Version classiqueVersion mobile

Les langues du roman

 | 
Lise Gauvin

Langue et déficit identitaire dans le roman belge contemporain

Jean-Marie Klinkenberg

Texte intégral

1La présente contribution vient à la suite d’une série d’études ne sont à littéraires et sur qui pas proprement parler qui portent trois thèmes :

    • 1 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de Be (...)
    • 2 Précisons. Si toutes les langues varient, certaines de leurs variétés sont « illégitimes », et d’au (...)
    • 3 Michel Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphér (...)

    Des études sur le thème de l’insécurité linguistique dans les pays francophones1. Il s’agit là, on le sait, d’un concept sociolinguistique. Le mot désigne le produit psychologique et social d’une distorsion entre la représentation que le locuteur se fait de la norme linguistique et celle qu’il a de ses propres productions2. L’insécurité est la plus forte au sein des groupes qui ont à la fois des pratiques peu conformes à la norme et une conscience aiguë de la norme, et dont l’ascension sociale dépend en partie de la maîtrise de cette norme. C’est dire que cette insécurité atteint son acmé dans la petite bourgeoisie et chez les femmes. Mais, s’il a une dimension principalement sociale, le phénomène a également une dimension géographique : on peut dire que l’insécurité linguistique conditionne le fonctionnement des cultures périphériques dans un champ centralisé. Centralisation qui est bien sûr le lot de la culture francophone. La chose a été bien étudiée lors d’un colloque qui s’est récemment tenu à l’Université de Louvain3. Ce qui intéressera l’historien de la littérature est que l’insécurité linguistique a d’évidentes répercussions sur les choix opérés en matière de langue d’écriture. Les mécanismes généraux jouant dans ce cas précis, l’insécurité linguistique constituera donc une des conditions de fonctionnement des littératures francophones périphériques, et spécialement de la littérature belge francophone, qui retiendra ici notre intérêt.

    • 4 Jean-Marie Klinkenberg, « Le français : une langue en crise ? », dans Le Français en débat, Communa (...)
    • 5 Nicole Gueunier, « La crise de la langue en France », dans J. Maurais (dir.), La Crise des langues,(...)

    Des études sur le thème de la « crise de la langue »4. Il s’agit là d’un grand mythe récurrent, qui reprend régulièrement du service, mais qui l’a particulièrement fait durant les années 1960-1980, à cause de phénomènes socio-économiques affectant alors les pays développés : tertiarisation de la société, se produisant au moment d’un puissant remodelage de la morphologie sociale, lequel promeut une classe vivant intensément l’insécurité linguistique5.

    • 6 Jean-Marie Klinkenberg, « Insulaire et classique : la littérature », dans Liège dans les années 30,(...)
    • 7 Selon Jacques A. Lefèvre, on peut distinguer trois stades dans le processus de l’identification lin (...)

    Des études sur la problématique identitaire6. Il s’agissait ici, en partant du cas particulier de l’identité wallonne, de répondre aux questions suivantes : comment les identités se construisent-elles ? quelles sont leurs fonctions historiques ? et, plus spécialement, comment se constitue l’identité linguistique7 ?

  • 8 Jean-Marie Klinkenberg, « Les arts de la langue », dans D. Blampain, A. Goosse, J.-M. Klinkenberg e (...)

2Vers la fin des années 1970 et durant les premières années de la décennie 1980, on a vu, dans le roman belge, la conjonction de deux thématiques. La première est celle du déficit identitaire. En gros, on brode sur une proposition unique : l’écrivain belge est de nulle part. Proposition énoncée dans des textes critiques et programmatiques, mais également mise en scène dans les textes de création. La seconde thématique est celle de l’aliénation linguistique. Ce thème se module lui-même en sous-thèmes : la perte de la langue, la bâtardise, le mutisme... Cette double thématique est alors servie par une série de techniques littéraires qui ne sont spécifiques ni aux lettres belges ni à l’époque, mais qui se manifestent alors de manière spectaculaire. Elles se rassemblent en deux familles. C’est, d’une part, la résurgence du carnavalesque. L’invention langagière est certes une tradition dans l’écriture littéraire belge8, mais elle se manifeste alors dans toutes les littératures occidentales comme un signe de modernité. C’est, d’autre part, la tendance au dévoilement de la narration, à sa mise en scène, une autre thématique typique de la modernité.

3Mon objectif, dans cette contribution, sera triple. Il s’agira d’abord de décrire le phénomène : comment se manifeste ce surgissement et cette conjonction ?

4Il me faudra ensuite expliquer les raisons de ce surgissement. Et au passage, il s’agira de répondre également à des questions connexes, comme celles-ci : pourquoi ces tendances se manifestent-elles surtout dans le roman ? et pourquoi affectent-elles les écrivains bruxellois ? Les explications fournies seront principalement sociolinguistiques. Il s’agira en troisième lieu d’expliquer pourquoi cette conjonction a été passagère. En effet, le phénomène que nous décrivons ici — la conjonction des deux thématiques — aura été brève, comme celle des astres : elle se met en place à la fin des années 1970, éclate aux alentours de 1982-1983 puis disparaît très vite. Encore une fois, ce seront des explications sociohistoriques qui prévaudront. Peut-être les jugera-t-on un brin mécanistes. J’accepte volontiers cette critique : l’histoire est certes un récit, mais ce récit ne peut être qu’explicatif.

  • 9 Pour rédiger la présente contribution, j’ai bénéficié de la réflexion de deux étudiants ayant, sous (...)

5En quatrième lieu, il nous faudrait étudier enfin les techniques littéraires de dévoilement de la narration, et montrer leur particulière articulation à la double thématique du déficit identitaire et de l’aliénation linguistique. Pour une série de raisons — pratiques entre autres —, je ne traiterai pas ici de cet aspect des choses, me réservant d’y revenir par la suite9.

  • 10 Pierre Mertens, Les Bons Offices, Paris, Seuil, 1974 ; Conrad Detrez, Les Plumes du coq, Paris, Cal (...)
  • 11 Ce détail révélera toute son importance par la suite. Voir Jacques Sojcher, La Belgique malgré tout (...)

6Le corpus sur lequel se fonde cette étude est constitué d’une demi-douzaine de romans dont la publication s’étale de 1975 à 1985 : Les Bons Offices, de Pierre Mertens, Les Plumes du coq, de Conrad Detrez, La Danse du fumiste, de Paul Emond, Orgambide, scènes de la vie perdante, de Marcel Moreau, La Guerre blanche de Conrad Detrez, L’Heure d’Édith, de Christian Lutz et Arnaud de la Croix, La Grande Roue, de Jacques De Decker. Une attention toute spéciale sera réservée au roman de Jean Muno, Histoire exécrable d’un héros brabançon10. Pour des raisons qui apparaîtront évidentes, on ne peut toutefois couper ce mouvement affectant le roman du discours critique qui l’a escorté. De ce côté-là — celui des essais —, notre corpus principal sera l’ensemble d’articles suscités par Jacques Sojcher et réunis sous le titre La Belgique malgré tout, articles émanant surtout d’écrivains bruxellois ou vivant à Bruxelles11.

