Version classiqueVersion mobile

Nouvelles écritures francophones

 | 
Jean Cléo Godin

Quatrième partie. Adaptations, transformations, contestations

Temporalité narrative et ambivalence du sujet dans les romans de V. Y. Mudimbe

Luhaka Anyikoy Kasende

Texte intégral

  • 1 V. Y. Mudimbe, Entre les eaux, Paris, Présence africaine, 1973 (EE) ; id., Le bel immonde, Paris, P (...)
  • 2 Jacques Demougin, Dictionnaire des littératures française et étrangères, Paris, Larousse, 1992, p.  (...)
  • 3 Ibid.

1Temporalité narrative et ambivalence du sujet dans les romans de V. Y. Mudimbe1, voilà qui insinue du coup « une nuance du bizarre2 », mais qui, heureusement, permet au projet de se mettre dans le ton de la réflexion initiée par les organisateurs du colloque. Si le baroque est aussi « ce qui n’est pas classique3 », dans l’œuvre romanesque de Mudimbe, les stratégies de caractérisation des sujets-héros, fondées essentiellement sur la structuration du temps dans le récit, s’avèrent pertinentes par rapport au roman classique de la littérature francophone d’Afrique. La gestion particulière de la temporalité narrative dans les romans, dans sa relation à l’ambiguïté comportementale du sujet énonciateur, devient chez Mudimbe l’une des caractéristiques de sa poétique romanesque. Les personnages créés par l’écrivain sont comme prisonniers de leur ambivalence ; leurs discours et programmes narratifs oscillent constamment entre deux instances temporelles, le passé et le présent. Le premier influe sur le second et conduit l’entreprise des protagonistes à un double échec : échec discursif, caractérisé par l’absence d’un langage authentique, producteur d’une praxis ; échec du programme narratif, traduit par l’impossible conjonction du sujet héros et de l’objet de sa quête.

  • 4 C’est-à-dire le baroquisme du roman mudimbéen, qui se définit ici, implicitement, comme un écart pa (...)

2Chez Mudimbe, l’ambivalence (au sens de l’ambiguïté caractérielle du sujet-héros) et la temporalité narrative deviennent alors les indices du baroque dans la tradition romanesque négro-africaine érigée généralement sur une conception du héros lucide, très sûr de lui-même et de la réalité toujours par lui définie d’un geste souverain. L’illustration de ce phénomène4, dans l’œuvre romanesque de l’écrivain zaïrois, peut s’effectuer grâce à l’analyse, dans chaque roman, des deux points suivants : les constantes structurelles des références temporelles et la temporalité narrative comme fondement épistémologique de l’ambivalence. Quant à la fonction de celle-ci comme modalité de réévaluation, elle fera l’objet d’une étude complémentaire ultérieure. L’analyse des deux aspects retenus sera précédée ici par une brève considération théorique sur le rapport entre le personnage-héros et le temps fictif.

Personnage-héros et temps fictif chez Mudimbe : considérations théoriques

  • 5 Paul Ricœur, Temps et récit, t. 3, Paris, Seuil, 1985, p. 256.
  • 6 Ibid.

3En adoptant comme hypothèse de lecture la perspective de la quête identitaire du sujet de l’énonciation dans les romans de Mudimbe, il est important de prendre en considération le temps fictif, c’est-à-dire le temps conçu comme déjà vécu par les personnages-narrateurs et simplement évoqué dans le récit. Concrètement, le temps fictif se traduit par les événements que le héros-narrateur reconstitue rétrospectivement et par échappées pendant le temps de la narration (pendant le déroulement du récit principal intégrateur). Le temps fictif ou la référence temporelle fictive signifie, selon cette logique interprétative, un mouvement rétrospectif de la pensée du héros-narrateur rapportant son imagination à une époque lointaine de son existence et ramenant sur la scène de la narration les souvenirs du passé ; il s’agit en quelque sorte d’une référence temporelle remémorative qui suspend momentanément l’expérience énonciative en cours. Par rapport à l’expérience instantanée du narrateur (et donc par rapport à celle, également vive, du lecteur en tant que destinataire attaché à la linéarité et à la causalité événementielle du récit), certaines évocations du passé, qui suspendent le cours de la narration, sont données comme relevant de la référence temporelle fictive. Paul Ricœur parle de « la réeffectuation du passé dans le présent5 » et explique que dans cette manière « de penser la passéité du passé, […] l’opération historique apparaît alors comme une dé-distanciation, une identification avec ce qui jadis fut6 ». La référence temporelle fictive est en relation de cause à effet avec le comportement des protagonistes dans le présent de la narration ; elle pourrait donc justifier la caractérisation de ces derniers.

