Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nouvelles écritures francophones

 | 
Jean Cléo Godin

Cinquième partie. Écritures des femmes

Madagascar : les écrivaines des années 1980 et la langue française

Nivoelisoa D. Galibert

Texte intégral

  • 1 On parle volontiers de « littérature fantôme » à Madagascar.
    En l’absence d’édition, la solution de (...)
  • 2 Il n’y a pas de critiques professionnels à Madagascar. L’amateurisme a toujours été de mise, déjà (...)
  • 3 Et en l’absence de toute traduction de la production malgachophone, c’est bien elle qui figure aux (...)

1La littérature d’expression française occupe actuellement une place privilégiée dans le paysage littéraire malgache : si l’anonymat de l’ensemble de la littérature1, la quasi inexistence de la consommation et l’indigence de la production de la valeur de l’œuvre (critique, recherche universitaire, institutions littéraires propres à Madagascar qui seraient autant d’instances de légitimation de cette œuvre2) posent d’entrée de jeu le grave problème de la légitimité d’un corpus pour une recherche érudite, la littérature malgache d’expression française bénéficie quant à elle du statut de champ littéraire à part entière, parce qu’elle s’appuie sur un champ de pouvoir étranger, qui couvre les institutions culturelles étrangères sur place jusqu’à l’espace francophone au-delà des frontières du pays3.

2Paradoxalement, ce privilège de la littérature en français, dicté par l’indigence du champ du pouvoir malgache, implique un questionnement fondamental sur le rapport des écrivains à la langue française. Le français est-il une véritable langue de création ? Est-il une langue d’édition ? Le problème se pose de façon d’autant plus aiguë que la distinction s’est faite tout naturellement depuis les années 1980 entre, d’une part, le groupe majoritairement féminin de la doxa tananarivienne, réfractaire à l’innovation, et, d’autre part, une avant-garde de jeunes gens, provocateurs et jubilants, qui ont choisi le difficile exil du Nord.

Langue de création…

  • 4 Cf. le numéro « Nouvelles écritures féminines… » de Notre librairie, nos 117-118, avril-juin 1994.
  • 5 Région semi-désertique du sud de l’île.
  • 6 Cf. Liliane Ramarosoa, Anthologie de la littérature malgache d’expression française des années 198 (...)
  • 7 Opinion émise lors de l’allocution d’ouverture du Colloque international sur la littérature malgac (...)

3Depuis la fin des années 1970, comme partout dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et de l’océan Indien4, les voix féminines prennent de l’ampleur dans la littérature malgache. Les femmes sont même plus nombreuses que les hommes à être entrées en littérature et à s’exprimer en français comme poètes, romancières ou dramaturges, pratiquant souvent tous les genres à la fois. La première, Pelandrova Dréo, dans son roman Pelandrova (1969), dépeint l’Androy5 profond avec le charme d’une maladresse technique qui rend encore plus authentique la rude beauté de ce pays. Parmi les autres écrivains, nous relevons les noms d’Oliva Soa, Mathilde Rakotozafy, Josette Rakotondradany, Suzanne Ravoaja, Alice Ravoson, Christiane Ramanantsoa, Bao Ralambo, Perle Rasoloarijao, Marie-Laurence Ramanandraibe, Ginette Ramarosaona, Sylvia Hanitra Andriamampianina et al.6. Trois noms dominent le paysage : Charlotte Rafenomanjato (Le prix de la paix, pièce théâtrale ; Le pétale écarlate, roman, 1990 ; Le cinquième sceau, roman, 1994), Michèle Rakotoson (Dadabé, roman 1984 ; Le bain des reliques, roman, 1988 ; La maison morte, pièce théâtrale, 1991 ; Elle, au printemps, roman, 1996) et Esther Nirina (Silencieuse respiration, poèmes, 1975 ; Simple voyelle, poèmes, 1980 ; Lente Spirale, poèmes, 1990 ; Multiple solitude, poèmes, 1997). Cette production féminine est si prégnante que Jacques Rabemananjara parle volontiers d’une troïka Rakotoson-Esther Nirina-Rafenomanjato, relayant l’ancienne troïka masculine Rabearivelo-Rabemananjara-Ranaivo7.

