Version classiqueVersion mobile

René Char et la métaphore Rimbaud

 | 
Anne-Marie Fortier

Épilogue

Texte intégral

1 Bouche ouverte, tête nue, et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, Robinson dort. Les pieds dans les glaïeuls, il rêve.

2 Une porte claqua, — et sur la place du hameau l'enfant tourne ses bras, compris des girouettes et des coqs de clochers de partout, sous l’éclatante giboulée, dans le silence du village qui est tout à sa sieste. L’insouciance et la douleur avaient scellé le coq de fer sur le toit des maisons et se supportaient ensemble. Mais quelle roue dans le coeur de l’enfant aux aguets tournait plus fort, tournait plus vite que celle du moulin de son incendie blanc, se demande Robinson, qui se souvient, tout à coup : — J’avais dix ans. La Sorgue m’enchâssait.

3 J’ai fait mon île, se dit Robinson satisfait, quoique exténué. C’est la mémoire qui m’a fourni mon île, constate-t-il, une mémoire déformable, pliable à mon besoin du moment, certes, mais tout de même, j’ai fait mon île.

4 Faut-il malgré se réjouir ? se demande Robinson en se retournant. Un peu perplexe, il se rendort.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search