation de l’aide à la recherche pour le développement

26La RPD vise essentiellement à améliorer les conditions de vie des populations du Sud. Son objectif est de trouver des éléments de solution aux problèmes les plus pressants, en créant des connaissances qui puissent l’informer sur les politiques nationales et les pratiques et comportements des différents groupes sociaux. Au fil des années, la liste des enjeux s’est allongée : la bonne gouvernance, le commerce équitable, les droits de la personne, la gestion des ressources naturelles, etc., se sont ajoutés, reflétant l’évolution de notre compréhension des facteurs qui conditionnent le bien-être.

  • 11 « Nous établirons les orientations stratégiques de base de l’aide canadienne au développement de m (...)

27En principe, les programmes de RPD reflètent les besoins prioritaires de recherche, définis en tenant compte de l’opinion des diverses instances des pays en question – milieux politiques, de la recherche et de la société civile. Mais en fin de compte ce sont les pays bailleurs de fonds – directement ou par l’entremise des instances internationales – qui déterminent les règles du jeu, et les priorités de l’aide publique sont influencées par divers facteurs relevant de la politique étrangère de ces pays11.

28Pendant longtemps, la recherche et l’action ont été perçues comme évoluant différemment dans le temps et faisant appel à des expertises distinctes. Cette dichotomie entre recherche et action est d’ailleurs un des principes de la recherche fondamentale dont l’utilité pratique s’envisage sur le long terme. S’inscrivant dans une stratégie de changement, la RPD est appliquée, orientée vers des résultats à court et moyen terme. Elle s’organise le plus souvent dans le cadre d’un projet à durée et budget déterminés, essentiellement pour des raisons d’efficacité et d’imputabilité.

29La RPD s’inscrit principalement dans le cadre de projets institutionnels plutôt qu’individuels, afin de faciliter le renforcement institutionnel, la circulation et l’utilisation des résultats, ainsi que la capitalisation du savoir acquis. Cette approche pose encore des défis aux chercheurs du Nord comme du Sud, formés le plus souvent dans des universités structurées en disciplines où l’on valorise l’expertise individuelle et le respect des normes qui, dans chaque discipline, légitiment la création et la diffusion du savoir.

30La mondialisation et la complexité croissante des problèmes (changement climatique, pandémies) font que la collaboration Nord-Sud dans la recherche est de moins en moins unidirectionnelle et bénéficie aux pays du Nord comme à ceux du Sud. Par exemple, l’approche écosystémique à la santé humaine, née au Canada, porte sur l’impact de la présence du mercure dans les Grands Lacs. Elle a été reprise ensuite pour étudier l’impact du mercure en Amazonie. Puis certaines techniques de travail avec les communautés amazoniennes furent à leur tour reprises avec les Premières Nations canadiennes (Lebel, 2003).

Le CRDI : expression de l’aide publique canadienne à la recherche pour le développement

31L’expérience du CRDI illustre la richesse d’une action située à l’intersection du monde de la recherche avec ses nouvelles approches à la construction du savoir, et du monde de l’aide au développement (ou, de façon plus générale, des relations internationales) avec ses contraintes politiques et administratives. C’est aussi l’histoire d’un cheminement, en vue de réduire la brèche entre la connaissance, la prise de décision et l’action, au cours de laquelle les chercheurs du Sud comme ceux du Canada ont découvert de nouvelles approches leur permettant d’affronter des défis toujours plus complexes.

  • 12 Stiglitz identifie aussi la sécurité internationale et l’aide humanitaire internationale comme bie (...)

32Les années 1990 ont vu se généraliser la notion de la connaissance comme bien public universel, essentiel au développement (Stiglitz, 1999)12. En témoignent les débats sur le fossé numérique et les systèmes de connaissances, entre décideurs politiques, bailleurs de fonds et agents de développement. Dans son Rapport sur le développement dans le monde (World Bank, 1999), la Banque mondiale met l’accent sur l’intersection des idées et du développement économique, en donnant à ce rapport le titre de Savoir pour le développement. Le Canada avait déjà quelques longueurs d’avance sur cette approche : c’est en effet à partir de la fin des années 1960 que surgit l’idée de l’importance primordiale de la connaissance pour le développement, concrétisée par la création du CRDI en 1970 (Rathgeber, 2001 : 1). Un examen de ce parcours met en lumière à la fois l’importance et les défis de la recherche pour le développement.

  • 13 « All too often they lack (through no fault of their own) the combination of knowledge and wisdom (...)

33C’est à l’occasion d’un banquet de l’Association canadienne de science politique en 1967 que Lester B. Pearson, alors premier ministre du Canada, rend publique pour la première fois l’idée de créer un centre de recherches pour le développement. Stuart Peters (1969 : 3), l’un des principaux architectes du CRDI, note qu’alors les programmes conventionnels de coopération internationale ne parvenaient pas à réduire les disparités, il fallait repenser au moyen de s’attaquer efficacement à la pauvreté et à l’insécurité des pays du Sud. Il fallait notamment adapter et appliquer des techniques scientifiques à l’ensemble du spectre social, afin de mettre entre les mains des acteurs les outils nécessaires à la prise de décisions complexes13.

  • 14 <http: //idrinfo.idrc.ca/archive/corpdocs/005273/CRDI-RG.html>, page consultée en janvier 2007. La(...)

34Trois années de débats aboutirent à l’adoption en 1970 de la loi créant le Centre de recherches pour le développement international, avec pour mission « de lancer, d’encourager, d’appuyer et de mener des recherches sur les problèmes des régions du monde en voie de développement et sur la mise en œuvre des connaissances scientifiques, techniques et autres en vue du progrès économique et social de ces régions14 ». Selon le premier président du Centre, David Hopper, cette institution était unique à cause de l’importance accordée à l’appui aux chercheurs du Sud (1973 : 9).

35Aujourd’hui, le CRDI œuvre dans un contexte où de nombreux organismes nationaux et internationaux, dont les agences des Nations Unies, organisations d’aide bilatérale, fondations, organisations non gouvernementales et universités, sont acquis à l’importance de générer et d’appliquer les connaissances pour affronter les problèmes pressants du développement.