  • 8 Cf. le Colloque international de 1991 susmentionné.
  • 9 C’est-à-dire en merina, reconnue comme seule langue officielle par la constitution de 1975.
  • 10 Exemple cité : les couleurs.
  • 11 En réalité, dans la création individuelle écrite (à opposer à la tradition orale), le seul à s’ess (...)
  • 12 Exemple cité : la civilisation de la mer.

4Interrogées en 1991 dans les enquêtes de Gilles Louÿs sur le bilinguisme8, elles expliquent leur choix de la langue française par la difficulté d’énoncer dans la langue nationale9 des contenus notionnels particuliers10 et certains référents culturels qui, selon elles, convoqueraient les langues dialectales11 ou le français12 davantage que le malgache officiel. Mais, toujours d’après ces enquêtes, leur choix s’expliquerait surtout par la difficulté d’énoncer des thèmes ou un ton, par exemple l’érotisme, leur souci principal restant d’éviter des « messages anticonformistes pouvant heurter un certain puritanisme ».

  • 13 La littérature traditionnelle du hain-teny est elle-même tout enrobée d’énigmes érotiques.
    Hain-ten (...)
  • 14 Cf. la nouvelle de Michèle Rakotoson, « Esquisses d’un jeu », Actuel, nos 93-98, juillet-août 1987 (...)

5Or, l’examen de la production fait ressortir que seules deux des auteures semblent témoigner de la libération de l’écriture que supposeraient les explications avancées. D’une part, Michèle Rakotoson, chez qui la quête résolument érotique, plus appuyée encore que dans le traditionnel hain-teny13, teinte occasionnellement les nouvelles et les romans14. D’autre part, Esther Nirina, dont la poésie est la seule qui soit possédée par l’instinct ludique, catalyseur de la création véritable.

  • 15 Jean-Michel Gliksohn, « Lente spirale » [compte rendu de lecture], Notre librairie, no 110, p 121.

6La spécificité d’Esther Nirina est de dire l’indicible, dans ce que le Pr. Gliksohn appelle « une partie de colin-maillard que légitimise le rapport intime des mots et des choses15 ». Son rapport au monde est un rapport extatique — extase intellectuelle d’écrivain, ou extase organique de femme :

  • 16 Esther Nirina, Rien que lune. Œuvres poétiques, La Réunion, Éditions Grand Océan, coll. « La roche (...)

Silence horizontal
si bien
que l’océan tout entier
ne peut plus contenir la parole
voici
les solitudes d’eau
débordent
du récipient épaulé
par toi
ô femme16

7Ou encore :

  • 17 Ibid., p. 34.

Pourquoi l’ombre mesure-t-elle sa hauteur au ras du sol
Immortelle éphémère
A quand les pas de danse du vent
feront-ils création sur elle
Moi je perçois leurs retrouvailles
ni corps ni vêtement mais seule la
transparence de ton corps17

8Ses observations oniriques nous touchent par leur charge émotionnelle et sensuelle. Ajouter aux images une récurrence de verbes qui se conjuguent au mépris de toute voie réfléchie, un lexique hasardeux que nous devinons parfois botanique sans éprouver vraiment le besoin de consulter notre dictionnaire, puis soudain un paysage très ordinaire en incipit comme ce « massif de collines rocailleuses coiffé de gros nuage [sic] gris immobile », nous frustrant du ludique qui fait le cachet de cette poésie… Esther Nirina installe entre son lecteur et elle une complicité permanente de désir-frustration.

9Que Michèle Rakotoson et Esther Nirina fassent figure d’exception en interrogeant de nouvelles formes d’écriture, en choisissant un ton relativement nouveau, cette littérature en apparence désireuse d’émancipation nous réserve une autre surprise.

10En effet, l’idéologie de la femme malgache qui écrit en français reste très voisine de celle de l’homme. Maternité, fécondité, sentimentalité, attachement au foyer sont les principales qualités de la femme décrite dans les romans et nouvelles. Si, dans Le canapé et « Il était une fois rêve » (1987), il semble que Christiane Ramanantsoa et Michèle Rakotoson veuillent dénoncer le cas de la femme brimée par l’homme en Imerina, on retrouve sous la plume de la même Michèle Rakotoson, le sentiment de « ne faire qu’un » avec l’époux, on retrouve la fidélité conjugale qui l’emporte systématiquement sur le désir de libération sexuelle :

  • 18 Michèle Rakotoson, Le Bain des reliques, op. cit., p 46.

