Version classiqueVersion mobile

Nouvelles écritures francophones

 | 
Jean Cléo Godin

Quatrième partie. Adaptations, transformations, contestations

Calixthe Beyala : griotte postmoderne ou plagiaire ?

Richard Serrano

Texte intégral

1Il y a quelques mois, j’ai passé une semaine à Rome, le site du vieux baroque. Ce n’était pas mon premier voyage à Rome, mais cette fois j’ai essayé de réfléchir plus profondément aux sources de l’architecture baroque : le sac des restes de la ville ancienne pour accomplir l’établissement d’une ville consacrée à la gloire de l’Église. Je me suis demandé si la littérature francophone d’Afrique a utilisé le même type d’emprunt en se fabriquant, un type d’emprunt qui exige la destruction de l’intégrité d’une œuvre de laquelle on extrait ce qu’on désire pour créer quelque chose de nouveau. Malgré cette destruction, on peut reconnaître les éléments de provenance antérieure qui ne sont jamais tout à fait assimilés. C’est bien une espèce de bricolage et pas exactement une synthèse.

  • 1 Keith Warner, « “Redécouverte” de Tirolien : une découverte », Research in African Literature, vol (...)
  • 2 Pierre Assouline, « L’affaire Beyala rebondit », Lire, février 1997, p. 8-11.

2Bien que le titre de ma communication soit « Calixthe Beyala : griotte postmoderne ou plagiaire ? », j’ai choisi deux écrivains francophones africains qui sont célèbres pour les emprunts imprévus dans leurs romans : Yambo Ouologuem, du Mali, qui a fait éclat au début des années 1970, et Calixthe Beyala, du Cameroun, qui est actuellement au centre d’un scandale. Bien sûr, Yambo Ouologuem et Calixthe Beyala ne sont pas les premiers écrivains francophones africains accusés d’avoir plagié. Ces deux écrivains se trouvent à la queue d’une longue procession de voleurs putatifs, à commencer par Bakary Diallo et son livre autobiographique Force-bonté, paru en 1926. De plus, les accusations contre Ouologuem et Beyala ont incité d’autres critiques à accuser d’autres écrivains noirs du même crime. En 1973, par exemple, après avoir lu les articles d’Eric Sellin condamnant Yambo Ouologuem, Keith Warner1 a découvert des parallèles troublants entre un poème de Guy Tirolien, l’Antillais qui écrivait dans l’esprit de la négritude, et L’annonce faite à Marie, une pièce de Paul Claudel, qui n’a jamais écrit dans cet esprit, autant que je sache. En 1997, en réponse à l’article dans Lire2 qui a présenté une longue liste d’emprunts trouvés dans presque tous les romans de Beyala, un monsieur, dont je ne me souviens plus du nom, a saisi l’occasion pour accuser Mongo Béti de n’avoir pas écrit ses romans. Même si le plagiat n’est pas une maladie communicable, il est bien évident que l’accusation de plagiat l’est.

  • 3 Ousmane Sembène, Le docker noir, Paris, Présence africaine, 1973, p. 69-70.

3Avec une curieuse clairvoyance, Ousmane Sembène a imaginé une sorte de plagiat dans son premier roman, Docker noir, qui a des parallèles inquiétants avec les cas de Yambo Ouologuem et de Beyala. Il s’agit d’un ouvrier sénégalais, Diaw Falla, qui est accusé d’avoir assassiné une Française qui vient de gagner un prix pour son roman Négrier sirius. Il s’agit du passage d’un négrier de l’Afrique aux Amériques. La Française, Ginette Tontisane n’a pas exactement plagié Diaw Falla. Au contraire, elle s’est simplement approprié son roman en entier, le faisant publier sous son propre nom. Bien que Diaw Falla, le vrai auteur, puisse réciter de longs passages du roman par cœur pendant le procès, il est jugé incapable d’écrire un tel chef d’œuvre. Pour terminer, le procureur de la République crie : « Ce monstre prétend être l’auteur du “Négrier Sirius” ! Cette insulte à nos lettres est aussi un délit… Nous devons réparation non seulement à la victime, mais à notre littérature, mais à notre civilisation3. » L’insistance de l’écrivain africain sur sa qualité d’auteur francophone menace même l’existence de la civilisation française.