36Le CRDI a cherché dès les débuts à se doter d’une structure organisationnelle qui permette de financer la recherche définie en fonction de problèmes concrets, afin que les résultats puissent contribuer directement à l’amélioration des conditions de vie des populations démunies. Chaque division du Centre correspondait à une mission ou un ensemble de défis : sécurité alimentaire ; santé pour tous ; développement social et économique ; information (en particulier les résultats de la recherche) accessible et utilisable pour le développement.

  • 15 Cette dynamique a abouti à des programmes traitant par exemple d’approches écosystémiques à la san (...)

37Dans les années 1980, le Centre s’est efforcé de promouvoir la multidisciplinarité, par une collaboration plus étroite entre les programmes, la création de programmes hybrides, ou encore la mise en place d’équipes multidisciplinaires. Les résultats s’affichèrent en deçà des attentes et ce n’est qu’en 1995, à l’occasion d’une restructuration en profondeur, qu’il put concrétiser une meilleure intégration disciplinaire, s’engageant ainsi résolument sur la voie de la transdisciplinarité15. Le personnel participa à un processus intense et ardu de regroupement en équipes qui définirent les problématiques sur lesquelles elles allaient travailler dans les années à suivre. Ces équipes se sont stabilisées sous forme d’initiatives de programme constituées de professionnels de formations diverses. Ces derniers consultent les acteurs du Sud et proposent des cadres programmatiques pour l’approbation du Conseil des gouverneurs, composé principalement de chercheurs éminents du Nord et du Sud.

38En plus d’assurer une approche transdisciplinaire, les équipes devaient tenter de canaliser les résultats de recherche afin d’alimenter le processus de prise de décision politique. Cet objectif tranchait nettement avec le premier quart de siècle du Centre, caractérisé par une certaine résistance au financement de l’utilisation des résultats de recherche. En effet, l’un des succès de la période de 1975 à 1985 avait été le soutien, à l’heure des dictatures latino-américaines, de petits centres de recherches autonomes sans perspective d’influencer les politiques dans l’immédiat. Cet appui permit à bon nombre de chercheurs de maintenir en vie une tradition intellectuelle, notamment en Argentine et au Chili. Avec le retour à la démocratie, certains de ces chercheurs se retrouvèrent dans des positions de pouvoir ou d’influence (Gonsalves et Baranyi, 2003 : ii et 6-7).

39La préoccupation du CRDI à l’égard de la transdisciplinarité et de l’influence de la recherche sur les politiques correspond à la constatation que l’interdépendance des problèmes nécessite autre chose qu’une approche segmentée (Rathgeber, 2001 : 14). Des pressions du gouvernement canadien ne sont toutefois pas étrangères à l’évolution du Centre, à la suite d’une série de critiques au cours des années 1980 sur le manque de résultats visibles en matière d’impact sur les politiques. La restructuration du Centre en initiatives de programme orientées vers les résultats fut assez bien reçue, contribuant sans doute au fait que le Centre ait survécu à diverses compressions budgétaires durant les années 1990. Ajoutons à cela la reconnaissance officielle des bienfaits mutuels de la coopération Nord-Sud, étayée dans le rapport Strong (CRDI, 1996).

  • 16 <www.sdc.admin.ch/>, <www.dfid.gov.uk/>, pages consultées en janvier 2007.

40Le CRDI allait apporter au fil des années d’autres changements à ses priorités, notamment face à la croissance urbaine, en créant des programmes portant sur les défis environnementaux, sociaux et économiques des villes et bidonvilles, et sur les stratégies d’adaptation attenantes, telles que l’agriculture urbaine. Enfin, les niveaux d’analyse ciblés ont eux-mêmes évolué. Après avoir privilégié les problèmes ayant des implications mondiales ou régionales (par exemple la désertification, voir Hopper, 1973 : 15), le Centre remit cette approche en question, lui préférant une recherche visant à résoudre les problèmes d’ordre local. Aujourd’hui, le CRDI travaille sur les deux plans : alors que beaucoup de projets répondent à un problème ou une situation locale, le Centre reconnaît aussi que les défis du développement ont souvent leurs racines dans des phénomènes mondiaux, ce qui nécessite un examen plus globalisant des problèmes locaux, ainsi qu’une meilleure collaboration entre bailleurs de fonds, tels que le Department for International Development (Royaume-Uni) et la Coopération suisse pour le développement16. Cette convergence peut comporter des avantages importants en termes de partage de connaissances et d’approches aux problèmes complexes touchant les pays du Nord et du Sud.

41Le Centre aura toujours à négocier le passage entre diverses tendances intellectuelles, politiques et déontologiques inhérentes à la recherche pour le développement. Le CRDI se trouve au carrefour de diverses cultures institutionnelles et approches à la construction de la connaissance. Le chercheur Olav Slaymaker, ancien membre du Conseil des gouverneurs (1998), citant Hicks et Katz (1996), décrit la situation comme suit :

La communauté intellectuelle avec laquelle le CRDI travaille depuis ses débuts pose maintenant des questions fondamentales sur les suppositions qui sous-tendent une grande partie de l’aide à la recherche. En même temps, la communauté de recherche et développement avec laquelle le CRDI est également profondément impliqué annonce comme preuve de progrès le fait que la « science moderne » signifie encore plus de gestion, d’évaluation, d’instruments sophistiqués, plus d’accent sur l’application, d’interdisciplinarité, de réseautage et de collaboration, plus d’internationalisation, de spécialisation et de concentration des ressources.

42L’évolution du CRDI laisse entrevoir que ces tensions ne pourront se résoudre facilement : alors que le travail du Centre est à l’heure du paradigme de la définition sociale, des vestiges du paradigme du fait social persistent et ne s’y articulent pas toujours aisément, tandis qu’apparaissent de nouvelles idées et valeurs.

L’AIDE PUBLIQUE À LA RPD : LA GRANDE-BRETAGNE ET LES PAYS-BAS

43Le Canada, et en particulier le CRDI, collabore avec d’autres bailleurs de fonds qui partagent aussi ce même engagement de longue haleine, permettant ainsi aux chercheurs du Sud de travailler dans leurs pays d’origine. On retrouve parmi les membres du Forum international pour les bailleurs de fonds de recherche (IFORD) des institutions internationales comme la Banque mondiale, des fondations privées telles que Ford et MacArthur, et des institutions bilatérales comme l’Agence norvégienne pour la coopération au développement (NORAD), l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (sida), la Direction générale néerlandaise pour la coopération au développement (DGIS) et le Département du Royaume-Uni pour le développement international (DFID).