La thématique de l’identité et le déficit identitaire

7Le mouvement qui affecte les lettres belges au cours de la période qui nous préoccupe a quatre caractéristiques : il est soudain et très visible ; il est massif, affectant toutes les productions culturelles ; il est théorisé : les textes d’imagination s’accompagnent d’un imposant discours d’escorte ; enfin et surtout, il brouille les cartes, redistribue les biens symboliques.

  • 12 Conrad Detrez, L’Herbe à brûler, Paris, Calmann-Lévy, 1978.
  • 13 Certains critiques récusent toutefois la nouveauté du phénomène. Pour Anne-Marie La Fère (Lettresfr (...)

8Les productions de la fin des années 1960 sont déjà marquées par une préoccupation de l’identité, mais le phénomène s’accentue au début des années 1970 et atteint son acmé à la fin des années 1970. C’est alors que la nouveauté et l’urgence du thème sont presque unanimement soulignées par la critique, et cela, d’autant plus qu’elle émane d’une nouvelle génération, que le critique Jacques De Decker nommera les « septantrionaux ». On pourra citer pêle-mêle des œuvres comme celle de Conrad Detrez, et spécialement Les Plumes du coq et L’Herbe à brûler12, celle de Pierre Mertens, mais aussi celle de Jacques De Decker, de Hubert Nyssen, etc.13.

9La préoccupation de l’identité affecte non seulement le contenu des productions culturelles, mais encore les moyens qui les véhiculent ; on la retrouve non seulement dans la littérature et la chanson (aussi bien dialectale que française), mais aussi dans le cinéma, la télévision, la vidéo, la bande dessinée, le théâtre, les revues d’intérêt général, la politique de réédition d’œuvres littéraires, l’essai historique, etc. En outre, des institutions se mettent en place, qui n’ont peut-être pas pour but essentiel de s’inscrire dans le courant (la « Promotion des Lettres belges », certains prix de la Communauté française) mais qui ont cependant pour effet de souligner l’existence d’un « marché identitaire ».

10La mutation que nous décrivons s’accompagne rapidement d’un mouvement de théorisation, dynamique théorique qui a été marquée par quatre temps forts : le numéro spécial du magazine Les Lettres françaises intitulé « Une autre Belgique », marquant l’émergence d’une nouvelle génération culturelle (1976) ; la réaction des « Belges de Paris » après l’inauguration du Centre Culturel de la Communauté française de Belgique, face au Centre Pompidou dit « Beaubourg » ; la publication de La Belgique malgré tout (1980) et, en 1983, Le Manifeste pour la culture wallonne, signé par quelque 80 créateurs et intellectuels wallons. Ces quatre manifestations, auxquelles on reviendra, ne sont pas dans l’exact prolongement l’une de l’autre, et expriment même des positions parfois fort divergentes. Elles révèlent toutefois, chacune à sa manière, la problématique identitaire.

  • 14 Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociolog (...)
  • 15 Un bon exemple est fourni par la « Littérature liégeoise » d’entre les deux guerres. Voir Jean-Mari (...)

11La dominante de la phase de l’histoire des lettres belges que j’ai appelée, selon une périodisation littéraire aujourd’hui communément acceptée, « centrifuge14 » était le cosmopolitisme ou, ce qui revenait au même, la crispation sur le mythe d’une France à laquelle on participerait de plein droit. Cette mythologie — dissociatrice jusqu’à la schizophrénie — n’annulait pas totalement la préoccupation de l’identité : elle la refoulait en trois endroits marginaux : a) dans les résidus de culture populaire traditionnelle animant un folklore dégradé ; b) dans certains secteurs de la culture bourgeoise, vivant de l’unanimisme populiste15 ; c) dans certaines manifestations d’une culture non folklorisante mais marginale (c’est le cas pour certaines avant-gardes, et même pour certains aspects des pratiques surréalistes en Belgique).

12Le surgissement du discours identitaire transgresse ces répartitions et met dès lors en péril la position cosmopolite autant que les fonctions jusque-là assumées par la folklorisation.

  • 16 Jacques Sojcher (dir.), La Belgique malgré tout, op. cit., p. VIII.

13Dorénavant, le discours se caractérise par la négativité (c’est pourquoi je parle de « déficit » : l’existence d’un discours identitaire ne postule pas nécessairement la présence d’une identité positive et forte) : il serait de la nature de la Belgique de produire la négativité. Lisons Jacques Sojcher : « Beaucoup d’écrivains ressentent [...] que la Belgique, dans sa négativité même, dans son creux offrait autre chose, une possibilité d’espace, d’entre-deux, une situation mouvante de carrefour, de traversée et d’errance, une sédentarité baroque, diasporique, une chance de bâtardise16. »

14Ce nouveau discours exprime une dépossession qui est de l’ordre de l’essence et non de l’accident. Mais une dépossession qui n’est pas globale : elle se limite en effet au symbolique, et l’analyse ne met aucun accent particulier sur les facteurs économiques ou sociaux objectifs qui seraient à la base de la dépossession.

Trois sous-thèmes

15Cette négativité se module en trois sous-thèmes qui sont la bâtardise, l’exil intérieur, le cosmopolitisme.

16Le thème de bâtardise sera particulièrement illustré dans Histoire exécrable d’un héros brabançon (1982), mais on le trouve largement décliné dans La Belgique malgré tout, où il sera revendiqué comme positif, donnant la possibilité de jouer librement d’univers culturels multiples.

17Dans Une autre Belgique, le thème qui semble le mieux illustrer la notion de « belgitude », avancée par Claude Javeau, est celui de l’exil. On verra ainsi Pierre Mertens, Jacques Sojcher et Liliane Wouters décrire l’exil intérieur dont souffre l’écrivain qui vit en Belgique. Et l’on aura bien sûr au passage admiré le bel oxymore de J. Sojcher : « sédentarité diasporique ».

  • 17 Ibid., p. 55.

