Version classiqueVersion mobile

Nouvelles écritures francophones

 | 
Jean Cléo Godin

Deuxième partie. Littératures nationales et identités

Au seuil de la terre promise (roman, notes, souvenirs) de M. F. Robinary (1965) : une écriture de la transgression

Michèle Ratovonony

Texte intégral

1Comment étudier une œuvre datant des premières années de l’indépendance de Madagascar sans tomber dans les poncifs ? Certes, il est des réalités qui appellent une littérature d’urgence. Et c’est bien le cas de la Grande Île nouvellement affranchie de la colonisation. Cependant, malgré le désir d’ériger la culture et la civilisation de leur pays en pierre angulaire de leur littérature, les écrivains malgaches d’expression française demeurent néanmoins ouverts sur le monde extérieur, incapables de se fermer au modèle culturel occidental et convaincus de l’avantage que cela pourrait apporter à leur culture originellement métisse. La conscience de la relation avec tout ce que cela comporte d’enrichissement constitue d’ailleurs pour eux une réalité quotidiennne et leur fait comprendre l’Autre. Le Malgache n’est-il pas, en effet, cet être épris de fihavanana ? Valeur suprême, le fihavanana est, dans la culture malgache, un terme qui désigne, entre autres choses, les bonnes relations et la réconciliation, avec pour corollaire la compréhension mutuelle.

  • 1 Victor Segalen, cité par Édouard Glissant, Poétique de la Relation, Paris, Gallimard, 1990, p. 42.
  • 2 Serge-Henri Rodin et Rabodoarivelo Ratokoarivelo, « La littérature malgache d’expression française (...)

2Ainsi, abstraction faite de l’aspect conquérant de la colonisation, excluant toute reconnaissance de l’Autre, donc toute relation, les intellectuels malgaches ne peuvent nier l’apport positif de la culture européenne véhiculée par la langue française qui leur a été imposée jusqu’alors. Mieux, on peut même déceler à travers la production littéraire malgache de cette époque une admiration certaine pour la littérature métropolitaine, française en l’occurrence, à moins que cela ne soit une certaine francophilie. « La rencontre de l’Autre », nous dit Segalen, « suractive l’imaginaire et la connaissance poétique. Il en fait une obligation morale, une constante esthétique, le premier édit d’une véritable poétique de la Relation1. » Ce qu’illustre parfaitement Robinary à travers son livre Au seuil de la terre promise. Laissant libre cours à sa fantaisie, mélangeant volontiers les genres et les langues, il semblerait que « le doyen des poètes malgaches d’expression française2 », comme on aime à l’appeler, ait voulu explorer à fond le champ du possible en littérature. Son œuvre, inclassable, surprend, ravit et agace tout à la fois, à cause de son érudition et de son audace. Une érudition qui frise l’étalage des connaissances, caractéristique de certains intellectuels africains et malgaches des années 1960, désireux de prouver à l’Occident l’étendue de leur culture et leur parfaite maîtrise de la langue française, malgré l’instruction au rabais dispensée pendant la colonisation. Prouver à l’Autre, par n’importe quel moyen, qu’il est capable de l’égaler, sinon de le dépasser, constitue, en fait, une réaction viscérale propre à tout individu ayant subi l’emprise coloniale. Mais cette facture, lâchons le mot, baroque — ce qualificatif trouve ici sa pleine signification —, que Robinary a donné à son œuvre et où la culture malgache rencontre la culture universelle, ne serait-elle pas l’illustration d’une affirmation de sa « malgachéité », à travers une écriture de la transgression ? C’est ce que nous essaierons de démontrer dans notre analyse.

  • 3 Édouard Glissant, op. cit., p. 23.
  • 4 Ibid.
  • 5 Id., Introduction à une poétique du Divers, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1995, p (...)
  • 6 Ibid., p. 25.