  • 7 Dans sa Transparence intérieure (Paris, Seuil, 1981), Dorrit Cohn définit le monologue remémoratif (...)

4On peut noter, par ailleurs, que la récurrence dans le présent de la narration des séquences servant de détonateurs aux souvenirs (au passé) du héros-narrateur s’impose comme caractéristique structurelle dans les romans de Mudimbe ; et que dans le cas de L’écart particulièrement, chaque motif évocatoire du passé est vécu parfois par le héros-narrateur comme une duplication inductrice introduisant un monologue remémoratif7. L’évocation sans cesse de cette référence temporelle fictive dans les romans de Mudimbe par les protagonistes fait apparaître ces derniers dans les récits comme des sujets cherchant à recouvrer le sens de leur passé. Dans sa pratique du roman, Mudimbe fait de la référence temporelle une donnée essentielle et significative de sa poétique. Elle est une constante structurelle qu’il importe d’analyser.

Constantes structurelles des références temporelles dans les romans de Mudimbe

5Le temps fictif, ou le temps raconté, est, dans le roman de Mudimbe, le moment où se construit l’âme du personnage, c’est-à-dire sa personnalité ou sa conscience sociale. C’est l’instant où Mudimbe pose les caractères de ses protagonistes. Après l’établissement de ces données présuppositionnelles, ceux-ci n’ont plus qu’à vivre, qu’à se conduire, en évoluant selon une certaine cohérence narrative corrélative, selon l’exigence et la logique de l’identité à soi — qui n’est pas à confondre avec l’identité de soi encore à (re-)construire, et dont les personnages de Mudimbe sont en quête permanente.

6On peut relever deux aspects récurrents structurant le temps fictif ou référentiel en tant que fondement de la caractérisation des protagonistes. D’abord l’évocation de l’instance familiale : la tendre enfance (plus marquante pour Pierre Landu, Ahmed Nara) ou l’adolescence coïncidant avec l’expérience scolaire (Ya, le Ministre, Marie-Gertrude). Ensuite le passé de la rencontre de chaque protagoniste avec les figures de l’autorité spirituelle ou culturelle. Ainsi, les images insistantes du Père Supérieur ou de Monseigneur Sanguinetti pour Pierre Landu dans Entre les eaux ; celle de la Révérende Mère Supérieure pour Ya dans Le bel immonde ; celle d’Isabelle pour Ahmed Nara dans L’écart ; celles enfin de son directeur de conscience et de la Maîtresse de noviciat pour l’héroïne de Shaba deux. Ces différentes figures, mythifiées par les institutions qu’elles représentent, constituent pour chaque personnage considéré le maillon de la chaîne qui le rattache à un passé vivace et toujours présent dans le présent narratif.

  • 8 François Rastier, Essais de sémiotique discursive, Paris, Mame, 1973, p. 187.
  • 9 Ibid., p. 188.
  • 10 Ibid.

7Le niveau de réalité par rapport auquel le personnage de Mudimbe se définit est donc celui « de l’anecdotique, du temporaire, de l’accidentel, qui est celui de la réalité observable par l’auteur, en lui ou hors de lui8 ». Mais restitué dans le contexte africain, extrapolable au phénomène de relation de domination entre les groupes humains ayant des intérêts divergents, ces personnages anecdotiques de Mudimbe deviennent l’incarnation des types éternels. Ils représentent l’une des contradictions inhérentes à la conception sémiotique du sujet-personnage, « celle de l’historique et de l’éternel9 ». Car, comme l’affirme encore Rastier, des « héros promis à […] [l’]immortalité ont été conçus par leur auteur comme des représentants historiques d’une époque10 ».

8Tous ces personnages principaux de Mudimbe sont des intellectuels africains de l’époque postcoloniale ; ils sont à la fois imbus de nationalisme et prisonniers de leur ambivalence face à l’hégémonie du discours occidental.