18Le nouveau cosmopolitisme fait cette fois litière du modèle français. Dans Histoire exécrable d’un héros brabançon, on définira l’intellectuel comme celui qui est de nulle part. Mais écoutons aussi Luc de Heusch, pour qui l’avenir de l’artiste passe par les grandes métropoles, où les langues se métissent : « Alors, cher John, où sont ces Belges que tu exposes ? [...] Ils forgent, dessinent ou construisent, chacun à sa façon, un langage apatride, plus convaincant que celui des patries. L’art ne se conçoit plus qu’intertribal, sangs et esprits mêlés. C’est le privilège de quelques grandes villes modernes d’être encore accueillantes à ces métèques, à ces chiens bâtards qui se rassemblent aux carrefours, sans maîtres17. »

Causes

19Quelles sont les causes de ce surgissement ? Certaines procèdent de la nouvelle donne culturelle des années 1970 dans les pays développés, d’autres sont propres à la Belgique.

20Certaines transformations profondes de l’univers familier sont propres à susciter le sentiment d’insécurité, sentiment qui peut aisément se reporter sur la langue.

  • 18 Jean-Marie Klinkenberg, « La crise des langues en Belgique », dans J. Maurais (dir.), La Crise des (...)

21Or le grand choc pétrolier de 1973 et la crise structurelle du capitalisme qui l’a suivi constitue bien une de ces périodes de mutation18. Notre nouvelle ère a vu naître une nouvelle sensibilité que Christopher Lasch a qualifiée de « culture narcissique ». Après la décennie 1960, brillante sur le plan économique et habitée par de généreuses utopies, s’est ouverte une période de désillusion. On met en doute l’idée que l’individu puisse exercer une réelle emprise sur son existence ; les disciplines qui lui donnaient cette impression — de la philosophie de l’histoire à l’économie— sont réputées en faillite, impuissantes quelles seraient à rendre compte des formes nouvelles que prennent les phénomènes quelles faisaient profession d’élucider. Mais il faut bien satisfaire la demande de sens. L’insignifiance de l’existence est dès lors, dans les années 1980, compensée par une attention exclusive au moi. Le temps personnel et biographique est remis à l’honneur. Retour à l’individu, donc, mais aussi aux groupes qui sont censés le définir. Nourrissant des impulsions de repli — faute de recevoir la sécurité attendue de collectivités jugées trop vastes dans l’espace ou dans le temps —, l’individu contemporain valorise les ensembles qui peuvent être la commode métaphore de son moi.

22Faut-il alors s’étonner d’un mouvement qui donne un prix élevé à tout ce qui compense l’insignifiance en créant du sens, à tout ce qui enraye la dissolution en créant de l’identité ? Parmi ces valeurs en hausse, on trouve nombre de symboliques, comme celle qu’offre le langage. Or, au sein de certaines collectivités, comme on va le voir, la langue ne peut s’offrir ainsi qu’un refuge.

23Les causes locales de l’inquiétude identitaire sont diverses : elles sont tantôt de nature institutionnelle, tantôt de nature sociologique.

24a) Facteurs institutionnels. — On vise ici l’ensemble des réformes institutionnelles que la Belgique a vécues depuis les années 1960, et qui l’ont menée d’un statut d’État unitaire à un statut d’État fédéral. Dans ce mouvement, déclenché par la Flandre pour des raisons culturelles, et par la Wallonie pour des raisons économiques, la construction de nouvelles identités et la mise en place de nouvelles loyautés sont problématiques. Si, du côté flamand, la langue constitue sans nul doute un facteur d’identification, il n’en va pas de même du côté francophone : ce n’est pas sous la pression d’une minoration linguistique que la Wallonie s’est déterminée dans le sens que nous venons de voir. Et, par ailleurs, les problèmes sociaux et économiques de cette dernière entité et de Bruxelles, majoritairement francophone, sont si différents que leur unité est problématique. D’où la tentation pour nombre de francophones de ne pas s’engager dans le nouveau travail d’identification en cours, mais bien de se replier sur l’identité belge, identité qui doit évidemment être réaménagée. Et réaménagée, elle le sera au prix d’une définition en creux : la francophonie belge, ce sera la Belgique moins la Flandre. Il n’y a donc pas « d’essence » négative de la Belgique : la négativité n’est, on le voit, que le produit d’un accident historique.

25Ce mouvement de soustraction est particulièrement sensible à Bruxelles, ville qui n’était guère demandeuse des réformes auxquelles on vient de faire une rapide allusion et qui concentre spectaculairement les classes sociales et les groupes dont les intérêts étaient le plus liés à la Belgique traditionnelle. Si l’on ajoute à cela la fragilisation linguistique, due à des situations de diglossie, largement surévaluées au reste, on comprend que ce soit à Bruxelles que les discours du déficit identitaire, et de l’aliénation linguistique, aient été le plus constamment tenus. D’autres raisons encore, sur lesquelles nous aurons à revenir, expliquent le poids particulier de Bruxelles dans le mouvement que nous observons.

26b) Facteurs sociaux. — On a vu que le remodelage de la morphologie sociale, au cours duquel la petite bourgeoisie se voit conférer de nouveaux rôles sociaux, avait joué un grand rôle dans la réactivation du discours traditionnel sur la crise des langues.

  • 19 Voir Jacques De Decker, « Petite sociologie des écrivains français de Belgique », Dossiers du CACEF (...)

27Que ce discours puisse avoir en Belgique un impact particulier sur le discours que nous étudions n’est pas douteux. Car en Belgique les représentants de la petite bourgeoisie sont significativement représentés dans la caste des écrivains : leur proportion est en tout cas bien plus élevée qu’en France. Les travaux sur les origines sociales des écrivains belges sont certes peu nombreux19 mais permettent d’établir clairement ce fait. Prenons, à titre d’exemple, l’analyse d’Andrianne, qui se fonde sur un échantillon de 50 écrivains. Parmi ceux-ci, 44 % sont originaires d’un milieu culturellement défavorisé, 4 % seulement de milieux aisés et 52 % de professions intermédiaires. (En France, les proportions sont bien différentes : 23 % seulement des écrivains français sont issus de classes modestes.)

L’aliénation linguistique

28Les thèmes de la bâtardise, de l’exil et du cosmopolitisme ont leur contrepartie linguistique : contact des langues, incertitudes langagières, atteintes aux normes...

  • 20 Jacques Cels, dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 27.
  • 21 J. Sojcher, ibid., p. 448.

29Ainsi, J. Cels insiste sur le bilinguisme de Bruxelles, et se demande dans quelle mesure il n’a pas entrepris des études de philologie afin de « conjurer le malaise de son ouïe » blessée par une « stéréophonie discordante20 ». Malaise identique chez J. Sojcher : « Il y a toujours un presque entre le naturel et moi, entre le cela va de soi, l’évidence qui s’ignore elle-même et moi qui sais sans savoir. Mais la langue rappelle ce léger écart, le rend visible aux autres qui lisent dans nos yeux l’absence21. »

30Comment se module l’aspect linguistique de cette identité en creux ? Par des images multiples et variées : le mutisme et le silence, par exemple (décidément un thème commun à toutes les littératures francophones minoritaires...). Je choisirai trois de ces images, d’ailleurs liées entre elles : celle du réapprentissage de la langue, la mise en scène de la tension vers le bien parler et le thème de la bâtardise linguistique.