Comment lui raconter [à son mari] ce corps qui se refusait à tout autre homme que lui ? Elle avait bien essayé, pour se prouver qu’elle était vivante. Mais cela s’était soldé par un échec, elle s’était résignée à attendre Ranja18.

11Cette femme chante aussi la maternité. Le roman Dadabé se termine sur un hymne à l’enfant qui naît :

  • 19 Id., Dadabé, roman malgache suivi de Le voyage et de La complainte d’un naufrage, Paris, Karthala, (...)

Et dans cette pièce le bonheur
Un enfant qui pleure
Minuscule dans son berceau …
Mon Fils, ma vie19.

12De plus, elle est le chantre d’autres sentiments nobles comme le courage, la générosité, la patience… Le titre de La marchande de bonheur (1985) est significatif à souhait, où l’héroïne-type, très bonne fille, est décrite en ces termes :

  • 20 Oliva Soa, « La marchande de bonheur », Fararano, no 7, Antananarivo, 1985, p 11.

Ce qui la guidait dans son comportement, c’était l’amour profond qu’elle avait pour l’humanité entière. Elle débordait de vie. Le sourire aux lèvres, elle cheminait à travers la ville bruyante20.

  • 21 Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato, La marche de la liberté, La Réunion et Paris, Azalées éditions et (...)

13Cependant que Charlotte Rafenomanjato, auteur pourtant d’un essai qui dénonce les abus de la politique nationale21, conseille sagement dans sa pièce théâtrale Le prix de la paix :

  • 22 Charlotte Rafenomanjato, Le prix de la paix, pièce théâtrale inédite, manuscrit RFI, 1986, sans pa (...)

Cultivez le pragmatisme dans vos sentiments politiques. Soyez logiques, il n’y a pas de baguette magique pour faire disparaître en quelques années les misères accumulées depuis près d’un siècle. Moi, je prône la patience. Il faut du temps à la semence pour se transformer en épi22.

  • 23 Pelandrova Dréo, dans Pelandrova (Montpellier, Éditions du CEDS, 1969), et la première pièce de Mi (...)
  • 24 C’est dans le sud de l’île que l’ethnologue Robert Dubois a relevé le propos suivant : « Je suis f (...)

14Bref, à quelques exceptions près23, femme féconde, bonne épouse, bonne mère, sentimentale, l’héroïne de la femme écrivain est conventionnelle à souhait24. Elle semble suggérer qu’il n’existe pas de condition féminine à relever particulièrement à Madagascar.

…ou langue d’édition ?

  • 25 Cf. Voahanagy Rakotomalala, « Imprimer, éditer, diffuser », Notre librairie, no 110, juillet-septe (...)

15Doublement problématique, sur le plan thématique comme sur le plan de la poétique, cette littérature très feutrée s’explique par le champ du pouvoir dans lequel s’inscrit la production — pouvoir qui à Madagascar accorde très peu de place aux activités d’édition, de diffusion et de lecture25.

  • 26 Par la suite, sa reconnaissance une fois établie, Charlotte Rafenomanjato publiera chez L’Harmatta (...)

16Les bilans établis ces dernières années font apparaître une forte indigence du champ culturel depuis les événements de 1972. En dehors des publications de manuels scolaires dans un effort de collaboration des éducateurs et des enseignants, le livre compte parmi les « denrées rares ». Excepté une toute récente maison d’édition, Tsipika, qui privilégie d’ailleurs les ouvrages didactiques, et les plus récentes encore Éditions Grand Océan, on ne recense pas d’éditeurs professionnels : les écrivains publient chez des imprimeurs-éditeurs (Madprint ou Société malgache de l’Emyrne) à compte d’auteur, quand ils en ont les moyens, aidés par des organismes culturels le plus souvent étrangers, ainsi la Mission française de coopération (Mathilde Rakotozafy, Charlotte Rafenomanjato26, Esther Nirina). Cette aide leur est accordée dans la mesure où leur production participe de la promotion de la langue française.

