Version classiqueVersion mobile

Les lettres romaines de Du Bellay

 | 
Marc Bizer

Chapitre 3. Fonctionnement sociopoétique des Regrets

Texte intégral

[...] la question de savoir de quelle manière et pour quelles raisons les hommes se lient entre eux et forment ensemble des groupes dynamiques spécifiques est un des problèmes les plus importants pour ne pas dire le plus important de toute la sociologie [...]. Tout effort en vue de le résoudre présuppose la détermination des interdépendances entre individus.
Norbert Elias, La Société des individus

1Il convient à présent d’examiner de plus près les réseaux épistolaires sur lesquels les Regrets s’appuient et qu’en retour ils contribuent à souder, afin de déterminer ce que Norbert Elias appelle « interdépendances entre individus ». Les relations écrites les plus fréquentes nous fourniront les meilleurs exemples pour notre analyse. En s’adressant aux destinataires habituels de la Pléiade, Du Bellay élabore la poétique qui sous-tend les Regrets, mais il laisse aussi transparaître des rapports d’autorité et de pouvoir : tous les membres de cette sodalitas ne sont pas égaux. Du Bellay se subordonne ainsi en apparence à Ronsard tout en dénigrant la poétique de celui-ci. Ce rapport de dépendance se reflète en s’inversant dans les relations entre Du Bellay et Oliver de Magny, autre poète secrétaire à Rome. Les Souspirs de Magny constituent en outre un autre recueil de sonnets épistolaires qui confirme l’existence du milieu sociopoétique des Regrets, puisqu’ils partagent un bon nombre de destinataires. Enfin, on verra qu’à la veille des guerres de religion, Du Bellay commence à transcender la poétique de l’éloge, si problématique pour lui et néanmoins si importante dans le recueil, pour se tourner vers la poésie religieuse : « Je veulx chanter de Dieu », déclare-t-il.

Les destinataires majeurs

2Ce sont les sonnets adressés aux destinataires préférés du poète qui nous donnent les exemples des relations épistolaires les plus riches : on y trouve les sujets fondamentaux du recueil, touchant non seulement à son style, mais aussi à son économie thématique. Néanmoins, Du Bellay a tendance à aborder certains sujets avec des interlocuteurs différents. Ainsi, dans la correspondance avec Morel et Vineus, le sujet de l’amitié et surtout la réflexion autour de la faveur des puissants occupe le premier plan, anticipant ainsi sur la partie encomiastique du recueil. Comme la poétique constitue un fil conducteur des sonnets du recueil, Du Bellay aborde ce thème avec différents destinataires : avec Paschal, il traite du style du recueil, avec Gordes, de la poésie amoureuse, et donc des antécédents poétiques des Regrets, et avec Dilliers, de la théorie de la satire. En même temps, il ne manque pas d’adresser à Morel et à Paschal des satires particulièrement critiques concernant la papauté. La poétique elle-même représente le thème privilégié des échanges avec Ronsard et, dans les sonnets qui lui sont adressés, s’esquisse une identité qui se définit en s’opposant à celle du chef de la Pléiade.

Jean de Morel — l’exercice de l’amitié

  • 1 Richard Cooper fournit de nombreux renseignements sur les relations entre Morel et Vineus dans son (...)
  • 2 Cooper, p. 489.
  • 3 « Ce Jean Morel, Gentilhomme amateur de toutes vertus, a été célébré par les vers de Ronsard, Bayf, (...)
  • 4 Voir Cooper, p. 489, surtout notes 70, 71 et 72. L’« Elegia Ad Ianum Morellum Ebred., Pyladem suum  (...)

3Pierre de Ronsard et Jean de Morel sont les destinataires les plus fréquents des Regrets. Certains aspects des rapports de ce dernier avec Du Bellay ont été abondamment étudiés dans un article de Cooper1. Originaire d’Embrun dans le Dauphiné, gouverneur du fils bâtard d’Henri II, Henri d’Angoulême, Jean de Morel joua un rôle important dans les milieux littéraires parisiens, tenant même un salon rue Pavée2. Il transmit également son goût de l’érudition à sa famille et les poètes de la Pléiade louaient particulièrement les poésies grecques, latines et françaises de sa fille Camille3. Maréchal des logis de la reine et maître d’hôtel du roi, Morel jouissait de la faveur royale et était le protecteur des élèves de Dorat. Les sonnets des Regrets et certaines lettres publiées par Nolhac témoignent également de son amitié vive pour Du Bellay4.

4Le premier sonnet adressé par Du Bellay à Morel lui transmet de ses nouvelles :

Si tu ne sçais (Morel) ce que je fais icy,
Je ne fais pas l’amour, ny autre tel ouvrage :
Je courtise mon maistre, & si fais d’avantage,
Ayant de sa maison le principal souci.

Mon Dieu (ce diras tu) quel miracle est-ce cy,
Que de veoir Dubellay se mesler du mesnage,
Et composer des vers en un autre langage !
Les loups & les aigneaux s’accordent tout ainsi.

  • 5 Il y a deux points après cette apostrophe d’après la ponctuation de l’édition Chamard.

Voilà que c’est (Morel)5 la doulce poësie
M’accompagne par tout, sans qu’autre fantaisie
En si plaisant labeur me puisse rendre oisif.

Mais tu me respondras : donne, si tu es sage,
De bonne heure congé au cheval qui est d’aage,
De peur qu’il ne s’empire, & devienne poussif. (R 18, v. 1-14)

  • 6 « L’orientation vers le destinataire, la fonction conative, trouve son expression grammaticale la p (...)
  • 7 Jean Lecointe signale qu elles relèvent du « motif épistolaire cicéronien » dans son article « Les (...)
  • 8 Au sujet du bilinguisme poétique de Du Bellay, voir Kenneth Lloyd-Jones, « L’Originalité de la visi (...)
  • 9 Voir l’édition Screech ad loc.

5De toute évidence, il s’agit d’une sorte de petit rapport résumant les différents aspects de la vie romaine de Du Bellay. Il est bien structuré : le début de chaque strophe joue sur ce que Jakobson a appelé « la fonction conative », puisque le poète cherche systématiquement à établir le contact avec son ami, d’abord par les deux vocatifs (« Morel »), puis par les deux futurs « ce diras tu » et « tu me respondras6 ». Ces deux dernières formules sont des signes typiques de la correspondance, déjà présents chez Cicéron lui-même7. De même qu’à ses amis secrétaires Magny, Boucher et Panjas (aux sonnets 12, 14 et 15), il fait part à Morel de ses importantes responsabilités administratives, sans les opposer immédiatement à sa création littéraire. L’évocation de ces tâches s’accompagne de la mention du fait que Du Bellay compose aussi des vers latins à Rome8. Ainsi, cette épître développe les deux volets fondamentaux des Regrets, passant tout naturellement de la vie professionnelle à l’écriture poétique. Le sonnet se termine en suggérant la perte des talents poétiques de Du Bellay ; il établit un rapport discret mais réel entre le « mesnage » et le manque d’inspiration. Mais, ce faisant, le poème révèle sa dimension ludique. D’une part, il souligne son caractère épistolaire, en empruntant à une épître d’Horace la métaphore du vieux cheval9 ; d’autre part, le mot « poussif » suggère le manque de souffle et donc la perte d’inspiration. Mais les doubles sens et les jeux intertextuels démontrent que Du Bellay n’est pas à court d’inspiration. Dans sa relation épistolaire avec Morel, Du Bellay sélectionne ainsi des thèmes essentiels définissant les grandes lignes de son projet poétique, et montre de ce fait qu’il considère cet ami comme un interlocuteur privilégié.

6Situé beaucoup plus loin dans la trame de l’histoire narrée par les Regrets, le sonnet 33 communique le mécontentement et les frustrations du poète après trois ans de séjour à Rome. Cette épître se présente comme une forme du discours rhétorique, à savoir le délibératif, car Du Bellay demande à Morel s’il doit partir ou rester. Ce type d’interrogation pourrait s’adresser à n’importe quel ami proche, mais Du Bellay fait de la question du séjour un thème ayant un rapport étymologique étroit avec son destinataire. En effet, tout le poème constitue un bel exemple d’allusio, jouant sur l’idée de la mora, le retard, le séjour, contenue dans le nom « Morel ». Le mot « demeurer » n’apparaît pas moins de trois fois sous différentes formes :

Que feray-je, Morel ? Dy moi, si tu l’entends,
Feray-je encor icy plus longue demeurance,
Ou si j’iray reveoir les campaignes de France,
Quand les neiges fondront au soleil du printemps ?

Si je demeure icy, helas je perds mon temps [...]
Mais fault-il vivre ainsi d’une esperance vaine ? [...]
Je demourray pourtant, si tu le me conseilles. (v. 1-5, 9, 12 ; nous soulignons)

  • 10 « Auribus lupum teneo » : Adagiorum chiliasprima no 425. À ce sujet, voir l’article de M. D. Legran (...)

7Tout en dramatisant son dilemme jusqu’à mettre en scène sa propre indécision avec « Je ne bougeray donc. Non, non, je m’en iray » (v. 11), notre poète réussit un tour de force dans la manière dont il intègre son destinataire dans le poème. Du Bellay flatte certes Morel en lui confiant ses soucis, en faisant de lui l’arbitre (« Je demourray pourtant, si tu le me conseilles »), mais grâce à l’allusio Morel devient synonyme, voire leitmotiv, de toute l’expérience de l’exil. Même la conclusion du poème (« [...] je tiens, comme on dit, le loup par les oreilles ») est un clin d’œil à Morel, car l’emploi d’un adage répertorié chez Erasme était certainement dans le goût d’un érudit comme lui10.

8Le sonnet 33 fait partie d’une série de poèmes consacrés au thème de l’exil (29-38), où figurent justement deux autres sonnets adressés à Morel qui continuent l’allusio. De même que le sonnet 34 développe l’image de Morel demeurant en sûreté au port et contemplant « [son] Du Bellay à la mercy du vent/Assis au gouvernail dans une nef persee » (v. 13-14), le sonnet 36 insiste de façon ludique sur la notion d’exil grâce à la juxtaposition du verbe « tarder » avec le nom de l’ami, « Tant me tarde (Morel) que Paris je revoye » (v. 7), et à l’exagération qui consiste à assimiler le séjour de Du Bellay à une épopée, un véritable « siege de Troye » (v. 6).

9Les autres sonnets adressés à Morel abordent le thème élégiaque des Regrets en donnant cours à des « plaintes », qui résultent de ce séjour si prolongé. Par son énumération bâtie strictement sur des antithèses, le sonnet 39 est l’illustration formelle de la thématique exprimée dans la conclusion : « Je suis né pour la Muse, on me fait mesnager » (v. 13). Le sonnet 85, dans lequel Du Bellay décrit à nouveau ses différentes responsabilités professionnelles sur un ton désabusé, constitue le point de départ pour une série de poèmes ayant un caractère satirique très prononcé (105, III, 131). A première vue, de tels sonnets, qui décrivent différents aspects scandaleux de la cour du pape (« voir un estaffier, un enfant, une beste [...] Cardinal devenir », le vieux pape qui « au service de Dieu, ores Cesar imite ») n’ont particulièrement rien de commun avec leur destinataire ; ils pourraient s’adresser à n’importe qui partagerait ces perspectives ou s’intéresserait à l’actualité du Saint-Siège. Mais en réalité, adresser des sonnets à caractère fortement satirique, et donc potentiellement dangereux pour l’auteur et pour le destinataire, implique un certain type de relation, sans doute une amitié forte, bâtie sur la confiance. En effet, deux des poèmes très virulents qui se trouvent sur le fameux carton inséré dans l’édition de 1558 (sonnets 105 à 112) sont destinés à Morel, alors qu’ils ne manifestent pas un caractère épistolaire particulier et que seulement deux autres de ces sonnets ont des destinataires.

10Le sonnet 146, long mea culpa, semble faire état de la réception de l’œuvre à ce lecteur privilégié qu’est Morel :

  • 11 Pour le sens de l’expression « contrefaire les vieux », voir le sonnet 21, vers 11 (à Nicolas Denis (...)

Souvent nous faisons tort nous mesme’à nostre ouvrage,
Encor’ que nous soyons de ceulx qui font le mieulx :
Soit par trop quelquefois contrefaire les vieux11,
Soit par trop imiter ceulx qui sont de nostre aage. (v. 1-4)

11Ce premier quatrain est consacré à l’accueil qu’un public instruit a réservé à son œuvre : avant la querelle des Anciens et des Modernes, on a reproché à Du Bellay d’être à la fois trop antiquisant et trop moderne. Ensuite, on apprend quelle a été la réception accordée aux poèmes par les princes, car à force de trop servir à quémander, ou à faire sa propre louange, ses poèmes lui ont coûté leur faveur :

Nous ostons bien souvent aux princes lecourage
De nous faire du bien : nous rendant odieux,
Soit pour en demandant estre trop ennuyeux,
Soit pour trop nous loüant aux autres faire oultrage. (v. 5-8)

12Evoquant son « labeur / Veuf d’applaudissement, de grace, & de faveur » (v. 9-10), le poète attire ainsi l’attention de Morel sur son propre isolement. L’épître devient un moyen de rechercher un soutien amical pour lutter contre l’abandon et de réaffirmer ses liens avec des gens qui partagent les mêmes valeurs :

Bref, loüe qui vouldra son art, & son mestier,
Mais cestui-la (Morel) n’est pas mauvais ouvrier,
Lequel sans estre fol, peult estre bon poëte. (v. 12-14)

13C’est aussi l’épître qui permet à Du Bellay au sonnet 183 de se plaindre auprès de Morel de « noz trafiqueurs d’honneurs » et de louer en même temps sa protectrice Marguerite de Savoie.

Vineus – la captatio benevolentiæ

  • 12 « Both Rabelais and Boulliers were living in the household of Jean du Bellay, and it seems most lik (...)
  • 13 Du Bellay fait état à son cousin de « ce qu’on m’a callomnieusement imposé envers vous, corne j’ay (...)

14Les amis de Du Bellay ont souvent des relations étroites entre eux ; ainsi, Jean de Morel était le précepteur du jeune « Vineus », c’est-à-dire de Jérôme della Rovere, Sieur de Vineus [Vinovo]. Jean Du Bellay figurait sans doute aussi parmi ses protecteurs, et c’est probablement chez ce dernier que Della Rovere a connu Pierre Paschal12. Envoyé extraordinaire d’Henri II à Rome en 1556, puis à nouveau en 1557, « Vineus » participe aux vicissitudes de l’existence romaine du poète. Ainsi, nous apprenons dans les lettres de Joachim que c’est Vineus qui lui a apporté la lettre dans laquelle Jean Du Bellay lui faisait part de sa colère à propos de la publication des Regrets13.

  • 14 Tout porte à croire que les sonnets ont été composés à des moments différents, mais que Du Bellay l (...)
  • 15 Comme le note Katz: « Sonnet 42 opens with lines which are too hyperbolic and too rhetorically cont (...)

15De même que dans les sonnets adressés à Morel, le rapport épistolaire avec Della Rovere se caractérise par une certaine affectivité. Celle-ci peut s’exprimer grâce à la fonction conative, au moyen d’apostrophes multiples, par exemple, mais aussi, inversement, grâce à un repli sur soi, lorsque le poète parle à cœur ouvert sur un thème qui suppose une relation confiante et amicale avec le destinataire. Le nombre de sonnets adressés à Vineus témoigne de l’amitié profonde qui l’unissait à Du Bellay. Comme les poèmes destinés à Morel et à Ronsard, la plupart des sonnets adressés à Vineus est rassemblée en une série relativement serrée, quatre poèmes étant compris entre les sonnets 42 et 4714. La série en question est un long « regret », sur le thème du service rendu et du mérite non récompensé. Les aspects pathétiques et rhétoriques15 du premier sonnet de cette série, Regrets 42, sautent aux yeux :

C’est ores, mon Vineus, mon cher Vineus, c’est ore
Que de tous les chetifs le plus chetif je suis,
Et que ce que j’estois plus estre je ne puis,
Aiant perdu mon temps, & ma jeunesse encore.

La pauvreté me suit, le souci me devore,
Tristes me sont les jours, & plus tristes les nuicts,
O que je suis comblé de regrets, & d’ennuis !
Pleust à Dieu que je fusse un Pasquin ou un Marphore. (v. 1-8)

  • 16 Il y a aussi, comme dans d’autres sonnets, une transformation, ou plutôt un redéploiement dans un n (...)
  • 17 Voir l’épigramme LUI de l’édition Defaux des Œuvres poétiques, t. II, p. 317.

16Les deux premiers vers sont bâtis sur des répétitions et des renchérissements imbriqués les uns dans les autres. D’abord, le destinataire est apostrophé deux fois dans le même vers (et trois fois au total dans le sonnet), « Vineus » étant repris avec l’adjonction du mot « cher ». Cette répétition est elle-même encadrée par celle de « c’est ores » qui relance la proposition juste avant la rime. La fin de la proposition est ainsi différée jusqu’au vers suivant où Du Bellay renchérit sur son propre commentaire grâce à une nouvelle répétition, en se disant plus chétif que tous les chétifs. Or le poète ne s’arrête pas là. Le verbe « suis », à la rime du vers 2, constitue le point de départ d’une série de rimes internes (« je suis », v. 2 — « me suit », v. 5) et de fin de vers. Il amorce en outre les jeux phoniques autour de la voyelle aiguë « i » qui se terminent avec le mot « ennuis » (v. 7) : ce phonème pourrait bien renforcer le sentiment d’angoisse déjà créé par les procédés répétitifs16. En même temps, cependant, le premier quatrain témoigne d’un certain ludisme littéraire, car l’expression « ce que j’estois plus estre je ne puis » est la transposition de l’incipit d’une épigramme de Marot, « Plus ne suis ce que j’ay esté17 ». Du Bellay fait ainsi un clin d’œil à Morel en utilisant le langage de Marot pour décrire sa propre situation.

  • 18 C’est l’origine d’un genre très en vogue à l’époque ; voir par exemple le recueil Pasquillorum tomi (...)

17Or paradoxalement, après l’expression d’une affectivité d’apparence si recherchée et si individuelle, le poète énonce à la fin du deuxième quatrain le souhait de se dépersonnaliser en devenant une statue, un Pasquino, sur laquelle on avait l’habitude, à Rome, d’afficher des poèmes satiriques anonymes, des pasquinades18. Seul le Pasquino offre donc à Du Bellay le moyen de donner libre cours sans danger à son fiel dans la poésie satirique :

Je n’aurois le sentiment du malheur qui me poingt,
Ma plume seroit libre, & si ne craindrois point
Qu’un plus grand contre moi peust exercer son ire. (R 42, v. 9-11)

  • 19 Nous verrons plus loin que Gordes et Dilliers bénéficient de cette même confiance.

18Du Bellay fait évidemment allusion ici aux risques qu’il a encourus à cause de ses satires, en s’adressant à l’émissaire qui sera chargé de lui faire part de la colère du cardinal Du Bellay après la publication du recueil. Le choix des destinataires est ici encore, comme dans les sonnets adressés à Morel, fort significatif. La nature périlleuse de la satire impose que seuls les amis proches de Du Bellay, ceux en qui il a sans doute le plus de confiance, soient les destinataires de lettres satiriques ou métasatiriques19. En outre, c’est le mode de discussion qui détermine la façon dont la sadre est présentée : grâce au genre épistolaire, elle apparaît comme une épître familière. La forme de la lettre semble limiter sa portée au domaine privé en lui donnant un ton plus personnel.

19Ces réflexions aboutissent à une pensée utopique et subversive ; l’écrivain sans entraves est plus puissant que le roi :

Asseure toy Vineus que celuy seul est Roy,
A qui mesmes les Roys ne peuvent donner loy,
Et qui peult d’un chacun à son plaisir escrire. (v. 12-14)

  • 20 Katz: « A further macrotextual irony is the fact that the poet wishes that he were “un Pasquin ou M (...)

20Ainsi, le passage de l’élégie, du monde privé et cloisonné du moi, au forum public de la satire est bloqué : en dehors de la relation épistolaire intime, le poète ne peut pas « à son plaisir escrire » sans « qu’un plus grand contre [luy] peust exercer son ire » à moins de se dépersonnaliser, de devenir statue. Or l’encadrement épistolaire offre une protection : Du Bellay s’exprime librement dans ces satires20, mais l’accès de la satire paraît limité à un petit cercle d’« initiés » et non pas destiné à une diffusion publique. La forme épistolaire sert aussi à définir et affermir les liens constituant ce réseau.

21Cette stratégie ne semble pas avoir toujours réussi. Lorsque le poète se défend contre l’accusation de déloyauté devant Vineus au sonnet 43, en tentant de se dépeindre comme un serviteur fidèle, c’est peut-être parce qu’il s’est trop laissé emporter par son goût pour la satire et qu’il en subit maintenant les conséquences :

Je ne commis jamais fraude, ne malefice,
Je ne doutay jamais des poincts de nostre foy,
Je n’ay point violé l’ordonnance du Roy,
Et n’ay point esprouvé la rigueur de justice. (v. 1-4)

22Néanmoins, « le malheur [le] poursuit, & tousjours [l’] importune » (v. 11) et Du Bellay conclut : « Je n’ay ce malheur merité, / Et que digne je suis de meilleure fortune » (v. 13-14). Si le poète fait sa propre apologie à son ami, c’est que l’émissaire Vineus est parfaitement bien placé pour comprendre sa situation. Le sonnet 46 précise les espérances de Du Bellay :

Si pour n’avoir jamais par importunité
Demandé benefice, ou autre recompense,
On se doit enrichir, j’auray (comme je pense)
Quelque bien à la fin, car je l’ay merité. (v. 5-8)

23La deuxième partie du sonnet tourne potentiellement à la satire, car au premier tercet Du Bellay évoque un monde à l’envers où seuls le larcin et la tromperie sont récompensés :

Mais si par larrecin advancé l’on doit estre,
Par mentir, par flater, par abuser son maistre,
Et pis que tout cela faire encor’ bien souvent. (v. 9-11)

24On peut imaginer que, comme certaines satires, ce plaidoyer pourrait être destiné, au-delà de Vineus, à un protecteur. On aurait ainsi affaire à une lettre à destination différée.

25Les enjeux du sonnet 47 sont avant tout de nature affective ; le premier quatrain constitue une captatio non seulement benevolentiæ, mais lacrimæ :

Si onques de pitié ton ame fut atteinte,
Voiant indignement ton amy tormenté,
Et si onques tes yeux ont experimenté
Les poignans esguillons d’une douleur non feinte. (v. 1-4)

26La stratégie rhétorique consiste à movere, à pousser Vineus aux larmes afin d’obtenir son aide. Or comme c’est toujours le cas chez Du Bellay, les considérations morales sont liées à un choix de style poétique. La vertu de ce poète qui prône un comportement simple et direct, sans ambiguïté ni artifice, est confirmée par le caractère de ses vers :

Voy la mienne en ces vers sans artifice peinte,
Comme sans artifice est ma simplicité :
Et si pour moy tu n’es à pleurer incité,
Ne te ry pour le moins des souspirs de ma pleinte. (v. 5-8)

27Au-delà de l’aveu d’impuissance qu’ils contiennent, ces vers devraient attirer notre attention sur le caractère programmatique du sonnet. En effet, ils sont en parfait accord avec les idées exprimées aux premiers sonnets du recueil, dans lesquels Du Bellay fait valoir son intention de composer des vers sans « les pigner & friser » (R 1, v. 12) ; le poète se confie ici à Vineus comme aux « plus seurs secretaires » de son cœur. Mais ce quatrain est peut-être à rapprocher plus encore du poème liminaire adressé à Jean d’Avanson, dans lequel le poète répond à la question « de quoi servent ces plainctes ? » (v. 73), en affirmant que « Ainsi les fruicts que la douleur produict, / Sont les souspirs & les larmes non feinctes » (v. 75-76). En outre, il explique que ses vers servent à « desaigrir l’ennuy qui [le] tormente » (v. 80) :

Et c’est pourquoy d’une doulce satyre
Entremeslant les espines aux fleurs,
Pour ne fascher le monde de mes pleurs,
J’appreste icy le plus souvent à rire. (v. 81-84)

28On remarquera que Du Bellay passe ici du thème de la souffrance personnelle à des considérations sur la réception de son ouvrage ; la satire permet non seulement de se « désaigrir », mais elle épargne au lecteur une longue litanie de plaintes moroses. Au sonnet 47, cependant, il s’agit tout d’abord de la réception du poème par un ami, donc d’une réception privée. Les sonnets 42, 43, 46 et 47 font l’effet d’une accumulation de plaintes un peu lourde visant à persuader un seul destinataire de la gravité de sa situation. Comme il n’y a pas de satire pour alléger cette série, Du Bellay est conscient que l’effet produit risque d’être le contraire de celui qu’il cherche à obtenir, à savoir amener son destinataire à la compassion.

29À ce sujet, il est instructif d’examiner le sonnet 48, apparemment dépourvu de destinataire :

O combien est heureux, qui n’est contreint de feindre
Ce que la verité le contreint de penser,
Et à qui le respect d’un qu’on n’ose offenser,
Ne peult la liberté de sa plume contreindre !

Las pourquoi de ce nœu sens-je la mienne estreindre,
Quand mes justes regrets je cuide commencer ?
Et pourquoy ne se peult mon ame dispenser
De ne sentir son mal, ou de s’en pouvoir pleindre ?

On me donne la genne, & si n’ose crier,
On me voit tormenter, & si n’ose prier
Qu’on ait pitié de moy. ô peine trop sugette !

Il n’est feu si ardent, qu’un feu qui est enclos,
Il n’est si facheux mal, qu’un mal qui tient à l’os,
Et n’est si grand’ douleur, qu’une douleur muette. (v. 1-14)

  • 21 Voir par exemple Les Deux sermons funèbres ès obseques & enterrement du feu Roy Treschrestien Henri (...)

30Les thèmes abordés correspondent étroitement à ceux qui étaient développés au sonnet 42 : non seulement la liberté d’expression devient impossible, par respect « d’un qu’on n’ose offenser », mais toute écriture pèse sur l’âme du poète comme une violation en puissance, et un « nœu » l’étreint dès qu’il prend la plume. Ainsi bâillonné, le poète a recours au langage pétrarquiste dans les deux tercets où il évoque sa « genne », ses tourments, sa peine, ce « feu [...] enclos », ce « mal qui tient à l’os ». Ce poème se distingue du sonnet adressé à Vineus parce que Du Bellay évite de s’attarder sur les détails pathétiques de son malheur et intègre de nouvelles images empruntées à la poésie pétrarquiste. De fait, si le sonnet 42 fait penser à une épître privée destinée à un ami intime, le sonnet 48 semble d’une nature essentiellement circulaire, visant un groupe plus large d’amis susceptibles de compatir, mais peut-être surtout des poètes capables d’apprécier cette transformation subtile d’une tradition poétique très en vogue. Or, si on examine de près le sonnet 47, Du Bellay s’adresse aussi à Vineus en tant que poète21 et fin connaisseur des courants poétiques de son époque :

Ainsi (mon cher Vineus) jamais ne puisse-tu
Esprouver les regrets qu’esprouve une vertu,
Qui se void defrauder du loyer de sa peine :

Ainsi l’œil de ton Roy favorable te soit,
Et ce qui des plus fins l’esperance deçoit,
N’abuse ta bonté d’une promesse vaine. (v. 9-14)

  • 22 Voir infra, p. 130.
  • 23 Voir par exemple le sonnet 19, où il signale à Ronsard que « de sa faveur Henry t’estime digne » (v (...)

31De même que dans un sonnet destiné à Dilliers (Regrets 3522), Du Bellay semble parodier ici le langage des Amours de Ronsard, où figurent des mots-clés comme « peine », « esperance », et « vaine ». L’apparition de telles expressions dans le contexte de ce sonnet particulier pourrait avoir un rapport avec le thème de la quête de la faveur du roi, car ailleurs dans les Regrets, Du Bellay insiste assez lourdement sur la faveur royale dont jouit le poète vendômois23. Le sonnet cité opposerait donc plaisamment les malheurs de Du Bellay à l’heureux sort de Ronsard, sous la forme d’une parodie qui ne pouvait échapper à Vineus puisqu’il connaissait aussi bien les vers de l’un que de l’autre.

  • 24 On s’étonne donc qu’un érudit aussi avisé que Cooper fasse remarquer cela à propos des sonnets 42, (...)

32Les sonnets que l’on vient d’examiner témoignent bien de la volonté du poète d’engager son destinataire à le soutenir dans ses affaires ; si les phénomènes de destination, souvent complexes et subtils, ne permettent pas d’affirmer avec certitude que le destinataire ne pouvait être que Jérôme della Rovere, les sujets abordés, mais aussi les allusions et le langage employés supposent une amitié, voire une complicité, qui ne pouvait exister qu’avec Vineus en vertu de la situation et des connaissances de ce dernier24. Lorsqu’il s’adresse à un groupe indéfini, comme au sonnet 48, Du Bellay compose des « regrets » de caractère plus général, en évitant les remarques particulièrement amères et les récriminations telles qu’on en lit au sonnet 46, par exemple. Le sonnet 48, commençant par l’expression « O combien est heureux », renoue avec d’autres sonnets essentiellement élégiaques, comme les sonnets 31 et 38. Le sonnet 46, en revanche, prépare les poèmes satiriques, qui, sauf dans les cas les plus virulents où le poète sera obligé de se transformer en « Pasquin ou Marphore », seront adressés aux amis les plus proches.

  • 25 « The poem mirrors della Rovere’s involvement in French policy in Italy, and their common interest (...)

33Les trois autres sonnets à Vineus contrastent fortement avec ceux qu’on vient d’analyser parce que le poète y passe au second plan. Deux de ces poèmes (Regrets 124 et 132) contiennent des allusions historiques et géographiques ayant un rapport étroit avec leur destinataire ; le troisième (Regrets 177), en revanche, ne manifeste en apparence qu’un rapport très faible avec Della Rovere, car il chante les éloges de Marguerite à Vineus. Comme Cooper l’a souligné, les liens entre le sonnet 124 et son destinataire sont clairs : il est question de leurs intérêts communs et de la réussite de la politique française en Italie25. Or la relation de Du Bellay avec un envoyé comme Della Rovere est matière à jeu. En effet, si la parodie d’une dépêche diplomatique n’était pas évidente aux trois premières strophes, elle le devient au dernier tercet, dans lequel Du Bellay, invitant son ami à répondre aux critiques de la politique française envers l’Italie, lui enjoint de « mander » sa réponse :

Voila que disent ceulx, qui discourent du Roy :
Que leur respondrons-nous ? Vineus, mande le moy,
Toy, qui sçais discourir & de paix & de guerre. (v. 12-14)

  • 26 Voir supra, p. 86.

34Le sonnet 132 fait partie de l’ensemble des sonnets consacrés à différents épisodes du retour de Du Bellay vers la France et qui forment une séquence de cartes postales poétiques26. Du Bellay, qui passait à travers Urbin, Ferrare et les États de l’Église, prend parti pour Urbin, dont le duc, Guidobaldo II della Rovere, est un parent lointain de Vineus :

Vineus, je ne viz onc si plaisante province,
Hostes si gracieux, ny peuple si humain,
Que ton petit Urbin, digne que soubs sa main
La tienne un si gentil & si vertueux Prince. (v. 1-4)

35Les procédés affectifs analysés précédemment sont mis en œuvre ici : la répétition de l’expression « ton petit Urbin » rappelle « mon cher Vineus » du sonnet 42. D’autres détails témoignent des rapports chaleureux que le poète entretient avec l’émissaire du roi. D’une part, contre toute attente, Du Bellay, qui prétend sentir le nœud de la contrainte et dit souffrir d’une « douleur muette », se laisse aller à des commentaires acerbes sur « l’État du Pape » au deuxième quatrain :

Quant à l’estat du Pape, il fallut que j’apprinse
A prendre en patience & la soif & la faim :
C’est pitié, comme là le peuple est inhumain
Comme tout y est cher, & comme lon y pinse. (v. 5-8)

  • 27 « [...] Guidobaldo, who until 1555 had been captain general of the Papal armies, resigned in 1555 a (...)
  • 28 Cooper: « [...] the prise of the Duke of Urbino in Joachim Du Bellay’s sonnet cornes with strange t (...)