3L’urgence, pour le Malgache, en cette période d’indépendance, réside dans cette affaire de réhabilitation de soi par rapport à l’Autre, dans un rapport non plus conflictuel mais basé sur la reconnaissance de l’Autre, ou mieux, la reconnaissance mutuelle. Et nous rejoignons ici l’idée du rhizome telle que développée par Glissant dans Poétique de la Relation, où « le rhizome [suppose] enracinement, mais récuse l’idée d’une racine totalitaire3 ». C’est donc la pensée du rhizome qui aurait donné naissance à une « poétique de la Relation, selon laquelle toute identité s’étend dans un rapport à l’Autre4 ». Il s’agit désormais pour l’écrivain malgache de défendre sa langue, sa communauté, en fonction d’un objectif précis : « être soi sans se fermer à l’autre et […] consentir à l’autre, à tous les autres sans renoncer à soi5 ». Application à la lettre de cette conception de l’écriture identitaire « allant à la rencontre des autres racines6 », Au seuil de la terre promise de Robinary déstabilise quelque peu. Confrontés au texte, lecteur et critique hésitent, en effet, sur le chemin à emprunter. Roman, notes et souvenirs, mentionne l’auteur en page de couverture et en quatrième de couverture. Cette précision, pourtant, semble bien loin de la réalité et ne correspond pas tout à fait à leur horizon d’attente. Récit romanesque, sans nul doute, puisque la présence de la fiction et de la narration, constituants essentiels du genre, l’atteste. Et comme dans toute histoire racontée, il se mêle ici, d’une manière étroite, des séquences descriptives, l’on ne peut nier l’existence probante d’une prose. Une prose dont les deux premiers chapitres laissent croire à un journal que le narrateur était supposé tenir à des dates bien précises, à moins que nous n’ayons sous les yeux les fameuses « notes » auxquelles l’auteur fait allusion en couverture et précieusement consignées pour se rappeler les événements passés…

4En fait, nous avons surtout affaire à un subterfuge destiné à nous situer l’histoire, mais aussi dans l’histoire, tout en campant le personnage principal.

  • 7 Michel-Francis Robinary, Au seuil de la terre promise, Tananarive, Imprimerie Voahirana, 1965, p.  (...)

2 octobre 1920. Iarive célébrait une grande date : le centenaire de l’entrée du christianisme dans ses murs. Le livre édité par la Mission évangélique de Paris disait en préambule : « Le 2 octobre 1820, le premier missionnaire chrétien, le Gallois D. Jones, entrait dans la ville, alors païenne, de Tananarive. À la Mission de Londres, qui avait envoyé le messager, s’unissaient toutes les sectes : Quakers et Anglicans, Luthériens de Norvège, Réformés de France et de Suisse […]. Durant huit jours, […] les fidèles se rendaient aux quatre temples dits commémoratifs, et dédiés aux martyrs de 1849.
Les fêtes venaient de finir, et la douce Iarive reprenait son quotidien aspect de cité coloniale, sombre et résigné, que l’on eût pris pour celui de Bruges-la-Morte, quand un fait inouï devait, quelques jours après, remuer de nouveau la ville entièrement : l’arrivée d’un surprenant visiteur7.

5Nous avons là un condensé de l’histoire de la présence occidentale à Madagascar. D’abord, sa première implantation en 1820, par le biais de la London Missionary Society. L’allusion à la Mission évangélique de Paris est une manière de figurer la colonisation de l’île par la France, quelques années plus tard, sous la bannière du christianisme. Un christianisme qui a à son actif des morts : « Temples dits commémoratifs, dédiés aux martyrs de 1849 » (p. 1). La reine Ranavalona voulant, en effet, mettre un terme à l’influence européenne bannit le christianisme et persécuta ses adeptes. En fait, nous avons tout au long du livre d’innombrables références historiques, si ce n’est des pages entières de citations extraites d’ouvrages d’auteurs européens, traitant aussi bien de l’origine du peuple malgache que de ses us et coutumes, de sa religion, sa langue et sa littérature, qu’il arrive souvent au lecteur de se demander s’il n’a pas sous les yeux un traité d’histoire, d’anthropologie, de linguistique ou un précis d’art littéraire et poétique, et non un roman.

6Et ce, d’autant plus que les citations sont souvent agrémentées de discussions ou de débats sur le sujet en question, que le texte devient, pour ainsi dire, le lieu d’une véritable argumentation.

Dans leur prononciation les lettres « g » et « y » sont équivalentes pour les linguistes hellénisants. Les habitants de Madagascar viennent de la Malaisie en majorité. Ils sont donc des Malais, des Malayasy, des Malagasy, des Madécasses, des Malgaches. L’unité de langue s’explique d’elle-même (p. 28-29).

