Version classiqueVersion mobile

Nouvelles écritures francophones

 | 
Jean Cléo Godin

Deuxième partie. Littératures nationales et identités

Les sources traditionnelles du comique dans l’œuvre romanesque de Massa Makan Diabaté

Mamadou Bani Diallo

Texte intégral

  • 1 « Archives sonores de la littérature noire », Radio France internationale, Disque ARCL, 23. Il par (...)

1Originaire de Kita, Massa Makan Diabaté a su cultiver le sens de l’humour qui est la chose la mieux partagée dans cette petite ville du Mali. La voix cassée par l’émotion, il évoque les souvenirs agréables qui surgissent du fond de sa mémoire : « À Kita, on rit beaucoup, à Kita, on danse beaucoup, on chante beaucoup, et à telle enseigne qu’il y a une mentalité des gens de Kita, disons une mentalité un peu de frondeurs […] à Kita, les gens ne prennent rien au tragique, à Kita, les gens aiment se moquer sans faire mal : ils jouent de l’humour comme pour garder une certaine pérennité de cette ville qui a un cachet particulier au Mali1. »

  • 2 L’auteur a eu, à ce sujet, un entretien avec Bernard Dadié.
  • 3 « Archives sonores de la littérature noire », op. cit.

2Par-delà l’attrait et l’influence du comique sur le romancier, il importe de retrouver le contexte de l’œuvre pour mesurer à leur juste valeur les ressources orales qui font nécessairement partie de son horizon culturel. En sa double qualité d’écrivain et de griot, il a tenté, tout au long de sa carrière, de travailler au rapprochement, voire au mariage de l’oralité et de l’écriture. Le passage de la littérature orale à un genre typiquement occidental comme le roman correspond chez lui à l’éclatement du patrimoine ancestral, d’une part, et à la conquête d’horizons nouveaux, d’autre part2. Il décide, en effet, d’aller au-delà de l’enseignement traditionnel reçu auprès de son oncle, le célèbre Kélé Monson Diabaté, qui était devenu de son vivant une figure légendaire. Aussi est-ce en des termes pleins d’humour qu’il avoue s’être fourvoyé de la voie tracée par les ancêtres : « je suis ce que Kélé Monson a voulu faire de moi en m’initiant à la tradition orale mandingue. Et je dirai que je l’ai trahi en écrivant des romans… voilà je suis l’enfant de Kélé Monson, mais un enfant traître3. » On retrouve, précisément, dans les romans de Massa Makan Diabaté l’influence de son univers culturel, sous diverses formes. Ses personnages s’efforcent de s’adapter à la nouvelle société africaine sans renoncer à leur identité culturelle. Sous leur apparente naïveté, couve un esprit frondeur chez la plupart d’entre eux.

Place et portée des rapports de plaisanterie

  • 4 Massa Makan Diabaté, Le coiffeur de Kouta, Paris, CEDA, CECAF, Hatier LEA, coll. « Monde noir/Poch (...)
  • 5 Denise Jardon, Du comique dans le texte littéraire, Bruxelles/Paris, De Boeck/Duculot, 1988, p. 25
  • 6 Michel Zeraffa, Roman et société, Paris, PUF, coll. « SUP », 1971, p. 97

3Il y a chez l’écrivain-griot une rupture avec l’image monolithique du paysan naïf. Le village de Kouta, qui sert de cadre à sa célèbre trilogie romanesque, apparaît d’ailleurs comme une « forteresse dont le seul nom effrayait même les gens de Siga, connus pour leur esprit caustique4 ». Ses personnages entretiennent, le plus souvent, des relations de type traditionnel fondées sur une certaine conception de vie. Ils se taquinent plus ou moins gentiment, selon certaines règles ou modalités dictées par les coutumes. Les rapports de plaisanterie servent, entre autres phénomènes socioculturels, de support au comique. Le romancier malinké ne manque pas, cependant, d’adresser un clin d’œil à la modernité qui interfère quelquefois avec la tradition. D’où la coexistence, au cœur même de son œuvre, d’une double rationalité qui imprègne le langage et le comportement des personnages. Dans cet univers, par moments déroutant, les villageois manient l’humour avec une grande dextérité, entraînant le lecteur dans un espace où la parole traditionnelle tente de reconquérir ses droits, face aux schèmes nouveaux importés de l’extérieur. Ils ont besoin de ramener le monde à des proportions plus humaines car, selon Denise Jardon, « le comique est irrévérencieux, non seulement envers la vie, la mort, Dieu, les institutions quelles qu’elles soient, mais aussi envers l’homme et ses multiples vanités et sottises. Désacraliser, c’est toucher souvent à des sujets difficiles, c’est oser traiter de problèmes graves avec désinvolture, c’est être sur une corde raide à la limite de l’acceptable5. » La démarche de Massa Makan Diabaté consiste précisément à se lancer à la conquête du roman, sans pour autant perdre le sens de l’humain qui irrigue la parole traditionnelle de l’intérieur. Il entreprend de puiser dans la tradition l’énergie stimulante et salvatrice du rire. De ce point de vue, il importe de ne pas oublier que certains rapports de plaisanteries renvoient au temps primordial et cyclique du mythe, en rupture avec le temps romanesque. Michel Zeraffa constate, en effet, que « le roman dégrade la notion ou l’image de l’éternel retour6 ». Par-delà les plaisanteries d’usage, c’est la survie même de l’ordre social qui est en question, dans un univers déchiré de l’intérieur par une série de conflits et constamment appelé à se remettre en cause pour survivre et vaincre. Il s’agit, en réalité, d’une continuelle confrontation entre l’ancien et le nouveau, d’un constant travail d’adaptation et d’intégration, sans lequel la tradition se scléroserait et disparaîtrait de la scène.

