Version classiqueVersion mobile

René Char et la métaphore Rimbaud

 | 
Anne-Marie Fortier

Conclusion. Idole au crépuscule

Texte intégral

Il est une peur qui suit l’homme de lettres comme son ombre : celle de ne pas exister.
Giuseppe Pontiggia, Le jardin des Hespérides

  • 1 Julien Gracq, Lettrines, Paris, Librairie José Corti, 1967, p. 27.

1Peut-être Julien Gracq avait-il raison quand il écrivait que l’on ne connaît jamais une oeuvre tant que l’on ne connaît pas « les fantômes de livres successifs que l’imagination de l’auteur projetait à chaque moment en avant de sa plume, et qui changeaient, avec le gauchissement inévitable que le travail d’écrire imprime à chaque chapitre1 ».

2Ainsi le parcours de la figure de Rimbaud dans l’oeuvre de René Char pourrait-il se révéler tout entier dans la lumière de cette dernière anthologie que Char avait projetée et qui restera, à jamais, ce fantôme qui aura halé l’oeuvre.

  • 2 Jean Pénard note, le 1er janvier 1977, que Char prépare depuis deux ans cette anthologie qui, à ce (...)
  • 3 La description de cet « état » du projet s’inscrit à la date du 8 avril 1979 dans les Rencontres d (...)
  • 4 Pénard note, le 25 décembre 1980, que le destin de l’ouvrage bifurque et change de titre {op. rit. (...)

3Aux alentours de 1975, en effet, Char a commencé de préparer ce qui aurait pu être la dernière version du projet anthologique qui jalonne son oeuvre2. L’ouvrage, d’abord vague, en viendra peu à peu à comporter trois tomes, le premier étant consacré aux extraits de correspondances et de journaux intimes, dont la lettre que Rimbaud écrivait à sa soeur Isabelle le 23 juin 1891 ; la deuxième partie devait consister en une anthologie proprement dite et la troisième aurait été constituée par une postface de Char dont le sens aurait été : « Je ne puis venir qu’après vous ; c’était à vous de parler les premiers3. » Le destin de l’ouvrage changera de route, écrit Pénard, et seule la partie médiane verra le jour, sous le titre La planche de vivre, en 19814.

  • 5 Le poème, daté du 29 décembre 1967, a paru en ouverture du numéro spécial de Liberté intitulé : «  (...)
  • 6 René Char, « Légèreté de la terre », Fenêtres dormantes et porte sur le toit, oc, p. 602.

4Le titre de l’ouvrage apparaît en 1967 dans un poème prépublié dans la revue Liberté et reversé dans Fenêtres dormantes et porte sur le toit en 1979, sous le titre « Légèreté de la terre5 » : « Le repos, la planche de vivre ? Nous tombons. Je vous écris en cours de chute. C’est ainsi que j’éprouve l’état d’être du monde6. » Ou l’état d’être au monde.

5Si le parcours de la métaphore Rimbaud dans l’oeuvre de Char n’épouse pas la « chute » évoquée dans ce poème, il est cependant possible de dire que son point d’aboutissement pourrait sceller son retournement : pour avoir été l’espace où il projetait incessamment l’oeuvre à faire, la métaphore Rimbaud devient, avec les années, la métaphore de la vie elle-même.

6Ce projet anthologique aurait marqué, dans cette trajectoire, son point de rejonction. Placé dans la situation du donataire, Char, à ses débuts, avait en quelque sorte été « préfacé » par Rimbaud. En 1956, il devenait donateur et préfaçait Rimbaud. Aux alentours de 1980, Char, par cette postface qu’il projetait, concédait à Rimbaud la place qui lui revenait dans la chronologie et dans la géologie de son oeuvre. Venant à la « suite » de Rimbaud, Char aurait marqué la filiation à laquelle il avait travaillé toute sa vie, ayant cédé à Rimbaud l’antériorité et la priorité qui lui revenaient, sachant qu'enfin, il avait « fait son île », que sa place et que sa voix, désormais, venaient à la suite et répondaient à la sienne.