Les Hovas étaient partis de l’Océanie dans une flotille [sic] de prahos ou pirogues à balancier. À la suite d’un naufrage, ils avaient cherché refuge sur la côte orientale malgache. […] Finalement ils furent refoulés vers les Hauts-Plateaux de l’intérieur… (p. 29).

7Autre exemple :

Le révérend Richardson a écrit une grande grammaire analytique qui devait régenter pendant plus d’un demi-siècle la jeunesse des écoles. Richardson se tait pourtant sur la métrique, et il ne souffle mot sur les deux accentuations malgaches : l’accent tonique et l’accentuation déplacée pour indiquer soit un commandement, soit une prière, un souhait (p. 122).

8Mais Robinary ne lésine pas non plus sur un autre type de citation, en l’occurrence les titres d’ouvrages dont il use à volonté, faisant pour ainsi dire de son roman un guide de lecture pour ceux qui voudraient pousser plus loin leurs connaissances de Madagascar, mais aussi leur culture en général puisque son œuvre embrasse un domaine très vaste. Citons quelques exemples :

[Chaulneys] avait déniché à l’étalage d’un bouquiniste un manuel intitulé : Le malgache en dix leçons avec prononciation figurée à l’usage des touristes (p. 17).

J’ai acheté à Tamatave le livre de Jean Carol : Au Pays Rouge — Chez les Hovas (p. 19).

[La] mémoire [des Hovas] en dictant au P. Callet les deux immenses in-folios de sa monumentale Histoire des Rois de l’Emyrne, garde en dépôt certains faits que les savants d’Europe, par exemple Brehm dans Les Races humaines de ses Merveilles de la Nature, ne rejettent point (p. 29).

Il jouait au Jules Lemaître qui, dans ses Contemporains, avait affiché un scepticisme moqueur à l’endroit de Lourdes (p. 16).

Xavier de Maistre dans la curieuse préface qu’il a écrite pour les Soirées de Saint-Pétersbourg de Joseph de Maistre, a raconté comment les musisiens russes de la Néva jouaient chacun librement sans cesser de concourir à un ensemble instrumental… (p. 104).

Les hain-teny ne le cèdent en rien […] aux poèmes de Rabindranath Tagore, à la « Corbeille de fruits » […], à la « Fugitive » (p. 146).

  • 8 Serge-Henri Rodin et Rabodoarivelo Ratokoarivelo, loc. cit., p. 52.

9Bref, bien que plusieurs pages du livre s’apparentent davantage à un essai, la présence indéniable d’une intrigue étaie bel et bien la thèse du roman. Cependant, si Au seuil de la terre promise emprunte au répertoire habituel du genre romanesque, un détournement essentiel est à signaler, à savoir la présence de deux héros, au lieu d’un, dominant chacun une partie de l’œuvre, si tant est que l’on peut se permettre de scinder celle-ci en deux grandes parties. Greffés à ces deux personnages principaux nous en avons deux autres non moins importants, avec lesquels ils forment chacun un « couple », aussi s’avère-t-il indispensable d’insister sur leur identité et leurs rôles respectifs. Présentons le premier « tandem » : il s’agit de Chaulneys, le globe-trotter français qui sert de prétexte à l’écriture de cette œuvre, et de Bertrand, un reporter, qui joue auprès de lui le rôle de « cicérone », d’interlocuteur et d’informateur au cours de ce « voyage initiatique vers l’âme malgache8 » qu’il compte effectuer : « Vous me ferez connaître l’âme malgache en ses diverses manifestations » (p. 23), lui dit Chaulneys. L’énigmatique Sylvie Manor, prénommée la Madone, une métisse, représente en quelque sorte l’égérie du cercle français de Tananarive, mais aussi l’idéal féminin — et de fait inaccessible — de cette cour d’intellectuels métropolitains ouverts à la culture malgache. Elle y brille par son intelligence, sa culture et sa beauté. Chaulneys tombe évidemment sous le charme de cette « virgo inviolata » (p. 171). Cette femme forme donc le deuxième couple du roman avec un ami de Bertrand, Thomson, son amoureux transi, le beau et preux chevalier qui n’hésite pas à affronter tous les obstacles — évincer des rivaux mal intentionnés et braver les dangers et les distances — pour voler au secours de sa belle dulcinée. En somme, nous avons là toute la trame nécessaire pour faire à la fois un roman d’amour, d’aventures et évidemment colonial, puisque le récit se déroule sur fond de colonisation.