9Tributaire de la fonction narrative des personnages, le temps fictif est un des fondements de la caractérisation (directe ou indirecte) de ces derniers et de leur détermination psychologique. Pierre Landu, Ya et son amant le Ministre, Ahmed Nara et Marie-Gertrude sont tous caractérisés ou déterminés psychologiquement grâce, entre autres, à ce temps fictif qui influe d’une manière déterminante sur leur statut de personnages. Et c’est l’ensemble de tous ces différents tempéraments, liés à la référence temporelle fictive de chaque personnage, qui trace l’orientation de chaque roman et lui donne sa cohérence et sa pertinence : l’échec du processus narratif attribuable à l’héritage du passé de chaque protagoniste. Mais les héros de Mudimbe sont des figures à la fois attachantes et révoltantes ; attachantes par leur candeur et la sincérité de leurs mouvements et gestes ; révoltantes par l’ambivalence de leur tempérament et de leur réaction, conséquence de l’introjection de leur passé. C’est par ce deuxième aspect que le poète zaïrois surprend et déjoue l’attente du lecteur africain qui rêve de victoires pour se consoler de son destin historique tragique. Refusant de rêver comme ses lecteurs potentiels, Mudimbe nous peint le trouble de conscience ou psychologique des êtres prisonniers de leur passé, traversés puis écartelés par des discours inconciliables et parfois antagonistes ; des êtres condamnés à la quête de leur identité et donc promis socialement à l’échec à cause de leur discours hétéronome et de leur ambivalence. Celle-ci, en tant que modalité énonciative, est dénoncée implicitement par une structure évaluative qui fait du sujet-héros la cible de sa propre énonciation face aux institutions. Les personnages créés comme représentants de celles-ci sont établis comme des entités socioculturelles inamovibles, comme des monuments naturalisés. Ils incarnent la légitimité des systèmes que les protagonistes des romans tentent de comprendre ou de remettre en question sans s’imposer résolument.

Temporalité narrative comme fondement épistémologique de l’ambivalence du sujet dans les romans

10L’ambivalence peut trouver sa justification logique dans l’organisation de la temporalité : temps narratif (structure temporelle de la narration) comme origine et cause de l’ambivalence, d’une part, et temps narratif (modalité narrative) comme indice caractériel de l’ambivalence ou entité symptomatique analysable (manifestation) de l’ambivalence, d’autre part.

11Le présent gnomique a, dans la structure narrative des récits romanesques, une valeur fonctionnelle évidente : elle aide à la caractérisation des héros en tant que sujets fortement marqués par leurs expériences passées et emprisonnés par leur ambivalence caractérielle dans le présent de narration. Cet enracinement des héros dans le présent du récit apparaît comme un aspect de la poétique romanesque de Mudimbe. À ce sujet, le jugement de Bernard Mouralis peut s’appliquer à tous les protagonistes des romans de l’écrivain zaïrois. En effet, en parlant d’Ahmed Nara, personnage principal de L’écart, il écrit :

  • 11 Bernard Mouralis, V. Y. Mudimbe ou le discours, l’écart et l’écriture, Paris, Présence africaine, 1 (...)

Le héros vit dans un éternel présent, celui-là même qu’instaure sa personnalité tourmentée et condamnée à ne jamais changer. Car le mal dont souffre Nara ne prend pas sa source dans des événements précis que l’on pourrait situer à tel ou tel moment de son devenir, mais bien plutôt dans le rapport que ce dernier entretient avec la réalité, rapport qui justement s’inscrit en dehors de toute évolution ou datation11.

12Cette ambivalence de Nara, comme celle de tous les protagonistes des romans de Mudimbe, trouve son fondement épistémologique dans la structure temporelle du récit romanesque. Dans le cas de Nara, plus particulièrement, le temps de l’écriture de son journal coïncide avec celui de la pratique de son savoir en tant que sujet africain sollicité par deux expériences culturelles. Celles-ci sont réparties en deux instants différents : le premier (le présent) correspond à l’actualité de la réalité africaine au moment de la rédaction du journal par le héros ; il est symbolisé, sentimentalement, par la relation difficile qu’entretient Nara avec Aminata. Le second (le passé) représente l’enfance du héros (une enfance marquée par l’obsession de la mort et les peurs anciennes de la souris et de la nuit) ; il est tout chargé de l’image d’Isabelle que la présence d’Aminata ramène, du fond de ses décombres, à la surface de la vie immédiate de Nara. C’est à ce niveau que l’ambivalence du héros, dans sa relation à la temporalité narrative, devient une modalité évaluative par rapport aux institutions culturelles africaine et occidentale. On peut invoquer ici l’ambiguïté sémantique du pacte de la réconciliation « à la femme ». C’est, en effet, une même donnée textuelle qui, présentée sous le mode de la naïveté ironique, sert de motif narratif commun à la critique et à l’hagiographie, par rapport au scientisme occidental et au traditionalisme africain.