La relation grands-parents/petits-fils

4Le conflit des générations consécutif à l’émergence de nouvelles valeurs se trouve atténué chez Massa Makan Diabaté par la survivance d’un espace propice au mariage symbolique entre grands-parents et petits-fils. C’est sous cet angle qu’il faudrait lire le passage de L’assemblée des Djinns où, après la mort de la doyenne du clan, les petits-fils décident de perpétuer leur union en versant une dot à la nouvelle doyenne qui prend désormais le relais. À cette occasion, ils se livrent à des mascarades évoquant la vie de la défunte pour éloigner le spectre de la mort et dédramatiser l’événement. À l’inverse, la grand-mère peut tendre une main secourable et amicale au petit-fils, lorsque ce dernier fait face à une impasse morale. Comme une piqûre de guêpe en donne une très bonne illustration à travers cette vieille femme que le héros rencontre sur le chemin de l’école coranique, au moment où il subit le double malheur d’être en retard et de tomber par terre sur la place publique. Les deux protagonistes se livrent alors, dans la gaieté et la détente, au jeu de la parenté à plaisanterie :

  • Je t’ai vu rebondir, renchérit la vieille femme.
  • Toi l’édentée ! s’amusa Faganda, ce soir à la veillée je t’apporterai des œufs bouillis pour que tu mentes encore mieux.
  • Mais si ! insiste la vieille femme. Tu as rebondi, enfant de ma fille. Et tu sais pourquoi ?
  • Dis toujours menteuse !
  • Les hommes de ce pays n’aiment pas le contact du sol. Aériens, ils rebondissent quand ils tombent7.
  • 8 Sory Camara, Gens de la parole. Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malin (...)

5À force de plaisanter, Fangada oublie la punition qui l’attend à l’école coranique. C’est finalement en souriant qu’il reçoit les dix coups de fouet réservés aux retardataires. Ce type de plaisanterie est généralement empreint de retenue et de courtoisie. Sory Camara rappelle, à ce sujet, que « les rapports entre grands-pères et petits-fils (parents à plaisanterie) mettent en présence deux individus dont la position sociale est bien particulière ; le premier est souvent une personne âgée qui de ce fait même est en quelque sorte tabou ; le petit-fils est encore un petit enfant qui n’est pas entré dans la pleine maturité sociale ; dès qu’il le sera, ses plaisanteries avec son partenaire s’atténueront considérablement ; elles étaient déjà bien modérées dans leur forme8 ». La nature modérée des relations entre grands-parents et petits-fils ou petites-filles entraîne une transposition plus ou moins lucide d’idées et de sentiments dans un ton particulier : il se produit un glissement subtil vers la relation conjugale dès lors revêtue d’une dimension symbolique. La plaisanterie devient le terrain propice pour la mise en scène comique de situations tirées de la vie conjugale puis resituées avec une intention parodique dans un climat affectueux excluant l’humour cynique. Ce type de comique permet de temps en temps à Massa Makan Diabaté de désamorcer la tension inhérente à l’action romanesque. Il intervient pour donner du répit au drame social qui se joue à plusieurs niveaux entre les protagonistes. Dans la société malinkée, les grands-parents instaurent la paix au sein de la communauté parce qu’ils sont des maillons unificateurs dans la chaîne des générations. Ils apparaissent dans l’imaginaire populaire sous des traits sympathiques.