  • 9 Claude-Marie Lorin et Albert Rakoto-Ratsimamanga, « La littérature malgache », in Histoire des lit (...)

10Mais le texte s’inscrit également dans la veine poétique. Le lyrisme fait partie intégrante de la personnalité du Malgache. En effet, de par sa nature insulaire, le Malgache cultive, semble-t-il, une propension à la nostalgie qui le pousse davantage à taquiner la muse qu’à faire de la prose. Robinary est d’ailleurs avant tout un poète. Vocation qu’il affiche et revendique tout au long du récit. Ainsi, le chapitre intitulé « Le Roman de mon rêve », facteur déterminant le dénouement de l’œuvre, est, paradoxalement, une longue et passionnée poésie d’amour, un condensé poétique de l’histoire d’amour, élément constitutif du roman. Autre fait significatif en ce sens, l’auteur a parsemé son œuvre de vers et de poèmes puisés un peu partout dans la littérature universelle, et surtout malgache. Là, l’Enéide de Virgile (p. 132), traduit en français et en malgache ; ici le Storm is over de Robert Bridges (p. 126) dans sa version originale, accompagnée d’une traduction en malgache ; plus loin, des vers de Hugo, de Lamartine, de Musset, de Heredia, preuves de l’engouement des Malgaches pour le romantisme français, suivis à chaque fois d’une traduction. Tagore, Pétrarque et Du Bellay, Ronsard et Maurice Scève et bien d’autres sont également évoqués. Tout cela est confronté aux folklores malgaches, plus précisément émyrniens, tels surtout les hain-teny ou science de la parole, tant prisés par les Merina. « Réplique du Cantique des Cantiques » (p. 133, 146), « passionnés sans être grivois, voluptueux sans être sensuels » (p. 133), les « hain-teny expriment des états d’âmes. Ils sont pour ceux qui partent » (p. 134), c’est la raison pour laquelle on peut dire que le hain-teny est l’essence de l’âme malgache, une âme façonnée par le voyage et tout ce qu’il comporte de nostalgie, de langueur, de douce et rêveuse mélancolie, une âme d’émigrants portée vers l’ailleurs : « De loin le tonnerre qui gronde intermittent / Réveille des échos nostalgiques, / Revient, s’amortit doucement/Pour réveiller encore des tristesses assoupies » (p. 135), avec une telle tonalité, l’évocation des « Tristes d’Ovide pour les exilés » (p. 134) s’impose. N’oublions pas, en effet, que Madagascar est un véritable « melting-pot, un nœud de migrations, [un] centre de convergences de toutes les odyssées des mers du Sud9 », et que le peuple malgache est issu d’un brassage de races lui conférant une identité plurielle. Mais dans le passé, les hain-teny donnaient lieu surtout à des joutes entre les jeunes filles d’Iarive, un groupe jouant le rôle de l’amoureux et un autre de l’amoureuse. Elles y étalaient « leurs connaissances verbales, y épanchaient leurs âmes, leurs sentiments, leurs désirs, leurs déceptions, [mais] y montraient [aussi] un précoce désabusement devant la précarité de la vie et les mensonges de l’existence » (p. 136-137). En fait, les « hain-teny faisaient partie de l’éducation sentimentale des Émyrniens » (p. 148). Dans ce foisonnement de citations et de références, occulter la Bible, le livre par excellence, relèverait du sacrilège, aussi Robinary lui fait également la part belle dans son œuvre, au même titre que le Veda (p. 142-145). En ce qui concerne l’inter textualité biblique, le titre de l’ouvrage à lui seul constitue déjà tout un programme et augure de l’empreinte du christianisme dans le texte. Quant aux livres sacrés de l’hindouisme, l’auteur est persuadé avec d’autres des influences de l’Inde à Madagasacar ; d’ailleurs, il « abonde dans le sens de Renan qui veut que le Bouddhisme ait eu dans l’univers une part considérable » (p. 145).