36Mais il y a également d’autres enjeux politiques. Cooper note qu’on soupçonnait Guidobaldo d’avoir des sympathies pour la cause espagnole et que Vineus, tout en étant au service du roi Henri II, soutenait Guidobaldo27. La fidélité de Vineus est ainsi mise en doute, même si, dans les faits, il ne perdit jamais ses responsabilités. Il était néanmoins dangereux pour lui et pour Du Bellay que ce dernier fasse allusion au « si gentil & si vertueux Prince », au moment où il était question des intrigues de celui-ci avec l’Espagne. Ce danger était réel même dans une correspondance confidentielle et plaisante entre amis28.

37Lorsqu’on aborde le sonnet 177, qui fait partie des derniers poèmes chantant les louanges de Marguerite (Regrets 171-191), on est d’abord frappé par la présence apparemment gratuite de Vineus en tant que destinataire. Un tel poème, consacré au thème de la vertu et de son incarnation en la princesse Marguerite, semblerait pouvoir être adressé à n’importe quel ami de Du Bellay :

Si la vertu qui est de nature immortelle,
Comme immortelles sont les semences des cieulx,
Ainsi qu’à noz esprits, se monstroit à noz yeux,
Et noz sens hebetez estoient capables d’elle,

Non ceulx-la seulement qui l’imaginent telle,
Et ceulx ausquelz le vice est un monstre odieux,
Mais on verrait encor les mesmes vicieux
Epris de sa beauté, des beautez la plus belle.

Si tant aymable donc serait ceste vertu
A qui la pourrait voir : Vineus, t’esbahis-tu
Si j’ay de ma Princesse au cœur l’image empreinte ?

Si sa vertu j’adore, & si d’affection
Je parle si souvent de sa perfection,
Veu que la vertu mesme en son visage est peinte ? (v. 1-14)

38L’argument se présente presque sous forme de syllogisme brisé : si la vertu se montrait et quelle fût perceptible, même les vicieux quitteraient le mauvais chemin. Or la vertu n’est pas perceptible par tout le monde ; mais elle l’est pour Du Bellay qui a de « [sa] Princesse au cœur l’image empreinte » (v. 11). Aussi le sonnet sert-il non seulement à faire l’éloge de la vertu de Marguerite, mais il permet à Du Bellay d’affirmer haut et fort son propre mérite. Puisque « sa vertu [il] adore » (v. 12), il est clair qu’il fait partie de « ceulx ausquelz le vice est un monstre odieux » (v. 6). Du Bellay consacre justement plusieurs sonnets des Regrets à dénoncer le vice sous toutes ses formes. C’est à Vineus notamment (Regrets 46) qu’il déclare être « serviteur inutile » (v. 14) « si par larrecin advancé l’on doit estre, / Par mentir [...] » (v. 9-10). De fait, dans les sonnets de la série 42-47, Du Bellay plaide son innocence et proclame à Vineus sa vertu : au sonnet 43, il s’écrie : « Je ne commis jamais fraude, ne malefice, / Je ne doutay jamais des poincts de nostre foy » (v. 1-2), et au sonnet 47, il va jusqu’à souhaiter à Vineus : « [...] jamais ne puisse-tu / Esprouver les regrets qu’esprouve une vertu, / Qui se void defrauder du loyer de sa peine » (v. 9-11). Il est donc logique que Du Bellay s’adresse à Vineus pour faire l’éloge de la vertu de Marguerite et, indirectement, son propre éloge. Le panégyrique de Marguerite fait partie de l’apologie de Du Bellay, au même titre que les sonnets 42 à 47.

39Les sonnets à Vineus illustrent les rapports complexes entre le poète et son ami l’émissaire du roi ; ils montrent aussi les possibilités du genre épistolaire. Conformément aux usages cicéroniens et érasmiens, Du Bellay utilise ces sonnets pour tenir son ami au courant de ses difficultés, mais il ne s’en contente pas comme d’un simple moyen de communication. La lettre sert à plaider la cause de son auteur et à movere, à appeler Della Rovere à son secours. En même temps, comme c’est souvent le cas dans les Regrets, l’écriture s’interroge sur ses propres fonctions poétiques : Du Bellay réfléchit sur les pouvoirs et les enjeux de la satire, et ce faisant, il soulève la question de la destination indirecte, différée. En effet, la satire virulente ne peut s’adresser directement à la personne brocardée sans risque pour l’auteur, à moins que l’expéditeur ne s’efface, ne devienne statue. Le texte satirique doit éviter deux écueils : encourir la colère de la personne satirisée et provoquer l’anéantissement du moi du satiriste. Étant donné les prises de position anticourtisanes de Du Bellay, la forme de l’épître s’avère aussi utile pour voiler un éloge qui semblerait déplacé s’il était direct. Elle lui permet de plaider sa cause auprès d’un ami sous la forme d’éloge de sa protectrice Marguerite. On se rend compte de l’extraordinaire souplesse du genre épistolaire, qui peut exploiter les ressources d’autres genres comme la satire et l’encomium. Enfin, l’écriture épistolaire met pleinement en évidence ses aspects ludiques, en parodiant et transformant tantôt la poésie de Ronsard (au sonnet 47), tantôt le langage pétrarquiste (au sonnet 48).

Dilliers — les usages de la satire

  • 29 Voir Vallée, p. 49-50.

40Les sonnets à « Dilliers » s’apparentent aux poèmes adressés à Morel, dans la mesure où ils reprennent le thème de l’exil et le mettent en scène sur le mode ludique grâce à l’allusio. Oudart d’Illiers, dit Dilliers, originaire de la Beauce, était gentilhomme ordinaire du roi et gouverneur du Perche29. Le premier sonnet qui lui est adressé s’ouvre par trois comparaisons dont le thème commun est la fatigue :

La nef qui longuement a voyagé (Dillier)
Dedans le seing du port à la fin on la serre,
Et le bœuf, qui long temps a renversé la terre,
Le bouvier à la fin luy oste le collier :

Le vieil cheval se voit à la fin deslier,
Pour ne perdre l’haleine, ou quelque honte acquerre,
Et pour se reposer du travail de la guerre,
Se retire à la fin le vieillard chevalier. (R 35, v. 1-8)

  • 30 Voir Weber, p. 431 et Screech ad. loc.
  • 31 Voir toute la discussion très pertinente de Katz, p. 128. Il cite L. Wierenga, « Les Regrets de Du (...)

41Les différents éditeurs et critiques30 ont signalé ce que cette énumération doit au poète élégiaque romain Properce (II, xxv, 5-10) et au poète italien Pamphilo Sasso. D’autres critiques y ont vu le langage pétrarquiste, commun à la série des sonnets 34-3831. Or la rime offre un début de réponse pour expliquer le rapport entre ce sonnet et d’Illiers : Dilliers rime avec « collier » et « deslier ». Le navire, le bœuf et le cheval finissent tous par être « déliés », « libérés » de leur peine — à la différence du poète évidemment — et ce gentilhomme symbolise leur libération grâce à son nom. En effet, il s’agit du même jeu étymologique que nous avons observé dans les sonnets adressés à Morel : la destination est renforcée par un rapprochement sonore ludique entre le nom du destinataire et le fil conducteur du poème.

42On aura noté que les comparaisons des deux premiers quatrains sont empruntées à la poésie amoureuse : tandis qu’un soldat, un navire ou un bouclier finissent toujours par connaître le repos, Properce assure à Cynthie que lui sera toujours à son service, même à l’âge de Nestor. Les propos de Du Bellay appellent un examen attentif :

Mais moy, qui jusqu’icy n’ay prouvé que la peine,
La peine & le malheur d’une esperance veine,
La douleur, le souci, les regrets, les ennuis,

Je vieillis peu a peu sur l’onde Ausonienne. (R 35, v. 9-12)

43Se décrivant en l’occurrence comme un exilé, notre poète rompt manifestement avec un contexte amoureux. Ce choix devient encore plus évident si on étudie ce sonnet à la lumière d’un autre texte, cette fois d’un poète français, Ronsard. En effet, dans les Amours de Cassandre (1552), il y a un sonnet qui rappelle de manière frappante ce poème des Regrets. Ronsard y célèbre l’année 1546, lorsque Cassandre « Lia mon cuœur de ses graces épris » (v. 1), « né pour souffrir une peine immortelle » (v. 6) :

L’an est passé, & l’autre commence ores
Où je me voy plus que devant encores
Pris dans leurs retz : & quand parfoys la mort

Veult delacer le lien de ma peine,
Amour tousjours pour l’ennouer plus fort,
Oingt ma douleur d’une esperance vaine. (t. IV, p. 98, v. 9-14)

  • 32 Sur le thème de l’espérance, voir par exemple au t. IV, p. 15 (XI, 11) et p. 96 (XCVII, 7). L’image (...)
  • 33 Voir supra, p. 118.
  • 34 Voir supra, p. 125.
  • 35 Voir l’expression « une promesse vaine » (v. 14), et les cinq premiers vers du sonnet 101, particul (...)

44Les similitudes entre les deux textes sont trop évidentes pour être dues au hasard. Non seulement ils partagent l’idée du « lien » qui ne se laisse pas « delacer » (même si dans le texte de Du Bellay le lien physique n’est pas explicite), mais ils présentent les mêmes expressions et les mêmes sonorités ; de surcroît, « peine » et « esperance vaine » se trouvent à la rime, chez Du Bellay comme chez Ronsard. De fait, les mots « peine », « esperance » et « vain » reviennent inlassablement dans le recueil du chef de la Pléiade, où ils constituent un champ lexical distinct32. Le texte de Du Bellay est donc une espèce de parodie de la poésie de Ronsard dont il existe d’autres exemples dans les Regrets. Cela est notamment le cas du sonnet 33 à Morel33 et du sonnet 47 à Vineus34, déjà étudiés, et également du sonnet 24 à Baïf35. Ces multiples occurrences du lexique de Ronsard dans des sonnets adressés à trois destinataires différents suggèrent une certaine complicité entre les amis de Du Bellay, tous à même de décoder la parodie. Dans la mesure où, dans le sonnet cité plus haut, Du Bellay affirme son indépendance et emploie, en les renouvelant, les thèmes et le langage pétrarquistes, l’idée du lien, du détachement prend un sens métapoétique : s’il y a une servitude dont Du Bellay aimerait se défaire, c’est celle du pétrarquisme. Mais on est obligé de reconnaître que cette tradition poétique nourrit continuellement ses vers, même si elle est satirisée.

45Sur le plan épistolaire, ce sonnet présente un cas très riche de destination multiple. Tout d’abord, pour être apprécié à sa juste valeur, il suppose que Dilliers soit amateur de poésie pétrarquiste et bon connaisseur de la poésie de Ronsard. Mais au-delà de Dilliers lui-même, le poème vise un second destinataire, à savoir l’auteur des vers qu’il parodie. Et au-delà encore, il s’adresse à tout le cercle d’amis parmi lesquels les Regrets circulent, et qui sont en quelque sorte les témoins et garants des affirmations d’identité et de l’évolution du poète angevin. Ce sonnet constitue donc aussi un exemple de destination différée.

46Dans la mesure où Du Bellay exhorte Dilliers à une fuite en commun, aux sonnets 50 et 116, ceux-ci renouent avec le thème du lien insécable. Pour atteindre leur destinataire, tous deux combinent l’emploi de multiples impératifs (exemples de la fonction conative) avec une satire générale des milieux politiques. La structure de ces quatrains sera utilisée dans le sonnet 53 à Gordes, qui commence par « Vivons (Gordes) vivons, vivons & pour le bruit » (v. I) :

Sortons (Dilliers) sortons, faisons place à l’envie,
Et fuions desormais ce tumulte civil,
Puisqu’on y voit priser le plus lache & plus vil,
Et la meilleure part estre la moins suivie. (R 50, v. 1-4)

Fuions (Dilliers) fuions ceste cruelle terre,
Fuions ce bord avare, & ce peuple inhumain,
Que des Dieux irritez la vangeresse main
Ne nous accable encor’ soubs un mesme tonnerre. (R 116, v. 1-4)

47Au sonnet 50, Du Bellay invite Dilliers à le suivre en exil, littéralement jusqu’aux confins du monde. Le rapprochement avec l’histoire d’Ovide est rendu explicite à la fin :

Et quoy ? ne sçais-tu pas que le bany Romain
Bien qu’il fust dechassé de son peuple inhumain,
Fut pourtant adoré du barbare coursaire ? (v. 12-14)

48Les marques épistolaires sont fortes : Du Bellay interpelle Dilliers, anticipe sur ses réponses grâce à « Et quoy ? » et « ne sçais-tu pas ? ». Le tour ne manque pas d’humour, étant donné que Du Bellay propose maintenant un second exil. Le premier, qui consistait à quitter son pays natal pour Rome, était en même temps un retour à son patrimoine culturel et intellectuel. Cette expérience différait ainsi radicalement de celle de son modèle Ovide, qui avait dû s’éloigner de la ville éternelle pour s’installer aux bords de la mer Noire, dans une civilisation moins développée. Or en proposant maintenant de s’en aller vivre chez le « barbare coursaire », Du Bellay suit strictement l’exemple ovidien. L’épître ovidienne — et l’épître tout court — lui permet d’être toujours en exil où qu’il se trouve.

49Après avoir discuté des pouvoirs et des périls de la satire avec Vineus, Du Bellay formule avec Dilliers des principes de lecture et d’interprétation :

Ce ruzé Calabrais tout vice, quel qu’il soit,
Chatouille à son amy, sans espargner personne,
Et faisant rire ceulx, que mesme il espoinçonne,
Se jouë autour du cœur de cil qui le reçoit.

Si donc quelque subtil en mes vers apperçoit
Que je morde en riant, pourtant nul ne me donne,
Le nom de faint amy vers ceulx que j’aiguillonne,
Car qui m’estime tel, lourdement se deçoit.

La Satyre (Dilliers) est un publiq exemple,
Où, comme en un miroir, l’homme sage contemple
Tout ce qui est en luy ou de laid, ou de beau.
Nul ne me lise donc, ou qui me vouldra lire,
Ne se fasche s’il voit par maniere de rire,
Quelque chose du sien portrait en ce tableau. (R 62, v. 1-14)

50Du Bellay aborde un autre aspect de sa poésie lorsqu’il déclare à Dilliers, au sonnet 77, que son but n’est pas de scandaliser :

Je ne descouvre icy les mysteres sacrez
Des saincts prestres Romains, je ne veulx rien escrire
Que la vierge honteuse ait vergogne de lire,
Je veulx toucher sans plus aux vices moins secretz.

Mais tu diras que mal je nomme ces regretz,
Veu que le plus souvent j’use de mots pour rire,
Et je dy que la mer ne bruit tousjours son ire,
Et que tousjours Phoebus ne sagette les Grecz. (R 77, v. 1-8)

  • 36 Katz commente: « [...] Du Bellay will deviate considerably from the Horatian norm in the sonnets to (...)
  • 37 Voir « Satyram periculosissimum esse genus scribendi, ad Marinum » (ép. 21) :
    Si quid sit tibi de De (...)
  • 38 « The satiric target of most of the poems to follow in the second segment are various Italian “type (...)
  • 39 « [...] his intention, then, is to avoid the role of the darkest kind of moralist. There is deep ir (...)

51Dans le premier sonnet, Du Bellay déclare qu’il n’épargne personne, pas même ses amis. En visant des individus, Du Bellay atteint tout le monde et le lecteur de ses épîtres ou satires doit reconnaître « Quelque chose du sien portrait en ce tableau » (v. 14). Citant l’exemple d’Horace, il rappelle la convention qui veut que la satire encourage la découverte de soi par la confrontation avec les types de personnages qu’elle met en scène36. Inquiet de la réaction de ses lecteurs au sonnet 62, Du Bellay soulève la question de la satire politique et religieuse et analyse la problématique du genre des Regrets au sonnet 77. Ces deux poèmes témoignent de la crainte de l’auteur qu’un lecteur ou un groupe se reconnaisse dans la satire, se vexe et s’en prenne à lui. D’une part, Du Bellay redoute de tomber en disgrâce ou de susciter la haine ; d’autre part, il souhaite respecter les règles de la bienséance, afin de ne pas trop déplaire aux autorités ecclésiastiques. Il laisse percer ces mêmes appréhensions de façon plus explicite encore, sous forme de conseils donnés à un certain Marinus dans une épître latine37. Dans les Regrets, Du Bellay ne se qualifie pas de « feint amy » par pure coquetterie littéraire. Il arrive, en effet, que sous couvert de louer Ronsard, Du Bellay fasse de lui un objet de railleries38. Quant aux satires ecclésiastiques, certaines sont tellement virulentes quelles sont consignées dans le fameux carton rarissime (sonnets 105 à 112) de l’édition de 1558. Même dans les sonnets publiés, les implications scandaleuses ne sont parfois guère déguisées. Par exemple, au premier quatrain du sonnet 77 déjà cité, le rapprochement entre « mysteres sacrez » et « vices secretz » est particulièrement osé39. Il n’est pas surprenant qu’au second quatrain du même sonnet Du Bellay ressente la nécessité de s’adresser à Dilliers, afin de justifier pourquoi on trouve, dans un recueil dont le titre renvoie au genre élégiaque, de tels « mots pour rire » (v. 6). Il fait ainsi à son ami l’aveu de la nature contradictoire de son œuvre et de son moi poétique, et lui fait part de ses états d’âme. Cette déclaration n’est pas sans rappeler l’être protéiforme de Pétrarque.

  • 40 Voir l’édition Aris-Joukovsky des Œuvres poétiques de Du Bellay (t. II) : elle cite Malcolm Smith q (...)

52Les deux sonnets adressés à Dilliers servent la thématique de l’œuvre, mais ils ont également une fonction formelle essentielle. Les poèmes 62 et 77 introduisent, respectivement, la séquence de satires d’« amis » et celle des gens d’Église. Plus précisément, le discours théorique du sonnet 62 se trouve littéralement encadré par deux sonnets qui donnent deux exemples du « feint amy ». Le sonnet 61, à Gordes, évoque l’ami abusif, emprunteur d’argent ; le sonnet 63, destiné à Charles de l’Estrange, protonotaire du cardinal de Guise et abbé de La Celle, condamne l’ami infidèle et inconstant qui ne suit que son intérêt. De même que Du Bellay choisissait de livrer ses soucis professionnels à des destinataires eux-mêmes secrétaires (sonnets 12, 14, 15), de même les sonnets sur la fausse amitié sont adressés à des amis. Au sonnet 61, il se peut qu’il ait à l’esprit un personnage particulier, identifiable seulement par le destinataire Gordes et la personne visée, mais la formulation « Qui est amy du cœur est amy de la bourse, / Ce dira quelque honneste & hardy demandeur » (v. 1-2) donne au sonnet un aspect gnomique général. Quant au sonnet 63, il cible un individu dont l’identité reste controversée40.

53Dans les sonnets adressés à Dilliers, Du Bellay ne se limite pas à des considérations théoriques sur la satire. Le sonnet 139 sert à inaugurer une série de sept poèmes qui offrent tous des satires de la cour, sous forme de conseils donnés à leurs destinataires :

Si tu veulx vivre en court (Dilliers) souvienne-toy
De t’accoster tousjours des mignons de ton maistre [...]

Souvienne-toy encor’ de ne prester ta foy
Au parler de chacun [...]

N’avance rien du tien (Dilliers) que ton service [...]

Ne fay que pour autruy importun on te nomme [...]
T’en souvienne (Dilliers) si tu veuls vivre en court. (v. 1-2, 5-6, 9,12, 14)

  • 41 D’autres sonnets prodiguent des conseils à Guillaume Cousin (R 142), Odoart Bizet (R 143) et Betran (...)

54Ce sonnet a une structure assez proche du sonnet 50, où Du Bellay exhorte Dilliers à s’enfuir avec lui par un jeu étymologique sur son nom, à cette différence près que les fonctions conatives du sonnet 139 sont bien davantage mises en évidence, au moyen de nombreux impératifs et de trois apostrophes du destinataire. Seul le sonnet 140 fait mieux, qui offre à Ronsard des conseils sur le comportement courtois en apostrophant son destinataire pas moins de quatre fois. Tandis qu’au sonnet 50, le poète associe le destinataire à son entreprise de fuite par des impératifs à la première personne du pluriel, au sonnet 139, en revanche, les impératifs à la deuxième personne du singulier dissocient le poète de son propre discours sur la cour, aussi informé soit-il. De fait, tout se passe comme si c’était Dilliers qui avait demandé à Du Bellay des renseignements sur la vie à la cour. Le poète ne semble pas vouloir encourager son ami à y vivre et fait d’emblée de son projet une hypothèse : « Si tu veulx vivre en court (Dilliers)41 ».

  • 42 Avant la déception du sonnet 130 à Dorat, où il déclare : « Adieu donques (Dorat) je suis encor’ Ro (...)

55Les sonnets 139 à 145 sont de bons exemples de lettres à destination différée. Adressés, pour la plupart, à des individus précis, ils portent tous plus ou moins sur le même sujet, à savoir l’hypocrisie de la cour. Il est néanmoins impossible de préciser un rapport déterminant entre les propos tenus et le destinataire explicite. Même si celui-ci lisait probablement en premier le sonnet qui lui était destiné, la série était sans doute susceptible d’être appréciée et comprise par l’ensemble des personnes à qui les poèmes étaient destinés, ainsi que par le groupe d’amis parmi lesquels ils circulaient. Or on discerne dans le sonnet 139 à Dilliers certains traits stylistiques, l’accumulation de procédés conatifs, apostrophes et impératifs par exemple, qu’ils partagent avec d’autres poèmes qui lui sont également adressés. Ainsi le sonnet 139 comporte non seulement des traits épistolaires généraux, mais il s’adapte aussi à la personnalité du destinataire, si mal connu nous soit-elle. Ces éléments nous conduisent à poser comme hypothèse que Dilliers a sans doute joué le rôle de « représentant de groupe ». Le sonnet 129, également à destination différée, renforce notre conviction que ces sonnets contribuent à rassembler les amis de Du Bellay par l’intermédiaire de Dilliers. À un autre moment de transition important dans le recueil, où il imagine l’enthousiasme à son arrivée en France42, Du Bellay s’adresse à nouveau à Dilliers :

Je voys (Dilliers) je voys serener la tempeste [...]
Je voys mon grand Ronsard, je le cognois d’ici,

Je voys mon cher Morel, & mon Dorat aussi,
Je voy mon Delahaie, & mon Paschal encore :Et voy un peu plus loing (si je ne suis deceu)
Mon divin Mauleon, duquel, sans l’avoir veu,
La grace, le sçavoir & la vertu j’adore. (v. 1, 9-14)

  • 43 Sur ce personnage, voir Laumonier, Ronsard poète lyrique, p. 51-53 ; l’édition Chamard des Œuvres p (...)
  • 44 Voir, dans l’édition Mac Kay des Gayetez de Magny, la note au vers 37 du poème liminaire « A Pierre (...)

56À travers l’épître de Du Bellay, c’est Dilliers qui assiste aux retrouvailles du poète et de ses amis lors de son retour. Autant, sinon plus, que dans les sonnets qui persiflent la cour, Du Bellay entretient des rapports affectifs étroits avec tous les personnages mentionnés ici : outre Ronsard et Morel figurent son ancien précepteur Jean Dorat, le poète Maclou de la Haye, qui était avec Du Bellay sur les bancs du collège de Coqueret43, et Pierre Paschal. Le rapport entre Du Bellay et Pierre Michel de Mauléon, protonotaire de Durban, conseiller au Parlement de Paris, est moins clair : sa présence semble surtout être un hommage indirect à Paschal, à qui il est presque toujours associé dans les poésies de Ronsard et d’Olivier de Magny44. Dilliers est sans doute l’ami de tous ces personnages, mais lorsque Du Bellay lui adresse ce sonnet, il ne privilégie personne en particulier ; ce poème célèbre son propre retour, annoncé ainsi à ses proches qui le liront à tour de rôle. La lettre sert aussi à affirmer la solidarité d’un petit groupe d’amis.

Gordes — à propos de la poésie amoureuse

  • 45 C’est Weber qui donne 1562 comme date de décès ; Lalanne, éditeur des Œuvres de Brantôme, et Arnaud (...)
  • 46 Voir Chamard, sonnet LUI, ad loc. Chamard utilise l’orthographe « Raimbauld », mais nous allons res (...)
  • 47 Voir Borricand, p. 24 et De la Chesnaye-Desbois et Badier, p. 604. Bertrand-Rambaud père rédigea so (...)
  • 48 Voir Haag, t. IX, p. 279.
  • 49 Voir supra, p. 107.

57Avant d’aborder l’analyse des sonnets adressés au dit « Gordes », il faut tenter de résoudre la question de son identité. On sait que ce personnage appartenait à une branche de la famille provençale célèbre d’Agoult, devenue Simiane. L’homme qui nous intéresse est en outre seigneur de Gordes, petit village situé dans le Vaucluse. La plupart des éditeurs modernes des Regrets, que ce soit Henri Chamard, Michael Screech ou Daniel Aris et Françoise Joukovsky, signalent qu’il s’agit de « Jean-Antoine de Simiane (1525-1562)45, seigneur de Cabanes et de Gordes, protonotaire apostolique, frère puîné de Bertrand-Rambaud de Simiane (1513-1578), baron de Caseneuve et de Gordes [...] qui fut plus tard lieutenant du roi en Dauphiné46 ». Jean-Antoine et Bertrand-Rambaud V étaient les fils de Bertrand-Rambaud de Simiane, baron de Cazeneuve, père de dix-huit enfants et maître de requêtes à l’hôtel du Roi en 1548, président au grand conseil en 1551, et ambassadeur à la cour de Rome en 155647. En plus des deux fils déjà mentionnés, un troisième mérite notre attention : Jean-Baptiste de Simiane, devenu évêque de Vence en 1555, évêque d’Apt en 1560, et qui, comme son frère Jean-Antoine, s’est converti au protestantisme48. En outre, un indice utile se trouve dans un sonnet adressé à Dagaut, qui fait mention de Gordes49 :

Nous autres malheureux suivons la court Romaine,
Où, comme de ton temps, nous noyons plus parler
De rire, de saulter, de danser, & baller,
Mais de sang, de feu, & de guerre inhumaine.
Pendant, tout le plaisir de ton Gorde, & de moy,
C’est de te regreter, & de parler de toy. (R 57, v. 5-10)

  • 50 Voir Monluc, Commentaires (p. 208) : « Il est cité parmi les capitaines de Piémont dans une instruc (...)

58Il apparaît donc que Gordes se trouvait à Rome avec Du Bellay. Dans ce cas, le mystérieux inconnu pourrait être le père Bertrand-Rambaud IV ; mais son âge à cette date le rend un compagnon moins vraisemblable de Joachim Du Bellay, lui-même né en 1522. Or ni Jean-Antoine ni JeanBaptiste ne semblent avoir passé du temps en Italie. Le fils BertrandRambaud V, baron de Caseneuve et de Gordes (1513-1578), en revanche, fut capitaine du Piémont où il participa à de nombreuses guerres et devint gouverneur de Mondovi50. Il est tout à fait possible qu’il ait occupé un poste important à Rome, en même temps que son père était ambassadeur à la Cour de Rome.

  • 51 Pour la popularité de la poésie néocatullienne dans la poésie française de la Renaissance, voir Jul (...)

59Cependant, si le « Gordes » des Regrets a un passé guerrier, Du Bellay lui propose un antidote d’inspiration néocatullienne, sur le modèle du fameux poème de Catulle à Lesbie, « Vivamus, mea Lesbia, atque amemus » (Catulle 551) :

Vivons (Gordes) vivons, vivons & pour le bruit
Des vieillards ne laissons à faire bonne chere :
Vivons, puis que la vie est si courte & si chere,
Et que mesmes les Roys n’en ont que l’usufruit. (R 53, v. 1-4)

  • 52 Nous citons toujours d’après le texte de Demerson (Poemata, t. VII) :
  • 53 La colombe est l’objet d’une grande préoccupation dans la poésie néocatullienne à partir de Giovann (...)
  • 54 Le poème dresse un inventaire de la poésie amoureuse latine, néolatine, italienne et française. Il (...)
  • 55 C’est le cas de Panjas, qui selon Chamard était l’auteur d’Amours de Colombe qui ne furent pas publ (...)

60Quel rapport avec Bertrand-Rambaud ? Les impératifs forcent l’attention du destinataire « Gordes », invité plus loin à goûter « quelquefois la doulceur du plaisir » (v. II). Cette exhortation vient en réponse à une interrogation collective qui sollicite à la fois Gordes et le poète : « Donq imiterons-nous le vivre d’une beste ? » (v. 9). Exhortant au « carpe diem » et au « vivamus », Du Bellay ne s’adresse à aucun autre destinataire sur ce mode à fois horatien et catullien. Ici, la poésie latine de Du Bellay éclaire le discours métapoétique des Regrets. D’abord, l’invitation à jouir des plaisirs du moment est bien plus pressante dans les poésies latines de Du Bellay, elles aussi composées à Rome, que dans les Regrets. L’épigramme 34 intitulée « Ad Gordium, ut lætus vivat » en est un exemple. Mais plus remarquable encore est le fait que Du Bellay dédie à Gordes tout son cycle de poèmes amoureux, connu sous le nom des « Amours de Faustine ». Dans l’épître dédicatoire, modèle du genre néocatullien52, Du Bellay emprunte une expression amoureuse des Carmina afin d’exprimer son affection pour son ami, qu’il aime, comme Lesbie son moineau, « plus [...] oculis suis ». Or la colombe, l’oiseau fétiche des néocatulliens53, apparaît métonymiquement sous les traits de la maîtresse, lorsque Du Bellay s’adresse à Gordes dans Amores 24. Dans ce poème hendécasyllabique intitulé « De poetarum amoribus, ad Gordium », Du Bellay parle de la « columba54 » de ce dernier, ce qui donne à penser que Gordes affectionnait particulièrement ce genre de poésies ou qu’il en composait lui-même55.

61La tendance gnomique continue à se manifester dans une autre partie des sonnets des Regrets destinés à Gordes, qui développe des observations sur les personnages typiques de la cour romaine. À nouveau, Du Bellay s’adresse à son ami en conseiller, comme au sonnet 61, où il met en garde contre les conséquences d’une générosité débordante :

Gordes, si tu veuls vivre heureusement Romain,
Sois large de faveur, mais garde que ta main
Ne soit à tous venans trop largement ouverte. (v. 9-11)

62On ne peut savoir si Gordes a réellement demandé conseil à Du Bellay. Ce dernier semble plutôt offrir un conseil d’ordre général qu’il aurait pu présenter en utilisant le pronom impersonnel « on », mais qu’il choisit de personnaliser en prenant Gordes à témoin avec le « tu ». Le sonnet 73 repose sur l’opposition entre un « vieillard vicieux » et un « jeune ambicieux ». C’est l’occasion pour Du Bellay d’aborder un des thèmes qui servent de fils conducteurs au recueil, le jeu des apparences et de l’hypocrisie. Le vieillard est critiquable pour son « aveugle appétit » de la jeunesse, mais rien n’est aussi redoutable qu’un jeune arriviste :

Mais je ne crains rien tant qu’un jeune ambicieux,
Qui pour se faire grand contrefait de l’hermite,
Et voilant sa traïson d’un masque d’hypocrite,
Couve soubs beau semblant un cœur malicieux. (v. 5-8)

63Ces quatre vers sont un véritable déferlement de termes à connotation négative signifiant la dissimulation. Le vieillard vicieux inspire « horreur » (v. I) et dégoût. La duplicité et la fausseté du jeune opportuniste suscitent la méfiance :

Quand bien un naturel de tous deux je regarde,
Comme un fangeux pourceau l’un desplaist à mes yeux,
Comme d’un fin renard de l’autre je me garde, (v. 12-14)

64Le vieillard est une espèce de monstre répugnant, « un fangeux pourceau » qu’on repousse pour des raisons surtout esthétiques : il « desplaist ». Mais les réactions du poète vis-à-vis du jeune hypocrite sont plus ambiguës : la méfiance et la crainte sont à la mesure des talents de ce « fin renard ». Redoutant peut-être les ruses d’un pareil animal, Du Bellay affirme la volonté idéologique de se démarquer d’un comportement dont il se reconnaît capable mais qu’il veut néanmoins dévaloriser et rejeter.