Le langage réappris

31Conquérir la légitimité, dans un champ culturel centralisé comme l’est le champ français, c’est, pour nombre d’acteurs, tendre à la maîtrise des variétés les plus prestigieuses de la langue. Ce qui ne peut qu’être douloureusement ressenti par celui qui n’en a pas la possession tranquille. J.-G. Linze décrit ainsi le tropisme vers le purisme :

  • 22 Jacques-Gérard Linze, dans J. Sojcher, ibid., p. 294.

Ceux d’entre nous qui se livrent à la création littéraire ou à une activité paralittéraire, s’ils sont conscients de ces particularités et les considèrent comme des faiblesses, en éprouvent une réelle frustration, voire un sentiment de culpabilité ou d’infériorité [...]. De là vient aussi que quelques-uns de nos meilleurs auteurs nous font l’impression d’avoir “réappris” le français pour l’écrire comme les Français eux-mêmes, parfois avec un tel zèle que chez eux la pureté devient préciosité, et que la richesse peut passer pour pédanterie22.

32Nombreux sont les témoignages de ce mouvement de douloureuse réappropriation. Retenons celui de Marcel Moreau :

  • 23 Marcel Moreau, dans J. Sojcher (dir.), ibid., p. 357-358.

Je n’ai pas été envahi dès le berceau par la facilité mentale et linguistique d’être français. Je n’ai pas baigné d’entrée de jeu dans les virtuosités, mais aussi dans le laxisme des modes d’expression d’ici. Il me semble bien que le petit Wallon que j’étais a dû conquérir durement sa propre langue à la fois sur la menace linguistique au-dedans et sur le confort verbal au-dehors23.

Le « beau langage »

  • 24 « L’ambition souvent insoutenable de se conformer aux normes du discours légitime [...] porte à cen (...)

33Le purisme est donc une des solutions possibles au problème de l’insécurité linguistique : il s’agit bien de se censurer au profit des formes normées, dont la nature est souvent largement fantasmée24. C’est le « syndrome du garde champêtre » plaisamment mis en évidence par Robert Beauvais.

34Surenchère, lourdeur d’expression, toutes ces manifestations d’une identité linguistique négative, on les retrouve décrites partout dans La Belgique malgré tout, non seulement à propos des locuteurs belges en général, mais surtout à propos de l’expérience de l’artiste. Lisons ce témoignage de Hubert Nyssen :

  • 25 Hubert Nyssen, « Assignation à résidence », dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 376.

À peine entré en France [...] le Belge se sent perdu, minorisé, invalidé, coupable de parler la même langue mais mal. Affolé, il surcharge et tombe dans la redondance, sème les virgules à la volée, plante des pronoms relatifs dans ses phrases comme les pieux d’une clôture, cultive l’adverbe avec la chicorée adjective à la pelle, et surtout, ah ! surtout se dénie cette liberté essentielle qui consiste à parler comme on respire, sans mettre en cause la légitimité du langage qu’on emploie. [...] Bref, le Belge est un immigré ! Sa propre langue devient marécage, il y patauge, et il croit que sur la rive on ricane25.

  • 26 Jean Muno, op. cit., p. 89.

35Autre exemple encore chez Muno. Le jeune antihéros, Papin, est « l’homme au cartable26 » constamment alourdi par ses références et son savoir. Ses parents sont « pédagogues », professeurs au « Grand Complexe » (nom significatif...). À ce titre, ils sont les garants de la norme : ne sont-ils pas les auteurs de la fameuse Grammaire Clauzius Petitpas, simple et complète, qui fit autorité jusqu’en 1968 et fut « mille fois remise sur le métier » ? Toute la vie de Papin est le récit d’une mise au pas — au petit pas — linguistique, dressage d’autant plus irrésistible qu’il vient d’en haut (l’autorité) et d’en avant (le père, la mère). Le narrateur a beau se gausser des liens d’appartenance que ce dressage produit, ses traces sont indélébiles.

La langue du bâtard

  • 27 Michel Otten, « La Wallonie dans les lettres françaises de Belgique », dans Littérature en Wallonie (...)

36Dans le nouveau discours, la bâtardise est, on l’a déjà vu, revendiquée comme positive : elle met en place un processus dialectique qui donne à l’intellectuel la « possibilité de jouer librement de plusieurs univers culturels27 », de s’inscrire avantageusement au carrefour des cultures. D’où l’insistance de nombreux écrivains sur la mixité de leur ascendance ou sur leur bilinguisme (deux caractéristiques d’ailleurs souvent surévaluées, comme on le verra). La bâtardise linguistique semble être une manière d’échapper aux normes trop strictes.

37Le thème, pour nouveau qu’il paraisse, s’inscrit en fait dans une vieille tradition. Sous un nouvel habit, on retrouve en effet un trait de la tradition puriste dont on a traité plus haut : le désir de censurer toute particularité linguistique, le particularisme étant, dans un système fortement centralisé, assimilé à la faute. Mais on retourne ici l’illégitimité contre elle-même : la volonté d’effacer toute trace de racines, on la retrouve à cette heure dans la notion de langue « apatride », qui serait le produit du métissage linguistique (langue apatride, car celui qui parle plusieurs langues n’en a aucune en particulier). C’est un thème récurrent chez les écrivains de la dernière génération, surtout bruxellois.

  • 28 J. Sojcher, Op. cit., p. 448.

38Ainsi, J. Sojcher, juif bruxellois, dépeint-il le métissage linguistique : « La Belgique juive, le mélange moules-frites kascherout, kefilte fish boudin noir [...] shabbat perdu dimanches un peu vides, vous, nous, ototot, septante, pistolet, aubette, une fois28. » Cette thématique est aussi reprise par les écrivains d’origine étrangère. C’est le cas du peintre J. Marti, immigré catalan : il voit dans l’espéranto, langue apatride par excellence, l’espoir de supprimer les frontières.

39Même écho, on l’a vu, chez L. de Heusch, pour qui l’avenir de l’artiste passe par les grandes métropoles, où la langue peut plus facilement se métisser, ou encore chez J. Sigrid, qui pousse l’amour de la dualité au point de redouter l’éventualité d’un choix :

  • 29 Jean Sigrid, dans J. Sojcher (dir.), ibid., p. 435.