11Mais l’œuvre de Robinary serait incomplète si elle ne donnait pas une place de choix au théâtre, introduit par la Mission de Londres, et donc connu du public tananarivien « bien avant la présence française » (p. 97). L’auteur nous en donne d’ailleurs un historique (p. 97). Cependant l’œuvre en elle-même, dans sa quasi-intégralité revêt l’aspect d’une pièce de théâtre avec ses caractéristiques propres, à savoir la superposition de plusieurs types d’énoncés. Ainsi, nous avons un texte qui se présente sous la forme d’un discours pur, c’est-à-dire un dialogue où toute parole est rapportée à un émetteur, en l’occurrence un personnage qui s’exprime, de sorte qu’on pourrait le rapprocher aisément du texte des répliques qui constitue l’essentiel du texte théâtral. La présence des didascalies confirme d’ailleurs cette thèse. Considérons la scène où les habitués du cercle français de Tananarive se sont réunis pour écouter Bertrand venu leur parler des dramaturges, poètes et artistes malgaches sur l’invitation de Chaulneys :

Bertrand. – (Debout près d’une crédence sur laquelle il posa son portefeuille et déploya ses papiers, et surpris d’être un député du Parlement que lui avait annoncé Chaulneys, puis visiblement impressionné par le sourire de la Madone).
Madame et messieurs, je crains de tromper votre attente. Je n’ose m’imposer à une assemblée dont la prestance doit m’inspirer une légitime réserve. Ne dois-je pas imiter le prudent silence du légendaire Conrart ? (Non, non ! Parlez, parlez !). (p. 95)

12Il poursuit en parlant du goût du commun des mortels pour les planches.

Se faire voir, c’est le rêve qui s’empare de tous. Lamartine a écrit là-dessus quelques vers […]. Les appliquerions-nous à un gendre qui se démène afin d’être remarqué par un beau-père calculateur et froid ? « Et j’ai passé devant sa face./ Mon sort est sublime : Il m’a vu ! »
L’un des profs malgachisants. – À Madagascar, le gendre, pour être agréable à sa femme, est forcé d’être aux petits soins avec le père de celle-ci…
La Madone. – Êtes-vous gendre, M. Bertrand ou pas encore ? (Hilarité) (p. 96 ; aussi p. 100).

  • 10 . Jean Giraudoux, cité par Robinary, op. cit., p. 59.

13En somme, cet aspect du récit nous permet de faire, en plus, une analogie structurelle avec le hain-teny, ce dernier étant, comme on le sait, un échange de paroles, à la manière d’une communication théâtrale caractérisée par l’existence d’un double destinataire : un personnage s’adressant à la fois à un autre personnage et au public venu assister à la prestation des jouteurs ; autrement dit, il s’agit bien là d’une forme de dramatisation. Il en est de même pour les Mpilalao — orthographié Mpilalô dans le livre (p. 59-66) —, un autre élément essentiel du folkore merina. Version malgache du nô japonais, les Mpilalao, à la fois chanteurs et danseurs, qui chaque dimanche vont rivaliser de talent pour défendre le nom de leurs villages, sont « les précurseurs des dramaturges hovas ». Véritable joute oratoire, ce « théâtre primitif et de plein air » (p. 63), conçu par des gens du peuple pour des gens du peuple, constitue « une école populaire de morale et de civisme » (p. 70), ce qui conduit l’auteur à le rapprocher de l’idée que se faisait Giraudoux du théâtre, à savoir qu’« elle est la seule forme d’éducation morale et artistique d’une nation10 ». Ainsi, le goût prononcé des Malgaches (entendez Hovas) pour le genre dramatique justifie les trois chapitres que l’auteur lui consacre dans son œuvre.

14Et comme à l’accoutumée, il procède à des intertextualités : Edmond Rostand, Shakespeare et son Roméo et Juliette, qui trouve son pendant malgache dans Les Amants de Tritrive (p. 71), le Faust de Gounod (p. 69) et évidemment les comédies de Molière sont évoqués parmi tant d’autres. Mais Robinary fait mieux ; même dans la partie « poésie » de son œuvre, en l’occurrence le chapitre intitulé « Le Roman de mon rêve », auquel nous avons déjà fait allusion auparavant, il n’a pu résister au désir d’y insérer des vers dialogiques dont nous citons quelques exemples :

Un jour inespéré, de nouveau devant moi / Je vis la fugitive. — Ô mon amour, c’est toi ! / M’écriai-je éperdu. — Mais elle, en un sourire : / — Ce n’est que pour un temps. Dois-je te le dire ? / Je repars, ou plutôt je passe quelques jours / Dans le Nord (p. 277).