44Les expériences néerlandaise et britannique sur le plan de l’aide à la RPD présentent des trajectoires différentes et intéressantes. Historiquement, la DGIS et le DFID ont privilégié le travail effectué par les institutions nationales de recherche en matière de développement et par les chercheurs universitaires néerlandais et britanniques travaillant en collaboration avec des chercheurs du Sud. Dans les années 1990, le gouvernement néerlandais adopta, sous la direction de l’ancien ministre de la Coopération internationale Jan Pronk, une politique ambitieuse sur la recherche pour le développement, qui s’engageait à appuyer la recherche en réponse à la demande du Sud. Ces efforts, y compris l’octroi de fonds directement aux chercheurs du Sud, suscitèrent des résistances sérieuses dans certains milieux universitaires du pays.

  • 17 <www.dfid.gov.uk/research/>, <www.research4development.info>, pages consultées en janvier 2007.

45Pour sa part, le DFID a accru également son financement à la recherche visant à réduire la pauvreté et se retrouve à l’heure actuelle en position de chef de file, avec un budget de plus de 136 000 000 £ pour la RPD en 2006-2007. La stratégie du DFID vise explicitement l’utilisation de la science au service des objectifs de développement du millénaire, soit directement, soit au moyen de collaborations internationales. La Loi sur le développement promulguée en 2002 délia l’ensemble de l’aide publique au développement de sa mise en œuvre obligatoire par des organismes britanniques. L’allocation des octrois est aujourd’hui sujette à des compétitions internationales. Étant donné la nature profondément inégale, mais très dynamique du domaine de la recherche, cette politique suscite de nouveaux défis, et contribue à la remise en question de la division « Nord-Sud », surtout face à l’émergence de la puissance de recherche des pays comme la Chine, l’Inde le Brésil et l’Afrique du Sud17.

LEÇONS DU TERRAIN, DÉFIS ET PERSPECTIVES

Il faut au préalable définir une articulation avec les forces sociales, pour que celles-ci soient partie prenante à la définition des recherches. C’est en fait une nouvelle science qu’il faut inventer.
Gilberto Gallopín

46La recherche pour le développement se définit au plus haut niveau comme une quête constante en vue de réduire la brèche entre connaissance, décision (y compris politique) et action (intervention sur le terrain). Et, bien qu’elle ne génère ni certitudes absolues ni recettes, il n’en reste pas moins possible de retenir certains principes, méthodes et approches construits avec un ensemble d’acteurs dans un contexte spécifique, mais que l’on peut généraliser. À la limite, ce vers quoi tendent ces principes, méthodes et approches, c’est de faire en sorte que la recherche, la prise de décision et l’action se nourrissent les unes des autres et, de ce fait, éliminent la brèche sur les plans du temps, de l’espace et des acteurs.

47L’expérience de près de quatre décennies d’aide canadienne à la RPD montre en effet que certains principes d’ordre méthodologique et certaines pratiques tendent à pérenniser, voire renforcer cette brèche, alors que d’autres au contraire tendent à la réduire. L’expérience a permis en outre d’élargir et d’approfondir les notions de savoir, d’expertise et d’appropriation des processus de recherche, d’une part, et d’entrevoir de nouveaux défis du développement dans le cadre de processus accélérés de mondialisation. Nous allons ici présenter un certain nombre d’éléments que nous retenons parmi d’autres parce qu’ils jouent, selon nous, un rôle décisif dans l’effort de réduire la brèche entre la recherche et l’action, tout en présentant des défis dans leur mise en place.

Savoir, expertise et participation

  • 18 Voir à ce sujet Anil Gupta (1992) citant K. M. Munshi du ministère de l’Agriculture de l’Inde (195 (...)

48La généralisation du paradigme de la définition sociale ainsi que l’évolution de la manière de concevoir l’acquisition et la création de la connaissance entraînent, dans la recherche pour le développement, l’élargissement de la notion du savoir et de l’expertise. Alors que certains chercheurs avaient, dès les années 1950, promu la reconnaissance des systèmes traditionnels de gestion du territoire, ce n’est que vers le milieu des années 1980, et surtout depuis le Sommet de la Terre en 1992, que la recherche sur les savoirs locaux est prise au sérieux comme un domaine d’étude légitime18.

49De concert avec l’évolution vers une conception du développement qui reconnaît les bénéficiaires de l’aide comme des acteurs légitimes ayant le droit de définir leurs priorités, on constate l’apparition de modèles de développement centrés sur la participation, le partage du savoir et la communication pluridirectionnelle. La recherche participative (inclusive) chemine parallèlement avec le développement participatif ; le savoir local ou endogène cesse d’être l’apanage de l’anthropologie et de l’ethnologie et commence à intéresser les chercheurs d’autres disciplines. À cet égard, certaines disciplines plus intégrantes, par exemple, la géographie, se prêtent plus volontiers au saut conceptuel requis pour appréhender des savoirs issus de traditions différentes. Cela débouche sur la reconnaissance de systèmes de connaissance avec leurs propres approches et protocoles de recherche et d’expérimentation, de validation, d’organisation et de transmission de ces savoirs, parfaitement fonctionnels dans leurs milieux.

50La recherche participative ouvre la porte à des collaborations plus équitables, mutuellement respectueuses ; elle donne au savoir local autant d’importance qu’à celui des scientifiques. Elle va au-delà de la simple vérification d’hypothèses et débouche sur l’action. Le rôle des chercheurs se transforme : de maîtres d’œuvre, ils mettent leur compétence en matière de recherche au service de la collectivité ou de l’entité qui, reconnaissant un problème, cherche à le comprendre afin d’y apporter une solution pertinente et légitime. Les solutions viables voient le jour dans l’échange de connaissances ainsi que dans l’analyse conjointe des problèmes.

51On ne considère plus les individus comme de simples objets de recherche pourvoyeurs de données. Ils participent activement à l’élaboration de connaissances et au développement de solutions. Ils deviennent acteurs et moteurs du changement. Pour cela, il importe de les intégrer à tous les niveaux des travaux : de la définition du problème, en passant par la recherche et l’évaluation, jusqu’à l’intervention. Cela nécessite souvent des négociations indispensables pour aboutir à un projet qui soit réellement celui des bénéficiaires.