Il n’avait qu’une crainte [...] la crainte qu’un jour on le forçât à choisir [...]. Car le monde ne tolère pas la dualité. Le monde refuse les êtres doubles. Le monde est conforme au monde. Celui qui a deux mères n’en a pas une seule. Celui qui a deux origines n’a pas d’origine. Celui qui n’a pas d’origine n’a pas de nom. [...] Il était heureux de sa double naissance, mais avait-il le droit d’être heureux ? Il n’était pas honteux de sa double naissance, mais ne devait-il pas être honteux ? On n’est jamais assez complexé. Il lui arrivait de rougir de sa tranquillité d’âme29.

La bâtardise : un mythe

40On a donc pu voir une véritable transmutation de la bâtardise, qui est d’habitude connotée négativement. Elle est ici mieux qu’assumée : elle est revendiquée comme facteur de dynamisation de la culture. Cette mutation en entraîne automatiquement d’autres : tout ce qui menace la bâtardise devient négatif.

  • 30 Jean Muno, op. cit., p. 9.
  • 31 Ibid., p. 10. Analyse plus approfondie dans la « Lecture » que j’ai donnée pour la réédition dans l (...)
  • 32 Ibid., p. 11.

41C’est le cas de tout ce qui normalise, comme les identités pleines et fortes. Si celles-ci sont chez Muno l’objet d’une certaine nostalgie, on a pu voir son héros aux prises avec la normalisation linguistique. Celui-ci compare son statut à celui d’un écrivain alsacien invité à l’émission de Bernard Pivot : comme lui, il se sent comme un enfant naturel, ou d’adoption, parmi les légitimes pleins d’assurance, et « quant à sa langue maternelle, c’était nettement plus compliqué30 ». Mû par son aliénation, le narrateur part alors à la recherche de ses origines familiales. Mais la quête est désespérée. Et d’ailleurs, on ne donnera jamais le nom de famille de ce Papin qui est le héros du roman (discrétion qui contraste avec la présence envahissante du couple Clauzius-Clauzia). Et de toute manière, ces origines ne parviennent à s’exprimer que par l’image du creux. La quête ne s’incarne-t-elle pas dans la recherche du « waterput » (puits) ? « Pour moi [...] ces reliques familiales étaient vraiment lettre morte. Un autre monde, plus du tout le mien. Du waterput, je n’avais pas la moindre idée, je n’arrivais pas à me figurer ce qu’il avait dû être. Un mot, pas davantage31 » Notons la présence du « mot » ; il est significatif de voir que l’absence de points de repère s’exprime à travers une métaphore linguistique : « J’étais comme une parenthèse dérisoire dans un ample et multiple et patoisant discours32. »

42Mais il faut redire que la « langue apatride » est l’avatar d’une image que l’écrivain belge a traditionnellement voulu donner de lui-même, lui qui, pour acquérir la légitimité, a toujours dû refuser d’utiliser une langue qui puisse trahir ses origines géographiques. C’est de la même manière qu’il profite désormais d’une situation d’entre-deux, qui permet de jouer sur tous les fronts à la fois. Parler d’absence d’assises est encore une manière de trouver une assise personnelle : tout le roman de Muno est animé par cette quête, clairement identifiée dès le début du roman.

  • 33 Le discours du déficit identitaire est en effet, on l’a dit, tenu presque exclusivement par des écr (...)
  • 34 Lise Gauvin, « Problématique de la langue d’écriture au Québec de 1960 à 1976 », dans Langue frança (...)

43Ce qui nous en persuade, c’est que cette bâtardise revendiquée est largement mythique. Premièrement, on notera que les écrivains qui la chantent sont rarement bilingues. Mieux : beaucoup d’entre eux ne vivent pas en milieu diglossique (c’est le cas de Moreau, vivant à Paris). Il faut d’ailleurs, à cet égard, souligner une sorte de paradoxe : la revendication de la bâtardise n’est jamais le fait des écrivains vivant en Wallonie. Or ce sont sans doute eux qui, vivant pour la plupart dans un univers où le dialecte se fait encore entendre, auraient eu le plus de titres à traiter du thème de la diglossie33 Enfin, on notera que les textes eux-mêmes n’exploitent guère, à titre de technique, la bâtardise linguistique, ce qui apparaît comme une contradiction étonnante. En dehors de quelques textes carnavalesques, comme ceux de Jean-Pierre Verheggen, les textes belges de l’époque manifestent rarement l’hétérolinguisme. Il n’est guère, dans notre corpus, que le roman de Muno pour en témoigner : mais encore devra-t-on noter que l’hétérolinguisme y est comme mis à distance par les guillemets, la traduction, les italiques, les « comme on dit », techniques permettant d’éviter soigneusement la contamination des voix, et que Lise Gauvin34 a bien mis en évidence pour le roman québécois dans son hypostase réaliste. On reviendra plus loin à cette contradiction.

44La formule que j’ai utilisée plus haut — l’absence d’assises comme moyen de trouver une assise — n’est paradoxale qu’en apparence. Car l’absence est celle d’une assise collective, et l’assise retrouvée est personnelle. On pourra en effet aisément comparer les mythes de la bâtardise et de l’exil intérieur avec ceux que le Poète a élaborés à son profit au siècle dernier— l’artiste comme un être d’exception, au-dessus de la mêlée — et que Claude Abastado a bien étudiés à propos du mythe du Poète élaboré au siècle dernier :

  • 35 Claude Abastado, Mythes et rituels de l’écriture, Bruxelles, Complexe, 1979, p. 130-131.

Le mythe du Poète, dans la crise que traverse l’institution littéraire au XIXe siècle, est une réponse aux questions que posent les écrivains [...] : quel rôle incombe aux écrivains en face d’un pouvoir sans grandeur et d’une foule sans visage [...] [ ?] À ces questions le mythe répond de manière détournée par l’image du Poète [...]. Le mythe rétablit, entre les individus, une hiérarchie que l’idéologie humaniste et le droit révolutionnaire tendaient à nier [...] ; il fait de la littérature une pratique élitaire, une sorte de privilège [...]. Le Poète se retrouve seul, coupé de toutes les classes sociales, piégé dans sa négation, condamné au refus et au mépris35.

Le dépassement individuel

45Si la bâtardise linguistique est pour les uns chances de dialogue et pour les autres douloureuse perte d’identité, l’essentiel est ailleurs : dans tous les cas, de cet éclatement de l’être part une quête.

46Cette quête peut prendre de multiples formes. Les premières démarches peuvent être qualifiées de transcendantes : elles ne nient pas le déficit identitaire, mais tentent simplement de lui donner un nouveau statut ; les autres tentent de remonter au-delà du déficit. Mais dans l’un et l’autre cas, l’écrivain fait de l’écriture le lieu et l’instrument de la reconstitution du moi.

