Version classiqueVersion mobile

Les lettres romaines de Du Bellay

 | 
Marc Bizer

Conclusion

Texte intégral

1 La lettre est sans doute née pour répondre à un besoin strictement utilitaire, celui de communiquer des nouvelles à un absent par écrit. Cependant, dès la parution des premières réflexions théoriques de Démétrios sur sa nature, elle apparaît comme un don. Rédigé dans un style simple, son contenu écrit est déterminé en quelque sorte par le destinataire à qui elle est « offerte ». Cicéron soustrait la lettre à son rôle fonctionnel pour lui donner un statut littéraire. D’abord, il accorde au style simple, le genus humile, une place centrale dans la prose oratoire ; ensuite, il l’ennoblit en précisant qu’elle est le produit du plus grand art, en tant qu’application du savant principe de la diligentia neglegens. Ensuite il refuse de ne voir dans la lettre qu’un instrument de communication ; pour lui, la lettre procède d’un art, elle est le fruit d’une recherche du plaisir et un moyen d’obtenir gloire et reconnaissance littéraires. Chez le stoïcien Sénèque, la diligentia negligens laisse place à la négligence pure ; l’obscurité sémantique qui en résulte a une fonction hautement philosophique, puisque le texte de Sénèque, reposant sur un art de l’allusion, ne peut être déchiffré que si le lecteur s’engage dans une exploration de soi et des voies menant à la sagesse.

2Cependant, c’est surtout la conception utilitaire de la lettre qui dominera aux siècles suivants et pendant le Moyen Age, lorsqu’elle devient l’outil de communication par excellence de différentes administrations. Elle donne naissance à une classe de serviteurs, ou scribes, qui n’auront d’autre fonction que de prendre en dictée les paroles d’un maître et de les transmettre par écrit. La prose artistique disparaît au profit d’une ars dictaminis, fondée sur une prolifération de modèles et de formules ; produit d’une technique, la lettre administrative est rédigée par un écrivain qui a pour devoir professionnel de ne rien y ajouter de lui-même. Cette situation ne change guère avant que Pétrarque ne redécouvre la correspondance de Cicéron : l’humaniste refuse, comme l’orateur romain, de limiter la lettre à une fonction bassement utilitaire et déclare que son but principal est de communiquer ses états d’âme. Ce faisant, il relève un conflit fondamental : en tentant de brosser un portrait de lui-même en mouvement, reflétant la variabilité de ses humeurs, il se heurte à la raison d’être sociale de la lettre, à savoir le besoin d’entretenir des relations. Une lettre peut-elle être à la fois un miroir de l’âme de son auteur et une communication adéquate avec le destinataire ? Cette double aspiration ne produit-elle pas une multiplication, une fragmentation du moi de l’écrivain ? Pétrarque endigue cette dispersion du moi en faisant de son lieu de résidence son lieu d’expédition, son point de repère.

3Si l’anticicéronien Politien dénonce le caractère arbitraire des contraintes et des modèles épistolaires, le De conscribendis epistolis d’Érasme va plus loin en affirmant que la lettre est soumise à la seule règle de l’adéquation avec son destinataire, ce qui lui confère une grande supériorité sur la prose oratoire. Tout en souscrivant à l’idée que la prose épistolaire relève du genus humile, Érasme accepte l’obscurité sémantique si elle est érudite et fait de la lettre un espace ludique, une occasion de joute verbale entre deux humanistes. Reprenant le principe cicéronien de la neglegentia diligens, Érasme donne à la lettre un véritable statut de genre littéraire et ouvre la voie à la création épistolaire personnelle.

4Malgré la réflexion théorique sur la correspondance privée et sa valorisation en tant qu’œuvre littéraire, les deux domaines de l’écriture épistolaire continuent à entretenir d’importants rapports l’un avec l’autre. Sur le plan théorique, non seulement les Segretarii sont souvent des traités d’art épistolaire, traitant également de la composition de lettres familières, mais les principes généraux régissant la lettre officielle et la correspondance privée sont identiques. Toutes les deux visent brevitas, clarté, decorum ; même l’obscurité, si nécessaire pour préserver le secret diplomatique, peut jouer un rôle semblable dans la correspondance privée, ou participer au caractère ludique et érudit de cette écriture. Sur le plan professionnel, la formation du secrétaire et de l’écrivain de lettres familières sont essentiellement les mêmes, et une nature protéiforme est exigée des deux : l’un s’adapte à son maître, l’autre à son destinataire. Les contraintes si onéreuses du métier sont dramatiques pour des personnes aussi talentueuses et instruites que les secrétaires qui, tel Machiavel, trouvent souvent un exutoire à leurs frustrations précisément dans la rédaction de lettres privées ; en fait, les conditions de travail des secrétaires français semblent avoir été encore plus difficiles que celles de leurs homologues italiens.

