Version classiqueVersion mobile

Les langues du roman

 | 
Lise Gauvin

Introduction. Les langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle

Lise Gauvin

Note de l’auteur

Cette recherche a été rendue possible grâce à l’appui du crsh.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour objet d’interroger les faits et effets de langue dans le roman et les stratégies mises en œuvre pour prendre en compte le multilinguisme. Précisons d’emblée que par langues, nous entendons aussi bien les langues étrangères que les niveaux de langues. La cohabitation des langues — et des niveaux de langue — résulte-t-elle d’un enjeu esthétique nécessairement daté ou procède-t-elle d’une polyphonie indispensable à l’art du roman, cet art qu’on dit voué à la représentation des langages sociaux ? Après les travaux de Bakhtine, il s’agit donc de réévaluer les modalités du pacte romanesque en fonction du jeu de langues qu’il implique.

  • 1 Leonard Forster, The Poet’s Tongues: Multilingualism in Literature, London-New York-Sydney, Cambrid (...)
  • 2 Henri Giordan et Alain Ricard (dir,), Diglossie et littérature, Bordeaux-Talence, Maison des scienc (...)
  • 3 Andras Horn, « Aesthetische Funktionen der Sprachmischung in der Literatur », Arcadia : Zeitschrift (...)
  • 4 Régine Robin, Le Deuil de l'origine : une langue en trop, la langue en moins, Saint-Denis, Presses (...)
  • 5 Ashcroft, Griffiths et Tiffins, The Other Tongue. Nation and Ethnicity in the Linguistic Borderland (...)
  • 6 Alfred Arteaga, The Empire Writes Bock. Theory and Practice in Post-colonial Literatures, Londres-N (...)
  • 7 On pourra compléter ce bref inventaire en consultant L. Gauvin et R. Grutman, « Langues/littérature (...)

2Plusieurs disciplines, telles que la stylistique, la sociocritique, l’analyse du discours, la pragmatique et la linguistique de l’énonciation se sont intéressées aux rapports langues/littératures et plus précisément à la variation interne qui fait se juxtaposer, se succéder ou se confronter plus d’une langue dans un même texte. Cette interaction, que l’on désigne sous le nom de plurilinguisme textuel, a fait l’objet d’ouvrages récents qui soit balisent de vastes corpus dans une perspective diachronique — l’on songe, notamment, au livre fondateur, dans ce domaine, de L. Forster, The Poet’s Tongues : Multilingualism in Literature1 —, soit s’interrogent sur les rapports entre le texte littéraire et le texte social — voir à ce sujet le collectif dirigé par Giordan et Ricard, Diglossie et littérature2 —, soit proposent une grille d’analyse des procédés stylistiques par lesquels les langues s’intercalent dans le texte : telle est la perspective, notamment, d’Andras Horn3. Sans compter les nombreuses études traitant de « bilinguisme et littérature » ou les diverses pratiques de traduction ou d’auto-traduction mises de l’avant par plusieurs auteurs contemporains, que les travaux de Régine Robin et de Sherry Simon ont contribué à dévoiler4 À ces champs d’investigation déjà vastes s’ajoutent encore les analyses portant sur des œuvres spécifiques ainsi que les recherches visant à identifier des stratégies communes à une époque donnée, telle la vaste enquête menée par Ashcroft, Griffiths et Tiffins5 sur les littératures postcoloniales de langue anglaise ou celle d’Arteaga6 s’intéressant aux œuvres produites dans des contextes de « frontières » linguistiques7.

  • 8 « L’imaginaire des langues », entretien avec Lise Gauvin, dans Introduction à une Poétique du Diver (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid., p. 83; p. III.