*

7Entre 1927 et 1929, ce que l’on pourrait appeler, aujourd’hui, la « stratégie institutionnelle » du jeune poète n’était peut-être après tout que « légitime défense », dans la mesure où l’on s’accorde, avec Harold Bloom, pour voir les rapports des poètes entre eux et à travers le temps comme une sorte de résolution du complexe d’OEdipe. Stratégie institutionnelle, OEdipe poétique, ces moyens de défense étaient d’autant plus limités et timides que le poète était jeune, d’autant plus impératifs et vitaux que le poète n’existait qu’à peine. Rimbaud catalysait l’audace du jeune René Char se présentant, en 1929, aux surréalistes qui régnaient sur la capitale.

8Après avoir catalysé l’audace du jeune poète, voilà que Rimbaud, entre 1929 et 1939, la canalisera. Au contact des surréalistes, Char adopte le Rimbaud collectif ; il épouse les visées du groupe auquel il s’est lié et qui lui fournissent un but et un objectif à propos desquels il réfléchit tant et si bien qu’aux alentours de 1934, il se dissocie du groupe avec lequel il est en dissension sur quelques points de doctrine concernant Rimbaud.

9Au désir d’être « le premier venu » qui rappelle tout à la fois le désir d’exister et le ton un peu goguenard des débuts du jeune Char qui a commencé par se moquer des « surréalistes de la dernière heure et autres assermentés », fait bientôt place un travail d’écart et d’appropriation à l’ombre de la figure géante de Sade. Le fruit de sa réflexion menée dans les coulisses surréalistes passe en pleine lumière à la déclaration de guerre en 1939, guerre pendant laquelle Char s’engage et met l’action devant la poésie.

10Si jusqu’à l’immédiat après-guerre — c’est-à-dire avant le premier texte de Char consacré à Rimbaud en 1947 (« Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud ! ») — la figure rimbaldienne était travaillée principalement à partir de la phrase de Rimbaud sur les rapports qu’entretiennent poésie et action, et ce, la plupart du temps, dans un travail de l’écart et de la marge qui prendra, avec l’immédiaté des périls, un caractère d’urgence obligeant Char à trancher, le recours à Rimbaud subira une première transformation au sortir de la guerre : à l’exégèse du texte, qui servait à orienter et à déterminer le caractère révolutionnaire de la poésie et son pouvoir d’action, à l’exégèse du texte, donc, fait place celle de la « figure » rimbaldienne.

11Sous le portrait de Rimbaud, la figure rimbaldienne, les traits de Rimbaud sont d’abord et avant tout poétiques. Il ne s’agit pas de contraindre, mais de permettre la poésie, non de définir, mais de situer la poésie et de décrire un phénomène dans son apparition et dans sa temporalité. Pour Char, la vie de Rimbaud, les deux moments de sa destinée sont les deux moments d’un seul poème. Son interprétation est tout entière subordonnée à la temporalité de l’aventure rimbaldienne. Comme les préfaciers avant lui, Char tente bien de s’expliquer l’engendrement des deux moments de la destinée rimbaldienne, mais ce qui le distingue de façon très claire et très personnelle, c’est qu’il résout le problème Rimbaud en changeant l’échelle et en gardant les données du problème. À l’impasse interprétative, Char propose un nouveau paradigme qui permet la relance de la poésie et l’action de l’oeuvre de Rimbaud : elle redevient, avec lui, opérante, et ne met plus désormais en cause le pouvoir poétique ou même l’entreprise poétique. Elle est définie comme un phénomène intermittent, un phare tournant. Interprétation romantique peut-être, qui réassujettit le poète aux caprices d’une Muse fuyante, la préface de Char ne permet pas, en tout cas, de coup de force du poète, de volonté de puissance. Le poète n’est pas ce grand conquérant qui assujettit le monde ; il est celui qui, par moments, en de brefs éclairs, en de brefs orgasmes, se lie au monde, s’abolit en lui pour aussitôt se retrouver dans l’allée de la vigne.