65Une opposition comparable à celle que nous venons d’analyser sert d’articulation au sonnet 75. Du Bellay y compare le sot audacieux au vil flatteur. Gordes déteste le premier, mais Du Bellay le tolère car son discours solipsiste ne lui impose aucune contrainte (« Je le laisse tout seul luy mesme entretenir »). Le flagorneur, en revanche, lui est insupportable, d’autant plus qu’il entraîne le poète à devenir lui-même « outre [son] gré courtisan » (v. II). Le poème assoit le contraste d’opinion entre Du Bellay et Gordes autour de symétries chiasmiques accusées et de la forme impérative :

Gordes, que Dubellay ayme plus que ses yeux,
Voy comme la nature, ainsi que du visage,
Nous a fait differents de meurs & de courage,
Et ce qui plaist à l’un, à l’autre est odieux. (v. 1-4)

  • 56 Voir la discussion de la destination formellement indéterminée supra, p. 96.
  • 57 Comme le soulignent M. A. Screech et H. Chamard, on trouve l’original latin dans les Poemata, dans (...)

66Le choc des deux noms propres juxtaposés renforce, sur le plan formel, la divergence de pensée entre les deux hommes. Aux vers 5 et 6, Du Bellay entame une forme de dialogue en citant les paroles du destinataire : « Tu dis : je ne puis voir un sot audacieux » (v. 5). Cette apostrophe vigoureuse fait contraste avec celle, encore plus forte, du sonnet précédent, qui commence aussi par « Tu dis », sans toutefois que le destinataire soit explicitement identifié56. Enfin, la spécificité de la destination est appuyée encore par l’emploi d’une expression néocatullienne, qui ne peut viser que Gordes : il est appelé celui « que Du Bellay ayme plus que ses yeux » (v. 157).

67Enfin, les talents de Du Bellay en matière de dissimulation semblent être confirmés par le sonnet 144, dans lequel il avoue :

Gordes, je sçaurois bien faire un conte à la table,
Et s’il estoit besoing contrefaire le sourd :
J’en sçaurois bien donner, & faire à quelque lourd
Le vray ressembler faulx, & le faulx veritable. (v. 1-4)

  • 58 Les remarques de Katz sont précieuses sur ce point: « The largest single irony, one might say the d (...)

68Le sonnet propose, aux trois premières strophes, une liste des manifestations possibles de l’hypocrisie. La dernière est la plus dévastatrice, le degré ultime de la ruse, qui consiste à « me feindre plus ruzé cent fois que je ne suis » (v. 12). Du Bellay admet être capable de cette forme de sournoiserie mais affirme qu’il ne souhaite pas la pratiquer, même s’il « ne blasme point ceulx qui le sçavent faire » (v. 14). Ce dernier propos ne semble toutefois guère crédible, puisqu’au sonnet 73, il pourfend le « jeune ambicieux » mais le traite aussi de « fin renard ». La haine du déguisement est un des thèmes majeurs des sonnets satiriques, par exemple du sonnet 63. Aussi faut-il gravement douter de la sincérité de ce poète qui se contredit dans ses affirmations et qui n’avoue sa capacité à camoufler ses sentiments que pour affirmer aussitôt qu’il n’en a nullement envie. De telles précautions oratoires confirment les déclarations du début des Regrets en élargissant leur portée : non seulement la facilité des vers de Du Bellay est une pure apparence (Regrets 2), mais les Regrets cachent aussi un « jeune ambicieux » qui, dans la dernière partie de son recueil (sonnets 155-190) se mettra à écrire de la poésie d’éloge après l’avoir condamnée58. Gordes, lui-même poète, a dû apprécier le jeu de masques et les dérobades du fuyant Du Bellay.

  • 59 Chamard note dans son édition, à propos du sonnet 51 : « François de Mauny, évêque de Saint-Brieuc, (...)
  • 60 Chamard l’identifie ainsi : « Jacques Bouju (1515-1577), Angevin, poète latin et français, dont les (...)
  • 61 Au sonnet 87 à Mauny. La première version de « Contre les Pétrarquistes » date de 1553.

69Gordes est présent dans une autre série de sonnets où les considérations satiriques et poétiques se côtoient. Aux sonnets 87-90, adressés respectivement à François de Mauny59, à Gordes et à Jacques Bouju60, il s’agit de l’impossibilité de fuir, qui prend une autre dimension lorsque des sorcières qui les retiennent en exil sont évoquées. Les références littéraires aux magiciennes de l’Odyssée (Circé, Harpies), de l’Énéide (Didon) et du Roland furieux (Alcine, Logistille) permettent d’établir des oppositions entre les enchanteresses maléfiques de Rome et les fées vertueuses de la patrie. La réalité sous-jacente à ce thème est assez banale : les hommes cités fréquentent tous les courtisanes romaines. Mais, en même temps, le sonnet développe des considérations poétiques plus intéressantes. En se comparant au héros du Roland furieux, Astolphe, transformé en arbre par l’ensorceleuse Alcine, Du Bellay a recours au langage pétrarquiste au moment même où il est censé y avoir renoncé61. En vérité, les allusions au Roland furieux s’expliquent par les enjeux patriotiques de la poésie du porte-parole de la Deffence. Comment pouvait-il éviter, pendant son séjour romain, de lire la poésie italienne et d’être frappé par sa richesse extraordinaire ? Dans le sonnet 89 à Gordes, Du Bellay se déclare soudain « esveillé » :

Roger devint ainsi (ce croy-je) esmerveillé :
Et croy que tout ainsi la vergongne me ronge,
Comme luy, quand il eut descouvert la mensonge
Du fard magicien qui l’avoit aveuglé.

Et comme luy aussi je veulx changer de stile,
Pour vivre desormais au sein de Logistile,
Qui des cœurs langoureux est le commun support. (v. 5-11)

  • 62 Cassandre, Marie et Hélène incarnent chacune un style de poésie amoureuse différent chez Ronsard ; (...)

70De même que Roger se rend compte de l’horrible laideur d’Alcine, grâce à l’anneau magique de Mélisse, et finit par découvrir la beauté de la vertueuse Logistille, de même Du Bellay se décide à « changer de stile ». Il se peut qu’en changeant de maîtresse, Du Bellay ait désiré changer aussi de style littéraire, car chez Du Bellay, comme chez Ronsard, les maîtresses sont étroitement associées aux questions linguistiques et stylistiques62. Lorsque notre poète déclare qu’il veut « vivre desormais au sein de Logistile, / Qui des cœurs langoureux est le commun support », il célèbre le passage de la poésie pétrarquisante et amoureuse à une poésie d’inspiration plus élégiaque et plus spirituelle. Il s’engage également dans une poésie plus française, en prenant comme muse Marguerite de Savoie, qui sera tant chantée à la fin du recueil. Du Bellay exhorte Gordes à rentrer en France avec lui par des impératifs répétés, au terme desquels apparaît justement cette « belle Dame » :

Sus donc (Gordes) sus donc, à la voile, à la rame,
Fuions, gaignons le hault, je voy la belle Dame
Qui d’un heureux signal nous appelle à son port. (v. 12-14)

  • 63 Cette expression se trouve dans Adages I, 318 (p. 423) : « [...] summus est nautarum conatus » [« [ (...)

71Cependant, comme au sonnet 33 à Morel, Du Bellay termine ce poème avec une expression prise dans les Adages d’Érasme, « remis velisque », qui semble relever davantage d’une culture humaniste latine commune que d’un patrimoine national particulier63. Cette pirouette ultime illustre à nouveau l’infidélité ludique de notre poète.

  • 64 Le sonnet 106 lui est destiné. Dans son édition, E. Droz signale que Gilbert, conseiller au Parleme (...)

72Le sonnet 92 à Gordes reprend la plupart des thèmes que nous avons vus jusqu’ici. Il s’inscrit dans cette même optique de poésie antipétrarquiste — et patriotique — et il satirise non plus des personnalités politiques et religieuses précises mais des personnages-types. La composition du poème représente en quelque sorte un acte de défense et d’illustration de la langue vernaculaire. Il est censé reprendre, en français, les poèmes latins d’un compatriote, Pierre Gilbert64, que l’on retrouve d’ailleurs dans deux pièces des Jeux rustiques, « La Courtisanne repentie » et « La Vieille Courtisanne » :

En mille crespillons les cheveux se frizer,
Se pincer les sourcilz, & d’une odeur choisie
Parfumer hault & bas sa charnure moisie,
Et de blanc & vermeil sa face desguiser :

Aller de nuict en masque, en masque deviser,
Se feindre à tous propos estre d’amour saisie,
Siffler toute la nuict par une jalousie,
Et par martel de l’un, l’autre favoriser. (v. 1-8)

  • 65 Screech commente ad loc : « L’humour de ce sonnet consiste à transposer les adjectifs habituels des (...)
  • 66 Par exemple, chez Properce, II, xxiv : « Dura est quæ multis simulatum fingit amorem / et se plus u (...)

73Non seulement la courtisane semble symboliser l’artifice, parce qu’elle se frise les cheveux et se pince les sourcils, mais elle incarne aussi la volonté de tromper : c’est d’« une odeur choisie » qu’elle se parfume, et elle a l’habitude de « sa face desguiser » et d’« Aller de nuict en masque ». Même ses sentiments sont faux, puisqu’elle prétend « à tous propos estre d’amour saisie » (v. 6). Pis encore, ces apparences cachent une réalité repoussante, un corps en pleine dégénérescence qui n’est qu’une « charnure moisie » (v. 3). Or on ne doit pas manquer d’interpréter ce sonnet en relation avec le précédent. Le sonnet 91 fait, en quelque sorte, l’inventaire des épithètes pétrarquistes, mais les applique à des traits féminins inhabituels65. Il est clair qu’il s’agit ici d’un regard critique porté sur le langage de la poésie amoureuse ; feindre l’amour est un topos de l’élégie érotique romaine, par exemple66. Le discours métapoétique continue lorsque Du Bellay décrit aussi avec dégoût les ébats érotiques de ces dames :

Baller, chanter, sonner, folastrer dans la couche,
Avoir le plus souvent deux langues en la bouche,
Des courtisannes sont les ordinaires jeux. (v. 9-11)

74Dans son édition, Chamard signale des vers latins qui décrivent les mêmes activités :

Admotis se ubi hinc & hinc labellis,
Udo tramite mutuum recursant
Linguæ [...]

  • 67 Amores 23, « Basia Faustinæ », v. 7-9 : « [...] mais quand nos lèvres à tous deux se rapprochent, q (...)

75Il se trouve que ces vers sont de Du Bellay lui-même67. Ils sont représentatifs du patrimoine poétique commun des poètes néocatulliens composant dans le sillage de Jean Second. De telles évocations témoignent d’une esthétique très raffinée — du moins en vers latins hendécasyllabiques — mais, dans ce contexte, elles ont une connotation négative, étant manifestement associées à la laideur la plus repoussante. Cette désacralisation de la femme s’accorde ici parfaitement à la démarche antipétrarquiste de Du Bellay, mais elle indique aussi un refus de la poésie amoureuse érotique tout court : le dégoût exprimé pour les courtisanes, dont les parures et les parfums cachent des corps en pleine décomposition, attire notre attention sur un édifice poétique en train de s’écrouler. Du Bellay trouve non seulement la dame repoussante, mais encore la poésie amoureuse — qu’il a évidemment lui-même pratiquée.

76On verra plus loin que Du Bellay définit d’autres aspects de sa poétique par rapport à Ronsard. Mais dans ses écrits à Gordes, ce sont des idées morales et leur impact dans le domaine poétique qu’il développe. Dans les Regrets, et surtout dans les Poemata, certaines allusions laissent penser que Du Bellay croit Gordes favorable au renouveau de la poésie latine catullienne au point de la pratiquer. En tant qu’auteur de la Deffence, mais aussi des Amores, catalogue des procédés de la poésie amoureuse latine, Du Bellay cherche à convaincre Gordes de rentrer en France velis remisque, et sans doute de revenir à la composition en langue vernaculaire. En même temps, la condamnation de la duplicité des courtisanes, au sonnet satirique 92, elles qui passent leur temps à « En mille crespillons les cheveux se frizer » (v. I), est conforme à la résolution prise par le poète au début du recueil de ne pas coiffer ainsi ses vers : « Aussi ne veulx-je tant les pigner & friser » (R I, v. 12). Pratiquer le pétrarquisme revient à « Se feindre à tous propos estre d’amour saisie » (R 92, v. 6) et être adepte de la poésie néocatullienne n’est autre chose que « Avoir le plus souvent deux langues en la bouche » (R 92, v. 10). Les satires adressées à Gordes s’avèrent beaucoup plus gnomiques et moins virulentes que celles qui sont destinées à Morel. En écrivant à Gordes, Du Bellay fait valoir sa propre évolution poétique, son désengagement d’une poésie amoureuse d’inspiration romaine et italienne, considérée comme hypocrite et superficielle, et son intérêt croissant pour une esthétique de la spiritualité et du dépouillement.

Paschal et la poétique de la prose

  • 68 Voir l’ouvrage de Georges Soubelle, Plaidoyer pour un cicéronien : Pierre de Paschal, historiograph (...)
  • 69 Du Verdier, par exemple, commente : « Il est surprenant que Paschal ait pu trouver tant de dupes. S (...)
  • 70 Voir à ce sujet le livre d’Eric MacPhail, The Voyage to Rome in French Renaissance Literature.
  • 71 Il fit partie de l’entourage du cardinal d’Armagnac.
  • 72 Mauléon figure parmi les destinataires des Regrets.
  • 73 « La renommée littéraire de Paschal, créée de toutes pièces par les poètes de son temps, repose sur (...)

77Le languedocien Pierre Paschal (1522-1565) est un personnage quelque peu controversé de l’histoire du XVIe siècle. Salué comme « cicéronien français » par les hommes de son temps, Paschal est considéré par un critique récent comme « un des représentants les plus marquants de l’humanisme méridional68 ». D’autres ont émis des réserves sur la qualité des quelques ouvrages qu’il a publiés69. Comme de nombreux humanistes contemporains70, Paschal voyagea en Italie71 ; c’est lors de ce séjour qu’il eut l’occasion de prononcer, devant le sénat de Venise, un discours contre les assassins de l’archidiacre Jean de Mauléon, frère de son ami MichelPierre de Mauléon72. Le discours, publié à son retour en 1548, le rendit célèbre73 et lui valut d’être nommé historiographe du roi Henri II et d’être engagé pour écrire une histoire des Français célèbres de son temps. Un tel projet suscita évidemment l’intérêt et les hommages de tous les poètes désireux d’être ainsi immortalisés, mais leurs espoirs furent déçus, car l’ouvrage ne vit jamais le jour.

  • 74 Nolhac intitule un chapitre de son Ronsard et l’humanisme, « Le Cicéronien de la Brigade ».
  • 75 D’autres ont cru que Du Bellay visait Paschal dans son poème « Le Poète CourtiCourtisan ». Mais nou (...)
  • 76 Voir notamment les remarques ad loc de Chamard et de Screech, ainsi que les remarques de ce dernier (...)
  • 77 Screech : « Il renonce au style élevé, au risque d’écrire une poésie prosaïque — comme Horace. Rema (...)

78Paschal est étroitement associé à la Pléiade74. Il apparaît très tôt dans les œuvres de Du Bellay, dès la Musagneomachie (1550), où le poète le salue comme une figure éclairée, au même titre que Salmon Macrin et Maurice Scève (v. 24475). Or on ne doit pas sous-estimer l’importance de sa présence dans les Regrets où il figure comme premier destinataire après le poème liminaire dédié à Jean d’Avanson. Comme nous l’avons vu plus haut (p. 68), le sonnet 2, adressé à Paschal, porte sur la question du style, en particulier sur le genus humile et les frontières respectives de la poésie et de la prose. Les commentateurs et éditeurs ont bien dégagé les allusions aux satiriques romains, tels que Perse et Horace76, et ont montré que Du Bellay adopte un style prosaïque comparable à celui des Satires d’Horace, ce qui annonce le caractère satirique du recueil77. Mais quel rapport existe-t-il entre ce débat de stylistique en vers et le destinataire Pierre Paschal ? D’après ce que nous savons, Paschal n’écrivit jamais de satires. Mais, étant donné que pratiquement tous les sonnets qui lui sont adressés ont un caractère satirique très marqué (sonnets 66, 81, 102), on peut supposer qu’il partageait les convictions politiques et religieuses de Du Bellay. En outre, la place privilégiée de ce sonnet dans le recueil pourrait refléter en partie le désir brûlant de Du Bellay de figurer dans l’histoire des hommes célèbres que Paschal était censé écrire. Comme Du Bellay, Paschal séjourna à Rome pendant un certain temps et vécut sans doute une expérience analogue.

  • 78 Voir Soubelle : « [...] dix ans avant Joachim du Bellay, qui, dans ses Regrets, lui empruntera plus (...)
  • 79 Par exemple, lorsque Paschal écrit à Mauléon : « Incredibile est quàm sit mihi suave ambulare in eo (...)
  • 80 « Alter ille (scis quem dico) usque eò fervet, ferturque avaritia, ut nihil nobis ab eo, aut admodu (...)
  • 81 « Accepi tuas literas decimo abs te die, ad quas serius meæ sunt redditæ, quòd, cui rectè darem non (...)
  • 82 « Video etiam Deos ipsos ridere hominum insaniam » (p. 92). [« Je vois les dieux eux-mêmes rire de (...)
  • 83 « Ego vero eo sum iam vultu, oratione, omni reliquo corporis motu, ut me non Gallum agnosceres, sed (...)
  • 84 « Quid his ludis Floralibus Tolosæ actum fuerit, quive palmam tulerit, valde scire aveo. Tametsi no (...)
  • 85 « Nam spero omnes homines, quid communes nostræ Musæ possint, aliquando intellecturos » (p. 111) [« (...)

79C’est en tout cas ce que montre la correspondance entre Paschal et Mauléon pendant le séjour italien de l’historien, publiée dans le même volume que le discours contre les assassins du frère de son ami78. Non seulement on retrouve dans ces lettres le désenchantement typique des humanistes79, tel qu’il apparaît à la fois dans les Antiquitez et dans les Regrets, mais on y reconnaît aussi certains traits épistolaires des Regrets. Paschal critique sans jamais nommer personne80, car il craint que ses lettres ne tombent entre les mains d’autrui81. Il porte sur les affaires de son temps le même regard acerbe que Du Bellay82 ; à la différence de celui-ci, cependant, il se vante d’avoir assimilé le comportement du courtisan italien au point de ne plus être Français83. Enfin, cette correspondance sert à affirmer une identité de groupe, comme par exemple lorsque Paschal félicite Revergat d’avoir remporté sa troisième palme des Jeux Floraux de Toulouse et exprime sa joie qu’il fasse partie du Collegium84. Paschal clôt sa lettre en faisant le vœu que leurs œuvres soient un jour reconnues et appréciées85.

80Les prétentions littéraires de Paschal expliquent sans doute en partie pourquoi notre poète lui adresserait ses réflexions programmatiques sur le style poétique qu’il envisage d’adopter. En outre, il convient de noter que Paschal était un cicéronien convaincu. Rappelons le premier tercet du sonnet 2, où apparaît d’ailleurs le nom du destinataire :

Aussi veulx-je (Paschal) que ce que je compose
Soit une prose en ryme, ou une ryme en prose,
Et ne veulx pour cela le laurier meriter. (v. 9-11)

  • 86 Dans une grande mesure, les théoriciens de la question avaient réussi à transférer telles quelles l (...)
  • 87 Voir § 164-236. K. Meerhoff parle du « nombre oratoire ».
  • 88 On appelait la phrase oratoire période : « [...] perfectus completusque verborum ambitus [...] » [« (...)
  • 89 « Solet autem queri totone in ambitu verborum numeri tenendi sint an in primis partibus atque in ex (...)
  • 90 « Nullus est igitur numerus extra poeticos, propterea quod definita sunt genere numerorum » (§ 188) (...)
  • 91 « Perspicuum est igitur numeris astrictam orationem esse debere, carere versibus » (§ 187). [« Il e (...)
  • 92 « Quo etiam difficilius est oratione uti quam versibus, quod in illis certa quædam et definita lex (...)

81Les choix stylistiques, en particulier l’adoption d’un style bas, rasant la prose, n’ont échappé à aucun commentateur de ce sonnet. Ce tercet, qui aborde la question des frontières respectives de la prose et de la poésie, semble renvoyer à une problématique chère aux défenseurs du vernaculaire à l’époque : l’importance des effets de « rythme » à l’antique dans les langues vernaculaires, afin de déterminer si celles-ci peuvent rivaliser avec les langues anciennes86. Dans son Orator, Cicéron consacre un long développement au sujet du discours rythmé en prose, qu’il appelle le genus numerosæ et aptæ orationis87. Le phénomène du « nombre », c’est-à-dire le rythme, vient de l’emploi, au début ou à la fin de la phrase cicéronienne88, de séquences de syllabes longues et brèves, qu’on appelle « clausules » et qui rappellent les pieds de la poésie latine89. L’Orator pose justement le problème de la définition de la prose relativement à la poésie : la prose doit être régie par le rythme, qui vient nécessairement de la poésie90, mais en même temps elle doit éviter de ressembler à des vers91. Pour Cicéron, grand défenseur de la prose, frôler la poésie tout en évitant soigneusement son uniformité métrique est une gageure qui prouve que la prose est plus difficile que la poésie92.

  • 93 Ainsi, l’idée antique de rythme, issue de considérations purement métriques (et donc poétiques) fin (...)
  • 94 Du Bellay va proposer des procédés de compensation pour le manque de pieds et de nombres. « Quand a (...)

82Pour leur part, certains théoriciens du vernaculaire, soucieux de fonder une langue et une littérature sur le modèle des langues et littératures anciennes, se sentaient obligés d’introduire le concept de nombre dans la prose et dans la poésie composées dans leur langue maternelle93. Ils se voyaient ainsi confrontés à la même question de la différence entre prose et poésie. L’écart prosodique énorme exige une gymnastique verbale et mentale. Du Bellay reprend le débat dans la Deffence. Il y défend sa langue contre ceux qui lui reprochaient de ne pas avoir « ses declinations, ses piez & ses nombres » (I, ix, p. 49), tout en reconnaissant la différence essentielle entre les procédés du rythme à l’antique et le phénomène vernaculaire de la rime, qu’il qualifie aussi de « rythme94 ». Bien plus, c’est dans ce manifeste qu’il affirme la parenté rythmique de la prose et de la poésie, lorsqu’il déclare : « Tout ce qui tumbe soubz quelque mesure & jugement de l’oreille (dit Ciceron) en latin s’appelle numerus, en grec pu0pôç, non point seulement au vers, mais à l’oraison » (II, viii, p. 150).

  • 95 Enfin, il pourrait également s’adresser au poète qu’était Paschal. C’est un sonnet des Souspirs de (...)
  • 96 Le « mieux disant Romain » et le laurier réapparaissent dans un autre hommage rendu à Paschal par D (...)

83Lorsque Du Bellay discute le style de sa poésie avec Paschal, d’une part il taquine son destinataire, sans doute préoccupé par ces questions car soucieux de faire revivre l’éloquence cicéronienne et donc obligé de maîtriser les célèbres clausules95. D’autre part, cependant, il y a un retour ludique vers soi. Le célèbre poète et auteur de la Deffence et illustration de la langue francoyse, parodie en quelque sorte ses déclarations précédentes : au lieu de tenter, comme Cicéron, d’élever le statut de la prose à celui de la poésie, Du Bellay abaisse la poésie et l’assimile à la prose. S’il salue les contributions cicéroniennes et humanistes de son ami96, qui convoitait sans aucun doute quelque « laurier » (v. II), Du Bellay feint ici de ne plus pouvoir prétendre à aucun honneur de ce type.

  • 97 Et il cite Vauquelin de la Fresnaye à l’appui.

84La critique n’a pas vu les origines cicéroniennes du tercet que nous avons analysé, mais Screech signale dans son édition des Regrets leur origine horatienne, qui selon lui constitue une « preuve que Du Bellay adopte le style de la satire97 ». Or, s’il s’agit bien d’une autre allusion de nature programmatique, il faut s’interroger sur le rôle de la destination ici. De fait, des cinq sonnets adressés à Paschal (2, 66, 81, 102, 188), trois ont un caractère satirique, voire caustique. Examinons d’abord la question du rapport entre l’historiographe et la matière du sonnet 66 :

Ne t’esmerveille point que chacun il mesprise,
Qu’il dedaigne un chacun, qu’il n’estime que soy,
Qu’aux ouvrages d’autruy il veuille donner loy,
Et comme un Aristarq’ luymesme s’auctorise.

Paschal, c’est un pedant’ : & quoy qu’il se desguise,
Sera tousjours pedant’. Un pedant’& un roy
Ne te semblent-ilz pas avoir je ne sçay quoy
De semblable, & que l’un à l’autre symbolise ? (v. 1-8)

  • 98 C’est l’idée de A. Henri Becker aux pages 18-24 de son livre sur Le Roy : « Regius est un pedante : (...)
  • 99 E. Droz rejette cette possibilité en raison de la traduction en français par Du Bellay des illustra (...)

85Nous sommes au début de la séquence des sonnets sadriques des Regrets, inaugurée par la satire d’un personnage appelé « Le Breton » (sonnet 58). On s’aperçoit, de fait, que la satire s’inscrit souvent dans l’épître, ou plus précisément, que Du Bellay destine à un ami la satire d’un tiers. Le sonnet 66, dirigé contre un pédant mais adressé à Paschal, fait justement contraste avec le sonnet précédent visant directement un « tu » nonidentifié sans passer par un interlocuteur épistolaire. Or ce poème engage d’emblée son destinataire, car l’usage de l’impératif « Ne fesmerveille point » et le cadre épistolaire donnent l’impression que ce sonnet vient en réponse à l’étonnement précédemment exprimé par son destinataire. Son caractère allusif saute aux yeux, puisqu’il reproche au pédant d’être un hypocrite et un roi manqué sans nommer directement sa victime. De fait, le sonnet se présente comme une énigme reposant sur des jeux de mots. Par exemple, le mot « roy », à la rime du vers 6, prête à confusion car il pourrait viser l’humaniste Louis Le Roy, connu aussi sous le nom de « regius98 ». Cette hypothèse est étayée par le mot « loy », au vers 3, qui rime avec « roy » : en effet, le prénom de Le Roy s’écrit « Loys » au XVIe siècle99. On a affaire au langage privé, codé, typique de l’épître, où les allusions composent un jeu savant intégrant et renforçant la satire, tout en contribuant à protéger l’identité de ceux qu’il serait dangereux de tourner ouvertement en dérision.

  • 100 Voir le commentaire de Screech ad loc.

86En fin de compte, ce sonnet est un témoignage d’amitié, puisque Du Bellay prend parti pour la cause de son ami Paschal contre l’hypocrite personnage évoqué. Sous forme de satire, le poète prodigue à son ami conseils et avertissements quant au type de personnages qu’il faut éviter à tout prix. On ne manquera pas de souligner qu’en s’attaquant au pédant dont il ne cite pas le nom, Du Bellay lui-même n’est pas complètement exempt d’un certain snobisme. En effet, il formule sa satire autour d’une question de nature didactique (« Un pedant & un roy/Ne te semblent-ilz pas avoir je ne sçay quoy / De semblable ? »), suivie d’une assez longue énumération d’exemples (v. 9-14). Or le dernier, en faisant allusion au tyran Denys Le Jeune (« le Syracusien », v. 12), remonte vraisemblablement au quatrième livre des Tusculanes de Cicéron100. Le sonnet se termine ainsi par un nouveau clin d’œil culturel, une preuve supplémentaire de la complicité intellectuelle entre Du Bellay et son ami destinataire.

  • 101 Pendant le séjour romain de Du Bellay il y eut trois conclaves, au terme desquels furent élus les p (...)
  • 102 Au sonnet 9, adressé à « France mere des arts, des armes, & des loix », Du Bellay affirme : « Si ne (...)
  • 103 Ses sympathies pour le protestantisme sont connues.

87Les deux autres sonnets satiriques (81,102) traitent d’affaires religieuses et plus particulièrement des pratiques scandaleuses du Vatican. Le sonnet 81 décrit l’atmosphère presque carnavalesque d’un conclave101, qualifié de « troppe divine » ; or cette image ironique est à double tranchant car l’expression désigne normalement les Muses du poète ou le groupe poétique auquel Joachim appartient102. Mais ce qui provoque le plus la raillerie du poète, c’est le commerce des votes auquel se livrent les cardinaux : on met « pour moins d’un escu dix Cardinaux en vente » (v. 14). Le lien avec le destinataire n’est pas facile à déterminer. Bien sûr, Paschal s’intéresse peut-être aux rumeurs infamantes qui circulaient au sujet de la papauté103. Mais surtout, le sonnet semble être une variation sur le nom « Paschal » : Marcello Cervini étant devenu le pape Marcel II le 9 avril 1555, le conclave décrit dans ce sonnet a dû se réunir précisément à l’époque pascale. Renouant avec le genre des allusiones, Du Bellay pratique en toute amitié son jeu épistolaire favori. Enfin, ce poème témoigne d’un genre épistolaire particulier : c’est une carte postale poétique, qui transmet au destinataire le spectacle d’un conclave tel que Du Bellay a dû l’observer.

88Le sonnet 102 pousse la satire plus loin. Il s’ouvre sur un adage typiquement humaniste (« On ne fait de tout bois l’image de Mercure », v. 1), qu’il déforme afin d’affirmer : « [...] nous voions icy / De tout bois faire Pape, & Cardinaulx aussi » (v. 2-3). Suit une longue critique de la vie fastueuse des parvenus du Vatican. Ceux-ci, de condition roturière, s’opposent aux « princes et [aux] rois, [qui] viennent grands de nature » (v. 5). Le poème célèbre ainsi une solidarité toute aristocratique entre les deux hommes qui raillent les vaines tentatives des parvenus « pour faire reverer leur grandeur, qui peu dure » (v. 8). Cette complicité de caste est ensuite soulignée par un exemple didactique proche de celui du sonnet 66, mais plus développé que ce dernier, puisque le cas de « celuy qui n’agueres trainoit / Toute Rome apres luy » occupe ici les deux tercets du poème. La cible visée est difficilement identifiable. En apparence, c’est un cas exemplaire, une généralisation faite d’après les observations de Du Bellay (« j’ay veu celuy qui n’agueres trainoit / Toute Rome apres luy », v. 9-10), mais la complicité amicale qui existe entre Du Bellay et Paschal peut laisser supposer que, sous la description générale, se cache une personne précise, connue des deux hommes. Langages privé et public coexistent à merveille. Cela permet à Du Bellay et Paschal de se moquer d’un individu précis sans le nommer, dans le cadre d’une communication privée rendue possible par la nature épistolaire du sonnet ; en même temps, grâce aux formules généralisantes (« celuy qui [...] Celuy, de qui [...] »), l’évocation semble ne viser personne et fait penser plutôt aux Caractères de La Bruyère. Le sonnet célèbre une entente privée sur le mode épistolaire et ouvre simultanément la voie à son dépassement par la transformation générique de cette entente en observations générales, en maximes.