3En domaine francophone, la question du plurilinguisme ou, si l’on préfère, de l’hétérogénéité langagière, est revenue en force, récemment, dans les essais d’Édouard Glissant et de Jacques Derrida. Dans Introduction à une Poétique du Divers, Glissant affirme que l’écrivain écrit désormais en présence de toutes les langues du monde : « ce qui caractérise notre temps, c’est ce que j’appelle l’imaginaire des langues, c’est-à-dire la présence à toutes les langues du monde », déclare-t-il8. Et de préciser : « Aujourd’hui, même quand un écrivain ne connaît aucune autre langue, il tient compte, qu’il le sache ou non, de l’existence de ces langues autour de lui dans son processus d’écriture. On ne peut plus écrire une langue de manière monolingue. On est obligé de tenir compte des imaginaires des langues9 » Bien que ce processus touche les écrivains de toutes les cultures, Glissant insiste sur le « tourment de langage » particulier à ceux qui « appartiennent à des zones culturelles où la langue est [...] une langue composite10 Dans le cas où une langue domine l’autre, ajoute-t-il, « le ressortissant de la langue dominée est davantage sensible à la problématique des langues ».

  • 11 Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l’autre ou la Prothèse d’origine, Paris, Galilée, « Incises », (...)
  • 12 Ibid., p. 121.
  • 13 « D’une langue l’autre. La surconscience linguistique de l’écrivain francophone », dans Lise Gauvin(...)

4Dans Le Monolinguisme de l’autre11, Jacques Derrida développe de façon magistrale cette notion d’étrangeté dans la langue, affirmant en une formule-choc : « J’écris une langue et ce n’est pas la mienne. » Réfléchissant à la situation particulière de l’écrivain marocain Khatibi par rapport aux langues en général et à la langue française en particulier, il en vient à conclure que cette situation, tout en étant exceptionnelle, est en même temps exemplaire puisqu’elle « représente ou réfléchit une sorte d’aliénation originaire qui institue toute langue en langue de l’autre12. Signalons également, sur ce même sujet, les réflexions de plusieurs écrivains consignées dans L’Écrivain francophone à la croisée des langues, écrivains qui, d’Assia Djebar à Jean-Pierre Verheggen, en passant par Patrick Chamoiseau, René Depestre et Gaston Miron, rendent compte d’un rapport problématique à la langue française et d’un sentiment d’étrangeté inaliénable. Rapport et sentiment qui engendrent ce que, dans ce même ouvrage, je propose de désigner sous le nom de surconscience linguistique13. Pour ces écrivains en effet, écrire devient alors un véritable « acte de langage », car le choix de telle ou telle langue d’écriture est révélateur d’un « procès » littéraire plus important que les procédés mis en jeu. Plus que de simples modes d’intégration de l’oralité dans l’écrit, ou que la représentation plus ou moins mimétique des langages sociaux, on dévoile ainsi le statut d’une littérature, son intégration/définition des codes et enfin toute une réflexion sur la nature et le fonctionnement du littéraire.

5Dans un pareil contexte, la situation des écrivains francophones est emblématique d’un parcours qui les condamne, de quelque lieu qu’ils proviennent, à penser la langue. La proximité des autres langues, la situation de diglossie sociale dans laquelle ils se trouvent le plus souvent immergés, une première déterritorialisation constituée par le passage de l’oral à l’écrit, et une autre, plus insidieuse, créée par des publics immédiats ou éloignés, séparés par des acquis culturels et langagiers différents, sont autant de faits qui les obligent à énoncer des stratégies de détour. Stratégies qui prennent les formes les plus diverses, de la transgression pure à l’intégration, dans le cadre de la langue française, d’un procès de traduction ou d’un substrat venu d’une autre langue, sans compter les tentatives de normalisation d’un certain parler vernaculaire ou régional, ou la cohabitation de langues ou de niveaux de langues, qu’on désigne généralement sous le nom de plurilinguisme ou d’hétérolinguisme textuel. Mais jusqu’à quel point, nous demandons-nous au cours de cet ouvrage, ce plurilinguisme textuel n’est-il pas lié à la forme même du roman ? Jusqu’à quel point n’en est-il pas la spécificité interne et « incontournable » ?

6La perspective bakhtinienne, qui sert ici d’ancrage théorique, s’appuie sur l’hypothèse que le principe dialogique à l’œuvre dans tout énoncé voit son accomplissement dans le roman et les genres de la prose qui s’y rattachent, plus aptes, selon le théoricien, à rendre compte des forces centrifuges et décentralisantes du langage :

  • 14 Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, p. 186.