13On pourrait en dire autant de Pierre Landu dans Entre les eaux, de Marie-Gertrude dans Shaba deux et des deux protagonistes du Bel immonde (Ya, la prostituée et son amant le Ministre). Tous sont, en effet, des consciences partagées entre deux réalités (exigences) socioculturelles, occidentale et africaine. Ce constat est d’autant plus vérifiable que la technique du monologue intérieur, qui caractérise l’énonciation des instances narratrices des deux premiers romans, et celle du journal, utilisée dans les deux derniers, sont interchangeables. Le présent de l’écriture qui caractérise et souligne l’ambivalence de Nara et de Marie-Gertrude dans L’écart et Shaba deux est autant gnomique dans ces derniers romans qu’il l’est pour Pierre Landu dans Entre les eaux et pour les deux amants dans Le bel immonde. L’ambivalence devient alors, pour tous les personnages principaux de Mudimbe, comme une donnée caractérielle permanente et donc signifiante.

14Pour chaque protagoniste, l’ambivalence se manifeste narrativement (grâce à l’amalgame stratégique du présent de l’écriture et du monologue intérieur, plutôt remémoratif) par l’existence des deux pôles énonciatifs : le premier relate les événements immédiats qui font la chronique du récit tel que celui-ci est conduit normalement au présent de l’écriture ou de narration ; le second est constitué des retours en arrière évoquant (comme données influant sur le présent du récit) certains faits saillants de l’expérience passée du héros.

15Cette technique est à mettre en rapport avec l’isotopie opératoire dans la mesure où elle renforce dans les romans le statut des personnages-narrateurs et maintient toujours en éveil les compétences évaluatives de ces derniers. Le passé du héros (de l’héroïne) comme source du savoir (archéologie du savoir) fait l’objet d’une évaluation constante. En témoignent les retours en arrière du récit de Pierre Landu, ramenant au présent de sa vie dans le maquis les souvenirs de Rome à l’Angelicum ; ceux de Ya et de son amant le Ministre, envahissant leur existence dans la capitale zaïroise et charriant, pour la première, son passé de lycéenne dressée par la Mère Supérieure contre l’autoritarisme de la tradition familiale et, pour le second, les sermons devenus aussitôt caducs à l’université, faits par des prêtres responsables (les « bons Pères ») du collège catholique où il avait étudié avec son ami l’avocat ; ceux de Nara, qui le tirent de sa vie à la fois mouvementée et fermée de chercheur en Afrique chez lui, pour le replonger par intermittence dans son séjour européen, en compagnie d’Isabelle ; ceux enfin de Marie-Gertrude, la détournant de son existence spirituelle et austère de l’Emmaüs, pour la reporter à son séjour d’étudiante en philologie française à l’université, à ses années de noviciat et à celles, plus lointaines et romantiques, d’une adolescente adulée par un jeune homme du quartier timidement amoureux.

  • 12 Ibid.

16Ce va-et-vient entre le présent du récit (de l’écriture ou de la temporalité narrative) et le passé indélébile (temps fictif) des protagonistes est un signe de leur ambivalence, mais aussi la marque de leur ascendant sur l’univers cognitif des romans. La matière des romans est sécrétée par les souvenirs des personnages-narrateurs ou, pour reprendre l’expression de Bernard Mouralis, elle « n’existe que dans et par la conscience du héros12 ». Ce sont des héros typés, imaginés par l’auteur pour incarner la quête identitaire, la désintégration et l’ambivalence du sujet intellectuel africain.

  • 13 Michel Butor, Essais sur le roman, Paris, Gallimard, 1992, p. 76.

17L’ambivalence est manifeste à toutes les instances constitutives du projet romanesque. D’abord, l’auteur lui-même oscille entre le récit traditionnel à la troisième personne (récit sans narrateur intradiégétique) et l’introduction d’un narrateur considéré, selon les mots de Michel Butor, comme « point de tangence entre le monde raconté et celui où on le raconte13 ». En effet, le choix de toutes les modalités narratives (la troisième, la première et même la deuxième personnes) relève de l’auteur.

