Version classiqueVersion mobile

Le paysage humanisé au Québec

 | 
Gérald Domon

Chapitre 7. Le paysage humanisé comme projet d’une société menacée

Jean-Claude Côté et Vincent Gerardin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Soyez patients,
vous n’avez d’ailleurs, rien d’autre à faire
Jacques Ferron1

Si l’objectif premier des paysages humanisés doit être la protection de la biodiversité, cette protection doit se faire à travers un projet collectif prenant appui sur une vision de développement. Or, de quel projet s’agit-il ? À quels espoirs et à quelles aspirations répond-il ? À quelles difficultés sa mise en place est-elle susceptible de se heurter ? Le présent chapitre s’attarde à ces questions en examinant la problématique de quatre municipalités du bout du monde, qui ont cherché des solutions pour résoudre certains obstacles conjoncturels mais aussi des difficultés structurelles endémiques. Dès 2001, sur une période d’environ trois ans, les gens de l’Estran ont tenté d’apprivoiser le concept de développement durable. Leur cheminement les a fait passer d’un modèle visant à produire une « esquisse de développement durable2 » basée sur les principes des Agendas 21, à un modèle de projet de société qui intè...

Auteurs

Jean-Claude Côté a obtenu un diplôme en pédagogie de l’Université de Montréal et une licence en administration de l’Université Laval. Il a enseigné les sciences et les mathématiques à Montréal et en Gaspésie et a aussi été directeur de la commission scolaire de Forillon. Très engagé dans son milieu, il a présidé de nombreux comités de citoyens en économie, loisirs et environnement ; il a été maire de Grande-Vallée, préfet de la municipalité régionale de la Côte-de-Gaspé et a joué un rôle actif au conseil d’administration de la Corporation Estran-Agenda 21.

Vincent Gerardin est spécialiste en écologie du territoire forestier (phytoécologie, cartographie écologique, caractérisation de bassins versants). À ce titre, il a, depuis 1967, mené plusieurs études dans les différentes régions du Québec : Saguenay/Lac-St-Jean, Baie-James, Moyenne et Basse-Côte-Nord, Abitibi et Gaspésie. Au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, il a été responsable de la mise en œuvre de la stratégie québécoise sur les aires protégées.

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search