89Étant donné la position quasi liminaire du sonnet 2 adressé à Paschal, il est assez logique que le même destinataire réapparaisse dans l’un des poèmes de clôture du recueil. Le sonnet 2 jouait un rôle annonciateur en rejetant toute inspiration divine afin de donner aux Regrets un style plus proche de la prose que de la poésie, susceptible de plaire au cicéronien Paschal. Or le sonnet 188 repose la question du style dans le cadre d’une poésie de la louange. En effet, ce sonnet fait partie de la séquence des poèmes encomiastiques (Regrets 159-191) et met un terme à une longue section consacrée à Marguerite de France (Regrets 173-189). Le désir du poète de faire l’éloge de Marguerite est freiné par la nécessité où il se trouve de se différencier des autres poètes pour obtenir son attention et sa protection :

Paschal, je ne veulx point Juppiter assommer,
Ny comme fît Vulcan, luy rompre la cervelle,
Pour en tirer dehors une Pallas nouvelle,
Puis qu’on veult de ce nom ma Princesse nommer.

D’un effroyable armet je ne la veulx armer,
Ny de ce que du nom d’une chevre on appelle,
Et moins pour avoir veu sa Gorgonne cruelle,
Veulx-je en nouveaux cailloux les hommes transformer. (R 188, v. 1-8)

90Du Bellay prétend se distinguer par des louanges dépourvues d’hyperboles épiques. En chantant Marguerite, Du Bellay compose une « simple poésie » qu’il ne veut « deguiser » (v. 9), mais il participe également à l’écriture d’une « véritable histoire » des personnes célèbres de son époque. Ainsi, le sonnet épistolaire cité sert aussi à souligner que Du Bellay est solidaire de son ami :

Je ne veulx deguiser ma simple poésie
Sous le masque emprunté d’une fable moisie,
Ny souiller un beau nom de monstres tant hideux :

Mais suivant, comme toy, la veritable histoire,
D’un vers non fabuleux je veulx chanter sa gloire
A nous, à noz enfans, & ceulx qui naistront d’eulx. (v. 9-14)

91Ce projet qui consiste à écrire pour Marguerite une poésie « simple », sans « fable moisie », « un vers non fabuleux » qu’il ne tentera pas de « deguiser », rappelle l’avant-dernier vers du sonnet 1 où le poète déclare, à propos de ses vers :

Et de plus braves noms ne les veulx deguiser,
Que de papiers journaulx, ou bien de commentaires. (R 1, v. 13-14)

  • 104 Du Bellay avait initialement misé sur l’Olive. Il y a ainsi échange de priorité entre l’Olive et le (...)
  • 105 Au sonnet suivant, Du Bellay déclare au philosophe et mathématicien Peletier du Mans : « [...] en d (...)
  • 106 Étrangement, c’est dans un sonnet des Amours qui, selon Muret, est dirigé contre un détracteur de l (...)

92Au début du recueil, le poète refuse d’émailler ses vers de plus « braves noms ». Aux tercets du sonnet 188, inversement, il refuse de « souiller un beau nom » par une poésie tarabiscotée. Cette tension entre la recherche d’une poésie dépouillée et le désir de chanter « un beau nom » est riche en conséquences. Tout d’abord, elle fournit à Du Bellay l’occasion non seulement de se différencier des pratiques littéraires de son époque et en particulier de celles de la Pléiade, mais surtout du rival Ronsard, car à la fois Du Bellay104 et Ronsard ont tenté de remplir l’espace poétique français d’un « beau nom105 ». Elle est aussi source de contradictions : par le fait même d’évoquer avec dédain les références mythologiques de ses contemporains, Du Bellay se rend lui-même quelque peu coupable de « souiller un beau nom de monstres tant hideux106 ». On pourrait attribuer cette incohérence à l’inconstance célèbre de Du Bellay, s’il n y avait pas la trace des vers de Ronsard dans les tercets de Du Bellay cités ci-dessus. En effet, l’expression dubellayenne « avoir veu sa Gorgonne cruelle » fait écho à la même métaphore dans la poésie de Ronsard :

J’ai pour maistresse une etrange Gorgonne,
Qui va passant les anges en beauté,
C’est un vray Mars en dure cruauté,
En chasteté la fille de Latonne. (t. VI, 224, v. 1-4)

93En outre, Ronsard le précède à nouveau dans le domaine même des éloges de Marguerite. Lorsque Du Bellay affirme qu’il ne veut pas « rompre la cervelle » à Jupiter « pour en tirer dehors une Pallas nouvelle » (v. 1-2), il semble parodier ces vers de Ronsard :

Par un miracle nouveau
Pallas du bout de sa lance
Ouvrit un peu le cerveau
De François seigneur de France.
Adonques Vierge nouvelle
Tu sortis de sa cervelle. (Odes I, 74-75, v. 33-38)

  • 107 Ronsard le fait dans l’antistrophe qui suit la strophe 2 qu’on vient de citer :
    Tes mains s’armerent (...)

94Enfin, la déclaration « D’un effroyable armet je ne la veulx armer » (v. 4) paraît faire écho à une antistrophe de l’ode de Ronsard, où celui-ci crée une Marguerite-Pallas si menaçante qu’il l’assimile à une Méduse107.

  • 108 Dans la Deffence, Du Bellay souligne l’importance de l’ornement et de l’embellissement dans l’ode : (...)
  • 109 Voir François Rigolot : « Chaque “Marie” qui débute un sonnet (cf. C, 8, 9, 10, 11...) est un nouve (...)
  • 110 Il est savoureux de constater que le reproche qui est fait à Ronsard est identique à celui que le p (...)

95Ainsi, la modestie affichée de la « simple poésie » de Du Bellay autorise un style proscrit lorsqu’il s’agit de parodier la poétique pratiquée par un rival. Dans ses poésies, Ronsard est coupable, telle la corneille, de s’être paré d’un « masque emprunté », mais aussi d’avoir choisi comme parure une fable « moisie », pourrie. La critique est d’autant plus curieuse que le style et ton de l’ode adressée à Marguerite semblent respecter les règles de la Deffence à la lettre108 ; Du Bellay passe sous silence la présence d’un « beau style bas » dans les sonnets de Ronsard consacrés à Marie109. Cette parodie suggère que dans sa recherche d’images extravagantes pour embellir ses évocations de dames aimées ou protectrices, Ronsard finit par introduire dans ses sonnets des « monstres tant hideux » qu’il souillent le « beau nom » de Marguerite110.

  • 111 Voir Josiane Rieu à ce sujet : « Or, les Du Bellay sont engagés dans la bataille politique et la ré (...)

96Grâce à leur caractère épistolaire, les sonnets adressés à Paschal créent un espace de discussion qui rend possible toutes les fonctions qu’on vient de voir. Tout d’abord, ils permettent de saluer et de flatter l’ami cicéronien. Ils sont aussi l’occasion de partager des moments de complicité : la satire d’une connaissance commune ou l’exposition d’une conviction partagée111 rapprochant l’expéditeur et son destinataire. Mais en même temps, ils confirment le statut privilégié du thème de l’écriture poétique. En effet, dans son entretien avec Paschal, Du Bellay amorce un réexamen de sa pratique poétique et revient sur certaines idées de la Deffence. Ce groupe de sonnets permet également à Du Bellay de reformuler sa propre poétique en présence d’un ami capable d’apprécier les nuances de cet art et les enjeux du milieu littéraire. Dans le dernier poème adressé à Paschal, sous prétexte de vouloir participer à la rédaction de son ouvrage sur les grands hommes de l’époque, Du Bellay fait du sonnet un espace consacré à la critique des pratiques poétiques de Ronsard et se positionne par rapport au plus grand poète de son temps. En fin de compte, il s’agit dans ce dernier sonnet d’un cas de destination multiple particulièrement complexe : un éloge destiné à Marguerite sert à faire une déclaration d’identité poétique auprès d’un ami, mais par sa nature même cet acte de différenciation vise aussi l’incontournable Pierre de Ronsard.

97Il est difficile de définir avec précision les différents rapports épistolaires qui se dégagent des sonnets des Regrets adressés aux amis les plus proches, Vineus, Morel, Dilliers, Gordes et Paschal. En effet, toutes ces lettres font état du mécontentement du poète, le plus souvent sous forme de satires, et elles abordent également des questions poétiques. Le premier sonnet à Morel (Regrets 18) fait part des mêmes conséquences de l’exil que les premiers poèmes adressés à Ronsard (Regrets 8 et 10) : le changement de langue et le manque d’inspiration, auxquels s’ajoute une plainte discrète concernant ses devoirs professionnels. Par un jeu d’allusio, Du Bellay fait du nom de Morel, apparenté au latin mora, un symbole de sa situation. Les sonnets à Vineus renvoient encore plus fortement à un contexte historique et personnel. Liés à « l’affaire des Regrets », ils dépeignent le malheur du poète et plaident son innocence devant l’ami. Ils peuvent aussi être interprétés comme des requêtes dissimulées, qui visent peut-être, grâce à la destination différée, à agir indirectement sur le protecteur. La fonction poétique n’est pas négligée pour autant : quand il se plaint de ne pas être reconnu à sa juste valeur ou quand il recherche la faveur royale, Du Bellay parodie les plaintes amoureuses de Ronsard, lui qui jouit de tous les avantages que Du Bellay n’arrive pas à obtenir. Enfin, ces poèmes annoncent ou peut-être inaugurent la veine satirique, dans la mesure où le poète cherche un moyen de donner libre cours à sa rancœur tout en rêvant de se dépersonnaliser et de trouver ainsi une liberté de parole totale. Si le nom de Morel suggère étymologiquement l’enfermement, Dilliers est associé au déliement, à la fuite. Cette idée se répercute sur le plan poétique : le poète rêve de se délier de ses obligations et de ses malheurs, et la parodie des vers de Ronsard suggère la volonté de se libérer de ce joug poétique. En outre, après s’être apitoyé sur sa disgrâce dans les vers à « Vineus », le poète développe, en s’adressant à Dilliers, les règles de lecture de ses satires, qui se veulent « publiques » et sans attaques personnelles. Les lettres à Gordes contiennent aussi des réflexions satiriques proprement dites, mais une bonne partie des sonnets qui lui sont consacrés traitent de thèmes métapoétiques : Du Bellay y entérine son renoncement au pétrarquisme et il élabore parallèlement une poétique du dépouillement. Cette poétique épurée est un thème privilégié des sonnets à Paschal, cicéronien et prosateur, particulièrement capable donc de cerner les rapports complexes entre prose et poésie. Ce style sans fioriture caractérise non seulement la partie élégiaque, mais également la section encomiastique des Regrets. Derechef, Du Bellay profite de ce qu’il s’entretient avec un ami pour s’inscrire en faux par rapport à la poésie de Ronsard, « coupable » d’éloges poétiques hyperboliques monstrueux. Enfin, le fait que Du Bellay adresse à Paschal des satires particulièrement virulentes semble avoir un rapport avec les convictions religieuses de celui-ci.

98À tous ces amis, Du Bellay parle de satire et de poétique, ajoutant ici et là des nuances subtiles qu’on peut attribuer, mais non sans ambiguïté, à la personnalité du destinataire. Ce qui est clair, c’est qu’il s’agit d’un public relativement homogène composé de lecteurs de poésie avisés qui sont au courant des tendances littéraires de leur temps. Les similitudes entre les différentes correspondances suggèrent que les sonnets peuvent fonctionner aussi comme lettres circulaires ; à l’usage, ils deviennent plus accessibles dans la mesure où les allusions satiriques et parodies littéraires plus obscures retiennent moins l’attention que la thématique plus générale de l’exilé malheureux et dépité. Une autre caractéristique commune de cette littérature épistolaire très riche est qu’il s’en dégage parfois un dialogue différé avec un destinataire indirect, Pierre de Ronsard, par exemple. Quand Du Bellay s’adresse directement au premier poète de France, la rivalité passe au premier plan.

L’amitié par correspondance

99Quoique nous ayons déjà noté que les exemples de correspondance dans les Regrets sont relativement rares, il n’en est pas moins vrai que ces échanges représentent les relations les plus significatives pour la compréhension du recueil. En effet, ne serait-ce que par leur densité, ils sont riches et révélateurs des personæ des correspondants et des enjeux socio-poétiques du milieu littéraire. Même si des symétries existent dans ces lettres entre amis, le sens de la hiérarchie demeure : d’une part, Du Bellay célèbre les œuvres, la gloire et la bonne fortune de Ronsard, et d’autre part Magny rend hommage à Du Bellay, plus reconnu que lui. Or les éloges à Ronsard de Du Bellay sont mêlés de critiques et fournissent à celui-ci l’occasion d’affirmer sa propre poétique dans ce qu’elle a de différent. Le caractère subversif de ces louanges est complètement absent des poèmes adressés par Magny à Du Bellay dans les Souspirs, mais ils nous offrent cependant la possibilité de confronter les œuvres de deux poètes travaillant avec presque la même inventio : la correspondance épistolaire devient intertextualité. Enfin, ce sont les Souspirs de Magny qui confirment que le milieu des Regrets n’est pas une fiction du recueil : les poèmes de Magny semblent circuler au sein d’une communauté composée des mêmes destinataires, Gordes, Boucher, Gilbert, Paschal, Bizet, Gohory et Pangeas.

Du Bellay et Ronsard — la rivalité poétique

  • 112 À propos du premier sonnet des Regrets, Richard Katz fait des remarques fort éclairantes : « More i (...)

100Du Bellay a amplement l’occasion d’aborder des questions poétiques directement avec Ronsard puisque, on l’a dit, le chef de la Pléiade représente le destinataire le plus fréquent des Regrets. Qu’il s’agisse de Marguerite, fil conducteur de la relation avec Ronsard, des réflexions sur la cour ou des enjeux linguistiques des œuvres de Du Bellay, tout touche à la poétique. Alors que dans ses rapports avec la Pléiade, Du Bellay cherche à reprendre le rôle de porte-parole, chargé de célébrer les accomplissements des autres membres du groupe, dans les sonnets à Ronsard, en revanche, il tente de créer une alternative poétique à la production ronsardienne112.

101Il n’est donc guère surprenant que plus de la moitié des sonnets, neuf exactement, adressés au chef de la Pléiade, se trouvent tout au début du recueil, où ils annoncent le projet poétique de l’auteur :

Ne t’esbahis Ronsard, la moitié de mon ame,
Si de ton Dubellay France ne lit plus rien,
Et si aveques l’air du ciel Italien
Il n’a humé l’ardeur qui l’Italie enflamme.

Le sainct rayon qui part des beaux yeux de ta dame,
Et la saincte faveur de ton Prince & du mien,
Cela (Ronsard) cela, cela merite bien
De t’echauffer le cœur d’une si vive flamme.

Mais moy, qui suis absent des raiz de mon Soleil,
Comment puis-je sentir echauffement pareil
A celuy qui est pres de sa flamme divine ?

Les costaux soleillez de pampre sont couvers,
Mais des Hyperborez les eternels hyvers
Ne portent que le froid, la neige, & la bruine. (R 8, v. 1-14)

  • 113 Voir l’analyse fine de ces vers par Katz aux pages 108-109 ; cependant, nous pensons que lorsque Du (...)

102Ce poème aborde, de manière ludique et marquée, le sujet de la production poétique de Du Bellay. Le thème est de la plus haute importance : le manque d’inspiration et l’arrêt de cette production. Or tout le poème est rempli d’allusions métapoétiques susceptibles d’être comprises du destinataire. En protestant qu’il n’est pas inspiré par « l’ardeur qui l’Italie enflamme » (v. 4), Du Bellay sous-entend qu’il ne suit pas les tendances poétiques en vogue en Italie à ce moment-là. Quelles sont-elles ? Lorsque Du Bellay explique qu’il est « absent des raiz de mon Soleil » (v. 9) alors que Ronsard a « le sainct rayon qui part des beaux yeux de ta dame » (v. 5), il continue certes sur le thème du manque d’inspiration, mais, ce faisant, il utilise les lieux communs de la poésie amoureuse, et plus particulièrement ceux de la poésie pétrarquiste. Au lieu d’annoncer qu’il renonce vraiment à composer des vers, il cherche plutôt à signaler à Ronsard qu’il ne pratiquera plus ce genre de poésie. Or, mélangeant constamment des propos d’ordre poétique et matériel, Du Bellay insinue aussi que Ronsard continue à écrire seulement parce qu’il bénéficie de « la saincte faveur de ton Prince & du mien » (v. 6). De fait, aux deux vers suivants, le lien entre les images pétrarquistes du « rayon des yeux de la dame » et d’« une si vive flamme », d’une part, et « la saincte faveur », de l’autre, s’établit grâce à un mot anodin et apoétique répété trois fois : c’est à « cela », c’est-à-dire à la faveur royale, que le chef de la Pléiade doit son succès. Le message est d’autant plus savoureux que Du Bellay utilise à nouveau ces topoi de la poésie amoureuse dans les deux tercets pour ses propres fins, et notamment afin de réclamer indirectement la faveur de Marguerite113.

103Une des caractéristiques marquantes des sonnets destinés à Ronsard est qu’ils suscitent des réponses précises du Vendômois. Par exemple, une « odelette » du Bocage reprend le thème du sonnet que l’on vient d’examiner. Ronsard y soulève la question du rapport entre la stérilité poétique et la pratique de la poésie amoureuse. Il explique à Du Bellay que des conséquences graves attendent le poète qui refuse d’écrire des vers d’amour :

Escoute, du Bellai, ou les Muses ont peur
De l’enfant de Venus, ou l’aiment de bon cœur,
Et toujours pas à pas accompaignent sa trace :
Car si quelcun ne veult les amours desdaigner,
Toutes à qui mieux mieux le viennent enseigner
Et sa bouche mielleuse emplissent de leur grace.

Mais cestui-là qui met les amours à desdain
Fust-il leur nourrisson, l’abandonnent soudain
Et plus ne luy font part de leur gentille veine. (t. VI, p. 112, v. 1-8)

104Or Ronsard va plus loin encore en faisant appel à sa propre expérience :

Certes j’en suis tesmoin, car quand je veux loüer
Quelque homme ou quelque Dieu, soudain je sens noüer
Ma langue à mon palais, & ma gorge se bouche :
Ma quand je veus d’amour ou écrire, ou parler,
Ma langue se desnoüe, & lors je sens couler
Ma chanson d’elle mesme aisément en la bouche. (v. 13-18)

105En écrivant qu’il célèbre « quelque homme ou quelque Dieu », Ronsard suggère lui-même qu’il doit son succès à ses flatteries poétiques des puissants. Mais il affirme que son inspiration, don de Vénus, se tarirait aussitôt s’il pratiquait la poésie d’éloge outre mesure comme le suggère Du Bellay.

106En outre, Ronsard est capable de prendre l’initiative d’attirer l’attention sur une problématique liée à la production poétique de Du Bellay, comme il le fait au début d’un sonnet de la Continuation des Amours :

Ce pendant que tu vois le superbe rivage
De la riviere Tusque, & le mont Palatin,
Et que l’air des Latins te fait parler latin,
Changeant à l’étranger ton naturel langage,

Une fille d’Anjou me detient en servage
A laquelle baisant maintenant le tetin,
Et maintenant les yeux endormis au matin,
Je vy (comme lon dit) trop plus heureus que sage.

Tu diras à Maigni, lisant ces vers ici,
Et, quoi ! Ronsard est donq encores amoureus ?
Mon Bellay, je le suis, & le veus estre aussi

  • 114 Selon Laumonier, ce sonnet et l’odelette du Bocage sont les seuls que Ronsard ait adressés à Du Bel (...)

Et ne veus confesser qu’Amour soit malheureus,
Ou si c’est un malheur, baste, je delibere
De vivre malheureus en si belle misere. (t. VII, p. 118114)

  • 115 L’obscurité de ce recueil justifiait le célèbre commentaire de Muret. Au premier sonnet de la Conti (...)
  • 116 « Marie, qui voudrait vostre beau nom tourner, / Il trouverait Aimer : aimez-moi donq, Marie » (v. (...)
  • 117 Voir l’introduction au tome VII de l’édition Laumonier : « Notre poète s’était donc mis en devoir d (...)

107Si Ronsard observe que « l’air des Latins te fait parler latin », c’est qu’il oppose les poèmes latins de Du Bellay à sa propre production, presque exclusivement française ; évidemment, le poème rappelle avec humour à l’auteur de la Deffence qu’il n’est ni raisonnable ni conséquent de quitter son « naturel langage » pour « l’étranger ». Le reste du poème sert à annoncer la poésie ronsardienne à venir : il s’agit de présenter un nouveau cycle amoureux, les Amours de Marie, moins savant et obscur que le cycle précédent, les Amours de Cassandre115. « Marie », dont l’anagramme est « aimer », est synonyme d’amour, comme le souligne Ronsard au sonnet 7 de la Continuation116. Faire de cette dame le symbole d’une reprise de la poésie lyrique amoureuse est d’autant plus significatif que la charge de composer son épopée, La Franciade, pèse sur Ronsard à l’époque117. Loin de se consacrer au genre le plus prestigieux, Ronsard semble plutôt vouloir rester dans le cadre du genre amoureux et pratiquer un style bas qui rappelle celui qu’affectionne Du Bellay dans les Regrets. En outre, la pertinence de la déclaration ne s’arrête pas là, car cette « fille d’Anjou » qui le « detient en servage » (v. 5) appartient au pays natal du poète angevin. Il semblerait ainsi que Ronsard cherche à rivaliser avec Du Bellay dans un domaine que celui-ci abandonne en faveur des vers latins et de ceux des Regrets.

  • 118 Voir supra, p. 66.
  • 119 Le voici :
    Nagueres, mon Ronsard, Du Bellay me disoit
    Que l’amour enflammoit plus que jamais ton ame  (...)

108Mais les deux tercets nous réservent une surprise : Du Bellay n’est pas le seul interlocuteur, ce sonnet vise aussi un destinataire différé, Olivier de Magny, également secrétaire-poète résidant à Rome. Bien plus, lorsque Ronsard écrit : « Tu diras à Maigni, lisant ces vers ici » (v. 9), il faut supposer que Magny est en effet la destination finale, la véritable raison d’être du poème. La hiérarchie est claire : Ronsard ne s’adresse pas directement à Magny mais par le biais de Du Bellay, faisant ainsi de l’Angevin son secrétaire en quelque sorte. On notera que la présence de Magny, alors même qu’il est le destinataire final de la nouvelle, est fort discrète. Quant à Du Bellay, il est chargé d’être le perroquet de Ronsard, contraint de répéter à Magny l’étonnement que le poète lui dicte et lui insuffle : « Et, quoi ! Ronsard est donq encores amoureus ? » Une telle relation de subordination rappelle « L’Epître de Frippelippe » de Marot, où c’est un secrétaire qui transmet à son ennemi Sagon les insultes du poète118. La réponse préserve parfaitement ce schéma puisque Magny à son tour répond à Ronsard, de nouveau à travers Du Bellay, au sonnet 84 de ses Souspirs119. Quoique le poète quercinois commence par apostropher Ronsard, ce sonnet rapporte une conversation avec Du Bellay, qui s’était fait son fidèle interprète.

109Du Bellay réplique à Ronsard au sonnet 10 des Regrets. Rome n’est pas responsable de son adoption du latin :

Ce n’est le fleuve Thusque au superbe rivage,
Ce n’est l’air des Latins ny le mont Palatin,
Qui ores (mon Ronsard) me fait parler Latin,
Changeant à l’estranger mon naturel langage.

C’est l’ennuy de me voir trois ans & d’avantage,
Ainsi qu’un Promethé, cloué sur l’Aventin,
Ou l’espoir miserable & mon cruel destin,
Non le joug amoureux, me detient en servage. (v. 1-8)

110Si Du Bellay compose dans une langue étrangère, c’est surtout parce que l’exil l’a éloigné de son moi naturel ; le « joug amoureux », que connaît bien Ronsard, n’aurait pas cet effet aliénant, mais ce n’est pas ce qui le retient à Rome. Le poème est riche en discours métapoétique et références intertextuelles. Tout d’abord, Du Bellay signale qu’il abandonne avec sa langue maternelle le genre amoureux pétrarquiste et qu’il passe au genre élégiaque : « [...] l’espoir miserable & mon cruel destin/Non le joug amoureux, me detient en servage. » On apprend donc sans surprise au premier tercet que son modèle cette fois sera, après Pétrarque, Ovide : « Et quoy (Ronsard) & quoy, si au bord estranger / Ovide osa sa langue en barbare changer » (v. 9-10). En citant Ovide, Du Bellay indique qu’il cherche un nouveau terrain poétique, celui de l’imitation ovidienne en latin (et en français), qui se distingue du nouveau « beau style bas » de la poésie amoureuse de Ronsard. Enfin, le poète termine en lançant une espèce de défi à Ronsard : même celui-ci, quoique « au Grec & Romain egalé » il se soit (v. 13), ne pourrait se faire connaître ou apprécier en français à Rome.

111Les Regrets continuent à opposer Ronsard, poète du genre élevé bénéficiant de la faveur des grands, à l’exilé Du Bellay, privé d’honneurs, dépourvu d’inspiration et voué au genus humile. L’affirmation de cette différence passe évidemment par la citation de vers pétrarquistes de Ronsard lui-même. Dans l’exemple précédent, on aura remarqué l’insistance sur l’idée de « servage », un mot emprunté au premier livre des Amours de Ronsard. Comme chez ce dernier, « servage » rime avec « rivage », quoique le sens soit différent :

Je ne voy pré, fleur, antre ny rivage,
Champ, roc, ny boys, ny flotz dedans le Loyr,
Que, peinte en eulx, il ne me semble voyr
Ceste beauté qui me tient en servage. (t. IV, 32, v. 5-8)

  • 120 Jean Dorat compare Du Bellay à Ulysse dans un poème latin « Ad Ioachimum Bellaium de eius reditu ab (...)

112De fait, « rive », « rivage » et « bord » sont des termes récurrents dans la première partie des Regrets et renvoient souvent aux Amours de Ronsard. Du Bellay donne cependant à « rivage » et à « servage » des sens nouveaux dans les sonnets ultérieurs, faisant par exemple du rivage un concept déterminant dès le poème liminaire adressé à monsieur d’Avanson : « La Muse ainsi me fait sur ce rivage » (v. 25). Dans cet exemple, comme dans d’autres, un lieu est associé à un ensemble de choix poétiques, linguistiques et stylistiques. Ce motif, avant d’être un topos de la poésie pétrarquiste, apparaît chez le modèle ovidien et dans une source mythologique, Ulysse contraint de rester auprès de Calypso120 ; il constitue pour ainsi dire un fil rouge dans la différenciation de sa poétique et de celle de son correspondant.

113Les sonnets Regrets 16,17 et 19 ont une particularité : adressés presque certainement à Ronsard, ils ne mentionnent pourtant pas son nom. L’absence du nom du destinataire rend la compréhension de la lettre difficile, mais elle accroît aussi le plaisir d’indiscrétion du lecteur non initié qui croit avoir affaire à un billet ou une correspondance privée et non à une lettre à destination différée. Ces trois poèmes reposent largement sur l’allusio et la complicité.

114Dans le sonnet 16, Du Bellay oppose Magny et Panjas auxquels « le malheur [...] fait ces tristes vers chanter » (v. II) à Ronsard qui « d’un plus heureux son » (v. 5) va chanter « l’heur de Henry » (v. 5). Cette antithèse est renforcée par la métaphore de la rive : Du Bellay et ses amis languissent « sur le bord incogneu d’un estrange rivage », ce qui sous-entend que Ronsard fréquente l’autre rive, celle de la célébrité. Le genre poétique est aussi le résultat de leurs situations différentes : alors que Du Bellay compose de « tristes vers » et « courtise un banquier » (R 15, v. 6), Ronsard rédige une « docte chanson » (v. 8) et « courtis [e] les Roys » (R 16, v. 5).

115L’idée de rivage informe le contraste entre l’heureux nanti, voué à l’immortalité, et le pauvre infortuné au sonnet 17. La rive étrange est caractérisée par son atmosphère de mort et par sa ressemblance avec l’enfer du sixième chant de l’Énéide. Ce sonnet foisonne de références à la poésie de Ronsard :

Apres avoir longtemps erré sur le rivage,
Où lon voit lamenter tant de chetifs de court,
Tu as atteint le bord, où tout le monde court,
Fuyant de pauvreté le penible servage. (v. 1-4)

  • 121 « Chetif » est un des adjectifs préférés de Du Bellay pour se décrire : cf. Regrets 24, v. 9 ; 39, (...)

116Aux strophes suivantes du sonnet 17 des Regrets, Ronsard a réussi à traverser l’Achéron et à accoster sur l’autre rivage, laissant derrière lui « tant de chetifs de court » comme Du Bellay121, qui n’ont pas le « quatrin pour payer le naulage » (v. 8) au « Nautonnier sourd » (v. 6). Tout le premier tercet est consacré au bonheur du destinataire qui est enfin parvenu aux Champs-Elysées :

Ainsi donc tu jouis du repos bienheureux,
Et comme font là bas ces doctes amoureux,
Bien avant dans un bois te perds avec ta dame [...]. (v. 9-11)

  • 122 Voir la note au vers II de l’édition Screech.

117Si cette strophe doit beaucoup au thème des sedes beatæ de l’Énéide et à l’évocation de l’Élysée par les amoureux de Tibulle122, elle fait aussi allusion aux poésies amoureuses de Ronsard ; celui-ci évoque, lors d’un baiser, l’extase qui a failli le transporter définitivement dans l’au-delà, où il a vu

  • 123 Laumonier explique ici que « Ronsard emploie le pronom personnel leur mis pour le pronom réfléchi s (...)

Le Nautonnier ennemi,
Et les pleines où Catulle,
Et les rives où Tibulle,
Paz à paz leur123 promenant,
Vont encoresmaintenant
De leurs bouchettes blesmies
Rebaisotans leurs amies. (t. IV, p. 179, v. 49-54)

118Du Bellay envoie Ronsard définitivement dans ce royaume et en même temps à la mort. Si le ressentiment couvait depuis la fin du sonnet 16, il éclate ici au grand jour, dans le dernier tercet :

Tu bois le long oubly de tes travaux passez,
Sans plus penser en ceulx que tu as delaissez,
Criant dessus le port, ou tirant à la rame. (R 17, v. 12-14)

119De même qu’aux sonnets 10 et 16, le « rivage » de Du Bellay est synonyme de « servage ». Les deux poètes sont maintenant sur des rives opposées, et Du Bellay reproche à Ronsard, jadis un « chetif de court », d’avoir oublié « de pauvreté le penible servage » et de ne pas secourir ses amis dans le besoin.

  • 124 Mais l’on sait à quel point il ne respectera pas ce principe dans le dernier tiers du recueil.