5La pertinence de ces propos pour une compréhension des Regrets devient évidente lorsqu’on se rend compte que la nature des Regrets est résolument épistolaire. La lettre, conçue pour rapprocher les gens, pose en même temps une distance, une séparation entre son auteur et son destinataire. C’est donc un genre tout à fait approprié pour un recueil tel que les Regrets, qui sont une poésie d’exil. Enfin, la situation et les thèmes des Regrets renvoient évidemment aux Tristia d’Ovide, renouant ainsi avec la tradition élégiaque ovidienne, elle aussi épistolaire.

6Néanmoins, le genre des Regrets pose problème : en effet, il ne s’agit pas d’une collection d’épîtres familières et encore moins de lettres administratives, mais de sonnets, un genre associé au discours amoureux. De fait, les Regrets répondent à un jeu complexe de considérations poétiques, professionnelles et sociales dont les effets s’entrelacent. Tout d’abord, ils sont influencés par la tradition des recueils de sonnets italiens, des Rime, qui s’adressent souvent à d’autres poètes. Ensuite, bien que la littérature épistolaire ne commence à être reconnue formellement comme genre qu’au milieu du XVIe siècle, la vaste majorité des œuvres en vers, écrites par des auteurs en quête de protecteurs et de subventions, porte la marque de l’épistolarité. La poésie néolatine, celle de Du Bellay entre autres, contribue à la souplesse du genre en démontrant que la lettre se prête à de multiples déguisements. Cependant, lorsqu’il pratique le genre épistolaire en français, Du Bellay se heurte à l’héritage qu’il avait méprisé dans la Deffence, celui de Marot. En effet, comme le note Chamard dans son édition du manifeste, « l’élégie est chez nous une création de Marot ». De plus, Marot avait fait de l’épître une forme d’expression exquise où le moi de l’auteur pouvait s’épancher dans un langage en apparence simple et proche de l’oralité — précisément ce que recherchait Du Bellay dans ses Regrets. Enfin, l’œuvre marotique réfléchit sur les distinctions entre l’élégie, l’épître et la satire, trois formes littéraires sur lesquelles sont fondés les Regrets et qui sont souvent indissociables dans la pensée de l’époque. En fin de compte, le choix du sonnet semble avoir permis à Du Bellay de préserver l’apport essentiel de la tradition marotique sans avoir trop ouvertement l’air de l’adopter. Grâce à la souplesse générique de la lettre et du sonnet, Du Bellay peut couler dans le moule du sonnet non seulement la tradition de la lettre familière en prose, mais encore celle de l’élégie latine et de l’épître en vers française.

7En même temps, le choix de la lettre n’est pas indépendant de la fonction professionnelle exercée par Du Bellay à Rome. Secrétaire, Du Bellay se voit obligé de faire la transition entre l’écriture épistolaire administrative et l’écriture épistolaire personnelle, passant de la formulation impersonnelle par devoir à la composition élégiaque intime. Il change aussi de rôle, quittant l’emploi subalterne de scribe et d’administrateur pour la fonction noble et sacrée du poète. L’épître permet en quelque sorte un renversement de situation, mis en scène dès le premier sonnet des Regrets, où l’on voit Du Bellay, le poète, dicter en quelque sorte l’histoire de ses malheurs à ses vers, qui deviennent ainsi « de [son] cœur les plus seurs secretaires ».