52Il convient de rappeler que les communautés locales ne sont pas des entités homogènes et qu’elles sont constituées par des groupes ayant des intérêts différents et parfois divergents dont il faut tenir compte. Enfin, certains domaines de recherche se prêtent mieux que d’autres à la recherche participative, notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur des problématiques à visibilité et incidence localisées, ainsi celui de la production d’aliments en milieu urbain ou de stratégies pour suivre l’amélioration de la santé d’une communauté en adoptant des pratiques nouvelles sur le plan des rendements agricoles et de l’alimentation familiale.

Genre et équité sociale

53Les recherches ne s’inscrivent pas dans des espaces neutres ; elles s’inscrivent dans des communautés, avec des hommes et des femmes dont la vie est structurée par des déterminants économiques, politiques, sociaux et culturels. La connaissance des différences entre les groupes, aussi bien qualitatives que quantitatives, permet de renforcer les interventions (Lebel, 2003 : 25).

54Dans toute communauté, les activités des hommes et des femmes ainsi que leurs responsabilités sont différenciées sur la base de caractéristiques culturelles. Les comportements sociaux et les relations qui s’établissent entre hommes et femmes sont conditionnés par l’histoire même des relations entre les sexes dans un contexte social donné. Les tâches et responsabilités respectives sont l’objet de négociations au sein des familles et de la société en général. Ce partage des responsabilités aura nécessairement des impacts sur les individus selon leur genre. Bien qu’il soit habituel de percevoir ces différenciations comme statiques, force est de constater qu’elles évoluent et que les rapports de genres changent même dans les sociétés les plus conservatrices.

55L’analyse des rapports entre genres est un outil de recherche qui permet, entre autres choses, d’identifier les différences entre hommes et femmes sur le plan de l’accès aux ressources et celui de leur contrôle, aux effets différenciés sur chaque groupe de politiques ou interventions particulières, et d’attirer l’attention sur les conditions requises pour promouvoir l’équité entre les hommes et les femmes. Un groupe social de statut inférieur aura un accès plus limité aux ressources. Par ailleurs, la prise en compte des questions d’équité, dans une analyse des rapports entre genres, montre bien que les hommes et les femmes ne constituent pas des catégories homogènes. Leur statut respectif dépend d’un ensemble de facteurs dont l’âge, la classe sociale, l’ethnie, la religion, etc.

  • 19 <www.idrc.ca/fr/ev-29737-201-1-DO_TOPIC.htmlm>, page consultée en janvier 2007.

56Ces questions ont très tôt interpellé le CRDI. Après une période d’appui à la recherche portant sur les femmes, le Centre redéfinissait son approche vers 1992 en confiant à une équipe l’intégration systématique de l’analyse des rapports entre genres à ses divers programmes. Cette stratégie a porté fruit et, fort de cet acquis, le Centre mettait en place en 2006 un programme portant spécifiquement sur les droits des femmes et la participation citoyenne19.

Multipartenariat et transdisciplinarité

57Pour Gibbons (1994), nous assistons depuis les 50 dernières années à une transformation profonde dans la manière de produire le savoir, qui touche l’ensemble des domaines, depuis les sciences sociales et humaines jusqu’aux sciences naturelles et la technologie. Il oppose ainsi les deux modes de production de la connaissance. Le premier mode, traditionnel, représente la recherche fondamentale, où les problèmes sont définis et résolus dans un contexte régi par le monde universitaire, unidisciplinaire, hiérarchique, stable et généralement indifférent à l’imputabilité. Le second mode représente la recherche appliquée, la transdisciplinarité, l’hétérogénéité, la diversité organisationnelle, le travail en équipe, l’intérêt pour le contexte spécifique et l’imputabilité sociale.

58L’expérience aidant, le souci d’une meilleure utilisation des résultats de la recherche a mené à des efforts pour inclure dans les équipes de recherche des acteurs de terrain, des décideurs politiques, ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé. Il va sans dire que la conception de tels projets est plus laborieuse et que les interactions deviennent plus compliquées lorsque l’on met en présence des représentants d’organismes et d’intérêts aussi divers.

59Le multipartenariat se fonde sur l’hypothèse que l’appropriation des résultats de la recherche par les décideurs et bénéficiaires est supérieure lorsque ces derniers participent à la définition et l’exécution de la recherche. Mais le multipartenariat présente aussi des défis et des contraintes, quant à la définition des problèmes, la mise en présence de différentes cultures et approches de travail, l’organisation de la recherche, les déséquilibres en termes d’accès aux ressources diverses, les attentes différentes, les difficultés linguistiques, etc.

60Ces formes de collaboration évoluent dans un contexte mondial de plus en plus intégré, où s’accentue la compétition pour l’accès aux ressources dans tous les domaines, y compris celui de la recherche, où la survie et la dépendance vis-à-vis des bailleurs de fonds font partie de la culture institutionnelle.

61Le premier défi pour une équipe transdisciplinaire de recherche pour le développement est de développer une culture d’échanges systématiques et constants entre ses membres et les acteurs de la communauté, et décideurs participant au projet. Il ne s’agit pas d’appliquer des recettes préétablies, mais de définir le problème et de chercher de manière concertée des solutions pertinentes et adaptées en termes socioculturels, politiques et économiques. C’est un défi majeur. Ceci contribue souvent à impulser un développement circonscrit dans un espace, un temps et une culture déterminés.

62La question qui surgit est de savoir si chaque situation locale, chaque opération de développement exige une analyse spécifique, et si aucune loi ne peut se dégager de l’infinie diversité des contextes concrets. Oui et non : oui, dans la mesure où chaque terrain est une combinaison singulière de contraintes et de stratégies que seule une analyse peut déchiffrer ; non, dans la mesure où certaines contraintes sont communes ou similaires, et les logiques économiques, sociales ou symboliques se regroupent fréquemment. D’où l’intérêt du travail en réseau qui permet de distinguer le singulier du généralisable.

63Ce qui pourra se transférer, ce ne sont plus des théories ou ensembles de principes relevant d’une discipline, mais des outils et méthodes au sein desquels apparaissent certaines constantes telles que transdisciplinarité, participation de l’ensemble des acteurs, importance particulière de la notion de genre parmi d’autres différenciations sociales pertinentes (ethnicité, classe, âge, niveau économique, instruction, répartition du pouvoir).

