Version classiqueVersion mobile

Le comportement électoral des Québécois

 | 
Éric Bélanger
, 
Richard Nadeau

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les trois dernières élections provinciales au Québec ont réservé leur part de surprises. À quelques mois de l’élection de 2003, les sondages laissaient croire que l’Action démocratique du Québec (ADQ) allait former un gouvernement majoritaire. Le soir du scrutin, Mario Dumont était de nouveau confiné à la marginalité à la tête d’un caucus de quatre députés. Quatre ans plus tard, peu de temps avant l’élection de 2007, l’appui à l’ADQ stagnait sous la barre des 20 %. À peine quelques mois plus tard pourtant, Mario Dumont était devenu le chef de l’opposition, à la tête d’une forte députation. Un sondage effectué au moment de l’arrivée d’André Boisclair à la tête du Parti québécois (PQ) en décembre 2005 accordait à la formation souverainiste 53 % des intentions de vote. Quinze mois plus tard, le PQ ne récoltait que 28 % des suffrages exprimés lors de l’élection du 26 mars 2007 et était relégué au statut de deuxième parti de l’opposition. Peu après sa quasi-défaite de 2007, Jean Charest ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search