Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le paysage humanisé au Québec

 | 
Gérald Domon

Chapitre 2. La biodiversité des paysages humanisés

Héloïse Rheault et Gérald Domon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le statut de paysage humanisé a donc pour objet la conservation de la biodiversité d’un territoire habité. Or, puisque les réservoirs de biodiversité sont concentrés dans les milieux naturels résiduels (forêt boréale, forêts feuillues anciennes, milieux humides, milieux riverains, etc.), il importe d’examiner la contribution que pourraient véritablement apporter les paysages humanisés en matière de biodiversité. Il importe également de définir des procédures, des méthodes et des démarches aptes à assurer la prise en compte de cette biodiversité. C’est à ces deux aspects ainsi qu’à la présentation d’exemples concrets qu’est voué le présent chapitre.

LA CONTRIBUTION DES PAYSAGES HUMANISÉS AU MAINTIEN DE LA BIODIVERSITÉ

La biodiversité est définie par « l’ensemble des espèces vivantes, leur variabilité génétique et la diversité des écosystèmes qu’elles forment, c’est-à-dire des liens qui les unissent entre elles et à leur milieu physique et qui définissent des ensembles naturels typés1 »...

Auteurs

Travaille depuis 2007 à la Direction du développement stratégique, au Bureau du forestier en chef. Titulaire d’une maîtrise en biologie (UQAM, 2002) et d’un doctorat en sciences forestières (Université Laval, 2007), ses champs de spécialisation sont la biologie de la conservation et l’écologie forestière appliquées à l’aménagement des territoires forestiers. Durant son doctorat, elle a poursuivi un stage de recherche à la Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal qui l’a amenée à s’intéresser aux différents aspects de l’écologie liés au maintien de la biodiversité en territoire habité.

Professeur titulaire à la Faculté de l’aménagement et directeur scientifique associé de la Chaire en paysage et environnement et de la Chaire UNESCO en paysage et environnement de l’Université de Montréal. Spécialiste de l’écologie du paysage appliquée à l’aménagement des milieux ruraux, il a dirigé plusieurs recherches sur la caractérisation, la dynamique et la gestion des paysages. Ses travaux ont fait l’objet de nombreuses publications dans les revues internationales spécialisées en paysage et en environnement (Landscape and Urban Planning, Landscape Ecology, etc.)

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540