Ainsi apparaissent les embryons de la prose romanesque dans un monde plurilingue et polyphonique, à l’époque hellénistique, dans la Rome impériale et au cours de la désintégration et de la chute de la centralisation idéologique de l’Église médiévale. De même, dans les temps nouveaux, la floraison du roman est toujours relatée à la décomposition des systèmes verbaux idéologiques stables et, en contrepoids, au renforcement et à l’intentionnalisation du plurilinguisme tant dans les limites du dialecte littéraire lui-même, que hors de lui14.

  • 15 Ibid., p. 87.
  • 16 « Pour désigner cette diversité irréductible des types discursifs, Bakhtine introduit un néologisme (...)
  • 17 Op. cit., p. 88.

7Et Bakhtine de préciser : « Le roman pris comme un tout, c’est un phénomène pluristylistique, plurilingual, plurivocal15. » Mais le plurilinguisme bakhtinien est complexe et met en cause aussi bien l’hétéroglossie ou diversité des langues, l’hétérophonie ou diversité des voix, et l’hétérologie ou diversité des registres sociaux et des niveaux de langue. Cette complexité est rendue explicite par la nécessité, pour le critique, d’inventer des néologismes, comme l’a bien souligné Todorov16. Mais si Bakhtine insiste pour dire que « le style du roman, c’est un assemblage de styles » et que « le langage du roman, c’est un système de langues17 », on notera toutefois que dans la plupart des cas qu’il examine, il fait référence à des voix particulières plutôt qu’à des langues étrangères au sens courant du terme.

  • 18 Gail Saul Morson, cité par André Belleau dans « Carnavalisation et roman québécois », Études frança (...)

8Cette conception du roman a été reprise, de façon métaphorique, par le critique Morson qui considère que le roman réalise les innombrables possibilités de « la place du marché linguistique18 ». On sait cependant que la richesse de l’hétérogène n’est pas toujours vécue sous le mode de la multiplicité heureuse. À preuve le conflit des codes à l’œuvre dans des textes qui, produits dans un contexte diglossique, voire tétraglossique, n’aboutissent pas nécessairement au dialogisme romanesque ni aux figures du retournement carnavalesque. On peut supposer que le texte, même et surtout s’il travaille l’espace des tensions linguistiques, n’est littéraire que dans la mesure où il met à distance un certain rapport de forces entre les langues, dans la mesure où il échappe aux contraintes de la diglossie et ne se contente pas de reproduire le discours monologique, autoritaire, qui est à l’origine du clivage social entre les langues et de leur distribution hiérarchique. Dans la mesure où, précisément, il échappe à un certain mimétisme ethnographique. Ce qui incite à penser que la notion même de diglossie, lorsqu’elle est appliquée au roman, serait une contradiction dans les termes puisqu’elle renverrait à un conflit qui n’aurait pas encore trouvé sa résolution littéraire ou à un texte dépourvu des modes d’hybridation nécessaires à la forme romanesque.

9C’est donc à une réflexion très large sur les modulations romanesques du plurilinguisme qu’ont été conviés les auteurs des articles qui suivent. Il nous a paru intéressant en effet d’interroger, par des exemples empruntés à diverses époques et à divers corpus littéraires, dont certains excèdent le domaine francophone, la présence des langues dans le roman. Sachant que toute langue d’écriture est une construction à l’intérieur de la langue commune, nous formulons l’hypothèse que le plurilinguisme textuel doit être considéré comme un pur choix stratégique, plus ou moins ludique selon les cas, pour lequel le premier critère d’analyse reste la dynamique globale de l’œuvre ou l’orientation esthétique/idéologique choisie. Bref, si le roman appelle le multiple et la place du marché linguistique, n’y a-t-il pas lieu de retourner la proposition et de voir dans le système des langues à l’œuvre dans le récit un enjeu qui définit et invente sa forme plutôt qu’il ne dérive d’une forme qui lui serait antérieure ? En d’autres mots, que nous dit à propos de la forme roman le plurilinguisme inscrit dans la texture même du récit ? Nous nous demandons donc comment le texte parle la langue, soit à la façon d’une isotopie distincte, soit par une série d’énoncés narratifs qui renvoient à une représentation mimétique, stylisée ou fantasmée des langages sociaux.

