Version classiqueVersion mobile

Raisonnement et pensée critique

 | 
Martin Montminy

7. Les raisonnements inductifs

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une induction est un raisonnement dont les prémisses sont destinées à rendre probable la conclusion. Les inductions sont plus difficiles à évaluer que les déductions, car elles ne sont pas aussi précises. Dans ce chapitre, nous allons présenter les formes les plus courantes de raisonnements inductifs et identifier le genre d’hypothèses sur lesquelles elles reposent.

1. Le syllogisme statistique

Un syllogisme, on se le rappelle, est un raisonnement comportant deux prémisses et une conclusion. Nous avons rencontré plusieurs exemples de syllogismes statistiques au chapitre 3.

Quatre-vingts pour cent des lutins ont le nez retroussé.
Socrate est un lutin.
∴ Socrate a le nez retroussé.

Le syllogisme statistique a la forme suivante :

n pour cent des F sont G
A
est F
A est G

Cette forme d’induction est adéquate pourvu que n soit entre 50 et 100.

Il existe aussi une forme « négative » du syllogisme statistique :

n pour cent des F sont G
A
est F
A n’est pas G

Une telle induction est adéquate si n est en...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search