Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'aide canadienne au développement

 | 
François Audet
, 
Marie-Eve Desrosiers
, 
Stéphane Roussel

Avant-propos

François Audet, Marie-Eve Desrosiers et Stéphane Roussel

Texte intégral

  • 1 Certaines exceptions méritent d’êtres notées : les livres de Jennifer Welsh et Ngaire Woods, Expor (...)

1La publication de ce livre arrive à point nommé. Alors que l’aide canadienne au développement se chiffre aujourd’hui à près de 4 milliards de dollars, bien peu a été écrit sur le sujet. Il n’existait, jusqu’à tout récemment, aucun ouvrage de langue française faisant, de manière exhaustive, le bilan de la question ; même du côté de la littérature anglophone, encore trop peu d’ouvrages ont pour objet l’aide canadienne au développement1.

2Or, le monde ne cesse de se transformer, et à sa suite, les besoins d’aide des différents pays ou régions se déplacent et fluctuent. Le génocide au Rwanda, la crise humanitaire qu’a déchaînée dans son souffle l’ouragan Mitch en Amérique centrale, les opérations de paix bâclées au cours des années 1990, entraînant une évolution du principe de responsabilité internationale envers les populations vulnérables ou affectées par une crise humanitaire, les attaques du 11 septembre 2001 et la guerre contre le terrorisme en Irak et en Afghanistan qu’elles ont provoquée, la surenchère de l’aide à la suite du tsunami en Asie du Sud-Est en 2004, les doutes et l’inaction face à la guerre civile au Darfour, sans oublier la crise alimentaire qui s’étend actuellement à toute la planète, tous ces événements et bien d’autres ont été marquants pour les relations internationales et, conséquemment, pour les rapports entre donateurs et pays récipiendaires.

3La politique canadienne d’aide au développement n’a pas échappé à ces transformations et déplacements. Deux tendances auront tout particulièrement marqué l’évolution de l’aide canadienne au développement au cours de la dernière décennie. Dans un premier temps, résultat des profondes remises en question quant à l’impact de l’aide, l’enjeu de l’efficacité s’est affirmé comme l’un des principaux défis de la communauté des pays donateurs et du Canada par le même coup. La quête de l’efficacité est venue changer le paysage de l’aide canadienne, faisant de l’obtention de résultats mesurables la priorité de l’ensemble des projets de développement canadiens, quoique au risque parfois de faire passer ces considérations d’efficacité avant le bien-être des récipiendaires d’aide. L’autre grande tendance de l’aide au développement au cours des dernières années tient aux conséquences des événements du 11 septembre 2001. Les attentats à New York et Washington auront ouvert une nouvelle ère de sécurité, menant à l’agencement des politiques, incluant les politiques de développement, aux nouveaux intérêts de sécurité de bon nombre de pays donateurs. La « sécurisation de l’aide » s’est donc opérée tant sur le plan des instances multilatérales que sur le plan local, au sein de projets de développement. Elle n’aura certes pas été sans complexifier l’architecture de l’aide internationale et canadienne, décuplant les enjeux et acteurs impliqués dans l’attribution et l’acheminement de l’aide, dont des militaires se joignant maintenant de manière plus régulière aux opérations d’octroi d’aide, parfois au grand dam d’acteurs plus traditionnels.

4Cette turbulente décennie dans l’histoire de l’aide canadienne se sera par ailleurs conclue sur une vague de critiques et remises en question. Le rapport du Comité permanent du Sénat sur les Affaires étrangères et sur le Commerce international (2007) aura en effet soulevé d’importants doutes relativement à l’efficacité de l’aide canadienne en Afrique et quant à celle de son principal agent, l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Quoique ayant suscité de vives réactions de la part de la communauté d’acteurs du développement canadiens, le débat, mais également les réformes, qu’annonçait cette controverse n’ont toutefois pas encore eu lieu. Ouvriront-ils une nouvelle ère en matière d’aide canadienne au développement ?

5À la lumière des dernières décennies et des grands changements et tendances ayant marqué l’aide canadienne au développement, cet ouvrage propose de faire le point sur la question. Le champ de l’aide s’est profondément transformé sur le plan international. Le Canada a lui aussi cherché à s’adapter à la complexification des enjeux et relations liés à l’aide au développement. A-t-il su être à la hauteur de ce défi ? Quelles sont les grandes tendances de l’aide canadienne, de ses débuts à aujourd’hui ? Qui en sont les principaux acteurs ? Quels sont certains des enjeux les plus importants auxquels doit faire face l’aide canadienne aujourd’hui ? Quel est son impact dans le monde ? Ce sont ces interrogations auxquelles tentent de répondre les auteurs de ce livre.

6L’introduction générale, préparée par François Audet et Marie-Eve Desrosiers, dresse un bilan de l’aide canadienne au développement au cours des dernières décennies. Elle esquisse ensuite un portrait actuel de l’aide canadienne, sa structure et des intérêts qui la façonnent, et introduit également certaines des problématiques de l’aide canadienne au développement qui seront traitées en détail subséquemment.