120Le premier vers du sonnet 19 reprend le contraste entre la poésie amoureuse de Ronsard, savante, recherchée (« tu dis ta Cassandre divine »), et le discours élégiaque de Du Bellay, dont le point de départ est « je me pourmene seul sur la rive Latine » (v. 5). Or Ronsard ne compose pas que des vers amoureux. En effet, aux vers 2-3, on apprend qu’il dit aussi : « Les louanges du Roy, & l’heritier d’Hector, / Et ce Montmorancy, nostre François Nestor » ; les comparaisons à Hector et à Nestor attirent notre attention sur le caractère épique, hyperbolique de la louange ronsardienne. La « rive latine » (v. 5) de Du Bellay est juxtaposée à la rime avec sa « terre Angevine » (v. 8) : son éloignement de celle-ci fait qu’il témoignera différemment de son attachement à la France. Plutôt que de louer les grands124, il est tourné vers ses « antiques amis » (v. 7), se présentant comme un humble poète du terroir qui regrette son pays (v. 8). Ainsi, il amorce une revalorisation de l’« estrange » rivage latin, car ce dernier permet une nouvelle appréciation du pays natal.

121Enfin, au sonnet 20, Du Bellay célèbre le poète Ronsard comme s’il était déjà immortel, le comparant implicitement au premier barde béni des dieux, Orphée :

Ja du laurier vainqueur tes temples se couronnent
Et ja la tourbe espesse à l’entour de ton flanc
Ressemble ces esprits, qui là bas environnent
Le grand prestre de Thrace au long sourpely blanc. (v. 11-14)

122Le sonnet semble marquer une victoire de Ronsard sur ses détracteurs à la cour, car son « heureuse vertu triomphe de l’envie » (v. 8) ; Ronsard a aussi acquis la faveur royale dont il a besoin pour son projet d’épopée : « Courage donc (Ronsard) la victoire est à toy, / Puis que de ton costé est la faveur du Roy » (v. 9-10). Néanmoins, une lecture ironique est possible : le poète pourrait insinuer que Ronsard doit sa gloire en partie à la faveur royale.

  • 125 « Pars animæ quondam dimidiata meæ » (v. 2).
  • 126 « Vivus adhuc diram contudit invidiam » (v. 14).
  • 127 « Doctus ubi tonat ore tuus tua carmina Carlus, / Antiquæ Carlus gloria Burdigalæ, / Musarum Antist (...)
  • 128 « Atque humiles curas strepitusque, interritus, omnes / Spernebam, laudis ductus amore tuæ » (v. 41 (...)
  • 129 Cette élégie se trouve dans les Varia (no 5) du tome VIII des Œuvres poétiques du Du Bellay.

123Il est intéressant de comparer les sonnets programmatiques et les poèmes latins de Du Bellay également adressés à Ronsard. En effet, certains Poemata font l’éloge très flatteur de Ronsard sans complètement renoncer aux piques acerbes. Dans sa longue Élégie 6, « Ad P. Ronsardum, lyræ Gallicæ principem », Du Bellay commence par appeler Ronsard la « moitié de son âme » — d’autrefois125. Tout en résumant la plupart des flatteries présentes dans les sonnets 8 à 20 des Regrets, cette élégie fait aussi largement état de la jalousie suscitée par les succès de Ronsard ; si « la dévorante envie ne blesse plus [ses] vers126 », c’est que Ronsard bénéficie encore une fois du soutien d’un puissant protecteur, en l’occurrence Lancelot de Carie, qui lui « concilie les grands et notre puissant roi » et dont Du Bellay lui-même fait un éloge très courtisan127. L’esprit de rivalité chez Du Bellay saute aux yeux un peu plus loin lorsqu’il déclare à Ronsard que c’est « l’amour d’une gloire comme la tienne » — et l’on est tenté de dire que c’est seulement cet « amour » — qui lui fait oublier ces soucis quotidiens128. En revanche, l’élégie intitulée « Bellaius Ronsardo », et composée pour la première édition des Œuvres complètes de Ronsard (1560), a le caractère dithyrambique typique des pièces liminaires, présentant un public admiratif comparant le grand poète à Virgile et à Homère129.

  • 130 Cette remarque pourrait bien être ironique.

124Dans les sonnets en français, on assiste à une gradation d’insinuations caustiques qui subvertissent l’éloge de Ronsard. Son vrai titre de gloire, auquel les vers 2 et 3 du sonnet 19 faisaient déjà allusion, est annoncé clairement aux sonnets 22 et 23 : Ronsard est le poète épique de la Franciade. Le sonnet 22 reprend les thèmes habituels de la bonne fortune de Ronsard et de la trahison linguistique de Du Bellay. Plus que jamais, il plaît à Du Bellay de composer à la fois en vers latins et français, œuvres rendues possibles par la « faveur » du roi Henri II : « [...] puis que le jugement d’un prince tant humain, / De si grande faveur envers les lettres use » (v. 3-4130). Or cette flatterie différée du roi sert à lancer une espèce de défi à Ronsard : s’il a le soutien du roi, le poète n’a plus d’excuse pour ne pas achever la Franciade : « [...] le tardif labeur que nous promet ta main, / Desormais pour Francus n’aura plus nulle excuse » (v. 7-8). Du Bellay pour sa part déclare :

Ce pendant (mon Ronsard) pour tromper mes ennuys,
Et non pour m’enrichir, je suivray, si je puis,
Les plus humbles chansons de ta Muse lassee. (v. 9-11)

125Le projet littéraire de Du Bellay est tout autre. Il n’écrit pas des vers pour « s’enrichir », contrairement à Ronsard, semble-t-il sous entendre, et il affirme, en toute modestie (« si je puis »), vouloir tenter d’imiter dans les Regrets « les plus humbles chansons de [sa] Muse lassee » (v. 11). La chute est cinglante, lorsque Du Bellay suggère que Ronsard n’est peut-être pas digne de tous les avantages royaux dont il bénéficie :

[...] chascun n’a pas merité que d’un Roy
La liberalité luy face, comme à toy,
Ou son archet doré ou sa lyre crossee. (v. 12-14)

126Au sonnet suivant (Regrets 23), le ton de Du Bellay tourne à la provocation, lorsqu’aux deux quatrains il bombarde Ronsard de six questions, toutes portant sur son incapacité à passer de la poésie amoureuse à l’épopée. Ronsard n’a pas droit de réponse :

Il a le vent à gré, il est en équipage,
Il est encor pourtant sur le Troyen rivage,
Aussi croy-je (Ronsard) qu’il n’en partit jamais. (v. 12-14)

  • 131 En revanche, les Res ab Henrico rege geste de Paschal, dont il existe seulement quelques fragments (...)
  • 132 Il le fait toutefois avec des variations de ton et de style qui distinguent les Amours de la Contin (...)

127Selon Du Bellay, il n’y a pas et il n’y aura pas de Franciade131, parce que bien que toutes les conditions soient réunies pour réussir, ce n’est pas seulement Francus, mais Ronsard lui-même qui s’enlise sur « le Troyen rivage » dont il ne partira jamais. Du Bellay retourne ainsi la situation, si bien que son propre rivage paraît moins inhospitalier. Le poète, habituellement si prompt à se dénigrer lui-même, soudainement se flatte : Ronsard a épuisé son inspiration puisqu’il compose sans cesse les mêmes poèmes amoureux132, lui-même s’est renouvelé depuis l’Olive, en s’affranchissant de la poésie amoureuse d’inspiration pétrarquiste et en ouvrant la voie à une nouvelle veine poétique.

128Le retournement est complet au sonnet 26. Du Bellay n’y décrit pas ses difficultés à quitter le rivage ; cette fois, il se voit déjà accostant sur la rive de toutes les découvertes :

Tu me croiras (Ronsard) bien que tu sois plus sage,
Et quelque peu encor (ce croy-je) plus aagé,
Puis que j’ay devant toy en ceste mer nagé,
Et que desja ma nef descouvre le rivage. (v. 5-8)

129Dans ses propres sonnets, Ronsard naviguait rapidement à bord « d’une fraisle nef, & sans voyle, & sans rame » (t. IV, 48, v. 12) pour rejoindre les doctes poètes amoureux au rivage sûr des Champs-Elysées. À présent, il est rattrapé par Du Bellay qui s’aventure dans les mêmes eaux. Malgré le plus grand âge et la plus grande expérience de Ronsard, c’est Du Bellay qui mène la course. Amolli par le confort de sa situation de poète favorisé et reconnu, Ronsard s’est laissé devancer par cet aventurier tenace.

130Nous avons déjà fait remarquer que la plupart des sonnets adressés à Ronsard se trouvent au début des Regrets. De même que le sonnet quasi liminaire adressé à Paschal, ces poèmes jouent un rôle programmatique : en s’opposant au prince des poètes français et en réécrivant ses thèmes mêmes, Du Bellay élabore sa nouvelle poétique dans un dialogue épistolaire et intertextuel fondé sur des métaphores maritimes et fluviales. Ainsi, il quitte la poésie amoureuse pétrarquiste, chère à Ronsard, pour embrasser l’élégie d’inspiration ovidienne. Le rivage latin apparaît désormais plus favorable, puisqu’il fait prendre conscience à Du Bellay du charme irremplaçable de son pays natal. Ronsard en revanche semble prisonnier des exigences de la cour et d’un genre poétique en voie de dépassement. Au terme de cet ensemble de sonnets, Du Bellay triomphe des flots houleux et arrive au port, alors que Ronsard a toujours une vaste mer devant lui.

  • 133 Voir Viatte, p. 456-460.
  • 134 Sur Doulcin, voir Chardon.

131Les sonnets 98 et 147 semblent toutefois infirmer certaines de ces observations. Ils insistent à nouveau sur la supériorité de Ronsard, en soulignant surtout son statut de poète inspiré, de vates. Les poèmes 97 et 98 forment un diptyque consacré aux « Démoniaques ». Du Bellay avait eu l’occasion de voir pendant son séjour ces femmes possédées par le diable133. Ce sujet est traité différemment selon le destinataire. Au sonnet 97, le poète, d’abord proprement horrifié à la vue de ces femmes, finit par rire de l’exorcisme pratiqué par un moine. Ce poème est adressé à René Doulcin134, clerc de Chartres sans doute susceptible d’apprécier un tel humour. Le sonnet suivant, destiné à Ronsard, ressemble au sonnet 23 en ce qu’il est bâti entièrement sur des questions. Celles-ci portent dans le sonnet 97 sur la nature de la possession démoniaque. Comme l’indique Screech dans son édition des Regrets, afin de comprendre pourquoi Du Bellay pose de telles questions à Ronsard, il faut rappeler que ce dernier avait écrit pour ses Hymnes en 1555 un poème intitulé « Les Démons ». Expert en la matière, pour ainsi dire, Ronsard est donc salué ici pour son érudition. Mais Du Bellay voit aussi là l’occasion de développer une métaphore filée : seul un poète inspiré comme Ronsard peut avoir une connaissance intime de la possession puisque lui-même est « possédé » des daimones. Du Bellay le presse donc de questions précises, pour savoir par exemple si les démons qui habitent les femmes qu’il a vues sont de nature supérieure, moyenne ou basse :

Dy, je te pry (Ronsard) toy qui sçais leurs natures,
Ceulx qui faschent ainsi ces pauvres creatures,
Sont-ilz des plus haultains, des moyens, ou plus bas ? (R 98, v. 12-14)

132L’ignorance de Du Bellay dans ce domaine confirme qu’il ne fait pas partie des poètes inspirés. Dans le sonnet adressé à Doulcin, il écrit que la vue des démoniaques lui fait dresser les cheveux sur la tête, elle l’emplit de frayeur et non d’inspiration. Le sonnet 147, qui répond à un poème de Ronsard publié en tête de la traduction d’Anacréon par Rémy Belleau, semble aller dans le même sens. En effet, Du Bellay rassure Ronsard sur son statut de poète inspiré doté d’un « Démon » « qui le guide à l’immortalité » (v. 6), comme jadis Virgile et Horace. En revanche, l’œuvre de celui qui « n’a rencontré telle nativité, / Comme un fruict abortif, n’a jamais accroissance » (v. 7-8). Du Bellay pense-t-il ici à lui-même ?

133Le fait de flatter Ronsard n’implique pas nécessairement que Du Bellay se dénigre lui-même. Il nie peut-être faire partie du cercle élu des poètes inspirés, refusant ainsi à ses vers un statut de poésie d’inspiration divine, mais cette affirmation entre dans l’optique de sa nouvelle poétique, discutée au début du recueil avec Paschal. En effet, celle-ci veut être « une prose en ryme, ou une ryme en prose » (R 2, v. 10). Si, pour mettre en œuvre ce projet, Du Bellay renonce à la gloire (« ne veulx pour cela le laurier meriter », v. 11), il insiste aussi sur le caractère inédit et unique de son style : « En vain travaillera, me voulant imiter » (v. 14).

  • 135 Vers la fin, cependant, Du Bellay se montre de plus en plus dépité et avoue sa propre incapacité à (...)

134Le sonnet 140 fait partie d’une série de poèmes qui, du sonnet 139 au sonnet 146, dispensent des conseils sur la meilleure façon de se comporter à la cour135 :

Si tu veuls seurement en court te maintenir,
Le silence (Ronsard) te soit comme un decret.
Qui baille à son amy la clef de son secret,
Le fait de son amy son maistre devenir.

Tu dois encor’ (Ronsard) ce me semble, tenir
Aveq’ton ennemy quelque moyen discret,
Et faisant contre luy, monstrer qu’à ton regret
Le seul devoir te fait en ces termes venir.

Nous voyons bien souvent une longue amitié
Se changer pour un rien en fière inimitié,
Et la haine en amour souvent se transformer,

Dont (veu le temps qui court) il ne fault s’esbaïr.
Ayme donques (Ronsard) comme pouvant haïr,
Haïs donques (Ronsard) comme pouvant aymer. (R 140, v. 1-14)

  • 136 Le commentaire de Katz est brillamment éclairant ici: « Added to the cynicism of this counsel, are (...)

135Les propos sont cyniques ; les quatre apostrophes successives exagèrent le discours et le rendent autoparodique. De telles recommandations sont d’autant plus ironiques qu’elles sont destinées à Ronsard, le poète de cour par excellence136. Dans les sonnets à Dilliers, Cousin, Bizet, Gordes et Belleau, les conseils prodigués étaient fondés sur des liens d’amitié forts. Il en va peut-être de même dans ce poème à Ronsard, où Du Bellay met celui-ci en garde contre les effets néfastes de la cour sur les amitiés les plus profondes : « Nous voyons bien souvent une longue amitié / Se changer pour un rien en fière inimitié » (v. 9-10).

  • 137 Érasme utilise cette image dans l’Éloge de la Folie ; elle est illustrée par Holbein. Je remercie l (...)

136Les relations de cour sont fausses et fondées sur la flagornerie. Dans les discussions entre Du Bellay et Ronsard, le public croit d’ailleurs reconnaître le spectacle familier de deux fats, qui tantôt se disputent et tantôt se complimentent137. Du Bellay conseille donc à Ronsard :

Si mes escripts (Ronsard) sont semez de ton loz,
Et si le mien encor tu ne dedaignes dire,
D’estre enloz en mes vers ton honneur ne desire,
Et par là je ne cherche en tes vers estre encloz.

Laissons donc je te pry laissons causer ces sotz,
Et ces petitz gallandz, qui ne sachant que dire,
Disent, voyant Ronsard, & Bellay s’entr’escrire,
Que ce sont deux muletz, qui se grattent le doz. (R 152, v. 1-8)

  • 138 Katz: « Playfulness reinforces the triviality of praise (“it doesn’t hurt anyone”), and denigrates (...)

137Ces quatrains sont significatifs à plusieurs égards. Tout d’abord, ils signalent une estime et une admiration réciproques entre les deux poètes. Du Bellay, loin d’être « le pire du troppeau » (R 9, v. 14) jouit aussi d’une certaine gloire. Ensuite, pour la première fois, le vers 7 désigne clairement les échanges poétiques entre Du Bellay et Ronsard comme une correspondance. En même temps, cependant, le prestige ajouté aux réputations des deux poètes est minimisé parce que « le change & le port [...] ne couste rien ». De tels propos sont d’autant plus ironiques qu’ils anticipent la série encomiastique à suivre138.

138Le dernier sonnet à Ronsard (Regrets 181) joue un rôle tout aussi programmatique que les premiers. Du Bellay se situe par rapport à la poétique de son destinataire, en laissant entendre qu’il troque la poésie amoureuse pétrarquiste pour l’élégie et qu’il écrit en latin et en français. Comme le sonnet 188, adressé à Paschal, ce sonnet final est caractérisé par son discours métapoétique. Mais il a cela de surprenant qu’il est le premier poème à évoquer Rome depuis le sonnet 128 :

Ronsard, j’ay veu l’orgueil des Colosses antiques,
Les theatres en rond ouvers de tous costez,
Les columnes, les arcz, les haults templez voultez,
Et les sommets pointus des carrez obelisques.

J’ay veu des Empereurs les grands thermes publiques,
J’ay veu leurs monuments que le temps a dontez,
J’ay veu leurs beaux palais que l’herbe a surmontez
Et des vieux murs Romains les pouldreuses reliques.

Bref, j’ay veu tout cela que Rome a de nouveau,
De rare, d’excellent, de superbe, & de beau,
Mais je n’y ay point veu encores si grand’chose

Que ceste Marguerite, où semble que les cieux
Pour effacer l’honneur de tous les siecles vieux
De leurs plus beaux presens ont l’excellence enclose. (R 181, v. 1-14)

  • 139 « Colosse » (A 2, v. 10), « arcz » (3, v. 3), « thermes » (27, v. 4), « poudreuses relireliques » ( (...)

139Si cette évocation n’est guère typique des Regrets, consacrés plus souvent à la satire morale des personnages et des institutions de la ville éternelle, elle rappelle en revanche les Antiquitez de Rome, œuvre qui fait diptyque avec les Regrets : les colosses, les arcs, les thermes, l’idée du temps destructeur ne laissant derrière lui que de « pouldreuses reliques », la métaphore de l’enclos sont des thèmes tout à fait caractéristiques de cet autre recueil139. Lorsqu’on examine ce sonnet d’un point de vue épistolaire, on s’aperçoit qu’il s’agit à nouveau d’une louange indirecte rendue possible par la lettre. La merveille de Rome, « où tout le bien & le mal fut enclos » (A 19, v. 10), est éclipsée au dernier tercet par Marguerite. En même temps, ce sonnet renvoie aussi à son auteur et célèbre son recueil précédent, tout en annonçant, comme au début des Regrets, son dépassement par une poésie future.

  • 140 Sur l’analogie entre la lettre et l’essai, voir Rigolot, Les Métamorphoses de Montaigne, surtout le (...)

140Pour Du Bellay, l’éloge du rival et le dénigrement de soi sont une façon paradoxale d’élaborer sa propre poétique en marge de la pratique ronsardienne. La métaphore anachronique du négatif photographique caractérise bien le rapport que Du Bellay souhaite établir entre son écriture et celle de Ronsard. La lettre permet cela d’au moins deux manières. D’abord, les Lettres à Lucilius de Sénèque ont démontré qu’on peut réfléchir dans une lettre à la manière d’un essai, mais plus facilement grâce au dialogue avec un destinataire précis. On se souvient qu’un quart de siècle après la mort de Du Bellay, Montaigne avait affirmé qu’il aurait adopté la forme de la lettre pour ses Essais « si j’eusse eu à qui parler140 ». Deuxièmement, quoique la lettre serve à rapprocher les gens, elle suppose aussi par définition une distance et souligne une séparation entre l’expéditeur et le destinataire. Du Bellay creuse donc la distance qui le sépare de Ronsard en lui écrivant. Si la tradition épistolaire lui offre le moyen de se façonner une nouvelle voix lyrique et de se situer dans la tradition littéraire française et européenne, elle fait aussi de lui un solitaire, un exilé.

  • 141 Pour des exemples chez Du Bellay, voir la discussion supra, p. 89.

141Enfin, il est instructif de comparer la façon dont Ronsard et Du Bellay affirment leurs identités poétiques respectives au moyen de sonnets épistolaires. Le lecteur de la Continuation des Amours est frappé par le fait que les premiers sonnets s’adressent aux membres de la Pléiade ou à des amis : Pontus de Tyard, Étienne Jodelle, Jacques Peletier du Mans, Jean Dorat et tout naturellement Du Bellay. À la fois Du Bellay et Ronsard s’adressent aux autres pour entretenir un esprit communautaire ; ils pratiquent donc la lettre circulaire141. Alors que Du Bellay se plaît à jouer le rôle de porte-parole et à faire connaître les poèmes de ses confrères, Ronsard rassemble les autres membres autour de sa personne, chef reconnu du groupe, afin d’inaugurer son œuvre nouvelle. Chez Du Bellay, le mouvement est d’abord centrifuge, de ses poèmes vers ses destinataires, puis, au-delà, vers un public plus large, avant de revenir à soi ; en revanche chez Ronsard, l’élan est d’emblée centripète, visant à attirer l’attention du public sur son prochain exploit poétique. Ce mouvement centripète chez Ronsard fait que ses poèmes adressés à autrui sont moins influencés par leurs destinataires que chez Du Bellay et qu’ils ont par conséquent un caractère épistolaire moins marqué ; en outre, il y a peu de poèmes adressés à des personnages vivants. Alors que la forme épistolaire est la même chez les deux poètes, les effets du genre sont différents : les sonnets de Ronsard sont des poèmes amoureux écrits par une persona relativement stable, à une maîtresse à la fois, alors que Du Bellay compose des épîtres élégiaques, satiriques et encomiastiques où le moi poétique cherche subtilement à se définir en s’adressant à une multiplicité de correspondants.

Du Bellay et Magny – le secrétaire du secrétaire

142Les rapports entre Du Bellay et Magny ressemblent aux relations entre Du Bellay et Ronsard, dans la mesure où une hiérarchie est perceptible entre les deux correspondants. Cependant, ils sont différents parce que Magny accepte cette subordination sans faire appel à des stratégies visant à diminuer le prestige de l’autre. Cette correspondance n’est pas moins riche et complexe pour autant. Les preuves d’échanges entre Du Bellay et Magny sont plus nombreuses qu’entre Ronsard et Du Bellay, même si les sonnets ne renvoient pas parfaitement les uns aux autres. Mais il existe aussi un phénomène de « correspondance » à un autre niveau : non seulement les Regrets et les Souspirs partagent bon nombre de destinataires, ce qui suppose un milieu de lecteurs communs aux deux recueils, mais leurs thèmes et leurs fonctions épistolaires sont étonnamment semblables.

143Avant de comparer la façon dont les deux hommes s’écrivent et se rendent hommage, il est capital de rappeler les sonnets liminaires des deux recueils :

Souspirs I

Regrets I

Quel feu divin s’alume en ma poitrine ?
Quelle fureur me vient ore irriter,
Et mes esprits sainctement agiter
Par les rayons d’une flamme divine ?
Ce petit dieu, de qui la force insigne
Sur les grans dieux se peut exerciter,
Viendroit-il bien dans mon ame exciter
Cette chaleur d’immortalité digne ?
C’est luy, c’est luy qui souffle ceste ardeur,
Car jà desjà je fleure sa grandeur
Me bienheurant d’une nouvelle vie :
Sus donc, sus donc prophanes hors d’icy,
Voicy le dieu, je le sens, le voicy,
Qui de fureur m’a jà l’ame ravye.

Je ne veulx point fouiller au seing de la nature,
Je ne veulx point chercher l’esprit de l’univers,
Je ne veulx point sonder les abysmes couvers,
Ny desseigner du ciel la belle architecture.
Je ne peins mes tableaux de si riche peinture,
Et si hauts argumens ne recherche à mes vers,
Mais suivant de ce lieu les accidents divers
Soit de bien, soit de mal, j’escris à l’adventure.
Je me plains à mes vers, si j’ay quelque regret,
Je me ris avec eulx, je leur dy mon secret,
Comme estans de mon cœur les plus seurs secretaires.
Aussi ne veulx-je tant tes pigner & friser,
Et de plus braves noms ne les veulx deguiser,
Que de papiers journaulx, ou bien de commentaires.

144Le poème des Souspirs cherche à présenter Magny comme un poète inspiré. Celui-ci est animé de la fureur divine qui le surprend d’abord, aux deux quatrains, puis ravit complètement son âme au dernier vers. Le sonnet liminaire de Du Bellay, on le sait, s’oppose en tout point à cette conception. En évoquant le furor poeticus, Magny place son recueil sous le signe des théories et des pratiques courantes de son temps, et plus particulièrement celles de la Pléiade. Le porte-parole du groupe au contraire refuse l’inspiration. Il exclut de son projet poétique tout sujet philosophique ou cosmique qui exigerait le genre élevé, mais aussi les images, ces « tableaux de si riche peinture ». Si Magny et Du Bellay sont tous deux secrétaires, seul Du Bellay va faire de leur métier le point de départ d’une nouvelle poétique. Il entretient des rapports intimes avec ses vers et projette sur eux sa propre activité professionnelle, afin de se purifier de la souillure de tâches indignes de lui : l’humble serviteur devient prince et poète. En même temps, cependant, c’est toujours le rôle de secrétaire qui détermine en quelque sorte la nature de ces vers, assimilés à des « papiers journaulx, ou [...] commentaires » et donc, dans une certaine mesure, à de la prose.

  • 142 Voir supra, p. 63 et p. 88.

145Leurs identités poétiques respectives se manifestent différemment dans les poèmes qui suivent. Nous avons déjà vu le sonnet 12 des Regrets où Du Bellay se plaint de son « soing mesnager » à Magny, lui aussi soumis aux mêmes difficultés professionnelles142. Pour Du Bellay, ces activités administratives s’opposent à son activité poétique et l’entravent au point qu’il écrit à Magny, « Tu t’esbahis souvent comment chanter je puis » (v. 4). Magny aussi décrit les ennuis de sa situation :

Tu riz quand je te dis que j’ay toujours affaire,
Et penses que je n’ay qu’à trasser des papiers :
Mais oy, je te supply, par combien de sentiers
Il me fault tracasser, puis pense le contraire.

Mon principal estat c’est d’estre secretaire,
Mais on me fait servir de mille autres mestiers. (S 13, v. 1-6)

146Ce sonnet a la forme d’un billet, s’adressant à un « tu » non identifié. Or ce qui semble gêner Magny, ce n’est pas tant la menace que pose sa carrière à ses vers, mais le fait que le secrétaire est appelé à accomplir des devoirs qui ne relèvent pas de sa fonction proprement dite. Du Bellay énumère ce qu’il appelle ironiquement ses « passetemps » à un autre secrétaire, Panjas, au sonnet 15, posant à nouveau la même question, « Ne t’esbahis-tu point comment je fais des vers ? »

  • 143 Le sonnet 16 la confirme : « Cependant que Magny suit son grand Avanson, Panjas son Cardinal, & moy (...)

147De fait, cette sodalitas n’est pas seulement de nature professionnelle, elle est aussi de nature poétique143. C’est ce qui ressort de la lecture d’un autre sonnet de Magny, adressé aussi à Panjas et faisant l’éloge de son œuvre :

Mon divin Pardeillan, qui d’une aesle asseurée,
Voles jusques au ciel et revoies ça-bas,
Où recherchant accort ce qui ne se pert pas,
Tu t’acquiers un bonheur d’eternelle durée.

Ores tu vas chantant sur la lyre dorée
Mille beaux vers latins, qui n’ont peur du trespas,
Ore aussi d’en sonner en françois tu t’esbats,
Rendant de toi l’Itale et la France honnorée.

Moy chetif esploré par un ingrat malheur,
De tous mes longs travaux ne reçoy que douleur,
Ny de tout mon espoir aucun fruict ne retire :

Et suys perdu si toy qui les Muses cheriz,
Et qui des Muses es un des plus favoriz,
Par le son de tes vers n’apaises mon martire. (5 90, v. 1-14)

  • 144 Il pourrait s’agir de la poésie amoureuse de Panjas, car une grande partie des Souspirs est consacr (...)

148Ce sonnet rend un hommage très flatteur au poète bilingue qu est Panjas et lui promet l’immortalité. Lorsque Magny parle enfin de lui-même au premier tercet, il paraît avoir perdu ses espoirs de reconnaissance poétique, comme Du Bellay dans les sonnets 42 et 35, à Vineus et à Dilliers. Plus surprenant encore, Magny pousse le compliment jusqu’à demander à Panjas de composer des poèmes pour le soulager de ses ennuis144, comme s’il en était lui-même incapable. Du Bellay déclare lui-même à Magny :

Je ne chante (Magny) je pleure mes ennuys,
Ou, pour le dire mieulx, en pleurant je les chante,
Si bien qu’en les chantant, souvent je les enchante :
Voila pourquoy (Magny) je chante jours & nuicts. (R 12, v. 5-8)

149Contrairement à ce que le sonnet liminaire des Regrets pourrait laisser croire, Du Bellay a davantage conscience de ses propres talents poétiques que Magny, assez prompt à céder à d’autres le titre de poète afin de mieux leur rendre hommage.

150C’est encore au Magny poète que Du Bellay s’adresse au sonnet 67. Il recherche un critique averti, judicieux et franc, car le flatteur hypocrite loue sans discrimination, par intérêt, « comme si j’estois prince, ou quelque grand seigneur » (v. 4) et l’intolérant ignare « du bon & mauvais fait censure pareille » (v. 6). L’évocation de ce deuxième type de lecteur rappelle le sonnet précédent, où Du Bellay décrit à son ami Paschal le pédant « Aristarque » qui « n’estime que soy » (R 66, v. 2), mais le ton est très différent. En effet, au sonnet 66, Du Bellay interpelle son destinataire au moyen d’impératifs et d’interrogatives — « Ne t’esmerveille point que chacun il mesprise » (v. 1), « Ne te semblent-ilz pas avoir je ne sçay quoy / De semblable » (v. 7-8) — et termine sur une note satirique, en comparant le pédant à une espèce de souverain manqué, et en sous-entendant de manière un peu subversive que les souverains sont eux-mêmes des pédants. Dans ce poème, Du Bellay ne s’exprime jamais à la première personne et assène ses critiques moqueuses indirectement. Dans la lettre à Magny, en revanche, l’objet du discours est le poète lui-même, perturbé à tel point par l’intolérant ignare qu’il ne peut plus créer avec plaisir :

Cestui-cy me degouste, & ne pouvant rien faire
Qui luy plaise, il me fait egalement desplaire
Tout ce qu’il fait luymesme, & tout ce que je fais. (R 67, v. 12-14)

151En fin de compte, cette satire donne à Du Bellay l’occasion de parler de lui-même et de rappeler à son destinataire que l’ami idéal critique avec finesse et discrimination. Sans doute par influence réciproque, à ce sonnet correspond un poème des Souspirs sur un sujet semblable, mais au lieu de conclure par l’aveu d’une certaine vulnérabilité, Magny finit avec une invective contre celui qui attaque tout le monde parce qu’il « n’a rien de bon en luy » (S 70, v. 12).

152Du Bellay adresse également à Magny une de ses cartes postales poétiques. Le rapport entre la description qu’il fait de Venise et le destinataire n’est pas évident :

Il fait bon voir (Magny) ces Coions Magnifiques,
Leur superbe Arcenal, leurs vaisseaux, leur abbord,
Leur sainct Marc, leur palais, leur Realte, leur port,
Leurs changes, leurs profitz, leur banque, & leurs trafiques. (R 133, v. 1-4)

153Magny avait sans doute suivi un itinéraire de retour semblable à celui de Du Bellay. Mais c’est surtout l’allusio qui justifie l’évocation de Magny, car son nom et l’adjectif « magnifique » sont des paronymes. Tout en satirisant les coutumes et les institutions de la république vénitienne, ce sonnet rend un hommage léger et ludique à son destinataire.