  • 4 Cité par Éric Sellin dans « Ouologuem’s Blueprint for Le devoir de violence », Research in African (...)

4Je suis frappé par la même sorte d’hystérie autour des scandales Yambo Ouologuem et Beyala. Dès sa parution en France à la fin des années 1960, Le devoir de violence a été loué comme, et je cite, « brillant », « le premier roman vraiment africain », « authentique », « puisé à des sources authentiques » et, une phrase que j’adore, « sorti de l’impulsion authentique d’un individu de talent, et prêtant l’expression au battement du cœur ethnohistorique d’un continent incompris4 ». Au début, les critiques français et américains étaient bien reconnaissants à Yambo Ouologuem. C’est surtout la soi-disant authenticité qui les a excités. En 1968, le roman était couronné par le prix Renaudot. Après la traduction du roman en anglais, les accusations de plagiat ont commencé. Les mêmes critiques qui ont loué le roman étaient hors d’eux. Ces critiques étaient contents de louer un vrai écrivain africain qui a représenté la vérité préférée de l’Afrique : par exemple, on trouve dans le roman de la bestialité, de l’inceste, de la prostitution — et cela dans les vingt premières pages ! Il y a encore des viols, des massacres et toute sorte de violence dans ce roman. Malgré les doutes exprimés par plusieurs critiques et écrivains africains, dont Wole Soyinka et Abiola Irele, la plupart des commentaires sur Ouologuem avant la découverte de ses emprunts littéraires insistent sur et se délectent au déboulonnage de la nostalgique négritude. Enfin une voix africaine qui ne nous dit plus de mensonges !

5Malheureusement, les mêmes critiques qui ont loué Yambo Ouologuem, qui étaient aux anges à la fin des années 1960, ont plongé en enfer pendant les années 1970, après avoir découvert que cette Afrique yambesque était construite d’emprunts à Graham Greene, Victor Hugo, André Schwartz-Bart, Guy de Maupassant, Jean-Luc Godard et beaucoup d’autres écrivains français et américains, même pornographiques. Et je n’ai pas noté les emprunts à des textes traditionnels comme le Coran et des chroniques arabes du Mali qui sont traités par Thomas Hale dans son étude brillante de Yambo Ouologuem. À mon avis, ce qui est frappant, ce n’est pas l’hystérie et la rancune des critiques qui se croyaient trahis par Yambo Ouologuem et sa parodie — ce qui est plutôt idiot —, mais le fait que ces critiques, en lisant un passage de Victor Hugo, l’ont cru authentiquement africain ; en lisant un passage de Graham Greene à peine déguisé, ils l’ont trouvé plus africain que tout autre texte écrit par un Africain d’auparavant. Qu’est-ce que c’est qu’une Afrique écrite avec des tessons de la littérature française et américaine ? Authentique ? J’imagine que non. Bien sûr, il faut remettre en question l’idée de l’authenticité. Mais il faut aussi se demander pourquoi, en cherchant l’authenticité d’un autre, le critique ne trouve que son propre visage dans le miroir des mots.