12La trajectoire de la figure rimbaldienne connaît ainsi une sorte d’élévation progressive, peu à peu elle gagne en abstraction. Non tant qu'elle devienne un concept poétique, mais bien au contraire, tout en gagnant une plus grande mobilité opératoire et une plus vaste échelle temporelle, elle devient une sorte de quintessence poétique.

13Aussi, plus elle gagne cet espace où il lui est permis tout ensemble de guider et d’orienter l’oeuvre de Char, plus la figure rimbaldienne gagne l’oeuvre elle-même. De la superficie du texte de Char où elle se tenait jusqu’alors, la présence rimbaldienne gagne son tissu et sa profondeur.

14Une fois formulée, l’importance de Rimbaud pour René Char n’est pas pour autant flétrie. Certes, la figure semble a priori refoulée dans les marges de l’avant-texte, dans sa génèse et l’on a vu que les réécritures vont ajouter des couches de textes sur cette figure qui se trouve, du coup, à disparaître dans l’ombre, à y retourner après avoir brièvement connu les feux de la rampe des aveux.

15Mais ce que l’on aperçoit moins bien dans cette disparition, c’est la réapparition de la figure rimbaldienne, réélue dans le dialogue avec Heidegger. S’il semble recouvert par la « maculature », Rimbaud ressurgit, élevé au dialogue, sorti des listes et des énumérations où il devait se plier à la jauge de l’histoire, extrait du commensurable pour gagner l’incommensurable.

16La figure rimbaldienne est démultipliée, étendue en superficie, « définie », ouverte à l’infini. Ce faisant, c’est bien un mouvement ou une démarche proprement poétique qui permet au poète de déployer les épaisseurs simultanées d’une figure dans la successivité pour bientôt reprendre la diversité, l’éparpillement — et à terme, la temporalité — et les rendre à leur simultanéité, à leur épaisseur et à leur fécondité.

17La figure rimbaldienne semble vidée de toute spécificité pour conquérir sa mobilité opératoire. Certes, lui sont retirés tous les caractères particuliers qui empêcheraient Char d’y entrer, de s’y faufiler dans un rêve de soi, de s’y introduire, dans un délire de l’autre. Ce que Char dit de Rimbaud est cependant lourd de toutes les strates qui ont coloré la figure, lui ont donné à tel moment précis de son oeuvre un relief particulier. Cette figure, pour être vide du mythe traditionnel de Rimbaud, est cependant investie du mythe personnel de Char, qui n’est autre, à la lettre, qu’un mythe de soi, dans le futur et dans le perpétuel. Plus belle est la figure de Rimbaud vidée de ce qui empêche la projection et le rêve. Ce n’est pourtant pas dire vide de tout, mais vide des encoignures, pourrions-nous dire. La figure de Rimbaud est comme une esplanade, un promontoire d’où s’apercevoir.

  • 7 Arthur Rimbaud, lettre à sa soeur Isabelle, 23 juin 1891, oc, p. 672.

18Peu à peu, la figure rimbaldienne va s’incarner, gagner le poète luimême. Limitée à l’oeuvre poétique, la préface de 1956 laissait la biographie de côté : s’il devait servir de guide, Rimbaud serait un guide poétique stricto sensu. En 1973 (1976), être Arthur Rimbaud, c’est le vivre, et vivre n’est jamais qu’appréhender la mort et la perte d’aliment, vivre, c’est consentir au passage du temps. Vivre Rimbaud, c’est aussi et surtout poser la question de la vie elle-même. De l’oeuvre poétique de Rimbaud, Char passe à sa correspondance dont il retient cette lettre où Rimbaud écrivait à Isabelle, sa soeur : « notre vie est une misère, une misère sans fin ! Pourquoi donc existons-nous7 ? » La métaphore Rimbaud devient alors métaphore de la vie elle-même.