  • 20 <www.sas-pm.com>, page consultée en janvier 2007.

64Le système d’analyse sociale (SAS)20, à notre sens fondamental, prend acte des différences de pouvoir, des intérêts économiques et de la légitimité – facteurs sociaux-clés qui sous-tendent les défis du développement ainsi que la recherche y afférant. Cette initiative, coordonnée par Jacques Chevalier de l’Université Carleton, s’est attaquée à la nécessité de mettre en place de meilleures méthodes pour comprendre ces facteurs et de nouvelles approches à l’étude des structures sociales, de l’action sociale et des systèmes de connaissance locaux. Un prototype rigoureux de techniques et d’approches d’analyse sociale participatives a pu ainsi être élaboré. Le SAS permet d’outrepasser les contraintes des méthodes traditionnelles de recherche en ajoutant rigueur scientifique et clarté conceptuelle à la recherche participative, tout en impliquant les multiples acteurs (représentants des organisations de la société civile, décideurs politiques et administrateurs) dans le processus de recherche sociale appliquée pour le développement. Les techniques sont à géométrie variable, à la fois quantitatives et qualitatives, avec quelques logiciels et un livre sur les fondements théoriques, et une approche à la gestion de projet fondée sur la théorie du chaos ou de la complexité. Le projet permet depuis 2004 l’application des techniques et méthodes à des études de cas portant sur des problèmes de gestion des ressources naturelles en Bolivie, au Canada, au Honduras, en Inde et au Népal, afin d’en évaluer la performance dans le cadre de projets de recherche transdisciplinaires.

65Le SAS utilise une approche d’apprentissage par processus, employée dans certains programmes de formation professionnelle comme la médecine. Il facilite l’acquisition de compétences en les appliquant directement à des problèmes concrets immédiats. L’approche permet d’intégrer la recherche en action dans des domaines aussi divers que la santé, l’éducation, la gouvernance, l’environnement, le développement économique local et la gestion des conflits. En se déplaçant entre diverses disciplines et perspectives culturelles, différents niveaux d’analyse et systèmes de connaissance (science occidentale et savoirs locaux), le SAS contribue à négocier la transformation des systèmes de connaissance en systèmes d’apprentissage en commun.

Technologies de l’information et de la communication (TIC)

66L’information documentaire est une ressource essentielle à la recherche pour le développement et celle produite dans les pays du Nord jouit encore d’un prestige supérieur à celle produite et consignée dans le Sud, et nombre de chercheurs du Sud préfèrent encore publier dans les revues scientifiques du Nord. De plus, la collaboration Nord-Sud est perçue encore souvent comme un moyen pour les chercheurs du Sud de publier dans le Nord, et à leurs collègues du Nord d’accéder à des terrains de recherche différents. Cette asymétrie disparaîtra sans doute lorsque la contribution des chercheurs du Sud sera valorisée au même titre que celle de leurs collègues du Nord.

  • 21 Voir par exemple le réseau sur le développement durable et l’environnement, géré par le Centre bol (...)

67Internet a profondément modifié l’accès à l’information et la nature même de la recherche en réseau. Son usage fait croître de façon géométrique le nombre et la rapidité des échanges entre chercheurs. Dans ce contexte, l’endroit géographique précis où se situe un document en format électronique est sans importance du moment que son adresse électronique est disponible. Aujourd’hui, de petits centres du Sud sont maintenant en mesure, non seulement d’avoir accès à une très vaste quantité de documents, mais aussi de gérer des portails qui constituent de véritables portes ouvertes sur la production intellectuelle consignée en format numérique21.

68Le discours concernant la fracture numérique Nord-Sud et la place des TIC dans la recherche pour le développement ne font pas l’unanimité. Pour Éric Guichard (2003), la notion de fracture numérique reflète une croyance naïve quant aux effets positifs des technologies modernes sur l’organisation sociale ; cela tendrait à réduire la critique politique, favorisant ainsi l’ordre établi. Il reste que, malgré son usage abusif et le piratage, Internet permet aujourd’hui à une population sans cesse croissante d’accéder à la communication à prix modique. Comme c’est souvent le cas, ce sont les individus qui décident de l’usage qu’ils feront d’une technologie de masse mise à leur disposition. La question à se poser concerne plutôt le contrôle sur le contenu disponible, et sur les moyens de transmission des communications.

LE RAPPORT AUX ACTEURS POLITIQUES

69L’accent placé sur une perspective de développement par le bas rend possibles la participation des bénéficiaires et la recherche transdisciplinaire débouchant sur l’affranchissement des divers acteurs par la connaissance. Le succès d’une telle entreprise liant la recherche et l’action ne saurait se limiter à un succès local ; son objectif ultime est d’influencer les processus de formulation et de mise en place de politiques par les décideurs, de manière à avoir un impact sur les plans municipal, national, voire régional.

70Si influer sur les décideurs politiques est une constante des objectifs de la recherche pour le développement, la stratégie variera selon le contexte politique. Le problème de la demande est fondamental. Qui formule le problème à résoudre et qui demande la connaissance issue de la recherche ? Il faut donc que les intervenants extérieurs aient en premier lieu une connaissance profonde du contexte sociopolitique dans lequel se déroulera le projet. De cette connaissance dépendra le choix des stratégies. L’expression de la demande peut venir d’un groupe d’acteurs tels les chercheurs eux-mêmes, des acteurs de la société civile, des membres d’une communauté spécifique ou des décideurs, parfois de plusieurs de ces groupes. Dans tous ces cas, les stratégies ainsi que les défis diffèrent ; la nature de la participation au sein du projet dépendra de l’origine de la demande et, dans une grande mesure, de la volonté politique des décideurs. Dans le meilleur des scénarios, la recherche sera participative, engageant l’ensemble des catégories d’acteurs vers un objectif commun et vers le développement d’une compréhension commune du problème et de ses solutions. Dans d’autres cas, il sera plus indiqué d’opter pour des stratégies de représentation et de plaidoyer en amont et en aval de la recherche proprement dite (y compris la diffusion, l’adaptation et la discussion par les médias) afin de se faire entendre par les décideurs.