6Pourquoi les critiques n’ont-ils pas reconnu leur propre tradition dans le roman de Yambo Ouologuem ? Si vous me permettez de revenir à Rome pour un moment, quand j’étais devant le Panthéon j’ai reconnu sans grande difficulté la structure d’un temple qui a préexisté à l’église. Heureusement, les critiques que j’ai cités ont reconnu la structure du roman — du nouveau roman, comme la plupart ont dit — que Yambo Ouologuem a utilisée. Mais quand j’étais dans l’église San Clemente, même si la structure ne ressemblait pas à un temple païen, j’ai reconnu que chaque colonne était différente, chacune puisée à une source particulière, même si les architectes du baroque ont créé une unité extraordinaire avec ces éléments disparates. Et dans le sous-sol de San Clemente, j’ai entendu le bruit d’un ruisseau préexistant à la fois à l’église chrétienne et au temple païen. Pourquoi ces critiques n’ont-ils pas reconnu la provenance des éléments disparates du texte de Yambo Ouologuem ? N’est-elle pas aussi évidente que les colonnes de San Clemente ? Ils ont écouté la voix de Victor Hugo, mais ils ont entendu les rythmes d’Afrique, d’une Afrique imaginaire. En fait, plusieurs critiques ont parlé du rythme yambesque. Ils ont lu un passage emprunté à It’s a Battlefield de Graham Greene qui décrit l’entrée de deux personnages dans une maison avec une géographie un peu bizarre. Ces personnages entrent par l’antichambre, puis par la véranda, ensuite le salon. Il me semble que Yambo Ouloguem a ajouté la véranda comme signe du colonialisme, parce qu’elle n’existe pas dans le passage de Graham Greene. Moi, je n’ai jamais vu une véranda entre une antichambre et un salon, peut-être que c’est un trait de l’architecture du Mali que je ne connais pas. Yambo Ouologuem était-il si maladroit ou si pressé qu’il n’a pas remarqué l’invraisemblance de ce domicile ?

  • 5 Aliko Songolo, « Fiction et subversion : Le devoir de violence », Présence africaine, no 120, 1981 (...)

7Je crois que non. De même que les architectes à Rome n’ont pas toujours caché l’origine de leur matériaux, pour qu’on puisse reconnaître le triomphe de l’Église sur les religions païennes, Yambo Ouologuem n’a pas essayé de cacher ses sources. Dans un article paru dans SubStance en 1978, Aliko Songolo a demandé pourquoi Yambo Ouologuem a utilisé des sources si faciles à identifier5. Je voudrais ajouter à cette question, pourquoi Yambo Ouologuem a-t-il utilisé des sources si facile à identifier sans avoir toujours essayé de mieux adapter à son propre récit les passages empruntés ? Je ne crois pas que Yambo Ouologuem soit stupide. Il vaudrait mieux chercher la stupidité ailleurs. Yambo Ouologuem veut que le plagiat — si c’en est un — soit découvert. Avec ce bricolage manifeste, il remet en question toute l’entreprise littéraire francophone, postcoloniale, africaine. C’est son triomphe sur les puissances littéraires universitaires occidentales — et ces puissances se sont affolées de la soi-disant trahison de Yambo Ouologuem après l’avoir rendu célèbre.

8Pourquoi les critiques n’ont-ils pas reconnu leur propre tradition dans le roman de Yambo Ouologuem ? Je reviens encore à Rome. Vous allez dire, mais, Monsieur, vous avez reconnu la provenance de ces colonnes parce que vous avez lu l’histoire de ces églises italiennes dans votre guide Michelin. Vous étiez préparé avant votre arrivée. Les pauvres critiques européens et américains n’étaient pas préparés pour le bricolage ironique de Yambo Ouologuem, ou au moins ils ne s’attendaient pas à être la cible de son ironie. Mais, en fait, il y avait un guide au projet de Yambo Ouologuem ; presque personne ne le comprenait à cette époque-là. Lettre à la France nègre a paru la même année que Le devoir de violence. Dans ce texte, il est bien évident que les critiques eux-mêmes étaient la cible de son ironie. Yambo Ouologuem a expliqué aux écrivains africains francophones comment écrire un best-seller pour les lecteurs français : en plagiant d’autres écrivains. Il nous donne un diagramme avec des exemples pour mieux s’expliquer. Les critiques, en gros, ont trouvé ce livre idiot, n’ayant pas compris son ironie.

9Bien, vous allez demander, quel rapport y a-t-il entre Beyala et Yambo Ouologuem et le nouveau baroque ? Jusqu’ici je n’ai trouvé qu’une référence à Yambo Ouologuem dans l’œuvre vaste de Calixthe Beyala. Dans Lettre d’une africaine à ses sœurs occidentales, Beyala cite Yambo Ouologuem pour confirmer que l’ablation du clitoris n’a aucun autre dessein que de dompter la femme africaine. Une brève citation du Devoir de violence risque toujours de renverser ou d’effacer l’intention de Yambo Ouologuem, parce que le contexte qui peut rendre le sentiment ou l’énoncé ironique est perdu. En disant, et je cite la citation par Beyala de Yambo Ouologuem, « L’ablation du clitoris et la terreur du châtiment de tout adultère […] ont apaisé fortement le tempérament de nos négresses, assagies du coup », peut-être que Yambo Ouologuem exprime le sentiment d’un type d’homme africain mais, certainement, c’est l’intention de Yambo Ouologuem que de ridiculiser cette mentalité. Beyala veut ironiser sur une phrase déjà ironique, si j’ai bien compris les deux auteurs.