154Enfin, sans être pour autant leur destinataire, Magny figure dans deux autres sonnets sur les rapports entre poésie et pouvoir qui inaugurent la partie encomiastique. De nouveau, on a l’impression de pénétrer dans une correspondance privée, car le sonnet 160 ne nomme pas son destinataire, quoiqu’il soit facilement identifiable. En effet, Du Bellay prie D’Avanson de protéger Magny afin de concurrencer le « couple » composé du président du parlement Jean Bertrand et du poète et traducteur Hugues Salel :

Quand au lieu qui t’attend tu seras parvenu,
Fay que de ta grandeur ton Magny resente,
Afin que si Bertran de son Salel se vante,
Tu te puisses aussi de ton Magny vanter. (v. 8-11)

155Or, à en juger par le langage choisi pour faire l’éloge de D’Avanson et Magny, nous avons affaire à un sonnet bien énigmatique. Tout d’abord, Du Bellay ne mâche pas ses mots en parlant des rapports entre Salel, célèbre traducteur officiel de l’Iliade, et son protecteur Bertrand. Il souligne crûment les avantages matériels dont Bertrand a doté Salel, puisqu’« on [dit] de luy, / Que par luy un Salel [est] riche devenu » (v. 3-4). De plus, Du Bellay suggère que D’Avanson devrait soutenir Magny à la fois parce qu’un grand protecteur se doit d’avoir des protégés (« Fay que de ta grandeur ton Magny se resente », v. 9), et parce que Magny peut, grâce à ses poèmes, l’aider dans son ascension au sommet du pouvoir (« Quand au lieu qui t’attend tu seras parvenu », v. 8). Le statut social de D’Avanson explique son désir de prendre sous sa protection un jeune poète pour se faire valoir. Du Bellay le conforte dans cette ambition. Cette façon d’appâter D’Avanson laisse transparaître un peu d’agressivité et de mépris, mais l’ironie prend toute sa force au dernier tercet, qui compare Magny et Salel :

Tous deux sont Quercinois, tous deux bas de stature,
Et ne seroient pas moins semblables d’escriture,
Si Salel avoit sceu plus doulcement chanter. (v. 12-14)

  • 145 Magny le loue dans ses poèmes et publie sa traduction de l’Iliade augmentée du livre XII et d’une p (...)

156La comparaison est quelque peu mystérieuse car l’égalité apparente cache des différences. Magny et Salel sont de grands amis145, mais Du Bellay passe ce fait sous silence et s’en prend à l’écriture de Salel. En même temps, il y a une certaine ambiguïté dans la façon dont l’expression « bas de stature » s’applique aussi à Magny. À la première lecture, Du Bellay semble vouloir dire que Magny mérite l’aide de D’Avanson autant que Salel celle de Bertrand. Mais le tercet pose aussi la question du rapport entre « stature » et « escriture », autrement dit de la qualité de sa poésie. En effet, Salel, qui ne sait « doulcement chanter », est « riche devenu », alors que Magny, dont il est légitime de supposer que sa poésie est supérieure, est apparemment dans le besoin. On aura noté ici un écho de la situation de Du Bellay vis-à-vis de Ronsard : il s’agit d’un bon poète qui ne jouit pas de la faveur des puissants, mais Du Bellay laisse néanmoins supposer que le défavorisé est peut-être plus digne de gloire. La tournure « tous deux bas de stature » reste néanmoins infamante pour Magny aussi bien que pour Salel.

157Aussi le phénomène de destination dans ce sonnet est-il particulièrement complexe. Les rapports avec D’Avanson ne sont pas dépourvus d’ambiguïté, car tout en plaidant la cause de son ami Magny, Du Bellay insinue que la protection de D’Avanson pourrait être quelque peu humiliante pour lui. Quant à Magny lui-même, Du Bellay ne paraît louer ses vers qu’indirectement, lorsqu’il condamne la poésie de son meilleur ami ; en outre, il jette un doute sur le statut de Magny en tant que poète, puisque l’épithète « bas de stature » s’applique à lui aussi. En fin de compte, la seule personne du sonnet dont la réputation reste intacte est Du Bellay.

  • 146 Sonnets 10, 74, 84, 94, 99, 118, 133, 142.

158Lorsqu’on aborde les sonnets adressés par Magny à Du Bellay, on s’aperçoit d’une inégalité flagrante. Alors que Du Bellay constitue le destinataire le plus fréquent des Souspirs avec huit occurrences146, Magny, auquel seulement trois sonnets des Regrets sont destinés, ne fait même pas partie des destinataires majeurs : il apparaît loin derrière Morel, Vineus, Paschal, Gordes et Dilliers, sans parler de Pierre de Ronsard, qui y figure quatorze fois. Les interférences entre les deux recueils sont très nombreuses. A-t-on affaire à de l’imitation ou à de l’émulation ? Quelle est l’œuvre qui joue le rôle moteur ? L’émulation est incontestable et indéniable étant donné que ces deux poètes secrétaires évoluent dans le même milieu diplomatique et sont nourris de la même tradition poétique. En outre, les recueils partagent largement les mêmes destinataires. Mais il y a tout de même plus d’échos des Regrets dans les Souspirs (dans environ un sonnet sur cinq) qu’inversement.

159Le premier sonnet adressé par Magny à Du Bellay aborde le thème de l’insatisfaction professionnelle, à la manière pétrarquiste :

Souspirs 10

Du Bellay (pièce liminaire des Regrets)

Le cauteleux espoir, Bellay, qui me conduyt,
Cent contraires effets à mon penser apporte :
Il me brusle, il me gelle, ennuye, et reconforte,
Il m’appelle, il me chasse, et me suyt, et me fuyt.
Il m’aveugle de jour et me fait voir de nuict,
Il m’aprend une voye aspre facile et torte,
Il me sert de trompeuse et de fidelle scorte,
Et soit vert ou soit meur ne porte jamais fruit.
Dessous le doulx nectar il me cache le fiel,
Puis soudain sous le fiel me descouvre le miel,
Et sans oraige en mer me fait faire naufrage.
Un seul point, mon Bellay, allege mon esmoi :
C’est que de faulx espoir t’abuse comme moi, Et comme à moi d’un gaing te fait tirer domaige.

ad lectorem
Quem, lector, tibi nunc damus libellum,
Hic fellisque simul, simulque mellis,
Permixtumque salis refert saporem.
Si gratum quid erit tuo palato,
Huc conviva veni : tibi hæc parata est Cœna. Sin minus, hinc facesse, quæso : Ad hanc te volui haud vocare cœnam.
[Ce livre que nous te donnons maintenant, Lecteur, au fiel, et au miel, il mêle un goût de sel. S’il offre quelque chose qui plaise à ton palais, viens ici en convive. Le repas a été préparé pour toi. Sinon, va-t-en, je t’en prie : je n’ai guère voulu t’inviter à ce repas.]

160Se fondant sur le choix de thèmes et de langage pétrarquiste, Wilkin, l’éditeur des Souspirs, remarque que « Magny rejoint ainsi son destinataire (Regrets 10, 19, 24) ». Ce commentaire semble vrai à plusieurs points de vue : le poème 10 est un acte de solidarité amicale envers Du Bellay qui partage son sort (« Un seul point, mon Bellay, allege mon esmoi : / C’est que ce faulx espoir t’abuse comme moi », v. 12-13), mais il s’agit aussi d’un témoignage de solidarité poétique, dans la mesure où les deux poètes visent une transformation — et une transcendance — de l’héritage pétrarquiste. Si Magny semble avoir échoué dans ce dernier domaine, il honore toutefois la poésie de son ami d’une autre manière : son image du fiel et du miel au premier tercet est une allusion à l’épigramme « Ad lectorem » dans laquelle Du Bellay explique qu’il nous propose un livre contenant du miel et du fiel, auxquels sont mêlés du sel.

161Pour Magny de même que pour Du Bellay, la satire d’une personne ou d’un phénomène particulièrement odieux est une occasion de se rapprocher de son destinataire. Magny s’adresse à Du Bellay en ami qui connaît la douleur de se voir devancé par d’autres moins vertueux et pourtant mieux récompensés :

Souspirs 74

Regrets 101

De tous ceux que l’on dit estre heureux plus que moy,
Et moins que moy, Bellay, ont merité de l’estre :
L’un est ambicieux, dateur, menteur et traitre,
Et l’autre est ignorant, sans amour et sans foy.
L’un souffle le mercure et n’admire que soy,
L’autre porte la clef des plaisirs de son maistre,
Voulant pour peu d’effet grande chose apparoistre,
Et l’autre est impudent pource qu’il a dequoy.
L’un simple en ses propos fait de la chatemite,
L’autre en tous ses effets les vieux singes imite,
Et l’autre ypocrisant feint le nouveau chrestien.
L’un peu fin courtisan cuidant tromper se trompe,
L’autre frisque et plaisant ne sert que d’entretien,
Et l’autre trop bragard se destruit en sa pompe.

Que dirons nous (Melin) de ceste court Romaine,
Où nous voions chacun divers chemins tenir,
Et aux plus haults honneurs les moindres parvenir,
Par vice, par vertu, par travail, & sans peine ?
L’un fait pour s’avancer une despence vaine,
L’autre par ce moyen se voit grand devenir,
L’un par severité se sçait entretenir,
L’autre gaigne les cœurs par sa doulceur humaine :
L’un pour ne s’avancer se voit estre avancé,
L’autre pour s’avancer se voit desavancé,
Et ce qui nuit à l’un, à l’autre est profitable :
Qui dit que le sçavoir est le chemin d’honneur,
Qui dit que l’ignorance attire le bon heur,
Lequel des deux (Melin) est le plus veritable ?

  • 147 Voir supra, p. 122.

162On peut même supposer que Magny fait appel à son ami dans l’espoir que celui-ci puisse l’aider ; c’est ce que fait Du Bellay. Mais la relation n’est pas réciproque car ce n’est pas à Magny, mais à son ami Jérôme della Rovere (Vineus) que Du Bellay se confie avec amertume aux sonnets 42 et 43 des Regrets : « [...] j’ay ce beau confort en mon adversité, / C’est qu’on dit que je n’ay ce malheur merité, / Et que digne je suis de meilleure fortune » (R 43, v. 12-14147). Si on compare le sonnet 74 des Souspirs à un autre poème des Regrets, le sonnet 101, adressé cette fois au poète de cour Mellin de Saint-Gelais, on verra également combien ces sonnets sur le même thème partagent les mêmes procédés. Cependant, les antithèses fondées sur la structure « l’un... l’autre » sont appliquées avec plus de rigueur et d’ironie par Du Bellay. Celui-ci vise peut-être directement son destinataire lorsqu’il dit voir « aux plus haults honneurs les moindres parvenir » (v. 3) et surtout, à la fin, lorsqu’il lui demande à brûle-pourpoint :

Qui dit que le sçavoir est le chemin d’honneur,
Qui dit que l’ignorance attire le bon heur,
Lequel des deux (Melin) est le plus veritable ? (v. 12-14)

163Il est difficile de sous-estimer le fonds commun des ressources poétiques partagées par les deux poètes : par exemple, à la remarque de Magny « L’un peu fin courtisan cuidant tromper se trompe », correspond celle de Du Bellay au sonnet 142 : « [...] souvent par son art se trompe l’artisan » (v. 14). Cependant, il y a des cas où une priorité et une hiérarchie sont incontestables. Par exemple, lorsqu’au sonnet 94, sur le ton de l’ironie, Magny laisse à Du Bellay le soin de juger son compagnon (« juge donc je te prie »), un homme « plein de gentillesse » (v. 2), grand admirateur d’« hommes de sçavoir » (v. 4), mais « ignorant » et fin courtisan, Du Bellay lui répond en réécrivant complètement le sonnet de Magny, pour le marquer de sa propre empreinte :

  • 148 Ce sonnet est imprimé immédiatement après le sonnet 94 de Magny, dans l’édition 1557 des Souspirs, (...)

Souspirs 94

Responce148 (de Du Bellay)

Mon compaignon s’estime et se plaist de se veoir, Il est dispost, bragard et plein de gentillesse, Il oste le bonnet, il courtise, il caresse Et fait quelquefois plus que ne veult le devoir. Il se plaist d’en despendre, et se plaist d’en avoir, Il ne veult frequenter que tous gens de noblesse, Il blasme ceulx qui ont en eux quelque finesse, Et dit qu’il fait grand cas des hommes de sçavoir. Ce sont de fort beaux dons, et dignes qu’on les prises, Mais il est ignorant, et remply de feintise, Et aux ruses de court dextrement enseigné. Il est moqueur, menteur, et plain de flaterie, Mesdisant et jaloux : Juge donc je te prie, Si je ne suis, Bellay, fort bien acompaigné.

Que ton compaignon soit bragard et bien en point, Qu’il soit dispost, honneste et plain de gentillesse, Qu’il oste le bonnet, qu’il hante la noblesse, Qu’il change tous les jours de chausse et de pourpoint, Qu’il ayt cet aiguillon qui tout le monde point, De vouloir estre grand, qu’il courtise et caresse, Qu’il biasme ceulx qui ont en eulx quelque finesse, S’il te piaist en cela il ne me desplaist point. Il ne me deplaist point que les sçavants il prise, Mais qu’il soit ignorant et remply de feintise, Qu’il soit moqueur, menteur, et tel comme aujourd’huy Sont nos mignons de court, cela ne me peult plaire : Et pour dire en deux mots, Magny, que c’est de luy, C’est un bon courtisan, et mauvais secretaire.

  • 149 La répétition de « point » à la rime nous montre un Du Bellay rhétoriqueur — on sait que les rimes (...)

164En effet, on trouve dans la « Responce » des procédés stylistiques typiques des vers de Du Bellay : l’anaphore soutenue de « Que », par exemple, ou l’emploi d’une longue période à l’apodose toujours différée grâce aux propositions introduites par des conjonctions de subordination. Du Bellay semble instaurer un dialogue d’égal à égal dans sa « responce », reprenant la plupart des traits décrits par son ami aux deux quatrains et lui concédant, « S’il te piaist en cela il ne me desplaist point » (v. 8149). Pourtant, le « je » de cette « responce » s’affirme bien plus vigoureusement que l’auteur des Souspirs, surtout aux deux tercets où Du Bellay adopte un ton presque péremptoire et didactique en prononçant son jugement sur le personnage qu’il caractérise péjorativement de « bon courtisan », et donc « mauvais secrétaire ». Le plus notable ici, c’est justement l’apparition — et la réhabilitation — de la figure du secrétaire chez ce poète qui n’a cessé au début des Regrets de vilipender et de décrier ses tâches subalternes. Le paradoxe n’est qu’apparent : de même qu’au premier sonnet Du Bellay fait de ses vers les secrétaires de son cœur, de même ici le poète s’élève à nouveau au-dessus de son rôle professionnel en inculquant à un autre secrétaire les règles du métier.

  • 150 Voir par exemple I, 10 : « O tens ! ò meurs ! ò crasse ignorance ! »

165En même temps, cependant, les principes transmis ont une application au domaine poétique : le courtisan s’oppose au secrétaire qui devient un avatar du poète. Du Bellay fait la leçon à son destinataire en suggérant que Magny doit éviter à tout prix d’être « ignorant et remply de feintise » : on croit entendre quelque prescription de la Deffence150. En fin de compte, des rapports entre Du Bellay et Magny et de leurs recueils respectifs se dégage une relation de poète confirmé à poète apprenti. Magny reste le secrétaire qui doit s’efforcer de bien saisir les « secrets » professionnels, c’est-à-dire poétiques, de son modèle.

  • 151 Voir supra, p. 158.
  • 152 L’identité de ce « bastard » reste un mystère.

166L’intérêt des sonnets 84 et 99 des Souspirs est qu’ils nous donnent un aperçu sur les relations entre Ronsard, Du Bellay et Magny. Le schéma de communication entre les trois poètes ne constitue guère un triangle équilatéral, puisque la communication entre Ronsard et Magny semble toujours passer par Du Bellay. Nous avons déjà étudié le sonnet 84 dans le cadre des relations épistolaires entre Du Bellay et Ronsard151. Au sonnet 99, Magny s’en prend à Ronsard — mais indirectement, en s’adressant à Du Bellay — parce que Ronsard « estime suffisant » un « bastard mesdisant152 » :

Donques il sera vray qu’un bastard mesdisant,
En qui l’art tout contraint, erre sans la nature,
A donner aux grands roys un loz qui toujours dure,
Sera par un Ronsard estimé suffisant ?

Le Tybre aille son cours contremont conduisant,
L’aigneau parmy les loups prenne sa nourriture,
Et le jour plus luysant devienne nuict obscure,
Et la plus noire nuict devienne jour luysant.

Les oiseaulx desormais habitent aux fonteines,
Et desormais aux champs habitent les baleines,
Et tout partout encor se change en l’univers,

Le feu, la terre, l’air, et les undes marines,
Puisqu’il est vray, Bellay, qu’un bastard
Ronsard a mis au reng des personnes divines. (S 99, v. 1-14)

  • 153 Le poème offre surtout une accumulation d’adynata.

167Les moyens rhétoriques déployés ici153 pour tourner en dérision un bâtard et pour se moquer de l’aveuglement de Ronsard surprennent par leur ampleur. Or le poème représente aussi une tentative de plaire à Du Bellay, comme tour de force poétique ou même comme témoignage de solidarité avec Du Bellay dans un éventuel conflit avec Ronsard, leurs rapports ne manquant jamais d’ambiguïté.

168Magny semble multiplier par la suite les compliments à Du Bellay. Ainsi, l’argument du sonnet 99 est repris au sonnet 118, où Magny feint de vouloir abandonner les lettres après avoir constaté que le cardinal Carlo Caraffa préfère les bouffons aux hommes savants :

Je ne veulx plus, Bellay, travailler mes esprits,
Et veiller nuict et jour pour les lettres aprendre,
Et ne veux les beaux traicts dans les livres comprendre,
Mais plustost oublyer ceux-là que j’ai compris.

Les sçavans aujourdhuy sont tous mis à mespris,
Et les grands au sçavoir ne daignent plus attendre :
Les bouffons seulement ils se plaisent d’entendre,
Et ceux qui font service au mestier de Cypris. (S 118, v. 1-8)

169Lorsque Magny veut renoncer à « veiller nuict et jour pour les lettres aprendre », il salue l’auteur de la Deffence, qui donnait ce conseil : « Ly donques & rely premierement (ò Poète futur), fueillete de main nocturne & journelle les exemplaires Grecz & Latins [...] » (II, iv, p. 107). Or Caraffa est la cible préférée de Du Bellay. Les promotions scandaleuses au sein du Vatican décrites par Magny rappellent justement les commentaires de Du Bellay dans les Regrets, par exemple aux sonnets 102 (« [...] nous voions icy / De tout bois faire Pape, & Cardinaulx aussi », v. 2-3) ou 105 (« [...] voir un estaffier, un enfant, une beste, / Un forfant, un poltron Cardinal devenir », v. 5-6).

170On peut se demander quelle est la raison d’être du sonnet 142, dont les deux quatrains développent des éloges dithyrambiques de Du Bellay :

Si je dy, Du Bellay, que je t’ayme bien fort,
Tu le crois si tu l’ois et chacun le doit croire,
Car ton sçavoir prisé, ton merite et ta gloire,
Font que cil qui ne t’ayme à soy-mesme fait tort.

Si je dy que tu sois bien saige et bien accort,
Cette double vertu à chacun est notoire,
Notoire aussi partout la fameuse victoire
Acquise par tes vers sur le temps et la mort.

Si je dy que tu sois parfait amy d’espreuve,
Chacun de tes amis véritable me treuve,
Et void-on bien à l’œil que je ne mens en rien :

Dieu me gard, Du Bellay, que je die ou je songe,
Parlant de mon bastard, qu’il soit homme de bien,
Car cela voirement serait une mensonge. (S 142, v. 1-14)

  • 154 Voir supra, p. 172.

171La stratégie de Magny ici consiste à reprendre une réflexion du sonnet 67 des Regrets, où Du Bellay proteste que, ne pouvant plaire au « fascheux repreneur », il finit par se déplaire à lui-même154. Aussitôt, Magny le contre en affirmant que « cil qui ne t’ayme à soy-mesme fait tort » (v. 4). Mais le premier tercet oriente le poème vers la personne de Magny pour énumérer les qualités qui le rendent digne d’être l’ami du poète immortel (v. 8). Il est significatif que, pour rendre ses arguments plus convaincants, Magny ressente le besoin de faire appel aux témoignages des amis de Du Bellay : « Chacun de tes amis véritable me treuve » (v. 10). Tout se passe comme si Magny ne faisait pas partie de ce cercle intime et cherchait à être admis dans l’amitié du grand homme sur les attestations de ceux qui en bénéficient déjà. Le dernier tercet est en apparence totalement distinct du reste du poème. Magny semble sauter du coq à l’âne. Le fameux bâtard, cible fréquente des moqueries de Magny dans les Souspirs, réapparaît, comme pour éviter que le poème ait trop l’air d’un panégyrique venant d’une personne intéressée.

  • 155 À ce destinataire moins important des Regrets, qui était philosophe et médecin, Du Bellay adresse n (...)

172Dans les Souspirs comme dans les Regrets, les fonctions communautaires de la poésie sont évidentes. Non seulement les deux recueils ont un grand nombre de destinataires en commun, mais Magny, comme Du Bellay, célèbre aussi l’existence d’un groupe d’amis. C’est ce que nous avons déjà mentionné chez Du Bellay, au premier vers du sonnet sur les trois secrétaires, par exemple : « Ce pendant que Magny suit son grand Avanson, Panjas son cardinal, & moy le mien encore » (R 16, v. 1-2) ; cela transparaît également dans la chaleureuse carte postale poétique adressée à Dagaut : « [...] tout le plaisir de ton Gorde & de moy, / C’est de te regreter & de parler de toy » (R 57, v. 9-10). Magny, pour sa part, écrit le sonnet 133 des Souspirs un peu à la manière du « Voyage d’Arcueil » de Ronsard. Il invite trois poètes, Du Bellay, Panjas et Gohory, à une sortie champêtre où le plus habile dans la poésie amoureuse remportera « un chapeau verdissant qui ne craint la tempeste », fabriqué par Gohory155. Magny, amateur de poésie amoureuse avant tout, compose également des lettres circulaires où il célèbre justement les vers amoureux de ses amis, avant d’attirer leur attention sur ses propres œuvres :

Laisse pour quelque temps ta Cassandre en arriere
Et ta Marie aussi, mon Apollo Ronsard,
Laisse, gentil Bellay, ton Olive à l’escart,
Et toy sçavant Baïf, ta nouvelle guerriere.

Laisse, divin Pascal, ta gentille Riviere,
Et vous encor Pangeas, Desautels, et Tyard,
Laissez pour quelque tens la beaulté qui vous ard,
Pour voir quelle est vers moi une beauté plus fiere. (S 41, v. 1-8)

  • 156 Il est intéressant de noter que si Magny semble célébrer les œuvres contemporaines de ses destinata (...)

173Encore une fois, ce sonnet nous montre un Magny soucieux d’affirmer son appartenance à la communauté de poètes qu’il admire156 ; on remarquera que l’historien Paschal figure comme poète dans ce contexte. Ce sonnet est suivi d’un autre, plus loin dans le recueil, qui résume au passé les œuvres de ses destinataires :

Ronsard d’une Marie a naguere chanté,
Et naguere il chantoit sa Cassandre divine,
Du Bellay sur les nerfs de sa lyre angevine,
A dit divinement d’Olive la beaulté.
Baïf a par deux fois doctement lamenté. (S 80, v. 1-5)

174Cette énumération permet à Magny de se mettre en valeur. Il oppose sa propre poésie amoureuse, sans artifice ni prétention, à celle de ses destinataires :

Chacun de ces amants nomme la dame sienne :
Mais moy qui plus content vys aveques la mienne,
Je ne fains point son nom pour chanter ses beautez. (v. 12-14)

175Les Souspirs témoignent également de l’existence de milieux poétiques autres que la Pléiade : en effet, le sonnet 82 reprend le modèle des sonnets 41 et 80, à cette différence près que les poètes mentionnés ont désormais pour noms Herouard, Lecrec, Gohory, Castin et Saint Julien, et leurs maîtresses s’appellent la Tine, Isabelle, Faustine, la Florentine et la Clere ; Gohory est le seul poète qui figure dans les deux poèmes. Dans ses propos à ce groupe de poètes presque oubliés de nos jours, Magny semble plus serein qu’avec les membres de la Pléiade :

Tous sont heureux amants et leurs dames heureuses,
Mais je suis seul contant entre les amoureux,
Et l’Antonine est seule entre les amoureuses. (S 82, v. 12-14)

176À la différence de Du Bellay qui aime s’adresser à la patrie (« France, mere des arts, des armes, & des loix », R 9, v. 1) et s’exprimer par des litotes teintées d’ironie (« Si ne suis-je pourtant le pire du troupeau », R 9, v. 14), Magny est davantage dans son élément lorsqu’il s’adresse à un petit cercle de poètes moins en vue.

  • 157 Voir le chapitre 2 de La Poésie au Miroir intitulé : « Joachim Du Bellay : Faustine, ou l’amour de (...)
  • 158 Voir l’introduction de l’édition Aris-Joukovsky des Œuvres poétiques de Du Bellay : « La différence (...)
  • 159 Les destinataires des Souspirs sont, de manière générale, plus obscurs que ceux des Regrets : Girar (...)

177Une lecture attentive des Regrets et des Souspirs révèle de nombreux liens amicaux et littéraires entre leurs auteurs respectifs. Sur le plan poétique, Magny semble ambitionner le titre de poète pétrarquiste et ses destinataires sont autant de garants possibles de la légitimité de cette ambition. Magny écrit de la poésie amoureuse en français comme Du Bellay compose de la poésie amoureuse en latin, en appliquant un catalogue de procédés157. Magny est dominé par cette matière amoureuse, qu’il partage avec Du Bellay, mais celui-ci la domine en la transformant158. Chez Du Bellay, la fonction sociale des vers est inscrite dans la poétique même du recueil, de nature essentiellement épistolaire. Sur le plan social, les rapports entre Du Bellay et Magny tels qu’ils se dégagent de leur correspondance ne sont pas tout à fait égaux. Du Bellay s’adresse en fait assez rarement à Magny dans son recueil, et lorsqu’il le fait, c’est moins pour reconnaître les qualités uniques de son destinataire que pour trouver un lecteur compatissant, un autre secrétaire fidèle et solidaire. Magny, en revanche, en défère constamment à Du Bellay, tant sur le plan social, en ce qui concerne les relations avec Ronsard, par exemple, que sur le plan poétique. Consulté, Du Bellay va jusqu’à réécrire la poésie de Magny à sa façon, hommage certes, mais aussi façon d’affirmer sa primauté. Le « miel » dont parle justement Magny au début de son recueil, lorsqu’il fait allusion au poème liminaire latin des Regrets, est évidemment réservé aux protecteurs « connus », comme Duthier, ou aux poètes célèbres comme Du Bellay, même si ce dernier prétend toujours être défavorisé. Bien que les deux recueils comptent plusieurs destinataires communs, les figures politiques et littéraires influentes sont beaucoup plus nombreuses dans les Regrets159. Les tentatives de Magny pour se faire admettre dans le groupe de Du Bellay et de ses amis établissent, par contraste, le prestige du milieu dans lequel Du Bellay gravitait.

Les milieux poétiques

178Les œuvres de Du Bellay et de Magny donnent à penser que ces deux hommes ont vivement conscience d’appartenir à des groupes de poètes partageant des valeurs semblables, à des milieux poétiques. Magny, notamment, semble moduler son discours selon les personnes auxquelles il s’adresse. Devant des poètes de second ordre, il expose les mérites de son œuvre avec aisance et assurance. Quant à Du Bellay, il manifeste toujours une extraordinaire conscience de l’originalité du mouvement auquel il appartient.

  • 160 La plupart de ces informations sont indiquées par l’abbé Bourdeaut, « La Jeunesse de Joachim du Bel (...)
  • 161 « Quant à Jacques Bouju c’était un des rares poètes de la Cour à s’être déclaré pour les novateurs, (...)

179À la cour, l’appartenance à tel ou tel cercle poétique a des conséquences directes concrètes ; les novateurs n’y sont guère appréciés comme le montre la dispute entre Mellin de Saint-Gelais et Ronsard. À ces querelles de factions s’ajoutent parfois des solidarités régionales. En effet, Joachim Du Bellay est tout d’abord un poète angevin et l’éloge du pays natal est l’un des thèmes majeurs des Regrets, dans le très célèbre sonnet 31, par exemple. Or l’un des destinataires des Regrets, Jacques Bouju, traducteur de la première décade de Tite-Live, historien, alchimiste, grand ami de Michel de l’Hospital et maître des requêtes de la reine, est non seulement lui aussi angevin160, mais un des rares poètes à avoir pris le parti des novateurs et intercédé en faveur de Ronsard161. Outre les deux sonnets des Regrets, Du Bellay lui adresse en 1549, dans ses Vers lyriques, deux odes intitulées « Les conditions du vray Poète » et « De l’immortalité des poètes », publiée avec l’Olive.

180Le premier sonnet destiné à Bouju fait partie d’un ensemble plus vaste de sonnets (Regrets 87-90) qui s’inspirent du Roland furieux de l’Arioste. Tous laissent entendre que Du Bellay n’est pas heureux en Italie, mais le premier poème à Bouju est le seul à faire de l’aventure avec une courtisane romaine une occasion de faire valoir les « Nymphes Angevines » :

Ne pense pas (Bouju) que les Nymphes Latines
Pour couvrir leur traison d’une humble privauté,
Ny pour masquer leur teint d’une faulse beauté,
Me facent oublier noz Nymphes Angevines.

L’Angevine douceur, les paroles divines,
L’habit qui ne tient rien de l’impudicité,
La grace, la jeunesse, & la simplicité
Me desgoustent (Bouju) de ces vieilles Alcines. (R 90, v. 1-8)

181Du Bellay reprend ici un thème qu’il avait déjà abordé dans une ode adressée à Bouju, parue neuf ans plus tôt, « Les conditions du vray Poète ». En effet, notre poète mettait alors déjà la simplicité et la beauté rurales bien au-dessus des triomphes architecturaux urbains :

Les superbes Collisees,
Les Palaiz ambitieux,
Et les maisons tant prisées
Ne retiennent point ses yeux.

Mais bien les fontaines vives
Meres des petits ruisseaux
Autour de leurs verdes rives
Encourtinez d’arbrisseaux. (v. 25-28)

182Aussi les qualités stylistiques recherchées dans le sonnet des Regrets reflètent-elles les vertus esthétiques des nymphes angevines : ces vers ont « la grace, la jeunesse, & la simplicité » (v. 7) auxquelles le poète aspire. La fierté nationale n’est pas absente du poème, puisque cette esthétique, somme toute française, s’oppose à la mode italienne, cette « vieille Alcine ». Il s’opère en fait un renversement des valeurs traditionnelles : la jeunesse devient une vertu en soi et l’Italie, qui vieillit et flétrit tout ce qui l’approche, est comparée à une sorcière malveillante. Au sonnet 87, Du Bellay se plaint d’avoir subi ses maléfices et de n’être « plus rien qu’un viel tronc animé » (v. 12). Du Bellay s’adresse ici à Bouju pour être conforté dans sa haute opinion de la contribution angevine à la langue française et pour l’associer en quelque sorte à son rejet d’une culture réputée supérieure.

183L’autre sonnet adressé à Bouju (R 184) fait partie de la série encomiastique et, plus particulièrement, de la série consacrée à Marguerite. Reprenant souvent des thèmes platoniciens, cet ensemble de poèmes amorce une veine poétique d’inspiration religieuse :

Celuy qui de plus pres attaint la Deité,
Et qui au ciel (Bouju) vole de plus haulte ælle,
C’est celuy qui suivant la vertu immortelle
Se sent moins du fardeau de nostre humanité.