6De même, dans la nouvelle société africaine, la figure de l’ancien combattant peut être assimilée à celle du grand-père, compte tenu de son âge même. Dans l’œuvre de Massa Makan Diabaté, le lieutenant Siriman Keïta est certainement le prototype du personnage truculent et amusant qui reflète le mieux cette nouvelle figure, avec ses excès et ses fanfaronnades. L’image du grand-père est en quelque sorte récupérée et transposée dans le contexte de la nouvelle société africaine. Par ailleurs, l’introduction de l’ancien combattant dans l’espace romanesque se fait, chez Diabaté, sur un mode essentiellement comique. Le champ de la parenté à plaisanterie s’élargit, en intégrant de nouveaux apports. En revanche, les relations entre clans ou ethnies se prêtent moins à une telle flexibilité.

Relations entre ethnies

7La parenté à plaisanterie constitue le lieu privilégié pour désamorcer les tensions entre groupes ethniques ou catégories sociales. Dans Le coiffeur du Kouta, par exemple, elle crée une relation affectueuse entre un policier et son prisonnier, mettant en veilleuse tout rapport de type coercitif. La découverte de la parenté à plaisanterie entre les Traoré et les Kondé instaure un climat de détente et de confiance réciproque entre les deux personnages. En outre, c’est le policier qui fait le premier pas pour mettre son partenaire à l’aise :

  • 9 Massa Makan Diabaté, Le coiffeur de Kouta, op. cit., p. 108.

Tu es mon cousin à plaisanterie depuis le jour où votre ancêtre Wulenta choisit une femme bossue, tandis qu’on lui présentait les jeunes filles les plus belles du royaume. Et cette femme bossue était un Kondé. Peux-tu me jurer sur ce lien qui date de Fitiriba que tu ne te sauveras pas si je te laisse libre de tes mouvements9 ?

  • 10 Cf. Diango Cissé, Structures des Malinkés de Kita, Bamako, Éditions populaires, coll. « Hier », 19 (...)

8À partir de cet instant N’golo Konté ne traite plus Kompé en prisonnier, mais en cousin à plaisanterie. Il lui enlève les menottes et, tout au long du trajet, des propos amusants et moqueurs fusent entre eux, au point que le coiffeur oublie sa situation de détenu politique. Le policier est mis en confiance par le seul fait que la parenté à plaisanterie entre les deux ethnies comporte des obligations. Les cousins à plaisanterie doivent s’entraider, d’autant qu’ils sont liés, à travers leurs ancêtres, par un serment séculaire et solennel appelé djo10.

9En fin de compte, Kompé puise dans le rire le pouvoir de surmonter son malheur. Il bénéficiera d’ailleurs d’une remise de peine, à cause de sa bonne conduite en prison. En revanche, la parenté à plaisanterie cesse de fonctionner entre Siriman Keïta et le planton du cercle. En effet, l’ancien combattant refuse de coopérer avec son cousin à plaisanterie qui l’invitait à entrer dans le jeu des injures amicales : il le fait purement et simplement emprisonner. Le pacte est alors rompu, parce que le lieutenant, habituellement célèbre pour ses grossièretés et ses excentricités, se montre pour une fois soucieux de sa réputation. Cet épisode semble révélateur à la fois de la mutation des valeurs et de l’impact sur les personnages du nouvel environnement physique et structurel au sein duquel ils évoluent. L’ancien combattant semble ainsi avoir perdu le sens de la parenté à plaisanterie qui ne répond plus à sa logique d’Africain occidentalisé. Il importe alors de savoir s’il y a un seuil au-delà duquel ce type de relation traditionnelle devient incompatible avec les nouveaux types de rapports qui régissent la nouvelle société, en l’occurrence l’administration et la justice. Dans le cas du policier, par exemple, il aurait pu avoir des ennuis professionnels si le prisonnier profitait du pacte traditionnel pour s’évader. De ce point de vue, le mérite revient à Massa Makan Diabaté d’aborder avec tact et subtilité des questions aussi importantes dans un registre inhabituel. Dans le cas de la fraternité de case, pourtant, les partenaires se permettent des plaisanteries plus osées, à la limite de la décence.

La fraternité de case

  • 11 Massa Makan Diabaté, L’assemblée des Djinns, Paris, Hatier, coll. « Monde noir/Poche », 1985, p. 3 (...)