17De fait, cette abondante littérature féminine réfère à une origine sociale et à une origine géographique précises : c’est l’écriture des bourgeoises de l’Imerina, caractérisées par leur éducation à l’européenne, francophone, chrétienne, plus précisément protestante et puritaine.

  • 27 Cf. Jacques Rabemananjara au Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs (Rome, 26 mars-1er a (...)

18L’usage de la langue française est donc un fait de leur habitus, ce n’est pas une initiative révolutionnaire à la manière de leurs aînés voleurs de langue, dans un autre contexte, il est vrai27.

  • 28 Le manque d’infrastructure, le cloisonnement de l’île depuis les siècles précédents ont toujours j (...)

19Le « silence » qui découle de ce discours littéraire conventionnel s’explique déjà partiellement par les repères ainsi établis. S’agissant du discours, ces femmes écrivains ne représentent pas toutes les femmes, ni ne rendent compte des problèmes de toutes les femmes malgaches. Pour le reste, fortes de quelques possibles dont ne bénéficient pas la majorité des Malgaches (instruction, maîtrise de la langue française — privilège de la génération antérieure à 1972), et de leur origine sociale ainsi que géographique28, elles ont opéré les premiers placements dans le champ, dès la réhabilitation officieuse de la langue française à la fin des années 1980. Seules dans ce champ, elles ont disposé d’assez de temps et d’espace pour augmenter leur capital symbolique, aboutissant rapidement à une représentation charismatique de l’écrivain. Il leur était (et leur est toujours) loisible de ne pas réaliser le droit aux possibles qui leur étaient (et leur sont) conférés statutairement.

20Pour prendre un exemple précis, l’assurance d’un capital symbolique n’a, semble-t-il, pas favorisé chez Charlotte Rafenomanjato de prise de parole innovatrice, ainsi que la logique d’une littérature issue de la bourgeoisie l’aurait dicté dans la France franco-française, modèle du groupe. La quatrième page de couverture de La marche de la liberté fait ici sens :

  • 29 Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato, La marche de la liberté, op. cit., quatrième de couverture.

Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato, indique cette page, écrivain malgache de théâtre, de romans, de nouvelles, présidente de la SEROI-Madagascar (Association des écrivains de l’océan Indien d’expression française), autorité reconnue en matière de littérature après le succès de sa pièce Le prix de la paix dont on a fait un téléfilm, a participé à de nombreux festivals, colloques et forums internationaux sur le théâtre notamment29.

  • 30 Cf. Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, coll. «  (...)

21Dans ce cas précis, comme l’indique Pierre Bourdieu30, les aspirations sont considérées comme naturelles parce qu’immédiatement reconnues, par le biais des diverses nominations et consécrations nationales comme internationales, qu’elles soient officielles (prix de littérature francophone) ou officieuses (la représentation de Madagascar dans les colloques et festivals) ou encore tacites (ainsi la reconnaissance des pairs dans la présidence d’associations). Ces nominations et verdicts fondent le sentiment d’importance que l’écrivain peut ressentir dans son champ. Mais paradoxalement, si l’histoire littéraire française vérifie que ce sont les plus riches en capital économique — les institutions étrangères aidant —, en capital culturel et en capital social qui sont les premiers à se porter vers les positions nouvelles, ici le capital symbolique autorise le conservatisme de la littérature en français. La langue n’est plus une langue de création, mais juste une langue d’édition pour entériner les figures devenues charismatiques.

22C’est alors qu’on réalise que la population des écrivains malgaches francophones se divise aujourd’hui en deux groupes, inégaux en nombre, séparés par la chronologie de leur apparition dans le champ mais aussi par une dichotomie de l’écriture qu’ils adoptent, les projetant à l’extérieur ou leur concédant le droit de cité sur la terre malgache.

Jubilation et exil

  • 31 Michèle Rakotoson pourrait trouver sa place dans ce paragraphe, en tant que transfuge de la doxa t (...)

23Ce que l’on voit se déplacer hors des frontières malgaches, c’est bel et bien l’espace des prises de position susceptibles de dynamiser de l’intérieur la création littéraire malgache31.