8Le rôle du secrétaire exerce inversement une influence sur la poétique épistolaire des Regrets parce que, pour les décrire, Du Bellay emploie le vocabulaire de son métier : il les qualifie de simples annotations, de « papiers journaulx, ou bien de commentaires ». La poésie est ramenée au niveau de la prose, ce que confirme le sonnet suivant : « [...] je compose / Soit une prose en ryme, ou une ryme en prose [...]. » On peut en déduire que le style des Regrets sera le genus humile, discours humble mais néanmoins suffisamment recherché suivant le principe de la neglegentia pour que Du Bellay se vante : « En vain travaillera, me voulant imiter. »

9La recherche d’un style poétique proche de la prose s’inscrit non seulement dans une rivalité avec Marot, mais aussi avec Ronsard. Celui-ci avait inauguré, dans sa Continuation des Amours, son « beau style bas ». Or Du Bellay prétend aller plus loin, en refusant à ses vers le moindre statut poétique. Cette dépoétisation totale s’appuie sur un aspect fondamental de l’épître, le fait qu’elle renvoie à une réalité extérieure au poème, contrairement à la poésie habituellement autoréférentielle. Cependant, en même temps que les sonnets des Regrets s’adressent à des êtres réels et comportent des références précises aux conditions et aux personnages de l’époque, le poids du monde extérieur est allégé par le fait que Du Bellay fait un usage abondant de l’allusio, en jouant sur l’étymologie et autres qualités intrinsèques du nom propre. Mais cette allusio incite aussi le destinataire (et le lecteur) à un travail de déchiffrement ; ainsi, le jeu fait partie du phénomène épistolaire, comme on l’a vu chez Érasme. Enfin, comme l’ont montré les témoignages d’époque, le style prétendument simple des Regrets n’est guère limpide : il repose sur un art du secret qui rend possible de multiples lectures, selon le degré de complicité du lecteur. L’écriture de Du Bellay se conforme donc tout à fait aux pratiques épistolaires de son temps. En fin de compte, les Regrets sont une poésie savamment orchestrée pour qu’on ne puisse jamais dire avec certitude ce qui y domine : la fonction référentielle ou la fonction poétique, le style élevé ou le style bas, le langage privé ou public. Les sonnets oscillent toujours entre ces extrêmes, parfois à l’intérieur d’un même poème. C’est l’épître qui rend possible cette poésie toujours en porte-à-faux.

  • 1 Voir les remarques perspicaces de Cornelis Reedijk dans la préface de son édition des poèmes d’Era (...)

10Les aspects stylistiques et langagiers des Regrets que nous venons de relever n’ont évidemment de sens que dans une relation avec un lectorat. Avant tout, écrire une épître est un acte éminemment social. Si le fait de combler une distance ne peut manquer de mettre en valeur justement cette séparation, la lettre n’en est pas moins un moyen de combler le vide. Pour ce faire, Du Bellay exploite non seulement l’allusio et certaines autres techniques de la poésie néolatine qu’il composait parallèlement, mais encore ses possibilités épistolaires, qui permettent de prendre contact, de s’affirmer, de quêter des faveurs1. En effet, les Regrets sont profondément ancrés dans la recherche d’un rapport avec autrui, dans l’exercice de la fonction conative. On voit, par exemple, Du Bellay se plaindre de sa situation professionnelle à d’autres secrétaires, destiner des satires à des amis qui partagent ses opinions politiques, chercher le soutien des puissants, louer les vers de ses camarades ou consulter un clerc sur des questions de foi. Les métamorphoses de son moi poétique sont impressionnantes : il est tantôt rieur, tantôt sarcastique, ou encore plaintif, mélancolique, obséquieux, persifleur, louangeur, sentimental, affectueux, encourageant ou même religieux. Devant une telle panoplie de masques, il n’est guère surprenant que certains se soient trompés quant aux sentiments véritables de Du Bellay, tels les Huguenots qui l’ont pris pour un des leurs. La situation est d’autant plus complexe que les différents types de contact recherchés semblent avoir influé sur le fonctionnement épistolaire des Regrets : outre la lettre familière et l’épître, on trouve la carte postale poétique ainsi que les lettres circulaires et à destination différée. Afin d’éviter la fragmentation et la dispersion de son moi, notre poète a eu recours à la solution appliquée par son lointain prédécesseur Pétrarque : il tente de « fixer » sa persona littéraire en apposant son « adresse d’expédition », Rome.