  • 6 Rangira Beatrice Gallimore, Interview avec Beyala dans L’œuvre romanesque de Calixthe Beyala. Le r (...)

10Quand même, je suis tout à fait content que Calixthe Beyala ait lu Yambo Ouologuem, parce que dans une interview avec Rangira Béatrice Gallimore, Beyala a dit : « Je ne suis pas une grande lectrice6. » Ça m’a choqué encore plus que le plagiat. Est-ce encore un exemple de l’ironie Beyala ? Je n’en suis pas sûr. En plus, comme réponse à cette même question, elle ne fait référence qu’aux écrivains « anciens », comme les romanciers russes du XIXe siècle ou quelques grands poètes français, comme Baudelaire, Rimbaud, et Apollinaire. Jusqu’ici, autant que je sache, personne n’a accusé Beyala d’avoir plagié aucun de ces écrivains. Je ne suis pas spécialiste du roman russe, mais j’ai lu toute la poésie de Baudelaire, Rimbaud, et Apollinaire plusieurs fois. Je n’en ai trouvé aucun écho dans l’écriture de Beyala. Néanmoins, dans une lecture pressée de son roman Maman a un amant, j’ai trouvé moi-même deux passages empruntés à Alice Walker. C’est bizarre, parce que j’ai lu ce roman d’Alice Walker il y a déjà dix ans et je ne savais pas que sa lecture était si impressionnante que les mots de Walker dans un livre de Beyala me sauteraient aux yeux.

  • 7 Pierre Assouline, loc. cit., p. 9.

11Howard Buten, Charles Williams (c’est un nom de plume, je crois), Romain Gary, Paule Constant, Ben Okri, Alice Walker sont les écrivains offensés selon l’article de Lire7. Ironiquement, Paule Constant était parmi ceux qui ont couronné Assèze l’africaine du prix Tropiques en 1994. Ce n’est que plus tard que Constant s’est rendu compte des emprunts faits à son propre roman par le livre de Beyala. Elle n’était pas enchantée et a demandé comment Calixthe Beyala a procédé, comment elle a transformé les personnages de Constant en « archétypes africains ». Je voudrais demander si la transformation par Beyala des personnages de Paule Constant est aussi maladroite (et, comme je vous ai déjà dit, maladroite à dessein) que la transformation yambesque manquée de l’appartement décrit dans le passage de Greene auquel nous avons déjà fait reférence. Pour transformer un appartement européen en domicile africain, Yambo Ouologuem a ajouté une véranda. Qu’est-ce que Calixthe Beyala a ajouté aux personnages de Paule Constant ? Est-ce qu’elle a ajouté l’équivalent d’une véranda ?

  • 8 Rangira Beatrice Gallimore, op. cit., p. 204.

12En réponse aux accusations de plagiat, Calixthe Beyala a demandé à son tour, « […] en quoi Assèze l’Africaine ressemble à White Spirit de Paule Constant8 ? ». Au premier coup d’œil, Beyala a raison. Le roman de Constant a lieu dans un pays africain non spécifié ; en fait, on peut se tromper de lieu, en le prenant pour un pays de l’Amérique centrale (à cause des bananes, surtout pour les lecteurs américains). Dans les deux romans, il existe un personnage qui s’appelle Lola, mais autant que je sache, il n’y a aucun rapport entre les deux. Dans les deux romans il est question de nourriture pourrissante. Dans le livre de Constant, une montagne de bananes de ce pays, qui évidemment ne produit que des bananes, pourrit avant que le bateau d’une compagnie d’import-export puisse arriver à Port-Banane. Dans le livre de Beyala, il ne s’agit pas de bananes, mais d’une grande montagne d’avocats, achetés par une commerçante après qu’un magistrat lui a dit qu’elle devra apporter un avocat la prochaine fois. Deux avocats valent encore mieux qu’un, et une montagne d’avocats, même pourris… Si Beyala a emprunté les fruits maltraités de Constant, elle ne les transforme pas uniquement en avocats, mais aussi elle évoque un autre problème de son pays. Chez Beyala, ce n’est pas une question de transport, mais de langage. Cette femme avec une montagne d’avocats n’a pas compris le français du magistrat.