10Examinant la problématique de l’accent telle qu’énoncée dans le texte de Derrida cité plus haut et sa « contrepartie » dans un texte de Joyce, Ginette Michaud en conclut qu’il s’agit là d’un « lieu privilégié où le mimétisme et l’imitation sont saisis dans une critique de l’esthétique réaliste, complètement subvertie par ces effets de langue pervers ». Pour Rainier Grutman, Victor Hugo offre à son tour, dans Notre Dame de Paris, l’exemple d’une poétique diffuse, « presque centrifuge, qui accueille la différence linguistique sans la soumettre aux impératifs de la mimésis moderne ». Les analyses se concentrent ensuite sur des exemples tirés de différentes zones caractéristiques des pays de langue française. En ce qui concerne la littérature québécoise, j’ai choisi pour ma part d’analyser les faits et effets de langue à l’œuvre dans des romans associés à la tradition réaliste et de montrer à quel point ces textes, tout en prenant en compte une certaine vraisemblance langagière, s’en démarquent par une mise en scène textuelle explicite. Raoul Boudreau interroge à son tour les rapports à la langue tels qu’ils apparaissent dans les récits de trois romanciers acadiens, y retrouvant les marques d’un plurilinguisme forcé et d’une situation contextuelle plus tragique que ludique, ou plutôt d’une oscillation entre ces deux pôles : « Ce qui sauve momentanément le roman du tragique, écrit-il à propos du texte de Jean Babineau, c’est sa capacité de jouer dans les langues et entre les langues. » Là encore, les rapports à la langue deviennent en quelque sorte le sujet même du récit. Amadou Ly traite de la difficile ou quasi impossible appropriation, par les écrivains africains, de la langue française, ce qui entraîne un multilinguisme de facto et génère, chez les auteurs autant que chez les lecteurs, un inconfort permanent. Inconfort qui engendre à son tour un problème de représentation et met en cause la capacité du mot à représenter le réel, comme c’est le cas dans le roman La Poubelle qu’étudie Alioune Diané. Jean-Marie Klinkenberg inventorie les formes que prennent, dans le récit, les aspects linguistiques de l’« identité en creux » ressentie par les écrivains de la communauté française de Belgique : bâtardise revendiquée, image de la « langue apatride », mais également mythe du « beau langage » et mise à distance de l’hétérolinguisme. Katherine Khordoc voit dans Tambour-Babel d’Ernest Pépin un exemple de la créolisation revendiquée par les auteurs antillais et une relecture originale, post-babélienne, du mythe. Enfin, Georg Kremnitz étudie la trajectoire de Jorge Semprun, écrivain bilingue qui a pris le parti de faire du plurilinguisme une stratégie textuelle consciente et affirmée comme telle.

11On retiendra de ces diverses études la complexité des cas de figures que peut prendre l’utilisation de plusieurs langues, ou des variations d’une langue, dans l’espace romanesque. Bien loin de l’illusion de transparence que proposent les postulats du code réaliste, les exemples choisis dans cet ouvrage montrent bien qu’en aucune façon, l’usage du plurilinguisme ne peut être considéré comme un simple procédé à valeur ornementale, sans implication sur la dynamique globale du roman. Pareil usage ne saurait en outre être assimilé à une nouvelle doxa contemporaine, car s’il semble aller de soi de constater les signes de l’hétérogénéité dans les pratiques postmodernes ou postcoloniales, périodes de décentrement par excellence, cette hétérogénéité ne saurait leur être exclusivement réservée. En d’autres termes, si le plurilinguisme paraît indissociable de l’art romanesque comme tel, les connotations qui l’accompagnent diffèrent sensiblement en fonction de l’environnement linguistique — le co-texte — dans lequel il s’insère. C’est ce dont témoignent les analyses qui suivent.

  • 19 Le grill, fondé par L. Gauvin (Montréal) et J.M. Klinkenberg (Liège), est composé également de Raou (...)

12Précisons en terminant que ces textes ont été pour la plupart élaborés à l’occasion d’un colloque organisé à l’Université de Montréal dans le cadre des travaux du GRILL (Groupe de recherche interuniversitaire sur les interactions langues/littératures19), en collaboration avec le CÉTUQ (Centre d’études québécoises). À ce premier ensemble se sont ajoutés trois nouveaux articles : ceux de Catherine Khordoc et de Georg Kremnitz, sollicités par Rainier Grutman, ainsi que celui d’Alioune Diané, qui reprend une communication prononcée à Dakar en 1996. Précisons encore que le GRILL ne propose pas une grille spécifique mais plutôt une exploration, une aventure dans l’analyse du récit, une manière d’être sur le gril, c’est-à-dire constamment en alerte, à vif.

