Version classiqueVersion mobile

Raisonnement et pensée critique

 | 
Martin Montminy

9. Les sophismes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un sophisme est un raisonnement fautif. Certains raisonnements fautifs tendent à être psychologiquement convaincants et sont, pour cette raison, très répandus. De nombreux sophismes ont été répertoriés par les philosophes. Dans ce chapitre, nous allons présenter certains des plus courants.

Il n’existe pas de classification universelle des sophismes. Nous avons choisi de les diviser en trois groupes, selon le type d’erreur qui est commise. Il faut garder à l’esprit que cette division n’est pas stricte, car certains raisonnements fautifs pourraient appartenir à plus d’un groupe.

1. Les prémisses non pertinentes

Certains raisonnements sont fondés sur des prémisses non pertinentes, au sens où celles-ci ont très peu à voir avec la vérité de la conclusion. Les gens continuent à avancer de tels raisonnements, car à première vue, leurs prémisses semblent appuyer la conclusion. Mais un examen attentif révèle que la vérité des prémisses n’a que très peu d’impact sur la probabilité de la conclusi...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search