  • 32 Ibid., p. 97-98.
  • 33 Gilles Louÿs, Ibid., p 128.
  • 34 Jean-Luc Raharimanana, Lucarne, (nouvelles), Paris, Le serpent à plumes, 1996, p. 35.

24Les autres investisseurs du champ, maîtres de l’« art social », sont très peu nombreux : il s’agit de trois jeunes gens d’origine sociale et géographique « périphérique ». Ils entrent en scène avec une somme de revendications innovatrices, tant thématiques que poétiques. Jean Claude Fota (« L’épingle de sûreté », nouvelle, 1986 ; « L’escale », nouvelle, 1990 ; « Radevil ou la damnation », nouvelle, 1987 ; Cris d’île, recueil de poèmes, s. d. [1990]) fait de la provocation, dans la représentation de la seule laideur, un principe esthétique constant. Le style est dépouillé, l’écriture conjugue ellipses, oxymores et anacoluthes dans une tension de tous les instants32. Quant à Jean-Luc Raharimanana (Le prophète et le président, pièce théâtrale, prix RFI 1990 ; Poèmes crématoires, s. d. ; Lucarne, recueil de nouvelles, 1996 ; Rêves sous le linceul, recueil de nouvelles, 1998), la charge est violente dans son œuvre contre les pouvoirs publics de la Deuxième République ; ses personnages dans Le prophète et le président sont autant d’illuminés « qui osent dire la monstruosité du réel, la folie du monde, bref, [ils sont ceux] par qui la vérité bâillonnée retentit jusque devant la face des puissants33 » — quand le nouvelliste ne choisit pas simplement de violer les tabous sexuels, restés sacrés aux seuls yeux des puritains : « Tu aimais mes cheveux qui piquaient dans tes yeux, ma verge que tu absorbais34. »

  • 35 Essentiellement « Jamaïque » in Nouvelles, Tananarive, Éditions du Centre culturel Albert-Camus, 1 (...)
  • 36 David Jaomanoro, cité par Sahondra Ranaivozanany in Notre librairie, no 110, juillet-septembre 199 (...)
  • 37 Cf. le numéro spécial de Notre librairie consacré à la littérature malgache d’expression française (...)

25Enfin, chez David Jaomanoro35, c’est la trivialité et sexuelle et scatologique qui domine, et de façon générale un déversement verbal où, pour dire le désespoir de la ville, « la faim, la soif, les diplômes, les faux-pas, les divergences, les convergences, les suffisances, les indigences, tout conduit à la rue36 ». La jubilation est là où le plaisir d’écrire l’emporte sur le plaisir d’instruire37.

26Mais devant la ténacité de la doxa bourgeoise, ces lauréats inassimilables (et qui n’observent aucun effort ni d’assimilation ni de « dissimilation » dans le champ malgache) n’avaient que peu d’avenir à Tananarive. Leur placement dans le champ s’effectue au prix de l’exil dans le nord où cependant ces miraculés sont confinés dans le cercle de quelques maisons d’édition spécialisées dans les productions du sud (Le serpent à plumes, Karthala, L’Harmattan, Lansman, etc.). Par leur départ, ils emportent tout espoir de chocs d’écritures ou de choc d’idées, ils légitiment le conservatisme de la création à l’intérieur du pays, alors qu’un véritable champ littéraire en son principe devrait être générateur d’un système d’oppositions et de contradictions.

*

27Avancée comme la langue de la libération — libération de l’écriture et libération de la femme —, le français se révèle être avant tout une langue pour les facilités éditoriales. Car la survie de la littérature malgache est très largement dépendante des institutions culturelles françaises et francophones, l’espace des possibles s’organisant presque exclusivement autour des subventions de la coopération française et des bourses de résidence d’écriture en Europe allouées aux lauréats des concours littéraires francophones.

28L’on aboutit ainsi à une double impasse.

  • 38 Parmi les possibles offerts par la francophonie, on peut également évoquer les représentations thé (...)

29D’une part, c’est à la faveur de ces bourses de résidence d’écriture que s’opère en définitive le déplacement de l’espace des prises de positions à risques, lesquelles devraient intervenir comme génératrices d’oppositions sur le champ national38 et de ce fait dynamiser la production accaparée par la doxa tananarivienne.