7La première partie de l’ouvrage porte sur les principaux acteurs de l’aide canadienne, leurs missions et intérêts, ainsi que leurs structures et mécanismes de livraison de l’aide. Le premier chapitre écrit par Brian Tomlinson, présente la mission de l’ACDI et analyse l’action de l’agence au cours de la dernière décennie. Également un acteur gouvernemental, le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) fait l’objet du deuxième chapitre. Étant donné l’importance de la recherche dans le cadre canadien et l’originalité du CRDI, Megan Bradley, Jean-Michel Labatut et Gisèle Morin-Labatut discutent des méthodes et des approches canadiennes en matière de recherche sur le développement et de partenariats de recherche Nord-Sud. Le troisième chapitre, signé par Dominique Caouette, se penche sur le rôle des ONG et de la société civile au sein de l’architecture de l’aide canadienne. Enfin, le quatrième chapitre, écrit par Alain Noël, Jean-Philippe Thérien et Sébastien Dallaire, traite de la relation entre le public canadien et l’aide internationale canadienne.

8La deuxième partie aborde certains grands défis et enjeux de l’aide canadienne. Le cinquième chapitre, que présente Myriam Gervais, met en lumière les notions d’égalité entre femmes et hommes, de droits des femmes, et démontre leur intégration dans la politique d’aide du gouvernement canadien. La contribution d’Yvan Conoir, qui constitue le sixième chapitre, se concentre sur les catastrophes qui ont frappé certains peuples et sur la réponse canadienne à ce type de crise. Enfin, le septième chapitre d’Eric Marclay porte sur les conséquences du récent virage vers la sécurité entrepris sur la scène internationale et son effet sur l’aide publique au développement.

9La troisième partie présente l’impact de l’aide canadienne dans les diverses régions du monde. Elle se penche plus particulièrement sur la mise en œuvre de l’aide canadienne sur trois continents. Le huitième chapitre, écrit par Stephen Brown, étudie les programmes canadiens visant l’Afrique ; il est suivi du neuvième chapitre, de Phil Tanner, qui traite des efforts canadiens au sein de l’Asie et dans les îles du Pacifique, laissant à François Audet et Judy Meltzer le soin d’analyser dans le dixième chapitre les politiques canadiennes de développement en Amérique latine et dans les Caraïbes.

10À l’exception du chapitre d’Alain Noël, Jean-Philippe Thérien et Sébastien Dallaire, publié sous une autre forme dans Analyse de politiques / Canadian Public Policy (mars 2004), tous les chapitres de cet ouvrage sont inédits. Trois textes ont été rédigés initialement en anglais, soit ceux de Brian Tomlinson, d’Alain Noël, Jean-Philippe Thérien et Sébastien Dallaire et celui de Phil Tanner ; ces textes ont été traduits par Catherine Girard-Audet, que nous remercions. Il est entendu que les propos des auteurs sont écrits de façon personnelle et ne réflètent pas les points de vue des institutions qui les emploient à divers titres. Enfin, nous souhaitons souligner la généreuse contribution financière du CRDI ayant permis de financer la préparation du présent livre.

Notes

1 Certaines exceptions méritent d’êtres notées : les livres de Jennifer Welsh et Ngaire Woods, Exporting Good Governance : Temptations and Challenges in Canada’s Aid Program (2007) et de Jean Daudelin et Daniel Schwanen (dir.), Canada Among Nations 2007 : What Room to Manœuvre ? (2007), ainsi que le numéro spécial de la Revue canadienne d’études du développement portant sur les programmes d’aide canadiens dans le nouveau millénaire (vol. 28, no 2, 2007).

Auteurs

Chef de la délégation régionale de l’océan Indien pour la Croix-Rouge canadienne. Auparavant, il a travaillé comme directeur régional des programmes pour CARE Canada. Il a participé à plus d’une centaine de missions humanitaires et d’appui technique, dont en Colombie, à Haïti, et dans la région du Darfour. Titulaire d’une maîtrise en sciences de l’environnement, il complète actuellement son doctorat en science politique à l’UQAM, dans le cadre duquel il étudie les enjeux de l’aide humanitaire et la coopération internationale canadienne. Il a travaillé plusieurs années en Amérique latine et en Asie du Sud-Est pour le compte du Centre canadien d’étude et de coopération internationale (CECI) en tant que chef des projets d’aide humanitaire et d’urgence. Ses intérêts de recherche portent particulièrement sur les enjeux de l’efficacité de l’aide, sur la sécurité humaine et les interventions humanitaires complexes.

Professeure adjointe à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Elle est spécialiste des questions de sécurité des pays en voie de développement. Plus particulièrement, elle étudie les crises politiques et conflits civils, les enjeux identitaires, les relations entre l’État et la société, ainsi que la fragilité étatique. Ses publications incluent : « Demos and Ethnos : Dangerous Democratisation in Pre-Genocide Rwanda », Central European Journal of International and Security Studies (vol. 1, no 1, 2007) et « Quand justice et réconciliation ne font qu’un : les juridictions Gacaca au Rwanda », dans Yvan Conoir et Gérard Verna, Faire la paix : concepts et pratiques de la consolidation de la paix (Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005). Elle détient un doctorat de l’Université de Toronto et une maîtrise de l’Université York

Professeur agrégé au Département de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques étrangère et de défense canadiennes. De 2000 à 2002, il était professeur au Collège Glendon (York University), où il enseignait les relations internationales et les études de sécurité. Il est diplômé en science politique de l’Université de Montréal (Ph. D., 1999). Entre autres, il a écrit The North American Democratic Peace : Absence of War and Security Institution-Building in Canada-US Relations, 1867-1958 (McGill-Queen’s University Press, 2004), coécrit Politique internationale et défense au Canada et au Québec (PUM, 2007) et dirigé Culture stratégique et politique de défense : l’expérience canadienne (Athéna, 2007).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540