Celuy qui n’a des Dieux si grand felicité,
L’admire toutefois comme une chose belle,
Honnore ceulx qui l’ont, se monstre amoureux d’elle,
Il a le second ranc, ce semble, merité. (v. 1-8)

184Le procédé nous est connu. Après des propos généraux (« celuy qui »), on sait qu’une déclaration plus personnelle va suivre :

Comme au premier je tends d’ælle trop foible & basse,
Ainsi je pense avoir au second quelque place :
Et comment puis-je mieulx le second meriter,

Qu’en loüant ceste fleur, dont le vol admirable
Pour gaigner du premier le lieu plus honnorable,
Ne laisse rien icy qui la puisse imiter ? (v. 9-14)

  • 162 Voici la première strophe de ce poème (Ode III) :
    Sus Muse, il faut que lon s’eueile,
    Ie veux sonner (...)

185Dans les deux quatrains, Du Bellay aspirait à se rapprocher de la « vertu immortelle » afin de moins sentir « le fardeau de nostre humanité ». Dans les deux tercets, le mérite du poète tient précisément à sa capacité de chanter une telle vertu en la personne de Marguerite. Du Bellay entend donc réclamer sa part d’immortalité en louant la vertu souveraine de sa princesse. Par ailleurs, il est tout naturel qu’il aborde ce sujet avec Bouju, à qui il avait déjà adressé une ode intitulée : « De l’immortalité des poètes », dans laquelle il l’appelle « l’honneur angevin162 ». À la fin du poème, ses préoccupations habituelles refont surface ; le vers « le vol admirable [...] Ne laisse rien icy qui la puisse imiter » rappelle étrangement le dernier tercet d’un des poèmes adressés à Paschal, où il vante ses propres mérites :

Et peult estre que tel se pense bien habile,
Qui trouvant de mes vers la ryme si facile,
En vain travaillera, me voulant imiter. (R 2, v. 12-14)

186En somme, c’est en louant Marguerite, « ceste fleur » sans pareil, qu’il prétend composer une œuvre inimitable.

  • 163 Tous les éditeurs des Regrets s’accordent pour identifier « Du-val » à Pierre du Val, ancien précep (...)
  • 164 Deguy commente : « Le sonnet 186 résume le trajet poétique de Du Bellay » (p. 100).

187Ce thème est repris au sonnet 186, adressé à Pierre du Val163. Toute la carrière poétique de Du Bellay se trouve résumée164 dans ce curieux poème :

La jeunesse (Du-val) jadis me fit escrire
De cet aveugle archier, qui nous aveugle ainsi,
Puis fasché de l’Amour, & de sa mere aussi,
Les louanges des Roys j’accorday sur ma lyre.

Ores je ne veulx plus telz argumens eslire,
Ains je veulx, comme toy, poingt d’un plus hault souci,
Chanter de ce grand Roy, dont le grave sourci,
Fait trembler le celeste, & l’infernal empire.

Je veulx chanter de Dieu. Mais pour bien le chanter,
Il fault d’un avant jeu ses louanges tenter,
Loüant, non la beauté de ceste masse ronde,
Mais ceste fleur, qui tient encor’ un plus beau lieu :
Car comme elle est (Du-Val) moins parfaite que Dieu,
Aussi l’est elle plus que le reste du monde. (v. 1-14)

188Au cours de ce travail, nous avons relevé des traces de l’itinéraire poétique de Du Bellay, dont la formation et l’œuvre, comme pour tant d’autres de son époque, débutent par une pratique du pétrarquisme.

  • 165 Pour les Antiquitez, consulter l’article de Wayne A. Rebhorn, Du Bellays Impérial Mistress : Les An (...)
  • 166 Gadoffre commente dans Du Bellay et le sacré : « On pourrait se croire en présence d’un néo-platoni (...)
  • 167 Voir Gadolfre : « [...] la séquence à Marguerite se présente comme un hommage à Dieu, et elle est l (...)
  • 168 À ce sujet, voir Picot, « Le théâtre mystique de Pierre du Val et des libertins spirituels de Rouen (...)
  • 169 Ces deux ouvrages furent réunis en un seul chez Fédéric Morel en 1568.

189On a montré que ce fonds, s’il subit des transformations au point de devenir méconnaissable au cours de la brève carrière de Du Bellay, nourrit néanmoins profondément ses recueils romains, à la fois les Antiquitez de Rome et les Regrets165. Les correspondances entre les Regrets et les Souspirs de Magny, tant sur le plan purement épistolaire que sur le plan thématique et stylistique, permettent de mesurer l’ampleur de cette évolution. Or certains sonnets des Regrets donnent à penser qu’elle se poursuit pour accomplir paradoxalement un retour aux sources. En effet, après l’Olive, qui mêle l’amour transcendant de Pétrarque à des idées néoplatoniciennes166, Du Bellay semble annoncer qu’il sera désormais un poète d’inspiration religieuse167. Ainsi, comme le sonnet précédent, celui-ci a une fonction encomiastique, celle de chanter Marguerite, mais elle sert de point de départ à un discours autre, rendu possible par la relation épistolaire. Pourquoi Du Bellay s’adresse-t-il à Pierre Du Val ? Sa personnalité et ses œuvres suggèrent qu’il était bien placé pour être sensible à des propos sur un renouveau spirituel. Membre d’un groupe qu’il est convenu d’appeler les « libertins spirituels de Rouen168 », Du Val publie en 1543 un recueil de poèmes intitulé le « Puy du souverain amour », du nom du concours poétique réunissant les poètes en quête d’amour pur, le « souverain amour ». Mieux encore, Du Val se fait le chantre de Dieu : il publie De la grandeur de Dieu et de la cognoissance qu’on peut avoir de luy par ses œuvres en 1553, et De la puissance, sapience et bonté de Dieu en 1558169. Du Bellay lui adresse, d’ailleurs, dans ses « Sonnets divers », un poème flatteur qui se termine ainsi :

  • 170 Poème XXXIII dans la section Sonnets divers du t. II de l’édition Chamard, p. 282.

Docte Du-Val, combien est ton esprit
Emerveillable, ayant si bien descript
Le sainct Discours de si sainctes merveilles170 ?

  • 171 En revanche, il est peut-être curieux que Du Bellay n’aborde pas un thème d’ordre religieux avec Ni (...)
  • 172 Par exemple, les sonnets 177 et 184.

190Étant donné le profil de son destinataire, il semble donc tout à fait raisonnable que Du Bellay fonde le lien épistolaire avec Du Val sur une quête spirituelle171. On pourrait penser qu’il s’agit d’une tentative pour plaire à son destinataire, mais ce n’est guère la règle dans les Regrets, et d’autres sonnets du recueil qui chantent les vertus de Marguerite à un tiers se distinguent par cette même recherche du dépassement de soi172.

191Le ton confessionnel et les propos portant sur toute la carrière poétique de Du Bellay soulignent le caractère exemplaire de ce lien avec Du Val. Pourtant, un seul poème des Regrets lui est adressé. Son fonctionnement est cependant le même que dans les rapports avec un Ronsard, un Vineus, un Pascal, auxquels plusieurs sonnets sont consacrés : dans ses relations épistolaires les plus étroites, Du Bellay discute non seulement de ses affaires personnelles, de la satire et de la poésie amoureuse, mais aussi de ses aspirations profondes et de ses projets futurs d’une poésie d’inspiration religieuse. De manière générale, de tels rapports sont évidemment tout à fait conditionnés par la personnalité des destinataires : ils exigent que certains soient au courant des tendances littéraires de leur temps, voire qu’ils soient poètes eux-mêmes, ou bien qu’ils partagent les convictions religieuses du poète. Nous avons également vu que si la démonstration du caractère épistoiaire des Regrets n’est nullement obligée de passer par la justification d’un échange, quelques relations épistolaires particulièrement riches ont effectivement cette dimension supplémentaire. Les relations dévoilées par ces correspondances véritables sont singulièrement hiérarchisées : Du Bellay feint une certaine déférence à Ronsard, mais sous son comportement obséquieux se cache une certaine dérision et il attaque son destinataire pour mieux définir sa propre poétique. L’ordre est inversé lorsqu’il s’agit de Magny. C’est à celui-ci de faire la cour au poète reconnu qu’est Du Bellay, puisqu’il souhaite être admis dans le cercle des poètes les plus respectés ; son discours est dépourvu des allusions ironiques ou sarcastiques caractéristiques de la correspondance adressée par Du Bellay à Ronsard. En fin de compte, ce qui ressort de ces sonnets, c’est que leurs fonctions poétiques et sociales s’appuient l’une l’autre et se renforcent réciproquement.

Notes

1 Richard Cooper fournit de nombreux renseignements sur les relations entre Morel et Vineus dans son article « Two figures from the ‘Regrets’ in Italy », p. 483-489.

2 Cooper, p. 489.

3 « Ce Jean Morel, Gentilhomme amateur de toutes vertus, a été célébré par les vers de Ronsard, Bayf, Belleau, du Bellay, Sainte Marthe, & tous les Poëtes de ce temps-là : comme aussi a été Camille de Morel, sa fille, Damoiselle très-savante et vertueuse » (Du Verdier II, p. 476).

4 Voir Cooper, p. 489, surtout notes 70, 71 et 72. L’« Elegia Ad Ianum Morellum Ebred., Pyladem suum » (Œuvres poétiques, t. VIII) donne aussi un témoignage très net de l’amitié entre les deux hommes.

5 Il y a deux points après cette apostrophe d’après la ponctuation de l’édition Chamard.

6 « L’orientation vers le destinataire, la fonction conative, trouve son expression grammaticale la plus pure dans le vocatif et l’impératif [...] », Essais de linguistique générale, p. 216. Voir aussi l’article de E. Kotler, qui parle dans ce cas de la « sollicitation unilatérale » : « [...] il s’agit avant tout pour le poète de “maintenir le contact” avec un monde, des amis, une faveur royale dont il se sent terriblement à l’écart et qu’il craint de perdre à tout jamais » (p. 28).

7 Jean Lecointe signale qu elles relèvent du « motif épistolaire cicéronien » dans son article « Les Consignes éthiques des manuels d’art épistolaire au XVIe siècle et leurs implications littéraires » (p. 7).

8 Au sujet du bilinguisme poétique de Du Bellay, voir Kenneth Lloyd-Jones, « L’Originalité de la vision romaine chez Du Bellay », Geneviève Demerson, « Joachim Du Bellay et ses deux muses (à propos de l’étude de M. Lloyd-Jones) » (réimprimé dans son Joachim Du Bellay et la belle romaine, p. 27-33).

9 Voir l’édition Screech ad loc.

10 « Auribus lupum teneo » : Adagiorum chiliasprima no 425. À ce sujet, voir l’article de M. D. Legrand, « Les Adages d’Erasme au sein des Regrets de Joachim Du Bellay ».

11 Pour le sens de l’expression « contrefaire les vieux », voir le sonnet 21, vers 11 (à Nicolas Denisot) : « Vous autres cependant peintres de la nature [...] contrefaites des vieux les ouvrages les plus beaux » (v. 9-11).

12 « Both Rabelais and Boulliers were living in the household of Jean du Bellay, and it seems most likely that it was there that Paschal, who himself was staying with Georges d’Armagnac, met della Rovere » (Cooper, p. 489).

13 Du Bellay fait état à son cousin de « ce qu’on m’a callomnieusement imposé envers vous, corne j’ay veu par voz lectres que Mons’de Tolon m’a ces jours passés coramunicquées [...] » (p. 41-42). Della Rovere était évêque de Toulon. Voir aussi H. Chamard, Joachim Du Bellay, p. 460-1 et R. Cooper, « Two figures », p. 492.

14 Tout porte à croire que les sonnets ont été composés à des moments différents, mais que Du Bellay les a ensuite regroupés conformément à l’économie du recueil.

15 Comme le note Katz: « Sonnet 42 opens with lines which are too hyperbolic and too rhetorically contrived » (p. 132). Selon lui, cette exagération prouve que chez Du Bellay on ne peut prendre au sérieux aucune expression de mélancolie.

16 Il y a aussi, comme dans d’autres sonnets, une transformation, ou plutôt un redéploiement dans un nouveau contexte, du langage amoureux pétrarquiste : « Tristes me sont les jours, & plus tristes les nuicts » (v. 6).

17 Voir l’épigramme LUI de l’édition Defaux des Œuvres poétiques, t. II, p. 317.

18 C’est l’origine d’un genre très en vogue à l’époque ; voir par exemple le recueil Pasquillorum tomi duo (1544). Pasquin et Marphore désignaient deux statues antiques près du palais Orsini.

19 Nous verrons plus loin que Gordes et Dilliers bénéficient de cette même confiance.

20 Katz: « A further macrotextual irony is the fact that the poet wishes that he were “un Pasquin ou Marphore” (1. 8) so that he could Write freely; he will, indeed, become a satirist » (p. 132-133).

21 Voir par exemple Les Deux sermons funèbres ès obseques & enterrement du feu Roy Treschrestien Henri deuxieme de ce nom (1559) ou ses poésies latines, Hieronymi Ruvere Pueruli Annum Agentis Decimum Carmina (1540).

22 Voir infra, p. 130.

23 Voir par exemple le sonnet 19, où il signale à Ronsard que « de sa faveur Henry t’estime digne » (v. 4), ainsi que le sonnet 20, où on lit : « [...] de ton costé est la faveur du Roy » (v. 10).

24 On s’étonne donc qu’un érudit aussi avisé que Cooper fasse remarquer cela à propos des sonnets 42, 43 et 46: « None of these poems seems particularly out of the ordinary, or addressed to della Rovere for any special reason » (« Two figures », p. 491). Pour Cooper, le sonnet 124 est différent des précédents parce qu’il contient des allusions historiques précises.

25 « The poem mirrors della Rovere’s involvement in French policy in Italy, and their common interest in the success of that policy against imperialist interests » (Cooper, p. 49l).

26 Voir supra, p. 86.

27 « [...] Guidobaldo, who until 1555 had been captain general of the Papal armies, resigned in 1555 after disagreeing with the anti-Imperialist policy of Paul IV. The Duke was now strongly suspected of Spanish leanings. This caused difficulties for Girolamo della Rovere, who was employed by Henri II but sympathised with Guidobaldo II » (p. 492). Cooper cite à l’appui une lettre de Philibert Babou de la Bourdasière, évêque d’Angoulême, ambassadeur à Rome, reproduite dans Ribier, II, p. 765.

28 Cooper: « [...] the prise of the Duke of Urbino in Joachim Du Bellay’s sonnet cornes with strange timing in view of the rumours of his collusion with Spain » (p. 492).

29 Voir Vallée, p. 49-50.

30 Voir Weber, p. 431 et Screech ad. loc.

31 Voir toute la discussion très pertinente de Katz, p. 128. Il cite L. Wierenga, « Les Regrets de Du Bellay, Satire et Élégie ? », à propos du sonnet 34 : « Cette utilisation à d’autres fins de l’imagerie pétrarquiste constitue une troisième technique satirique : l’objet de la satire est ici la banalité même des images » (p. 151-152).

32 Sur le thème de l’espérance, voir par exemple au t. IV, p. 15 (XI, 11) et p. 96 (XCVII, 7). L’image du poète qui se languit « sur l’onde Ausonienne » rapproche le sonnet des Regrets des poèmes des Amours où il est question de Narcisse, double du poète, comme au t. IV, p. 86 (LXXXVI) et p. 122 (CXXV).

33 Voir supra, p. 118.

34 Voir supra, p. 125.

35 Voir l’expression « une promesse vaine » (v. 14), et les cinq premiers vers du sonnet 101, particulièrement intéressants dans un poème adressé à celui qui fut l’ennemi de Ronsard pendant un certain temps, Mellin de Saint-Gelais.

36 Katz commente: « [...] Du Bellay will deviate considerably from the Horatian norm in the sonnets to follow, pushing satire to the point of vituperation; the gentle satire suggested here will often be replaced by Juvenalian attack » (p. 146). Il est intéressant de noter des effets épistolaires « de voisinage » : de même que le sonnet 74, adressé à un « tu » non spécifié, et le 75, à Gordes, engagent directement leur interlocuteur avec « tu dis » (v. 1 et v. 5, respectivement), de même le sonnet 77 emploie une variante de cette expression, « tu diras », à l’exacte position du « tu dis » du sonnet à Gordes (v. 5).

37 Voir « Satyram periculosissimum esse genus scribendi, ad Marinum » (ép. 21) :
Si quid sit tibi de Deo loquendum,
Aut quo numina sint colenda ritu,
Sis catus rogo, nec velis (quod aiunt)
Cornicum, ut sapiens queas videri,
Confixisse oculos. Gravis sophorum
Ira : hos lædere, si sapis, caveto.
Nec minus tibi Principes cavendi,
Longas esse manus quibus loquuntur [...]
Erunt præcipue cavenda verba
Quæ (quod dicitur) ut semel volarunt,
Nobis per iugulum redire possunt. (v. 7-14, 26-28)
[Si tu dois parler de Dieu, du culte ou des rites, sois prudent, je te le demande, et ne va pas, pour avoir l’air intelligent, crever les yeux aux corneilles, comme on dit. Elle pèse, la colère des sages : si tu as du bon sens, garde-toi de les blesser. Il ne faut pas moins prendre garde quand il s’agit des princes : ils ont le bras long, dit-on [...] Il faudra particulièrement prendre garde aux mots qui, une fois qu’ils sont, comme on dit, envolés, peuvent revenir nous percer la gorge.]
Aux sonnets 141 (à un « Amy ») et 143 (à Bizet) des Regrets, il conseille de façon semblable : « Si [...] du Roy tu parles quelquefois, / Fay que tu sois prudent, & sobre en ton langage [...] longues sont les mains des Princes & des Rois » (R 141, v. 5-8) ; « Souventvent pour un bon mot on perd un bon amy » (R 143, v. 5).

38 « The satiric target of most of the poems to follow in the second segment are various Italian “types”, members of the papal court, the citizens of Rome, the city itself. It is surprising, then that the poet feels the need to defend himself against the accusation of being a “feint amy”, albeit self defense is in itself a literary convention. Yet such a disclaimer must be viewed in the context, for as we have seen, Du Bellay can be a false friend, or at least a deceptive one, who seems to praise when in fact he is denigrating » (Katz, p. 146). Au sonnet 63, adressé à Charles de Lestrange, Du Bellay satirise le « fidele amy » qui change avec la direction du vent.

39 « [...] his intention, then, is to avoid the role of the darkest kind of moralist. There is deep irony here. Although he prudishly refuses to “descouvre” the mysteries of the church, he clearly implies that they conceal vice. Such a meaning is reinforced by the analogy made in the quatrain itself, for the mysteries are paralleled with the “vices moins secretz” (1. 4) » (Katz, p. 151).

40 Voir l’édition Aris-Joukovsky des Œuvres poétiques de Du Bellay (t. II) : elle cite Malcolm Smith qui reconnaît dans ce sonnet le cardinal de Lorraine, et Gilbert Gadoffre qui identifie l’ami visé comme étant Carlo Caraffa (p. 314).

41 D’autres sonnets prodiguent des conseils à Guillaume Cousin (R 142), Odoart Bizet (R 143) et Betrand-Rambaud Simiane de Gordes (R 144). Un poème de la série a même un destinataire indéterminé, un certain « Amy » (R 141). Bizet bénéficie, lui aussi, de propos quasi théoriques sur la satire : « La louange (Bizet) est facile à chacun, / Mais la satyre n’est un ouvrage commun » (R 143, v. 9-10).

42 Avant la déception du sonnet 130 à Dorat, où il déclare : « Adieu donques (Dorat) je suis encor’ Romain [...]. »

43 Sur ce personnage, voir Laumonier, Ronsard poète lyrique, p. 51-53 ; l’édition Chamard des Œuvres poétiques de Du Bellay, t. IV, p. 14, n. 1 ; Goujet, XIII, 1-3 ; Turquety, p. 1364-1382.

44 Voir, dans l’édition Mac Kay des Gayetez de Magny, la note au vers 37 du poème liminaire « A Pierre de Paschal » : « Durban : Pierre Michel de Mauléon, protonotaire de Durban, d’abord conseiller au Parlement de Toulouse, puis au Parlement de Paris et que Magny et Ronsard associent presque invariablement à Paschal. Voir II, 552 ; XV, 52 ; XVII, 21, 85 ; XXV, 294 » (p. 3).

45 C’est Weber qui donne 1562 comme date de décès ; Lalanne, éditeur des Œuvres de Brantôme, et Arnaud, dans Histoire des protestants de Provence et du Comtat Venaissin et de la principauté d’Orange, donnent 1612.

46 Voir Chamard, sonnet LUI, ad loc. Chamard utilise l’orthographe « Raimbauld », mais nous allons respecter la forme donnée par Borricand : « Rambaud ».

47 Voir Borricand, p. 24 et De la Chesnaye-Desbois et Badier, p. 604. Bertrand-Rambaud père rédigea son testament en 1558.

48 Voir Haag, t. IX, p. 279.

49 Voir supra, p. 107.

50 Voir Monluc, Commentaires (p. 208) : « Il est cité parmi les capitaines de Piémont dans une instruction de M. de Contay à Brissac, du 17 juin 1551 (B.N., ms. Clairamb., 344, fo 171, copie) ». Il fut aussi lieutenant du roi dans le Dauphiné pendant les guerres de religion, où il témoigna d’une remarquable clémence envers les Réformés. Recevant l’ordre de massacrer les huguenots pour la Saint-Barthélemy, il est censé avoir répondu : « Je suis lieutenant du Roi, je ne suis pas lieutenant du bourreau » (Gimet et Brémond, Histoire de Châteauneuf de Gadagne des Origines à 1870, p. 90).

51 Pour la popularité de la poésie néocatullienne dans la poésie française de la Renaissance, voir Julia Haig Gaisser, Catullus and his Renaissance Readers, les trois articles par Mary Morrison, « Catullus in the Neo-Latin poetry of France before 1550 », « Ronsard and Catullus : the influence of the teaching of Marc Antoine de Muret », et « Catullus and the Poetry of the Renaissance in France ». Voir également Walther Ludwig, « Catullus renatus — Anfänge und frühe Entwicklung des catullischen Stils in der neulateinischen Dichtung ». Il existe aussi une version anglaise de « Catullus renatus » sans les notes copieuses de la version allemande : Walther Ludwig, « The Origin and Development of the Catullan Style in Neo-Latin Poetry ».

52 Nous citons toujours d’après le texte de Demerson (Poemata, t. VII) :

Cui donem potius novum libellum,
Quo raptum refero meæ puellæ,
Gordi, quam tibi, qui meam puellam
Sic amas, propriam ut putes sororem ?
Quare quicquid id est novi libelli,
Gordi, quod tibi nunc damus legendum,
Sic velim accipias, scias ut illam A me plus oculis meis amatam,
Et te plus oculis meis amatum.
[À qui dédierais-je ce petit livre nouveau où je raconte l’enlèvement de mon amie plutôt qu’à toi, Gordes, qui as tant d’affection pour mon amie quelle est, pour toi, comme ta propre sœur ? Donc, quoi qu’il en soit de ce petit livre nouveau que nous te donnons maintenant à lire, Gordes, je voudrais qu’en le recevant tu saches que je l’aime, elle, plus que mes yeux, et que je t’aime, toi, plus que mes yeux.]

Les vers « A me plus oculis meis amatum, / Et te plus oculis meis amatum » doivent rappeler, par leur répétition et leur tournure syntaxique, le célèbre carmen 3 de Catulle sur le moineau (passer) de Lesbie :

passer mortuus est meæ puellæ,
passer, deliciæ meæ puellæ,
quem plus illa oculis suis amabat. (v. 3-5)
[Il est mort, le moineau de mon amie, le moineau, délices de mon amie, qu’elle chérissait plus que ses yeux.] (Trad. de Georges Lafaye.)

53 La colombe est l’objet d’une grande préoccupation dans la poésie néocatullienne à partir de Giovanni Pontano, où l’oiseau peut même signifier livre ou poème : « The young Pontano was the first to seize on Martial’s triple entendre. In Am. I. 5, originally part of the pruritus of 1449, he selects a recipient for his “snow-white dove”. By echoing the opening verses of two dedication poems, Cat. I and Mart. 3. 2, he alludes to the use of columba to mean “book” or “poem” » (Gaisser, p. 242). Voir tout le chapitre très riche, intitulé « Imitatio : Catullan Poetry from Martial to Johannes Secundus », p. 236-243.

54 Le poème dresse un inventaire de la poésie amoureuse latine, néolatine, italienne et française. Il commence par évoquer les dames devenues célèbres grâce à cette poésie, et finit par la Meline de Baïf et l’Olive de Du Bellay. Sa Faustine et la Colombe de Gordes sont à la hauteur de ces dames : « Hoc Faustina mea, hoc mea est Columba, / Hoc Faustina tua, hoc tua est Columba » (v. 11-12). [« Cela ma Faustine l’est, cela ma Colombe l’est, cela ta Faustine l’est, cela ta Colombe l’est » - trad. G. Demerson.] Ensuite, Du Bellay énumère les poètes qui ont chanté ces femmes, dont lui-même. Il souhaite enfin retrouver ses anciens feux, afin de mieux célébrer « Faustinamque meam et meam Columbam, / Faustinamque tuam et tuam Columbam » (v. 26-27). [« […] ma Faustine et ma Colombe, ta Faustine et ta Colombe » — trad. G. Demerson.] Or Gordes ne figure pas dans la liste des poètes et Du Bellay se propose de chanter aussi bien la colombe de Gordes que sa propre Faustine. Plutôt que de conclure que Gordes n’était pas poète, peut-être vaudrait-il mieux supposer que Gordes n’avait pas publié ses poèmes ou qu’il n’était pas reconnu. Il est encore plus surprenant que Jean Second, dont les Basia connurent un si grand succès à la Renaissance et que Du Bellay imite dans le poème précédent (Amores 23), ne soit pas mentionné dans ce poème-catalogue des célèbres chantres de l’amour.

55 C’est le cas de Panjas, qui selon Chamard était l’auteur d’Amours de Colombe qui ne furent pas publiées. Voit son commentaire sur le sonnet XV des Regrets.

56 Voir la discussion de la destination formellement indéterminée supra, p. 96.

57 Comme le soulignent M. A. Screech et H. Chamard, on trouve l’original latin dans les Poemata, dans l’épître liminaire précédemment citée, ainsi que dans le poème « De poetarum amoribus, ad Gordium » (Am. 24).

58 Les remarques de Katz sont précieuses sur ce point: « The largest single irony, one might say the dominant irony of the Regrets, merges in the third and final segment; after 138 poems attacking avarice, vice, inflated poetic ambitions and practices, and pitting the sincerity of the poet against the hypocrisy of other poets and other cultures, Du Bellay becomes, in terms of the sequence, a hypocrite himself by donning the mask of the courtier-poet. If the two major concerns have been the nature of poetry and an attack on all that “court” represents, Du Bellay emerges, in this final segment as a major object of his own irony and satire » (p. 171).

59 Chamard note dans son édition, à propos du sonnet 51 : « François de Mauny, évêque de Saint-Brieuc, proche parent du cardinal du Bellay, qui se démit en sa faveur de l’archevêché de Bordeaux (1553). Une lettre de Lanssac au roi, 2 août 1554, nous apprend qu’il fit un voyage à Rome cette année-là. Mort en 1558. » Dans le cahier additionnel, Weber constate que « Pour E. Droz, il s’agirait plus vraisemblablement de Mathieu de Mauny, clerc de la suite du Cardinal du Bellay ».

60 Chamard l’identifie ainsi : « Jacques Bouju (1515-1577), Angevin, poète latin et français, dont les œuvres ne semblent pas avoir été imprimées. Son nom revient assez souvent dans les écrits de du Bellay et de Ronsard. » Le sonnet 88 n’a pas de destinataire et s’adresse à un auditoire indéfini.

61 Au sonnet 87 à Mauny. La première version de « Contre les Pétrarquistes » date de 1553.

62 Cassandre, Marie et Hélène incarnent chacune un style de poésie amoureuse différent chez Ronsard ; Du Bellay assimile ses vers latins à une maîtresse, sa poésie française à une épouse dans une épigramme des Poemata, « Ad lectorem ». Voir à ce sujet le chapitre 2 de La Poésie au Miroir intitulé « Joachim Du Bellay : Faustine, ou l’amour de la poésie amoureuse » et le commentaire de Demerson ad loc. dans son édition.

63 Cette expression se trouve dans Adages I, 318 (p. 423) : « [...] summus est nautarum conatus » [« [...] c’est le plus grand effort des matelots »]. Elle relève de la même catégorie que « omnibus nervis » [« avec toutes ses forces »] (no 316) et « velis equisque » [« à la voile, à cheval »] (no 317) : « [...] similem conatum significat Velis equisque ad fugiendum aut assequendum magis quam ad efficiendum » [« [...] “à la voile et à cheval” signifie un effort semblable en vue de fuir ou d’atteindre plus qu’en vue de produire »].

64 Le sonnet 106 lui est destiné. Dans son édition, E. Droz signale que Gilbert, conseiller au Parlement de Toulouse, séjourna à Rome.

65 Screech commente ad loc : « L’humour de ce sonnet consiste à transposer les adjectifs habituels des poètes pétrarquistes... »

66 Par exemple, chez Properce, II, xxiv : « Dura est quæ multis simulatum fingit amorem / et se plus uni si qua parare potest » (v. 47-48). Voir le livre de Paul Veyne.

67 Amores 23, « Basia Faustinæ », v. 7-9 : « [...] mais quand nos lèvres à tous deux se rapprochent, que dans nos bouches humides nos langues vont et viennent [...] » (trad. G. Demerson).

68 Voir l’ouvrage de Georges Soubelle, Plaidoyer pour un cicéronien : Pierre de Paschal, historiographe royal (p. 3). Parmi les travaux plus anciens sur Paschal, on peut consulter P.-M. Bondois, Henri II et ses historiographes et Paul Bonnefon, Pierre de Paschal historiographe du roi (1522-1565).

69 Du Verdier, par exemple, commente : « Il est surprenant que Paschal ait pu trouver tant de dupes. Son Elogium Henrici II, & le petit in-8o de ses Oraisons & Epîtres, ne sont que des Compositions d’Ecolier » (II, 313).

70 Voir à ce sujet le livre d’Eric MacPhail, The Voyage to Rome in French Renaissance Literature.

71 Il fit partie de l’entourage du cardinal d’Armagnac.

72 Mauléon figure parmi les destinataires des Regrets.

73 « La renommée littéraire de Paschal, créée de toutes pièces par les poètes de son temps, repose sur un seul opuscule latin de 164 pages » (Pierre de Nolhac, Ronsard et l’humanisme, p. 277). Voir aussi son article, « Un Humaniste ami de Ronsard. Pierre de Paschal, historiographe du roi de France ».

74 Nolhac intitule un chapitre de son Ronsard et l’humanisme, « Le Cicéronien de la Brigade ».

75 D’autres ont cru que Du Bellay visait Paschal dans son poème « Le Poète CourtiCourtisan ». Mais nous sommes d’accord avec Philippe Desan lorsqu’il remarque : « C’est à notre avis une fausse question. Le poème nous dévoile sardoniquement que c’est en fait une critique générique et doit s’appliquer à tout poète — Du Bellay compris » (« De la poésie de circonstance à la satire : Du Bellay et l’engagement poétique », p. 431-432).

76 Voir notamment les remarques ad loc de Chamard et de Screech, ainsi que les remarques de ce dernier dans son introduction, p. 18.

77 Screech : « Il renonce au style élevé, au risque d’écrire une poésie prosaïque — comme Horace. Remarquons en passant que c’est ce choix de poésie prosaïque propre à la satire qui amène notre poète à adopter l’alexandrin pour les Regrets » (p. 19-20).