71Une autre dimension du problème de l’incidence politique est celle des horizons temporels différents entre la recherche et la formulation des politiques. Bien souvent, la demande des décideurs émerge au moment même où se fait sentir le besoin d’une réponse ou d’une solution. Or, la recherche, et en particulier la recherche participative et transdisciplinaire, demande du temps. Il y a là un défi majeur à l’objectif de produire une connaissance qui soit utilisable opportunément par les différents groupes d’acteurs. Cette durée intrinsèque de la recherche est principalement due à la difficulté de constituer une équipe transdisciplinaire de recherche, aux défis liés à l’apprentissage du travail en commun, et au temps nécessaire pour développer un langage commun autour d’un problème spécifique. Une mesure qui peut contribuer à résoudre en partie le problème de la durée consiste à échelonner au fil de la recherche des résultats qui puissent informer la mise en place d’actions sur le court et moyen terme, de manière à soutenir la motivation de l’ensemble des acteurs mobilisés, y compris les décideurs.

72Pour les responsables politiques, ce type de recherche présente d’autres avantages intéressants, mais aussi un certain nombre de défis. En effet, il permet, autour d’un noyau de chercheurs scientifiques, de faire travailler ensemble des décideurs liés à divers ministères et des groupes aux intérêts différents. Il se crée ainsi un espace dans lequel une multiplicité d’acteurs participent à des concertations et négociations. Guidés et animés par la recherche de solutions à des problèmes graves, ils mettent parfois de côté leurs différends pour se concentrer sur leurs contributions respectives à la solution du problème. Ils peuvent aussi rester sur leurs positions divergentes. Le leadership acquiert ainsi une importance particulière dans ce type d’approche puisque la personne qui coordonne la recherche doit être en mesure de juger de la situation afin d’adopter une stratégie appropriée.

***

Le vrai savoir ne revient jamais à quelque petite chose tout près des yeux ; car savoir, c’est comprendre comment la moindre chose est liée au tout.
Émile-Auguste Charter

73L’expérience canadienne, illustrée par le cas du CRDI, montre que les changements de structure organisationnelle et de priorités programmatiques sont liés à une gamme de facteurs, dont l’évolution de la perception et la compréhension de la recherche en matière de développement, le souci d’efficacité en termes d’utilisation des résultats et le besoin de démontrer la plus-value de la recherche dans le processus de développement. À ses débuts, le Centre était organisé en équipes multidisciplinaires dans une logique de missions correspondant aux besoins fondamentaux des êtres humains : assurer l’accès à l’alimentation, l’eau, et la santé, permettre de participer à la vie économique et sociale, d’apprendre et d’être informé, etc. Vers 1995, le CRDI a rompu avec ce modèle pour constituer des programmes définis autour de problématiques transdisciplinaires, reconnaissant que la complexité des problèmes de développement nécessite une autre approche permettant de générer un savoir plus directement pertinent, grâce à des méthodes et des outils plus adaptés et à l’inclusion des divers acteurs du développement. Aujourd’hui, le paradigme de la définition sociale est dominant au sein du CRDI, ce qui se reflète dans la structure, les approches et les thématiques prioritaires des programmes. Cette tendance se retrouve dans bon nombre d’organisations œuvrant dans la coopération internationale.

74Mais le changement de rapports de forces entre les deux paradigmes n’est ni ordonné ni linéaire : les approches transdisciplinaires et participatives coexistent avec des pratiques qui, tant dans la recherche que dans le développement en général, se rattachent au paradigme du fait social. Ce dernier se trouve renforcé par l’ampleur et la rapidité du phénomène de la mondialisation, lequel met au défi les principes sous-tendant le paradigme de la définition sociale. L’évolution de la situation mondiale et les tensions attenantes entre le global et le local conduisent les acteurs de l’aide à la RPD à s’interroger sur les résultats des recherches locales et participatives, et sur la pertinence de leur apport à la résolution de problèmes d’ordre global.

75Pendant le premier quart de siècle de l’aide au développement, ce sont les « problèmes » du Sud qui figurent au centre du discours sur le développement ; c’est aussi l’époque de la Guerre froide et de la lutte d’influences entre les deux grands blocs. Ce contexte convient à l’émergence du paradigme de la définition sociale ; celui-ci correspond à une vision intellectuellement plus ouverte reconnaissant l’importance de permettre aux pays et communautés du Sud de définir eux-mêmes leurs problèmes et priorités, que ce soit sur le plan local ou national.

76L’émergence du VIH-sida vers le milieu des années 1980, suivie de la chute du mur de Berlin, marque un double tournant : d’une part, il ne reste plus qu’une seule superpuissance, ce qui accélère le processus de mondialisation ; d’autre part, le Nord se trouve directement menacé par la pandémie la plus dévastatrice de l’ère industrielle. La démocratie et les droits de la personne, comme la libéralisation des marchés, deviennent des conditions de l’aide. Mais la flambée des conflits ethniques et religieux, la poussée des intégrismes, les actes terroristes font naître dans les pays du Nord la tentation de lier de façon plus explicite l’aide au développement à leur sécurité nationale par une réorientation des priorités de l’aide et par l’introduction de politiques migratoires plus restrictives. Ces nouvelles formes de protectionnisme coexistent, aujourd’hui, avec une prise de conscience croissante de la réelle menace pour l’humanité que représentent la dégradation de l’environnement et le changement climatique. Les contradictions entre ces tendances opposées d’isolationnisme et de collaboration ne manqueront pas de déterminer les orientations de l’aide publique à la recherche pour le développement dans les années à venir.

77Le travail en collaboration sur des problématiques mondiales comporte aussi des risques, par exemple celui de minimiser les problèmes spécifiques du Sud. Il soulève aussi des questions : qui définira les problématiques à privilégier, l’agenda et les méthodes de recherche lorsqu’il s’agit de problèmes à portée globale ? Est-ce que les approches plus participatives, d’une certaine manière plus démocratiques, sont les plus efficaces en temps de crise ? Le Nord peut-il se permettre de laisser le Sud (et pas seulement les chercheurs et décideurs, mais les communautés) prendre les décisions lorsque les problèmes à l’étude affectent directement le Nord autant que le Sud ?