13Un autre exemple plus complexe. Les deux écrivains décrivent un voyage du héros ou de l’héroïne. Le voyage de Constant se déroule en camion, celui de Beyala en bus. Paule Constant décrit un voyage de Port-Banane vers l’intérieur du pays. Beyala décrit un voyage du village d’Assèze vers Douala. On ne connaît pas grand-chose du pays imaginé par Constant, même à travers ce que le personnage en voit par la fenêtre ; à ce moment Constant ne s’intéresse qu’à la description du camion et son chauffeur. Constant écrit :

  • 9 Paule Constant, White Spirit, Paris, Gallimard, 1989, p. 51.

Et effectivement ça péta, des trépidations féroces, des accélérations démentes, des coups de frein sauvages, des dérapages crissants. Le chauffeur, au début très tendu, enchaînait des gestes rapides et précis, des doubles débrayages, des freins-chassés, des piqués-retenus, le tout avec de grands mouvements du volant qu’il tournait d’un seul coup9

14Et le passage de Beyala :

  • 10 Calixthe Beyala, Assèze l’Africaine, Paris, Albin Michel, 1994, p. 63.

Mais les choses pétèrent. Des trépidations féroces, des dérapages glissants, l’eau qui giclait, des débrayages et des embrayages brusques, le tout avec des grands mouvements de volant que le chauffeur tournait d’un seul coup10.

15Beyala innove un peu. Ses dérapages ne sont pas crissants, mais glissants. Un dérapage glissant me semble plutôt superflu, un dérapage crissant plus affreux. Constant nous donne des débrayages doubles, mais Beyala préfère des débrayages suivis par les embrayages, pour plus de symétrie, j’imagine. Si j’ai bien compris le livre de Paule Constant, cette description des camions est filtrée par le point de vue de Victor, qui fait ce voyage pour la première fois. Il est européen dans un pays africain non spécifié. Dans Assèze l’africaine, Beyala nous donne la perspective d’une fille africaine qui n’a jamais fait aucun voyage, n’est jamais montée dans un véhicule. Emprunter le passage de Constant veut dire, je crois, qu’un voyage à Douala pour cette fille est aussi exotique et bizarre que le voyage d’un Européen de Port-Banane vers l’intérieur. Est-ce qu’il y a une véranda yambesque dans le passage emprunté pour signaler son origine ? Pas exactement. Mais, bien que Beyala transforme le camion de Constant en un bus, elle évoque quand même la « poussière des dizaines de camions devant et derrière nous ». Les camions de Constant appartiennent à la bananeraie, mais les camions de Beyala appartiennent à qui ? Ils ne sont que le résidu du texte de Constant.

16La tâche de Victor, c’est de vendre aux Africains de Port-Banane, selon Paule Constant,

  • 11 Paule Constant, op. cit., p. 81.

[…] des objets biscornus, des trucs fous, des gadgets bizarres, des bonnes idées de cauchemar, sans compter les reliquats de modes passées, les couleurs qui n’avaient pas pris, les formes obsolètes, les matières interdites, les jouets inflammables, le lait irradié11.

17Après l’arrivée d’Assèze à Paris, elle cherche un type français qui s’était enrichi en déchargeant

  • 12 Calixthe Beyala, op. cit., p. 304.

vers l’Afrique et l’Asie toutes les erreurs de fabrication de l’Occident. Du lait Guigoz trois quarts sucre, reste, lait. Des objets biscornus. Des gadgets aux couleurs électriques. Des débris mutins. Des résidus de génie aux cerveaux fripés. Des médicaments cancérigènes. Des fringues grotesques ou passées de mode12.