  • 14 Ibid., p. 77.
  • 15 Ibid.

18Mais l’introduction de la première et de la deuxième personnes pose la problématique du rapport entre le temps de l’histoire racontée et le présent du récit (de l’écriture) assumé par le héros-narrateur autodiégé tique ou « auto-biographe ». Chez Mudimbe, le recours aux procédés du journal et du monologue intérieur souligne la problématique de la temporalité narrative et événementielle. Ici, le temps de l’histoire racontée n’est plus « indifférent de sa relation avec le présent [narratif]14 » ; en d’autres termes, le passé du héros n’est plus « coupé de l’aujourd’hui15 ».

  • 16 Selon Gérard Genette, dans Figures III (Paris, Seuil, 1972, p. 256), un narrateur intradiégétique-h (...)

19La particularité du récit chez Mudimbe dans ce domaine réside dans la fusion de ces deux moments (temps événementiel et narratif ou scripturaire) par le jeu de la duplication de la conscience du héros narrateur. D’où celui-ci se trouve comme prisonnier de son ambivalence. L’histoire qu’il raconte, à quelque écart près, dans Le bel immonde est la sienne propre : il en est donc, pour parler comme Gérard Genette, le narrateur intra-homodiégétique16. Mais l’histoire n’est pas, par rapport au temps où elle se raconte, une histoire finie ou déjà vécue ; elle est une histoire au présent ayant quelques connexions avec le passé, ce dernier influant sur son déroulement dans l’avenir. Tout semble conçu de telle sorte que le lecteur et le narrateur cheminent ensemble : Pierre Landu, Ya et son amant le Ministre, Ahmed Nara et Marie-Gertrude ne sont pas plus renseignés sur l’évolution des événements du récit que le lecteur. Comme eux, ce dernier découvre, étape par étape, de nouveaux rebondissements, de nouvelles surprises. L’issue du récit est aussi surprenante pour les protagonistes qu’elle l’est pour le lecteur. Autant que lui, sinon plus que lui (le lecteur du moins peut supputer le dénouement ou l’échec presque programmé des personnages-héros à partir de quelques indices textuels), l’abbé Pierre est surpris par la victoire des forces régulières sur les maquisards, Ahmed Nara et Mère Marie-Gertrude par leur propre mort et Ya par celle de son amant le Ministre. La seule connaissance dont les protagonistes sont les dépositaires privilégiés, c’est leur expérience du passé. Leur connaissance du passé — et c’est peut-être là le message fondamental de l’œuvre romanesque de Mudimbe — les dessert dans la mesure où elle ne favorise pas la prise en charge du présent. N’ayant pas la maîtrise de ce dernier à cause de leur passé obsédant, les protagonistes n’ont aucune projection sur l’avenir. Ou plutôt, leur va-et-vient entre le présent et le passé les empêche de penser le futur. Il n’est donc pas étonnant que tous ces personnages principaux de l’univers romanesque de Mudimbe échouent.

20Ces héros socialement inadaptés des romans de Mudimbe sont tous, à des degrés différents, un peu malades : malades de leur passé tentaculaire et rédhibitoire, charrié par la temporalité narrative, en l’occurrence le présent narratif. Celui-ci est fragilisé, émietté tel qu’il apparaît à travers la discontinuité du programme narratif assumé par les héros. On dirait, pour utiliser une métaphore rudimentaire, que ces ruptures répétées de la temporalité narrative par le passé prive les héros de l’oxygène nécessaire à leur existence immédiate et les étouffe jusqu’à leur mort ou à leur échec. Mais en dernière analyse, la cause de la mort (de l’échec au présent) plonge ses racines dans le passé ; celui-ci, selon le récit, est lui-même présenté comme marqué par une rupture brutale dont les instances sont incolmatables : rupture entre l’enfance (instance de la vie familiale ou traditionnelle) et l’institution scolaire (la modernité). Cette rupture entre les deux moments est d’autant plus remarquable dans les parcours des personnages-narrateurs que ceux-ci ont chacun deux instances de consultation pour résoudre leurs crises de conscience, psychosociale ou spirituelle, au passé et au présent. En considérant globalement le rapport entre chaque protagoniste et ses instances de consultation, on obtient le tableau synoptique suivant :