  • 39 Cf. Pierre Bourdieu, op. cit., p. 468 et sq.
  • 40 Cf. Bao Ralambo : « Je ne crois pas en la capacité esthétique des concours. Les organisateurs ont (...)

30D’autre part, si en France l’interpénétration entre le monde littéraire et le monde de l’argent devient une menace39, pour Madagascar, la menace sur l’autonomie de la littérature est constituée essentiellement par l’interdépendance entre les artistes et les instances culturelles étrangères, notamment francophones. En amont, concourir auprès de RFI suppose l’observation de règles plus ou moins explicites40, dont l’ethnicité de l’écriture comme source d’originalité. En aval, les éditions du Serpent à plumes ou Publisud, de même que les collections comme « Littératures d’étranges pays » ou « Théâtre Sud », limitent la production de la valeur de l’œuvre au champ des écrivains du sud — ce que ne suppose pas la francophonie d’un Milan Kundera ou d’un Andreï Makine.

31Paradoxalement cependant, en attendant l’amélioration de la situation malgache, l’espoir de la littérature de ce pays ne peut miser lucidement que sur la créativité de ces jeunes qui ont choisi l’exil pour justement subir la concurrence relativement serrée d’un champ plus large : la francophonie.

Notes

1 On parle volontiers de « littérature fantôme » à Madagascar.
En l’absence d’édition, la solution de rechange en matière de littérature — solution facilitée par l’avancée actuelle des technologies de la communication —, c’est de « rendre public ». À cet égard, on compte la diffusion de nombreuses pièces théâtrales radiophoniques (par exemple, sous la forme de feuilletons quotidiens) ou télévisées : radio et télévision sont devenues des instances non académiques de légitimation de ces écrits. Les œuvres sont aussi rendues publiques par les montages théâtraux ou poétiques très ponctuels. Ainsi, le corpus est trop volatil pour autoriser une recherche érudite sérieuse.

2 Il n’y a pas de critiques professionnels à Madagascar. L’amateurisme a toujours été de mise, déjà au temps des cercles coloniaux autour de Camo, Boudry, de Rauville et de leurs revues. Quant aux revues littéraires malgaches, elles s’attachent davantage au contenu idéologique (il s’agit surtout de réflexion sur la pensée malgache et d’étude de la langue) qu’à la valeur artistique (Fampitaha, Écrivains et poètes de Madagascar, Amicale des écrivains et journalistes malgaches, Ambioka …).
L’Académie nationale, qui devrait être une instance de légitimation, est une société savante assez sclérosée. Institution conservatrice qui fonctionne à la cooptation, elle privilégie la bourgeoisie tananarivienne qui l’a constituée (cf. les anciens citoyens français, autour de Gallieni en 1902) et sa doxa. D’ailleurs, là encore, la littérature est une parente pauvre de la section « Arts et sciences du langage », le centre d’intérêt principal étant la langue malgache.
À déplorer aussi la grande faiblesse de l’accompagnement des chercheurs, dont la principale préoccupation actuellement est non pas la critique, mais la publication des œuvres, la constitution d’une banque de textes. Du reste, on pourrait s’interroger sur le statut des chercheurs dans les pays non développés, face à un corpus introuvable. Ce rôle d’« éditeurs » est-il déontologiquement acceptable ? Quoi qu’il en soit, la littérature ainsi « éditée » serait toujours coupée du public des consommateurs potentiels.
Le seul mode de valorisation en définitive est la cooptation entre écrivains, le prestige conféré par les confrères et la reconnaissance par les pairs à travers les cercles littéraires et les jurys de petits prix divers. C’est aussi le rôle des petits groupements culturels (SEROI ou Société des écrivains de la région de l’océan Indien, Sandratra ou Cercle des jeunes écrivains, UPEM ou Union de poètes et écrivains de Madagascar, Cercle des journalistes et écrivains de Madagascar, etc.).

3 Et en l’absence de toute traduction de la production malgachophone, c’est bien elle qui figure aux yeux des autres l’écho sonore de la nation malgache.
Voir à ce propos les deux numéros consacrés à Madagascar de Notre librairie, no 109, avril-juin 1992, et no 110, juillet-septembre 1992.