Notes

1 Leonard Forster, The Poet’s Tongues: Multilingualism in Literature, London-New York-Sydney, Cambridge University Press, 1970. Voir également Margery Sabin, The Dialect of the Tribe. Speech and Community in Modem Fiction, New York-Oxford, Oxford University Press, 1987.

2 Henri Giordan et Alain Ricard (dir,), Diglossie et littérature, Bordeaux-Talence, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1976.

3 Andras Horn, « Aesthetische Funktionen der Sprachmischung in der Literatur », Arcadia : Zeitschrift für vergleichende Literatur Wissenschaft, no 16, 1981, p. 225-241.

4 Régine Robin, Le Deuil de l'origine : une langue en trop, la langue en moins, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1993, 264 p. ; Sherry Simon, Le Trafic des langues : Traduction et culture dans la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 1994, 224 p.

5 Ashcroft, Griffiths et Tiffins, The Other Tongue. Nation and Ethnicity in the Linguistic Borderlands, Durham-London, Duke University Press, 1994.

6 Alfred Arteaga, The Empire Writes Bock. Theory and Practice in Post-colonial Literatures, Londres-New York, Routledge, 1989, 239 p.

7 On pourra compléter ce bref inventaire en consultant L. Gauvin et R. Grutman, « Langues/littératures : éléments de bibliographie », dans Littérature, « L’écrivain et ses langues », no 101, Paris, Larousse, février 1996, numéro préparé par L. Gauvin, p. 88-125. Cette bibliographie théorique a été reprise dans Langues et littératures : dossiers bibliographiques, Cahiers du CÉTUQ, n° 9, octobre 1997, sous la dir. de L. Gauvin, avec la collaboration de R. Grutman, A. Jarque et Suzanne Martin.

8 « L’imaginaire des langues », entretien avec Lise Gauvin, dans Introduction à une Poétique du Divers, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Prix de la revue Études françaises », 1995 ; Paris, Gallimard, 1996, p. 112.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 83; p. III.

11 Jacques Derrida, Le Monolinguisme de l’autre ou la Prothèse d’origine, Paris, Galilée, « Incises », 1996, 135 p.

12 Ibid., p. 121.

13 « D’une langue l’autre. La surconscience linguistique de l’écrivain francophone », dans Lise Gauvin, L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, 1997, p. 7.

14 Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978, p. 186.

15 Ibid., p. 87.

16 « Pour désigner cette diversité irréductible des types discursifs, Bakhtine introduit un néologisme, raznorechie, que je traduis (littéralement mais à l’aide d’une racine grecque) par hétérologie, terme qui vient s’insérer entre deux autres néologismes parallèles, raznojazychie, hétéroglossie, ou diversité des langues, et raznogolosie, hétérophonie, ou diversité des voix (individuelles) » Tzvetan Todorov, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1981, p. 89.

17 Op. cit., p. 88.

18 Gail Saul Morson, cité par André Belleau dans « Carnavalisation et roman québécois », Études françaises, « Sociologies des littératures », vol. 19, no 3, hiver 1983-84, p. 58.

19 Le grill, fondé par L. Gauvin (Montréal) et J.M. Klinkenberg (Liège), est composé également de Raoul Boudreau (Moncton) et de Rainier Grutman (Ottawa).

Auteur

Professeure au département d’Études françaises de l’Université de Montréal, essayiste et nouvelliste, elle est également directrice de la revue Études françaises et responsable du groupe de recherches interuniversitaire sur les interactions langues/littératures (grill). Publications récentes : « L’écrivain et ses langues » (Littérature, 1996), L’Écrivain francophone à la croisée des langues (1997, Prix France-Québec), À une enfant d’un autre siècle (1997), Écrivains contemporains du Québec (réédition 1998, avec Gaston Miron) et Nouvelles d’Amérique (1998, en collaboration).

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search