78D’autres questions et ambiguïtés persistent. Le financement des projets de nature locale ou globale, même dans le cadre du paradigme de la définition sociale, reste encore souvent l’apanage des pays du Nord. L’aide à la recherche se situant à la croisée de l’aide au développement et de la coopération scientifique, on peut espérer qu’avec le temps le mouvement s’accentuera vers une réelle collaboration entre partenaires égaux, tout à fait comparable à la coopération scientifique existant maintenant entre, par exemple, la France et le Canada, financée de part et d’autre. La situation actuelle est de nature ambiguë puisque l’on observe une tendance lente mais sûre vers une réelle collaboration entre chercheurs dont les niveaux de compétence et d’expérience sont comparables, alors que le financement de cette collaboration se fait sous l’égide de l’aide unilatérale au développement.

79La mondialisation est un processus dynamique de redistribution du pouvoir à l’échelle mondiale. Des pays traditionnellement receveurs d’aide, y compris d’aide à la RPD, comme les « tigres asiatiques » et, plus récemment, le Brésil, la Chine et l’Inde, émergent comme leaders en matière de recherche ainsi que dans divers domaines liés au développement. Ce phénomène remet en question la notion de pays développés et en développement. La nouvelle redistribution de la connaissance et du pouvoir se fait déjà sentir ; quel sera son impact sur l’effort canadien et des autres pays traditionnellement bailleurs de fonds en matière d’aide à la recherche, de travail en partenariats en matière de recherche ? Ces questions-clés seront à débattre dans les années à venir.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bond, S. et J. -P. Lemasson (dir.) (1999), Un nouveau monde du savoir : les universités canadiennes et la mondialisation, Ottawa, CRDI.

Chevalier, J.-M. et D. Buckles (2006), Social Analysis Systems Theory : Concepts and Tools for Collaborative Research and Social Action,<www.sas-pm.com>.

CRDI (1996), En prise sur le monde : priorités de l’internationalisme canadien au XXIe siècle, Ottawa, CRDI (« Rapport Strong »), <www.idrc.ca/fr/ev-62085-201-1-DO_TOPIC.html>.

Gaillard, J. (1999), La coopération scientifique et technique avec les pays du Sud : peut-on partager la science ?, Paris, Karthala.

Gallopin, G. (2004), « Sustainable Development Epistemological Challenges to Science and Technology », étude préparée pour le Workshop on Sustainable Development : Epistemological Challenges to Science and Technology, ECLAC, Santiago du Chili, 13-15 octobre 2004.

Gibbons, M. (2003), « Making a Difference : Canada’s Influence on Globalising Science », Canadian Foundation for Innovation 5th Annual Public Meeting, Ottawa.

Gibbons, M. et. al. (1994), The Production of Knowledge : the Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Londres, SAGE Publications.

Gonsalves, T. et S. Baranyi (2003), Research for Policy Influence : A History of IDRC Intent, Ottawa, IDRC Evaluation Unit, <www.idrc.ca/uploads/user-S/10567434800History_of_Intent_FINAL_January_2003.wpd>.

Guichard, E. (2003), « La “fracture numérique” existe-t-elle ? », colloque Sustainable Ties in the Information Society, Tilburg, Pays-Bas, 26-28 mars 2003, <http://barthes.ens.fr/atelier/geo/Tilburg.html>.

Gupta, A. (1992), Sustainability through Biodiversity : Designing Crucibles of Culture, Creativity and Conscience, Ahmedabad, Indian Institute of Management, Working Paper no 1005.

Hicks, D. M. et J. S Katz (1996), « Where is Science Going ? », Science, Technology and Human Values, no 21.

Hopper, D. (1973), « Research Policy : Eleven Issues », Statement to the Board of Governors of the International Development Research Centre, Bogota, 19 mars 1973.

IDRC (1968), International Development Research Centre : Report of the Steering Committee, Ottawa, IDRC.

Kuhn, T. (1970), The Structure of Scientific Revolution, Chicago, University of Chicago Press.

Lebel, J. (2003), La santé : une approche écosystémique, Ottawa, CRDI.

Peters, S. (1969), « A Canadian Search for New Development Imperatives », présenté au Seventh Annual Banff Conference on World Affairs on the Imperatives for Development, 22 août 1969.

Rathgeber, E. (2001), Turning Failure into Success : The Deconstruction of IDRC Development Discourse, 1970-2000, Ottawa, IDRC.

Ritzer, G. (1975), Sociology, a Multiple Paradigm Science, Boston, Allyn and Bacon.

Slaymaker, O. (1998), The Nature of Research at IDRC : Report of Research Ad Hoc Committee of the Board, Ottawa, IDRC.

Stiglitz, J. (1999), « Knowledge as a Global Public Good », dans I. Kaul, I. Grunberg et M. Stern (dir.), Global Public Goods : International Cooperation in the 21st Century, Oxford, Oxford University Press.

Unesco (2006), « Réseaux des connaissances de la diaspora », <www.unesco.org/shs/migration/diaspora>.

Van de Sande, T. (2006), « Priority Setting in Research for Development : A Donor’s Perspective », dans L. Box et R. Engelhard (dir.), Science and Technology Policy for Development : Dialogues at the Interface, Londres, Anthem Press.

Wickam, T. W. (1993), Farmers Ain’t no Fools : Exploring the Role of Participatory rural Appraisal to Access Indigenous Knowledge and Enhance Sustainable Development Research and Planning : A Case Study of Dusan Pausan, Bali, Indonesia, Waterloo, University of Waterloo.

World Bank (1998), World Development Report 1998-1999 : Knowledge for Development, Washington, World Bank Publications.

Notes

1 Nous définissons ici la multidisciplinarité comme une approche dans laquelle les différentes disciplines collaborent, apportant chacune sa perspective et ses méthodes à un projet ou programme de recherche ; la transdisciplinarité requiert l’intégration de compétences et de méthodes différentes dans un cadre d’application spécifique, susceptible de produire des résultats généralisables.

2 Pour une étude critique de l’aide à la recherche pour le développement, le lecteur est invité à consulter l’ouvrage de Jacques Gaillard, 1999.

3 Voir le Rapport sur les plans et les priorités, section 3.3 : Information financière : <www.tbs-sct.gc.ca/rpp/0607/cida-acdi/cida-acdi03_f.asp#s3>, page consultée en janvier 2007. Ce document du Secrétariat du Conseil du trésor, comme l’Énoncé de politique internationale sur le développement, parle de recherche sur et non de recherche pour le développement.