  • 11 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du Divers, op. cit., p. 30.
  • 12 Alain Pagès et Joëlle Pagès-Pindon, Le français au lycée, Paris, Nathan, 1984, p. 119.

15En somme, polariser l’attention sur ce type de discours c’est intégrer ipso facto le lecteur dans l’univers culturel malgache où tout se décide après concertation, discussion et dialogue ; où tout est axé sur l’oralité et où chaque événement de la vie est ponctué par un kabary, c’est-à-dire par un discours. Nous avons là autant de preuves de l’importance des relations humaines au sein de la société malgache. Mais ce souci de dialogisme qui caractérise l’œuvre de Robinary relève également d’une espèce d’oralisation de l’écriture qui n’est pas sans rappeler une thèse avancée par Glissant dans son Introduction à une poétique du Divers, à savoir que « nous basculons dans un autre passage qui n’est plus de l’oral à l’écrit mais de l’écrit à l’oral11 », et en même temps cela correspond, en quelque sorte, chez l’auteur à « la volonté d’arracher le roman à la fiction pour en faire un moyen d’expression des sentiments individuels12 », allant dans le sens des folkores et coutumes émyrniens.

  • 13 Roland Bourneuf et Réal Ouellet, L’univers du roman, 4e édition, Paris, PUF, 1985, p. 185.

16Et c’est certainement dans cette optique que Robinary a été amené à placer la dernière pièce du puzzle, si l’on peut définir ainsi son œuvre, et qui n’est autre que la correspondance amoureuse d’un free-lover américain de passage, marié et père de famille, un certain Arthur Ludo, qui a jeté son dévolu sur l’héroïne du roman, Sylvie Manor alias la Madone (p. 176-186). En fait, il ne s’agit pas vraiment d’échange de lettres puisque la correspondance est à sens unique, la destinataire s’étant contentée de recevoir les missives. Les lettres, écrites durant un certain laps de temps, constituent un élément-clé du récit amoureux sur lequel repose ce que nous avons appelé la deuxième grande partie du roman. Intégrer le genre épistolaire dans l’univers gigogne de ce livre qui ne finit pas de nous surprendre c’est, une fois de plus, multiplier la possibilité d’ouverture à l’Autre ; la correspondance répond, comme on le sait, au désir d’entretenir des relations, c’est une autre forme de dialogue, puisque « la lettre veut atteindre un destinataire, le toucher, l’émouvoir13 ». Mais selon son habitude, même ici, Robinary ne peut se retenir de disserter. Ainsi, consigné dans un diaire accompagnant les lettres, nous avons des pages de discussion concernant un roman-journal — la précision est à noter —, lu par nos deux personnages et traitant du thème éculé de l’adultère (p. 182-185), avec évidemment une transposition dans leur propre réalité. Le débat se termine sur un passage significatif extrait d’un cantique, cité ironiquement par la Madone : « Pitié, mon Dieu, pour ceux qu’un fol amour égare / Sur des sentiers sans nom que le péché prépare » (p. 185).

  • 14 Pour « Tsara va Tompoko ê ! Manso ahoa na ny vadinao sy ny zanakao ? » (« Comment allez-vous, mons (...)

17Au niveau de la langue, le livre de Robinary offre également matière à surprise et à réflexion, ou mieux que cela, il pose un défi de lecture et déjoue toute attente. Cette œuvre malgache d’expression française est, en effet, truffée de citations latines. Le malgache y côtoie l’anglais, la langue châtiée voisine avec le « petit-nègre », et, fait étonnant, avec aussi un peu de créole (grâce à la présence d’une Nénène réunionnaise), ou alors cède le pas au malgache transcrit par une phonétisation française laborieuse qui, à notre avis, relève plus de la distorsion de la langue malgache que de toute autre chose, même si l’auteur l’a fait dans un souci de mieux servir un lectorat occidental. Mais entre eux, Chaulneys et Bertrand s’amusent souvent à parler aussi de la sorte : « [Chaulneys] entra sans frapper en baragouinant à son hôte “Tsarave Toumpoukoué ! Manône vadinô sy zanakô ?”14 » Et l’autre de répondre « — Bézour, bézour, moussé… » (p. 59). Et si l’on veut fournir un exemple type de cet agglomérat de langues dont l’auteur abuse largement dans le texte, il n’y a qu’à citer ce passage où le narrateur parle du juste retour des choses qui sous-tend le code du Roi-de-l’Émyrne :

Entendons la voix de l’Apôtre : « Ego retribuam, dixit Dominus. — C’est moi qui rétribuerai, a dit le Seigneur. Aoka ho ahy ny famaliana, hoy ny Tompo » Est-ce la peine du talion : Ophtalmos ophtalmou. — Odous Odontos (Œil pour œil, dent pour dent) ? Non certes. C’est la justice distributive selon les Lois de Manou et les Vedas, et selon le Roi-de-l’Émyrne. (p. 34).