A

B
PERSONNAGES-NARRATEURS (PN)

C
PASSÉ Temps fictif (TF)

D
PRÉSENT Temps narratif (TN)

Entre les eaux (EE)

1. Pierre Landu

a. Tradition
b. Père Supérieur École occidentale

k. Le Chef rebelle

Le bel immonde (BI)

2. Ya (la prostituée)

c. Tradition
d. Sœur Supérieure École occidentale

l. L’amie ou la « sœur » de Ya
m. Tradition

3. Le Ministre

e. Tradition
f. Les « bons Pères » École occidentale

n. Le Grand Maître Tradition

L’écart (ÉC)

4. Ahmed Nara

g. Tradition
h. École occidentale

o. Dr. Sano

Shaba deux (SD)

5. Marie-Gertrude

i. Tradition
j. Prêtre (confesseur) et Sœur Maîtresse au noviciat École occidentale

p. Père Gasmans
q. Mère Supérieure

21Il apparaît sur ce tableau que le temps fictif (TF) est le moment d’un double processus initiatique ; celui-ci est marqué par le conflit entre deux instances de consultation, la tradition et l’école occidentale. Le temps narratif pour le héros (l’héroïne) est le moment d’une double distanciation à la fois par rapport au passé et au présent. Par ailleurs, la configuration de ces instances sur les colonnes C et D laisse présager l’ambivalence du sujet par l’absence d’une fusion harmonieuse.

  • 17 Bernard Mouralis, op. cit., p. 124.
  • 18 Ibid., p. 124-125.

22Dans le cas de Nara, le gommage de transition entre les séquences narratives, entre le récit présent du journal et les retours en arrière témoignent de l’ambivalence du héros portée à son stade ultime d’un cas devenu pathologique, symbolisé par la présence d’un psychanalyste, Dr Sano, dans le roman. Bernard Mouralis parle du « désir forcené de réunir ce qu’une conception “normale” de la temporalité considère habituellement comme incompatible17 ». Chez le héros de L’écart, l’ambivalence est accentuée, au figuré comme au propre, par « le phénomène de la duplication : non seulement Nara vit aujourd’hui avec Aminata ce qu’il a vécu avec Isabelle, mais il tente encore de les réunir et de les assumer dans une seule et même entité18 ». La schizophrénie figure, dans L’écart, le statut de l’intellectuel ou du sujet africain, troublé, traversé par deux discours (traditionnel et occidental) qu’il emmêle inconsciemment ou tente désespérément de démêler pour essayer de retrouver son identité et son authenticité devenues problématiques. L’état psychique ou psychologique de Nara, c’est le stade le plus avancé de l’ambivalence du sujet intellectuel africain.

  • 19 V. Y. Mudimbe, L’odeur du père. Essais sur des limites de la science et de la vie en Afrique noire, (...)
  • 20 Pierre V. Zima, Manuel de sociocritique, Paris, Picard, 1985, p. 114.