4 Cf. le numéro « Nouvelles écritures féminines… » de Notre librairie, nos 117-118, avril-juin 1994.

5 Région semi-désertique du sud de l’île.

6 Cf. Liliane Ramarosoa, Anthologie de la littérature malgache d’expression française des années 1980, Paris, L’Harmattan, 1994

7 Opinion émise lors de l’allocution d’ouverture du Colloque international sur la littérature malgache d’expression française organisé par la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université d’Antananarivo et la SEROI (Société des écrivains de la région de l’océan Indien), Antananarivo, mars 1991, actes à paraître.

8 Cf. le Colloque international de 1991 susmentionné.

9 C’est-à-dire en merina, reconnue comme seule langue officielle par la constitution de 1975.

10 Exemple cité : les couleurs.

11 En réalité, dans la création individuelle écrite (à opposer à la tradition orale), le seul à s’essayer occasionnellement dans un dialecte, en l’occurrence l’antankarana (de la région de Diego-Suarez), est un écrivain masculin, Narcisse Andriamirado.

12 Exemple cité : la civilisation de la mer.

13 La littérature traditionnelle du hain-teny est elle-même tout enrobée d’énigmes érotiques.
Hain-teny : poésie de la tradition orale merina (des hautes-terres centrales) caractérisée par la subtilité de la musique (avec un rôle majeur des mots et des sons mais aussi de l’intonation du récitant qui donnent aux métaphores et aux métonymies de nouvelles harmoniques), le symbolisme (création, à côté du texte explicite, d’un autre texte implicite, cette inhabitation mutuelle de deux textes faisant le vrai hain-teny) et l’univers spécifiquement malgache auquel cette littérature se réfère. Les valeurs poétiques, esthétiques, culturelles et sociales y sont étrangères au monde moderne. Ainsi, les références à une faune et à une flore endémiques aux noms évocateurs qui eux-mêmes servent de matériaux à la création poétique.

14 Cf. la nouvelle de Michèle Rakotoson, « Esquisses d’un jeu », Actuel, nos 93-98, juillet-août 1987, p. XV-XVIII ; ou certains passages de id., Le Bain des reliques, Paris, Karthala, 1988.

15 Jean-Michel Gliksohn, « Lente spirale » [compte rendu de lecture], Notre librairie, no 110, p 121.

16 Esther Nirina, Rien que lune. Œuvres poétiques, La Réunion, Éditions Grand Océan, coll. « La roche écrite. Les intégrales », 1997, p. 205.

17 Ibid., p. 34.

18 Michèle Rakotoson, Le Bain des reliques, op. cit., p 46.

19 Id., Dadabé, roman malgache suivi de Le voyage et de La complainte d’un naufrage, Paris, Karthala, 1984, p. 61.

20 Oliva Soa, « La marchande de bonheur », Fararano, no 7, Antananarivo, 1985, p 11.

21 Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato, La marche de la liberté, La Réunion et Paris, Azalées éditions et L’Harmattan, coll. « Pluralité », 1992.

22 Charlotte Rafenomanjato, Le prix de la paix, pièce théâtrale inédite, manuscrit RFI, 1986, sans pagination.

23 Pelandrova Dréo, dans Pelandrova (Montpellier, Éditions du CEDS, 1969), et la première pièce de Michèle Rakotoson, Sambany, qui dénonce la pression du groupe sur la femme stérile, font figure d’exception à cette règle de la conformité aux convenances sociales. Mais ailleurs, seuls quelques passages suggèrent qu’il existe un problème d’exploitation de la femme sous une forme moderne dans les couches moyennes ou populaires malgaches, où l’épouse se tue à la tâche pour seconder un mari incapable et souvent alcoolique. Quant au Pétale écarlate (Antananarivo, SME, 1990), Charlotte Rafenomanjato laisse bien entendre que la pression du groupe ne s’exerce pas sur l’héroïne en tant que femme, mais bien sur l’individu né un jour néfaste.