11En même temps, cependant, l’unité du moi du poète est paradoxalement assurée par l’expérience sociale, relatée par la poésie des Regrets. C’est en s’adressant à Pierre Paschal, historien royal et cicéronien, que Du Bellay élabore le thème d’une poésie fondée sur « une prose en ryme, ou une ryme en prose », mais toute l’entreprise poétique des Regrets se déploie à travers sa rivalité avec Ronsard, dont il loue les œuvres tout en les critiquant subrepticement. Les échanges avec Magny font valoir son autorité dans le monde littéraire et posent comme modèle celui qui s’était vanté qu’un autre poète « en vain travaillera, me voulant imiter ». Plus généralement, dans les rapports épistolaires avec ses plus proches amis, on observe Du Bellay discuter de la satire et de la poésie amoureuse, et enfin dévoiler ses aspirations profondes et ses projets futurs, une poésie d’inspiration plus religieuse.

  • 2 Voir son article fondamental: « 1725: The Politics of Epistolary Art ».
  • 3 Lettres familières, p. 4.

12La littérature épistolaire subit d’importantes transformations après cette période. En effet, selon Altman, l’évolution de la lettre entre 1539 et 1789 connaît trois périodes distinctes. Au début, le De conscribendis epistolis d’Érasme inaugure l’idéal épistolaire de la lettre familière, fondée sur l’idée d’une relation « personnelle » et potentiellement contestataire2 ; on se souviendra que ce genre se définit essentiellement par une certaine liberté, « illam libertatem epistolarem ». D’où des œuvres aussi différentes que celles de Pasquier et de Du Tronchet. Les lettres de Du Tronchet, destinées aux secrétaires, relativement dépourvues de références personnelles et historiques, constituent un ensemble de modèles épistolaires dont l’organisation reflète la hiérarchie sociale en vigueur à la cour. Pasquier, en revanche, adresse des Lettres familières à ses amis ; il y consigne ses idées sur différents sujets, et son entreprise n’est pas sans parenté avec les Essais de son ami Montaigne. Enfin, le recueil, présenté comme un « tableau general de tous mes aages » et comme une « denree meslee3 », représente en quelque sorte une célébration de l’hétérogénéité.

  • 4 Altman, p. 418.
  • 5 Ibid., p. 418: « The 1630 edition grouped his letters according to the social rank of the addresse (...)
  • 6 Voir son Traitté de la fortune des gens de qualité et des gentilshommes particuliers, p. 351.

13Par la suite, la lettre tend à devenir le moyen de communication de la cour et un reflet de l’esprit de la monarchie absolue ; elle s’accompagne d’un appareil rhétorique de plus en plus lourd. Dès le dernier quart du XVIe siècle, Montaigne constate que « Les lettres de ce temps sont plus en bordures et prefaces, qu’en matieres » ; vers 1620, des anthologies de lettres modèles, gouvernées par des conventions strictes et correspondant à un nombre limité de situations, prennent le dessus4. En outre, les lettres contenues dans ces anthologies avaient surtout pour but de transmettre un code de conduite aussi bien que des normes stylistiques et grammaticales. Même les recueils de lettres écrites par un seul auteur répondaient à ces critères ; les lettres de Malherbe, par exemple, étaient soigneusement choisies pour ne montrer que des fonctions-types comme la consolation, la recommandation, etc.5. Les avis de certains contemporains ne laissent pas de doute : au milieu du XVIIe siècle, en plein essor de la littérature épistolaire, Jacques de Callières proteste contre la lourdeur de l’appareil rhétorique, affirmant que « les lettres n’ont point besoin de ces ornemens estrangers6 ».

  • 7 Altman, « The Politics of Epistolary Art », p. 420.

14Les Lettres de Madame de Sévigné, publiées trente ans après sa mort en 1725, ouvrent la troisième période. Elles marquent un retour au principe érasmien de la liberté épistolaire en s’écartant des genres épistolaires et du langage associés au monde de la cour. À une époque qui répugne aux correspondances familiales et aux représentations publiques de la domesticité7, les lettres de Madame de Sévigné à sa fille font ainsi renaître la tradition de l’écriture épistolaire familière pratiquée avant 1620, lorsque les épistoliers écrivaient à leurs proches avec une grande liberté de sujet et de style qui faisait de la correspondance une chronique de la vie de son auteur.