47C’est la première voie que choisit Muno, en faisant usage de l’humour et de la dérision. Il assume ainsi la négativité issue du déficit identitaire en la transmutant par le jeu de mots : son corbeau familier a pour cri « kiètu ».

  • 36 Jacques Crickillon, dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 74.
  • 37 Fr. de Vree, dans J. Sochjer (dir.), ibid., p. 143-148.

48La seconde voie, c’est la quête d’une langue originelle, transcendant les dualités et les oppositions. Cette langue maternelle sans mère permettrait enfin à l’individu de retrouver une assise. Ainsi s’exprime J. Crickillon : « L’enfant leur parlera flamand, il a appris. Rentré dans la capitale, il l’oublie, tout de suite, et il recommence d’apprendre le français ; ce serait vachement intéressant de savoir ce qu’il a dit, la première fois qu’il a pu vraiment parler36. » Ou encore Fr. de Vree : « Ne suis personne, fils de loup. N’étant personne et moi ailleurs, du langage pratiquant le mensonge [...] mon double me procurant les termes d’un langage autre pétri dans un même langage [...] La mort rêve à la mère. Manque la mère37. » Une telle langue, bien sûr, reste inaccessible : le retour au magma originel, antérieur à toute structuration, est un rêve dans toutes les cultures.

  • 38 On comprend aussi pourquoi c’est dans le roman que se manifeste le mieux la problématique du défici (...)

49Inaccessible, la langue à soi restera donc l’objet d’une quête sans fin, une quête qui sera la littérature38.

Un thème météorique

50Insistons sur cette dernière conclusion et sur le fait que cette langue à soi, contrairement à celle vers laquelle tend la littérature québécoise moderne, n’est pas collective mais individuelle.

51Les thèmes de l’identité en creux et de la dualité linguistique ne pouvaient dès lors constituer qu’un premier temps de dialectique. En effet, la première position — l’identité négative — n’est pas tenable longtemps : on ne peut indéfiniment, quitte à se condamner au silence, jouer à n’être rien. Cette négativité ne peut en tout cas être transférée du cadre collectif au cadre individuel : l’écrivain peut dire l’absence collective, mais pour la dire, il lui faut lui-même être absent. On a d’ailleurs vu que, positive chez certains, la bâtardise est, chez Papin, génératrice d’angoisse et de frustration. Quant à la seconde position — la bâtardise linguistique —, elle peine à se traduire textuellement chez les écrivains en quête de reconnaissance dans un univers francophone où l’ordre linguistique est si prégnant.

52On tient donc peut-être ici l’explication de la faible longévité de la veine que j’ai décrite.

  • 39 La contribution de Pierre Mertens à La Belgique malgré tout raconte l’histoire d’un compositeur d’o (...)
  • 40 Claude Abastado, op. cit., p. 263.

53Le thème de l’exilé incompris et condamné à la solitude dans un environnement médiocre39, mais trouvant finalement dans l’écriture une réponse à ses questions, correspond bien à la conception de la littérature étudiée par Abastado. Celui-ci fait bien voir que cette conception est étroitement liée à une représentation de la langue comme bien purement individuel : « L’isolement de l’écrivain découle de “l’isolement de la parole”, la littérature cessant [...] d’être un moyen d’action sociale ou d’expression lyrique devient auto-réflexive : expérimentation sur le langage, investigation de l’espace où se produit la signification, pratique spéculative qui trouve en elle-même sa propre fin40. »

  • 41 La chose est parfaitement claire dans la réplique adressée par J. Sojcher aux détracteurs du couran (...)

54En modulant les thèmes de l’identité négative et de la bâtardise linguistique, les écrivains du déficit identitaire ont automatiquement amorcé une quête qui devait les mener à une autre posture : celle dans laquelle l’écriture devient une pratique autotélique. L’individualisme de la démarche est par définition incompatible avec des solutions collectives au déficit. La langue n’étant pas considérée comme un bien commun, niée comme instrument de représentation collective, aucune identification linguistique n’est possible. On comprend dès lors la contradiction que nous avons notée plus haut. L’écrivain n’ira guère au-delà de la simple dénonciation de la normalisation linguistique, et refusera d’utiliser pour son compte des formes linguistiques non légitimes41.

Notes

1 Jean-Marie Klinkenberg, « Le problème de la langue d’écriture dans la littérature francophone de Belgique. De Verhaeren à Verheggen », dans Arpad Vigh (dir.), L’Identité culturelle dam les littératures de langue française : Actes du colloque de Pécs, Paris/Pécs, A.C.C.T/ Presses de l’Université de Pécs, 1989, p. 65-80. Voir aussi « Insécurité linguistique et production littéraire. Le problème de la langue d’écriture dans les lettres francophones », dans M. Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Louvain-la-Neuve, numéro spécial des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, vol. XIX, no 3-4 (1993), 1994, p. 71-80, et « Les arts de la langue », dans D. Blampain, A. Goosse, J.-M. Klinkenberg et M. Wilmet (dir.), Le Français en Belgique. Une langue, une communauté, Louvain-la-Neuve, Duculot, 1997, p. 401-413.

2 Précisons. Si toutes les langues varient, certaines de leurs variétés sont « illégitimes », et d’autres « légitimes » : ce sont ces dernières qui permettent d’imposer ce qu’on nomme le pouvoir symbolique. Par ailleurs, on constate que les groupes sociaux ne sont pas tous capables de maîtriser pratiquement le même éventail de variétés. Il y a insécurité dès que l’on a une image assez nette de la norme, mais que l’on n’est pas sûr d’avoir la maîtrise de cette variété légitime. Lorsqu’il y a, selon la formule de Bourdieu, « reconnaissance sans connaissance ». Il y a au contraire sécurité dans le cas où la production d’un usager est conforme à la norme qu’il reconnaît, et dans celui où son usage n’est pas légitime, mais sans qu’il ait une conscience nette de la non-conformité.

3 Michel Francard et al. (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, op. cit.

4 Jean-Marie Klinkenberg, « Le français : une langue en crise ? », dans Le Français en débat, Communauté française Wallonie-Bruxelles, « Français et société », 4, 1992, p. 25-45.

5 Nicole Gueunier, « La crise de la langue en France », dans J. Maurais (dir.), La Crise des langues, Québec, Conseil de la langue française, Paris, Le Robert, 1985.