23Le thème de l’obéissance à l’autorité (parentale ou familiale et institutionnelle) avec son corollaire virtuel, la révolte (la remise en question de l’autorité) qui doit conduire à l’autonomie du sujet, semble dessiner la structure commune de toute la production romanesque de Mudimbe. Et le titre d’un de ses essais, L’odeur du père19 est très évocateur de cette obsession thématique que l’écrivain reproduit dans ses œuvres de fiction. Chaque personnage principal fait allégeance, une partie de sa vie durant, à au moins deux maîtres, avant de traverser une crise qui le conduit par la suite à une contestation, timide et ambiguë, adoucie ou neutralisée de surcroît par l’indécision, conséquence d’une incurable ambivalence. En effet, comme pris véritablement « entre les eaux », l’abbé Pierre navigue entre l’Église et le maquis, instances institutionnelles érigées sur deux discours en conflit perpétuel : le catholicisme fondé sur la théologie traditionnelle et le marxisme, socle d’une espèce de « théologie de la révolution » (EE, 17). Mais dans leur pratique sociale, aucun de ces deux systèmes n’apparaît aux yeux du héros comme une réponse satisfaisante aux interrogations constitutives de sa quête. Dans Shaba deux, le programme narratif de Marie-Gertrude est structuré sur un conflit sous-tendant son état spirituel entre la remise en question du catholicisme institutionnel et les exigences de fidélité de la jeune franciscaine à sa vocation religieuse. Celle-ci, dont le but est d’effectuer « un pas en un royaume accomplissant le destin de l’humanité » (SD, 12), s’oppose au dualisme dogmatique de la théologie catholique traditionnelle professant la vision dichotomique entre le corps et l’esprit, connotés respectivement négatif et positif. Dans Le bel immonde, Ya juge théoriquement son défunt père, sans le renier en pratique, comme l’incarnation d’un passé révolu par rapport à ce qu’elle appelle « l’efficience des Blancs » (BI, 54) ; elle est ainsi à mi-chemin entre l’attrait de la modernité et la rupture (impossible) avec la tradition familiale ou ethnique. Le Ministre, amant de l’héroïne, est à la fois intellectuel politicien et fétichiste pratiquant ; il oscille entre la logique occidentale et celle de la tradition locale. De même, dans la quête (scientifique) de Nara, héros de L’écart, coexistent deux attitudes contradictoires dictées, l’une par l’écho du discours hégémonique de l’Occident et l’autre par le respect pour la légitimité traditionnelle de Nyimi. Tous les protagonistes des romans de Mudimbe sont des instances dont la conscience (l’esprit) est le lieu d’affrontement des deux discours. Cet affrontement fait de chacun d’eux la parfaite illustration de « la dissolution de la subjectivité dans l’ambivalence et la polyphonie20 ». Décrite et mise en scène avec tant de délectation, l’ambivalence devient alors une modalité évaluative face aux discours hégémoniques ou institutionnels.

  • 21 Georges Gusdorf, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 346.
  • 22 Catherine Wieder, Éléments de psychanalyse pour le texte littéraire, Paris, Bordas, 1988, p. viii.
  • 23 Ibid.
  • 24 Titre de l’ouvrage de Jean Bellemin-Noël cité ci-dessous.
  • 25 Jean Bellemin-Noël, Vers l’inconscient du texte, Paris, PUF, 1979, p. 8.

24Enfin, il y a chez Mudimbe, à la fois, instabilité et « permanence d’un Moi en lequel pourraient se capitaliser tous les énoncés concernant la réalité personnelle passée, présente et future [du héros-narrateur]21 ». En ce sens, les dispositions psychologiques ambivalentes et évaluatives du sujet, qui le conduisent à l’échec du parcours narratif, s’inscrivent dans un processus évolutif de la quête de son identité symbiotique et donc de sa libération. De plus, en faisant de l’intellectuel africain le protagoniste ambivalent de son univers romanesque, Mudimbe semble exprimer la « conviction […] que les mentalités ne se modifient que dans leur partie consciente, celle qui […] est appelée “rationalisation” et que l’histoire des sciences peut appeler progrès22 ». Ces romans tentent de faire prendre conscience « des comportements les plus souvent dictés par des motifs obscurs, qui peuvent être une angoisse face à une réalité que l’on ne maîtrise pas23 ». Ils font donc prendre conscience du drame de l’intellectuel africain, qui est, en définitive, le drame de l’Afrique tout entière. La lecture de l’œuvre romanesque de Mudimbe permet de tendre « vers l’inconscient du texte24 », ce « corps qui se souvient de lui-même et se rapporte à ce qu’il dit être son passé, avec ce qu’il pense être son vouloir, malgré toutes éclipses25 ». En cela, le baroquisme comme caractéristique de l’écriture romanesque du poète zaïrois (congolais) est un signe-charnière annonciateur pour l’Afrique de la fin d’une époque, celle qui se termine (le deuxième millénaire) et celle qui commence (le troisième).

  • 26 Pierre V. Zima, op. cit., p. 142.

25De cette analyse de l’ambivalence du héros comme sujet énonciateur et de sa relation à la temporalité narrative se dégage une constante caractéristique commune aux romans de Mudimbe : l’impossibilité, pour le héros ou l’héroïne, de déterminer d’une manière définitive ses options sémantiques par rapport aux dichotomies des systèmes hégémoniques. Ce handicap psychologique dont souffrent les protagonistes engendre la discontinuité de la cohérence narrative. En effet, Pierre Landu hésite entre le catholicisme et le marxisme ; Marie-Gertrude entre la fidélité à sa vocation de franciscaine et les principes fondateurs de la théologie catholique traditionnelle ; Ya et son amant entre la tradition et la modernité ; Nara entre les exigences de l’institution scientifique et le respect de la tradition. On peut donc reconnaître avec Zima que « l’ambivalence à la fois sémantique et sociale des caractères, des actions et des énonciations finit par ébranler la causalité narrative26 ».