18Cette juxtaposition de plusieurs langues/langages, plus près du collage postmoderne que de la tradition littéraire, donne à l’œuvre de Robinary un cachet fantaisiste et baroque, reflet d’une certaine liberté de l’écrivain qui refuse les carcans de l’édifice littéraire, pour se lancer corps et âme dans une stratégie d’écriture qui se veut l’incarnation du dialogue culturel dans toute son étendue.

  • 15 Alain Pagès et Joëlle Pagès-Pindon, op. cit., p. 196.

19Il est indéniable que Robinary cherche à dérouter en sortant, comme il le fait, des sentiers battus. Son œuvre qui, de prime abord, ressemble à un véritable imbroglio, est un modèle typique de récits à enchâssements. Ségalen l’a pratiqué avant lui. Mais cette sorte d’échantillons de tous les genres et de toutes les langues, où tout s’imbrique les uns dans les autres, à la manière d’une mosaïque ou d’un patchwork, figure en quelque sorte l’identité malgache, une identité morcelée, fragmentée, mais recomposée. Ainsi défini, le Malgache, qui s’est reconstitué par bribes, afin d’unifier sa personnalité éclatée et reconstruire son univers disloqué, ne représente-il pas à sa façon « l’homme rapaillé » du poète québécois Gaston Miron, [cet] « homme ressoudé », constitué de divers morceaux, de fragments ? Et comment expliquer cette profusion de citations et ce parallèle quasi systématique avec la littérature malgache, ce va-et-vient incessant entre la culture universelle et celle de Madagascar, sinon par le désir d’instaurer un dialogue continuel et d’établir des relations entre toutes les cultures, notre présence au monde étant faite de rencontres et d’imbrications ? Le dialogue, véritable leitmotiv tout au long du texte, et ce, à tous les niveaux, émerge de cette espèce d’alchimie littéraire que constitue l’œuvre : qu’il s’agisse d’emprunts, d’intertextualités, d’interférences linguistiques ou de fusion intergénérique, tous convergent vers un seul et unique effet : le dialogue entre les cultures. Mais c’est aussi une occasion pour l’auteur de disserter sur tout : les analyses, les commentaires et les discussions qui agrémentent à chaque fois les citations ou les moindres idées avancées donnent au texte des allures d’études littéraires parfois philosophiques menées avec brio, qui ne sont pas sans rappeler « l’art de la discussion, tel que le pratiquait jadis Socrate15 » et participent également au caractère hétéroclite du texte et aux dialogues, au même titre que l’habitude, chère à l’auteur, de comparer les œuvres et les auteurs entre eux. Il est patent que nous avons là plusieurs stratégies référentielles, intertextuelles et discursives pour lesquelles Robinary a une prédilection certaine, puisqu’elles traduisent ses visées littéraires et culturelles. De fait, son texte revêt l’aspect d’un voyage aussi bien dans le temps que dans les livres, une sorte de pérégrination culturelle, d’autres parleraient de pèlerinage, dont Chaulneys, un des personnages principaux, constitue la représentation métaphorique. Et si l’on ramène l’œuvre à la question identitaire, il semble que nous ayons là l’image de l’errance, chère à Glissant, c’est-à-dire ce désir de contrevenir à la racine, qui n’est autre que l’appel de la Relation dont l’auteur se fait le chantre. Ce que vient confirmer le décryptage de son pseudonyme « Robinary », expression d’une forme de métissage culturel, puisqu’il s’agit de l’amalgame de ses prénoms français « Robin » et malgache « Ary », qui signifie création. Métissage culturel incarné avant tout par le personnage féminin, la métisse Sylvie Manor, mais aussi par tous les personnages masculins qui gravitent autour d’elle, tous ces intellectuels du Cercle français de Tananarive qui s’intéressent peu ou prou à la culture malgache qu’elle figure à sa manière.