4 <www.idrc.ca/fr/ev-62085-201-1-DO_TOPIC.html>, page consultée en janvier 2007.

5 La loi créant le Centre dit explicitement dans la section des règlements administratifs 18(1) que le CRDI « n’est pas mandataire de Sa Majesté ».

6 Le Fonds pour les services d’experts et de consultation (FSEC) appuie la participation du Canada au volet multilatéral du processus de paix au Moyen-Orient. Établi en 1992, il appuie des activités de recherche ayant trait aux questions de développement qui sont dégagées par les cinq groupes de travail formés dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient : les réfugiés palestiniens, les ressources en eau, l’environnement, le développement économique régional, le contrôle des armements et la sécurité régionale.

7 Voir par exemple la Fondation Gordon : <www.gordonfn.org/>, page consultée en janvier 2007.

8 <http : //inforoutes.francophonie.org/> ; <www.auf.org/>, pages consultées en janvier 2007.

9 <www.nsi-ins.ca> ;<www.halifaxinitiative.org/> ; <www.iisd.org/>, pages consultées en janvier 2007.

10 Parmi ces organisations, citons l’AUCC <www.aucc.ca> et le CCCI <www.ccci.ca> (qui regroupent respectivement les universités et les ONG canadiennes), AHEAD <www.aheadonline.org>, Alternatives <www.alternatives.ca/>, CUSO <www.cuso.ca>, HealthBridge <www.healthbridge.ca>, Inter Pares <www.interpares.ca>, Mines Alerte Canada <www.miningwatch.ca/> et Partenariat Afrique Canada <www.pacweb.org>, pages consultées en janvier 2007.

11 « Nous établirons les orientations stratégiques de base de l’aide canadienne au développement de manière à en assurer la conformité à la politique étrangère du Canada » (<www.tbs-sct.gc.ca/rpp/0607/CIDA-ACDI/cida-acdi01_f.asp#acronymes>, page consultée en janvier 2007).

12 Stiglitz identifie aussi la sécurité internationale et l’aide humanitaire internationale comme biens publics. Toutes deux requièrent un appui international soutenu. L’appui des bailleurs de fonds à la collaboration Nord-Sud en matière de recherche laisse penser que celle-ci est perçue comme une activité devant profiter à la fois au Nord et au Sud.

13 « All too often they lack (through no fault of their own) the combination of knowledge and wisdom which is required for the correct decisions. » La teneur de ces propos, et la vision paternaliste qu’ils révèlent, font partie intégrante de l’histoire des relations Nord-Sud.

14 <http: //idrinfo.idrc.ca/archive/corpdocs/005273/CRDI-RG.html>, page consultée en janvier 2007. La Loi portant création du Centre de recherches pour le développement international stipule que le Centre doit notamment chercher à faire appel à des spécialistes et techniciens en sciences naturelles et sociales, tant du Canada que de l’étranger ; aider ces régions à se doter du potentiel – en personnel et institutions – de recherche scientifique et d’innovation technique nécessaire à la solution de leurs problèmes ; de manière générale, encourager la coordination de la recherche pour le développement international ; et promouvoir, en matière de recherche sur les problèmes de développement, la coopération – à leur avantage mutuel – entre les régions développées et celles en voie de développement. Le Centre a mis dès le début l’accent sur le renforcement des capacités de recherche des pays du Sud, sans toutefois exclure les autres dimensions de son mandat.

15 Cette dynamique a abouti à des programmes traitant par exemple d’approches écosystémiques à la santé humaine, d’agriculture urbaine, de pauvreté rurale et urbaine, de reconstruction post-conflit, de gouvernance et équité en matière de santé, de l’application des TIC en milieu défavorisé, de commerce international et équité, etc.

16 <www.sdc.admin.ch/>, <www.dfid.gov.uk/>, pages consultées en janvier 2007.

17 <www.dfid.gov.uk/research/>, <www.research4development.info>, pages consultées en janvier 2007.

18 Voir à ce sujet Anil Gupta (1992) citant K. M. Munshi du ministère de l’Agriculture de l’Inde (1951), et Trevor Wickham (1993).

19 <www.idrc.ca/fr/ev-29737-201-1-DO_TOPIC.htmlm>, page consultée en janvier 2007.

20 <www.sas-pm.com>, page consultée en janvier 2007.

21 Voir par exemple le réseau sur le développement durable et l’environnement, géré par le Centre bolivien d’études multidisciplinaires, CEBEM : <www.redesma.org>, page consultée en janvier 2007.

Auteurs

Doctorante en relations internationales à l’Université Oxford, où elle examine, à travers ses recherches, les questions juridiques soulevées par les mouvements de rapatriement des réfugiés. Elle a travaillé pour le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), l’Institut Brookings et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. En 2007-2008, Mme Bradley a été titulaire de la bourse Cadieux-Léger du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada.

Spécialiste principal de programme au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), il prend part depuis plus de 25 ans à divers aspects de la recherche en sciences sociales en Afrique. Il a réalisé des études sur le développement urbain, les relations entre l’État et la société civile, les régimes fonciers, l’agriculture urbaine et le secteur non structuré. Il a enseigné à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Québec en Outaouais (UQO). Il a également enseigné en France et en Zambie. Depuis son arrivée au CRDI, en 1991, M. Labatut étudie des questions liées au développement urbain, à la gestion de l’environnement et aux réformes des politiques sociales en Afrique centrale et de l’Ouest, notamment en ce qui concerne la santé et l’éducation. Il a participé à l’élaboration de projets sur l’évaluation de programmes de lutte contre la pauvreté en Gambie et au Mali.

Spécialiste principale de programmes au Centre de recherches pour le développement international (CRDI), a une formation en pédagogie (University of Zambia), en géographie (Université de Bordeaux III) et en gestion de l’information (University of Western Ontario). Elle a enseigné quatre ans en Zambie comme coopérante canadienne avec le CUSO avant de se tourner vers la gestion des systèmes et réseaux d’information et communication. Elle travaille actuellement au Centre de recherches pour le développement international, au sein du Programme des partenariats canadiens, qui appuie les universités et autres organisations canadiennes impliquées dans la recherche et la gestion de l’information au service du développement durable.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540