6 Jean-Marie Klinkenberg, « Insulaire et classique : la littérature », dans Liège dans les années 30, Liège, C.G.E.R., 1983, p. 35-38. Voir aussi « L’identité wallonne : hypothèques et faux papiers », dans La Wallonie au futur. Vers un nouveau paradigme, Mont-sur-Marchienne, Institut Jules-Destrée, « Études et documents », 1989, p. 208-215 et « Les blocages dans l’identification wallonne : germes d’une identité postnationale ? », dans Nationalisme et postnationalisme, Presses universitaires de Namur, « Perspectives » 1995, p. 47-64.

7 Selon Jacques A. Lefèvre, on peut distinguer trois stades dans le processus de l’identification linguistique. Le premier stade est celui de l’identification historique, prise de conscience de l’existence d’une « entité linguistique de tradition et d’origine », dans laquelle les intellectuels jouent généralement un rôle important. Forgeant le « mythe du groupe linguistique », ils analysent l’« aliénation » culturelle d’une culture et d’une langue et ses causes, en même temps qu’ils vont désigner les responsables de cet assujettissement. Le second stade est celui de l’identification structurelle, affirmation de la légitimité de la variété jusque-là minorisée. Au cours de cette phase, des stratégies politiques et institutionnelles se mettent en place. La troisième phase est celle de l’identification mobilisatrice. Il s’agit pour l’élite en émergence de légitimer sa propre suprématie en associant symboliquement à sa lutte les masses dont elle prétend défendre les intérêts (Jacques A. Lefèvre, « Nationalisme linguistique et identification linguistique », dans International Journal of the Sociology of Language, n° 20, 1979, p. 37-58).

8 Jean-Marie Klinkenberg, « Les arts de la langue », dans D. Blampain, A. Goosse, J.-M. Klinkenberg et M. Wilmet (dir.), Le Français en Belgique. Une langue, une communauté, op. cit., p. 401-413.

9 Pour rédiger la présente contribution, j’ai bénéficié de la réflexion de deux étudiants ayant, sous ma direction, consacré leur mémoire de fin d’études aux problématiques ici abordées (Pascale Paquay, Langue et discours identitaire chez les écrivains belges francophones, de 1976 à nos jours, Université de Liège, Mémoire inédit de licence en philologie romane, 1988 ; Patrick Van Vooren, Six Personnages en quête d’identité. Une tendance au dévoilement de la narration dans le roman français contemporain en Belgique, Université de Liège, Mémoire inédit de licence en philologie romane, 1984). Je les en remercie vivement.

10 Pierre Mertens, Les Bons Offices, Paris, Seuil, 1974 ; Conrad Detrez, Les Plumes du coq, Paris, Calmann-Lévy, 1975 ; Paul Emond, La Danse du fumiste, Bruxelles, Jacques Antoine, 1977 ; Marcel Moreau, Orgambide, scènes de la vie perdante, Paris, Luneau-Ascot, 1980 ; Conrad Detrez, La Guerre blanche, Paris, Calmann-Lévy, 1982 ; Christian Lutz et Arnaud de la Croix, L’Heure d’Édith, Bruxelles, Le Cri, 1983 ; Jacques De Decker, La Grande Roue, Paris, Grasset, 1985 ; Jean Muno, Histoire exécrable d’un héros brabançon, Bruxelles, Jacques Antoine, « Écrits du Nord », 1981 (rééd. : Bruxelles, Labor, « Espace Nord », 1998).

11 Ce détail révélera toute son importance par la suite. Voir Jacques Sojcher, La Belgique malgré tout. Littérature 1980, Bruxelles, Presses de l’Université de Bruxelles, 1980.

12 Conrad Detrez, L’Herbe à brûler, Paris, Calmann-Lévy, 1978.

13 Certains critiques récusent toutefois la nouveauté du phénomène. Pour Anne-Marie La Fère (Lettresfrançaises de Belgique. Mutations, Bruxelles, Éditions universitaires, « Archives du futur », 1980, p. 63.) nombre d’œuvres d’auteurs de la génération précédente, comme Maria Gevers, Paul Willems, Robert Vivier, s’inscrivaient déjà explicitement dans le cadre belge. Mais il faut faire observer deux choses : d’une part, les allusions à la réalité belge sont très systématiques chez les « septantrionaux », ce qui n’était pas le cas auparavant. Ensuite, et ceci est plus important, « le phénomène atteint de nos jours des romans hautement légitimes (voir les romans humanistes de P. Mertens), bien différents des ouvrages régionalistes de M. Gevers ou des romans populistes de R. Vivier. (Quant à P. Willems, ses villes appartiennent davantage à son imaginaire qu’à la réalité et, de toute façon, c’est un auteur qui participera au renouveau des années 1960, au même titre que G. Vaes d’ailleurs) » (Pascale Paquay, op. cit., p. 28).

14 Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, n° 44, 1981, p. 33-50.

15 Un bon exemple est fourni par la « Littérature liégeoise » d’entre les deux guerres. Voir Jean-Marie Klinkenberg, « Insulaire et classique : la littérature », loc. cit. Voir aussi « Liège », dans J. Weisgerber (dir.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1950), Bruxelles, Labor, « Archives du futur », 1991, p. 153-167.

16 Jacques Sojcher (dir.), La Belgique malgré tout, op. cit., p. VIII.

17 Ibid., p. 55.

18 Jean-Marie Klinkenberg, « La crise des langues en Belgique », dans J. Maurais (dir.), La Crise des langues, p. 93-145.

19 Voir Jacques De Decker, « Petite sociologie des écrivains français de Belgique », Dossiers du CACEF, n° 69, septembre 1979, p. 4-16. Voir aussi le texte de René Andrianne, « Origine sociale, conscience politique et conscience linguistique des écrivains belges », dans Lise Gauvin et Jean-Marie Klinkenberg (dir.), Trajectoires. Littérature et institutions au Québec et en Belgique francophone, Bruxelles/Montréal, Labor/Presses de Université de Montréal, p. 81-91.

20 Jacques Cels, dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 27.

21 J. Sojcher, ibid., p. 448.

22 Jacques-Gérard Linze, dans J. Sojcher, ibid., p. 294.

23 Marcel Moreau, dans J. Sojcher (dir.), ibid., p. 357-358.

24 « L’ambition souvent insoutenable de se conformer aux normes du discours légitime [...] porte à censurer les notions “vulgaires” ou imaginées telles [...], à introduire, sans fonction visible, des locutions perçues comme “nobles” (par exemple, “néanmoins”, “si toutefois”) ou destinées à soutenir simplement le discours (“n’est-ce pas”, “n’est-ce pas voilà”), à traduire en langage “correct” les expressions censurées [...], à adopter un débit et une diction inhabituels. Cette rhétorique du désespoir [...] confère au langage que produisent les plus démunis culturellement dans les situations officielles, ses caractéristiques les plus fondamentales, comme la verbosité, l’imprécision et la confusion qui peuvent aller jusqu’à l’amphigouri [...]. Mais il n’est pas de manifestation plus indiscutable de la reconnaissance sans connaissance que le silence auquel sont condamnés et se condamnent, dans toutes les situations que l’on peut appeler “officielles”, ceux qui sont privés de la “compétence légitime” [...] » (Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, « Le fétichisme de la langue et l’illusion du communisme linguistique », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 4, 1975, p. 9-10).