10La fraternité de case crée à l’intérieur des romans de Massa Makan Diabaté un réseau de relations dynamiques où se résorbent joies et peines, bonheur et malheur. Elle est empreinte d’une plus grande intimité et, par conséquent, d’une plus grande liberté d’expression. Dans la trilogie de Kouta, en l’occurrence, quatre frères de case occupent le devant de la scène : Solo, Soriba, Daouda et Namori. Leur cercle rayonne de joie et de vitalité par le sens de l’humour. Ayant subi l’épreuve de la circoncision le même jour, ils sont embarqués à jamais dans le même navire, pour le meilleur et pour le pire. Les constants démêlés du boucher avec Soriba, l’amateur de bonne chère, font partie du décor quotidien de Kouta. Il est fréquent que ces deux amis d’enfance se couvrent de grossièretés sous le regard amusé des femmes et des passants qui se tordent de rire. Quant à Solo, le vieil aveugle colporteur de scandales, il joue des tours pendables à ses frères de case qui, en retour, ne se donnent pas la peine de le ménager. Parmi les quatre, seul Daouda se montre réservé. La fraternité de case se manifeste également, sous des formes plus ou moins variables, dans L’assemblée des Djinns. Liés par « une amitié faite de duperies, de mensonges et de coups bas11 », Bakou et Harouna ne ratent aucune occasion pour se moquer l’un de l’autre. De façon plus modérée, Famoussa et Sangoï satisfont à la coutume de la parenté à plaisanterie, avant d’aborder les questions sérieuses. La fraternité de case donne, souvent, au romancier la possibilité d’explorer les ressources que la tradition met à sa disposition au niveau même de l’écriture. Elle apporte une corde supplémentaire à son arc dans son travail de création qui ne consiste pas simplement à emprunter ou reproduire des modèles. C’est un matériau qu’il doit travailler pour l’adapter réellement à ses récits.

11L’écrivain-griot a su, en tout cas, en tirer les meilleurs effets sur le plan littéraire, tant au niveau de l’action que de l’expression.

Le théâtre traditionnel bambara : « Kotéba »

12L’œuvre romanesque de Massa Makan Diabaté est parsemée de références au Kotéba, théâtre traditionnel bambara, où s’exerce à merveille la fonction thérapeutique du rire. Il y a un certain nombre d’indices qui marquent cette récurrence. Certains personnages semblent avoir été tirés du Kotéba : Togoroko, l’idiot du village, avec ses étranges accoutrements et sa démarche de singe, Kossila Kònòba, le joueur invétéré, maniant sans cesse pions et cartes devant un adversaire imaginaire, Birama, l’applaudisseur public, en quête de spectacle pour exercer ses talents ; tous ces personnages comiques, par leur présence même, transforment le village en une grande aire de jeu. Le caractère à la fois ludique et satirique de Kotéba apparaît à travers la trilogie de Kouta qui en subit l’influence. Dans le passage qui suit, le peuple imite sur la place publique les faits et gestes de son ancien président qu’un coup d’état militaire vient de renverser :

  • 12 Id., Le boucher de Kouta, Paris, Hatier, coll. « Monde noir/Poche », 1982, p. 56.

Et c’est maintenant un grand Kotéba qui réunit tout le village, sur la grande place, à l’ombre du grand fromager tutélaire. On imite Bagabagadaba, ses grands airs de conquérants et cette façon qu’il avait de se dresser sur la pointe des pieds pour corriger la petite taille dont Dieu l’avait comblé12.

13La foule se livre ainsi au défoulement collectif, pour oublier les sombres heures qu’elle a vécues sous la dictature de Bagabagadaba. Il s’agit essentiellement d’un comique purificateur qui permet d’exorciser le mal dont souffre le peuple, en évacuant le trop-plein de colères accumulées. Le recours à l’art théâtral vient, en quelque sorte, combler une attente profonde, un besoin de soulagement. Le Kotéba apporte ainsi au romancier des éléments qu’il peut exploiter à sa guise.

Le dieu du rire et de la joie : « Marbayassa »

14Vers la fin du Coiffeur de Kouta, Kadiatou sillonne le village dans un tel accoutrement qu’elle déclenche l’hilarité générale à son passage. Par ce geste, elle honore son serment de danser le « Marbayassa », dès la libération de son mari. Cette cérémonie, qui se situe à la limite du sacré et du profane, peut être interprétée comme la coexistence du sérieux et du comique : c’est le témoignage de la reconnaissance envers « Marbayassa », le consolateur des grandes peines, le Dieu du rire et de la joie. Le Marbayassa est la réplique de ces bouffons sacrés qui parcourent le monde pour donner l’exemple d’une survie par l’humilité et par le rire. Cependant, à la différence de ceux-ci, il cultive le goût du paradoxe, riant à gorge déployée du malheur des voisins et pleurant à chaudes larmes de leur bonheur.