20Texte profondément original, Au seuil de la terre promise transgresse donc les conventions littéraires pour prôner une esthétique que l’on pourrait appeler de « l’incongruité ». La surabondance de citations, les effets de rupture liés aux télescopages intergénérique, interdiscursif et translinguistique donnent à cette œuvre composite une facture baroque indéniable. Mais par delà son étrangeté, le livre de Robinary révèle autre chose, en l’occurrence l’amour de la lecture, aliment essentiel de l’esprit. D’ailleurs, la lecture de son œuvre sollicite des savoirs et des connaissances les plus divers, voire nécessite une véritable investigation érudite. C’est dans ce sens que l’on peut dire que la lecture constitue, elle aussi, le lieu privilégié de la Relation, de l’ouverture à l’Autre, au même titre que l’audition ou l’écoute, autrement dit l’oralité. En somme, cette écriture de la transgression se fait bel et bien l’écho de l’identité relationnelle qui prévaut à Madagascar,

  • 16 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du Divers, op. cit., p. 25.

une identité rhizome, c’est-à-dire, racine, mais allant à la rencontre des autres racines, […] alors ce qui devient important n’est pas tellement un prétendu absolu de chaque racine, mais […] la manière dont elle entre en contact avec d’autres racines : la Relation16.

21Robinary nous dit justement à ce propos :

Nous serons sur la bonne voie si nous acceptons résolument, loyalement, le français qui nous fournira les moyens technologiques d’apprendre les sciences et les arts, et si nous ne rejetons pas, afin de garder notre « moi », ce qui a formé l’âme malgache : les hain-teny (p. 116).

  • 17 Peter Hawkins, Libertalia : le métissage utopique de Daniel Vaxelaire, Colloque international de R (...)

22Que dire finalement de cette œuvre, sinon qu’elle est un vrai melting-pot culturel, à l’image du peuple malgache, un peuple composite, doté d’une identité plurielle, à qui il est plus facile, selon Glissant, d’admettre la Relation. Mais cette œuvre reflète surtout « la volonté de création d’un mythe […] celui de la société […] multiraciale qui pourrait être celle des États de l’océan Indien à l’avenir17 ».

Notes

1 Victor Segalen, cité par Édouard Glissant, Poétique de la Relation, Paris, Gallimard, 1990, p. 42.

2 Serge-Henri Rodin et Rabodoarivelo Ratokoarivelo, « La littérature malgache d’expression française », Notre librairie, no 110, juillet-septembre 1992, p. 52.

3 Édouard Glissant, op. cit., p. 23.

4 Ibid.

5 Id., Introduction à une poétique du Divers, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1995, p. 27-36.

6 Ibid., p. 25.

7 Michel-Francis Robinary, Au seuil de la terre promise, Tananarive, Imprimerie Voahirana, 1965, p. 1.

8 Serge-Henri Rodin et Rabodoarivelo Ratokoarivelo, loc. cit., p. 52.

9 Claude-Marie Lorin et Albert Rakoto-Ratsimamanga, « La littérature malgache », in Histoire des littératures, t. I, Raymond Queneau (dir.), Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pléiade », 1956, p. 1446.

10 . Jean Giraudoux, cité par Robinary, op. cit., p. 59.

11 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du Divers, op. cit., p. 30.

12 Alain Pagès et Joëlle Pagès-Pindon, Le français au lycée, Paris, Nathan, 1984, p. 119.

13 Roland Bourneuf et Réal Ouellet, L’univers du roman, 4e édition, Paris, PUF, 1985, p. 185.

14 Pour « Tsara va Tompoko ê ! Manso ahoa na ny vadinao sy ny zanakao ? » (« Comment allez-vous, monseigneur, monsieur ou madame ? Comment vont votre épouse, ou époux, et vos enfants ? » Salut adressé au souverain, aux princes et aux nobles.)

15 Alain Pagès et Joëlle Pagès-Pindon, op. cit., p. 196.

16 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du Divers, op. cit., p. 25.

17 Peter Hawkins, Libertalia : le métissage utopique de Daniel Vaxelaire, Colloque international de Réduit-Maurice sur « l’océan Indien et les littératures de langue française ; pays réels, pays rêvés, pays révélés », 7-11 juillet 1997.

Auteur

Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search