25 Hubert Nyssen, « Assignation à résidence », dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 376.

26 Jean Muno, op. cit., p. 89.

27 Michel Otten, « La Wallonie dans les lettres françaises de Belgique », dans Littérature en Wallonie, Publications de l’Institut de Littérature, n° 6, 1981, p. 75-76.

28 J. Sojcher, Op. cit., p. 448.

29 Jean Sigrid, dans J. Sojcher (dir.), ibid., p. 435.

30 Jean Muno, op. cit., p. 9.

31 Ibid., p. 10. Analyse plus approfondie dans la « Lecture » que j’ai donnée pour la réédition dans la collection « Espace Nord » (Bruxelles, Labor, 1998).

32 Ibid., p. 11.

33 Le discours du déficit identitaire est en effet, on l’a dit, tenu presque exclusivement par des écrivains bruxellois ou vivant à Bruxelles. La première explication qui vient à l’esprit est le statut bilingue officiel de la capitale, qui lui confère une position d’entre-deux. À cela s’ajoute le fait que l’agglomération bruxelloise est le seul territoire belge — en dehors de certaines communes de la frontière linguistique — où la concurrence entre les standards néerlandais et français soit réelle. Situation de concurrence qui est bien de nature à produire des sentiments de fragilité linguistique (que celle-ci soit réelle ou fantasmée n’est pas la question). D’où le paradoxe : être une capitale génère à la fois de la puissance et de la fragilité. Mais on peut aussi expliquer autrement l’acuité de l’insécurité linguistique en terre bruxelloise : « Une analogie pourrait [...] être tentée entre la position particulière de Bruxelles, “intermédiaire” ou “relais” entre la capitale détentrice de légitimité culturelle — Paris — et la province belge, d’une part, classe intermédiaire, dominante dominée, tout entière tendue dans sa quête de légitimité culturelle, écartelée entre le réel et l’idéal et, à ce titre, la plus insatisfaite et la moins « assurée » des classes sociales, alors qu’elle jouit objectivement, par rapport à d’autres, d’une relative « richesse » en capital culturel » (Dominique Lafontaine, Les Mots et les Belges, Recherche inédite menée par le laboratoire de Pédagogie expérimentale de l’Université de Liège et commanditée par le Service de la Langue française de la Communauté française de Belgique, 1987, p. 110).

34 Lise Gauvin, « Problématique de la langue d’écriture au Québec de 1960 à 1976 », dans Langue française, n° 31, 1976, p. 74-90.

35 Claude Abastado, Mythes et rituels de l’écriture, Bruxelles, Complexe, 1979, p. 130-131.

36 Jacques Crickillon, dans J. Sojcher (dir.), op. cit., p. 74.

37 Fr. de Vree, dans J. Sochjer (dir.), ibid., p. 143-148.

38 On comprend aussi pourquoi c’est dans le roman que se manifeste le mieux la problématique du déficit identitaire. Le roman, comme genre, a lui-même été longtemps déficient en Belgique francophone. Selon M. Quaghebeur, il faut attribuer cet état de choses à ce que le critique a joliment appelé la « déshistoire » : « Le roman, même dans son écriture contemporaine plus éclatée, est lié à la narration et au récit, donc à l’histoire. La Flandre est en train de s’inventer une histoire. Il est donc normal qu’elle trouve des gens capables de construire un récit, fut-il à rebours. Nous, par contre, nous n’avons pas d’histoire et nous ne parvenons ni à l’inventer, ni à considérer celle où nous sommes comme la nôtre. [...] Dans l’histoire de nos lettres, le roman est donc logiquement et largement notre mal-être. Le théâtre permet la définition du drame et de la tragédie ; il peut exprimer la coupure d’avec le monde [...]. Le poème, étant lyrique, peut, à la limite, s’abstraire pour créer par son chant son propre monde » (Marc Quaghebeur, « AU pays de l’impossible identité », dans Lettres belges de langue française, Bruxelles, Europalia, 1980, p. 89).

39 La contribution de Pierre Mertens à La Belgique malgré tout raconte l’histoire d’un compositeur d’opéra et de son interprète, bafoués par la critique belge : « Je t’arracherai à cette contrée de rivières murées, enterrées vives, de crassiers et de forêts déboisées, ce pays de fausse truculence et de mystère truqué, de baroque faisandé, de gothique bourgeois, ce pays de traîne-la-mort, de chiens de garde, de gardiens de chenil et de promeneurs de clébards, de marchands de sacoches et d’apparatchiks culturels, de téléspectateurs flaccides et de lecteurs de gazettes locales (il n’y en a pas d’autres), de pays d’illettrés arrogants, d’ignorants satisfaits et de rêveurs aux semelles de plomb, de baise-petit, de pyromanes mouillés, de champions de ski sur surface plate et de vulcanologues pour cratères éteints [...] Ici toutes les classes sont moyennes. Pays où l’on parle plusieurs langues mais où l’on n’a rien à dire dans aucune » (Pierre Mertens, dans Sojcher, op. cit., p. 309-348).

40 Claude Abastado, op. cit., p. 263.

41 La chose est parfaitement claire dans la réplique adressée par J. Sojcher aux détracteurs du courant que nous étudions ici (et notamment à Ch. Bertin dans sa préface à Trekker et Vander Straeten, 1982, p. 11-12) : « Combattre l’excès du bon usage, ce n’était pas non plus, et ce n’est toujours pas, inviter l’écrivain francophone de Belgique à commettre des barbarismes et des solécismes, mais à entrer plus en avant dans le pluriel de la langue, où commencent, pour nous, l’aventure littéraire et, peut-être aussi, l’exercice de la liberté » (Jacques Sojcher, op. cit., p. 26).

Auteur

Professeur à l’Université de Liège, il est également président du Conseil supérieur de la langue française de son pays. Parmi ses publications : Rhétorique générale (1970) et Traité du signe visuel (1992), en collaboration avec le groupe µ, La Littérature française de Belgique (1980), Le Sens rhétorique (1990), Des langues romanes (1994), Sept leçons de sémiotique et de rhétorique (1996), Précis de sémiotique générale (1996), Le Français en Belgique (1997).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search