15Ce survol nous permet de mieux cerner l’originalité des Regrets. Collection d’épîtres en vers, les Regrets sont l’œuvre d’un secrétaire-poète. Ils sont en partie destinés à des amis, dont certains sont eux-mêmes secrétaires, mais ils n’affichent aucun but didactique ou exemplaire : avant les lettres de Pasquier, Du Bellay prétend relater « les accidents divers » en écrivant « à l’adventure » (R I, v. 7-8). Le style du recueil, volontairement proche de la prose, doit beaucoup à l’exemple de Marot ; mais à la différence de celui-ci, Du Bellay s’inspire des pasquinades italiennes et adopte souvent un ton d’invective visant ses adversaires plutôt que lui-même. Comme l’œuvre de Marot, les sonnets des Regrets sont aussi des requêtes adressées à des puissants ; mais ils entretiennent des rapports ambigus et complexes avec le monde de la cour, leur langage faussement obséquieux remettant en question à la fois la hiérarchie sociale et la poésie encomiastique en général. De même que Pasquier épistolier, Du Bellay expose dans ses poèmes la situation religieuse et politique romaine, mais c’est la poésie qui constitue son sujet de prédilection. Enfin, Du Bellay exploite le potentiel subversif de la lettre pour en faire une œuvre contestataire sur les plans religieux, social et poétique.

16En fin de compte, il semble embrasser pleinement « illam libertatem epistolarem », réussissant le tour de force de fonder une œuvre poétique sur les possibilités inhérentes à l’ensemble des traditions épistolaires, vernaculaires et classiques ; il rend ainsi à la lettre une liberté qu’elle avait perdue depuis longtemps. Plus tard, Madame de Sévigné n’aura plus autant de possibilités à sa disposition. À ce sujet, il y a lieu de méditer sur l’importance de la notion de séparation et de distance dans la création littéraire. Montaigne avait déclaré qu’il aurait peut-être fait de ses Essais une œuvre épistolaire s’il avait trouvé quelqu’un à qui écrire, mais il avait perdu son ami Étienne de la Boétie ; en revanche, l’on sait que les lettres de Madame de Sévigné n’auraient pas vu le jour si sa fille ne l’avait pas quittée pour se marier. À la différence de ces deux grands écrivains, cependant, chez Du Bellay, la séparation est davantage un état existentiel, qu’il pratique et cultive, qu’une contingence historique. Lorsqu’il demande « Tutte l’opere [...] antiche e moderne non sono corne lettere scritte a lontani ? », Bernardino Pino a raison d’affirmer que tout écrivain de la Renaissance est un épistolier en exil par rapport à son patrimoine culturel. Pour Du Bellay, en revanche, l’exil est une fin en soi. Il écrit ses lettres davantage pour s’exiler que pour combler une distance. Français quand il est à Rome, Romain quand il est en France, notre poète entend rester toujours « décentré », perpétuellement en décalage par rapport à l’endroit où il se trouve. C’est donc la lettre qui permet l’expression la plus fidèle de la nature protéiforme de ce poète, écrivain de la Renaissance par excellence. Le « terrible désordre des âmes » semé par les lettres dont parle Kafka constitue la plus grande jouissance de Du Bellay.

Notes

1 Voir les remarques perspicaces de Cornelis Reedijk dans la préface de son édition des poèmes d’Erasme : « One more aspect claims our attention : the important social function of Neolatin poetry. Even after a superficial acquaintance with the vast store of poetry, dedicatory, encomiastic and invective, it becomes clear that to the humanist who wanted to “belong”, Latin poetry was indispensable. It enables him to make profitable contacts, to assert his importance, to pay a necessary compliment, to hold his own in widely advertized literary sham-fights, and generally, to fill up a gap when the subject-matter for exchanges was lacking. And so, after all, this tradition, consisting of a thousand Olympian banalities, perhaps played an important part of the cultural life of the period » (p. 39).

2 Voir son article fondamental: « 1725: The Politics of Epistolary Art ».

3 Lettres familières, p. 4.

4 Altman, p. 418.

5 Ibid., p. 418: « The 1630 edition grouped his letters according to the social rank of the addressees, defined in terms of courdy hierarchies: (1) royal family, (2) Richelieu and bishops, and (3) mistresses. Letters to the poet’s son, wife, and his close firiend Nicolas Peiresc were not included; although Malherbe had written lively, familiar letters on topics that were considered appropriate by Renaissance publishers (political, religious, and domestic topics as well as journalistic accounts of events), these were no longer considered publishable as art. »

6 Voir son Traitté de la fortune des gens de qualité et des gentilshommes particuliers, p. 351.

7 Altman, « The Politics of Epistolary Art », p. 420.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search