18Je ne sais pas pourquoi exactement le roman de Beyala a ajouté les Asiatiques aux victimes de l’import-export métropolitain trouvé dans Constant. Encore plus bizarre, elle introduit ce passage plutôt accusateur dans le contexte parisien en décrivant un homme présenté comme relativement aimable. Il est, au moins, beaucoup plus sympathique que sa femme africaine, la demi-sœur malveillante d’Assèze. Dans un autre sens, la liste de Beyala est plus détaillée, plus spécifique que la liste de Constant, bien que les objets soient devant Victor dans le texte de Constant, mais simplement imaginaires dans le texte de Beyala. Cela veut dire que ces objets nommés n’existent que dans la tête d’Assèze qui réfléchit à la carrière de ce type. Peut-être qu’on s’attend à des détails africains plus riches de la part d’un écrivain africain, mais ce qui est vraiment bizarre, et ici je voudrais faire écho à l’observation de Paule Constant, c’est que si Beyala a vécu en Afrique, pourquoi a-t-elle besoin des images d’une Afrique imaginée par un écrivain français ? La liste des objets biscornus de Beyala est une véranda yambesque au milieu de Paris.

19Pour terminer, si vous me permettez de revenir à Rome pour une dernière fois, je voudrais suggérer que l’œuvre de Beyala n’est ni comme le Panthéon ni comme l’église de San Clemente, mais au contraire comme le monument à Vittorio Emmanuele II, dit le gâteau de noces par les citoyens de Rome. Je vais m’expliquer. Dans le titre de ma communication, je vous ai promis de choisir entre Calixthe Beyala plagiaire et Calixthe Beyala griotte postmoderne. Une griotte utilise des éléments de sa tradition dans une forme qui convient à son public. Une griotte postmoderne, si vous me permettez un néologisme, utilise des éléments de n’importe quelle tradition, soit la sienne soit d’une autre griotte, dans une forme qui convient à plusieurs publics en même temps. Mais cette œuvre risque de perdre tout sens si on la regarde de trop près avec une grande connaissance d’une de ces traditions pillées — c’est pourquoi les gendarmes ne permettent pas aux touristes de s’approcher du monument de Vittorio Emmanuele II. Et c’est pourquoi les gendarmes littéraires comme M. Assouline préfèrent que nous ne lisions pas les romans de Calixthe Beyala.

Notes

1 Keith Warner, « “Redécouverte” de Tirolien : une découverte », Research in African Literature, vol. IV, no 1, 1973, p. 48-50.

2 Pierre Assouline, « L’affaire Beyala rebondit », Lire, février 1997, p. 8-11.

3 Ousmane Sembène, Le docker noir, Paris, Présence africaine, 1973, p. 69-70.

4 Cité par Éric Sellin dans « Ouologuem’s Blueprint for Le devoir de violence », Research in African Literature, vol. II, no 2, 1971, p. 117-118. Voir également, du même auteur : « The Unknown Voice of Yambo Ouologuem », Yale French Studies, no 53, 1976, p. 137-162 et « Devoir de violence », French Review, vol. XLIII, no 1, p. 17-34.

5 Aliko Songolo, « Fiction et subversion : Le devoir de violence », Présence africaine, no 120, 1981, p. 17-34.

6 Rangira Beatrice Gallimore, Interview avec Beyala dans L’œuvre romanesque de Calixthe Beyala. Le renouveau de l’écriture féminine en Afrique sub-saharienne, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 204.

7 Pierre Assouline, loc. cit., p. 9.

8 Rangira Beatrice Gallimore, op. cit., p. 204.

9 Paule Constant, White Spirit, Paris, Gallimard, 1989, p. 51.

10 Calixthe Beyala, Assèze l’Africaine, Paris, Albin Michel, 1994, p. 63.

11 Paule Constant, op. cit., p. 81.

12 Calixthe Beyala, op. cit., p. 304.

Auteur

Université Rutgers, State University of New Jersey

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search