  • 27 V. Y. Mudimbe, L’autre face du royaume, Lausanne, L’Âge d’homme, 1973, p. 119.

26Tous les personnages principaux des romans de Mudimbe (Pierre Landu, Ya et son amant le Ministre, Ahmed Nara et Marie-Gertrude) sont, à des degrés différents, des occurrences d’une représentation-type de l’intellectuel africain installé dans son ambivalence théorique, tel que le décrit Mudimbe lui-même dans un de ses essais : il est comme « réifié par l’expérience du regard d’autrui et la technique de sa parole » et « actualise un comportement hétéronome27 ». De fait, dans les romans de Mudimbe, les parcours narratifs des personnages-héros ne sont pas fondés sur des structures sémantiques susceptibles de les faire accéder au stade supérieur de libération et de l’autonomie psychodiscursive. C’est en cela que l’ambivalence et la contradiction, qui servent de toile de fond aux récits, sont une modalité de réévaluation dans chaque roman. Mais cela est un autre aspect qu’il serait intéressant d’examiner dans une étude ultérieure. Il permettra de dépasser le simple constat de l’ambivalence et de la temporalité narrative comme caractéristiques du baroquisme chez Mudimbe, pour déterminer leur fonctionnalité face aux discours hégémoniques.

Notes

1 V. Y. Mudimbe, Entre les eaux, Paris, Présence africaine, 1973 (EE) ; id., Le bel immonde, Paris, Présence africaine, 1976 (BI) ; id., L’écart, Paris, Présence africaine, 1979 (ÉC) et Id., Shaba deux, Paris, Présence africaine, 1989 (SO). Dorénavant désignés par leurs sigles respectifs, directement suivis de la page.

2 Jacques Demougin, Dictionnaire des littératures française et étrangères, Paris, Larousse, 1992, p. 158.

3 Ibid.

4 C’est-à-dire le baroquisme du roman mudimbéen, qui se définit ici, implicitement, comme un écart par rapport à la littérature classique négro-africaine.

5 Paul Ricœur, Temps et récit, t. 3, Paris, Seuil, 1985, p. 256.

6 Ibid.

7 Dans sa Transparence intérieure (Paris, Seuil, 1981), Dorrit Cohn définit le monologue remémoratif comme « une variante du monologue autonome dans laquelle la conscience ne s’attache à rien d’autre qu’au passé. À la différence des autres monologues, le monologue remémoratif vide l’instant de l’énonciation de toute expérience actuelle, simultanée » (p. 279).

8 François Rastier, Essais de sémiotique discursive, Paris, Mame, 1973, p. 187.

9 Ibid., p. 188.

10 Ibid.

11 Bernard Mouralis, V. Y. Mudimbe ou le discours, l’écart et l’écriture, Paris, Présence africaine, 1988, p. 124.

12 Ibid.

13 Michel Butor, Essais sur le roman, Paris, Gallimard, 1992, p. 76.

14 Ibid., p. 77.

15 Ibid.

16 Selon Gérard Genette, dans Figures III (Paris, Seuil, 1972, p. 256), un narrateur intradiégétique-homodiégétique est un « narrateur au second degré qui raconte sa propre histoire ».

17 Bernard Mouralis, op. cit., p. 124.

18 Ibid., p. 124-125.

19 V. Y. Mudimbe, L’odeur du père. Essais sur des limites de la science et de la vie en Afrique noire, Paris, Présence africaine, 1982.

20 Pierre V. Zima, Manuel de sociocritique, Paris, Picard, 1985, p. 114.

21 Georges Gusdorf, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 346.

22 Catherine Wieder, Éléments de psychanalyse pour le texte littéraire, Paris, Bordas, 1988, p. viii.

23 Ibid.

24 Titre de l’ouvrage de Jean Bellemin-Noël cité ci-dessous.

25 Jean Bellemin-Noël, Vers l’inconscient du texte, Paris, PUF, 1979, p. 8.

26 Pierre V. Zima, op. cit., p. 142.

27 V. Y. Mudimbe, L’autre face du royaume, Lausanne, L’Âge d’homme, 1973, p. 119.

Auteur

Université d’Ottawa

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search