24 C’est dans le sud de l’île que l’ethnologue Robert Dubois a relevé le propos suivant : « Je suis fière d’être femme. C’est pour cela que l’homme me désire et que nous jouissons ensemble des plaisirs de l’amour. Parce que je suis femme, sort [sic] de moi notre suprême désir et notre achèvement, nos enfants communs. Pour tout cela, je suis heureuse de ma condition. Loin de chercher à atténuer la différence créée par ma féminité, je la maintiens et j’y tiens : elle est l’objet du désir de mon mari et ne me fait pas perdre l’égalité avec lui », (cité par Robert Dubois, Ny Olombelona. Essai sur l’existence personnelle et collective à Madagascar, Paris, L’Harmattan, 1979, p. 67).

25 Cf. Voahanagy Rakotomalala, « Imprimer, éditer, diffuser », Notre librairie, no 110, juillet-septembre 1992, p. 111-115.

26 Par la suite, sa reconnaissance une fois établie, Charlotte Rafenomanjato publiera chez L’Harmattan (Paris) et aux Éditions Azalées (Réunion).

27 Cf. Jacques Rabemananjara au Deuxième Congrès des écrivains et artistes noirs (Rome, 26 mars-1er avril 1959) : « Notre Congrès, à la vérité, c’est le Congrès des voleurs de langue. Ce délit, au moins, nous l’avons commis ! Dérober à nos maîtres leur trésor d’identité, le moteur de leur pensée, la clef d’or de leur âme, le sésame magique qui nous ouvre toute grande la porte de leurs mystères, de la caverne interdite où ils ont entassé les butins volés à nos pères et dont nous avons à leur demander des comptes. »

28 Le manque d’infrastructure, le cloisonnement de l’île depuis les siècles précédents ont toujours joué en faveur de la capitale s’agissant d’instruction et de développement général.

29 Charlotte-Arrisoa Rafenomanjato, La marche de la liberté, op. cit., quatrième de couverture.

30 Cf. Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Seuil, coll. « Libre examen », 1992, p. 298-385.

31 Michèle Rakotoson pourrait trouver sa place dans ce paragraphe, en tant que transfuge de la doxa tananarivienne, en quête de nouvelles écritures et exilée dans le nord depuis 1984. Mais certains aspects de son œuvre, que nous relevions dans la première partie de notre propos, nous rendent hésitante quant à classer définitivement cet auteur dans un groupe ou un autre. L’existence d’une Michèle Rakotoson a ainsi le mérite de nous préserver de la taxinomie. Voir, entre autres, Dadabé, op. cit. et Le bain des reliques, op. cit.,

32 Ibid., p. 97-98.

33 Gilles Louÿs, Ibid., p 128.

34 Jean-Luc Raharimanana, Lucarne, (nouvelles), Paris, Le serpent à plumes, 1996, p. 35.

35 Essentiellement « Jamaïque » in Nouvelles, Tananarive, Éditions du Centre culturel Albert-Camus, 1995 ; La Retraite, Morlanwelz (Belgique), Éditions Lansman, s. d. (pièce théâtrale) ; Le dernier caïman, 1988 (pièce inédite) et Déchets toxiques (pièce inédite) ; Les funérailles d’un cochon, prix RFI de la nouvelle 1994.

36 David Jaomanoro, cité par Sahondra Ranaivozanany in Notre librairie, no 110, juillet-septembre 1992, p. 121.

37 Cf. le numéro spécial de Notre librairie consacré à la littérature malgache d’expression française, no 110, juillet-septembre 1992.

38 Parmi les possibles offerts par la francophonie, on peut également évoquer les représentations théâtrales ou lectures scéniques organisées sporadiquement par les divers centres culturels de l’endroit et les Alliances françaises, ainsi que la micro-édition du Centre culturel français (cf. Nouvelles, [regroupant des nouvelles de David Jaomanoro, Michèle Rakotoson, Esther Nirina, Alice Ravoson…], Antananarivo, Éditions du Centre culturel Albert-Camus, 1995).

39 Cf. Pierre Bourdieu, op. cit., p. 468 et sq.

40 Cf. Bao Ralambo : « Je ne crois pas en la capacité esthétique des concours. Les organisateurs ont leurs critères, leurs exigences (déclarées ou non). L’écrivain qui veut gagner doit savoir orienter sa création dans ce sens, et plier sa technique à leur volonté », in Notre librairie, no 110, juillet-septembre 1992, p. 68.

Auteur

Université d’Antananarivo/Université de la Réunion

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540