78 Voir Soubelle : « [...] dix ans avant Joachim du Bellay, qui, dans ses Regrets, lui empruntera plus d’un thème, Paschal connut le désenchantement [...] » (p. 8). Nolhac : « Cette description de la ruine de Rome et cette opposition de sa grandeur à sa décadence auraient pour nous un attrait plus vif, si elles ne se rencontraient bien des fois dans la littérature de l’Humanisme » ; dans la note 3 de la même page : « Paschal fournirait aussi plus d’un trait à une annotation des Regrets. »

79 Par exemple, lorsque Paschal écrit à Mauléon : « Incredibile est quàm sit mihi suave ambulare in eo ipso solo, quo Reges, coss. Imperatores omnium gentium domini incesserunt [...] Movet me rursum, angitque vehementer, dum qualis fuerit olim Roma, & quæ nunc sit cogito. » [« Il m’est incroyablement doux de me promener sur le sol foulé par les rois, les consuls et les empereurs maîtres de tous les peuples du monde [...] En revanche je suis ému et tourmenté quand je pense à ce que Rome fut autrefois, et à ce qu’elle est maintenant. »] (Petri Paschalii Advenus Joannis Maulii parricidas actio, in senatu venetu recitata. Ejusdem Gallia per prosopopæiam inducta ad venetam remp. ; Oratio de legibus [...] Epistolæ in italica peregrinatione exaratæ. Lugduni : apud S. Gryphium, 1548, p. 85.) Nolhac commente : « La partie intéressante du petit volume est le recueil des lettres écrites d’Italie. Malgré l’artifice de style d’un bout à l’autre maintenu, il apporte des renseignements précis sur le milieu où l’auteur a vécu à Rome et sur les préoccupations habituelles à un humaniste en voyage. La liste des correspondants est longue et quelques-uns comptent dans l’histoire des lettres » (Ronsard et l’humanisme, p. 281).

80 « Alter ille (scis quem dico) usque eò fervet, ferturque avaritia, ut nihil nobis ab eo, aut admodum paululum, expectandum putem » (p. 93). [« Cet autre (tu sais qui je veux dire) s’agite tellement et il est tellement animé par la cupidité qu’à mon avis il n’y a rien, ou du moins très peu, à attendre de lui. »]

81 « Accepi tuas literas decimo abs te die, ad quas serius meæ sunt redditæ, quòd, cui rectè darem non habebam, & eas temere committere, ne familiares nostri sermones in alienas manus devenirent, nolebam » (p. 105). [« J’ai reçu ta lettre il y a dix jours, et la mienne a été remise à plus tard, parce qu’il n’y avait personne à qui j’osais la donner et que je ne voulais pas les confier imprudemment, de peur que nos lettres familières tombent entre les mains d’autrui. »]

82 « Video etiam Deos ipsos ridere hominum insaniam » (p. 92). [« Je vois les dieux eux-mêmes rire de la folie des hommes. »]

83 « Ego vero eo sum iam vultu, oratione, omni reliquo corporis motu, ut me non Gallum agnosceres, sed totum Italum iudicares. Neque quemadmodum solebam, ingenuo liberóque fastidio ineptias hominum respuo, sed omnia laudo, omnia approbo » (p. 107). [« Par le visage, le langage et tout autre mouvement du corps je suis tellement changé que tu ne dirais plus que je suis Français ; tu dirais que je suis complètement Italien. Et je ne vomis plus les inepties des hommes avec dédain comme j’avais l’habitude de faire, car je loue tout, j’approuve tout. »] Du Bellay, en revanche, dira à Ronsard au sonnet 8 des Regrets, qu’« Il n’a humé l’ardeur qui l’Italie enflamme » (v. 8).

84 « Quid his ludis Floralibus Tolosæ actum fuerit, quive palmam tulerit, valde scire aveo. Tametsi non dubito, quin, cùm duarum palmarum iure optimo vir fueris, trium quoque hoc tempore sis. Quod si ita est, tibi gratulor, & te in Collegium nostrum cooptatum esse immortaliter gaudeo » (p. 110-111). [« Ce qui s’est passé aux Jeux Floraux de Toulouse et qui a emporté le prix, j’ai très envie de le savoir. Cependant, je doute pas que, comme tu as emporté deux palmes à très bon droit, cette fois-ci tu aies eu aussi la troisième. Si cela est le cas, je t’en félicite et je suis content que tu aies été élu immortel au sein de notre collège. »]

85 « Nam spero omnes homines, quid communes nostræ Musæ possint, aliquando intellecturos » (p. 111) [« En effet, j’espère que tous les hommes comprendront un jour ce dont nos muses communes sont capables. »]

86 Dans une grande mesure, les théoriciens de la question avaient réussi à transférer telles quelles les théories rhétoriques de l’Antiquité, mais leur pierre d’achoppement était la notion de rythme, ῥυθµòς en grec, numerus en latin, qui s’appliquait aussi bien à la prose qu’à la poésie et qui était fondée sur la quantité syllabique des langues anciennes. Je m’appuie ici sur l’ouvrage fondamental de Kees Meerhoff, Rhétorique et poétique au XVIe siècle en France : « La quasi-totalité de la théorie des tropes et des figures par exemple pourra être “transférée” au domaine vulgaire sans qu’on se heurte une seule fois au problème de la quantité. Mais de toute évidence, cela ne se passera pas de la même façon lorsqu’on tentera d’y “transférer” également la théorie du nombre poétique er oratoire [...] Une telle démarche implique en effet qu’on accepte la technique “quantitative” de la poésie et de la prose classiques comme norme pour la littérature vernaculaire » (p. 12).
Or les langues vernaculaires s’opposent aux structures métriques par leur nature même, car les séquences de syllabes brèves et longues n’y ont pas cours. Ce qui permit aux théoriciens de la Renaissance de justifier l’équivalence des langues anciennes et vernaculaires sur le plan du rythme, c’est le principe du similiter desinens, qui semblait comprendre la notion de rime.

87 Voir § 164-236. K. Meerhoff parle du « nombre oratoire ».

88 On appelait la phrase oratoire période : « [...] perfectus completusque verborum ambitus [...] » [« [...] la forme achevée et complète de la période [...] »], § 168.

89 « Solet autem queri totone in ambitu verborum numeri tenendi sint an in primis partibus atque in extremis ; plerique enim censent cadere tantum numerose oportere terminarique sententiam. Est autem ut id maxime deceat, non ut solum ; ponendus est enim ille ambitus, non abiciendus » (§ 199). [« D’autre part on demande ordinairement si c’est dans le circuit des mots qu’il faut observer les nombres ou dans les premières et dernières parties : la plupart en effet sont d’avis qu’il faut seulement que la chute et la manière dont se termine la phrase soient métriques. Il est de fait que cela est le plus conforme à la convenance, mais non cela seul ; il faut en effet laisser la période se poser, non la laisser tomber. »] Cicéron applique ici certains principes métriques (et donc poétiques) à la prose, suivant en cela des prédécesseurs comme Isocrate, dans le but d’enrichir la prose du charme et de la variété de la poésie :
Nam qui Isocratem maxime mirantur hoc in eius summis laudibus ferunt, quod verbis solutis numeros primus adiunxerit. Cum enim videret oratores cum severitate audiri, poetas autem cum voluptate, tum dicitur numeros secutus, quibus etiam in oratione uteretur, cum iucunditatis causa tum ut varietas occurreret satietati. Quod ab his vere quadam ex parte, non totum dicitur. Nam neminem in eo genere scientius versatum Isocrate confitendum est, sed principes inveniendi fuitThrasymachus [...] (§174-175).
[Ceux qui admirent le plus Isocrate lui donnent comme principal mérite d’avoir le premier introduit le nombre dans la prose. Voyant en effet qu’on écoutait les orateurs avec ennui, les poètes avec plaisir, il adopta, dit-on, des rythmes pour nous en servir même dans le discours, tant pour l’agrément qu’en vue d’obvier par la variété à la satiété. Cette affirmation est exacte pour une part, mais pas totalement. Il faut reconnaître que personne n’a montré plus de science qu’Isocrate en la matière, mais à l’origine de la trouvaille il y a Thrasymaque [...].]
Cicéron signale que le fondateur de cette technique fut Gorgias, qui regroupa des mots de la même longueur se terminant de façon semblable et formant parfois des antithèses : « Nam, ut paulo ante dixi, paria paribus adiuncta et similiter definita itemque contrariis relata contraria, quæ sua sponte, etiamsi id non agas, cadunt plerumque numerose, Gorgias primus invenit, sed eis est usus intermperantius » (§ 175). [« En effet, comme je viens de le dire plus haut, les membres égaux qui se succèdent, les terminaisons semblables, et de même les contraires qui s’opposent, qui d’eux seuls et même sans qu’on le fasse exprès fournissent la plupart du temps une chute nombreuse, c’est Gorgias qui les a trouvés le premier, mais il en a usé sans discrétion. »]

90 « Nullus est igitur numerus extra poeticos, propterea quod definita sunt genere numerorum » (§ 188). Un peu plus loin, il insiste davantage sur le fait que les principes du plaisir procuré par les effets de rythme en prose sont les mêmes qu’en poésie : « Si quæ res efficiat voluptatem, eadem quæ in versibus, quorum modum notat ars [...] » (§ 203). [« Donc il n’y a aucun nombre en dehors de ceux de la poésie, parce que les sortes de nombres sont limitées [...]. »]

91 « Perspicuum est igitur numeris astrictam orationem esse debere, carere versibus » (§ 187). [« Il est donc évident que la prose doit être astreinte au nombre, sans qu’on y trouve des vers. »]

92 « Quo etiam difficilius est oratione uti quam versibus, quod in illis certa quædam et definita lex est, quam sequi sit necesse » (§ 198). [« Il n’en est même que plus difficile de faire de la prose que des vers, parce qu’en vers il y a une loi fixe et définie, qu’il est nécessaire de suivre. »]

93 Ainsi, l’idée antique de rythme, issue de considérations purement métriques (et donc poétiques) finit par justifier un aspect fondamental de la poétique vernaculaire, à savoir la rime.

94 Du Bellay va proposer des procédés de compensation pour le manque de pieds et de nombres. « Quand aux piedz & aux nombres, je diray au second livre en quoi nous les recompensons » (I, ix, p. 51). Thomas Sébillet, dont l’Art poétique a précédé la Deffence d’un an, critique l’assimilation courante du mot « rythme » à « rime », mais il lui trouve aussi une justification : » [...] bien qu’il y ait au carme consonance et modulation, laquéle le Grec denotoit par le vocabule υθµòς, néantmoins ne le simple carme François, ne tout l’œuvre basty de carmes François peut estre proprement de la nommé Ryme, attendu que les vers et le Pöéme seront mieuz diz avoir pour ornement et forme consonance et modulation, qu’euz mesmes appeléz ainsi. Ce que le Romain a notamment observé quand il a appellé υθµòς non les vers ne les periodes, ains lés nombres et espaces dés temps qu’il y a diligemment observez. Vray est que ce qui es plus communément appellé Ryme en nostre langage François, avec plus de raison semblera avoir receu ceste appellation ; j’enten ceste parité, resemblance, et consonance de syllabes finissantes les vers François, laquelle non receue par les autres langues en la desinence de leurs carmes, a toutesfois esté admise par elles pour ornement de leur oraison solfie [la prose] suivant le plaisir qui en touche l’aureille : et l’a nommée le grec µοιοτέλευτον le latin Similiter desinens, proprement tous deuz Le François l’a appellée Ryme, corrompant le mot ρυθµòς par l’elision du y et parlant moins proprement, pour ce qu’autre est le υθµòς du Grec, autre la Ryme du François, comme avons ja montré » (p. 17-18).

95 Enfin, il pourrait également s’adresser au poète qu’était Paschal. C’est un sonnet des Souspirs de Magny qui nous apprend que Paschal composait des poèmes en l’honneur d’une certaine « Riviere » ; « Laisse, divin Pascal, ta gentille Riviere » (S 41, v. 5).

96 Le « mieux disant Romain » et le laurier réapparaissent dans un autre hommage rendu à Paschal par Du Bellay :
Docte Paschal, honneur de la Garonne,
Qui retraçant d’une divine main
Les plus beaux traits du mieux disant Romain
T’es mis au chef la plus docte couronne
Ainsi le pris qui ton front environne,
Ne craigne point, ny le fort inhumain,
Ny de la mort le paresseux germain,
Ny le vieillard qui nostre âge esperonne.
(« Sonnets divers », xxxvi, v. 1-8, t. II, p. 284)

97 Et il cite Vauquelin de la Fresnaye à l’appui.

98 C’est l’idée de A. Henri Becker aux pages 18-24 de son livre sur Le Roy : « Regius est un pedante : et, pour que nul rien ignore, le poète, qui tout à l’heure ne voulait pas “souiller son livre” du nom de Le Roy, n’hésite pas à désigner clairement sa victime par une équivoque transparente, bien placée à la fin d’un vers [...] Un puéril jeu de mots, une comparaison assez fade, et quelque peu forcée, il rien faut pas tant pour un méchant sonnet » (p. 21).

99 E. Droz rejette cette possibilité en raison de la traduction en français par Du Bellay des illustrations du Platon de Le Roy. Screech conclut ad loc : « Tout ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que Du Bellay se moque d’un critique acerbe — cf. l’Aristarq du vers 4 — qui est un professeur ; il porte probablement un nom qui se prête à des jeux de mots avec roy. »

100 Voir le commentaire de Screech ad loc.

101 Pendant le séjour romain de Du Bellay il y eut trois conclaves, au terme desquels furent élus les papes Jules III, Marcel II et Paul IV.

102 Au sonnet 9, adressé à « France mere des arts, des armes, & des loix », Du Bellay affirme : « Si ne suis-je pourtant le pire du troppeau » (v. 14).

103 Ses sympathies pour le protestantisme sont connues.

104 Du Bellay avait initialement misé sur l’Olive. Il y a ainsi échange de priorité entre l’Olive et les Regrets, car dans le poème liminaire de la seconde édition de 1550, comme le note Rigolot dans Poétique et onomastique, « Le poète a beau prétendre célébrer le nom de Marguerite [...] ce n’est pas “Marguerite” qui l’intéresse mais “Olive” » (p. 132).

105 Au sonnet suivant, Du Bellay déclare au philosophe et mathématicien Peletier du Mans : « [...] en despit d’envie, & du temps vicieux, / Je rempliz d’un beau nom ce grand espace vide » (R 189, v. 7-8). Le biographe de Ronsard, Claude Binet, déclarait que Ronsard était « amoureux seulement de ce beau nom [de Cassandre] », Discours de la vie de Pierre de Ronsard (1586), cité dans Poétique et onomastique, p. 203. Voir toute la section de ce livre intitulée « “Cassandre” ou l’amour d’un “beau nom” », p. 201-210.

106 Étrangement, c’est dans un sonnet des Amours qui, selon Muret, est dirigé contre un détracteur de la poésie de Ronsard que se déploie l’esthétique de la laideur rejetée par Du Bellay :
De soingz mordentz & de souciz divers,
Soyt sans repos ta paupiere eveillée,
Ta levre soyt d’un noyr venin mouillée,
Tes cheveulx soyent de viperes couvers.
Du sang infait de ces groz lezardz vers
Soyt ta poictrine & ta gorge souillée,
Et d’une œillade obliquement rouillée
Tant que vouldra guigne moy de travers.
Tousjours au ciel je leveray la teste,
Et d’un escrit qui bruit comme tempeste,
Je foudroyray de tes Monstres l’effort :
Autant de foys que tu seras leur guide
Pour m’assaillir dans le seur de mon fort,
Autant de foys me sentiras Alcide. (IV, 120)

107 Ronsard le fait dans l’antistrophe qui suit la strophe 2 qu’on vient de citer :
Tes mains s’armerent alors
De l’horreur de deus grands haches :
Tes braz, tes flancs, & ton cors,
Sous un double fer tu caches :
Une menassante creste
Branloit au hault de ta teste
Joant sur la face horrible
D’une Meduse terrible. (v. 45-52)

108 Dans la Deffence, Du Bellay souligne l’importance de l’ornement et de l’embellissement dans l’ode : « Sur toutes choses, prens garde que ce genre de poëme soit eloingné du vulgaire, enrichy et illustré de motz propres et epithetes non oysifz, orné de graves sentences, et varié de toutes manieres de couleurs et ornementz poétiques [...] » (« Quelz genres de poëmes doit elire le poëte francoys », II, iv).

109 Voir François Rigolot : « Chaque “Marie” qui débute un sonnet (cf. C, 8, 9, 10, 11...) est un nouvel aveu que le lecteur doit tourner pour lire “Aimer”. La simplicité du procédé s’accorde d’ailleurs fort bien avec la nouvelle thématique antipétrarquiste qui refuse les “parjures artifices” du style enflé et fardé pour adopter “un mignard et dous stille”. Style qui “rase la prose” en adoptant aussi l’alexandrin, sauf dans douze sonnets, justement afin de faire moins “héroïque” » (p. 212).

110 Il est savoureux de constater que le reproche qui est fait à Ronsard est identique à celui que le prince des poètes français avait fait aux poètes antérieurs. Lui-même les avait accusés de « souiller » le beau nom de Marguerite :
Debout Muses, qu’on m’atelle
Vostre charette immortelle,
Affin qu’errer je la face
Par une nouvelle trace,
Chantant la vierge autrement
Que nos poëtes barbares,
Qui ses saintes vertus rares
Ont souillé premierement. (I, 72-73, v. 5-12)

111 Voir Josiane Rieu à ce sujet : « Or, les Du Bellay sont engagés dans la bataille politique et la réforme religieuse. Le cardinal Jean Du Bellay défendait à Rome la cause gallicanne irénienne, ainsi que Joachim, qui fréquentait ces milieux en raison de ses fonctions auprès du cardinal, et de ses amitiés personnelles, comme celle de Jean de Morel, qui recevait de nombreux parlementaires et humanistes lettrés, parmi les Gallicans et les Politiques : Michel de l’Hospital, par exemple, homme de confiance de Marguerite de France, la protectrice de Joachim [...] » (p. 77).

112 À propos du premier sonnet des Regrets, Richard Katz fait des remarques fort éclairantes : « More important for our purposes, however, is to note the totally ironic approach to poetry. Of course what the poet is in part refuting here is the enthusiastic aspirations of the Deffense, and some of the kinds of poetry his fellow poets were writing, notably Ronsard. All this is fairly obvious; what is less so is the fact that such statements will color all further references to Ronsard, et al., even those that appear to be wholly encomiastic » (p. 94).

113 Voir l’analyse fine de ces vers par Katz aux pages 108-109 ; cependant, nous pensons que lorsque Du Bellay évoque les « raiz de mon soleil », il s’agit toujours de Marguerite. Katz commente en revanche: « The phrase is deliberately ambiguous; by analogy, it should refer to a mistress left behind in France, completing the pattern Ronsard / « rayon » / « dame » — Du Bellay / « soleil » / mistress. But no beloved has been mentioned up to this point and none will be » (p. 109).

114 Selon Laumonier, ce sonnet et l’odelette du Bocage sont les seuls que Ronsard ait adressés à Du Bellay pendant son séjour à Rome.

115 L’obscurité de ce recueil justifiait le célèbre commentaire de Muret. Au premier sonnet de la Continuation, Ronsard déclare à Pontus de Tyard :
Thiard, chacun disoit à mon commencement
Que j’estoi trop obscur au simple populaire :
Aujourd’hui, chacun dit que je suis au contraire,
Et que je me dements parlant trop bassement. (v. 1-4)

116 « Marie, qui voudrait vostre beau nom tourner, / Il trouverait Aimer : aimez-moi donq, Marie » (v. 1-2). À ce sujet, voir Rigolot, Poétique et onomastique : « La Continuation aura donc pour tâche de développer l’équation posée au septième sonnet et la logique de la définition, brève comme l’aimait Ramus, s’imposera peu à peu pour informer la lecture du texte. Le verbe “aimer” envahit en effet le discours de 1555 ; sa forme simple se retrouve avec une fréquence qui ne peut être un hasard » (p. 211).

117 Voir l’introduction au tome VII de l’édition Laumonier : « Notre poète s’était donc mis en devoir d’obéir à un ordre du roi qu’il attendait depuis plus de quatre ans, et fut sur le point, dans les premiers mois de 1554, d’abandonner la poésie lyrique pour l’épopée » (p. ix).

118 Voir supra, p. 66.

119 Le voici :
Nagueres, mon Ronsard, Du Bellay me disoit
Que l’amour enflammoit plus que jamais ton ame :
Ce n’est pas, di-je alors, d’une nouvelle flamme,
Car ains qu’ici je vinsse amour le maistrisoit.
Ce n’est pas, respond-il, celle qui l’attisoit,
Car il sert maintenant une nouvelle dame,
Et le petit archer mieux que jamais l’entame,
Et lui fait dire mieux encor qu’il ne faisoit.
Ha, dis-je lors, Bellay, que bienheureux il est
D’asservir son esprit ainsi comme il luy plaist,
Sans tant faire une amour et jamais la parfaire :
Il me plaist, comme ailleurs, en ce lieu l’imiter
Et de dame changeant tant de peine eviter,
Pour voir s’une autre amour me sera si contraire. (v. 1-14)

120 Jean Dorat compare Du Bellay à Ulysse dans un poème latin « Ad Ioachimum Bellaium de eius reditu ab Italia » célébrant le retour de Du Bellay en France. Selon Dorat, de même qu’Ulysse, Du Bellay a préféré renoncer à l’immortalité (en composant des vers latins) afin de revenir dans sa patrie (et écrire des vers français) :
Omnia tentavit Circe, pariterque Calypso,
Dilectum ut possent detinuisse virum.
Omnia sed frustra tentarunt : maluit esse
Ille vir in patria, quam procul inde Deus.
[Circé avait tout essayé, de même que Calypso,
Pour retenir l’homme chéri.
Elles ont tout essayé, mais en vain : cet illustre
A préféré être un homme dans sa patrie, qu’un dieu au loin.]

121 « Chetif » est un des adjectifs préférés de Du Bellay pour se décrire : cf. Regrets 24, v. 9 ; 39, v. 14 ; 42, v. 2 ; 115, v. 8.

122 Voir la note au vers II de l’édition Screech.

123 Laumonier explique ici que « Ronsard emploie le pronom personnel leur mis pour le pronom réfléchi se au pluriel, comme le font encore les paysans de l’Ouest ».

124 Mais l’on sait à quel point il ne respectera pas ce principe dans le dernier tiers du recueil.

125 « Pars animæ quondam dimidiata meæ » (v. 2).

126 « Vivus adhuc diram contudit invidiam » (v. 14).

127 « Doctus ubi tonat ore tuus tua carmina Carlus, / Antiquæ Carlus gloria Burdigalæ, / Musarum Antistes Carlus, cui candida Pallas / Ingenuis finxit moribus ingenium » (v. 7-10). [« En ce lieu la bouche du savant Carie, ton ami, fait retentir tes vers, Carie qui est la gloire de l’antique Bordeaux, Carie, prêtre des Muses, à qui Pallas la lumineuse a façonné l’esprit pour de nobles pratiques. »]

128 « Atque humiles curas strepitusque, interritus, omnes / Spernebam, laudis ductus amore tuæ » (v. 41-42).

129 Cette élégie se trouve dans les Varia (no 5) du tome VIII des Œuvres poétiques du Du Bellay.

130 Cette remarque pourrait bien être ironique.

131 En revanche, les Res ab Henrico rege geste de Paschal, dont il existe seulement quelques fragments (B.N. ms. lat. 11481 et 18339 ; fonds Dupuy, 624), étaient sans doute tout aussi peu avancées, mais Du Bellay n’en dit mot.

132 Il le fait toutefois avec des variations de ton et de style qui distinguent les Amours de la Continuation des Amours et de la Nouvelle Continuation des Amours.

133 Voir Viatte, p. 456-460.

134 Sur Doulcin, voir Chardon.

135 Vers la fin, cependant, Du Bellay se montre de plus en plus dépité et avoue sa propre incapacité à s’adapter à ce milieu. La position de cette série dans le recueil est source d’ironie puisqu’elle prépare la section encomiastique qui va occuper la fin du recueil.

136 Le commentaire de Katz est brillamment éclairant ici: « Added to the cynicism of this counsel, are the ironies resulting from the fact that Du Bellay is lecturing the court poet par excellence on how to behave at court; and of course it is highly ironic to hear the “honest” Du Bellay advocating pretense » (p. 172).

137 Érasme utilise cette image dans l’Éloge de la Folie ; elle est illustrée par Holbein. Je remercie le professeur Wayne Rebhorn de l’Université du Texas à Austin d’avoir attiré mon attention sur ce fait.

138 Katz: « Playfulness reinforces the triviality of praise (“it doesn’t hurt anyone”), and denigrates encomium by equating it with money. These lines not only rob praise of any sincerity or altruism but actually undercut moral values; if praise is not sincere, it is falsifying and dishonest. Yet du Bellay tells us it is harmless. Such Unes color all the encomiastic poetry to follow » (p. 176-177).

139 « Colosse » (A 2, v. 10), « arcz » (3, v. 3), « thermes » (27, v. 4), « poudreuses relireliques » (« Au Roy », v. 8 ; 27, v. 14), « enclos » (19, v. 10).

140 Sur l’analogie entre la lettre et l’essai, voir Rigolot, Les Métamorphoses de Montaigne, surtout le chapitre 4.

141 Pour des exemples chez Du Bellay, voir la discussion supra, p. 89.

142 Voir supra, p. 63 et p. 88.

143 Le sonnet 16 la confirme : « Cependant que Magny suit son grand Avanson, Panjas son Cardinal, & moy le mien encore [...]. » Voir supra, p. 101.

144 Il pourrait s’agir de la poésie amoureuse de Panjas, car une grande partie des Souspirs est consacrée à des sonnets amoureux, et Panjas était connu pour ses vers d’amour, aujourd’hui disparus. Chamard note dans son édition des Regrets que Panjas est l’auteur des Amours de Colombe. Ronsard lui adresse un sonnet de sa Continuation des Amours (Laum. VIII, p. 168) qui se termine par : « Je crois que Dieu les [les dames] feit afin de nuire à l’homme : Il les feit, Pardaillan, pour nostre malheur, comme / Les tygres, les lyons, les serpens, & les lous. »

145 Magny le loue dans ses poèmes et publie sa traduction de l’Iliade augmentée du livre XII et d’une partie du livre XIII (Amadis Jamyn acheva cette traduction). Voir la Nouvelle biographie générale, XLIII, 176.

146 Sonnets 10, 74, 84, 94, 99, 118, 133, 142.

147 Voir supra, p. 122.

148 Ce sonnet est imprimé immédiatement après le sonnet 94 de Magny, dans l’édition 1557 des Souspirs, et ne figure dans aucune édition des Regrets publiée au XVIe siècle ; Chamard l’insère dans l’Appendice A de son édition (p. 205-206).

149 La répétition de « point » à la rime nous montre un Du Bellay rhétoriqueur — on sait que les rimes équivoquées furent condamnées par lui dans la Deffence.

150 Voir par exemple I, 10 : « O tens ! ò meurs ! ò crasse ignorance ! »

151 Voir supra, p. 158.

152 L’identité de ce « bastard » reste un mystère.

153 Le poème offre surtout une accumulation d’adynata.

154 Voir supra, p. 172.

155 À ce destinataire moins important des Regrets, qui était philosophe et médecin, Du Bellay adresse néanmoins un sonnet quasi cosmogonique sur Rome où il évoque « l’air plus subtil, qui doucement nous emble/Ce qui est plus terrestre & lourd en nos esprits » (R 72, v. 7-8).

156 Il est intéressant de noter que si Magny semble célébrer les œuvres contemporaines de ses destinataires, telles que la Continuation des Amours de Ronsard et les Amours de Francine de Baïf, ce qui permet de fixer la date du sonnet après juillet 1555, il ne cite comme œuvre de Du Bellay que l’Olive, qui a paru en 1549 : c’est peut-être une preuve supplémentaire de son intérêt particulier pour le genre amoureux comme moyen de se faire accepter par ce groupe.

157 Voir le chapitre 2 de La Poésie au Miroir intitulé : « Joachim Du Bellay : Faustine, ou l’amour de la poésie amoureuse ».

158 Voir l’introduction de l’édition Aris-Joukovsky des Œuvres poétiques de Du Bellay : « La différence est évidente si l’on compare avec le mélange désordonné de pièces satiriques et de poèmes d’amour que constituent les Souspirs d’O. de Magny, arrivé à Rome en mars 1555 » (p. xxxiv).

159 Les destinataires des Souspirs sont, de manière générale, plus obscurs que ceux des Regrets : Girard, Guyon, Compaign (ami de Paschal), Brinon, Dalechamps, Duquesney, Vaillac, Mesme, Rembouillet, Vernassal, Jacopin, Truguet, Dolu, Thouroude...

160 La plupart de ces informations sont indiquées par l’abbé Bourdeaut, « La Jeunesse de Joachim du Bellay » (p. 108, 202), Dupré-Lasale, Du Verdier, et Laumonier, Ronsard poète lyrique (p. 64-66).

161 « Quant à Jacques Bouju c’était un des rares poètes de la Cour à s’être déclaré pour les novateurs, se faisant auprès de la sœur du roi l’interprète de leurs sentiments, le défenseur de leurs idées, et cela plus d’un an avant l’intervention de Michel de l’Hospital. D’après Ronsard, il aurait même réduit au silence par ses propres vers les misérables rimeurs de l’ancienne école » (Laumonier, p. 64).

162 Voici la première strophe de ce poème (Ode III) :
Sus Muse, il faut que lon s’eueile,
Ie veux sonner un chant divin.
Ouure donques ta docte oreille,
O Bouiu, l’honneur Angeuin ! (v. 1-4)

163 Tous les éditeurs des Regrets s’accordent pour identifier « Du-val » à Pierre du Val, ancien précepteur d’Henri II.

164 Deguy commente : « Le sonnet 186 résume le trajet poétique de Du Bellay » (p. 100).

165 Pour les Antiquitez, consulter l’article de Wayne A. Rebhorn, Du Bellays Impérial Mistress : Les Antiquitez de Rome as Petrarchist Sonnet Sequence ; quant aux Regrets, nous avons déjà cité l’exemple du sonnet 184 où l’inspiration pétrarquiste est évidente.

166 Gadoffre commente dans Du Bellay et le sacré : « On pourrait se croire en présence d’un néo-platonisme véhiculé par les modèles italiens dont Du Bellay s’est si souvent nourri. Il n’en est rien. Si l’on compare les sonnets platonisants de L’Olive avec leurs prototypes, on s’aperçoit que la plupart des termes néo-platoniciens ont été ajoutés par Du Bellay » (p. 25).

167 Voir Gadolfre : « [...] la séquence à Marguerite se présente comme un hommage à Dieu, et elle est le prélude annonciateur d’une poésie religieuse à venir [...]. » De même que Saulnier : « Nous pouvons être à peu près sûrs que, sans l’épreuve italienne, Du Bellay eût tenté d’être notre premier très grand poète religieux » (p. 69).

168 À ce sujet, voir Picot, « Le théâtre mystique de Pierre du Val et des libertins spirituels de Rouen au XVIe siècle » ; Olivier Millet écrit un article intéressant sur « Calvin et les “libertins” », où il parle du mode d’expression « très particulier » des libertins, qui « en détournant les mots de leur propriété et de leur usage naturels, dissimulent des signfications cachées, c’est-à-dire embrouillées à l’occasion d’un emploi constamment figuré des mots » (p. 237).

169 Ces deux ouvrages furent réunis en un seul chez Fédéric Morel en 1568.

170 Poème XXXIII dans la section Sonnets divers du t. II de l’édition Chamard, p. 282.

171 En revanche, il est peut-être curieux que Du Bellay n’aborde pas un thème d’ordre religieux avec Nicholas Denisot (Regrets 21), qui s’est consacré entièrement à la poésie chrétienne à partir de 1552.

172 Par exemple, les sonnets 177 et 184.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search