19Dire Rimbaud, comme dire « une fleur », c’est voir apparaître « l’absente » de tout bouquet, comme Rimbaud est absent de toute image ou de tout mythe du poète pour la simple raison qu’il les contient tous. Dire Rimbaud n’est jamais alors que dire « le poète », l’absent, l’idéal de toute histoire poétique en même temps que de dire « Char », en tant qu’il se rêve, se désire et se mire.

20En ce sens, Rimbaud est bel et bien pour Char ce que Léonard est à Valéry, c’est-à-dire une idole :

  • 8 E. M. Cioran, Valéry face à ses idoles, Paris, l’Herne, 1970, p. 24.

Poe et Mallarmé existent pour Valéry ; Léonard, visiblement, n’est qu’un prétexte, un nom et rien de plus, une figure entièrement construite, un monstre qui possède tous les pouvoirs qu’on n’a pas et qu’on voudrait avoir. Il répond à ce besoin de se voir accompli, réalisé en quelqu’un qu’on imagine, et qui représente le résumé idéal de toutes les illusions qu’on s’est faites sur soi : héros qui a vaincu vos propres impossibilités, qui vous a délivré de vos limites, en les franchissant à votre8

  • 9 Dominique Fourcade, réponse à l’enquête Rimbaud de Roger Munier, Aujourd’hui Rimbaud.loc. cit., p. (...)

21Comme l’écrivait Dominique Fourcade à propos de Baudelaire et de Delacroix, nous pourrions peut-être écrire, au terme de ce travail, qu’« il n’est pas besoin de [Char] aujourd’hui pour approcher [Rimbaud] ([Rimbaud] se suffirait sans [Char], Hôlderlin sans Heidegger), mais toute approche du poète passe par sa vision de [Rimbaud], laquelle ajoute des hectares à l’indispensable univers qui a nom9 Toute approche de Char passe par sa vision de Rimbaud, laquelle ajoute l’espace dans lequel il a projeté, désiré et rêvé son oeuvre, qui en a constitué, à chaque moment, tout ensemble le chantier et l’intrados : la métaphore.

Notes

1 Julien Gracq, Lettrines, Paris, Librairie José Corti, 1967, p. 27.

2 Jean Pénard note, le 1er janvier 1977, que Char prépare depuis deux ans cette anthologie qui, à cette époque, devait s’intituler Poèmes pour les temps obscurs (op. cit., p. 138-140).

3 La description de cet « état » du projet s’inscrit à la date du 8 avril 1979 dans les Rencontres de Jean Pénard (op. cit., p. 189).

4 Pénard note, le 25 décembre 1980, que le destin de l’ouvrage bifurque et change de titre {op. rit., p. 216). C’est le 31 mai 1981 que Pénard peut signaler la sortie de l’ouvrage (p. 231). L’anthologie comporte les traductions de poètes provençaux, italiens, espagnols, anglais, russes et allemands, allant de Raimbaut de Vaqueiras à Marina Tsétaeva, dont le texte original est donné dans la section intitulée « Texte primitif ». (Laplanche de vivre [1981], traductions de René Char et Tina Jolas, édition bilingue, Paris, Gallimard, « Poésie » ; 248, 1995, 160 pages).

5 Le poème, daté du 29 décembre 1967, a paru en ouverture du numéro spécial de Liberté intitulé : « Poème, parole, sacré », sous le titre « Mot pour Pierre » (n“87-88 [1973], p. 5). Sa reprise, dans Fenêtres dormantes, coïncide avec la « bifurcation » du projet de l’anthologie (oc, p. 602).

6 René Char, « Légèreté de la terre », Fenêtres dormantes et porte sur le toit, oc, p. 602.

7 Arthur Rimbaud, lettre à sa soeur Isabelle, 23 juin 1891, oc, p. 672.

8 E. M. Cioran, Valéry face à ses idoles, Paris, l’Herne, 1970, p. 24.

9 Dominique Fourcade, réponse à l’enquête Rimbaud de Roger Munier, Aujourd’hui Rimbaud.loc. cit., p. 69. Dans le texte de Fourcade, nous remplaçons le nom de Baudelaire par celui de Char et celui de Delacroix par celui de Rimbaud.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search