15Personnage insolite et étrange, il n’apparaît souvent que sous des traits bouffons et comiques.

16À la lumière de toutes ces données, le grotesque ne vise-t-il pas comme dans le Devoir de violence de Yambo Ouologuem, à nier ou à déprécier le réel ?

Finalité du comique

  • 13 Dominique Iehl, Le grotesque, Paris, PUF, 1997, p. 46.

17L’accumulation de détails amusants et le grossissement des faits chez Diabaté peuvent avoir une connotation négative. Le langage volontairement truculent et grossier de personnages comme Namori, Solo, Soriba, Siriman Keïta, Kompè, leurs écarts de conduite quelquefois déroutants, pourraient être, en effet, interprétés comme la négation ou la contestation du réel. Cependant, il suffit d’analyser le contexte dans lequel s’inscrivent ces actions pour mesurer leur vraie portée. La parenté à plaisanterie, dont quelques manifestations ont été abordées ici, n’est pas l’expression d’une rupture radicale, elle prépare ou conduit à l’acceptation de l’autre ; elle peut être assimilée à l’humour sourire : humour fait d’intuition, de compréhension, avec une distance qui n’est jamais rejet ou refus pour reprendre une formule de Dominique Iehl13.

  • 14 Cheick M. Keïta, Massa Makan Diabaté : un griot mandingue à la rencontre de l’écriture, Paris, L’H (...)

18L’univers de Massa Makan Diabaté se caractérise plutôt par la négation du tragique. Il ne faudrait pas perdre de vue la tonalité générale de l’œuvre, cette tendance à poser un regard lucide et sympathique sur la société, avec ses travers et ses insuffisances. L’humour apparaît essentiellement comme un moyen de souligner l’ambiguïté et la complexité du monde que le romancier tente de transcender par le biais de son art. Il importe, quand on lit l’œuvre romanesque de Massa Makan Diabaté, d’aller au-delà du simple plaisir que le comique procure au lecteur. Cheick M. Chérif Keïta disait justement que « dans l’ensemble, les sujets romanesques de Diabaté sont si bien connus à Kita et dans d’autres parties du Mali et de l’Afrique occidentale que sa perspective et sa vision du monde fondent très harmonieusement dans celles des masses populaires, dont il affectionnait l’humour caustique et le sens comique14 ». En définitive, l’écrivain-griot laisse à la littérature africaine un bel exemple de cohabitation harmonieuse entre la tradition et la modernité.

Notes

1 « Archives sonores de la littérature noire », Radio France internationale, Disque ARCL, 23. Il paraît évident que c’est le nom de son village natal qui est devenu le Kouta de la trilogie romanesque.

2 L’auteur a eu, à ce sujet, un entretien avec Bernard Dadié.

3 « Archives sonores de la littérature noire », op. cit.

4 Massa Makan Diabaté, Le coiffeur de Kouta, Paris, CEDA, CECAF, Hatier LEA, coll. « Monde noir/Poche », 1980, p. 53.

5 Denise Jardon, Du comique dans le texte littéraire, Bruxelles/Paris, De Boeck/Duculot, 1988, p. 25

6 Michel Zeraffa, Roman et société, Paris, PUF, coll. « SUP », 1971, p. 97

7 Massa Makan Diabaté, Comme une piqûre de guêpe, Paris, Hatier, coll. « Monde noir/Poche », 1981, p. 31-32

8 Sory Camara, Gens de la parole. Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris, Mouton et Cie, 1976, p. 184-185.

9 Massa Makan Diabaté, Le coiffeur de Kouta, op. cit., p. 108.

10 Cf. Diango Cissé, Structures des Malinkés de Kita, Bamako, Éditions populaires, coll. « Hier », 1970.

11 Massa Makan Diabaté, L’assemblée des Djinns, Paris, Hatier, coll. « Monde noir/Poche », 1985, p. 31.

12 Id., Le boucher de Kouta, Paris, Hatier, coll. « Monde noir/Poche », 1982, p. 56.

13 Dominique Iehl, Le grotesque, Paris, PUF, 1997, p. 46.

14 Cheick M. Keïta, Massa Makan Diabaté : un griot mandingue à la rencontre de l’écriture, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 131.

Auteur

École Normale Supérieure de Bamako

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search